Amiante, danger mortel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amiante, danger mortel"

Transcription

1 Amiante, danger mortel brochure coordonnée par Claudio Sonda de la Fondation André Renard (F.A.R.)

2

3 amiante, danger mortel

4 Conscients des difficultés de compréhension de certains termes utilisés dans ce dossier, nous avons établi, en annexe I, un lexique. Les termes qui y sont repris sont indiqués par ce signe. IWERF, 2002 Institut wallon d études, de recherches et de formation (asbl) rue Haute 42 B Bruxelles T F

5 Sommaire Remerciements 5 Avant-propos 6 Introduction 7 1. Historique 8 2. Effets sur la santé 9 3. Législation 10 Chapitre 1 : Principales applications Une fibre pas comme les autres Caractéristiques et utilisations de l amiante Teneur en amiante des produits et types de fibres Chiffres significatifs Types d exposition aux fibres d amiante Comment savoir si un matériau contient de l amiante? 17 Que retenir? 18 Chapitre 2 : Impact de l amiante sur la santé Appareil respiratoire Toxicité de l amiante Effets de l inhalation des fibres Pathologies liées à l amiante Plaques pleurales bénignes Asbestose Mésiothéliome Cancer broncho-pulmonaire Fonds des maladies professionnelles (F.M.P.) Reconnaissance des maladies professionnelles Système de liste Système ouvert Recours au F.M.P. en cas de maladie 27 Que retenir? 28 Chapitre 3 : Prévention au travail : cadre légal Introduction Principales dispositions internationales et européennes Principales sources de réglementation en Belgique Code sur le bien-être au travail Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique de bien-être au travail Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des Comités pour la Prévention et la Protection au travail Dispositions complémentaires du Code sur le bien-être au travail applicables à l amiante Dispositions du R.G.P.T Lutte contre les risques dus à l amiante Évolution de la réglementation concernant la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs Utilisation de l amiante Interdictions d utilisation Étiquetage Surveillance médicale 47 Que retenir? 49 Chapitre 4 : Pas de protection pour les particuliers Introduction Locataires Propriétaires Élèves et étudiants Riverains d usines ou de chantiers de démolition Résistances : naissances d associations et recours en justice Analyse : un coût parfois important 54 Que retenir? 54 Amiante, danger mortel h sommaire

6 Sommaire Chapitre 5 : Produits de substitution de l amiante Introduction Exemples de produits de substitution à l amiante Risques présentés par les produits de substitution à l amiante 58 Que retenir? 58 Chapitre 6 : Gestion des déchets d amiante Aspects réglementaires Amiante libre Amiante tissé Amiante fixé Disposition complémentaire pour les travaux publics Gestion des déchets d amiante en pratique Principes généraux de gestion Gisement Prévention Collecte et transport des déchets d amiante Valorisation Élimination Traitement et mise en C.E.T. de l amiante libre Mise en C.E.T. de l amiante fixé Traitements alternatifs des déchets 67 Que retenir? 67 Chapitre 7 : Dimensions économiques et politiques internationales Convention 162 de l O.I.T. sur l amiante Pays producteurs de l amiante Utilisations de l amiante Marché belge Interdiction de l amiante Plainte du Canada devant l O.M.C Scandale de la démolition des navires 78 Que retenir? 78 Conclusions Information des travailleurs Enseignement et formation Équipements de protection individuelle (E.P.I.) Analyse des prélèvements d air Désamiantage Suivi médical Législation Solidarité Environnement Fibres minérales de substitution 81 Annexes 83 I. Produits contenant de l amiante utilisés dans les bâtiments 84 I.1. Amiante-ciment ou fibro-ciment 84 I.2. Matériaux d isolation 84 I.3. Tressages et textiles 85 I.4. Matériaux d étanchéité 85 I.5. Amiante avec liants divers 85 II. Statistiques du Fonds des maladies professionnelles 86 II.1. Premières demandes de reconnaissance de patients atteints d asbestose, d asbestose associée à un cancer du poumon et de mésiothéliome en tant que victimes d une maladie professionnelle (reconnu en 1982) 86 II.2. Nombre de patients atteints d asbestose, d asbestose associée à un cancer du poumon et de mésiothéliome reconnus comme victimes d une maladie professionnelle 87 II.3. Décès suite à la maladie professionnelle 88 III. Arrêté royal du 23 octobre Dates d entrée en vigueur des interdictions pour les différentes applications de l amiante 89 IV. Que faire en présence d amiante? 90 V. Lexique 91 VI. Adresses utiles 92 VII. Bibliographie 94 Amiante, danger mortel h sommaire

7 5 Remerciements Cette brochure est le fruit d un travail collectif. Nous tenons à remercier tout particulièrement : - Les délégués FGTB et CSC de Tecni- Asbest, Xavier Potiez et Martin Kandha, Véronique Semal, d AIB VINCOTTE, Pierre Starquit, Inspecteur Chimiste principal à la Médecine du Travail à Charleroi, Fernand Antonioli, Permanent à la CSC Liège, Jean-Paul Van Steen, Conseiller en environnement à la CSC Bâtiment et Industrie, Yvette Denoël de la Fondation André Renard, Johan Mellemans, Chef d exploitation et de sécurité de Tecni-Asbest, Michel Vernier, ancien délégué syndical de Coverit, ex filiale d Eternit à Harmignies et Salvator Nay, Auteur du livre «Mortel amiante». - Pour leur collaboration à la rédaction : le Docteur Lopez, Médecin du Travail à MSR-Famedi pour le chapitre sur les impacts de l amiante sur la santé ; Denis Demey, Conseiller à la Centrale Générale de la FGTB, pour le chapitre sur la prévention au travail ; Myriam Gérard, Coordinatrice du projet RISE pour la CSC, pour le chapitre sur la protection des particuliers ; Alain Ghodsi, Premier Attaché à l Office wallon des déchets, pour le chapitre sur la gestion des déchets ; Laurent Vogel, chargé de recherche pour le Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité, pour le chapitre sur les dimensions économiques et politiques internationales ; Jean Barbera, Permanent à la CSC Bâtiment et Industrie de Liège, pour les conclusions ; et Pierre Mélon, ancien membre du service d études de la CSC. - Pour la coordination de la brochure : Claudio Sonda, Conseiller à la Fondation André Renard et André Blaimont - Pour la relecture : Daniel Richard, Chargé de la Communication pour la FGTB wallonne ; Julie Rigo, Coordinatrice du projet RISE pour la FGTB wallonne ; Muriel Desart, secrétariat de la FGTB wallonne ; Kris Van Eyck et Bénédicte Vellande du service entreprise de la CSC ; ainsi que Myriam Gérard, Coordinatrice du projet RISE pour la CSC. Amiante, danger mortel h remerciements

8 6 Amiante, danger mortel avant-propos Une expérience-pilote... Dès 1997, la question de l amiante faisait déjà partie des préoccupations prioritaires du Réseau Intersyndical de Sensibilisation à l Environnement (RISE). Le travail sur ce thème a débuté par une expérience-pilote dans une entreprise de désamiantage de la région liégeoise, Tecni Asbest, à l initiative des délégués syndicaux de la CSC et de la FGTB et de leurs permanents. Objectif : organiser l information et la formation des travailleurs sur l amiante et ses dangers. D emblée, un état des lieux dressé par les délégués a montré que les travailleurs de l entreprise connaissent mal la législation régissant leur activité, les procédures à respecter, les conséquences sur la santé, sur l environnement, etc. Et pour cause! À l époque, il n y avait, en Belgique, aucune obligation de formation du personnel du secteur. Au mieux, les nouveaux travailleurs recevaient une information donnée par le médecin du travail ou via la projection d une cassette vidéo. Ce déficit de formation est lourd de conséquences, non seulement pour la santé des travailleurs mais aussi pour leurs familles et pour les populations voisines des chantiers. Obtenir une formation sérieuse pour tous les travailleurs est rapidement devenu une grande priorité du projet. Les délégués et les permanents ont donc obtenu de la direction de l entreprise le feu vert pour l organisation d une formation de cinq jours. Son élaboration bénéficie du concours de la FGTB, de la CSC, des Centrales, de la direction de l entreprise, du centre de formation Clio (organisme privé de formation du groupe Watco, auquel appartient Tecni Asbest), du CNAC, du Fonds de formation de la construction et du FOREM. Cette formation est organisée à trois reprises pour l ensemble des travailleurs de Tecni Asbest, une première en Belgique! Des visites... La connaissance de toutes les facettes de la question de l amiante passe par une vision claire de la filière, de l enlèvement jusqu à l entreposage, en passant par la gestion des déchets. Les délégués et permanents participant à cette expérience-pilote ont visité plusieurs entreprises actives dans la filière, en Belgique et en France. Ils en sont revenus avec des documents, des idées et des propositions. Un colloque... Le 9 novembre 2000, un colloque sur l amiante a été organisé dans le cadre du projet RISE. Plus de 300 personnes y ont participé. Il a permis de nombreux échanges de vues et d expériences sur de multiples aspects de la problématique. Et finalement... une brochure C est en ce sens que cette brochure est le fruit d un travail de plusieurs années. Elle est la synthèse de tous les documents, observations, réflexions et questionnements issus de l expérience-pilote menée à Tecni Asbest, des visites d entreprises de la filière de l enlèvement d amiante et des interventions réalisées lors du colloque. À l origine destinée aux seuls travailleurs du désamiantage, cette publication sera finalement conçue pour être un support pour tous les délégués confrontés à un problème d amiante dans leur entreprise. Qu est-ce que l amiante? Depuis quand est-elle utilisée? Quelles en sont les principales applications? Quels sont ses effets sur la santé? Quelles sont les mesures de prévention à prendre? Quelles sont les interdictions en vigueur? Que faire en tant que particulier confronté à un problème d amiante? Comment assurer une élimination sûre des déchets? Quels sont les produits de substitution existant à l heure actuelle? Quelle est la situation des pays du Tiers monde? Voici les principales questions pour lesquelles cette brochure propose des réponses. Pour vous faciliter la tâche, un guide pratique «L amiante en un coup d œil» est encarté dans la brochure. Il rassemble les informations indispensables. Bonne lecture et bon travail. L équipe de rédaction Amiante, danger mortel h avant-propos

9 7 Amiante, danger mortel introduction Amiante, danger mortel h introduction

10 8 historique Amiante ou asbeste sont deux termes génériques qui désignent une série de silicates fibreux. L amiante est exploité depuis l antiquité pour sa propriété principale : sa très grande résistance au feu même en contact intense et prolongé avec ce dernier. L exploitation industrielle de l amiante commence au XIXème siècle. Au cours du XXème siècle, l amiante connaît un succès énorme, vu la découverte de nombreuses nouvelles propriétés et possibilités d application à faible coût. L amiante est un matériau très bon marché. Les connaissances médicales sur les risques mortels, diffusées progressivement dès 1918, n y changeront rien. En effet, dès 1900, plusieurs médecins mèneront des études et publieront des articles décrivant les affections respiratoires dont souffrent les travailleurs en contact avec cette matière. Ces études ne sortent pas du cercle confidentiel de quelques spécialistes avant Pendant ce temps-là, les produits à base d amiante s étendent aux applications acoustiques. En 1918, l administration américaine (département du travail) synthétise les informations disponibles sur la question et conclut à une surmortalité évidente liée à l amiante. Son rapport signale également que les compagnies d assurance, tant canadiennes qu américaines, refusent d assurer sur la vie les salariés travaillant dans les mines ou les usines d amiante. Dans les années 1930, une nouvelle technique se développe, celle de l amiante projeté. La projection d amiante, de ciment et d eau permet de couvrir rapidement, et à peu de frais, des surfaces importantes, y compris les plus inaccessibles. Bien que l on ne parle pas encore de «flocage», les possibilités de cette technique sont sans équivalent : application sur tous les supports (brique, pierre, métal, etc.), respect de l architecture de la structure, etc. Dans les années 1940, les États-Unis adoptent des règles plus contraignantes relatives aux incendies dans les immeubles... L amiante projeté permet de répondre à ces exigences; de plus, l amiante est, à l époque, la fibre la plus performante techniquement et la moins chère, ce qui justifie son utilisation intensive. Après-guerre, l Europe en reconstruction en fera un usage intensif. Les bâtiments agricoles et industriels se multipliant, leurs toitures seront réalisées en «fibre-ciment». Ce terme, plus neutre que celui d amiante-ciment, sera utilisé notamment pour ne pas éveiller l attention du public lorsque les premières interdictions visant l amiante seront promulguées. En France, dans les années 1970, le développement d immeubles standardisés et temporaires, notamment d écoles, implique la recherche des moindres coûts. L utilisation de matériaux à base d amiante permet d obtenir de bonnes caractéristiques techniques à un prix raisonnable. L affaire «Amisol», révélée par l action syndicale du «collectif Jussieu» et par la presse, met publiquement en évidence les risques liés à l exposition dite environnementale. Les pouvoirs publics décident de légiférer en Puis, plus rien ne se passe jusqu en Des textes sortent alors à profusion. Tant et si bien que l interdiction d employer l amiante en France est décrétée au 1er janvier La Belgique, comme d autres pays européens, a attendu l adoption de directives européennes avant de prendre les mesures réglementaires concernant la protection de l environnement et de la santé des travailleurs. Cet outil législatif s apparente à une loi-cadre complétée par des décrets d application. Dans le système législatif belge, l État fédéral est le destinataire de la directive. Pour les dispositions concernant le bienêtre au travail, compétence fédérale, la transposition de la directive dans le droit national se fait par arrêté royal. Pour les dispositions concernant la protection de l environnement, compétence régionale, la transposition se fait par décret. En 1983, l Union européenne adopte la première directive spécifique relative à l amiante. La prévention y est abordée de manière indirecte : les considérations portent sur le produit et non sur le bienêtre des travailleurs. En 1991, la directive amiante a été revue et prévoit des dispositions essentielles : valeurs limites pour tous les types d amiante, la protection et la décontamination du personnel chargé des travaux de désamiantage, la protection du personnel se trouvant à proximité des Amiante, danger mortel h introduction

11 9 travaux de désamiantage, la notification des travaux à l autorité compétente, la nature et la durée des travaux, les équipements utilisés, etc. En 1997, la directive sur les agents cancérigènes est adoptée par l Union européenne. L amiante est enfin reconnu comme substance qui provoque le cancer par inhalation. À la suite notamment de la France, un pas décisif sera franchi par la Commission, qui fera adopter le 27 juillet 1999, une directive interdisant l amiante. En Belgique, la transposition des directives à caractère social (bien-être des travailleurs) et à caractère économique (interdiction de mise sur le marché) se réalise par l adoption de différents arrêtés royaux. Seules des directives à caractère social se retrouvent désormais dans le Règlement général pour la protection du travail (R.G.P.T.) ou dans le Code sur le bien-être au travail. Cette réglementation sera détaillée au chapitre 3. Il aura fallu un siècle pour en arriver là! Mais qu adviendra-t-il des pays du sud, auprès desquels les industriels de l amiante ont trouvé les marchés de substitution lucratifs? Combien de temps mettront-ils à suivre l exemple du Brésil, qui a adopté en l an 2000 une législation exemplaire... alors qu il possède des mines d amiante? À quand l intégration dans la législation belge, mais également européenne, d une interdiction d exportation pour tous les produits interdits chez nous et en particulier l amiante? EFFETS SUR LA SANTÉ Les risques pour la santé, en cas d exposition à l amiante, ont été découverts dans les vingt années qui ont suivi la première utilisation d amiante dans une entreprise. Entre 1890 et 1895, 16 des 17 ouvriers d un atelier de tissage d amiante français décèdent. Vers 1899, 11 hommes âgés d une trentaine d années, occupés dans une fabrique d amiante textile au Royaume-Uni, meurent. Au cours des soixante premières années de l exploitation de cette fibre, l industrie de l amiante en a insuffisamment reconnu les risques. Il n est pas rare de lire des descriptions d ateliers où l on marchait dans une couche d amiante arrivant à hauteur de genoux. La première description complète de l asbestose date de En Allemagne, il faudra attendre 1938 pour que soit établi le lien entre le cancer du poumon et l exposition à l amiante. Vers 1960, la communauté scientifique se prononce de manière très claire sur cette relation de cause à effet. C est également à cette période qu un médecin du travail du chantier naval et de l atelier de construction mécanique «N.V. Koninklijke Maatschappij De Schelde» à Flessingue évoque le mésothéliome. Cette lenteur, ces retards s expliquent par un rôle très actif du lobby de l industrie de l amiante qui a tout fait pour embrouiller les débats scientifiques. Il a, notamment, promu des recherches destinées à sous-estimer les risques et a freiné les expertises scientifiques indépendantes. Amiante, danger mortel h introduction

12 10 LÉGISLATION Répartition des cas de mortalité suite à une maladie professionnelle Sur base des statistiques du Fonds des maladies professionnelles (F.M.P.), l évolution du nombre de décès liés à l amiante (pour plus de détails, voir annexe II.3.), se traduit de la façon suivante. Source : Fonds des maladies professionnelles. nombre de cas 80 Asbestose Mésothéliome Asbestose assoc. à cancer poumon Cancer poumon Affect. Bénignes 70 En 1930, l Angleterre préconisait, comme mesure de prévention contre l exposition néfaste à la poussière, les dispositions réglementaires suivantes : l aspiration au poste de travail et la ventilation des lieux de travail. La première ébauche de législation était tracée. En 1968, la British Occupational Hygiene Society (B.O.H.S.) publia une valeur limite d exposition de 2 fibres/ml sur base d une notion de dose cumulative. Celle-ci considérait qu une concentration dans l air de 2 fibres/ml pendant une durée d exposition de 50 ans (soit 100 années fibres par ml) risquait d entraîner l asbestose. Selon la B.O.H.S., la probabilité d apparition de l asbestose était de 1% de la population exposée dans les établissements d amiante textile. Cette valeur limite d exposition, reprise par le législateur britannique, sera en pratique difficile à respecter. Elle sera revue à la baisse. En Belgique, il faut attendre l arrêté royal du 15 décembre 1978 pour voir apparaître la première législation spécifique. Elle a, depuis, été maintes fois élargie, le plus souvent à la suite de directives européennes visant la protection des travailleurs. Le Danemark, l Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et la France ont décidé, avant la Belgique, d interdire l utilisation de l amiante. Cette interdiction n est décidée en Belgique qu en Au sein de l Union européenne, dans les pays où l utilisation de cette fibre n est pas encore totalement interdite, la seule sorte d amiante encore utilisée est le chrysotile, principalement pour la production d amiante-ciment. Le matériau final à base d amiante ne pose pas de problème de par sa structure physique, mais sa manipulation entraîne des opérations de nature dangereuse pour les travailleurs (retrait, transport et élimination). Par ailleurs, il faut être conscient que l interdiction ou l arrêt de l utilisation de l amiante ne garantit pas l absence de toute exposition. En effet, on trouve encore beaucoup d amiante dans des bâtiments, des machines, des installations techniques et des moyens de transport. Depuis 1968, le Health and Safety Executive britannique tient un registre de tous les cas de mésothéliome lorsque cette affection est mentionnée sur l acte années de décès. Le nombre de décès dus au mésothéliome est passé de 154 en 1968 à 1009 en Cet accroissement démontre que l exposition à l amiante a été plus importante dans les années 70 qu auparavant, et ce, malgré l évolution des connaissances et une réglementation plus stricte. De plus, on peut supposer que le nombre de décès continuera à croître à mesure que la génération actuelle vieillira. L explication de cette croissance est que la plupart des expositions ont eu lieu dans des professions qui ne faisaient (et font encore très peu, à l heure actuelle) l objet d une surveillance drastique, comme par exemple dans le secteur de la construction. Amiante, danger mortel h introduction

13 PRINCIPALES APPLICATIONS Asbeste : n. f. (gr. asbestos, inextinguible [parce que les Anciens en faisaient les mèches des lampes perpétuelles]). Silicate du genre amphibole, fibreux, inaltérable au feu, dont l amiante est la variété la plus pure. L asbestose n. f. affection pulmonaire due à l inhalation des poussières d amiante. (L asbestose entre dans le groupe des pneumoconioses.) Amiante : n. m. (gr. Amiantos, incorruptible). Silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium, à contexture fibreuse. Ce nom s applique aux fibres blanches et brillantes, les fibres teintées étant désignées sous le nom d asbeste. Ces fibres sont réfractaires et ne fondent qu au chalumeau. On en fait des fils, souvent armés par une âme de laiton, pour le tissage d étoffes incombustibles. Amiante-ciment : n. m. matériau composé d amiante et de ciment permettant la fabrication d éléments de couverture, de plaques pour revêtements extérieurs ou intérieurs, cloisonnements et plafonnages, de canalisations, etc. Il se prépare à partir du mélange d amiante et de ciment homogénéisé dans un excès d eau. Amiantose : n. f. syn. de asbestose Si pour les spécialistes l amiante est la variété la plus pure d asbeste, dans le langage courant, les deux termes sont utilisés pour définir les mêmes produits. Dans cette brochure nous utiliserons toujours le terme «amiante». Les nombreuses caractéristiques de ces fibres sont à la base de plus de 3000 utilisations dans des domaines les plus variés. Il en résulte qu un grand nombre de personnes sont susceptibles d utiliser l amiante ou des produits à base d amiante. La propriété la plus connue de l amiante est son excellente résistance au feu et à la chaleur, associée au fait que les fibres peuvent être aisément filées et tissées. Dans l antiquité grecque, on en faisait déjà des nappes et des serviettes qui, lorsqu elles étaient sales, étaient jetées au feu et en ressortaient propres et blanches! Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

14 12 12 UNE FIBRE PAS COMME LES AUTRES 1 L amiante est un nom collectif donné à quelques silicates fibreux, résistants au feu. Ces minéraux ont la capacité de se diviser en de très fines et longues fibres appelées fibrilles. Il existe différentes variétés d amiante qu on peut classer en deux groupes selon leur origine et leur structure : - Le groupe des serpentines, dont le représentant est le CHRYSOTILE ou amiante blanc (photo 1). - Le groupe des amphiboles, dont les représentants typiques sont l AMOSITE (l amiante brun) (photo 2), la CROCIDOLITE (l amiante bleu), la tremolite, l actinolite et l anthophyllite. photo 1 chrysotile photo AIB-VINCOTTE photo 2 amosite photo AIB-VINCOTTE Étant donné leurs caractéristiques physiques et chimiques intéressantes, les différentes variétés, le chrysotile, l amosite et la crocidolite, représentent plus de 99% des minerais d amiante exploités en industrie. Le chrysotile représente environ 94% de la production mondiale, la crocidolite 4% et l amosite moins de 2%. On trouve des gisements partout dans le monde (certains rochers dans les Ardennes belges en contiennent) mais les grands producteurs sont le Canada, les pays de l ex-urss ainsi que le Brésil, pour le chrysotile, et l Afrique du Sud, pour l amosite et la crocidolite. Dans ces pays extracteurs de minerai, l exploitation s effectue à ciel ouvert. L amiante constitue parfois l unique ressource naturelle de certaines régions. Ainsi au Canada, dans la région de Québec (qui possède d autres ressources naturelles), une ville porte le nom d Asbestos marquant l importance économique de ce filon. Depuis plusieurs décennies, la Belgique a importé le produit, notamment pour la fabrication d amiante-ciment (interdite depuis 1998). Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

15 13 CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATIONS DE L AMIANTE 2 Le broyage du minerai permet d en extraire les fibres d amiante afin de les utiliser en industrie. Ces fibres présentent des caractéristiques très spécifiques qui en ont fait un matériau extrêmement utilisé avant les limitations et interdictions actuelles (pour plus de détails, voir chapitre 3 - Prévention au travail). tableau 1 caractéristiques physico-chimiques et utilisation de l amiante Caractéristiques Résistance à des hautes températures Utilisation - Vêtements de protection pour les pompiers - Protection anti-feu par flocages ou plaques amiante-carton - Protection d ossatures métalliques par couche de flocage Les caractéristiques des fibres d amiante ne sont pas altérées lorsqu elles sont mélangées avec d autres produits (ciment, plâtre, etc.). On distingue deux types de produits : - Les produits contenant de l amiante lié : en général, ces produits contiennent moins de 10% de leur poids en fibres d amiante (comme les dalles et les revêtements de sol). - Les produits contenant de l amiante non lié : ces produits ont une teneur en fibres d amiante souvent supérieure à 60% de leur poids et peuvent contenir jusqu à 90% de fibres (par exemple le flocage). Haut pouvoir isolant Résistance aux acides et bases - Isolation acoustique dans des complexes omnisports, théâtres, cinémas, etc. - Calorifugeages autour de conduits et tuyauteries - Pétrochimie Le lecteur trouvera en annexe I plus de détails sur les nombreuses utilisations de l amiante et les lieux industriels, publics et domestiques, où ces produits peuvent être rencontrés. Très haute résistance électrique - Coffrets électriques Résistance à l abrasion - Matériaux de friction (patins de freins, etc.) Haut pouvoir de filtration - Filtres d amiante utilisés autrefois dans la fabrication des vins français Haut pouvoir d étanchéité - Régulation de l humidité dans des piscines et douches - Matériaux d étanchéité (joints, cordes, etc.) Facilités de mise en œuvre - Produits amiante-ciment sous forme de panneaux ondulés, tuiles, conduits, etc. - Eléments de décoration (dalles de faux plafond, tablettes de fenêtres, etc.) Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

16 14 tableau 2 les matériaux composés d amiante libre et lié Amiante libre - Flocage par tout procédé (photo 3) - Calorifugeage de tuyaux, chauffe-eau, chaudières, conduites de vapeur (photo 4) - Isolation thermique de câbles, de conduites d eau chaude - Appareillage électrique (photo 5) - Petits ustensiles de cuisine - Joints et garnitures d étanchéité - Rideaux coupe-feu (photo 6) - Filtres - Vêtements, gants - Cordes Amiante lié - Plaques ondulées, ardoises, panneaux de recouvrement de toitures (photos 7 et 8) - Plaques de façades (photo 9) - Tuyaux de descente d eau, conduits de cheminées - Panneaux de faux plafonds, cloisons et revêtements intérieurs (photos 10, 11 et 12) - Panneaux ignifuges et acoustiques - Garnitures de friction, embrayages et freins de véhicules - Dalles, tuiles - Amiante lié aux colles, mastics, peintures photo 5 Plaque d isolation thermique dans une sous-station électrique photo 6 Zone de soudage - Protection incendie photo 9 Ecole - Lieu public - Plaque d isolation thermique photo 10 Plafond - Plaque photo 3 Flocage plafond photo 7 Toiture d un bâtiment pour isolation thermique- Plaque Eternit photo 11 Plafond - Plaque d isolation bâtiment photo 4 Tuyauterie - Isolation thermique photo 8 Toiture en Eternit photo 12 Bâtiment privé - Plaque d isolation Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

17 TENEUR EN AMIANTE DES PRODUITS ET TYPES DE FIBRES Les trois types d amiante les plus couramment utilisés sont repris dans le tableau n 3 en regard de leurs diverses applications. Ce tableau donne également un aperçu de la quantité moyenne d amiante contenue dans les produits cités. tableau 3 Le chrysotile (C) est le plus utilisé. L amosite (A) est surtout utilisé dans les éléments d isolation. La crocidolite (Cr) est utilisée pour sa résistance mécanique dans les tuyaux sous pression, ou comme support de certaines matières plastiques, et pour sa tenue aux acides. La crocidolite est considérée comme l amiante le plus dangereux pour la santé mais de récentes études y associent également l amosite, surtout comparativement au chrysotile. les différents types d amiante et leur utilisation Amiante contenu dans ces produits (en % de la masse) Amiante libre Produits d amiante-ciment pour le bâtiment 5-12 C Tuyaux d amiante-ciment A-Cr Plaques isolantes A-Cr Produits isolants (y compris flocages) A-C-Cr Joints et garnitures d étanchéité C-Cr Garnitures de friction C Produits textiles C Dalles et revêtements de sol 5-8 C Type de fibres les plus souvent utilisées CHIFFRES SIGNIFICATIFS L aspect physico-chimique des différents types d amiante (forme fibreuse à l état solide) se caractérise par la présence d éléments chimiques sous forme complexe d oxydes de magnésium, de silicium, de calcium, de sodium et de fer (oxyde hydraté H 2 0). Par comparaison, le diamètre des fibres d amiante est de l ordre de 20 à 400 fois plus petit que celui d un cheveu humain (40 µm 1 ). Les autres fibres ont des diamètres plus élevés : - Fibres céramiques : 1,2 à 3 µm - Fibres de verre : 2 à 9 µm - Laine de verre : 2 à 9 µm - Nylon : 7,5 µm - Laine : 20 µm Chrysotile : diamètre 0,020 µm et longueur jusqu à 40 mm Crocidolite : diamètre 0,080 µm et longueur jusqu à 70 mm Amosite : diamètre 0,1 µm (fibre industrielle 1 à 2 µm) et longueur jusqu à 70 mm Les maladies liées à l amiante sont dues à une exposition à des fibres ayant une longueur supérieure à 3µm et un diamètre inférieur à 0,5 µm. Plastiques et boîtes d accumulateurs C-Cr Bourrages, armatures et autres (feutres, cartons, papiers, plaques filtrantes, mastics, revêtements, etc.) C 1 µm = Micronmètre = 10-6 mètre. Micron = un million d unités plus petit que le mètre. Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

18 16 Evolution de la présence d amiante dans les tissus pulmonaires (étude anglaise - Holt & Young) % de coupes histologiques avec présence d'amiante 20% 15% 10% 2.3 5% 0% TYPES D EXPOSITION AUX FIBRES D AMIANTE La probabilité de développer une maladie suite à l exposition professionnelle de l amiante varie avec la durée d exposition et la concentration de poussières dans l air. Le tabagisme n a qu un effet multiplicateur de cette probabilité (coefficient multiplié par 10). L exposition de la population aux fibres d amiante peut être classée comme suit : Exposition Classification Professionnelle C est l exposition de la population qui travaille avec l amiante, soit à l état brut, soit sous sa forme fibreuse (mineurs à l extraction, travailleurs de l industrie de transformation en produits fibreux, travailleurs du secteur du retrait de l amiante de bâtiments et/ou d équipements industriels, dans les secteurs privé et public). Une étude anglaise (Holt & Young) a démontré que, au cours des années allant de 1936 à 1966, la présence d amiante (corps asbestosiques) fut découverte dans des coupes histologiques de tissus pulmonaires de sujets décédés 2 (cf. graphique ci-dessus). Ceci démontre de manière scientifique l augmentation de la concentration en amiante dans l air ambiant durant cette période (lieu d analyse des biopsies : Londres). Para-professionnelle C est l exposition des travailleurs salariés et/ou indépendants des secteurs socio-professionnels (par exemple : chauffagistes, plombiers, électriciens, techniciens de maintenance des bâtiments, etc.). Résidentiellea C est l exposition de la population séjournant dans un bâtiment public ou privé contenant de l amiante, soit en qualité de personnel salarié, soit en qualité de citoyen. Environnementale C est l exposition de la population résidant dans le voisinage de sources naturelles d amiante, d entreprises de transformation de produits fibreux, de chantiers de retrait d amiante, d équipements urbains ayant utilisé la forme fibreuse, etc. 2 In Lauwerys, toxicologie industrielle et intoxications professionnelles, 3ème édition Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

19 17 COMMENT SAVOIR SI UN MATÉRIAU CONTIENT DE L AMIANTE? 3 L œil humain ne peut identifier les fibres d amiante. L analyse qualitative destinée à connaître le type d amiante nécessite l utilisation d un microscope électronique à transmission. En cas de doute, l employeur doit faire procéder à l analyse d un échantillon par un laboratoire agréé par le ministère de l Emploi et du Travail. Néanmoins, lors de visites de lieux et/ou d équipements suspects, il est possible d identifier les endroits où le prélèvement s avère nécessaire : - Plaques : ascenseurs, parois du local chaudières, couverture de plafond des halls industriels, poutres d un bâtiment, toitures industrielles, séparations dans des locaux de produits inflammables, etc. - Tresses : cordages, joints dilatations. - Produits bruts/associés : flocage sur plafond/poutrelle de bâtiment, équipement de calorifugeage. L analyse qui permet de déterminer la présence, même faible, d amiante dans un produit et d en préciser le type, peut être utilisée notamment dans le cadre d un inventaire. Cet inventaire des matériaux contenant de l amiante, prescrit par le Règlement général pour la protection au travail (R.G.P.T.), est une obligation de tout employeur afin de détecter un risque éventuel. Il doit être mis à jour annuellement et tenu à disposition de l inspection médicale (voir chapitre 3 - Prévention). Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

20 18 Que retenir? L amiante est un silicate (oxyde de silicium) fibreux sous la forme chimique hydratée (H20), appartenant au groupe de roches métamorphiques des SERPENTINES (chrysotile) et des AMPHIBOLES (actinolite, amosite, anthophyllite, crocidolite, trémolite), classés dans le Code sur le bien-être au travail /R.G.P.T. comme agents cancérigènes. Les risques reconnus suite à une exposition à l amiante sont liés à l inhalation de ses fibres. Ce sont leurs caractéristiques physico-chimiques qui rendent l amiante dangereux : fibres fines et longues, résistantes à la chaleur et aux produits chimiques agressifs, isolant électrique. L utilisation la plus importante des fibres d amiante a eu lieu entre 1950 et Elle est interdite en Belgique depuis 1998! Dans le bâtiment, les utilisations les plus courantes concernent le flocage, le calorifugeage, l amiante-ciment, les dalles de sols, les clapets et portes coupe-feu ainsi que les joints. Les formes les plus utilisées sont : le chrysotile, l amosite et la crocidolite. Amiante, danger mortel chapitre 1 principales applications

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A Vanhiep.nguyen@exp.com Les Services exp. Inc. Ordre de la présentation Historique de l amiante

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante 1 La prévention du risque amiante 1. Généralités 1.1 Qu est-ce que l amiante 1.2 Où trouve-t-on de l amiante 1.3 Histoire de l amiante 2.

Plus en détail

L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville

L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville L ASSOCIATION V.A.I.R. Vivre L Asthme et l Insuffisance Respiratoire (http://www.intercomsante57.fr) L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville VENDREDI 6

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Suva Division sécurité au travail Lucerne Case postale, 6002 Lucerne Fax 041 419 59 17 (commandes) www.suva.ch Identifier et manipuler

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

Le risque amiante dans les écoles

Le risque amiante dans les écoles Le risque amiante dans les écoles Robert Flamia, Inspecteur santé et sécurité au travail Karen Salibur, Conseillère de prévention académique isst@ac-creteil.fr Tél : 01 57 02 60 09 Février 2015 1 Cadre

Plus en détail

L AMIANTE. Docteur Alain BERAUD. Association Vair Nord Lorraine Terville

L AMIANTE. Docteur Alain BERAUD. Association Vair Nord Lorraine Terville L AMIANTE Docteur Alain BERAUD Association Vair Nord Lorraine Terville LA CONFERENCE HISTORIQUE AMIANTE : L ESSENTIEL... LA FIBRE PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE LES MALADIES DUES A L AMIANTE LA MALADIE

Plus en détail

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 14 mai 2012 École J.F. Kennedy École située

Plus en détail

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 Dominique Bossiroy Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 1 D. BOSSIROY Direction des Risques chroniques Cellule de Microscopie et Minéralogie Unité technique Asbeste

Plus en détail

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT L amiante De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelles sont les causes d apparition des risques? Quels sont les effets néfastes de l amiante sur la santé? La réglementation Comment

Plus en détail

l amiante dans le BÂtiment

l amiante dans le BÂtiment prévention des risques l amiante dans le BÂtiment FR 2013 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A. Avec la collaboration

Plus en détail

Chapitre IV. Le cadre législatif.

Chapitre IV. Le cadre législatif. Chapitre IV Le cadre législatif. Introduction : Les impositions légales et réglementaires en matière de désamiantage sont plutôt strictes et ce avec raison car il ne s agit pas seulement de se protéger

Plus en détail

Problématique de l amiante dans les bâtiments

Problématique de l amiante dans les bâtiments Chambre Immobilière Vaudoise Problématique de l amiante dans les bâtiments Séances d information du 11 janvier 2010 Jean-Louis Genre architecte EPIQR Rénovation Sàrl Définition de l amiante Substance minérale

Plus en détail

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir SYNTHÈSE Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir Janvier 2009 Version finale 1 Cette synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants a exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs Services de santé au travail que doivent faire Les

Plus en détail

FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT

FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir OBJECTIFS Améliorer et promouvoir la prévention et l identification des maladies liées

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Suva Division protection de la santé au poste de travail Case postale, 6002 Lucerne Fax 041 419 59 17 (commandes) www.suva.ch Identifier

Plus en détail

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA Service Externe de Prévention et de Protection GUERET François Introduction Pourquoi utiliser des F.M.A.? Auparavant, utilisation d asbeste en raison de qualités : Résistance aux hautes T et agents chimiques.

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement

Identifier et manipuler correctement Identifier et manipuler correctement les produits contenant Le travail en sécurité Qu est-ce que l amiante? L amiante désigne un groupe de fibres minérales naturelles. On en trouve à la surface du globe

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : DECHETS DE CONSTRUCTION

Formation Bâtiment Durable : DECHETS DE CONSTRUCTION Formation Bâtiment Durable : DECHETS DE CONSTRUCTION Bruxelles Environnement CHANTIERS: AMIANTE ET DECHETS DANGEREUX Evy TROGH BRUXELLES ENVIRONNEMENT IBGE, Division Autorisations et partenariats Objectifs

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE Guide de prise en charge et suivi de personnes ayant été scolarisées à proximité du «Comptoir des Minéraux et Matières Premières» à Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors de leur activité professionnelle, le ministère

Plus en détail

Travailler au contact de l amiante

Travailler au contact de l amiante Travailler au contact de l amiante 20 SOURCES D INFORMATION Décret n 20-629 du 3 juin 20 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les

Plus en détail

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan. B u r e a u d e x p e r t i s e s Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.ch B u r e a u d e x p e r t i s e s Créé en 2005 par Jean-Marc Fragnière

Plus en détail

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE TRAVAUX DE DÉCONTAMINATION ET D ENLÈVEMENT DE MATIÈRES DANGEREUSES Amiante, Vermiculite, Pyrite, Moisissures Les travaux de décontamination

Plus en détail

«L amiante: un «magic minéral»omniprésent»

«L amiante: un «magic minéral»omniprésent» D.I.E.C.C.T.E. Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de la Martinique «L amiante: un «magic minéral»omniprésent» Christian HUMBERT inspecteur du travail

Plus en détail

Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique

Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique Situation initiale Les affections liées à l amiante sont un problème à prendre au sérieux. Les fibres d amiante inhalées entraînent des affections

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Utilisations courantes de l amiante Récapitulatif des exemples illustrés sans traitement, nettoyage, avec traitement, nettoyage,

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

AMIANTE Questions-réponses

AMIANTE Questions-réponses AMIANTE Questions-réponses Questions générales 1. Qu est-ce que l amiante? C est une fibre minérale naturelle au pouvoir isolant contre la chaleur, le bruit et le feu. Elle se présente sous la forme de

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 39

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 39 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 39 HYGIENE ET SÉCURITÉ MAI 2006 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec Louise De Guire, M.D., M.Sc. Institut national de santé publique du Québec Pierre Sirois, ing., M.Sc. Commission de la santé et

Plus en détail

Législation amiante dans les milieux scolaires. Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets

Législation amiante dans les milieux scolaires. Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets Législation amiante dans les milieux scolaires Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets Différentes variétés d amiante Serpentines: Chrysotile (amiante blanc.)

Plus en détail

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pulmonaires Non cancéreuses Asbestose Fibrose pulmonaire Cancéreuses Carcinome broncho-pulmonaire Eric VAN AERDE 2 Pathologies pleurales Non

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux. CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil

AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux. CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil AMIANTE Effets sur la santé CARSAT Nord-Est L amiante, c est quoi? L amiante est un matériau - Naturel - Minéral

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384 INFORMATION AMIANTE 1. Généralités, 2. Les Matériaux, 3. Les Risques, 4. Les Effets sur la Santé, 5. La Prévention au CERN, 6. La Gestion des Travaux, 7. Votre rôle de TSO, Unité HSE - Olivier Prouteau

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Pollution du bâti - Amiante

Pollution du bâti - Amiante FEVRIER 2013 FICHE PRATIQUE Pollution du bâti - Amiante 1. Définition 2. Obligations réglementaires Gestion des ERP 3. Obligations réglementaires Cas des opérations de travaux & démolitions 4. Obligations

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique.

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique. FORMATION DES TRAVAILLEURS A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE POUR LES INTERVENTIONS SUSCEPTIBLE DE PROVOQUER L EMISSION DE FIBRES D AMIANTE DES ACTIVITES DEFINIES A L ARTICLE R.4412-139 DU CODE

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger et Dr Blaise Thorens, Suva, Médecine du travail FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ. Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ. Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail 1 FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3 µm (1 µm = 1/1000

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail

Maîtriser les risques de l amiante

Maîtriser les risques de l amiante Maîtriser les risques de l amiante Santé environnementale et santé au travail Santé publique Ontario Photo reproduite avec l aimable autorisation de l Association de santé et sécurité dans les infrastructures

Plus en détail

Porter à connaissance PADDUC. Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque.

Porter à connaissance PADDUC. Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque. Porter à connaissance PADDUC Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque Étude CETE Méditerranée BRGM pour la DREAL Corse Page

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Amiante Bussi l gny, e 28 28 b octo 2014 re

Amiante Bussi l gny, e 28 28 b octo 2014 re Amiante Bussigny, le 28 octobre 2014 Qu est-ce que l amiante? (Terme générique d'origine grecque: asbestos = éternel) L amiante est une fibre minérale naturelle. Il existe différents types d amiante damiante.

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

Dossier Technique Amiante

Dossier Technique Amiante Dossier Technique Amiante Depuis 1998 un DTA (Dostier Technique Amiante) est suivi sur le site. Il est revu tous les trois ans. Il consiste à faire un état des lieux des différentes structures composant

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Utilisations courantes de l amiante Récapitulatif des exemples illustrés sans traitement, nettoyage, avec traitement, nettoyage,

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

Qu est-ce que l amiante?

Qu est-ce que l amiante? Qu est-ce que l amiante? Avantages: Matériau avec des propriétés idéales Utilisé pour de très nombreux usages Qu est-ce que l amiante? Propriétés de l amiante: Ne brûle pas Résiste à des températures atteignant

Plus en détail

INTRODUCTION A L'AMIANTE

INTRODUCTION A L'AMIANTE INTRODUCTION A L'AMIANTE LEGISLATION ACTUELLE ET FUTURE 5 MAI 2009 Service de toxicologie de l'environnement bâti () Samuel Martignier, ingénieur en environnement 04.05.2009 - Page 1 Direction générale

Plus en détail

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT Evaluer les risques avant toute intervention, notamment le risque amiante par tout moyen approprié Informer et former le personnel d encadrement et opérateurs

Plus en détail

Fiches techniques pour les matériaux contenant de l amiante. Les flocages amiantés

Fiches techniques pour les matériaux contenant de l amiante. Les flocages amiantés Les flocages amiantés Exemple photo : Flocage sur structure métallique. Le flocage est une projection de fibres d amiante pur mélangées à un liant. Il est très friable, de couleur blanche, beige, brune

Plus en détail

GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES

GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES CONFÉRENCE AU 35 e CONGRÈS DE L AQHSST 2 MAI 2013 Par Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., Conseiller expert en préventioninspection,

Plus en détail

L'amiante dans les travaux du bâtiment. L'amiante : prévention et maîtrise des risques en présence d'amiante présentée par JF Friolet -

L'amiante dans les travaux du bâtiment. L'amiante : prévention et maîtrise des risques en présence d'amiante présentée par JF Friolet - L'amiante dans les travaux du bâtiment L'amiante : prévention et maîtrise des risques en présence d'amiante - Programme de la formation 1 Qu'est-ce que l'amiante? - 1.1 Le minéral et ses propriétés - 1.2

Plus en détail

N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 9 février 2005. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d une

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante GRAND RENDEZ-VOUS 2013 MONTRÉAL, 5 NOVEMBRE 2013 par : Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., conseiller expert en prévention-inspection, Direction

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

Conférence sur l amiante

Conférence sur l amiante Conférence sur l amiante Mardi 14 août 2012 Saint-Denis Le métier de désamianteur Pascal Grondin VP ENVIRONNEMENT Quelques rappels 1) Propriétés physico-chimiques exceptionnelles Incombustible, très résistant

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante COLLOQUE ASP MINES SEPT-ÎLES 22 OCTOBRE 2013 par: Guy Chénard, inspecteur CSST Plan de la présentation Généralités sur le nouveau règlement Section

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

1. Exposition au risque et maladies :

1. Exposition au risque et maladies : L amiante et ses risques (Sources principales : Dr Anne BRUN et Dr Brigitte LIGONNIERE / CHS / Orsay et journal «Le Moniteur») Sommaire : Risque et maladies Réglementation 1. Exposition au risque et maladies

Plus en détail

L amiante Confédération Construction 10 septembre 2009

L amiante Confédération Construction 10 septembre 2009 Confédération Construction 10 septembre 2009 Evy TROGH Division Autorisations 1 1. et ses applications 2. 3. Détermination de la classe d un chantier 4. 5. 6. amiante 7. 8. 1. 1.1. Qu est-ce que l amiante?

Plus en détail

Guide de conduite en présence d amiante

Guide de conduite en présence d amiante Guide de conduite en présence d amiante > L amiante en bref 4 > Historique 4 > Flocages* 6 > Faux plafonds* 6 > Revêtements de sol* 8 > Calorifugeages* 8 > Cartons* 10 > Joints* 10 > Revêtements de murs/plafonds*

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction AMIANTE Le rôle cancérigène de l'amiante a été établi au cours des années 1960 chez les populations

Plus en détail

Inventaire amiante du parc immobilier

Inventaire amiante du parc immobilier Inventaire amiante du parc immobilier Modèle du rapport d expertise Avril 2005 EPIQR Rénovation sàrl www.epiqr.ch Parc Scientifique de l'epfl PSE C CH 1015 Lausanne - +41 21/693.55.89 Sommaire 1.0 Responsabilités

Plus en détail

L Amiante. Législation fédérale et régionale. Sécurité - santé Gestion des déchets Autorisations environnementales. Plan de la présentation

L Amiante. Législation fédérale et régionale. Sécurité - santé Gestion des déchets Autorisations environnementales. Plan de la présentation L Amiante Législation fédérale et régionale Sécurité - santé Gestion des déchets Autorisations environnementales 14 octobre 2014 - Atelier Amiante à destination des métiers de la construction - UCM - CCW

Plus en détail

Gestion des déchets et élimination de l'amiante

Gestion des déchets et élimination de l'amiante Page 1 of 5 Gestion des déchets et élimination de l'amiante L'inventaire amiante. Inventaire d'amiante et programme de gestion (document pfd) L'élimination des déchets. En pratique Si vous avez des doutes

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris Service Hygiène Sécurité Affaire suivie par : Guy BONNET Abed MAKOUR Téléphone 01.44.07.80.51 Télécopie 01.44.07.75.19 Courriel rachysec@univ-paris1.fr L Amiante Journée des CLHS 13 décembre 2010 Introduction

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de produits en amiante-ciment à l air libre VISA DE L ITM REQUIS

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de produits en amiante-ciment à l air libre VISA DE L ITM REQUIS GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG ITM-SST 1915.1. PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de produits en amiante-ciment à l air libre VISA DE L ITM REQUIS Le présent document comporte 6 pages Sommaire Article

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

Amiante : Information et mise à jour de la réglementation

Amiante : Information et mise à jour de la réglementation Amiante : Information et mise à jour de la réglementation Septembre 2006 J-Ph DEHON-VERTENEUIL, Conseiller en prévention-ingénieur Information A.G.I. 2006 : Amiante 1 1. INTRODUCTION Amiante (n.m.) et

Plus en détail

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013 La ges durable des risques de l amiante Charleroi - Juin 2013 Contexte: l amiante en Belgique Minéral fibreux Propriétés: ininflammable et résistant à la chaleur chimiquement inerte (acides/bases) inusable

Plus en détail

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin Projet PEOPLE Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003 Discours du Commissaire Philippe Busquin Introduction : Objectifs du projet PEOPLE Parmi les activités de recherche de la Commission Européenne,

Plus en détail

Amiante, A i t Il faut en parler. Intervenant. Catherine Borghini Polier Directrice des constructions,, ingénierie, technique et sécurité du CHUV

Amiante, A i t Il faut en parler. Intervenant. Catherine Borghini Polier Directrice des constructions,, ingénierie, technique et sécurité du CHUV CHUV Direction des constructions, ingénierie et sécurité Amiante, A i t Il faut en parler I t Intervenant t Catherine Borghini Polier Directrice des constructions,, ingénierie, g, technique et sécurité

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques dans l enseignement supérieur et la recherche L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

ENJEUX ET METHODOLOGIE

ENJEUX ET METHODOLOGIE REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX ENJEUX ET METHODOLOGIE Intervenant : Hugues HARTMANN Gérant de la société Diagnostics, repérage et conseils en gestion de polluants 19, rue de la Victoire 68490 CHALAMPE

Plus en détail

En complément des mesures

En complément des mesures La Sécurité sociale au service de la prévention R381 Le risque amiante dans les industries chimiques Recommandations adoptées par le Comité technique national des Industries chimiques le 10 juin 1998.

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions Arrêté du Gouvernement wallon du 17 juillet 2003 déterminant les conditions sectorielles relatives aux chantiers d enlèvement et de décontamination de bâtiments ou d ouvrages d art contenant de l amiante

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ INSTRUCTION DE SÉCURITÉ ayant force d obligation selon SAPOCO/42 TIS Rev. Publié par : TIS-GS Date de publication : décembre 2003 Original : français Amiante Dangers et précautions Table des matières 1

Plus en détail

INVENTAIRE AMIANTE. (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983

INVENTAIRE AMIANTE. (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983 DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983 INVENTAIRE AMIANTE (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements Le Home Familial Bruxellois Appartements et Maisons - Evere Novembre 2008 FIBRECOUNT nv Page.1

Plus en détail

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire:

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: Expertises, conseils et chantiers Sylvain L Eplattenier, Maude Favre Analyses

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail