Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire"

Transcription

1 Communiquédepresse Mars2013 LeCollègedeFrancecréeunechairepérenned Informatique, Algorithmes,machinesetlangages, etnommeleprgérardberrytitulaire Leçoninauguralele28mars avait marquéunpas importantdans lareconnaissancedel informatiquecommescienceà part entière avec la création d une chaire annuelle, Informatique et sciences numériques au CollègedeFrance.Faceàl importancedecettediscipline,ycomprisparleshorizonsgigantesques qu elle permet d ouvrir pour les autres sciences, l Assemblée des professeurs du Collège de Franceadécidédecréerunechairepérenneeninformatique.ElleanomméGérardBerrytitulaire decettenouvellechaire Lacréationdelachaire,Algorithmes,machinesetlangagesmarqueainsiunenouvelleétapedans la reconnaissance de la science informatique. En effet, si le terme «informatique» renvoie à nombre d applications et d objets courants utilisés par tous, l informatique est d abord une sciencecomplexeetoriginalequisedoitd êtrereconnuecommetelle. Commentmodéliserettraiterinformatiquementletempsetlesévénements? La science informatique étudie cinq grands domaines fortement reliés entre eux: la représentationdel informationsousformenumérique,lesinterfacesquipermettentderecevoir etdenumériserl informationdumonderéeletd agirsurcemonde,lesalgorithmesconceptuels pourmanipulerl information,lesprogrammesquiimplantentcesalgorithmesdansdeslangages précis,etlesmachinesquiexécutentlesprogrammes. Commel indiquelenomdelachaire,c estautriangleforméparlesalgorithmes,leslangageset lesmachinesquesera consacré l essentieldes cours et desrecherchesdu Pr Gérard Berry,sans ignorer bien sûr les deux autres domaines. Gérard Berry consacrera une large partie de ses travaux et de son enseignement à une question fondamentale: comment modéliser et traiter informatiquementletempsetlesévénements? Le Professeur Gérard Berry donnera saleçon inaugurale, le jeudi 28 mars 2013 à 18h. Ses cours aurontlieulesmardisà10h00àpartirdu02avril.l ensembledececycleseradisponiblesurlesite InternetduCollègedeFrance(www.collège de France.fr). Contactpresse:MarieChéron/CécileBarnier: de France.fr Mars2013

2 ChaireAlgorithmes,machinesetlangages Leçoninauguraledu28mars2013(présentation) Parunglissementrécentdelalangue,lemot«informatique»setrouvedeplusenplussouvent remplacé par le mot «numérique», qu on associe à toute activité qui repose d une façon ou d uneautresurlanumérisationdel informationetsontraitementinformatique:communication numérique,économienumérique,artnumérique,etc.maisilnefautjamaisoublierquelecœur du numérique est bien l informatique, dans ses trois composantes scientifiques, techniques et industrielles.mêmesilechampd applicationdel informatiquenecessedes étendreetmêmesi lesobjetsinformatiséschangenttrèsrapidement,lascienceinformatiqueestlamêmepartoutet faitappelàdesconceptsetdesmodesderaisonnementsstablesetbienthéorisés,aveclapensée algorithmiquecommecentre. C estàlarichearticulationentrealgorithmes,langagesetmachinesquejeconsacreraimescours, enmettantunaccentparticuliersurletraitementdutempsetdesévénementseninformatique. Traiter correctement le temps et les événements est une obligation commune à de nombreux domaines d application apparemment disparatesde l informatique : les systèmes embarqués temps réel conduisant les avions ou les voitures, les systèmes sur puces que sont devenus les circuits électroniques modernes, la simulation informatique de toutes sortes de phénomènes mécaniques, physiques ou biologiques, la conception de nouvelles applications Web par composition et orchestration des milliers d applications déjà disponibles, l interprétation et la composition musicalemêlant interprèteshumains et ordinateurs, etc.lesrecherches effectuées principalement en France et maintenant amenées au niveau industrielont montré que tous ces domainesrelèventdesmêmesconceptsetdesmêmesoutilsscientifiques. J étudierai comment modéliser et traiter informatiquement le temps et les événements, en constatantd abordquelesmodélisationsclassiques de laphysiquenesuffisentpasaux besoins de l informatique. À partir de la notion d épaisseur de l instant et d exemples de circuits et de logicielstemps réels,jemontreraiqu ilfautparlerdutempssimultanémentàplusieurséchelleset àplusieursniveauxd abstraction,etqu onpeutéchangerl espaceetletempsdediversesfaçons pouroptimiserlescalculs.j élargiraiensuitelanotiondetempsphysiqueenunenotiondetemps multiforme,engendrénonseulementparlasecondemaisparlarépétitiondetoutévénementtel quelepasdumarcheuroulemètrequ ilparcourt.j étudierailadifférenceentre lesapproches synchrones, fondées sur la notion d horloge, et les approchesasynchrones qui cherchent à s en passer. Je discuterai la relation indispensable mais délicate et encore mal comprise entre les visionscontinuesetdiscrètesdutemps,danslaconceptiondescircuitsélectroniquesetdanscelui simulation de systèmes complexes, encore bien moins maîtrisé. Pour tous ces sujets, j insisterai surl importancedeslangagesformelspermettantd écrirelesspécificationsetlesprogrammeset deslogiquesformellespermettantdelesanalyseretdegarantirleursûreté. GérardBerry Contactpresse:MarieChéron/CécileBarnier: de France.fr Mars2013

3 ChaireAlgorithmes,machinesetlangages Présentationdel enseignementduprgérardberry Letempsetlesévénementseninformatique Lespremièresannéesdelachaireserontconsacréesàlamanipulationexplicitedutempsetdes événements en informatique, sujet particulièrement important dans plusieurs domaines de conception et de vérification de systèmes informatisés: logiciels de contrôle en temps réel de systèmesdetransports,desystèmesindustrielsetd objettrèsdivers,systèmesélectroniquessur puces qui remplacent désormais les circuits mono fonctions du XX e siècle, simulateurs informatiques de systèmes complexes, orchestration de services Web pour construire de nouvelles applications par composition d applications existantes, composition et interprétation musicale mêlant interprètes humains et ordinateurs. Gérer parfaitement le temps et les événements estcrucialdanstouscesdomaines d action. Pourtant, les méthodes et langagesde programmationclassiquesneparlentquasimentpasdutempsetnegèrentlesévénementsqu à partirdeprimitivesdeprogrammationpourlemoinsrustiquesetsouventsanssémantiqueclaire. Aprèsavoirconstatéquela langueparléedu temps estfortpoétiquemaisbien tropflouepour nos besoins, nous étudierons quels modèles mathématiques peuvent être utilisés selon les problèmes concernés, comment ces modèles peuvent fonder des langages de programmation comprenantréellementletempsetlesévénements,etcommentonpeutvérifierformellementla validité des programmes obtenus en se fondant sur ces modèles. Au moins pour les systèmes temps réels de haute sécurité et les systèmes sur puce, la vérification formelle automatique ou assistéeparordinateurdevientessentiellecarleserreursdel informatiqueembarquéedansdes objets comme lesavions,lestrains et les voiturespeuventavoirdesconséquencesdramatiques ouruineuses. Nous verrons que les modèles mathématiques doivent être bien plus variés que le modèle classiquedutempslinéairemesurépardesnombresréelsenphysique,etqu ilssontencoreloin d être figés. Nous étudierons la notion d épaisseur de l instant, qui permet de regarder les phénomènes temporels à différents niveaux d abstraction, et ses rapports avec notion informatiqued atomicitédesactions.nousmontreronslanécessitéd étendrelemodèlelinéaire standarddutempsenunmodèlebienplusrichedetempsmultiforme,oùdesformestemporelles spécifiques sont engendrées par la succession des occurrences régulières ou irrégulières d un événementparticulier.nousétudieronsladélicaterelationentrelesmodèlesentempscontinuet entempsdiscret,quiposentdepuislongtempsdesdifficultésillustréesparleparadoxedezénon (oud Achilleetlatortue). Entermesdelangagesdeprogrammation,nousporteronsuneattentionparticulièreauxlangages parallèlessynchronesdéveloppésenfrancedepuis30ans,quidonnentdesidéestrèsnouvelles pour la gestion du temps et des événements. Ces langages possèdent des sémantiques mathématiques précises, disposent d implémentations efficaces par traduction en langages classiques ou directement en circuits électroniques, ont des liens forts avec la logique mathématique.ilssontutilisésdansdessystèmesindustrielsd importancemajeure,enparticulier dans les transports. Il est étonnant de voir à quel point leurs concepts de base s appliquent parfaitement dans des domaines aussi variés que ceux cités plus haut ; la pluridisciplinarité concerneicidavantagelavariétédesapplicationseffectivesquelanaturelesidéesdebase. Maislemondenumériqueévoluevite,etlesconceptsinitiauxdusynchronenesuffisentpluspour rendre compte des systèmes plus complexes désormais développés ou envisagés: systèmes électroniques sur puces qui utilisent des horloges multiples et non synchronisées, systèmes de contrôle physiquement distribués et reliés en réseau, par exemple dans les avions, trains et Contactpresse:MarieChéron/CécileBarnier: de France.fr Mars2013

4 automobiles, systèmes de simulation à grande échelle posant des questions subtiles liées au mélangedessimulationslocalesentempsdiscretouentempscontinu.cessujetsenpleinessor nous demanderont l accrétion de nouvelles idées venues d autres domaines. Ils seront des thèmes privilégiés pour la recherche et l enseignement pendant la durée de la chaire. Nous insisterons enparticuliersurlesmoyensdelesdévelopperetdelesvérifierformellement,seule méthodepourgarantirleursûretéetleursécuritéàterme. LescoursduPrGérardBerryaurontlieulesmardisà10h00,àpartirdu02avril.Ilsserontsuivis,de11h00à 12h00, d un séminaire en relation avec le cours. Les séminaires associés aux cours feront intervenir des personnalités académiques ou industrielles des divers domaines concernés:électronique, avionique, musique,etc. L ensembledecetenseignementestd accèslibre,gratuitetsansinscriptionpréalable.ilseradisponiblesur lesiteinternetdel institution(www.college de France.fr). Contactpresse:MarieChéron/CécileBarnier: de France.fr Mars2013

5 ChaireAlgorithmes,machinesetlangages BiographieduPrGérardBERRY GérardBerryestnéle25décembre1948àParis. Ancien élève de l'école polytechnique et du Corps des mines, chercheur à l'école nationale supérieure des Mines de Paris et à l'inria, Gérard Berry a été nommé titulaire de la chaire Algorithmes, machines et langages au Collège de France en Il y avait auparavant été titulaire de deux chaires annuelles: la chaire d Innovation technologique Liliane Bettencourt (2007/2008)etlachaireannuelleInformatiqueetsciencesnumériques(2009/2010). Sa contribution scientifique concerne trois principaux sujets: le lambda calcul et la sémantique formelle des langages de programmation, la programmation parallèle et temps réel, et la conception assistée par ordinateur de circuits intégrés. Il est le créateur du langage de programmationesterel. Carrièreprofessionnelle 1970:IngénieurEcolePolytechnique 1973:Ingénieurdesmines 1979:Thèsededoctoratd'Etatèssciencesmathématiques :Chercheuràl EcoledesMinesdeParis,centredecalculdeParis,etresponsablede projetàl INRIAde1972à : Directeur de recherches au centre de mathématiques appliquées de l Ecole des Mines de Paris à Sophia Antipolis. Directeur du laboratoire de 1993 à Co responsable du projet«parallélisme, synchronisation et temps réel», commun avec l INRIA Sophia Antipolis de 1981à : consultant régulier dans les sociétés Digital Equipment, Schneider Electric, Synopsys,CadenceDesignSystems,etIntel. 2001/2008DirecteurscientifiquedelasociétéEsterelTechnologies :professeurauCollègedeFrance,chaireannuelleInnovationtechnologiqueLiliane Bettencourt : Professeur au Collège de France, chaire annuelle Informatique et sciences numériques. Distinctionshonorifiques Membredel'Académiedessciences,del'Académiedestechnologies,etdel'AcademiaEuropaea 1979MédailledeBronzeduCNRS 1990PrixMonpetitdel'Académiedessciences 1994Chevalierdel'Ordredespalmesacadémiques 1999PrixScienceetdéfense 2005GrandprixdelaFondationEADSpourlesapplicationsdelascienceàl'industrie 2010Chevalierdel ordredumérite 2012Chevalierdel ordredelalégiond honneur Contactpresse:MarieChéron/CécileBarnier: de France.fr Mars2013

Jeudi 19 Juin 2014 Novotel Paris Bercy http://www.plmlab.fr/btb10

Jeudi 19 Juin 2014 Novotel Paris Bercy http://www.plmlab.fr/btb10 Journée «Back to basics 10» de l association PLM lab PLM et Ingénierie Concourante Mettre en place une collaboration entre les métiers ; le cas de la mécatronique et autres exemples Jeudi 19 Juin 2014

Plus en détail

UFR d Informatique. FORMATION MASTER Domaine SCIENCES, TECHNOLOGIE, SANTE Mention INFORMATIQUE 2014-2018

UFR d Informatique. FORMATION MASTER Domaine SCIENCES, TECHNOLOGIE, SANTE Mention INFORMATIQUE 2014-2018 UFR d Informatique FORMATION MASTER Domaine SCIENCES, TECHNOLOGIE, SANTE Mention INFORMATIQUE 2014-2018 Objectif L UFR d informatique propose au niveau du master, deux spécialités sous la mention informatique

Plus en détail

Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion

Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion LICENCE FONDAMENTALE INFORMATIQUE DE GESTION Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion I. Présentation de la licence Le but de la Licence

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Langages de programmation: approche scientifique

Langages de programmation: approche scientifique IGE 2004 - ENS 29 juin 2004 Présentation au CGTI 1 Informatique théorique 2 3 Une science? Informatique théorique Chaque science repose un dogme fondamental. Les mathématiques Les raisonnements formels

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

ACI Sécurité ALIDECS:

ACI Sécurité ALIDECS: ACI Sécurité ALIDECS: Langages et Atelier Integrés pour le Développement de Composants Embarqués Sûrs Réunion de démarrage LIP6, 21 et 22 octobre 2004 Marc Pouzet 1 Page web http://www-verimag.imag.fr/synchrone/alidecs/

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

DELEGATION DE L ASSOCIATION TELECOM VALLEY DEPLACEMENT A BRUXELLES

DELEGATION DE L ASSOCIATION TELECOM VALLEY DEPLACEMENT A BRUXELLES DELEGATIONDEL ASSOCIATIONTELECOMVALLEY DEPLACEMENTABRUXELLES 22et23juin2010 Ledétailduvoyage Avion: Allerle22juin2010:DépartdeNiceà12H10/ArrivéeàBruxellesà13H55. Retourle23juin2010:DépartdeBruxellesà19H25/ArrivéeàNiceà21H10.

Plus en détail

CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX

CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX G. Scemama, Mustapha Tendjaoui, Olivier Carles INRETS_GRETIA Principe de la supervision (1) Optimisation du triangle Homme/Système Système/Monde

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

La place de l informatique dans l enseignement des logiciels et systèmes embarqués

La place de l informatique dans l enseignement des logiciels et systèmes embarqués La place de l informatique dans l enseignement des logiciels et systèmes embarqués Florence Maraninchi et Paul Caspi Laboratoire Verimag (UJF, CNRS, INPG) http://www-verimag.imag.fr Avril 2003 Les systèmes

Plus en détail

BIG DATA : GESTION ET ANALYSE DES DONNÉES MASSIVES (BGD) Mastère Spécialisé. Appréhendez les challenges économiques et juridiques du Big Data

BIG DATA : GESTION ET ANALYSE DES DONNÉES MASSIVES (BGD) Mastère Spécialisé. Appréhendez les challenges économiques et juridiques du Big Data Mastère Spécialisé BIG DATA : GESTION ET ANALYSE DES DONNÉES MASSIVES (BGD) Rejoignez le secteur le plus stratégique de l économie numérique Appréhendez les challenges économiques et juridiques du Big

Plus en détail

Parallélisation Automatique

Parallélisation Automatique Parallélisation Automatique Paul Feautrier ENS de Lyon Paul.Feautrier@ens-lyon.fr 8 septembre 2008 1 / 23 Pourquoi la parallélisation automatique? Les gains de performances dus à la technologie s amenuisent

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) DUT Génie électrique et informatique industrielle (GEII) 3 Parcours possibles : Automatismes et Réseaux Locaux Energies

Plus en détail

Présentation du «Human Brain Project»

Présentation du «Human Brain Project» jeudi 19 mai 2011 POINT-PRESSE Présentation du «Human Brain Project» Modéliser le cerveau humain et créer les moyens techniques nécessaires pour y parvenir : tel est l objectif du «Human Brain Project»

Plus en détail

Chap. V : Les interruptions

Chap. V : Les interruptions UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Nous étudions dans ce chapitre les interruptions matérielles (ou externes), c est-à-dire déclenchées par le matériel (hardware)

Plus en détail

Première édition des Prix INRIA : l institut révèle le nom des lauréats

Première édition des Prix INRIA : l institut révèle le nom des lauréats Première édition des Prix INRIA : l institut révèle le nom des lauréats Paris le 4 juillet 2011. Les Prix INRIA ont pour vocation de reconnaître et de distinguer des chercheurs en sciences informatiques

Plus en détail

Des études en mathématiques.pour faire quoi?

Des études en mathématiques.pour faire quoi? Des études en mathématiques.pour faire quoi? http://www.univorleans.fr/irem/modules/news/docum ents/presentation.pdf http://smai.emath.fr/spip/documents /metiers_maths_2006.pdf Une idée reçue Faire des

Plus en détail

Problèmes et TICE au lycée

Problèmes et TICE au lycée DGEE 5 mai 2015 Inspection pédagogique régionale de mathématiques Sommaire du stage Introduction Avec quels logiciels Quelques exemples... Sommaire du stage Introduction Avec quels logiciels Quelques exemples...

Plus en détail

B : Une méthode de développement de logiciels sûrs

B : Une méthode de développement de logiciels sûrs B : Une méthode de développement de logiciels sûrs Loïc PELHATE, Responsable de l Atelier des Logiciels de Sécurité de l Ingénierie du Transport Ferroviaire loic.pelhate@ratp.fr 9/11/01 1 1 Plan Contexte

Plus en détail

Grandes lignes ASTRÉE. Logiciels critiques. Outils de certification classiques. Inspection manuelle. Definition. Test

Grandes lignes ASTRÉE. Logiciels critiques. Outils de certification classiques. Inspection manuelle. Definition. Test Grandes lignes Analyseur Statique de logiciels Temps RÉel Embarqués École Polytechnique École Normale Supérieure Mercredi 18 juillet 2005 1 Présentation d 2 Cadre théorique de l interprétation abstraite

Plus en détail

Utilisation de Cabri-Géomètre à l école élémentaire en cycle II et III. Massola Jean-Pierre. massola@paris.iufm.fr. IUFM de Paris - France

Utilisation de Cabri-Géomètre à l école élémentaire en cycle II et III. Massola Jean-Pierre. massola@paris.iufm.fr. IUFM de Paris - France 1 Utilisation de Cabri-Géomètre à l école élémentaire en cycle II et III Massola Jean-Pierre massola@paris.iufm.fr IUFM de Paris - France 2 1-Historique Les écoles élémentaires de Paris, plutôt sous-équipées

Plus en détail

7944 Baccalauréat en génie électrique

7944 Baccalauréat en génie électrique 7944 Baccalauréat en génie électrique Environnement programme Présentation du programme Le programme de génie électrique vise à former des ingénieurs polyvalents ayant une solide formation générale axée

Plus en détail

Service combinators for farming virtual machines

Service combinators for farming virtual machines Master d Informatique Fondamentale École Normale Supérieure de Lyon Sémantique du parallélisme Chantal Keller Service combinators for farming virtual machines K. Bhargavan, A. D. Gordon, I. Narasamdya

Plus en détail

Gene-Auto, Projet ITEA 05018 IDM pour la génération de code critique certifié Validation et Vérification de transformations

Gene-Auto, Projet ITEA 05018 IDM pour la génération de code critique certifié Validation et Vérification de transformations Gene-Auto, Projet ITEA 05018 IDM pour la génération de code critique certifié Validation et Vérification de transformations Journées GDR GPL Transformations de modèles et de programmes 18 janvier 2008

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

ACADiE : Assistance à la Certification d Applications Distribuées et Embarquées

ACADiE : Assistance à la Certification d Applications Distribuées et Embarquées ACADiE : Assistance à la Certification d Applications Distribuées et Embarquées Permanents (11) Doctorants (10) Permanents Doctorants Jean-Paul Bodeveix Julien Brunel Xavier Crégut Benoît Combemale Mamoun

Plus en détail

Structure en couches des systèmes informatiques

Structure en couches des systèmes informatiques Structure en couches des systèmes informatiques Vue simplifiée d un système informatique Ce que le simple utilisateur perçoit «à première vue» d un système informatique : Le boîtier (tour, desktop ou portable)

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Introduction à SCADE. F. Touchard Polytech Marseille Département d'informatique SICA 5ème année 2015-16 1

Introduction à SCADE. F. Touchard Polytech Marseille Département d'informatique SICA 5ème année 2015-16 1 Introduction à SCADE F. Touchard Polytech Marseille Département d'informatique SICA 5ème année 2015-16 1 Introduction SCADE : Safety-Critical Application Development Environment environnement de développement

Plus en détail

Réunion de rentrée étudiants M2 Conception, Modélisation et Architecture de Systèmes Industriels Complexes

Réunion de rentrée étudiants M2 Conception, Modélisation et Architecture de Systèmes Industriels Complexes 1 Réunion de rentrée étudiants M2 Conception, Modélisation et Architecture de Systèmes Industriels Complexes Eric Goubault 08/09/2015 Pourquoi COMASIC? 2 notre société technologique repose sur des systèmes

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Master 2 Ingénierie de la Création Multimédia et Direction Artistique de Projet WebDoc Gr.3 Flora DOIN

Master 2 Ingénierie de la Création Multimédia et Direction Artistique de Projet WebDoc Gr.3 Flora DOIN Lieux Bordeaux Grenoble Lille Nancy Paris Rennes Saclay Sophia Antipolis Spécialités L'INRIA, placé sous la double tutelle des ministères de la recherche et de l'industrie, a pour vocation d'entreprendre

Plus en détail

Pôle européen de compétence en simulation numérique haute performance

Pôle européen de compétence en simulation numérique haute performance www.teratec.eu Pôle européen de compétence en simulation numérique haute performance L Association TERATEC La Technopole TERATEC Le Campus TERATEC L Association TERATEC Les membres La conception et la

Plus en détail

L INRIA, institut français des STIC. (en Île-de-France) 24 septembre 2009

L INRIA, institut français des STIC. (en Île-de-France) 24 septembre 2009 1 L INRIA, institut français des STIC (en Île-de-France) 24 septembre 2009 Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique 2 Institut dédié aux Sciences et Technologies de l Information

Plus en détail

Projet de chaire CFM- ENS sur Modèles et Sciences des Données

Projet de chaire CFM- ENS sur Modèles et Sciences des Données Projet de chaire CFMENS sur Modèles et Sciences des Données Chaire portée par Florent Krzakala et Stéphane Mallat 1. DES MODELES ET DES DONNEES Un des enjeux de la science moderne est de modéliser des

Plus en détail

Correction de programmes : Logique de Hoare

Correction de programmes : Logique de Hoare 16 juillet 2009 Logique et informatique Vis-à-vis de l informatique la logique a au moins 2 rôles : 1 Externe et théorique (fondements de l informatique - Électif en S4) : Logique comme méta-informatique

Plus en détail

GENERALITES SUR LES SYSTEMES D EXPLOITATION

GENERALITES SUR LES SYSTEMES D EXPLOITATION CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LES SYSTEMES D EXPLOITATION Objectifs spécifiques Connaître la définition d un système d exploitation Connaître le rôle d un système d exploitation Connaître les classes des

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage.

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage. MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : INFORMATIQUE Spécialité :

Plus en détail

LICENCE. Informatique

LICENCE. Informatique LICENCE Qu est-ce que l informatique? L informatique est la science du traitement automatique de l information. Des données numériques issues de supports variés (texte, image, son, vidéo) sont représentées,

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay

Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay 1 Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay Eric Goubault, Sylvie Putot, Alexandre Chapoutot, Laurent Pautet Eric.Goubault@polytechnique.edu,

Plus en détail

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales Introduction Le constat Le constat est unanime : «Les élèves ne connaissent plus

Plus en détail

Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones

Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones Mathias Péron journée des doctorants de MSTII Le laboratoire Verimag domaine logiciels et systèmes temps réel critiques. tutelles

Plus en détail

Circuits multi-horloges: métastabilité et synchronisation

Circuits multi-horloges: métastabilité et synchronisation Circuits multi-horloges: métastabilité et synchronisation Gérard Berry Collège de France Chaire Algorithmes, machines et langages http://www.college-de-france.fr/site/gerard-berry gerard.berry@college-de-france.fr

Plus en détail

Sommaire. AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015

Sommaire. AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015 lundi 6 juillet 2015 Sommaire AXA et Polytechnique s offrent une chaire de data science orientée assurance Silicon.Fr - 02/07/2015 «Data Science for Insurance Sector», la montée en Chaire commune d AXA

Plus en détail

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves (atelier animé par l académie de Besançon) Le fil conducteur

Plus en détail

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux.

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux. Devenir docteur Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA Institut de mathématique de Bordeaux 10 décembre 2008 Lambda (IMB) Devenir docteur 10 décembre 2008 1 / 18 Plan Qu est ce qu

Plus en détail

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires École de bibliothéconomie et des sciences de l information SCI6052 Information documentaire numérique Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

Plus en détail

Tutoriel MATLAB-SIMULINK Projet UNIT 2009. Partenariat : Ecole des Mines d Alès Ecole des Mines de Saint Etienne Université de Nice Sophia-Antipolis

Tutoriel MATLAB-SIMULINK Projet UNIT 2009. Partenariat : Ecole des Mines d Alès Ecole des Mines de Saint Etienne Université de Nice Sophia-Antipolis Tutoriel MATLAB-SIMULINK Projet UNIT 2009 Partenariat : Ecole des Mines d Alès Ecole des Mines de Saint Etienne Université de Nice Sophia-Antipolis MATLAB MATLAB est un logiciel scientifique de calcul

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

Etudier l informatique

Etudier l informatique Etudier l informatique à l Université de Genève 2015-2016 Les bonnes raisons d étudier l informatique à l UNIGE La participation à des dizaines de projets de recherche européens Dans la présente brochure,

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

TYPOLOGIE DES BOURSES

TYPOLOGIE DES BOURSES TYPOLOGIE DES BOURSES BOURSE DE 2e CYCLE ORIGINE DU FINANCEMENT DOMAINES CONCERNES NIVEAU DUREE ET MONTANT DEPOT DES DEMANDES DATE LIMITE WEB Bourse du Gouvernement Français Affaires Etrangères 2e et 3e

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Baccalauréat universitaire (bachelor) en mathématiques et sciences informatiques

Baccalauréat universitaire (bachelor) en mathématiques et sciences informatiques Baccalauréat universitaire (bachelor) en mathématiques et sciences informatiques CONDITIONS GENERALES Art. A 3 Baccalauréat universitaire en mathématiques et sciences informatiques 1. La Faculté décerne

Plus en détail

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072 UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4072 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : Corps : Professeur des universités Article : 46-1 Chaire : Non Section 1 : 27-Informatique Section 2

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Histoire des ordinateurs

Histoire des ordinateurs Histoire des ordinateurs I- Représentation de l information et de la communication I-1 Schéma de base de la communication Une information est un fait, un événement susceptible d apporter de la connaissance.

Plus en détail

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL

PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL PLANIFICATION ET OPERATIONS INTEGREES DU TRANSPORT MULTIMODAL KEYWORDS : SYSTEMX, Transport, Multimodal, Simulation, Optimisation, Supervision CONTEXTE de l IRT SYSTEMX L IRT SystemX est un institut de

Plus en détail

L ADDITION BINAIRE. Quand vous faites une addition en décimal, vous faites la somme des chiffres se trouvant dans une même colonne.

L ADDITION BINAIRE. Quand vous faites une addition en décimal, vous faites la somme des chiffres se trouvant dans une même colonne. L ADDITION BINAIRE 1. Le principe Quand vous faites une addition en décimal, vous faites la somme des chiffres se trouvant dans une même colonne. Si la somme est inférieure à 10, alors vous posez le résultat

Plus en détail

Un exemple de langage synchrone : le langage Esterel

Un exemple de langage synchrone : le langage Esterel Un exemple de langage synchrone : le langage Esterel Frank Singhoff Bureau C-207 Université de Brest, France LISyC/EA 3883 singhoff@univ-brest.fr UE systèmes temps réel, Université de Brest Page 1/46 Sommaire

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

Double cursus en BioInformatique. Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud.

Double cursus en BioInformatique. Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud. Double cursus en BioInformatique Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud.fr Double cursus et Interdisciplinarité Mon propre parcours

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 - Evénements et architectures - Spécifications de performances

Plus en détail

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS LICENCE MATHÉMATIQUES. www.univ-littoral.fr

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS LICENCE MATHÉMATIQUES. www.univ-littoral.fr SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS LICENCE www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION L objectif de la licence Mathématiques est, non seulement de donner une solide formation initiale en mathématiques

Plus en détail

Les médaillés et lauréats de la Recherche Université Nice Sophia Antipolis

Les médaillés et lauréats de la Recherche Université Nice Sophia Antipolis 2014 Les médaillés et lauréats de la Recherche Université Nice Sophia Antipolis Andrew COMPORT Chargé de recherche CNRS Maxime MEILLAND Post-doctorant Laboratoire d Informatique, Signaux et Systèmes de

Plus en détail

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Pierre Letouzey 1 pierre.letouzey@inria.fr PPS - Université Denis Diderot Paris 7 janvier 2012 1. Merci à Y. Régis-Gianas pour les transparents Qu est-ce qu une

Plus en détail

Electricité et Informatique (DEL)

Electricité et Informatique (DEL) RS430.100.15. 1/5 La description de module définit les conditions cadres du déroulement de l enseignement des matières du module. Filière(s) Microtechniques (MIC) Orientation - Public Plein temps Unités

Plus en détail

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl.

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl. université catholique de louvain louvain-la-neuve, belgique Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? raisonner théorie appliquer apprendre examens concevoir bachelier référentiel universitaire

Plus en détail

1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences

1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences 1. Identification du programme 1.1 Titre du programme Maîtrise ès sciences (informatique) 1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences 1.3 Diplôme accordé M. Sc. (Informatique)

Plus en détail

CHRONIQUE ARCHITECTE D ORDINATEURS AUJOURD HUI. Quelques réflexions sur les challenges actuels

CHRONIQUE ARCHITECTE D ORDINATEURS AUJOURD HUI. Quelques réflexions sur les challenges actuels CHRONIQUE ARCHITECTE D ORDINATEURS AUJOURD HUI Quelques réflexions sur les challenges actuels Introduction Du point de vue matériel, un ordinateur est toujours constitué par au moins un processeur, de

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

Conférence Réflexion :

Conférence Réflexion : Conférence Réflexion : Samedi 6 avril 2013 au Centre Universitaire Méditerranéen A Nice Avec la participation du Pr Jacques Foos 1 SOMMAIRE 1. Communiqué de presse...p3 2. Programme de la conférence...p4

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

fichiers Exemple introductif : stockage de photos numériques

fichiers Exemple introductif : stockage de photos numériques b- La Gestion des données Parmi les matériels dont il a la charge, le système d exploitation s occupe des périphériques de stockage. Il s assure, entre autres, de leur bon fonctionnement mais il doit être

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

Licence Culture humaniste et scientifique

Licence Culture humaniste et scientifique Licence Culture humaniste et scientifique Objectifs de la formation La licence Culture humaniste et scientifique est une formation à l interdisciplinarité. Son objectif n est pas de juxtaposer des disciplines,

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES

L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES 17 L'INFORMATIQUE DANS LES ÉCOLES ET LES COLLÈGES Quelle est la place de l'informatique dans les trois livres de poche publiés récemment par le Ministère de l'éducation nationale et le CNDP? ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE

Plus en détail

Master Modélisation en Hydraulique et Environnement (MHE)

Master Modélisation en Hydraulique et Environnement (MHE) Master Modélisation en Hydraulique et Environnement (MHE) Université Tunis El Manar Etablissement : ENIT BP.37 1002 Tunis le Belvédère Tel :71 874 700 Fax : 71 872 729, http://www.enit.rnu.tn Ecole Doctorale

Plus en détail

Analyse de programme

Analyse de programme Analyse de programme À quoi ça sert? Comment ça marche? Bertrand Jeannet et Alain Girault INRIA Rhône-Alpes 25 janvier 2012 A. Girault et B. Jeannet (INRIA) Analyse de programme 25 janvier 2012 1 / 41

Plus en détail

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière 1/38 Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière Thierry Moyaux http://damas.ift.ulaval.ca/~moyaux Proposition

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE

STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE STATUTS DE L ECOLE DOCTORALE ECONOMIE PANTHEON SORBONNE Article 1 : Composition de l Ecole doctorale L Ecole doctorale Economie Panthéon Sorbonne (EPS) regroupe les unités et équipes de recherche qui concourent

Plus en détail

Nouveaux matériels de captation haute précision

Nouveaux matériels de captation haute précision Nouveaux matériels de captation haute précision Thierry Coduys, Cyrille Henry La kitchen - 5 rue Laugier 75017 PARIS Thierry.coduys@la-kitchen.fr, Cyrille.henry@la-kitchen.fr Résumé Les débits des lignes

Plus en détail

Le Collège de France, une institution d exception

Le Collège de France, une institution d exception INFORMATION Le Collège de France, une institution d exception Collège de France, a special institution Pierre CORVOL * Seule institution d enseignement supérieur à avoir traversé les siècles sans que sa

Plus en détail

Centre de Morphologie Mathématique (1)

Centre de Morphologie Mathématique (1) Centre de Morphologie Mathématique (1) directeur: J.. SERRA chefs de de groupes: S. S. BEUCHER (industrie) D. D. JEULIN (physique) F. F. MEYER (multimédia) J.C. KLEIN (electronique) Effectif :: 7 scientifiques

Plus en détail

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2)

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2) Objectifs du cours d aujourd hui Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet Complexité des problèmes Introduire la notion de complexité d un problème Présenter

Plus en détail

L Ircam, institution du dialogue art-science

L Ircam, institution du dialogue art-science L Ircam, institution du dialogue art-science Hugues Vinet 1 1. STMS, IRCAM-CNRS-UPMC IRCAM, 1 place Igor Stravinsky, 75004 Paris, France hugues.vinet@ircam.fr 1. Jalons historiques et liens institutionnels

Plus en détail

Systèmes temps réel Concepts de base. Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen

Systèmes temps réel Concepts de base. Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen Systèmes temps réel Concepts de base Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen 1 Systèmes temps réel - Choix Gestion des ressources Ordonnancement ( Scheduling ), Tolérance aux fautes

Plus en détail

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2 Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Amt für Unterricht der Sekundarstufe 2 CANTON

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail