Dessin: les conventions, normes, symboles et définitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dessin: les conventions, normes, symboles et définitions"

Transcription

1 Fonds de Formation professionnelle de la Construction L installateur sanitaire Dessin: les conventions, normes, symboles et définitions

2 L I N S T A L L A T E U R S A N I T A I R E DESSIN: LES CONVENTIONS, NORMES, SYMBOLES ET DÉFINITIONS CONCERNANT L INSTALLATEUR SANITAIRE FONDS DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA CONSTRUCTION Rue Royale Bruxelles Tél.: (02) Fax: (02)

3 AVANT-PROPOS L élargissement du champ d activités du Fonds de Formation professionnelle de la Construction au secteur du Parachèvement s est accompagné d un partage des responsabilités entre une série de groupes de travail : les «Sections FFC». La section «Installations sanitaires, Matériaux synthétiques et Gaz» avait décidé, au départ, de réaliser un manuel scolaire. Au cours de l évolution des travaux, ce manuel a pris plutôt la forme d un ouvrage de référence pour la formation. C est ainsi qu il ambitionne de toucher un public aussi large que possible : les élèves du secondaire, les adultes en formation, les formateurs et, en fi n de compte... les professionnels eux-mêmes. Afi n de faciliter la tâche du lecteur, nous avons subdivisé l ouvrage en différentes brochures d une quarantaine de pages chacune. Une farde spéciale de classement est disponible pour les personnes qui désirent se procurer plu sieurs brochures ou la série complète. Vous trouverez une présentation de l ensemble de la structure de l ouvrage au verso de la page de couverture. Nous espérons que cet ouvrage contribuera à rendre la formation plus homogène et sommes convain cus qu il permettra tant aux élèves qu aux adultes en formation de se familiariser agréablement avec les multiples facettes du métier d installateur sanitaire. Nous voudrions remercier ici tous les enseignants qui ont participé à la réalisation de ce travail de longue haleine ainsi que les fi rmes qui nous ont aidés à choisir les illustrations et à corriger certains textes. Nous voudrions mentionner tout spécialement Messieurs N. De Pue ( ) (ancien président de la F.B.I.C. - Fédération Nationale des Associations de Patrons Installateurs Sanitaires et de Chauffage au gaz, Plombiers, Zingueurs et Ardoisiers-Couvreurs de Belgique) et G. Wouters (président ho no rai re de la Verenigde Lood- en Zinkbewerkers, Antwerpen) qui ont contribué à ce projet et en ont rendu possible la réalisation. Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir dans votre lecture. Stefaan Vanthourenhout, Président du FFC. Fonds de Formation professionnelle de la Construction, Bruxelles, Tous droits de reproduction, de traduction et d adaptation, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays. D/2003/1698/12 2

4 TABLE DES MATIÈRES MODULE I DESSIN: CONVENTIONS, NORMES, SYMBOLES, DÉFINITIONS I.1. INTRODUCTION... 5 I.2. NORMES ET CONVENTIONS... 5 I.2.1. ISO... 5 I.2.2. CEN... 5 I.2.3. IBN... 6 I.2.4. CSTC... 6 I.3. MATÉRIEL DE DESSIN... 6 I.3.1. Planche à dessin... 6 I.3.2. Règle graduée... 7 I.3.3. Échelle de réduction... 7 I.3.4. Pistolets et normographes... 7 I.3.5. Rapporteurs, équerres et compas... 8 I.4. TYPES DE PAPIER À DESSIN... 8 I.4.1. Papier à dessin ordinaire... 8 I.4.2. Papier à dessin transparent... 8 I.4.3. Papier préimprimé... 9 I.4.4. Formats de papier... 9 I.5. LIGNES ET COTES I.5.1. Épaisseurs de trait I.5.2. Types de traits I.5.3. Composition de la cotation I.5.4. Types de cotes I.5.5. Cote de niveau I.5.6. Dimensions des conduites I.5.7. Hachures et motifs I.5.8. Cadres Cartouche Symboles ISO I.5.9. Échelles Défi nitions Indication Échelles préférentielles I Indication des pentes I.6. SECTIONS ET DÉTAILS I.6.1. But I.6.2. Définition

5 I.7. PLAN DE CONSTRUCTION I.7.1. Cartouche I.7.2. Plan de situation I.7.3. Plan d implantation I.7.4. Coupes I Coupe horizontale I Coupe verticale I Plan des façades I.8. PÉRIMÈTRES, SURFACES ET VOLUMES I.9. MÉTHODES DE PROJECTION I.9.1. Orientation géométrique I.9.2. Aperçu des méthodes de projection I.9.3. Projections orthogonales I Projection du premier dièdre I Système pour la projection du troisième dièdre I Vues I.9.4. Projections axonométriques I Introduction I Généralités I Axonométrie isométrique I Axonométrie dimétrique I Axonométrie oblique I Axonométrie cavalière I Axonométrie cabinet I.9.5. Projections centrales ou perspectives I Perspective naturelle I Perspective en plongée et contre-plongée I Perspective à un point de fuite I Perspective à deux points de fuite I.10. REPRÉSENTATION DES SYMBOLES SANITAIRES

6 I.1. INTRODUCTION Les modules I et II du cours L installateur sanitaire expliquent comment réaliser le plan d un bâtiment et comment l interpréter. Bien que le but des présents modules ne soit pas de faire de l installateur un dessinateur accompli, il n en reste pas moins qu un homme de métier compétent doit pouvoir exécuter dans la pratique un dessin technique. Le premier module aborde les notions générales et les symboles qui permettront à chacun de dessiner et de lire le plan d un bâtiment de la même façon. Le deuxième module est plus pratique et met en évidence les notions d isométrie et de lecture de plan. Il aborde également la façon de dessiner rapidement une esquisse et les possibilités offertes par les programmes informatiques actuels. I.2. NORMES ET CONVENTIONS Normes de dessin adaptées aux installations techniques: NBN ISO Dessins techniques - Installations - Partie 1: Symboles graphiques pour plomberie, chauffage, ventilation et canalisations (1992). NBN ISO Dessins de bâtiment et de génie civil - Installations - Partie 2: Représentation simplifi ée des appareils sanitaires (1992). NBN ISO Dessins techniques - Installations - Partie 6: Symboles graphiques pour systèmes d alimentation en eau et de drainage dans le sol (1992). EN ISO Dessins techniques - Représentation simplifiée des tuyaux et lignes de tuyauteries - Partie 1: Règles générales et représentation orthogonale (1995). ISO 1219 Fluid power systems and components - Graphic symbols and circuit diagrams (1995) ISO 5456: Méthodes de projection (1996) NBN : Chauffage central, ventilation et conditionnement d air - Symboles - Tuyauteries et accessoires. (1968) CSTC Rapport n 3: Symboles graphiques généraux pour la construction I.2.1. ISO Il s agit de l institut qui regroupe les institutions de normalisation du monde entier: ISO (International Organization for Standardization). Il est accessible directement sur internet via le serveur ISO: International Organization for Standardization I.2.2. CEN Les normes européennes sont regroupées au sein du CEN, le Comité Européen de Normalisation. Voyez également: 5

7 I.2.3. IBN Notre pays ainsi que les pays limitrophes possèdent également chacun leur propre institut. Belgique NBN Norme Belge - Belgische Norm Pays-Bas NEN Nederlandse Norm Allemagne DIN Deutsche Industrie Norm France NF Norme France Grande-Bretagne BS British Standard I.2.4. CSTC Le CSTC (Centre Scientifique et Technique de la Construction) a édité un rapport (CSTC Rapport n ) qui regroupe les symboles graphiques issus des directives et des conventions. Vous trouverez davantage d informations sur son site (Voir également le chapitre I.10 page 37.) I.3. MATÉRIEL DE DESSIN Afi n de réaliser un dessin digne de ce nom, il convient tout d abord d être équipé d un matériel de qualité. Le matériel de dessin sera toujours conservé en un état impeccable et sera traité avec soin. Les principaux instruments de dessin sont: I.3.1. PLANCHE À DESSIN Elle doit être d une surface suffisante pour accueillir la feuille de dessin (format A0, A1, A3 ou A4). Les principaux critères de qualité sont une belle surface lisse avec quatre côtés droits et perpendiculaires. Une tête réglable est parfois montée sur la latte, afin de permettre le tracé de lignes selon un certain angle. SOURCE: ROTRING 6

8 I.3.2. RÈGLE GRADUÉE La règle graduée est fabriquée en matière synthétique et possède une graduation noire. D un côté, la mesure peut être lue en millimètres et de l autre côté, un bord rehaussé pour le travail à l encre évite que des bavures ne viennent souiller le dessin. Pour faciliter la lecture, la graduation doit se trouver le plus près possible du dessin. SOURCE: ROTRING SOURCE: ROTRING I.3.3. ÉCHELLE DE RÉDUCTION L échelle de réduction peut se lire de six façons, correspondant à six échelles différentes. La graduation doit se trouver au plus près possible du dessin. Remarques L échelle de réduction n est utilisée que pour la mesure. L échelle de réduction est prévue pour plusieurs échelles. Par exemple: 1:1, 1:2, 1:5, 1:10, 1:20, 1:25, 1:50, 1:100, 2:1 L échelle la plus courante des plans de construction est 1:50 I.3.4. PISTOLETS ET NORMOGRAPHES SOURCE: ROTRING Ils sont réalisés en matière plastique transparente rigide. Ils présentent quatre supports sur leur face inférieure ou une nervure de renforcement le long de leurs grands côtés. SOURCE: ROTRING 7

9 I.3.5. RAPPORTEURS, ÉQUERRES ET COMPAS SOURCE: ROTRING SOURCE: STAEDTLER SOURCE: STAEDTLER I.4. TYPES DE PAPIER À DESSIN I.4.1. PAPIER À DESSIN ORDINAIRE Ce type de papier doit répondre aux exigences suivantes: surface blanche uniforme, exempte de nuances de couleur; structure égale, de préférence à grain fi n; stabilité dimensionnelle et résistance au froissement; épaisseur proportionnelle au format. Remarque Le poids du papier s exprime en grammes/m 2. Optez de préférence pour un papier à dessin de poids compris entre 120 et 200 grammes/m 2. Le papier présente habituellement une face lisse et une face rugueuse. Le dessin sera réalisé de préférence sur la face lisse. I.4.2. PAPIER À DESSIN TRANSPARENT Si l on prévoit de reproduire le dessin par un procédé de reprographie lumineuse, il est alors réalisé sur papier à dessin transparent, sur calque ou sur fi lm de polyester. Le calque est particulièrement sensible aux variations d humidité et se déchire aisément. Les corrections sur calque sont facilement apportées à l aide d une lame. Remarque A l heure actuelle, le fi lm de polyester remplace souvent le calque. 8

10 I.4.3. PAPIER PRÉIMPRIMÉ Il s agit d un papier à dessin préimprimé quadrillé. On le trouve tant sous forme de papier ordinaire que sous forme de papier transparent. Il en existe deux sortes: papier millimétré, papier isométrique. Le papier millimétré permet de dessiner rapidement un schéma à l échelle, sans nécessiter de règle ou de matériel de mesure. Il permet également d agrandir ou de réduire des détails constructifs, etc. Papier millimétré Papier isométrique I.4.4. FORMATS DE PAPIER Les plans de construction sont souvent réalisés sur format A0 ou A1 Les feuilles A4 sont utilisées pour les textes ainsi que pour les dessins de détails Format Dimensions Surface en mm en m 2 A0 841 x A1 594 x 841 0,5 A2 420 x 594 0,25 A3 297 x 420 0,125 A4 210 x 297 0,062 SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 9

11 I.5. LIGNES ET COTES I.5.1. ÉPAISSEURS DE TRAIT On utilise trois épaisseurs de trait afi n de les distinguer clairement. Dénomination Épaisseur de trait Remarques I = fi n II = moyen III = gros épaisseur II = 2 x épaisseur I épaisseur III = 2 x épaisseur II Exemple: épaisseur I = 0,25 mm épaisseur II = 0,50 mm épaisseur III = 1 mm I.5.2. TYPES DE TRAITS Les types de traits ci-dessous sont utilisés en dessin manuel. Dénomination Epaisseur de trait Remarques Arêtes vues Pourtour de la section Arêtes cachées: arrière-plan avant-plan Lignes de cote, d attache, de hachures, de renvoi I II II III I ou II I Le dessinateur détermine l épaisseur, en fonction du contexte (dimensions, échelle ) Les arêtes situées à l arrière-plan (derrière une surface) sont représentées par des traits interrompus longs; celles situées à l avant-plan (entre la surface et l observateur) sont représentées par des traits interrompus plus courts. Limites de vues ou de coupes partielles Axes (p.ex. pièces communes) Axes de symétrie I I ou II Pièces d une certaine épaisseur Pièces linéaires 10

12 I.5.3. COMPOSITION DE LA COTATION Ligne d extrémité Ligne de cote Ligne d attache SOURCE: CSTC I.5.4. TYPES DE COTES Nous traiterons 3 types de cotes: Cotes partielles Ces dernières sont, avec les cotes totales, les plus utilisées dans le dessin technique appliqué à la construction. Le total de toutes les cotes partielles doit être égal à la cote totale. Cote totale Elle va de pair avec la chaîne de cotes et en représente la somme. Dans l exemple suivant, la somme de la chaîne de cotes est égale à la cote totale: =

13 Cote cumulative (cote absolue) L indication de dimension commence à la même origine et représente toujours la somme de toutes les précédentes. Elle est utilisée d ordinaire avant le début d une construction neuve et est indiquée manuellement. 12

14 I.5.5. COTE DE NIVEAU Cette cote est établie selon la norme ISO 129: 1985 SOURCE: CSTC I.5.6. DIMENSIONS DES CONDUITES Les dimensions des conduites représentées dans les dessins de détails (ou dans les commandes) sont toujours indiquées sur les axes (voir aussi chapitre I.10). I.5.7. HACHURES ET MOTIFS Hachures En dessin technique, une légende est, en fait, une explication verbale des symboles ou motifs utilisés. Il est ainsi possible d identifi er la matière dont est constituée une pièce. Cette légende doit, en principe, être reprise sur chaque dessin technique. Selon la norme enregistrée NBN - ISO 4069 nov Les hachures ne représentent pas un matériau, mais indiquent clairement la limite des différentes sections. Les hachures forment de préférence un angle de 45 avec le trait d extrémité ou l axe. Les sections sont toujours représentées en trait fort, les hachures en traits fins (voir dessin ci-dessous). SOURCE: SPIA-ANTWERPEN 13

15 Sur un plan de construction, les hachures et les motifs sont utilisés afin de représenter les différents matériaux apparaissant dans une coupe. I.5.8. CADRES I Cartouche Le cartouche est toujours placé en dessous à droite et contre le cadre. La mesure X dépend de: a) la largeur du cadre, b) du fait que la feuille soit perforée ou non. Mesure X Ligne gauche du cartouche (A4) Ligne droite du cartouche Echelle: 1:1 mm Titre École Ligne inférieure du cartou- Classe: Date: Dessiné: Vu: N d identifi cation: SOURCE: KVIV-ANTWERPEN I Symboles ISO Le symbole international est utilisé afi n d indiquer la méthode de projection retenue. Il représente un tronc de cône présenté en vue de face (le trapèze) et en vue de gauche (les deux cercles) qui est à droite de la vue de face. Ici, il s agit de la «méthode européenne». SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 14

16 I.5.9. ÉCHELLES Les échelles sont normalisées selon la norme E Cette norme belge correspond aux normes internationales ISO et NF E I Définitions L échelle représente la proportion entre une dimension linéaire d un objet tel que représenté sur un projet et sa dimension réelle. La grandeur réelle est représentée par 1:1 Échelle d agrandissement X:1 (ex.: 2:1) Échelle de réduction 1:X (ex.: 1:10) I Indication L indication de l échelle utilisée sur le dessin doit fi gurer dans le cartouche du dessin. Dans le cas où plusieurs échelles sont utilisées dans un même dessin, l échelle générale doit être mentionnée dans le cartouche. Les autres échelles seront indiquées auprès des figures ou dessins concernés. I Échelles préférentielles Quelques exemples d échelles fréquemment utilisées: Échelle Application - Usage 2:1 Dessin de détails de petites pièces 1:1 1:2 1:5 1:20 Équipements sanitaires 1:50 Plans 1:100 Avant-projets 1:200 Plan d implantation 1:500 1:1000 Plan de situation, plan de lotissement, plan du cadastre 1:2000 1:6000 Plan de situation/plan communal 1: :

17 I INDICATION DES PENTES La fl èche pointe vers le point le plus haut du dessin, sauf quand l indication concerne une évacuation. En ce qui concerne les égouts, les toits plats, les plans de rues, etc. la fl èche est dirigée dans le sens de l écoulement de l eau. La pente est indiquée en degrés, en pourcentage ou par un rapport. On trouvera ci-dessous, à titre d information, un tableau des pourcentages de pente et des angles de pente correspondants. Il est ainsi aisé de lire immédiatement la correspondance entre pente et pourcentage. % et % et % et % et % et % et , , , , , , I.6. SECTIONS ET DÉTAILS Les instructions suivantes sont extraites des normes belges enregistrées NBN - ISO 2594 et NBN - ISO 8084 de nov I.6.1. BUT Il n est parfois pas suffisant de dessiner toutes les vues d un objet pour le représenter complètement. Il faut connaître la disposition des parties internes cachées de l objet afi n de le fabriquer. Si l on désire préciser un détail d une vue, il n est pas nécessaire d en dessiner une coupe complète. On préfère souvent en réaliser un dessin de détail. I.6.2. DÉFINITION Une coupe est le dessin d une partie invisible de la pièce, située à l intérieur et à l arrière du plan sécant. Les parties coupées sont hachurées. Les coupes sont généralement à la même échelle que les vues, au contraire des détails, le plus souvent agrandis. Remarque Dans le cas où seule la coupe est importante, il est permis de ne pas représenter les parties situées derrière le plan de coupe. La place de la coupe sur le dessin est, en principe, arbitraire. Dans la construction, on admet que les coupes horizontales se placent toujours dans le bas de la feuille de dessin, avec la vue de face dirigée vers le dessinateur. 16

18 17

19 I.7. PLAN DE CONSTRUCTION Composition du plan de construction I.7.1. CARTOUCHE L étude du plan commence par la lecture et la compréhension du cartouche. Le cartouche est une source d informations concernant le travail à exécuter. Les données que l on retrouve dans le cartouche sont: Province et commune Le cartouche nous renseigne sur la province et la commune dans lesquelles est située l habitation. Adresse du chantier (quartier et n ) L adresse exacte est mentionnée ici, ainsi qu éventuellement le n du lot dans le lotissement. Auteur (Architecte) Le nom de l architecte. Maître de l ouvrage (client) Le nom du propriétaire ou du client. Entrepreneur Le nom de la fi rme qui exécute les travaux. Date La date d exécution du dessin est indiquée ici. À première vue, cette mention ne semble pas être très importante, mais il est souvent utile de vérifier que l on travaille bien avec le plan le plus récent. Il arrive souvent, en effet, que des modifi cations soient apportées à un projet et que cellesci soient consignées sur un nouveau plan. Échelle Le rapport entre la dimension réelle et la dimension du plan. Les plans de construction sont souvent représentés à l échelle 1:50 (ou 1/50). Les dimensions sont exprimées en centimètres. En d autres mots, un cm sur le plan représente 50 cm en réalité. Légende (elle est parfois également dessinée sur le plan de construction) La légende est l énumération des matériaux les plus courants, complétée par leur représentation graphique ou symbolique, en tant qu exemple. Le plan de construction d une habitation est souvent constitué de plusieurs plans. Le cartouche indique donc leur numéro d identité et spécifie de quel plan partiel il s agit (p. ex.: plan de situation, plan d implantation, coupes, électricité, chauffage, etc.). 18

20 MAÎTRE DE L OUVRAGE: Monsieur et Madame Dutoit Rue des Sables 36 AUTEUR: Bureau d architecture Bouchat et associés Rue du Doudou MONS ENTREPRENEUR: Entreprises générales Martin Chaussée de Fleurus Fosses-la-Ville PROJET: CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE PROVINCE: HAINAUT COMMUNE: WARCHIN CHANTIER: RUE DES LOUPS 29 CADASTRE: D N 120b Mesures à vérifier par l entrepreneur de construction Dimensions en cm DESCRIPTION: SITUATION IMPLANTATION COUPE GRENIER TOITURE ÉCHELLES: 1:50, 1:100, 1:200, 1: PERMIS D URBANISME: ACCORD DE LA COMMUNE: Date: 16/02/ MB/PB/F/PU/bC

21 I.7.2. PLAN DE SITUATION Un plan de situation indique de manière claire de quelle parcelle il s agit dans un quartier donné. Il s agit donc d une carte sur laquelle sont représentées les différentes parcelles attenantes ainsi que les rues, de façon à établir clairement la situation de la parcelle concernée par rapport aux autres constructions. Le plan est souvent dessiné à l échelle 1:1000. Une donnée particulière du plan de situation est constituée par la rose des vents ou l indication de la direction du Nord. La fl èche pointe vers le Nord. ATTENTION Cette fl èche pointe vers le Nord. Si l on parle, par exemple, d un vent du Nord, cela voudra dire que le vent souffle de la direction opposée à celle de la fl èche. Cette donnée sera très importante pour le chauffagiste afi n de calculer les déperditions calorifi ques du bâtiment. 20

22 I.7.3. PLAN D IMPLANTATION Le plan d implantation est comparable au plan de situation. Il est cependant plus détaillé et rend compte de la situation aux abords immédiats de la parcelle concernée. On y trouvera, par exemple, le tracé de la rue ainsi que des différents équipements utilitaires tels que le téléphone, l électricité, les conduites d eau, de gaz et d égouts. L emplacement de la construction qui doit être érigée y apparaît clairement. Nous pourrons déjà déduire l orientation des différentes façades à l aide de la rose des vents (le plus souvent, une simple fl èche pointant vers le Nord). Plan d implantation 21

23 I.7.4. COUPES I Coupe horizontale Une coupe est une représentation des parties d une construction situées dans et derrière le plan de coupe. Le bâtiment est donc coupé en deux, après quoi, on ôte la partie supérieure. En regardant depuis le dessus de la construction, il devient possible d observer la disposition des pièces. Cette méthode des coupes horizontales est utilisée afi n de dessiner les différentes vues en plan, telles que la vue des fondations, du rez-de-chaussée et des différents étages. Les vues en plan de la construction sont réalisées en admettant que le plan sécant se situe à 1 m au-dessus du sol et à 10 cm au-dessus des seuils de fenêtre, même si ces fenêtres sont situées plus haut qu un mètre. L indication des coupes horizontales est souvent négligée dans les vues ou les plans des façades. Note: le réseau d égouttage est souvent représenté sur le plan des fondations. L emplacement des points d entrée des différents équipements utilitaires se retrouve également sur ce plan. I Coupe verticale La coupe verticale scinde la construction selon un plan vertical. L endroit où se situe le plan sécant est matérialisé par une ligne en trait mixte, épaissi à ses extrémités. La coupe est caractérisée à l aide de deux lettres majuscules, p.ex. A-A ou B-B. Le sens d observation est indiqué par de petites fl èches dirigées de façon à percer le plan sécant. La coupe verticale scinde donc l ensemble du bâtiment et l on considère de façon conventionnelle que la partie située entre l observateur (attention au sens d observation) et le plan sécant est ôtée. L échelle des coupes verticales est également indiquée sur le plan. I Plan des façades Un plan de chacune des façades de l immeuble est réalisé. C est ainsi que l on parlera par ex. du «côté rue» ou de la façade avant. La rose des vents peut également être utilisée pour caractériser les façades. On parlera, par exemple, de la façade Nord. C Façade Nord, côté rue Vu par: C Éch.: 1:200 22

24 A Rez-de-chaussée Vu par: A Éch.: 1:200 B Coupe A-A Vu par: B Éch.: 1:200 23

25 I.8. PÉRIMÈTRES, SURFACES ET VOLUMES PÉRIMÈTRES, SURFACES: Périmètre Surface CARRÉ Périmètre = 4 x a Surf. = a x a RECTANGLE Périmètre = 2 x (a+b) Surf. = a x b a x h TRIANGLE Périmètre = a+b+c Surf. = 2 (a+c) x h TRAPÈZE Périmètre = a+b+c+d Surf. = 2 PARALLÉLO- Périmètre = 2 x (a+b) Surf. = a x h GRAMME LOSANGE Périmètre = 4 x a Surf. = a x h CERCLE Périmètre = π x D Surf. = π x r 2 24

26 VOLUMES: Volume CUBE Surface x hauteur a x a x a PARALLÉLÉPIPÈDE Surface x hauteur a x b x c CYLINDRE Surface x hauteur π x r 2 x h 25

27 I.9. MÉTHODES DE PROJECTION L exposé suivant est basé pour la plus grande part sur la norme internationale ISO , 2 et 3: I.9.1. ORIENTATION GÉOMÉTRIQUE L orientation géométrique dans l espace est déterminée par les axes et plans de coordonnées ainsi que par un positionnement selon la règle de la main droite. Les axes de coordonnées Ce sont des lignes imaginaires dans l espace qui se croisent selon un angle droit (90 ) à l origine. L axe Z tourne autour de lui-même dans le sens contraire des aiguilles d une montre. Il existe 3 axes de coordonnées: X, Y et Z (voir figure ci-dessous), désignés à l aide d une lettre majuscule. Les plans de coordonnées Il s agit de trois plans imaginaires dans l espace, qui se coupent à angle droit. Chacun de ces plans est défi ni par deux axes de coordonnées et contient l origine. Ils sont désignés par les majuscules XY, YZ et XZ. YZ Axe Z Axe Y Axe X Plan de coordonnées Axe des coordonnées X Origine SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 26

28 I.9.2. APERÇU DES MÉTHODES DE PROJECTION Plusieurs méthodes de projection peuvent être utilisées pour représenter un objet. La projection rectangulaire (ou orthogonale) est toujours appliquée pour les dessins techniques. Quatre méthodes de projection sont utilisées en dessin technique; deux d entre elles seront exposées ici. Les surfaces formées par le premier quadrant donnent la projection du premier dièdre. Si l on déplie ce dièdre de façon à obtenir une surface verticale, la vue de droite vient se placer à la gauche de la vue de face. Cette méthode de projection est utilisée en Europe et portait auparavant le nom de méthode de projection européenne. Les surfaces formées par le troisième quadrant, donnent la projection du troisième dièdre. Si l on déplie ce dièdre de façon à obtenir une surface verticale, la vue de droite vient se placer à la droite de la vue de face. Cette méthode de projection, qui est utilisée aux USA et au Canada, portait auparavant le nom de méthode de projection américaine. Les méthodes de projection sont défi nies par: le type de lignes de projection, parallèles ou convergentes ( con = ensemble, et vergere = se diriger vers. Convergence = rayons qui se rassemblent en un point). la position du plan de projection par rapport aux lignes de projection orthogonales ou obliques; la position de l objet (ses éléments principaux): situé parallèlement (orthogonalement) ou en oblique sur le plan de projection. Centre de Position de la Éléments Nombre Type Type projection surface de principaux de plans de vue de projection projection et de l objet par de des lignes rapport au plan projection de projection de projection Parallèles/ Un ou Bi- Orthogonale orthogonaux plus dimensionnelle (ISO ) Tri- Orthogonale Obliques Un dimensionnelle Parallèles/ Tri- A l infi ni orthogonaux Un dimensionnelle (lignes de Axonoprojection Tri- métrique parallèles) Oblique Obliques Un dimensionnelle (ISO ) A distance fi nie Oblique (lignes de projection Tri- Centrale convergentes) Obliques Un dimensionnelle (ISO ) 27

29 I.9.3. PROJECTIONS ORTHOGONALES I Projection du premier dièdre ISO 5456 de L objet est placé entre l observateur et le plan de projection. L image est reproduite sur le plan de projection. La position des différentes vues par rapport à la vue de face est déterminée par les plans de projection. Axe Z Axe Y Feuille de dessin Axe X SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 28

30 I Système pour la projection du troisième dièdre Axe Z Axe Y Feuille de dessin Axe X SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 29

31 I Vues Dans la plupart des cas, trois vues suffi sent pour dessiner un objet. Le nombre de vues nécessaires est cependant fonction de la complexité de l objet. Dénomination des vues Préférence Vue de face Vue de côté Vue de gauche Vue de droite Vue de dessus Vue de dessous Vue arrière Quelle projection choisir pour la vue de face? Nous choisirons toujours la projection qui représente au mieux l objet, celle qui révèle le plus d informations. Où indique-t-on la dénomination? La légende est placée juste en dessous de la vue ou de l objet concerné. Le texte débute contre le cadre gauche. La distance entre l objet et le texte est de 10 mm au minimum. Dans le cas où il existe des traits de cote, il est situé à 10 mm sous ces derniers. Au moins 10 mm Vue de face SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 30

32 I.9.4. PROJECTIONS AXONOMÉTRIQUES I Introduction Les représentations axonométriques sont des représentations simples obtenues par la projection de l objet à caractériser sur un seul plan de projection (habituellement la surface du dessin) à partir d un point situé à l infi ni (centre de projection). Cette méthode de projection donne une image assez réaliste des vues observées à une certaine distance. Le résultat dépend de la forme de l objet et des positions relatives du centre de projection, du plan de projection et de l objet lui-même. Au sein des infi nies possibilités des représentations axonométriques, seules quelques-unes sont conseillées, entre autres: l axonométrie isométrique, l axonométrie dimétrique, l axonométrie oblique, selon la norme internationale ISO : I Généralités Position du système de coordonnées Celui-ci est choisi de manière conventionnelle, en admettant que l axe Z est toujours vertical. Contours et arêtes cachés Les contours et arêtes cachés sont de préférence omis. Hachures Les hachures dans une coupe présentent de préférence un angle de 45 par rapport à l axe ou aux contours de la coupe (voir fi gure). Cotes Dans la mesure du possible, les cotes sont évitées en représentation axonométrique. Si, pour des raisons particulières, ces dernières sont considérées comme nécessaires, les règles de cotation usuelles seront appliquées (voir fi gure). ISO 129 et ISO SOURCE: KVIV-ANTWERPEN 31

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

L.T.Mohammedia CHAINE D ENERGIE - DESSIN TECHNIQUE S.CHARI

L.T.Mohammedia CHAINE D ENERGIE - DESSIN TECHNIQUE S.CHARI I. Introduction Pourquoi le dessin technique? Le Dessin Technique est une façon de représenter des pièces réelles (donc en 3 dimensions) sur une feuille de papier (donc en 2 dimensions) que l on appelle

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

C.C.T.P. PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE

C.C.T.P. PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE SAINT-JORY PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT C.C.T.P. vvv LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE L Entrepreneur : Le Maître

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour

Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour 99 Avaloirs pour parking couvert, siphons de terrasse/cour, avaloirs de toit -les avantages typiques

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Guide de montage Difficulté : Durée de l intervention : 1h30 à 2h00 Besoin d informations? Contactez-nous au 01 47 55 74 26 ou par email à Sommaire Introduction... 2

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

+ de 800 photos. pour vous guider pas à pas. Robert Longechal. La plomberie. La maison du sol au plafond. J installe Je pose Je change Je répare

+ de 800 photos. pour vous guider pas à pas. Robert Longechal. La plomberie. La maison du sol au plafond. J installe Je pose Je change Je répare + de 800 photos pour vous guider pas à pas Robert Longechal La plomberie La maison du sol au plafond J installe Je pose Je change Je répare Maquette intérieure et couverture : Maud Warg Réalisation de

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

ACO Technique du bâtiment

ACO Technique du bâtiment ACO Technique du bâtiment Catalogue H11 ACO Passavant AG Industrie Kleinzaun Case postale CH-8754 Netstal Téléphone 055 645 53 00 Téléfax 055 645 53 10 aco@aco.ch www.aco.ch www.aco-haustechnik.ch Liste

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

4.2 C.C.T.P. GROUPE SCOLAIRE LES GENETS RENOVATION DES SANITAIRES INTERIEURS. Cahier des Clauses Techniques Particulières LOT 2 : PLOMBERIE

4.2 C.C.T.P. GROUPE SCOLAIRE LES GENETS RENOVATION DES SANITAIRES INTERIEURS. Cahier des Clauses Techniques Particulières LOT 2 : PLOMBERIE MAITRE D OUVRAGE / MAITRE D OEUVRE : VILLE DE NICE DIRECTION GENERALE DES SERVICES TECHNIQUES, DE L AMENAGEMENT, DES TRAVAUX, ET DU DEVELLOPEMENT DURABLE DIRECTION DES BATIMENTS COMMUNAUX SERVICE MAINTENANCE

Plus en détail

Condens 5000 W Maxx Chaudière murale gaz à condensation. Chaudière chauffage seul.

Condens 5000 W Maxx Chaudière murale gaz à condensation. Chaudière chauffage seul. Chaudière murale gaz à condensation. Chaudière chauffage seul. WBC 6H R N WBC 98H R N Chauffage seul Les points forts 100 kw sur une surface minimum avec une largeur de cm Idéale pour les petits et grands

Plus en détail

Lot n 9. plomberie sanitaire CCTP. construction d'une maison d'habitation. impasse de la Vague. 85340 Olonne-sur-Mer

Lot n 9. plomberie sanitaire CCTP. construction d'une maison d'habitation. impasse de la Vague. 85340 Olonne-sur-Mer construction d'une maison d'habitation impasse de la Vague 85340 Olonne-sur-Mer MAITRE D'OUVRAGE Allain Stéphane M. et Mme impasse des Vagues 85340 Olonne-sur-Mer ARCHITECTE : Deschamp Frédéric 9 Quai

Plus en détail

Kombitube. Passage de toiture multifonctionel sur mesure

Kombitube. Passage de toiture multifonctionel sur mesure Kombitube Passage de toiture multifonctionel sur mesure TRAVERSEZ VOTRE TOIT D UNE MANIÈRE RÉFLÉCHIE De plus en plus, les cheminées deviennent des constructions plus complexes. Autrefois, elles servaient

Plus en détail

A.E.B. Livret d'apprentissage. 3 Plomberie Sanitaire. 4 Finitions Décoration. 1 Aménagement 2 Electricité

A.E.B. Livret d'apprentissage. 3 Plomberie Sanitaire. 4 Finitions Décoration. 1 Aménagement 2 Electricité Livret d'apprentissage A.E.B. 1 Aménagement 2 Electricité 3 Plomberie Sanitaire 4 Finitions Décoration 31 - Créer un réseau d évacuation eaux usées et eaux vannes 32 - Créer un réseau d alimentation 33

Plus en détail

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon!

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! FICHES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION RADON Avant de construire, renseignez-vous sur le taux de radon dans votre région Le radon est un gaz présent

Plus en détail

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles Compresseur croll Inverter Fluide Frigorigène R410a ycroll 20-30 ir EVO Pompes à chaleur réversibles De 20.0 à 34.0 kw De 20.0 à 35.0 kw 1 ycroll 20-30 ir EVO Les unités ycroll 20-30 ir EVO sont des pompes

Plus en détail

La plomberie en PER, PVC et MULTICOUCHE

La plomberie en PER, PVC et MULTICOUCHE Thierry Gallauziaux - David Fedullo La plomberie en PER, PVC et MULTICOUCHE Groupe Eyrolles, 2011, IS 978-2-212-13206-9 EYROLLES La plomberie en PER, PVC et multicouche Sommaire Les plastiques... 6...

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens Chaudière Hybride CONDENSATION GAZ AVEC CHAUFFE- EAU-SOLAIRE INTÉGRÉ www.marque-nf.com CIRCUIT SOLAIRE FONCTIONNANT EN AUTOVIDANGE PRÉPARATEUR SOLAIRE EN INOX CAPTEUR SOLAIRE - DRAIN L innovation qui a

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Création d'un espace périscolaire Et d'une nouvelle mairie A CUSE et ADRISANS Rue PATARD 25 680 CUSE et ADRISANS Lot n 3 Ventilation - Plomberie sanitaire Maître

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI Aquacondens Chaudières murales à condensation AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ 2 MODÈLES MODULANT DE 6 À 25

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Module de formation. Relevage. motralec

Module de formation. Relevage. motralec Module de formation motralec 4 rue Lavoisier. ZA Lavoisier. 95223 HERBLAY CEDEX Tel. : 01.39.97.65.10 / Fax. : 01.39.97.68.48 Demande de prix / e-mail : service-commercial@motralec.com www.motralec.com

Plus en détail

Composants pour systèmes solaires

Composants pour systèmes solaires solarorkli Composants pour systèmes solaires Composants pour chauffage et eau chaude sanitaire Composants pour chauffage et eau chaude sanitaire Collecteurs équipements de distribution Robinets thermostatiques

Plus en détail

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR CHEMINÉES POUR PLUS DE PERFORMANCE > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

DESCRIPTIF PHASE D.C.E.

DESCRIPTIF PHASE D.C.E. MAITRE D'OUVRAGE : COMMUNE DE VEUREY-VOROIZE! OBJET CHANTIER : CONSTRUCTION MAISON DE LA NATURE LIEU DU CHANTIER : SECTEUR DES JAYERES 38113 VEUREY-VOROIZE DESCRIPTIF PHASE D.C.E. LOT 4 PLOMBERIE - SANITAIRES

Plus en détail

GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle

GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle SOMMAIRE 1 / CONSIGNES DE SECURITE Avertissements importants 03 Dimensions d encastrement 04 Inventaire des pièces livrées 04 Raccordement à l eau 05 Evacuation des

Plus en détail

MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne

MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne Les MAISONS PRÉFABRIQUÉES ADOSABLES sont basées sur une structure résistante qui intègre un forgé métallique à double pente et des piliers; fermeture à

Plus en détail

Salle de bains FICHE TECHNIQUE

Salle de bains FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Salle de bains 2 4 7 CONNAÎTRE > Une pièce humide > Les équipements > Production d eau chaude sanitaire > Les revêtements du sol et des murs > L installation électrique > Les réseaux d

Plus en détail

Drainage des toitures terrasses

Drainage des toitures terrasses Drainage des toitures terrasses 1 FÜR DIE ZUKUNFT GEDACHT. Système de produits alwitra Les éléments de drainage des toitures terrasses alwitra font partie des systèmes de produits alwitra éprouvés dans

Plus en détail

cubefrance www.cubefrance.fr

cubefrance www.cubefrance.fr cubefrance www.cubefrance.fr Pourquoi investir dans un chauffe-eau solaire? Pour réduire son empreinte carbone sur la planète et contribuer à limiter les conséquences du changement climatique Pour se préparer

Plus en détail

T.Flow Activ. Chauffer l eau. EXPERT

T.Flow Activ. Chauffer l eau. EXPERT E A U C H A U D E S A N I T A I R E T.Flow Activ Chauffer l eau. EXPERT T.Flow Activ Source inépuisable d eau chaude T.Flow Activ est un chauffe-eau thermodynamique qui révolutionne la production d eau

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E 100-130 - 10-210 - 20 Table des matières Généralités 3 Remarques 3 Emballage 3 Consignes de sécurité Symboles utilisés Recommandations générales

Plus en détail

Le plombier chauffagiste a aussi besoin de cette représentation pour savoir ce qu il y a à l intérieur de la maison au niveau des hauteurs.

Le plombier chauffagiste a aussi besoin de cette représentation pour savoir ce qu il y a à l intérieur de la maison au niveau des hauteurs. Les informations du plan Vous connaissez trois types de représentation d un pavillon : 1 : La perspective 2 : Les façades (page 2 ) 3 : La vue en plan (page 3) Observer attentivement la vue de la page

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois

ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois Instructions de pose Solarfuture SARL El Castell 66320 Joch. France www.solarfuture.org Tel. 09 74 777 957 Solarfuture. MANUAL ECOHEAT Nov. 2013. V.1.

Plus en détail

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P»

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Innovation + Qualité Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Gamme de produits Conditions générales et directives

Plus en détail

Filtres pour gaz et air. GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200

Filtres pour gaz et air. GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200 Filtres pour gaz et air GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200 11.02 Printed in Germany Edition 02.13 Nr. 225 676 1 8 Technique Filtres pour l'alimentation en gaz dans

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES Le titre professionnel de : INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES1 niveau V (code NSF : 233 s) se compose de deux

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR POUJOULAT POUR PLUS DE PERFORMANCE POUR L AVENIR > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

Systèmes de ventilation double flux CWL

Systèmes de ventilation double flux CWL Economie d énergie et respect de l environnement de série Systèmes de ventilation double flux CWL CWL 180 : jusqu à 180 m 3 /h CWL 300 : jusqu à 300 m 3 /h avec ou sans bypass CWL 400 : jusqu à 400 m 3

Plus en détail

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ Monneren le 03/12/2014 Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ REAMENAGEMENT DES LOCAUX RDC ET R+4 METZ LOT N 8 CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU

Plus en détail

HYDROGAZ. BALLON ECS 750 À 6 000 Litres

HYDROGAZ. BALLON ECS 750 À 6 000 Litres HYDROAZ BALLON S 750 À 6 000 Litres L Hydrogaz est un système performant de production d eau chaude semi-instantanée, intégrant directement un équipement gaz à haut rendement. Ce concept original et unique

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée 1. De quoi s agit-il? Les conduits de fumée doivent présenter les ouvertures nécessaires au contrôle et au nettoyage. Les ventilateurs d extraction

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Lavabos en Miranit. Design et fonctionnalités pour des sanitaires modernes

Lavabos en Miranit. Design et fonctionnalités pour des sanitaires modernes Lavabos en Miranit Design et fonctionnalités pour des sanitaires modernes MIRANIT Le nom du matériau composite granit minéral Le nouveau lavabo fabriqué en granit minéral doit son nom aux principaux composants

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES EN CHAUFFAGE INDIVIDUEL-GAZ

TRAVAUX PRATIQUES EN CHAUFFAGE INDIVIDUEL-GAZ MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TRAVAUX

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ETAPE 1 LE PLAN DE TRAVAIL 1.a Repères Repères Mettez en place provisoirement le plan de travail et tracez au crayon effaçable deux repères qui correspondent

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES BEG ROHU 56510 SAINT PIERRE QUIBERON RENOVATION DES VESTIAIRES-SANITAIRES CADRE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL FORFAITAIRE C.D.P.G.F. LOT N 7 PLOMBERIE

Plus en détail

CLEANassist Stockage. Dans le domaine du stockage, les systèmes

CLEANassist Stockage. Dans le domaine du stockage, les systèmes Stockage Dans le domaine du stockage, les systèmes à faible encombrement sont particulièrement demandés. Du stockage fermé dans l armoire STE en passant par l armoire de passage, l armoire de service/passage

Plus en détail

Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox

Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox Mesure mécatronique de pression Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox Fiche technique WIKA PV 27.05 Applications Contrôle

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie La nouvelle réglementation concernant la réaction au feu (Annexe 5 AR 12/07/2012). Prescriptions concernant les traversées résistantes

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle SOMMAIRE 1/ CONSIGNES DE SECURITE Avertissements importants 03 2/ INSTALLATION DE VOTRE LAVE-VAISSELLE Appareil non encastré 04 Appareil encastré 04 Appareil encastré

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Collecteur de distribution de fluide

Collecteur de distribution de fluide Collecteur de distribution de fluide Guide des applications Un sous-système prêt-à-monter Des sous-systèmes prêts-à-monter, disponibles en quelques semaines et non en quelques mois. Une conception testée

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

Aérotherme à eau chaude et glacée

Aérotherme à eau chaude et glacée Aérotherme à eau chaude et glacée Présentation Aérotherme à eau destiné au chauffage et au rafraîchissement des locaux industriels, commerciaux, hall logistique, salles polyvalentes ou gymnases. Le montage

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100 VMC ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 Energy 150 Energy 250 Energy 100 FTE 103 131 B Janvier 2008 Energy 100/125/150 Gamme habitat/tertiaire Energy 150 descriptif technique Déclaration du

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

Tête thermostatique K avec sonde de contact ou sonde plongeuse

Tête thermostatique K avec sonde de contact ou sonde plongeuse Têtes thermostatiques M 30 x 1,5 Tête thermostatique K avec sonde de contact ou sonde plongeuse Maintien de pression & Qualité d eau Equilibrage & Régulation Régulation thermostatique ENGINEERING ADVANTAGE

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Ce document constitue une annexe technique au formulaire de demande de prime. Il doit être rempli par l entrepreneur

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail