PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES"

Transcription

1 PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

2 16 rue Amélie PARIS Tél : Fax:

3 PRÉSENTATION DE LA SPEDIDAM QU EST-CE QUE LA SPEDIDAM? CADRE JURIDIQUE PERCEPTION ET RÉPARTITION EUROPE ET INTERNATIONAL

4 QU EST CE QUE LA SPEDIDAM? CRÉÉE EN 1959 PAR CINQ ARTISTES-INTERPRÈTES, LA SPEDIDAM EST UNE SOCIÉTÉ DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS DES ARTISTES-INTERPRÈTES QUI GÈRE LEURS DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLEC- TUELLE. LA SPEDIDAM PERMET AUX ARTISTES D EXERCER UN CONTRÔLE SUR LES UTILISATIONS DE LEURS ENREGISTREMENTS ET DE PERCEVOIR DES RÉMUNÉRATIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES UTILISATIONS SECONDAIRES QUI EN SONT FAITES. ENREGISTREMENT 1 ÈRE DESTINATION AUTORISÉE UTILISATIONS SECONDAIRES EXEMPLE EXEMPLES STUDIO VENTE DE CD INTERNET DVD PUBLICITÉ FILM AYANTS-DROIT ASSOCIÉS 44 SALARIÉS PERCEPTIONS ,6 M 24 MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ÉLUS PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 04

5 CADRE JURIDIQUE LA LOI DU 3 JUILLET 1985, CODIFIÉE EN 1992 DANS LE CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CI-APRÈS «C.P.I.»), A RECONNU AU BÉNÉFICE DES ARTISTES-INTERPRÈTES DES DROITS DITS «VOISINS» DU DROIT D AUTEUR. UN DROIT MORAL Aux termes de l article L du C.P.I., l artisteinterprète a droit au respect de son nom, de sa qualité et de son interprétation. UN DROIT EXCLUSIF L article L du C.P.I. accorde aux artistes-interprètes un droit exclusif sur leurs interprétations. Ainsi, on ne peut pas procéder à leur enregistrement sans autorisation, ni utiliser celui-ci pour des utilisations différentes de celle initialement autorisée. Ces nouvelles utilisations doivent donner lieu au paiement d une rémunération complémentaire. DEUX EXCEPTIONS AU DROIT EXCLUSIF LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE POUR LA RADIODIFFUSION ET LA COMMUNICA- TION DANS DES LIEUX PUBLICS DE DISQUES DU COMMERCE, LE DROIT EXCLUSIF A ÉTÉ ÉCARTÉ AU PROFIT DU DROIT À RÉMUNÉRATION ÉQUI- TABLE EN APPLICATION DE L ARTICLE L DU C.P.I. Les diffuseurs n ont pas l obligation de demander l autorisation des artistes et des producteurs pour diffuser cette musique enregistrée. Mais, en contrepartie, ils doivent s acquitter du paiement d une rémunération dite «rémunération équitable». LA RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE POUR LA REPRODUCTION D ENREGISTREMENTS SONORES OU AUDIOVISUELS À TITRE PRIVÉ, LE DROIT EXCLUSIF A ÉTÉ ÉCARTÉ AU PROFIT DU DROIT À RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE EN APPLI- CATION DE L ARTICLE L DU C.P.I. Le législateur a autorisé les consommateurs à copier les enregistrements sans avoir à demander l autorisation aux artistes, producteurs et auteurs. En contrepartie, une rémunération est perçue, dite «rémunération pour copie privée», qui est comprise dans le prix d achat des supports d enregistrements vierges et qui est versée par les importateurs et les fabricants de ces supports. 05

6 PERCEPTION ET RÉPARTITION PERCEPTION LA SPEDIDAM PERÇOIT DES SOMMES QUI PRO- VIENNENT ESSENTIELLEMENT DE TROIS SOURCES. 48 % RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE 46 % RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE DROIT EXCLUSIF ET PRODUITS FINANCIERS 6 % ARTISTES- INTERPRÈTES ont bénéficié de la répartition de la SPEDIDAM en 2013.* RÉPARTITION ET ACTION CULTURELLE LA SPEDIDAM RÉPARTIT LES SOMMES QU ELLE PERÇOIT AUX ARTISTES INTERPRÈTES ET EN AFFECTE UNE PARTIE À LA CRÉATION ARTISTIQUE. 75 % 25 % STRUCTURES ET MANIFESTATIONS ont bénéficié des aides de la SPEDIDAM en ARTISTES-INTERPRÈTES Sommes réparties aux artistes- interprètes dont les œuvres ont été diffusées et/ou copiées. AIDES À LA CRÉATION, À LA DIFFUSION ET À LA FORMATION Conformément à l article L du C.P.I., les sommes qui n ont pu être réparties au terme du délai de prescription et 25 % des sommes perçues au titre de la rémunération pour copie privée, sont affectées à des actions d aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d artistes. FRAIS DE GESTION 8,76 % * hors paiement aux sociétés homologues étrangères. EUROPE ET INTERNATIONAL La protection des droits des artistes-interprètes et leur gestion étant de plus en plus dépendantes de règles européennes et internationales, la SPEDIDAM est membre fondateur d AEPO-ARTIS qui réunit plus d une trentaine d organisations en charge de la gestion collective des droits des artistes interprètes en Europe. Par ailleurs, la SPEDIDAM a cofondé le SCAPR (Societies s Council for the Administration of Performer s Rights), qui réunit, au niveau international, les sociétés gérant les droits des artistes afin de favoriser leur représentation mutuelle et les échanges de perceptions entre elles. 06

7 PROPOSITIONS 1 PRÊT, LOCATION, DISTRIBUTION 08 2 DIFFUSION DE MUSIQUE ENREGISTRÉE 10 3 RÉGIME APPLICABLE À LA MUSIQUE À LA DEMANDE 12 4 RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX EXPLOITATIONS 14 5 GARANTIES DANS LES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ 16 6 COPIE PRIVÉE ET CLOUD COMPUTING 18 7 ACCÈS AUX INFORMATIONS RELATIVES AUX UTILISATIONS ET AUX AYANTS-DROIT 20 8 RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS 22 07

8 1 PRÊT, LOCATION ET DISTRIBUTION CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE 2006/115 A ACCORDÉ AUX ARTISTES-INTERPRÈTES, DÈS 1992, UN DROIT EXCLUSIF PORTANT SUR LA LOCATION, LE PRÊT ET LA DISTRIBUTION DE LEURS ENREGISTREMENTS. MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE TELS DROITS ET NE PERÇOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION POUR CES EXPLOITATIONS. PRÊT VENTE PRÊT (MÉDIATHÈQUES) Le droit de prêt n a pas été reconnu dans la loi française. DISTRIBUTION Le droit de distribution n a pas été reconnu dans la loi française. LOCATION LOCATION Le droit de location n a pas été reconnu dans la loi française. 08

9 PROPOSITION METTRE EN CONFORMITÉ L ARTICLE L DU CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE AVEC LE DROIT EUROPÉEN. INCLURE DANS LES DROITS EXCLUSIFS PRÉVUS DANS L ARTICLE L LE DROIT DE PRÊT, DE LOCATION ET DE DISTRIBUTION. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Sont soumises à l autorisation écrite de l artiste interprète la fixation de sa prestation, sa reproduction, sa mise à la disposition du public par la vente, l échange, le prêt ou le louage, et sa communication au public, y compris sa mise à la disposition du public, par fil ou sans fil, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ainsi que toute utilisation séparée du son et de l image de la prestation lorsque celle-ci a été fixée à la fois pour le son et l'image. Cette autorisation et les rémunérations auxquelles elle donne lieu sont régies par les dispositions des articles L et L du code du travail, sous réserve des dispositions de l article L du présent code. En ce qui concerne la location, les artistes-interprètes bénéficient d'un droit à rémunération équitable auquel ils ne peuvent renoncer, payée par les personnes qui offrent à la location des phonogrammes ou des vidéogrammes. Ce droit à rémunération équitable ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits, agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance de l agrément. * CETTE PROPOSITION INCLUT ÉGALEMENT LE DROIT DE MISE À LA DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE COMME EXPLICITÉ PAGE 13 DU PRÉSENT DOCUMENT. 09

10 2 DIFFUSION DE MUSIQUE ENREGISTRÉE CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE 2006/115 DISPOSE QUE LES ARTISTES-INTERPRÈTES (ET LES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES) DOIVENT BÉNÉFICIER D UNE RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE PAYÉE PAR L UTILISATEUR QUI PROCÈDE À LA RADIODIFFUSION OU À LA COMMUNICATION AU PUBLIC DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE OU DE REPRODUCTIONS DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE (MUSIQUE ENREGISTRÉE). MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE CETTE RÉMUNÉRATION POUR TOUTES LES COMMUNICATIONS AU PUBLIC DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE. WEB RADIO L article L du C.P.I. ne porte que sur la radiodiffusion et la communication dans les lieux publics, et non pas généralement sur la «communication au public». Une Web radio n a donc pas à payer la rémunération équitable même si elle diffuse les mêmes programmes qu une radio émettant par ondes hertziennes. PROGRAMMES AUDIOVISUELS L article L du C.P.I. ne reprend pas la notion de «reproduction de phonogramme». La rémunération équitable n est donc pas appliquée aux phonogrammes reproduits dans certains programmes audiovisuels diffusés par les télévisions. 10

11 PROPOSITION MODIFIER L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : WEB RADIO INCLURE DANS LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE LA NOTION DE COMMUNICATION «AU» PUBLIC (EN EXCLUANT LE CAS PARTICULIER DES SERVICES À LA DEMANDE QUI FAIT L OBJET D UN RÉGIME DISTINCT). PROGRAMMES AUDIOVISUELS INCLURE DANS LA RÉMUNÉRATION ÉQUITABLE LA RADIODIFFUSION ET LA COMMUNICATION AU PUBLIC TANT DE PHONOGRAMMES DU COMMERCE QUE DE REPRODUCTIONS DE CES PHONOGRAMMES DU COMMERCE. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Lorsqu'un phonogramme a été publié à des fins de commerce, l artiste-interprète et le producteur ne peuvent s opposer : 1 À la communication au public de ce phonogramme ou d une reproduction de ce phonogramme, dès lors qu il n est pas mis à la disposition du public de manière que chacun puisse y avoir accès de l endroit et au moment qu'il choisit individuellement ; 2 À la radiodiffusion et à la câblo-distribution simultanée et intégrale de ce phonogramme ou d une reproduction de ce phonogramme. Dans tous les autres cas, il incombe aux producteurs desdits programmes de se conformer au droit exclusif des titulaires de droits voisins prévu aux articles L et L Ces utilisations des phonogrammes publiés à des fins de commerce, quel que soit le lieu de fixation de ces phonogrammes, ouvrent droit à rémunération au profit des artistes-interprètes et des producteurs. Cette rémunération est versée par les personnes qui utilisent les phonogrammes publiés à des fins de commerce dans les conditions mentionnées aux 1º et 2º du présent article. Elle est assise sur les recettes de l exploitation ou, à défaut, évaluée forfaitairement dans les cas prévus à l article L Elle est répartie par moitié entre les artistes-interprètes et les producteurs de phonogrammes. Le droit d obtenir cette rémunération équitable ne peut pas faire l objet d une renonciation ou d une cession. 11

12 3 QUI GAGNE QUOI DANS LE STREAMING? RÉGIME APPLICABLE À LA MUSIQUE À LA DEMANDE CONSTAT LA DIRECTIVE EUROPÉENNE RECONNAIT AUX ARTISTES-INTERPRÈTES UN DROIT EXCLUSIF SUR LA MISE À LA DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE DE LEURS ENREGISTREMENTS. MAIS LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS EN FRANCE DE CE DROIT ET NE PERCOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION POUR CES EXPLOITATIONS. 9,99 TTC / MOIS LE STREAMING ET COMBIEN POUR LES ARTISTES-INTERPRÈTES? DROIT D AUTEUR 0,67 TVA 1,67 VEDETTE 0,41 PLATE-FORME DE STREAMING 2,49 SUR UN ABONNEMENT DE 9,99 / MOIS MAJORS DE L INDUSTRIE DU DISQUE 4,75 STREAMING À LA DEMANDE Le droit de mise à la disposition du public à la demande n étant pas reconnu dans la loi française, les artistes-interprètes ne perçoivent rien. AUTRES ARTISTES- INTERPRÈTES TÉLÉCHARGEMENT À LA DEMANDE Le droit de mise à la disposition du public à la demande n étant pas reconnu dans la loi française, les artistes-interprètes ne perçoivent rien. 12

13 PROPOSITION MODIFIER L ARTICLE L ET CRÉER UN NOUVEL ARTICLE L AFIN DE : INTÉGRER LA MISE À DISPOSITION DU PUBLIC À LA DEMANDE PARMI LES DROITS EXCLUSIFS RECONNUS AUX ARTISTES- INTERPRÈTES. CRÉER UN GUICHET UNIQUE POUR LES SERVICES MUSICAUX QUI AUTORISERA LES SERVICES À LA DEMANDE ET PERCEVRA LES RÉMUNÉRATIONS QUI SERONT PARTAGÉES ENTRE ARTISTES ET PRODUCTEURS. ARTICLE L DU C.P.I. MODIFIÉ Sont soumises à l autorisation écrite de l artiste interprète la fixation de sa prestation, sa reproduction, sa mise à la disposition du public par la vente, l échange, le prêt ou le louage, et sa communication au public, y compris sa mise à la disposition du public, par fil ou sans fil, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ainsi que toute utilisation séparée du son et de l image de la prestation lorsque celle-ci a été fixée à la fois pour le son et l'image. Cette autorisation et les rémunérations auxquelles elle donne lieu sont régies par les dispositions des articles L et L du code du travail, sous réserve des dispositions de l article L du présent code. En ce qui concerne la location, les artistes-interprètes bénéficient d'un droit à rémunération équitable auquel ils ne peuvent renoncer, payée par les personnes qui offrent à la location des phonogrammes ou des vidéogrammes. Ce droit à rémunération équitable ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits, agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance de l agrément. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Le droit exclusif de l'artiste interprète et du producteur de phonogramme d autoriser la mise à la disposition du public d'un phonogramme, de manière que chacun puisse y avoir accès de l'endroit et au moment qu'il choisit individuellement, ne peut être exercé que par une société de perception et de répartition des droits régie par le Titre II du Livre III agréée à cet effet par le ministre chargé de la Culture. Cet agrément est délivré en considération des critères énumérés à l article L Un décret en Conseil d'etat fixe les conditions de délivrance et de retrait de l agrément. 13

14 4 RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX EXPLOITATIONS CONSTAT CONTRAIREMENT AUX AUTEURS, LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE BÉNÉFICIENT PAS D UNE RÉMUNÉRATION PROPORTIONNELLE AUX RECETTES LIÉES À LA VENTE OU À L EXPLOITATION DE LEURS ENREGISTREMENTS. L IMMENSE MAJORITÉ DES ARTISTES-INTERPRÈTES EST RÉMUNÉRÉE PAR LE SEUL PAIEMENT D UNE SOMME FORFAITAIRE ET DÉFINITIVE POUR TOUS TERRITOIRES, TOUTE LA DURÉE D EXPLOITATION DE LEURS ENREGIS- TREMENTS ET TOUS TYPES D UTILISATIONS. Hormis les artistes de notoriété, qui parviennent à négocier le paiement de royalties, les artistes-interprètes ne percoivent aucun pourcentage des ventes ou de l exploitation de leurs enregistrements. VENTE DE CD VENTE DE DVD 14

15 PROPOSITION AJOUTER UN TROISIÈME ALINÉA À L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : PRÉVOIR LA PARTICIPATION PROPORTIONNELLE AUX RECETTES PROVENANT DE LA VENTE OU DE L EXPLOITATION DE LA PRESTATION DES ARTISTES INTERPRÈTES. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Ces rémunérations, perçues par l artiste interprète ou la société de perception et de répartition exerçant ses droits, doivent comporter la participation proportionnelle aux recettes provenant de la vente ou de l'exploitation de sa prestation. Toutefois, la rémunération bénéficiant à l'artiste interprète peut être évaluée forfaitairement dans les cas suivants ; 1 La base de calcul de la participation proportionnelle ne peut être pratiquement déterminée ; 2 Les moyens de contrôler l application de la participation font défaut ; 3 Les frais des opérations de calcul et de contrôle seraient hors de proportion avec les résultats à atteindre ; 4 L'utilisation de la prestation ne présente qu'un caractère accessoire par rapport à l'objet exploité. 15

16 5 GARANTIES DANS LES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES DISPOSANT D UNE CERTAINE NOTORIÉTÉ ET SIGNANT DES CONTRATS D EXCLUSIVITÉ PRÉVOYANT LE BÉNÉFICE DE ROYALTIES, SE VOIENT LA PLUPART DU TEMPS IMPOSER DES CONTRATS OPAQUES ET DÉSÉQUILIBRÉS AU PROFIT DES PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES. CONDITIONS Les artistes-interprètes ont la plus grande difficulté à obtenir des conditions contractuelles équitables. INFORMATIONS Les artistes-interprètes peinent à obtenir des informations relatives à l exploitation des enregistrements concernés. 16

17 PROPOSITION AJOUTER UN QUATRIÈME ALINÉA À L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : DÉFINIR LES CLAUSES OBLIGATOIRES DANS UN CONTRAT ENTRE PRODUCTEURS DE PHONOGRAMMES ET ARTISTES-INTERPRÈTES. INTÉGRER UNE OBLIGATION POUR LES PRODUCTEURS DE COMMUNIQUER À L ARTISTE-INTERPRÈTE UN DÉCOMPTE DÉTAILLÉ DES RECETTES D EXPLOITATION DU PHONOGRAMME. ARTICLE L ALINÉA 4 DU C.P.I. (NOUVEAU) Tout contrat conclu entre un artiste-interprète et un producteur pour la réalisation à titre exclusif d'un phonogramme doit indiquer la date ultime de sortie commerciale du phonogramme, le nombre minimum d'exemplaires commercialisés pendant l année suivant cette sortie commerciale, les moyens mis en œuvre par le producteur pour la promotion et l'exploitation permanente et suivie du phonogramme, ainsi que les modes d'exploitation spécifiques qui seront soumis ultérieurement à une autorisation spéciale de l artisteinterprète principal. Les abattements contractuels sur les redevances de l artiste-interprète principal ne peuvent se cumuler au-delà d un total de 30 %. En aucun cas ce contrat ne pourra restreindre la liberté de l'artiste quant à la promotion de son travail par lui-même sur les services de communication en ligne. Le producteur du phonogramme doit communiquer à l'artiste-interprète principal, au moins une fois par an, un décompte détaillé et certifié sur les volumes de fabrication, de télédistribution, de vente et plus généralement sur les recettes d'exploitation du phonogramme. 17

18 6 COPIE PRIVÉE ET CLOUD COMPUTING CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES NE PERÇOIVENT AUCUNE RÉMUNÉRATION LORSQU UN UTILISATEUR COPIE DES FICHIERS MUSICAUX OU AUDIOVISUELS SUR UN SERVEUR DISTANT (CLOUD) POUR POUVOIR Y ACCÉDER EN LIGNE DEPUIS N IMPORTE QUEL TERMINAL CONNECTÉ. OR, IL S AGIT LÀ D UN NOUVEAU MODE DE COPIE PRIVÉE. LE PRINCIPE DE L EXCEPTION POUR COPIE PRIVÉE, AVEC POUR CONTREPARTIE LE VERSEMENT D UNE RÉMUNÉRATION AUX TITULAIRES DE DROITS, DOIT ÊTRE ADAPTÉ À TOUS LES MODES DE COPIE ET DE REPRODUCTION D ŒUVRES SONORES ET AUDIOVISUELLES. CLOUD COMPUTING (STOCKAGE À DISTANCE) Un certain nombre de services sont offerts au public qui permettent de stocker, en les reproduisant sur des serveurs ou bases de données distantes, des enregistrements sonores ou audiovisuels, sans que ces utilisations fassent l objet d une contrepartie. 18

19 PROPOSITION MODIFIER LE C.P.I. INSÉRER DANS LE C.P.I. LA NOTION DE SERVICE DE STOCKAGE À DISTANCE ET DÉTERMINER LES RÈGLES D ÉTABLISSEMENT DU MONTANT DE LA RÉMUNÉRATION POUR COPIE PRIVÉE CORRESPONDANTE. ARTICLE L DU C.P.I. «La rémunération prévue à l article L est versée par le fabricant, l importateur ou la personne qui réalise des acquisitions intracommunautaires, au sens du 3 du I de l article 256 bis du code général des impôts, de supports d enregistrement utilisables pour la reproduction à usage privé d oeuvres, lors de la mise en circulation en France de ces supports, ainsi que par l exploitant du service de stockage en ligne.» Le montant de la rémunération est fonction du type de support et de la durée ou de la capacité d enregistrement qu il permet ou, s'agissant du stockage en ligne, de la capacité de stockage offerte au public. Ce montant est également fonction de l usage de chaque type de support et de service de stockage en ligne. Cet usage est apprécié sur le fondement d enquêtes. Toutefois, lorsque des éléments objectifs permettent d établir qu un support peut être utilisé pour la reproduction à usage privé d œuvres et doit, en conséquence, donner lieu au versement de la rémunération, le montant de cette rémunération peut être déterminé par application des seuls critères mentionnés au deuxième alinéa, pour une durée qui ne peut excéder un an à compter de cet assujettissement. Le montant de la rémunération tient compte du degré d'utilisation des mesures techniques définies à l article L et de leur incidence sur les usages relevant de l exception pour copie privée. Il ne peut porter rémunération des actes de copie privée ayant déjà donné lieu à compensation financière.» ARTICLE L DU C.P.I. Le montant de la rémunération prévue à l article L propre à chaque support et à chaque type de service est porté à la connaissance de l acquéreur lors de la mise en vente des supports d enregistrement mentionnés à l article L ou du consommateur lors de la connexion au service de stockage en ligne. Une notice explicative relative à cette rémunération et à ses finalités, qui peut être intégrée au support de façon dématérialisée, est également portée à sa connaissance. Cette notice mentionne la possibilité de conclure des conventions d exonération ou d obtenir le remboursement de la rémunération pour copie privée dans les conditions prévues à l article L Les manquements au présent article sont recherchés et constatés par les agents mentionnés au II de l article L du code de commerce, dans les conditions fixées à l'article L du code de la consommation. Ces manquements sont sanctionnés par une amende administrative dont le montant ne peut être supérieur à Les conditions d application du présent article sont définies par décret en Conseil d'etat. ARTICLE L DU C.P.I. Les types de support, de service, les taux de rémunération et les modalités de versement de celle-ci sont déterminés par une commission présidée par un représentant de l Etat et composée, en outre, pour moitié, de personnes désignées par les organisations représentant les bénéficiaires du droit à rémunération, pour un quart, de personnes désignées par les organisations représentant les fabricants, importateurs des supports et exploitants de services de stockage en ligne mentionnés au premier alinéa de l article L 311-4, pour un quart, de personnes désignées par les organisations représentant les consommateurs. Les comptes rendus des réunions de la commission sont rendus publics, selon des modalités fixées par décret. La commission publie un rapport annuel, transmis au Parlement. Les délibérations de la commission sont exécutoires si, dans un délai d un mois, son président n a pas demandé une seconde délibération. 19

20 7 ACCÈS AUX INFORMATIONS RELATIVES AUX UTILISATIONS ET AUX AYANTS-DROITS CONSTAT LA GESTION DES DROITS DES ARTISTES-INTERPRÈTES EST SOUVENT ENTRAVÉE PARCE QU ON NE PARVIENT PAS À LES IDENTIFIER OU PARCE QU ON NE CONNAÎT PAS PRÉCISEMENT LES CONDITIONS D EXPLOITATION DE LEURS ENREGISTREMENTS. AINSI, LES ARTISTES-INTERPRÈTES AYANT PARTICIPÉ À UN ENREGISTREMENT NE SONT PARFOIS PAS DU TOUT OU PAS CLAIREMENT IDENTIFIÉS. PAR AILLEURS, LES INFORMATIONS EN PROVENANCE DES DIFFUSEURS SUR LES ENREGISTREMENTS EXPLOITÉS NE SONT PAS TOUJOURS TRANSMISES AUX ORGANISATIONS DE GESTION COLLECTIVE. IDENTIFICATION RADIOS - TÉLÉVISIONS DÉLAIS 20

21 PROPOSITION MODIFIER LE C.P.I. RENDRE OBLIGATOIRES LES INFORMATIONS MINIMALES PERMETTANT D IDENTIFIER UN ARTISTE-INTERPRÈTE LORS D UN ENREGISTREMENT (NOM DES ARTISTES-INTERPRÈTES, DU PRODUCTEUR, NATIONALITÉ DU PRODUCTEUR, TITRE DE L INTERPRÉTATION, LIEU ET ANNÉE DE FIXATION). INSCRIRE L OBLIGATION DE COMMUNIQUER EN TEMPS UTILE, AUX SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS, LE PROGRAMME DES UTILISATIONS AUXQUELLES LES ENTREPRISES DE COMMUNICATION AUDIOVI- SUELLE PROCÈDENT. ARTICLE L ALINÉA 5 DU C.P.I. (NOUVEAU) Le producteur d un phonogramme doit s assurer que tout support ou fichier numérique à partir duquel le phonogramme sera licitement communiqué au public ou mis à sa disposition contiendra les informations essentielles sur le régime des droits des titulaires de droits que sont les auteurs et les artistes-interprètes ; étant précisé que ces informations doivent être librement accessibles et sont soumises à un droit de rectification de la part des titulaires des droits. Par informations essentielles sur le régime des droits, on entend : - s agissant des artistes-interprètes : le nom des artistesinterprètes (artiste-interprète principal et autres artistes-interprètes), le nom du producteur, la nationalité du producteur, le titre de l interprétation, le lieu et l'année de fixation de l'interprétation ; - s agissant des auteurs : le titre de l œuvre, le nom des auteurs, l'identifiant de la version ou de l arrangement. Quand ces informations font l'objet d'un traitement automatisé par un organisme professionnel ou par une société de perception et de répartition des droits des producteurs, elles sont rendues librement accessibles aux sociétés de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes. ARTICLE L DU C.P.I. (NOUVEAU) Les entreprises de communication audiovisuelle communiquent en temps utile aux sociétés de perception et de répartition des droits le programme exact des utilisations auxquelles elles procèdent et tous les éléments documentaires indispensables à la répartition des droits. La violation de cette obligation ouvre droit à une indemnisation au moins égale à 10% des sommes dues pour la période de droits concernée. 21

22 8 RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS CONSTAT LES ARTISTES-INTERPRÈTES SONT FRÉQUEMMENT AMENÉS À CÉDER, SANS CONTREPARTIE RÉELLE, TOUS LEURS DROITS À DES PRODUCTEURS SONORES OU AUDIOVISUELS. CONTRAT Le lien juridique créé par l adhésion d ayants droit faisant apport de leurs droits à leur société de perception et de répartition des droits est menacé par les contrats que font signer les producteurs phonographiques et audiovisuels aux artistes- interprètes qui ne disposent d aucune capacité de négociation. Les artistes-interpètes, confrontés à ces contrats d adhésion, ne peuvent qu accepter ou renoncer à être engagés. 22

23 PROPOSITION COMPLÉTER L ARTICLE L DU C.P.I. AFIN DE : CHAMP DE COMPÉTENCES RENFORCER LE RÔLE DES SOCIÉTÉS DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION DES DROITS. APPORT DES DROITS PRÉVOIR LA NULLITÉ DE TOUT CONTRAT INDIVIDUEL OU COLLECTIF RELATIF À L EXERCICE DES DROITS RECONNUS AUX ARTISTES-INTERPRÈTES S IL EST EN CONTRADICTION AVEC L APPORT EN PROPRIÉTÉ DES DROITS DONT BÉNÉFICIE UNE SOCIÉTÉ DE PERCEPTION ET DE RÉPARTITION. ARTICLE L DU C.P.I Les sociétés de perception et de répartition des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes et des artistes-interprètes ont la faculté, conformément aux prérogatives qui leur sont données par leurs statuts, le cas échéant sur mandat d organismes étrangers ayant le même objet ou dans le cadre d'un régime de gestion collective obligatoire, d exercer collectivement les droits prévus aux articles L 212-3, L 212-4, L , 213-1, L 214-1, L et L en concluant des contrats généraux d intérêt commun avec les utilisateurs de phonogrammes ou de vidéogrammes dans le but d améliorer la diffusion de ceux-ci ou de promouvoir le progrès technique ou économique. ARTICLE L , SECOND ALINÉA DU C.P.I (NOUVEAU) Tout contrat individuel ou collectif relatif à l'exercice des droits reconnus aux artistes-interprètes par l article L est nul de plein droit s il entre en contradiction avec l apport en propriété des droits dont bénéficie une société de perception et de répartition régie par le Titre II du Livre III. Cette nullité est absolue. 23

24 S U R U N A B O N N E M E N T D E 9, 9 9 / M O I S 9,99 TTC / MOIS LE STREAMING ET COMBIEN POUR LES ARTISTES-INTERPRÈTES? RÉALISATION : ÉCLAIRAGE PUBLIC DROIT D AUTEUR 0,67 TVA 1,67 VEDETTE 0,41 S T R E A M I N G? G A G N E Q U O I D A N S L E Q U I PLATE-FORME DE STREAMING 2,49 AUTRES ARTISTES- INTERPRÈTES MAJORS DE L'INDUSTRIE DU DISQUE 4,75 SANS LES ARTISTES-INTERPRÈTES, LA MUSIQUE SERAIT MUETTE.

Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes

Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes Musique, Internet et partage de la valeur : 8 propositions pour les artistes-interprètes 2014 8 propositions pour les artistes-interprètes PLAN DU LIVRE P 11 Proposition 1 Droit de location, de prêt, de

Plus en détail

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

Aide au DVD musical (SPEDIDAM)

Aide au DVD musical (SPEDIDAM) Aide au DVD musical (SPEDIDAM) Producteurs Informations générales Nom de la mesure Acronyme Code Mesure nationale/mesure communautaire Aide au DVD musical (SPEDIDAM) 5.2.19 Nationale Filière concernée

Plus en détail

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES)

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) Supports d'enregistrement analogiques Support Durée d'enregistrement Rémunération pour copie privée Cassette

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB 3B1111]

SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB 3B1111] SOUS-SECTION 1 ÉLÉMENTS INCLUS DANS LA BASE D'IMPOSITION [DB Références du document 3B1111 Date du document 18/09/00 V. Remises sur affranchissements consenties par l'administration de La Poste Opérations

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 53 - TABLEAU COMPARATIF Code de la propriété intellectuelle Proposition de loi relative à l exploitation numérique des livres indisponibles du XX e siècle Article 1 er Au titre III du livre I er du code

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat. Modifications envisagées d un commun accord par les députés et sénateurs UMP à l occasion de la CMP

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat. Modifications envisagées d un commun accord par les députés et sénateurs UMP à l occasion de la CMP 1 TABLEAU COMPARATIF TITRE I ER DISPOSITIONS PORTANT TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2001/29/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL, DU 22 MAI 2001, SUR L HARMONISATION DE CERTAINS ASPECTS DU DROIT D AUTEUR

Plus en détail

LOIS NOR : MCCX0300082L. TITRE I er

LOIS NOR : MCCX0300082L. TITRE I er LOIS LOI n o 2006-961 du 1 er août 2006 relative au droit d auteur et aux droits voisins dans la société de l information (1) NOR : MCCX0300082L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision

Plus en détail

Crédit d'impôt audiovisuel

Crédit d'impôt audiovisuel Crédit d'impôt audiovisuel descriptif Le crédit d'impôt en matière audiovisuelle permet, sous certaines conditions, à une société de production de déduire de son imposition 0% de certaines dépenses de

Plus en détail

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique

! LA SPHERE CREATIVE FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS. Les créateurs. L éditeur graphique 1 FICHE A1 LA FILIERE MUSICALE RAPPEL DES METIERS! LA SPHERE CREATIVE Les créateurs Ils sont en amont et à la source de toute l activité musicale. On regroupe sous ce terme générique l auteur (qui écrit

Plus en détail

Concert, spectacle de variétés Repas en musique Bal, séance dansante

Concert, spectacle de variétés Repas en musique Bal, séance dansante DR Barèmes et démarches simplifiés Organisateuroccasionel DR Pour obtenir l autorisation de diffuser toute la musique que vous souhaitez, un forfait de droits d'auteur payable avant la manifestation Concert,

Plus en détail

Qui en sont les contributeurs?

Qui en sont les contributeurs? fiche pratique DE LA CAPTATION D UN SPECTACLE À SON EXPLOITATION Difficile d improviser une captation, plus difficile encore de (pouvoir) l exploiter sans avoir fait un point sur la législation applicable

Plus en détail

GLOSSAIRE Auteur / Compositeur / Interprète : L auteur écrit les paroles. Le compositeur écrit la musique. L interprète est la personne qui interprète dans une chanson, la musique et / ou les paroles.

Plus en détail

Le droit de prêt en bibliothèque

Le droit de prêt en bibliothèque Les droits collectifs Le droit de prêt en bibliothèque p. 45 Le principe La loi du 18 juin 2003 relative à la «rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs»

Plus en détail

Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0

Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0 Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0 La création sonore que vous vous apprêtez à écouter et/ou télécharger sur le site www.silenceradio.org est protégée par la loi belge du 30 juin 1994

Plus en détail

Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée. 1. Statut des logiciels au regard de la rémunération pour copie privée

Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée. 1. Statut des logiciels au regard de la rémunération pour copie privée Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée «Le présent rapport est un document préparatoire qui retrace les travaux et les conclusions de la commission spécialisée. Seul les

Plus en détail

Utiliser de la musique dans vos vidéos

Utiliser de la musique dans vos vidéos Utiliser de la musique dans vos vidéos DVD/web reportage/film institutionnel Marc Chesneau VOUS SOUHAITEZ UTILISER DE LA MUSIQUE POUR UNE VIDEO : COMMENT CHOISIR? MUSIQUE DU RÉPERTOIRE GÉNÉRAL La Sacem

Plus en détail

Protection des droits d auteur

Protection des droits d auteur Protection des droits d auteur Mars 2012 A. Règles en matière d'utilisation d'œuvres dans le cadre de la rédaction de mémoires ou d autres travaux d étudiants L étudiant est titulaire des droits d auteurs

Plus en détail

BUREAU BURKINABE DU DROIT D'AUTEUR (B B D A) ARRETE N 01-053/MAC/SG/BBDA Du 20 MARS 2000 PORTANT REGLEMENT DE PERCEPTION DES DROITS

BUREAU BURKINABE DU DROIT D'AUTEUR (B B D A) ARRETE N 01-053/MAC/SG/BBDA Du 20 MARS 2000 PORTANT REGLEMENT DE PERCEPTION DES DROITS BUREAU BURKINABE DU DROIT D'AUTEUR (B B D A) ARRETE N 01-053/MAC/SG/BBDA Du 20 MARS 2000 PORTANT REGLEMENT DE PERCEPTION DES DROITS SOMMAIRE TITRE I : REDEVANCES DE DROITS D'AUTEUR... 4 CHAPITRE I : CHAMP

Plus en détail

Contrat d adhésion et de gestion pour les interprètes du domaine phonographique et/ou audiovisuel

Contrat d adhésion et de gestion pour les interprètes du domaine phonographique et/ou audiovisuel Contrat d adhésion et de gestion pour les interprètes du domaine phonographique et/ou audiovisuel entre SWISSPERFORM Société pour les droits voisins Kasernenstrasse 23 8004 Zürich et Jean Dupont Av. de

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION NON EXCLUSIVE DES DROITS D EXPLOITATION DES ŒUVRES

CONTRAT DE CESSION NON EXCLUSIVE DES DROITS D EXPLOITATION DES ŒUVRES CONTRAT DE CESSION NON EXCLUSIVE DES DROITS D EXPLOITATION DES ŒUVRES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : L Association TOP MISSION, association de droit local, Inscription le 10/10/2006 au registre des associations

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution.

Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Loi transposant en droit belge la Directive européenne 2001/29/CE du 22 mai 2001 sur l'harmonisation de certains aspects du droit d'auteur et des droits voisins dans la société de l'information. CHAPITRE

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT D ENREGISTREMENT PHONOGRAPHIQUE. Mode d emploi

MODÈLE DE CONTRAT D ENREGISTREMENT PHONOGRAPHIQUE. Mode d emploi MODÈLE DE CONTRAT D ENREGISTREMENT PHONOGRAPHIQUE Mode d emploi Afin d aider les artistes interprètes dans leurs négociations avec un producteur lors d un ou plusieurs enregistrements, le SFA a rédigé

Plus en détail

Concert, spectacle de variétés Repas en musique Bal, séance dansante

Concert, spectacle de variétés Repas en musique Bal, séance dansante DR Barèmes et démarches simplifiés Organisateur occasionnel 2013 DR Pour obtenir l autorisation de diffuser toute la musique que vous souhaitez, un forfait de droits d'auteur payable avant la manifestation

Plus en détail

Tarif A télévision 2014-2017

Tarif A télévision 2014-2017 SWISSPERFORM Société suisse pour les droits voisins Tarif A télévision 2014-2017 Utilisation de phonogrammes et de vidéogrammes disponibles sur le marché par la Société suisse de radiodiffusion et télévision

Plus en détail

ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT

ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT ENTRE : DOMICILIÉ À : CI APRÈS DÉNOMMÉ D'une part, ET ZEN PRODUCTIONS Représenté par STEPHANE MARTIN SARL

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

CHAPITRE Ier. - Définitions.

CHAPITRE Ier. - Définitions. 28 MARS 1996. - Arrêté royal relatif au droit à rémunération pour copie privée des auteurs, des artistes-interprètes ou exécutants et des producteurs de phonogrammes et d'œuvres audiovisuelles, mise à

Plus en détail

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION (Si l auteur assure l exécution des deux contributions, écriture et réalisation, il

Plus en détail

Contrat de promotion locale

Contrat de promotion locale Entre les soussignés Raison sociale de l entreprise : Adresse du siège social : Téléphone : Numéro de Siret : Numéro de licence d entrepreneur du spectacle : Représentée par, en sa qualité de Ci-après

Plus en détail

Tarif commun Hb 2012-2017

Tarif commun Hb 2012-2017 SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs de musique SWISSPERFORM Société suisse pour les droits voisins Tarif commun Hb 2012-2017 Exécutions musicales pour manifestations dansantes et récréatives Approuvé

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE MUSIC2PROD

CONTRAT DE LICENCE MUSIC2PROD CONTRAT DE LICENCE MUSIC2PROD Licence concédée à : Nom: Prénom: Société: Adresse: Nom du projet : Type de licence : Bande-annonce de film On appelle utilisateur aux termes des présentes toute personne

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.)

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.) PROJET DE LOI adopté le 15 mai 1992 N 130 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.) Le Sénat

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE

DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE DROITS DE REPRODUCTION PHONOGRAPHIQUE sommaire 1 >PRINCIPES GÉNÉRAUX page 5 QU EST-CE QUE LA SABAM? page 5 QUE SONT LES DROITS DE REPRODUCTION MÉCANIQUE? page 5 QUAND LA SABAM NE PERÇOIT-ELLE PAS? page

Plus en détail

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE -

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE - Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE - N 2 - Février 2006 DROIT DE COPIE DROIT D AUTEUR ET DROIT DE COPIE Tout auteur

Plus en détail

Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" D autre part, En présence du :

Entre : Ci-après dénommé (e) l Auteur D une part, Et : Ci-après dénommé (e) l Editeur D autre part, En présence du : CONTRAT DE CESSION DES DROITS D EDITION MUSICALE Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" En présence du : D autre part, Bureau Burkinabé du Droit d Auteur,

Plus en détail

CONNAÎTRE LES NOUVEAUX SERVICES DE LA SCPP

CONNAÎTRE LES NOUVEAUX SERVICES DE LA SCPP CONNAÎTRE LES NOUVEAUX SERVICES DE LA SCPP La réunion du 28 juin et le document de présentation PowerPoint que vous pouvez consulter et télécharger 1 avaient pour objectif de présenter les nouveaux services

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Par Oumar Seck Ndiaye Les textes fondamentaux LOI N 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle

Plus en détail

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés.

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés. CONDITIONS GENERALES Article 1. Objet. 1.1. En remplissant le formulaire de déclaration, le producteur audiovisuel, dont les coordonnées sont reprises sur le formulaire de déclaration (ci-après: le Producteur

Plus en détail

Les artistes-auteurs indépendants bénéficient d un régime de protection sociale spécifique.

Les artistes-auteurs indépendants bénéficient d un régime de protection sociale spécifique. Rémunérer un artiste-auteur indépendant (graphiste, plasticien, photographe...) Les obligations de l entreprise ou de la collectivité publique qui achète ou utilise l oeuvre (diffuseur) Les artistes-auteurs

Plus en détail

La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF

La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court ENTRE : La Société., (Sarl, Sa, autres ) au capital de dont le siège social est au, représentée par : inscrite au RCS

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS D ADAPTATION AUDIOVISUELLE ET COMMENTAIRES

MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS D ADAPTATION AUDIOVISUELLE ET COMMENTAIRES SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES Hôtel de Massa 38, rue du Fbg-St-Jacques, 75014 Paris tél : 01 53 10 12 00 fax : 01 53 10 12 12 www.sgdl.org - courriel : sgdl@sgdl.org MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS

Plus en détail

26 mars N 2012-4482. Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres

26 mars N 2012-4482. Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres 26 mars 2012 N 2012-4482 Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres Un accord national, conclu le 25 janvier 2012, entre l UIMM, d une part, et la CFE-CGC, la CFDT,

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel. Ce qui va changer le 16 mai 2015

CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel. Ce qui va changer le 16 mai 2015 CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel Ce qui va changer le 16 mai 2015 Dans son article 18, la loi n o 2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et à la simplification du droit et des

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 205 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 19 novembre 2008 PROJET DE LOI en faveur des revenus du travail.

Plus en détail

*Observations générales sur les contrats d'édition proposés par les éditeurs

*Observations générales sur les contrats d'édition proposés par les éditeurs *Observations générales sur les contrats d'édition proposés par les éditeurs Auteurs et éditeurs sont des partenaires naturels, cela n'exclut pas qu'ils puissent avoir des intérêts divergents. Dans la

Plus en détail

DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Module 1 - Chapitre 3 Module 1 - LES DROITS DE L émeteur Chapitre 3 - LA PROTECTION D UNE CRéATION PUBLICITAIRE EN PRATIQUE Quelle protection pour une oeuvre

Plus en détail

Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur

Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur Prise de position du Grand-Duché de Luxembourg par rapport au Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur A. Enregistrement et inscription

Plus en détail

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique La pratique contractuelle L importance des sociétés de gestion collective dans la gestion des droits des producteurs. Que se

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES INTERNAUTES PRODUCTEUR

CONDITIONS PARTICULIERES INTERNAUTES PRODUCTEUR CONDITIONS PARTICULIERES INTERNAUTES PRODUCTEUR Conformément aux articles 1 et 5 des Conditions Générales d Utilisation (dénommées ci-après «CGU»), l Internaute Producteur a décidé de s inscrire sur le

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 865 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 22 février 2012 PROPOSITION DE LOI relative à l exploitation numérique

Plus en détail

Redevance pour la mise à disposition de settop-boxes avec mémoire et de vpvr

Redevance pour la mise à disposition de settop-boxes avec mémoire et de vpvr ProLitteris Société suisse de droits d auteur pour l art littéraire et plastique, coopérative SSA Société Suisse des Auteurs, Société coopérative SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs de musique SUISSIMAGE

Plus en détail

Le contrat de production/d artiste

Le contrat de production/d artiste Le contrat de production/d artiste Check-list pour la négociation d un contrat de production/d artiste AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Parc national des Ecrins Pouvoir adjudicateur : Monsieur le Directeur du Parc national des Ecrins MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE passé en application de l'article 28 du Code des Marchés publics CAHIER DES

Plus en détail

Notre référence: 2f. Conditions générales de gestion pour les producteurs de phonogrammes et/ou de vidéogrammes

Notre référence: 2f. Conditions générales de gestion pour les producteurs de phonogrammes et/ou de vidéogrammes Notre référence: 2f Conditions générales de gestion pour les producteurs de phonogrammes et/ou de vidéogrammes Version du 24 avril 2012 2 Contenu 1. But du contrat... 4 2. Prestations incluses dans la

Plus en détail

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique est une instance consultative indépendante, chargée de conseiller le

Plus en détail

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos...

Sommaire. Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... Sommaire Préface... 5 Ouvrages cités par le seul nom de leur auteur, par un nom collectif ou sous une forme abrégée... 15 Avant-propos... 21 Introduction... 23 Chapitre 1 Prolégomènes à la propriété intellectuelle...

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Fiche pratique : La facturation

Fiche pratique : La facturation Journée d'information juridique du 2 décembre 2009 Le cumul d activités dans les secteurs artistiques : modalités et conséquences Fiche pratique : La facturation La notion de facture La facture est un

Plus en détail

Ce RMGI ferait l objet d une gestion collective obligatoire et serait versé à la société de gestion collective par le distributeur.

Ce RMGI ferait l objet d une gestion collective obligatoire et serait versé à la société de gestion collective par le distributeur. Contribution de l Adami à la consultation publique portant sur le Livre Vert de la Commission Européenne sur la distribution en ligne d'oeuvres audiovisuelles dans l'union européenne - Vers un marché unique

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des entreprises culturelles (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, In Extenso Rhône- Alpes) La plupart des associations redoutent de passer sous un régime

Plus en détail

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE Entre : LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES DE FRANCE, représentée par son Président, Monsieur Paul FOURNEL, L'ASSOCIATION DES TRADUCTEURS

Plus en détail

CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE

CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE ENTRE La société immatriculée au RCS de [VILLE], sous le numéro, dont le siège social est sis [ADRESSE], prise en la personne de

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ;

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ; DECRET N 98-261 DU 03 JUIN 1998 Relatif à l homologation des équipements Terminaux de télécommunication, à leurs Conditions de raccordement et à l agrément des installateurs. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation

Conditions Générales d'utilisation Conditions Générales d'utilisation Dernière version mise en ligne le 16/02/2015 Parking Facile développe une solution informatique destinée à créer un «réseau de parkings intelligent». Sa technologie vise

Plus en détail

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire)

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire) Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire) Réservé à la SEMU Date :... N SEMU :... ENTRE Pouvoir organisateur (nom, forme juridique et adresse) :.. Valablement

Plus en détail

REGLEMENT DU PROGRAMME DE PARRAINAGE DE CLUB-MANAGER

REGLEMENT DU PROGRAMME DE PARRAINAGE DE CLUB-MANAGER REGLEMENT DU PROGRAMME DE PARRAINAGE DE CLUB-MANAGER IMMOBILIER ARTICLE 1: SOCIETE ORGANISATRICE La société CLUB MANAGER IMMOBILIER,, dont le siège social est situé 2 rue de l Archinière ière 69970 SAINT

Plus en détail

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance Dernière révision le 25.07.2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Le décret fixant le seuil d exonération des contributions patronales

Plus en détail

Tarif commun 2a 2014-2016

Tarif commun 2a 2014-2016 ProLitteris Société suisse de gestion de droits d auteur pour la littérature et les arts plastiques, coopérative SSA Société suisse des auteurs, Société coopérative SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs

Plus en détail

Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité

Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité Notice d'utilisation du bordereau mensuel de compensation par l Etat des charges de garantie de rémunération des travailleurs

Plus en détail

Creative Commons Attribution Pas d'utilisation Commerciale* Partage à l'identique 3.0 France

Creative Commons Attribution Pas d'utilisation Commerciale* Partage à l'identique 3.0 France Creative Commons Attribution Pas d'utilisation Commerciale* Partage à l'identique 3.0 France *Note de Synaps Collectif audiovisuel : Nous considérons comme commerciale toute utilisation lucrative Licence

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

N 303 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE OF 1988-1989. Annexe au procès- verbal de la séance du 16 mai 1989. PROJET DE LOI

N 303 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE OF 1988-1989. Annexe au procès- verbal de la séance du 16 mai 1989. PROJET DE LOI N 303 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE OF 1988-1989 Annexe au procès- verbal de la séance du 16 mai 1989. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE relatif à /'accueil par des particuliers, à leur

Plus en détail

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif à certaines activités

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI Département Finances AR/AH Dossier suivi par Alain ROBY et Maud ROLHION mai 2010 LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

Plus en détail

Objet : comptes 2014 des formations politiques ; communication de la liste des donateurs et cotisants

Objet : comptes 2014 des formations politiques ; communication de la liste des donateurs et cotisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 1 Paris, le 26 février 2015 L e Président SPP/CP/P/03/2015 Affaire suivie par : Charles PAUTHE : 01 44 09 45 42 : 01 44 09 45 17 Mél : charles.pauthe@cnccfp.fr Objet : comptes 2014

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET PRÉAMBULE Les présentes conditions particulières (les «Conditions Particulières») viennent

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Découvrez la Sofia Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Société française des intérêts des auteurs

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION du droit d exploitation d un spectacle

CONTRAT DE CESSION du droit d exploitation d un spectacle CONTRAT DE CESSION du droit d exploitation d un spectacle ENTRE LES SOUSSIGNÉS : NOM DE LA COMPAGNIE N Siret : N licence entrepreneur de spectacles : Adresse : Tél/Fax. : - Courriel : Représentée par :,

Plus en détail

LA PROTECTION DES LOGICIELS

LA PROTECTION DES LOGICIELS LA PROTECTION DES LOGICIELS Un homme averti en vaut deux : information sur le droit et la protection des logiciels. L article L. 112 2 13 du Code de la Propriété Intellectuelle dispose que «sont considérés

Plus en détail

AVERTISSEMENT. L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ;

AVERTISSEMENT. L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ; Décision n 2014-1136-RDPI de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 7 octobre 2014 portant mise en demeure de la société Martinique Téléphone Mobile de se conformer

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail