1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8"

Transcription

1 ACTUALISATION ROADMAP esante SESSION N 1 04/05/15 Projet A8 : Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) 1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8 En 2013, l autorité fédérale établira, en collaboration avec les Régions et les Communautés, un plan pluriannuel pour le développement, l implémentation et l utilisation de l instrument BelRAI, pour les secteurs des soins à domicile, les soins hospitaliers dans les services de gériatrie ainsi que les soins palliatifs. a. La première et principale condition d implémentation est que nous avons besoin d un système modulé ou graduel de façon à nous éviter de devoir compléter le BelRAI entier pour des personnes moins dépendantes. (Cf. le pré- module, qui est développé en Flandre). b. Une deuxième condition d implémentation est que nous devons éviter que les dispensateurs de soins ne doivent introduire les mêmes informations dans différents systèmes. Il est très important qu un lien existe avec des dossiers électroniques existants : le DMI et les plans de soins en ligne, les dossiers en ligne, MyCareNet. c. Troisième condition d implémentation: BelRAI, doit également viser une application dans le cadre des soins à domicile et doit servir à définir tous les types de dépendance, également dans le secteur de l aide sociale. d. Une quatrième condition d implémentation réside dans la fixation univoque de paramètres pertinents (voir plus loin point d action 12). e. La participation des médecins généralistes et des autres dispensateurs de soins est nécessaire. Garantir une introduction unique des données est un stimulant important. D autres leviers pourront encore s avérer indispensables. 2. Situation As Is 2.1 Plan pluriannuel pour le développement, l implémentation et l utilisation de l instrument BelRAI L autorité fédérale a, en collaboration avec les entités fédérées, développé un projet conjoint visant l élaboration d un plan pluriannuel pour le développement, l implémentation et l utilisation de l instrument BelRAI. En raison de la complexité et de l ampleur du processus d implémentation concerné et en vue de pouvoir formuler une réponse aux questions posées, il a été convenu de faire appel à un gestionnaire de projet spécialisé. Le 30 mars 2015, le gestionnaire de projet (via un rapport intermédiaire) a proposé à la CIM les points d action présentés ci- dessous avec l intention de les traduire ensuite en fiches- projets. Sur cette base, il devrait être clairement explicité comment ces actions doivent être menées, dans quels délais, contextes de soins, réglementations, budgets et cadre de gestion. Action 1 les sous- actions 1A et 1B seront exécutées en même temps, la sous- action 1C sera exécutée ensuite.

2 Sous- action 1A - Extension de BelRAI avec le module BelRAI screener et généralisation de l implémentation modules BelRAI Home Care (HC) / Long Term Care Facilities (LTCF) / Acute Care (AC) pour toutes les personnes fragiles. Sous- action 1B Analyse de la pertinence des modules Mental Health + Community Mental Health, de leur acceptabilité et de l étendue des adaptations de l outil à réaliser pour les introduire. Sous- action 1C : Analyse de la pertinence des modules Personnes handicapées / Enfants et jeunes / Post Acute Care / Emergency Department Care / "Revalidation", de leur acceptabilité et de l étendue des adaptations de l outil à réaliser pour les introduire. Action 2 Optimiser l outil en s appuyant sur un «users» groupe restreint Action 3 Intégrer l utilisation de BelRAI dans les politiques communautaires, régionales et fédérales Point d attention 1 : il est essentiel que les différents niveaux de pouvoirs puissent exprimer clairement leurs intentions quant à leur volonté d utiliser les différents instruments et de les rendre obligatoires ou non. Point d attention 2 : Le lien avec les autres initiatives importantes doit être établi comme le plan pour les Soins intégrés aux malades chroniques Point d attention 3 : les utilisateurs doivent pouvoir en tirer un avantage Les intentions et engagements des communautés et régions seront intégrés dans le protocole d accord décrit au point d action 11 Action 4 Garantir la formation dans le cursus de base des acteurs de santé et de bien- être et dans la formation continue en s appuyant sur l action 12 du plan e- santé. Action 5 Activer un plan de communication qui fédère tous les acteurs Action 6 Rédiger et communiquer aux éditeurs de logiciel un cahier de charges pour l action 1A (BelRAI screener et modules HC AC LTCF). Action 7 S assurer un soutien efficace de la politique e- santé. BelRAI s appuiera sur l ensemble des développements et des politiques e- Santé pour le consentement éclairé du patient, l accès pour toutes les personnes autorisées, un module d accès pour le patient et/ou à l aidant proche, partager les informations avec les hubs, méta- hubs, coupler les informations avec le dossier patient. Action 8 Promouvoir au maximum l intégration dans les logiciels métier et examiner en parallèle la possibilité de maintenir une solution gratuite via web- browser. Action 9 Opter pour un modèle collaboratif Le modèle «collaboratif» repose sur une architecture collaborative commune. Ce modèle collaboratif permet à chacun (prestataire de soins, région, communauté ou entité fédérale), d avoir accès à ses propres données sans voir les données de l autre. Dans le modèle collaboratif la localisation physique des données est peu importante et est un problème d ordre essentiellement technique. Le modèle collaboratif doit permettre : Un point d accès unique pour les sociétés de software qui ont intégré BelRAI dans leur logiciel métier pour rentrer les data via le web- service dans la base de données Un point d accès unique pour les prestataires de soins qui ne disposent pas d une application métier et qui utilisent le web- browser.

3 Une mise à jour immédiate des données dans l ensemble des bases de données communautaires/régionales et fédérales Un accès immédiat aux données d un patient qui vient d une autre région ou communauté Action 10 - Délégation par la CIM de la gestion opérationnelle du projet ; mise en place de deux niveaux de gouvernance : La gouvernance stratégique générale La gouvernance opérationnelle La CIM assure le niveau de gouvernance stratégique général le plus élevé. Il s agit de prendre les décisions et de réaliser les arbitrages nécessaires dans les grands choix, les grandes orientations, les affectations budgétaires, l évaluation des progrès réalisés La CIM délègue la gestion opérationnelle à un gestionnaire de projet ou à une «structure BelRAI» dédiée à la gestion opérationnelle du projet. Action 11 Elaborer et signer un protocole d accord entre les différents niveaux de pouvoir où chacun s engage à aboutir pour une date déterminée à une proposition de loi/cadre et/ou d accord de collaboration relative à l organisation générale de BelRAI Action 12 Conclure une nouvelle convention avec InterRAI Le 30 mars 2015, sur la base de cette liste de points d action, la CIM a décidé : - «que ces 12 points d actions soient concrétisés en fiches- projets qui définiront : o qui se chargera de l exécution de ces actions ou d une part d entre elles, o le planning d exécution, o le mode d exécution (stratégique et opérationnel) o et les impacts budgétaires - que ces fiches- projets soient élaborées à partir de 4 ateliers auxquels les membres du Groupe de travail inter- cabinets seront invités : o Un atelier formation et communication en charge des Fiches- Projets pour les actions 4 et 5 o Un atelier gouvernance en charge des Fiches- Projets pour les actions 1, 2, 3 et 10 et pour les directives à donner à l atelier informatique pour l action 9 o Un atelier informatique en charge des actions 6, 7, 8, 9 o Un atelier juridique en charge des actions 11 et que ces fiches soient ensuite soumises pour approbation au Comité de l Assurance de l INAMI (mandataire de la mission) et à la CIM, via le Groupe de travail inter- cabinets Maladies chroniques.» 2.2 Utilisation actuelle de BelRAI Actuellement, BelRAI peut être utilisé part out prestataire de soins individuel. L instrument est cependant prévu pour une utilisation dans un contexte multidisciplinaire. L instrument BelRAI a été testé dans un projet portant sur «l usage transmural de l instrument BelRAI» ( ). Il est aujourd hui utilisé dans le cadre des projets de renouvellement des soins pour personnes âgées fragiles. La banque de données contient actuellement (au 7 avril 2015) des données concernant : nombre de patients : nombre de prestataires : nombre d évaluations :

4 2.3 Développement d un pre- screener pour BelRAI: pour les soins à domicile, les soins résidentiels et les soins hospitaliers (admissions aux urgences et liaison gériatrique interne), dans les 3 langues nationales Une étude est en cours (contrat avec le Comité de l Assurance de l INAMI) comportant les missions suivantes : l organisation d un focus groupe avec des acteurs du monde hospitalier/gériatrie afin d identifier les informations complémentaires nécessaires spécifiquement pour leur secteur. Les instruments InterRAI existants leur sont également proposés afin d arriver à un choix informé et soutenu par le secteur la traduction en allemand de tout ce qui a été développé jusqu à présent en français et néerlandais, ceci faisant l objet d une mission spécifique l organisation d au moins une réunion d information pour tous les secteurs, dans toutes les communautés et régions, en vue d obtenir un soutien maximum l organisation d un test auprès d un échantillon représentation de personnes âgées du secteur des soins à domicile, en résidentiel et à l hôpital, afin : o d examiner si le screener est utilisable dans tous les secteurs et d identifier les o éventuelles adaptations nécessaires évaluer à partir de quel moment un BelRAI complet est nécessaire, comment calculer un score global qui sera interprété correctement dans la pratique et quelle est la valeur de cut- off qui peut déterminer à partir de quel moment un assessment complet est nécessaire. Une part de cette analyse peut éventuellement, moyennant accord du Comité sectoriel, être réalisée sur des données récoltées précédemment dans BelRAI un comité d accompagnement a été mis en place au sein du groupe de travail inter- cabinets Politique à l égard des personnes âgées. Ce comité se réunit 4 fois sur l année et un état des lieux de l étude lui est présenté. Les chercheurs doivent tenir compte des éventuelles remarques formulées. La préparation d un dossier destiné au Comité sectoriel et l implémentation des éventuelles remarques formulées par ce comité. Les résultats de cette étude sont attendus pour septembre Elargissement du projet FLIECE (utilisation de BelRAI pou les patients palliatifs) flamand en y intégrant 5 MRS de Bruxelles et Wallonie Une étude est en cours actuellement (contrat avec le Comité de l Assurance de l INAMI) et qui prévoit les missions suivantes : La préparation d un dossier destiné au Comité sectoriel et l implémentation des éventuelles remarques formulées par ce comité. La traduction du manuel en français (environ 2 mois de travail). Actuellement InterRAI n a encore aucune version en français de ce manuel, mais certaines parties sont fort comparables au manuel Home- Care et peuvent, moyennant certaines adaptations, être rapidement traduites. D autres parties sont totalement neuves. La traduction en allemand est également prévue. Contacter et accompagner 5 MRS supplémentaires situées à Bruxelles et en Wallonie pendant 12 à 18 mois (en fonction de la taille des établissements) Prendre part au comité d accompagnement (4 x par an) Analyser les données complémentaires recueillies.

5 Les résultats de cette étude sont attendus pour septembre Les résultats de l étude FLIECE menée à la demande de l autorité flamande (IWT) ont été présentés au congrès Hoe de palliatieve zorg verbeteren in Vlaanderen qui s est tenu les 29 et 30 janvier 2015 à Bruxelles. Ils sont aussi publiés dans le livre palliatieve zorg, meer dan stervensbegeleiding Nood aan integratie en verbreding auteurs Joachim Cohen, Tinne Smets, Koen Pardon et Luc Deliens. Edition Lannoo Campus 3. Situation As Is éléments d explication/points bloquants L instrument BelRAI a connu un développement progressif depuis 2006, sans adaptations spécifiques liées à d autres initiatives qui se sont développées depuis lors. Il prévoit l identification des prestataires via la carte e- Id et se réfère à la source authentique des prestataires, mais n a pas d autres liens avec les autres sources ou flux de données. Récemment, certaines initiatives ont été prises pour mieux intégrer l instrument dans le développement actuel de l e- santé, telles que : - proposition récemment introduite à l IHTSDO de réaliser le mapping entre les instruments InterRAI et SNOMED, - développement (privé/commercial) d une application mobile pour tablettes, - tests en Flandre pour une interconnexion entre les données BelRAI et les autres composantes du dossier du patient (une première étude dans ce sens avait déjà été menée au niveau fédéral en 2011). Il est cependant essentiel d inscrire plus résolument l instrument et ses développements futurs dans le cadre général de l e- santé. Cela doit permettre de dépasser certains obstacles tels que : - le consentement du patient : actuellement un consentement spécifique doit être donné par le patient pour l utilisation de BelRAI - l interconnexion avec les autres sources de données (éviter les réencodages, importation du schéma de médication, etc.) - l accès aux données via HUB s, Intermed, Vitalink? et problématique de l accès à ces canaux d information pour les non médecins (infirmiers, ) - alimentation de la source authentique des prestataires : actuellement, l INAMI doit encoder manuellement dans COBRHA les données des intervenants prévus pour BelRAI qui ne relèvent pas de l AR 78 - hébergement de la banque de données centrale et utilisation de ces données à des fins épidémiologique ou d analyse : actuellement la banque de données est hébergée sur un serveur entièrement privé - intégration de la formation à l utilisation de BelRAI dans les formations de base et formations continues des prestataires de santé - interconnexion entre les données des applications mobiles privées avec la banque de données centrale et conditions d accès - accès du patient et de l aidant- proche aux données qui le concernent dans BelRAI -

AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI)

AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) 1. Formulation initiale dans le plan d actions 2013-2018 Calendrier: 1er juillet 2017 - Chef de projet : SPFSPSCAE/DG1 Responsables: Institut

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSSS/14/032 DÉLIBÉRATION N 14/016 DU 18 FÉVRIER 2014 PORTANT SUR LE RÈGLEMENT DU PARTAGE DE DONNÉES DE SANTÉ ENTRE LES SYSTÈMES DE

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/15/085 DÉLIBÉRATION N 09/018 DU 19 MAI 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 19 MAI 2015, PORTANT SUR L ÉCHANGE DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 1/12 Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 Objet: Projet d'arrêté du Gouvernement wallon présentant le projet de décret insérant certaines dispositions dans le Code wallon de l'action sociale et de la Santé,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Informatisation du dossier infirmier dans les hôpitaux : état des lieux

Informatisation du dossier infirmier dans les hôpitaux : état des lieux Informatisation du dossier infirmier dans les hôpitaux : état des lieux B. Folens, M. Lardennois, N. Besri 2 Contexte Plan pluriannuel destiné à améliorer l attractivité de la profession infirmière (28

Plus en détail

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis Spécificités wallonne ou bruxelloise 1. Contenu de l Accord Institutionnel 3 grands volets : 1.1. Renouveau politique

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

L Assurance soins flamande. Rencontre Québec - Flandre 25 janvier 2013

L Assurance soins flamande. Rencontre Québec - Flandre 25 janvier 2013 L Assurance soins flamande Rencontre Québec - Flandre 25 janvier 2013 I. L'assurance soins flamande L'assurance soins flamande offre aux personnes nécessitant des soins une couverture intégrale ou partielle

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé CSSS/09/010 DÉLIBÉRATION N 09/008 DU 20 JANVIER 2009 RELATIVE À L APPLICATION DE LA GESTION INTÉGRÉE DES UTILISATEURS ET DES ACCÈS PAR LA PLATE-FORME

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET 681 (2007-2008) N 2 681 (2007-2008) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET visant à instaurer un fonds budgétaire en matière de financement du Système intégré de gestion

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/101 AVIS N 10/21 DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT LA DEMANDE DU MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES RELATIVE AU PROTOCOLE,

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT 268 (2014-2015) N 3 268 (2014-2015) N 3 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET insérant certaines dispositions dans le code wallon de l action sociale et de la santé, relatives

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 APPEL D OFFRES Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 Concerne : Développement par un cabinet de révision d un programme de travail et d un rapport

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Cadre institutionnel, financier et politique en matière de santé : c était comment avant «l accord papillon»?

Cadre institutionnel, financier et politique en matière de santé : c était comment avant «l accord papillon»? Cadre institutionnel, financier et politique en matière de santé : c était comment avant «l accord papillon»? Plate-forme d action Santé et Solidarité Bruxelles - 18 juin 2013 UNMS Direction Etudes Dr.

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES

EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES EN BELGIQUE, LES MUTUELLES NE REMBOURSENT PAS LES SÉANCES DE LOGOPÉDIE POUR LES ENFANTS DONT LE QUOTIENT INTELLECTUEL EST INFÉRIEUR À 86 PAR THOMAS DABEUX ANAHM ASBL 29 OCTOBRE 2014 Des études récentes

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat

Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat Michel BARBEAUX (professeur de Finances publiques à la FOPES UCL) L accord institutionnel pour la 6 ème réforme de l Etat, conclu le 11 octobre 2011, prévoit

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL.

SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL. SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL. ETAT DE LA SITUATION DE QUELQUES PROJETS DU SERVICE DU REGISTRE NATIONAL. PRESENTATION AU COMITE DES UTILISATEURS DU R.N. LE 16 MARS 2007. Liste des projets.

Plus en détail

MC-Informations Analyses et points de vue

MC-Informations Analyses et points de vue MC-Informations Analyses et points de vue Périodique trimestriel de l Alliance nationale des Mutualités chrétiennes 258 décembre 2014 Vieillissement et soins aux personnes âgées Evolution de la part des

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

WST 5 PA 12 «Formation et soutien ICT des dispensateurs de soins» (Version 7)

WST 5 PA 12 «Formation et soutien ICT des dispensateurs de soins» (Version 7) WST 5 PA 12 «Formation et soutien ICT des dispensateurs de soins» (Version 7) PA 12.1. Inclure l'esanté dans la formation TBD Qui : SPFSPSCAE/DG2 (lead) + Communautés, SPF + associations scientifiques

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSSS/15/061 DÉLIBÉRATION N 15/021 DU 7 AVRIL 2015, MODIFIÉE LE 5 MAI 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

Mediprima. La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS

Mediprima. La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS Mediprima La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS 22 Mars 2013 Table des matières Introduction 1 Notions de base...5 1.1. Aide médicale:...5 1.2. Aide Médicale Urgente...5 1.3. L urgence médicale...5

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Manuel. User Management BUCOM

Manuel. User Management BUCOM Manuel User Management BUCOM Version 4.4 - Septembre 2010 Table des matières [info] Pour une consultation plus rapide, veuillez cliquer directement sur les rubriques souhaitées. Pour retourner vers la

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Plan d accessibilité

Plan d accessibilité Plan d accessibilité Le Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées (R) en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) exige que Hunter Douglas Canada

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

Manuel d utilisation pour la plateforme BeExcellent MANUEL D UTILISATION POUR LA PLATEFORME BEEXCELLENT

Manuel d utilisation pour la plateforme BeExcellent MANUEL D UTILISATION POUR LA PLATEFORME BEEXCELLENT Manuel d utilisation pour la plateforme MANUEL D UTILISATION POUR LA PLATEFORME BEEXCELLENT Manuel d utilisation pour la plateforme 13 14 Manuel d utilisation pour la plateforme Qu est-ce que 1. Qu est-ce

Plus en détail

La réforme du remboursement des frais de l aide médicale aux centres publics d action sociale phase 1 projet du MediPrima

La réforme du remboursement des frais de l aide médicale aux centres publics d action sociale phase 1 projet du MediPrima Frontdesk E-mail: question@mi-is.be Tél.: 02/508.85.86 Fax : 02/508.86.10 A Mesdames les Présidentes et à Messieurs les Présidents des centres publics d action sociale date : 27 septembre 2013 La réforme

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD PLUS ON EN SIT MIEUX ON SE PORTE Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPD Mars 01 Le Dossier Médical Personnel : pour améliorer la prise en charge des résidents Depuis 008, les établissements d hébergement

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de et de services sociaux Présenté le 11 novembre 2003 Principe adopté le 10 décembre

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE Le projet de loi relatif au droit des étrangers Juillet 2014 Les chiffres de l immigration 200.000 étrangers hors UE sont accueillis chaque

Plus en détail

Intérêts de l outil PAACO

Intérêts de l outil PAACO 12 février 2014 Colloque TIC Santé Intérêts de l outil PAACO Association «Gaves et Bidouze» - Plateforme de coordination CLIC, Réseau Gérontologique, MAIA L outil PAACO Objectifs : pourquoi cet outil dans

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/192 DÉLIBÉRATON N 08/071 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Dr JL Dourson - 11 janvier 2012 1

Dr JL Dourson - 11 janvier 2012 1 Contribution des laboratoires d analyses médicales extrahospitaliers du secteur privé à l Agence e-santé Dr JL Dourson - 11 janvier 2012 1 Etat des lieux Projets Enjeux 2 OBJECTIFS Garantir une interopérabilité

Plus en détail

Modifications Soft33

Modifications Soft33 Modifications Soft33 Vous trouverez, ci-après, la description des principales modifications et corrections apportées au logiciel Soft33 depuis la version 6.0.0. 1. Version 7.4.0 Ajout de la gestion des

Plus en détail

2. Accords généraux concernant la prescription

2. Accords généraux concernant la prescription 2. Accords généraux concernant la prescription INTRODUCTIon La prescription doit permettre au pharmacien de délivrer de manière adéquate le bon médicament. La prescription doit satisfaire à un certain

Plus en détail

La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins

La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins Eléments pour une note de politique Introduction Les médicaments prennent une place de plus en plus importante

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Protocole d accord DOCOMOMO Belgium: Protocole d accord DOCOMOMO Belgium:

Protocole d accord DOCOMOMO Belgium: Protocole d accord DOCOMOMO Belgium: Ce protocole de coopération is un document dynamique qui veut assurer la coopération entre Ce protocole de coopération Bruxelles-Wallonie is un document asbl dynamique et qui veut assurer la coopération

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012 www.inami.be www.coopami.org Financement et maîtrise des dépenses de remboursement des soins de santé par l assurance maladie obligatoire par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE Les plates-formes de santé mentale AR de 1990 : création des associations de PF OBJECTIF > organiser la concertation en matière

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Maîtrise des infections liées aux soins

Maîtrise des infections liées aux soins Maîtrise des infections liées aux soins Hopitaux et MRS/MRPA peuvent ils collaborer? Docteur François Kidd - CH Jolimont-Lobbes Consortium Wallonie Entité Jolimontoise - CPAS Nivelles -CPAS Tubize Idées

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Le meilleur chemin pour nous contacter?

Le meilleur chemin pour nous contacter? Le meilleur chemin pour nous contacter? Vous avez des questions sur les soins à domicile? Vous avez besoin de services ou de soins particuliers? N hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble la

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Plateforme STAR CLM Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Groupe STAR Your single-source partner for corporate product communication Chaque plan de vol est unique... Chaque vol est un

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be Newsletter 01 www.formationtitresservices.be Avant-propos Cher lecteur, Le secteur des titres-services est toujours en pleine croissance. Avez-vous déjà parcouru l étude IDEA commandée par les autorités

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS

AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS COMMISSION D AGRÉMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS Pourquoi un agrément en tant que Pharmacien hospitalier? 4 introduction 5 notice explicative I. La demande d InscrIptIon

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

De multiples facettes

De multiples facettes NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 31 OCTOBRE - DÉCEMBRE 2005 2005 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail