ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi"

Transcription

1 ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI Pourquoi réglementer? I. Réglementation des Télécommunications au Burundi 1. Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications 2. Le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant création de l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT) 3. L Ordonnance Ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 fixant les conditions d exploitations des activités dans le secteur des télécommunications II. Libéralisation du secteur des Télécommunications 1. Des sociétés de télécommunications. 2. Exploitation des stations de radiodiffusion 3. De l internet 1

2 I. REGLEMENTATION DES TELECOMMUNICATIONS Pourquoi réglementer? La réglementation revêt une importance considérable. Sans réglementation, les marchés ne fonctionnement pas nécessairement de façon optimale. Cela est particulièrement vrai aux premiers stades de la transition de l ancien modèle monopolistique à une situation de concurrence renforcée. La réglementation pourrait se révéler nécessaire même sur des marchés concurrentiels pour empêcher les abus anticoncurrentiels, protéger le consommateur et réaliser des objectifs nationaux tels que l accès universel, la compétitivité industrielle ou la croissance de la productivité économique. La réponse à la question «pourquoi réglementer» pourrait être d une clarté frappante : pour faire en sorte que les marchés fonctionnent efficacement et, ce qui est plus important, dans l intérêt des consommateurs, des entreprises et des pays en général. De manière quasi universel, les gouvernements adoptent une position pragmatique en ce sens qu ils interviennent plus activement en cas de nécessité et s efforcent de s effacer quand ils le peuvent. Certes, chaque gouvernement décide de lui-même de la manière dont il doit réglementer, mais il peut être informé par un organisme plus ou moins universel des connaissances théoriques et conceptuelles acquises au fil des années dans la communauté des responsables de la réglementation des télécommunications. Même dans un système concurrentiel, le rôle des responsables de la réglementation ne disparaît pas, étant donné que les autorités en charge de la régulation doivent gérer un secteur en pleine expansion, caractérisé par l apparition de nouveaux acteurs et de technologies qui évoluent très rapidement. Enfin de compte, chaque gouvernement doit déterminer la portée et l objet de la réglementation d après ses propres objectifs socio-politiques. On peut voir dans la réglementation un moyen de réaliser l objectif ultime qui est de fournir des services TIC optimaux aux utilisateurs finals et il 2

3 incombe à chaque gouvernement d adapter son régime réglementaire en fonction de la réalisation de cet objectif et en tenant compte des besoins de ces administrés. Au Burundi, la matière de la réglementation des télécommunications est régie par le décret-loi n 1/O11 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications. Ce texte de base a abrogé le décretloi n 1/037 du 11 juin 1970 portant dispositions organiques sur les télécommunications dont un grand nombre de dispositions étaient devenues obsolètes. Le décret-loi consacre la création d un organisme autonome de contrôle et régulation appelé «Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications», ARCT, en sigle, dont les missions ont été bien déterminées par le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant statuts de l Agence. Les conditions d exploitation des activités dans le secteur des télécommunications ont fait l objet d une ordonnance ministérielle : ordonnance ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 en abrogation de l ordonnance ministérielle n 064/160 du 29 octobre 1971 sur les télécommunications au Burundi. I.1.Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications Le décret-loi consacre le principe de la séparation des fonctions de réglementation et celle d exploitation. Il consacre également la création d une entité administrative chargé de la régulation et du contrôle des télécommunications appelée «Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications», ARCT en sigle. D après le décret-loi précité, le Gouvernement définit et s assure de la mise en œuvre de la politique sectorielle des télécommunications et de la réglementation y relative. Il doit en outre : 3

4 - Etablir les lois et règlements qui gouvernent l installation et la fourniture des services de télécommunications au public ; - Veiller à la préservation des intérêts nationaux en matière de sécurité et de souveraineté ; - S assurer que l Etat du Burundi est bien représenté dans les organismes nationaux et internationaux et dans les conférences en matière de télécommunications ; - Conclure les concessions ou conventions d établissement et d exploitations en matière de télécommunications ; - Conclure des traités, conventions et règlements internationaux en matière des télécommunications. Conformément à l article 3 du même décret-loi, seul l Etat a le droit d établir sur le territoire du Burundi les réseaux et installations de télécommunication de base pour les besoins de communications du public. Toutefois, l Etat peut disposer de ce droit par voie de concessions ou d autorisations et confier en tout ou partie à des tiers, l établissement, l exploitation ou la gestion des réseaux et installations de base. Par dérogation, le Gouvernement peut autoriser une personne physique ou morale autre que l exploitant public à établir et à exploiter un réseau de télécommunications répondant aux besoins du marché et compatible avec l accomplissement par l exploitation des missions de service public et de desserte géographique. L article 12 stipule quant à lui que les réseaux de télécommunications de base ouverts au public ne peuvent être établis que par un exploitant public détenteur d une concession ou d une convention d établissement et d exploitation. Les autorisations d exploitation pour services marchands sont délivrées par le Gouvernement après avis technique de l ARCT. Dans le domaine des radio-communications, le Gouvernement peut instituer des servitudes administratives pour prévenir et/ou supprimer toute entrave pour cause d utilité publique. La loi interdit également les actes ci-après (art. 10) : 4

5 - L utilisation sans autorisation de fréquences radio-éléctriques en vue d assurer au-delà de 100 m soit l émission, soit la réception, soit à la fois l émission et la réception des signaux ; - L interception des radio-communications qui ne soit pas destinées à l usage général du public ; - La divulgation, sans autorisation, du contenu, la publication ou tout usage quelconque des radio-communications qui ne sont pas destinées à l usage général du public ; - L usage par une station, d indicatifs qui ne lui sont pas attribués ; - L émission des signaux et communications de nature à porter atteinte à la sécurité de l Etat ou qui seraient contraires à l ordre public ou aux bonnes mœurs ou qui constitueraient un outrage à autrui ou une offense à l égard d un pays étranger ; - La cession et le transfert, sans autorisation, de concession ou de licence. I.2. Le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant création de l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT) L Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications a été créée par le décret susmentionné. Selon l article 8 de la loi organique (décret-loi n 1/11 du 4 septembre 1997 portant dispositions organiques des télécommunications), l ARCT accorde les autorisations d exploitation de liaisons, de réseaux privés indépendants, de service à valeur ajoutée fournis par les opérateurs publics et privés. I.2.1. Des missions de l ARCT L ARCT a une mission générale d assurer le contrôle et la régulation du secteur des télécommunications et de faire respecter la réglementation y relative. La loi lui donne les missions spécifiques : d assurer la surveillance du secteur des télécommunications; de participer aux négociations des traités ; des conventions et règlements internationaux relatifs aux télécommunications ainsi qu aux conférences régionales et internationales sur les télécommunications ; de faire respecter la politique tarifaire ; 5

6 de définir les règles d utilisation des circuits ou des réseaux loués à des utilisateurs privés; d allouer les fréquences et gérer les spectres radioélectriques ; d octroyer les autorisations d exploitation des liaisons, de réseaux privés indépendants, de services à valeur ajoutée fournis par des opérateurs publics et privés ; de donner des avis techniques au gouvernement pour les autorisations d exploitation des services marchands ; d octroyer des autorisations d installation d abonnés ; de constructions de réseaux et d équipements aux entrepreneurs privés agréés ; d approuver les équipements terminaux d abonnés et en autoriser la vente et le raccordement en réseau public ; d établir à l intention du gouvernement, les conditions de concession d exploitation et les redevances pour les licences d exploitation, avec les opérateurs ; de verser les contributions aux organismes régionaux et internationaux de télécommunications ; de s assurer que les accords d interconnexion au réseau public sont non discriminatoires, équitables et raisonnables, et offrent le plus grand bénéfice à tous les usagers ; de veiller à ce que les accords d interconnexion respectent les normes techniques, les exigences de qualité, les conditions de sécurité et de confidentialité des conversations et données transmises ; d établir les procédures de résolution des différends entre fournisseurs de service et utilisateurs, et d intervenir en cas de saisine ; de limiter, en cas de besoin, le nombre de stations radioélectriques privées ou en interdire le fonctionnement dans le voisinage des installations radioélectriques, gouvernementales ou concédées. Dans ce cas sa décision doit être motivée. L esprit du législateur est de faire de l ARCT un organisme autonome. Lorsque le Gouvernement choisit de rendre autonome le régulateur, il a au moins trois objectifs : - Créer le cadre réglementaire optimal pour le développement et l épanouissement du secteur ; - Assurer une légitimité maximale aux instances de réglementation créées en permettant à leurs responsables de prendre sereinement des décisions appropriées ; 6

7 - Protéger les intérêts des consommateurs. I.2.2. De l organisation L Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications est administrée par un Conseil d Administration composé de 7 membres représentant les principaux intervenants du secteur des télécommunications. Ainsi, le Conseil d Administration est constitué des représentants ci-après : - Un représentant du Ministère ayant les télécommunications dans ses attributions - Un représentant du Ministère de la Défense Nationale - Un représentant du Ministère des Finances ; - Un représentant du Ministère de la Communication (la radio nationale) ; - Un représentant des opérateurs ; - Un représentant du service chargé des entreprises publiques ; - Le Directeur Général de l ARCT L Agence est organisée en une Direction Générale et deux directions : la Direction Technique ainsi que la Direction Administrative et Financière. La Direction Technique supervise trois services à savoir : le Services des Affaires Juridiques, le Service chargé de l Agrément et du Contrôle des Terminaux ainsi que le Service chargé de la Gestion du Spectre des Fréquences. La Direction Administrative et Financière quant à elle supervise le Service Financier et le Service chargé de l Administration. I.3.L Ordonnance Ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 fixant les conditions d exploitations des activités dans le secteur des télécommunications. Dans le but d ouvrir davantage le secteur, le législateur a mis en place un texte d application de la loi organique définissant les conditions d exploitation des activités dans le secteur des télécommunications. Il s agit de l Ordonnance Ministère n 520/730/540/231 du 09 avril

8 L ordonnance fixe les conditions que doit remplir toute personne physique ou morale qui désire exploiter l un ou l autre service du domaine des télécommunications. L ordonnance distingue les services marchands et les services non marchands ; les services non marchands étant constitués essentiellement des réseaux indépendants tandis que les services marchands sont constitués des réseaux et services ouverts au public. I.3.1. Des services marchands Toute personne physique ou morale désireuse d exploiter un service des télécommunications ouvert au public doit conclure avec le Gouvernement un contrat de concession. La demande de concession d exploitation d un service ouvert au public est adressé à l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications. L autorisation est accordée par le Ministre ayant les télécommunications dans ses attributions après l avis technique de l ARCT. Le contrat d exploitation est signé par l ARCT et le concessionnaire. Le dossier de demande comprend : - l identification du demandeur ; - la nature et les caractéristiques du service ; - les zones de couvertures ; - les conditions de confidentialité et de neutralité du service au regard des messages transmis ; - les normes et spécifications du service ; - les conditions de permanence, de qualité et de disponibilité du service pour les réseaux de télécommunications de base ; - les références statutaires de l intéressé et l étude de faisabilité du projet d exploitation. I.3.2. Des services non marchands Toute personne physique ou morale qui désire exploiter un réseau de télécommunications privé doit obtenir au préalable l autorisation de l ARCT. 8

9 La demande d autorisation est adressée à l ARCT. L autorisation est sanctionnée par l octroi d une licence d exploitation précisant la nature de l activité, les caractéristiques du matériel utilisé et les obligations vis-à-vis de l Etat et d autres exploitants. Le titulaire d une licence d exploitation est tenu de payer une redevance annuelle destinée à couvrir les frais des services rendus par l Etat. I.3.3. Du régime de déclaration Certains services ne sont ni dans le cas des services marchands ni dans celui des services non marchands. Ils font l objet d une simple déclaration préalable à l ARCT. Il s agit de : - la publication des listes d abonnés ; - les installations terriennes de réception individuelle de message par satellites. I.3.4. Le prix des licences Le principe adopté dans la législation burundaise est celui de la fixation préalable du prix de la licence par un texte de loi par opposition au principe de la fixation du prix de la licence par appel d offres ouverts. 9

10 II. DE LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS La libéralisation économique a été initiée par le Gouvernement burundais depuis 1986 avec le soutien du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale. C est dans ce cadre que pas mal de secteurs ont connu de vastes programmes de réformes et de modernisation dans l objectif de les rendre productifs et plus performants. On notera par exemple que dans le but de créer un environnement juridique des affaires modernes et plus incitatif, un travail d harmonisation et de modernisation des dispositions générales du commerce jadis éparses et parfois tombées en désuétude a abouti à la promulgation du décret-loi n 1/045 du 09 juillet 1993 portant dispositions générales du code de commerce. En matière du droit des sociétés, l objet de ces travaux de réforme a consisté en l élaboration d un texte unique renfermant les dispositions organiques applicables à toutes les entreprises économiques du Burundi. Ce texte unique à savoir la loi n 1/002 du 06 mars 1996 portant code des sociétés privées et publiques a revu le droit des sociétés en tenant compte des règles édictées par les dispositions du commerce et de l évolution socio-économique du Burundi vers le libéralisme économique et le libre entreprise. La libéralisation du secteur des télécommunications a été amorcée avec la mise en place du décret-loi n 1/011 du 4 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications. En effet, longtemps resté sous le monopole de l Etat, le secteur des télécommunications sera complètement libéralisé en 1997 avec la séparation des fonctions de réglementation et d exploitation ainsi que la création d une nouvelle entité ayant la mission générale d assurer la régulation du secteur : l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT). Avant la promulgation du décret-loi du 4 septembre 1997, le secteur des télécommunications était régi par le décret-loi n 1/037 du 11 juin 1970 portant dispositions organiques sur les télécommunications. 10

11 Pendant cette période, le paysage des télécommunications a été longuement dominé par un seul opérateur, l ONATEL, société à capitaux publics à 100%. Aussi, le domaine les stations de radiodiffusion a connu une expansion à tel enseigne qu actuellement l on compte dans l ensemble une vingtaine de stations. Il en est de même du domaine internet où en plus de la connexion assurée par les opérateurs privés, des micro stations terriennes (VSAT) ont été acquises soit par des structures étatiques, soit par des organismes non gouvernementaux. II.1. Des sociétés de télécommunications. Actuellement, le paysage des sociétés de télécommunications comprend 5 sociétés opérationnelles à savoir ONATEL, UCOM, LACELL, ECONET et AFRICELL. C est à partir de 1999 qu ont été octroyées les premières licences pour l exploitation des réseaux GSM. Les premières sociétés à bénéficier de cette licence sont TELECEL BURUNDI (devenue par la suite UCOM), SPACETEL (devenue actuellement ECONET WIRELESS BURUNDI) et AFRICELL (qui a ajouté TEMPO pour devenir TEMPO-AFRICELL). En 2007 sont nées les sociétés LACELL et HITS TELECOM. Il importe de préciser que seules les sociétés ONATEL et UCOM opèrent dans la téléphonie fixe. Dans la téléphonie mobile, on rencontre les sociétés UCOM, AFRICELL, LACELL, ONAMOB et ECONET ; la société HITS TELECOM n a pas encore commencé ses activités commerciales. II.2. Exploitation des stations de radiodiffusion Dans le domaine des stations de radiodiffusion, le rôle de l ARCT consiste à: - fournir les ressources en fréquences (assignation de fréquences) - agréer les équipements utilisés. On distingue ainsi les radios locales, les radios étrangères émettant au Burundi, les télévisions et les stations de télédistributions. 11

12 II.2.1. Radios locales 1) Radio Nationale (RTNB) 2) Radio Agakiza 3) Radio Bonesha FM 4) Radio CCIB FM Plus 5) Radio Culture 6) Radio Ijwi ry Amahoro 7) Radio Maria 8) Radio Isanganiro 9) Radio Publique Africaine 10) Radio Renaissance FM 11) Radio Salama 12) Radio Scolaire Nderagakura 13) Radio Ivyizigiro 14) Radio Ijwi Riremesha 15) Radio Ijwi ry Abakenyezi 16) Radio Umuco FM 17) Radio Star FM 18) Radio Rema FM II Radio étrangères a) Radio France Internationale b) Radio BBC II.2.3. Télévisions a) Télévision Nationale (RTNB) b) Télévision Renaissance c) Télévision Salama d) Télévision Héritage II.2.4. Station de Télédistribution a) Télé 10 b) Star Media ( n a pas encore commencé ses activités) 12

13 II.3. Fournisseurs d Internet 1) CBINET 2) USAN 3) SPIDERNET 4) ONATEL 5) OSA 6) UCOM 7) AFRICELL 13

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ------------ --------------------- TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Chapitre II : Du régime juridique des réseaux et des services des télécommunications

Chapitre II : Du régime juridique des réseaux et des services des télécommunications PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE LOI N 005/2001 LOI N 005/2001 PORTANT REGLEMENTATION DU SECTEUR DESTELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE GABONAISE SOMMAIRE TITRE I : DES

Plus en détail

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 Office fédéral de la Communication - OFCOM Commission de la Communication - ComCom 13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 «Quel impact des convergences entre réseaux sur

Plus en détail

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur»

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU CAMEROUN PRESENTATIONS DE : OWONA NOAH SUZY,

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs Au menu... Les marchés en chiffre La place des consommateurs La régulation symétrique Les bénéfices des consommateurs Les limites de la régulation symétrique 2 Au menu... Les marchés en chiffre La place

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

Comment investir dans les télécommunications

Comment investir dans les télécommunications Comment investir dans les télécommunications La loi-cadre sur les télécommunications prévoit trois régimes d exploitation distincts s appliquant à des services et des activités également distincts : -

Plus en détail

Gabon. Réglementation du secteur des télécommunications

Gabon. Réglementation du secteur des télécommunications Réglementation du secteur des télécommunications Loi n 05/2001 du 27 juin 2001, modifiée [NB - Loi n 05/2001 du 27 juin 2001 portant réglementation du secteur des télécommunications en République gabonaise

Plus en détail

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Par Oumar Seck Ndiaye Les textes fondamentaux LOI N 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Instruments juridiques de protection des infrastructures et de la vie privée des citoyens contre les cyber

Plus en détail

Forum SSATP Dakar Décembre 2013 PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT DU PARC DES VÉHICULES DE TRANSPORT ROUTIER AU MAROC

Forum SSATP Dakar Décembre 2013 PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT DU PARC DES VÉHICULES DE TRANSPORT ROUTIER AU MAROC Forum SSATP Dakar Décembre 2013 PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT DU PARC DES VÉHICULES DE TRANSPORT ROUTIER AU MAROC Présenté par : Mr. Mohammed KARARA, Chef de service des études, Direction des Transports

Plus en détail

*** Le Conseil de Régulation de l Autorité de Régulation du Sous-secteur de l Electricité :

*** Le Conseil de Régulation de l Autorité de Régulation du Sous-secteur de l Electricité : 1 PREMIER MINISTERE BURKINA FASO --------- ------- Autorité de Régulation du Unité - Progrès - Justice Sous-secteur de l Electricité (ARSE) --------- Conseil de Régulation DELIBERATION N 2014-07/PM/ARSE/CR

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle

CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle 1 CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= LOI N 91-1001 DU 27 DECEMBRE 1991 Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle 2 REPUBLIQUE DE COTE D

Plus en détail

N 73 Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 Page 2629

N 73 Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 Page 2629 Arrêté du ministre des technologies de l information et de la communication du 29 juillet 2013, portant approbation du cahier des charges fixant les conditions et les procédures d exploitation des centres

Plus en détail

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES 1 Sommaire 1. LES ACTEURS 2. LES OUTILS DE GESTION DE LA QOS 3. LES MÉTHODES UTILISÉES 4. LES ÉLÉMENTS QUI AFFECTENT

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES (MEF) UNITE DE CONTRÔLE ET DE SUPERVISION DES ASSURANCES (UCSA) Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir Présenté par : Raoul TRIBIE

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Convention. Entre la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA), Et, M (nom et prénom).

Convention. Entre la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA), Et, M (nom et prénom). Convention d octroi d une licence de création et d exploitation d une chaine de télévision privée thématique et fixant les conditions et modalités particulières y afférente. Entre la Haute Autorité Indépendante

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004 C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004 Consultation publique sur le renouvellement de l autorisation délivrée au Consortium Français de Localisation (CFL) pour un réseau de radiolocalisation

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires Intégration Progressive des Marchés de l'electricité de l'algérie, du Maroc et de la Tunisie dans le Marché intérieur de l'electricité de l'union Européenne Séminaire - Tarification des réseaux haute tension

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Internet au Sénégal. AfriNIC-11 (21-27 nov. 2009) 26 novembre 2009 Radisson Blu, Dakar

Internet au Sénégal. AfriNIC-11 (21-27 nov. 2009) 26 novembre 2009 Radisson Blu, Dakar Internet au Sénégal AfriNIC-11 (21-27 nov. 2009) 26 novembre 2009 Radisson Blu, Dakar Plan Contexte Internet Initiatives Plan Contexte Internet Initiatives Contexte L ARTP a été créée par la loi n 2001-15

Plus en détail

LOI N 2005-023 DU 17 OCTOBRE 2005

LOI N 2005-023 DU 17 OCTOBRE 2005 LOI N 2005-023 DU 17 OCTOBRE 2005 portant refonte de la loi n 96-034 du 27 janvier 1997 portant Réforme institutionnelle du secteur des Télécommunications L Assemblée Nationale et le Sénat ont adopté en

Plus en détail

Etats Généraux des Médias et de la Communication. Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011

Etats Généraux des Médias et de la Communication. Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011 Etats Généraux des Médias et de la Communication Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011 A- Les grandes réformes suggérées par les participants I - Axe médias : - Réforme du cadre juridique des médias

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Ordonnance de radiodiffusion CRTC 2015-88

Ordonnance de radiodiffusion CRTC 2015-88 Ordonnance de radiodiffusion CRTC 2015-88 Version PDF Références au processus : 2014-190, 2014-190-1, 2014-190-2, 2014-190-3, 2014-190-4 et 2015-86 Ottawa, le 12 mars 2015 Ordonnance d exemption relative

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNICATION -----------------

MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- DECRET N 91-181 du 27 mars 1991 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénommé Agence Ivoirienne de Presse

Plus en détail

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME),

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce

Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce Dernière mise à jour : avril 2007 W-11.8 [Sanctionnée le 15 décembre 1994] Loi portant mise en oeuvre de l Accord instituant l

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement.

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement. et d'établissements financiers opèrent conformément à l'accord sur la Banque centrale des Caraïbes de l'est et la loi bancaire. Le système financier comprend les banques commerciales, les compagnies d'assurance

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Quelle gestion des ressources rares pour favoriser l arrivée de nouveaux entrants: cas du Burkina Faso

Quelle gestion des ressources rares pour favoriser l arrivée de nouveaux entrants: cas du Burkina Faso Quelle gestion des ressources rares pour favoriser l arrivée de nouveaux entrants: cas du Burkina Faso PLAN DE L EXPOSE Introduction Statut du secteur des télécommunication au Burkina Faso Le cadre juridique

Plus en détail

Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel

Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel Le 25 octobre 2004 Consultation publique sur les conditions d exercice de l éligibilité pour l achat d électricité et de gaz naturel Note de consultation La CRE est saisie depuis le 1 er juillet 2004,

Plus en détail

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance L environnement réglementaire des objets connectés 19 mai 2015 Christian Blomet Avocat Groupe ITC Baker & McKenzie SCP est

Plus en détail

Au terme de cette mission d audit, des recommandations sont faites à l endroit de l Autorité de Régulation et des opérateurs GSM.

Au terme de cette mission d audit, des recommandations sont faites à l endroit de l Autorité de Régulation et des opérateurs GSM. AUDIT DES OPERATEURS Dans le cadre de sa mission de contrôle des activités des opérateurs, l Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunications du Bénin a recruté en 2009 un Cabinet pour

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ;

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ; DECRET N 98-261 DU 03 JUIN 1998 Relatif à l homologation des équipements Terminaux de télécommunication, à leurs Conditions de raccordement et à l agrément des installateurs. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 TELECOMMUNICATIONS

LES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 TELECOMMUNICATIONS OCDE OECD ORGANISATION DE COOPÉRATION ET ORGANISATION FOR ECONOMIC DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES CO-OPERATION AND DEVELOPMENT LES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 TELECOMMUNICATIONS Pays: France Rempli

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

ACCORD D ASSOCIATION ET DE LICENCE DE MARQUE

ACCORD D ASSOCIATION ET DE LICENCE DE MARQUE ACCORD D ASSOCIATION ET DE LICENCE DE MARQUE Genève (Suisse), [date] D'une part, «origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques», organisation non gouvernementale à but

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX BRAZZAVILLE, 18-19 FÉVRIER 2014

IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX BRAZZAVILLE, 18-19 FÉVRIER 2014 AGENCE DE REGULATIONET DE CONTRÔLE DES TELECOMMUNICATIONS (ARCT) Euphémie NIZEYE e-mail: nizeuphy@yahoo.fr 1 IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?):

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique La douane a longtemps été assimilée à un «gendarme aux frontières»

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Tunis, le 13/06/2015 Abdessalem EL KHAZEN Agence Nationale pour la Maîtrise de l Energie ʺANMEʺ Le Contexte Energétique Tunisien

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/024 DÉLIBÉRATION N 09/019 DU 7 AVRIL 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU DÉPARTEMENT

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 «l'ensemble

Plus en détail

Ordonnance sur les services de télécommunication

Ordonnance sur les services de télécommunication Seul le texte publié dans le Recueil officiel du droit fédéral fait foi! Ordonnance sur les services de télécommunication (OST) Modification du 5 novembre 2014 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Côte d Ivoire. Code des télécommunications

Côte d Ivoire. Code des télécommunications Code des télécommunications Loi n 95-526 du 7 juillet 1995 [NB - Loi n 95-526 du 7 juillet 1995 portant Code des télécommunications] Titre 1 - Dispositions générales Chapitre 1 - Définitions Art.1.- Définitions

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn PLAN EN TROIS QUESTIONS OU? QUOI? COMMENT? Ou? Le Sénégal se situe à l

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles

Plus en détail