FAQ sur la convention administrative du

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAQ sur la convention administrative du 20.12.2010"

Transcription

1 Association suisse des services d aide et de soins à domicile FAQ sur la convention administrative du Arguments pour l adhésion Partenaires contractuels Etat Quels sont les arguments importants pour adhérer à la convention administrative? Avantage 1: Les processus administratifs entre l organisation d aide et de soins à domicile et l assureur sont réglementés de manière obligatoire. Avantage 2: RAI-Home-Care est reconnu officiellement comme l un des instruments possibles d évaluation des soins requis. Avantage 3: L examen de l économicité par les assureurs est réglementé de manière obligatoire et transparente pour les deux parties. Selon les cas, les processus standardisés et les documentations peuvent faciliter considérablement la charge de travail de l organisation d aide et de soins à domicile. Avantage 4: La prolifération incontrôlée des formulaires est endiguée. Des formulaires unifiés sont introduits par étape en Suisse, par exemple pour la facturation, l ordre médical et l annonce des besoins. Avantage 5: Les négociations contractuelles longues et coûteuses, et souvent pénibles, au niveau cantonal avec Santésuisse font partie du passé. Les négociations sont désormais assurées au niveau national par une délégation sous la direction de l ASSASD. Avantage 6: Les moyens et les appareils de la LiMA ne peuvent être facturés à la charge des assureurs que s il existe une convention correspondante entre le fournisseur de prestations et l assureur (art. 55 OAMal). La convention administrative du est une telle convention. Qui sont les partenaires contractuels? Au départ, les partenaires de négociations étaient, d une part, Santésuisse et, d autre part, l ASSASD et l ASPS. Les assureurs et les différents fournisseurs de prestations devaient adhérer à la convention afin que celle-ci soit valable pour eux. Vous trouvez ici la liste des assureurs qui ont adhéré à la convention. Depuis 2011, les partenaires de négociations du côté des assureurs sont Tarifsuisse et HSC (Helsana Sanitas CPT). Association suisse des services d aide et de soins à domicile, Secrétariat central, Sulgenauweg 38, CP 1074, 3000 Berne 23 Téléphone , Fax , Courriel

2 Approbation La convention administrative doit-elle être soumise à approbation? Non, la convention administrative ne doit être soumise ni à l approbation du Conseil fédéral ni à celle du gouvernement cantonal. La convention administrative ne fixe pas de tarifs. Les contributions sont fixées dans l OPAS. La compétence de déterminer les contributions incombe au Conseil fédéral (DFI). C est pour cette raison que depuis l introduction du nouveau financement des soins, aucune négociation tarifaire n a eu lieu dans le domaine des soins de longue durée. La convention administrative réglemente les processus administratifs et les dispositions d application qui sont valables au niveau local. Les prix ne font pas l objet de négociations. Pour cette raison, il n est pas nécessaire de soumettre cette convention à l approbation du gouvernement cantonal. Les litiges portant sur cette convention administrative devraient être clarifiés par le tribunal arbitral cantonal (art. 89 LAMal). 2

3 Echange électronique de données Motifs > 60 h / trimestre Jusqu à quand les formulaires doivent-ils être élaborés? Concernant l utilisation des formulaires (facturation et évaluation des soins requis), la délégation chargée des négociations a réussi à conclure que les anciens formulaires peuvent être utilisés sous le nouveau régime de la convention administrative jusqu au 30 juin La décision concernant le second semestre de 2015 sera prise en novembre Les partenaires sont d accord pour que les formulaires XML élaborés pour l échange électronique des données soient valables d une manière générale. Aucun formulaire supplémentaire ne sera élaboré pour l utilisation sur papier et pour l envoi par la poste. Les formulaires provisoires pour la déclaration des besoins requis des centres de jour et de nuit et pour les soins in house sont déjà élaborés. Comment se fait l échange électronique de données? Les standards sont définis par le Forum Datenaustausch. Dans le projet ekarus Soins, des bases sont élaborées pour l échange électronique de données entre les institutions de soins stationnaires et ambulatoires et les assureurs-maladie. Des représentants de l Association suisse des services d aide et de soins à domicile collaborent à ce projet. Les fournisseurs de logiciels suivants sont intégrés dans la phase d application (ekarus Soins TechDesign): Distler, ID Informatique et Développement, Root Service, Syseca Informatik, Swing, Medical Link, Curabill, Abraxas, Domis, Micromed, Sage, Dedica et Topcare. Des informations sur ekarus Soins se trouvent sur: > Politique > ehealth > ekarus Soins Un GLN (autrefois EAN) est nécessaire pour la facturation électronique. Comment l organisation d aide et de soins à domicile obtient-elle un GLN? La réponse à cette question se trouve dans la notice GLN sous: > Echange électronique des données Plusieurs organisations d aide et de soins à domicile fusionnent. Comment faut-il procéder avec le GLN? La réponse à cette question se trouve sur la notice «démarche à suivre en cas de fusion d organisations». Le formulaire Motifs > 60 heures est-il encore nécessaire? Nous recommandons de continuer d utiliser ce formulaire pour la période transitoire durant laquelle les anciens formulaires sont encore utilisés. 3

4 Conséquences de la NON adhésion à la convention Contrôle légitimation d adhésion Art. 2, al. 4 Art. 2, al. 9 Quelles sont les conséquences pour une organisation d aide et de soins à domicile de la NON adhésion à la convention? Les assureurs doivent continuer de rembourser les prestations de soins (art. 7 OPAS) même si aucune convention n a été signée. MAIS: au début 2011 (avant l ouverture de la procédure d adhésion), des assureurs ont décrété un gel des prestations pour les factures de soins à domicile. Il faut consacrer beaucoup de temps et faire énormément de démarches administratives pour convaincre les assureurs de leur obligation de prise en charge. Les moyens et les appareils de la LiMA ne peuvent pas être facturés à la charge des assureurs sans convention (art. 55 OAMal). En l absence de convention qui réglemente les processus administratifs entre les fournisseurs de prestations et les assureurs, chaque assureur peut fixer ses propres exigences et introduire son propre système de contrôle. Pour les fournisseurs de prestations, les dépenses en temps et en argent qui en découlent peuvent être très élevées. Il ne faut pas partir de l idée que les assureurs accorderont aux fournisseurs de prestations sans convention des conditions plus simples et meilleures qu à ceux qui ont signé la convention. Qui contrôle si le fournisseur de prestation peut adhérer à la convention? Chaque organisation qui a un No RCC, qui remplit les conditions de l art. 51 de l OAMal et qui dispose d une autorisation de pratiquer selon le droit cantonal peut adhérer à la convention. Sasis (une filiale de Santésuisse) vérifie le numéro RCC. Santésuisse a le droit de refuser qu un fournisseur de prestations adhère à la convention (voir art. 2, al. 4). Pour quelles raisons un fournisseur de prestations peut-il ne pas être admis dans la convention? Santésuisse peut devenir active dans ce sens si un canton continue de ne pas associer l autorisation d exploiter à certaines conditions. Cet article vise le nombre croissant de fournisseurs de prestations à but commercial qui collaborent éventuellement avec des care workers provenant des pays d Europe de l Est. Les organisations d aide et de soins à domicile à but non lucratif ne sont pas visées. Qui adhère? Chaque organisation d aide et de soins à domicile peut adhérer; la procédure d adhésion est structurée au niveau cantonal. Qu entend-on par un autre rapport contractuel concurrent applicable? Il existe un rapport contractuel concurrent applicable lorsqu une convention tarifaire cantonale n a pas été résiliée. Est-ce qu une organisation d aide et de soins à domicile qui gère une structure de jour et de nuit doit adhérer deux fois à la convention? Non: Une seule adhésion est nécessaire, mais l organisation doit avoir deux numéros RCC. 4

5 Art. 3, al. 4 Art.3, al. 5 Art. 4 Art. 5, al. 1 Art 5, al. 2 Art. 5, al. 5 Comment les soins qui sont dispensés dans le centre sont-ils facturés? Des soins peuvent être dispensés dans le centre, ils sont facturés au tarif horaire selon l art. 7a, al. 1 de l OPAS. Est-il possible de cumuler une structure de jour et une structure de nuit? Non: En l espace de 24 heures, il est possible de facturer le séjour soit dans le centre de jour, soit dans le centre de nuit. A facturer une fois selon l art. 7a Abs. 3. Et si une personne utilise par intermittence le centre de jour et le centre de nuit? (par ex. la nuit de mardi à mercredi et vendredi durant la journée) A facturer deux fois selon l art. 7a, al. 3. Et si une personne utilise le même jour d abord une prestation de soins à domicile puis le centre de jour? Il est possible de facturer pour le même jour une prestation de soins à domicile selon le tarif horaire (par exemple lever la personne le matin) et son séjour au centre de jour (l après-midi). Faut-il toujours qu il y ait un mandat médical? Le mandat peut-il aussi venir des proches? Pourquoi ne donne-t-on pas plus de compétences aux infirmières? Il n existe pas de marge de manœuvre sur ce point. La LAMal stipule qu il faut une prescription médicale pour que l AOS contribue à la prise en charge des soins ambulatoires (art. 25a, al. 1 LAMal). Mis à part RAI-HC, quels autres instruments d évaluation des soins requis sont-ils acceptés? Il est nouveau que les assureurs reconnaissent officiellement RAI-HC. Il est possible de choisir librement tous les instruments d évaluation des soins requis qui sont standardisés. Quelle est la différence entre une infirmière diplômée et une infirmière diplômée habilitée? Une infirmière diplômée a suivi une formation ancrée dans le système de formation (par ex. infirmière diplômée ES); une infirmière habilitée à faire l évaluation des soins requis a suivi une formation complémentaire sur l instrument d évaluation (par ex. pour RAI-HC). De quels fournisseurs de prestations s agit-il ici? Le terme fournisseurs de prestations se réfère ici aux fournisseurs de prestations de soins ambulatoires (les associations à but non lucratif ou a but commercial ainsi que les infirmières et infirmiers indépendants HES ou ES). Si plusieurs fournisseurs de prestations interviennent auprès du même assuré, ils doivent donc se concerter sur l utilisation du budget temporel. 5

6 Art. 6 Art. 6, al. 3 Le mandat médical est-il identique à la déclaration des soins requis? Sur le formulaire de déclaration des soins requis, l infirmière ou l infirmier constate le besoin en prestations requises. Le médecin octroie le mandat médical lorsqu il signe le formulaire de déclaration des soins requis. Quelles données doivent-elles être identiques? Le début de la prestation doit se situer dans la durée de validité de l ordre médical. Est accepté: Début de la prestation: 1er mai 2014 Mandat médical valable: 1er mai 1er septembre 2014 Date / signature du médecin: 15 mai 2014 (peut être rétroactive) N est pas accepté: Début de la prestation: 1er mai 2014 Mandat médical valable: 1er juin 1er octobre 2014 Sachant que les médecins signent souvent le mandat médical / l annonce des soins requis avec du retard, nous avons fixé dans la convention, à l article 6, al. 2, que la remise du mandat médical à l assureur doit avoir lieu immédiatement après sa signature, mais au plus tard avec la première facture. Art. 6, al. 4 Que se passe-t-il si l assureur donne sa réponse après plus de 14 jours? La convention est valable pour tous les partenaires contractuels, aussi pour les assureurs. L obligation d assumer la prestation s applique tant que les prestations sont efficaces, appropriées et économiques. Est-ce que c est le risque de l organisation d aide et de soins à domicile si, après coup, l assureur n accepte pas la prestation? Les assureurs ont l obligation de contrôler. Si l assureur conteste une partie de la facture, le délai de paiement est suspendu pour cette partie (art. 9, al. 8). L assureur doit par contre payer le reste de la facture. Pourquoi existe-t-il une réserve d efficacité, d adéquation et d économicité? Pourquoi l Association suisse des services d aide et de soins à domicile a-t-elle accepté cette réserve? Ce principe est défini de manière contraignante à l art. 32 de la LAMal et l économicité est définie précisément à l art. 56, al. 1 de la LAMal. Si le principe de l économicité n est pas respecté, l assureur peut non seulement refuser de prendre en charge le coût des prestations mais il a aussi le droit d exiger le remboursement d un paiement qu il a déjà fait durant une période de cinq ans (art. 56, al. 2 de la LAMal). Ce droit de l assureur ne peut pas être annulé par une réglementation dans la convention tarifaire ou administrative. Art. 6, al. 5a A quoi se réfèrent le numéro d assuré et le numéro d assurance sociale? Numéro d assuré: il s agit du numéro qui est attribué à un assuré ( numéro de client ). Numéro d assurance sociale: il s agit du nouveau numéro d AVS. 6

7 Art. 6, al. 5e Art. 6, al. 5h Art. 8, al. 4 Pourquoi les assureurs veulent-ils connaître le degré d impotence? L ordonnance médicale qui justifie l allocation pour impotence grave ou moyenne versée par l AVS, l AI ou l AA est valable sur une durée illimitée en ce qui concerne les prestations de soins nécessitées par l impotence (OPAS, art. 8, al. 6bis). L assureur ne réclamera pas de nouvelle ordonnance médicale si l organisation d aide et de soins à domicile lui annonce une impotence moyenne ou grave. Une nouvelle ordonnance médicale est à nouveau obligatoire uniquement lorsque l allocation pour impotence a été soumise à une révision. LiMA: que veut dire groupe/s de produits à deux chiffres? Par ex.: 10 Accessoires de marche, 15 Aides pour incontinence, 29 Matériel de stomathérapie Faut-il indiquer la quantité nécessaire? Non. Il ne s agit ici que d indiquer les groupes de produits pour lesquels il existe un besoin. Il n est pas nécessaire d indiquer une quantité. Sortie de l hôpital: discussion à l hôpital avec les soignants, table ronde? Sorties complexes? Qui paie quoi? Aucune prestation ne peut être facturée selon l art. 7 de l OPAS si le patient est encore à l hôpital. L évaluation des soins requis peut être facturée au plus tôt le jour de sortie. Santésuisse n a pas voulu négocier sur ce point; à son avis, la LAMal ne permet pas de facturer en même temps des prestations ambulatoires et des prestations stationnaires. Il n existe pourtant pas une telle réglementation dans la LAMal. La sortie fait partie du séjour à l hôpital et va ainsi en fait à la charge de la facture hospitalière; les Hôpitaux universitaires de Genève ont engagé pour cela une infirmière de liaison qui conseille l organisation d aide et de soins à domicile à l interface ambulatoire stationnaire. Les organisations et les associations cantonales d aide et de soins à domicile doivent chercher le dialogue avec l hôpital / les hôpitaux. Il s agit de se mettre d accord sur des processus cantonaux. 7

8 Art. 8, al. 5 Art. 8, al. 7 Quel matériel est-il possible de facturer? Ce point est réglé par la loi. Il n est possible de facturer que ce qui est mentionné dans la liste des moyens et appareils (annexe 2, LAMal), à condition qu il existe une prescription médicale, que la personne assurée utilise le matériel, éventuellement avec l aide d un intervenant non professionnel (art. 20, OPAS) et qu il existe une convention correspondante entre le fournisseur de prestations et l assureur (art. 55 OAMal) la convention administrative est une telle convention. Le matériel utilisé n est pas considéré comme moyens et appareils ; la LiMA n est donc pas appliquée. Est-il possible de facturer le matériel utilisé aux clients en tant que prestation non obligatoire? Non, les coûts pour le matériel utilisé ne peuvent pas être facturés aux clients. Le financement des prestations de soins selon l article 25a de la LAMal comprend autant les frais de salaire que les frais de matériel. Le matériel utilisé qui est nécessaire dans le cadre de la fourniture de prestations doit être considéré comme un élément faisant partie des prestations de soins et ne peut être facturé ni comme prestation obligatoire à la charge de l assurance ni comme prestation non obligatoire à la charge du patient. L Office fédéral de la santé publique (OFSP) défend également cette position. L assureur prend en charge 85% du montant maximal à rembourser pour les moyens et appareils. Est-il possible de facturer les 15 % restants au client? Non. En principe, l assureur paie jusqu au montant maximal à rembourser mentionné dans la liste des moyens et appareils (LiMA). A l art. 8, al. 5 de la convention administrative, il est convenu qu il ne paie que les 85 %, 15 % allant à la charge des fournisseurs de prestations ayant adhéré à la convention. L art. 24, al. 2 de l OPAS n est pas appliqué ici. Cet article décrit la situation dans laquelle des moyens et des appareils sont remis dont le prix se situe au-dessus du montant maximal à rembourser. De tels moyens et appareils ne peuvent être remis que lorsqu ils sont choisis par la personne assurée. L art. 24, al. 2 de l OPAS ne décrit pas la situation dans laquelle l assureur et le fournisseur de prestations ont convenu d un prix en-dessous du montant maximal à rembourser. Les patients doivent-ils se procurer eux-mêmes les médicaments? L organisation d aide et de soins à domicile n a pas le droit de vendre de médicaments à la charge de l AOS. Elle peut aller chercher les médicaments à la pharmacie et l apporter au patient. Seuls les pharmacies et les médecins qui leur sont assimilés sont autorisés à vendre des médicaments. 8

9 Art. 9, al. 1 Art. 9, al. 4 A partir de quand s applique le principe du tiers payant (TP)? Le principe du tiers garant (TG) est valable encore combien de temps? Le TP est en principe valable à partir du Le Comité central recommande aux organisations d aide et de soins à domicile de changer du tiers garant au tiers payant une fois qu elles auront vérifié au niveau régional que les assureurs principaux dans leur région sont en mesure de payer les factures de soins à domicile avec le No BVR correspondant. Il faut que le tiers payant puisse être praticable. Les organisations d aide et de soins à domicile sont priées d annoncer le changement au TP à sasis sa (registre des codes-créanciers) à l aide du formulaire de mutation. La facturation électronique est-elle une condition pour le tiers payant (TP)? Non: Le TP n implique pas que l on facture de manière électronique. Avec le TP, des factures sur papier peuvent également être envoyées à l assureur. Le TP/ TG détermine à qui la facture est envoyée. Par contre, la facturation électronique implique que l on facture selon le principe du TP. Que se passe-t-il dans le cas du TP si un client ne paie pas ses primes-maladie? L art. 64a de la LAMal règle la procédure en cas de non-paiement des primes ou des participations aux coûts par la personne assurée. L article a été révisé et la nouvelle réglementation entre en vigueur au Désormais, les assureurs doivent aussi payer lorsque les primes n ont pas été payées. Une suspension des prestations (report de paiement) n a lieu que sur ordre du canton. L assureur-maladie doit recouvrir les primes impayées par la voie de la LP. Si des actes de défaut de biens découlaient de la procédure des poursuites, le canton compétent est tenu de transférer 85% du montant à l assureur. Le canton peut inscrire sur une liste les personnes qui ne s acquittent pas de leur obligation de payer des primes et aviser l assureur-maladie. L assureur-maladie est alors tenu de suspendre la prise en charge des coûts de prestations pour ces personnes, à l exception des traitements d urgence (pour la suspension, voir aussi la question portant sur l art. 9, al. 9). Devons-nous informer les clients que le paiement se fait désormais selon le principe du tiers payant? Il est judicieux de les informer dans ce sens, mais ce n est pas une obligation. Le fait d informer les clients existants permet d éviter des questions portant sur la nouvelle facture. Il est également judicieux d informer les nouveaux clients, par exemple avec une précision dans la convention entre le client et l organisation d aide et de soins à domicile ou dans les conditions générales. 9

10 Art. 9, al. 4 Art. 10 Art. 9, al. 8 Que contient la facture adressée à l assureur? Et la copie pour le client? La facture pour l assureur contient uniquement les prestations selon l OPAS 7 (prestations de soins à domicile); avec le principe du tiers payant, le client reçoit une copie de cette facture. En outre, les patients reçoivent une facture séparée pour les prestations qui ne sont pas à la charge des caisses (les prestations d économie domestiques, la participation éventuelle du patient, les prestations à charge de l assurance complémentaire, etc.). L organisation d aide et de soins à domicile doit écrire deux factures différentes. Pourquoi est-ce nécessaire? C est la loi qui l exige à l art. 59, al. 3 de l OAMal. Cette réglementation se justifie par la protection des données: les assurances-maladie n ont pas à savoir si leurs clients bénéficient d autres prestations de soins à domicile. Des cantons exigent une facture qui, à côté des prestations de l assureur, indique le financement résiduel du canton et la participation du client. Comment le faire sans grandes dépenses supplémentaires? La convention administrative porte sur l échange entre le fournisseur de prestations et l assureur. L information au client peut se faire de différente façon: de manière individuelle, cantonale ou communale. Qui paie commande! Pour cette raison, le canton peut exiger que le financement résiduel et la participation du patient soient inscrits sur la facture envoyée au client. Dans ce sens, l ASSASD a mis une facturemodèle à disposition des associations cantonale d aide et de soins à domicile. Combien de temps une assurance peut-elle contester la facture? Cela dépend des délais légaux. Les créances dans l AOS sont périmées après cinq ans. Normalement avec le tiers payant, l assureur communique rapidement (dans les 10 à 14 jours) qu il conteste une partie de la facture ou qu il va entreprendre des vérifications plus précises. 10

11 Art. 9, al. 9 Art. 10 Art. 10, al. 1 litt. k Art. 11 Art. 12 Les organisations d aide et de soins à domicile peuvent-elles cesser de fournir des prestations si l assureur suspend la prise en charge des coûts? La suspension de la prise en charge des coûts de prestations est réglée dans la LAMal (art. 64a, al. 7, KVG). Voir aussi la question ci-dessus portant sur l art. 9, al. 1. La convention avec la commune/le canton détermine si l organisation d aide et de soins à domicile peut cesser ses prestations lorsque la prise en charge des coûts est suspendue. Si les pouvoirs publics (par ex. dans le contrat de prestations) exigent que les organisations d aide et de soins à domicile se soumettent à l obligation de fournir les prestations, celles-ci ne peuvent pas arrêter de fournir les prestations sans consultation préalable. Dans ce cas, les pouvoirs publics devraient éventuellement prendre en charge le coût des prestations de soins tant que l assuré n a pas payé ses dettes. L assureur-maladie ne reprend à sa charge les coûts des prestations de soins que lorsque l assuré a payé ses dettes (primes, franchise, etc.). Pourquoi faut-il mentionner tant de données administratives? Un si grand nombre de données sont nécessaires en raison de l art. 42, al. 3 de la LAMal en lien avec l art. 59, al. 1 de l OAMal. Elles servent au calcul de la prise en charge des coûts, à la vérification de l économicité de la prestation et au déroulement du paiement. Que veut dire Echéancier avec le niveau de contribution correspondant? Ce point porte sur les centres de jour et de nuit et sur les structures Inhouse (voir art. 10, al. 2). Il se réfère au niveau de contribution selon l art. 7a, al. 3 de l OPAS. Est-ce que tous les assureurs utilisent la même interface? Oui: Tous les assureurs (aussi tous les fournisseurs de prestations) utilisent le même standard EED. Les bases sont élaborées dans le Forum Datenaustausch. Que signifie le devoir d informer? Il existe une relation contractuelle entre l organisation d aide et de soins à domicile et les clients. En principe, l organisation d aide et de soins à domicile fixe dans une convention les droits et les obligations réciproques. Celle-ci stipule par exemple quelles prestations sont fournies par l organisation d aide et de soins à domicile et quand. L art. 12, al. 1 précise que les clients doivent être informés que l assurance-maladie obligatoire prend en charge les prestations tant qu elles correspondent à un besoin requis; les prestations relevant de l économie domestique par exemple ne sont pas prises en charge par l AOS. L art. 12, al. 2 se réfère au devoir d informer concernant la suspension des prestations en cas d arriérés de primes. Il existe des cantons qui tiennent une liste les personnes assurées qui ne paient pas leurs primes malgré les poursuites. L organisation d aide et de soins à domicile doit informer les clients que l assureur peut cesser le paiement des prestations en cas d arriérés de primes. L art. 64a, al. 7 de la LAMal est entrée en vigueur au en même temps que le financement hospitalier. 11

12 Art. 15 Art. 17, al. 1 Art. 19, al. 1 Art. 19, al. 3 Art. 22, al. 2 Art. 22, al Quel est le contenu du programme Qualité? Nous ne connaissons pas encore son contenu définitif. Le Programme Qualité, qui s'appuie sur nos principes de qualité actuels, est en négociation. La feuille qui indique les prestations fournies peut-elle être remise pour la statistique de l OFS? Oui, pour autant que le canton différencie les prestations de soins en prestations a, b et c. Est-ce que tous les litiges seront réglés par la CP? Non: En principe, il est prévu que le fournisseur de prestations et l assureur trouvent une solution au litige. Si cela n est pas possible, le fournisseur de prestations ou l assureur peut s adresser à la CP. La CP conduit une procédure de conciliation si la partie adverse (fournisseur de prestations ou assureur) l accepte. Par exemple la demande de vérification de l économicité, de l adéquation et de l efficacité de la prestation, la mise en doute du contenu de l évaluation des soins requis ou de la prescription médicale ou encore des interprétations divergentes du droit contractuel dans des cas concrets sont des motifs qui justifient de s adresser à la CP. Les tâches et l organisation de la CP sont fixées dans le règlement de la commission paritaire (CP). Ce règlement précise aussi comment procéder lorsque l on veut soumettre un cas à la CP. La CP ne peut faire que des recommandations; sa procédure de conciliation ne remplace pas un recours juridique selon l art. 89 de la LAMal (Tribunal arbitral cantonal). Est-ce que la CP régionale, qui existe actuellement, pourra être utilisée? Cela n est pas prévu. Il est stipulé à l art. 19, al. 3 que les parties contractuelles peuvent mettre sur pied des CP régionales. Actuellement, les parties contractuelles y ont renoncé. Que veut dire les anciens formulaires, complétés des nouvelles prestations? Les formulaires doivent indiquer les prestations suivantes: l évaluation et les conseils (art. 7, al. 2 litt. a de l OPAS); les examens et les traitements (art. 7, al. 2 litt. b de l OPAS); les soins de base (art. 7, al. 2 litt. c de l OPAS). Avec le nouveau financement des soins, on ne fait plus de distinction entre les soins de base simples et complexes et il n existe plus de tarifs mixtes. C est pour cette raison que les formulaires doivent être adaptés si nécessaire. Qui met les formulaires à disposition? Les formulaires sont élaborés au niveau suisse et adaptés si nécessaire aux directives cantonales (par ex. sur le financement des soins) par les associations cantonales. 12

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

L adhésion implique la pleine reconnaissance de la convention administrative.

L adhésion implique la pleine reconnaissance de la convention administrative. Convention administrative entre l Association suisse des infirmières et infirmiers ASI et Assura, assurance maladie et accident SUPRA Caisse-maladie (ci-après l assureur) Introduction L Association suisse

Plus en détail

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, vivacare SA. Med Direct (LAMal) Valable dès 2016

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, vivacare SA. Med Direct (LAMal) Valable dès 2016 CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, vivacare SA Valable dès 2016 Assurance des soins Med Direct (LAMal) Sommaire Page 3 4 5 6 6 7 8 8 1. Principes 2. Prestations 3. Primes et participation

Plus en détail

Convention tarifaire

Convention tarifaire CONVENTION TARIFAIRE F I. Convention tarifaire entre les assureurs selon la loi fédérale sur l assurance-accidents, représentés par la Commission des tarifs médicaux LAA (CTM), l Assurance militaire (AM),

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens Examen professionnel pour l obtention du brevet en assurances sociales Session d automne 2007 à Lausanne Examen

Plus en détail

Association Romande des Logopédistes Diplômés (ARLD) Secrétariat central Case Postale 23 1033 Cheseaux-sur-Lausanne

Association Romande des Logopédistes Diplômés (ARLD) Secrétariat central Case Postale 23 1033 Cheseaux-sur-Lausanne Convention entre et Association Romande des Logopédistes Diplômés (ARLD) Secrétariat central Case Postale 3 033 Cheseaux-sur-Lausanne ci-après nommée «Association» Helsana Assurances SA et al. Zürichstrasse

Plus en détail

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins

d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Loi du 9 décembre 2010 Entrée en vigueur :... d application de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 13 juin 2008 sur

Plus en détail

Réponses aux questions des participant(e)s à la séance d échange d expériences du 14.11.2012

Réponses aux questions des participant(e)s à la séance d échange d expériences du 14.11.2012 Institution commune LAMal Coordination internationale assurance-maladie Réponses aux questions des participant(e)s à la séance d échange d expériences du 14.11.2012 Obligation d assurance 1) A l avenir

Plus en détail

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons Informations pour les soins à domicile et en EMS Vos soins Soins requis et prise en charge Vous avez besoin de soins et d aides personnalisés. Les soins

Plus en détail

Etendue de la compensation des risques. livrer les données nécessaires à la compensation des risques.

Etendue de la compensation des risques. livrer les données nécessaires à la compensation des risques. Ordonnance sur la compensation des risques dans l assurance-maladie (OCoR 1 ) 832.112.1 du 12 avril 1995 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 18, al. 3 et 6, de la loi fédérale

Plus en détail

Préambule. 1 En cas de contestation, le texte allemand fait seul foi. Seite 1 von 19

Préambule. 1 En cas de contestation, le texte allemand fait seul foi. Seite 1 von 19 Convention administrative entre l Association suisse des infirmières et infirmiers ASI d une part, et les assureurs signant la convention d autre part Préambule En vue de l introduction du nouveau régime

Plus en détail

0.832.194.541 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006

0.832.194.541 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006 Echange de lettres des 6 février/13 octobre 2006 entre l Office fédéral des assurances sociales et le Ministère italien de la santé concernant l octroi des prestations médicales en Suisse en faveur des

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care)

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Édition du 1.1.2011 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maladie

Loi fédérale sur l assurance-maladie Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) (Financement hospitalier) Modification du 21 décembre 2007 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Aperçu de la session Printemps 2015

Aperçu de la session Printemps 2015 Aperçu de la session Printemps 2015 Recommandations de santésuisse Conseil des Etats Date Projet Recommandation de santésuisse Observations de santésuisse 2.3.15 13.080 LAMal. Compensation des risques;

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

Conditions générales d assurance conformément à la loi sur l assurance-maladie (CGA/LAMal)

Conditions générales d assurance conformément à la loi sur l assurance-maladie (CGA/LAMal) Conditions générales d assurance conformément à la loi sur l assurance-maladie (CGA/LAMal) Édition du 1.9.2015 www.egk.ch Conditions générales d assurance conformément à la loi sur l assurance-maladie

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez Informations destinées aux patients Vos droits...votre carte d assuré vous permet d accéder aux prestations médicales....vous êtes soignés

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2010 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014 CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA Valable dès 2014 Assurance des soins Med Call (LAMal) Table des matières Page 3 4 5 6 6 6 7 7 1. Principes 2. Prestations 3. Primes

Plus en détail

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF)

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Ordonnance du 6 septembre 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Le Conseil d Etat du canton

Plus en détail

Lettre circulaire AI n 308

Lettre circulaire AI n 308 Département fédérale de l intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Domaine Assurance-invalidité 27 février 2012 Lettre circulaire AI n 308 Soins pédiatriques à domicile d après l art.

Plus en détail

Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418

Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418 Office fédéral de la santé publique 3003 Berne Berne, le 12 août 2015 Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418 Réponse sur consultation

Plus en détail

BASE. Table des matières. Conditions générales d assurance (CGA), édition 1.1.2016

BASE. Table des matières. Conditions générales d assurance (CGA), édition 1.1.2016 BASE Conditions générales d assurance (CGA), édition 1.1.2016 Table des matières 1. Bases de l assurance 1.1. Assureurs 1.2. Bases juridiques 1.3. But 2. Assurance 2.1. Assurés 2.2. Procédure d admission

Plus en détail

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse Brochure d information L assurance-maladie obligatoire en Suisse Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des assurances sociales L obligation

Plus en détail

Tarification dans le domaine du sauvetage

Tarification dans le domaine du sauvetage Tarification dans le domaine du sauvetage Décision du Conseil fédéral du 26 mai 2004 (santésuisse Ticino contre le Conseil d Etat du canton du Tessin et la Federazione Cantonale Ticinese Servizi Ambulanze,

Plus en détail

AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE

AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE AVIS DE DROIT : CONTRIBUTION CANTONALE AUX SOINS DE LONGUE DUREE A. RESUME DES CONCLUSIONS a. L art. 25a LAMal impose aux assureurs-maladie de contribuer forfaitairement à la prise en charges des prestations

Plus en détail

le Concordat des assureurs-maladie suisses l'association suisse des infirmières et infirmiers

le Concordat des assureurs-maladie suisses l'association suisse des infirmières et infirmiers Contrat entre le Concordat des assureurs-maladie suisses et l'association suisse des infirmières et infirmiers en matière de prestations et de tarifs s'appliquant aux soins infirmiers ambulatoires et à

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

Contrat d accueil en long séjour

Contrat d accueil en long séjour Contrat d accueil en long séjour Le présent contrat est conclu entre l établissement et le résidant : Nom :. Prénom :.... Adresse :.. Représenté par : Nom :. Prénom :.... Adresse :.. Qui agit en qualité

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Conseil national Session d'été 010 e-parl 18.06.010 - - 15:4 09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil national Projet

Plus en détail

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG entre H+ Les Hôpitaux de Suisse (ci-après «les hôpitaux») et santésuisse

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2008 du brevet Assurance-maladie (AMal) Nom / Prénom : No de candidat (e) : Durée de l'examen

Plus en détail

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse MIOTTI_HUMBEL_KERSTEN_LANG Avocats 5201 Broug, case postale 460 Avis de droit du 28 mars 2008 relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie à l attention de H+ Les Hôpitaux de

Plus en détail

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux 28 mars 2014 Sommaire 1. Bases 2. Nouvelles règles et principes du financement hospitalier 3. Forfaits liés aux prestations 4. Planification

Plus en détail

Convention tarifaire

Convention tarifaire Convention tarifaire entre l Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) et le Concordat des assureurs-maladie suisses (CAMS) Art. 1. Objet La présente convention, ainsi que le tarif, les accords

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

La FMH en faveur du tiers garant papier de position

La FMH en faveur du tiers garant papier de position 1 En bref La FMH soutient la règle en vigueur conformément à l art. 42 al. 1 LAMal, selon laquelle c est le système du tiers garant qui prédomine dans le secteur ambulatoire, pour autant qu aucune autre

Plus en détail

Préambule. 1 En cas de contestation, le texte allemand fait seul foi. Page 1 de 19

Préambule. 1 En cas de contestation, le texte allemand fait seul foi. Page 1 de 19 Convention administrative entre l Association suisse des services d aide et de soins à domicile et l Association Spitex Privée Suisse d une part, et santésuisse d autre part Préambule En vue de l introduction

Plus en détail

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins Avant-Projet Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins du L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art. 117, al. 1, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER Généralités

CHAPITRE PREMIER Généralités Règlement d'introduction de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Compact Basic Assurance obligatoire des soins (assurance de base) selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de décembre 2013 Organisme d assurance:

Plus en détail

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent:

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent: Convention intercantonale sur la surveillance, l autorisation et la répartition du bénéfice de loteries et paris exploités sur le plan intercantonal ou sur l ensemble de la Suisse adoptée par la Conférence

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Session d'automne 04 e-parl 8.09.04 4:4 - - 4.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Projet du Décision du du mai 04 du 8 septembre 04 Adhésion au projet

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance-maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) et Ordonnance

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal)

Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal) Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal) Édition du 1.7.2005 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance indemnités

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Session d'automne 009 e-parl.09.009 :0 - - 09.05 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Projet du du 9 mai 009 Décision du du 9 septembre 009 Adhésion au projet, sauf observation contraire

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance-maladie

Ordonnance sur l assurance-maladie Ordonnance sur l assurance-maladie (OAMal) Modification du 22 juin 2011 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie 1 est modifiée comme suit: Art. 105b Procédure

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10 (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA Edition 01. 10 Sommaire :: I. Généralités 3 Art. 1. Bases juridiques 3 Art. 2. But 3 Art. 3. Offre d assurance 3 Art. 4. Conclusion d assurance

Plus en détail

Aide-mémoires physioswiss

Aide-mémoires physioswiss Aide-mémoires physioswiss Les membres de physioswiss disposent de nombreux aide-mémoires, modèles de contrats et aides diverses dans l'espace sécurisé de www.physioswiss.ch. Pour avoir accès à l espace

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-invalidité

Loi fédérale sur l assurance-invalidité Délai référendaire: 15 octobre 1998 Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) Modification du 26 juin 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 25 juin

Plus en détail

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références

Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux Explications et références Relevé fédéral SOMED des établissements médico-sociaux 1. CONTRÔLE DES DONNÉES ET REMARQUES DES ÉTABLISSEMENTS... 2 2. CHOIX DE L INSTRUMENT D ÉVALUATION DES SOINS REQUIS (VARIABLE A28)... 2 3. PLACES

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires

Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Assurance ACCIDENT HIRSLANDEN Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2007 (version 2013) Table des

Plus en détail

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération 842.18 du 19 mai 2004 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche

Plus en détail

Tarifs des prestations

Tarifs des prestations Tarifs des prestations 2015 Institution de maintien, d aide et de soins à domicile Chère Madame, cher Monsieur, Chère cliente, cher client, Vous avez entre les mains notre nouvelle brochure tarifs pour

Plus en détail

Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV

Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV SEV Secrétariat central Case postale CH-3000 Berne 6 Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV Article 1 Principes 1.1 Le SEV accorde l assistance judiciaire professionnelle à ses

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIERES 2014

INFORMATIONS FINANCIERES 2014 Les Martinets RESIDENCE MEDICALISEE POUR PERSONNES AGEES ANNEXE 2 INFORMATIONS FINANCIERES 2014 Par ordonnance du 20 décembre 2011, le Conseil d Etat du Canton de Fribourg a décidé de modifier l arrêté

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

La prescription de physiothérapie Réponses aux questions les plus fréquentes

La prescription de physiothérapie Réponses aux questions les plus fréquentes La prescription de physiothérapie Réponses aux questions les plus fréquentes En tant que partenaires du domaine de la de santé, les physiothérapeutes constatent que certains médecins sont réticents à prescrire

Plus en détail

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins (OCA) du Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 42a de la loi fédérale du 18 mars 1994 sur l assurance-maladie (LAMal) 1, arrête: Section

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? JANVIER 2015 14_INT_294 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? 1 RAPPEL DE L'INTERPELLATION "La plus grande

Plus en détail

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45%

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45% Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Combien de travailleurs sont employés dans le secteur de la santé? Près de 4,9 millions d actifs travaillent en Suisse, dont un

Plus en détail

Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités

Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités Version -0 du 4 mai 0 Résultat des travaux du projet CIGEO 0-0 à la date du 4 mai 0 Convention entre la Confédération et les cantons sur l échange de géodonnées et de géoinformations entre autorités du

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011 Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO Edition 2011 Sommaire Partie 1: Page 4 Assurance obligatoire des soins Partie 2: Page 6 Couverture de l obligation de l employeur

Plus en détail

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es VEILLE Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es Par Sandra Spagnol, juriste à l ARTIAS Août 2011 ARTIAS - Rue des Pêcheurs 8-1400 Yverdon-les-Bains - Tél. 024 557

Plus en détail

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 Digne de confiance Édition 2012 Assurance obligatoire des soins Règlement Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 II. III. IV. Rapport d assurance Personnes assurées,

Plus en détail

Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires

Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2007 (version 2013) Table des matières But

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité (Oform) 281.31 du 5 juin 1996 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance. Edition de janvier 2009

Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance. Edition de janvier 2009 Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Edition de janvier 2009 Organisme d assurance: Sanitas Assurances de base SA Table des matières

Plus en détail

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève R A M B Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève 2004 1 FONDATION POUR LA RETRAITE ANTICIPEE DE LA METALLURGIE DU BATIMENT (FONDATION RAMB) REGLEMENT En application des

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2010 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2010 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2010 du brevet Assurance-maladie (AMal) No de candidat (e) : Durée de l'examen : Nombre de

Plus en détail

Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT

Code of Conduct. H+ Les Hôpitaux de Suisse CODE OF CONDUCT CODE OF CONDUCT Collaboration du personnel des hôpitaux, cliniques et institutions de soins suisses avec les entreprises de l industrie des produits thérapeutiques 1/12 1 Situation de départ 1.1 Bases

Plus en détail

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel 2014 Rapport annuel Office de l assurance invalidité Partie V Caisse de compensation du Jura 1. Activité de l office L'Office de l'assurance invalidité du Jura assume les tâches suivantes : met en œuvre

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Financement des hôpitaux et transparence. D r Bernhard Wegmüller

Financement des hôpitaux et transparence. D r Bernhard Wegmüller Financement des hôpitaux et transparence D r Bernhard Wegmüller 1 Aperçu 1. Financement des hôpitaux et remboursement des prestations 2. DRGs 3. Transparence 4. Conclusions 2 1. Financement des hôpitaux

Plus en détail

3.05 Prestations de l AVS Versement de prestations AVS/AI/APG/PC/AF en mains de tiers

3.05 Prestations de l AVS Versement de prestations AVS/AI/APG/PC/AF en mains de tiers 3.05 Prestations de l AVS Versement de prestations AVS/AI/APG/PC/AF en mains de tiers Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Les prestations de l assurance-vieillesse et survivants (AVS) et de l assurance-invalidité

Plus en détail

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins conformément à la loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) du 18 mars 1994 Table

Plus en détail

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire

15.020 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Conseil national Session d'automne 05 e-parl 08.09.05 09:5 - - 5.00 n LAMal. Pilotage du domaine ambulatoire Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du 8 février 05 Décision du Conseil national du 7

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Modifications

Plus en détail

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care)

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) e-parl 0..008 7:04 04.06 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) Projet du Décision du Propositions de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national

Plus en détail

CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS SERVICE DES ASSURANCES SOCIALES ET DE L HEBERGEMENT

CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS SERVICE DES ASSURANCES SOCIALES ET DE L HEBERGEMENT CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS SERVICE DES ASSURANCES SOCIALES ET DE L HEBERGEMENT PRINCIPES DE VERSEMENT DES RENTES AVS/AI/API et PC AVS/AI EN MAINS DES ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX(Réseau

Plus en détail

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6 Digne de confiance Édition 2007 Assurance-hospitalisation LIBERO Conditions complémentaires d assurance (CCA) Art. I. Généralités Objet de l assurance 1 Dispositions applicables 2 Possibilités d assurance

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Allocations familiales

Allocations familiales Office des assurances sociales et de la surveillance des fondations Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Amt für Sozialversicherung und Stiftungsaufsicht

Plus en détail

Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes

Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes du 16 novembre 011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 17 de la loi cantonale sur l'assurance-maladie

Plus en détail

Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses

Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses Etat: 23.2.2011 Question Réponse 1. Force obligatoire générale Comment et par qui un fonds en L article 60

Plus en détail

Questions et réponses (FAQ)

Questions et réponses (FAQ) Questions et réponses (FAQ) Nouvelle convention tarifaire avec les pharmaciens: rémunération basée sur les prestations (RBP) Idée de base du système 1. Quelle est la philosophie à la base de la RBP? Les

Plus en détail

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante :

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil M 1454-A Date de dépôt: 3 septembre 2003 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M. Pierre Froidevaux demandant un véritable accès aux soins

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

Ordonnance concernant la réduction des primes dans l'assurance-maladie (Version en vigueur du 1 er janvier 2011 au 31 décembre 2011)

Ordonnance concernant la réduction des primes dans l'assurance-maladie (Version en vigueur du 1 er janvier 2011 au 31 décembre 2011) 8.115 Ordonnance concernant la réduction des primes dans l'assurance-maladie (Version en vigueur du 1 er janvier 011 au 1 décembre 011) du 1 novembre 1995 Le Gouvernement de la République et Canton du

Plus en détail