RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés"

Transcription

1 RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

2 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Table des matières 1. Points saillants 3 2. Intervenants consultés 6 3. Relations entre les intervenants Besoins en information Approches préférées 21 Tableau A Consultation des intervenants RCPMTA 2014 : Questionnaire 27 " 2

3 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Résumé analytique Intervenants consultés Les intervenants qui ont participé à ce sondage représentent un large éventail de domaines d intérêt et de communautés de toutes les régions Canada. Ce groupe est susceptible d être composé des personnes les plus impliquées dans le soutien du projet. Leur niveau d intérêt peut être relativement plus élevé que celui de la majorité des travailleurs de ce secteur. Ces intervenants pourraient aussi être des chefs de file qui adopteront et feront connaître le connecteur dans de plus vastes communautés de pratique. Au total, 251 intervenants ont répondu au sondage en ligne en 2014: Seize pour cent des intervenants consultés ont répondu en français. Les intervenants consultés travaillent dans le domaine de la maltraitance des aînés d un bout à l autre du pays dans toutes les provinces et la plupart des territoires. Les intervenants travaillent ou font du bénévolat dans plusieurs secteurs certains travaillent dans les secteurs public, à but non lucratif et privé. Seize pour cent sont eux-mêmes des aînés. Un intervenant consulté sur deux travaille avec des communautés rurales ou éloignées. Près du tiers travaillent avec des communautés à faible revenu et 19 % avec des communautés francophones. Relations entre les intervenants Les intervenants consultés disent qu ils sont plus ou moins en contact avec d autres intervenants de leur province ou territoire. Un projet national tel que celui du RCPMTA pourrait contribuer de manière cruciale à relier entre eux les intervenants de diverses provinces et régions. Il y a beaucoup de place à l amélioration en matière de communications entre les intervenants au sein des provinces et territoires et à l extérieur. Les conclusions relatives aux relations entre les intervenants comprennent les suivantes : Le tiers environ des intervenants consultés parlent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme quelques fois par semaine au moins. Les autres intervenants consultés parlent moins souvent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme qui travaillent dans le secteur de la maltraitance des aînés ou dans les services communautaires. " 3

4 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 La plupart des intervenants consultés ne se sentent que peu ou moyennement proches des autres intervenants de leur province. Très peu des intervenants consultés se sentent proches des autres intervenants qui travaillent en dehors de leur province. L exploitation financière est le sujet ou problème le plus souvent abordé avec les autres intervenants; viennent ensuite la prévention, la négligence et la capacité mentale. Les intervenants consultés trouvent les ateliers et autres types de formation très utiles pour établir et entretenir des relations avec d autres intervenants. Besoins en information Les intervenants consultés semblent s intéresser aux pratiques prometteuses, à la recherche de pointe et aux lois visant à prévenir la maltraitance (en général), à l accès aux ressources, aux modèles d intervention et à une vaste gamme de thèmes spécifiques. Lorsqu on choisira les thèmes prioritaires pour le projet, on pourrait considérer ceux pour lesquels l information et le partage sont déjà substantiels ainsi que des thèmes où les nouvelles connaissances sont relativement plus importantes. L ampleur et la profondeur de l information dont les intervenants ont besoin peut aussi être un facteur; p. ex. certains savoirs peuvent être pertinents pour un plus grand nombre de secteurs, mais avoir moins d importance pour chaque secteur et vice versa. Il va sans dire qu on peut augmenter considérablement le niveau actuel des connaissances. Les conclusions relatives aux besoins en information des intervenants comprennent les suivantes : Les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des ressources nationales en matière de maltraitance des aînés. Ils sont aussi plus ou moins au courant des approches prometteuses en matière de prévention et d intervention. Un peu plus de la moitié des intervenants consultés indiquent que l accès à des types spécifiques d information les aiderait dans leur pratique, p. ex. les approches prometteuses, la recherche de pointe et l information juridique. Un peu plus du quart des intervenants consultés disent avoir besoin de plus de connaissances à l appui de leur pratique dans tous les domaines mentionnés notamment les modèles d intervention et la prévention de la maltraitance. " 4

5 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Les intervenants consultés ont aussi identifié un grand nombre de lacunes dans l information qu ils considèrent importante. Celles-ci incluent notamment les communications et l éducation en matière de sensibilisation à la maltraitance en général, l accès aux ressources et les modes d intervention. Approches préférées Il semblerait que les intervenants privilégient les formes d apprentissage traditionnelles discussions en personne, ateliers, etc. Or le projet est conçu pour offrir des outils et du réseautage en ligne. Il importe de tenir compte des préférences des intervenants. On peut en conclure qu il faudra s efforcer de les convaincre d utiliser les ressources en ligne et les aider à le faire. Étant donné que les intervenants ne s intéressent pas aux outils en ligne et ne les privilégient pas, le RCPMTA pourrait consacrer des ressource à les aider dans ce sens au lieu de simplement créer des outils. Les approches suivantes comptent parmi les préférées des intervenants : La plupart des intervenants consultés entendent parler de pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses lorsqu ils discutent avec des collègues. Pour ce qui est de communiquer avec leurs collègues, les intervenants consultés semblent préférer nettement le contact face à face aux outils en ligne. Ils préfèrent toutefois les webinaires et autres outils en ligne non interactifs aux médias sociaux ou aux listes de diffusion et bulletins d information électroniques. En ce moment, les intervenants consultés trouvent les formats non interactifs les plus utiles pour accéder à l information électroniquement ou en ligne. Les intervenants consultés aiment des sites Web tels que CNPEA/RCPMTA, seniors.ca, the BC Centre for Elder Advocacy and Support et NICE. Ils préfèrent les sites Web qui sont accessibles, faciles à naviguer et bien organisés, présentent des outils et des liens et sont offerts dans les deux langues. La plupart des intervenants consultés n ont pas beaucoup de temps pour l apprentissage (quelques fois par mois ou moins). Comparaison entre les intervenants qui ont répondu en français et en anglais Comparativement aux intervenants qui ont répondu en anglais, ceux qui ont répondu en français sont plus souvent des aînés eux-mêmes qui travaillent ou font du bénévolat en milieu rural ou éloigné ou avec des communautés linguistiques particulières. Ils sont tout aussi susceptibles d être en contact avec les intervenants de leur province ou territoire et plus susceptibles de se sentir reliés à ceux de l extérieur. Les répondants francophones " 5

6 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 expriment un plus grand intérêt pour la plupart des domaines et activités que les répondants anglophones. Ils sont tout aussi susceptibles d être au courant des ressources ou des approches prometteuses, mais déclarent plus souvent utiliser des outils en ligne (interactifs et non interactifs). " 6

7 " 1. Les intervenants consultés Cette section décrit les intervenants qui ont répondu au sondage. Au total, 251 intervenants ont répondu au sondage. Les intervenants ont répondu entre le 25 juillet 2014 et le 17 décembre Seize pour cent des intervenants consultés ont répondu en français. Quarante-etun intervenants ont répondu en français, 210 ont répondu en anglais. Tableau 1 Langue du sondage 16% français anglais 84% Les intervenants consultés travaillent en maltraitance des aînés dans toutes les provinces et la plupart territoires. Un pourcentage plus élevé travaille en Nouvelle- Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique. Les intervenants qui ont répondu en français travaillent plus souvent en maltraitance au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario ou en région que ceux qui ont répondu en anglais. " 7

8 Tableau 2 Province ou territoire où travaillent les intervenants en maltraitance Colombie-Britannique 13% Alberta 11% Saskatchewan 10% Manitoba 1% Ontario 11% Québec 5% Nouveau-Brunswick 14% Nouvelle-Écosse 18% Île-du-Prince-Édouard 1% Terre-Neuve-et-Labrador 1% Yukon 2% Territoires du Nord-Ouest 1% Nunavut 0% Je travaille à l échelle nationale 7% Je travaille à l échelle régionale 2% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Les intervenants travaillent ou font du bénévolat dans divers secteurs public, privé, organismes à but non lucratif. Seize pour cent sont eux-mêmes des aînés. Une proportion légèrement plus élevée travaille ou fait du bénévolat dans des organismes au service des aînés, d autres organismes communautaires, le secteur éducation/formation/élaboration d outils, le secteur de la santé/du travail social. (Un intervenant pourrait travailler ou faire du bénévolat dans plus d un secteur.) Les intervenants qui ont répondu en français travaillent ou font du bénévolat dans un organisme au service des aînés, comme universitaires ou chercheurs ou sont eux-mêmes des aînés plus souvent que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 3 Secteur où les répondants travaillent ou font du bénévolat " 8

9 " " Organisme au service des aînés 29% Autre organisme communautaire 25% Éducation, formation ou élaboration de moyens d intervention 25% Santé 24% Travail social 23% Gouvernement 16% Je suis une personne âgée 16% Élaboration de programmes et de politiques 14% Domaine juridique 13% Services aux victimes, violence familiale ou maison de transition 9% Maintien de l ordre et justice 9% Milieu universitaire ou recherche 8% Counseling ou psychologie 5% Institution financière ou bancaire 4% Tuteur et/ou curateur public 0% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Les intervenants consultés travaillant dans le secteur de la santé étaient relativement plus nombreux à travailler en milieu communautaire/soins à domicile (26) ou en établissement de soins de longue durée/résidence pour personnes âgées (17) que dans d autres secteurs ou domaines de pratique. Quant aux diverses disciplines au sein du secteur de la santé, la majorité des intervenants étaient travailleurs sociaux (29). " 9

10 Un intervenant consulté sur deux travaille soit avec des communautés rurales/ éloignées, soit avec des communautés urbaines, soit avec les deux. Près du tiers (30 %) travaillent avec des communautés à faible revenu, 19 % avec des francophones, 17 % avec des autochtones et 16 % avec des immigrants. (Un intervenant pourrait travailler avec plus d une communauté.) Les intervenants qui ont répondu en français travaillent plus souvent avec des communautés rurales ou éloignées, des communautés de langue spécifique, y compris des communautés francophones et moins souvent avec des communautés autochtones que ceux qui ont répondu en anglais Tableau 4 Communautés avec lesquelles les répondants travaillent Rurales ou éloignées Urbaines 51% 51% À faible revenu 30% Francophones Autochtones Immigrantes Nordiques Communautés linguistiques particulières 19% 17% 16% 11% 10% Groupe(s) ethnoculturels particuliers 6% Autre 16% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 10

11 " " 2. Relations entre les intervenants Cette section présente des conclusions sur les relations entre les intervenants consultés. Le tiers environ des intervenants consultés parlent au moins quelques fois par semaine avec des personnes en dehors de leur organisme qui interviennent dans les cas de mauvais traitements envers les aînés dans le cadre de leur travail ou de leur service communautaire. Les autres intervenants consultés parlent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme moins souvent que cela. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles de parler au moins quelques fois par semaine avec d autres intervenants en dehors de leur organisme que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 5 Fréquence des contacts avec d autres intervenants en dehors de leur organisme Souvent 10% Régulièrement 27% Parfois 28% À l occasion 17% Rarement 12% Jamais 1% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Définitions : souvent (au moins une fois par jour), régulièrement (quelques fois par semaine), parfois (quelques fois par mois), à l occasion(une fois tous les quelques mois), rarement (moins d une fois tous les quelques mois), jamais " 11

12 " " La plupart les intervenants consultés ne se sentent que légèrement ou moyennement proches des autres intervenants qui travaillent au sein de leur province ou territoire. Les deux tiers environ des intervenants consultés ne se sentent que légèrement proches (29 %) ou moyennement proches (37 %) des autres intervenants en maltraitance des aînés de leur province ou territoire. Un autre 25 % se sentent plus proches tandis que 7 % ne se sentent pas proches du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles de se sentir proches des autres intervenants de leur province ou territoire que ceux qui ont répondu en anglais. On peut présumer que le premier groupe de répondants à ce sondage était composé des intervenants les plus intéressés au projet du RCPMTA. Ainsi ils pourraient se sentir relativement plus proches de leurs collègues que les autres intervenants dans ce domaine. Bien que ce projet ait un objectif national, l évaluation servira aussi à vérifier s il y a eu rapprochement entre les intervenants au sein de la province ou du territoire. L évaluation tentera de vérifier si le Connecteur aide les intervenants à se sentir plus proches les uns des autres. Tableau 6 Relations avec les autres intervenants en maltraitance des aînés au sein de la province ou du territoire Souvent 6% Régulièrement 19% Parfois 37% À l occasion 29% Rarement 7% aucune réponse 3% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 12

13 " " Parmi les intervenants consultés, très peu se sentent proches des intervenants qui travaillent en dehors de leur province ou territoire. Environ la moitié des intervenants consultés ne se sentent pas du tout proches (49 %) des intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent dans d autres provinces ou territoires. Un autre 28 % se sent légèrement proche. Les intervenants qui ont répondu en français étaient plus susceptibles de se sentir proches des intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent dans d autres provinces ou territoires. Cette tendance peut s expliquer par le fait que les francophones qui vivent dans des provinces à majorité anglophone sont probablement plus susceptibles de faire appel à des spécialistes et collègues d autres provinces pour trouver de l aide et de l information en français. Étant donné les présents résultats, une initiative nationale telle que celle du RCPMTA pourrait contribuer de manière efficace à rapprocher les intervenants des diverses provinces et régions. L évaluation tentera de vérifier si le projet atteint ce but. Tableau 7 Relations avec les autres intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent en dehors de leur province ou territoire Extrêmement proche 1% Très proche 5% Moyennement proche 14% Légèrement proche 28% Pas du tout proche 49% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 13

14 L exploitation financière est le sujet ou problème le plus souvent abordé entre les intervenants. Plus des deux tiers des intervenants consultés parlent le plus souvent avec d autres intervenants en maltraitance des aînés de l exploitation financière (71 %). Ils discutent aussi souvent de prévention (59 %), de négligence (53 %) et de capacité mentale (51 %). Ceux qui ont répondu en français ont coté les sujets ou problèmes dans le même ordre que ceux qui ont répondu en anglais ils ont cependant donné une cote plus élevée aux suivants : a) la maltraitance dans un établissement de soins de longue durée, b) la violence familiale à l égard des aînés et c) l abus d influence. Il est possible que ces sujets soient discutés le plus souvent soit parce qu ils sont les plus prévalents (fréquents), soit parce qu ils ont davantage d incidences sur les individus (intensité), ou les deux. L évaluation peut repérer les changements dans les sujets discutés au fil du temps, notamment dans les thèmes ciblés par le projet. Tableau 8 Sujets ou problèmes le plus souvent abordés avec d autres intervenants en maltraitance des aînés Exploitation or abus financière Prévention Négligence Capacité mentale Facteurs de risque Maltraitance dans un établissement de soins de longue durée ou une résidence pour personnes âgées Législation Négligence de soi Violence familiale à l égard des aînés Modèles d intervention 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Droit à la vie privée Abus d influence Autre 10% 1 " 14

15 " " Conférence Présentation par de Événements comm Les intervenants consultés trouvent que les ateliers et autres types de formation sont les activités les plus utiles pour établir et entretenir des relations avec d autres intervenants. Ils trouvent que les groupes collaboratifs, comités et réseaux qui se réunissent régulièrement viennent au second rang en utilité et que les conférences et colloques viennent en troisième lieu. Ils trouvent les médias sociaux les moins utiles. Par exemple, 75 % ont coté les ateliers et autres types de formation très utiles ou extrêmement utiles, mai seulement 33 % ont choisi les ressources interactives en ligne et seulement 17 % ont choisi les medias sociaux. Les intervenants qui ont répondu en français ont trouvé la plupart des activités plus utiles que ceux qui ont répondu en anglais. Ces préférences correspondent au pourcentage élevé de répondants qui se sentent proches de leurs collègues. Le projet voudra en tenir compte lorsque viendra le temps de décider comment allouer ses ressources, mais il voudra s assurer aussi de tenir compte des pratiques actuelles en matière d échange d information dans le secteur. L évaluation vérifiera si les outils en ligne créés par le projet changent ces perspectives. Tableau 9 Utilité des activités pour établir et entretenir des relations Ateliers et autres types d Groupes collaboratifs, comités et réseaux provinciaux, territoriaux ou locaux qui se réunissent ré Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Medias sociaux (Twitter Pourcentages = extrêmement utiles plus très utiles. " 15

16 " " 3. Besoins en information Cette section traite du contenu et des thèmes abordés par le projet. Les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des ressources nationales en maltraitance des aînés. Les deux tiers (66 %) sont un peu ou moyennement au courant de celles-ci, 19 % sont plus au courant et 11 % ne le sont pas du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles que ceux qui ont répondu en anglais d être au courant de ces ressources. L objectif à long terme du RCPMTA, comme le but à court terme de ce projet, est d amener les intervenants dans les catégories «très au courant» et «tout à fait au courant». L évaluation, qui sert à évaluer le Projet de partage des savoirs (plutôt que l ensemble du RCPMTA) visera à déterminer si, à la fin du projet, le site Web a contribué à mieux faire connaître les ressources. Tableau 10 Connaissance des ressources nationales en maltraitance des aînés Tout à fait au courant 3% Très au courant 16% Moyennement au courant 37% Un peu au courant 29% Pas du tout au courant 11% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Semblablement, les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des pratiques prometteuses. Près des deux tiers (63 %) sont un peu ou moyennement au courant des approches prometteuses en matière de prévention de la maltraitance et d intervention, 22 % sont plus au courant de telles approches et 14 % ne le sont pas du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles que ceux qui ont répondu en anglais d être au courant des pratiques prometteuses. " 16

17 Tableau 11 Connaissance des pratiques prometteuses en matière de prévention de la maltraitance et d intervention Tout à fait au courant 5% Très au courant 17% Moyennement au courant 42% Un peu au courant 21% Pas du tout au courant 14% aucune réponse 2% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % La moitié ou plus des intervenants consultés indiquent que l accès à la plupart des sources d information mentionnées les aideraient dans leur pratique. Les deux tiers (65 %) indiquent que l information sur les pratiques prometteuses leur serait utile, suivie des mises à jour sur la recherche de pointe (63 %) et l information juridique (63 %). Les intervenants qui ont répondu en français ont exprimé plus d intérêt pour toutes ces sources d information, sauf les mises à jour sur la recherche de pointe et les ressources d instruction. Ceux qui ont répondu en anglais ont exprimé un plus grand intérêt pour ces deux sources d information. Tandis que les intervenants consultés ont déclaré être plus ou moins au courant des pratiques prometteuses, ceci demeure pour eux une source de grand intérêt. " 17

18 Tableau 12 Accès à l information qui aiderait les répondants dans leur pratique Information sur les pratiques prometteuses Mises à jour sur la recherche de pointe Information juridique Mises à jour sur les occasions de formation Actualité ou nouvelles au sujet de la maltraitance envers les aînés. IInformation sur d autres organismes d aide dans votre communauté Ressources d instruction Statistiques sur la maltraitance envers les aînés 46% Autre 8% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Le quart ou plus des intervenants consultés rapportent qu ils ont besoin de plus d information à l appui de leur pratique dans tous les domaines de connaissance mentionnés. Ils ont le plus souvent besoin de connaissances additionnelles sur les modèles d intervention (48 %) et/ou la prévention des mauvais traitements (46 %) pour soutenir leur pratique. Ils rapportent moins souvent avoir besoin de connaissances additionnelles sur la violence familiale à l égard des aînés, sur la négligence de soi et sur le droit à la vie privée. Les intervenants qui ont répondu en français ont exprimé plus d intérêt pour la plupart de ces domaines de connaissance. Lorsqu on les compare aux sujets et problèmes le plus souvent discutés avec d autres intervenants en maltraitance des aînés (présentés dans la section 2) les modèles d intervention et la législation obtiennent une cote beaucoup plus élevée, la prévention et la capacité mentale obtiennent une cote égale (parmi les quatre premiers), tandis que l exploitation financière et la négligence obtiennent une cote légèrement inférieure. Lorsqu on choisira les thèmes prioritaires pour le projet, on pourrait considérer ceux pour lesquels l information et le partage sont déjà substantiels ainsi que des thèmes où les nouvelles connaissances sont relativement plus importantes. L ampleur et la " 18

19 profondeur de l information dont les intervenants ont besoin peut aussi être un facteur; p. ex. certains savoirs peuvent être pertinents pour un plus grand nombre de secteurs, mais avoir moins d importance pour chaque secteur et vice versa. Tableau 13 Domaines où les répondants ont besoin de connaissances additionnelles à l appui de leur pratique Modèles d intervention Prévention des mauvais traitements Législation Capacité mentale Exploitation ou abus financière Maltraitance dans un établissement de soins de longue durée ou une résidence pour personnes âgées 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Négligence Abus d influence Facteurs de risque Droit à la vie privée Négligence de soi Violence familiale à l égard des aînés Les intervenants consultés ont aussi identifié un large éventail d importantes lacunes dans l information disponible. Les lacunes les plus importantes dans l information en matière de prévention et d intervention se situent dans les communications et la formation relative à la maltraitance des aînés en général, dans l accès aux ressources et les modèles d intervention. Ils s intéressent aussi à l information relative à des domaines spécifiques comme la protection des adultes, la capacité mentale, les procurations, etc. Autre 14% Cette information peut avoir une incidence sur les priorités et l allocation des ressources du projet. Tableau 14 Domaines où les connaissances sont déficientes pour soutenir la pratique " 19

20 Pour résumer, les intervenants consultés semblent s intéresser aux pratiques prometteuses, aux recherches les plus récentes et/ou à la législation relative à la prévention de la maltraitance (en général), aux modèles d intervention et à une vaste gamme de thèmes spécifiques. " 20

21 4. Approches préférées Cette section aborde la manière dont les intervenants consultés aiment trouver de l information et le type d outils qu ils aiment utiliser et trouvent utiles. La plupart les intervenants consultés se renseignent sur les pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses en discutant avec des collègues. Ils se renseignent aussi assez souvent sur ces pratiques dans des ateliers et autres activités de formation (59 %) ainsi que dans des conférences et congrès (47 %). Ils sont le moins susceptibles de se renseigner par le biais des médias sociaux ou de ressources en ligne interactives. Les intervenants qui ont répondu en français rapportent être plus susceptibles de se renseigner par le biais de ressources en ligne (interactives et non interactives), des médias sociaux et conférences ou congrès que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 15 Comment les répondants se renseignent sur les pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses Discussions avec des collègues Ateliers et autres activités de formation Conférences, congrès Comités et réseaux collaboratifs provinciaux, territoriaux ou locaux qui se rencontrent régulièrement Ressources en ligne non interactives comme les webinaires, les blogues et les bulletins électroniques Webinaires Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) et les babillards Medias sociaux (Twitter, Facebook) Autre 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 21

22 " Webinaires La plupart les intervenants consultés trouvent les activités traditionnelles en personne utiles pour trouver de l information, surtout par rapport aux activités interactives en ligne et aux médias sociaux. Plus des deux tiers des intervenants consultés trouvent que les ateliers et autres activités de formation (74 %) ou les conversations avec des collègues (70 %) sont les plus utiles pour trouver de l information. Les conférences, congrès, réseaux/comités et ressources en ligne non interactives viennent ensuite. Les médias sociaux et les ressources en ligne interactives sont considérés les moins utiles. Les intervenants qui ont répondu en français expriment plus d intérêt pour presque toutes ces activités que ceux qui ont répondu en anglais. On peut en conclure que le projet devra faire la promotion des ressources en ligne et ne pas s attendre à ce que le secteur les adopte automatiquement. Par exemple, il se peut que vous et les enfants préfériez l apprentissage interactif à la lecture de blogues, mais cette communauté de répondants préfère le contraire. Il se pourrait aussi que le sondage ait omis de les interroger sur leur usage des outils en ligne en général. Il se pourrait aussi que leur préférence aille vers le type d information présentement offert en ligne. Tableau 16 Utilité des activités pour l accès à l information Ateliers et autres activités de formation Parler avec des collègues Conférences, colloques Comités et réseaux collaboratifs provinciaux, territoriaux ou locaux qui se rencontrent régulièremen Événements communautaires Ressources en ligne non interactives comme les webinaires, les blogues et les bulletins électroniques Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) et les babillards 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " Les pourcentages correspondent aux cotes extrêmement utiles et très utiles. Medias sociaux (Twitter, Facebook) " 22

23 " " En ce moment, les intervenants consultés trouvent que les formats électroniques ou en ligne non interactifs sont les plus utiles pour trouver de l information. Ils rapportent que les bulletins électroniques ou les bibliothèques électroniques interrogeables sont les plus utiles parmi les ressources électroniques ou en ligne proposées. Près de la moitié des intervenants consultés rapportent qu ils trouvent ces formats extrêmement ou très utiles. Un intervenant sur trois trouve les webinaires aussi utiles; un moindre nombre donne cette cote à la baladodiffusion. Les intervenants qui ont répondu en français expriment plus d intérêt pour Facebook et les bulletins électroniques que ceux qui ont répondu en anglais. Les intervenants qui ont répondu en anglais expriment plus d intérêt pour les baladodiffusions et les bibliothèques électroniques interrogeables. Si le projet doit utiliser des formats qui sont moins utilisé en ce moment, il pourrait être nécessaire d en faire la promotion. Cependant, il se peut que le projet puisse miser sur les formats présentement utilisés. Tableau 17 Utilité des formats électroniques ou en ligne pour trouver de l information Bulletins électroniques 44% Bibliothèques électroniques interrogeables 43% Webinaires 33% Baladodiffusion 17% Facebook 13% Blogues de sites Web que vous suivez 11% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Twitter 7% Les pourcentages correspondent aux cotes extrêmement utiles et très utiles. " 23

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 26-27 Loi sur la statistique, L.R.C. 1985, c. S19 Confidentiel une fois rempli STC/CCJ-16-614; CCJS/55452-3 OBJECT

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Liste de vérification pour les plans parentaux

Liste de vérification pour les plans parentaux Liste de vérification pour les plans parentaux Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit, sous réserve que la reproduction

Plus en détail

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Réalisé pour les Autorités canadiennes en valeurs mobilières Résumé le 28 septembre 2010 www.ipsos.ca TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... 1 Principales

Plus en détail

Lignes directrices relatives au financement

Lignes directrices relatives au financement Lignes directrices relatives au financement Appel de propositions national de 2015 Programmes d établissement, d aide au réétablissement et Inter-Action (multiculturalisme) Date limite pour la présentation

Plus en détail

Sondage de fin d études secondaires 2010

Sondage de fin d études secondaires 2010 Sondage de fin d études secondaires 2010 Qu est-ce que t en penses? Secteur francophone Ministère de l Éducation Le Sondage de fin d études secondaires 2010 Qu est-ce que t en penses? se trouve sur le

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays?

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Actuellement, 8,8 % offres d emploi affichées au pays exigent des candidats qu ils parlent les deux langues officielles. Il s agit d une baisse

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU FINANCEMENT

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU FINANCEMENT LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU FINANCEMENT Appel de propositions national pour 2012 Subventions et contributions Programmes d établissement et de réétablissement DATE LIMITE POUR LA RÉCEPTION DES DEMANDES

Plus en détail

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international N o 81-599-X au catalogue Issue n o 008 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-98615-9 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Niveau de scolarité et emploi : le dans un contexte international

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques inc. (RCRPP) 600 250, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1P 6M1 Tél. : 613-567-7500 Téléc. : 613-567-7640 Site Web : www.cprn.org Les soins de santé de

Plus en détail

Exploitation financière : protégez-vous

Exploitation financière : protégez-vous Exploitation financière : protégez-vous Les banques sont conscientes de l augmentation des cas d exploitation financière dont sont victimes les aînés et les personnes vulnérables. Les banques jouent un

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

S@voir.stat. Points saillants

S@voir.stat. Points saillants SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Bulletin S@voir.stat Mars 2014 Volume 14, numéro 2 Prochain bulletin S@voir.stat Le prochain numéro du bulletin portera sur les dépenses

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Louise Bouchard, PhD. Institut de recherche sur la santé des populations

Louise Bouchard, PhD. Institut de recherche sur la santé des populations Louise Bouchard, PhD Institut de recherche sur la santé des populations Conférence du centenaire de l'acsp, 2010 «Un nouvel élan à la dualité linguistique canadienne» Le plan d action pour les langues

Plus en détail

DialogueSP : Compte rendu du sondage national en ligne

DialogueSP : Compte rendu du sondage national en ligne DialogueSP : Compte rendu du sondage national en ligne Pamela Forsyth, MHSc RD Septembre 2009 DialogueSP : Compte rendu du sondage national en ligne Preparé pour le Centre de collaboration nationale des

Plus en détail

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER Prêts et hypothèques Table des matières Qu est-ce qu un prêt sur salaire? 1 Comment fonctionne un prêt sur salaire? 1 Combien coûtent les prêts sur salaire

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Financement pour OSBL

Financement pour OSBL GUIDE Financement pour OSBL Sadia Groguhé // Députée de Saint-Lambert BUREAU DE CIRCONSCRIPTION 1150, boulevard Desaulniers Longueuil, QC J4K 1K7 Tél. : 450 646-2423 Téléc. : 450 646-3018 sadia.groguhe@parl.gc.ca

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux dans l industrie des communications en 2011

Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux dans l industrie des communications en 2011 Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux d l industrie des communications en 2011 Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire Pauline Breduillieard, associée de recherche Mai 2011

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Chers clients du PCHC, Nous aimerions que vous nous aidiez à évaluer nos services et nos programmes. Nous voulons savoir ce que vous pensez

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Division de l évaluation Bureau de la gestion de la planification stratégique et du rendement

Division de l évaluation Bureau de la gestion de la planification stratégique et du rendement INITIATIVE D ACCÈS À LA JUSTICE DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES ÉVALUATION Rapport final Mai 2012 Division de l évaluation Bureau de la gestion de la planification stratégique et du rendement TABLE

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 Table des matières Profil des répondants sommaire 3 Mesures de rémunération sommaire 4 Profil d emploi sommaire 11 Méthodologie et

Plus en détail

Rentes immédiates à prime unique (RIPU)

Rentes immédiates à prime unique (RIPU) Transamerica VIE CANaDA Rentes immédiates à prime unique (RIPU) Réservé aux conseillers L une des craintes les plus fortes de vos clients est de voir leur épargne-retraite s épuiser pendant leur retraite.

Plus en détail

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie 100 e édition En vigueur le 1 er janvier 2015 T4127(F) Rév. 15 Ce guide s adresse-t-il à vous? Utilisez ce guide si vous êtes un développeur

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

EMPLOIS D ÉTÉ CANADA - 2015. Créer des emplois, renforcer les collectivités. Guide du demandeur

EMPLOIS D ÉTÉ CANADA - 2015. Créer des emplois, renforcer les collectivités. Guide du demandeur EMPLOIS D ÉTÉ CANADA - 2015 Créer des emplois, renforcer les collectivités Guide du demandeur Table des matières 1.0 Objet... 3 2.0 Introduction... 3 2.1 Objectifs... 3 2.2. Critères d évaluation... 3

Plus en détail

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario AAnnexe A Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario 60 L Ontario apprend : Le renforcement de notre système d éducation des adultes En juin 2004, de l information

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Investir avec l aide d un conseiller financier

Investir avec l aide d un conseiller financier Investir avec l aide d un conseiller financier Autorités canadiennes en valeurs mobilières Les autorités provinciales et territoriales en la matière se sont regroupées pour former les Autorités canadiennes

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Exigences relatives aux titres Vie et Prestations du vivant

Exigences relatives aux titres Vie et Prestations du vivant Exigences relatives aux titres Vie et Prestations du vivant Lieu d établissement : ALBERTA ET COLOMBIE-BRITANNIQUE À qui sont Assurance vie Titulaire NN0283 (au niveau du ) ou NN0772 (au niveau de la couverture)

Plus en détail

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D.

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Document à joindre à la demande : Les non-résidents doivent joindre une attestation de droit de pratique de la BC

Plus en détail

Morley Gunderson Lee Jacobs François Vaillancourt

Morley Gunderson Lee Jacobs François Vaillancourt Auteurs : Morley Gunderson, Université de Toronto, Lee Jacobs, Conseil des ressources humaines du logiciel et François Vaillancourt, Université de Montréal avril 2005 Remerciements Les auteurs souhaitent

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012)

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012) Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques (Version 2.0, 2012) Voyez http://cogsci.psu.edu/ pour l usage et crédit en ligne Veuillez fournir vos coordonnées ci-dessous: Nom: Email: Téléphone: Veuillez

Plus en détail

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS SOMMAIRE ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS Examen des pratiques actuelles des établissements postsecondaires canadiens

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

# 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD

# 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD Services internes 1. PERSONNES ASSURÉES # 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD Cet accord vise tous les résidents canadiens qui reçoivent des services internes dans un établissement

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE Commission des pensions N o de téléphone : (204) 945-2740 N o de télécopieur : (204) 948-2375 Courrier électronique : pensions@gov.mb.ca Le paiement doit être fait à l ordre du MINISTRE DES FINANCES a

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

N o 85-224-X au catalogue. La violence familiale au Canada : un profil statistique

N o 85-224-X au catalogue. La violence familiale au Canada : un profil statistique N o 85-224-X au catalogue La violence familiale au Canada : un profil statistique Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier

Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier Genworth Financial Canada Résultats des indices de l état financier UNE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE QUANTITATIVE Juillet 2010 Contexte et méthodologiem Méthodologie Un total de 2 001 entrevues

Plus en détail

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007 Ottawa, le 6 juillet 2007 MÉMORANDUM D17-1-22 En résumé DÉCLARATION EN DÉTAIL DE LA TAXE DE VENTE HARMONISÉE, DE LA TAXE DE VENTE PROVINCIALE, DE LA TAXE PROVINCIALE SUR LE TABAC ET DE LA MAJORATION OU

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Taux d imposition des sociétés et législation / Numéro 4 / Le 9 janvier 2014 Services de gestion et de comptabilisation des impôts Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Le présent bulletin

Plus en détail

Les soins infirmiers adaptés à la santé autochtone et la santé des Autochtones :

Les soins infirmiers adaptés à la santé autochtone et la santé des Autochtones : Les soins infirmiers adaptés à la santé autochtone et la santé des Autochtones : Fixer le cap d une orientation stratégique pour les soins infirmiers au Canada L AIIC a produit ce document afin de fournir

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition Programme

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL - RAPPORT FINAL

SONDAGE NATIONAL - RAPPORT FINAL La Commission nationale des parents francophones Bureau 201, 200 Rue Goulet Saint-Boniface, Manitoba R2H 0R8 Téléphone : (204) 231-1371 Adresse courriel cnpf@cnpf.ca SONDAGE NATIONAL - RAPPORT FINAL PROFIL

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7. l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7. l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10 Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de 7 l exploitation financière ISSD-043(7)-11-10 L exploitation financière est la forme la plus répandue de mauvais traitement envers les aînés

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada

de l assurance-santé au Canada Juin 2012 La vie est plus radieuse sous le soleil Sun Life du Canada, compagnie d¹assurance-vie, 2012. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada Crédit d impôt pour frais médicaux Crédit d

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant L endettement

L éducation financière. Manuel du participant L endettement L éducation financière Manuel du participant L endettement 2 FEUILLE D ACTIVITÉ 8-1 Quel montant faut-il éviter de dépasser? La règle du 20 /10 Règle du 20 : solde dû maximum Revenu net annuel (après impôts)

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail