MOT D OUVERTURE. Promouvoir et valoriser la science : un objectif collectif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MOT D OUVERTURE. Promouvoir et valoriser la science : un objectif collectif"

Transcription

1

2 3 MOT D OUVERTURE Promouvoir et valoriser la science : un objectif collectif Depuis 30 ans, l évolution et la croissance du CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean se sont faites de manière dynamique en privilégiant une démarche partenariale. Regroupant les écoles des commissions scolaires, les cégeps et les écoles secondaires privées de la région, le partenariat Sciences Jeunesse est unique au Québec et représente un formidable exemple de la volonté régionale. Jean-François Moreau Professeur et directeur du Laboratoire d archéologie, UQAC Président du CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean Devenu un lieu de partage, d échange et de concertation inestimable, tous y travaillent ensemble afin d accroître l accessibilité aux activités à caractère scientifique offertes aux jeunes de la région. Depuis de nombreuses années, le milieu de l éducation, à tous les niveaux, est donc un allié de taille quand on pense à la mission que s est donnée le CLS, à savoir favoriser l acquisition d une culture scientifique et valoriser les carrières en science et en technologie. Certes, nous croyons que la culture scientifique représente un outil de développement collectif qui doit devenir l une des bases de la réflexion citoyenne au Saguenay Lac-Saint-Jean. Aussi, rendre la science vivante et intéressante, particulièrement auprès des jeunes, constitue notre véritable défi. Pour y arriver, nous développons continuellement de nouvelles activités, créons de nouveaux produits, expérimentons des approches novatrices qui, toutes, permettent de stimuler leur intérêt et leur curiosité pour la science. Ce sont les efforts conjoints et les actions concertées d une équipe créative qui permettent aujourd hui au CLS d offrir des services de qualité depuis de nombreuses années et de croire fermement en son avenir. Ce livret-souvenir se veut donc une commémoration de nos trois premières décennies, lesquelles n auraient été possibles sans les nombreux partenaires qui, depuis 30 ans, ont contribué au succès et à la diversification des activités du CLS. Nous leur devons certainement une partie de notre réussite et les remercions chaudement. Certains d entre eux, au cœur de nos actions, méritent qu on souligne plus spécialement leur implication. Au ministère de l Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, à Rio Tinto Alcan, à Hydro-Québec, à la section régionale de l Ordre des ingénieurs du Québec et à l Université du Québec à Chicoutimi, merci!

3 4 5 f Louis-Charles Desbiens et Vincent Maltais : lauréats aux finales québécoise et pancanadienne de même que grands gagnants de la finale régionale de l Expo-sciences en 2011 et EXPO-SCIENCES h Expo-sciences régionale, h Expo-sciences panquébéboise, h Expo-sciences régionale, Au Saguenay Lac-Saint-Jean, la première Expo-sciences a été initiée par monsieur Paul-Eugène Lemieux et présentée en 1965 à l école Guillaume-Tremblay d Arvida ce qui en fait l une des plus anciennes du Québec. Jusqu au début des années 1980, la présentation annuelle de l événement est sous la responsabilité de la Corporation de l Expo-sciences régionale et d une commission scolaire ou d une institution d enseignement supérieur de la région. Dès 1982, le CLS s associe à l organisation de l Expo-sciences, participe activement aux travaux des différents comités et assume le secrétariat de la Corporation. Une collaboration fructueuse se développe entre les deux organismes. À partir de la fin des années 1980, la concertation accrue au sein du Réseau CDLS-CLS et l arrivée de partenaires majeurs permettent au CLS d offrir un support de plus en plus important aux organisateurs, tant en matière de promotion et de communication (affiches, dépliants, programme-souvenir, cérémonie de remise des prix) que d évaluation des projets. En 1985, dans le cadre de l Année internationale de la Jeunesse, le CLS entreprend une première campagne de sensibilisation auprès du milieu scolaire afin d inciter les enseignants et les jeunes à participer à l Expo-sciences. Celle-ci porte rapidement fruit : de 1985 à 1986, le nombre de projets passe de 43 à 71. Avec la poursuite des actions de promotion, cette augmentation atteint 105 projets en Parallèlement, la mise en place des Expo-sciences locales dans les écoles stimule la participation et sert de tremplin pour participer à l Expo-sciences régionale. La cible de 100 projets et plus s est par la suite maintenue. Divers partenariats sont également mis en place avec des organismes régionaux (Centre de solidarité internationale, Conseil régional de prévention de l abandon scolaire, etc.) afin de proposer aux participants des prix et des activités thématiques. D autres activités, comme le Souper rencontres scientifiques et le Café des sciences, voient aussi le jour au début des années En plus de s impliquer très activement dans la promotion et l organisation de l Expo-sciences régionale, le CLS a assuré la coordination de la finale québécoise de l Expo-sciences (initialement la Panquébécoise, puis la Super Expo-sciences) en 1992 et en 2000 à Chicoutimi. Cette expertise a ensuite été mise à contribution lors de la présentation de l Expo-sciences pancanadienne, à Saguenay, en En 2007, la Corporation de l Expo-sciences régionale met fin à ses activités tout en déléguant la responsabilité de la présentation annuelle de l événement au CLS. Cette transition s effectue tout naturellement, car dans les faits le CLS assumait déjà une bonne part des tâches liées à la coordination régionale de l événement. Cette grande fête des sciences, qui présentera sa 50 e édition en 2014, est devenue un événement incontournable. L Expo-sciences a permis à des dizaines de milliers de jeunes de présenter leurs projets au public, contribuant ainsi au développement d une culture scientifique tant chez les jeunes qu auprès de la population en général. Aujourd hui, près de 2000 jeunes réalisent des projets scientifiques chaque année dans le cadre des Expo-sciences locales à travers les écoles primaires et secondaires ainsi que les cégeps du Saguenay Lac-Saint-Jean. h En 1989, la production d un volume inédit sur les 25 ans de l Expo-sciences régionale permet d y relater les événements marquants. Dix ans plus tard, le Concours d écriture scientifique est lancé dans le cadre de la 35 e édition de l Expo-sciences régionale.

4 6 7 Journée nationale des Débrouillards, i Défi hebdomadaire, camps d été Débrouillards, i Camps d été Débrouillards, i f Journée nationale des Débrouillards, DÉBROUILLARDS À l image de son implication au sein de l Expo-sciences régionale, le CLS s active très tôt au démarrage des activités des Petits Débrouillards, comme on les appelait alors. Dès 1983, des campagnes de sensibilisation auprès des milieux municipaux et scolaires ainsi que la formation d adjoints du professeur Scientifix (animateurs scientifiques) débutent en vue d offrir et d animer des activités à l intention des jeunes. Sur la scène provinciale, le lancement d un magazine, la publication de livres et surtout la diffusion d une émission de télévision sur les Débrouillards, diffusée à Radio-Canada à partir de 1990, viennent appuyer les actions de communication et de promotion du CLS auprès des intervenants de la région. En 1991, la présentation de la première Journée nationale des Débrouillards connaît un succès retentissant. La même année, le CLS offre un stage de formation d animateur scientifique à Kuujjuaq. La demande pour les ateliers et les animations scientifiques augmente de manière soutenue au fil des ans. Des milliers de jeunes expérimentent la science par des activités amusantes : en classe, lors d activités parascolaires dans les municipalités ou à l école, dans les bibliothèques et même lors des camps estivaux dans les terrains de jeux. Dans ces conditions, le premier camp d été Débrouillards est organisé en 1995 au Cégep de Jonquière et, dès l année suivante, deux camps sont présentés, l un à Jonquière et l autre à Chicoutimi. Au cours des dernières années, ce sont entre 325 et 450 jeunes qui prennent plaisir à la science chaque été, à l un ou l autre de ces camps. Au tournant de l an 2000, l offre de service du CLS se bonifie de manière importante. De nouvelles activités sont créées (Débrouillards en fête, rallye scientifique, Samedi Débrouillards, etc.) et de nouvelles thématiques sont ajoutées aux animations scientifiques et aux camps d été. La facture des outils de promotion se professionnalise et permet de rejoindre une plus grande diversité de clientèles. Le CLS offre en effet des activités à des clientèles spécifiques, telles que les personnes handicapées et les jeunes en difficulté d apprentissage, et lors d événements grand public. L organisme développe également de nombreux projets spéciaux pour le milieu scolaire ainsi que des animations Mini-Débrouillards pour les centres de la petite enfance. Entre 2000 et 2010, de 5000 à 7000 jeunes participent annuellement aux activités Débrouillards. Cet engouement est d ailleurs attribuable en grande partie aux coordonnateurs et aux animateurs scientifiques du CLS. Ceux-ci s illustrent même au niveau provincial puisqu ils méritent, à quatre reprises, le Prix Beppo (voir Prix et distinctions à la dernière page). L expertise du CLS se déploie également outre-atlantique, en 2009, lors d une mission pour participer aux Rencontres de la Fédération internationale des Petits Débrouillards. Bien sûr, le CLS continue de faire découvrir la science aux milliers de jeunes débrouillards de la région. Une toute nouvelle gamme d animations scientifiques, mieux adaptées aux besoins des enseignants avec des outils pédagogiques originaux, a d ailleurs été offerte en 2011.

5 8 DÉFIS TECHNOS 9 Défi génie inventif Le Défi génie inventif (DGI) a vu le jour au Saguenay Lac-Saint-Jean en 1991, à l initiative de messieurs Gilles Perron et Ghislain Poirier de la Commission scolaire De La Jonquière. Cette nouvelle activité voulait donner l occasion aux jeunes du secondaire de mettre à contribution leur créativité tout en soulignant l apport exceptionnel de monsieur Claude Rainville au développement des sciences auprès des jeunes. Pendant quelques années, l appellation «concours scientifique Génie inventif» a servi à identifier l activité, mais rapidement c est la dénomination Défi génie inventif qui s est imposée. Depuis ses débuts, le DGI se déroule dans le cadre de la finale régionale de l Expo-sciences et sa présentation relève du CLS, en collaboration avec un comité organisateur. À la demande du Réseau CDLS-CLS, nous avons accepté que le Défi génie inventif se déploie dans l ensemble des régions du Québec. Ainsi, à partir de 1994, les défis conçus par le comité régional sont repris par les autres régions du Québec. En 1996, un comité provincial de conception est mis en place avec la contribution et l expertise du CLS. Un feuillet d information de qualité devient alors l outil privilégié pour promouvoir le défi dans les écoles secondaires de tout le Québec. Le Défi génie inventif prend vite de l ampleur et de la maturité. En 2002, le Réseau CDLS-CLS présente la première finale provinciale du DGI au Centre des sciences de Montréal. Fiers compétiteurs, les jeunes Jeannois et Saguenéens y offrent, presque à chaque fois, une performance remarquable en y remportant une ou plusieurs médailles. Des jeunes de la région ont même traversé l Atlantique en 1999 pour représenter le Québec à l occasion des activités présentées dans le cadre du Printemps du Québec à Paris. Défi apprenti génie Le lancement d un défi scientifique pour les jeunes du primaire a été inspiré par deux expériences : celle de l Expo-sciences primaire de Montréal qui proposait un défi en 1995 et une autre, réalisée l année suivante, par la Commission scolaire de Normandin dans le cadre de son Expo-sciences locale. Devant l immense potentiel de cette activité d animation scientifique, le CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean décide d offrir dès 1997, en collaboration avec des représentants du milieu scolaire, le tout premier Défi apprenti génie (DAG) aux jeunes des écoles primaires de la région. Pendant sept années consécutives, un défi est ainsi proposé aux enseignants qui peuvent alors le réaliser avec leurs élèves. Graduellement, plusieurs écoles d une même commission scolaire se regroupent pour présenter une compétition de plus grande envergure. Devant l accroissement du nombre d écoles et d équipes participantes, le CLS décide d organiser la première finale régionale du DAG en 2004 à l école Félix-Antoine-Savard où trente-sept équipes sont présentes. Le Défi apprenti génie, devenu la même année une compétition scientifique offerte dans toutes les régions du Québec par les partenaires du Réseau CDLS-CLS, ne cesse depuis de croître! L avènement d outils pédagogiques pour la réalisation du défi en classe contribue également à stimuler la participation des enseignants. Au Québec, c est d ailleurs dans la région que les deux défis du Réseau CDLS-CLS, à savoir le Défi génie inventif et le Défi apprenti génie, connaissent la plus importante participation. Au fil des ans, le DGI est de plus en plus attendu des jeunes et des enseignants tout en étant très apprécié du public.

6 10 11 Les coulisses de la science, un programme original du CLS créé en 2007 pour valoriser les carrières en science et en technologie. g f Défi scientifique lors des Jeux du Québec. Alma, CARRIÈRES SCIENTIFIQUES Autres défis Le CLS a par ailleurs voulu diversifier autant la forme de ses défis que les clientèles auxquelles ils s adressent. Ainsi, des défis ont par exemple été présentés lors des Jeux du Québec de 1999, à Alma, ainsi qu à la Super Expo-sciences 2000, à Chicoutimi. En collaboration avec la section régionale du Réseau FADOQ, le CLS a également conçu un défi scientifique s adressant à la fois aux aînés et aux adolescents. Par cette activité intitulée Défi à tous âges, le CLS favorisait la diffusion des connaissances techniques et les échanges entre les générations tout en mettant à contribution l expérience des aînés et la créativité des jeunes. Les possibilités offertes par les défis scientifiques étant illimitées, le CLS continue de les expérimenter sous de nombreuses formes. Différentes versions en sont notamment présentées pendant les camps Débrouillards et à l intérieur du projet-pilote École Goût de la science. La promotion des carrières scientifiques s inscrit naturellement dans la poursuite de la mission du CLS. C est d abord par l entremise d activités de parrainage scientifique présentées dans le cadre de la Semaine des sciences (1984) et de la Quinzaine des sciences (1990) que le CLS met en contact des jeunes avec le milieu scientifique régional. Dès 1985, un document sur la situation des femmes en science est produit. Celui-ci sert de bougie d allumage pour l organisation d un colloque régional, en collaboration avec l Association féminine d éducation et d action sociale, sur la situation et l avenir des femmes œuvrant dans des domaines scientifiques.

7 12 13 h Présenté par le CLS pour la toute première fois dans la région en 2011, le camp de jour Génitrucs propose aux jeunes de 12 à 15 ans de profiter de l été tout en réalisant des expériences ludiques liées à la science et à l ingénierie. En 1993, la participation au programme Innovateurs à l école permet pour la première fois au CLS d aborder directement la promotion des carrières en science. Grâce à ce programme, les scientifiques bénévoles partagent depuis bientôt 20 ans leur passion avec des milliers de jeunes de la région, et ce, chaque année. Désireux d intéresser un nombre croissant de jeunes aux carrières en science et en technologie, le CLS intègre cette préoccupation à l intérieur de sa programmation régulière. D abord, lors de la finale régionale de l Expo-sciences : par la présentation d un «Espace Carrières» mettant en vedette les professions scientifiques, puis lors d un Souper rencontres scientifiques où les jeunes peuvent échanger sur leur choix de carrières. Des parrainages sont ensuite offerts aux jeunes qui participent au Défi génie inventif et au Concours d écriture scientifique et un prix Éveil à la science est décerné lors du Mérite scientifique régional. À partir des années 2000, les actions et les activités visant la valorisation des carrières en science se multiplient. Dans le contexte de la mise en place de la Vallée de l aluminium, le CLS produit un cédérom bilingue sur les métiers liés à la transformation de l aluminium et le diffuse à l échelle du Canada. Il assure aussi la coordination d un Comité de travail sur la promotion des carrières scientifiques et technologiques tout en réalisant, en 2004, le Portrait de la promotion des carrières scientifiques et technologiques au Saguenay Lac- Saint-Jean. Plusieurs des cibles d intervention identifiées dans ce rapport ont d ailleurs été mises en place par la suite afin de rejoindre un plus grand nombre de jeunes et de les intéresser à la science. De nouveaux partenariats se mettent alors en place : avec l Association pour le développement de la recherche et de l innovation du Québec (ADRIQ) pour coordonner une première Tournée de promotion des carrières technoscientifiques ; avec la Chaire Marianne-Mareschal pour le programme Future ingénieure ; avec le Cégep de Jonquière pour la participation à la Semaine des technologies physiques, etc. Le CLS participe aussi, à plusieurs reprises, au Programme de bourse d excellence de premier cycle de l Université du Québec à Chicoutimi en offrant l opportunité à des étudiants en science de remporter une bourse. En 2007, le CLS démarre un nouveau programme d exploration de carrières scientifiques Les coulisses de la science. Ce programme propose une variété d activités (jumelages d un jour, visites d entreprises, ateliers, conférences, etc.) aux jeunes de niveau primaire à collégial. À cela s ajoute une quarantaine d ateliers interactifs et un nouveau portail Web qui héberge plus d une centaine de vidéos et de reportages à contenu scientifique. Le CLS a même mérité le prix Innovation Relève Technoscience 2010 de l ADRIQ pour son programme Les coulisses de la science. Le rôle du CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean dans la promotion des carrières scientifiques est largement reconnu à l échelle régionale. À cet effet, l organisme est membre de plusieurs instances préoccupées par cette question dont la Table Alliance Innovation 02, le Comité Cégep-Entreprise du Cégep de Jonquière, le Créneau d excellence ACCORD Aluminium, le Conseil régional de prévention de l abandon scolaire, le comité régional de la Semaine de la métallurgie, etc. Ces multiples partenariats lui permettent de poursuivre ses actions auprès des intervenants socioéconomiques afin d encourager une relève qui sera en mesure de combler les besoins de main-d œuvre spécialisée au Saguenay Lac-Saint-Jean. h Visite de laboratoire durant la Semaine des sciences, h Visite de la Centrale analytique Vaudreuil durant la Semaine des sciences, 1990.

8 14 15 Salle de découvertes du Zoo sauvage de Saint-Félicien, Le Hangar. g TOURISME ET PAYSAGES : AU CŒUR DE NOS PRODUCTIONS h Quelques-unes des publications du CLS : les volumes Le lac Saint-Jean, portrait d une mer intérieure et Paysages du Saguenay Lac-Saint-Jean. h Le CLS a conçu et implanté un réseau de seize panneaux d interprétation des paysages le long de la Véloroute des Bleuets Les années 1970 et 1980 ont vu apparaître les premières préoccupations environnementales au sein de la population. Né dans ce contexte, et parce que les connaissances scientifiques sont à la base de la compréhension de notre milieu de vie, le CLS intègre rapidement les questions liées à l environnement à ses actions, et ce, de multiples façons. Bien sûr, une partie des thèmes abordés par le CLS lors de la réalisation de ses productions sont en lien avec les sciences naturelles. Cependant, de nombreuses activités spécifiques ont également été réalisées afin de protéger et de mettre en valeur le vaste potentiel naturel du Saguenay Lac-Saint-Jean. Dès le milieu des années 1980, le CLS entreprend la conception et la production de matériel de vulgarisation scientifique original. La première réalisation d envergure date de Il s agit de l édition d une série de six guides de sensibilisation sur différentes disciplines de loisir scientifiques (entomologie, ornithologie, botanique, météorologie, géologie et astronomie). L année suivante, le Guide de sensibilisation aux sciences de la nature, regroupant le contenu de ces guides en un seul volume, est produit en collaboration avec les Cercles des jeunes naturalistes et diffusé partout au Québec. Parallèlement, le CLS présente dès 1984 une exposition produite par l UNESCO intitulée L écologie en action. Au cours des années suivantes, l organisme intervient en déposant des mémoires lors des audiences publiques sur la création du parc national de la Pointe-Taillon et du Plan de développement touristique, récréatif et culturel de l Association touristique régionale de même qu en participant activement à la conservation du Petit Marais de Saint-Gédéon. En 1987, le CLS développe une nouvelle expertise en réalisant deux expositions itinérantes intitulées L insecte, un ami à découvrir et Mieux connaître les oiseaux. Celles-ci circulent abondamment à travers la région constituant ainsi les premières actions de sensibilisation à grande échelle portant sur l entomologie et l ornithologie au Saguenay Lac-Saint-Jean. Pour compléter la première décennie d existence du CLS et faire découvrir le Saguenay Lac-Saint-Jean, exemplaires d une carte des sites de loisir scientifique ainsi qu une quinzaine de fiches d information sur les lieux particulièrement attractifs pour les amateurs de nature sont produits et diffusés. Au cours des années 1990, le CLS s associe à des écoliers d Alma pour le projet d adoption d un béluga et appuie le Club des ornithologues amateurs du Saguenay Lac-Saint-Jean dans le cadre du plan de développement des battures de Saint- Fulgence. La production, en collaboration avec le groupe Écologie en action en Sagamie, d un feuillet intitulé Pesticides en circulation et d une petite exposition sur la photosynthèse, en lien avec la chaîne alimentaire, permet la diffusion d informations pertinentes sur l impact de certains produits sur l environnement. Une activité de «Génie en herbe environnemental» est même organisée dans le cadre de l Expo-sciences régionale.

9 16 17 f Nul doute, la région est riche en paysages époustouflants. Produite par le CLS, l exposition itinérante Paysages du Saguenay Lac-Saint- Jean Voir, regarder et découvrir met en valeur des photos qui ont été minutieusement choisies parmi celles présentées dans le livre du même nom. La production de trois expositions, grâce à différentes formes de partenariat, marque également les années Le CLS réalise d abord la recherche, la rédaction ainsi que le concept de l exposition Le Béluga, une espèce à préserver pour le Musée du fjord. Il réalise aussi deux expositions itinérantes. La première, à titre de contractuel pour Alcan, porte sur le recyclage de l aluminium et la seconde, à titre de producteur, traite du fjord du Saguenay. Bien que permettant de rejoindre des milliers de personnes, les expositions manquent d éléments interactifs pour attirer les jeunes. Avec la mise en place de la Salle de découvertes d Alma en 1994, le CLS propose un équipement d animation scientifique unique et mieux adapté au goût des jeunes où ils peuvent toucher la science. Graduellement, c est tout un réseau de salle de découvertes qui se met en place en partenariat avec le milieu scolaire et municipal. Suivront les Salles de découvertes de Dolbeau- Mistassini, Le Hangar (au Zoo sauvage de Saint-Félicien) et Chicoutimi. En 2003, la Caravane de découvertes, une première valise éducative, est réalisée à partir des thématiques des Salles de découvertes d Alma et de Dolbeau-Mistassini. En marge de ces développements, d autres productions sont présentées à la population. Il s agit d abord de l exposition itinérante Regard sur le lac Saint-Jean et de Au gré l exposition du courant, l épopée du flottage du bois, laquelle est réalisée en partenariat avec la Société d histoire du Lac-Saint-Jean. Viennent ensuite des panneaux d interprétation pour le Mont Lac-Vert et la Vélouroute des Bleuets. Tout juste précédées par la présentation d un mémoire lors des États généraux de l environnement en 1999, les années 2000 sont marquées par un intérêt grandissant à l égard de l interprétation et de la mise en valeur des paysages régionaux. La réalisation d un inventaire préliminaire et d une banque de données sur les sites et les paysages du Saguenay Lac-Saint-Jean constitue la base sur laquelle le CLS s est appuyé pour le développement de cette expertise. En plus d assurer la coordination d un d un comité régional, les interventions (articles, mémoires, concours, etc.) et les productions se sont multipliées et diversifiées. En 1999, le CLS, en collaboration avec le groupe MADIE, se lance dans la production de volumes de vulgarisation scientifique à l intention du grand public avec la mise sur le marché régional du livre Le lac Saint- Jean, portrait d une mer intérieure. Le Guide de randonnées pédestres du Saguenay Lac-Saint-Jean est pour sa part produit, deux ans plus tard, en partenariat avec le Regroupement Loisirs et Sports. Quant au volume Paysages du Saguenay Lac-Saint- Jean - Voir, regarder et découvrir, le CLS s est mérité le Premier prix littéraire Abitibi- Consolidated dans la catégorie «Intérêt général», lors du Salon du livre du Saguenay Lac-Saint-Jean en 2006, pour la qualité et le professionnalisme de cette publication. Pendant la même période, le CLS a contribué au développement du tourisme scientifique. En collaboration avec plusieurs partenaires, un document synthèse a été diffusé auprès des intervenants régionaux afin de leur fournir des outils. La diffusion de connaissances sur les problématiques actuelles se poursuit pour sa part en offrant aux enseignants du secondaire des animations spécifiques qui portent sur les catastrophes naturelles et les changements climatiques. La conception et la réalisation de diverses productions demeurent toujours l une des avenues de développement privilégiées par le CLS. Cet intérêt pour la création de matériel original s appuie sur la volonté de mieux faire connaître le Saguenay Lac-Saint-Jean tout en diffusant le plus largement possible les connaissances scientifiques s y rapportant. Cette particularité a d ailleurs permis au CLS de se démarquer des autres partenaires du Réseau CDLS-CLS.

10 18 19 f Les Ateliers Biotechno propose aux enseignants du secondaire des outils pédagogiques et le matériel nécessaire afin d expérimenter la science en laboratoire. f Les paysages d ici à la loupe, Zoom sur l univers vivant et Les Ateliers Biotechno : un échantillon des différents outils pédagogiques produits par le CLS. MATÉRIEL PÉDAGOGIQUE En 1985, le CLS participe à la fondation du groupe Écologie en action en Sagamie dont le but est de mener des projets de recherche, d éducation et d intervention relatifs à l environnement du Saguenay Lac-Saint-Jean. Trois ans plus tard, le CLS s associe à ce groupe pour la réalisation d une étude de faisabilité pour la production de matériel didactique et pédagogique à l intention des enseignants de la région. Cette étude donne d ailleurs naissance au projet de production de matériel didactique en environnement de même qu à la mise en place du groupe MADIE, en Durant la même période, le CLS entreprend la production de guides pédagogiques qui servent d accompagnement pour ses expositions itinérantes sur l ornithologie, l entomologie et le recyclage de l aluminium. Cette expertise est ensuite mise à profit lors de la présentation au Musée du Saguenay Lac-Saint-Jean, en 1992, de l exposition itinérante de l Insectarium de Montréal Les insectes, des gagnants de la nature. À cette occasion, le CLS conçoit un guide pédagogique spécialement pour les visites scolaires. La mise en place des Salles de découvertes à différents endroits de la région permet également à l organisme de poursuivre et de diversifier son développement d outils pédagogiques. Comme l approche retenue pour la réalisation des activités nécessite une grande autonomie de la part des utilisateurs, le CLS conçoit des guides qui s avèrent finalement indispensables. Celui développé pour la Salle de découvertes d Alma, produit en 1994, devient alors le modèle pour les Salles de Dolbeau-Mistassini et Chicoutimi. L année suivante, deux organismes font appel au CLS afin de bonifier leurs services. Est d abord réalisé un guide d activités scientifiques pour les Croisières du Fjord, lesquelles désirent offrir une croisière scientifique où les élèves découvriront la face cachée du fjord du Saguenay. Après quoi, en collaboration avec le Groupe Nature animée, le CLS conçoit pour le Centre Vacances nature de Lac-Bouchette un programme d activités en sciences naturelles afin de mieux outiller leurs animateurs. Entre 2006 et 2009, le CLS met en place le projet Le goût de la science en vue de soutenir les enseignants du primaire et du préscolaire de la région dans leurs tâches éducatives en science et en technologie. Différents outils et trois recueils de situations d apprentissage en science et technologie sont ainsi réalisés et distribués à chacun d entre eux. Pendant la même période, sont également développés des recueils de situations d apprentissage sur les paysages pour les enseignants du secondaire en science & technologie ainsi qu en géographie. D autre part, au cours des ans, le CLS produit plusieurs outils pédagogiques pour le Réseau CDLS-CLS. Parmi les plus récents, le CLS met en ligne sur le site Internet officiel des Expo-sciences, en 2009, un tout nouveau document intitulé Quand expérimenter rime avec Expo-sciences. Celui-ci vise à aider les jeunes et les enseignants dans la réalisation de projets en expérimentation. Le CLS conçoit aussi les outils pédagogiques nationaux des éditions 2011 et 2012 du Défi apprenti génie. Les enseignants du primaire de la région peuvent par ailleurs compter depuis 2007 sur différentes valises éducatives, lesquelles seront bientôt enrichies d une seconde valise produite par le CLS, en collaboration avec le Centre de démonstration scientifique, portant sur les mathématiques et les sciences. Enfin, parce que l innovation et la diversification des produits demeurent des incontournables dans la poursuite du développement de matériel pédagogique original et accessible, le CLS travaille, depuis 2010, à concevoir de nouveaux outils pédagogiques qui intègrent du matériel d expérimentation. Il s agit des Ateliers Biotechno. Au nombre de six, ces ateliers se veulent une vitrine dynamique et interactive des entreprises et des projets de recherche présents au Saguenay Lac-Saint-Jean. Ils offrent aux jeunes une occasion unique de prendre part à l action en expérimentant.

11 20 21 LE MÉRITE SCIENTIFIQUE RÉGIONAL LE CLS PRÉSENT PARTOUT! Un des tout premiers exemples d association réussie entre le CLS du Saguenay Lac- Saint-Jean et un partenaire de la région est le Mérite scientifique régional (MSR) du Saguenay Lac-Saint-Jean. En 1982, le CLS nouvellement constitué s associe avec l Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) pour présenter la première édition du MSR. L événement, présenté le 8 mai de la même année, clôture la Semaine des sciences. Lors de cette soirée, près de 150 personnes se réunissent pour rendre hommage aux cinq premiers récipiendaires. Pour le CLS, reconnaître publiquement l apport de la communauté scientifique de la région et offrir aux jeunes des modèles constituent un motif suffisant pour déployer les efforts nécessaires à l organisation du Mérite scientifique régional. L implication du CLS en tant que co-initiateur du MSR a d ailleurs pris différentes formes au cours des ans : organisation de l événement, recherche de candidatures et de financement, production des capsules vidéo des gagnants, etc. Également soucieux d accroître les liens entre ses différentes activités, le CLS ne fait pas exception avec le MSR. En 1985, le Mérite scientifique régional est présenté le soir du lancement de la finale régionale de l Expo-sciences et, en 1993, on souligne la performance de Dominic Belley, semi-finaliste pour le grand Prix mondial de l Expo-sciences en lui décernant une mention honorifique. Le MSR devient rapidement un évènement annuel, puis se transforme en souperconférence. Des bourses en argent sont M. André Francoeur (à gauche), professeur à l UQAC, reçoit l un des cinq méritas remis lors du premier Mérite scientifique régional en g f Conférence du Centre de démonstration scientifique du Saguenay Lac-Saint- Jean lors du MSR associées aux différents prix et des conférenciers de renom s y succèdent. De nouveaux prix sont créés. La soirée du MSR s entoure de prestige. À l initiative du CLS, l événement initialement présenté uniquement au Saguenay est également présenté au Lac-Saint-Jean. En 1996, en réponse au désir exprimé par l UQAC et le CLS, l importance de la relève scientifique est soulignée lors de la soirée du MSR. En effet, tous les grands gagnants de l Expo-sciences régionale assistent à la remise des méritas. En 1997, le MSR, le CLS et la Corporation de l Expo-sciences régionale s unissent pour l édition d un livre intitulé La science, réflexions de la septantaine. Cet ouvrage de M. Paul-Eugène Lemieux, chercheur retraité et fondateur de l Expo-sciences au Saguenay Lac-Saint-Jean, consiste en une série de réflexions vulgarisées sur la science et la vie du scientifique, avec pour objectif d inciter les jeunes à un choix de carrière scientifique. En 2000, le MSR décerne une mention honorifique au CLS qui célèbre alors son 20 e anniversaire et, l année suivante, fait de même avec M. Yvon Roy, ancien administrateur du CLS et président de l Expo-sciences régionale pendant 19 ans. En 2004, le CLS signe un texte retraçant l histoire du MSR dans le livre La science pour tous! Quatorze succès de culture scientifique au Québec. L année 2006 marque ensuite un moment important pour le CLS. Le MSR décerne alors ses premiers méritas Relève scientifique afin de souligner et d encourager la relève en science, tant au niveau primaire que secondaire et collégial. Leur réussite valorisée et applaudie, ces jeunes deviennent à leur tour des modèles pour leurs pairs. Des modèles comme ceux qu ils ont admirés et qui ont su leur insuffler le goût de la science. Des gens précieux qu on admire en raison de leurs réalisations. Des gens qui, avant même de connaître la popularité qu ils ont aujourd hui, étaient eux-mêmes une source d inspiration pour les jeunes. Deux ans plus tard, à l occasion de son 25 e anniversaire, le MSR regroupe les capsules vidéo des gagnants sur un DVD qu il remet aux participants de cette édition. Enfin, depuis 2010, le CLS remet durant la soirée du MSR le prix Éveil à la science à un bénévole œuvrant à la promotion des carrières scientifiques dans le cadre de ses différents programmes. Événement unique lors de sa création, le MSR n a toujours aujourd hui aucun équivalent au Québec. À la veille de sa 30 e édition, il est clair que c est l implication constante du CLS et de l UQAC qui assure la vitalité de cet événement d exception. Le CLS se fait un plaisir d intégrer ou de participer aux différentes initiatives visant à donner le goût de la science aux gens de la région ; comme il le fait depuis de nombreuses années en coordonnant les activités régionales pour le 24 heures de science, en faisant partie du comité organisateur du Bar des sciences ou encore en participant à différents événements liés à l exploration de carrières. i Le CLS lors du Festival Fous de la science 2012.

12 22 23 Jocelyn Caron Directeur-coordonnateur CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean MOT DE LA FIN Guider par la science Qu on le veuille ou non, la science occupe une place déterminante dans nos vies. Dès ses débuts, le CLS travaille à définir son impact réel et à mieux documenter ses tenants et aboutissants. Un premier sondage, réalisé il y a une vingtaine d années, sur les perceptions et les attitudes de la population régionale vis-à-vis des sciences marque un moment déterminant; d abord il traduit la volonté du CLS d asseoir ses interventions sur des données vérifiables, mais il montre également la voie puisqu il s agit de la première étude régionale du genre. C est d ailleurs dans le même esprit que le CLS a entrepris d éclaircir les variables qui influençaient notre rapport à la science. Entre autres actions, il a demandé le soutien d Écobes en vue de produire un complément d étude afin de mieux comprendre la relation qu entretiennent les adolescents du Saguenay Lac-Saint-Jean avec la science, de même que les différences observables entre les garçons et les filles. En plus de montrer des résultats en accord avec nos préoccupations, nos objectifs et nos actions, cette étude a notamment amené le CLS à mieux cibler ses interventions auprès des jeunes du secondaire et à accentuer ses programmes d exploration de carrières scientifiques. Elle constitue aussi un fort incitatif à promouvoir la pratique d activités scientifiques chez les garçons comme moyen d encourager la persévérance scolaire. Fort de ces résultats, le CLS a fait appel à l expertise de Trigone et poussé plus loin ses investigations, à savoir mesurer l impact des métiers scientifiques et technologiques sur le développement économique et social de notre région. Et, nous le savons maintenant, ces métiers sont un facteur clé de développement pour le Saguenay Lac-Saint-Jean. Parallèlement, le CLS s efforce depuis plusieurs années de favoriser un meilleur accès aux sciences dans les milieux moins bien desservis de la région. Que ce soit par la création de matériel pédagogique, par une participation aux Journées de la persévérance scolaire, par l aménagement de nouveaux espaces dédiés aux sciences ou encore en faisant revivre un pan de notre histoire régionale en célébrant la mémoire d anciens de TÉVEC, le CLS est soucieux de s impliquer dans sa communauté, de valoriser à la fois l effort et l éducation et de faire profiter de ses diverses activités de découverte de la science au plus de gens possible. PRIX ET DISTINCTIONS Prix Innovation de l ADRIQ - Relève TechnoScience 2010 Le CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean a remporté le prix Relève TechnoScience 2010 pour son programme multi-volets de valorisation des carrières en science et en technologie Les coulisses de la science. Prix littéraires Abitibi-Consolidated Paysages du Saguenay Lac-Saint-Jean Voir, regarder et découvrir a été récompensé par le Salon du livre du Saguenay Lac- Saint-Jean 2006 qui lui a décerné le Premier prix dans la catégorie «Intérêt général». Le lac Saint-Jean, portrait d une mer intérieure a mérité la deuxième place dans la catégorie «Intérêt général» lors du Salon du livre du Saguenay Lac-Saint-Jean Prix Éducation-Communication Le CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean a reçu le Prix Éducation- Communication 2000, lors du gala Innovation Bois, pour la mise en place de la Salle de Découvertes de Dolbeau-Mistassini. Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin Ce prix vise à reconnaître et à valoriser un bénévole de chaque région du Québec œuvrant dans le loisir ou le sport, à honorer de manière distincte l excellence de son engagement et à lui rendre hommage pour ses actions. Quatre bénévoles du CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean ont remporté ce prix Robert Loiselle Hélène Côté Normand Desbiens Yvon Roy Le Prix Beppo vise à reconnaître le travail exceptionnel d une personne au sein du Club des Débrouillards. Quatre employés du CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean ont remporté ce prix : Nicole Gagné Marie-France Girard Pascal Michaud Michel Côté Mention honorifique En 2001, pour souligner ses efforts consentis à la promotion de la culture scientifique depuis 20 ans, le Mérite scientifique régional a décerné une mention honorifique au CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean. f M. Jocelyn Caron, directeur-coordonnateur du CLS, reçoit le prix Innovation Relève TechnoScience Marie-France Girard (à droite), coordonnatrice régionale du Club des Débrouillards pour le CLS, reçoit le Prix Beppo g

13 CLS du Saguenay Lac-Saint-Jean 414, rue Collard Ouest, Alma QC G8B 1N2 Tél. : Téléc. :

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Activités entrepreneuriales. Primaire. Primaire 2 ième Cycle

Activités entrepreneuriales. Primaire. Primaire 2 ième Cycle Activités entrepreneuriales Primaire Primaire 2 ième Cycle Mot d introduction Chers enseignantes et enseignants, C est avec grand plaisir que nous vous proposons cette offre de service pour la réalisation

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Forum jeunesse de l île de Montréal Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Adopté le 17 janvier 2005 Avant-propos Le Forum jeunesse de l île de Montréal

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

MES PREMIERS JEUX. Programme coordonné par. L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale

MES PREMIERS JEUX. Programme coordonné par. L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale MES PREMIERS JEUX Programme coordonné par L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale PRÉSENTATION DU PROGRAMME L ULS de la Capitale-Nationale (ULSCN) offre le programme Mes premiers Jeux s

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

une banque citoyenne Culture 42 Solidarité 44 Sport 45

une banque citoyenne Culture 42 Solidarité 44 Sport 45 une banque citoyenne Culture 42 Solidarité 44 Sport 45 La BMCI s est affirmée en tant que banque citoyenne à travers ses multiples actions de parrainage culturel et de solidarité. Accompagnement des plus

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE. Plan de travail annuel 2014-2015

PLAN DE RÉUSSITE. Plan de travail annuel 2014-2015 PLAN DE RÉUSSITE Plan de travail annuel 2014-2015 2015 Plan de réussite 2014-2019 Planification annuelle 2014-2015 Note; cette année étant l an 1 du déploiement du plan de réussite 2014-2019, nous devons

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES BOURSES

RÉPERTOIRE DES BOURSES RÉPERTOIRE DES BOURSES décernées par La Fondation du Cégep de La Pocatière et Le Cégep de La Pocatière Dernière mise à jour : 13 janvier 2015 Table des matières Bourses d accueil... 2 Bourses du Gouverneur

Plus en détail

PLAN D ACTION Rues principales Verchères PRÉSENTATION INTERNET. Présentation Assemblée générale annuelle Verchères 14 avril 2015

PLAN D ACTION Rues principales Verchères PRÉSENTATION INTERNET. Présentation Assemblée générale annuelle Verchères 14 avril 2015 PLAN D ACTION Rues principales Verchères PRÉSENTATION INTERNET Présentation Assemblée générale annuelle Verchères 14 avril 2015 MISSION RUES PRINCIPALES VERCHÈRES EST UN REGROUPEMENT DE GENS D AFFAIRES

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Gala des Grands Prix Agroalimentaires

Gala des Grands Prix Agroalimentaires Gala des Grands Prix Agroalimentaires - 2015 - Livret Souvenir Liste des Prix remis Personnalité de l'industrie agroalimentaire Contribution à l'offre touristique régionale Effort d'achat de produits régionaux

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Témoignage sur le site web : http://concoursnationaldelecture.org/president-dhonneur/

Témoignage sur le site web : http://concoursnationaldelecture.org/president-dhonneur/ Le Président d honneur Monsieur Jacques Demers en compagnie Jasmine Petrecca, une élève participante de l école Ste-Marguerite (Laval) Témoignage sur le site web : http://concoursnationaldelecture.org/president-dhonneur/

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

T 450.651.3630 F 450.651.8520 E info@agencepid.com agencepid.com

T 450.651.3630 F 450.651.8520 E info@agencepid.com agencepid.com T 450.651.3630 F 450.651.8520 E info@ T R O U S S E M E D I A 2 0 1 6 Reconnu pour son expertise dans la promotion du design depuis 30 ans, l Agence PID offre plusieurs véhicules de prestige : Un Salon

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

LA CULTURE ET LE LOISIR POUR PERMETTRE AUX JEUNES DE SE CONSTRUIRE UN MEILLEUR AVENIR

LA CULTURE ET LE LOISIR POUR PERMETTRE AUX JEUNES DE SE CONSTRUIRE UN MEILLEUR AVENIR LA CULTURE ET LE LOISIR POUR PERMETTRE AUX JEUNES DE SE CONSTRUIRE UN MEILLEUR AVENIR MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L ASSOCIATION DES CINÉMAS PARALLÈLES DU QUÉBEC DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LA POLITIQUE

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014

Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014 Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014 Mesures de suivi Envisager l aspect culturel dans le processus décisionnel et les projets municipaux. (Exemples : lorsqu on remplacera

Plus en détail

Cette année, Edmonton, la capital de l Alberta, sera l hôte du Chant Ouest et du Contact Ouest dans le cadre du Grand marché des arts.

Cette année, Edmonton, la capital de l Alberta, sera l hôte du Chant Ouest et du Contact Ouest dans le cadre du Grand marché des arts. Le Réseau des grands espaces et le Regroupement artistique francophone de l Alberta vous présentent le Chant Ouest et le Contact Ouest, deux événements culturels importants au développement et à la diffusion

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

BNLMTL 2014. Communiqué Pour diffusion immédiate. La Biennale de Montréal finaliste du 30e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal

BNLMTL 2014. Communiqué Pour diffusion immédiate. La Biennale de Montréal finaliste du 30e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal La Biennale de Montréal BNLMTL 2014 Communiqué Pour diffusion immédiate La Biennale de Montréal finaliste du 30e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal Montréal, mardi 13 janvier 2015 L année 2015

Plus en détail

L éducation financière dans le réseau de l éducation

L éducation financière dans le réseau de l éducation L éducation financière dans le réseau de l éducation L Institut collégial de la littératie financière, le Cégep Gérald-Godin et le Collège de Rosemont proposent trois cours sur la gestion des finances

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Ce document a pour but de vous présenter la mission Poly-brésil 2002. Vous y trouverez des informations sur la nature de notre mission internationale et sur le partenariat

Plus en détail

L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE

L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE 2012-2013 EN MILIEU SCOLAIRE PRIMAIRE OFFRE DE SERVICE - ENTREPRENEURIAT JEUNESSE EN MILIEU SCOLAIRE 1 OFFRE DE SERVICE 2012-2013 Écoles primaires Le

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Programme d activités

Programme d activités Programme d activités Table des matières Les principes de bases de notre programme d activités 3 Les objectifs du service de garde en milieu scolaire 3 Un programme en harmonie 4 Le service de garde un

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca Présentation de notre offre de services Une Fondation bien active en 2013-2014! - Formation - Outils pédagogiques - Activités de financement à revenus partagés - Programme d aide financière www.fondationmf.ca

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Parcours entrepreneurial au cégep de Trois-Rivières

Parcours entrepreneurial au cégep de Trois-Rivières Parcours entrepreneurial au cégep de Trois-Rivières Introduction Le cégep de Trois-Rivières souhaite offrir plus de services de soutien aux initiatives entrepreneuriales des étudiants 1. Au fil des discussions,

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable la maison de l environnement, des sciences et du développement durable www.agglo-sqy.fr/maison-environnement PAPIER RECYCLÉ Maison de l environnement, des sciences et du développement durable 6 rue Haroun

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC SOUPER I BÉNÉFICE MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC Sous la présidence d honneur de Monsieur René Rouleau Président du conseil et chef de la direction La Capitale groupe financier Partenaire

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité 03-04-05 Communications Procéder annuellement à la nomination d un responsable des questions familiales au sein du conseil municipal Conseil municipal Effectuer le suivi du plan d action de la politique

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Aux étudiants de l UQAT

Aux étudiants de l UQAT Santé Marguerite-Turgeon Centre de santé Vallée-de-l Or Ministre Rémy-Trudel Ordre régional des infirmières et infirmiers de l Abitibi-Témiscamingue Gaz Métropolitain* Nicolas-Collard aux personnes handicapées

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS!

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS! Campagne de Développement 2010-2012 Ensemble, développons RMS! RMS : une stratégie de développement dans laquelle s inscrit la Fondation Les valeurs de RMS Innovation et esprit d entreprise Excellence

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC

PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC PLAN D ACTION 2014-2018 FÉDÉRATION DE CROSSE DU QUÉBEC INTRODUCTION: documents consultés pour établir le plan : - plan d action FCQ 2004-2008 - plan d action FCQ 2009-2013 - plan stratégique CLA 2012-2016

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Bernard R. Hodgson, professeur titulaire Faculté des sciences et de génie, Département de mathématiques et de statistique

Bernard R. Hodgson, professeur titulaire Faculté des sciences et de génie, Département de mathématiques et de statistique Concours des prix d excellence en enseignement 2014-2015 Lauréates et lauréats Volet Pratiques pédagogiques Bernard R. Hodgson, professeur titulaire Faculté des sciences et de génie, Département de mathématiques

Plus en détail

Plan de visibilité Colloque international en éducation : Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

Plan de visibilité Colloque international en éducation : Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante Plan de visibilité Colloque international en éducation : Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante Montréal (Québec, Canada) 2 et 3 mai 2013 Le rendezvous à ne pas manquer

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR!

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 RÉSOLUMENT VERS L AVENIR! INTRODUCTION : «Il n est pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va.» Sénèque Un an avant le terme de notre Plan stratégique 2009-2014, il nous

Plus en détail

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte.

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Suisse SA Freilagerstrasse 40 8047 Zurich Suisse A1T334-A234-1-77 Sous réserve de modification Siemens Suisse SA, 2012 Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Generation21

Plus en détail

Plan d action municipal triennal Comité municipal «Ma santé en valeur» de Harrington 2011-2014

Plan d action municipal triennal Comité municipal «Ma santé en valeur» de Harrington 2011-2014 Objectifs Doter la municipalité de Harrington de mesures permettant de diminuer l exposition des citoyens à la fumée secondaire et de motiver les fumeurs à abandonner le tabagisme. Résultats du portrait

Plus en détail

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire Il existe différentes façons pour votre école de participer au programme des Fêtes du patrimoine du Nouveau-Brunswick. Idéalement, votre

Plus en détail

Rapport d activités 2011-2012

Rapport d activités 2011-2012 Rapport d activités 2011-2012 Rapport d activités 2011-2012 Mise en contexte Le modèle organisationnel étant bien structuré en Abitibi-Témiscamingue, Action réussite est maintenant prêt à prendre son envol

Plus en détail

MON PARCOURS DE FORMATION AXÉE SUR L EMPLOI

MON PARCOURS DE FORMATION AXÉE SUR L EMPLOI École secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry En Vue de MON PARCOURS DE FORMATION AXÉE SUR L EMPLOI F.M.S./F.P.T./P.P.F.A.E. Guide d information Année scolaire 2013-2014 SECTION A Message aux élèves et aux

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

L APPROCHE ORIENTANTE AU CÉGEP DE BAIE-COMEAU. Bref historique

L APPROCHE ORIENTANTE AU CÉGEP DE BAIE-COMEAU. Bref historique Bref historique Une école orientante au Québec, c est celle qui mentionne explicitement sa mission d orientation dans son projet éducatif et qui se caractérise par son personnel engagé et sensibilisé par

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Directeur général des élections du Québec, 2009 Dépot légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque nationale

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Pour contrer le problème du vandalisme par tags et graffitis, la Ville de Gatineau a mis sur pied un Programme de prévention

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Table : perte d autonomie liée au vieillissement et déficience physique

Table : perte d autonomie liée au vieillissement et déficience physique Table : perte d autonomie liée au vieillissement et déficience physique Légende : en continu : en cours mais à poursuivre et finaliser: à développer : Priorité : 1. Augmenter l accessibilité des services

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail