Le chèque falsifié: le banquier, son client et le.faussaire - Responsabilités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le chèque falsifié: le banquier, son client et le.faussaire - Responsabilités"

Transcription

1 Le chèque falsifié: le banquier, son client et le.faussaire - Responsabilités u ~ c: J ) ~ S'il n'est plus contestable que le banquier tiré et le banquier présentateur sont respectivement garants de la régularité formelle du titre (1), il n'en demeure pas moins que les juges du fond, suivant en cela la jurisprudence de principe de la Cour de cassation (2). accordent une importance particulière à la recherche de la faute de la victime reconnue comme étant, en tout ou en partie, à l'origine de la création de son préjudice: responsable de ne pas avoir lu ses relevés de compte, de ne pas avoir surveillé son carnet de chèques, d'avoir manqué au devoir de contrôle de son salarié, généralement comptable ou employé de maison, qui profite de ses fonctions pour détourner les chèques en imitant la signature de l'employeur, personne physique, ou dirigeant social de la personne morale ((3) et e z )). - Au-delà du rappel des solutions, il est essentiel d'insister sur le fait que la défense civile du banquier passe nécessairement par l'examen du détail des faits que seul relate le dossier pénal - ensuite du déclenchement de l'action publique par la plainte avec constitution de partie civile de la victime ou par le ministère public saisi d'une plainte simple - qui contient, dans la quasi-totalité des cas, les éléments propres à démontrer que la victime est fautive. Reste que doivent être envisagées les modalités d'accès du banquier à la procédure pénale précisément en cours d'instruction, lorsque cette procédure est déclenchée par la victime, et en tout cas à la communication et à l'exploitation de ses éléments, dans le cadre de la procédure pendante devant la juridiction commerciale ou civile, qui semblent ne pouvoir être effectuées qu'avec l'accord du ministère public, que ce soit pendant l'instruction ou postérieurement à sa clôture (4). Rappelons en effet qu'en matière d'abus de confiance, la chambre criminelle de la Cour de cas- (1) Casso corn., 9 juillet 2002, RJDA 2003, na' 60 et 61, p. 48. (2) Casso corn., 9 juillet 1996, Bull. civ. IV, na 202. (3) En ce sens: décisions inédites des tribunaux et cours: jugement Trib. gr. inst. Nanterre (6 e ch.), 10 novembre 2003, RG na 02/03482, non frappé d'appel; jugement Trib. gr. inst. Paris (g e ch., 2" sect.), 21 janvier 2004, RG na 01/15068; jugement Tr. gr. inst Paris (5 e ch.), 25 avril 2003, RG na , non frappé d'appel; arrêt C. Paris (5 e ch., sect. A), 14 mai 2003, RG na 1995/25157, non frappé de pourvoi; jugement Trib. gr. inst. Paris (g e ch., 2 e sect), 11 février 2004, RG na ; jugement Trib. corn. Paris, Il février 2004, inédit, RG na (4) Jugement Trib. gr. inst. Paris (17 e ch. corr., ch. de la presse), 18 novembre 2003, non frappé d'appel contra Gaz. Pal. du 5 août 2003, nos 215 à 217, " Pl aidoyer pour la libre communication par l'avocat des éléments d'un dossier pénal d'instruction en cours ". Vincent NIORÉ Avocat associé B. Moreau-Avocats Ancien secrétaire de la Conférence Anne DROCHON Avocat B. Moreau-Avocats sation permet au banquier, détenteur précaire des deniers détournés au moyen de chèques falsifiés, de se porter partie civile, notamment par voie d'intervention volontaire dans le cadre de l'instruction en cours, au motif que ce délit porte directement préjudice non seulement au propriétaire mais égalèment au détenteur précaire des deniers détournés (5). - Dans le schéma classique de la circulation d'un chèque, le tireur émet un chèque qu'il remet au bénéficiaire, lequel le porte à l'encaissement sur le compte ouvert dans les livres de sa banque - la banque présentatrice - qui le présente au paiement au banquier du tireur - la banque tirée - qui le règle. Mais il arrive qu'un tiers intervienne pour pervertir le processus de circulation, entrer en possession du chèque qu'il s'attribue après en avoir modifié certaines des mentions dont précisément l'indication du montant, du bénéficiaire ou la signature. Les dispositions de l'article 35 du décret loi de 1935, aujourd'hui codifiées à l'article L du Code monétaire et financier, prévoient une présomption de libération du banquier tiré qui, payant un chèque non frappé d'opposition, est théoriquement valablement libéré. Mais cette solution n'est pas sans nuances car pour que le principe s'applique, il est nécessaire d'être en présence d'un titre qui a valeur légale de chèque. Si la signature apposée sur la formule de chèque n 'est pas celle du titulaire du compte à débiter, le chèque se trouve être faux dès l'origine en sorte qu'une de ses mentions obligatoires faisant défaut, il ne vaut pas titre de paiement et par conséquent, la présomption prévue par les dispositions de l'article 35 du décret loi de 1935 ne s'applique pas: le banquier tiré qui a payé n'est pas valablement libéré. Il lui appartiendra, pour limiter les conséquences pécuniaires de sa responsabilité, de prouver la faute de la victime qui permet de restaurer alors le débat sur l'existence ou non d'une anomalie grossière et apparente que le banquier aurait dû déceler. En revanche, si la signature du tireur est authentique, mais que le chèque a cependant fait l'objet (5) Casso crim., 8 janvier Dr. pén., 1998, comm. 73; 16 mai 2003, Dr. pén. 2003, chrono 24. MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1 er JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 3

2 w 2 -g: t U o ~ de falsifications postérieures à son émission, la présomption de libération du banquier tiré s'appliquera pleinement mais elle pourra être renversée s'il est établi qu'il a commis une faute, en particulier au regard des vérifications qui lui incombent de déceler les seules anomalies grossières et apparentes (lavage, grattage, surcharge... ) en exécution de son obligation générale de vigilance. - En effet, le banquier est soumis à deux obligations apparemment paradoxales, celles de vigilance et de non-ingérence, qu'il doit mesurer voire équilibrer en pratique au cas par cas. Le devoir général de vigilance consiste pour le banquier à «prêter attention à certaines opérations réalisées par ses clients et qui transitent par leur compte bancaire, dès lors qu'elles présentent un caractère anormal» (6). Les anomalies qui doivent alerter le banquier sont celles qu'il devrait remarquer sans investigation ou recherche particulière en sorte que la notion d'opération anormale dépend des circonstances de chaque espèce: elle s'analyse in concreto. Les auteurs distinguent les anomalies matérielles, comme la remise d'un chèque gratté ou surchargé, des anomalies intellectuelles, qui consistent en des opérations inhabituelles sur le compte du client, par exemple, de fréquents et importants retraits en contradiction, par exemple, avec les ressources déclarées du titulaire du compte. Dans le domaine des chèques falsifiés, les anomalies matérielles peuvent en général être détectées par l'observation du chèque; il n'est aucunement nécessaire de connaître les habitudes du tireur ou l'historique des mouvements de son compte. En revanche, tel n'est pas le cas des anomalies intellectuelles qui supposent que le banquier procède à une étude plus ou moins étendue du compte de son client pour déterminer ses habitudes et les confronter à l'opération en cause. L'obligation de non-ingérence restreint alors l'étendue du devoir de vigilance. En effet, le devoir de non-ingérence a été dégagé par la jurisprudence au début du 20 e siècle; il est fondé sur des principes théoriques, comme le droit au respect de la vie privée (articles 9 du Code civil et 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales), le droit au secret des affaires, mais aussi sur des considérations pratiques selon lesquelles le nombre des opérations effectuées par la clientèle, en particulier en matière de chèque, empêche évidemment le banquier de les contrôler en permanence dans leur totalité. (6) Jérôme Lacotte, Quelles limites au devoir de non-ingérence de la banque?, Banque et Droit no 65, p. 10. Ainsi, en vertu de cette obligation de discrétion, le banquier doit se conformer aux ordres qu'il reçoit de son client et les exécuter sans s'immiscer dans les affaires de ce dernier ; il n'a notamment pas «à procéder à des investigations sur l'origine et l'importance des mouvements de compte de ses clients», ni à «s'immiscer dans les opérations financières ou commerciales à l'origine des mouvements de fonds dont il assure l'exécution» (7 ). La doctrine a pu écrire que «les magistrats veillent, sur le plan civil, à une interprétation stricte des exceptions à ce devoir d'abstention (... J» (6). En effet, la ligne de partage des territoires respectifs des devoirs de vigilance et de non-ingérence ne se fait pas systématiquement dans le même sens ; la préservation du secret des affaires ne prime la protection du tireur que de manière relative car le banquier n 'a pas à détecter ce qui n'est pas grossier et apparent sauf à violer son devoir de noningérence. Aussi il convient de distinguer le type d'irrégularités affectant le chèque, susceptibles d'entraîner la responsabilité du banquier (1), des fautes du tireur du chèque, causes d'exonération totale ou partielle de cette responsabilité (2). 1. LES IRRÉGULARITÉS DU CHÈQUE SUSCEPTIBLES D'ENTRAÎNER LA RESPONSABILITÉ DU BANQUIER D'une manière générale, l'examen des types d'irrégularités affectant le chèque permet de constater qu'un sort différent peut être réservé au banquier tiré ou au banquier présentateur d'autant que la responsabilité de l'un peut exclure parfois celle de l'autre ou au contraire n'avoir aucune incidence. En effet, la chambre commerciale de la Cour de cassation a pris soin de préciser par son arrêt du 3 décembre 2002, que la faute éventuellement commise par la banque présentatrice ne peut qu'ouvrir une action récursoire au profit de la banque tirée, mais non décharger celle-ci de sa responsabilité à l'égard de la victime du paiement irrégulier (8). La responsabilité du banquier tiré sera essentiellement recherchée à travers l'exercice de sa vigilance s'agissant de l'examen de la signature du chèque annoncée comme apocryphe alors que celle du présentateur sera centrée sur la vigilance au moment de l'ouverture du compte et de l'examen du nom du bénéficiaire du chèque lors de son encaissement. Au plan de la régularité formelle du titre, certes, (7) Casso co rn., 10 mars 1987, Gaz. Pal. du 23 juin 1987, p. 131 ; C. Paris (5 e ch. sect. A). 14 mai 2003, HG 1995 /25157, inédit, arrêt non frappé de pourvoi. (8) Casso corn., 3 décembre 2002, Bull. civ. IV, n GAZE TTE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUI LLET 2004

3 chacune des mentions du chèque peut faire l'objet d'une irrégularité, mais certaines d'entre elles semblent être considérées comme anecdotiques ou ne pas poser de réelles difficultés pratiques, la jurisprudence étant de surcroît, quant à elle, bien établie l a date, le lieu et le mo ntant du chèque La date, le lieu et le montant retiendront dans un premier temps notre attention. La date Les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier prévoient que l'indication de la date du chèque fait partie de ses mentions essentielles. Aussi, la jurisprudence (9) a-t-elle décidé, notamment sur le fondement des dispositions de l'article L du Code monétaire et financier, que le titre sur lequel ne figure pas l'année, le mois et le jour où il a été créé, ne vaut pas comme chèque. Mention essentielle du chèque, la date peut, elle aussi, faire l'objet de falsification. Cependant, la fausseté de la date ne retentit pas nécessairement sur la validité du chèque (lo). Dès lors, le banquier tiré qui a payé un chèque dont la date est précisée mais a été falsifiée est régulièrement libéré et ne peut voir sa responsabilité engagée de ce seul fait. Le lieu Les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier prévoient également «l'indication du lieu où le paiement doit s'effectuer» parmi les mentions essentielles du chèque, et celles de l'article L du même Code précisent que l'indication du lieu d'émission peut être suppléée par le lieu désigné à côté du nom du tireur. Rappelons que si le défaut de mention du lieu de création du chèque est sanctionné par sa nullité (11), en revanche, il n'entraîne pas de véritable répercussion pratique sur la responsabilité du banquier tiré car les falsifications relatives au lieu d'émission sont relativement peu fréquentes en fait et on peut admettre qu'une telle irrégularité ne pourrait entraîner à elle seule la responsabilité du banquier tiré. Le montant Les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier prévoient que le montant du chèque en constitue une des mentions essentielles dont la falsification se rencontre de manière récurrente en fait. (9) Casso com., 24 juin 1997, Bull. civ. IV, no 199. (10) Trib. gr. inst Seine, 6 juillet 1966, RTD com. 1967, p (11 ) C. Paris, 5 juillet 1952, ICP li Preuve informatique et internet Avis d'experts et Assistance ().I ~ ",ml ) Nos spécialistes répondent à vos questions techniques. Ils interviennent également pour l'expertise de disques durs, l'analyse de l'utilisation internet et des s, la récupération des fichiers effacés, l'assistance à huissier. Krull Ontrack~ Certes, une telle falsification ne permettra pas, en elle-même, de mettre en jeu la responsabilité du banquier tiré qui a payé le chèque, sauf à ce qu'elle soit grossière et apparente. D'autres mentions du chèque, qui peuvent également faire l'objet d'irrégularités, posent plus de difficultés pratiques; il s'agit de la signature, du nom du bénéficiaire et de celles qui doivent figurer sur un chèque de banque. Elles méritent une attention accrue l ' irrégula rité te nant à la sig nature du chèque Elle concerne plus particulièrement le banquier tiré (puisque c'est lui qui, en principe, connaît le mieux le tireur) (12). En pratique, il s'agit de l'une des irrégularités les plus fréquentes: la ou les formules de chèques vierges, en tous cas non signées, ont été perdues, volées ou détournées et leur auteur qui les a captées, les a lui-même signées par imitation ou non de la signature du titulaire. Le faussaire est à même d'imiter, avec plus ou moins de dextérité, la signature du véritable titulaire du chèque parce qu'il le côtoie; généralement, il s'agira du préposé d'une société - dont la pratique nous démontre souvent qu'il a accès à la comptabilité et aux instruments de paiement de la société - et dont l'employeur devra répondre par application des dispositions de l'article 1384, alinéa 5 du Code civil (13). La présomption de libération prévue par les dispositions de l'article 35 du décret loi de 1935 ne trouve pas à s'appliquer dans cette hypothèse: le banquier tiré qui a payé n'est pas valablement libéré de son obligation de restitution, il devra en principe rembourser son client du montant du chè- (12) Trib. com. Paris, 11 février 2004, inédit RG na (13) Trib. gr. inst. Paris (9" ch., 2" sect. ), 21 janvier 2004 précité, na RG 0l/15068 ; Trib. gr. inst. Nanterre (6 e ch.), 10 novembre 2003, précité, no RG 02/ MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 5

4 w Z que en application des dispositions de l'article 1937 du Code civil. Aussi, avant de débiter le compte de son client du montant d'un chèque, le banquier tiré doit vérifier la concordance entre la signature apposée sur la formule de chèque et le spécimen figurant sur le carton de signature qu'il possède car seul le tireur est autorisé à lui donner les instructions qu'il doit exécuter sur son compte. Ainsi, plusieurs décisions rendues par la chambre commerciale de la Cour de cassation ont retenu qu'en l'absence de faute du déposant, le banquier tiré qui, même en l'absence de faute de sa part (iinitation parfaite de la signature) a payé sur présentation d'un faux ordre, n'est pas libéré de son obligation de restitution à l'égard de son client et doit donc recréditer son compte du montant du chèque (14). Aussi, si dans l'hypothèse où la signature étant parfaitement imitée, le banquier tiré reste soumis à une obligation de restitution alors même qu'il aurait respecté son obligation générale de vigilance et comparé scrupuleusement la signature figurant sur le chèque à celle du spécimen en sa possession, l'application de cette solution est sans condition du constat de la matérialité de la contrefaçon. En effet, il suffit que le juge civil établisse que la signature était fausse dès l'origine (15) sans que la fausseté du titre soit constatée par le juge pénal; la formule de la Cour de cassation ne suscite pas sur ce point l'interprétation: «en l'absence de faute de la part du déposant, ou d'un préposé de celui-ci, et même s'il n'a lui-même commis aucune faute, le banquier n'est pas libéré envers le client qui lui a confié des fonds quand il se défait de ces derniers sur présentation d'un faux ordre de paiement revêtu dès l'origine d'une fausse signature et n'ayant eu à aucun moment la qualité légale de chèque». Mais il lui est possible de limiter cette obligation de restitution, voire de l'exclure en prouvant que le titulaire du compte a commis une faute à l'origine de la création de son propre préjudice, comme c'est d'ailleurs souvent le cas en pratique. En revanche, pour le cas où la preuve de la fausseté ne serait pas apportée par le constat qu'en a fait le juge, le banquier tiré n'engagerait sa responsabilité que dans l'hypothèse où il n'aurait pas décelé l'imitation grossière et apparente de la signature (16). Le banquier tiré n'a pas à procéder à un examen particulier du chèque qui lui est présenté ou à posséder les compétences d'un expert en écritures; il (14) Casso com. 24 novembre 2000, RD européen de la consommation 2000, p. 234; 10 octobre 2000, Banque magazine 2001, no 622, p. 75. (15) Casso corn., 26 novembre 1996, Bull. civ. IV, no 238 ; 28 novembre 1995, D. Affaires ; 9 juillet 1996, Bull. civ. IV, no 202. (16) C. Paris (ISe ch. A), 11 septembre 2001, D. 200l lui faut seulement procéder à un examen rapide mais efficace pour relever les différences évidentes entre la signature figurant sur le chèque et le spécimen en sa possession Irrégularité tenant à la mention du bénéficiaire Les irrégularités tenant à la mention du bénéficiaire d'un chèque peuvent, comme nous l'avons vu précédemment, consister en un grattage, une surcharge ou un lavage. La responsabilité du banquier présentateur dépendra alors, comme nous l'avons déjà évoqué pour l'irrégularité de la signature, du caractère apparent et grossier de l'anomalie. Il existe cependant des situations, celles en particulier de la mention d'un double nom ou d'un endos irrégulier, qui sont plus complexes et pour lesquelles les solutions retenues sont d'une application plus délicate La mention d'un double nom Cette situation se rencontre assez souvent, en particulier dans le domaine de l'assurance: le tireur d'un chèque le signe et le remplit entièrement de sa main, mais postérieurement, une tierce personne - qui peut être celle à qui le tireur a remis le chèque s'il ne s'agissait pas de son bénéficiaire direct, par exemple l'agent d'assurance ou le courtier - ajoute son propre nom ou celui d'un tiers sur la ligne réservée au bénéficiaire, la compagnie d'assurance. Lorsque le chèque est libellé au nom de deux bénéficiaires, il ne peut en principe être encaissé qu'avec le consentement des deux (17) sous réserve du jeu des dispositions de l'article 121 du Code civil dans le cas où les deux bénéficiaires sont mariés (18). La chambre commerciale de la Cour de cassation a maintenu cette solution par une décision rendue le 3 décembre 2002 (19) ; les faits dont la Haute juridiction a eu à connaître étaient les suivants. La société Batimo a remis à M. X, courtier en assurance, un chèque tiré sur son compte à sa banque, à l'ordre des Mutuelles du Mans en règlement d'une prime d'assurance. Le courtier a alors ajouté son nom à celui du bénéficiaire initial. Le chèque a ensuite été débité au profit de M. X. La société Batimo a alors assigné sa banque tirée, en restitution de la somme payée à M. X, par application des dispositions de l'article 1932 du Code civil. (17) Casso corn., 3 janvier 1996, Bull. IV, no l. (18) Casso com., 21 novembre 2000, Bull. IV, no 177. (19) Casso cam. 3 décembre 2002, GAZETTE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004

5 La Cour de cassation a jugé que: «(... ) l'examen de l'original du chèque fait apparaître le rajout de la mention «M. X» à la suite du nom «Mutuelles du Mans», ce dont il ressort que le chèque était émis au bénéfice de deux personnes distinctes ; La Cour d'appel (... ) en a déduit justement, dès lors que la banque n'a jamais prétendu avoir reçu l'ordre de son client de payer à M. X, que le paiement opéré est irrégulier». Pour la doctrine, «le banquier avait sans doute négligé des indices susceptibles de révéler la fraude. Plus précisément, le versement du chèque sur un compte non professionnel et non commun aurait dû l'alerter sur la réalité des pouvoirs de l'auteur du détournement à encaisser le chèque. Il aurait dû ainsi vérifier si ce dernier était bien le porteur légitime ou s'assurer du consentement de l'autre bénéficiaire figurant sur le chèque» (20). Le critère de la responsabilité du banquier réside dans l'intention réelle de son client car la simple mention du double bénéficiaire peut constituer l'anomalie qui devrait conduire le banquier tiré à contacter préalablement le tireur pour lui demander confirmation de sa véritable intention. En revanche, du côté du présentateur, la solution doit être modulée selon que les bénéficiaires mentionnés sont ou non titulaires d'un compte joint car dans ce dernier et seul cas, le banquier présentateur sera valablement libéré en créditant le compte joint ouvert au nom de deux titulaires concurremment bénéficiaires du chèque (21). En effet, la première chambre civile de la Cour de cassation, par son arrêt du 18 septembre 2002 (22), décide de manière constante et répétée «qu'un chèque portant la mention de sa transmissibilité au seul profit d'une banque, d'une Caisse d'épargne ou d'un établissement assimilé ne peut être encaissé par cet établissement, qu'en vue de la remise de son montant au bénéficiaire du chèque, sauf le cas où cet établissement l'a reçu en paiement d'une somme due à lui-même, et alors que ni le bénéficiaire du chèque ni son mandataire ne peuvent ordonner que son montant en soit directement remis à un tiers» et casse l'arrêt de la Cour d'appel de Besançon qui avait décidé que le banquier présentateur n'était pas tenu de vérifier l'étendue du mandat donné par le bénéficiaire du chèque à un tiers. La Cour suprême a maintenu la solution dégagée par un arrêt précédent de la chambre commer- (20) Jamel Djoudi, note sous Casso corn.. 3 décembre 2002, D (21 ) Trib. corn. Paris, 9 décembre 2002, RG na , inédit, jugement frappé d'appel. qui retient la responsabilité des banques présentatri ces au motif qu'elles ont accepté à l' encaissem ent des chèques libellés à un ordre différent de celui du titulaire du compte et en outre que celte désignation du titulaire a été faite avec deux écritures différentes, en sorte qu' ij s'agit là d'une faule grave des banques concernées. (22) Casso ), c civ., 18 septembre 2002, Légifrance, no pourvoi ciale (23) par lequel elle avait rejeté le pourvoi formé par la banque contre l'arrêt de la Cour d'appel de Paris du 20 novembre 1998 qui avait condamné le banquier présentateur pour avoir pris à l'encaissement des chèques sur lesquels l'agent général avait ajouté son nom à côté de celui de la Compagnie au motif qu'il n'existait aucune convention de trésorerie commune ou aucun compte joint. Cependant, si l'on interprète strictement la solution dégagée par la première chambre civile par son arrêt du 18 septembre 2002, selon laquelle ni le bénéficiaire du chèque ni son mandataire ne peuvent ordonner que son montant en soit directement remis à un tiers, force est de constater que l'agent mandataire de la Compagnie, qui a spontanément reçu des clients des chèques portant son nom et celui de la Compagnie, n 'est pas un tiers, au contraire de l'agent qui ajoute délibérément son nom sur les chèques libellés au seul ordre de la Compagnie sauf convention de trésorerie commune ou compte joint. Cela dit, la similitude ou la différence de calligraphie des noms semble n'avoir aucune incidence : il importe peu que les noms des bénéficiaires apparaissent, même à la suite d'un examen minutieux, écrits par la même personne; lorsque les bénéficiaires ne sont pas titulaires d'un compte joint et que le tireur n'a pas donné d'instructions particulières en ce sens au banquier tiré, ce dernier, qui n'a pas interrogé son client sur sa véritable intention, engagera sa responsabilité. On peut cependant s'interroger sur la conformité de cette obligation imposée au banquier tiré comme au banquier présentateur avec le respect du devoir de non-ingérence qui, rappelons-le, consiste à ne pas s'immiscer dans les affaires des clients. En effet, lorsque l'anomalie que doit détecter le banquier n'est plus seulement matérielle mais aussi intellectuelle alors même que la calligraphie est identique, le banquier tiré devra se renseigner sur l'intention véritable de son client alors que le banquier présentateur devra vérifier l'adéquation des noms des deux bénéficiaires avec celui du ou des titulaire(s) du compte. Il faut en conclure que la frontière entre devoir de vigilance et obligation de non-ingérence est franchie ou à tout le moins, est sur le point de l'être la mention d'un endos irrégulier Dans cette hypothèse, l'ensemble des mentions figurant au recto du chèque sont régulières; ni la signature, ni le nom du bénéficiaire, ni même la date ou le montant n'ont fait l'objet de la moindre altération. L'anomalie ne concerne que l'endos figurant au verso du chèque. (23) Casso corn. 23 octobre 2001, Légifrance, no pourvoi M ERCREDI 30 JUIN. JEUDI ' " JUILLET 2004 GAZE TTE DU PALA IS 7

6 w Z La question se pose de savoir si le banquier tiré est valablement libéré lorsqu'il paie un chèque dont le nom de l'endosseur ne correspond pas à celui du bénéficiaire; il s'agit d'apprécier le verso du chèque qui se trouve être couvert par le secret bancaire (dont la communication en justice ne peut intervenir qu'avec l'extinction d'une procédure pénale et la communication de ses éléments au juge civil, pour en apprécier la régularité). Plusieurs décisions ont mis hors de cause le banquier tiré, en particulier un arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation du 26 mars 1973 (24) qui a jugé que le banquier présentateur était seul «en mesure de déceler, en fait, les anomalies des endos résultant de la fausse qualité de fondé de pouvoir de la Compagnie Le Monde, pris par Gallet et de l'adresse inexacte qui avait été portée sur cet endos; qu'elle [la Cour d'appel] a pu en conséquence, décider que [le banquier tiré] n'avait commis aucune faute» Le cas particulier des irrégularités des ment ions d' un chèque de banque Le chèque de banque est défini comme «un chèque tiré par une banque sur ses propres caisses ou sur un compte tenu dans un autre établissement, présentant un attrait particulier pour le bénéficiaire qui est sûr d'être payé puisqu'il y aura de fait toujours provision» (25). La Cour de cassation, dans un arrêt du Il février 2003 (26), a eu à connaître de la responsabilité du banquier ayant tiré un chèque de banque falsifié postérieurement à sa création. Les faits soumis à la chambre commerciale étaient les suivants: Une société a livré à une autre de la marchandise pour un prix de F contre remise d'un chèque de banque de ce montant. Le banquier tiré a refusé d'honorer ce chèque de banque au motif qu'il avait été émis pour un montant considérablement inférieur de F, en sorte qu'il avait été falsifié postérieurement à son émission. La société bénéficiaire du chèque de banque a assigné le banquier tiré, en responsabilité. La Cour d'appel a condamné la banque qui a alors formé un pourvoi en cassation. La chambre commerciale a tout d'abord approuvé la Cour d'appel en ce qu'elle avait énoncé que la banque pouvait «voir sa responsabilité recherchée dans le cadre de son obligation générale de prudence et de sécurité, soit pour n'avoir pas libellé le montant du chèque en lettres, soit (24) Casso corn., 26 mars 1973, BuU. civ. IV, no 132. (25) Dictionnaire Lamy du droit du financement 2003, p (26) Casso corn., Il février 2003, ICP Il pour n'avoir pas utilisé un procédé de marquage ou d'impression indélébile offrant toute garantie de sécurité». Elle a ensuite en l'espèce désavoué la Cour d'appel qui n'avait retenu aucun défaut de vigilance «alors qu'elle avait constaté que le directeur financier de la société PLV [le bénéficiaire] avait, à 12 heures 23, pajjaitement compris qu'il n'avait pas encore confirmation de la valeur du chèque, ce dont il résultait que pouvait lui être reprochée une faute pour avoir livré du matériel sans attendre que la banque émettrice du chèque lui apporte toutes les assurances sollicitées quant à la régularité du chèque, et notamment en son montant». Force est de constater, comme le souligne Annabelle Gauberti, que «c'est la première fois qu'est reconnue l'existence d'une obligation générale de prudence et de sécurité à la charge du banquier ayant tiré un chèque de banque» (26). On peut penser qu'une telle obligation dépasse le devoir de vigilance traditionnellement imposé au banquier en matière de chèque. La Cour d'appel justifie l'origine de cette obligation en raisonnant par analogie: elle a en effet estimé que le régime applicable aux chèques certifiés était transposable au chèque de banque qui doit ainsi comporter le montant pour lequel il a été établi, au moyen d'un procédé de marquage ou d'impression indélébile offrant toute garantie de sécurité. Cette obligation générale de prudence et de sécurité semble être plus contraignante que la simple obligation de vigilance à laquelle le banquier était jusque-là tenu; il s'agit de «veiller à la sécurité et à l'inviolabilité des instruments de paiement mis à la disposition de leurs clients et agir, en toutes occasions, avec un maximum de prudence sans toutefois s'immiscer dans les affaires de leurs clients» (27), et il est permis de s'interroger sur son champ d'application. Précisément, cette solution est-elle «transposable à tout type de chèque (chèques ordinaires, chèques falsifiés, chèques postaux) et (... ) l'obligation générale de prudence et de sécurité est [elle] inhérente à toutes les activités de la banque tirant et émettant des chèques» (28)? Il est également possible d'admettre que cette obligation, particulièrement lourde pour la banque émettrice tirée qui doit garantir le paiement du montant inscrit sur le chèque de banque quel qu'il soit, même s'il a été falsifié, tient essentiellement au caractère particulier du chèque de banque qui, comme le rappelle la définition que nous avons (27) Annabelle Gauberti, note sous Casso corn., 11 février 2003, ICP II (28) Ibid. 8 GAZETTE DU PALAIS M ERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004

7 évoquée, est un instrument de paiement censé être sécurisé; les clients des banques y recourent pour la confiance qu'il inspire. Cela dit, la garantie apportée par le chèque de banque au client est celle d'être payé pour le montant pour lequel il a été créé, mais la jurisprudence précitée en fait une garantie d'être payé pour le montant pour lequel le chèque a été reçu La responsabilité du banquier présentateur comme moyen d'atténuation ou d'exonération de la responsabilité du banquier tiré Les fautes du banquier présentateur peuvent être commises à plusieurs niveaux: il peut tout d'abord s'agir d'une faute en amont de la falsification, lors de l'ouverture du compte par le falsificateur, mais également d'une faute au moment de la présentation du chèque au paiement Les fautes du banquier présentateur lors de l'ouverture du compte du falsificateur Les obligations auxquelles est soumis le banquier présentateur à cette étape des relations avec le client, sont fondées sur l'idée que l'ouverture d'un compte pourrait permettre au client d'accomplir des actes délictueux qui causent préjudice aux tiers, comme, par exemple, l'encaissement de chèques falsifiés. Les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier prévoient que le banquier doit, préalablement à l'ouverture d'un compte, vérifier l'identité du postulant personne physique, par la présentation d'un document officiel et qu'il peut s'agir de «tout document écrit probant». En fournissant à autrui, volontairement ou par imprudence, le moyen de causer préjudice aux tiers, le banquier commettrait alors une faute et c'est pourquoi, jurisprudence et législateur ont ainsi soumis le banquier à des obligations de vérification au moment de l'ouverture d'un compte à un nouveau client (cf. décret no du 22 mai 1992, article 33, relatif au chèque). Dans le cadre des litiges relatifs aux chèques falsifiés, il a cependant pu paraître difficile de fonder une mise en jeu de la responsabilité du banquier présentateur sur cette obligation de vérification au moment de l'ouverture du compte, du fait de l'absence de rapport direct entre les vérifications et le préjudice revendiqué. La jurisprudence toutefois se contente souvent dans cette hypothèse d 'un lien de causalité très lâche. Ainsi, la responsabilité du banquier présentateur peut elle aussi être mise en jeu, le cas échéant, concurremment à celle du banquier tiré. Les obligations auxquelles le banquier est soumis lors de l'ouverture d'un compte par un nouveau client tendent toutes au même but: identifier avec autant de précision que possible le client. En premier lieu, ces obligations consistent à vérifier l'identité du postulant au moyen d'un document officiel portant sa photographie et dont le banquier consigne les caractéristiques et références. La jurisprudence opère des distinctions relatives à la nature exacte du document officiel exigé; ainsi, elle admet un permis de conduire ou une carte nationale d'identité, mais elle rejette un certificat de réfugié politique ou une carte de séjour. En deuxième lieu, elles consistent à vérifier l'adresse du nouveau client, afin de confirmer la vérification d'identité et de repérer l'éventuelle falsification du document produit. Pour remplir cette obligation, il est d'usage que les banquiers envoient à l'adresse indiquée par le postulant une lettre d'accueil qui, si elle n'est pas retournée, fait présumer que l'adresse indiquée est exacte en sorte que la banque ne peut dans ce cas se voir imputer aucune faute lorsqu'elle accomplit cette diligence (29). Enfin, lors de l'ouverture du compte, les obligations du banquier consistent à vérifier la capacité et les pouvoirs du postulant, mais aussi sa profession, son honorabilité et sa solvabilité. Dans le cadre des litiges relatifs aux chèques falsifiés, ce sont surtout des fautes commises lors des vérifications concernant l'identité et l'adresse du remettant qui fondent la responsabilité du banquier présentateur. Si les vérifications obligatoires lors de l'ouverture du compte ont été effectuées intégralement, il est en principe possible d'identifier et souvent de localiser le falsificateur. Si au contraire, les vérifications ont été incomplètes ou sont erronées, l'auteur du détournement, qui est par ailleurs souvent en fuite, ne pourra pas être retrouvé et les nombreux «classements sans suite» des Parquets le démontrent Les fautes du banquier présentateur lors de la réception et de la présentation du chèque Si le banquier tiré est sans doute le mieux à même d'identifier une signature falsifiée car titulaire du carton de signature du tireur, le banquier présentateur, lui, est le premier à disposer du chèque et donc à devoir vérifier l'absence d'anomalie apparente. De plus, il est le seul à connaître le bénéficiaire du chèque: il est celui qui doit dénoncer en premier les irrégularités le concernant. (29) Trib. gr. inst. Paris (s e ch., 2 e sect.). 10 janvier 2003, RG 00/ MERCREDI 30 JUIN, JEUDI 1" JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 9

8 w Z - a: 1- u o ~ Obligation générale de contrôle de la régularité formelle du titre Le devoir de vigilance du banquier présentateur est ici particulièrement exposé. Les juges du fond retiennent constamment que le banquier présentateur doit vérifier que le chèque n'a pas été falsifié de manière grossière par surcharge manuelle notamment dans l'indication du nom du bénéficiaire et que la faute de la banque présentatrice est d'autant plus caractérisée lorsque le nom du titulaire du compte diffère de celui qui est mentionné dans la case bénéficiaire ( 30). La responsabilité du banquier présentateur peut être mise en cause sur le fondement des dispositions de l'article 1382 du Code civil s'il a accepté à l'encaissement un chèque affecté d'irrégularités ou d'anomalies apparentes. Ainsi, le banquier présentateur doit, comme le banquier tiré, mais avant lui, contrôler la régularité formelle du titre: il doit détecter les anomalies grossières et apparentes concernant les mentions figurant sur le chèque qui peuvent être constituées par une surcharge, un grattage ou un lavage du nom du bénéficiaire ou du montant ou par une divergence importante d'écritures entre les différentes mentions. Mais les anomalies peuvent également concerner la signature: il ne s'agit pas pour le banquier présentateur de comparer la signature figurant sur le chèque avec celle du tireur - le présentateur n'a a priori aucun moyen de comparaison -, mais il doit cependant remarquer une altération apparente, par exemple, des ratures indiquant que le signataire s'y est repris plusieurs fois pour tenter d'imiter la signature du tireur. Les anomalies apparentes que doit détecter le banquier présentateur ne sont pas seulement matérielles, elles peuvent également être intellectuelles. Ainsi, il est souvent reproché à la banque présentatrice de ne pas avoir vu son attention attirée par un chèque d'un montant important par rapport aux chèques habituellement remis par le client, ou par la fréquence de remises sans cause apparente. Un tel grief se heurte cependant au devoir de non-ingérence qui interdit au banquier de s'immiscer dans les affaires de son client et qui lui impose une obligation de discrétion sur la gestion du compte de ce dernier. De plus, on imagine mal que les banques puissent opérer ce contrôle sur tous les chèques qu'elles reçoivent et pour tous leurs clients; une telle logistique serait pour le moins difficile à mettre en place. En outre, la jurisprudence retient que l'importance du chèque falsifié par rapport à celle des chè- (30) Trib. gr. insl Nanterre (6 e ch.), jugem ent non frappé d'appel, précité. Ilote no 12. ques remis habituellement par le client n'est pas une anomalie en soi (31). Pour autant, le banquier présentateur n'est pas déchargé de tout contrôle des anomalies intellectuelles. En effet, si le montant important du chèque n'est pas une anomalie en soi, il peut le devenir lorsque d'autres circonstances permettent de douter de la régularité du chèque remis à l'encaissement, par exemple, «certains éléments objectifs du contexte laissent deviner l'illicéité de l'opération demandée: répétitions systématiques d'opérations, caractéristiques de la cavalerie (... )» (32). Enfin, le banquier présentateur peut également commettre une faute en ne signalant pas au tiré les anomalies qu'il aurait relevées. Aussi, le présentateur qui détecte une irrégularité ne peut-il pas se contenter de refuser l'encaissement du chèque, il lui faut également avertir le banquier tiré, sauf à engager sa responsabilité. Une jurisprudence ferme fait peser cette obligation sur le banquier présentateur (33), sans doute dans un souci de protection des usagers, en l'astreignant à une «tâche de police (... ) de la prévention des falsifications» (34) Obligation particulière dans l'hypothèse de la mention du nom de la banque et d'un numéro de compte réservé au bénéficiaire L'hypothèse est ici la suivante: un chèque est émis à l'ordre d'une banque dont le nom est suivi du numéro d'un compte ouvert dans les livres de cette banque ou mentionné au dos du chèque. Un chèque ainsi émis pose évidemment le problème de la légitimité de sa détention par le remettant. Se pose alors la question de savoir si le banquier doit refuser de l'honorer ou si, au contraire, le traiter comme n'importe quel autre type de chèque, sans prendre de précaution particulière. La solution, comme bien souvent, se situe entre ces deux extrêmes. Il faut d'abord noter que dans certaines circonstances particulières l'utilisation de ce type de chèques est imposée, par exemple pour les agents immobiliers qui doivent ainsi recevoir les versements de leurs clients sous forme de chèques établis à l'ordre de la banque tenant leur compte professionnel. De plus, les banques autorisent certains gros remettants, notamment les grandes surfaces, qui souhaitent faire l'économie d'un endossement des (31) Casso cam., 15 juin 1993, Bull. IV, no 239. (32) François Grua, Juris-classeur, Fasc. 150, no 125. (33) Casso corn., 15 novembre 1994, RTD com., 1995, p (34) Michel Cabrillac, note sous Casso corn., 15 novembre 1994, RTD corn., 1995, prée. 10 GAZETTE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004

9 titres, à faire rédiger les chèques par leurs clients directement à l'ordre de la banque. En dehors de ces deux cas, les règles devant guider le comportement du banquier dans ces hypothèses ont été posées, en particulier par deux arrêts de la Cour de cassation (35). Les faits qui ont donné lieu à la décision du 5 novembre 2002 étaient les suivants. M. X, comptable dans la société Vitry, a émis des chèques, tirés sur le compte de cette société ouvert dans les livres de la société nancéenne Varin Bernier (SNVB), indiquant comme bénéficiaire le nom de sa banque, le Crédit Lyonnais, et précisant au verso son numéro de compte. M. X a été reconnu coupable des infractions de falsification de chèques et usage, abus de confiance, faux en écriture de commerce et usage pour les émissions de chèques et condamné à rembourser à la société Vitry les sommes correspondantes. La société Vitry a saisi le tribunal d'une demande tendant à la condamnation du Crédit Lyonnais à lui rembourser le montant des chèques sur le fondement de la répétition de l'indu et, subsidiairement, sur celui des dispositions de l'article 1382 du Code civil. La chambre commerciale a alors décidé que: -les dispositions du décret-loi du 30 octobre 1935, devenues les articles L et suivants du Code monétaire et financier, ne comportent aucune règle précise relative à la mention du bénéficiaire d'un chèque; - ne contrevient donc pas à ces dispositions un établissement bancaire qui considère que l'inscription du numéro d'un compte, ouvert dans ses livres, au verso d'un chèque émis à son ordre, désigne, selon la volonté du tireur, le titulaire du compte comme bénéficiaire; - cette solution s'applique cependant «en l'absence de tout élément lui donnant connaissance d'agissements illicites». - en l'espèce, la Cour d'appel qui a constaté que le paiement des chèques avait été effectué conformément aux mentions qui y avaient été portées par le tireur ou son mandataire, a pu admettre que le banquier présentateur n'avait pas à interroger le tireur ou sa banque sur les droits du bénéficiaire à encaisser les chèques en l'absence d'éléments visibles de falsification. La solution apportée ici par la Cour de cassation n'est pas nouvelle - l'arrêt du 13 février 1996 avait déjà retenu la même - mais la rédaction de la décision et en particulier sa motivation permettent d'affirmer qu'il s'agit d'un arrêt de principe. En effet, si cette solution s'explique par le carac- (35) Casso corn., 13 février 1996, Bull. civ. IV, no 45 et Casso corn., 5 novembre 2002, Banque et Droit, 2003, no 88, p. 58. tère facultatif de la mention du bénéficiaire - cette mention ne fait pas partie de celles énumérées par les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier - et par l'absence de règles précises quant à la façon dont le bénéficiaire doit être désigné, elle se fonde, selon la décision du 5 novembre 2002, sur la volonté des parties. C'est cette volonté que le banquier devra déterminer pour choisir s'il y a lieu ou non d'interroger le tireur ou sa banque et, pour la Cour de cassation, l'indice de cette volonté consiste en l' «absence de tout élément lui donnant connaissance d'agissements illicites». Cela dit, la limite de la connaissance d'agissements illicites peut paraître un peu désuète en pratique; il est pour le moins évident que si le banquier se doute qu'une infraction est commise, il n'encaissera pas le chèque, sauf pour lui à prendre le risque de voir sa responsabilité engagée. La doctrine propose là encore de procéder à des comparaisons et analyses d'écriture plus ou moins poussées: «ou le numéro du compte du présentateur figure sur le chèque apposé apparemment par la même main que la désignation de la banque et celle-ci pourra légitimement encaisser le chèque. Ou bien, tel n 'est pas le cas, soit que le numéro du compte n'est pas inscrit sur le chèque, soit qu'il ne semble pas l'avoir été de la même écriture et la banque est alors invitée à solliciter l'autorisation du tireur Il (36). Il faut craindre alors que ressurgisse le débat sur l'existence d'une anomalie grossière et apparente affectant les mentions manuscrites l a responsabilité née du t raitement informatique des chèques : l'échange imageschèques (Ele) La présentation du chèque, qui a lieu en principe en chambre de compensation, a été progressivement remplacée par un système informatisé, le système interbancaire de télécompensation. Ainsi, les échanges physiques de chèques ont été progressivement supprimés pour être remplacés depuis le 30 juin 2002 par un échange informatique «d'images-chèques» pour les chèques d'un montant inférieur ou égal à Il est facile de deviner les implications que la généralisation de ce procédé pourrait avoir sur la responsabilité du banquier en matière de chèque faux ou falsifié, et plus particulièrement sur le partage des responsabilités entre les banquiers tiré et présentateur. En effet, seul le présentateur peut détenir matériellement et observer directement les chèques; on pourrait donc admettre que le banquier tiré est (36) Crédot et Gérard, RD bancaire et bourse 1996, no 55, p MERCREDI 30 JU IN, JEUDI 1" JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 11

10 w 2 dans l'impossibilité de vérifier la régularité formelle du titre, et que seule la banque présentatrice est alors à même d'exercer un contrôle efficace. Par conséquent, la responsabilité de la banque tirée ne devrait pas pouvoir être recherchée sur ce fondement, et seule celle du banquier présentateur pourrait être mise en cause de ce chef. Cependant, une décision de la Cour d'appel de Rennes qui s'était prononcée dans ce sens a été cassée par la Cour de cassation (37) qui a décidé que «la banque tirée est tenue de vérifier la régularité formelle du titre et qu'en s'abstenant elle prend un risque dont elle doit assumer les conséquences». Ainsi, la Cour de cassation semble d'avance refuser de prendre en considération la nouvelle situation issue de l'utilisation du procédé de!'imagechèque., Dès lors, l'informatisation du traitement des chèques ne conduit pas nécessairement à un renforcement de la responsabilité du banquier présentateur et empêche corrélativement le banquier tiré de s'exonérer de sa responsabilité, alors qu'il lui est impossible d 'exercer correctement le contrôle auquel il est astreint. Si bien qu'au contraire, si le recours au procédé de!'image-chèque ne change a priori rien à la responsabilité du banquier présentateur, il augmente cependant le risque, au moins potentiel, pour le banquier tiré de voir sa responsabilité engagée. Les banquiers tiré et présentateur ne sont pas les seuls à être soumis à des obligations de vigilance en matière de circulation de chèque car le titulaire du compte à partir duquel le chèque a été émis l'est également. En ne les respectant pas, lui aussi commet des fautes qui peuvent engager sa responsabilité, et par conséquent décharger d'autant, voire exonérer, les banquiers tirés et présentateurs de leur propre responsabilité. 2. LES FAUTES DU TiREUR DU CHÈQUE: CAUSES D'EXONÉRATION TOTALE OU PARTIELLE DE LA RESPONSABILITÉ DU BANQUIER Les fautes du tireur peuvent, le cas échéant, permettre aux banques tirées et présentatrices de s'exonérer totalement ou partiellement de leur responsabilité Un préalable indispensa ble à l'examen de la responsabilité du tireur du chèque : l'influence de la procédure pénale sur la responsabilité civile du banquier En fait, le tireur a généralement porté plainte pour (3 7) Casso com., 9 juijjet 2002, RIDA, 2003, no 60, p. 48, les faits dont il est victime ou bien en s'adressant directement au ministère public, lorsque le ou les chèques portent sur des montants modiques - sa plainte présente alors le risque de faire l'objet d'un classement sans suite pour auteur inconnu dans la quasi-totalité des cas ainsi que nous le démontre la pratique - ou au contraire en portant plainte avec constitution de partie civile, ce choix procédural pouvant présenter un gage d'efficacité procédurale supplémentaire mais relatif, dans l'identification de l'auteur des détournements. Le banquier tiré comme le présentateur, assigné devant la juridiction civile, opposera alors une exception de sursis à statuer dans l'attente de la décision du juge pénal sur le fondement des dispositions de l'article 4 du Code de procédure pénale qui énoncent qu'il est sursis au jugement de l'action exercée devant la juridiction civile tant qu'il n'a pas été prononcé définitivement sur l'action publique lorsque celle-ci a été mise en mouvement. Il est ainsi de jurisprudence constante que le sursis à statuer s'impose au juge civil lorsque l'appréciation d'un acte servant de fondement à la demande civile dépend du résultat d'une poursuite pénale ou encore lorsque la décision à intervenir sur l'action publique est susceptible d'influer sur celle de la jurisprudence civile. Mais, au-delà de la décision juridictionnelle ellemême qualifiant de contrefaits les chèques ou certains d'entre eux, la phase d'instruction est elle aussi susceptible d'avoir un impact déterminant sur le sort de l'instance civile. En effet, l'instruction diligentée permet généralement d'avoir une vision globale et complète des circonstances qui ont permis la falsification, et c'est bien souvent à ce moment-là que sont mis en lumière les éventuels liens entre le falsificateur et le titulaire du compte et, le cas échéant, les fautes ou négligences de ce dernier. Il est certes permis 5ie s'interroger sur le risque d'une éventuelle instrumentalisation de la procédure pénale au profit de la procédure civile, mais qui en tous cas n'est pas le fait du banquier. Il y a instrumentalisation lorsqu'une plainte n'est déposée que dans le but d'obtenir des preuves plus facilement que dans le cadre d'une instance civile. Or, tel n'est pas le cas ici, car la victime du vol ou du détournement qui porte plainte cherche effectivement à voir l'auteur puni et à obtenir de lui une indemnisation. Même remarque pour le banquier qui, en matière d'abus de confiance, envisagerait de se porter partie civile par voie d'intervention volontaire au cours 12 GAZETTE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN, JEUDI 1" JUILLET 2004

11 de l'instruction déclenchée par la plainte avec constitution de partie civile du tireur du chèque (38). Pour le cas où par exemple, la juridiction civile par un jugement avant -dire droit, désignerait une mesure d'expertise, la tentation sera très forte de puiser dans le dossier pénal en cours d'instruction tous éléments utiles à la démonstration de la faute de la victime. Mais les éléments de l'instruction ne seront accessibles qu'aux parties à l'instruction qui ne pourront les exploiter que pour autant que leurs conseils respectifs soient intervenus auprès du ministère public qui seul pourra les autoriser à s'en prévaloir, ou certains d'entre eux, devant le juge civil ou dans le cadre de l'expertise ordonnée (l'avocat n'est pas tenu au secret de l'instruction, mais au secret professionnel à l'occasion de l'instruction - en cours ou clôturée - dont il semble que seul le ministère public puisse le relever. Les solutions jurisprudentielles et textuelles en la matière sont à la fois hypocrites et nébuleuses, une réforme législative dans le sens de la liberté d'expression dans le seul cadre du procès et de la liberté de la défense, que les auteurs appellent de tous leurs vœux, s'impose). Cela dit, la limite entre l'utilisation de bonne foi d'un procédé autorisé et la tentation de se servir des pouvoirs accrus de l'enquête pénale par rapport au civil pour obtenir des preuves, est sans doute bien difficile à tracer en pratique. De plus, ce type de contentieux est nécessairement aux confins du droit pénal et du droit civil ; les deux sont ici intimement liés, car c'est généralement la commission d'une infraction qui révèle, éventuellement, les éléments de la responsabilité civile. Dans le domaine des falsifications de chèque, l'un va rarement sans l'autre, même si bien sûr il est possible d'imaginer des hypothèses dans lesquelles il n'y a pas d'infraction pénale, et d'autres où, malgré la possibilité d'une qualification infractionnelle, la juridiction pénale n'est cependant pas saisie. L'utilisation de la procédure pénale par la victime pose par ailleurs la question de la double indemnisation. En effet, le tireur qui, d'une part, se constitue partie civile devant la juridiction pénale et qui, d'autre part, recherche la responsabilité du banquier (38) La prévention de la falsification de chèques s'accompagne fréquemment de celle d'abus de confiance en sorte que le banquier. qu'il soit tiré ou présentateur, en sa qualité de détenteur précaire des deniers détournés soit ceux ayant figuré sur les comptes ouverts dans ses livres, pourra se porter partie civile en cours d'instruction en arguant d'un préjudice possible et avoir accès au dossier pénal que son conseil ne pourra cependant exploiter au civil pendant l'instruction qu'avec l'accord du ministère public à moins qu'il ne préfère attendre la fin de l'instruction et solliciter (l à encore!) du ministère public cette autorisation (articles R. 155 et R. 156 du Code de procédure pénale). devant la juridiction civile, peut bénéficier d'une double indemnisation, si les deux juridictions font droit à sa demande. Or, s'il est de jurisprudence de principe que les décisions pénales ont au civil l'autorité de la chose jugée à l'égard de tous, mais que cette autorité n 'existe que quant à l'existence du fait, quant à la qualification légale ou quant à la participation du prévenu, en revanche, en ce qui concerne le préjudice, «la chose jugée sur la responsabilité civile par un tribunal répressif a le caractère d'une décision rendue au civil. Dès lors, l'influence de cette dernière doit s'apprécier, non suivant les principes qui déterminent l'effet de la chose jugée au criminel, mais d'après ceux que l'article 1351 du Code civil a formulés pour régler l'effet relatif de la chose jugée au civil sur le civil» (39). En effet, bien souvent, l'indemnisation allouée à la victime par le juge pénal correspond au montant des détournements alors que, de son côté, le juge civil est souvent conduit à condamner la banque à verser une indemnité réparant le préjudice qui ne peut être autrement constitué que par les seuls chèques dont la falsification grossière et apparente est reconnue et non pas par l'ensemble des détournements objets de la procédure pénale (exemple de la soustraction ou du détournement d'espèces... ). Rappelons en tout cas, ainsi que la chambre criminelle de la Cour de cassation l'a jugé le 8 janvier 2003 (40) qu'en matière de contrefaçon ou de falsification de chèques prévues et punissables selon les dispositions de l'article du Code monétaire et financier, l'existence d'un préjudice n'est pas un élément constitutif de la contrefaçon de chèques et usage. Le banquier peut s'exonérer totalement ou partiellement de sa responsabilité si le chèque falsifié émane de l'un des préposés du titulaire du compte agissant dans le cadre de ses fonctions, ou lorsque le titulaire du compte a lui-même commis une faute à l'origine de son propre dommage. Il est de jurisprudence constante que la faute du déposant, titulaire du compte, ou d'un préposé de celui-ci, est de nature à exonérer la banque dans la mesure où il est démontré que c'est ce dernier qui est à l'origine de la création de son propre dommage (41) l e défaut de surveillance d'un préposé Bien souvent, les détournements et falsifications de (39) Casso 2" civ., 17 mars 1977, Recueil Dalloz Sirey, 1977, 40" cahier, Informations Rapides. (40) Casso crim., 8 janvier 2003, D (41 ) C. Pari s, 7 janvier 1992, D ; C. Orléans, 12 septembre 1995, luris-data, no : Casso com., 9 juillet 1996, Bull. civ. IV, no 202 ; 17 décembre 2002, Juris-data, na , jurisclasseur responsabilité civil e et assurance. MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 13

12 w 2 - D:: t U o ~ chèques sont le fait de personnes proches du titulaire du compte, parfois de ses préposés. Les hypothèses récurrentes sont celles d'un employé de maison, lorsque le titulaire du compte est une personne physique, ou d'une personne qui a accès à la comptabilité, lorsqu'il s'agit d'une entreprise. Or les dispositions de l'article 1384, alinéa 5 du Code civil posent une présomption de responsabilité du commettant pour les faits commis par son préposé dans l'exercice de ses fonctions. Le banquier doit utiliser cette argumentation pour s'exonérer totalement ou partiellement de sa responsabilité, comme l'y invite la Cour de cassation, et les tribunaux reçoivent généralement favorablement ce moyen pour libérer le banquier, sauf faute de sa part qui justifierait un partage de responsabilité (3) et (12). Pour autant, l'exonération totale ou partielle de la responsabilité du banquier n'est pas automatique; elle est notamment subordonnée à la condition que le préposé ait agi «dans les fonctions» auxquelles il a été employé, condition qui peut soulever quelques difficultés d'application en pratique. Par une décision du 5 novembre 2002 (42), la chambre commerciale de la Cour de cassation avait à connaître des faits suivants: l'employée de maison d'une personne âgée a émis, en imitant la signature de celle-ci, plusieurs chèques qu'elle a ensuite déposés sur son propre compte. La Cour de cassation a notamment jugé que «les juges du fond ayant relevé qu'en tant qu'employée de maison et femme de chambre de la cliente, l'auteur de la falsification n'avait pas accès aux chéquiers, qu'elle n'avait jamais été chargée de régler des achats au moyen de ceuxci, n'était chargée d'aucune tâche administrative et n'avait pas eu à gérer, de quelque manière que ce soit, les comptes de son employeur, la Cour d'appel en a fait une exacte application en décidant que, la préposée n'ayant pas agi dans le cadre de ses fonctions, la banque, tiers victime des agissements de celle-ci, n'était pas fondée à rechercher la responsabilité du commettant». Sur le plan des principes, la solution est classique: «si le commettant peut avoir à assumer la faute de son préposé qui a émis les chèques faux, c'est à la condition que celui-ci ait agi dans le cadre de ses fonctions. En dehors de ce cadre, la responsabilité du commettant ne peut être recherchée» (43). Mais la chambre commerciale permet surtout d'identifier des critères qui permettront de déter- (42) Casso corn., 5 novembre 2002, D (43) Valérie Avena-Robardet, note sous Casso corn., 5 novembre 2002, D miner si le préposé a, ou n'a pas, agi dans le cadre de ses fonctions, car en effet, «(... ) il ne suffit pas de constater que le préposé a émis un chèque falsifié pour en conclure qu'il a indiscutablement agi hors de ses fonctions» (44 ). Ainsi, il semble que pour déterminer si la falsification du chèque a eu lieu dans le cadre des fonctions du préposé, et en conséquence, si la responsabilité du commettant peut être mise en cause sur le fondement des dispositions de l'article 1384, alinéa 5 du Code civil, il faudra s'intéresser aux circonstances de fait, à l'activité réelle du préposé (accès ou non aux chéquiers, règlement ou non des achats au moyen des chéquiers, exercice ou non de tâches administratives, gérance ou non des comptes de l'employeur), plus qu'à la qualification donnée à cette activité dans le contrat de travail ou sur les bulletins de paie. Certes, la Cour de cassation ne précise pas expressément dans sa décision si ces critères sont cumulatifs ou simplement alternatifs. On peut cependant penser que l'existence d'un seul d'entre eux suffirait pour affirmer que la falsification a eu lieu dans le cadre des fonctions. En effet, on imagine mal qu'il soit jugé qu'un préposé qui falsifie un chèque de son employeur alors qu'il règle des achats au moyen des chéquiers mais qu'il ne gère pas les comptes de son commettant, n'a pas agi dans le cadre de ses fonctions. Ainsi, dans cette hypothèse, le banquier tiré qui a payé les chèques falsifiés pourra mettre en jeu la responsabilité de l'employeur sur le fondement des dispositions de l'article 1384, alinéa 5, et tenter de s'exonérer totalement ou partiellement de sa responsabilité. Toutefois, tous les falsificateurs ne sont pas les employés de leurs victimes, et même s'ils le sont parfois, tous n'agissent pas dans le cadre de leurs fonctions. Le titulaire du compte n'est pas pour autant à l'abri d'une faute personnelle qui pourrait lui faire supporter, au moins en partie, la charge du paiement des chèques falsifiés Le défaut de surveillance des effets bancaires Le titulaire du compte doit prendre un certain nombre de précautions et effectuer des diligences. De prime abord, il est gardien de son carnet de chèques et doit donc prendre les précautions nécessaires pour éviter que les formules de chèques soient détournées, volées ou égarées. Ainsi, l'une des fautes les plus souvent retenues contre le titulaire du compte consiste en une imprudence dans la surveillance de son chéquier (44) Ibid. 14 GAZETTE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN. JEUDI 1" JUILLET 2004

13 qu'il a, par sa négligence, exposé à la perte ou au vol. Cette faute peut d'ailleurs se conjuguer avec l'imprudence que commet le tireur en signant un chèque sans le libeller complètement. Ensuite, le titulaire du compte doit également effectuer des diligences minimales dans la surveillance de l'évolution de son compte bancaire, en particulier, il doit vérifier régulièrement ses relevés de compte et ainsi réagir rapidement en cas d'anomalie. Une réaction tardive, alors que la falsification était repérable par la simple consultation des relevés de compte, constitue une faute fréquemment retenue contre le titulaire du compte. La décision rendue par la Cour de cassation le 5 novembre 2002 que nous évoquions plus haut (45) nous apporte quelques éléments de réponse. En effet, dans l'espèce soumise à la Cour de cassation, la victime de la falsification des chèques était une personne âgée, en mauvaise santé et les agissements frauduleux ont duré une année pendant laquelle ses relevés lui étaient subtilisés avant de lui parvenir, sans qu'elle s'en inquiète. Sur ce point précis, la chambre commerciale de la Cour de cassation a jugé qu' «ayant relevé que la capacité de la cliente à gérer son compte n'était pas contestée, la Cour d'appel peut en déduire qu'en dépit de son grand âge et de son état de santé déficient, celle-ci, victime de l'utilisation frauduleuse de ses chéquiers par son employée de maison, a commis une faute en négligeant de s'inquiéter pendant plusieurs mois du fonction nement de ce compte dont les relevés, qui lui étaient subtilisés, ne lui parvenaient plus». La solution qui consiste à limiter la responsabilité du banquier tiré au regard de la négligence du titulaire du compte dans la vérification de ses relevés de compte n'est pas nouvelle. Cependant, certains auteurs ont pu juger son application en l'espèce «particulièrement sévère» (46) au regard de l'âge de la victime et de son état de santé déficient. Devait-on alors prendre en compte cette circonstance pour apprécier moins rigoureusement la faute de la victime? Si la Cour de cassation a clairement répondu par la négative, elle n'a cependant pas rendu une décision totalement indifférente à la personnalité de la victime. Certes, le critère d'appréciation de la négligence n'est pas le grand âge ou la maladie, mais il réside, de façon plus pragmatique, dans la prise en consi- (45) Cf. note 42. (46) Valérie Avena-Robardet, op. cit. dération de la capacité effective, réelle, de la cliente à gérer son compte. D'un côté, toute personne âgée n'est pas par principe incapable de gérer son compte, mais d'un autre côté, toute personne plus jeune et en bonne santé n'en est sans doute pas systématiquement capable. Dès lors, si la solution a pu apparaître sévère en l'espèce, on peut noter que dans des hypothèses où un individu victime de falsification de chèque ne serait ni âgé, ni malade, mais verrait, pour une quelconque raison, sa capacité à gérer son compte annihilée, l'application de la décision du 5 novembre 2002 lui serait au contraire favorable. Si bien qu'en prenant un critère sans doute moins objectif, mais plus réaliste que celui de l'âge, la Cour de cassation a rendu une décision en réalité plutôt favorable au titulaire du compte, mais qui pourrait donner lieu à des débats factuels pour savoir selon quels critères un individu devra être considéré comme n'étant pas capable de gérer son compte; l'âge de la victime est donc indifférent. En revanche, l'appréciation de la faute qui pourrait, le cas échéant, être retenue à son encontre dépendra du point de savoir s'il était ou non capable de gérer son compte. Le banquier n'est pas pour autant systématiquement totalement exonéré de toute responsabilité; seule la faute exclusive de la victime ayant causé son propre préjudice est exonératoire. Si au contraire cette faute n'est qu'une des causes du dommage et que le banquier a lui aussi commis une faute qui a contribué au résultat, les juges opéreront un partage des responsabilités. Les obligations du banquier, qu'il soit tiré ou présentateur, ont été considérablement accrues, et par là même les possibilités de voir sa responsabilité mise en cause. Dans certains cas précis - en matière de chèques de banque -, la traditionnelle obligation de vigilance s'est muée en une obligation de sécurité, qui conduit en pratique à garantir le client contre toute falsification du titre. La législation relative à la lutte contre le blanchiment impose au banquier notamment de procéder à un examen de toute opération d'un montant égal ou supérieur à qui se présente dans des conditions inhabituelles de complexité et ne paraît pas avoir de justification économique ou d'objet licite; le banquier doit alors s'informer auprès du client sur l'origine et la destination des sommes, sur l'objet de la transaction et l'identité de la personne qui en bénéficie (articles L et suivants du Code monétaire et financier) (47). (47) Casso corn., 28 avril 2004, , jur. p La victime d'agissements Frauduleux ne peut pas se prévaloir de cette disposition pour rechercher la responsabilité du banquier. MERCREDI 30 JUIN, JEUDI le, JUILLET 2004 GAZETTE DU PALAIS 15

14 w Z - a: ti o Q "]9 1 Dès lors, l'évolution des obligations du banquier tend à lui imposer des véri fications toujours plus approfondies, au détriment du devoir de noningérence, et au risque, peut-être, de voir les banquiers devoir s'érige r en régulateurs des opérations de leurs clients par leur refus d'exécuter celles qui auront l'apparence de la fraude, en les dénonça nt en tant que de besoin à Tracfin par la déclaration de soupçon ou au Parquet, attitude qui n'est nullement leur vocation première - parce qu'elle fleure la délation. En effet, le banquier n'est " ni auxiliaire de justice ni auxiliaire de police., mais de fait il est le mieux placé pour fai re du système bancaire, l'élément de sauvegarde de l'équilibre et de l'assainissement du système économique dès avant l'intervention du pouvoir judiciaire. LI serait juste cependant que ses efforts dans le sens de la sauvegarde de la probité des affaires et de la circulation saine de l'argent soient reconnus et pris en compte. BIBLIOGRAPHI E OUVRAGES GÉNÉRAUX - T. Bonneau, Droi t bancaire, 5" éd., Montchrestien, C. Gavalda et J. Stoufflet, Droit bancaire, Se éd., Litee C. Gavalda et J. Stoufflet, Instruments de paiement et de crédit, 4" éd., Litec, 200I. - J.-L. Rives-lange et M. Contamine-raynaud, Droit bancaire, 6 c éd., Précis DaLloz, USUELS - M. Cabrillac, J. -C l. Banque, fascicule F. Grua, J.-Cl. Banque, fascicule F. Grua, J. -Cl. Banque, fascicule 152. ARTICLES - ). Lacotte. Quelles limites au devoir de noningérence de la banque?, Banque et Droit, 1999, no 65, p Dossier «Ac tualité des devoirs du banquier au regard des textes nouveaux», Revue de droit bancaire et financier, 2002, n 6, p GAZETIE DU PALAIS MERCREDI 30 JUIN, JEUDI le< JUILLET 2004

Le chèque : Informations et Recommandations

Le chèque : Informations et Recommandations Le chèque : Informations et Recommandations Protégez vous contre les risques de fraude sur les chèques que vous détenez et émettez. Vous utilisez des chèques bancaires, les recommandations qui suivent

Plus en détail

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME 28/07/2014 Le chèque est l'écrit par lequel le tireur donne au tiré, qui doit nécessairement être une banque ou un établissement assimilé, l'ordre de payer

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 ABUS DE CONFIANCE Courtier en assurances 3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 Est coupable d abus de confiance un courtier qui a falsifié des chèques remis en paiement de cotisations

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP JURIDICTION DE PROXIMITÉ DE [COMMUNE] STATUANT EN MATIÈRE PÉNALE [n ], [rue] - [code postal] [commune] Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP POUR : [nom du requérant] [nationalité

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 02/06/94 MMES et MM les Directeurs MMES et MM les Agents Comptables Origine : ACCG - des Caisses

Plus en détail

BIEN UTILISER LE CHEQUE

BIEN UTILISER LE CHEQUE DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants :

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants : Juridiction : Chambre d appel d expression française Date : 07/08/2012 Type de décision : par défaut Numéro de décision : 769 Syndic prélèvement indu de sommes non convocation d assemblées générales non

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 juillet 2013 N de pourvoi: 12-20242 ECLI:FR:CCASS:2013:C201149 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du mercredi 11 décembre 2013 N de pourvoi: 12-23802 12-23803 12-23804 Non publié au bulletin Rejet M. Gridel (conseiller doyen

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

REGLEMENT No 2001-06

REGLEMENT No 2001-06 REGLEMENT No 2001-06 MODIFIANT LE REGLEMENT No 94-05 DE LA COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE RELATIF AUX SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER REGIES PAR LA LOI No 70-1300 DU 31 DECEMBRE 1970 MODIFIEE

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application REGLEMENT DE STAGE A.R. du 13 mai 1965 approuvant le règlement du stage établi par le Conseil national de l'ordre des Architectes tel que modifié par l A.R. du 18/08/2010 (M.B. 25/08/2010) Champ d'application

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

RGD du 08 septembre 1994 (Mém. n 87 du 28 septembre 1994, p.1646)

RGD du 08 septembre 1994 (Mém. n 87 du 28 septembre 1994, p.1646) Règlement grand-ducal du 8 septembre 1994 relatif à l'assistance mutuelle entre les autorités administratives des Etats membres et à la collaboration entre celles-ci et la Commission en vue d'assurer la

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route Dans le cadre de la politique de lutte contre l insécurité routière menée par le Gouvernement et inscrite dans la loi depuis 2003, les contrôles de la vitesse ont été multipliés et se sont automatisés.

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

FRAUDE A LA CARTE BANCAIRE ET INDEMNISATION DES VICTIMES : LES NOUVEAUX TEXTES A PRENDRE EN COMPTE.

FRAUDE A LA CARTE BANCAIRE ET INDEMNISATION DES VICTIMES : LES NOUVEAUX TEXTES A PRENDRE EN COMPTE. FRAUDE A LA CARTE BANCAIRE ET INDEMNISATION DES VICTIMES : LES NOUVEAUX TEXTES A PRENDRE EN COMPTE. Article juridique publié le 03/02/2011, vu 48746 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine La fraude à la carte

Plus en détail

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant.

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant. 19 JANVIER 1920 - DÉCRET. DES COMMISSIONNAIRES ET DES TRANSPORTEURS. (B.O., 1920, P.194). Section 1. Des commissionnaires Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-12175 Non publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Roger

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E N o C 11-88.136 F-P+B N o 5268 1 GT 16 OCTOBRE 2012 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience

Plus en détail

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉNOVATION DES PROCÉDURES DE CERTIFICATION DU SERVICE FAIT ET D'ORDONNANCEMENT

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique.

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique. Le licenciement Le licenciement est soumis à de nombreuses lois. Il convient de pouvoir distinguer les différents motifs justifiant l'engagement d'une procédure de licenciement ainsi que les droits et

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé.

Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé. Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé. Par : Marie Solange RAZANADRAKOTO La loi n 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 12 janvier 2016 N de pourvoi: 13-26318 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES

ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES 26/02/2010 L'article L. 1226-24 du Code du Travail (anciennement article 63 du Code de commerce local intégré dans le Code du Travail en 2008) prévoit

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407. Cour d'appel. Lyon 6e chambre. 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407

Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407. Cour d'appel. Lyon 6e chambre. 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407 Cour d'appel, Lyon, 6e chambre, 3 Septembre 2015 n 13/09407 Cour d'appel Lyon 6e chambre 3 Septembre 2015 Répertoire Général : 13/09407 La CAISSE DE CRÉDIT MUTUEL ENSEIGNANT DU SUD EST Monsieur X Contentieux

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les exigences formelles formulées par le Code de la consommation en matière d'offre de prêt immobilier n'ont que que pour souci la

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3682 Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 48 de la loi du 5 août 1992 sur la fonction de police, tel qu'il a été modifié

Plus en détail

Bien utiliser le che que

Bien utiliser le che que Bien utiliser le che que Rarement utilisé chez nos voisins européens, le chèque l est de moins en moins en France*. D autres moyens de paiement, en particulier la carte bancaire, le prélèvement, le virement

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail