MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES"

Transcription

1 UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université Jean- Monnet, IAE Saint- Etienne 1

2 UNIVERSITE DE BOURGOGNE LE CAPITAL INVESTISSEMENT ET LES NOUVELLES FORMES DE FINANCEMENT Aurélie SANNAJUST Monsieur Philippe DESBRIERES Professeur, Université de Bourgogne Monsieur Hubert DE LA BRUSLERIE Professeur, Université de Paris- Dauphine Monsieur Patrick SENTIS Professeur, Université de Montpellier 1 Madame Martine SEVILLE Professeur, Université de Lyon 2 Monsieur Gérard CHARREAUX Professeur, Université de Bourgogne 2

3 Remerciements Réaliser une Habilitation à Diriger des Recherches pour un enseignant- chercheur représente une étape importante dans sa carrière. Pouvoir encadrer des doctorants représente une des plus belles récompenses des efforts fournis pour publier des articles. Pour ce faire, je le dois à ceux qui m ont accordé leur confiance, leur soutien et leurs conseils depuis le début de mon doctorat. Je tiens à remercier en premier lieu, le Professeur Philippe Desbrières, Université de Bourgogne, d avoir accepté de diriger cette Habilitation à Diriger des Recherches ainsi que son soutien pendant toutes ces années. Cette étape n aurait pas été possible sans la confiance que m ont accordée mes deux directeurs de thèse, le Professeur Alain Chevalier, ESCP Europe et le Professeur Jean- Marin Serre, Université de Clermont 1, je les en remercie infiniment. Par ailleurs, une Habilitation à Diriger des Recherches implique une soutenance avec des rapporteurs. J ai la chance d avoir trois rapporteurs de grande qualité et renommée, les Professeurs Hubert De La Bruslerie, Université de Paris- Dauphine ; Patrick Sentis, Université de Montpellier 1 ; Martine Séville, Université de Lyon 2 ; que je remercie infiniment d avoir accepté de faire partie de mon jury, c est une grande fierté. Je remercie le Professeur Gérard Charreaux de me faire l honneur de sa présence au sein du jury. Je n oublie pas non plus la relation étroite que j entretiens avec HEC depuis la troisième et dernière année de mon doctorat avec les Professeurs Ulrich Hege, Bernard Marois que je remercie infiniment. Sans eux mon doctorat n aurait jamais abouti et je ne pourrai pas soutenir mon HDR à l heure où je l écris. Comme je l ai indiqué au tout début, nous sommes à la fois chercheur mais aussi enseignant et la possibilité de faire partager ses connaissances et ses thématiques de recherche aux étudiants est centrale pour la vie d un maître de conférences. Cela permet d enrichir nos domaines à travers divers questionnements et échanges avec des étudiants notamment en Master Recherche avec l encadrement de mémoires. Pour cela je remercie aussi l Ecole Normale Supérieure de Lyon de m avoir confié ce travail dès le début de mes fonctions. Je tiens aussi à remercier l ensemble de mes co- auteurs qui m ont permis d en arriver là, je leur dois beaucoup d estime et de respect pour m avoir donné les clés de l apprentissage d un chercheur. J espère leur faire honneur en faisant le maximum de ce que je puisse faire et pouvoir continuer ces collaborations pendant plusieurs années. Avoir une passion pour la recherche est forcément la base de notre métier mais celle- ci se déroule et s apprécie d autant plus dès lors que nous sommes entourés de collègues qui deviennent pour certains des amis aussi accueillants et envers qui je peux avoir une totale confiance, merci à l équipe stéphanoise de ce soutien. Un dernier mot est à destination de ma famille et plus particulièrement à mes parents pour me soutenir dans n importe quel moment ainsi qu à mes amis les plus proches. Sans eux je n en serai pas là Aurélie SANNAJUST 3

4 Résumé Les travaux présentés dans ce mémoire d Habilitation à Diriger des Recherches ont pour objet de répondre aux besoins et aux questionnements des entreprises quant à leur mode de financement. En effet, la conjoncture économique et financière n étant pas propice au financement de la croissance des entreprises, elles doivent se remettre en question et trouver d autres moyens pour subvenir à leur développement autres que par le financement bancaire. Pour cela, ce mémoire s intéresse au financement des entreprises sous différentes formes à travers le capital investissement qui constitue le cœur de cette recherche, l axe majeur mais aussi à travers le financement participatif dit le crowndfunding, le financement international ainsi que l utilisation de la finance islamique. Ils permettent ainsi d offrir aux entreprises des outils et des solutions leur permettant de répondre à leurs exigences financières, de pouvoir faire face aux nouvelles technologies pour leur développement et ainsi pouvoir s internationaliser. Ces recherches peuvent s appliquer pour tout secteur d activité. 4

5 Synthèse Nos travaux de recherche se concentrent sur le capital investissement. Cette pratique financière consiste pour un investisseur d entrer dans le capital de sociétés qui ont besoin de capitaux propres. Cet investissement se réalise essentiellement dans des entreprises non cotées appelé aussi Private Equity. Le capital investissement se décline en quatre parties permettant à l investisseur d intervenir à différents stades de développement que suit une entreprise au cours de son cycle de vie : pour le financement de la phase de démarrage de l entreprise (capital- risque), pour le financement de son développement (capital développement), pour la transmission de l entreprise (capital- transmission) et pour aider une entreprise en difficultés financières (capital retournement). L ensemble de nos travaux de recherche se concentre sur le capital transmission via les opérations à effet de levier dites LBO (Leveraged Buy Out) et via les opérations de retrait de la cote (Public to Private). Les principales recherches empiriques se sont développées dans les deux pays fondateurs à savoir les Etats- Unis et le Royaume- Uni et restent essentiellement nationales. C est la raison pour laquelle, notre travail se distingue par les raisons suivantes : premièrement, nos études menées sont à échelle internationale, l échantillon comprend les Etats- Unis, l Europe et les pays émergents tels que l Asie et l Amérique Latine. Deuxièmement, les continents Asiatiques et d Amérique Latine sont pour la première fois intégrés dans une étude. Troisièmement, la période étudiée est récente, elle commence en 2000 et dure environ dix années selon les articles. Et enfin, l analyse conjointe des facteurs explicatifs du retrait de la cote et de l estimation de l impact des opérations de Public to Private sur la richesse des actionnaires a été très peu étudiée. Toutes ces raisons font que ces recherches peuvent contribuer à apporter quelques éléments nouveaux à la littérature consacrée aux opérations de Public to Private. Comme le soulignent Renneboog et Simons (2005), la littérature des opérations de Public to Private souffre d une insuffisance d études sur d autres pays que les Etats- Unis et le Royaume- Uni. Ces deux types d opérations impliquent plusieurs disciplines en sciences de gestion telles que les domaines managériaux et organisationnels, le domaine stratégique et le domaine de gouvernance d entreprise. D autres domaines peuvent être abordés toutefois dans les travaux scientifiques mentionnés ici, seuls trois de ces domaines ont été appliqués. D abord, le domaine des théories managériales et organisationnelles représentent une part prépondérante dans la compréhension des opérations de capital transmission. Elles permettent de comprendre pourquoi ces entreprises décident de se retirer de la bourse via les opérations de Public to Private ou via l acquisition d une entreprise par effet de levier dit de LBO. Plusieurs courants de pensée sont mentionnés, tels que la théorie de l agence (Jensen et Meckling, 1976), la théorie des coûts de transaction (Williamson, 1975). La théorie de l agence soutient l idée selon laquelle une maison mère d un groupe peut décider de retirer sa filiale pour éliminer les coûts d agence liés à une divergence d opinions entre les principaux acteurs du groupe (actionnaires et managers). La présence d un actionnariat minoritaire peut aller à l encontre du principe d efficience au niveau du groupe en faisant promouvoir leur intérêt social au détriment de celui du groupe. A. Shleifer et R.W.Vishny (1986) qualifient cet actionnariat minoritaire comme des passagers clandestins usant de leurs droits. Par ailleurs, ces acteurs ont une vision court- termiste ce qui va aussi à l encontre des intérêts du groupe. Par conséquent, le retrait de la cote de l entreprise permettrait de supprimer les coûts d agence à la fois ex- post et ex- ante. La théorie des coûts de transaction appliquée aux opérations de retrait de la cote se justifie par le fait que la cotation pour un groupe constitue des coûts explicites c est- à- dire des coûts techniques via des obligations légales que doivent fournir les 5

6 groupes (obligation d information, obligation d amélioration des comptes, obligation de maintien de la liquidité). Ensuite, selon la théorie de la latitude managériale (Charreaux, 1996), le retrait de la cote serait une stratégie conservatrice du dirigeant de la maison mère du groupe. En effet, elle peut se justifier selon trois angles. Dans un premier temps, le dirigeant peut vouloir protéger son pouvoir de la menace d un manager subversif par conséquent une probabilité de retirer une filiale serait une fonction croissante de l enracinement de son manager. Ceci implique le fait que le manager possède une latitude managériale afin de développer sa stratégie de carrière. Dans un second temps, le dirigeant peut aussi avoir comme objectif d éviter les effets d une mauvaise réputation de la filiale sur les marchés ce qui accroît l espace discrétionnaire du manager et par conséquent, la cotation de la filiale peut en faire les frais. Pour protéger sa réputation, le dirigeant décidera de retirer sa filiale du marché. Dans un troisième et dernier temps, le dirigeant peut avoir comme objectif d accroître ses pouvoirs en évinçant un manager peu enraciné et en lui retirant certains droits de décision. Le retrait de la cote s apparente à une centralisation des droits du dirigeant au niveau de la maison mère. Enfin, la gouvernance d entreprise est aussi au cœur des décisions de retrait de la cote. En effet, la volonté d une bonne cohérence entre les différents acteurs et fonctions de l entreprise est importante. Elle s imposera d autant plus que les fonctions de propriété et de décision seront séparées c est- à- dire lorsque les risques de conflits entre le management et les actionnaires sont élevés tels que les mentionnent M.C. Jensen et W.H Meckling (1976). Par conséquent, le retrait d une filiale permettrait d améliorer la gouvernance d une entreprise. Par ailleurs, retirer une filiale permet aussi à la maison mère de renforcer le pouvoir de contrôle de son conseil d administration et une amélioration de sa gouvernance. D autres domaines peuvent être identifiés pour comprendre le fonctionnement et les raisons selon lesquelles les entreprises se retirent de la cotation boursière. En effet, l analyse des biais cognitifs du dirigeant peut avoir une influence sur sa prise de décision. Ce dernier aspect ne sera pas abordé dans le développement des travaux de recherche suivants car les articles traitant des opérations de Public to Private et des biais cognitifs sont en cours de révision et non publiés. Par ailleurs, un autre domaine de recherche que celui du Private Equity constitue un autre axe de recherche scientifique retenu. Il s intéresse aussi au financement de l entreprise sous une autre forme : le financement participatif. Ce nouveau mode de financement est assez innovateur notamment en France. Il permet à tout porteur de projet qu il soit de taille petite ou non de trouver un financement. Celui- ci peut intervenir dans le cycle de développement d une entreprise comme dans son cycle de création. C est un mode de financement alternatif au Private Equity. En France peu de recherches ont été réalisées du fait de son caractère encore assez nouveau et de son cadre juridique pas encore défini clairement. En effet, la réglementation concernant le crowdfunding est très récente et il est difficile de mesurer l impact qu elle va avoir en France. En effet, c est en mars 2014 que les premières annonces ont été faites, et l'ordonnance du 30 mai 2014 ainsi que le décret d'application du 16 septembre 2014, publié au Journal Officiel le 17 septembre 2014 (n ) viennent compléter ce dispositif. Entrée en vigueur le 1 er octobre 2014, la nouvelle législation consacre la création de «conseiller en investissement participatif» et met en place notamment deux plafonds. Pour les activités non professionnelles, un maximum de 1000 par crédit et par personne, et un plafond de 1 millions d euros par porteur de projet. Notons que concernant l equity 6

7 crowdfunding, la nouvelle loi n aborde que le cas d actions ordinaires. Or, il existe d autres types d actions (en numéraire, avec droit de vote double etc..). Souvent les capitaux risqueurs ont aussi recours à ces différents types d actions ce qui permet d étendre la gamme des modalités de participation. Une première approche a été réalisée à travers deux articles de recherche (un publié et un soumis) permettant de présenter le financement participatif, son fonctionnement, pour quelles raisons on peut en avoir recours et l impact que cela a, sur l économie. Par la suite, un ouvrage de la collection Repères est en cours de réalisation. Deux autres axes de recherche ont été introduits et présentés dans cette notice : la finance islamique d une part puis le financement international d autre part. La finance islamique a été développée en vue d approfondir les connaissances sur ce domaine qui est de plus en plus présent dans le monde scientifique et qui engendre beaucoup d encadrements de mémoires en master recherche. La finance internationale se justifie par le fait qu une entreprise peut aussi avoir recours à un autre mode de financement plus orienté vers les marchés extérieurs. Les PME par exemple peuvent développer leur savoir- faire et l exporter à l étranger. 7

8 Production scientifique 4 articles publiés, classés 1 article publié et non classé 5 articles soumis 2 articles en cours 1 chapitre d'ouvrage en cours Leveraged Buy Out- Public to Private transactions Financement participatif: le crowdfunding 1 article publié 1 ouvrage en cours de rédaction Financement international Finance islamique 1 article soumis 1 article en cours 1 chapitre d'ouvrage en cours 1 article publié 8

numéro 242 juin-juillet 2014

numéro 242 juin-juillet 2014 numéro 242 juin-juillet 2014 SOMMAIRE 7 Ont contribué à ce numéro 11 Les voies d une refondation du capitalisme. Une responsabilité élargie et une rémunération spécifique de la fonction de contrôle actionnarial

Plus en détail

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche http://adstic.free.fr adstic@gmail.com Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche Qu est ce que l Adstic? L Adstic est l association des doctorants du campus sciences et techniques

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul Université de Carthage Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Le mot du responsable Le master de recherche «Finance des Entreprises

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

$ " %& '(() #*, '( () #., + / + 0 1 '

$  %& '(() #*, '( () #., + / + 0 1 ' "# $ " %& '(() " # $ % & * +, % % * - #*, '( () #., + / + 0 1 ' 2 1 #., #3 - "4# %%(*) 56, * %& - 4*6*"" +,' ( *) 7 +# # # #, 1 * -. % %,( /*+ @ 0/*12% 2 + ) $ 3 $ F (/*%,*( / H 2%*( 4 / /,*( /,'* /+

Plus en détail

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French)

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) ZA5211 Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) FLASH 271 ACCESS TO FINANCE OF EU SMES Bonjour, je suis et je vous appelle de Efficience3. Votre entreprise

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

Master Finance et Contrôle de Gestion FCG

Master Finance et Contrôle de Gestion FCG Master Finance et Contrôle de Gestion Objectif de la formation Ce Master a pour objectif de former des cadres supérieurs professionnels dans les métiers du contrôle de gestion et de la finance d entreprise,

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

Crédit Agricole S.A. lance une offre d achat en numéraire de 23,50 par action pour 100% de Emporiki Bank of Greece S.A.

Crédit Agricole S.A. lance une offre d achat en numéraire de 23,50 par action pour 100% de Emporiki Bank of Greece S.A. Le présent communiqué ne constitue pas une offre d achat des actions de la société Emporiki Bank of Greece S.A., et aucun apport de ces actions ne sera accepté dans les juridictions où une telle offre,

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat

Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat Questions 1) Je suis étudiant au doctorat et la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat m intéresse. Pourriez-vous

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

Capital Investissement. Investir dans votre croissance Préserver votre indépendance

Capital Investissement. Investir dans votre croissance Préserver votre indépendance Capital Investissement Investir dans votre croissance Préserver votre indépendance Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par :

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par : CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES Préambule : Les voyages et sorties scolaires participent par nature à la mission d un établissement scolaire dès lors qu ils permettent d approfondir

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

A C T I V A T E U R S D E V A L E U R

A C T I V A T E U R S D E V A L E U R A C T I V A T E U R S D E V A L E U R S E N G A G E R A C C O M P A G N E R V A L O R I S E R activateurs de valeur Activa Capital est une société indépendante de capital-investissement caractérisée par

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72

Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72 Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72 (adopté en Conseil de l ED le 6 mai 2008, modifié en conseil le 30 janvier 2009, le 2 juillet 2010 et le 6 juin 2011) Vu l arrêté du 7 août 2006 relatif à la

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des personnes et de la famille : aspects internes et internationaux de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

ENTRE (MAROC) (FRANCE) Page 1 sur 6

ENTRE (MAROC) (FRANCE) Page 1 sur 6 A C C O R D D E J U M E L A G E ENTRE L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU TENSIFT (MAROC) ET L AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE ET CORSE (FRANCE) Page 1 sur 6 PREAMBULE La présente convention s inscrit

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

CONFERENCE DAUPH INNOV

CONFERENCE DAUPH INNOV CONFERENCE DAUPH INNOV AVEC LE PARRAINAGE DE INTERNET PEUT-IL FINANCER L ENTREPRENEURIAT INNOVANT? UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE 31 mars 2010, 18h30 ANIMATION : Didier REYNAUD, Directeur Fondateur AFFILIANCE,

Plus en détail

L offre d achat au comptant de Crédit Agricole S.A. sur la totalité du capital d Emporiki Bank of Greece S.A. s ouvrira le 4 juillet 2006

L offre d achat au comptant de Crédit Agricole S.A. sur la totalité du capital d Emporiki Bank of Greece S.A. s ouvrira le 4 juillet 2006 Le présent communiqué ne constitue pas une offre d achat d actions d Emporiki Bank of Greece S.A. et aucune offre d actions ne peut être acceptée de la part ou au nom de détenteurs d actions d Emporiki

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Communication scientifique et technique de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management

Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management Résumé de la fiche de lecture Marketing management, rédigé par Philip Kotler (professeur de marketing à la Northwestern University) et par Bernard

Plus en détail

Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH)

Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH) Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH) RESPONSABLES : mention Management : Martine BRASSEUR,

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing des produits fianciers et d'assurance de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019

Plus en détail

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1 Ecoles doctorales Histoire et situation actuelle Ecoles doctorales 1 Historique de la formation doctorale en France 1997 : Ecoles doctorales généralisées, en charge des DEA, ~320 Ecoles Doctorales. 2002

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS ET OBLIGATIONS REMBOURSABLES EN ACTIONS DE LA SOCIETE INITIÉE PAR CONSEILLÉE PAR PRÉSENTÉE PAR Prix de l Offre : 3,20

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012 29 février 2012 Procédure de consultation Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) A renvoyer d ici au 30 juin 2012 à RLP-BM@bbt.admin.ch Veuillez utiliser uniquement le présent formulaire

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

L histoire économique, sociale et des techniques

L histoire économique, sociale et des techniques Département d histoire 2, rue du facteur Cheval 91000 Evry, France L histoire économique, sociale et des techniques pour les entreprises Octobre 2007 Votre contact : Alain Pichon alain.pichon@univ-evry.fr

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Science politique de l Université Montpellier 1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES «Le taux d innovation a des chances d augmenter quand les changements du milieu rendent insatisfaisantes les procédures organisationnelles existantes.» Tel est l un des messages importants du prix Nobel

Plus en détail

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT :

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Institut d Administration des Entreprises de Paris Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : DIRIGER, CREER OU REPRENDRE UNE ENTREPRISE»

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L Apprentissage à Sciences Po

L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po g Une filière en développement Depuis 2006, Sciences Po développe activement ses formations en apprentissage. Sept masters proposent aujourd

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail