FAQ sur la convention administrative du

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAQ sur la convention administrative du 20.12.2010"

Transcription

1 Association suisse des services d aide et de soins à domicile FAQ sur la convention administrative du Arguments pour l adhésion Partenaires contractuels Etat Quels sont les arguments importants pour adhérer à la convention administrative? Avantage 1: Les processus administratifs entre l organisation d aide et de soins à domicile et l assureur sont réglementés de manière obligatoire. Avantage 2: RAI-Home-Care est reconnu officiellement comme l un des instruments possibles d évaluation des soins requis. Avantage 3: L examen de l économicité par les assureurs est réglementé de manière obligatoire et transparente pour les deux parties. Selon les cas, les processus standardisés et les documentations peuvent faciliter considérablement la charge de travail de l organisation d aide et de soins à domicile. Avantage 4: La prolifération incontrôlée des formulaires est endiguée. Des formulaires unifiés sont introduits par étape en Suisse, par exemple pour la facturation, l ordre médical et l annonce des besoins. Avantage 5: Les négociations contractuelles longues et coûteuses, et souvent pénibles, au niveau cantonal avec Santésuisse font partie du passé. Les négociations sont désormais assurées au niveau national par une délégation sous la direction de l ASSASD. Avantage 6: Les moyens et les appareils de la LiMA ne peuvent être facturés à la charge des assureurs que s il existe une convention correspondante entre le fournisseur de prestations et l assureur (art. 55 OAMal). La convention administrative du est une telle convention. Qui sont les partenaires contractuels? Au départ, les partenaires de négociations étaient, d une part, Santésuisse et, d autre part, l ASSASD et l ASPS. Les assureurs et les différents fournisseurs de prestations devaient adhérer à la convention afin que celle-ci soit valable pour eux. Vous trouvez ici la liste des assureurs qui ont adhéré à la convention. Depuis 2011, les partenaires de négociations du côté des assureurs sont Tarifsuisse et HSC (Helsana Sanitas CPT). Association suisse des services d aide et de soins à domicile, Secrétariat central, Sulgenauweg 38, CP 1074, 3000 Berne 23 Téléphone , Fax , Courriel

2 Approbation La convention administrative doit-elle être soumise à approbation? Non, la convention administrative ne doit être soumise ni à l approbation du Conseil fédéral ni à celle du gouvernement cantonal. La convention administrative ne fixe pas de tarifs. Les contributions sont fixées dans l OPAS. La compétence de déterminer les contributions incombe au Conseil fédéral (DFI). C est pour cette raison que depuis l introduction du nouveau financement des soins, aucune négociation tarifaire n a eu lieu dans le domaine des soins de longue durée. La convention administrative réglemente les processus administratifs et les dispositions d application qui sont valables au niveau local. Les prix ne font pas l objet de négociations. Pour cette raison, il n est pas nécessaire de soumettre cette convention à l approbation du gouvernement cantonal. Les litiges portant sur cette convention administrative devraient être clarifiés par le tribunal arbitral cantonal (art. 89 LAMal). 2

3 Echange électronique de données Motifs > 60 h / trimestre Jusqu à quand les formulaires doivent-ils être élaborés? Concernant l utilisation des formulaires (facturation et évaluation des soins requis), la délégation chargée des négociations a réussi à conclure que les anciens formulaires peuvent être utilisés sous le nouveau régime de la convention administrative jusqu au 30 juin La décision concernant le second semestre de 2015 sera prise en novembre Les partenaires sont d accord pour que les formulaires XML élaborés pour l échange électronique des données soient valables d une manière générale. Aucun formulaire supplémentaire ne sera élaboré pour l utilisation sur papier et pour l envoi par la poste. Les formulaires provisoires pour la déclaration des besoins requis des centres de jour et de nuit et pour les soins in house sont déjà élaborés. Comment se fait l échange électronique de données? Les standards sont définis par le Forum Datenaustausch. Dans le projet ekarus Soins, des bases sont élaborées pour l échange électronique de données entre les institutions de soins stationnaires et ambulatoires et les assureurs-maladie. Des représentants de l Association suisse des services d aide et de soins à domicile collaborent à ce projet. Les fournisseurs de logiciels suivants sont intégrés dans la phase d application (ekarus Soins TechDesign): Distler, ID Informatique et Développement, Root Service, Syseca Informatik, Swing, Medical Link, Curabill, Abraxas, Domis, Micromed, Sage, Dedica et Topcare. Des informations sur ekarus Soins se trouvent sur: > Politique > ehealth > ekarus Soins Un GLN (autrefois EAN) est nécessaire pour la facturation électronique. Comment l organisation d aide et de soins à domicile obtient-elle un GLN? La réponse à cette question se trouve dans la notice GLN sous: > Echange électronique des données Plusieurs organisations d aide et de soins à domicile fusionnent. Comment faut-il procéder avec le GLN? La réponse à cette question se trouve sur la notice «démarche à suivre en cas de fusion d organisations». Le formulaire Motifs > 60 heures est-il encore nécessaire? Nous recommandons de continuer d utiliser ce formulaire pour la période transitoire durant laquelle les anciens formulaires sont encore utilisés. 3

4 Conséquences de la NON adhésion à la convention Contrôle légitimation d adhésion Art. 2, al. 4 Art. 2, al. 9 Quelles sont les conséquences pour une organisation d aide et de soins à domicile de la NON adhésion à la convention? Les assureurs doivent continuer de rembourser les prestations de soins (art. 7 OPAS) même si aucune convention n a été signée. MAIS: au début 2011 (avant l ouverture de la procédure d adhésion), des assureurs ont décrété un gel des prestations pour les factures de soins à domicile. Il faut consacrer beaucoup de temps et faire énormément de démarches administratives pour convaincre les assureurs de leur obligation de prise en charge. Les moyens et les appareils de la LiMA ne peuvent pas être facturés à la charge des assureurs sans convention (art. 55 OAMal). En l absence de convention qui réglemente les processus administratifs entre les fournisseurs de prestations et les assureurs, chaque assureur peut fixer ses propres exigences et introduire son propre système de contrôle. Pour les fournisseurs de prestations, les dépenses en temps et en argent qui en découlent peuvent être très élevées. Il ne faut pas partir de l idée que les assureurs accorderont aux fournisseurs de prestations sans convention des conditions plus simples et meilleures qu à ceux qui ont signé la convention. Qui contrôle si le fournisseur de prestation peut adhérer à la convention? Chaque organisation qui a un No RCC, qui remplit les conditions de l art. 51 de l OAMal et qui dispose d une autorisation de pratiquer selon le droit cantonal peut adhérer à la convention. Sasis (une filiale de Santésuisse) vérifie le numéro RCC. Santésuisse a le droit de refuser qu un fournisseur de prestations adhère à la convention (voir art. 2, al. 4). Pour quelles raisons un fournisseur de prestations peut-il ne pas être admis dans la convention? Santésuisse peut devenir active dans ce sens si un canton continue de ne pas associer l autorisation d exploiter à certaines conditions. Cet article vise le nombre croissant de fournisseurs de prestations à but commercial qui collaborent éventuellement avec des care workers provenant des pays d Europe de l Est. Les organisations d aide et de soins à domicile à but non lucratif ne sont pas visées. Qui adhère? Chaque organisation d aide et de soins à domicile peut adhérer; la procédure d adhésion est structurée au niveau cantonal. Qu entend-on par un autre rapport contractuel concurrent applicable? Il existe un rapport contractuel concurrent applicable lorsqu une convention tarifaire cantonale n a pas été résiliée. Est-ce qu une organisation d aide et de soins à domicile qui gère une structure de jour et de nuit doit adhérer deux fois à la convention? Non: Une seule adhésion est nécessaire, mais l organisation doit avoir deux numéros RCC. 4

5 Art. 3, al. 4 Art.3, al. 5 Art. 4 Art. 5, al. 1 Art 5, al. 2 Art. 5, al. 5 Comment les soins qui sont dispensés dans le centre sont-ils facturés? Des soins peuvent être dispensés dans le centre, ils sont facturés au tarif horaire selon l art. 7a, al. 1 de l OPAS. Est-il possible de cumuler une structure de jour et une structure de nuit? Non: En l espace de 24 heures, il est possible de facturer le séjour soit dans le centre de jour, soit dans le centre de nuit. A facturer une fois selon l art. 7a Abs. 3. Et si une personne utilise par intermittence le centre de jour et le centre de nuit? (par ex. la nuit de mardi à mercredi et vendredi durant la journée) A facturer deux fois selon l art. 7a, al. 3. Et si une personne utilise le même jour d abord une prestation de soins à domicile puis le centre de jour? Il est possible de facturer pour le même jour une prestation de soins à domicile selon le tarif horaire (par exemple lever la personne le matin) et son séjour au centre de jour (l après-midi). Faut-il toujours qu il y ait un mandat médical? Le mandat peut-il aussi venir des proches? Pourquoi ne donne-t-on pas plus de compétences aux infirmières? Il n existe pas de marge de manœuvre sur ce point. La LAMal stipule qu il faut une prescription médicale pour que l AOS contribue à la prise en charge des soins ambulatoires (art. 25a, al. 1 LAMal). Mis à part RAI-HC, quels autres instruments d évaluation des soins requis sont-ils acceptés? Il est nouveau que les assureurs reconnaissent officiellement RAI-HC. Il est possible de choisir librement tous les instruments d évaluation des soins requis qui sont standardisés. Quelle est la différence entre une infirmière diplômée et une infirmière diplômée habilitée? Une infirmière diplômée a suivi une formation ancrée dans le système de formation (par ex. infirmière diplômée ES); une infirmière habilitée à faire l évaluation des soins requis a suivi une formation complémentaire sur l instrument d évaluation (par ex. pour RAI-HC). De quels fournisseurs de prestations s agit-il ici? Le terme fournisseurs de prestations se réfère ici aux fournisseurs de prestations de soins ambulatoires (les associations à but non lucratif ou a but commercial ainsi que les infirmières et infirmiers indépendants HES ou ES). Si plusieurs fournisseurs de prestations interviennent auprès du même assuré, ils doivent donc se concerter sur l utilisation du budget temporel. 5

6 Art. 6 Art. 6, al. 3 Le mandat médical est-il identique à la déclaration des soins requis? Sur le formulaire de déclaration des soins requis, l infirmière ou l infirmier constate le besoin en prestations requises. Le médecin octroie le mandat médical lorsqu il signe le formulaire de déclaration des soins requis. Quelles données doivent-elles être identiques? Le début de la prestation doit se situer dans la durée de validité de l ordre médical. Est accepté: Début de la prestation: 1er mai 2014 Mandat médical valable: 1er mai 1er septembre 2014 Date / signature du médecin: 15 mai 2014 (peut être rétroactive) N est pas accepté: Début de la prestation: 1er mai 2014 Mandat médical valable: 1er juin 1er octobre 2014 Sachant que les médecins signent souvent le mandat médical / l annonce des soins requis avec du retard, nous avons fixé dans la convention, à l article 6, al. 2, que la remise du mandat médical à l assureur doit avoir lieu immédiatement après sa signature, mais au plus tard avec la première facture. Art. 6, al. 4 Que se passe-t-il si l assureur donne sa réponse après plus de 14 jours? La convention est valable pour tous les partenaires contractuels, aussi pour les assureurs. L obligation d assumer la prestation s applique tant que les prestations sont efficaces, appropriées et économiques. Est-ce que c est le risque de l organisation d aide et de soins à domicile si, après coup, l assureur n accepte pas la prestation? Les assureurs ont l obligation de contrôler. Si l assureur conteste une partie de la facture, le délai de paiement est suspendu pour cette partie (art. 9, al. 8). L assureur doit par contre payer le reste de la facture. Pourquoi existe-t-il une réserve d efficacité, d adéquation et d économicité? Pourquoi l Association suisse des services d aide et de soins à domicile a-t-elle accepté cette réserve? Ce principe est défini de manière contraignante à l art. 32 de la LAMal et l économicité est définie précisément à l art. 56, al. 1 de la LAMal. Si le principe de l économicité n est pas respecté, l assureur peut non seulement refuser de prendre en charge le coût des prestations mais il a aussi le droit d exiger le remboursement d un paiement qu il a déjà fait durant une période de cinq ans (art. 56, al. 2 de la LAMal). Ce droit de l assureur ne peut pas être annulé par une réglementation dans la convention tarifaire ou administrative. Art. 6, al. 5a A quoi se réfèrent le numéro d assuré et le numéro d assurance sociale? Numéro d assuré: il s agit du numéro qui est attribué à un assuré ( numéro de client ). Numéro d assurance sociale: il s agit du nouveau numéro d AVS. 6

7 Art. 6, al. 5e Art. 6, al. 5h Art. 8, al. 4 Pourquoi les assureurs veulent-ils connaître le degré d impotence? L ordonnance médicale qui justifie l allocation pour impotence grave ou moyenne versée par l AVS, l AI ou l AA est valable sur une durée illimitée en ce qui concerne les prestations de soins nécessitées par l impotence (OPAS, art. 8, al. 6bis). L assureur ne réclamera pas de nouvelle ordonnance médicale si l organisation d aide et de soins à domicile lui annonce une impotence moyenne ou grave. Une nouvelle ordonnance médicale est à nouveau obligatoire uniquement lorsque l allocation pour impotence a été soumise à une révision. LiMA: que veut dire groupe/s de produits à deux chiffres? Par ex.: 10 Accessoires de marche, 15 Aides pour incontinence, 29 Matériel de stomathérapie Faut-il indiquer la quantité nécessaire? Non. Il ne s agit ici que d indiquer les groupes de produits pour lesquels il existe un besoin. Il n est pas nécessaire d indiquer une quantité. Sortie de l hôpital: discussion à l hôpital avec les soignants, table ronde? Sorties complexes? Qui paie quoi? Aucune prestation ne peut être facturée selon l art. 7 de l OPAS si le patient est encore à l hôpital. L évaluation des soins requis peut être facturée au plus tôt le jour de sortie. Santésuisse n a pas voulu négocier sur ce point; à son avis, la LAMal ne permet pas de facturer en même temps des prestations ambulatoires et des prestations stationnaires. Il n existe pourtant pas une telle réglementation dans la LAMal. La sortie fait partie du séjour à l hôpital et va ainsi en fait à la charge de la facture hospitalière; les Hôpitaux universitaires de Genève ont engagé pour cela une infirmière de liaison qui conseille l organisation d aide et de soins à domicile à l interface ambulatoire stationnaire. Les organisations et les associations cantonales d aide et de soins à domicile doivent chercher le dialogue avec l hôpital / les hôpitaux. Il s agit de se mettre d accord sur des processus cantonaux. 7

8 Art. 8, al. 5 Art. 8, al. 7 Quel matériel est-il possible de facturer? Ce point est réglé par la loi. Il n est possible de facturer que ce qui est mentionné dans la liste des moyens et appareils (annexe 2, LAMal), à condition qu il existe une prescription médicale, que la personne assurée utilise le matériel, éventuellement avec l aide d un intervenant non professionnel (art. 20, OPAS) et qu il existe une convention correspondante entre le fournisseur de prestations et l assureur (art. 55 OAMal) la convention administrative est une telle convention. Le matériel utilisé n est pas considéré comme moyens et appareils ; la LiMA n est donc pas appliquée. Est-il possible de facturer le matériel utilisé aux clients en tant que prestation non obligatoire? Non, les coûts pour le matériel utilisé ne peuvent pas être facturés aux clients. Le financement des prestations de soins selon l article 25a de la LAMal comprend autant les frais de salaire que les frais de matériel. Le matériel utilisé qui est nécessaire dans le cadre de la fourniture de prestations doit être considéré comme un élément faisant partie des prestations de soins et ne peut être facturé ni comme prestation obligatoire à la charge de l assurance ni comme prestation non obligatoire à la charge du patient. L Office fédéral de la santé publique (OFSP) défend également cette position. L assureur prend en charge 85% du montant maximal à rembourser pour les moyens et appareils. Est-il possible de facturer les 15 % restants au client? Non. En principe, l assureur paie jusqu au montant maximal à rembourser mentionné dans la liste des moyens et appareils (LiMA). A l art. 8, al. 5 de la convention administrative, il est convenu qu il ne paie que les 85 %, 15 % allant à la charge des fournisseurs de prestations ayant adhéré à la convention. L art. 24, al. 2 de l OPAS n est pas appliqué ici. Cet article décrit la situation dans laquelle des moyens et des appareils sont remis dont le prix se situe au-dessus du montant maximal à rembourser. De tels moyens et appareils ne peuvent être remis que lorsqu ils sont choisis par la personne assurée. L art. 24, al. 2 de l OPAS ne décrit pas la situation dans laquelle l assureur et le fournisseur de prestations ont convenu d un prix en-dessous du montant maximal à rembourser. Les patients doivent-ils se procurer eux-mêmes les médicaments? L organisation d aide et de soins à domicile n a pas le droit de vendre de médicaments à la charge de l AOS. Elle peut aller chercher les médicaments à la pharmacie et l apporter au patient. Seuls les pharmacies et les médecins qui leur sont assimilés sont autorisés à vendre des médicaments. 8

9 Art. 9, al. 1 Art. 9, al. 4 A partir de quand s applique le principe du tiers payant (TP)? Le principe du tiers garant (TG) est valable encore combien de temps? Le TP est en principe valable à partir du Le Comité central recommande aux organisations d aide et de soins à domicile de changer du tiers garant au tiers payant une fois qu elles auront vérifié au niveau régional que les assureurs principaux dans leur région sont en mesure de payer les factures de soins à domicile avec le No BVR correspondant. Il faut que le tiers payant puisse être praticable. Les organisations d aide et de soins à domicile sont priées d annoncer le changement au TP à sasis sa (registre des codes-créanciers) à l aide du formulaire de mutation. La facturation électronique est-elle une condition pour le tiers payant (TP)? Non: Le TP n implique pas que l on facture de manière électronique. Avec le TP, des factures sur papier peuvent également être envoyées à l assureur. Le TP/ TG détermine à qui la facture est envoyée. Par contre, la facturation électronique implique que l on facture selon le principe du TP. Que se passe-t-il dans le cas du TP si un client ne paie pas ses primes-maladie? L art. 64a de la LAMal règle la procédure en cas de non-paiement des primes ou des participations aux coûts par la personne assurée. L article a été révisé et la nouvelle réglementation entre en vigueur au Désormais, les assureurs doivent aussi payer lorsque les primes n ont pas été payées. Une suspension des prestations (report de paiement) n a lieu que sur ordre du canton. L assureur-maladie doit recouvrir les primes impayées par la voie de la LP. Si des actes de défaut de biens découlaient de la procédure des poursuites, le canton compétent est tenu de transférer 85% du montant à l assureur. Le canton peut inscrire sur une liste les personnes qui ne s acquittent pas de leur obligation de payer des primes et aviser l assureur-maladie. L assureur-maladie est alors tenu de suspendre la prise en charge des coûts de prestations pour ces personnes, à l exception des traitements d urgence (pour la suspension, voir aussi la question portant sur l art. 9, al. 9). Devons-nous informer les clients que le paiement se fait désormais selon le principe du tiers payant? Il est judicieux de les informer dans ce sens, mais ce n est pas une obligation. Le fait d informer les clients existants permet d éviter des questions portant sur la nouvelle facture. Il est également judicieux d informer les nouveaux clients, par exemple avec une précision dans la convention entre le client et l organisation d aide et de soins à domicile ou dans les conditions générales. 9

10 Art. 9, al. 4 Art. 10 Art. 9, al. 8 Que contient la facture adressée à l assureur? Et la copie pour le client? La facture pour l assureur contient uniquement les prestations selon l OPAS 7 (prestations de soins à domicile); avec le principe du tiers payant, le client reçoit une copie de cette facture. En outre, les patients reçoivent une facture séparée pour les prestations qui ne sont pas à la charge des caisses (les prestations d économie domestiques, la participation éventuelle du patient, les prestations à charge de l assurance complémentaire, etc.). L organisation d aide et de soins à domicile doit écrire deux factures différentes. Pourquoi est-ce nécessaire? C est la loi qui l exige à l art. 59, al. 3 de l OAMal. Cette réglementation se justifie par la protection des données: les assurances-maladie n ont pas à savoir si leurs clients bénéficient d autres prestations de soins à domicile. Des cantons exigent une facture qui, à côté des prestations de l assureur, indique le financement résiduel du canton et la participation du client. Comment le faire sans grandes dépenses supplémentaires? La convention administrative porte sur l échange entre le fournisseur de prestations et l assureur. L information au client peut se faire de différente façon: de manière individuelle, cantonale ou communale. Qui paie commande! Pour cette raison, le canton peut exiger que le financement résiduel et la participation du patient soient inscrits sur la facture envoyée au client. Dans ce sens, l ASSASD a mis une facturemodèle à disposition des associations cantonale d aide et de soins à domicile. Combien de temps une assurance peut-elle contester la facture? Cela dépend des délais légaux. Les créances dans l AOS sont périmées après cinq ans. Normalement avec le tiers payant, l assureur communique rapidement (dans les 10 à 14 jours) qu il conteste une partie de la facture ou qu il va entreprendre des vérifications plus précises. 10

11 Art. 9, al. 9 Art. 10 Art. 10, al. 1 litt. k Art. 11 Art. 12 Les organisations d aide et de soins à domicile peuvent-elles cesser de fournir des prestations si l assureur suspend la prise en charge des coûts? La suspension de la prise en charge des coûts de prestations est réglée dans la LAMal (art. 64a, al. 7, KVG). Voir aussi la question ci-dessus portant sur l art. 9, al. 1. La convention avec la commune/le canton détermine si l organisation d aide et de soins à domicile peut cesser ses prestations lorsque la prise en charge des coûts est suspendue. Si les pouvoirs publics (par ex. dans le contrat de prestations) exigent que les organisations d aide et de soins à domicile se soumettent à l obligation de fournir les prestations, celles-ci ne peuvent pas arrêter de fournir les prestations sans consultation préalable. Dans ce cas, les pouvoirs publics devraient éventuellement prendre en charge le coût des prestations de soins tant que l assuré n a pas payé ses dettes. L assureur-maladie ne reprend à sa charge les coûts des prestations de soins que lorsque l assuré a payé ses dettes (primes, franchise, etc.). Pourquoi faut-il mentionner tant de données administratives? Un si grand nombre de données sont nécessaires en raison de l art. 42, al. 3 de la LAMal en lien avec l art. 59, al. 1 de l OAMal. Elles servent au calcul de la prise en charge des coûts, à la vérification de l économicité de la prestation et au déroulement du paiement. Que veut dire Echéancier avec le niveau de contribution correspondant? Ce point porte sur les centres de jour et de nuit et sur les structures Inhouse (voir art. 10, al. 2). Il se réfère au niveau de contribution selon l art. 7a, al. 3 de l OPAS. Est-ce que tous les assureurs utilisent la même interface? Oui: Tous les assureurs (aussi tous les fournisseurs de prestations) utilisent le même standard EED. Les bases sont élaborées dans le Forum Datenaustausch. Que signifie le devoir d informer? Il existe une relation contractuelle entre l organisation d aide et de soins à domicile et les clients. En principe, l organisation d aide et de soins à domicile fixe dans une convention les droits et les obligations réciproques. Celle-ci stipule par exemple quelles prestations sont fournies par l organisation d aide et de soins à domicile et quand. L art. 12, al. 1 précise que les clients doivent être informés que l assurance-maladie obligatoire prend en charge les prestations tant qu elles correspondent à un besoin requis; les prestations relevant de l économie domestique par exemple ne sont pas prises en charge par l AOS. L art. 12, al. 2 se réfère au devoir d informer concernant la suspension des prestations en cas d arriérés de primes. Il existe des cantons qui tiennent une liste les personnes assurées qui ne paient pas leurs primes malgré les poursuites. L organisation d aide et de soins à domicile doit informer les clients que l assureur peut cesser le paiement des prestations en cas d arriérés de primes. L art. 64a, al. 7 de la LAMal est entrée en vigueur au en même temps que le financement hospitalier. 11

12 Art. 15 Art. 17, al. 1 Art. 19, al. 1 Art. 19, al. 3 Art. 22, al. 2 Art. 22, al Quel est le contenu du programme Qualité? Nous ne connaissons pas encore son contenu définitif. Le Programme Qualité, qui s'appuie sur nos principes de qualité actuels, est en négociation. La feuille qui indique les prestations fournies peut-elle être remise pour la statistique de l OFS? Oui, pour autant que le canton différencie les prestations de soins en prestations a, b et c. Est-ce que tous les litiges seront réglés par la CP? Non: En principe, il est prévu que le fournisseur de prestations et l assureur trouvent une solution au litige. Si cela n est pas possible, le fournisseur de prestations ou l assureur peut s adresser à la CP. La CP conduit une procédure de conciliation si la partie adverse (fournisseur de prestations ou assureur) l accepte. Par exemple la demande de vérification de l économicité, de l adéquation et de l efficacité de la prestation, la mise en doute du contenu de l évaluation des soins requis ou de la prescription médicale ou encore des interprétations divergentes du droit contractuel dans des cas concrets sont des motifs qui justifient de s adresser à la CP. Les tâches et l organisation de la CP sont fixées dans le règlement de la commission paritaire (CP). Ce règlement précise aussi comment procéder lorsque l on veut soumettre un cas à la CP. La CP ne peut faire que des recommandations; sa procédure de conciliation ne remplace pas un recours juridique selon l art. 89 de la LAMal (Tribunal arbitral cantonal). Est-ce que la CP régionale, qui existe actuellement, pourra être utilisée? Cela n est pas prévu. Il est stipulé à l art. 19, al. 3 que les parties contractuelles peuvent mettre sur pied des CP régionales. Actuellement, les parties contractuelles y ont renoncé. Que veut dire les anciens formulaires, complétés des nouvelles prestations? Les formulaires doivent indiquer les prestations suivantes: l évaluation et les conseils (art. 7, al. 2 litt. a de l OPAS); les examens et les traitements (art. 7, al. 2 litt. b de l OPAS); les soins de base (art. 7, al. 2 litt. c de l OPAS). Avec le nouveau financement des soins, on ne fait plus de distinction entre les soins de base simples et complexes et il n existe plus de tarifs mixtes. C est pour cette raison que les formulaires doivent être adaptés si nécessaire. Qui met les formulaires à disposition? Les formulaires sont élaborés au niveau suisse et adaptés si nécessaire aux directives cantonales (par ex. sur le financement des soins) par les associations cantonales. 12

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

Aperçu de la session Printemps 2015

Aperçu de la session Printemps 2015 Aperçu de la session Printemps 2015 Recommandations de santésuisse Conseil des Etats Date Projet Recommandation de santésuisse Observations de santésuisse 2.3.15 13.080 LAMal. Compensation des risques;

Plus en détail

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014 CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA Valable dès 2014 Assurance des soins Med Call (LAMal) Table des matières Page 3 4 5 6 6 6 7 7 1. Principes 2. Prestations 3. Primes

Plus en détail

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG entre H+ Les Hôpitaux de Suisse (ci-après «les hôpitaux») et santésuisse

Plus en détail

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons Informations pour les soins à domicile et en EMS Vos soins Soins requis et prise en charge Vous avez besoin de soins et d aides personnalisés. Les soins

Plus en détail

CGA. Assurance obligatoire des soins (LAMal)

CGA. Assurance obligatoire des soins (LAMal) CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA Valable dès 2014 Assurance obligatoire des soins (LAMal) Sommaire Page 3 3 4 6 7 7 1. Dispositions générales 2. Rapports d assurance

Plus en détail

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez Informations destinées aux patients Vos droits...votre carte d assuré vous permet d accéder aux prestations médicales....vous êtes soignés

Plus en détail

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 Digne de confiance Édition 2012 Assurance obligatoire des soins Règlement Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 II. III. IV. Rapport d assurance Personnes assurées,

Plus en détail

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins e-parl 8.09.007 4: Conseil des Etats Session d'automne 007 05.05 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil des Etats Décision du

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care)

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Édition du 1.1.2011 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

Modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie (adaptation de dispositions ayant une portée internationale)

Modification de la loi fédérale sur l assurance-maladie (adaptation de dispositions ayant une portée internationale) CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Office fédéral de la santé publique Unité de direction Assurance maladie et accidents Division Surveillance de l assurance Hessstrasse 27E 3003 Berne Réf.

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins

Assurance obligatoire des soins Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER Généralités

CHAPITRE PREMIER Généralités Règlement d'introduction de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Sanitas Assurances

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? JANVIER 2015 14_INT_294 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? 1 RAPPEL DE L'INTERPELLATION "La plus grande

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE

AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE AIDE-MEMOIRE SUR L'ASSURANCE-MALADIE ET LE CHANGEMENT DE CAISSE Le changement de caisse ne consiste pas uniquement à trouver la prime la moins chère. Comparez les assurances pour vous assurer que l offre

Plus en détail

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse Notre offre pour les expatriés Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Vous pouvez compter sur notre longue expérience

Plus en détail

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF)

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Ordonnance du 6 septembre 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Le Conseil d Etat du canton

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2008 du brevet Assurance-maladie (AMal) Nom / Prénom : No de candidat (e) : Durée de l'examen

Plus en détail

C O N T R A T A D M I N I S T R A T I F E M S

C O N T R A T A D M I N I S T R A T I F E M S C O N T R A T A D M I N I S T R A T I F E M S ZVR: 00.500.xxxxx entre CURAVIVA Suisse, Zieglerstrasse 5, case postale 00, 000 Berne et les assureurs mentionnés dans le présent contrat, représentés par

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Compact Basic Assurance obligatoire des soins (assurance de base) selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de décembre 2013 Organisme d assurance:

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011 Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO Edition 2011 Sommaire Partie 1: Page 4 Assurance obligatoire des soins Partie 2: Page 6 Couverture de l obligation de l employeur

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance-maladie

Ordonnance sur l assurance-maladie Ordonnance sur l assurance-maladie (OAMal) Modification du 22 juin 2011 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie 1 est modifiée comme suit: Art. 105b Procédure

Plus en détail

Fiche d information Politique de la santé

Fiche d information Politique de la santé Fiche d information Politique de la santé iv. Questions et réponses relatives à la concurrence dans le système de santé Etat: juillet 2012 La concurrence dans le système de santé 3 Chère lectrice, cher

Plus en détail

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch RECHT interessant LORSQUE L EMPLOYEUR SE TRANSFORME EN BAILLEUR DE SERVICES CE QU IL FAUT SAVOIR À PROPOS DE LA LOCATION DE SERVICES 1 Quand sommes-nous en présence d une

Plus en détail

Tarifs des prestations

Tarifs des prestations Tarifs des prestations 2015 Institution de maintien, d aide et de soins à domicile Chère Madame, cher Monsieur, Chère cliente, cher client, Vous avez entre les mains notre nouvelle brochure tarifs pour

Plus en détail

Notre offre pour les frontaliers

Notre offre pour les frontaliers Le «Swiss Package Santé»: Notre offre pour les frontaliers Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Sécurité Le Groupe

Plus en détail

Définition des tarifs et des positions tarifaires pour le décompte des prestations de soins dans le cadre du nouveau régime de financement des soins

Définition des tarifs et des positions tarifaires pour le décompte des prestations de soins dans le cadre du nouveau régime de financement des soins Concept relatif à la structure pour les soins ambulatoires et stationnaires dans les EMS, les organisations d ai et soins à domicile ainsi que pour le personnel infirmier Version: V1.31 / 11.02.2014 Valable

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal)

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Version 2.0 22.01.2013 01.01.2012 KPT 1 Table des matières 1. Situation de départ...3 2. Contenu...3

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Contrat d hébergement Page 2 sur 11

Contrat d hébergement Page 2 sur 11 2. REPRESENTANT THERAPEUTIQUE 1. REPRESENTANT ADMINISTRAIF FOYER ROSE D AUTOMNE HOME MEDICALISE POUR PERSONNES AGEES 4, Chemin Cardinal-Journet 1752 Villars-sur-Glâne Tél. 026/422 78 00 CCP 17-722-5 CONTRAT

Plus en détail

F CH 05 Assurance-maladie

F CH 05 Assurance-maladie F CH 05 Assurance-maladie 1. Ce qui est différent en Suisse... 2 1.1 Prestations en nature et prestations en espèces assurées séparément... 2 1.2 Admission dans une assurance-maladie et paiement des primes...

Plus en détail

des assurances sociales (LPGA) 6 s appliquent à l AI (art. 1a à 26 bis et 28 à 70), à moins que la présente loi ne déroge expressément à la LPGA.

des assurances sociales (LPGA) 6 s appliquent à l AI (art. 1a à 26 bis et 28 à 70), à moins que la présente loi ne déroge expressément à la LPGA. Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) 1 831.20 du 19 juin 1959 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 112, al. 1, et 112b, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Notre objectif: être un assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Chiffres-clés Données en milliers de CHF 2010 2009 Effectif des assurés 882 023 830 115 Effectif du

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP Copie pour la fondation de libre passage Freizügigkeitsstiftung der Migros Bank Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP L ouverture du compte sera effectuée après entrée de la prestation

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1 Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures page 1 1. Introduction A qui est destinée cette formation? Proposée en emploi, la formation

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex.

Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex. Offre d assurance 2016. Aperçu des prestations myflex. La CSS Assurance fait partie des leaders suisses de l assurance-maladie. Grâce à un éventail complet de produits et à des solutions d assurance flexibles

Plus en détail

Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie

Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie Prêts pour l avenir grâce à la réorganisation des tâches de la branche de l assurance-maladie Les changements marquants sur les plans politiques, médicaux et sociaux, ainsi qu au niveau de la structure

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

1. Mon assurance n'offre pas de "petite complémentaire" couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire?

1. Mon assurance n'offre pas de petite complémentaire couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire? Service dentaire scolaire mis en vigueur au 1 er avril 2007 Questions fréquentes 1. Pas d'assurance complémentaire, que faire? 2. Calcul de la réduction pour enfant à charge (pour l'année transitoire 2007)

Plus en détail

Informations destinées aux personnes qui séjournent temporairement en Suisse et qui sont assurées légalement au sein d un Etat de l UE ou de l AELE

Informations destinées aux personnes qui séjournent temporairement en Suisse et qui sont assurées légalement au sein d un Etat de l UE ou de l AELE Informations destinées aux personnes qui séjournent temporairement en Suisse et qui sont assurées légalement au sein d un Etat de l UE ou de l AELE Jeter des ponts Institution commune LAMal Gibelinstrasse

Plus en détail

2.06 Etat au 1 er janvier 2011

2.06 Etat au 1 er janvier 2011 2.06 Etat au 1 er janvier 2011 Travail domestique Qu est-ce qui est considéré comme travail domestique? 1 On entend par travail domestique, par exemple, l activité des personnes suivantes : nettoyeuse/nettoyeur;

Plus en détail

Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution

Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution innova Versicherungen AG Case postale 3073 Gümligen Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution externes. 1. Intervalle de temps pour l envoi de conventions d affiliation

Plus en détail

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE)

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) DSJ/Avant-projet du 5..0 Loi du concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la modification du 9 décembre 008 du code civil suisse (Protection de

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

mondial assurance de base selon la LCA (pays de résidence à l étranger)

mondial assurance de base selon la LCA (pays de résidence à l étranger) Vos primes pour 2015 Cette année, les primes pour 2015 ont été soumises à une observation particulièrement attentive en prévision de la votation sur l instauration d une caisse publique d assurance-maladie.

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Secrétariat du Grand Conseil P 1639-A Date de dépôt : 3 août 2010 Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Rapport de M. Marc Falquet Mesdames

Plus en détail

Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB)

Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB) Tarifs de l hôpital universitaire pédiatrique de Bâle (UKBB) valable à partir du 1 er janvier 2014 1 Introduction... 2 2 Traitements ambulatoires... 3 2.1 Interventions chirurgicales... 3 2.2 Diagnostics

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

I. Généralités. l Assurance-hospitalisation Franchise à option 18 Choix restreint de l hôpital 19 Extension du choix de l hôpital 20

I. Généralités. l Assurance-hospitalisation Franchise à option 18 Choix restreint de l hôpital 19 Extension du choix de l hôpital 20 Digne de confiance Édition 2010 Assurance-hospitalisation Conditions complémentaires d assurance (CCA) Article I. Généralités Objet de l assurance 1 Possibilités d assurance 2 Conclusion de l assurance

Plus en détail

Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil

Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil La perte d un proche est douloureuse et pas facile à surmonter. C est volontiers que nous vous aidons à

Plus en détail

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité (Oform) 281.31 du 5 juin 1996 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

M 1364. Secrétariat du Grand Conseil

M 1364. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil M 1364 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Alberto Velasco, Erica Deuber Ziegler, Fabienne Bugnon, Jeannine de Haller, Dominique Hausser, Antonio Hodgers et

Plus en détail

CGA. Assurance-accidents pour écoliers

CGA. Assurance-accidents pour écoliers CGA (Conditions générales du contrat d assurance) Visana Assurances SA Valable dès 2009 Assurance-accidents pour écoliers Sommaire Page 3 3 4 8 9 10 1 Bases générales du contrat 2 Début et fin de l assurance

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Activités, directives et contexte du recours

Activités, directives et contexte du recours Activités, directives et contexte du recours 1. Qu est-ce que le recours? La notion et le système du recours proviennent du droit civil et tirent leur origine de la réglementation sur la solidarité du

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés Régime frais de santé conventionnel HCR Questions/Réponses Salariés 1/ Ce régime est-il obligatoire? LE CARACTERE OBLIGATOIRE DU REGIME Oui. Ce régime s applique à tous les salariés des entreprises relevant

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires

Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPC) 831.301.1 du 29 décembre 1997 (Etat le 3 décembre 2002)

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010.

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010. RÈGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Applicabilité de la LPGA

Applicabilité de la LPGA Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) 832.10 du 18 mars 1994 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 34 bis de la constitution 1, 2 vu le message du

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA)

Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Sympany Sommaire 1

Plus en détail

Une brochure pour les chômeurs L'indemnité en cas d'insolvabilité

Une brochure pour les chômeurs L'indemnité en cas d'insolvabilité Département fédéral de l'économie DFE edition 2011 Une brochure pour les chômeurs L'indemnité en cas d'insolvabilité 2 REMARQUES Le présent Info-Service tient compte des dispositions de la loi sur l assurance-chômage

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AUX FRAIS DE TRANSPORT ET DE SAUVETAGE PAR VOIE TERRESTRE AINSI QU AU RENFORCEMENT MEDICAL DES SERVICES D AMBULANCES

CONVENTION RELATIVE AUX FRAIS DE TRANSPORT ET DE SAUVETAGE PAR VOIE TERRESTRE AINSI QU AU RENFORCEMENT MEDICAL DES SERVICES D AMBULANCES CONVENTION RELATIVE AUX FRAIS DE TRANSPORT ET DE SAUVETAGE PAR VOIE TERRESTRE AINSI QU AU RENFORCEMENT MEDICAL DES SERVICES D AMBULANCES Vu la loi fédérale du 18 mars 1994 sur l assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire GUIDE PRATIQUE pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire Edition du 18 juin 2015 But Le présent guide pratique est un simple instrument de

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

Harmonisation des registres, numéro d identification de personne et recensement de la population

Harmonisation des registres, numéro d identification de personne et recensement de la population Statistique suisse Statistik Schweiz Statistica svizzera Statistica svizra Swiss Statistics Harmonisation des registres, numéro d identification de personne et recensement de la population Décisions du

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Entrée et séjour en Europe

Entrée et séjour en Europe Entrée et séjour en Europe CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction... 3 1. Entrée...

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale 1. But et structure 1 Les présentes Conditions régissent l utilisation de la plateforme de trading bilatérale. 2 L exploitant de la plateforme

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires.

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires. Loi modifiant la loi concernant le concordat sur les entreprises de sécurité (L-CES) (11145) I 2 14.0 du 7 juin 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications

Plus en détail

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers 4.11 Etat au 1 er janvier 2008 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail