LA PAPILLOMATOSE LARYNGEE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PAPILLOMATOSE LARYNGEE"

Transcription

1 Année universitaire Mémoire présenté pour l obtention du Diplôme d Etudes Spécialisées d Oto-rhino-laryngologie. LA PAPILLOMATOSE LARYNGEE Mémoire présenté par Franck Jégoux soutenu le 15 mars 2002 Membres du jury Mr le Pr. BEAUVILLAIN DE MONTREUIL Mr le Pr. BEUTTER Mr le Pr. BORDURE Mr le Pr. BOURDINIERE Mr le Pr.DUBIN Mr le Pr.FONTANEL Mr le Pr. JEZEQUEL Mr le Pr. KLOSSEK Mr le Pr. LECLECH Mr le Pr. ROBIER 1

2 2

3 TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION GENERALITES HISTORIQUE DÉFINITIONS ÉPIDÉMIOLOGIE ASPECTS CLINIQUES MODES ÉVOLUTIFS HPV généralités Relation entre HPV génital et oral, transmission et contagiosité TRAITEMENTS laser microchirurgie PDT... Erreur! Signet non défini Radiothérapie Indole-3-carbinol (I3C) et ses dérivés [diindolylmethane (DIM)] interferon Immunothérapie par vaccin Antiviraux cis retinoic acid and other retinoids Injection intralésionnel du vaccin ourlien Antimétabolites Autres traitements PAPILLOMATOSES, ASSOCIATIONS ET INTERNET PRESENTATION DE LA SERIE...ERREUR! SIGNET NON DÉFINI. 4 DISCUSSION...ERREUR! SIGNET NON DÉFINI. 5 CONCLUSION...ERREUR! SIGNET NON DÉFINI. 6 BIBLIOGRAPHIE

4 1 INTRODUCTION La papillomatose laryngée est une affection récidivante d origine virale causée par HPV et responsable de lésions bénignes d allure papillomateuse pouvant toucher tout l axe respiratoire et digestif. Si elle est la lésion bénigne la plus fréquente du larynx de l enfant, cette affection survient aussi fréquemment chez l adulte. Bien qu histologiquement bénigne, cette maladie engendre un risque vital du fait de son potentiel obstructif et dégénératif. Son évolution est essentiellement marquée par les récidives de papillomes malgré les traitements itératifs aboutissant à des séquelles fonctionnelles et une frustration chirurgicale. Les problèmes posés par les papillomatoses laryngées sont étiopathogéniques et thérapeutiques. Si la responsabilité de l HPV est démontrée, les recherches récentes ont taché de préciser le rôle précis de sa pathogénicité et celui de l immunité qui en découle pour pouvoir envisager de nouveaux traitements. Le traitement du papillome repose sur des techniques aussi courantes que le laser ou la microchirurgie mais leurs modalités d application et leur place dans la prise en charge et est encore sujette à controverses. De nombreux traitements à vocation curatrice, visant l infection par l HPV, ont été proposés dans les dix dernières années avec des résultats prometteurs pour la plupart. A partir d une série de 15 cas, nous proposons de faire le point sur les avancées étiopathogéniques de cette affection et de discuter la valeur et la place des nombreux traitements proposés pour sa prise en charge. 4

5 2 GENERALITES 2.1 Historique Aux "verrues dans la gorge" décrites par Marcellus Donnalus au XVII ème siècle, Sir Morell Mackensie préféra le terme de papillomatose en L'origine virale, si elle fut évoquée dés 1923 par Ulmann, ne fut mise en évidence qu'en 1982 par Mounts et en 1983 par Batsakis. 2.2 Définitions Le papillome se définit histologiquement. Il s'agit d'une prolifération tumorale bénigne d un epithelium malpighien. En d'autres termes d'une hyperplasie papillomateuse hyperkératosique ou encore papillomatose cornée. Ils se présentent comme une expansion exophytique d un épithélium pavimenteux stratifié et kératinisé recouvrant un axe fibrovasculaire. L epithélium de surface peut présenter différents degrés d hyperplasie, de dysplasie ou de dyskératoses [1, 2]. L identification de koïlocytes (cellules vacuolées avec des inclusions cytoplasmiques claires) témoins de l infection virale est quasi-constante [2]. La papillomatose est une affection d origine virale caractérisée par de multiples papillomes récidivants. De nombreux termes sont employés pour qualifier les papillomatoses respiratoires. Selon que le critère choisi est la localisation, l âge ou le mode évolutif, on peut trouver : papillomatose orale floride, papillomatose juvénile, papillomatose juvénile de l adulte, papillomes cornés, papillomatose laryngée, papillomatose respiratoire. Chez les anglophones ces différents termes sont retrouvés et notamment: Juvenile Onset Respiratory Recurrent Papillomatosis (JORRP) qui s oppose à l Adult Onset RRP (AORRP) [3]. La terminologie classique franco- ou anglophone mélange donc des critères histologique, évolutif et d âge de survenue créant une confusion de classification. Des termes plus simples comme «Recurrent respiratory papillomatosis» [4-6] ou «papillomatose laryngée» [7] semblent parfois préférés mais sont plus fréquents chez les anglophones. 5

6 2.3 épidémiologie La papillomatose laryngée est une affection rare. Son incidence est estimée à 4,3 pour aux USA et à 3,6 pour au Danemark [5, 8]. En France, si elle prédomine encore chez l enfant, Traissac a bien montré que l incidence de la papillomatose de l adulte était en augmentation [9]. Les âges rapportés vont du premier jour de vie à 84 ans [5]. Le pic d âge chez l enfant est entre 2 et 4 ans et chez l adulte entre 20 et 40 ans. Les papillomatoses atteignent les deux sexes de façon équivalente chez l enfant mais prédominent chez l homme à partir de 30 ans. Shah et al ont retrouvé un ratio de 123 :122 chez l enfant et de 54 :14 à partir de trente ans [10]. 2.4 Aspects cliniques Tous les symptômes laryngés peuvent être des signes d appels de la présence d un ou de plusieurs papillomes laryngés. Pendant l enfance le diagnostic est réalisé devant une dyspnée, un bruit respiratoire, une dysphonie ou une simple gène laryngée ou une toux chronique. A l âge adulte c est de loin la dysphonie isolée qui prédomine. En fait la dysphonie peut révéler une toute petite lésion si elle se trouve sur les cordes vocales mais une grosse lésion peut passer inaperçue tant qu elle se tient à distance de celles-ci. L examen au miroir laryngé montre des lésions d aspect verruqueux ou papillomateux (Figure 1). Pour le diagnostic de cette lésion sessile et dont la couleur est celle de la muqueuse adjacente, l examen au miroir est moins performant que la laryngoscopie directe au fibroscope elle même moins performante que l endoscopie rigide sous anesthésie générale [11]. Cet examen doit être réalisé avec de grandes précautions pour déceler les petites lésions cachées et ne pas créer de traumatismes. Le diagnostic de petits papillomes n est pas toujours aisé, notamment lorsqu ils se situent sur la face inférieure des cordes vocales. Par ailleurs, toute irritation muqueuse doit être évitée afin de ne pas induire des lésions de papillomatose iatrogène. En effet les traumatismes de la muqueuse infectée par le virus HPV entraînent une métaplasie de celle-ci et un risque accru d apparition de papillomes [12]. 6

7 Les papillomes ne se répartissent pas de façon aléatoire mais préférentiellement au niveau des jonctions entre l épithélium squameux et l épithélium respiratoire cilié (Figure 2) et les zones de métaplasie induites par des traumatismes [4, 12]. Toutes les localisations respiratoires et digestives hautes sont possibles (Figure 3) mais le larynx est atteint dans 97,9% alors que les atteintes pulmonaires ne se voient que dans 2,5% des cas [12]. Les sites laryngés prédominants sont la margelle laryngée, la partie moyenne de la face laryngée de l épiglotte, le ventricule et la surface inférieure de la corde vocale. Ces sites sont tous des jonctions squamo-ciliaires. Ceci implique que l examen doit être particulièrement attentif dans ces zones et que tout traumatisme de ces jonctions peut se traduire par une métaplasie et donc une apparition iatrogène de papillomes [12]. Figure 1. Papillomes de l étage glottique. 7

8 Figure 2. Sites de prédilection des papillomes (D après Kashima). Nombre de Nombre total de patients par site patients Fréquence (%) Vestibule nasal Nasopharynx Palais Epiglotte Larynx Trachée Bronches Poumons Figure 3. Sites de prédilection des papillomes. Méta-analyse d après Kashima. 8

9 2.5 Modes évolutifs L évolution des papillomatoses est variable et peu prévisible. Elle est marquée à la fois par les symptômes dûs à la présence des papillomes et ceux dûs aux séquelles des interventions succéssives. Les papillomatoses laryngées peuvent évoluer sur un mode lent, donnant lieu parfois à de véritables rémissions. Toute la gravité de cette affection est liée aux formes agressives. Certains patients peuvent bénéficier de plus de 50 interventions dans leur vie avec des intervalles parfois inférieurs à un mois. Le risque obstructif est toujoèrs présent et la trachéotomie est parfois nécessaire. La papillomatose peut disséminer à tout l arbre respiratoire jusqu aux alvéoles pulmonaires. Enfin, elles peuvent évoluer vers la dégénerescence maligne. 2.6 HPV généralités Le virus HPV est un virus de petite taille à ADN. Il présente une spécificité d espèce et ne se développe qu au sein de cellules de type épithélial. L impossibilité de multiplier ce virus in vitro sur cultures de cellules n a rendu possible leur étude qu à partir des années 1970 grâce à la biologie moléculaire. La technique de détection de choix est la PCR, confirmée par hybridation par oligosonde marquée. A partir du début des années 1990, sa présence a été mise en évidence par microscopie électronique ou immunomarquages par anticorps dans différentes lésions : les condylomes acuminés (anal ou génital), les papillomes cutanés et muqueux, certains carcinomes. Il a également été mis en évidence chez des sujets sains tant au niveau génital qu au niveau laryngé [10]. Environ 90 types d HPV sont connus. Plus les numéros sont proches entre eux et plus les manifestations cliniques correspondantes sont similaires. Les deux types les plus fréquemment identifiés dans les papillomes laryngés sont les HPV 6 et 11. D autres types ont été plus rarement mis en évidence : 16 [13] et 18 [14]. La relation précise entre l HPV et l apparition des papillomes n est pas précisémment connue. L HPV est présent dans les muqueuses saines adjacentes [15, 16]. Il ne se développe que dans des celules épithéliales particulières [17]. Il semble enfin que les papillomes se développent préférentiellement aux jonctions d épithéliums stratifiés et ciliés ou sur des métaplasies, notamment induites par des traumatismes [12]. Ainsi d autres facteurs interviendraient en plus de l infection par l HPV. 9

10 La prévalence des infections des voies aeriennes à HPV est mal connue. Les études disponibles ont été réalisées chez les immunodéprimés dans d autres localisations et au niveau génital chez les femmes enceintes ou en âge de procréer Relation entre HPV génital et oral, transmission et contagiosité Dés 1956, la relation entre infection génitale maternelle et papillomatose a été suggérée. Les types 6 et11 sont les plus fréquemment rencontrés au niveau génital et sont responsables des condylomes acuminés. Cinquante pour cent des mères d enfants atteints sont porteuses de lésions papillomateuses cervicovaginales alors que seulement 25% des femmes en âge de procreer ont des prélèvements positifs [18, 19]. De l ADN viral est retrouvé dans le nasopharynx d un tiers des enfants nés de mères infectées. Ces éléments plaident en faveur d une transmission de la mère à l enfant. Cependant Puranen et al ont montré que ces enfants ne développaient pas systématiquement de papillomatose et que celle-ci peut survenir en l absence de tout symptôme ou lésion papillomateuse chez la mère [20]. Pour Shah et al seul 1% des enfants de mère infectée developpent une papillomatose [21]. Néanmoins, le nombre d enfants atteints nés par césarienne est de 0,9% [21], ce qui est bien inférieur à celui de la population générale de 9,17%. Sur une étude épidémiologique comparant une population de RRP et une population contrôle, Kashima [18] a montré que les enfants atteints de RRP étaient significativement plus fréquemment premier né, par voie naturelle, et de mère jeune que dans une population normale. Une étude de Bishai et al plaide en faveur de la césarienne systématique chez les femmes présentant des condylomes pour des raisons économiques [22]. Si cette conduite n est pas celle adoptée en France, il n en est pas moins que l existence de lésions génitales exposent à un risque accru de papillomatose respiratoire. Ces données suggèrent qu une transmission hématogène transplacentaire est également possible. Les profils épidémiologiques différents entre les papillomatoses de l enfant et de l adulte suggèrent des modes de transmission également différents [18]. Kashima et al ont montré que les adultes atteints de RRP avaient un plus grand nombre de partenaires sexuels et pratiquaient plus fréquemment des rapports oro-génitaux. Cependant Clarke et al, sur une étude prospective et comparative ont montré que l incidence croissante des papillomatoses de l adulte ne s expliquait pas par celle des rapports oro-génitaux [23]. La contagiosité aérienne de ce virus n a pas été démontrée et les papillomatoses respiratoires contrairement aux lésions 10

11 génitales, ne sont pas reconnues comme contagieuses par les groupes d information américains. Cependant Hallmo rapporte le cas d une papillomatose laryngée chez un médecin ayant traité plusieurs condylomes ano-génitaux par laser [24]. La présence d ADN d HPV a été mise en évidence dans le vaporisat obtenu lors du traitement laser de papillomes [25]. Abramson n est pas parvenu a en détecter mais la méthodologie utilisée est critiquable [26]. Une grande prudence pour l ensemble de l équipe soignante semble donc nécessaire. Par conséquent, si l infection par l HPV s explique chez l enfant, elle reste inexpliquée chez l adulte. Elle pourait être acquise pendant l adolescence ou l âge adulte ou encore correspondre à une réactivation d un virus présent depuis la naissance. 2.7 Traitements Malgré les très nombreuses thérapeutiques proposées jusqu à ce jour, le traitement des papillomatoses reste difficile. Si leur prise en charge nécessite une stratégie thérapeutique les protocoles proposés dans la littérature sont aussi nombreux que cette maladie est rare. Deux types de traitements s adressent aux papillomatoses. Les uns visent à supprimer les papillomes, dans le but de traiter les symptômes du patient ou éviter l obstruction respiratoire, tout en ménageant la fonction laryngée et en évitant les séquelles cicatricielles. Les autres sont des traitements à visée curatrice s adressant à l infection par l HPV. De très nombreux traitements ont été proposés dans l une ou l autre de ces deux optiques et certains sont même anecdotiques du fait de leurs applications sporadiques, leur effets indésirables majeurs ou leur inéfficacité. C est le cas de la cryothérapie, les corticoïdes, la podophylline, les tétracyclines, la cautérisation, le formaldéhyde, les oestrogènes, les lymùphikynes, le lévamizole, les escharotiques, la calandine, le magnésium [17, 27]. Les traitements d appoints itératifs reposant sur les exérèses des papillomes restent encore indispensables. Les plus utilisés et suscitant le plus de mises au point actuellement sont le laser, la microchirurgie et le microdébrideur, le laser-pdt. L objectif des améliorations dans ce domaine est de réduire les risques cicatriciels iatrogènes, rançon de l exérèse des papillomes. Les traitements à but curateur qui visent l infection à HPV tentent soit de diminuer l activité virale, soit d améliorer la tolérance (ie l immunité) du patient à ce virus. Les 11

12 recherches actuelles sont portées sur l Indol-3-Carbinol, l Interferon, les vaccins et les «autovaccins», les antiviraux, l acide 13-cis-rétinoïque laser Le laser est utilisé dans les papillomatoses depuis les années Le laser CO2 possède une longueur d onde de nm et transforme la lumière en énergie thermique qui permet de traiter les tissus par vaporisation de l eau qu il contiennent. L évolution technologique dans ce domaine a permit d obtenir des tailles de spot minimales, de 0,25 mm pour une focale de 400 mm et 0,16 pour une focale de 250 mm. Jusque 1988 les tailles de spots n étaient cependant pas inférieures à 0,8mm. Il peut être utilisé sur un mode de tir continu ou pulsé avec des tirs toutes les 0,01 à 0,1 secondes. Le mode pulsé évite une brûlure soutenue des tissus sous-jacents. La puissance utilisée s exprime en Watts. Plus celleci est élevée, plus l énergie, et donc la brûlure, est importante. Il semble que de faibles puissances de 1 à 3 Watts suffisent pour traiter efficacement la plupart des lésions bénignes du larynx [28]. Le laser KTP (Potassium-Titanyl-Phosphate) a été proposé. Il s utilise sur fibroscope ce qui présente l avantage de pouvoir atteindre des zones difficiles à exposer [29]. Son utilisation conjointe à un masque laryngé autorise un accès dégagé sur l endolarynx [30]. Le laser Argon a aussi été proposé avec succès [31, 32]. Il est utilisable sur fibroscope souple et permet un meilleur contrôle du saignement. Son action exclusivement superficielle le rend moins nocif pour les tissus sains avoisinants [32]. L aspiration concomitante est fortement conseillée pour ce type de laser car il semble que le nombre de cellules dans le vaporisat soit plus important [32]. Les lasers à colorants (Pump dye laser) ont été proposé en dehors du cadre de la photochimiothérapie, bien que celle-ci en soit l application principale. Ces lasers ont la propriété d émettre un faisceau de longueur d onde précise et réglable dans une certaine plage après stimulation par un autre laser (généralement l Argon) [33]. Ils nécessitent donc une source argon et une pompe à colorant (exemple : Rhodamine 6G). Deux études ont montré qu il pouvait donner, dans les papillomatoses, des résultats similaires au laser CO2 [33, 34]. Certaines études expérimentales réalisées chez le Chien semblent montrer que le laser Nd-YAG est aussi utilisable dans cette indication [35]. Il présente l avantage de passer dans une fibre optique mais provoque des destructions profondes. 12

13 Le laser CO2 est encore aujourd hui le moyen le plus utilisé dans le traitement des papillomatoses. Quatrevingt douze pour cent des ORL américains qui traitent des papillomatoses utilisent le laser CO2 [36]. L utilisation du laser nécessite des précautions anesthésiques particulières. Tout tir laser sur la sonde expose à un risque de perforation qui conduit à une fuite des gaz anesthésiques et un risque explosif. Plusieurs types de sondes peuvent être utilisées. Les sondes MLT-Tube de Mallingckrodt nécessitent la mise en place par l anesthésiste d une protection métallique Laserguard Endotracheal Protector Tube de Merocel préhumidifiée. Les sondes Laser Trach Sheridan sont déjà protégées et nécessitent la mise en place d un jersey à humidifier. Quarante-six pour cent des ORL américains qui traitent des papillomatoses par laser utilisent une intubation trachéale avec protection de type métallique [36]. Cependant des cas de combustion de sondes avec explosion ont été rapportés avec des sondes protégées par aluminium ou encore protégées trop partiellement [37-39]. Par ailleurs les protections ne sont pas équivalentes et l aluminium enveloppant les sondes peut se fragmenter et se localiser dans les bronches [40]. Néanmoins, pour tous ces cas rapportés la puissance utilisée était supérieure à 10 Watts ou les mélanges de gaz anesthésiques trop riches en oxygène. Des études comparatives suggèrent que les conditions exposant au moins de complications sont une intubation à l aide d une sonde à protection métallique préalable Xomed Laser-Shield ou Rusch et avec un mélange Hélium-Oxygène à 30% [41] microchirurgie La microchirurgie classique permet l ablation de lésions même friable comme les papillomes. Elle n expose pas à des brûlures des tissus sains et ne met pas en péril la sonde d intubation trachéale. Elle permet une certaine palpation des éléments anatomiques notamment au niveau du plan glottique. Elle présente une tendance hémorragique plus importante que le laser et ne permet pas techniquement l exérèse satisfaisante de toutes les localisations de papillomes. Le microdébrideur (Xomed Surgical Microdebrider, Xomed ) a récemment été proposé pour le traitement des papillomatoses laryngées [5, 42, 43]. L association du laser CO2 avec des techniques de microdissections classiques sont tout à fait possibles et même recommandée par certains auteurs dans cette indication [28] [44, 45]. Le laser peut permettre de coaguler les zones de sections de lésions retirées grâce à la microchirurgie. 13

14 2.7.3 Photodynamic therapy ou laser-pdt Le principe du laser PDT est ancien (1903) basé sur la fixation plus importante d un produit photosensibilisant, la DHE dihematoporphyrinether, par les cellules à développement rapide. Plusieurs modèles animaux ont montré l importante fixation de cette molécule dans les cellules cancéreuses ou les cellules infectées notamment l HPV par exemple. Une injection préalable du produit est nécessaire et celui-ci diffuse dans toutes les cellules de l organisme. Il persiste plus longtemps dans les cellules pathologiques que dans les tissus sains ou il disparaît après une période de «wash out» de 2 heures environ. L application d un laser d une longueur d onde précise de 630nm se traduit alors par une cascade de réactions d oxydation faisant intervenir le produit photosensibilisant et aboutissant à la mort cellulaire. Plusieurs lasers ont été testés dans cette application et notamment le laser à vapeur d or [46] et le laser à colorant-argon [47], ce dernier restant le plus utilisé. Son indication dans les papillomatoses date de 1986 et a reposé sur l hypothèse que les cellules infectées fixaient plus le produit que les cellules saines et qu ainsi l application de laser entraînait la mort cellulaire au sein des papillomes. On sait aujourd hui qu il agit en fait en détruisant les capillaires nourriciers des papillomes en inhibant l angiogénèse [5]. Le protocole est basé sur une injection de DHE de 3,35 à 4,25 mg/kg, 24h à 72h avant une photoactivation par un laser Argon à 630 nm de longueur d onde et à une puissance correspondante de 50 à 80 J/cm_. Une autre molécule a été récemment fait la preuve de son efficacité sur un modèle animal de papillomatose : la m-tétra-hydroxyphényl-chlorine (Foscan ) [48]. Les inconvénients du PDT reposent sur son principe même. La durée de wash-out du produit des cellules saines, s il a nettement été amélioré, reste encore de deux semaines pendant lesquelles toute exposition importante à la lumière n est pas sans conséquences. Ainsi les effets indésirables connus sont la photosensibilisation cutanée, l œdème local, les nausées et la toxicité hépatique. Par ailleurs les réactions d oxydations excessives dans les tissus sains peuvent être responsable de cancers, glaucomes, et nombreuses autres pathologies. Le protocole est donc complexe. L application du PDT nécessite l injection de DHE, une source laser (argon), une pompe à colorant (la Rhodamine 6G) et une isolation particulière de la lumière. 14

15 2.7.4 Radiothérapie Bien qu ayant été utilisée pendant de nombreuses années, la radiothérapie n est plus indiquée dans les papillomatoses. Des cas de très nette amélioration des papillomatoses grâce à la radiothérapie ont été rapportés [49]. Cependant, le recul de séries plus importantes permet aujourd hui d attester que la radiothérapie engendre un risque de dégénérescence maligne beaucoup plus imporant que la papillomatose elle même [50, 51] Indole-3-carbinol (I3C) et ses dérivés [diindolylmethane (DIM)] L I3C est un métabolite naturellement présent dans certains légumes comme les choux, les brocolis, les choux-fleurs et les choux de Bruxelles. Cette molécule induit la C2- hydroxylation du métabolisme des œstrogènes. Les œstrogènes ont un rôle dans les liaisons cellulaires, surtout au sein des papillomes [52]. Le métabolisme des œstrogènes fait intervenir deux voies distinctes et compétitives : la C2 et la C16α hydroxylation. Le métabolite C16α est actif alors que C2 n a pas d activité œstrogènique. Le ratio C2/C16α est diminué chez les femmes porteuses de néoplasie du col utérin. Par ailleurs, le taux de C16α est plus important dans les papillomes et Auborn a montré que le rapport C2/C16α est inversement proportionnel à la sévérité de la papillomatose [53]. Enfin il a été démontré que l administration de l I3C induisait favorablement le métabolisme des oestrogènes par la C2 hydroxylation. Il a été montré que l Indole-3-Carbinol (I3C) diminue le nombre de papillomes dans un modèle animal [52]. Coll et al ont débuté en 1998 une étude de phase I sur l utilisation per os d un I3C de synthèse [54]. Les résultats préliminaires montrent un arrêt du développement des papillomes dans un tiers des cas, une simple diminution dans un autre tiers, et enfin une absence de réponse clinique pour le reste des patients. Les seules complications observées sont des troubles gastro-intestinaux sans gravité. L I3C est commercialisé aux Etats-Unis par plusieurs fabricants : Theranaturals, Sigma-Aldrich et Gallard Schlesinger. Un autre produit a récemment fait son apparition : le DIM (Di-Indole-Methane) qui est un précurseur de l I3C présent dans les légumes et transformé en I3C pendant la digestion. Le DIM est disponible aux Etats-Unis depuis 2001, commercialisé par BioResponse sous le nom de Phytosorb-DIM T Cependant, à ces résultats très prometteurs s opposent des interrogations récentes sur ces produits. Depuis mai 2000 il semble qu un bon nombre de cas de déminéralisations 15

16 osseuses chez les patients traités par I3C ou par DIM aient été rapportés par la RRPF (Respiratory recurrent papillomatosis fundation). Un dépistage a déjà été conseillé à tous les enfaznts ayant bénéficié de ce traitement. Par ailleurs l I3C entraîne la formation d indolocarbazole dont le rôle pro-carcinogène est actuellement suspecté [55]. Ces produits ne sont pas disponibles en France. Par conséquent, le DIM et l I3C semblent avoir une action très positive sur les papillomatoses respiratoires, en l absence d effets indésirables à cours terme et avec un coût limité mais sont suspect de graves effets indésirables à long terme. Ils nécessitent un recul plus important interferon L αinterferon est utilisé dans cette indication depuis environ 20 ans. Il s agit d une molécule naturellement produite par l organisme. Elle possède trois modes d action [56]. Son rôle antiprolifératif repose sur sa capacité à allonger le cycle de multiplication cellulaire et ainsi retarder la croissance de certaines cellules cibles. Elle diminue aussi l expression de certains oncogènes. Son action immunomodulatrice est basée sur l augmentation de l expression des antigènes de surface des cellules se traduisant par l augmentation de la reconnaissance puis de la destruction des cellules infectées par les lymphocytes T-cytotoxiques. Elle augmente également la réponse humorale en stimulant la production d anticorps. L interferon possede enfin une action antivirale propre en diminuant la transcription des protéines virale en interférant avec le système de transcription de la cellule hôte et favorise la dégradation de l ARN viral. Parmi les différents types d interferons, l alpha-interferon leucocytaire est actuellement le plus utilisé. Les protocoles les plus répandus durent 6 mois à raison de 5 millions d unités par m_ de surface corporelle par voie sous-cutanée, tous les jours pendant 28 jours, puis 3 jours par semaines pendant 5 mois puis enfin 2 MU/m2 tous les jours, ou encore en 3 injections intramusculaires par semaine d une dose de U/Kg de poids. Certains auteurs préconisent une décroissance progressive [57]. Les effets indésirables de l interferon sont essentiellement des céphalées, nausées, fièvre transitoire après chaque injection, asthénie. Des cas de neutropénie, d élévation des enzymes hépatiques, de neurotoxicité ont été rapportés [27]. La toxicité est dose-dépendante. 16

17 Les problèmes majeurs de l interferon sont les résistances par anticorps neutralisant, et le risque d effet rebond à l arrêt du trairtement Immunothérapie par vaccin Les recherches actuelles sur des vaccins exogènes dirigés contre les virus HPV sont bien en amont de toute application clinique. Deux approches sont envisagées. La première est l élaboration de vaccins prophylactiques capables d induire une réponse anticorps au niveau de la muqueuse. La seconde serait une immunothérapie dans la quelle les vaccins auraient un rôle curatif. La limite actuelle réside dans la difficulté de transposer les modèles animaux à l homme. A côté de ces vaccins exogènes, des autovaccins ont été proposés par Shipkowitz et Holinger en 1968 [58, 59]. Le principe est basé sur la réactivation du système immunitaire par antigénothérapie à la fois tissuslaire et virale. Les antigènes proviennet d un extrait protéique obtenu à forte pression (10 T/cm_) et à basse température (-80 C) à partir des fragmebnts de p)apillomaes prélevés sous laryngoscopie directe. Le nombre d ampoules de vaccin est proportionnel au nombre de papillomes prélevés. L administration se fait par voie sous-cutanée deux fois par semaines par divers points d injection. En réalité, en dehors d une faible immunité cellulaire locale, un déficit immunitaire n a jamais pu être démontré. Des études récentes semblent montrer des activités et des taux anormaux de lymphocytes T CD8 et CD28 [60] ainsi que des anomalies des cellules NK [61]. Même si aucun passage d un individu à l autre n intervient dans leur utilisation, les normes internationales et nationales de traitement de produits humains contaminés restent probablement un frein à l application des autovaccins. C est probablement ce qui explique aussi le regain d intérêt pour des vaccins exogènes. Le le Dr John R. Neefe, annonçait dans un communiqué de presse de recherche pharmaceutique, le début d une étude pilote prospective de phase II portant sur l utilisation d un vaccin chez 30 enfants atteints de papillomatose laryngée. Cette étude consiste à injecter un vaccin anti HPV nommé HspE7 fabriqué par le laboratoire Stressgen (Stressgen Biotechnologies Corporation, CanadianOffice: # Glanford Avenue Victoria, BC Canada V8Z 4B9 Phone: (250) Toll Free: (800) 17

18 Fax: (250) ). Les résultats préliminaires sont prévus pour le courant de Antiviraux Acyclovir L acyclovir est une molécule active contre le virus Herpes Simplex et agit par l intermédiaire d une thymidine kinase codée par ce virus. Bien que l HPV ne code pas cette enzyme, l acyclovir a été proposé dans le traitement des papillomatoses avec des résultats positifs Ribavirin Cette molécule fut initialement proposée dans le traitement du HIV sans succès puis utilisée dans le traitement des infections à VRS chez l enfant. La toxicité hématologique de cette molécule est connue. Depuis 1993, plusieurs études ont testé l effet de cette molécule dans les papillomatoses [62, 63] Cidofovir (HPMPC) Le cidofovir ou (S)-1-(3-hydroxy-2-phosphonylmethoxypropyl)cytosine, est un antiviral qui présente l AMM depuis 1997 pour le traitement des rétinites pigmentaires à CMV chez les patients infectés par le HIV. Son efficacité repose sur une induction de l apoptose des cellules infectées par l HPV temps- et concentration-dépendante. Le Cidofovir est proposé par certains auteurs par voie intraveineuse mais c est surtout par injection intralésionnelle que ce traitement a récemment été utilisé. Une endoscopie est nécessaire mais aucun traitement laser n est associé. Les protocoles utilisés sont des injections de 0,2 à 0,5ml dans chaque lésion de cidofovir à 2,5 ou 4,17 mg/ml, à 2 ou 4 semaines d intervalle. Snoeck et al ont proposé ce traitement en 1998 [64]. 18

19 cis retinoic acid and other retinoids L acide 13-cis-retinoïque est un analogue de la vitamine A qui affecte la croissance cellulaire. Cette molécule possède des effets indésirables bien supérieurs à des molécules comme l Interferon par exemple. Sur 11 patients ayant bénéficié de ce traitement, seuls 3 en ont tiré un bénéfice, transitoire, et tous les patients ont présenté des effets indésirables plus ou moins graves [65, 66]. Peu d argument plaident actuellement en faveur de l acide rétinoïque dans le traitement de la papillomatose laryngée Injection intralésionnel du vaccin ourlien Récemment Pashley N. a mené une étude sur l injection intralésionnelle du vaccin contre le virus ourlien chez 49 patients (communication personnelle avec autorisation de l auteur d utiliser ces résultats qui font actuellement l objet d une publication soumise aux Archives of Otolaryngol Head and Neck Surgery). (Nigel Pashley, MD1601 East 19th Ave Denver, CO Phone: (303) , Fax: (303) A 2 ans de recul, 77,5% des patients étaient en rémission et aucun effet indésirable n a été observé. L auteur précise aussi le moindre coût par rapport à l utilisation du Cidofovir. Le recul s étend de 2 à 19 ans. Ces résultats devront cependant être confrontés à la population testée et au nombre d injections nécessaires. D autres études devront montrer la reproductibilité de ces très bons résultats Antimétabolites Les antimétabolites comme la bléomycine [67, 68], le méthotrexate [69, 70] ont été proposés et même utilisés récemment mais leur efficacité dans les papillomatoses reste plus controversée que leurs effets secondaires majeurs. 19

20 Autres traitements Il semble que le traitement du reflux gastro-oesophagien se traduit par une diminution de l agressivité de la papillomatose [71]. Une étude prospective est actuellement en cours (Bowman Gray, Winston-Salem NC)(sources RRPF) pour valider cette hypothèse. 2.8 Papillomatoses, associations et internet L International RRP Information, Service and Advocacy Center, (international RRP ISA Center) est une association-registre non lucrative formée de médecins et de malades. Les médecins à la tête de cette énorme association sont d ailleurs eux-mêmes atteints de papillomatose. Elle contient une fondation collectant des fonds destinés à financer des travaux de recherche ou soutenir des familles de malades. Un site Internet RRP Web site (rrpwebsite.org) divulgue des informations aux malades, aux médecins de toute spécialités et est remis à jour régulièrement à partir des données de Medline. Si cette information n est pas exhaustive elle représente tout de même une base de communication intéressante pour les malades. Ceux ci peuvent y trouver des conseils pour interpréter la littérature. Ainsi, à la question Should I read the research literature?, le Dr Green, responsable de l association de nombreuses communications, répond: Absolutely! But you shouldn't believe everything you read, especially abstracts. Researchers sometimes (fortunately, rarely) lie. More often, they overstate their case and fail to maintain accurate data. Une autre association, la RRP Fundation, présente les mêmes objectifs que la précédente et organise sous l étiquette International Papillomavirus Society des conférences internationales sur les papillomatoses. La 20ème conférence sur les papillomatoses se tiendra à l institut Pasteur à Paris du 4 au 9 Octobre Depuis 1995, Derkay et la RRPF ont débuté un recensement de toutes les papillomatoses des USA. L objectif est d une part de servir de référence d information pour les nouveaux malades, et d autre part de constituer un véritable registre des papillomatoses afin d appliquer avec plus de rigueurs les nouveaux protocoles thérapeutiques. 20

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

En santé au travail, les

En santé au travail, les TP 17 Risques infectieux des fumées laser : exemple des papillomavirus humains en résumé AUTEURS : S. Peyrot, G. Brochard, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales INRS Lors du traitement

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane) Dysplasie

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie Dr Cloé Hupin L endoscopie en ORL Otologie Rhinosinusologie Laryngologie Glandes salivaires Rappel anatomique : oreille Rappel anatomique : nez et sinus Rappel anatomique

Plus en détail

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement du VPH(virus papillome humain) Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement Table des matières Un message du D r André B. Lalonde, vice-président administratif

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Que sont les. inhibiteurs?

Que sont les. inhibiteurs? Que sont les inhibiteurs? TABLE DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2010 La FMH encourage la redistribution de ses publications à des

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste en dermato-vénéréologie (E) :

Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste en dermato-vénéréologie (E) : Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste en dermato-vénéréologie (E) : a) b) a) b) DERMATO-VENEREOLOGIE Art. 21 pag. 1 SECTION 9. Dermato-vénéréologie.

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives

Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives supérieures (145) M. Zanaret, J.L. Blanc, R. Giudicelli, T. Pignon et M.A. Chrestian Mai 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de la cavité

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Santé. Vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain. CSS N 8367 - révision du N 8204

Conseil Supérieur de la Santé. Vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain. CSS N 8367 - révision du N 8204 Conseil Supérieur de la Santé Vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain DECEMBRE 2007 CSS N 8367 - révision du N 8204 Conseil Supérieur de la Santé Vaccination contre les

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients Si vous avez un cancer du larynx, il y a sans doute beaucoup de questions qui vous viennent à l esprit, comme : Qu est-ce qui arrive maintenant? Quels traitements sont offerts? En quoi votre vie changera-t-elle

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail