RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés"

Transcription

1 RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

2 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Table des matières 1. Points saillants 3 2. Intervenants consultés 6 3. Relations entre les intervenants Besoins en information Approches préférées 21 Tableau A Consultation des intervenants RCPMTA 2014 : Questionnaire 27 " 2

3 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Résumé analytique Intervenants consultés Les intervenants qui ont participé à ce sondage représentent un large éventail de domaines d intérêt et de communautés de toutes les régions Canada. Ce groupe est susceptible d être composé des personnes les plus impliquées dans le soutien du projet. Leur niveau d intérêt peut être relativement plus élevé que celui de la majorité des travailleurs de ce secteur. Ces intervenants pourraient aussi être des chefs de file qui adopteront et feront connaître le connecteur dans de plus vastes communautés de pratique. Au total, 251 intervenants ont répondu au sondage en ligne en 2014: Seize pour cent des intervenants consultés ont répondu en français. Les intervenants consultés travaillent dans le domaine de la maltraitance des aînés d un bout à l autre du pays dans toutes les provinces et la plupart des territoires. Les intervenants travaillent ou font du bénévolat dans plusieurs secteurs certains travaillent dans les secteurs public, à but non lucratif et privé. Seize pour cent sont eux-mêmes des aînés. Un intervenant consulté sur deux travaille avec des communautés rurales ou éloignées. Près du tiers travaillent avec des communautés à faible revenu et 19 % avec des communautés francophones. Relations entre les intervenants Les intervenants consultés disent qu ils sont plus ou moins en contact avec d autres intervenants de leur province ou territoire. Un projet national tel que celui du RCPMTA pourrait contribuer de manière cruciale à relier entre eux les intervenants de diverses provinces et régions. Il y a beaucoup de place à l amélioration en matière de communications entre les intervenants au sein des provinces et territoires et à l extérieur. Les conclusions relatives aux relations entre les intervenants comprennent les suivantes : Le tiers environ des intervenants consultés parlent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme quelques fois par semaine au moins. Les autres intervenants consultés parlent moins souvent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme qui travaillent dans le secteur de la maltraitance des aînés ou dans les services communautaires. " 3

4 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 La plupart des intervenants consultés ne se sentent que peu ou moyennement proches des autres intervenants de leur province. Très peu des intervenants consultés se sentent proches des autres intervenants qui travaillent en dehors de leur province. L exploitation financière est le sujet ou problème le plus souvent abordé avec les autres intervenants; viennent ensuite la prévention, la négligence et la capacité mentale. Les intervenants consultés trouvent les ateliers et autres types de formation très utiles pour établir et entretenir des relations avec d autres intervenants. Besoins en information Les intervenants consultés semblent s intéresser aux pratiques prometteuses, à la recherche de pointe et aux lois visant à prévenir la maltraitance (en général), à l accès aux ressources, aux modèles d intervention et à une vaste gamme de thèmes spécifiques. Lorsqu on choisira les thèmes prioritaires pour le projet, on pourrait considérer ceux pour lesquels l information et le partage sont déjà substantiels ainsi que des thèmes où les nouvelles connaissances sont relativement plus importantes. L ampleur et la profondeur de l information dont les intervenants ont besoin peut aussi être un facteur; p. ex. certains savoirs peuvent être pertinents pour un plus grand nombre de secteurs, mais avoir moins d importance pour chaque secteur et vice versa. Il va sans dire qu on peut augmenter considérablement le niveau actuel des connaissances. Les conclusions relatives aux besoins en information des intervenants comprennent les suivantes : Les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des ressources nationales en matière de maltraitance des aînés. Ils sont aussi plus ou moins au courant des approches prometteuses en matière de prévention et d intervention. Un peu plus de la moitié des intervenants consultés indiquent que l accès à des types spécifiques d information les aiderait dans leur pratique, p. ex. les approches prometteuses, la recherche de pointe et l information juridique. Un peu plus du quart des intervenants consultés disent avoir besoin de plus de connaissances à l appui de leur pratique dans tous les domaines mentionnés notamment les modèles d intervention et la prévention de la maltraitance. " 4

5 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Les intervenants consultés ont aussi identifié un grand nombre de lacunes dans l information qu ils considèrent importante. Celles-ci incluent notamment les communications et l éducation en matière de sensibilisation à la maltraitance en général, l accès aux ressources et les modes d intervention. Approches préférées Il semblerait que les intervenants privilégient les formes d apprentissage traditionnelles discussions en personne, ateliers, etc. Or le projet est conçu pour offrir des outils et du réseautage en ligne. Il importe de tenir compte des préférences des intervenants. On peut en conclure qu il faudra s efforcer de les convaincre d utiliser les ressources en ligne et les aider à le faire. Étant donné que les intervenants ne s intéressent pas aux outils en ligne et ne les privilégient pas, le RCPMTA pourrait consacrer des ressource à les aider dans ce sens au lieu de simplement créer des outils. Les approches suivantes comptent parmi les préférées des intervenants : La plupart des intervenants consultés entendent parler de pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses lorsqu ils discutent avec des collègues. Pour ce qui est de communiquer avec leurs collègues, les intervenants consultés semblent préférer nettement le contact face à face aux outils en ligne. Ils préfèrent toutefois les webinaires et autres outils en ligne non interactifs aux médias sociaux ou aux listes de diffusion et bulletins d information électroniques. En ce moment, les intervenants consultés trouvent les formats non interactifs les plus utiles pour accéder à l information électroniquement ou en ligne. Les intervenants consultés aiment des sites Web tels que CNPEA/RCPMTA, seniors.ca, the BC Centre for Elder Advocacy and Support et NICE. Ils préfèrent les sites Web qui sont accessibles, faciles à naviguer et bien organisés, présentent des outils et des liens et sont offerts dans les deux langues. La plupart des intervenants consultés n ont pas beaucoup de temps pour l apprentissage (quelques fois par mois ou moins). Comparaison entre les intervenants qui ont répondu en français et en anglais Comparativement aux intervenants qui ont répondu en anglais, ceux qui ont répondu en français sont plus souvent des aînés eux-mêmes qui travaillent ou font du bénévolat en milieu rural ou éloigné ou avec des communautés linguistiques particulières. Ils sont tout aussi susceptibles d être en contact avec les intervenants de leur province ou territoire et plus susceptibles de se sentir reliés à ceux de l extérieur. Les répondants francophones " 5

6 Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 expriment un plus grand intérêt pour la plupart des domaines et activités que les répondants anglophones. Ils sont tout aussi susceptibles d être au courant des ressources ou des approches prometteuses, mais déclarent plus souvent utiliser des outils en ligne (interactifs et non interactifs). " 6

7 " 1. Les intervenants consultés Cette section décrit les intervenants qui ont répondu au sondage. Au total, 251 intervenants ont répondu au sondage. Les intervenants ont répondu entre le 25 juillet 2014 et le 17 décembre Seize pour cent des intervenants consultés ont répondu en français. Quarante-etun intervenants ont répondu en français, 210 ont répondu en anglais. Tableau 1 Langue du sondage 16% français anglais 84% Les intervenants consultés travaillent en maltraitance des aînés dans toutes les provinces et la plupart territoires. Un pourcentage plus élevé travaille en Nouvelle- Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique. Les intervenants qui ont répondu en français travaillent plus souvent en maltraitance au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario ou en région que ceux qui ont répondu en anglais. " 7

8 Tableau 2 Province ou territoire où travaillent les intervenants en maltraitance Colombie-Britannique 13% Alberta 11% Saskatchewan 10% Manitoba 1% Ontario 11% Québec 5% Nouveau-Brunswick 14% Nouvelle-Écosse 18% Île-du-Prince-Édouard 1% Terre-Neuve-et-Labrador 1% Yukon 2% Territoires du Nord-Ouest 1% Nunavut 0% Je travaille à l échelle nationale 7% Je travaille à l échelle régionale 2% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Les intervenants travaillent ou font du bénévolat dans divers secteurs public, privé, organismes à but non lucratif. Seize pour cent sont eux-mêmes des aînés. Une proportion légèrement plus élevée travaille ou fait du bénévolat dans des organismes au service des aînés, d autres organismes communautaires, le secteur éducation/formation/élaboration d outils, le secteur de la santé/du travail social. (Un intervenant pourrait travailler ou faire du bénévolat dans plus d un secteur.) Les intervenants qui ont répondu en français travaillent ou font du bénévolat dans un organisme au service des aînés, comme universitaires ou chercheurs ou sont eux-mêmes des aînés plus souvent que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 3 Secteur où les répondants travaillent ou font du bénévolat " 8

9 " " Organisme au service des aînés 29% Autre organisme communautaire 25% Éducation, formation ou élaboration de moyens d intervention 25% Santé 24% Travail social 23% Gouvernement 16% Je suis une personne âgée 16% Élaboration de programmes et de politiques 14% Domaine juridique 13% Services aux victimes, violence familiale ou maison de transition 9% Maintien de l ordre et justice 9% Milieu universitaire ou recherche 8% Counseling ou psychologie 5% Institution financière ou bancaire 4% Tuteur et/ou curateur public 0% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Les intervenants consultés travaillant dans le secteur de la santé étaient relativement plus nombreux à travailler en milieu communautaire/soins à domicile (26) ou en établissement de soins de longue durée/résidence pour personnes âgées (17) que dans d autres secteurs ou domaines de pratique. Quant aux diverses disciplines au sein du secteur de la santé, la majorité des intervenants étaient travailleurs sociaux (29). " 9

10 Un intervenant consulté sur deux travaille soit avec des communautés rurales/ éloignées, soit avec des communautés urbaines, soit avec les deux. Près du tiers (30 %) travaillent avec des communautés à faible revenu, 19 % avec des francophones, 17 % avec des autochtones et 16 % avec des immigrants. (Un intervenant pourrait travailler avec plus d une communauté.) Les intervenants qui ont répondu en français travaillent plus souvent avec des communautés rurales ou éloignées, des communautés de langue spécifique, y compris des communautés francophones et moins souvent avec des communautés autochtones que ceux qui ont répondu en anglais Tableau 4 Communautés avec lesquelles les répondants travaillent Rurales ou éloignées Urbaines 51% 51% À faible revenu 30% Francophones Autochtones Immigrantes Nordiques Communautés linguistiques particulières 19% 17% 16% 11% 10% Groupe(s) ethnoculturels particuliers 6% Autre 16% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 10

11 " " 2. Relations entre les intervenants Cette section présente des conclusions sur les relations entre les intervenants consultés. Le tiers environ des intervenants consultés parlent au moins quelques fois par semaine avec des personnes en dehors de leur organisme qui interviennent dans les cas de mauvais traitements envers les aînés dans le cadre de leur travail ou de leur service communautaire. Les autres intervenants consultés parlent avec d autres intervenants en dehors de leur organisme moins souvent que cela. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles de parler au moins quelques fois par semaine avec d autres intervenants en dehors de leur organisme que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 5 Fréquence des contacts avec d autres intervenants en dehors de leur organisme Souvent 10% Régulièrement 27% Parfois 28% À l occasion 17% Rarement 12% Jamais 1% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Définitions : souvent (au moins une fois par jour), régulièrement (quelques fois par semaine), parfois (quelques fois par mois), à l occasion(une fois tous les quelques mois), rarement (moins d une fois tous les quelques mois), jamais " 11

12 " " La plupart les intervenants consultés ne se sentent que légèrement ou moyennement proches des autres intervenants qui travaillent au sein de leur province ou territoire. Les deux tiers environ des intervenants consultés ne se sentent que légèrement proches (29 %) ou moyennement proches (37 %) des autres intervenants en maltraitance des aînés de leur province ou territoire. Un autre 25 % se sentent plus proches tandis que 7 % ne se sentent pas proches du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles de se sentir proches des autres intervenants de leur province ou territoire que ceux qui ont répondu en anglais. On peut présumer que le premier groupe de répondants à ce sondage était composé des intervenants les plus intéressés au projet du RCPMTA. Ainsi ils pourraient se sentir relativement plus proches de leurs collègues que les autres intervenants dans ce domaine. Bien que ce projet ait un objectif national, l évaluation servira aussi à vérifier s il y a eu rapprochement entre les intervenants au sein de la province ou du territoire. L évaluation tentera de vérifier si le Connecteur aide les intervenants à se sentir plus proches les uns des autres. Tableau 6 Relations avec les autres intervenants en maltraitance des aînés au sein de la province ou du territoire Souvent 6% Régulièrement 19% Parfois 37% À l occasion 29% Rarement 7% aucune réponse 3% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 12

13 " " Parmi les intervenants consultés, très peu se sentent proches des intervenants qui travaillent en dehors de leur province ou territoire. Environ la moitié des intervenants consultés ne se sentent pas du tout proches (49 %) des intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent dans d autres provinces ou territoires. Un autre 28 % se sent légèrement proche. Les intervenants qui ont répondu en français étaient plus susceptibles de se sentir proches des intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent dans d autres provinces ou territoires. Cette tendance peut s expliquer par le fait que les francophones qui vivent dans des provinces à majorité anglophone sont probablement plus susceptibles de faire appel à des spécialistes et collègues d autres provinces pour trouver de l aide et de l information en français. Étant donné les présents résultats, une initiative nationale telle que celle du RCPMTA pourrait contribuer de manière efficace à rapprocher les intervenants des diverses provinces et régions. L évaluation tentera de vérifier si le projet atteint ce but. Tableau 7 Relations avec les autres intervenants en maltraitance des aînés qui travaillent en dehors de leur province ou territoire Extrêmement proche 1% Très proche 5% Moyennement proche 14% Légèrement proche 28% Pas du tout proche 49% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 13

14 L exploitation financière est le sujet ou problème le plus souvent abordé entre les intervenants. Plus des deux tiers des intervenants consultés parlent le plus souvent avec d autres intervenants en maltraitance des aînés de l exploitation financière (71 %). Ils discutent aussi souvent de prévention (59 %), de négligence (53 %) et de capacité mentale (51 %). Ceux qui ont répondu en français ont coté les sujets ou problèmes dans le même ordre que ceux qui ont répondu en anglais ils ont cependant donné une cote plus élevée aux suivants : a) la maltraitance dans un établissement de soins de longue durée, b) la violence familiale à l égard des aînés et c) l abus d influence. Il est possible que ces sujets soient discutés le plus souvent soit parce qu ils sont les plus prévalents (fréquents), soit parce qu ils ont davantage d incidences sur les individus (intensité), ou les deux. L évaluation peut repérer les changements dans les sujets discutés au fil du temps, notamment dans les thèmes ciblés par le projet. Tableau 8 Sujets ou problèmes le plus souvent abordés avec d autres intervenants en maltraitance des aînés Exploitation or abus financière Prévention Négligence Capacité mentale Facteurs de risque Maltraitance dans un établissement de soins de longue durée ou une résidence pour personnes âgées Législation Négligence de soi Violence familiale à l égard des aînés Modèles d intervention 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Droit à la vie privée Abus d influence Autre 10% 1 " 14

15 " " Conférence Présentation par de Événements comm Les intervenants consultés trouvent que les ateliers et autres types de formation sont les activités les plus utiles pour établir et entretenir des relations avec d autres intervenants. Ils trouvent que les groupes collaboratifs, comités et réseaux qui se réunissent régulièrement viennent au second rang en utilité et que les conférences et colloques viennent en troisième lieu. Ils trouvent les médias sociaux les moins utiles. Par exemple, 75 % ont coté les ateliers et autres types de formation très utiles ou extrêmement utiles, mai seulement 33 % ont choisi les ressources interactives en ligne et seulement 17 % ont choisi les medias sociaux. Les intervenants qui ont répondu en français ont trouvé la plupart des activités plus utiles que ceux qui ont répondu en anglais. Ces préférences correspondent au pourcentage élevé de répondants qui se sentent proches de leurs collègues. Le projet voudra en tenir compte lorsque viendra le temps de décider comment allouer ses ressources, mais il voudra s assurer aussi de tenir compte des pratiques actuelles en matière d échange d information dans le secteur. L évaluation vérifiera si les outils en ligne créés par le projet changent ces perspectives. Tableau 9 Utilité des activités pour établir et entretenir des relations Ateliers et autres types d Groupes collaboratifs, comités et réseaux provinciaux, territoriaux ou locaux qui se réunissent ré Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Medias sociaux (Twitter Pourcentages = extrêmement utiles plus très utiles. " 15

16 " " 3. Besoins en information Cette section traite du contenu et des thèmes abordés par le projet. Les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des ressources nationales en maltraitance des aînés. Les deux tiers (66 %) sont un peu ou moyennement au courant de celles-ci, 19 % sont plus au courant et 11 % ne le sont pas du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles que ceux qui ont répondu en anglais d être au courant de ces ressources. L objectif à long terme du RCPMTA, comme le but à court terme de ce projet, est d amener les intervenants dans les catégories «très au courant» et «tout à fait au courant». L évaluation, qui sert à évaluer le Projet de partage des savoirs (plutôt que l ensemble du RCPMTA) visera à déterminer si, à la fin du projet, le site Web a contribué à mieux faire connaître les ressources. Tableau 10 Connaissance des ressources nationales en maltraitance des aînés Tout à fait au courant 3% Très au courant 16% Moyennement au courant 37% Un peu au courant 29% Pas du tout au courant 11% aucune réponse 4% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Semblablement, les intervenants consultés sont plus ou moins au courant des pratiques prometteuses. Près des deux tiers (63 %) sont un peu ou moyennement au courant des approches prometteuses en matière de prévention de la maltraitance et d intervention, 22 % sont plus au courant de telles approches et 14 % ne le sont pas du tout. Les intervenants qui ont répondu en français étaient aussi susceptibles que ceux qui ont répondu en anglais d être au courant des pratiques prometteuses. " 16

17 Tableau 11 Connaissance des pratiques prometteuses en matière de prévention de la maltraitance et d intervention Tout à fait au courant 5% Très au courant 17% Moyennement au courant 42% Un peu au courant 21% Pas du tout au courant 14% aucune réponse 2% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % La moitié ou plus des intervenants consultés indiquent que l accès à la plupart des sources d information mentionnées les aideraient dans leur pratique. Les deux tiers (65 %) indiquent que l information sur les pratiques prometteuses leur serait utile, suivie des mises à jour sur la recherche de pointe (63 %) et l information juridique (63 %). Les intervenants qui ont répondu en français ont exprimé plus d intérêt pour toutes ces sources d information, sauf les mises à jour sur la recherche de pointe et les ressources d instruction. Ceux qui ont répondu en anglais ont exprimé un plus grand intérêt pour ces deux sources d information. Tandis que les intervenants consultés ont déclaré être plus ou moins au courant des pratiques prometteuses, ceci demeure pour eux une source de grand intérêt. " 17

18 Tableau 12 Accès à l information qui aiderait les répondants dans leur pratique Information sur les pratiques prometteuses Mises à jour sur la recherche de pointe Information juridique Mises à jour sur les occasions de formation Actualité ou nouvelles au sujet de la maltraitance envers les aînés. IInformation sur d autres organismes d aide dans votre communauté Ressources d instruction Statistiques sur la maltraitance envers les aînés 46% Autre 8% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Le quart ou plus des intervenants consultés rapportent qu ils ont besoin de plus d information à l appui de leur pratique dans tous les domaines de connaissance mentionnés. Ils ont le plus souvent besoin de connaissances additionnelles sur les modèles d intervention (48 %) et/ou la prévention des mauvais traitements (46 %) pour soutenir leur pratique. Ils rapportent moins souvent avoir besoin de connaissances additionnelles sur la violence familiale à l égard des aînés, sur la négligence de soi et sur le droit à la vie privée. Les intervenants qui ont répondu en français ont exprimé plus d intérêt pour la plupart de ces domaines de connaissance. Lorsqu on les compare aux sujets et problèmes le plus souvent discutés avec d autres intervenants en maltraitance des aînés (présentés dans la section 2) les modèles d intervention et la législation obtiennent une cote beaucoup plus élevée, la prévention et la capacité mentale obtiennent une cote égale (parmi les quatre premiers), tandis que l exploitation financière et la négligence obtiennent une cote légèrement inférieure. Lorsqu on choisira les thèmes prioritaires pour le projet, on pourrait considérer ceux pour lesquels l information et le partage sont déjà substantiels ainsi que des thèmes où les nouvelles connaissances sont relativement plus importantes. L ampleur et la " 18

19 profondeur de l information dont les intervenants ont besoin peut aussi être un facteur; p. ex. certains savoirs peuvent être pertinents pour un plus grand nombre de secteurs, mais avoir moins d importance pour chaque secteur et vice versa. Tableau 13 Domaines où les répondants ont besoin de connaissances additionnelles à l appui de leur pratique Modèles d intervention Prévention des mauvais traitements Législation Capacité mentale Exploitation ou abus financière Maltraitance dans un établissement de soins de longue durée ou une résidence pour personnes âgées 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Négligence Abus d influence Facteurs de risque Droit à la vie privée Négligence de soi Violence familiale à l égard des aînés Les intervenants consultés ont aussi identifié un large éventail d importantes lacunes dans l information disponible. Les lacunes les plus importantes dans l information en matière de prévention et d intervention se situent dans les communications et la formation relative à la maltraitance des aînés en général, dans l accès aux ressources et les modèles d intervention. Ils s intéressent aussi à l information relative à des domaines spécifiques comme la protection des adultes, la capacité mentale, les procurations, etc. Autre 14% Cette information peut avoir une incidence sur les priorités et l allocation des ressources du projet. Tableau 14 Domaines où les connaissances sont déficientes pour soutenir la pratique " 19

20 Pour résumer, les intervenants consultés semblent s intéresser aux pratiques prometteuses, aux recherches les plus récentes et/ou à la législation relative à la prévention de la maltraitance (en général), aux modèles d intervention et à une vaste gamme de thèmes spécifiques. " 20

21 4. Approches préférées Cette section aborde la manière dont les intervenants consultés aiment trouver de l information et le type d outils qu ils aiment utiliser et trouvent utiles. La plupart les intervenants consultés se renseignent sur les pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses en discutant avec des collègues. Ils se renseignent aussi assez souvent sur ces pratiques dans des ateliers et autres activités de formation (59 %) ainsi que dans des conférences et congrès (47 %). Ils sont le moins susceptibles de se renseigner par le biais des médias sociaux ou de ressources en ligne interactives. Les intervenants qui ont répondu en français rapportent être plus susceptibles de se renseigner par le biais de ressources en ligne (interactives et non interactives), des médias sociaux et conférences ou congrès que ceux qui ont répondu en anglais. Tableau 15 Comment les répondants se renseignent sur les pratiques nouvelles, émergentes et prometteuses Discussions avec des collègues Ateliers et autres activités de formation Conférences, congrès Comités et réseaux collaboratifs provinciaux, territoriaux ou locaux qui se rencontrent régulièrement Ressources en ligne non interactives comme les webinaires, les blogues et les bulletins électroniques Webinaires Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) et les babillards Medias sociaux (Twitter, Facebook) Autre 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " 21

22 " Webinaires La plupart les intervenants consultés trouvent les activités traditionnelles en personne utiles pour trouver de l information, surtout par rapport aux activités interactives en ligne et aux médias sociaux. Plus des deux tiers des intervenants consultés trouvent que les ateliers et autres activités de formation (74 %) ou les conversations avec des collègues (70 %) sont les plus utiles pour trouver de l information. Les conférences, congrès, réseaux/comités et ressources en ligne non interactives viennent ensuite. Les médias sociaux et les ressources en ligne interactives sont considérés les moins utiles. Les intervenants qui ont répondu en français expriment plus d intérêt pour presque toutes ces activités que ceux qui ont répondu en anglais. On peut en conclure que le projet devra faire la promotion des ressources en ligne et ne pas s attendre à ce que le secteur les adopte automatiquement. Par exemple, il se peut que vous et les enfants préfériez l apprentissage interactif à la lecture de blogues, mais cette communauté de répondants préfère le contraire. Il se pourrait aussi que le sondage ait omis de les interroger sur leur usage des outils en ligne en général. Il se pourrait aussi que leur préférence aille vers le type d information présentement offert en ligne. Tableau 16 Utilité des activités pour l accès à l information Ateliers et autres activités de formation Parler avec des collègues Conférences, colloques Comités et réseaux collaboratifs provinciaux, territoriaux ou locaux qui se rencontrent régulièremen Événements communautaires Ressources en ligne non interactives comme les webinaires, les blogues et les bulletins électroniques Ressources communautaires interactives en ligne comme les listes de diffusion, les groupes de discussion (chat rooms) et les babillards 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % " Les pourcentages correspondent aux cotes extrêmement utiles et très utiles. Medias sociaux (Twitter, Facebook) " 22

23 " " En ce moment, les intervenants consultés trouvent que les formats électroniques ou en ligne non interactifs sont les plus utiles pour trouver de l information. Ils rapportent que les bulletins électroniques ou les bibliothèques électroniques interrogeables sont les plus utiles parmi les ressources électroniques ou en ligne proposées. Près de la moitié des intervenants consultés rapportent qu ils trouvent ces formats extrêmement ou très utiles. Un intervenant sur trois trouve les webinaires aussi utiles; un moindre nombre donne cette cote à la baladodiffusion. Les intervenants qui ont répondu en français expriment plus d intérêt pour Facebook et les bulletins électroniques que ceux qui ont répondu en anglais. Les intervenants qui ont répondu en anglais expriment plus d intérêt pour les baladodiffusions et les bibliothèques électroniques interrogeables. Si le projet doit utiliser des formats qui sont moins utilisé en ce moment, il pourrait être nécessaire d en faire la promotion. Cependant, il se peut que le projet puisse miser sur les formats présentement utilisés. Tableau 17 Utilité des formats électroniques ou en ligne pour trouver de l information Bulletins électroniques 44% Bibliothèques électroniques interrogeables 43% Webinaires 33% Baladodiffusion 17% Facebook 13% Blogues de sites Web que vous suivez 11% 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Twitter 7% Les pourcentages correspondent aux cotes extrêmement utiles et très utiles. " 23

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

Financement pour OSBL

Financement pour OSBL GUIDE Financement pour OSBL Sadia Groguhé // Députée de Saint-Lambert BUREAU DE CIRCONSCRIPTION 1150, boulevard Desaulniers Longueuil, QC J4K 1K7 Tél. : 450 646-2423 Téléc. : 450 646-3018 sadia.groguhe@parl.gc.ca

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des

Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des Justice en langues officielles Le Bulletin Accès Services Communautés Formation N o 03 novembre 2011 Mot de bienvenue Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des communautés

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

Citoyenneté et Immigration Canada

Citoyenneté et Immigration Canada Citoyenneté et Immigration Canada Élaboration de données stratégiques à l appui de la recherche sur les politiques Voie vers la prospérité Conférence du 16 novembre 2013 Recherche et évaluation, Citoyenneté

Plus en détail

Énoncé de position sur le développement de la petite enfance FAQ et messages clés à l intention des médias

Énoncé de position sur le développement de la petite enfance FAQ et messages clés à l intention des médias Énoncé de position sur le développement de la petite enfance FAQ et messages clés à l intention des médias RÉSUMÉ : Le système canadien de développement et de soins de la petite enfance accuse un retard

Plus en détail

De l ombre à la lumière, pour toujours

De l ombre à la lumière, pour toujours De l ombre à la lumière, pour toujours SUITE 800, 10301 SOUTHPORT LANE SUD-OUEST CALGARY (ALBERTA) T2W 1S7 La Commission de la santé mentale du Canada télécopieur : 403-385-4044 courriel : info@commissionsantementale.ca

Plus en détail

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein des institutions fédérales (2005-2006) Modèle pour la

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

La vie, ça arrive. Laissez-nous vous aider. PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES

La vie, ça arrive. Laissez-nous vous aider. PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES La vie, ça arrive. Laissez-nous vous aider. PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES Sans frais Les dentistes, le personnel dentaire et les membres de leur famille n ont rien à payer Confidentiel Le PAM est strictement

Plus en détail

Planification stratégique 2016-2021 : sondage auprès des membres

Planification stratégique 2016-2021 : sondage auprès des membres Planification stratégique 2016-2021 : sondage auprès des membres Cher membre, Nous vous demandons de prendre le temps de répondre à notre sondage anonyme et confidentiel. Votre participation au sondage

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Sondage sur le développement des entreprises d Équipe Commerce Île-du-Prince-Édouard

Sondage sur le développement des entreprises d Équipe Commerce Île-du-Prince-Édouard Sondage sur le développement des entreprises d Équipe Commerce Île-du-Prince-Édouard Le présent sondage vise à évaluer l efficacité des services de soutien du travail de promotion du commerce extérieur

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE Introduction Les stratégies d'activité selon la population incluent des initiatives pour créer des politiques et

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton.

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton. INTRODUCTION Le RLISS de Mississauga Halton s engage à recevoir l opinion de ses résidents. Vos commentaires seront utilisés par le RLISS de Mississauga Halton pour mettre à jour le plan d intégration

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Présentation générale

Plus en détail

Financement pour OSBL

Financement pour OSBL GUIDE Financement pour OSBL Pierre Nantel // Député de Longueuil Pierre-Boucher BUREAUX DE CIRCONSCRIPTION 192, rue Saint-Jean, bureau 200 Longueuil, QC J4H 2X5 Tél. : 450 928-4288 Téléc. : 450 928-4293

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Droits de la personne et dignité humaine Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Chers clients du PCHC, Nous aimerions que vous nous aidiez à évaluer nos services et nos programmes. Nous voulons savoir ce que vous pensez

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Le financement : un défi

Le financement : un défi Mars 2015 Bulletin sur le rapport nal Conclusions générales Ce bulletin souligne les rétroactions recueillies lors des consultations ainsi que les conclusions et recommandations du rapport final. Recherche

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

Feuille de travail pour l analyse des résultats du questionnaire

Feuille de travail pour l analyse des résultats du questionnaire Feuille de travail pour l analyse des résultats du questionnaire Veuillez noter que l analyse des besoins vous permet de déterminer les lacunes dans les compétences particulières, les aspects à améliorer

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Yves Saint-Germain 24 octobre 2014 ATESL. «Orientations nationales pour les programmes linguistiques pour les nouveaux arrivants»

Yves Saint-Germain 24 octobre 2014 ATESL. «Orientations nationales pour les programmes linguistiques pour les nouveaux arrivants» Yves Saint-Germain 24 octobre 2014 ATESL «Orientations nationales pour les programmes linguistiques pour les nouveaux arrivants» Droits d auteur [Citoyenneté et Immigration Canada, 2014]. La propriété

Plus en détail

Baisse de la part de marché de la bière

Baisse de la part de marché de la bière Contrôle et vente des boissons alcoolisées, pour l'exercice se terminant le 31 mars 2014 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 4 mai 2015 Au cours de l'exercice se terminant le 31

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance RAPPORT SCHÉMATIQUE DES ENJEUX PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE RESSOURCES HUMAINES Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance Conseil sectoriel des ressources humaines

Plus en détail

Comité d'examen du salaire minimum Rapport annuel préparé à l intention de la ministre. 12 janvier 2015

Comité d'examen du salaire minimum Rapport annuel préparé à l intention de la ministre. 12 janvier 2015 Comité d'examen du salaire minimum Rapport annuel préparé à l intention de la ministre 12 janvier 2015 L honorable Kelly Regan Ministre du Travail et de l Éducation postsecondaire 5151 Terminal Road Halifax

Plus en détail

Le gouvernement Harper améliore concrètement la vie des femmes et des filles d un bout à l autre du Canada

Le gouvernement Harper améliore concrètement la vie des femmes et des filles d un bout à l autre du Canada Le gouvernement Harper améliore concrètement la vie des femmes et des filles d un bout à l autre du Canada Le gouvernement Harper est bien déterminé à améliorer la vie des femmes et des filles d un bout

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Auto-évaluation des organisations de l hémophilie

Auto-évaluation des organisations de l hémophilie Auto-évaluation des organisations de l hémophilie Introduction À l instar de nombreuses organisations bénévoles, les organisations de patients hémophiles ont parfois du mal à subvenir aux besoins de la

Plus en détail

SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014

SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014 SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014 d augmenter votre couverture médiatique. 3 Introduction 4 Perspectives d évolution 6 Presse 8 Médias en ligne 18 Médias sociaux 21 Fournisseurs de contenu

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca TITRE DE POSTE : RELÈVE DE : EN LIAISON AVEC: Responsable du marketing numérique

Plus en détail

ACQUISITIONS, GESTION DU MATÉRIEL ET BIENS IMMOBILIERS

ACQUISITIONS, GESTION DU MATÉRIEL ET BIENS IMMOBILIERS ACQUISITIONS, GESTION DU MATÉRIEL ET BIENS IMMOBILIERS spécialistes fonctionnels Parcours d apprentissage V2 i École de la fonction publique du Canada votre école ii SI VS ÊTES UN SPÉCIALISTE FONCTIONNEL

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT

MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT Chères collègues, chers collègues, Tous les six ans, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des

Plus en détail

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 26-27 Loi sur la statistique, L.R.C. 1985, c. S19 Confidentiel une fois rempli STC/CCJ-16-614; CCJS/55452-3 OBJECT

Plus en détail

L immigration des Chinois au Canada

L immigration des Chinois au Canada L immigration des Chinois au Canada Aperçu de la leçon : La leçon a pour objet d encourager les élèves à étudier des aspects de l immigration au Canada. On leur demande de naviguer sur le site Web de Statistique

Plus en détail

Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines. Mai 2011

Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines. Mai 2011 Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines Mai 2011 1 Overview Les journaux rejoignent efficacement les Canadiens puisque huit sur dix d entre eux lisent

Plus en détail

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques Aperçu Le présent document offre un aperçu du texte sur Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques, 3e édition,

Plus en détail

Un profil des familles au Canada

Un profil des familles au Canada Familles Un profil des familles au Canada Il y avait 8,4 millions de familles au Canada en 2001. Les ménages de couples mariés forment la majorité des familles canadiennes. En 2001, 70,4% des familles

Plus en détail

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario.

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario. À TITRE D INFORMATION : Le présent document vous est fourni à seul titre d information. Un lien URL unique utilisable une seule fois sera fourni aux directions des écoles élémentaires financées par les

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT EXAMEN DE LA GESTION DES LANGUES OFFICIELLES R.A. MALATEST VERSION DU 18 AOÛT 2011 LE 15 OCTOBRE 2011 SOMMAIRE 1. Conclusion générale Le Conseil de recherches en sciences

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada Parti libéral du Canada Le Collège des médecins de famille du Canada Questionnaire sur la position des partis politiques relativement aux principaux enjeux de la médecine familiale Élection fédérale 2011

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance À propos de nous Le Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l enfance est

Plus en détail

FACTEURS LIÉS AUX TAUX D EMPLOI DES FEMMES DANS LES RÉGIONS RURALES ET LES PETITES VILLES DU CANADA

FACTEURS LIÉS AUX TAUX D EMPLOI DES FEMMES DANS LES RÉGIONS RURALES ET LES PETITES VILLES DU CANADA Bulletin d analyse Régions rurales et petites villes du Canada N o 21-006-XIF au catalogue Vol. 2, n o 1 (décembre 2000) FACTEURS LIÉS AUX TAUX D EMPLOI DES FEMMES DANS LES RÉGIONS RURALES ET LES PETITES

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages : Les organisations du domaine de la santé et des services sociaux Les institutions sans but lucratif

Plus en détail

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS Contexte Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS De nombreux pays publient régulièrement des rapports sur la performance de leur système de

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire

Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS International Swaps and Derivatives Association, Inc. LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS publiée le 23 avril 2014 par International Swaps and Derivatives

Plus en détail

une gouvernance repensée & favorable à l autodétermination Enjeu Le financement Les pistes de solutions

une gouvernance repensée & favorable à l autodétermination Enjeu Le financement Les pistes de solutions Le financement Les Premières Nations ne disposent pas de ressources financières autonomes qu elles pourraient utiliser selon leurs spécificités, leurs priorités et leurs besoins réels. Sources de financement

Plus en détail

Les Canadiens et le bilinguisme

Les Canadiens et le bilinguisme Les Canadiens et le bilinguisme Rapport final Présenté à La Société Radio-Canada Recherche, Grille et Diffusion Décembre 2006 07-5517rap-final-complet Table des matières Méthodologie 3 Notes de lecture..

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA JUSTICE APPLICABLE AUX AUTOCHTONES FONDS DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS. Formulaire de demande de financement

STRATÉGIE DE LA JUSTICE APPLICABLE AUX AUTOCHTONES FONDS DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS. Formulaire de demande de financement STRATÉGIE DE LA JUSTICE APPLICABLE AUX AUTOCHTONES FONDS DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Formulaire de demande de financement Le Fonds de renforcement des capacités de la Stratégie de la justice applicable

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Contenu, collecte, qualité et diffusion

Contenu, collecte, qualité et diffusion Enquête nationale auprès des ménages Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Contenu, collecte, qualité et diffusion Octobre 2012 Aperçu de la présentation Contexte de l'enquête nationale auprès des

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Réalisé pour les Autorités canadiennes en valeurs mobilières Résumé le 28 septembre 2010 www.ipsos.ca TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... 1 Principales

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes»

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Article «Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Denise Lemire Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 3, n 2, 1997, p. 278-282. Pour citer cet article,

Plus en détail