Amiante, danger mortel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amiante, danger mortel"

Transcription

1 Amiante, danger mortel brochure coordonnée par Claudio Sonda de la Fondation André Renard (F.A.R.)

2

3 amiante, danger mortel

4 Conscients des difficultés de compréhension de certains termes utilisés dans ce dossier, nous avons établi, en annexe I, un lexique. Les termes qui y sont repris sont indiqués par ce signe. IWERF, 2002 Institut wallon d études, de recherches et de formation (asbl) rue Haute 42 B Bruxelles T F

5 Sommaire Remerciements 5 Avant-propos 6 Introduction 7 1. Historique 8 2. Effets sur la santé 9 3. Législation 10 Chapitre 1 : Principales applications Une fibre pas comme les autres Caractéristiques et utilisations de l amiante Teneur en amiante des produits et types de fibres Chiffres significatifs Types d exposition aux fibres d amiante Comment savoir si un matériau contient de l amiante? 17 Que retenir? 18 Chapitre 2 : Impact de l amiante sur la santé Appareil respiratoire Toxicité de l amiante Effets de l inhalation des fibres Pathologies liées à l amiante Plaques pleurales bénignes Asbestose Mésiothéliome Cancer broncho-pulmonaire Fonds des maladies professionnelles (F.M.P.) Reconnaissance des maladies professionnelles Système de liste Système ouvert Recours au F.M.P. en cas de maladie 27 Que retenir? 28 Chapitre 3 : Prévention au travail : cadre légal Introduction Principales dispositions internationales et européennes Principales sources de réglementation en Belgique Code sur le bien-être au travail Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique de bien-être au travail Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des Comités pour la Prévention et la Protection au travail Dispositions complémentaires du Code sur le bien-être au travail applicables à l amiante Dispositions du R.G.P.T Lutte contre les risques dus à l amiante Évolution de la réglementation concernant la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs Utilisation de l amiante Interdictions d utilisation Étiquetage Surveillance médicale 47 Que retenir? 49 Chapitre 4 : Pas de protection pour les particuliers Introduction Locataires Propriétaires Élèves et étudiants Riverains d usines ou de chantiers de démolition Résistances : naissances d associations et recours en justice Analyse : un coût parfois important 54 Que retenir? 54 Amiante, danger mortel h sommaire

6 Sommaire Chapitre 5 : Produits de substitution de l amiante Introduction Exemples de produits de substitution à l amiante Risques présentés par les produits de substitution à l amiante 58 Que retenir? 58 Chapitre 6 : Gestion des déchets d amiante Aspects réglementaires Amiante libre Amiante tissé Amiante fixé Disposition complémentaire pour les travaux publics Gestion des déchets d amiante en pratique Principes généraux de gestion Gisement Prévention Collecte et transport des déchets d amiante Valorisation Élimination Traitement et mise en C.E.T. de l amiante libre Mise en C.E.T. de l amiante fixé Traitements alternatifs des déchets 67 Que retenir? 67 Chapitre 7 : Dimensions économiques et politiques internationales Convention 162 de l O.I.T. sur l amiante Pays producteurs de l amiante Utilisations de l amiante Marché belge Interdiction de l amiante Plainte du Canada devant l O.M.C Scandale de la démolition des navires 78 Que retenir? 78 Conclusions Information des travailleurs Enseignement et formation Équipements de protection individuelle (E.P.I.) Analyse des prélèvements d air Désamiantage Suivi médical Législation Solidarité Environnement Fibres minérales de substitution 81 Annexes 83 I. Produits contenant de l amiante utilisés dans les bâtiments 84 I.1. Amiante-ciment ou fibro-ciment 84 I.2. Matériaux d isolation 84 I.3. Tressages et textiles 85 I.4. Matériaux d étanchéité 85 I.5. Amiante avec liants divers 85 II. Statistiques du Fonds des maladies professionnelles 86 II.1. Premières demandes de reconnaissance de patients atteints d asbestose, d asbestose associée à un cancer du poumon et de mésiothéliome en tant que victimes d une maladie professionnelle (reconnu en 1982) 86 II.2. Nombre de patients atteints d asbestose, d asbestose associée à un cancer du poumon et de mésiothéliome reconnus comme victimes d une maladie professionnelle 87 II.3. Décès suite à la maladie professionnelle 88 III. Arrêté royal du 23 octobre Dates d entrée en vigueur des interdictions pour les différentes applications de l amiante 89 IV. Que faire en présence d amiante? 90 V. Lexique 91 VI. Adresses utiles 92 VII. Bibliographie 94 Amiante, danger mortel h sommaire

7 5 Remerciements Cette brochure est le fruit d un travail collectif. Nous tenons à remercier tout particulièrement : - Les délégués FGTB et CSC de Tecni- Asbest, Xavier Potiez et Martin Kandha, Véronique Semal, d AIB VINCOTTE, Pierre Starquit, Inspecteur Chimiste principal à la Médecine du Travail à Charleroi, Fernand Antonioli, Permanent à la CSC Liège, Jean-Paul Van Steen, Conseiller en environnement à la CSC Bâtiment et Industrie, Yvette Denoël de la Fondation André Renard, Johan Mellemans, Chef d exploitation et de sécurité de Tecni-Asbest, Michel Vernier, ancien délégué syndical de Coverit, ex filiale d Eternit à Harmignies et Salvator Nay, Auteur du livre «Mortel amiante». - Pour leur collaboration à la rédaction : le Docteur Lopez, Médecin du Travail à MSR-Famedi pour le chapitre sur les impacts de l amiante sur la santé ; Denis Demey, Conseiller à la Centrale Générale de la FGTB, pour le chapitre sur la prévention au travail ; Myriam Gérard, Coordinatrice du projet RISE pour la CSC, pour le chapitre sur la protection des particuliers ; Alain Ghodsi, Premier Attaché à l Office wallon des déchets, pour le chapitre sur la gestion des déchets ; Laurent Vogel, chargé de recherche pour le Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité, pour le chapitre sur les dimensions économiques et politiques internationales ; Jean Barbera, Permanent à la CSC Bâtiment et Industrie de Liège, pour les conclusions ; et Pierre Mélon, ancien membre du service d études de la CSC. - Pour la coordination de la brochure : Claudio Sonda, Conseiller à la Fondation André Renard et André Blaimont - Pour la relecture : Daniel Richard, Chargé de la Communication pour la FGTB wallonne ; Julie Rigo, Coordinatrice du projet RISE pour la FGTB wallonne ; Muriel Desart, secrétariat de la FGTB wallonne ; Kris Van Eyck et Bénédicte Vellande du service entreprise de la CSC ; ainsi que Myriam Gérard, Coordinatrice du projet RISE pour la CSC. Amiante, danger mortel h remerciements

8 6 Amiante, danger mortel avant-propos Une expérience-pilote... Dès 1997, la question de l amiante faisait déjà partie des préoccupations prioritaires du Réseau Intersyndical de Sensibilisation à l Environnement (RISE). Le travail sur ce thème a débuté par une expérience-pilote dans une entreprise de désamiantage de la région liégeoise, Tecni Asbest, à l initiative des délégués syndicaux de la CSC et de la FGTB et de leurs permanents. Objectif : organiser l information et la formation des travailleurs sur l amiante et ses dangers. D emblée, un état des lieux dressé par les délégués a montré que les travailleurs de l entreprise connaissent mal la législation régissant leur activité, les procédures à respecter, les conséquences sur la santé, sur l environnement, etc. Et pour cause! À l époque, il n y avait, en Belgique, aucune obligation de formation du personnel du secteur. Au mieux, les nouveaux travailleurs recevaient une information donnée par le médecin du travail ou via la projection d une cassette vidéo. Ce déficit de formation est lourd de conséquences, non seulement pour la santé des travailleurs mais aussi pour leurs familles et pour les populations voisines des chantiers. Obtenir une formation sérieuse pour tous les travailleurs est rapidement devenu une grande priorité du projet. Les délégués et les permanents ont donc obtenu de la direction de l entreprise le feu vert pour l organisation d une formation de cinq jours. Son élaboration bénéficie du concours de la FGTB, de la CSC, des Centrales, de la direction de l entreprise, du centre de formation Clio (organisme privé de formation du groupe Watco, auquel appartient Tecni Asbest), du CNAC, du Fonds de formation de la construction et du FOREM. Cette formation est organisée à trois reprises pour l ensemble des travailleurs de Tecni Asbest, une première en Belgique! Des visites... La connaissance de toutes les facettes de la question de l amiante passe par une vision claire de la filière, de l enlèvement jusqu à l entreposage, en passant par la gestion des déchets. Les délégués et permanents participant à cette expérience-pilote ont visité plusieurs entreprises actives dans la filière, en Belgique et en France. Ils en sont revenus avec des documents, des idées et des propositions. Un colloque... Le 9 novembre 2000, un colloque sur l amiante a été organisé dans le cadre du projet RISE. Plus de 300 personnes y ont participé. Il a permis de nombreux échanges de vues et d expériences sur de multiples aspects de la problématique. Et finalement... une brochure C est en ce sens que cette brochure est le fruit d un travail de plusieurs années. Elle est la synthèse de tous les documents, observations, réflexions et questionnements issus de l expérience-pilote menée à Tecni Asbest, des visites d entreprises de la filière de l enlèvement d amiante et des interventions réalisées lors du colloque. À l origine destinée aux seuls travailleurs du désamiantage, cette publication sera finalement conçue pour être un support pour tous les délégués confrontés à un problème d amiante dans leur entreprise. Qu est-ce que l amiante? Depuis quand est-elle utilisée? Quelles en sont les principales applications? Quels sont ses effets sur la santé? Quelles sont les mesures de prévention à prendre? Quelles sont les interdictions en vigueur? Que faire en tant que particulier confronté à un problème d amiante? Comment assurer une élimination sûre des déchets? Quels sont les produits de substitution existant à l heure actuelle? Quelle est la situation des pays du Tiers monde? Voici les principales questions pour lesquelles cette brochure propose des réponses. Pour vous faciliter la tâche, un guide pratique «L amiante en un coup d œil» est encarté dans la brochure. Il rassemble les informations indispensables. Bonne lecture et bon travail. L équipe de rédaction Amiante, danger mortel h avant-propos

9 7 Amiante, danger mortel introduction Amiante, danger mortel h introduction

10 8 historique Amiante ou asbeste sont deux termes génériques qui désignent une série de silicates fibreux. L amiante est exploité depuis l antiquité pour sa propriété principale : sa très grande résistance au feu même en contact intense et prolongé avec ce dernier. L exploitation industrielle de l amiante commence au XIXème siècle. Au cours du XXème siècle, l amiante connaît un succès énorme, vu la découverte de nombreuses nouvelles propriétés et possibilités d application à faible coût. L amiante est un matériau très bon marché. Les connaissances médicales sur les risques mortels, diffusées progressivement dès 1918, n y changeront rien. En effet, dès 1900, plusieurs médecins mèneront des études et publieront des articles décrivant les affections respiratoires dont souffrent les travailleurs en contact avec cette matière. Ces études ne sortent pas du cercle confidentiel de quelques spécialistes avant Pendant ce temps-là, les produits à base d amiante s étendent aux applications acoustiques. En 1918, l administration américaine (département du travail) synthétise les informations disponibles sur la question et conclut à une surmortalité évidente liée à l amiante. Son rapport signale également que les compagnies d assurance, tant canadiennes qu américaines, refusent d assurer sur la vie les salariés travaillant dans les mines ou les usines d amiante. Dans les années 1930, une nouvelle technique se développe, celle de l amiante projeté. La projection d amiante, de ciment et d eau permet de couvrir rapidement, et à peu de frais, des surfaces importantes, y compris les plus inaccessibles. Bien que l on ne parle pas encore de «flocage», les possibilités de cette technique sont sans équivalent : application sur tous les supports (brique, pierre, métal, etc.), respect de l architecture de la structure, etc. Dans les années 1940, les États-Unis adoptent des règles plus contraignantes relatives aux incendies dans les immeubles... L amiante projeté permet de répondre à ces exigences; de plus, l amiante est, à l époque, la fibre la plus performante techniquement et la moins chère, ce qui justifie son utilisation intensive. Après-guerre, l Europe en reconstruction en fera un usage intensif. Les bâtiments agricoles et industriels se multipliant, leurs toitures seront réalisées en «fibre-ciment». Ce terme, plus neutre que celui d amiante-ciment, sera utilisé notamment pour ne pas éveiller l attention du public lorsque les premières interdictions visant l amiante seront promulguées. En France, dans les années 1970, le développement d immeubles standardisés et temporaires, notamment d écoles, implique la recherche des moindres coûts. L utilisation de matériaux à base d amiante permet d obtenir de bonnes caractéristiques techniques à un prix raisonnable. L affaire «Amisol», révélée par l action syndicale du «collectif Jussieu» et par la presse, met publiquement en évidence les risques liés à l exposition dite environnementale. Les pouvoirs publics décident de légiférer en Puis, plus rien ne se passe jusqu en Des textes sortent alors à profusion. Tant et si bien que l interdiction d employer l amiante en France est décrétée au 1er janvier La Belgique, comme d autres pays européens, a attendu l adoption de directives européennes avant de prendre les mesures réglementaires concernant la protection de l environnement et de la santé des travailleurs. Cet outil législatif s apparente à une loi-cadre complétée par des décrets d application. Dans le système législatif belge, l État fédéral est le destinataire de la directive. Pour les dispositions concernant le bienêtre au travail, compétence fédérale, la transposition de la directive dans le droit national se fait par arrêté royal. Pour les dispositions concernant la protection de l environnement, compétence régionale, la transposition se fait par décret. En 1983, l Union européenne adopte la première directive spécifique relative à l amiante. La prévention y est abordée de manière indirecte : les considérations portent sur le produit et non sur le bienêtre des travailleurs. En 1991, la directive amiante a été revue et prévoit des dispositions essentielles : valeurs limites pour tous les types d amiante, la protection et la décontamination du personnel chargé des travaux de désamiantage, la protection du personnel se trouvant à proximité des Amiante, danger mortel h introduction

11 9 travaux de désamiantage, la notification des travaux à l autorité compétente, la nature et la durée des travaux, les équipements utilisés, etc. En 1997, la directive sur les agents cancérigènes est adoptée par l Union européenne. L amiante est enfin reconnu comme substance qui provoque le cancer par inhalation. À la suite notamment de la France, un pas décisif sera franchi par la Commission, qui fera adopter le 27 juillet 1999, une directive interdisant l amiante. En Belgique, la transposition des directives à caractère social (bien-être des travailleurs) et à caractère économique (interdiction de mise sur le marché) se réalise par l adoption de différents arrêtés royaux. Seules des directives à caractère social se retrouvent désormais dans le Règlement général pour la protection du travail (R.G.P.T.) ou dans le Code sur le bien-être au travail. Cette réglementation sera détaillée au chapitre 3. Il aura fallu un siècle pour en arriver là! Mais qu adviendra-t-il des pays du sud, auprès desquels les industriels de l amiante ont trouvé les marchés de substitution lucratifs? Combien de temps mettront-ils à suivre l exemple du Brésil, qui a adopté en l an 2000 une législation exemplaire... alors qu il possède des mines d amiante? À quand l intégration dans la législation belge, mais également européenne, d une interdiction d exportation pour tous les produits interdits chez nous et en particulier l amiante? EFFETS SUR LA SANTÉ Les risques pour la santé, en cas d exposition à l amiante, ont été découverts dans les vingt années qui ont suivi la première utilisation d amiante dans une entreprise. Entre 1890 et 1895, 16 des 17 ouvriers d un atelier de tissage d amiante français décèdent. Vers 1899, 11 hommes âgés d une trentaine d années, occupés dans une fabrique d amiante textile au Royaume-Uni, meurent. Au cours des soixante premières années de l exploitation de cette fibre, l industrie de l amiante en a insuffisamment reconnu les risques. Il n est pas rare de lire des descriptions d ateliers où l on marchait dans une couche d amiante arrivant à hauteur de genoux. La première description complète de l asbestose date de En Allemagne, il faudra attendre 1938 pour que soit établi le lien entre le cancer du poumon et l exposition à l amiante. Vers 1960, la communauté scientifique se prononce de manière très claire sur cette relation de cause à effet. C est également à cette période qu un médecin du travail du chantier naval et de l atelier de construction mécanique «N.V. Koninklijke Maatschappij De Schelde» à Flessingue évoque le mésothéliome. Cette lenteur, ces retards s expliquent par un rôle très actif du lobby de l industrie de l amiante qui a tout fait pour embrouiller les débats scientifiques. Il a, notamment, promu des recherches destinées à sous-estimer les risques et a freiné les expertises scientifiques indépendantes. Amiante, danger mortel h introduction

12 10 LÉGISLATION Répartition des cas de mortalité suite à une maladie professionnelle Sur base des statistiques du Fonds des maladies professionnelles (F.M.P.), l évolution du nombre de décès liés à l amiante (pour plus de détails, voir annexe II.3.), se traduit de la façon suivante. Source : Fonds des maladies professionnelles. nombre de cas 80 Asbestose Mésothéliome Asbestose assoc. à cancer poumon Cancer poumon Affect. Bénignes 70 En 1930, l Angleterre préconisait, comme mesure de prévention contre l exposition néfaste à la poussière, les dispositions réglementaires suivantes : l aspiration au poste de travail et la ventilation des lieux de travail. La première ébauche de législation était tracée. En 1968, la British Occupational Hygiene Society (B.O.H.S.) publia une valeur limite d exposition de 2 fibres/ml sur base d une notion de dose cumulative. Celle-ci considérait qu une concentration dans l air de 2 fibres/ml pendant une durée d exposition de 50 ans (soit 100 années fibres par ml) risquait d entraîner l asbestose. Selon la B.O.H.S., la probabilité d apparition de l asbestose était de 1% de la population exposée dans les établissements d amiante textile. Cette valeur limite d exposition, reprise par le législateur britannique, sera en pratique difficile à respecter. Elle sera revue à la baisse. En Belgique, il faut attendre l arrêté royal du 15 décembre 1978 pour voir apparaître la première législation spécifique. Elle a, depuis, été maintes fois élargie, le plus souvent à la suite de directives européennes visant la protection des travailleurs. Le Danemark, l Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et la France ont décidé, avant la Belgique, d interdire l utilisation de l amiante. Cette interdiction n est décidée en Belgique qu en Au sein de l Union européenne, dans les pays où l utilisation de cette fibre n est pas encore totalement interdite, la seule sorte d amiante encore utilisée est le chrysotile, principalement pour la production d amiante-ciment. Le matériau final à base d amiante ne pose pas de problème de par sa structure physique, mais sa manipulation entraîne des opérations de nature dangereuse pour les travailleurs (retrait, transport et élimination). Par ailleurs, il faut être conscient que l interdiction ou l arrêt de l utilisation de l amiante ne garantit pas l absence de toute exposition. En effet, on trouve encore beaucoup d amiante dans des bâtiments, des machines, des installations techniques et des moyens de transport. Depuis 1968, le Health and Safety Executive britannique tient un registre de tous les cas de mésothéliome lorsque cette affection est mentionnée sur l acte années de décès. Le nombre de décès dus au mésothéliome est passé de 154 en 1968 à 1009 en Cet accroissement démontre que l exposition à l amiante a été plus importante dans les années 70 qu auparavant, et ce, malgré l évolution des connaissances et une réglementation plus stricte. De plus, on peut supposer que le nombre de décès continuera à croître à mesure que la génération actuelle vieillira. L explication de cette croissance est que la plupart des expositions ont eu lieu dans des professions qui ne faisaient (et font encore très peu, à l heure actuelle) l objet d une surveillance drastique, comme par exemple dans le secteur de la construction. Amiante, danger mortel h introduction

13 PRINCIPALES APPLICATIONS Asbeste : n. f. (gr. asbestos, inextinguible [parce que les Anciens en faisaient les mèches des lampes perpétuelles]). Silicate du genre amphibole, fibreux, inaltérable au feu, dont l amiante est la variété la plus pure. L asbestose n. f. affection pulmonaire due à l inhalation des poussières d amiante. (L asbestose entre dans le groupe des pneumoconioses.) Amiante : n. m. (gr. Amiantos, incorruptible). Silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium, à contexture fibreuse. Ce nom s applique aux fibres blanches et brillantes, les fibres teintées étant désignées sous le nom d asbeste. Ces fibres sont réfractaires et ne fondent qu au chalumeau. On en fait des fils, souvent armés par une âme de laiton, pour le tissage d étoffes incombustibles. Amiante-ciment : n. m. matériau composé d amiante et de ciment permettant la fabrication d éléments de couverture, de plaques pour revêtements extérieurs ou intérieurs, cloisonnements et plafonnages, de canalisations, etc. Il se prépare à partir du mélange d amiante et de ciment homogénéisé dans un excès d eau. Amiantose : n. f. syn. de asbestose Si pour les spécialistes l amiante est la variété la plus pure d asbeste, dans le langage courant, les deux termes sont utilisés pour définir les mêmes produits. Dans cette brochure nous utiliserons toujours le terme «amiante». Les nombreuses caractéristiques de ces fibres sont à la base de plus de 3000 utilisations dans des domaines les plus variés. Il en résulte qu un grand nombre de personnes sont susceptibles d utiliser l amiante ou des produits à base d amiante. La propriété la plus connue de l amiante est son excellente résistance au feu et à la chaleur, associée au fait que les fibres peuvent être aisément filées et tissées. Dans l antiquité grecque, on en faisait déjà des nappes et des serviettes qui, lorsqu elles étaient sales, étaient jetées au feu et en ressortaient propres et blanches! Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

14 12 12 UNE FIBRE PAS COMME LES AUTRES 1 L amiante est un nom collectif donné à quelques silicates fibreux, résistants au feu. Ces minéraux ont la capacité de se diviser en de très fines et longues fibres appelées fibrilles. Il existe différentes variétés d amiante qu on peut classer en deux groupes selon leur origine et leur structure : - Le groupe des serpentines, dont le représentant est le CHRYSOTILE ou amiante blanc (photo 1). - Le groupe des amphiboles, dont les représentants typiques sont l AMOSITE (l amiante brun) (photo 2), la CROCIDOLITE (l amiante bleu), la tremolite, l actinolite et l anthophyllite. photo 1 chrysotile photo AIB-VINCOTTE photo 2 amosite photo AIB-VINCOTTE Étant donné leurs caractéristiques physiques et chimiques intéressantes, les différentes variétés, le chrysotile, l amosite et la crocidolite, représentent plus de 99% des minerais d amiante exploités en industrie. Le chrysotile représente environ 94% de la production mondiale, la crocidolite 4% et l amosite moins de 2%. On trouve des gisements partout dans le monde (certains rochers dans les Ardennes belges en contiennent) mais les grands producteurs sont le Canada, les pays de l ex-urss ainsi que le Brésil, pour le chrysotile, et l Afrique du Sud, pour l amosite et la crocidolite. Dans ces pays extracteurs de minerai, l exploitation s effectue à ciel ouvert. L amiante constitue parfois l unique ressource naturelle de certaines régions. Ainsi au Canada, dans la région de Québec (qui possède d autres ressources naturelles), une ville porte le nom d Asbestos marquant l importance économique de ce filon. Depuis plusieurs décennies, la Belgique a importé le produit, notamment pour la fabrication d amiante-ciment (interdite depuis 1998). Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

15 13 CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATIONS DE L AMIANTE 2 Le broyage du minerai permet d en extraire les fibres d amiante afin de les utiliser en industrie. Ces fibres présentent des caractéristiques très spécifiques qui en ont fait un matériau extrêmement utilisé avant les limitations et interdictions actuelles (pour plus de détails, voir chapitre 3 - Prévention au travail). tableau 1 caractéristiques physico-chimiques et utilisation de l amiante Caractéristiques Résistance à des hautes températures Utilisation - Vêtements de protection pour les pompiers - Protection anti-feu par flocages ou plaques amiante-carton - Protection d ossatures métalliques par couche de flocage Les caractéristiques des fibres d amiante ne sont pas altérées lorsqu elles sont mélangées avec d autres produits (ciment, plâtre, etc.). On distingue deux types de produits : - Les produits contenant de l amiante lié : en général, ces produits contiennent moins de 10% de leur poids en fibres d amiante (comme les dalles et les revêtements de sol). - Les produits contenant de l amiante non lié : ces produits ont une teneur en fibres d amiante souvent supérieure à 60% de leur poids et peuvent contenir jusqu à 90% de fibres (par exemple le flocage). Haut pouvoir isolant Résistance aux acides et bases - Isolation acoustique dans des complexes omnisports, théâtres, cinémas, etc. - Calorifugeages autour de conduits et tuyauteries - Pétrochimie Le lecteur trouvera en annexe I plus de détails sur les nombreuses utilisations de l amiante et les lieux industriels, publics et domestiques, où ces produits peuvent être rencontrés. Très haute résistance électrique - Coffrets électriques Résistance à l abrasion - Matériaux de friction (patins de freins, etc.) Haut pouvoir de filtration - Filtres d amiante utilisés autrefois dans la fabrication des vins français Haut pouvoir d étanchéité - Régulation de l humidité dans des piscines et douches - Matériaux d étanchéité (joints, cordes, etc.) Facilités de mise en œuvre - Produits amiante-ciment sous forme de panneaux ondulés, tuiles, conduits, etc. - Eléments de décoration (dalles de faux plafond, tablettes de fenêtres, etc.) Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

16 14 tableau 2 les matériaux composés d amiante libre et lié Amiante libre - Flocage par tout procédé (photo 3) - Calorifugeage de tuyaux, chauffe-eau, chaudières, conduites de vapeur (photo 4) - Isolation thermique de câbles, de conduites d eau chaude - Appareillage électrique (photo 5) - Petits ustensiles de cuisine - Joints et garnitures d étanchéité - Rideaux coupe-feu (photo 6) - Filtres - Vêtements, gants - Cordes Amiante lié - Plaques ondulées, ardoises, panneaux de recouvrement de toitures (photos 7 et 8) - Plaques de façades (photo 9) - Tuyaux de descente d eau, conduits de cheminées - Panneaux de faux plafonds, cloisons et revêtements intérieurs (photos 10, 11 et 12) - Panneaux ignifuges et acoustiques - Garnitures de friction, embrayages et freins de véhicules - Dalles, tuiles - Amiante lié aux colles, mastics, peintures photo 5 Plaque d isolation thermique dans une sous-station électrique photo 6 Zone de soudage - Protection incendie photo 9 Ecole - Lieu public - Plaque d isolation thermique photo 10 Plafond - Plaque photo 3 Flocage plafond photo 7 Toiture d un bâtiment pour isolation thermique- Plaque Eternit photo 11 Plafond - Plaque d isolation bâtiment photo 4 Tuyauterie - Isolation thermique photo 8 Toiture en Eternit photo 12 Bâtiment privé - Plaque d isolation Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

17 TENEUR EN AMIANTE DES PRODUITS ET TYPES DE FIBRES Les trois types d amiante les plus couramment utilisés sont repris dans le tableau n 3 en regard de leurs diverses applications. Ce tableau donne également un aperçu de la quantité moyenne d amiante contenue dans les produits cités. tableau 3 Le chrysotile (C) est le plus utilisé. L amosite (A) est surtout utilisé dans les éléments d isolation. La crocidolite (Cr) est utilisée pour sa résistance mécanique dans les tuyaux sous pression, ou comme support de certaines matières plastiques, et pour sa tenue aux acides. La crocidolite est considérée comme l amiante le plus dangereux pour la santé mais de récentes études y associent également l amosite, surtout comparativement au chrysotile. les différents types d amiante et leur utilisation Amiante contenu dans ces produits (en % de la masse) Amiante libre Produits d amiante-ciment pour le bâtiment 5-12 C Tuyaux d amiante-ciment A-Cr Plaques isolantes A-Cr Produits isolants (y compris flocages) A-C-Cr Joints et garnitures d étanchéité C-Cr Garnitures de friction C Produits textiles C Dalles et revêtements de sol 5-8 C Type de fibres les plus souvent utilisées CHIFFRES SIGNIFICATIFS L aspect physico-chimique des différents types d amiante (forme fibreuse à l état solide) se caractérise par la présence d éléments chimiques sous forme complexe d oxydes de magnésium, de silicium, de calcium, de sodium et de fer (oxyde hydraté H 2 0). Par comparaison, le diamètre des fibres d amiante est de l ordre de 20 à 400 fois plus petit que celui d un cheveu humain (40 µm 1 ). Les autres fibres ont des diamètres plus élevés : - Fibres céramiques : 1,2 à 3 µm - Fibres de verre : 2 à 9 µm - Laine de verre : 2 à 9 µm - Nylon : 7,5 µm - Laine : 20 µm Chrysotile : diamètre 0,020 µm et longueur jusqu à 40 mm Crocidolite : diamètre 0,080 µm et longueur jusqu à 70 mm Amosite : diamètre 0,1 µm (fibre industrielle 1 à 2 µm) et longueur jusqu à 70 mm Les maladies liées à l amiante sont dues à une exposition à des fibres ayant une longueur supérieure à 3µm et un diamètre inférieur à 0,5 µm. Plastiques et boîtes d accumulateurs C-Cr Bourrages, armatures et autres (feutres, cartons, papiers, plaques filtrantes, mastics, revêtements, etc.) C 1 µm = Micronmètre = 10-6 mètre. Micron = un million d unités plus petit que le mètre. Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

18 16 Evolution de la présence d amiante dans les tissus pulmonaires (étude anglaise - Holt & Young) % de coupes histologiques avec présence d'amiante 20% 15% 10% 2.3 5% 0% TYPES D EXPOSITION AUX FIBRES D AMIANTE La probabilité de développer une maladie suite à l exposition professionnelle de l amiante varie avec la durée d exposition et la concentration de poussières dans l air. Le tabagisme n a qu un effet multiplicateur de cette probabilité (coefficient multiplié par 10). L exposition de la population aux fibres d amiante peut être classée comme suit : Exposition Classification Professionnelle C est l exposition de la population qui travaille avec l amiante, soit à l état brut, soit sous sa forme fibreuse (mineurs à l extraction, travailleurs de l industrie de transformation en produits fibreux, travailleurs du secteur du retrait de l amiante de bâtiments et/ou d équipements industriels, dans les secteurs privé et public). Une étude anglaise (Holt & Young) a démontré que, au cours des années allant de 1936 à 1966, la présence d amiante (corps asbestosiques) fut découverte dans des coupes histologiques de tissus pulmonaires de sujets décédés 2 (cf. graphique ci-dessus). Ceci démontre de manière scientifique l augmentation de la concentration en amiante dans l air ambiant durant cette période (lieu d analyse des biopsies : Londres). Para-professionnelle C est l exposition des travailleurs salariés et/ou indépendants des secteurs socio-professionnels (par exemple : chauffagistes, plombiers, électriciens, techniciens de maintenance des bâtiments, etc.). Résidentiellea C est l exposition de la population séjournant dans un bâtiment public ou privé contenant de l amiante, soit en qualité de personnel salarié, soit en qualité de citoyen. Environnementale C est l exposition de la population résidant dans le voisinage de sources naturelles d amiante, d entreprises de transformation de produits fibreux, de chantiers de retrait d amiante, d équipements urbains ayant utilisé la forme fibreuse, etc. 2 In Lauwerys, toxicologie industrielle et intoxications professionnelles, 3ème édition Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

19 17 COMMENT SAVOIR SI UN MATÉRIAU CONTIENT DE L AMIANTE? 3 L œil humain ne peut identifier les fibres d amiante. L analyse qualitative destinée à connaître le type d amiante nécessite l utilisation d un microscope électronique à transmission. En cas de doute, l employeur doit faire procéder à l analyse d un échantillon par un laboratoire agréé par le ministère de l Emploi et du Travail. Néanmoins, lors de visites de lieux et/ou d équipements suspects, il est possible d identifier les endroits où le prélèvement s avère nécessaire : - Plaques : ascenseurs, parois du local chaudières, couverture de plafond des halls industriels, poutres d un bâtiment, toitures industrielles, séparations dans des locaux de produits inflammables, etc. - Tresses : cordages, joints dilatations. - Produits bruts/associés : flocage sur plafond/poutrelle de bâtiment, équipement de calorifugeage. L analyse qui permet de déterminer la présence, même faible, d amiante dans un produit et d en préciser le type, peut être utilisée notamment dans le cadre d un inventaire. Cet inventaire des matériaux contenant de l amiante, prescrit par le Règlement général pour la protection au travail (R.G.P.T.), est une obligation de tout employeur afin de détecter un risque éventuel. Il doit être mis à jour annuellement et tenu à disposition de l inspection médicale (voir chapitre 3 - Prévention). Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

20 18 Que retenir? L amiante est un silicate (oxyde de silicium) fibreux sous la forme chimique hydratée (H20), appartenant au groupe de roches métamorphiques des SERPENTINES (chrysotile) et des AMPHIBOLES (actinolite, amosite, anthophyllite, crocidolite, trémolite), classés dans le Code sur le bien-être au travail /R.G.P.T. comme agents cancérigènes. Les risques reconnus suite à une exposition à l amiante sont liés à l inhalation de ses fibres. Ce sont leurs caractéristiques physico-chimiques qui rendent l amiante dangereux : fibres fines et longues, résistantes à la chaleur et aux produits chimiques agressifs, isolant électrique. L utilisation la plus importante des fibres d amiante a eu lieu entre 1950 et Elle est interdite en Belgique depuis 1998! Dans le bâtiment, les utilisations les plus courantes concernent le flocage, le calorifugeage, l amiante-ciment, les dalles de sols, les clapets et portes coupe-feu ainsi que les joints. Les formes les plus utilisées sont : le chrysotile, l amosite et la crocidolite. Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques dans l éducation nationale L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors de leur activité

Plus en détail

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire:

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: Expertises, conseils et chantiers Sylvain L Eplattenier, Maude Favre Analyses

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

L amiante en un coup d œil

L amiante en un coup d œil L amiante en un coup d œil Claudio Sonda de la Fondation André Renard (F.A.R.) guide pratique MODE D EMPLOI Ce guide pratique est encarté dans la brocure «Amiante, danger mortel». Il reprend, en quelques

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

Eduard Back, OFEFP, Division substances, sol, biotechnologie

Eduard Back, OFEFP, Division substances, sol, biotechnologie BUWAL Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft OFEFP Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage UFAFP Ufficio federale dell'ambiente, delle foreste e del paesaggio UFAGC Uffizi federal

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment Page 1 / 9 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Travaux de désamiantage Rédaction : Roch Samuel / Etudiant ETC 3 ème année / CH 1816 Chailly / Montreux Date : novembre 2012 Qu est ce que l

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Décembre 2010 Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Quelques applications à un échantillon de population en France A. Lacourt,

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES aide-mémoire TJ 4 Ces aide-mémoire présentent de manière synthétique la réglementation sur un sujet précis. Selon les thèmes, certains d entre eux sont publiés dans

Plus en détail

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

MATERIAUX ET PRODUITS DE SUBSTITUTION DE L AMIANTE. C. Colloca. Abstract

MATERIAUX ET PRODUITS DE SUBSTITUTION DE L AMIANTE. C. Colloca. Abstract MATERIAUX ET PRODUITS DE SUBSTITUTION DE L AMIANTE C. Colloca Abstract Au CERN, comme à l etérieur, depuis de nombreuses années, des matériau fibreu sont utilisés dans les matières et produits à usage

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec Louise De Guire, M.D., M.Sc. Institut national de santé publique du Québec Pierre Sirois, ing., M.Sc. Commission de la santé et

Plus en détail

Isolation de conduites à base d'amiante

Isolation de conduites à base d'amiante *F01 Cordons, anneaux d'étanchéité et bandes d'isolation électrique en amiante Des cordons à haute teneur en amiante ont souvent été utilisés comme joints anti feu dans des poêles à mazout ou en aïence,

Plus en détail

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT Evaluer les risques avant toute intervention, notamment le risque amiante par tout moyen approprié Informer et former le personnel d encadrement et opérateurs

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 En tant que propriétaire de votre bâtiment (qu il soit à usage commercial, professionnel ou d habitation collective), vous devez, par l intermédiaire

Plus en détail

DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB

DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB 6 OCTOBRE 2010 STEB Service de toxicologie de l'environnement bâti Samuel Martignier, ingénieur en environnement Page 1 Mission Contrôle des risques pour

Plus en détail

Propriétaire Rapport n 123.2345.01. Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012. EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne

Propriétaire Rapport n 123.2345.01. Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012. EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne Propriétaire Rapport n 123.2345.01 Avec amiante, avec échantillon Bâtiment D 2345 Commune 123.2345 Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012 EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne Rapport

Plus en détail

INRS. Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance. Guide de prévention ED 809 INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE

INRS. Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance. Guide de prévention ED 809 INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE INRS INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Guide de prévention ED 809 Ce document est destiné à informer et à fournir des conseils

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

amiante. pcb. plomb. ce QU il FaUt SaVoiR. pour RÉnoVeR. DanS les RÈGleS.

amiante. pcb. plomb. ce QU il FaUt SaVoiR. pour RÉnoVeR. DanS les RÈGleS. amiante. pcb. plomb. CE QU IL FAUT SAVOIR. POUR RÉNOVER. DANS LES RÈGLES. la situation Le XX ème siècle a apporté de nombreuses innovations qui ont changé notre manière de vivre, contribuant largement

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

galités s sociales de cancer chez les travailleurs

galités s sociales de cancer chez les travailleurs Inégalit galités s sociales de cancer chez les travailleurs Annie Thébaud baud-mony INSERM/GISCOP93, Université Paris13 Rencontres francophones internationales sur les inégalit galités s sociales et de

Plus en détail

Amiante. Tout ce que vous devez savoir en tant que propriétaire ATTENTION ACHTUNG. Gesundheitsgefährdung Respirer la bei

Amiante. Tout ce que vous devez savoir en tant que propriétaire ATTENTION ACHTUNG. Gesundheitsgefährdung Respirer la bei Amiante Tout ce que vous devez savoir en tant que propriétaire a ATTENTION ACHTUNG CONTIENT ENTHÄLT DE L AMIANTE ASBEST Gesundheitsgefährdung Respirer la bei poussière Einatmen d amiante von Asbestfeinstaub

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les dangers de l amiante G R A N D P U B L I C Les dangers de l amiante Le caractère cancérogène de l amiante est

Plus en détail

Gestion sécuritaire de l amiante. Dispositions réglementaires. www.csst.qc.ca/amiante

Gestion sécuritaire de l amiante. Dispositions réglementaires. www.csst.qc.ca/amiante Gestion sécuritaire de l amiante Dispositions réglementaires www.csst.qc.ca/amiante Afin de prévenir les expositions des travailleurs et de préserver leur santé, les dispositions sur la gestion sécuritaire

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance

Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Guide de prévention L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier

Diagnostic Immobilier Diagnostic Immobilier Numéro de dossier : Date du repérage : 14/IMO/41052/DPI 04/09/2014 Désignation du ou des bâtiments Localisation du ou des bâtiments : Département :... Drôme Adresse :... 7 Avenue

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail

Amiante, on se protège!

Amiante, on se protège! www.csst.qc.ca Amiante, on se protège! Aide-mémoire sur les dangers de l exposition à l amiante et mesures de prévention Cet aide-mémoire a été réalisé par la CSST, en collaboration avec ses partenaires,

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les dangers de l amiante

INFORMATION & PRÉVENTION. Les dangers de l amiante INFORMATION & PRÉVENTION Les dangers de l amiante G R A N D P U B L I C Les dangers de l amiante Le caractère cancérogène de l amiante est connu depuis les années 50. Des cancers du poumon ou de la plèvre

Plus en détail

Point sur l amiante Académie de médecine 24 février 2015

Point sur l amiante Académie de médecine 24 février 2015 Au nom d un groupe de travail incluant : Michel Aubier (Président), André Aurengo, Christian Géraut, Roland Masse, Claude Molina, Marie-Pierre Dubois et Jean-Claude Pairon Ce texte sera présenté le mardi

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

Intervention sur matériaux amiantés

Intervention sur matériaux amiantés Intervention sur matériaux amiantés Donneurs d ordres et intervenants : tous concernés! 27/11/2014 En partenariat avec : 1 Au sommaire Amiante Où trouve-t-on de l amiante? Vincent WIART Quel impact sur

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG ITM-SST 1916.1. PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux VISA DE L ITM NON-REQUIS

Plus en détail

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES L amiante, du grec amiantos (incorruptible) est une roche naturelle métamorphique. Son utilisation est déjà connue à l antiquité. Le nombre de matériaux naturel en contenant

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAU ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION Code de la Santé Publique Chapitre IV section 2 articles R1334-14 à R1334-29 et annexe 13-9 Code de la Santé

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Quels sont les risques en matière de santé pour ces rénovations? Avant travaux

Plus en détail

Remplacer l amiante : nouveaux matériaux, nouveaux risques? Valérie-Anne BARRIAT, FTU

Remplacer l amiante : nouveaux matériaux, nouveaux risques? Valérie-Anne BARRIAT, FTU Remplacer l amiante : nouveaux matériaux, nouveaux risques? Valérie-Anne BARRIAT, FTU Remplacer l amiante : nouveaux matériaux, nouveaux risques? Valérie-Anne Barriat, FTU Conscients des difficultés de

Plus en détail

Dominique Marié diagnostics immobilier

Dominique Marié diagnostics immobilier Dominique Marié diagnostics immobilier RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE ETABLI A L OCCASION DE LA VENTE D UN IMMEUBLE BATI N 2012-09-014RINGUET Art. R 1334-14

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves :

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : MÉMO SANTÉ Chef d entreprise artisanale SERRURIERS MÉTALLIERS MATÉRIAUX AMIANTÉS Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Isolation et ventilation des combles

Isolation et ventilation des combles Fiche technique Isolation et ventilation des combles 2 5 7 8 9 Connaître Les combles : première source de déperdition de chaleur Les grandes familles d isolants thermiques Protéger l isolant de l eau Quelle

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE Une demande au syndicat de copropriété pour entreprendre les démarches nécessaires afin de réduire ou d'éliminer le problème d'infiltration de fumée de tabac secondaire. Cette

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Amiante dans les maisons

Amiante dans les maisons Amiante dans les maisons Amiante dans les maisons 1 Table des matières L amiante une matière aussi polyvalente que dangereuse 5 Où peut-on trouver de l amiante fortement lié? 5 Plaques de grandes dimensions

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

28/11/2012. Contexte. Amiante Identification - Prévention Actualité et perspectives. Plan. Effets sanitaires de l amiante

28/11/2012. Contexte. Amiante Identification - Prévention Actualité et perspectives. Plan. Effets sanitaires de l amiante 30 Novembre 2012 Anita Romero-Hariot ECT- INRS Paris Amiante - Actualité et perspectives Journée Santé-Travail Palais des congrès de La Grande Motte Amiante Plan Contexte Contexte réglementaire Perspectives

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Direction de la Santé Division de la santé au travail

Direction de la Santé Division de la santé au travail Direction de la Santé Division de la santé au travail oxyde de fer et oxydes de plomb, d aluminium et de nickel Exposition aux poussières pendant le travail coton, laine, microorganismes foin, farine,

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé»

Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé» Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Section milieux de vie Groupe de travail «Bâtiment Santé» Avis relatif à l utilisation du plomb en feuilles ou en plaques dans la construction Séance du 23

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

L amiante. http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org

L amiante. http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org Les Notes Techniques L amiante http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org L'amiante est un matériau qui a été largement utilisé depuis 1950 jusqu à la fin des années 1980 en raison de ses nombreuses

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail