SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES"

Transcription

1 DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques pour le Public DDSC/SDDCPR/DDSC6/BN/N Affaire suivie par : M; Nouvier Tel : Fax : Courriel : RELEVE des AVIS rendus lors de la réunion du 2 décembre 2004 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité et de la Commission technique interministérielle des immeubles de grande hauteur *** 2) Réponse à des questions concernant des projets ou dossiers particuliers : 2-1: Eléments d'information sur le circuit électronique du bloc bi-fonction BRIO LSA produit par la société KAUFEL La Commission centrale de sécurité a examiné le 9 septembre dernier la conformité à la réglementation du produit que la société Kaufel commercialise sous l appellation BRIO-LSA. Il s'agit d'un bloc autonome regroupant dans une même enveloppe les fonctions des blocs ERP (NF C ou 801) et des blocs habitation (NF C ). L article EL 4 4 du règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public dispose que " L'exploitant peut poursuivre l'exploitation de son établissement en cas de défaillance de la source normale. si l'éclairage de sécurité des établissements comportant des locaux à sommeil est complété dans les conditions prévues dans les dispositions particulières". 1

2 Les dispositions particulières du règlement (O 17 2, R 27, U 32, J 30, PE 36) prescrivent que cet éclairage soit "complété par un éclairage réalisé par des blocs autonomes pour habitation (conformes à NF C ). Dans ces conditions, les blocs autonomes de sécurité visés à l'article EC 12 doivent être mis automatiquement à l'état de repos dès l'absence de tension en provenance de la source normale, leur passage automatique à l'état de fonctionnement étant alors subordonné au début du déclenchement du processus d'alarme". La présentation faite en séance a permis de vérifier que ce type de blocs remplit les fonctions exigées par la réglementation: en cas de disparition de la source normale d'alimentation électrique, les lampes d'évacuation (ERP) et d'éclairage de repérage (habitation)s'allument, puis la fonction éclairage d'évacuation passe immédiatement au repos; lorsque le processus d'alarme se déclenche, la fonction éclairage d'évacuation s'allume. A l'intérieur même du bloc, l'éclairage de sécurité est donc complété par l'éclairage de repérage dans les conditions réglementaires. Pour la complète information de la Commission, il a été demandé à la société Kaufel de fournir des éléments d information sur la fiabilité de la carte informatique commune aux deux fonctions équipant les blocs, et d'indiquer s il est possible d envisager la production d une carte par fonction. La société Kaufel a répondu positivement à cette demande: la Commission a pris acte de cette information. 3) Application du règlement de sécurité 3-1: Recours à l'ingénierie du désenfumage Le groupe de travail mandaté par la CCS pour proposer une reconnaissance de compétences au titre de l article DF 4 a sollicité l'avis de la Commission sur les points suivants: 1) L activité d ingénierie du désenfumage doit-elle aller jusqu'à la définition, la spécification et l implantation des ouvrages liés au désenfumage? La Commission a répondu positivement à cette question, et a émis en conséquence l'avis suivant : A l'issue de son étude, l'organisme fournit les documents nécessaires à la réalisation du désenfumage, notamment la description, le dimensionnement et l'implantation des ouvrages et équipements ( amenées d'air, évacuations des fumées, ventilateurs, écrans de cantonnement ). 2) Les calculs de désenfumage naturel de l IT reposent sur 3 surfaces de feu associées à des classes d établissements. Est-il souhaitable, comme pour l'it, de donner comme base commune de calcul des foyers sources types? La position du groupe de travail est qu il faudrait fixer une base de travail commune pour les organismes. Cette base pourrait être, dans une première approche, constituée par les puissances des foyers sous-jacentes aux surfaces de feu indiquées dans l IT. Si certains organismes souhaitent utiliser des données d entrée plus fines, ils seraient alors tenus de communiquer leurs données pour enrichir une base publique à créer dans ce domaine. La Commission a approuvé la position exprimée par le groupe de travail sur ce deuxième point. 2

3 NB : le groupe ayant également souhaité savoir si le recours à l ingénierie du désenfumage est limité aux situations où l application de l IT 246 est impossible (le dossier d'un candidat fait apparaître que l'ingénierie est pratiquée là où l'it est applicable aisément), il lui sera répondu sur ce point que l'article DF 4 (arrêté du 22 mars 2004) ne limitant pas l'emploi de l'ingénierie, celle-ci s'applique à toutes les situations. 3-2 : Application du règlement de sécurité dans les établissements relevant de la protection judiciaire de la jeunesse Le Ministère de la Justice Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse a interrogé la DDSC sur la possibilité de mettre sous clé les extincteurs et les déclencheurs manuels dans ses établissements comportant des locaux à sommeil. Il s agit de locaux hébergeant de 10 à 12 jeunes. D une hauteur maximum de 2 étages, ces bâtiments, parfois anciens, sont classés en type R de 5 ème catégorie (locaux à sommeil). Ils sont soumis aux dispositions de l arrêté du 25 juin 1980, livre I et de l arrêté du 22 juin 1990 sur les établissements de 5ème catégorie. Le public hébergé est composé de mineurs en rupture avec le système éducatif traditionnel. Ces mineurs procèdent le plus souvent à une dégradation systématique des détecteurs automatique d incendie, des déclencheurs manuels et des moyens de secours. Le Ministère de la Justice ne souhaite pas, pour la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse une extension de l application de l article R du Code de la Construction et de l Habitation prévu pour la Direction de l Administration Pénitentiaire. Il souhaite rester dans le droit commun mais trouver des adaptations compatibles avec le comportement du public hébergé. Les éléments positifs en faveur de la sécurité sont : la hauteur limité des établissements à 2 étages au maximum ; le nombre de 1 à 2 jeunes par chambres au maximum ; le nombre de 12 jeunes au maximum dans l établissement ; la présence permanente d un adulte, éducateur ou moniteur, éveillé (pas de couchage pour lui). Les déclencheurs manuels et les moyens de secours pourraient donc être maintenus sous clés sous réserve de : limiter le potentiel calorifique des chambres aux besoins usuels ; imposer à l adulte de surveillance de garder sur lui la clé permettant d accéder à un local du niveau contenant un déclencheur manuel et des moyens de secours. L avis de la sous-commission permanente de la commission centrale de sécurité sur cette proposition a été demandé. La commission a émis un avis défavorable à cette proposition, comme elle l'avait déjà fait pour une demande semblable concernant les établissements scolaires. Elle a souhaité qu'une réflexion soit engagée sur la possibilité d'inclure dans les dispositions générales du règlement 3

4 de sécurité des dispositions permettant de faire face aux situations du type de celles auxquelles la direction de la protection judiciaire de la jeunesse est confrontée. 3-3 : Article R 3 : détermination de l'exploitant lorsque les locaux ne sont pas utilisés pour les besoins du service auquel ils sont affectés. A la demande de l'observatoire de la sécurité des établissements scolaires et universitaires, la DDSC a été amenée à préciser, à la lecture des textes applicables, quelles sont les personnes responsables de l'application des règles de sécurité dans les établissements scolaires, pendant les heures au cours desquelles les locaux sont utilisés pour les besoins de la formation initiale ou continue, et en dehors de ces heures. Le résultat de cette étude a été porté à la connaissance de la Commission. I- La personne responsable pendant les heures au cours desquelles les locaux sont normalement utilisés pour les besoins de la formation initiale ou continue (personne dénommée «exploitant» dans le règlement de sécurité) a- Lorsque les locaux sont utilisés pour des activités scolaires proprement dites (les heures de classes), ou des réunions liées à ces activités (conseils) : la personne responsable est le chef d établissement ou le directeur d école. b- Lorsque les locaux sont utilisés pour des activités éducatives sportives et culturelles complémentaires organisées par les collectivités territoriales (article R3 du règlement de sécurité et art. 26 de la loi du 22 juillet 1983). la personne responsable est le chef d'établissement ou le directeur d'école. II La personne responsable en dehors des heures au cours desquelles les locaux sont utilisés pour les besoins de la formation initiale ou continue a- Lorsque les locaux sont utilisés pour accueillir périodiquement les parents d élèves la personne responsable est le chef d établissement ou le directeur d école (article GN6 du règlement de sécurité). b- lorsque les locaux sont utilisés pour l'organisation d'activités à caractère culturel, sportif, social ou socio-éducatif dans le cadre de l'article 25 de la loi du 22 juillet 1983 la personne responsable est le maire ou une autre personne physique ou morale organisatrice des activités, si celle-ci elle est signataire d une convention tripartite qui la lie à la commune ou à la collectivité propriétaire des locaux, et au chef d établissement ou au directeur d école. Cette convention fixe alors ses obligations en matière de sécurité. 4

5 Après débat, la Commission n'a émis aucune observation sur cette synthèse des textes applicables. 4) Modification du règlement de sécurité : 4-1 : Modification de l'article MS 60 (dernier paragraphe) A la suite de la parution des articles DF, il est apparu à un lecteur attentif du règlement que dans le 4eme paragraphe de l'article MS60 les termes " DF 4" devaient être substitués aux termes " DF 3 ". Au lieu de : «De plus, en complément des matériels visés à l article DF 3, les portes résistant au feu et les clapets doivent être admis à la marque NF.», il faudrait donc écrire : «De plus, en complément des matériels visés à l article DF 4, les portes résistant au feu et les clapets télécommandés doivent être admis à la marque NF.» La Commission a émis un avis favorable à ces modifications. 4-2 : Modification de l'article CO 2 La lecture de l'article CO 2 du règlement de sécurité dans sa rédaction issue de l'arrêté du 23 janvier 2004 fait apparaître une erreur de rédaction dans ses dispositions applicables à la résistance au poinçonnement des voies utilisables par les engins de secours. Il convient en effet de remplacer le terme " maximale " par le terme " minimale",.dans la phrase: " Résistance au poinçonnement: 80 N / cm² sur une surface maximale de 0,20m²", La Commission a approuvé cette modification. 4-3 : Modification de l'article AM 18 Le 10/11/1994, la sous-commission permanente de la Commission, constatant que les revêtements de cuir (Société FIGUERAS) classés M4 installés comme revêtements de sièges dans l opéra de Lyon n étaient pas conformes aux exigences de l article AM18 paragraphe 1, avait fait réaliser par les laboratoires du CSTB et du LNE des essais de comportement au feu sur des rangées de 3 sièges en vraie grandeur, aux fins de vérification des risques après mise à feu. Ces sièges (dont 2/3 étaient détruits) ne présentaient pas, notamment par rapport à d autres sièges considérés conformes dans d autres ERP de la ville de Lyon, une sécurité inférieure à celle qui était exigée par le règlement de sécurité incendie dans les salles de spectacle. En conséquence, la Commission avait émis un avis favorable au maintien en l état de ces sièges dans l Opéra de Lyon et avait demandé qu une étude soit engagée afin d avoir une meilleure appréciation du niveau de sécurité demandé pour les sièges des ERP. 5

6 Le CECMI a pris en compte cette question et s est réuni 19 fois depuis le 28/6/1993 : un groupe de travail dérivé, comprenant les laboratoires et les industriels fabricants de sièges rembourrés a travaillé, notamment à partir d un projet de norme technique européenne (pr EN ), à l élaboration d une méthodologie d essai de comportement au feu d un siège (ou d une maquette) soumis à une flamme de gaz de puissance thermique équivalente à un coussin de papier de 20 grammes appliquée sur la médiane et à la jonction du dossier et de l assise ; elle apparaît au moins équivalente à l ancien brûleur électrique qui permettait le classement M2 de l enveloppe. 2 critères de jugement ont été retenus par le CECMI à savoir la non-propagation latérale aux sièges voisins dans la rangée, et la perte de masse. Le 28/06/2004, le CECMI a approuvé le projet de contenu technique de révision de l article AM18 et des critères de jugement de l'essai et a renvoyé au Bureau de Normalisation du Bois et de l Ameublement le détail de la méthodologie d essai dans un projet de norme NFD60013, pour enquête publique puis publication par l AFNOR. Les industriels notamment l UNIFA et l UIT ainsi que les fabricants de sièges (QUINETTE GALLAY, MUSSIDAN, CAULIER ROMPAIS)ont donné leur accord sur le contenu technique de ces textes. Ces projets ont été présentés à l avis de la CCS. La Commission a donné un avis favorable aux modifications suivantes: I Modification de l'article AM 18 Article AM 18 Rangées de sièges 1 Les matériaux constituant les sièges non rembourrés et les structures de sièges rembourrés doivent être de catégorie M3. Toutefois, les matériaux bois ou dérivés du bois d une épaisseur égale ou supérieure à 9 mm sont acceptés. Les sièges rembourrés doivent satisfaire aux deux critères définis dans l'instruction technique relative au comportement au feu des sièges rembourrés L'enveloppe recouvrant le rembourrage doit toujours être maintenue bien close et en bon état. Son entretien doit être effectué suivant les prescriptions d'une fiche technique fournie à l'exploitant par le fabricant. Son remplacement ne doit pas affecter le comportement au feu du siège. 2 : sans changement II Création d'une instruction technique pour l'application de l'article AM 18 6

7 INSTRUCTION TECHNIQUE RELATIVE AU COMPORTEMENT AU FEU DES SIEGES REMBOURRES Prise pour l'application de l'article AM18 du règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public Les sièges rembourrés doivent être conçus et réalisés de manière telle qu'ils satisfassent aux critères de performance spécifiés dans la présente instruction Les essais sont effectués conformément aux dispositions de la norme NF D 60013( ici sera insérée une clause de reconnaissance mutuelle des essais ) Les deux critères suivants doivent être satisfaits à l'issue de chacune des épreuves prévues dans la norme: -longueurs latérales détruites maximales sur le dossier et l'assise inférieures ou égales à 200 millimètres de part et d'autre de l'axe médian, -perte de masse inférieure ou égale à 300 grammes. L'évaluation de gamme permet d'évaluer la conformité d'une enveloppe de référence commerciale donnée, associée à un rembourrage spécifié, dans les limites de variation d'un seul paramètre de l'enveloppe ( épaisseur, grammage, aspect de surface ou autre paramètre influent ). Un tel essai comporte la réalisation d'un nombre réduit d'épreuves, laissé à l'appréciation du laboratoire, parmi l'échantillonnage fourni par le demandeur. Il est validé si les résultats obtenus sur les différentes éprouvettes sont identiques. A l'issue de l'essai, le laboratoire délivre au demandeur une attestation de conformité comportant: - Le nom de la société, - Les références commerciales des composants des éprouvettes, - La référence au rapport d'essai, - La description du type de siège, - La conclusion de l'essai sous la forme " conforme/non conforme aux exigences de l'arrêté du 25 juin 1980 modifié ( article AM 18 ), - La portée de l'attestation de conformité. La durée de validité de cette attestation est de cinq ans. III Modifications subséquentes La nouvelle rédaction de l'article AM18 et la création de l'instruction relative au comportement au feu des sièges rembourrés entraîne l'abrogation de l'article 6-2 de l'arrêté du 4 novembre1975 portant réglementation de l'utilisation de certains matériaux et produits dans les établissements recevant du public, et le toilettage de la partie de l'instruction technique du 1 er décembre 1976 et des annexes correspondantes. 7

8 L'arrêté portant approbation de l'ensemble des dispositions modifiées indiquera que les procès verbaux de classement M de réaction au feu en cours de validité à la date de la publication de la présente instruction restent valables jusqu'à échéance de leur durée de validité. 5) Questions diverses et communications à la CCS : 5-2 : Réglementation applicable aux parcs de stationnement Le régime déclaratif pour les parcs de stationnement couverts de moins de véhicules s'éteint le 31 décembre La D.D.S.C., pour les parcs de stationnement E.R.P. (ceux qui ne relèvent pas du Code du Travail ou de la réglementation habitation), invite les services chargés d'instruire des dossiers concernant des établissements nouveaux à s'inspirer des textes actuellement en vigueur dans l'attente du futur texte "type PS". Ce futur texte devrait être finalisé au courant du premier trimestre ) Demandes d'agréments : 6-1 : Demandes d'agrément de personnes ou organismes pour les vérifications techniques en ERP et/ou IGH. Renouvellement d'agrément IGH : M. BERGAGNA Albert 29 bis, rue Louis Braille CHALIFERT a reçu un avis favorable au renouvellement de son agrément pour effectuer les vérifications en IGH conformément aux articles GH 59b et GH 61, en phase exploitation pour une durée de 3 ans. La société CETE APAVE Alsacienne 2, rue Thiers MULHOUSE a reçu un avis favorable au renouvellement de son agrément pour effectuer les vérifications en IGH conformément aux articles GH 59 b, GH 59 c, GH 59 d et GH 61, en phases conception, construction et exploitation pour une durée de 3 ans. Renouvellement d'agrément ERP : M. BERGAGNA Albert 29 bis, rue Louis Braille CHALIFERT 8

9 a reçu un avis favorable au renouvellement de son agrément pour effectuer les vérifications en catégorie c pour la phase exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société A.D.A.P.S.A. 15, avenue Galois BOURG la REINE a reçu un avis favorable à sa demande d'agrément pour effectuer les vérifications en catégorie c pour la phase exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 1 an. La société CETE APAVE Alsacienne 2, rue Thiers MULHOUSE catégories c et d pour les phases conception, construction et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société TECHNICONTROL 76, Avenue de la Gaude CAGNES sur MER catégorie c pour les phases conception, construction et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société Sud Est Prévention 24, avenue Joannès MASSET LYON catégories a, b, c et d pour les phases conception, construction et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société BTP Consultants 1, place Charles de Gaulle MONTIGNY le BRETONNEUX catégories a et b pour la phase exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. L'organisme CETE APAVE Nord Ouest 51, avenue de l'architecte Cordonnier LILLE 9

10 catégories a, b, c et d pour les phases conception, construction et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société A. B. C. Contrôle 101, avenue de la Fourragère MARSEILLE catégories a et b pour les phases conception et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. La société Champagne Ardenne Contrôle SARL 2, avenue du maréchal Joffre TROYES catégorie a pour les phases conception, construction et exploitation dans les établissements recevant du public pour une durée de 5 ans. L'organisme Contrôle Technique et Prévention 86, rue Leroux LIGNY en BARROIS a reçu un avis défavorable à son renouvellement d'agrément pour effectuer les vérifications dans les établissements recevant du public en raison d'inexactitudes relevées dans le dossier présenté et de critiques signalées par un service préfectoral. Cet organisme doit présenter un nouveau rapport à expertiser et répondre aux critiques précitées afin que sa demande d'agrément puisse être réexaminée. 10

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

relevé des avis rendus lors de la réunion du 1 er février 2007 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité ***

relevé des avis rendus lors de la réunion du 1 er février 2007 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité *** DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DDSC/SDGR/DDSC6/BN Affaire suivie

Plus en détail

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Direction des Lycées REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Avril 2002 I. Réglementation en vigueur. Code de la construction et de l'habitation. ( CCH ) Arrête du 25 juin 1980 modifié

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES

DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le Public DDSC/SDDCPR/DDSC6/CC/GO/N

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

L éclairage de sécurité et l alarme incendie

L éclairage de sécurité et l alarme incendie L éclairage de sécurité et l alarme incendie 1. Les établissements recevant du public (ERP) L éclairage de sécurité 1. Définition et réglementation Dans tout type d établissement un éclairage électrique

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REG 04-1 LES ERP 1/ Définition de l'e.r.p. Constituent des E.R.P. tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont

Plus en détail

Relevé des avis de la réunion du 07 juin 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité ****************

Relevé des avis de la réunion du 07 juin 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité **************** DIRECTION GENERALE DE LA SECURITE CIVILE ET DE LA GESTION DES CRISES DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS Sous-direction des services d incendie et des acteurs du secours Bureau de la Réglementation Incendie

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Une notice de sécurité est à joindre obligatoirement à tout dossier concernant la construction d'un établissement recevant du public. BASE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

Procès-Verbal de la Commission de Sécurité de l'arrondissement d'yssingeaux

Procès-Verbal de la Commission de Sécurité de l'arrondissement d'yssingeaux v SERVICE DEPARTEMENTAL o 'INCENDIE ET DE SECOURS Groupement "Prévention" ; Procès-Verbal de la Commission de Sécurité de l'arrondissement d'yssingeaux Le 2 février 2011 COLLEGE - LYCEE INTERNATIONAL CEVENOL

Plus en détail

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant?

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? Préfecture de l Allier Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? - réaliser les contrôles et vérifications périodiques des installations techniques, tels que prévus par le règlement de sécurité, -

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public Préambule : à l'attention des rédacteurs Cette notice descriptive concernant toutes les catégories a été élaborée à votre intention,

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1)

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1) Aix-en-Provence Ville Thermale et Climatique PhF 17/05/2013 Service de la Réglementation et de la Police Administrative Hôtel de Ville - 13616 Aix-en-Provence Tél : 04.42.91.93.44 Fax : 04.42.91.94.16@mairie-aixenprovence.fr

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 3 sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant du Public du 2 ème groupe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D'INCENDIE ET DE SECOURS DU MORBIHAN NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire

Plus en détail

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE INCENDIE DANS LES ERP

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE INCENDIE DANS LES ERP 1 - Les grands principes Les différentes réglementations fixant les règles de sécurité contre l'incendie visent essentiellement à respecter les grands principes suivants : L'évacuation rapide et en bon

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil RÉGLEMENTATION APPLICABLE

Plus en détail

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES 1re Partie : LE FEU ET SES CONSEQUENCES 6h00 FORMATEUR DE LA SESSION : M WITKOWSKI SSIAP 3 SEQUENCE 1 LE FEU 4 h00 Éclosion et développement du feu Théorie

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Les établissements recevant du public Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Qu'est ce qu'un ERP? A - Définition Art R 123.2 du CCH Constituent

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE CLASSEMENT DE REACTION AU FEU D'UN MATERIAU

PROCES-VERBAL DE CLASSEMENT DE REACTION AU FEU D'UN MATERIAU Ce document constitue une extension du PV N M030585 DE/1 et du rapport d'essai correspondant. Ce document annule et remplace le PV N M030585 DE/1 et le rapport d'essai correspondant. Dossier M030585 -

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 14 novembre 2012 relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relevant du secteur public de la direction de la protection

Plus en détail

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26 JORF n 0252 du 29 octobre 2011 Texte n 26 ARRETE Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d incendie et

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

EXTENSION E.H.P.A.D. «L AUBADE» 50340 FLAMANVILLE AUDIT E.R.P. E.R.T. Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) LOT E.R.P. E.R.T.

EXTENSION E.H.P.A.D. «L AUBADE» 50340 FLAMANVILLE AUDIT E.R.P. E.R.T. Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) LOT E.R.P. E.R.T. EXTENSION E.H.P.A.D. «L AUBADE» 50340 FLAMANVILLE AUDIT E.R.P. E.R.T. Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) LOT E.R.P. E.R.T. Maître d'ouvrage : COMMUNE DE FLAMANVILLE Assistant Maître

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

RAPPORTS PROCES VERBAUX REGISTRES DOCUMENTS OBLIGATOIRES

RAPPORTS PROCES VERBAUX REGISTRES DOCUMENTS OBLIGATOIRES RAPPORTS PROCES VERBAUX REGISTRES DOCUMENTS OBLIGATOIRES Document unique d'évaluation des risques professionnels Règlement intérieur de la commission hygiène et sécurité Procès verbaux des commissions

Plus en détail

Guide. - 2 ème édition - Septembre 2008

Guide. - 2 ème édition - Septembre 2008 Guide Exigences réglementaires et recommandations pour la réaction au feu des mobiliers de bureau en fonction de leur usage et de leur lieu d implantation - 2 ème édition - Septembre 2008 Exigences réglementaires

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Objet de la consultation : GROUPEMENT DE COMMANDE POUR LES VERIFICATIONS PERIODIQUES DES EQUIPEMENTS ET DES INSTALLATIONS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TRIEVES

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Veille Réglementaire VEILLE REGLEMENTAIRE. Réponse DAJ. Réponse DAJ. Nanoparticules. Nanoparticules

Veille Réglementaire VEILLE REGLEMENTAIRE. Réponse DAJ. Réponse DAJ. Nanoparticules. Nanoparticules 30 e rencontres du GP'Sup Université de Strasbourg 9 et 10 décembre 2010 Veille Réglementaire Janvier 2005 IHSESR - Présentation 1 VEILLE REGLEMENTAIRE Réponses DAJ Électricité Rayonnements optiques A

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SSIAP3. 3. Donnez les caractéristiques d'une voie utilisée par les engins de secours (voie engins)

QUESTIONNAIRE SSIAP3. 3. Donnez les caractéristiques d'une voie utilisée par les engins de secours (voie engins) QUESTIONNAIRE SSIAP3 1. Quels sont les textes de base, sur lesquels se fondent la protection contre les risques d'incendie et de panique dans les E R P? 2. Donnez la définition d un ERP? 3. Donnez les

Plus en détail

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE TECHNIQUE n 48 Préambule JANVIER 2013 Cette note technique rappelle, en les actualisant, les principales réglementations relatives à la sécurité incendie qui s appliquent

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40 NOTICE DE SECURITE 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD Notice de sécurité établie avec M. FOURMONT Bureau de contrôle VERITAS PC 40 SOMMAIRE 1. GENERALITES 2. DESCRIPTION DU PROJET

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante

SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DDSC/SDGR/DDSC6/BN Affaire suivie

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

S4.2 LE MAGASIN S.S.I

S4.2 LE MAGASIN S.S.I S.S.I Savoir S4.2 S3.1 S3.2 S6.1 Niveau de Maîtrise 2 4 3 3 page 1 / 21 TD LE MAGASIN FICHE CONTRAT Capacités THEME : SYSTEMES COMMUNICANTS VDI - COURANTS FAIBLES Fonctions Organisation C1 S INFORMER Réalisation

Plus en détail

L alarme incendie. 1. Définition d un SSI. 1. Les différents types de SSI RÉGLEMENTATION. ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993

L alarme incendie. 1. Définition d un SSI. 1. Les différents types de SSI RÉGLEMENTATION. ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993 L alarme incendie 1. Définition d un SSI ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993 Le système de sécurité incendie d un établissement est constitué de l ensemble des matériels servant à collecter

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

(Notice de Sécurité)

(Notice de Sécurité) Service Vie Associative et Municipale DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN E.R.P DE TYPE CHAPITEAUX-TENTES-STRUCTURES (Notice de Sécurité) RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Les dispositions du règlement

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France Yannick LEMOIGNE CSTB Direction Technique Chef du Pôle Evaluations européennes, Certification et Développement

Plus en détail

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article Service urbanisme opérationnel Unité pilotage, expertise, conseil, animation en ADS et publicité 01 60 32 13 34 C Permis 77 Etablissement Recevant du Public n 19 Etablissement recevant du public dans le

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg PREFECTURE Direction de la Coordination Interministérielle et de l'action Départementale Bureau des installations classées ARRETE PREFECTORAL portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS NOTICE DE RENSEIGNEMENTS ADJOINT TECHNIQUE SESSION 2016 MINISTERE DE LA JUSTICE SESSION 2016 Direction de l'administration Pénitentiaire 1 SOMMAIRE I - RECRUTEMENT... p. 4 1.1- CONDITIONS D INSCRIPTION

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Dénomination de l'établissement : Gymnase des Closeaux Adresse principale : Petite voie des Fontaines 94.150 RUNGIS Maîtrise d ouvrage (Nom ou raison sociale) : Ville de

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

LA COMMISSION DE SÉCURITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

LA COMMISSION DE SÉCURITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Tout établissement recevant du public - cinémas, discothèques, salles de spectacles, établissements sanitaires, établissements sportifs, centres commerciaux, restaurants, parcs de stationnement - doit

Plus en détail

LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE

LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE 1 LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE 2 Définition d un ERP ( ART R 123-2 du CCH ) Constituent des ERP tous bâtiments, locaux, enceintes dans lesquels des personnes

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS La réglementation : C est la loi Les supports réglementairesr Le règlement de sécurité : C est l ensemble des textes relatifs à la sécurité applicables aux Établissements

Plus en détail

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2 Préconisations pour la mise en place de panneaux Service PréveNTiON edition mars 2010 En l absence de réglementation applicable à l installation de panneaux,

Plus en détail

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 Introduction Pourquoi? Risques ne sont pas nuls : potentiel calorifique, énergie, air. Extinction n est pas

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOM DE LA COLLECTIVITE : RAPPEL REGLEMENTAIRE Article R123-51 du Code de la Construction et de l Habitation Dans les établissements soumis aux

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE DE PRESTATIONS ET DE FOURNITURES DE SERVICE Vérifications techniques règlementaires Des bâtiments et équipements publics Cahier des Clauses Techniques Particulières Désignation de la personne publique

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONTRE LES RISQUES D'INCENDIE ET DE PANIQUE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ème CATEGORIE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONTRE LES RISQUES D'INCENDIE ET DE PANIQUE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ème CATEGORIE VILLE DE LYON Sous direction Sécurité civile Service des Etablissements Recevant du Public 69205 LYON CEDEX 01 Tél. 04 72 07 38 03 Fax 04 72 07 38 60 NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONTRE LES RISQUES D'INCENDIE

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC Direction départementale de l'équipement de la Haute-Vienne Pôle constructions publiques SOMMAIRE Les ERP concernés Les Nouvelles exigences

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE CLASSEMENT DE RÉACTION AU FEU D UN MATÉRIAU

PROCÈS-VERBAL DE CLASSEMENT DE RÉACTION AU FEU D UN MATÉRIAU co frdc DEPARTEMENT SECURITE STRUCTURES ET FEU Réaction au feu Accréditation n 10301 E S S A I S PROCÈSVERBAL DE CLASSEMENT DE RÉACTION AU FEU D UN MATÉRIAU Selon l arrêté du 21 novembre 2002 relatif à

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 29/10/11 N : 37.11 Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Un arrêté du 26 octobre

Plus en détail

doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P)

doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P) Ce document d information doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P) (débits de boissons, restaurants, hôtels, commerces.) Ce document

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad na17.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE na17.1. Les établissements recevant du public na17.2. Les établissements généraux na17.3. Les établissements spécialisés

Plus en détail

CIRCULAIRE. Procédures de qualification du personnel de certification des organisations de maintenance pour aéronefs.

CIRCULAIRE. Procédures de qualification du personnel de certification des organisations de maintenance pour aéronefs. ROYAUME DE BELGIQUE MINISTERE DES COMMUNICATIONS ET DE L'INFRASTRUCTURE Administration de l'aéronautique CIRCULAIRE CIR/AIRW-19 Date : 11/05/01 Edition : 1 Objet : Procédures de qualification du personnel

Plus en détail

DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT

DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT GENERALITES La DAACT est obligatoire (R 462-1 du CU) pour : Les permis de construire Les permis d'aménager Les déclarations

Plus en détail

Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie "Coordination SSI"

Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie Coordination SSI Détails du dossier - Fiche répertoire Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie "Coordination SSI" Autorité(s) responsable(s) et signataire(s) Autorité(s) responsable(s)

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Relevé des avis rendus au cours de la réunion du 7 décembre 2006 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité ***

Relevé des avis rendus au cours de la réunion du 7 décembre 2006 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité *** DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DDSC/SDGR/DDSC6/BN Affaire suivie

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

LES REGISTRES OBLIGATOIRES Hygiène - Sécurité. C. Ecolivet I. Fouquart 12 avril 2012 14 septembre 2012

LES REGISTRES OBLIGATOIRES Hygiène - Sécurité. C. Ecolivet I. Fouquart 12 avril 2012 14 septembre 2012 LES REGISTRES OBLIGATOIRES Hygiène - Sécurité C. Ecolivet I. Fouquart 12 avril 2012 14 septembre 2012 1-REGISTRE DE SECURITE 2-REGISTRE DES AIRES DE JEUX et Équipements sportifs 3-REGISTRE SANTE SECURITE

Plus en détail

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP)

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP) Ville de Saint Jacques de la Lande Direction de l Aménagement Urbain 11, rue des 25 Fusillés CS 20732 35207 Rennes Cedex 2 Tél. : 02-99-29-75-54 Fax : 02-99-31-21-06 Manifestations et utilisations exceptionnelles

Plus en détail

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE PRÉFET DES ARDENNES Direction départementale des territoires Service Sécurité et bâtiment durable Accessibilité ddt-accessibilite@ardennes.gouv.fr NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS

Plus en détail