Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT"

Transcription

1 NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre, l auteure reconnaît l obstacle le plus important auquel elle fait face : quel intérêt y aurait-il en effet à lire un livre sur un objet aussi familier? Très rapidement, le lecteur prend cependant conscience que c est la familiarité même de l objet d étude qui rend cette réflexion nécessaire. Perdu dans notre environnement quotidien, nous oublions vite que le téléphone public constitue un progrès technique, collectif et politique important. Nous prenons pour acquis le défi que représentait l édification d un réseau de cabines téléphoniques ou le simple fait de développer un système de paiement pour chaque communication. Nous oublions l importance et les conséquences sociales de la décision d offrir un service de communication à des usagers en déplacement et, comme nous le rappelle l auteure, nous avons cessé de tenter de réconcilier cette ambiguïté fondamentale qui revient dans le téléphone public à installer un outil de communication privée dans un lieu public. Vu sous ces angles, le sujet de l ouvrage de Fanny Carmagnat perd très vite de son apparente banalité. Le livre se divise en deux parties. La première a pour but de présenter les faits historiques associés au développement de ce service ; elle est organisée selon un ordre chronologique en six chapitres. F. Carmagnat admet qu un tel découpage historique soit discutable, mais il tend seulement à indiquer la succession des combinaisons des paramètres techniques, économiques,

2 194 Réseaux n 125 organisationnels politiques et sociaux propres à chaque période (p. 16). Ainsi, nous retrouvons à travers ces six périodes, l histoire du téléphone public selon les niveaux successifs de développement technique et industriel de la technologie. Les chapitres mettent aussi en scène des figures emblématiques et des acteurs dominants à chaque époque (l inventeur, l ingénieur, le fonctionnaire, le vandale, le gestionnaire, le commercial...). Le but ultime de cette première partie est essentiellement de discuter les conditions de naissance, de développement et croissance et de déclin de ce service public. Cette discussion prend place dans le contexte d une société qui passe de la pénurie technologique à l abondance ; elle va de l affirmation d une idéologie libérale à une intégration difficile des secteurs publics et privés ; elle part d une économie cantonnée aux limites de la nation et se termine à la mondialisation actuelle des échanges. Ainsi passons-nous de la préhistoire de la téléphonie publique ( ) qui se concentre sur la recherche d un modèle à travers des balbutiements technologiques, à l époque du Taxiphone ( ). C est au cours de cette seconde époque que les questions fondamentales du choix des lieux d implantations des téléphones publics, ainsi que du rôle de l Etat se concrétiseront. Les réponses à ces questions varient d époque à époque mais, comme elles constituent des thèmes centraux au rôle du téléphone public dans la société, un questionnement constant est nécessaire. F. Carmagnat nous fait ensuite découvrir les années qu elle décrit comme marquant «l essoufflement du modèle de la concession ( )». Elle met en relief les problèmes de l époque comme ceux d une technologie incapable de répondre à l émergence de l interurbain, ou ceux de la montée du vandalisme et de la fraude, ainsi que d une pénurie délibérée de cabines téléphoniques. Elle se penche ensuite sur les deux dernières époques ; celle de la transition où un nouveau modèle se concrétise ( ), puis les années du téléphone à carte et de la déréglementation ( ). In fine, l auteure questionne l avenir de la publiphonie à l ère des téléphones mobiles. Cette première partie présente l information de façon très intéressante et efficace. A travers les chapitres, nous apprenons en effet des faits historiques fascinants qui, non seulement contribuent à notre compréhension du téléphone public, mais qui, en même temps, captivent le lecteur curieux. Nous apprenons par exemple que Clément Ader ( ), plus connu

3 Note de lecture 195 pour son rôle dans les débuts de l aviation, a également mené parallèlement d importantes activités dans la téléphonie et qu il fut l inventeur d un poste mural particulièrement robuste utilisé comme téléphone public : le Théâtrophone (p. 23) qui, d un point de vue technique, peut être considéré comme le premier système d écoute stéréophonique. Ce Théâtrophone fut introduit sous la forme d appareils publics à deux écouteurs placés dans les cafés, les hôtels, les clubs, et permettant l audition de cinq minutes de musique contre une pièce de cinquante centimes. Il s agissait-là d une forme de communication prépayée. Nous apprenons aussi que les premiers usagers de la téléphonie publique étaient des abonnés du téléphone qui pouvaient passer gratuitement des communications locales depuis des cabines téléphoniques. Ensuite nous passons au Taxiphone et à son usage restreint. En avant-garde des problèmes plus contemporains, il est intéressant de constater que la compagnie Le Taxiphone-SAFAA n avait pas étendu ses activités dans les zones rurales. Seules les principales villes de province furent en effet desservies par les cabines publiques à prépaiement. Les différences entre les services ruraux et urbains continueront au cours de l évolution de la publiphonie. F. Carmagnat nous apprend aussi que l on doit aussi à Ader l établissement du premier réseau téléphonique parisien en 1880 dans les bureaux de Poste. La première partie du livre traite également des questions fondamentales. F. Carmagnat discute par exemple l importance du fait que les premiers postes publics, installés en 1883 à titre expérimental, n aient été que des postes ordinaires sans système de paiement spécifique intégré. Elle nous fait réfléchir sur le défi technique d un tel système. Nous apprenons ainsi que ce fut l Anglais Frederick William Hall qui produisit l encaisseur téléphonique (brevet déposé en 1919). Carmagnat discute également en profondeur les deux grandes crises qui ont affecté la publiphonie : celle de la gestion en 1960 et, dans les années 1990 le défi technologique du téléphone mobile. Selon l auteure, à la fin des années 1960, tous les éléments étaient en place pour provoquer en France une crise du téléphone. La demande en téléphonie était encore contenue par l administration grâce aux coûts élevés d abonnement et de frais de raccordement, et, en ce qui concernait le téléphone public, par la multiplication des appareils à pièces ou à jetons situés dans les cafés. Les besoins n étaient plus seulement un développement quantitatif, mais qualitatif, puisque l on observait un élargissement des possibilités de communications dans le temps et dans l espace et une

4 196 Réseaux n 125 ouverture à l interurbain et à l international. Très rapidement, les pouvoirs publics ne purent plus suffire au développement (p. 84) et il fallut environ douze ans pour développer un système capable de répondre à ces nouveaux défis. Une crise plus récente peut remettre en cause l existence du téléphone public. F. Carmagnat nous démontre que, depuis 1997, la prolifération des téléphones mobiles s est étendue à tous les publics incluant les jeunes et les femmes qui furent longtemps non utilisateurs. Durant cette période, Carmagnat identifie une baisse quasi symétrique du trafic de communication à partir de cabines téléphoniques. Elle mentionne les changements institutionnels qui ont déjà eu lieu à la suite de cette baisse et indique qu il serait nécessaire de repenser le rôle de l Etat et de l approche marketing stratégique et opérationnelle de la publiphonie. La deuxième partie de l ouvrage, thématique, se veut une analyse sociotechnique du téléphone public. F. Carmagnat y réinterprète l évolution historique en empruntant, en particulier, le modèle explicatif de Thomas Hughes. Un premier thème explore l identité technique de cet objet en constante évolution. Nous passons ensuite à une discussion des usagers du téléphone public. Finalement, cette deuxième partie se conclut avec une discussion en profondeur sur un questionnement initial quant à l identité politique et économique du téléphone public. En particulier, F. Carmagnat se demande si le statut du téléphone public comme service public au sens de service sous gestion publique, est circonstanciel ou essentiel? Si l ouvrage de Carmagnat a une faiblesse, c est dans l aspect quelque peu répétitif de cette seconde partie. Parce qu elle a décidé de réinterpréter les faits saillants du développement historique traité en première partie, le lecteur est ramené à plusieurs faits qu il connaît déjà. Cette approche crée certaines longueurs. Néanmoins, cette seconde partie traite de points nouveaux importants. En particulier, elle nous permet de prendre conscience que l un des éléments remarquables de l histoire du téléphone public a trait aux parts respectives prises dans sa gestion par les secteurs public et privé. De plus, F. Carmagnat identifie clairement les questions fondamentales qui marquent la démarcation entre public et privé : pénurie de l équipement, fraude, pillage et vandalisme, habitacles, cartes téléphoniques, télésurveillance des cabines, prix des communications, contestation de ces prix, nouveaux lieux d implantation

5 Note de lecture 197 des cabines, constructeurs, téléphones des Abribus, grèves du personnel des cabines, privatisation des cabines (p. 259). L une des discussions les plus intéressantes porte sur l évolution du concept d usager. A ce titre il peut être surprenant de constater que cet usager ne fut pas considéré comme «client» avant Auparavant, il fut tantôt «imaginé» par l ingénieur qui tentait de comprendre ses besoins ou dépersonnalisé comme ayant des caractéristiques en harmonie avec «l intérêt général». Il fallut attendre les années 1980 pour voir les premières segmentations de la clientèle et 1995 pour voire apparaître des études de segments de clientèle (p. 219). En conclusion, F. Carmagnat pose la question de l avenir réserve de la publiphonie, dans un contexte où il est évident que les téléphones mobiles remettent en question le téléphone public. L auteure nous fait comprendre que tout n est pas fini dans ce secteur. L avenir semble en effet vouloir se définir autour d une compréhension en profondeur du rôle de la publiphonie pour des usagers spécifiques, telles que les personnes en déplacement, les jeunes actifs, et les touristes. De plus, Carmagnat installe une discussion sur la relation future entre le public et le privé dans la gestion de ce service public. Mais avant tout, elle propose une réflexion constructive sur son identité politique et économique, essentielle pour la préservation du téléphone public dans la collectivité et comme mode de vie. Même s ils se dissimulent dans notre environnement quotidien et s ils ne demeurent pas à terme un service public au sens juridique du mot, les téléphones publics, de par leur dimension de partage, participent au débat politique sur les modalités du vivre ensemble. Fanny Carmagnat apporte une contribution importante à ce débat. Fanny Carmagnat, Le téléphone public : cent ans d usages et de techniques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2003, 310 pages.

Option culture, virage numérique

Option culture, virage numérique Option culture, virage numérique François Macerola Président et chef de la direction Société de développement des entreprises culturelles François Macerola est président et chef de la direction de la Société

Plus en détail

Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux

Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux Intervenants : Alain DENAT, pôle CREAHd Ferran YUSTA GARCIA, ENSAP Bordeaux Gérard LIBEROS,

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis.

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis. ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du au EVALUATION DU STAGE Acquis Non acquis Absences pendant le stage : jours Date et Signatures : Stagiaire

Plus en détail

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College L occasion d innover Le Durham College d Oshawa a reconnu l usage grandissant des médias

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q)

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) «Si l on arrête de se perfectionner, on arrête d être bon» Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) 29 Avenue de Frais Vallon Bat Le Nautile 13013 MARSEILLE Tél. : 04.91.10.40.00 Mail.

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

Formation continue Programmation 2014-2015. Modalités d inscription

Formation continue Programmation 2014-2015. Modalités d inscription Formation continue Programmation 2014-2015 Modalités d inscription Pour chaque formation, une date limite d inscription est indiquée. Elle correspond aussi à la date limite au-delà de laquelle la formation

Plus en détail

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers?

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Toiles @ penser Cahiers d éducation permanente de La Pensée et les Hommes Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Cahier n 2006-01-002 Toiles@penser Cahier n 2006-01-002 Connaissez-vous nos

Plus en détail

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC 2. Propositions élaborées par le CNC afin d alimenter la réflexion des acteurs concernés par le réaménagement

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Measuring the Efficiency and Effectiveness of E-Government. Australian National Audit Office

Measuring the Efficiency and Effectiveness of E-Government. Australian National Audit Office Measuring the Efficiency and Effectiveness of E-Government Australian National Audit Office 17 MARS 2005 Présentation du rapport Le rapport Measuring the Efficiency and Effectiveness of E-Government a

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

CL&CONSEIL 36 rue Scheffer 75116 Paris www.cl-conseil.fr 1

CL&CONSEIL 36 rue Scheffer 75116 Paris www.cl-conseil.fr 1 1 CL&CONSEIL 36 rue Scheffer 75116 Paris www.cl-conseil.fr 1 Du Conseil Création de programmes marketing pour conquérir de nouveaux clients, les fidéliser, animer les partenaires et dynamiser les forces

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente La Jeune Chambre de commerce de Montréal énonce sa vision pour l avenir de la ville Le 1er avril 2014 se tenait au carrefour d innovation INGO

Plus en détail

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation du Conseil 5/12/14 CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION PROPOSITION DE MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DES JEUNES PROFESSIONNELS

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Sommaire 1 LA MONETIQUE

Sommaire 1 LA MONETIQUE Sommaire AVANT-PROPOS... 4 HISTORIQUE...5 INTRODUCTION... 6 I- DEFINITION...7 1.1 ROLE ET FONCTION...7 1.1.1- ROLE...7 1.1.2- FONCTION...7 II- LES COMPOSANTS DE LA MONETIQUE...7 2.1 LE SUPPORT...7 2.2

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

La tour penchée de Pise Pise, Italie

La tour penchée de Pise Pise, Italie La tour penchée de Pise Pise, Italie La tour penchée de Pise La construction de la tour penchée de Pise (Torre pendente di Pisa) dura presque 200 ans, et elle se tient à côté de la Cathédrale de Pise depuis

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE 8 janvier 2015 Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE Année 2013 Résultats définitifs 2 Sommaire 1 Le marché final des communications électroniques...

Plus en détail

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale d électronicienne en multimédia/électronicien en multimédia 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) Projet du 10 février 2012 47006 Electronicienne

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Licence Professionnelle Hôtellerie-Tourisme CONTENUS DES ENSEIGNEMENTS PARCOURS B UE 1 : LANGUE A : ANGLAIS

Licence Professionnelle Hôtellerie-Tourisme CONTENUS DES ENSEIGNEMENTS PARCOURS B UE 1 : LANGUE A : ANGLAIS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE UNIVERSITE D AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE UFR ip DROIT ECONOMIE GESTION Licence Professionnelle Hôtellerie-Tourisme CONTENUS DES ENSEIGNEMENTS PARCOURS B UE 1 : LANGUE

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE Octobre 2010 ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE présence locale portée mondiale Droit au but Qu est-ce que l équité salariale? Une échéance au 31 décembre s applique à la majorité des entreprises Que doit-on faire?

Plus en détail

Note de synthèse de l OCDE sur la gestion publique Impliquer les citoyens : L information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision Retirer les bénéfices Investir

Plus en détail

Rapport de l atelier : Administration publique, déconcentration, décentralisation et développement local

Rapport de l atelier : Administration publique, déconcentration, décentralisation et développement local Journées nationales de concertation sur le rapport provisoire du Comité interministériel chargé de la Bonne Gouvernance Rapport de l atelier : Administration publique, déconcentration, décentralisation

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Nathalie Frieden, natalia.frieden@unifr.ch, université de Fribourg, Suisse Résumé : L expérience

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici

Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici Le 7 novembre une quarantaine d acteurs de la mobilité urbaine (autorités organisatrices, opérateurs locaux ou nationaux transports) ont participé

Plus en détail

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT Introduction Un moyen de se doter d un système de contrôle interne efficace et performant réside dans la mise en place d un système de

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire)

Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Exemple : Module d enseignement et planification de l évaluation Études informatiques 10 e année (4 e secondaire) Titre du cours ou module : Informatique et enjeux sociaux Résultat d apprentissage visé

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

L école publique mais autrement publique

L école publique mais autrement publique Extrait du tome 2 des Chroniques d une école du 3 ème type «Ecole et société» L école publique mais autrement publique III Une autre architecture du système éducatif NB : Langages : Nous avons vu dans

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

L intérêt de recourir à l arbitrage pour résoudre les litiges

L intérêt de recourir à l arbitrage pour résoudre les litiges Association For Arbitration Association Française d Arbitrage Montpellier, 29-31 octobre 2014 Convention nationale des Avocats L intérêt de recourir à l arbitrage pour résoudre les litiges Communication

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE ANALYSE DE SITUATION : Ce projet se situe dans le prolongement des actions menées l an dernier

Plus en détail

Vieillesse et aménagement du territoire

Vieillesse et aménagement du territoire Éditeur responsable : CIEP Lux asbl, 39 rue des Déportés-6700 Arlon Vieillesse et aménagement du territoire Des pistes pour de bonnes pratiques I. Le vieillissement : des chiffres et des projections Actuellement,

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement.

Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement. Avant le nouveau comportement Inviter la personne à s engager publiquement (exemple : envers une personne ou face à des ami(e)s ou collègues) à adopter le nouveau comportement. Avant le nouveau comportement

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

Les firmes de services professionnels au défi de la

Les firmes de services professionnels au défi de la Les firmes de services professionnels au défi de la gouvernance Antoine Henry de Frahan A l heure où de nombreuses firmes de services professionnels (associations d avocats, cabinets d experts-comptables,

Plus en détail

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE PHOTOGRAPHE Créer et gérer une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL Groupe Eyrolles, 2013, ISBN : 978-2-212-13590-9 PHOTOGRAPHE Photographe, moi? 1 La photographie

Plus en détail

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF Déroulé 1. Vivre un coaching en live 2. Coaching qu est ce que c est? 3. Cadre déontologique

Plus en détail

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon.

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Lionel Taccoen Juillet 2011(revu janvier 2012) Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Le 21 juin 2011, l Agence de notation Fitch a mis en doute les objectifs de croissance officiels

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

L IMPACT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION SUR LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES

L IMPACT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION SUR LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES Idées, concepts et politiques Information and Communication Technologies : Are they the key to viable Business Development Services for micro and small enterprises?, par Clifton Barton et Marshall Bear,

Plus en détail

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges)

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) Il détient une maîtrise en géographie (camionnage) de l Université Laval et obtient la

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2013/11-02 relatif à l habilitation de l Université du Havre - Institut Supérieur d Etudes Logistiques (ISEL), à délivrer des titres d ingénieur diplômé. Objet : Dossier A : Renouvellement des habilitations

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

FAMILLE ASSOCIATIF LOGEMENT D. DURABLE DOSSIER CONSO MOUVEMENT PRATIQUE

FAMILLE ASSOCIATIF LOGEMENT D. DURABLE DOSSIER CONSO MOUVEMENT PRATIQUE DOSSIER L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT Au moment d ouvrir ce dossier, il convient d être très prudent sur les mots que l on utilise. En effet, il est commun d affirmer que tout allait mieux autrefois, que l

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football Je vais profiter de ce rapport pour, toutes et tous, nous ramener 14 ans en arrière et à la période de l adoption de la loi SRU en décembre 2000. En 2000, comme pour nous aujourd hui dans cette assemblée,

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers CORRIGÉ CORNILLEAU 1. Identifiez, parmi les sources documentaires

Plus en détail

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Serghei Floricel et Eduardo Miranda Si vous réfléchissez encore à un moyen technique pour réaliser un produit qui fonctionne et

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

Comment les voyageurs utilisent le Web pour choisir un établissement hôtelier

Comment les voyageurs utilisent le Web pour choisir un établissement hôtelier Comment les voyageurs utilisent le Web pour choisir un établissement hôtelier La recherche d un établissement hôtelier se fait bien différemment pour les touristes d affaires et les touristes en voyage

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE Site Web : http://www.cnil.fr 1. Mesure de la diversité, «statistiques ethniques», égalité des chances La CNIL engage le débat La question de la lutte contre

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail