LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS"

Transcription

1 LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS Le particularisme de la copropriété des immeubles bâtis : Un immeuble bâti est composé d'appartements privatifs ainsi que de parties collectives (toit, escalier, ascenseur, ). C'est un mélange des propriétés individuelles et collectives. Pour les parties communes, le régime de l indivision de droit commun est insuffisant à régler la question de la propriété. L indivision ordinaire est en effet une situation fondamentalement provisoire, appelée à disparaître, ce qui n est pas le cas de la copropriété des immeubles bâtis. Les parties communes appellent donc un régime spécifique leur permettant de durer aussi longtemps que la propriété individuelle des appartements. Le législateur a ainsi adopté un régime d'indivision particulier, celui de la copropriété des immeubles bâtis. I. LE CHAMP D APPLICATION DU RÉGIME DE LA COPROPRIÉTÉ L art 1 er, al 1 er de la loi du 10 juillet 1965 prévoit que la loi s applique impérativement à tout immeuble bâti ou groupe d immeubles bâtis dont la propriété est répartie entre plusieurs personnes par lots comprenant chacun une partie privative et une quote-part de partie commune. Ainsi, dès qu un immeuble comprend au moins 2 lots, avec des parties communes, la loi doit s appliquer. è des maisons mitoyennes ayant chacune un accès et des équipements individuels n y sont pas soumises, encore moins un immeuble entièrement indivis. II. LA NOTION DE LOTS DE COPROPRIÉTÉ Chaque copropriétaire a la propriété individuelle d un lot, dit lot de copropriété. C est un élément même de la définition de copropriété des immeubles bâtis : là où il y a constitution de lots, il y a forcément copropriété, et inversement. Ce lot est composé de parties privatives ainsi que d une quote-part de parties communes, quote-part en état d indivision forcée. A. Détermination dans parties privatives et parties communes Les prérogatives du copropriétaire sont différentes selon que la partie est commune ou privative. La loi de 1965 laisse aux intéressés le soin de fixer cette distinction dans le règlement de la copropriété. A défaut de convention particulière, la loi fixe un critère général de distinction, qu elle fait suivre d une énumération des parties présumées communes. Selon les articles 2 et 3 de la loi de 1965, tout ce qui relève de l usage exclusif d un propriétaire est privatif, et tout ce qui sert à l usage de tous les copropriétaires ou d une partie d entre eux (au moins 2) relève des parties communes. Une énumération non limitative suit cette règle : sont présumés communs, les cours, jardins, voies d accès, le gros œuvre du bâtiment (fondations, murs porteurs,...), les équipements communs (escaliers, antennes TV, ). Sont également communs certains droits, tels surélever le bâtiment, en construire de nouveaux, ou le droit d affouiller le terrain pour construire cave, garages, Les parties privatives ne font l objet d aucune énumération. On peut dire qu elles comprennent tous les éléments enfermés dans les appartements. 1

2 B. Détermination de la quote-part des parties communes Elle est exprimée en tantièmes, fraction de l ensemble commun. Cette répartition va déterminer le droit de vote de chacun des copropriétaires par la prise de décisions relatives aux actes concernant l immeuble bâti. Dans le silence ou la contradiction des titres de propriété de chacun des copropriétaires, l art 5 de la loi de 1965 suggère une règle : les tantièmes de la quote-part sont proportionnels à la valeur respective de chaque partie privative. Pb : comment déterminer la valeur de la partie privative de l appartement? En fait, elle est fonction de la consistance, de la superficie, ainsi que de la situation de la partie privative. L appartement le plus ensoleillé, le plus calme, le plus spacieux, comportera donc la plus grosse partie de tantièmes. NB : on ne prend pas en compte l utilisation de l appartement (il aurait été pratique d accorder plus de tantièmes aux locaux à usage professionnel) II. LE RÉGIME JURIDIQUE DE LA COPROPRIÉTÉ A. Les documents de la copropriété 1. Le règlement de copropriété Le règlement de copropriété est en quelques sortes la charte de la copropriété. Il détermine les modalités d organisation et de fonctionnement de l immeuble bâti. a. Nature juridique du règlement de copropriété La loi de 1965 fait du règlement de copropriété un contrat. L art 8 parle de règlement conventionnel de la copropriété mais la loi en fait un document obligatoire, ce qui fait dire à certains qu il présente une nature juridique mixte, contractuel parce qu établi par des copropriétaires, et réglementaire parce qu imposé par la loi. Du fait de sa nature en partie contractuelle, on considère que sa modification ne peut intervenir qu après l accord majoritaire des membres du syndicat de copropriété. b. Portée du règlement de copropriété A l égard des copropriétaires : le règlement de copropriété a force obligatoire. Il s impose à tous, propriétaires initiaux et propriétaires successifs, sa méconnaissance pouvant engager leur responsabilité contractuelle. A l égard des ayants cause à titre universel du copropriétaire : le règlement de copropriété est opposable de plein droit sans qu aucune mesure de publicité ne soit nécessaire. A l égard des ayants cause à titre particulier : le règlement de copropriété ne leur est opposable qu à dater de l accomplissement des formalités de publicité foncière. Une seule exception est prévue : l art 4 du décret d application du 17/03/1967 dispose que même si le règlement n a pas été publié, il est néanmoins opposable aux ayant cause à titre particulier dès lors que l acte réalisant ou constatant le transfert de propriété mentionne le fait que l ayant cause en a pris connaissance et a adhéré aux obligations en résultant. 2

3 c. Contenu du règlement de copropriété Les art. 8 et 10 de la loi de 1965 imposent la présence de certaines mentions : - la destination des parties privatives et communes de l immeuble - les conditions de jouissance des parties privatives et communes - les règles d administration des parties communes - la répartition des charges afférentes aux parties communes La destination des parties privatives et communes de l immeuble : Le règlement de copropriété doit indiquer l affectation de chacune des parties privatives et communes de l immeuble. Par exemple, que telle parcelle de terrain commune est un terrain de jeux, etc. De même, pour les parties privatives, le règlement doit indiquer l affectation de chacun des appartements à titre d habitation ou à usage commercial ou professionnel. Les conditions de jouissance des parties privatives et communes : L indication de la destination des parties privatives et communes permet déjà de déterminer en grande partie les conditions de jouissance de ces éléments : telle parcelle est affectée au stationnement, ce qui permet d éviter que les copropriétaires en fassent un autre usage. Le règlement de copropriété permet d indiquer si certaines parties communes sont affectées à l usage exclusif de certains copropriétaires : cours, jardins, Les règles d administration des parties communes : L art 8 de la loi dispose que le règlement de copropriété «fixe également, sous réserve des dispositions de la présente loi, les règles relatives à l administration des parties communes». Ainsi : l organisation et l administration des parties communes constituent l objet principal du règlement de copropriété (en particulier fixation des règles de fonctionnement des organes de la copropriété ainsi que des pouvoirs du syndic), mais cela sous réserve des dispositions de la loi : le règlement de copropriété peut préciser ou compléter les dispositions légales relatives à l administration des parties communes, mais en aucun cas les contredire. La répartition des charges afférentes aux parties communes : L'art. 10 de la loi de 1965 dispose : «Le règlement de copropriété fixe la quote-part afférente à chaque lot dans chacune des catégories de charges». Toutefois, la marge de liberté laissée au règlement de copropriété est différente selon que les charges sont relatives aux services collectifs et équipements communs ou à l entretien / administration courante des parties communes : 3

4 - Charges afférentes aux services collectifs et équipements communs (frais d'ascenseur, chauffage, ) : les copropriétaires doivent contribuer à ces charges en fonction de l utilité que ces services présentent à l égard de chaque lot. C est l utilité qui importe, et non l usage effectif qu en font les propriétaires. Ainsi, le copropriétaire du rez-de-chaussée ne supporte pas les frais d ascenseur ; la répartition des charges de chauffage est fonction du volume de chacune des parties privatives ; - Charges liées à l entretien courant des parties communes (frais de ravalement de façade, réparation de la toiture, ) : leur montant est proportionnel aux valeurs relatives de chaque partie privative. La marge de manœuvre est donc relativement réduite dans ce cas puisqu on s en remet aux documents décrivant la division de l immeuble. 2. L état descriptif de division Il prévoit la consistance de chaque lot de copropriété. Il donne à chacun sa description exacte, la détermination de ses contours, dans sa partie privative et commune. Cet acte fait également un descriptif de l immeuble dans son ensemble : situation, adresse, contenance, NB : cet état descriptif peut faire partie du règlement de copropriété, ou en être distinct. il est au même titre que le règlement de copropriété destiné à la publicité foncière. Dès lors, l état descriptif est opposable aux tiers, même en l absence de publicité, s il est expressément constaté dans l acte translatif de propriété dont ce tiers en a eu connaissance et dont il a adhéré. B. Les organes de la copropriété. Le fonctionnement de la copropriété requière la mise en place d un syndicat de copropriété, lequel gère les parties communes de l immeuble. Le syndicat fonctionne par le truchement de 3 autres organes : l assemblée générale des copropriétaires, le syndic, et le conseil syndical (organe de surveillance du syndic). 1. Le syndicat des copropriétaires L art. 14 de la loi prévoit que «la collectivité des copropriétaires est constituée en un syndicat qui a la personnalité civile». Comme toute personne, le syndicat a un patrimoine, lequel en pratique se réduit à un compte alimenté par les copropriétaires pour les besoins des charges communes. Le syndicat est susceptible d être déclaré en redressement ou en liquidation judiciaire. Toutefois, la loi le rend obligatoire, ce qui en interdit toute dissolution, issue pourtant inévitable en cas de situation économique et financière irrémédiablement compromise. La loi du 21/07/1994 relative à l habitat a finalement exclu les syndicats de copropriétaires de l application des règles du droit commun du redressement et de la liquidation judiciaire. La loi de 1994 prévoit que si la situation d un syndicat de copropriétaires est irrémédiablement compromise, le président du TGI (saisi, soit par les copropriétaires représentants au moins 15 % des voix, soit par le syndicat lui-même, soit par le procureur de la République) désigne un administrateur judiciaire chargé de prendre les mesures nécessaires au rétablissement du syndicat permettant un fonctionnement normal. 4

5 L art 14, al 4 prévoit que le syndicat «a pour objet la conservation de l immeuble et l administration des parties communes». C est ainsi lui qui établit et modifie le règlement de copropriété, qui prend toutes les décisions collectives relatives aux travaux nécessaires, au rétablissement du fonctionnement normal du syndicat,... Le syndicat réalise cet objectif à travers 3 organes. 2. L assemblée générale du syndicat C est l organe délibératif du syndicat, la réunion de l ensemble des copropriétaires. a. Les règles de fonctionnement C est le formalisme qui les caractérise, formalisme à tous les niveaux : L assemblée générale doit se réunir au moins une fois par an L initiative de la convocation doit en principe être prise par le syndic, l exécutif du syndicat. S il ne la prend pas, il est néanmoins tenu d y procéder à la demande des copropriétaires appartenant au conseil syndical et si, malgré cela, il ne la convoque toujours pas, il est possible au président du conseil syndical, à un copropriétaire ou à tout mandataire de justice habilité par le président du TGI, de convoquer directement l assemblée générale. Tout copropriétaire doit être convoqué dans les formes prescrites par la loi. L absence de convocation ou le non-respect de ces formalités est sanctionné par la nullité de la réunion de l assemblée générale. La convocation doit être faite par LRAR ou remis en mains propres contre décharge. Elle doit avoir lieu au moins 15 jours avant la date de la réunion, avec indication du lieu, de l heure, et surtout de l ordre du jour précis. Seuls les points figurant à l ordre du jour pourront faire l objet d une décision en AG. NB : le règlement de copropriété peut prévoir un délai de convocation supérieur à 15 jours. Par ailleurs, un délai inférieur à 15 jours est autorisé si l urgence l'exige. c est souvent celui qui convoque l AG qui établit l ordre du jour. Toutefois, afin d éviter que son contenu soit ainsi exclusivement laissé à la discrétion de celui qui convoque, la loi prévoit que chaque copropriétaire peut dans les 6 jours de la réception de la convocation demander l inscription de points supplémentaires de discussion à l ordre du jour, lequels doivent être notifiés aux autres copropriétaires au moins 5 jours avant la réunion. Un copropriétaire peut se faire représenter par un mandataire de son choix, membre du syndicat ou non. Mais il y a 3 restrictions apportées à cette possibilité : - Nul ne peut détenir plus de 3 mandats, à moins que le total des voix ne dépasse 5 % des voix. - Le syndic ne peut être mandataire. - Le syndic ne peut distribuer aux copropriétaires de son choix les mandats en blanc qu il aurait reçu de copropriétaires absents. NB : Civ 3 ème, 28/03/1990, Bull n 87 : le principe de la distribution à tous les copropriétaires de mandats blancs est admis. 5

6 Une liste de présence comportant les noms de tous les copropriétaires ainsi que de leurs tantièmes doit être émargée par les présents ou mandataires. Un procès-verbal doit être dressé et signé par le président de séance, avec indication précise de chaque vote. Toute personne ayant émis un vote négatif ou s étant abstenue doit être nominativement mentionnée. b. Les règles de majorité Chaque copropriétaire dispose d un nombre de voix égal à sa quote-part dans les parties communes, c'est-à-dire à son nombre de tantièmes des parties communes attachées à son lot. Ce nombre de tantièmes dépend de la valeur relative reconnue à la partie privative du copropriétaire par rapport à l ensemble desdites parties, valeur estimée à partir de la consistance, la superficie et la situation des lots. Ce principe connaît toutefois 2 dérogations : L art 16 de la loi de 1965 prévoit que si le syndicat est lui-même en tant que personne morale propriétaire de parties privatives, il ne peut pas prendre part au vote concernant les décisions relatives aux parties communes correspondant à cette partie privative. Si un copropriétaire possède à lui seul plus de la moitié des tantièmes, et donc s il dispose de plus de la moitié des voix, le nombre de ces voix est alors réduit à la somme des voix des autres copropriétaires, c'est-à-dire au maximum à la moitié des voix. La loi distingue 4 règles de majorité : la majorité simple des présents ou représentés ; la majorité absolue des copropriétaires, présents ou absents ; le double majorité ; et pour les décisions les plus importantes, l accord unanime. La majorité simple (art 24. de la loi) L art. 24 de la loi de 1965 dispose que «les décisions de l assemblée générale sont prises à la majorité des voix des copropriétaires présents ou représentés, s il n en est autrement ordonné par la loi.» Cette majorité est la majorité de principe. Elle s'applique à toutes les décisions ordinaires de la copropriété : approbation des comptes, vote du budget, dépenses de conservation et d entretien de l immeuble, La majorité absolue (art 25. de la loi) La loi énumère toute une série de dispositions pour lesquelles cette majorité est prévue : nomination et révocation du syndic, des membres du conseil syndical, décision d entreprendre des travaux affectant les parties communes, Cette majorité renforcée empêche qu une décision soit prise en AG alors que celle-ci connaît un fort taux d absentéisme. A défaut de majorité absolue, une nouvelle AG sera convoquée et statuera dès lors dans les conditions de l art 24. La double majorité (art 26. de la loi) Elle correspond à la majorité des membres du syndicat représentant au moins les 2/3 des voix. 6

7 Les décisions concernées affectent la structure juridique ou matérielle de la copropriété : modification du règlement de copropriété dans la mesure où il concerne la jouissance, l usage et l administration des parties communes ; les travaux de transformation, d addition ou d amélioration des parties communes autres que ceux envisagés à l art 25 ; Unanimité des copropriétaires : Aucune disposition législative n établit une liste précise ou limitative des décisions concernées. Il faut se référer au cas par cas. Ainsi l art 35, al 1 exige l'unanimité pour la surélévation ou la construction de bâtiments aux fins de créer de nouveaux locaux à usage privatif. De même, l'unanimité est exigée pour dissoudre la copropriété ou modifier la destination de l immeuble. c. Les recours et sanctions contre les décisions de l assemblée générale Les titulaires de l action en justice : L art 42, al 2 prévoit que les copropriétaires, opposants ou défaillants (absents), peuvent introduire un recours. Par interprétation a contrario, la jurisprudence considère que les copropriétaires qui ont émis un vote favorable ou qui se sont abstenus n ont pas la possibilité de contester les décisions de l assemblée générale (cf Civ 3 ème, 16/02/1977, Bull n 80, et 3/07/1996, Bull n 172). Modalités d action : L action en contestation d une décision d AG doit être introduite dans les 2 mois suivant la réception de la notification de la décision, à peine de déchéance ou forclusion. Le syndic est chargé de procéder à cette notification dans les 2 mois de la tenue de l assemblée. Sanctions susceptibles d être prononcées par le juge : Généralement, on envisage la nullité ou l inopposabilité. Lorsque la contestation porte sur la régularité de la décision, on demande le plus souvent l annulation. Les motifs d irrégularité peuvent être le non-respect des règles de fonctionnement ou de majorité. Lorsqu elle est prononcée, la nullité s impose erga omnes, c'est-à-dire qu'elle pourra être invoquée par tous les propriétaires, y compris ceux qui avaient approuvé la décision! Pour les décisions relatives aux travaux effectués sur les parties communes qu un copropriétaire estime somptuaire, généralement on demande l inopposabilité, alors même que la décision est régulière. L'intérêt est que le copropriétaire qui obtiendra gain de cause ne devra pas prendre part à la dépense. 3. Le syndic a. Qualité et désignation du syndic L assemblée générale des copropriétaires a toute liberté quant au choix du syndic. Il peut s agir d une personne physique ou morale, d un professionnel, d un copropriétaire ou d un tiers. 7

8 Il est désigné par l assemblée des copropriétaires qui peut aussi le révoquer à la majorité absolue des copropriétaires présents ou non. Il se peut que l AG ne prenne pas l initiative de sa désignation alors que sa constitution est obligatoire. L art 17 renvoie alors au président du TGI la compétence de désigner le syndic sur requête d un ou plusieurs copropriétaires. L art 28 du décret d application de 1967 prévoit que la durée des fonctions du syndic ne peut excéder 3 ans. Toutefois, cette durée est ramenée à 1 an pendant les 10 années qui ont suivi la construction de l immeuble lorsque le syndic ou l un de ses proches a participé directement ou indirectement aux opérations de construction de l immeuble. b. Attributions du syndic Il est l organe exécutif du syndicat. A ce titre, il se voit reconnaître un certain nombre de missions : exécuter les décisions adoptées en AG, faire respecter le règlement de copropriété ou recouvrer les créances du syndicat à l égard des tiers ou des copropriétaires eux-mêmes. 4. Le conseil syndical a. Désignation Depuis une loi du 31/12/1985, la mise en place d un conseil syndical est devenue la règle de principe. Cette loi introduit un article 21 dans le corpus de la loi de 1965 selon lequel dans tout syndicat de copropriétaires un conseil syndical assiste le syndic et contrôle sa gestion. C est une règle de principe qui n est toutefois pas impérative. On peut déroger à l'adoption d'un conseil syndical par une délibération de l AG prise à la double majorité. A défaut de désignation, tout copropriétaire peut saisir le TGI pour faire désigner ces membres. b. Attributions L art 21 de la loi de 1965 confère au conseil syndical une double fonction : fonction d assistance et de conseil du syndic : le conseil syndical peut émettre des avis consultatifs sur toute question intéressant le syndicat. fonction de contrôle : le conseil syndical surveille la gestion, la comptabilité, ainsi que la répartition des dépenses entre les copropriétaires. C. Droits et obligations des copropriétaires Les prérogatives des copropriétaires sont différentes selon qu elles s exercent sur le lot de copropriété entendu comme un élément indissoluble ou selon qu elles s exercent sur les parties privatives ou communes. 1. Droits et obligations par rapport au lot de copropriété Chaque copropriétaire a la propriété exclusive de son lot. A ce titre, il peut effectuer certains actes sur cet ensemble en son entier : 8

9 librement en disposer, à titre gratuit ou onéreux, entre vifs ou à cause de mort, grever le lot de droits réels tels qu hypothèques ou usufruits, en conférer la jouissance à autrui au moyen d un contrat de location. NB : les prérogatives du copropriétaire sur son lot doivent porter sur le lot en son entier, dans sa partie privative et sa quote-part de partie commune. Le droit du copropriétaire sur son lot est toutefois assorti de certaines limites : Le règlement de copropriété peut limiter le droit de disposer ou de louer des copropriétaires. Toutefois, une telle limitation aux droits des copropriétaires doit être justifiées par la destination de l immeuble (art.8). A cet égard, la jurisprudence condamne toute clause du règlement de copropriété qui tendrait à interdire de céder ou louer séparément les lots des locaux accessoires tels que chambre de bonne, caves, garage, De même, la jurisprudence condamne les clauses interdisant de vendre le lot de copropriété à d autres personnes que les copropriétaires (cf Civ 3 ème, 1 er /07/1972, D 72 p 727). La loi de 1965 réglemente la cession du lot en la soumettant à certaines modalités d information et de publicité. Ainsi, l art 4 du décret de 1967 prévoit que le cessionnaire doit être informé des obligations de copropriété figurant dans le règlement auquel il sera soumis. Les opérations dont fait l objet le lot de copropriété (aliénation, constitution de droits réels) sont soumises au droit commun de la publicité foncière. 2. Droits et obligations des copropriétaires à l égard des parties privatives seules Les parties privatives ne peuvent faire l objet d actes de disposition ou de jouissance séparément des parties communes. En revanche, le copropriétaire dispose d une grande liberté dans l utilisation de ses parties privatives, les seules réserves s imposant à lui étant le respect des dispositions du règlement de copropriété relatives à l utilisation des parties privatives, outre le respect de bons rapports de voisinage. 3. Droits et obligation des copropriétaires à l égard des parties communes seules Les parties communes ne peuvent faire l objet d actes de disposition ou de jouissance séparément des parties privatives. Chacun des copropriétaires a un droit d usage sur les parties communes qu il exerce concurremment avec les autres copropriétaires. Cet usage concurrent interdit qu un copropriétaire ne s attribue l usage exclusif des parties communes, ou apporte des modifications, ou effectue des travaux sur ces parties sans l accord de l AG. 9

La vie en copropriété

La vie en copropriété UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 1 tout savoir sur La vie en copropriété Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS LA COPROPRIÉTÉ Quatrième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2006 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002, 2006 ISBN

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE LOTISSEMENTS TRANSACTIONS GESTION DE BIENS - SYNDIC DE COPROPRIETES LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE DEFINITIONS LA COPROPRIETE La copropriété est l organisation de l ensemble immobilier répartie

Plus en détail

Guide pratique de la copropriété

Guide pratique de la copropriété ANCC Association Nationale de la Copropriété et des Copropriétaires 13 rue Littré 75006 PARIS Téléphone : 01.42.22.14.14 Télécopie : 01.42.22.69.69 Guide pratique de la copropriété Ce guide a été réalisé

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

LE LIVRET DU COPROPRIÉTAIRE

LE LIVRET DU COPROPRIÉTAIRE SOCOGIM à Orléans Location - syndic -10 boulevard Rocheplatte B.P. 71479 45004 Orléans decex 1 02 38 79 75 95 - socogim.orleans@groupe-valloire.fr v e n t e - t r a n s a c t i o n - l o c a t i o n -

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE Avant-propos Cher copropriétaire, Vous venez d acquérir un logement dans un immeuble en copropriété. Nous sommes heureux de vous accueillir et nous vous souhaitons d y vivre

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

LES MAJORITES EN COPROPRIETE

LES MAJORITES EN COPROPRIETE LES MAJORITES EN COPROPRIETE Mise à jour : 08/09/2008 MAJORITE - Majorité dite de droit commun qui s applique s il n en est autrement ordonné par la loi Art. 24 alinéa 1 loi 10.07.1965 - Extension de l

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

COLLECTION ÊTRE COPROPRIÉTAIRE. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier

COLLECTION ÊTRE COPROPRIÉTAIRE. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier ÊTRE COPROPRIÉTAIRE DROITS, OBLIGATIONS, RAPPORTS AVEC LE SYNDIC Notre métier, c est votre garantie

Plus en détail

Le rôle du Géomètre-expert dans la copropriété

Le rôle du Géomètre-expert dans la copropriété Document mis en ligne sur le site Internet de la société GEOM7 : http://www.geom7.fr/ Le rôle du Géomètre-expert dans la copropriété (Par M. Roland TARROUX de la Société de Géomètres Experts Foncier GEOM7)

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété vous informe COPROPRIETE : Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 Principaux

Plus en détail

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété Petit mémo du copropriétaire Petit mémo du copropriétaire Etre copropriétaire : C est avoir des droits mais aussi des obligations

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1 Présentation 3 PARTIE 1 Les professionnels de l immobilier Chapitre 1 Les métiers de l immobilier 21 1 Les principaux métiers de l immobilier 21 Le promoteur immobilier 21 L agent immobilier 21 Le négociateur

Plus en détail

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel L INDIVISION L indivision peut résulter d une convention. Elle permet d organiser la propriété de plusieurs personnes : copropriété familiale, dont la communauté de biens entre époux est l exemple le plus

Plus en détail

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement.

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement. redressement immatriculation majorité copropriété syndic conseil par Vincent Faurie Christine Foury Sonia Hermès GROUPE immobilier 12. LA LOI ALUR : RECENSER - PRÉVENIR - LUTTER CONTRE LES COPROPRIÉTÉS

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Copropriété & accessibilité

Copropriété & accessibilité Note technique Copropriété & accessibilité Résumé de la législation relative aux travaux d accessibilité des BHC (Bâtiments d Habitation Collectifs) existants Les copropriétés relèvent de la réglementation

Plus en détail

I. INTRODUCTION : II. ANALYSE DE QUELQUES DISPOSITIONS DU CODE JUDICIAIRE :

I. INTRODUCTION : II. ANALYSE DE QUELQUES DISPOSITIONS DU CODE JUDICIAIRE : LA COPROPRIETE ET SON CONTENTIEUX : SUITE DE L ANALYSE ET DES POSSIBLES REFORMES DE LA LOI. De Pierre ROUSSEAUX, avocat,président S.N.P. CHARLEROI I. INTRODUCTION : Conférer des droits et des obligations

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

Feuille de route du copropriétaire

Feuille de route du copropriétaire Feuille de route du copropriétaire Que vous soyez déjà copropriétaire dans un immeuble géré par le cabinet IFNOR ou que vous veniez juste de faire l acquisition d un bien immobilier, nous avons voulu au

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

3. Le copropriétaire participe aux droits et aux charges de la propriété en proportion de sa part.

3. Le copropriétaire participe aux droits et aux charges de la propriété en proportion de sa part. TEXTE COORDONNE CHAPITRE III DE LA COPROPRIETE SECTION I - De la copropriété ordinaire et de la copropriété forcée en général Art. 577-2. 1 er. A défaut de conventions et dispositions spéciales, la propriété

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi Alur Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi ALUR - Principales dispositions en copropriété 13/15 Objectif : Les principales dispositions

Plus en détail

Règlement de copropriété

Règlement de copropriété Règlement de copropriété Section I. Désignation ARTICLE PREMIER. Situation des lieux Le présent règlement de copropriété concerne un immeuble édifié à Lormont, au 11, Rue Marc Tallavi Ce terrain est d

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Introduction. L'administrateur de biens immobiliers est une personne qui effectue des opérations de régisseur ou de syndic.

Introduction. L'administrateur de biens immobiliers est une personne qui effectue des opérations de régisseur ou de syndic. Introduction I. L administrateur de biens immobiliers En 2010, la législation en matière de copropriété a été profondément modifiée. La loi du 2 juin 2010 modifiant la législation en matière de copropriété

Plus en détail

Avant propos. Les droits et obligations de chacun font l objet de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la

Avant propos. Les droits et obligations de chacun font l objet de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la Avant propos La vie en copropriété n est pas toujours facile alors que même si on est propriétaire de son lot il n en reste pas moins qu on vit dans une communauté et qu il y a des règles à respecter.

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Les novations dans la copropriété

Les novations dans la copropriété Les novations dans la copropriété Le document que nous publions a comme objet de faire le point sur les dernières modifications importantes en matière de copropriété. Ce secteur de la consommation est

Plus en détail

U52 GESTION. Situations professionnelles Compétences Savoirs associés. 52 C1 - Identifier les grandes caractéristiques de la copropriété

U52 GESTION. Situations professionnelles Compétences Savoirs associés. 52 C1 - Identifier les grandes caractéristiques de la copropriété U52 GESTION La gestion comprend : - la gestion de copropriété - la gestion locative GESTION DE COPROPRIÉTÉ Cette partie décrit l ensemble des activités confiées à un syndic de copropriété professionnel

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

dans votre résidence...

dans votre résidence... Coopération et Famille 17, rue de Richelieu 75038 Paris cedex 01 Conception & Réalisation : - Crédit-photos : Getty Images - Fotolia DE VOTRE COPROPRIÉTÉ BienvenueLES CLÉS dans votre résidence... Votre

Plus en détail

Statuts de SNL Paris

Statuts de SNL Paris Statuts de SNL Paris ( dernière mise à jour consécutivement à l Assemblée Générale du 12 juin 2005 ) Préambule En 1988, des personnes décident d agir ensemble afin «d ouvrir l accès au logement à des personnes

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

STATUTS - Association loi 1901 -

STATUTS - Association loi 1901 - STATUTS - Association loi 1901 - ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

ALUR. Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové - 24 mars 2014

ALUR. Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové - 24 mars 2014 ALUR Loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové - 24 mars 2014 Présentation des dispositions en matière de copropriété Réseau régional de lutte contre l habitat indigne 23 juin 2014 ADIL31/Agence

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Le 4 février 2012, à l Isle-Adam (95290), Maison de l Amitié, 44, avenue de Paris, les membres de l association «Initiatives et Actions

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

2. S'il a été décidé d'établir un règlement d'ordre intérieur, il peut être établi par acte sous seing privé.

2. S'il a été décidé d'établir un règlement d'ordre intérieur, il peut être établi par acte sous seing privé. Lois sur la copropriété21-03-1804[chapitre III. De la copropriété]chapitre III inséré par l'art. 1er de la L. du 8 juillet 1924 (M.B., 13 juillet 1924). [Section Ire. De la copropriété ordinaire et de

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET

DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET TITRE I : DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET ARTICLE 1 : CREATION - DENOMINATION Entre les soussignés : Mme Marie Ange Lundu, Né à Kinshasa le 24/05/1983 de nationalité congolaise, résident

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Statuts de MAAF Assurances SA

Statuts de MAAF Assurances SA Statuts de MAAF Assurances SA (modifiés par l assemblée générale du 13 juin 2014) ART. 1 - FORME JURIDIQUE La Société est constituée sous forme de société anonyme à conseil d administration, régie par

Plus en détail

Comment sont prises les décisions?

Comment sont prises les décisions? Comprendre TRAVAUX EN COPROPRIETÉ Comment sont prises les décisions? Des règles différentes en fonction des travaux Entreprendre des travaux en copropriété nécessite souvent de suivre un processus assez

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B L a crise économique a conduit les professionnels et les copropriétaires à se pencher

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15 Table des matières Sommaire... 7 Introduction... 11 I ère Partie Le bail à usage d habitation... 13 Titre I. Champ d application... 14 A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ Notre métier, c est votre garantie La crise économique a conduit les

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Guide de la copropriété des immeubles bâtis

Guide de la copropriété des immeubles bâtis Meta-systems - 29-07-14 18:40:21 ED0005 U200 - Oasys 19.00x - Page 1073 - BAT Guide de la copropriété des immeubles bâtis Christian Atias Une précédente édition de cet ouvrage, publiée en 1997, avait été

Plus en détail

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Juin 2014 N 18 Edito Numéro spécial loi ALUR La loi n 2014-366 pour l accès au logement et un urbanisme rénové, dite Loi ALUR,

Plus en détail

Syndicat de copropriétaires

Syndicat de copropriétaires Syndicat de copropriétaires Parcelle 1031 du plan cadastrale de Barjols (en vert) PIÈCES ANNEXES : Consultables et téléchargeables sur le site web dédié à la copropriété http://www.barjols1031.com Soit

Plus en détail

I M M O B I L I E R Le rôle du Notaire dans la vente d un bien en copropriété

I M M O B I L I E R Le rôle du Notaire dans la vente d un bien en copropriété Conférence débat Jeudi 3 avril 2014 Maître Jean-Marie DURAND I M M O B I L I E R Le rôle du Notaire dans la vente d un bien en copropriété Le statut de la copropriété est régi par la loi numéro 65-557

Plus en détail

MANDAT DE SYNDIC (no.. )

MANDAT DE SYNDIC (no.. ) MANDAT DE SYNDIC (no.. ) Syndicat des Copropriétaires - RESIDENCE - Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles

Plus en détail

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic Accueil >Analyses et commentaires >Analyses juridiques >Analyses juridiques 2015 >Copropriété : contrat type et rémunération du syndic >p.1 Copropriété : contrat type et rémunération du syndic N 2015-07

Plus en détail

Livret-guide du nouveau copropriétaire. ce que vous devez savoir. Les contacts utiles

Livret-guide du nouveau copropriétaire. ce que vous devez savoir. Les contacts utiles Les contacts utiles Pour plus d informations sur les modalités de fonctionnement d une copropriété, sur vos droits et vos devoirs en tant que copropriétaire, ou pour vous aider à résoudre des difficultés

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts AGE du 23 janvier 2014 FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA Statuts Titre 1 : dénomination, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution Il est fondé entre les organisations professionnelles

Plus en détail

STATUTS. Groupe Minoteries SA. TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE. Groupe Minoteries SA

STATUTS. Groupe Minoteries SA. TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE. Groupe Minoteries SA STATUTS De Groupe Minoteries SA TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE Article 1 Raison sociale Il existe, sous la raison sociale : Groupe Minoteries SA une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national.

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national. SYNDIC 1- Immatriculation de la copropriété 2- Gestion de la copropriété 3- Transparence et prévention des difficultés 1- Immatriculation de la copropriété Portée - Création d une immatriculation obligatoire

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

Charges de copropriété impayées

Charges de copropriété impayées C est le versement de provisions par les copropriétaires qui permet à la copropriété de fonctionner : grâce au paiement régulier des charges, le syndicat peut entretenir l immeuble et faire face à ses

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE»

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION Article 1.1 : Dénomination Il est formé entre les soussignés adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

Le Pouvoir dans les Sociétés

Le Pouvoir dans les Sociétés Prof. Dr. Christoph Teichmann, Université de Wuerzburg (Allemagne) Le Pouvoir dans les Sociétés Généralités 1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés? Il n y a pas une notion

Plus en détail

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme Ministère chargé de l urbanisme Déclaration d intention d aliéner un bien (1) Demande d acquisition d'un bien (1) Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

CONVICTIONS. Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901. Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS

CONVICTIONS. Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901. Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS page 1/5 CONVICTIONS Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901 Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS ARTICLE 1 - TITRE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail