ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi"

Transcription

1 ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI Pourquoi réglementer? I. Réglementation des Télécommunications au Burundi 1. Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications 2. Le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant création de l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT) 3. L Ordonnance Ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 fixant les conditions d exploitations des activités dans le secteur des télécommunications II. Libéralisation du secteur des Télécommunications 1. Des sociétés de télécommunications. 2. Exploitation des stations de radiodiffusion 3. De l internet 1

2 I. REGLEMENTATION DES TELECOMMUNICATIONS Pourquoi réglementer? La réglementation revêt une importance considérable. Sans réglementation, les marchés ne fonctionnement pas nécessairement de façon optimale. Cela est particulièrement vrai aux premiers stades de la transition de l ancien modèle monopolistique à une situation de concurrence renforcée. La réglementation pourrait se révéler nécessaire même sur des marchés concurrentiels pour empêcher les abus anticoncurrentiels, protéger le consommateur et réaliser des objectifs nationaux tels que l accès universel, la compétitivité industrielle ou la croissance de la productivité économique. La réponse à la question «pourquoi réglementer» pourrait être d une clarté frappante : pour faire en sorte que les marchés fonctionnent efficacement et, ce qui est plus important, dans l intérêt des consommateurs, des entreprises et des pays en général. De manière quasi universel, les gouvernements adoptent une position pragmatique en ce sens qu ils interviennent plus activement en cas de nécessité et s efforcent de s effacer quand ils le peuvent. Certes, chaque gouvernement décide de lui-même de la manière dont il doit réglementer, mais il peut être informé par un organisme plus ou moins universel des connaissances théoriques et conceptuelles acquises au fil des années dans la communauté des responsables de la réglementation des télécommunications. Même dans un système concurrentiel, le rôle des responsables de la réglementation ne disparaît pas, étant donné que les autorités en charge de la régulation doivent gérer un secteur en pleine expansion, caractérisé par l apparition de nouveaux acteurs et de technologies qui évoluent très rapidement. Enfin de compte, chaque gouvernement doit déterminer la portée et l objet de la réglementation d après ses propres objectifs socio-politiques. On peut voir dans la réglementation un moyen de réaliser l objectif ultime qui est de fournir des services TIC optimaux aux utilisateurs finals et il 2

3 incombe à chaque gouvernement d adapter son régime réglementaire en fonction de la réalisation de cet objectif et en tenant compte des besoins de ces administrés. Au Burundi, la matière de la réglementation des télécommunications est régie par le décret-loi n 1/O11 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications. Ce texte de base a abrogé le décretloi n 1/037 du 11 juin 1970 portant dispositions organiques sur les télécommunications dont un grand nombre de dispositions étaient devenues obsolètes. Le décret-loi consacre la création d un organisme autonome de contrôle et régulation appelé «Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications», ARCT, en sigle, dont les missions ont été bien déterminées par le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant statuts de l Agence. Les conditions d exploitation des activités dans le secteur des télécommunications ont fait l objet d une ordonnance ministérielle : ordonnance ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 en abrogation de l ordonnance ministérielle n 064/160 du 29 octobre 1971 sur les télécommunications au Burundi. I.1.Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications Le décret-loi consacre le principe de la séparation des fonctions de réglementation et celle d exploitation. Il consacre également la création d une entité administrative chargé de la régulation et du contrôle des télécommunications appelée «Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications», ARCT en sigle. D après le décret-loi précité, le Gouvernement définit et s assure de la mise en œuvre de la politique sectorielle des télécommunications et de la réglementation y relative. Il doit en outre : 3

4 - Etablir les lois et règlements qui gouvernent l installation et la fourniture des services de télécommunications au public ; - Veiller à la préservation des intérêts nationaux en matière de sécurité et de souveraineté ; - S assurer que l Etat du Burundi est bien représenté dans les organismes nationaux et internationaux et dans les conférences en matière de télécommunications ; - Conclure les concessions ou conventions d établissement et d exploitations en matière de télécommunications ; - Conclure des traités, conventions et règlements internationaux en matière des télécommunications. Conformément à l article 3 du même décret-loi, seul l Etat a le droit d établir sur le territoire du Burundi les réseaux et installations de télécommunication de base pour les besoins de communications du public. Toutefois, l Etat peut disposer de ce droit par voie de concessions ou d autorisations et confier en tout ou partie à des tiers, l établissement, l exploitation ou la gestion des réseaux et installations de base. Par dérogation, le Gouvernement peut autoriser une personne physique ou morale autre que l exploitant public à établir et à exploiter un réseau de télécommunications répondant aux besoins du marché et compatible avec l accomplissement par l exploitation des missions de service public et de desserte géographique. L article 12 stipule quant à lui que les réseaux de télécommunications de base ouverts au public ne peuvent être établis que par un exploitant public détenteur d une concession ou d une convention d établissement et d exploitation. Les autorisations d exploitation pour services marchands sont délivrées par le Gouvernement après avis technique de l ARCT. Dans le domaine des radio-communications, le Gouvernement peut instituer des servitudes administratives pour prévenir et/ou supprimer toute entrave pour cause d utilité publique. La loi interdit également les actes ci-après (art. 10) : 4

5 - L utilisation sans autorisation de fréquences radio-éléctriques en vue d assurer au-delà de 100 m soit l émission, soit la réception, soit à la fois l émission et la réception des signaux ; - L interception des radio-communications qui ne soit pas destinées à l usage général du public ; - La divulgation, sans autorisation, du contenu, la publication ou tout usage quelconque des radio-communications qui ne sont pas destinées à l usage général du public ; - L usage par une station, d indicatifs qui ne lui sont pas attribués ; - L émission des signaux et communications de nature à porter atteinte à la sécurité de l Etat ou qui seraient contraires à l ordre public ou aux bonnes mœurs ou qui constitueraient un outrage à autrui ou une offense à l égard d un pays étranger ; - La cession et le transfert, sans autorisation, de concession ou de licence. I.2. Le décret n 100/182 du 30 septembre 1997 portant création de l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT) L Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications a été créée par le décret susmentionné. Selon l article 8 de la loi organique (décret-loi n 1/11 du 4 septembre 1997 portant dispositions organiques des télécommunications), l ARCT accorde les autorisations d exploitation de liaisons, de réseaux privés indépendants, de service à valeur ajoutée fournis par les opérateurs publics et privés. I.2.1. Des missions de l ARCT L ARCT a une mission générale d assurer le contrôle et la régulation du secteur des télécommunications et de faire respecter la réglementation y relative. La loi lui donne les missions spécifiques : d assurer la surveillance du secteur des télécommunications; de participer aux négociations des traités ; des conventions et règlements internationaux relatifs aux télécommunications ainsi qu aux conférences régionales et internationales sur les télécommunications ; de faire respecter la politique tarifaire ; 5

6 de définir les règles d utilisation des circuits ou des réseaux loués à des utilisateurs privés; d allouer les fréquences et gérer les spectres radioélectriques ; d octroyer les autorisations d exploitation des liaisons, de réseaux privés indépendants, de services à valeur ajoutée fournis par des opérateurs publics et privés ; de donner des avis techniques au gouvernement pour les autorisations d exploitation des services marchands ; d octroyer des autorisations d installation d abonnés ; de constructions de réseaux et d équipements aux entrepreneurs privés agréés ; d approuver les équipements terminaux d abonnés et en autoriser la vente et le raccordement en réseau public ; d établir à l intention du gouvernement, les conditions de concession d exploitation et les redevances pour les licences d exploitation, avec les opérateurs ; de verser les contributions aux organismes régionaux et internationaux de télécommunications ; de s assurer que les accords d interconnexion au réseau public sont non discriminatoires, équitables et raisonnables, et offrent le plus grand bénéfice à tous les usagers ; de veiller à ce que les accords d interconnexion respectent les normes techniques, les exigences de qualité, les conditions de sécurité et de confidentialité des conversations et données transmises ; d établir les procédures de résolution des différends entre fournisseurs de service et utilisateurs, et d intervenir en cas de saisine ; de limiter, en cas de besoin, le nombre de stations radioélectriques privées ou en interdire le fonctionnement dans le voisinage des installations radioélectriques, gouvernementales ou concédées. Dans ce cas sa décision doit être motivée. L esprit du législateur est de faire de l ARCT un organisme autonome. Lorsque le Gouvernement choisit de rendre autonome le régulateur, il a au moins trois objectifs : - Créer le cadre réglementaire optimal pour le développement et l épanouissement du secteur ; - Assurer une légitimité maximale aux instances de réglementation créées en permettant à leurs responsables de prendre sereinement des décisions appropriées ; 6

7 - Protéger les intérêts des consommateurs. I.2.2. De l organisation L Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications est administrée par un Conseil d Administration composé de 7 membres représentant les principaux intervenants du secteur des télécommunications. Ainsi, le Conseil d Administration est constitué des représentants ci-après : - Un représentant du Ministère ayant les télécommunications dans ses attributions - Un représentant du Ministère de la Défense Nationale - Un représentant du Ministère des Finances ; - Un représentant du Ministère de la Communication (la radio nationale) ; - Un représentant des opérateurs ; - Un représentant du service chargé des entreprises publiques ; - Le Directeur Général de l ARCT L Agence est organisée en une Direction Générale et deux directions : la Direction Technique ainsi que la Direction Administrative et Financière. La Direction Technique supervise trois services à savoir : le Services des Affaires Juridiques, le Service chargé de l Agrément et du Contrôle des Terminaux ainsi que le Service chargé de la Gestion du Spectre des Fréquences. La Direction Administrative et Financière quant à elle supervise le Service Financier et le Service chargé de l Administration. I.3.L Ordonnance Ministérielle n 520/730/540/231 du 09 avril 1999 fixant les conditions d exploitations des activités dans le secteur des télécommunications. Dans le but d ouvrir davantage le secteur, le législateur a mis en place un texte d application de la loi organique définissant les conditions d exploitation des activités dans le secteur des télécommunications. Il s agit de l Ordonnance Ministère n 520/730/540/231 du 09 avril

8 L ordonnance fixe les conditions que doit remplir toute personne physique ou morale qui désire exploiter l un ou l autre service du domaine des télécommunications. L ordonnance distingue les services marchands et les services non marchands ; les services non marchands étant constitués essentiellement des réseaux indépendants tandis que les services marchands sont constitués des réseaux et services ouverts au public. I.3.1. Des services marchands Toute personne physique ou morale désireuse d exploiter un service des télécommunications ouvert au public doit conclure avec le Gouvernement un contrat de concession. La demande de concession d exploitation d un service ouvert au public est adressé à l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications. L autorisation est accordée par le Ministre ayant les télécommunications dans ses attributions après l avis technique de l ARCT. Le contrat d exploitation est signé par l ARCT et le concessionnaire. Le dossier de demande comprend : - l identification du demandeur ; - la nature et les caractéristiques du service ; - les zones de couvertures ; - les conditions de confidentialité et de neutralité du service au regard des messages transmis ; - les normes et spécifications du service ; - les conditions de permanence, de qualité et de disponibilité du service pour les réseaux de télécommunications de base ; - les références statutaires de l intéressé et l étude de faisabilité du projet d exploitation. I.3.2. Des services non marchands Toute personne physique ou morale qui désire exploiter un réseau de télécommunications privé doit obtenir au préalable l autorisation de l ARCT. 8

9 La demande d autorisation est adressée à l ARCT. L autorisation est sanctionnée par l octroi d une licence d exploitation précisant la nature de l activité, les caractéristiques du matériel utilisé et les obligations vis-à-vis de l Etat et d autres exploitants. Le titulaire d une licence d exploitation est tenu de payer une redevance annuelle destinée à couvrir les frais des services rendus par l Etat. I.3.3. Du régime de déclaration Certains services ne sont ni dans le cas des services marchands ni dans celui des services non marchands. Ils font l objet d une simple déclaration préalable à l ARCT. Il s agit de : - la publication des listes d abonnés ; - les installations terriennes de réception individuelle de message par satellites. I.3.4. Le prix des licences Le principe adopté dans la législation burundaise est celui de la fixation préalable du prix de la licence par un texte de loi par opposition au principe de la fixation du prix de la licence par appel d offres ouverts. 9

10 II. DE LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS La libéralisation économique a été initiée par le Gouvernement burundais depuis 1986 avec le soutien du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale. C est dans ce cadre que pas mal de secteurs ont connu de vastes programmes de réformes et de modernisation dans l objectif de les rendre productifs et plus performants. On notera par exemple que dans le but de créer un environnement juridique des affaires modernes et plus incitatif, un travail d harmonisation et de modernisation des dispositions générales du commerce jadis éparses et parfois tombées en désuétude a abouti à la promulgation du décret-loi n 1/045 du 09 juillet 1993 portant dispositions générales du code de commerce. En matière du droit des sociétés, l objet de ces travaux de réforme a consisté en l élaboration d un texte unique renfermant les dispositions organiques applicables à toutes les entreprises économiques du Burundi. Ce texte unique à savoir la loi n 1/002 du 06 mars 1996 portant code des sociétés privées et publiques a revu le droit des sociétés en tenant compte des règles édictées par les dispositions du commerce et de l évolution socio-économique du Burundi vers le libéralisme économique et le libre entreprise. La libéralisation du secteur des télécommunications a été amorcée avec la mise en place du décret-loi n 1/011 du 4 septembre 1997 portant cadre organique sur les télécommunications. En effet, longtemps resté sous le monopole de l Etat, le secteur des télécommunications sera complètement libéralisé en 1997 avec la séparation des fonctions de réglementation et d exploitation ainsi que la création d une nouvelle entité ayant la mission générale d assurer la régulation du secteur : l Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT). Avant la promulgation du décret-loi du 4 septembre 1997, le secteur des télécommunications était régi par le décret-loi n 1/037 du 11 juin 1970 portant dispositions organiques sur les télécommunications. 10

11 Pendant cette période, le paysage des télécommunications a été longuement dominé par un seul opérateur, l ONATEL, société à capitaux publics à 100%. Aussi, le domaine les stations de radiodiffusion a connu une expansion à tel enseigne qu actuellement l on compte dans l ensemble une vingtaine de stations. Il en est de même du domaine internet où en plus de la connexion assurée par les opérateurs privés, des micro stations terriennes (VSAT) ont été acquises soit par des structures étatiques, soit par des organismes non gouvernementaux. II.1. Des sociétés de télécommunications. Actuellement, le paysage des sociétés de télécommunications comprend 5 sociétés opérationnelles à savoir ONATEL, UCOM, LACELL, ECONET et AFRICELL. C est à partir de 1999 qu ont été octroyées les premières licences pour l exploitation des réseaux GSM. Les premières sociétés à bénéficier de cette licence sont TELECEL BURUNDI (devenue par la suite UCOM), SPACETEL (devenue actuellement ECONET WIRELESS BURUNDI) et AFRICELL (qui a ajouté TEMPO pour devenir TEMPO-AFRICELL). En 2007 sont nées les sociétés LACELL et HITS TELECOM. Il importe de préciser que seules les sociétés ONATEL et UCOM opèrent dans la téléphonie fixe. Dans la téléphonie mobile, on rencontre les sociétés UCOM, AFRICELL, LACELL, ONAMOB et ECONET ; la société HITS TELECOM n a pas encore commencé ses activités commerciales. II.2. Exploitation des stations de radiodiffusion Dans le domaine des stations de radiodiffusion, le rôle de l ARCT consiste à: - fournir les ressources en fréquences (assignation de fréquences) - agréer les équipements utilisés. On distingue ainsi les radios locales, les radios étrangères émettant au Burundi, les télévisions et les stations de télédistributions. 11

12 II.2.1. Radios locales 1) Radio Nationale (RTNB) 2) Radio Agakiza 3) Radio Bonesha FM 4) Radio CCIB FM Plus 5) Radio Culture 6) Radio Ijwi ry Amahoro 7) Radio Maria 8) Radio Isanganiro 9) Radio Publique Africaine 10) Radio Renaissance FM 11) Radio Salama 12) Radio Scolaire Nderagakura 13) Radio Ivyizigiro 14) Radio Ijwi Riremesha 15) Radio Ijwi ry Abakenyezi 16) Radio Umuco FM 17) Radio Star FM 18) Radio Rema FM II Radio étrangères a) Radio France Internationale b) Radio BBC II.2.3. Télévisions a) Télévision Nationale (RTNB) b) Télévision Renaissance c) Télévision Salama d) Télévision Héritage II.2.4. Station de Télédistribution a) Télé 10 b) Star Media ( n a pas encore commencé ses activités) 12

13 II.3. Fournisseurs d Internet 1) CBINET 2) USAN 3) SPIDERNET 4) ONATEL 5) OSA 6) UCOM 7) AFRICELL 13

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Instruments juridiques de protection des infrastructures et de la vie privée des citoyens contre les cyber

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS DE L INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT CABINET DU MINISTRE DISCOURS DE LA MINISTRE DES TELECOMMUNICATIONS, DE L

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

N 73 Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 Page 2629

N 73 Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 Page 2629 Arrêté du ministre des technologies de l information et de la communication du 29 juillet 2013, portant approbation du cahier des charges fixant les conditions et les procédures d exploitation des centres

Plus en détail

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU Paris le 01 Novembre 2007 LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU 1 Introduction Dans le cadre de leur politique de réformes

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn PLAN EN TROIS QUESTIONS OU? QUOI? COMMENT? Ou? Le Sénégal se situe à l

Plus en détail

Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 N 73. Page 2634

Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 N 73. Page 2634 Arrêté du ministre des technologies de l information et de la communication du 29 juillet 2013, portant approbation du cahier des charges fixant les conditions et les procédures de fourniture des services

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LE DU La réglementation du WiFi public Seriez-vous concerné sans le savoir? Mai 2008 LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Depuis 2003, les hotspots WiFi permettant d accéder à Internet via

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2015-1090 du 28 août 2015 fixant les règles constituant le code de déontologie applicable à certaines personnes exerçant

Plus en détail

JORF n 0181 du 7 août 2015. Texte n 1

JORF n 0181 du 7 août 2015. Texte n 1 1 Le 7 août 2015 JORF n 0181 du 7 août 2015 Texte n 1 LOI «MACRON» LOI n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques (1) NOR: EINX1426821L ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2015/8/6/EINX1426821L/jo/texte

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 9 juillet 2015 TEXTE SUR LEQUEL LE GOUVERNEMENT ENGAGE SA RESPONSABILITÉ

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 9 juillet 2015 TEXTE SUR LEQUEL LE GOUVERNEMENT ENGAGE SA RESPONSABILITÉ Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 9 juillet 2015

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Le panorama institutionnel en matière de protection des

Plus en détail

contrat de concession et de licence

contrat de concession et de licence REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI contrat de concession et de licence relatif a l exploitation de plusieurs parties du secteur de l electricite En date du 31 mars 1999 TABLE DES MATIERES :

Plus en détail

Loi n 24-96 consolidée relative à la poste et aux télécommunications, telle qu elle a été modifiée et complétée

Loi n 24-96 consolidée relative à la poste et aux télécommunications, telle qu elle a été modifiée et complétée Loi n 24-96 consolidée relative à la poste et aux télécommunications, telle qu elle a été modifiée et complétée Pour faciliter la lecture des textes de lois régissant le secteur des télécommunications

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 91/10 DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 9 mars 1999 concernant les équipements hertziens et les équipements terminaux de télécommunications et la reconnaissance mutuelle de leur

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Migration NGN: témoignage suisse

Migration NGN: témoignage suisse Office fédéral de la communication Division Télécom TC Migration NGN: témoignage suisse Fratel Cameroun, 12 et 13 avril 2007 OFCOM, Michel Donzé (section TC/FG) Loi sur les Télécom Modifications de la

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

LOI N 061-2008/AN L ASSEMBLEE NATIONALE. Vu la Constitution ; a délibéré en sa séance du 27 novembre 2008. et adopté la loi dont la teneur suit :

LOI N 061-2008/AN L ASSEMBLEE NATIONALE. Vu la Constitution ; a délibéré en sa séance du 27 novembre 2008. et adopté la loi dont la teneur suit : LOI N 061-2008/AN PORTANT REGLEMENTATION GENERALE DES RESEAUX ET SERVICES DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AU BURKINA FASO L ASSEMBLEE NATIONALE Vu la Constitution ; Vu la résolution n 001-2007/AN du 04

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009 Le portage d infrastructuresd Les meilleures pratiques 7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Makhtar FALL makhtar.fall@itu.int RME/POL/BDT Union Internationale des Télécommunications International

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Contribution du Directeur général Original : anglais 21 mai 2010 PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS I. CONTEXTE 1. L article III (a) de l Accord ITSO dispose que «En tenant compte de l établissement

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Les présentes Conditions générales d utilisation relèvent, pour les clients d une offre Orange internet, des conditions générales et des conditions

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004 C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Août 2004 Consultation publique sur le renouvellement de l autorisation délivrée au Consortium Français de Localisation (CFL) pour un réseau de radiolocalisation

Plus en détail

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme Dahir n 1-10-09 du 26 safar 1431 portant promulgation de la loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme. (B.O. n 5822 du 18 mars 2010). Vu la Constitution, notamment ses articles

Plus en détail

Réaménagement du spectre

Réaménagement du spectre Office fédéral de la communications OFCOM Gestion du spectre Forum régional de l'uit-d sur le développement pour la région Afrique Réaménagement du spectre Considérations théoriques Banjul, 14-16 juillet

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Charte de nommage du «.tn»

Charte de nommage du «.tn» République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Charte de nommage du «.tn» Version 1.3 Table des matières Article

Plus en détail

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT Entre les soussignés : L Agence Tunisienne d Internet, sise à 13, avenue Jugurtha 1002 Tunis, Tunisie, Matricule Fiscal n 539698L/A/M000 et représentée par

Plus en détail

15 mars 2007. Droits et obligations des opérateurs et fournisseurs de services Guide juridique pour les opérateurs locaux et les collectivités

15 mars 2007. Droits et obligations des opérateurs et fournisseurs de services Guide juridique pour les opérateurs locaux et les collectivités 15 mars 2007 Droits et obligations des opérateurs et fournisseurs de services Guide juridique pour les opérateurs locaux et les collectivités Autorité de régulation des communications électroniques et

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

L'Instance Nationale des Télécommunications,

L'Instance Nationale des Télécommunications, Décision de l Instance Nationale des Télécommunications n 58/2012 en date du 05 juillet 2012 fixant les conditions et les modalités de mise en œuvre de la portabilité des numéros fixes et mobiles en Tunisie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012

10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012 10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012 Information document Document INF/3-F 31 August 2012 French SOURCE: TITLE: Autorité Transitoire de

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Résultat de la consultation publique se terminant au 26 juin 2006 sur l analyse de marché et les projets de mesure concernant la fourniture en gros d accès dégroupé (y compris l accès partagé) aux boucles

Plus en détail

LOI N 2010/013 DU 21 DECEMBRE 2010 REGISSANT LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AU CAMEROUN

LOI N 2010/013 DU 21 DECEMBRE 2010 REGISSANT LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AU CAMEROUN REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2010/013 DU 21 DECEMBRE 2010 REGISSANT LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AU CAMEROUN L'Assemblée Nationale a délibéré et adopté, le Président de la République

Plus en détail

CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES (TRADUCTION FRANÇAISE)

CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES (TRADUCTION FRANÇAISE) N 61 43ème ANNEE Mercredi 7 Chaâbane 1425 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS,

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Ordonnance sur les services de télécommunication

Ordonnance sur les services de télécommunication Seul le texte publié dans le Recueil officiel du droit fédéral fait foi! Ordonnance sur les services de télécommunication (OST) Modification du 5 novembre 2014 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Section 3. Utilisation des ressources informatiques et du réseau de télécommunication

Section 3. Utilisation des ressources informatiques et du réseau de télécommunication SECTION 3 : ADMINISTRATION CENTRALE Titre de la procédure: Utilisation des ressources informatiques et du réseau de télécommunication Politique : En vertu de la politique 3.1 : Relations : La direction

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

REGLEMENTATION DES PROGRAMMES ET CHAINES NON GENERALISTES : LE CONTROLE DES CHAINES SATELLITAIRES

REGLEMENTATION DES PROGRAMMES ET CHAINES NON GENERALISTES : LE CONTROLE DES CHAINES SATELLITAIRES UNIVERSITE PAUL CEZANNE AIX-MARSEILLE III FACULTE DE DROIT ET DES SCIENCES POLITIQUES INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDE EN DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REGLEMENTATION DES PROGRAMMES ET

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Session 9: Suivi de la mise en œuvre de plans nationaux large bande

Session 9: Suivi de la mise en œuvre de plans nationaux large bande Forum Régional de l UIT/BDT sur les aspects économiques et financiers des Télécommunications/TIC pour l'afrique Brazzaville, Republic of Congo 18-19 February 2014 Session 9: Suivi de la mise en œuvre de

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ;

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ; Décision n 2009-1067 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2009 relative au compte rendu et au résultat de la procédure d attribution d une autorisation

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006).

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006). Article 8 Affichage des cours. Les cours acheteurs et vendeurs sont portés à la connaissance du public à travers un tableau d affichage placé à l entrée du bureau ou à tout autre endroit visible par le

Plus en détail

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE 2007 A propos de la législation sur la prospection commerciale

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Les listes de diffusion des Sections et Conférences

Les listes de diffusion des Sections et Conférences Les listes de diffusion des Sections et Conférences C est quoi, une «liste de diffusion»? Les listes de diffusion, parfois appelées listes de courriel, vous permettent de communiquer avec un grand nombre

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

NOTIFICATION. relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques

NOTIFICATION. relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques NOTIFICATION relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques (Titre II - Régime de l'autorisation générale, article 8 (2) de la Loi du 27 février 2011 sur les réseaux

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

LOIS NOR : SASX1020953L. CHAPITRE I er. Dispositions relatives à la santé. Article 1 er

LOIS NOR : SASX1020953L. CHAPITRE I er. Dispositions relatives à la santé. Article 1 er LOIS LOI n o 2011-302 du 22 mars 2011 portant diverses dispositions d adaptation de la législation au droit de l Union européenne en matière de santé, de travail et de communications électroniques (1)

Plus en détail

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires Bureau du surintendant des institutions financiers Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES www.spedidam.fr communication@spedidam.fr 16 rue Amélie - 75007 PARIS Tél : 01 44 18 58 58 Fax: 01 44 18 58 59 PRÉSENTATION DE LA SPEDIDAM 1 2 3 4 QU EST-CE QUE

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Document non confidentiel

Document non confidentiel Décision n 2013-0363 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 14 mars 2013 relative à la demande de la société Bouygues Telecom de réexamen des restrictions

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SYSTÈME TACTIOSOFT 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES Le dispositif Tactiosoft, désigné ci-après «service Tactiosoft» est composé d'une application de santé mobile accessible

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

Charte de nommage du «.tn»

Charte de nommage du «.tn» République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Charte de nommage du «.tn» Version 1.0 Table des matières Article

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Sylvain Géron Directeur Associé Polyconseil 22/05/2008 Polyconseil - sylvain.geron@polyconseil.fr Polyconseil Directeur associé : - ARCEP,

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée.

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. PROJET DE LOI adopté le 5 mai 2010 N 96 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 PROJET DE LOI relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. Le Sénat a adopté, dans les conditions prévues à

Plus en détail