Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010"

Transcription

1 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC LE SOUTIEN DE Région de Bruxelles-Capitale Région flamande Région wallonne PARTENAIRES CSTC K.U.Leuven Sint-Lucas Architectuur Brussel- Gent UCL UGent ULg Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB PAThB2010 1

2 PROGRAMME DE FORMATION Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 2 Qu est-ce constructif OPTION B: règles de PAThB2010 2

3 Qu est-ce : 2 FORMES DE NŒUDS CONSTRUCTIFS NŒUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment NŒUD CONSTRUCTIF PONCTUEL Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est percée lement Que sont les parois de la surface de déperdition 4 MODULE Qu est-ce : 5 MODULE PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC Bâtiment voisin (ou autre volume K ou autre volume E d un même bâtiment) VOLUME PORTÉGÉ (ou volume K ou volume E d un même bâtiment) EAN C 3

4 Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 6 MODULE Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 7 MODULE 4

5 Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 8 MODULE Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 9 MODULE 5

6 Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 10 MODULE Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC : 11 MODULE 6

7 Qu est-ce PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC! Un mur MITOYEN ne fait pas partie de la surface! Idem pour les parois entre parties de volumes K ou E : 12 MODULE Qu est-ce : 13 MODULE PAROI DE LA SURFACE DE DEPERDITION = Elément du bâtiment qui sépare le volume protégé et l extérieur le sol/une cave/un vide sanitaire un EANC 2 parois de la surface sont distinctes lorsqu elles différent par l épaisseur des couches de matériaux, l ordre des couches de matériaux, les matériaux utilisés, l orientation, la pente, l environnement, ET/OU ne sont pas continues e U 1, U 1, A 1 A 2 i 7

8 Qu est-ce : 2 FORMES DE NOEUDS CONSTRUCTIFS NŒUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent Endroit où une surface rejoint une limite de la propriété voisine Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment NŒUD CONSTRUCTIF PONCTUEL Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est percée lement 14 MODULE Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent : 15 MODULE 8

9 Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE 9 Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent APPUI DE FONDATION RACCORD DE FENÊTRE Option B: CHANGEMENT DE FAÇADE 16 ACROTÈRE Le raccord d un toit avec un pignon, aussi! MODULE Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE 9 Endroit où une séparation de la surface rejoint une séparation avec la limite de la propriété voisine Le raccord avec une paroi mitoyenne à une parcelle voisine, aussi! Idem pour le raccord entre deux volumes K ou unités PEB ou entre secteurs énergétiques Option B: pignon en Règles de attente 17 MODULE 9

10 Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE 9 Endroit où une séparation de la surface rejoint une séparation avec la limite de la propriété voisine Option B: 18 MODULE Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment par un matériau avec une conductivité thermique PLUS ÉLEVÉE Option B: 19 MODULE 10

11 Qu est-ce NOEUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment par un matériau avec une conductivité thermique PLUS ÉLEVÉE! Condition importante Si cette condition n est pas remplie Parois distinctes : a 0.40 m 20 MODULE 2 noeuds constructifs s! Qu est-ce de déperdition : 2 FORMES DE NŒUDS CONSTRUCTIFS NŒUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent Endroit où une séparation de la surface rejoint une séparation avec la limite de la propriété voisine Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment NŒUD CONSTRUCTIF PONCTUEL Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est percée lement 21 MODULE 11

12 Qu est-ce de déperdition : NOEUD CONSTRUCTIF PONCTUEL Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est percée lement par un matériau avec une conductivité thermique PLUS ELEVÉE + un grand nombre d exceptions (voir plus loin) 22 MODULE Qu est-ce de déperdition : 2 FORMES DE NŒUDS CONSTRUCTIFS NŒUD CONSTRUCTIF LINEAIRE Endroit où 2 parois de la surface se rejoignent Endroit où une séparation de la surface rejoint une séparation avec la limite de la propriété voisine (ou la limite d un autre secteur, d un autre volume K ou d un autre volume E) Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est interrompue ment NŒUD CONSTRUCTIF PONCTUEL Endroit d une paroi de la surface où la couche isolante est percée lement Tout aussi important: 23 MODULE qu est-ce qui n est pas un nœud 12

13 Qu est-ce de déperdition : Qu est-ce qui n est pas un nœud constructif Les interruptions propres à la paroi Les percements pour les canalisations L intersection de 2 ou 3 noeuds constructifs s Ce qui est en contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue! Les situations qui ne tombent pas sous la dénomination noeud constructif restent toutefois sous la responsabilité des concepteurs et constructeurs pour ce qui concerne la formation de condensation et de moisissures, etc. 24 MODULE Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue INTERRUPTIONS PROPRES À LA TECHNIQUE CONSTRUCTIVE DE LA PAROI Leur influence DOIT être prise en compte dans la résistance thermique totale R ou le coefficient de transmission thermique U de la paroi! Les couches non-homogènes de matériaux : 25 MODULE 13

14 Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue INTERRUPTIONS PROPRES À LA TECHNIQUE CONSTRUCTIVE DE LA PAROI Raccord entre vitrage (panneau), intercalaire et châssis de fenêtre Grilles de ventilation dans les fenêtres : 26 MODULE Qu est-ce INTERRUPTIONS PROPRES À LA TECHNIQUE CONSTRUCTIVE DE LA PAROI Crochets de maçonnerie Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 27 MODULE 14

15 Qu est-ce INTERRUPTIONS PROPRES À LA TECHNIQUE CONSTRUCTIVE DE LA PAROI Profil Z de fixation pour habillage de façade. Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 28 MODULE Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 29 MODULE INTERRUPTIONS PROPRES À LA TECHNIQUE CONSTRUCTIVE DE LA PAROI RÉSUMÉ: Pertes par transmission 2D et 3 D Propres à une paroi et réparties sur sa surface Prises en compte dans la valeur U de la paroi elle-même Montants et traverses en bois Crochets de maçonnerie Intercalaires de vitrage Nœuds constructifs Concernés par l Annexe NC et pris en compte séparément par un supplément au niveau K Acrotères Appuis de fondation Raccords aux fenêtres 15

16 Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue PERCEMENTS POUR LES CONDUITES! Uniquement les percements qui NE sont PAS dans le plan de la paroi Conduits de ventilation Gaines pour conduites (coude de passage pour raccordements ) : 30 MODULE Qu est-ce PERCEMENTS POUR LES CONDUITES Conduits de fumée Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 31 MODULE Evacuations d eau pluviale (pas dans le plan de façade) 16

17 Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 32 MODULE INTERSECTION DE 2 OU 3 NŒUDS CONSTRUCTIFS LINÉAIRES N est pas considéré comme un Nœud constructif 1 Nœud constructif 3 Nœud constructif 2 Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue : 33 MODULE INTERRUPTION dans une paroi EN CONTACT DIRECT AVEC LE SOL Interruption de la couche isolante par un mur intérieur posé sur un plancher sur sol Pieux de fondation qui soutiennent un plancher sur sol!! LE RACCORDEMENT entre 2 parois de la surface RESTE un noeud constructif, même s il est dans le sol, p.ex. un appui de fondation 17

18 Qu est-ce Ce qui n est pas un nœud constructif Interruption propre à la technique constructive Percement pour conduite Intersection de nœuds constructifs s Contact direct avec le sol Lorsque la couche isolante est continue LORSQUE LA COUCHE ISOLANTE EST CONTINUE N EST PAS un nœud constructif EST un nœud constructif : 34 MODULE Qu est-ce constructif OPTION B: règles de 18

19 Comment prendre en compte l influence des nœuds constructifs sur les pertes par transmission H T Qu est-ce qu un OPTION A Méthode o PEB- détaillée OPTION B Méthode des nœuds PEBconformes OPTION C Supplément forfaitaire Nœuds PEBconformes Nœuds PEB-non conformes (+ nœuds plus performants que les nœuds PEBconformes) Supplément variable aux niveaux K et E Supplément aux niveaux K et E correspondant à 3 points K + Supplément variable Supplément aux niveaux K et E correspondant à 10 points K 36 MODULE Qu est-ce qu un o PEB- Qu est-ce PEB-conforme Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 37 MODULE 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance IMPORTANT: Le ne doit pas satisfaire aux deux conditions en même temps! 19

20 Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 38 MODULE Qu est-ce qu un o PEB- RÈGLES DE pour qu un DÉTAIL soit à PONT THERMIQUE NÉGLIGEABLE BUT Simple et clair (pas trop de règles) Pas besoin de grands calculs Basé sur la raison Souple (application plus large que les ponts thermiques catalogués ) COUPURE THERMIQUE garantie = l essentiel La couche isolante doit être continue tout autour de l enveloppe du bâtiment 39 MODULE 20

21 Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 40 MODULE Qu est-ce qu un Épaisseur de contact minimale des couches isolantes Les COUCHES ISOLANTES peuvent être en contact DIRECT o PEB- 41 MODULE ÉPAISSEUR DE CONTACT d contact 21

22 Qu est-ce qu un Épaisseur de contact minimale des couches isolantes Les COUCHES ISOLANTES peuvent être en contact DIRECT d contact Epaisseur de contact de la couche isolante, mesurée entre les faces froide et chaude o PEB- d 1 et d 2 Epaisseurs respectives de la couche isolante des deux parois qui se rejoignent 42 MODULE EXIGENCE d contact ½* min(d 1, d 2 ) Qu est-ce qu un 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes - RÈGLES d 1 = 9 cmde d 1 = 12 cm o PEB- d contact 9/2 = 4,5 cm d 1 = 12 cm d contact 9/2 = 4,5 cm d 1 = 9 cm 43Brussel, MODULE 6 juli 2009 EXIGENCE d contact ½* min(d 1, d 2 ) 22

23 Qu est-ce qu un - RÈGLES Châssis DE sans coupure thermique o PEB- 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes Dans le cas de CHÂSSIS de fenêtre et de porte: règle de 1 adaptée Châssis avec coupure thermique d contact ½* min(d 1, d 2 )! d 1 = ép. du cadre fixe du 44 MODULE châssis La couche isolante doit être en contact avec toute l épaisseur de la coupure thermique Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 45 MODULE 23

24 2 Qu est-ce qu un Option B Interposition d éléments isolants Les couches isolantes ne peuvent pas être en contact DIRECT, mais des ÉLÉMENTS ISOLANTS sont intercalés de telle sorte que la coupure thermique est conservée o PEB- 46 MODULE Æ Les éléments isolants doivent répondre à 3 exigences pour que le détail soit un nœud PEBconforme 2 Qu est-ce qu un Option B Interposition d éléments isolants Æ Les éléments isolants doivent répondre à 3 exigences pour que le détail soit un nœud PEBconforme 1. λinsulating part est-il plus petit que λlimit La valeur R répond-elle à l exigence relative à la valeur R R 3. Les raccordements répondent-ils à l exigence relative à l épaisseur de contact o PEB- R1 R2 47 MODULE 24

25 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ ET λ 0,2W/mK Exigence relative à la valeur R ET Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) R min (R1/2, R2/2, 2) λ doit 0,2 W/mK o PEB- Plusieurs matériaux avec λ 0,2 W/mK peuvent être considérés comme 1 élément isolant homogène! 48 MODULE 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ λ 0,2W/mK Satisfait à ψrlim 1 ET Exigence relative à la valeur R R min (R1/2, R2/2, 2) R R2 MODULE Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) La résistance thermique R de chaque élément isolant ne peut pas être plus petite que la moitié de la plus petite des valeurs R1 et R2 o PEB- 49 ET R doit être mesuré PERPENDICULAIREMENT à la LIGNE DE COUPURE THERMIQUE LIGNE qui - relie 2 couches isolantes en passant à travers les éléments isolants - autant que possible // passe par la limite entre les couches isolantes et les éléments isolants 25

26 Qu est-ce qu un 2 Interposition d éléments isolants o = LIGNE PEB- DE COUPURE THERMIQUE i o PEB- e i 50 MODULE PASSE OBLIGATOIREMENT PAR LA COUPURE THERMIQUE DU CHÂSSIS! Qu est-ce qu un 2 Interposition d éléments isolants LIGNE DE COUPURE 1 THERMIQU 2 E 3 e o PEB- i 51 MODULE 26

27 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ ET λ 0,2W/mK Exigence relative à la valeur R ET Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) R min (R1/2, R2/2, 2) EXEMPLE R - Satisfait à ψrlim 1 o PEB- R1 = 0,20 m / 0,027 W/mK = 7,41 m2k/w R2 = 0,15m / 0,027 W/mK = 5,56 m2k/w R plus grand ou égal à la moitié du plus petit R2 R 5,56/2 = 2,78 m2k/w Peut être limité à 2 m2k/w 52 MODULE 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ λ 0,2W/mK o PEB- 53 ET Exigence relative à la valeur R R min (R1/2, R2/2, 2) ET Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) Analogue à la 1 raccordement i entre un CHAQUE élément isolant et une couche isolante, ou entre deux éléments isolants doit y satisfaire! MODULE 27

28 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ ET λ 0,2W/mK Exigence relative à la valeur R ET Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) R min (R1/2, R2/2, 2) dinsulating part dcontact,1 o PEB- dx = d1 54 MODULE 2 Qu est-ce qu un Interposition d éléments isolants Option B Exigence relative à la valeur - RÈGLES DE λ λ 0,2W/mK d 3 ET Exigence relative à la valeur R ET Exigence relative à l épaisseur de contact dcontact,i ½ * min(dinsulating part, dx) R min (R1/2, R2/2, 2) insulating part dcontact,2 o PEB- dx = d2 55 MODULE 28

29 Qu est-ce qu un 2 Interposition d éléments isolants Exigence relative à la valeur λ o PEB- Exigence relative à l épaisseur de contact Exigence relative à la ET valeur R ET λ 0,2W/mK R min (R 1 /2, R 2 /2, 2) 1 2 Pour 3les châssis de FENÊTRE et de PORTE : la règle de 2 est adaptée d contact,i ½* min(d insulating part, d x ) 56 MODULE IDEM R min (R 1 /2 ; 1,5) U frame n intervient plus La limite supérieure est plus basse : 1.5 Analogue à la 1 Dans le cas d un châssis avec coupure thermique, la couche isolante doit être complètement en contact avec celle-ci Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 57 MODULE 29

30 Qu est-ce qu un o PEB- 3 Chemin de moindre résistance Les couches isolantes ne peuvent pas être raccordées directement et la coupure thermique ne peut pas être continue. Un nombre très fréquent de détails constructifs ne pourraient alors pas être résolus à l aide des premières règles de, p.ex. un appui de fondation La règle de 3 fournit la possibilité de considérer un nœud PEB-conforme comme un nœud sans coupure thermique. 58 MODULE Qu est-ce qu un R 1 3 Chemin de moindre résistance Chemin de moindre résistance = le plus court trajet entre l environnement intérieur, et l environnement extérieur ou un EANC, et qui ne coupe jamais une couche d isolant ou un élément isolant dont R min (R 1,R 2 ) p.ex. débordement plancher + façade Interior p.ex. Appui de fondation R 1 Interior R 2 o PEB- Exterior R 2 Exterior Heat Idée de : la chaleur cherche le chemin le plus facile = PAS à travers 59l isolant MODULE = CHEMIN DE MOINDRE 30

31 Qu est-ce qu un p.ex. débordement plancher + façade R 1 Interior 3 Chemin de moindre résistance Chemin de moindre résistance = le plus court trajet entre l environnement intérieur, et l environnement extérieur ou un EANC, et qui ne coupe jamais une couche d isolant ou un élément isolant dont R min (R 1,R 2 ) p.ex. Appui de fondation R 1 Interior R 2 o PEB- Exterior R 2 Exterior Heat On mesure la longueur l 60 MODULE i du chemin de moindre résistance EXIGENCE La longueur l i 1 mètre Qu est-ce qu un R 1 Interieur 3 Chemin de moindre résistance Chemin de moindre résistance = le plus court trajet entre l environnement intérieur et l environnement extérieur ou un EANC qui ne coupe jamais une couche d isolant ou un élément isolant dont R min (R 1,R 2 ) p.ex. débordement plancher + façade p.ex. Appui de fondation R 1 Interieur R 2 o PEB- Exterieur Si l exigence n est pas satisfaite, une isolation avec R min 61 (R 1,R 2 MODULE ) doit être ajoutée pour augmenter la longueur! R 2 Exterieur Heat EXIGENCE La longueur l i 1 mètre 31

32 Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 62 MODULE Qu est-ce qu un o PEB- Nœud PEB-conforme Il satisfait à une des RÈGLES DE ou Il satisfait à Ψ e Ψ e,lim 1 Épaisseur de contact minimale des couches isolantes 2 Interposition d éléments isolants 3 Chemin de moindre résistance 63 MODULE 32

33 Qu est-ce qu un o PEB- VALEURS LIMITES Ψ e 1. ANGLE SORTANT (1)(2) 2 murs Autres angles sortants Ψ e,lim W / m K 0.00 W / m K 2. ANGLE RENTRANT (3) 0.15 W / m K 3. RACCORDS aux FENÊTRES et aux PORTES 0.10 W / m K 4. APPUI DE FONDATION 0.05 W / m K 5. BALCONS - AUVENTS 0.10 W / m K 6. RACCORDS DE PAROIS d un même volume protégé 0.05 W / m K ou 2 VOLUMES PROTÉGÉS DIFFÉRENTS avec une PAROI DE LA SURFACE DE DÉPERDITION 7. TOUS LES NŒUDS QUI N'ENTRENT PAS dans les 0.00 W / m K catégories 1 à 6 (1)A l exception d appui de fondation (2) Pour un "angle sortant", 180 < α < 360. (3) Pour un "angle rentrant", 0 < α < MODULE Qu est-ce qu un Comment démontrer que Ψ e Ψ e,lim Toujours suivant un CALCUL NUMÉRIQUE VALIDÉ (EN ISO 10211) Repris dans un arrêté ministériel Calcul personnel Fourni par le fabricant Détail extrait d une banque de données Attention, uniquement faire référence à un Ψ e extrait d une de données ou o PEB-une autre source n est généralement pas suffisant - si le détail est COMPLÈTEMENT identique dimensions et λ au détail précalculé, alors aucun calcul complémentaire n est nécessaire - s il n est pas complètement identique, alors une adaptation et un nouveau calcul est indispensable! 65 MODULE 33

34 Qu est-ce qu un Comment démontrer que Ψ e Ψ e,lim Quels programmes de calcul peuvent être utilisés dans le cadre de la PEB Tout programme de calcul qui répond aux exigences de l Annexe A de la norme NBN EN ISO 10211:2008 peut être considéré comme une high precision method. Exemple de programme de calcul : KOBRA o PEB- 66 MODULE Qu est-ce qu un Gratuit : peut être téléchargé depuis www. cstc.be/go/kobra Facile à utiliser (période courte d apprentissage) o PEB- KOBRA Consulter le mode d emploi (qui est également installé) Limitation : tout noeud orthogonal peut être modélisé, selon des typologies prédéfinies par exemple : il n est pas possible de modéliser le noeud d une toiture incliné avec une façade les épaisseurs de couches, les valeurs λ et les hypothèses préalables peuvent être adaptées On peut utiliser KOBRA lorsque la typologie de construction du projet se retouve dans la banque de données 67 MODULE 34

35 Qu est-ce qu un o PEB- KOBRA : s de données 2 s de données sont disponibles : EUROKOBRA : ~3000 typologies Koudebrug-IDEE : 125 détails génériques de ponts thermiques À noter : la plupart des (variations de) détails satisfont généralement une des 3 règles de s, de sorte qu ils peuvent être considérés comme des noeuds PEB-conformes : la simulation numérique n est désormais plus nécessaire pour le prouver Toutes les suggestions de solutions (également pour les noeuds non orthogonaux) peuvent être consultées sur les pages web du projet Koudebrug-IDEE : ==> Koudebrug-IDEE details 68 MODULE Qu est-ce qu un Copie d écran 1 de KOBRA o PEB- 69 MODULE PAThB

36 Qu est-ce qu un Copie d écran 2 de KOBRA o PEB- 70 MODULE PAThB2010 Qu est-ce qu un Exemple de page web de Koudebrug-IDEE o PEB- 71 MODULE ==> Koudebrug-IDEE details ==>... 36

37 Comment prendre en compte l influence des nœuds constructifs sur les pertes par transmission H T Qu est-ce qu un Méthode détaillée o PEB- OPTION A Supplément variable aux niveaux K et E 72 MODULE OPTION B Méthode des nœuds PEBconformes Nœuds PEBconformes Supplément aux niveaux K et E correspondant à 3 points K + Nœuds PEB-non conformes (+ nœuds plus performants que les nœuds PEBconformes) Supplément variable OPTION C Supplément forfaitaire Supplément aux niveaux K et E correspondant à 10 points K Qu est-ce qu un Nœuds qui ne sont pas PEB-conformes Déterminer les valeurs ψ ou χ valeur par défaut valeur calculée Calculer les longueurs et nombres! o PEB- 73 MODULE 37

38 Comment prendre en compte l influence des nœuds constructifs sur les pertes par transmission H T Qu est-ce qu un o PEB- OPTION A Méthode détaillée Supplément variable aux niveaux K et E 74 MODULE OPTION B Méthode des nœuds PEBconformes Nœuds PEBconformes Supplément aux niveaux K et E correspondant à 3 points K + Nœuds PEB-non conformes (+ nœuds plus performants que les nœuds PEBconformes) Supplément variable OPTION C Supplément forfaitaire Supplément aux niveaux K et E correspondant à 10 points K 38

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB. Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB. Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

Soirée d information CCB-C 20 octobre 2010

Soirée d information CCB-C 20 octobre 2010 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be Soirée d information CCB-C 20 octobre 2010 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 1.8 Nœuds constructifs PRINTEMPS 2013 Kristien ACHTEN kristien.achten@a-ea.be 2 OBJECTIF(S) DE LA PRESENTATION Concepts de base liés

Plus en détail

Nœuds constructifs et ponts thermiques

Nœuds constructifs et ponts thermiques Nœuds constructifs et ponts thermiques Une nouvelle notion a été introduite dans le cadre du renforcement des exigences réglementaires relatives à la performance énergétique des bâtiments : la notion de

Plus en détail

LES PONTS THERMIQUES geert houvenaghel lafarge research center sint lucas architectuur gent-brussel

LES PONTS THERMIQUES geert houvenaghel lafarge research center sint lucas architectuur gent-brussel 1 LES PONTS THERMIQUES geert houvenaghel lafarge research center sint lucas architectuur gent-brussel contenu définition des ponts thermiques les ponts thermiques dans les cadres réglementaires comment

Plus en détail

6. ISOLATION THERMIQUE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

6. ISOLATION THERMIQUE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 6. ISOLATION THERMIQUE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Procédure... 6.1 Déperditions vers l environnement extérieur... 6.2 Déperditions vers un espace adjacent non chauffé... 6.3 Déperditions directes

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois

Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois Les ponts thermiques des enveloppes à ossature bois Depuis 2012, L institut Technologique FCBA met à disposition des Entreprises et des Bureaux d études thermiques, des données et des justifications mises

Plus en détail

nano et R2 nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations

nano et R2 nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations nano et R2 nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations Des ponts thermiques peuvent se former à divers endroits dans l enveloppe du bâtiment. Ils entraînent un flux thermique

Plus en détail

Réno2020. Étude de la toiture cintrée. Projet de la rue Ferrer 13. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la toiture cintrée. Projet de la rue Ferrer 13. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue Ferrer 13 Étude de la toiture cintrée 14 11 2011 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire 1.

Plus en détail

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante 2 La température intérieure constitue le premier paramètre du sentiment de confort dans un bâtiment. Pour maintenir, été comme hiver, une température agréable de manière économique, il est indispensable

Plus en détail

ENCODAGE VALEURS U + NIVEAU K

ENCODAGE VALEURS U + NIVEAU K ENCODAGE VALERS + NIVEA K (avril 2011) Performance Energétique des Bâtiments VALERS + NIVEA K avril 2011 2 19 SOMMAIRE 1. Encodage d une paroi Fiche... 3 1.1. Où encoder les parois d un projet?... 4 1.2.

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

PEB - Enveloppe Formation élaborée par le CIFFUL (ULg)

PEB - Enveloppe Formation élaborée par le CIFFUL (ULg) PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS PEB - Enveloppe Formation élaborée par le CIFFUL (ULg) http://www.cifful.ulg.ac.be/ Avec le soutien de la Région wallonne et du Fonds social européen Champs d application

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

Murs en maçonnerie. de terre cuite. détermination de l'isolation thermique

Murs en maçonnerie. de terre cuite. détermination de l'isolation thermique Murs en maçonnerie de terre cuite détermination de l'isolation thermique SOMMAIRE 1 Introduction 5 2 Obligations légales 6 2.1 Réglementation 6 2.2 Région flamande 6 2.2.1 Domaine d application 6 2.2.2

Plus en détail

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Façades Bâtiments bas 3.5.1 Façades simple paroi 3.5.1.1 Séparation entre compartiments Ce qui change est souligné (+ Euroclasses) Fixations des

Plus en détail

Extérieur. Ech: 1/10 CONCEPT CONSTRUCTIF: BLOCS DE BETON MUR DE FACADE SUR DALLE DE SOL DETAIL EN COUPE PEB CONFORME

Extérieur. Ech: 1/10 CONCEPT CONSTRUCTIF: BLOCS DE BETON MUR DE FACADE SUR DALLE DE SOL DETAIL EN COUPE PEB CONFORME CONCEPT CONSTRUCTIF: BLOCS DE BETON Ech: 1/10 DETAIL EN CPE STANDARD PEB CONFORME MUR DE FACADE SUR DALLE DE SOL BASSE ENERGIE I continuité? si : d > d min / 2 interposition? allongement? si : λ 0,2 W/mK

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

PROTOCOLE Enveloppe du bâtiment

PROTOCOLE Enveloppe du bâtiment CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LES HABITATIONS INDIVIDUELLES PROTOCOLE Enveloppe du bâtiment Partie III : Méthode de détermination et de mesure des superficies de déperdition Table des matières

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009 Notes techniques et réflexions Isolation extérieure : influence de la nature des fixations de bardage sur la résistance thermique de la paroi Auteur : Physibel pour ENERTECH Juillet 2009 Ingénierie énergétique

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

PRIME 8 ISOLATION DU TOIT

PRIME 8 ISOLATION DU TOIT PRIME 8 ISOLATION DU TOIT En général, c est au travers de la toiture que les déperditions de chaleur les plus importantes sont constatées (au moins 25% des déperditions totales). L isolation d un toit

Plus en détail

Amélioration de l isolation

Amélioration de l isolation Amélioration de l isolation Synthèse Les techniques de rénovation (1) Murs extérieurs Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur Isolation de la coulisse Toitures plates Toiture chaude Toiture

Plus en détail

THERMOGRAPHIE & THERMIQUE

THERMOGRAPHIE & THERMIQUE THERMOGRAPHIE & THERMIQUE I / INTRODUCTION : d'un problème de robinet... au bilan énergétique d'un bâtiment. II / Les transferts par conduction thermique III / Les nœuds constructifs IV / Les transferts

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB

DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB INTRODUCTION Le dossier technique PEB doit être constitué avant le début du chantier par le conseiller PEB, et doit être complété au fur et à mesure

Plus en détail

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Thème Pourquoi isoler? Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Les indications, illustrations, informations

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (visé à l'art. 549) (Formulaire relatif aux renforcements d'exigences du 1er juin 2012) 1. Données administratives Cadre réservé

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat.

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Aides financières pour la rénovation sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Les aides financières accordés aux mesures individuelles réalisées sur l enveloppe du bâtiment dépendent du standard

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE PEB

FORMATION RESPONSABLE PEB FORMATION RESPONSABLE PEB PEB RÉSIDENTIEL : BASE PEB NON RÉSIDENTIEL : OPTION 1 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Formation «Responsable PEB» Journée 3 Méthode détaillée et déclaration PEB finale Formation

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Les ponts thermiques dans la construction bois

Les ponts thermiques dans la construction bois Les ponts thermiques dans la construction bois Enjeux, impacts, solutions et perspectives Stéphanie DECKER Responsable du pôle Efficacité Energétique 14 décembre 2011, Congrès et Salon National du Bâtiment

Plus en détail

Détermination et calcul des ponts thermiques linéiques et intégrés des constructions en bois

Détermination et calcul des ponts thermiques linéiques et intégrés des constructions en bois DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO Date Le 23 août 2006 DER/HTO 2006-115- SF/LS N affaire : 06-019 Client seul Version 1 Unité ayant effectué les travaux : Responsable des travaux

Plus en détail

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx DU BATIMENT ECA N xxx sis sur la parcelle n xxxxxxxx A xxxxxxxxxxxxxxxxx PROPRIETE DE xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Etabli pour xxxxxxxxxxx Lucens, le 28 mars 2013/GS/sr 1. SOMMAIRE 2. GENERALITES INFORMATIONS

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE PLANCHER

Plus en détail

Guide du formulaire de demande

Guide du formulaire de demande Guide du formulaire de demande Ce guide vous aidera à remplir correctement le formulaire de demande. 1 Propriétaire (requérant/e) Le programme de subventionnement ne fait aucune distinction quant aux propriétaires.

Plus en détail

EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION

EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION FORMULAIRE 1 EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION Formulaire à remplir et à joindre au dossier

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue du Molinay Étude de la nouvelle façade 09 03 2012 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN EN 12831:2003 prnbn EN 12831 ANB Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Réglementation PEB 2015. Formulaire de déclaration PEB simplifiée

Réglementation PEB 2015. Formulaire de déclaration PEB simplifiée Réglementation PEB 2015 Cadre réservé à l Administration : Date : Localité : Déclarant(s) : Formulaire de déclaration PEB simplifiée QUEL PROJET est concerné par le formulaire de déclaration PEB simplifiée?

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS DÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LES MURS PAR

Plus en détail

Le système Powerroof pour toitures inclinées.

Le système Powerroof pour toitures inclinées. Le système Powerroof pour toitures inclinées. La garantie ultime pour une isolation efficace. NOUVEAU Les prix de l énergie n ont plus de limite. Construire (ou rénover) en se souciant des économies d

Plus en détail

Performance Energétique des Bâtiments :

Performance Energétique des Bâtiments : Performance Energétique des Bâtiments : GUIDE PRATIQUE POUR LES ARCHITECTES Mesures applicables jusqu au 1er mai 2010 Concevoir des bâtiments plus sains, plus confortables et plus économes en énergie www.aubel.be

Plus en détail

StoTherm Détails. Sto

StoTherm Détails. Sto StoTherm Détails Sto N.B. Ce livret de détails contient des solutions pour toutes sortes de raccordements d un système d isolation de façade par l extérieur aussi bien pour une rénovation que pour une

Plus en détail

FOAMGLAS PERINSUL S (standard) PERINSUL HL (high load)

FOAMGLAS PERINSUL S (standard) PERINSUL HL (high load) La solution durable aux ponts thermiques FOAMGLAS PERINSUL S (standard) PERINSUL HL (high load) www.foamglas.be www.foamglas.lu CONTENU Introduction 4 Eviter les ponts thermiques 6 - Le concept de pont

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Le système Powerroof pour toitures inclinées. La garantie ultime pour une isolation efficace.

Le système Powerroof pour toitures inclinées. La garantie ultime pour une isolation efficace. Le système Powerroof pour toitures inclinées. La garantie ultime pour une isolation efficace. Les prix de l énergie n ont plus de limite. Construire (ou rénover) en se souciant des économies d énergie

Plus en détail

Optex. La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté

Optex. La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté Optex La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté Optex, les solutions d isolation par l exté Description La gamme Optex est une sélection d isolants et de

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Couvertures métalliques

Couvertures métalliques FICHE TECHNIQUE Couvertures métalliques 2 4 5 CONNAÎTRE > Les métaux utilisés > Compatibilité des matériaux > Mise en œuvre > Supports > Ventilation REGARDER > L état de la couverture > L état des supports

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

3. Qualité isolante des matériaux Valeur lambda et épaisseur de l isolant Prise en compte en PEB

3. Qualité isolante des matériaux Valeur lambda et épaisseur de l isolant Prise en compte en PEB TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction : objectif, contexte, contenu et particularités 2. Points d attention pour la bonne conception d un détail constructif a. étanchéité à l eau b. étanchéité à l air c.

Plus en détail

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé Isoler pour demain Une bonne isolation: plus qu une question d épaisseur! Historique 2001: Paul Eykens lance isoproc: 2004: Croissance annuelle avec doublement du chiffre d affaires Etanchéité à l air,

Plus en détail

Optimalisation de l épaisseur de l isolation thermique des parois opaques

Optimalisation de l épaisseur de l isolation thermique des parois opaques VILLE DE GEMBLOUX Optimalisation de l épaisseur de l isolation thermique des parois opaques Service Environnement cellule Energie Daniel COMBLIN, 81/626.381. - daniel.comblin@gembloux.be Version du 28/3/28.

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Les secrets d une bonne étanchéité à l air

Les secrets d une bonne étanchéité à l air Les secrets d une bonne étanchéité à l air 18/03/2014 Cycle énergie CCW-CSTC 18/03/2014 - Page 1 Partie 1: Généralités - Qu est-ce que l étanchéité à l air? - Intérêts à rendre un bâtiment étanche à l

Plus en détail

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE REMPLACER LES CHÂSSIS

Plus en détail

ISOPONTE 032 Le nouvel isolant qui réalise un véritable gain pour votre espace intérieur. Isoler futé.

ISOPONTE 032 Le nouvel isolant qui réalise un véritable gain pour votre espace intérieur. Isoler futé. ISOPONTE 032 Le nouvel isolant qui réalise un véritable gain pour votre espace intérieur. Isoler futé. ISOPONTE ouvre de nouveaux horizons pour la construction à ossature bois. Avec le développement d

Plus en détail

FEUILLET D'INFORMATION Union belge pour l Agrément technique dans la construction MURS CREUX ISOLÉS DE FAÇADES EN MAÇONNERIE

FEUILLET D'INFORMATION Union belge pour l Agrément technique dans la construction MURS CREUX ISOLÉS DE FAÇADES EN MAÇONNERIE FEUILLET D'INFORMATION Union belge pour l Agrément technique dans la construction MURS CREUX ISOLÉS DE FAÇADES EN MAÇONNERIE 00/1 remplace 0/1 Depuis les années 0, l UBAtc délivre des ATG pour l isolation

Plus en détail

Cahier de ponts thermiques de parois isolées en paille.

Cahier de ponts thermiques de parois isolées en paille. Réseau Français de Construction en Paille Cahier de ponts thermiques de parois isolées en. Action 3 du projet PRO-PAILLE2 : Réalisation d un carnet de détails et détermination des valeurs de ponts thermiques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP L enveloppe du bâtiment Minergie P Minergie ZH-007-P Minergie BE-001-P-ECO Minergie ZH-002-P-ECO Minergie ZH-002-P Minergie SG-001-P Minergie ZH-003-P-ECO Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Général niveau 2 Laurent Lassoie CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Comment construire étanche 2012 Etanchéité

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.2 Isolation thermique. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.2 Isolation thermique. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.2 Isolation thermique 3.2 Isolation thermique Contenu 1. Lien vers la PEB 2. Bases techniques Transferts de chaleur notions Transferts par transmission Les coefficients K

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale

L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale Editeurs responsables: E. Schamp et J.-P. Hannequart Institut bruxellois

Plus en détail

Energie & Habitat 2010 Rénovation d une maison unifamiliale en maison passive Rue des Archives 28 1170 BOITSFORT low-a.be

Energie & Habitat 2010 Rénovation d une maison unifamiliale en maison passive Rue des Archives 28 1170 BOITSFORT low-a.be Archives 28 Rénovation d une maison unifamiliale Une maison passive en ville? Logique Raphaël Tilman architecte maître de l ouvrage Low-a.be Implantation Situation existante Choix énergétiques isolation

Plus en détail