PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES"

Transcription

1 PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

2 16 rue Amélie PARIS Tél : Fax:

3 PRÉSENTATION DE LA SPEDIDAM QU EST-CE QUE LA SPEDIDAM? CADRE JURIDIQUE PERCEPTION ET RÉPARTITION EUROPE ET INTERNATIONAL

4 QU EST CE QUE LA SPEDIDAM? CRÉÉE EN 1959 PAR CINQ ARTISTES-INTERPRÈTES, LA SPEDIDAM EST UNE SOCIÉTÉ DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS DES ARTISTES-INTERPRÈTES QUI GÈRE LEURS DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLEC- TUELLE. LA SPEDIDAM PERMET AUX ARTISTES D EXERCER UN CONTRÔLE SUR LES UTILISATIONS DE LEURS ENREGISTREMENTS ET DE PERCEVOIR DES RÉMUNÉRATIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES UTILISATIONS SECONDAIRES QUI EN SONT FAITES. ENREGISTREMENT 1 ÈRE DESTINATION AUTORISÉE UTILISATIONS SECONDAIRES EXEMPLE EXEMPLES STUDIO VENTE DE CD INTERNET DVD PUBLICITÉ FILM AYANTS-DROIT ASSOCIÉS 44 SALARIÉS PERCEPTIONS ,6 M 24 MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ÉLUS PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 04

5 CADRE JURIDIQUE LA LOI DU 3 JUILLET 1985, CODIFIÉE EN 1992 DANS LE CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CI-APRÈS «C.P.I.»), A RECONNU AU BÉNÉFICE DES ARTISTES-INTERPRÈTES DES DROITS DITS «VOISINS» DU DROIT D AUTEUR. UN DROIT MORAL Aux termes de l article L du C.P.I., l artisteinterprète a droit au respect de son nom, de sa qualité et de son interprétation. UN DROIT EXCLUSIF L article L du C.P.I. accorde aux artistes-interprètes un droit exclusif sur leurs interprétations. Ainsi, on ne peut pas procéder à leur enregistrement sans autorisation, ni utiliser celui-ci pour des utilisations différentes de celle initialement autorisée. Ces nouvelles utilisations doivent donner lieu au paiement d une rémunération complémentaire. DEUX EXCEPTIONS AU DROIT EXCLUSIF LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE POUR LA RADIODIFFUSION ET LA COMMUNICA- TION DANS DES LIEUX PUBLICS DE DISQUES DU COMMERCE, LE DROIT EXCLUSIF A ÉTÉ ÉCARTÉ AU PROFIT DU DROIT À RÉMUNÉRATION ÉQUI- TABLE EN APPLICATION DE L ARTICLE L DU C.P.I. Les diffuseurs n ont pas l obligation de demander l autorisation des artistes et des producteurs pour diffuser cette musique enregistrée. Mais, en contrepartie, ils doivent s acquitter du paiement d une rémunération dite «rémunération équitable». LA RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE POUR LA REPRODUCTION D ENREGISTREMENTS SONORES OU AUDIOVISUELS À TITRE PRIVÉ, LE DROIT EXCLUSIF A ÉTÉ ÉCARTÉ AU PROFIT DU DROIT À RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE EN APPLI- CATION DE L ARTICLE L DU C.P.I. Le législateur a autorisé les consommateurs à copier les enregistrements sans avoir à demander l autorisation aux artistes, producteurs et auteurs. En contrepartie, une rémunération est perçue, dite «rémunération pour copie privée», qui est comprise dans le prix d achat des supports d enregistrements vierges et qui est versée par les importateurs et les fabricants de ces supports. 05

6 PERCEPTION ET RÉPARTITION PERCEPTION LA SPEDIDAM PERÇOIT DES SOMMES QUI PRO- VIENNENT ESSENTIELLEMENT DE TROIS SOURCES. 48 % RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE 46 % RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE DROIT EXCLUSIF ET PRODUITS FINANCIERS 6 % ARTISTES- INTERPRÈTES ont bénéficié de la répartition de la SPEDIDAM en 2013.* RÉPARTITION ET ACTION CULTURELLE LA SPEDIDAM RÉPARTIT LES SOMMES QU ELLE PERÇOIT AUX ARTISTES INTERPRÈTES ET EN AFFECTE UNE PARTIE À LA CRÉATION ARTISTIQUE. 75 % 25 % STRUCTURES ET MANIFESTATIONS ont bénéficié des aides de la SPEDIDAM en ARTISTES-INTERPRÈTES Sommes réparties aux artistes- interprètes dont les œuvres ont été diffusées et/ou copiées. AIDES À LA CRÉATION, À LA DIFFUSION ET À LA FORMATION Conformément à l article L du C.P.I., les sommes qui n ont pu être réparties au terme du délai de prescription et 25 % des sommes perçues au titre de la rémunération pour copie privée, sont affectées à des actions d aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d artistes. FRAIS DE GESTION 8,76 % * hors paiement aux sociétés homologues étrangères. EUROPE ET INTERNATIONAL La protection des droits des artistes-interprètes et leur gestion étant de plus en plus dépendantes de règles européennes et internationales, la SPEDIDAM est membre fondateur d AEPO-ARTIS qui réunit plus d une trentaine d organisations en charge de la gestion collective des droits des artistes interprètes en Europe. Par ailleurs, la SPEDIDAM a cofondé le SCAPR (Societies s Council for the Administration of Performer s Rights), qui réunit, au niveau international, les sociétés gérant les droits des artistes afin de favoriser leur représentation mutuelle et les échanges de perceptions entre elles. 06

7 PROPOSITIONS 1 PRÊT, LOCATION, DISTRIBUTION 08 2 DIFFUSION DE MUSIQUE ENREGISTRÉE 10 3 RÉGIME APPLICABLE À LA MUSIQUE À LA DEMANDE 12 4 RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX EXPLOITATIONS 14 5 GARANTIES DANS LES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ 16 6 COPIE PRIVÉE ET CLOUD COMPUTING 18 7 ACCÈS AUX INFORMATIONS RELATIVES AUX UTILISATIONS ET AUX AYANTS-DROIT 20 8 RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS 22 07

8 1 PRÊT, LOCATION ET DISTRIBUTION CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE 2006/115 A ACCORDÉ AUX ARTISTES-INTERPRÈTES, DÈS 1992, UN DROIT EXCLUSIF PORTANT SUR LA LOCATION, LE PRÊT ET LA DISTRIBUTION DE LEURS ENREGISTREMENTS. MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE TELS DROITS ET NE PERÇOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION POUR CES EXPLOITATIONS. PRÊT VENTE PRÊT (MÉDIATHÈQUES) Le droit de prêt n a pas été reconnu dans la loi française. DISTRIBUTION Le droit de distribution n a pas été reconnu dans la loi française. LOCATION LOCATION Le droit de location n a pas été reconnu dans la loi française. 08

9 PROPOSITION METTRE EN CONFORMITÉ L ARTICLE L DU CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE AVEC LE DROIT EUROPÉEN. INCLURE DANS LES DROITS EXCLUSIFS PRÉVUS DANS L ARTICLE L LE DROIT DE PRÊT, DE LOCATION ET DE DISTRIBUTION. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Sont soumises à l autorisation écrite de l artiste interprète la fixation de sa prestation, sa reproduction, sa mise à la disposition du public par la vente, l échange, le prêt ou le louage, et sa communication au public, y compris sa mise à la disposition du public, par fil ou sans fil, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ainsi que toute utilisation séparée du son et de l image de la prestation lorsque celle-ci a été fixée à la fois pour le son et l'image. Cette autorisation et les rémunérations auxquelles elle donne lieu sont régies par les dispositions des articles L et L du code du travail, sous réserve des dispositions de l article L du présent code. En ce qui concerne la location, les artistes-interprètes bénéficient d'un droit à rémunération équitable auquel ils ne peuvent renoncer, payée par les personnes qui offrent à la location des phonogrammes ou des vidéogrammes. Ce droit à rémunération équitable ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits, agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance de l agrément. * CETTE PROPOSITION INCLUT ÉGALEMENT LE DROIT DE MISE À LA DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE COMME EXPLICITÉ PAGE 13 DU PRÉSENT DOCUMENT. 09

10 2 DIFFUSION DE MUSIQUE ENREGISTRÉE CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE 2006/115 DISPOSE QUE LES ARTISTES-INTERPRÈTES (ET LES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES) DOIVENT BÉNÉFICIER D UNE RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE PAYÉE PAR L UTILISATEUR QUI PROCÈDE À LA RADIODIFFUSION OU À LA COMMUNICATION AU PUBLIC DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE OU DE REPRODUCTIONS DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE (MUSIQUE ENREGISTRÉE). MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE CETTE RÉMUNÉRATION POUR TOUTES LES COMMUNICATIONS AU PUBLIC DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE. WEB RADIO L article L du C.P.I. ne porte que sur la radiodiffusion et la communication dans les lieux publics, et non pas généralement sur la «communication au public». Une Web radio n a donc pas à payer la rémunération équitable même si elle diffuse les mêmes programmes qu une radio émettant par ondes hertziennes. PROGRAMMES AUDIOVISUELS L article L du C.P.I. ne reprend pas la notion de «reproduction de phonogramme». La rémunération équitable n est donc pas appliquée aux phonogrammes reproduits dans certains programmes audiovisuels diffusés par les télévisions. 10

11 PROPOSITION MODIFIER L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : WEB RADIO INCLURE DANS LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE LA NOTION DE COMMUNICATION «AU» PUBLIC (EN EXCLUANT LE CAS PARTICULIER DES SERVICES À LA DEMANDE QUI FAIT L OBJET D UN RÉGIME DISTINCT). PROGRAMMES AUDIOVISUELS INCLURE DANS LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE LA RADIODIFFUSION ET LA COMMUNICATION AU PUBLIC TANT DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE QUE DE REPRODUCTIONS DE CES PHONOGRAMMES DU COMMERCE. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Lorsqu'un phonogramme a été publié à des fins de commerce, l artiste-interprète et le producteur ne peuvent s opposer : 1 À la communication au public de ce phonogramme ou d une reproduction de ce phonogramme, dès lors qu il n est pas mis à la disposition du public de manière que chacun puisse y avoir accès de l endroit et au moment qu'il choisit individuellement ; 2 À la radiodiffusion et à la câblo-distribution simultanée et intégrale de ce phonogramme ou d une reproduction de ce phonogramme. Dans tous les autres cas, il incombe aux producteurs desdits programmes de se conformer au droit exclusif des titulaires de droits voisins prévu aux articles L et L Ces utilisations des phonogrammes publiés à des fins de commerce, quel que soit le lieu de fixation de ces phonogrammes, ouvrent droit à rémunération au profit des artistes-interprètes et des producteurs. Cette rémunération est versée par les personnes qui utilisent les phonogrammes publiés à des fins de commerce dans les conditions mentionnées aux 1º et 2º du présent article. Elle est assise sur les recettes de l exploitation ou, à défaut, évaluée forfaitairement dans les cas prévus à l article L Elle est répartie par moitié entre les artistes-interprètes et les producteurs de phonogrammes. Le droit d obtenir cette rémunération équitable ne peut pas faire l objet d une renonciation ou d une cession. 11

12 3 QUI GAGNE QUOI DANS LE STREAMING? RÉGIME APPLICABLE À LA MUSIQUE À LA DEMANDE CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE RECONNAIT AUX ARTISTES-INTERPRÈTES UN DROIT EXCLUSIF SUR LA MISE À LA DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE DE LEURS ENREGISTREMENTS. MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE CE DROIT ET NE PERCOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION POUR CES EXPLOITATIONS. 9,99 TTC / MOIS LE STREAMING ET COMBIEN POUR LES ARTISTES-INTERPRÈTES? DROIT D AUTEUR 0,67 TVA 1,67 VEDETTE 0,41 PLATE-FORME DE STREAMING 2,49 SUR UN ABONNEMENT DE 9,99 / MOIS MAJORS DE L INDUSTRIE DU DISQUE 4,75 STREAMING À LA DEMANDE Le droit de mise à la disposition du public à la demande n étant pas reconnu dans la loi française, les artistes-interprètes ne perçoivent rien. AUTRES ARTISTES- INTERPRÈTES TÉLÉCHARGEMENT À LA DEMANDE Le droit de mise à la disposition du public à la demande n étant pas reconnu dans la loi française, les artistes-interprètes ne perçoivent rien. 12

13 PROPOSITION MODIFIER L ARTICLE L ET CRÉER UN NOUVEL ARTICLE L AFIN DE : INTÉGRER LA MISE À DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE PARMI LES DROITS EXCLUSIFS RECONNUS AUX ARTISTES- INTERPRÈTES. CRÉER UN GUICHET UNIQUE POUR LES SERVICES MUSICAUX QUI AUTORISERA LES SERVICES À LA DEMANDE ET PERCEVRA LES RÉMUNÉRATIONS QUI SERONT PARTAGÉES ENTRE ARTISTES ET PRODUCTEURS. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Sont soumises à l autorisation écrite de l artiste interprète la fixation de sa prestation, sa reproduction, sa mise à la disposition du public par la vente, l échange, le prêt ou le louage, et sa communication au public, y compris sa mise à la disposition du public, par fil ou sans fil, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ainsi que toute utilisation séparée du son et de l image de la prestation lorsque celle-ci a été fixée à la fois pour le son et l'image. Cette autorisation et les rémunérations auxquelles elle donne lieu sont régies par les dispositions des articles L et L du code du travail, sous réserve des dispositions de l article L du présent code. En ce qui concerne la location, les artistes-interprètes bénéficient d'un droit à rémunération équitable auquel ils ne peuvent renoncer, payée par les personnes qui offrent à la location des phonogrammes ou des vidéogrammes. Ce droit à rémunération équitable ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits, agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance de l agrément. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Le droit exclusif de l'artiste interprète et du producteur de phonogramme d autoriser la mise à la disposition du public d'un phonogramme, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits régie par le Titre II du Livre III agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance et de retrait de l agrément. 13

14 4 RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX EXPLOITATIONS CONSTAT CONTRAIREMENT AUX AUTEURS, LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS D UNE RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX RECETTES LIÉES À LA VENTE OU À L EXPLOITATION DE LEURS ENREGISTREMENTS. L IMMENSE MAJORITÉ DES ARTISTES-INTERPRÈTES EST RÉMUNÉRÉE PAR LE SEUL PAIEMENT D UNE SOMME FORFAITAIRE ET DÉFINITIVE POUR TOUS TERRITOIRES, TOUTE LA DURÉE D EXPLOITATION DE LEURS ENREGIS- TREMENTS ET TOUS TYPES D UTILISATIONS. Hormis les artistes de notoriété, qui parviennent à négocier le paiement de royalties, les artistes-interprètes ne percoivent aucun pourcentage des ventes ou de l exploitation de leurs enregistrements. VENTE DE CD VENTE DE DVD 14

15 PROPOSITION AJOUTER UN TROISIÈME ALINÉA À L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : PRÉVOIR LA PARTICIPATION PROPORTIONNELLE AUX RECETTES PROVENANT DE LA VENTE OU DE L EXPLOITATION DE LA PRESTATION DES ARTISTES INTERPRÈTES. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Ces rémunérations, perçues par l artiste interprète ou la société de perception et de répartition exerçant ses droits, doivent comporter la participation proportionnelle aux recettes provenant de la vente ou de l'exploitation de sa prestation. Toutefois, la rémunération bénéficiant à l'artiste interprète peut être évaluée forfaitairement dans les cas suivants ; 1 La base de calcul de la participation proportionnelle ne peut être pratiquement déterminée ; 2 Les moyens de contrôler l application de la participation font défaut ; 3 Les frais des opérations de calcul et de contrôle seraient hors de proportion avec les résultats à atteindre ; 4 L'utilisation de la prestation ne présente qu'un caractère accessoire par rapport à l'objet exploité. 15

16 5 GARANTIES DANS LES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES DISPOSANT D UNE CERTAINE NOTORIÉTÉ ET SIGNANT DES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ PRÉVOYANT LE BÉNÉFICE DE ROYALTIES, SE VOIENT LA PLUPART DU TEMPS IMPOSER DES CONTRATS OPAQUES ET DÉSÉQUILIBRÉS AU PROFIT DES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES. CONDITIONS Les artistes-interprètes ont la plus grande difficulté à obtenir des conditions contractuelles équitables. INFORMATIONS Les artistes-interprètes peinent à obtenir des informations relatives à l exploitation des enregistrements concernés. 16

17 PROPOSITION AJOUTER UN QUATRIÈME ALINÉA À L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : DÉFINIR LES CLAUSES OBLIGATOIRES DANS UN CONTRAT ENTRE PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES ET ARTISTES-INTERPRÈTES. INTÉGRER UNE OBLIGATION POUR LES PRODUCTEURS DE COMMUNIQUER À L ARTISTE-INTERPRÈTE UN DÉCOMPTE DÉTAILLÉ DES RECETTES D EXPLOITATION DU PHONOGRAMME. ARTICLE L ALINÉA 4 DU C.P.I. (NOUVEAU) Tout contrat conclu entre un artiste-interprète et un producteur pour la réalisation à titre exclusif d'un phonogramme doit indiquer la date ultime de sortie commerciale du phonogramme, le nombre minimum d'exemplaires commercialisés pendant l année suivant cette sortie commerciale, les moyens mis en œuvre par le producteur pour la promotion et l'exploitation permanente et suivie du phonogramme, ainsi que les modes d'exploitation spécifiques qui seront soumis ultérieurement à une autorisation spéciale de l artisteinterprète principal. Les abattements contractuels sur les redevances de l artiste-interprète principal ne peuvent se cumuler au-delà d un total de 30 %. En aucun cas ce contrat ne pourra restreindre la liberté de l'artiste quant à la promotion de son travail par lui-même sur les services de communication en ligne. Le producteur du phonogramme doit communiquer à l'artiste-interprète principal, au moins une fois par an, un décompte détaillé et certifié sur les volumes de fabrication, de télédistribution, de vente et plus généralement sur les recettes d'exploitation du phonogramme. 17

18 6 COPIE PRIVÉE ET CLOUD COMPUTING CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE PERÇOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION LORSQU UN UTILISATEUR COPIE DES FICHIERS MUSICAUX OU AUDIOVISUELS SUR UN SERVEUR DISTANT (CLOUD) POUR POUVOIR Y ACCÉDER EN LIGNE DEPUIS N IMPORTE QUEL TERMINAL CONNECTÉ. OR, IL S AGIT LÀ D UN NOUVEAU MODE DE COPIE PRIVÉE. LE PRINCIPE DE L EXCEPTION POUR COPIE PRIVÉE, AVEC POUR CONTREPARTIE LE VERSEMENT D UNE RÉMUNÉRATION AUX TITULAIRES DE DROITS, DOIT ÊTRE ADAPTÉ À TOUS LES MODES DE COPIE ET DE REPRODUCTION D ŒUVRES SONORES ET AUDIOVISUELLES. CLOUD COMPUTING (STOCKAGE À DISTANCE) Un certain nombre de services sont offerts au public qui permettent de stocker, en les reproduisant sur des serveurs ou bases de données distantes, des enregistrements sonores ou audiovisuels, sans que ces utilisations fassent l objet d une contrepartie. 18

19 PROPOSITION MODIFIER LE C.P.I. INSÉRER DANS LE C.P.I. LA NOTION DE SERVICE DE STOCKAGE À DISTANCE ET DÉTERMINER LES RÈGLES D ÉTABLISSEMENT DU MONTANT DE LA RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE CORRESPONDANTE. ARTICLE L DU C.P.I. «La rémunération prévue à l article L est versée par le fabricant, l importateur ou la personne qui réalise des acquisitions intracommunautaires, au sens du 3 du I de l article 256 bis du code général des impôts, de supports d enregistrement utilisables pour la reproduction à usage privé d oeuvres, lors de la mise en circulation en France de ces supports, ainsi que par l exploitant du service de stockage en ligne.» Le montant de la rémunération est fonction du type de support et de la durée ou de la capacité d enregistrement qu il permet ou, s'agissant du stockage en ligne, de la capacité de stockage offerte au public. Ce montant est également fonction de l usage de chaque type de support et de service de stockage en ligne. Cet usage est apprécié sur le fondement d enquêtes. Toutefois, lorsque des éléments objectifs permettent d établir qu un support peut être utilisé pour la reproduction à usage privé d œuvres et doit, en conséquence, donner lieu au versement de la rémunération, le montant de cette rémunération peut être déterminé par application des seuls critères mentionnés au deuxième alinéa, pour une durée qui ne peut excéder un an à compter de cet assujettissement. Le montant de la rémunération tient compte du degré d'utilisation des mesures techniques définies à l article L et de leur incidence sur les usages relevant de l exception pour copie privée. Il ne peut porter rémunération des actes de copie privée ayant déjà donné lieu à compensation financière.» ARTICLE L DU C.P.I. Le montant de la rémunération prévue à l article L propre à chaque support et à chaque type de service est porté à la connaissance de l acquéreur lors de la mise en vente des supports d enregistrement mentionnés à l article L ou du consommateur lors de la connexion au service de stockage en ligne. Une notice explicative relative à cette rémunération et à ses finalités, qui peut être intégrée au support de façon dématérialisée, est également portée à sa connaissance. Cette notice mentionne la possibilité de conclure des conventions d exonération ou d obtenir le remboursement de la rémunération pour copie privée dans les conditions prévues à l article L Les manquements au présent article sont recherchés et constatés par les agents mentionnés au II de l article L du code de commerce, dans les conditions fixées à l'article L du code de la consommation. Ces manquements sont sanctionnés par une amende administrative dont le montant ne peut être supérieur à Les conditions d application du présent article sont définies par décret en Conseil d'etat. ARTICLE L DU C.P.I. Les types de support, de service, les taux de rémunération et les modalités de versement de celle-ci sont déterminés par une commission présidée par un représentant de l Etat et composée, en outre, pour moitié, de personnes désignées par les organisations représentant les bénéficiaires du droit à rémunération, pour un quart, de personnes désignées par les organisations représentant les fabricants, importateurs des supports et exploitants de services de stockage en ligne mentionnés au premier alinéa de l article L 311-4, pour un quart, de personnes désignées par les organisations représentant les consommateurs. Les comptes rendus des réunions de la commission sont rendus publics, selon des modalités fixées par décret. La commission publie un rapport annuel, transmis au Parlement. Les délibérations de la commission sont exécutoires si, dans un délai d un mois, son président n a pas demandé une seconde délibération. 19

20 7 ACCÈS AUX INFORMATIONS RELATIVES AUX UTILISATIONS ET AUX AYANTS-DROITS CONSTAT LA GESTION DES DROITS DES ARTISTES-INTERPRÈTES EST SOUVENT ENTRAVÉE PARCE QU ON NE PARVIENT PAS À LES IDENTIFIER OU PARCE QU ON NE CONNAÎT PAS PRÉCISEMENT LES CONDITIONS D EXPLOITATION DE LEURS ENREGISTREMENTS. AINSI, LES ARTISTES-INTERPRÈTES AYANT PARTICIPÉ À UN ENREGISTREMENT NE SONT PARFOIS PAS DU TOUT OU PAS CLAIREMENT IDENTIFIÉS. PAR AILLEURS, LES INFORMATIONS EN PROVENANCE DES DIFFUSEURS SUR LES ENREGISTREMENTS EXPLOITÉS NE SONT PAS TOUJOURS TRANSMISES AUX ORGANISATIONS DE GESTION COLLECTIVE. IDENTIFICATION RADIOS - TÉLÉVISIONS DÉLAIS 20

21 PROPOSITION MODIFIER LE C.P.I. RENDRE OBLIGATOIRES LES INFORMATIONS MINIMALES PERMETTANT D IDENTIFIER UN ARTISTE-INTERPRÈTE LORS D UN ENREGISTREMENT (NOM DES ARTISTES-INTERPRÈTES, DU PRODUCTEUR, NATIONALITÉ DU PRODUCTEUR, TITRE DE L INTERPRÉTATION, LIEU ET ANNÉE DE FIXATION). INSCRIRE L OBLIGATION DE COMMUNIQUER EN TEMPS UTILE, AUX SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS, LE PROGRAMME DES UTILISATIONS AUXQUELLES LES ENTREPRISES DE COMMUNICATION AUDIOVI- SUELLE PROCÈDENT. ARTICLE L ALINÉA 5 DU C.P.I. (NOUVEAU) Le producteur d un phonogramme doit s assurer que tout support ou fichier numérique à partir duquel le phonogramme sera licitement communiqué au public ou mis à sa disposition contiendra les informations essentielles sur le régime des droits des titulaires de droits que sont les auteurs et les artistes-interprètes ; étant précisé que ces informations doivent être librement accessibles et sont soumises à un droit de rectification de la part des titulaires des droits. Par informations essentielles sur le régime des droits, on entend : - s agissant des artistes-interprètes : le nom des artistesinterprètes (artiste-interprète principal et autres artistes-interprètes), le nom du producteur, la nationalité du producteur, le titre de l interprétation, le lieu et l'année de fixation de l'interprétation ; - s agissant des auteurs : le titre de l œuvre, le nom des auteurs, l'identifiant de la version ou de l arrangement. Quand ces informations font l'objet d'un traitement automatisé par un organisme professionnel ou par une société de perception et de répartition des droits des producteurs, elles sont rendues librement accessibles aux sociétés de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Les entreprises de communication audiovisuelle communiquent en temps utile aux sociétés de perception et de répartition des droits le programme exact des utilisations auxquelles elles procèdent et tous les éléments documentaires indispensables à la répartition des droits. La violation de cette obligation ouvre droit à une indemnisation au moins égale à 10% des sommes dues pour la période de droits concernée. 21

22 8 RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES SONT FRÉQUEMMENT AMENÉS À CÉDER, SANS CONTREPARTIE RÉELLE, TOUS LEURS DROITS À DES PRODUCTEURS SONORES OU AUDIOVISUELS. CONTRAT Le lien juridique créé par l adhésion d ayants droit faisant apport de leurs droits à leur société de perception et de répartition des droits est menacé par les contrats que font signer les producteurs phonographiques et audiovisuels aux artistes- interprètes qui ne disposent d aucune capacité de négociation. Les artistes-interpètes, confrontés à ces contrats d adhésion, ne peuvent qu accepter ou renoncer à être engagés. 22

23 PROPOSITION COMPLÉTER L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : CHAMP DE COMPÉTENCES RENFORCER LE RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS. APPORT DES DROITS PRÉVOIR LA NULLITÉ DE TOUT CONTRAT INDIVIDUEL OU COLLECTIF RELATIF À L EXERCICE DES DROITS RECONNUS AUX ARTISTES-INTERPRÈTES S IL EST EN CONTRADICTION AVEC L APPORT EN PROPRIÉTÉ DES DROITS DONT BÉNÉFICIE UNE SOCIÉTÉ DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION. ARTICLE L DU C.P.I Les sociétés de perception et de répartition des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes et des artistes-interprètes ont la faculté, conformément aux prérogatives qui leur sont données par leurs statuts, le cas échéant sur mandat d organismes étrangers ayant le même objet ou dans le cadre d'un régime de gestion collective obligatoire, d exercer collectivement les droits prévus aux articles L 212-3, L 212-4, L , 213-1, L 214-1, L et L en concluant des contrats généraux d intérêt commun avec les utilisateurs de phonogrammes ou de vidéogrammes dans le but d améliorer la diffusion de ceux-ci ou de promouvoir le progrès technique ou économique. ARTICLE L , SECOND ALINÉA DU C.P.I (NOUVEAU) Tout contrat individuel ou collectif relatif à l'exercice des droits reconnus aux artistes-interprètes par l article L est nul de plein droit s il entre en contradiction avec l apport en propriété des droits dont bénéficie une société de perception et de répartition régie par le Titre II du Livre III. Cette nullité est absolue. 23

24 S U R U N A B O N N E M E N T D E 9, 9 9 / M O I S 9,99 TTC / MOIS LE STREAMING ET COMBIEN POUR LES ARTISTES-INTERPRÈTES? RÉALISATION : ÉCLAIRAGE PUBLIC DROIT D AUTEUR 0,67 TVA 1,67 VEDETTE 0,41 S T R E A M I N G? G A G N E Q U O I D A N S L E Q U I PLATE-FORME DE STREAMING 2,49 AUTRES ARTISTES- INTERPRÈTES MAJORS DE L'INDUSTRIE DU DISQUE 4,75 SANS LES ARTISTES-INTERPRÈTES, LA MUSIQUE SERAIT MUETTE.

Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes

Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes 2014 8 propositions pour les artistes-interprètes PLAN DU LIVRE P 11 Proposition 1 Droit de location, de prêt, de

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES)

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) Supports d'enregistrement analogiques Support Durée d'enregistrement Rémunération pour copie privée Cassette

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB 3B1111]

SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB 3B1111] SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB Références du document 3B1111 Date du document 18/09/00 V. Remises sur affranchissements consenties par l'administration de La Poste Opérations

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés.

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés. CONDITIONS GENERALES Article 1. Objet. 1.1. En remplissant le formulaire de déclaration, le producteur audiovisuel, dont les coordonnées sont reprises sur le formulaire de déclaration (ci-après: le Producteur

Plus en détail

DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE

DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE sommaire 1 >PRINCIPES GÉNÉRAUX page 5 QU EST-CE QUE LA SABAM? page 5 QUE SONT LES DROITS DE REPRODUCTION MÉCANIQUE? page 5 QUAND LA SABAM NE PERÇOIT-ELLE PAS? page

Plus en détail

CHAPITRE Ier. - Définitions.

CHAPITRE Ier. - Définitions. 28 MARS 1996. - Arrêté royal relatif au droit à rémunération pour copie privée des auteurs, des artistes-interprètes ou exécutants et des producteurs de phonogrammes et d'œuvres audiovisuelles, mise à

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales CAMEROUN Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins 1 er. La présente loi régit le droit d auteur et les droits voisins du droit d auteur au Cameroun. Titre I

Plus en détail

Tarif commun 2a 2014-2016

Tarif commun 2a 2014-2016 ProLitteris Société suisse de gestion de droits d auteur pour la littérature et les arts plastiques, coopérative SSA Société suisse des auteurs, Société coopérative SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs

Plus en détail

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Opérations réalisées en France par l intermédiaire d un établissement stable Définition de l Établissement

Plus en détail

Fiche pratique : La facturation

Fiche pratique : La facturation Journée d'information juridique du 2 décembre 2009 Le cumul d activités dans les secteurs artistiques : modalités et conséquences Fiche pratique : La facturation La notion de facture La facture est un

Plus en détail

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE Entre : LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES DE FRANCE, représentée par son Président, Monsieur Paul FOURNEL, L'ASSOCIATION DES TRADUCTEURS

Plus en détail

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE Jeudi 25 juin 2015 Agnès Robin Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier Equipe de Recherche Créations

Plus en détail

Droits de reproduction phonographique

Droits de reproduction phonographique Droits de reproduction phonographique PRINCIPES GENERAUX L Auteur d une œuvre littéraire ou artistique a seul le droit de la REPRODUIRE ou d en AUTORISER la reproduction, de quelque manière et sous quelque

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos...

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... Sommaire Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... 21 Introduction... 23 Chapitre 1 Prolégomènes à la propriété intellectuelle...

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Découvrez la Sofia Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Société française des intérêts des auteurs

Plus en détail

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif à certaines activités

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Redevance pour la mise à disposition de settop-boxes avec mémoire et de vpvr

Redevance pour la mise à disposition de settop-boxes avec mémoire et de vpvr ProLitteris Société suisse de droits d auteur pour l art littéraire et plastique, coopérative SSA Société Suisse des Auteurs, Société coopérative SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs de musique SUISSIMAGE

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE infos@droitbelge.net CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE Auteur: Me Frédéric Dechamps (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 0BFonds de garantie des assurances de personnes STATUTS REGLEMENT INTERIEUR STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 1BFonds de garantie des assurances de personnes (Fonds de garantie des assurés contre la défaillance

Plus en détail

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ----------

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT N o 300 présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique.

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique. NVCC n 3090 Annexe Annexe VI : Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bal avec ou sans orchestre Préambule A. Détermination des annexes par secteur

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

Barème officiel de cession de droits d'utilisation pour les œuvres de commande en publicité

Barème officiel de cession de droits d'utilisation pour les œuvres de commande en publicité Barème officiel de cession de droits d'utilisation pour les œuvres de commande en publicité Dispositions générales Le texte qui suit est un commentaire pratique de la décision du 23 février 1987 de la

Plus en détail

Fortes d un sondage récent réalisé auprès de 5.294 artistes, les propositions qui suivent sont l interprétation fidèle de leurs aspirations.

Fortes d un sondage récent réalisé auprès de 5.294 artistes, les propositions qui suivent sont l interprétation fidèle de leurs aspirations. RÉPONSE DE L ADAMI AU QUESTIONNAIRE DE LA MISSION CRÉATION & INTERNET On parle beaucoup de la crise du disque. Moins de celle qui touche les artistes. Pourtant, lorsque les producteurs phonographiques

Plus en détail

CONTRAT TYPE CONTRAT GENERAL D'INTERET COMMUN FOURNISSEUR D'ATTENTES TELEPHONIQUES

CONTRAT TYPE CONTRAT GENERAL D'INTERET COMMUN FOURNISSEUR D'ATTENTES TELEPHONIQUES CONTRAT TYPE CONTRAT GENERAL D'INTERET COMMUN FOURNISSEUR D'ATTENTES TELEPHONIQUES ENTRE LAS SODSSIGNI~S La Société «DENOMINATION SOCIALE» «FORME JURIDIQUE DE LA SOCIETE_SIGNATRIC» au capital social de

Plus en détail

Article 35 Article 36

Article 35 Article 36 «5,7 % des sommes engagées au titre des paris sportifs ;». II. L article 1609 tertricies du même code est ainsi modifié : 1 o Le premier alinéa est supprimé ; 2 o Le deuxième alinéa est ainsi modifié :

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION?

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? Le contrat d édition est un contrat par lequel L auteur d une œuvre de l esprit (ou ses ayants droit) cède le droit de fabriquer (ou faire fabriquer) en nombre des exemplaires

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS 1/11 TABLE DES MATIERES UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES DRAMATIQUES / SPECTACLES DE VARIETES...

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

PRESENTATION DE L ONDAL

PRESENTATION DE L ONDAL PRESENTATION DE L ONDAL I- FONDEMENT DU DROIT D AUTEURD EN ALGERIE Le droit d auteurd est un droit constitutionnel L article 38 de la Constitution stipule : La liberté de la création intellectuelle, artistique

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 FISCALITE DIRECTE DES ENTREPRISES. TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES. CONTRIBUTION SUPPLEMENTAIRE A L APPRENTISSAGE

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Tarif commun 3a 2008 2016

Tarif commun 3a 2008 2016 ProLitteris Société suisse de droits d auteur pour l art littéraire et plastique SSA Société Suisse des Auteurs SUISA Société suisse pour les droits des auteurs d œuvres musicales SUISSIMAGE Société suisse

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Vu la Loi N 005/PR/2003 du 02 mai 2003, portant protection du Droit d Auteur,

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

TARIF - TEXTE POUR LES UTILISATIONS OFF LINE ET ON LINE (hors ligne et en ligne)

TARIF - TEXTE POUR LES UTILISATIONS OFF LINE ET ON LINE (hors ligne et en ligne) PROLITTERIS Janvier 2010 TARIF - TEXTE POUR LES UTILISATIONS OFF LINE ET ON LINE (hors ligne et en ligne) TABLE DES MATIÈRES I II III PRÉAMBULE PARTIE GÉNÉRALE m PARTIE SPÉCIFIQUE A UTILISATIONS OFF LINE

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry IFPI SUISSE Statuts Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry Version du 8..04 Table des matières I. Dispositions générales... Art. Dénomination et siège...

Plus en détail

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Fermer la fenêtre Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Le développement et l exploitation d applications mobiles interviennent dans un environnement

Plus en détail

1.2 - Les dispositions des présentes conditions générales de vente prévalent sur toutes autres.

1.2 - Les dispositions des présentes conditions générales de vente prévalent sur toutes autres. Conditions Générales de vente des licences d utilisation des logiciels «Natso Backup». Dernière mise à jour : 25 / 03 / 2009 Article 1 - PREAMBULE 1.1 - Les présentes Conditions Générales de vente ont

Plus en détail

>Note de droits d auteur

>Note de droits d auteur DROIT >Note de droits d auteur Avec la participation de l Ogaca Fiche réalisée par les centres ressources du spectacle vivant Janvier 2015 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507

Plus en détail

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :......

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :...... Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Réservé à la SEMU Date :... N SEMU :... ENTRE Pouvoir organisateur (nom et adresse):... Valablement représenté

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Guide de présentation du formulaire de rapport annuel cumulé des entreprises de radio pour 2008 CONFIDENTIEL

Guide de présentation du formulaire de rapport annuel cumulé des entreprises de radio pour 2008 CONFIDENTIEL Guide de présentation du formulaire de rapport annuel cumulé des entreprises de radio pour 2008 1. Ce formulaire de rapport annuel cumulé doit être rempli et présenté au Conseil en deux (2) exemplaires.

Plus en détail

Loi du 30 juin 1994 relative au droit d'auteur et aux droits voisins

Loi du 30 juin 1994 relative au droit d'auteur et aux droits voisins Avertissement L acte que vous allez consulter a été retranscrit, éventuellement coordonné, et mis en ligne par une entité privée. Il ne s agit pas d un document officiel ; seul un document officiel fait

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION 2041 GZ N 51109#01 DOCUMENT D INFORMATION CONTRIBUTION À L'AUDIOVISUEL PUBLIC Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. Depuis

Plus en détail

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours Règlement du Concours «Un week-end à la campagne» Certifié concours équitable naturapics http://www.naturapics.com/la-certification-concours-equitablenaturapics/ Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Le droit d auteur et les. thèses électroniques

Le droit d auteur et les. thèses électroniques Le droit d auteur et les Projet soutenu par l ANR thèses électroniques 26 mars 2009 Sommaire 1.Droit d auteur a. Définition b. Types d œuvres c. Titularité des droits d. Cession des droits d auteur e.

Plus en détail

dénommé ci-après le «propriétaire», dénommé ci-après le «gestionnaire», Vu l objet de la Résidence Sociale tel que défini à l annexe I ;

dénommé ci-après le «propriétaire», dénommé ci-après le «gestionnaire», Vu l objet de la Résidence Sociale tel que défini à l annexe I ; CONVENTION N...... CONCLUE ENTRE L ETAT, L ORGANISME PROPRIETAIRE, L ORGANISME GESTIONNAIRE EN APPLICATION DE L ARTICLE L.353.2 DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION PORTANT SUR LES RESIDENCES

Plus en détail

Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES

Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES Les URPS peuvent elles devenir membres à part entière d un GCS? Leur adhésion est elle souhaitable? Seules les

Plus en détail

Commentaire de la SCPCP concernant le projet de loi C-32

Commentaire de la SCPCP concernant le projet de loi C-32 CANADIAN PRIVATE COPYING COLLECTIVE SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PERCEPTION DE LA COPIE PRIVÉE 150, avenue Eglinton Est, bureau 403 Toronto (Ontario) M4P 1E8 Tél. : 416 486-6832 Sans frais : 1 800 892-7235 Téléc.

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Mise à disposition d une plateforme de veille sur Internet

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES Préambule La Poste est propriétaire de fichiers informatiques de données géographiques. Lesdits fichiers permettent de

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT NOTICE EXPLICATIVE Pour demander votre affiliation au Régime de Sécurité Sociale des Auteurs, vous devez déclarer les revenus d auteur perçus au cours des deux années précédentes l année en cours de laquelle

Plus en détail

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT

Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT La réglementation relative au temps de travail s applique à tous les agents des collectivités territoriales et de leurs établissements

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION New Equilibre Santé. Sous réserve d acceptation par l association ANDAC, et le cas échéant de la résiliation du précédent contrat

DEMANDE D ADHÉSION New Equilibre Santé. Sous réserve d acceptation par l association ANDAC, et le cas échéant de la résiliation du précédent contrat VERSION 1 OCTOBRE 2012 EXEMPLAIRE (1) À RETOURNER À ANDAC GESTION 108 rue Ronsard - BP 87323 37073 TOURS Cedex 2 Tél. 02 47 70 40 70 - Fax 02 47 70 40 75 353 422 462 RCS TOURS ORIAS n 07 003 773 (www.orias.fr)

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Vers des Médias accessibles Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Le Crédit impôt cinema Le Crédit impôt audiovisuel Le Crédit d impôt cinéma Quel Objectif? Soutenir

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs)

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) Creative Expression Benefiting From Your Copyright and Using the Copyright Works of Others in Your Business Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail