UNIVERSITÉ,ÉGLISE,CULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ,ÉGLISE,CULTURE"

Transcription

1 Fédération Internationale des Universités Catholiques Centre de Coordination de la Recherche UNIVERSITÉ,ÉGLISE,CULTURE L Université Catholique au Moyen-Âge Actes du 4 ème Symposium Katholieke Universiteit Leuven mai

2 2

3 Centre de Coordination de la Recherche de la FIUC 21, rue d Assas, Paris Cedex 06, France Le Centre de Coordination de la Recherche P r M gr Guy-Réal Thivierge Directeur Soc. Pedro Nel Medina Varón Coordinateur scientifique M. Damien Deneuville Assistant de Recherche Mlle Montserrat Alom Bartrolí Responsable de projets

4 ISBN : Traitement de Texte M. Loïc Roche Relecture M. Loïc Roche Composition M. Loïc ROCHE Le contenu de cette publication est de la responsabilité exclusive des auteurs et n engage pas celle de la FIUC

5 CONTENTS INDICE SOMMAIRE Avant Propos Pr Pierre Hurtubise, o.m.i. page 7 Discours inaugural Pr Jacques Verger page 13 Profectus discipuli, gloria magistri L enseignement du droit canonique au Moyen-Âge Pr Laurent Mayali page 35 Les débuts du Livre de Sentences de Pierre Lombard comme manuel de théologie à l Université de Paris Pr Claire Angotti page 57 Le conflit entre séculiers et mendiants à l'université de Paris dans les années 1250 : une affaire de pouvoir? Pr Jacques Verger page 125 Charters as sources for the history of the foundation of the University of Leuven, Prof. Marc Nelissen page 141 The Universities and the Great Councils in the 15 th Century. Theology and Canon Law and the effects of Learning in the Crisis of the Late Medieval Church Prof. Juergen Miethke page 161 5

6 Commenter Aristote au XV e siècle Typologie de quelques commentaires parisiens des années Pr Paul Bakker page 187 Frère Thomas d Aquin, universitaire Pr Adriano Oliva, o.p. page 233 Ramon Llull y los Studia linguarum Prof. Ignasi Roviró Alemany page 269 Les matricules universitaires et le statut des Clercs à l université médiévale et seiziémiste Pr Hilde De Ridder-Symoens page 321 The Monastic Orders at the Medieval University of Paris: a Prosopographical Analysis Prof. Thomas Sullivan, o.s.b. page 345 La vie religieuse des universitaires parisiens au Moyen-Âge Pr Nathalie Gorochov page 377 6

7 Avant-Propos Pr Pierre Hurtubise, o.m.i Université Saint-Paul, Ottawa, Canada Les textes contenus dans le présent volume forment les Actes du symposium tenu à Leuven du 11 au 14 mai 2005 dans le cadre du projet : Université, Église, Culture mis sur pied il y a une dizaine d années par le Centre de coordination de la recherche de la FIUC, projet portant sur l histoire de l université catholique depuis ses débuts jusqu à nos jours. Ce symposium était de fait le dernier d une série de quatre, les trois premiers ayant eu lieu à Ottawa (1999), Paris (2001) et Mexico (2003). Dans la logique du plan adopté au départ, à savoir : partir de la situation présente pour remonter ensuite dans le temps, il avait été décidé que ledit symposium se fixerait comme horizon la période médiévale, c est-à-dire celle qui, à partir du XII e siècle, avait vu prendre forme l institution qui allait s appeler par la suite : université. Période relativement mieux connue que certaines plus récentes en raison du nombre considérable de travaux, et de travaux de qualité publiés depuis les cinquante dernières années surtout par plus d un spécialiste en la matière dont certains - et non des moindres - présents au symposium de Leuven et dont on trouvera plus loin les contributions. Qu on nous permette de signaler tout particulièrement ici celle du professeur Jacques Verger paraissant en tête d ouvrage et qui brosse de main de maître un tableau d ensemble de ce qu était l université médiévale dans ses rapports avec l Église, la société et la culture du temps, tableau qui permet de mieux situer les diverses facettes de la réalité universitaire dont il sera question dans le présent volume. 7

8 Ayant opté, comme cela avait été le cas à Paris et Mexico, pour une approche plutôt thématique, les organisateurs du symposium de Leuven avaient choisi de privilégier les quatre axes suivants : 1) l université, lieu d élaboration et de transmission des savoirs; 2) l université, lieu d affrontement des pouvoirs; 3) l université, lieu de rencontre des cultures et finalement 4) l université, institution d Église. Le premier axe regroupe deux contributions portant sur l enseignement de la théologie et du droit canonique. Claire Angotti montre à partir de l examen systématique d une riche série de manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale de France comment le Livre des Sentences de Pierre Lombard a fini par s imposer au XIII e siècle comme manuel d enseignement, à Paris tout d abord, puis dans l ensemble du réseau universitaire européen. Le professeur Laurent Mayali, pour sa part, s intéresse à l enseignement du droit canonique, discipline qui à l époque attirait grand nombre d étudiants aspirant à une carrière d Église à la hauteur de leurs ambitions. Il illustre à partir de l exemple d un certain nombre de maîtres, commentateurs des Décrétales, mais surtout de Gratien qui était au droit canonique ce que Pierre Lombard était à la théologie, comment étaient formés les canonistes du temps et comment surtout leurs maîtres visaient à leur transmettre, au-delà d un certain nombre de connaissances et de règles techniques indispensables, une vision de la société chrétienne inspirée de la scientia canonica. Le deuxième axe est composé de trois exposés illustrant, chacun, un aspect ou l autre des tensions que l université vit à la même époque aussi bien à l interne qu à l externe. Jacques Verger jette un regard neuf sur le conflit opposant séculiers et réguliers à l Université de Paris au milieu du XIII e siècle. Il montre en particulier qu au-delà des rivalités traditionnelles existant entre ces deux groupes, l enjeu majeur en était peut-être un de pouvoir, de pouvoir incarné par le pape, d une part, le roi, de l autre, tous deux estimant avoir autorité sur l Université. Marc Nelissen s intéresse, quant à lui, aux rapports 8

9 existant entre l Université de Louvain et le Saint-Siège au XV e siècle, rapports vus à travers toute une série de documents pontificaux relatifs à la fondation de l Université par le pape Martin V en On y constate que ces rapports sont plus complexes qu il n y paraît au premier abord et que surtout ils impliquent toute une série d intermédiaires intéressés représentant les autorités aussi bien laïques qu ecclésiastiques de Louvain. Élargissant la perspective, le professeur Miethke montre à travers l exemple des grands conciles du XV e siècle (Pise, Constance, Bâle), à quel point universités et universitaires pouvaient en temps de crise faire la démonstration de l utilité «politique» et «sociale» de leur savoir et, par le fait même, convaincre les autorités civiles et religieuses dont lesdites universités dépendaient de l importance du rôle d experts et de conseillers que leurs professeurs étaient à même de jouer auprès d elles. L auteur se demande par ailleurs si la multiplication des universités à partir de la fin du XIV e siècle ne serait pas le résultat de cette prise de conscience de la part des autorités en question. Le troisième axe portant sur la rencontre des cultures et des savoirs met en scène trois personnages ayant eu, mais de façon fort différente, un impact sur l évolution de l université à l époque. Le professeur Paul Bakker s intéresse à l influence d Aristote sur l enseignement de la philosophie, notamment à l Université de Paris, mais pour une période jusqu ici peu étudiée : le XV e siècle. À travers quatre commentaires datant des années , il fait voir les liens rattachant leurs auteurs aux traditions philosophiques des XIII e et XIV e siècles et montre comment ces mêmes auteurs posaient et résolvaient le problème des rapports existant entre philosophie et théologie. Le frère Adriano Oliva, dominicain, nous présente, quant à lui, son lointain confrère, Thomas d Aquin, illustre théologien et, lui aussi, commentateur d Aristote, mais vu à partir d un angle inhabituel, soit celui de l universitaire au sens plein de ce terme, c est-à-dire non plus seulement le professeur et le chercheur, mais le directeur d études, le polémiste et le prédicateur. Ce qui nous vaut, entre autres, de très beaux 9

10 passages tirés des sermons de saint Thomas aux étudiants parisiens. Tout autre le personnage que nous fait connaître le professeur Rovinó Alemany. Car Ramon Llull ( ) n est d aucune façon un universitaire : il est plutôt un homme d action et, tout laïc qu il soit, un homme d action hanté par un projet missionnaire, soit la conversion des musulmans qu il a connus à Majorque où il est né. Projet qui l amène à préconiser la création d écoles ou de chaires universitaires où se ferait l apprentissage d un certain nombre de langues orientales, notamment celles parlées en terre musulmane. Le professeur Alemany admet que Llull ne rencontra que peu de succès dans ses nombreuses démarches auprès des papes, princes, voire universités du temps, mais souligne le fait que le temps allait tout de même finir par lui donner raison. Le quatrième axe centré plutôt sur les personnes, en particulier les clercs et religieux formant le gros des effectifs universitaires au Moyen-Âge, regroupe trois contributions s intéressant, l une, à la notion de clerc (clericus), notion ambiguë, mais néanmoins capitale pour comprendre le caractère particulier de l université à l époque, la seconde, à la présence des ordres monastiques à l Université de Paris et, la dernière, à la vie religieuse des étudiants parisiens à la même époque. On aura vite constaté que la professeure Hilde de Ridder- Symoens, le frère Thomas Sullivan et Natalie Gorochov nous ont fourni sur chacun de ces sujets des textes d un grand intérêt et, par bien des côtés, novateurs, textes qui, il faut le souhaiter, serviront d amorce à des recherches encore plus poussées sur chacun des sujets en question. Au terme de cette trop succincte présentation du contenu du présent volume, il ne nous reste plus qu à remercier les onze auteurs y figurant et à souhaiter bonne et fructueuse lecture à ceux et celles qui auront le privilège de parcourir le bel ensemble de textes qu ils nous ont laissés. 10

11 Toute notre gratitude également à Mgr Guy-Réal Thivierge, Secrétaire général de la FIUC et à ses dévoués collaborateurs et collaboratrices qui se sont chargés de l organisation du symposium et aux membres du Comité scientifique qui durant quelque deux années ont travaillé à sa préparation. Enfin, un merci tout spécial à l Université de Leuven, en particulier à son vice-recteur devenu depuis recteur, le professeur Marc Vervenne, de même qu au professeur Jan Roegiers, chargé de l organisation locale, pour l accueil «princier» reçu de leur part et pour les nombreux services rendus tout au long de notre rencontre, une rencontre marquant on ne peut plus magnifiquement la fin de la présente série de symposia inaugurée à Ottawa en Cette dernière aura-t-elle une suite? Il est permis de l espérer dans l intérêt des institutions membres de la FIUC, mais également de l ensemble du monde universitaire. Pierre Hurtubise Directeur du projet 11

12 12

13 Conférence Inaugurale Pr Jacques Verger Université de Paris IV, France Ouvrant le symposium de Paris en 2003, Gérard Cholvy avait mis en exergue à son intervention cette formule de M gr Baudrillart : «La question des universités catholiques est née au XIX e siècle» 1. Ce rappel n'a pas empêché la FIUC de consacrer le symposium suivant, organisé à Louvain en mai 2005, au Moyen-Âge. Mais il nous oblige à nous poser, à titre préliminaire, la question : y a-t-il un sens à parler d'«universités catholiques» pour la période médiévale, c'est-à-dire pour une période où non seulement toutes les universités étaient, à l'évidence, «catholiques» mais où la société elle-même était chrétienne de manière, pourrait-on dire, totalitaire et où il n'y avait de place ni pour la diversité confessionnelle, ni pour l'indifférence religieuse ou l'athéisme, ni même pour ce que nous appelons aujourd'hui la laïcité. On pourrait se débarrasser à peu de frais de la question en disant simplement que l'«histoire des universités catholiques au Moyen-Âge» s'identifie tout simplement à l'histoire des universités européennes en général à cette époque et renvoyer aux nombreux travaux qui leur ont déjà été consacrés 2. Mais on peut aussi penser qu'il vaut la peine de s'interroger sur ce qu'a signifié, pour les universités médiévales, le fait d'être des institutions d'église, immergées dans une société unanimement chrétienne, tout en possédant - n'est-ce pas la définition même de l'université? - une certaine autonomie et en poursuivant au premier chef les fins spécifiques, intellectuelles et sociales, qu'elles s'étaient à elles-mêmes assignées. C'est à cerner les implications générales de cette problématique, 13

14 dont des illustrations particulières seront ensuite fournies par les diverses contributions réunies dans ce volume, que sera consacré ce texte inaugural. L'université médiévale institution d'église Toutes les universités médiévales, à l'exception - et encore! - de celle de Naples 3, peuvent légitimement être considérées comme des institutions d'église. Fondées ou confirmées par une bulle pontificale, elles étaient régies par le droit canon et tous leurs membres relevaient de ce même droit canon, même si tous n'étaient pas, à proprement parler, des clercs 4. Ceci dit, l'université est apparue relativement tard par rapport aux autres institutions ecclésiastiques. Au même titre que les Ordres mendiants et l'inquisition, avec qui, on le verra, elle entretenait de multiples rapports, elle ne date que du XIII e siècle. Son émergence a donc été directement liée, du point de vue institutionnel, au triomphe de la papauté «théocratique» incarnée par Innocent III et ses successeurs immédiats. Les universités médiévales n'étaient pas seulement des universités catholiques, c'étaient des universités pontificales qui devaient à la faveur du Saint-Siège, outre leur existence même, leurs principaux privilèges, leur statut juridique et leur position dans la société et le monde chrétien de leur temps 5. La fameuse bulle Parens scientiarum octroyée le 13 avril 1231 par le pape Grégoire IX aux maîtres et écoliers de Paris est sans doute l'expression la plus parfaite de la nature essentiellement pontificale de l'institution universitaire et des multiples implications - religieuses, intellectuelles, sociales - de cette situation 6. Certes, les textes canoniques spécifiant ces implications autour des notions de studium generale et de licentia ubique docendi mettront encore quelques années avant d'être tous publiés et intégrés au Corpus iuris canonici 7 mais, si on veut bien éviter les pièges d'un juridisme étroit, il est clair que c'est dès le tout début du XIII e siècle qu'un lien non seulement étroit mais constitutif a existé entre la papauté et les pre- 14

15 mières universités qui naissent alors à Paris, Bologne, Oxford ou Montpellier 8. Ceci dit, une bulle pontificale ne suffisait pas pour créer une université ex nihilo et, en fait, il apparait que, sauf à risquer de rester lettre morte 9, l'initiative du souverain pontife devait s'appuyer sur une réalité préexistante, à la fois sociale et institutionnelle. Réalité sociale, en ce qu'il fallait généralement, pour faire effectivement démarrer l'enseignement, un groupe déjà constitué de magistri et de scolares, parfois laïcs (comme les juristes de Bologne ou les médecins de Montpellier), plus souvent clercs, dont la papauté jugeait désormais opportun de reconnaître officiellement l'existence et de favoriser l'activité en les plaçant sous sa protection directe, en les dotant de statuts et de privilèges. Réalité institutionnelle aussi, effective ou au moins virtuelle, en ce sens que l'église disposait depuis longtemps d'un cadre juridique pour encadrer les activités d'enseignement, à savoir l'école cathédrale. Quelques-unes des universités érigées par la papauté au XIII e ou XIV e siècle l'ont été sur la base d'écoles cathédrales préexistantes et actives (ainsi à Salamanque, Orléans, Angers, etc.). Ailleurs, il est vrai, l'école cathédrale n'existait pas (Bologne, Oxford, Cambridge, Montpellier) ou est restée en marge de la fondation nouvelle (Paris, Toulouse), mais il n'en demeure pas moins que l'évêque du lieu ou son écolâtre aurait eu, au moins potentiellement, vocation à prendre en charge cette fondation dans le cadre du diocèse. Autrement dit, la création des premières universités sous l'égide de la papauté a quelquefois eu pour effet de faire entrer dans le giron de l'église des magistri et des scolares initialement apparus en dehors d'elle, mais elle a plus sûrement encore abouti au dessaisissement de fait de l'autorité épiscopale ordinaire d'une de ses prérogatives les mieux établies - la supervision des écoles -, dessaisissement qui n'a pas 15

16 été, naturellement, sans protestations ni résistances, dont témoignent par exemple les efforts persistants des évêques de Paris et des chanceliers de Notre-Dame pour empêcher l'émancipation de l'université et maintenir l'ensemble des écoles parisiennes sous leur contrôle direct. Ceci dit, si on examine de plus près les situations concrètes, on s'aperçoit que ce dessaisissement des autorités ecclésiastiques locales n'a pas été total et que le caractère pontifical de l'institution universitaire, quoique fortement affirmé dans les textes, restait bien souvent quelque peu lointain et théorique. Plus que de dessaisissement, il faudrait sans doute parler de compromis. Car c'est bien à ces autorités locales que la papauté a délégué l'exercice courant de son pouvoir. Certes, quand ils interviennent dans les affaires de l'université, l'évêque, l'écolâtre ou le chancelier le font désormais, en théorie, non plus au titre de leurs droits ordinaires traditionnels, mais au nom du pape et dans les limites fixées par celui-ci à sa délégation de pouvoir 10 ; certes, ils pouvaient toujours se voir désavoués ou contraints par une nouvelle bulle pontificale (elle-même obtenue par l'université directement de Rome) ou par un légat pontifical agissant sur place au nom du souverain pontife. Mais dans la pratique quotidienne, surtout en dehors des phases de crise et des centres majeurs (comme Paris), ces interventions directes de l'autorité suprême restaient rares ; en fait, les autorités locales ont conservé l'essentiel de leur rôle et l'université elle-même trouvait son compte à maintenir des liens étroits avec l'évêque et son chapitre, ainsi qu'avec les autres églises et abbayes du diocèse ; l'usage des bâtiments cathédraux ou conventuels, l'accès aux prébendes locales, la protection quotidienne contre les mille tracasseries des pouvoirs laïcs étaient à ce prix. En d'autres termes, beaucoup d'universités, malgré leur caractère affiché de studia generalia pontificaux, ont longtemps gardé quelque chose d'écoles cathédrales un peu émancipées mais toujours bien insérées dans le jeu des réseaux locaux de solidarité et d'influence 11. Protection et garantie pontificales d'un côté, bonnes relations avec les églises locales de l'autre, les universités médiévales avaient besoin 16

17 de cette double base, non dépourvue d'ambiguïté, pour assumer, vaille que vaille, leur statut d'institutions d'église. Il est remarquable que ce statut, pour des raisons à la fois idéologiques et sociales sur lesquelles nous reviendrons, n'a jamais été remis en cause par les universitaires eux-mêmes avant la fin du Moyen-Âge. Il est clair qu'ils y trouvaient leur intérêt, pour ne pas dire leur légitimité. Mais, en même temps, ils étaient soucieux d'affirmer et de défendre l'autonomie - la libertas scolastica - qui était l'essence même de l'institution universitaire 12. Ne revenons pas longuement sur la définition de cette autonomie 13 : exercice de la potestas statuendi et droit d'exiger de ses membres un serment d'obéissance aux statuts ainsi définis de l'institution, liberté de choix dans le recrutement des élèves et la cooptation des maîtres, liberté dans l'organisation de l'enseignement et des examens, autorité disciplinaire sur les membres et suppôts de l'universitas. À l'évidence, cette autonomie était aisément opposable aux autorités ecclésiastiques locales en cas de litige ou de conflit. Mais l'était-elle à Rome, qui en était la source même et la garantie? Dès le milieu du XIII e siècle, sinon plus tôt, il apparut, spécialement à Paris, que l'autonomie universitaire était, à cet égard, fortement menacée sur deux points. D'abord, la maîtrise du recrutement (des élèves et des maîtres) : plus encore que les efforts persistants des chanceliers pour peser sur les jurys d'examen 14, l'expérience cruciale fut ici l'intervention vigoureuse de la papauté pour imposer à l'université d'accepter en son sein les écoles des ordres religieux qui faisaient pourtant passer la fidélité à leur Règle et à leurs visées pastorales propres avant le respect des statuts et des nécessaires solidarités universitaires

18 Ensuite, le contenu même des enseignements, dont la liberté se trouva très vite entravée par le strict contrôle de leur orthodoxie ; que la censure ait souvent pris à l'université la forme sournoise de l'autocensure, ne change rien à la réalité de cette contrainte brutale 16. On en dirait autant du problème de la réforme. Au libre exercice de la potestas statuendi se substituèrent bientôt des «réformations» plus ou moins autoritairement imposées par des légats pontificaux, fût-ce avec la connivence de certaines factions professorales 17. Encore restons-nous là au sein de l'église où personne, semble-t-il, à partir des années 1230, n'a remis en cause l'existence même de l'université, même si on en malmenait parfois les privilèges et l'autonomie. Plus sérieuses, du point de vue qui nous occupe ici, pourraient sembler les sollicitations et les pressions dont les universités ont été l'objet de la part des pouvoirs laïcs, royaux, princiers ou urbains, de manière toujous plus insistante au fur et à mesure que l'on approche de la fin du Moyen-Âge 18. Les pressions des pouvoirs laïcs ont porté spécialement sur deux points. D'abord, précisément, le caractère pontifical et donc «supranational» des universités, qui se traduisait par la portée universelle de leurs privilèges et immunités, la validité également universelle de leurs diplômes ( licentia ubique docendi ), l'ouverture de leur recrutement à tous les fidèles sans acception d'origine. À cet universalisme chrétien, les souverains qui, au même moment, renforçaient d'ailleurs leurs moyens de contrôle sur leurs Églises nationales (naissance du gallicanisme et de l'anglicanisme), opposaient leur volonté d'intégrer les universités dans le cadre juridique et politique de leur royaume, tendant à les soumettre à la règle judiciaire et fiscale commune et à limiter la mobilité géographique des étudiants, en freinant aussi bien l'expatriation des régnicoles que l'afflux des étrangers

19 Second point de friction, qui ressort clairement des chartes princières de fondation des nouvelles universités, les finalités mêmes de l'enseignement ; aux visées doctrinales et pastorales traditionnelles viennent s'ajouter, sinon se substituer, des objectifs ouvertement politiques : contribuer à la prospérité du royaume et à la bonne marche de l'état en fournissant aux princes des conseillers instruits et des serviteurs dévoués et compétents 20. Cette tendance à la «nationalisation» et à la politisation des universités est spécialement nette dans les universités nouvelles des XIV e et XV e siècles, presque toutes de fondation princière ou urbaine, mais on la voit aussi à l'œuvre - et, en définitive, sans rencontrer de grandes résistances - dans les universités anciennes comme Paris ou Oxford 21. Il est vrai, et ceci doit être souligné avec force, que cette évolution n'a nullement impliqué une quelconque laïcisation ou sécularisation de l'institution universitaire. Les princes n'ont remis en cause ni le caractère officiellement pontifical de l'université - une bulle de fondation ou au moins de confirmation est toujours sollicitée 22 -, ni la dimension cléricale du statut personnel des universitaires et de nombre de leurs privilèges. Plus remarquable encore, les autorités laïques, tout en insistant sur les services qu'elles attendaient des universités, n'interfèrent guère, même au XV e siècle, dans les contenus ou les modalités de l'enseignement. Les programmes traditionnels, d'essence universaliste, fixés au XIII e siècle, restent en honneur. Ni les disciplines nouvelles utiles à l'état (comme le droit coutumier, les finances, les sciences de l'ingénieur, etc.), ni les langues vernaculaires pourtant en plein essor, y compris sur le plan politique 23, ne prennent pied dans l'université. Elles restent affaire de pratique, dans les chancelleries, les bureaux et les tribunaux et, si elles sont parfois enseignées, c'est dans des écoles non universitaires, laïques et vernaculaires, comme les Inns of Court anglaises où futurs juges et avocats s'initient à la Common Law 24. Bref, à la veille de la Réforme, les universités européennes étaient 19

20 encore fondamentalement des institutions d'église, même si, dans les faits, bien des aspects de leur fonctionnement quotidien étaient en voie de laïcisation. Enseignement universitaire et culture chrétienne Par-delà la question du statut institutionnel des universités médiévales, venons-en maintenant au contenu même des savoirs que ces universités transmettaient - et, éventuellement, développaient. Naturellement, on n'imagine pas que, dans une société unanimement chrétienne, comme on l'a rappelé plus haut, ces savoirs aient pu être en contradiction ouverte avec l'enseignement de l'église. Mais si l'on y regarde de plus près, on se trouve tout de suite en présence d'un paradoxe surprenant. Alors que les universités médiévales étaient, comme nous venons de le montrer, des institutions d'église et que tous leurs membres appartenaient, peu ou prou, au monde des clercs, ces universités n'étaient nullement ce que nous pourrions appeler des écoles religieuses et elles ont toujours donné plus d'importance à l'enseignement de disciplines «profanes» qu'à celui des sciences religieuses proprement dites. Certes, ces sciences religieuses étaient présentes à l'université et y occupaient même une place prestigieuse en termes de hiérarchie et de préséances, mais elles étaient en fait très minoritaires. La théologie en particulier n'a longtemps été enseignée qu'à Paris et Oxford, accessoirement Cambridge, et même lorsqu'après 1350 les facultés de théologie se sont multipliées, ce fut toujours, nous y reviendrons, avec des effectifs modestes et souvent même dans une position marginale par rapport au reste de l'université. Présent dans la plupart des universités, le droit canonique attirait certainement beaucoup plus de maîtres et d'étudiants, mais le prestige intellectuel et social de cette discipline n'était sans doute pas toujours aussi grand qu'on pourrait le penser 25 et, de toute façon, il laissait une 20

21 large place aux enseignements des facultés «profanes», arts libéraux et philosophie, droit civil et médecine. Il s'agissait bien là en effet de disciplines «profanes», dans leur définition et dans leur contenu, d'origine essentiellement antique, parfois enrichies d'apports arabes. Au XII e siècle d'ailleurs, ces sciences avaient souvent émergé dans des milieux laïcs (juristes bolognais, médecins salernitains et montpelliérains) et en marge de l'église qui n'avait d'ailleurs pas manqué d'en dénoncer le caractère non seulement «profane» mais «lucratif» (pour le droit) ou «mécanique» (pour la médecine) 26. Il a donc fallu une véritable révolution intellectuelle pour que l'église se décide à prendre en charge - et donc à cautionner - ces enseignements, naguère tenus en suspicion, au sein de l'institution universitaire, tandis que, de leur côté, les spécialistes de ces disciplines acceptaient, sinon d'abandonner totalement leur mode de vie laïc, en tout cas de se placer sous le contrôle institutionnel de l'église. Mutation d'autant plus remarquable qu'au même moment cette même Église ne développait qu'avec parcimonie au sein de l'université les enseignements proprement religieux comme celui de la théologie. On a déjà rappelé qu'il n'y a longtemps eu de faculté de théologie réellement active et réputée qu'à Paris, Oxford et Cambridge : pour le reste, la sacra doctrina s'enseignait essentiellement dans les studia des Ordres mendiants, extérieurs aux universités, sauf précisément - et encore! - ceux de Paris, Oxford et Cambridge 27. On peut s'interroger sur les causes de cette situation paradoxale : crainte de la papauté d'une trop large diffusion de la théologie dans des universités que, du fait de leur autonomie, ils contrôlaient moins bien que les studia mendiants? Ou, plus simplement, pénurie de maîtres et d'étudiants séculiers? La situation changera après 1350 avec la multiplication des facultés de théologie dans les universités tant anciennes que nouvelles mais comme, en pratique, ces nouvelles facultés s'identifieront souvent aux studia mendiants préexistants désormais intégrés dans un cadre universitaire, ce changement sera plus formel que réel

22 Reste à essayer de mesurer la signification et les conséquences de ce partage disciplinaire quelque peu surprenant entre sciences sacrées et sciences profanes au sein des universités médiévales. Du point de vue de l'église, on peut invoquer la volonté de conserver une sorte de monopole de l'enseignement et, plus largement, de la culture savante, fermement revendiqué depuis le haut Moyen-Âge 29. On peut aussi imaginer une répugnance à laisser libre cours à un développement autonome de disciplines profanes dont on pouvait craindre qu'elles ne portent ombrage à la longue à la Révélation chrétienne ; il était donc bon de conserver les moyens institutionnels de garantir l'orthodoxie ou au moins l'innocuité de ces disciplines profanes. De manière plus positive enfin, on peut penser que dans la tradition augustinienne du De doctrina christiana, l'église a considéré qu'un bon usage, dûment contrôlé, de ces disciplines profanes pouvait servir au progrès des sciences religieuses elles-mêmes. La fécondation de la sacra pagina par la philosophie, du droit canonique par le droit romain est d'ailleurs chose trop connue pour qu'il soit besoin d'y insister 30 mais qui confirme le bien-fondé de cette cohabitation, au sein de l'institution universitaire, des disciplines profanes et des disciplines religieuses. À condition cependant de se souvenir, nous y reviendrons dans un instant, que cette cohabitation n'est jamais allée de soi et pouvait aussi comporter ses dangers et susciter elle-même, chez les contemporains comme chez les historiens postérieurs, débats et condamnations. Avant d'en venir à ce point, interrogeons-nous sur les raisons qui ont pu pousser les universitaires médiévaux, même les spécialistes de ces disciplines profanes déjà mentionnées, à accepter, de manière quasiment unanime - au moins au regard de la documentation conservée - la tutelle institutionnelle de l'église. Ont-ils cédé à une pression sociale et politique irrésistible? Ont-ils trouvé commode et même, plus largement, naturel de se couler dans un système qui leur assurait à la fois solidarité et entraide communautaires, encadrement religieux et litur- 22

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Extraits des Statuts relatifs à la présentation d une candidature....p.2 Formulaire de Présentation d une candidature p.3

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Introduction historique au droit

Introduction historique au droit Introduction historique au droit Auteurs : Marie Bassano, Professeur agrégé d histoire du droit, Ecole de droit, Université d Auvergne. Florent Garnier, Professeur agrégé d Histoire du Droit à l Université

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

PARQUET et POLITIQUE PENALE

PARQUET et POLITIQUE PENALE AOPOPE PARQUET et POLITIQUE PENALE Introduction De par la place et le rôle qu il occupe au sein du processus pénal, le parquet a été fréquemment à l origine des grandes évolutions qui ont touché l institution

Plus en détail

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p.

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p. Séminaire d Actualité de la Recherche Historique (21 janvier 2015) - F. Mercier Université Rennes 2 Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA Virtus et scientia UNIVERSITÉ PONTIFICALE GRÉGORIENNE En 1551 Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, ouvrit à Rome une École gratuite de grammaire

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

L arbitrage maritime en France

L arbitrage maritime en France Politique maritime L arbitrage maritime en France François Arradon Président de la Chambre arbitrale maritime de Paris Chacun sait que l arbitrage est un mode de règlement des litiges, mais certains ignorent

Plus en détail

Le marché théâtral. Jean-Claude YON

Le marché théâtral. Jean-Claude YON Le marché théâtral Jean-Claude YON Le théâtre, une industrie comme une autre? L expansion du marché théâtral européen date de la seconde moitié XIX e siècle, comme l explique Christophe Charle dans son

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Bibliotheca Amploniana

Bibliotheca Amploniana Bibliotheca Amploniana BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE D ERFURT La Bibliotheca Amploniana du bibliophile rhénan Amplonius Rating de Berka ( 1435) est dans le monde la plus grande collection privée de manuscrits

Plus en détail

Master «DROIT PRIVE» 2 e année Finalité «Histoire du droit et droit canonique» Responsable : Boris Bernabé

Master «DROIT PRIVE» 2 e année Finalité «Histoire du droit et droit canonique» Responsable : Boris Bernabé Master «DROIT PRIVE» 2 e année Finalité «Histoire du droit et droit canonique» Responsable : Boris Bernabé Nom Prénom. N Etudiant Tél...... Email :.....@upsud.fr Enseignements Choix ECTS Volume Horaire

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à intégrer le culte musulman

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Rapport du groupe d experts (P. Olivier Artus, coordinateur ; Prof. Isabelle Bochet, Prof. Françoise Vinel)

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI SCT/S2/6 ORIGINAL : anglais DATE : 17 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. D'Echo en Echo A l Abbaye. Supplément aux Echos de Saint-Maurice, 1971, tome 67b, p.

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. D'Echo en Echo A l Abbaye. Supplément aux Echos de Saint-Maurice, 1971, tome 67b, p. LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique D'Echo en Echo A l Abbaye Supplément aux Echos de Saint-Maurice, 1971, tome 67b, p. 1-4 Abbaye de Saint-Maurice 2013 A l'abbaye Il nous est impossible de relater

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie contemporaine de l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR 1 L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR COULON Alain Professeur de sciences de l éducation à Paris 8 Directeur du CIES Sorbonne Les Centres d Initiation à l Enseignement Supérieur (CIES)

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC

ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC LA POLITIQUE DE LA QUALITÉ DE LA COMMUNICATION DE L ÉCOLE DES HEC Mémoire soumis à la Commission des États généraux sur la situation

Plus en détail

Pr. Jean-Jacques MONTOIS Recteur de l'ufar

Pr. Jean-Jacques MONTOIS Recteur de l'ufar Message du Recteur Créée à l'issue d'un accord signé entre les Gouvernements de la République française et de la République d'arménie, l'université française en Arménie (UFAR) est devenue l'un des phares

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE est s- O u BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE Sèvres s est ues -Ou -O aris vres vres 1 parvis Charles de Gaulle 92310 Sèvres France email : sis@sis-sevres.net Tel. : +33 [0]1 72 77 70 40 Les

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon)

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) Galedi Nzey L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) INTRODUCTION Au Gabon, avant 1981, la formation de tous

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Des lapins, des poules et des élèves

Des lapins, des poules et des élèves Activité menée les 4, 5 et 7 janvier 2005 Sujet : Les poules et les lapins Problème 1 : Dans la cour du collège, il y a des poules et des lapins. J ai compté 16 têtes et 44 pattes. Combien y a-t-il de

Plus en détail

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION Chapitre 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Le cursus de master est organisé

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Manuscrits du Moyen Age

Manuscrits du Moyen Age Manuscrits du Moyen Age (Dossier pédagogique réalisé par le service éducatif de la MGT) 1. Qu est-ce qu un manuscrit? Voici deux ouvrages conservés à la MGT. Histoire des quatre fils Aymons, XVIIe siècle

Plus en détail

EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE

EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE Henri Mendras «Les femmes obtiennent ce qu elles veulent!». Cette affirmation n est pas une version moderne et machiste du vieux

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit français - Droit italien de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

RÈGLEMENT DES ÉTUDES DE LA 2 ème ANNÉE DE MASTER

RÈGLEMENT DES ÉTUDES DE LA 2 ème ANNÉE DE MASTER RÈGLEMENT DES ÉTUDES DE LA 2 ème ANNÉE DE MASTER Droit, économie-gestion mention : «Droit des activités économiques» Année universitaire 2009-2010 Article 1 : Conditions d accès à la deuxième année de

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

A) Expérience spirituelle. B) Catéchèse La parabole des invités. // Lc 14,15-24 (Mt 22,1-14) 1 Récit/ Texte. Notes

A) Expérience spirituelle. B) Catéchèse La parabole des invités. // Lc 14,15-24 (Mt 22,1-14) 1 Récit/ Texte. Notes 0 Introduction Les enthousiasmes sont des moments importants mais qui doivent se transformer en une intensité plus calme pour devenir productifs. Les synonymes du mot nous en donnent un aperçu: engouement,

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des personnes et de la famille : aspects internes et internationaux de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EDITE (ED 130) PLAN INDIVIDUEL DE FORMATION

FORMATION DOCTORALE EDITE (ED 130) PLAN INDIVIDUEL DE FORMATION FORMATION DOCTORALE EDITE (ED 130) PLAN INDIVIDUEL DE FORMATION Le PIF est à mettre à jour et à poster annuellement sur votre profil de la base de données EDITE : http://editede-paris.fr et à communiquer

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE, Cour de discipline budgétaire et financière Arrêt du 11 juin 1971, Mutuelle générale française accidents N 19-53 -------------- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR, LA COUR

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail