LE PROFILAGE RACIAL : MISE EN CONTEXTE ET DÉFINITION. M e Michèle Turenne, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROFILAGE RACIAL : MISE EN CONTEXTE ET DÉFINITION. M e Michèle Turenne, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification"

Transcription

1 Cat LE PROFILAGE RACIAL : MISE EN CONTEXTE ET DÉFINITION M e Michèle Turenne, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification Juin 2005

2 Document adopté à la 505 e séance de la Commission, tenue le 10 juin 2005, par sa résolution COM Michèle Morin Secrétaire de la Commission par intérim Traitement de texte : Chantal Légaré (Direction de la recherche et de la planification) Note Le présent document a été édité par la Direction des communications de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, à partir du texte officiel, en vue de répondre à des besoins pratiques.

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION DROITS EN CAUSE Droit à l égalité Autres droits protégés PROFILAGE RACIAL : FONDEMENTS ET DÉFINITIONS USUELLES Fondements Quelques définitions usuelles ÉTAT DE LA JURISPRUDENCE CANADIENNE ET QUÉBÉCOISE MESURES POUR CONTRER LE PROFILAGE RACIAL DÉFINITION DU PROFILAGE RACIAL RETENUE PAR LA COMMISSION...14

4

5 INTRODUCTION La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse 1 doit assurer, par toutes mesures appropriées, la promotion et le respect des principes contenus dans la Charte des droits et libertés de la personne. Elle assume notamment la responsabilité de faire enquête selon un mode non contradictoire, de sa propre initiative ou lorsqu une plainte lui est adressée, sur toute situation, qui lui paraît constituer un cas de discrimination 2. C est dans ce cadre que la Direction des enquêtes de la Commission a reçu ces derniers temps plusieurs plaintes invoquant des situations de discrimination ayant pour motif la race, l origine ethnique ou nationale, exercée par des personnes en situation d autorité (forme de discrimination souvent décrite comme du «profilage racial»). Un comité «aviseur» composé de professionnels issus de plusieurs directions de la Commission (Contentieux, Enquêtes, Recherche et Planification, Communications) s est réuni à quelques reprises pour discuter des dossiers en question. L urgence d adopter une définition officielle du profilage racial propre à la Commission et sur laquelle la Direction des enquêtes pourrait s appuyer s est nettement manifestée. Le présent document compte donc répondre à ce vœu en proposant une définition du profilage racial susceptible de guider, notamment, les enquêteurs dans leur travail, ceci, toutefois après avoir préalablement fait une brève revue du contexte qui prévaut en la matière Ci-après : Commission. Art. 71, L.R.Q., c. C-12, ci-après nommée Charte. Pour une étude plus exhaustive, voir : «Profilage racial» tour d horizon, Michèle Turenne, avocate, avec la collaboration de Noël Saint-Pierre, avocat, Communication présentée, le 4 juin 2004, à l atelier des communautés culturelles, dans le cadre du Congrès annuel du Barreau. Deuxième version, juillet 2004, Page 1

6 1 DROITS EN CAUSE 1.1 Droit à l égalité Le droit à l égalité est un des principes reconnus tant par les instruments juridiques internationaux que par les chartes canadienne et québécoise que l on évoque en tout premier lieu pour s objecter contre le profilage racial. À l article 7 de la Déclaration universelle des droits de l homme 4, il est inscrit : «Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.» Ce même principe est repris dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques 5 à l article 26 : «Toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi. À cet égard, la loi doit interdire toute discrimination et garantir à toutes les personnes une protection égale et efficace conte toute discrimination, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d opinion politique et de toute autre opinion, d origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.» La Charte canadienne des droits et libertés proclame à l article 15 6 : «15. (1) La loi ne fait acception de personne et s applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l âge ou les déficiences mentales ou physiques.» À l instar des principaux textes internationaux et nationaux sur les droits de la personne, la Charte des droits et libertés de la personne du Québec proclame dès son préambule : «[ ] que tous les êtres humains sont égaux en valeur et en dignité et ont droit à une égale protection de la loi». Elle édicte à l article 10 : «Toute personne a droit à la reconnaissance et à l exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l orientation sexuelle, l état civil, l âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l utilisation d un moyen pour pallier ce handicap A.G. Res. 217 A (I11), 10 décembre A.G. Res A (XXI), 16 décembre Annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada, 1982, ch. 11 (R.-U.), Partie 1. Page 2

7 Il y a discrimination lorsqu une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit.» Mentionnons aussi l article 10.1 : «Nul ne doit harceler une personne en raison de l un des motifs visés dans l article 10.» Comme nous le démontrerons tout au long de ce document, le profilage racial est une des formes que peut prendre la discrimination. De surcroît, cette atteinte au droit à l égalité a une incidence sur l exercice et le respect de plusieurs autres droits protégés par la Charte. 1.2 Autres droits protégés La dignité de la personne est généralement en cause dans les situations de discrimination, notamment de profilage racial. Rappelons la Déclaration universelle des droits de l homme 7 qui énonce dès son préambule : «Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, [...].» Le préambule du Pacte international relatif aux droits civils et politiques 8 est au même effet : «Considérant que, conformément aux principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, Reconnaissant que ces droits découlent de la dignité inhérente à la personne humaine, [...].» Quant à la Charte québécoise, elle édicte à l article 4 : «Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation.». Au Canada, la Cour suprême, par la voix de madame la juge Wilson dans l arrêt Morgentaler 9, s exprime en ces termes : «La notion de dignité humaine 10, trouve son expression dans presque tous les droits et libertés garantis par la Charte. Les individus se voient offrir le droit de choisir leur pro A.G. Rés. 217 A (III), Doc. N.U. A/810 (1948). (1976) 999 R.T.N.U R. c. Morgentaler, [1988] 1 R.C.S. 30, p Page 3

8 pre religion et leur propre philosophie de vie, de choisir qui ils fréquenteront et comment ils s exprimeront, où ils vivront et à quelle occupation ils se livreront. Ce sont tous là des exemples de la théorie fondamentale qui sous-tend la Charte, savoir que l État respectera les choix de chacun et, dans toute la mesure du possible, évitera de subordonner ces choix à toute conception particulière d une vie de bien.» Comme autres droits souvent évoqués dans un contexte de profilage racial, nous pouvons mentionner aussi le droit à la vie, à la sûreté, à l intégrité et à la liberté de sa personne 11, le droit au respect de sa vie privée 12 et plusieurs garanties juridiques et droits judiciaires PROFILAGE RACIAL : FONDEMENTS ET DÉFINITIONS USUELLES 2.1 Fondements Phénomène contesté aux États-Unis depuis les années 1970, le profilage racial se fonde sur des politiques voulant que certains genres de délits soient reliés aux individus appartenant à des groupes ethni Nos précisions : Dans cet arrêt, les commentaires relatifs au droit à la dignité (non explicitement inscrit dans la Charte canadienne) ont été élaborés dans le contexte de l analyse de l article 7 : «Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu en conformité avec les principes de justice fondamentale.» Charte canadienne, article 7, précité, note 10; Charte québécoise, article 1 : «Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu à la sûreté, à l intégrité et à la liberté de sa personne. [ ].» Charte québécoise, article 5 : «Toute personne a droit au respect de sa vie privée.» L article 8 de la Charte canadienne qui édicte : «Chacun a droit à la protection contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives» a été interprété par la jurisprudence comme comprenant le droit à la protection de la vie privée. Particulièrement, les articles 7, 8 (cités plus haut) et 9 de la Charte canadienne sont souvent évoqués : Article 9 : «Chacun a droit à la protection contre la détention ou l emprisonnement arbitraires.» Voir dans la Charte québécoise les dispositions qui peuvent s appliquer : Article 23 : «Toute personne a droit, en pleine égalité, à une audition publique et impartiale de sa cause par un tribunal indépendant et qui ne soit pas préjugé, qu il s agisse de la détermination de ses droits et obligations ou du bien-fondé de toute accusation portée contre elle. [ ].» Article 24 : «Nul ne peut être privé de sa liberté ou de ses droits, sauf pour les motifs prévus par la loi et suivant la procédure prescrite.» Article 24.1 : «Nul ne peut faire l objet de saisies, perquisitions ou fouilles abusives.» Article 25 : «Toute personne arrêtée ou détenue doit être traitée avec humanité et avec le respect dû à la personne humaine.» Article 28 : «Toute personne arrêtée ou détenue a droit d être promptement informée, dans une langue qu elle comprend, des motifs de son arrestation ou de sa détention.» Page 4

9 ques en particulier 14. Initialement, les individus étaient victimes de cette forme de discrimination dans le cadre de la lutte contre la criminalité et le trafic de stupéfiants, l «Operation Pipeline» 15. Ces règles de pratique ont été importées subséquemment au Canada dans les années 1990, suite à de la formation reçue aux États-Unis par des membres de la Gendarmerie Royale du Canada 16. Les personnes qui étaient alors généralement victimes de profilage étaient les Noirs, les Latino-Américains, les Autochtones. Toutefois, depuis le l1 septembre 2001, s ajoutent les personnes d origine arabe ou de religion musulmane 17. Force est de constater que le profilage racial peut prendre sa source de pratiques plus ou moins officielles mais aussi de lois à portée discriminatoire. Mentionnons à cet effet la Loi antiterroriste 18 qui peut avoir une incidence démesurée sur des personnes de certaines origines, notamment des pays arabes; la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés 19 qui prévoit des mesures de renvoi pour des immigrants (statut de résidence permanente) reconnus coupables de certaines infractions quelque soient le nombre Voir : ACLU of Northern California, «Operation Pipeline», Executive Summary, Task Force on Government Oversight (September 1999), Sommet sur les services policiers et les relations raciales et le profilage racial, Fondation canadienne de relations raciales, Toronto, novembre Politique fédérale américaine émanant du DEA (Drug Enforcement Administration). Cette politique a servi de fondement pour des pratiques discriminatoires de la part des forces de l ordre, notamment sur les autoroutes et les postes de douane américains pour identifier les potentiels trafiquants de stupéfiants. Voir : ACLU of Northern California, op. cit., note 14. «Operation Pipeline and Racial Profiling» (2002), 1 Criminal Reports (6 th ) 52-55; David M. TANOVICH, «Using the Charter to Stop Racial Profiling : the Development of an Equality Based Conception of Arbitrary Detention», (2002) 40 Osgoode Hall Law Journal p Voir : Emerson DOUYON, «L impact du 11 septembre sur les communautés ethnoculturelles au Canada», dans Terrorisme, droit et démocratie. Comment le Canada est-il changé après le 11 septembre?, Institut canadien d administration de la justice, Éditions Thémis, 2002, p (L.C. 2001, c. 41). Voir à ce sujet : ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN, Mémoire à propos de l examen triennal de la Loi antiterroriste, mai 2005, LIGUE DES DROITS ET LIBERTÉS, Nous ne sommes pas plus en sécurité; nous sommes moins libres, janvier 2004, numéro spécial : textes du colloque tenu les novembre 2004 : Un monde sous surveillance Sécurité, libertés civiles et démocratie à l ère de la guerre au terrorisme, volume XXIII, n 1, printemps 2005, voir particulièrement Nicole FI- LION «Tout n a pas commencé le 11 septembre 2001», «Déconstruire le discours sécuritaire pour construire un monde libéré de la misère et de la terreur», Denis BARETTE «La loi antiterroriste en bref»; François CRÉPEAU «L étranger et le droit à la justice après le 11 septembre 2001», Voir aussi : la Résolution A «Le profilage racial et l application de la loi» adoptée par le Conseil de l Association du Barreau canadien, lors de son Assemblée annuelle, à Winnipeg (MB), les 14 et 15 août 2004, Selwyn A. PIETERS, «Expanding the Boundaries of Human Rights Litigation Post 9/11, Racial-Profiling and the Impact of the Pieters Settlement», Paper prepared for the «Spinlaw Conference» (Faculty of Law, University of Toronto, and Osgoode Hall Law School, March 08, 2003). 19 L.C. 2001, c. 27 (art. 33 et suivants). Page 5

10 d années passées au Canada, leurs liens avec leur pays d origine ou l existence de liens familiaux au Canada 20. Nous ne pouvons passer sous silence que certaines études et critiques prétendent qu en fait le profilage racial serait du profilage criminel et rationnel, car selon les statistiques et les observations menées, les personnes d un groupe donné seraient plus portées à commettre certains délits 21. Heather Mac Donald écrit dans un article intitulé The Myth of Racial Profiling 22 : «The anti-profiling crusade thrives on an ignorance of policing and a willful blindness to the demographics of crime. [ ] The ultimate question in the profiling controversy is whether the disproportionate involvement of blacks and Hispanics with law enforcement reflects police racism or the consequences of disproportionate minority crime.» Or, la Commission ontarienne des droits de la personne qui a publié un rapport sur le profilage racial explique : «On a tenté de justifier le profilage racial en invoquant que les membres de certains groupes sont responsables d un nombre disproportionné de délits relativement à leur pourcentage de la population. On a cependant démontré l illogisme de cette approche : il est en fait davantage probable qu un membre du groupe majoritaire ait commis l infraction. Ainsi, disons que les membres du groupe A représentent 20 % de la population mais sont responsables de 40 % des actes criminels avec violence, et que les membres du groupe B, représentant 80 % de la population, sont responsables de 60 % des actes criminels avec violence. Il est vrai que les membres du groupe A sont responsables d un nombre disproportionné de ces actes avec violence. Cependant, si un tel acte se produit, il est encore plus probable qu il ait été commis par un membre du groupe B soit 6 chances sur 10. Il serait donc plus normal de chercher le coupable parmi les membres du groupe B. Un profil de recherche axé sur les membres du groupe A sera erroné plus de la moitié du temps.» Cela a pour effet d imposer une «double peine», d enfreindre plusieurs droits fondamentaux, tel que le droit à la vie, à la sûreté, à l intégrité et à la liberté de sa personne, en plus d avoir des répercussions discriminatoires dans la mesure où ces expulsions affectent de manière disproportionnée des individus de certaines origines ethniques ou raciales. Voir : OPEN SOCIETY JUSTICE INITIATIVE, «Discrimination raciale dans l administration de la justice», présentation au Comité des Nations Unies sur l élimination de la discrimination raciale lors de sa 65 e session, août 2004, Voir : Jeffrey GOLDBERG, «The Color of Suspicion» The New York Times Magazine (20 juin 1999), p cité dans David M. TANOVICH, «Using the Charter to Stop Racial Profiling : the Development of an Equality Based Conception of Arbitrary Detention», (2002) 40 Osgoode Hall Law Journal p City Journal, Spring 2001, vol. 11, n o 2, p. 1, COMMISSION ONTARIENNE DES DROITS DE LA PERSONNE, Un prix trop élevé : les coûts humains du profilage racial Rapport d enquête, 2003, p. 91. Voir : Tim WISE, «Racial Profiling and It s Apologists», Z Magazine mars 2002, Page 6

11 Le professeur américain Sherry F. Colb 24 commentant le profilage racial dans le contexte de la lutte au terrorisme fait la remarque suivante : «[...] It would, of course, be irrevelant if profiling were to prove as ineffective in the war on terrorism as it has been in the war on drugs [...] It may also be that terrorist from now on will consciously choose people falling outside of any profiled groups to carry out their atrocious objectives [...].» Le profilage racial est, tout compte fait, le fruit de l intolérance, de malentendus, du manque de communication interculturelle et d idées préconçues. À cet effet, les médias ont un rôle à jouer dans la perception qu a la société dans son ensemble des personnes «racisées». Par exemple Scot Wortley 25 note que : généralement, il y a une fragmentation du discours entre «nous» et «eux»; les personnes issues des groupes minoritaires sont représentées davantage comme des assaillants; le crime individuel commis par un Blanc est signalé comme une pathologie individuelle tandis que le crime individuel commis par une personne des groupes «racisés» est interprété comme un trait culturel. Cela nous amène à faire un tour d horizon des définitions existantes pour décrire le profilage racial. 2.2 Quelques définitions usuelles Aux États-Unis, la plupart des définitions actuelles du profilage racial se rattachent aux interventions, sans motif valable, des agents responsables du maintien de l ordre ou de la sécurité publique envers les individus du fait principalement de leur race ou de leur appartenance ethnique 26. L African Canadian Legal Clinic, basée à Toronto, a adopté la définition suivante : «Racial profiling is criminal profiling based on race. Racial or colour profiling refers to that phenomenon whereby certain criminal activity is attributed to an identified group in society on the basis of race or colour resulting in the targeting of individual members of Professeur à Newark au Rutgers Law School, The New Face of Racial Profiling : How Terrorism Affects the Debate, 10 octobre 2001, Scot WORTLEY, «Misrepresentation or Reality : The Depiction of Race and Crime in the Canadian Print Media», in B. SCHISSEL and C. BROOKS (Eds.), Critical Criminology in Canad: Breaking the Links Between Marginality and Condemnation, Halifax, Fernwood, 2003, Par exemple, dans Deborah RAMIREZ, Jack McDEVITT et Amy FARRELL, A Resource Guide on Racial Profiling Data Collection Systems Promising Practices and Lessons Learned, Northeastern University, 2000, on retrouvera la définition suivante : «[...] racial profiling is defined as any police-initiated action that relies on the race, ethnicity, or national origin rather than the behavior of an individual or information that leads the police to a particular individual who has been identified as being, or having been, engaged in criminal activity.» Page 7

12 that group. In this context, race is illegitimately used as a proxy for the criminality or general criminal propensity of an entire racial group.» 27 Pour la Commission ontarienne des droits de la personne, l expression profilage racial devrait : «englober toute action prise pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de protection du public qui repose sur des stéréotypes fondés sur la race, la couleur, l ethnie, la religion, le lieu d origine ou une combinaison de ces facteurs plutôt que sur un soupçon raisonnable, dans le but d isoler une personne à des fins d examen ou de traitement particulier [...] L âge et le sexe peuvent également avoir une incidence sur l expérience du profilage racial [...] [...] le profilage racial se distingue du profilage criminel, lequel ne prend pas pour base des stéréotypes, mais se fonde sur un comportement réel ou sur des renseignements relatifs à une présumée activité de la part d une personne qui répond à un certain signalement. En d autres termes, le profilage criminel diffère du profilage racial, puisque le premier découle de preuves objectives d un comportement délictueux, tandis que le second se fonde sur des présomptions stéréotypées.» 28 Au Québec, à l été 2003, suite à des rencontres avec des représentants du réseau communautaire qui ont alerté la ministre des Relations avec les citoyens et de l Immigration (MRCI, maintenant ministère de l Immigration et des communautés culturelles ou MICC), M me Michelle Courchesne, relativement aux problèmes auxquels font face plusieurs groupes ethniques dans leurs rapports avec les forces de l ordre ou des agents en autorité, celle-ci a annoncé la création d un «groupe de travail sur le profilage racial» 29. Dès les premières rencontres du «groupe de travail sur le profilage racial», les participants tout comme les représentants ministériels partent de l idée que le profilage racial existe 30 et ne constitue pas un phénomène nouveau 31, sans toutefois pouvoir en évaluer l ampleur vu l insuffisance d études récentes en Voir le site Op. cit., note 23, p. 7. La première réunion de ce groupe de travail composé de représentants du MRCI, d institutions gouvernementales et d organismes communautaires, a eu lieu le 27 octobre Depuis, sept autres rencontres ont été organisées. Vu l ampleur de la problématique, le ministère de la Sécurité publique (MSP) a été appelé dès l automne 2004 à assumer la présidence du groupe de travail de concert avec le MRCI. C est aussi la position de la Commission ontarienne des droits de la personne, rapport précité, note 23, p Voir notamment ces études publiées par la COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE : Enquête sur les allégations de discrimination dans l industrie du taxi à Montréal, 1984; Comité d enquête sur les relations entre les corps policiers et les minorités visibles et ethniques (Rapport Bellemare), Enquête sur les relations entre les corps policiers et les minorités visibles et ethniques : rapport final du Comité d enquête à la Commission des droits de la personne du Québec, 1988; Mise en application des recommandations du Rapport d enquête sur les relations entre les corps policiers et les minorités visibles et ethniques, Voir aussi : ( suite) Page 8

13 la matière 32. Les travaux de ce groupe ne seront pas paralysés pour autant. Sans tarder, il s est avéré nécessaire de se doter d un cadre conceptuel avant d aborder la question plus pragmatique des actions et mesures concrètes à prendre. 32 QUÉBEC (PROVINCE) BUREAU DU CORONER (RAPPORT YAROWSKI), Rapport du coroner suite à une enquête sur le décès de Monsieur Marcellus François survenu le 18 juillet 1991, à l Hôpital général de Montréal résultant de blessures subies lors d une opération policière du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, 1992; GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS ENTRE LES COMMUNAUTÉS NOIRES ET LE SERVICE DE POLICE DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE DE MONTRÉAL (RAPPORT CORBO), Une occasion d avancer : rapport du Groupe de travail du ministre de la Sécurité publique du Québec sur les relations entre les communautés noires et le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, 1992; Albert MALOUF, Rapport de l inspection de l administration du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, de ses activités et celles de ses membres, Ministère de la Sécurité publique, 1994; Denise HELLY, Revue des études ethniques au Québec, , INRS Centre Culture et Société, novembre 1997, préparée pour Citoyenneté et Immigration Canada et Immigration et Métropoles. Certaines études récentes ou faits tendent à démontrer l existence actuelle du profilage racial : Emerson DOUYON écrit («Groupes minoritaires et systèmes de justice», dans Dialogues sur la justice : le public, le législateur, les tribunaux et les médias, Éditions Thémis, 2002, p ) : «À l entrée du système, on trouve la police qui sélectionne les cohortes. La police au Québec est-elle raciste de par la manière d exercer un contrôle social informel dans ses relations avec les minorités [ ]? Quand on sait que la matière première sur laquelle travaille la justice pénale vient en grande partie de la police, la question paraît très pertinente.» Les personnes issues de plusieurs communautés culturelles, notamment les Noirs et les Autochtones, sont surreprésentées dans le système carcéral. À cet effet, on constate que les Noirs représentent 6,4 % des délinquants sous responsabilité fédérale alors qu ils ne composent que 2,23 % de la population totale du Canada. La situation des Autochtones est encore plus alarmante, ils représentent 16,1 % de la population carcérale fédérale alors qu ils comptent à peine pour 3,29 % de la population. Voir : MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA PROTECTION CIVILE, Aperçu statistique : Le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, décembre 2004, L explication de cet état de fait peut être multifactorielle (conditions économiques et sociales défavorables, problèmes de communication interculturelle, etc.) et l impact du profilage racial n est pas à négliger. Voir à ce sujet le rapport de l Open Society Justice Initiative (op. cit., note 20) qui fait la remarque suivante : «Lorsque des données sont disponibles, des scénarios troublants suggèrent que des minorités raciales et ethniques dans certains pays peuvent être accusées de crimes plus graves. Lorsque ces personnes sont condamnées de crimes, elles reçoivent souvent des pénalités plus sévères que d autres personnes condamnées pour le même crime.» p. 7. Notons aussi les résultats de la recherche de Léonel BERNARD «La surreprésentation des jeunes haïtiens dans le système québécois de protection de la jeunesse» (en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse, L.R.Q., c. P-34.1), Revue Intervention (numéro 120, Juillet 2004). L auteur explique : «Ainsi, pendant qu on enregistre, entre autres choses, l absence de revenu parental stable, le manque de nourriture (comme des facteurs principaux de compromission), les décisions sont motivées principalement par les mauvaises fréquentations, les gestes délinquants et l inadaptation scolaire.» p [...] «En plus d être signalés plus fréquemment que les jeunes Québécois, on constate que plus les jeunes Haïtiens pénètrent le système, plus ils cumulent des désavantages tels le retrait familial d urgence, [ ] la judiciarisation» p L auteur conclut : «[ ] entre autres, [ ] «la visibilité» du ( suite) Page 9

14 C est ainsi que s inspirant des définitions ontariennes et américaines, une définition du profilage racial proposée par la représentante de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et de quelques intervenants issus du milieu communautaire, a été retenue : «Le profilage racial désigne toute action prise par une ou des personnes d autorité à l égard d une personne ou d un groupe de personnes, pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de protection du public, qui repose sur des facteurs tels la race, la couleur, l origine ethnique ou nationale ou la religion, sans motif réel ou soupçon raisonnable, et qui a pour effet d exposer la personne à un examen ou à un traitement différentiel.» comportement des jeunes Haïtiens et les limites de pratique sociale en contexte de pauvreté [ ] semblent contribuer à la discrimination et à la stigmatisation des jeunes Haïtiens [ ]» p Voir aussi : OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA, «Zéro tolérance», (mars 2004), documentaire réalisé par Michka Saäl portant sur le profilage racial, notamment dans la région de Montréal. Entre autres, ces faits anecdotiques sont rapportés par les participants du groupe de travail : Des membres de plusieurs communautés ethniques (noire, latino-américaine, arabe et asiatique, etc.), semblent susciter des soupçons de la police par leur seule présence en soirée dans les espaces publics dans certains quartiers de Montréal; Les personnes des communautés arabes et musulmanes se sentent plus souvent harcelées, notamment par la police, depuis le 11 septembre Voir à ce sujet : Denise HELLY, «Are Muslims discriminated against in Canada Since September 2001?» In Journal of Canadian Ethnic Studies, Fall 2004; Depuis le scandale de la prostitution juvénile à Québec en 2004, les personnes issues de la communauté noire se feraient plus souvent harceler par la police; Les agents de sécurité du métro de Montréal feraient l objet de critiques de harcèlement plus ou moins systématiques à l égard de jeunes issus de minorités visibles. Soulignons aussi que le service de police de la Ville de Montréal (un des membres du groupe de travail), dans le cadre d une politique d intervention «Politique d intervention numéro 259-1, Le profilage racial et illicite» mise en vigueur le 22 mars 2004 pour prévenir et contrer le profilage racial, a retenu une définition très semblable pour les fins de ses opérations : «Le profilage racial et illicite se définit comme étant toute action initiée par des personnes en autorité à l égard d une personne ou d un groupe de personnes, pour des raisons de sécurité ou de protection du public et qui repose seulement sur des facteurs tels que la race, l origine ethnique, la couleur, la religion, la langue, la condition sociale, l âge, le sexe, le handicap, l orientation sexuelle, les convictions politiques dans le but d exposer l individu à un examen ou un traitement différentiel alors qu il n y a pas de motifs réels ou de soupçons raisonnables.» (Nos soulignés) Page 10

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Les accommodements raisonnables: soyons raisonnable!

Les accommodements raisonnables: soyons raisonnable! Les accommodements raisonnables: soyons raisonnable! Johanne Magloire Direction de la recherche, de l éducation-coopération et des communications Commission des droits de la personne et des droits de la

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires CA20061211-05 Politique sur la vérification des antécédents judicaires Adoptée par le conseil d administration du Collège Marie-de-l Incarnation le 11 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES Pages 1. Contexte

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS Activité pédagogique La Charte canadienne des droits et libertés et les droits des personnes accusées Description : Au fil de la présente activité, l élève Matière scolaire : découvrira les composantes

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

Conclusions du commissaire à l intégrité du secteur public dans le cadre d une enquête concernant des divulgations d actes répréhensibles

Conclusions du commissaire à l intégrité du secteur public dans le cadre d une enquête concernant des divulgations d actes répréhensibles Conclusions du commissaire à l intégrité du secteur public dans le cadre d une enquête concernant des divulgations d actes répréhensibles Administration de pilotage des Laurentides Rapport sur le cas Octobre

Plus en détail

Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L

Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L Université de Montréal Automne 2015 École de criminologie Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L Chargée de cours : Me Amélie St-Denis Coordonnées : amelie.st-denis@umontreal.ca et (450) 928-5125

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE. devant LA COMMISSION DE L ÉCONOMIE ET DU TRAVAIL

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE. devant LA COMMISSION DE L ÉCONOMIE ET DU TRAVAIL Cat. 2.412.5.7 NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE devant LA COMMISSION DE L ÉCONOMIE ET DU TRAVAIL à l occasion des CONSULTATIONS PARTICULIÈRES

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Projet déposé au conseil d administration Lors de sa séance du 3 juillet 2014 Gatineau (Québec) 1. OBJECTIFS La présente politique vise à instaurer

Plus en détail

LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE. Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle

LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE. Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle LE PROCESSUS DE PLAINTE RELATIF AUX MAISONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE Jane E. Meadus, B.A., LL.B. Avocate & notaire Intervenante institutionnelle INTRODUCTION En tant qu'intervenante institutionnelle au

Plus en détail

Politique numéro 38 POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE

Politique numéro 38 POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 38 POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE Adoptée le 4 mars 2009 CA-09-145-1227 L usage du genre masculin inclut le genre

Plus en détail

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne Développement de mesures de sécurité respectueuses des droits de la personne Pour obtenir de plus amples renseignements sur

Plus en détail

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Directive d orientation Objet : Infractions à l égard d un agent de la paix Date : Octobre 2015 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental.

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental. Faculté de médecine et des sciences de la santé Programme des études médicales prédoctorales PROCÉDURE L admission au doctorat en médecine des candidates ou candidats avec un «déficit fonctionnel» La formation

Plus en détail

BLOC 1 Révision BLOC 2 Révision BLOC 3 Révision v

BLOC 1  Révision BLOC 2  Révision BLOC 3  Révision v Table des matières Bloc 1 Les sources du droit pénal au Canada 1.1 Les origines et les sources du droit pénal au Canada........................... 1 1.2 Les sources constitutionnelles............................................

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM)

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Projet pilote à la Cour municipale de la Ville de Montréal d intervention multidisciplinaire pour les contrevenants souffrant de troubles mentaux

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Projet de loi C-51 : Loi sur les pouvoirs d enquête au 21 e siècle

Projet de loi C-51 : Loi sur les pouvoirs d enquête au 21 e siècle Projet de loi C-51 : Loi sur les pouvoirs d enquête au 21 e siècle Publication n o 40-3-C51-F Le 3 février 2011 Dominique Valiquet Division des affaires juridiques et législatives Service d information

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Le Conseil d Etat, saisi par le ministre de l intérieur, des questions suivantes :

Le Conseil d Etat, saisi par le ministre de l intérieur, des questions suivantes : 1 CONSEIL D ETAT Assemblée générale Séance du jeudi 17 décembre 2015 Section de l intérieur N 390867 AVIS sur la constitutionnalité et la compatibilité avec les engagements internationaux de la France

Plus en détail

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 779-904-366 et al DATE: Leu FÉVRIER2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE RICHARD STARCK,j.c.m. LA VILLE DE MONTRÉAL

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL La Politique relative à la prévention et à la gestion des situations de harcèlement au travail est entrée vigueur

Plus en détail

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire I. Introduction "Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé" (Déclaration universelle des droits de l homme, art.

Plus en détail

Projet de modifications Charte montréalais des droits et responsabilités Dossier 1110148001. Tableau comparatif Partie II Chapitre 1 Vie démocratique

Projet de modifications Charte montréalais des droits et responsabilités Dossier 1110148001. Tableau comparatif Partie II Chapitre 1 Vie démocratique Projet de modifications Charte montréalais des droits et responsabilités Dossier 1110148001 Article 16 a) : Tableau comparatif Partie II Chapitre 1 Vie démocratique promouvoir la participation publique

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 2 La personne Me Micheline Montreuil 1 Contenu La personne physique La personne morale 2 Objectifs Après la lecture du chapitre, l étudiant doit pouvoir : Différencier

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

La Charte canadienne des droits et libertés

La Charte canadienne des droits et libertés Patrimoine canadien Canadian Heritage La Charte canadienne des droits et libertés La Charte canadienne des droits et libertés Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AS-CC-livret3_Layout 1 13-01-24 9:10 AM Page 1 3 Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AOcVF février 2013 ACS 003 Pour vérifier que vous avez

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens La personne au coeur des actions de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Déclaration de services aux citoyennes et citoyens www.cdpdj.qc.ca La personne au cœur des actions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun Comité contre la torture Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun À sa trente-huitième session (A/62/44, par. 23 et 24), le Comité contre la torture a mis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les propriétaires Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale (2007-2013). Ce

Plus en détail

EFFET DIRECT DE LA CONVENTION INTERNATIONALE RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT DANS L ORDRE JURIDIQUE FRANÇAIS

EFFET DIRECT DE LA CONVENTION INTERNATIONALE RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT DANS L ORDRE JURIDIQUE FRANÇAIS DE LA CONVENTION INTERNATIONALE RELATIVE AU DROITS DE L ENFANT DANS L ORDRE JURIDIQUE FRANÇAIS Conseil d Etat Cour de cassation ARTICLE Préambule CE, 26 fév. 2003, n 248471 Article 1 : Au sens de la présente

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201 TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES................................. 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC............... 201 TITRE III - LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE...............................

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL

LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL Cat. 2.120-6.11 LES RÈGLES S APPLIQUANT À L EMPLOI DE LA LANGUE CHINOISE ET DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES COMMERCES DU QUARTIER CHINOIS DE MONTRÉAL M e Claude Girard, conseiller juridique Direction de

Plus en détail

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE Cat. 2.120-12.48 AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC)

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC) Coopérer aux enquêtes et poursuites impliquant la Cour pénale internationale : Un guide introductif destiné au personnel du système de justice pénale des États FÉVRIER 2003 Le Centre international pour

Plus en détail

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR Les ateliers d Éducaloi Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR La présentation de l atelier Ce qu'il faut savoir Durée : Niveau : Matériel requis (enseignant) : Objectifs de l activité : Environ 120

Plus en détail

PARTIE I EXPOSÉ DES FAITS

PARTIE I EXPOSÉ DES FAITS Exposé des faits MÉMOIRE AU SOUTIEN DE LA REQUÊTE EN INTERVENTION PRÉSENTÉE PAR L ASSOCIATION DES AVOCATS DE LA DÉFENSE DE MONTRÉAL (Articles 55 à 59 des Règles de la Cour suprême du Canada) PARTIE I EXPOSÉ

Plus en détail

L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE. M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification

L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE. M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification Cat. 2.113-3.11 L AFFICHAGE DES RAISONS SOCIALES ET DES MARQUES DE COMMERCE M e Pierre Bosset, conseiller juridique Direction de la recherche et de la planification Mars 1999 Document adoptéà la 439 e

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail