Transfert des compétences : Note explicative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transfert des compétences : Note explicative"

Transcription

1 Transfert des compétences : Note explicative I. Contexte : Dans le cadre de la 6 ème réforme de l Etat, et plus particulièrement dans le cadre du transfert des compétences en matière de santé, le secteur hospitalier a fait part de ses inquiétudes quant aux conséquences de ce transfert sur les projets en cours et sur la prise en charge des charges du passé. Ce document d information a pour objectif de permettre au secteur de pouvoir disposer d une information claire à ce sujet pour ce qui concerne les matières couvertes par le budget des moyens financiers (BMF). II. Champs d application/définitions : Définitions - Arrêté BMF: arrêté royal du 25/4/2002 relatif à la fixation et à la liquidation du budget des moyens financiers des hôpitaux; - BMF: budget des moyens financiers; - Loi spéciale de financement adaptée : la loi spéciale du 16/1/1989 relative au financement des Communautés et des Régions, modifiée par la loi spéciale du 6/1/2014 portant réforme du financement des communautés et des régions [ ]; - SPF SPSCAE: Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement; - CIM Santé publique: Conférence interministérielle sur la Santé publique; - MSP: maison de soins psychiatriques; - RPM: résumé psychiatrique minimum. Transfert dans le cadre du BMF 1. Sous parties A1/A3 Le transfert des compétences porte sur les actuelles sous-partie A1 (sans le forfait informatique) et souspartie A3. Les frais de pré-exploitation repris en sous partie C1 ont également été transférés par souci d'homogénéité. Les modifications de l arrêté sur le BMF seront réalisées pour en tenir compte. 2. Sous partie B4 Les compétences suivantes et leur financement sont transférés: * les plateformes de concertation en santé mentale : L association comme plate-forme de concertation, telle que définie dans l'arrêté royal du 10 juillet 1990 fixant les normes d'agrément applicables aux associations d'institutions et de services psychiatriques et telle que financée suivant les modalités définies à l article 52 de l arrêté BMF. Il y a actuellement 13 plates-formes de concertation en santé mentale : 5 en Flandre, 1 à Bruxelles, 6 en Région wallonne et 1 en Communauté germanophone. * les projets pilotes B4 sur les internés demeurent de la compétence fédérale: des accords seront convenus en la matière au niveau de la Conférence Interministérielle (CIM) Santé publique. 1

2 * financement des frais d enregistrement du Résumé Psychiatrique Minimum (RPM) en maisons de soins psychiatriques (MSP). Transfert de la compétence des services G isolés et Sp isolés. Sont concernés par le transfert : les services G isolés et les services Sp isolés, c est-à-dire tout hôpital qui ne dispose que de lits de gériatrie et/ou que de lits Sp (service spécialisé pour le traitement et la réadaptation). Ne sont donc pas visés ici les hôpitaux qui disposent exclusivement de lits agréés sous l indice Sp soins palliatifs. III. Dates clés et périodes transitoires Le transfert des compétences a lieu au 1 er juillet Cependant, le transfert des moyens via les dotations octroyées aux entités fédérées compétentes ne sera effectif qu'au 1 er janvier 2015, sauf pour ce qui concerne les sous-parties A1, A3 et C1 pour lesquelles le transfert ne sera effectif qu au 1 er janvier La mise en œuvre de ces transferts de compétences est donc liée à une période transitoire. Un protocole a été négocié avec les entités fédérées pour déterminer comment l autorité fédérale va exercer les compétences transférées pendant cette période transitoire. Ainsi, l'autorité fédérale assurera le fonctionnement habituel et l exécution des tâches en relation avec les compétences transférées. Durant cette période, il est convenu de mettre en œuvre les mesures nécessaires de manière à permettre aux entités fédérées, à l issue de la période transitoire, de gérer de façon opérationnelle, au niveau fédéré, les matières transférées. En ce qui concerne la politique hospitalière «A1-A3». De manière générale, la période transitoire s étend du 1 er juillet 2014 au 31 décembre Cependant, pour ce qui concerne les investissements de nouvelles constructions ou de travaux de reconditionnement prioritaires prévus dans le calendrier de construction et les travaux de reconditionnement non prioritaires entamés avant le 31 décembre 2015, cette période transitoire s étend jusqu à la dernière des années concernées par le premier amortissement pratiqué l année suivant celle de la mise en exploitation d un investissement susmentionné, ou pratiqué l année de mise en exploitation d un de ces investissements si celleci a lieu dans le courant de janvier de l'année concernée, jusqu à la révision du dernier amortissement. En ce qui concerne les plateformes de concertation en santé mentale La période transitoire s étend du 1 er juillet 2014 au 31 décembre En ce qui concerne les maisons de soins psychiatriques La période transitoire s étend du 1 er juillet 2014 au 31 décembre Sans préjudice de la possibilité d'une adaptation de la réglementation relative aux MSP décidée en CIM Santé publique, la réglementation actuelle reste en vigueur pendant la période de transition. Pendant la phase transitoire, le SPF SPSCAE continuera d'assumer les 'missions générales', à savoir : - Calcul du prix par institution sur base de la réglementation actuelle; - Révisions des sous-parties A1 (charges d'investissement), A2 (charges de crédits à court terme), C1 (frais de pré-exploitation), C2A et C2B (montants de rattrapage) jusqu'à l exercice 2015, à condition que les règles relatives à ces révisions restent inchangées et soient appliquées de manière uniforme. Les 2

3 résultats de ces révisions seront intégrés dans les prix après accord des ministres compétents des communautés et régions ; - Communication des prix aux institutions et à l INAMI ; - Enregistrement RPM: l'enregistrement du RPM pour les MSP est financé via la sous-partie B4 (ligne 2600) du BMF des hôpitaux concernés. Ce budget n'est pas transféré. - Jusqu à la fin de la période transitoire, les données du RPM seront récoltées et traitées par le SPF SPSCAE à moins qu un nouvel enregistrement RPM n'entre plus tôt en vigueur. Durant cette période, le financement du RPM restera à charge du BMF. - Les conventions B4 pour personnes internées en MSP demeurent de compétence fédérale: des accords seront convenus en la matière au niveau de la CIM Santé publique. En ce qui concerne les services G isolés et Sp isolés La période transitoire s étend du 1 er juillet 2014 au 31 décembre IV. Garanties pour les hôpitaux en ce qui concerne la révision des investissements La loi spéciale de financement adaptée prévoit, en son nouvel article 47/9, 4, que " l autorité fédérale assure, pour le compte des communautés, le financement des investissements des infrastructures et des services médico-techniques des hôpitaux, pour autant que ces investissements: 1 aient fait l objet d un premier amortissement au plus tard le 31 décembre 2015; 2 ou, s agissant des nouvelles constructions ou des travaux de reconditionnement prioritaires subsidiés par les Communautés, qu ils aient été prévus dans le calendrier de construction, prévu par le protocole d accord conclu dans le cadre de la conférence interministérielle Santé publique du 19 juin 2006; 3 ou, s agissant de travaux de reconditionnement non prioritaires, pour autant que les investissements soient conformes aux règles fédérales en vigueur et soient entamés avant le 31 décembre 2015.". Concrètement cela signifie que : -) En ce qui concerne le point 1 : l impact de toutes les révisions concernant les sous-parties A1, A3 et C1 des exercices qui n a pas encore été intégré dans le BMF à ce jour est couvert par le mécanisme de l article 47/9, 4 susmentionné. Il s agit des révisions des exercices 2007 à Ces révisions seront réalisées par le service 'Financement des hôpitaux' du SPF SPSCAE, selon les règles en vigueur au 30 juin 2014 ou celles d application pour chacun des exercices revus. Ces révisions portent donc aussi sur les nouvelles constructions, extensions, travaux de reconditionnement qui font l objet d un premier amortissement avant le 31 décembre Il y a donc bien une garantie, un droit, pour les hôpitaux de couverture des charges du passé aux mêmes conditions qu aujourd hui ou aux conditions d application durant chacun des exercices revus antérieurs à Le SPF SPSCAE va donc continuer à réaliser ces révisions jusqu à l année du dernier amortissement. De même, les charges des investissements réalisés en matière de développement durable ou relatifs aux abords, parkings et autres, continueront d être révisées selon les modalités d'application au 30 juin 2014, pour autant qu'elles entrent dans le champ d application de l article 47/9, 4. Les conditions de révision du forfait médical et non-médical restent également d application conformément à l'article 29, 8 de l'arrêté BMF. Le calcul du plafond à la construction, tel que défini dans l'arrêté ministériel du 11 mai 2007, sera toujours déterminé selon les principes d'application au 30 juin ) En ce qui concerne le point 2 : tous les coûts des travaux repris dans le calendrier de construction et prévus sur base du protocole du 19 juin 2006 sont également couverts par le même mécanisme. 3

4 Concrètement, il reste encore 2 'tranches' du calendrier de construction qui seront présentées à la CIM Santé Publique en juin des années 2014 et 2015 (travaux prioritaires). Il faut noter que le calendrier de construction PEUT être totalement épuisé. Concrètement, les soldes existants peuvent avoir été utilisés. Il est nécessaire que chaque Communauté et Région présente, dans le cadre de ces deux dernières tranches (2014 et 2015), les montants et projets prévus qui ressortent de ce calendrier. Il n est pas utile que les travaux soient finalisés pour 2015 car, dans le cadre du calendrier de construction, des projets peuvent porter sur plusieurs années, mais il est, par contre, essentiel que ces projets y soient inscrits. Cela signifie donc que si un projet d un hôpital est déjà inscrit dans le calendrier actuel (période 2006 à 2013), les charges financières et les amortissements y relatifs seront couverts dans le cadre des révisions des exercices concernés. Exemple 1 : Inscription dans le calendrier mise en exploitation au plus tard en janvier 2014 : les charges seront reprises dans le cadre de la révision de l exercice 2014 qui sera réalisée par le service 'Financement des hôpitaux' selon les règles en vigueur en Cela signifie donc que, si un projet d un hôpital est ou sera inscrit dans le calendrier de construction, phase 2014 ou 2015, les charges financières et les amortissements y relatifs seront couverts dans le cadre de la révision de l exercice au cours duquel l investissement considéré sera amorti la première fois. Exemple 2 : Inscription dans le calendrier mise en exploitation au plus tard en janvier 2018 : les charges seront reprises dans le cadre de la révision de l exercice 2018 qui sera réalisée par le service 'Financement des hôpitaux' selon les règles en vigueur au 30 juin 2014 (donc règles actuelles). ATTENTION : un projet (construction, extension, reconditionnement prioritaire) qui n est pas inscrit dans le calendrier ne sera PAS couvert par ce mécanisme. -) En ce qui concerne le point 3 : sur base du même principe, les charges d investissement des travaux de reconditionnement non prioritaires, (car sinon tombent sous 2 ) seront couvertes par le même mécanisme, pour autant que ces travaux aient été "entamés" avant le 31 décembre Concrètement, les charges d investissement de ces travaux seront reprises dans le cadre de la révision de l exercice pendant lequel sera pratiqué le premier amortissement de ces travaux. La révision sera réalisée par le service 'Financement des hôpitaux' selon les règles en vigueur au 30 juin 2014 (donc règles actuelles). Les charges d amortissement des travaux de reconditionnement amortis la première fois en 2014 seront couvertes, soit par le forfait reconditionnement 2014, soit par les charges réelles 2014 si celles-ci sont supérieures au forfait En ce qui concerne les travaux de reconditionnement amortis la première fois en 2015, on ne sait pas encore quel sera le mode de couverture des charges d amortissement de ces travaux. Si, en accord avec les entités fédérées, un nouveau budget (forfait de 16 millions ) est prévu pour la couverture des charges d amortissement des travaux de reconditionnement amortis la première fois en 2015, l hôpital pourrait recevoir ce forfait, ou les charges réelles d amortissement de ces travaux si ces charges sont supérieures au forfait. Si ce budget supplémentaires n est pas libéré, alors ce sera effectivement les charges réelles. A partir de 2016, cela devrait, en principe, être couvert sur base des charges réelles (mais l'arrêté BMF doit encore être modifié dans ce sens). Vu qu il n existe pas de définition légale concernant la notion de travaux "entamés", l arrêté BMF va prévoir, à partir du 1 er juillet 2014, que l'hôpital doit disposer de l'accord du ministre compétent des communautés et/ou régions attestant qu il s agit bien de travaux de reconditionnement non prioritaires entamés avant le 31 décembre 2015; ce sera donc l autorité compétente qui définira ce qu il faut entendre par travaux "entamés". Il y a donc bien une garantie, un droit, pour les hôpitaux de couverture des charges relatives aux nouvelles constructions, extensions et travaux de reconditionnement en cours ou à venir, pour autant qu ils répondent aux conditions décrites ci-dessus. 4

5 Quelques précisions Pour ce qui concerne les investissements visés à l article 47/9, 4, 2 et 3, cette période ira jusqu à la dernière année concernée par le 'premier amortissement' après la première année de mise en exploitation du dernier investissement concerné ou du premier mois de l année de la mise en exploitation, y compris leur révision. Exemple : un investissement réalisé dans le cadre du calendrier de construction , amorti pour la première fois en 2017 sera révisable jusqu en En terme d intégration dans le BMF de l hôpital des résultats (positifs ou négatifs) des révisions, la durée d exécution va donc jusqu au terme de la révision de la dernière tranche d amortissement d un investissement réalisé dans le cadre de l article 47/9, 4. Concrètement, pendant cette période transitoire, il s agira donc : de déterminer un budget global, pour toutes les années pour lesquelles il y aura encore un investissement découlant soit du calendrier de construction, soit de travaux de reconditionnement entamés avant le 31 décembre Il peut donc s agir d années postérieures à de réviser les années de 2007 à 2015 et les années pour lesquelles il y aura encore un investissement découlant soit du calendrier de construction, soit de travaux de reconditionnement entamés avant le 31 décembre Les révisions porteront sur toutes les années concernant l amortissement et donc maximum 33 ans après la mise en exploitation. Chaque année, l impact des investissements, des prix provisionnels et des révisions sera pris en compte dans le budget global. En cas d impact positif des révisions pour l hôpital, et sur accord du ministre des communautés et/ou régions compétent, le BMF individuel de l hôpital sera adapté en conséquence. En cas d impact négatif des révisions pour l hôpital, le BMF de l hôpital sera adapté d office. Ces imputations se feront via une ligne spécifique de la sous-partie C2 du BMF et la liquidation de ce montant se fera via les canaux existants, à savoir : montant liquidé sous forme de douzièmes via l INAMI et les OA. En cas de désaccord, la liquidation sera reportée jusqu à ce que le ministre compétent donne son accord. L adaptation structurelle des sous-parties A1, A3 et C1 se fera après la révision. Le C2 ne couvrira que le montant de rattrapage (positif ou négatif) de la révision de l'année même. Nous rappelons également la garantie et le droit, pour les hôpitaux, de la couverture des charges concernées. V. Modalités de financement de ces droits garantis pour les hôpitaux La loi spéciale de financement adaptée prévoit, en son article 47/9, 4, dernier alinéa, que : "chaque année, les dépenses effectuées par l autorité fédérale pendant la période transitoire pour les investissements effectués dans les hôpitaux relevant de chacune des entités concernées, sont déduites des dotations respectives de ces entités". Concrètement, cela signifie : que le montant des sous-parties A1, A3 et C1 à la valeur au 31 décembre 2015 (et les adaptations y relatives) sera liquidé, via le budget des moyens financiers, de manière structurelle via la sous-partie C2 du BMF ; que les charges du passé et les charges relatives aux nouvelles constructions, extensions et travaux de reconditionnement visés plus haut seront liquidées via la sous-partie C2 du BMF au rythme des calculs des révisions effectués par le service 'Financement des Hôpitaux'. Une ligne et une annexe distincte seront créées dans le BMF de manière à pouvoir distinguer le montant et le détail de celui-ci. Ce décompte sera également communiqué à chaque entité fédérée pour les établissements la concernant. En terme de trésorerie, pour l hôpital, il n y a donc aucune modification par rapport au système existant (liquidation des rattrapages en C2). 5

6 Il faut noter que cela concerne autant les rattrapages positifs que les rattrapages négatifs. En ce qui concerne les premiers amortissements qui interviendront à partir du 1 er janvier 2014 et jusqu au dernier exercice concerné par un investissement repris dans le calendrier de construction ou par des travaux de reconditionnement entamés avant le 31 décembre 2015, le protocole prévoit de porter à la connaissance des ministres des communautés et régions, deux fois par an (le 31 mars et le 30 octobre), la liste des établissements, pour lesquels le SPF SPSCAE a calculé des adaptations provisionnelles et les montants concernés, sur base de laquelle ces ministres vont ou non, ou partiellement, marquer leur accord. Sur base de cet accord, le SPF SPSCAE pourra intégrer ces montants provisionnels dans les BMF. Conclusions Le mécanisme de la loi spéciale de financement adaptée donne toutes les garanties, tant en terme de droit que de financement pour ce qui concerne les charges du 'passé' et certains investissements, en cours ou à venir, dans le cadre des travaux visés par le protocole de juin 2006 concernant le Calendrier de construction ou les travaux de reconditionnement entamés avant le 31 décembre Les règles appliquées sont celles qui sont en vigueur et le travail est réalisé par les collaborateurs actuels qui travaillent sur ces dossiers au service 'Financement des Hôpitaux' du SPF SPSCAE. Le mécanisme de liquidation via le BMF reste inchangé Services G isolés et Sp isolés 1. Détermination du budget global des hôpitaux Les entités fédérées compétentes détermineront, avec le SPF et l INAMI, l estimation technique concernant les BMF des services G isolés et Sp isolés, y inclus les sous-parties A1, A3 et C1, à reprendre dans le budget global des hôpitaux à partir de 2015 et jusqu à la fin de la période transitoire. Plus particulièrement, ces estimations porteront sur les points suivants : -) Les BMF des services G isolés et/ou Sp isolés; -) les adaptations provisionnelles à insérer dans les BMF; -) les révisions. 2. Calcul des BMF individuels Pendant la période transitoire, le SPF SPSCAE effectuera les calculs des BMF des institutions concernées selon les règles en vigueur au 30 juin Cela signifie que, toute nouvelle modalité décidée à partir du 1 er juillet 2014, qui serait d application à l ensemble des hôpitaux généraux et psychiatriques, ne s appliquera pas aux services G isolés et Sp isolés. A partir du 1 er juillet 2014, préalablement à l envoi à chaque service G isolé et Sp isolé, de la notification des BMF au 1 er juillet et au 1 er janvier pour autant que, dans ce dernier BMF il y ait eu modification apportée par rapport à l envoi du BMF au 1 er juillet précédent, ces notifications seront transmises, par voie électronique, à chaque ministre des communautés et régions compétent. En principe, l administration fédérale se chargera de procéder à l envoi de la notification du BMF à chaque établissement concerné selon les modalités en vigueur, pour autant que la transmission à chaque ministre compétent ait été réalisée dans les 5 jours ouvrables qui précèdent cet envoi. En ce qui concerne les conventions et contrats financés via la sous-partie B4 du BMF et qui ont été conclus avec des services G isolés ou Sp isolés avant le 30 juin 2014, leur financement se poursuit et les contrats sont 6

7 prolongés jusqu à la fin de la période transitoire, sauf décision contraire signifiée au SPF SPSCAE par le ministre compétent des communautés et des régions. Au-delà de la période transitoire, les modalités de financement des services G isolés et Sp isolés sera du ressort des entités fédérées. 3. Budgets provisionnels Pendant la période transitoire, les adaptations provisionnelles sont attribuées selon la même procédure que celle prévue dans le cadre du transfert de la compétence relative au financement de l infrastructure hospitalière (sous-parties A1, A3 et C1 du BMF). Au-delà de la période transitoire, si des adaptations provisionnelles doivent être attribuées dans le cadre de travaux visés à l article 47/9, 4, 2 et 3 de la loi spéciale de financement adaptée (calendrier de construction et travaux de reconditionnement entamés avant le 31 décembre 2015), la procédure reste identique mais la liquidation devra se faire par les autorités compétentes. 4. Révisions des exercices du passé Le SPF SPSCAE traite ces dossiers de révision pour compte des ministres des communautés et régions compétents, les révisions susvisées concernent tous les éléments révisables du BMF jusque et y compris l exercice Le SPF SPSCAE traite également les révisions relatives à des exercices ultérieurs à 2017 en ce qui concerne le contrôle des charges financières des emprunts d investissements et des amortissements en cours et nouveaux (à la suite de la mise en exploitation d investissements, visés à l article 47/9, 4, 2 et 3 de la loi spéciale, au-delà de 2017). Le SPF SPSCAE va donc continuer à traiter ces révisions jusqu au terme de l amortissement des investissements susvisés. Chaque année, le SPF SPSCAE communiquera aux ministres compétents les montants concernés et les documents relatifs à la révision, tels que communiqués aux hôpitaux. La liquidation de ces montants de révisions au-delà de la période transitoire se fera via les autorités des communautés et régions compétentes. La loi spéciale de financement adaptée prévoit que, pour le 31 décembre 2014, soient désignés par arrêté royal les services qui étaient initialement repris dans la liste des services G isolés et Sp isolés et qui, entre temps, ne le sont plus. Les services G isolés et Sp isolés ont jusqu au 31 décembre 2014 pour modifier leur statut d agrément. Les ministres compétents seront invités à communiquer à l autorité fédérale, avant le 30 mars 2014, la liste des établissements qui sont concernés à cette date et pour lesquels il y a un nouvel agrément. L'autorité fédérale s engage à établir un premier arrêté royal sur cette base qui devrait être publié avant le 30 juin Idéalement, la situation en terme d agrément devrait être clarifiée au plus tard le 30 novembre 2014 afin de publier un arrêté royal avant le 31 décembre VII. CNEH, Commission de convention Organismes assureurs/hôpitaux, Conseil technique de l hospitalisation Si, dans ces organes, il y a un point à l ordre du jour concernant les sous-parties transférées du budget des moyens financiers ainsi que les services G isolés et Sp isolés, les représentants des communautés et régions seront invités en tant qu observateur. 7

Au nom du président, M. Peter Degadt, Le secrétaire, C. Decoster

Au nom du président, M. Peter Degadt, Le secrétaire, C. Decoster SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 09/04/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS.

Plus en détail

Dix clés pour comprendre. Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction. et les travaux de reconditionnement

Dix clés pour comprendre. Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction. et les travaux de reconditionnement Dix clés pour comprendre Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction et les travaux de reconditionnement 1. Première Clé : le protocole d accord avec les Communautés et Régions relatifs

Plus en détail

Note annexe à la proposition de budget des moyens financiers au 1er juillet 2014.

Note annexe à la proposition de budget des moyens financiers au 1er juillet 2014. Note annexe à la proposition de budget des moyens financiers au 1er juillet 2014. Préliminaire La présente note a pour objectif d apporter toutes les informations nécessaires à la bonne compréhension des

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité Lettre-circulaire aux maisons médicales qui ont adhéré au système du paiement forfaitaire de certaines prestations SERVICE DES SOINS DE SANTE

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Les effets de la 6ème réforme de l'etat sur la psychiatrie et la santé mentale

Les effets de la 6ème réforme de l'etat sur la psychiatrie et la santé mentale Les effets de la 6ème réforme de l'etat sur la psychiatrie et la santé mentale Philippe Henry de Generet Cabinet des Ministres Céline Fremault (Bruxelles) et Maxime Prévot (Wallonie) ACN Journée d'étude

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/183 DÉLIBÉRATION N 07/070 DU 4 DÉCEMBRE 2007 CONCERNANT LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

les aspects de l'agrément relatifs à la programmation reconversion volontaire (*)

les aspects de l'agrément relatifs à la programmation reconversion volontaire (*) . Ministère des Affaires sociales, de la Santé publique et de l'environnement Administration des soins de santé Direction de la politique des Soins de santé Bruxelles, le 8 avril 1999 CONSEIL NATIONAL

Plus en détail

W/97 octies. Institut national d assurance maladie-invalidité. Service des soins de santé

W/97 octies. Institut national d assurance maladie-invalidité. Service des soins de santé Annexe 2 W/97 octies Institut national d assurance maladie-invalidité Avenue de Tervuren 211, 1150 Bruxelles 02/739 78 32 Service des soins de santé SEPTIEME AVENANT A LA CONVENTION NATIONALE ENTRE LES

Plus en détail

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Bruxelles 28/01/2014 Plan 1. Des compétences disparates et partielles

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 _ Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 Accords bilatéraux avec l UE et l'aele Avec le bulletin n 118 du 30 septembre 2002 et la circulaire AI n 176 du 13 mars 2003, des réponses ont été apportées à

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention :

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention : Texte conventionnel ANNEXE II-3 de la convention nationale organisant les rapports entre les pharmaciens titulaires d officine et l assurance maladie : de la formation continue conventionnelle A N N E

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2013 C(2013) 9098 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2013 complétant la directive 2011/61/UE du Parlement européen et du Conseil en ce

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Contexte Modifications légales en relation avec la loi sur l'énergie du

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

ENTRE. la REGION WALLONNE, représentée par les Ministres-Membres du Gouvernement wallon :

ENTRE. la REGION WALLONNE, représentée par les Ministres-Membres du Gouvernement wallon : 1 CONVENTION RELATIVE A L OCTROI D UNE LIGNE DE PRETS D INVESTISSEMENTS CONCLU DANS LE CADRE DU FONCTIONNEMENT DU «C.R.A.C. INFRASTRUCTURES MEDICO-SOCIALES» ENTRE Le/La représenté(e) par et par dénommé(e)

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CHAMP D APPLICATION ET DEFINITIONS

CHAPITRE 1 : CHAMP D APPLICATION ET DEFINITIONS REGLEMENT PROVINCIAL RELATIF A LA PROMOTION DU VOLONTARIAT PAR L OCTROI D UNE COUVERTURE D ASSURANCE SUBSIDIEE ASSURANCE VOLONTARIAT Article 1 Dans les limites du subside accordé par la Loterie nationale

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450 Septembre 2012 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 36 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public,

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet.

Vous trouverez en annexe plus d'informations à ce sujet. Administration de l expertise médicale Medex NOS RÉF. DATE 10/06/2014 ANNEXE(S) EXPLICATION DU NOUVEL AR GESTION ACCIDENTS DU TRAVAIL CONTACT Contact Center TÉL. 02/524 97 97 E-MAIL cg_ga@medex.belgium.be

Plus en détail

L Urologue et les réformes de l'etat en Belgique

L Urologue et les réformes de l'etat en Belgique L Urologue et les réformes de l'etat en Belgique Philippe Henry de Generet Cabinet des Ministres Céline Fremault (Bruxelles) et Maxime Prévot (Wallonie) Société Belge d Urologie Bruxelles, le 24 avril

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE 1 CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE ENTRE Le/La (dénomination de l emprunteur) représenté(e) par

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres

Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres 2 BinckBank S.A. Succursale belge Quellinstraat 22 à 2018 Anvers TVA BE 0842.123.910 RPM Anvers Siège social BinckBank S.A. Barbara Strozzilaan 310-1083

Plus en détail

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1 Note informative relative à la complémentarité des rapports et plans pauvreté produits régulièrement par les Régions, les Communautés et au niveau interfédéral mars 2009 Les différents rapports sont décrits

Plus en détail

Règlement d apprentissage applicable dans les entreprises ressortissant à la Commission Paritaire de l industrie hôtelière : Horeca

Règlement d apprentissage applicable dans les entreprises ressortissant à la Commission Paritaire de l industrie hôtelière : Horeca Règlement d apprentissage applicable dans les entreprises ressortissant à la Commission Paritaire de l industrie hôtelière : Horeca Article 1 er - 1.Le présent règlement d'apprentissage s'applique aux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

A l attention de Madame Françoise LANNOY, Namur, le 16 décembre 2009 Chef de Cabinet

A l attention de Madame Françoise LANNOY, Namur, le 16 décembre 2009 Chef de Cabinet Vos réf.: Nos réf.: CE/ern/jmr/cb/09-876/w Votre corresp.: Jean-Marc Rombeaux 081 24 06 54 jean-marc.rombeaux@uvcw.be Madame Eliane TILLIEUX, Ministre de la Santé et de l'action sociale Rue des Brigades

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE GUIDE DE COLLABORATION. Guide de collaboration

PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE GUIDE DE COLLABORATION. Guide de collaboration PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE Guide de collaboration Table des matières I. Concernant la base de données PTP... 3 1. Modalités de transmission des informations... 3 2. Mise à jour... 3 II. Concernant

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF)

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) Le CPF est ouvert pour tous les salariés de 16 ans jusqu'à la retraite. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Le «Compte Personnel

Plus en détail

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom AVIS 2004/1 Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Introduction

Plus en détail

L'administrateur général

L'administrateur général Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles L'administrateur général Expéditeur ONAFTS Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles date 20.06.2006 votre réf. contact Anne-Michèle Wauthier attaché téléphone 02-237 23 56 02-237

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 ---------------------------------------

A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 --------------------------------------- A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 --------------------------------------- Fonds de sécurité d'existence - Dépôt des comptes annuels, des rapports annuels ainsi que

Plus en détail

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 2008/8930 Direction de l'enfance PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 Commission Education - Petite Enfance du 31 janvier 2008 Objet : Attribution d'une subvention d'investissement

Plus en détail

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Historique & structure L ASBL Fonds Chauffage a été constituée le 5 novembre 2004, par les représentants du secteur

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Taux d'intérêt des instruments de la SNCI

Les avis de la Chambre des Métiers. Taux d'intérêt des instruments de la SNCI Les avis de la Chambre des Métiers Taux d'intérêt des instruments de la SNCI CdM/06/03/14 14-9 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 18 janvier 2005 fixant les conditions

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable La loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales donne à tout détenteur d un diplôme repris à

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.12.2001 COM(2001) 759 final 2001/0290 (ACC) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion d'un accord sous forme d'échange de lettres

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste 1. Quels sont les critères pris en compte pour le contrôle

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

Contrat d affiliation à la caisse de prévoyance de la Confédération

Contrat d affiliation à la caisse de prévoyance de la Confédération Contrat d affiliation à la caisse de prévoyance de la Confédération du 15 juin 2007 (Etat le 1 er janvier 2015) En vertu de l art. 4 de la loi du 20 décembre 2006 relative à PUBLICA 1 et de l art. 32b,

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité CIRCULAIRE AUX KINESITHERAPEUTES 2008/1 SOINS DE SANTE Correspondant : Tél. : 02/739.74.79 E-mail : kine@inami.fgov.be Website : www.inami.be

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Vu la demande du Ministre de l Intégration sociale du 27 avril 2005 ;

Vu la demande du Ministre de l Intégration sociale du 27 avril 2005 ; CSSS/05/68 1 DÉLIBÉRATION N 05/025 DU 3 MAI 2005 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES CENTRES PUBLICS D ACTION SOCIALE ET LE SERVICE PUBLIC DE PROGRAMMATION INTÉGRATION

Plus en détail

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Préavis No 27/2011 Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Depuis 1956, les

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/142 DÉLIBÉRATION N 11/092 DU 6 DÉCEMBRE 2011 RELATIVE À L ÉCHANGE MUTUEL DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L

Plus en détail

A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------

A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ A V I S N 1.857 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ Travailleurs domestiques : projet d arrêté royal portant modification de l arrêté royal

Plus en détail

Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers

Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers - - 800.7 Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers du novembre 00 Le Conseil d Etat du canton du Valais vu les dispositions du

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé :

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé : Dispositions législatives de transposition de la directive n 2003/41 CE pour ce qui concerne les entreprises d'assurance Article 1 er I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE MINISTERE 1010 Bruxelles, le 13 mars 1989 DE LA SANTE PUBLIQUE Cité administrative de l Etat ET DE L ENVIRONNEMENT Quartier Vésale

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail