Améliorer la prévention des difficultés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Améliorer la prévention des difficultés"

Transcription

1 L Administration fiscale et la loi de sauvegarde des entreprises Si la loi de sauvegarde des entreprises permet à l Administration fiscale d être davantage impliquée dans le traitement des difficultés de l entreprise, elle la soumet également et dans une large mesure, aux mêmes obligations que les autres créanciers. Gérard LEGRAND Avocat à la Cour, Associé LAMY & ASSOCIÉS (LYON/PARIS) L. n , 26 juill. 2005, JO 27 juill., p POUR EN SAVOIR PLUS : D. n , 28 déc. 2005, JO 29 déc. 2005, p Repère : Lamy fiscal 2006, 8650 et s. Améliorer la prévention des difficultés et favoriser le redressement de l entreprise est l un des principaux objectifs de la loi de sauvegarde des entreprises. Il paraissait cependant difficile d y parvenir sans que l Administration fiscale participe ou soit associée aux opérations. Ceci a conduit à l introduction dans notre législation, de quelques innovations d importance, qui font que l Administration fiscale est désormais soumise, pour une large part, aux mêmes obligations que les autres créanciers, même si elle conserve encore le bénéfice de quelques dispositions à caractère dérogatoire. L Administration fiscale, associée au traitement des difficultés Les difficultés auxquelles les entreprises sont susceptibles d être confrontées peuvent être extrêmement diverses, quant à leur nature et à leur importance ; elles nécessitent, dans tous les cas, de rechercher une solution appropriée et la loi a envisagé, de ce point de vue, plusieurs situations. En effet, l entreprise peut tout d abord solliciter la désignation d un mandataire ad hoc ou l ouverture d une procédure de conciliation, voire de sauvegarde avant d être placée, si sa situation est véritablement obérée, en redressement ou en liquidation judiciaire. Elle a également la possibilité de s adresser, préalablement à l ouverture d une procédure collective, au Comité Interministériel de Restructuration Industrielle (CIRI) ou au Comité d examen des problèmes de financement des entreprises (CODEFI) ou encore à la Commission des Chefs de Services Financiers (CCSF). Qu en est-il concrètement? Il est, en fait, permis à l entreprise en difficulté de solliciter, selon les cas et le type de procédure qui est mis en œuvre, des délais ou des remises en vue de s acquitter de ses dettes fiscales et au repreneur de bénéficier, le cas échéant, d un régime favorable d imposition. L ANALYSE DES DIFFICULTÉS ET L OCTROI DE DÉLAIS Le CIRI ou le CODEFI, au niveau départemental, ont la possibilité, lorsqu une entreprise est confrontée à une crise grave de trésorerie, qu elle est dans l impossibilité de surmonter par ses propres moyens, de procéder à une analyse de la situation et de favoriser, si nécessaire, la réalisation d un audit, ainsi que de l accompagner dans la recherche de solutions. Il n est évidemment pas dans la mission de ces comités de se substituer au chef d entreprise ou de s immiscer dans la gestion ; ceux-ci peuvent toutefois favoriser l intervention de partenaires privés et participer, sous certaines conditions, à l octroi de prêts, mais non de délais de paiement. La mise en place de moratoires ressort, en effet, de la compétence de la CCSF, qui est appelée 20 LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE 2006

2 à traiter, avant toute procédure collective, des demandes visant à organiser le paiement échelonné de toutes les sommes dues au titre des impôts, taxes et produits divers du budget de l Etat ainsi que des cotisations sociales. Il entre, plus précisément, dans les attributions de cette dernière, d accepter la mise en place de plans d apurement et d assurer la centralisation des paiements, ce qui fait que l entreprise dispose, en pareil cas, d un seul interlocuteur, qui aura pour mission de répartir ensuite les sommes recouvrées entre les différents créanciers fiscaux et sociaux. La CCSF n a toutefois guère la possibilité, en pratique, de mettre en place des moratoires d une durée supérieure à 2 ans, ni surtout d envisager des remises (1), ce qui fait que celle-ci ne peut connaître, à elle seule, de l ensemble des difficultés susceptibles d être rencontrées par les entreprises, ni répondre à toutes les situations. LES REMISES DE DETTE ET ABANDONS DE CRÉANCE La loi de sauvegarde des entreprises introduit un changement d importance, en ce qu elle permet désormais à l Administration fiscale d être associée aux accords de conciliation et aux plans de sauvegarde ou de redressement et admet, non seulement que des délais mais également des remises, puissent être consentis. Elle autorise, en effet, les créanciers fiscaux et sociaux à accorder des remises dans les mêmes conditions qu un opérateur économique privé, concomitamment à l effort consenti par les autres créanciers (C. com., art. L al. 3), ce qui ne peut que contribuer au redressement de l entreprise, sous réserve que ces dispositions ne soient pas trop restrictivement interprétées. La mesure est d importance, spécialement dans le cadre de la procédure de conciliation, qui vise essentiellement à permettre une restructuration de la dette, ou de la procédure de sauvegarde, qui nécessite toutefois, pour être envisagée, que l entreprise, confrontée à des difficultés, ne se trouve pas en état de cessation des paiements. Il était certes, déjà permis au contribuable, dans l incapacité de s acquitter du principal de sa dette à l égard de l Administration fiscale «par suite de gêne ou d indigence», de solliciter (LPF, art. L 247) une remise des intérêts de retard devenus définitifs ou d en obtenir une atténuation par voie de transaction, lorsque leur montant n était pas définitivement établi. Ce texte avait cependant et en pratique, une portée limitée, alors que la loi de sauvegarde des entreprises élargit considérablement le dispositif en autorisant l Administration fiscale à consentir des remises dans le cadre de la conciliation (C. com., art. L al. 3) ou de la sauvegarde (C. com., art. L 626-6) et du redressement judiciaire (C. com., art. L 631-9, sur renvoi). Il importe de noter que cette remise peut porter sur le principal de la dette, les intérêts, pénalités, amendes et majorations, en ce qui concerne les impôts directs perçus au profit de l Etat et des collectivités territoriales ainsi que les produits divers du budget de l État. Elle est limitée, en revanche, aux intérêts, pénalités, amendes et majorations, pour la TVA et les impôts indirects, ce qui peut se justifier, eu égard à la nature de ces impositions, mais devrait néanmoins permettre d associer utilement le Trésor public aux opérations de redressement. L Administration fiscale peut enfin consentir des cessions de rang de privilège ou d hypothèque ou des abandons de sûretés (C. com., art. L al. 4), tandis que les créanciers sont autorisés à déduire de leur bénéfice brut, les abandons de créance à caractère commercial consentis ou supportés dans le cadre d un plan de sauvegarde ou de redressement (CGI, art. 39-1, 8 nouveau) (2). UNE EXONÉRATION POUR LE REPRENEUR D ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Les sociétés créées pour la reprise d entreprises industrielles peuvent bénéficier, en parallèle des efforts susceptibles d être consentis pour prévenir ou participer au traitement des difficultés, d un régime d exonération d impôt sur les bénéfices (3) qui est, dans une certaine mesure, complémentaire des dispositions précédentes. Il est à signaler cependant que cet avantage est réservé aux entreprises soumises à l impôt sur les sociétés, qui ont été créées spécialement pour assurer la reprise et dont ce doit être l unique activité. (1) Les remises ne pouvaient porter jusqu à présent que sur les pénalités pour retard de paiement et ne ressortaient pas de la compétence de la CCSF, mais de chacun des créanciers concernés, même si la CCSF peut être amenée, en pratique, à donner un avis ; il est possible également que le décret à intervenir sur ce point, dans le prolongement de la loi de sauvegarde des entreprises, confère à la CCSF un rôle accru. (2) L. n , 26 juill. 2005, art. 182 ; cette réforme intervient dans un contexte jurisprudentiel incertain puisque le Conseil d État vient de refuser la déductibilité d un abandon de créance consenti à une sous filiale en difficulté : CE, 10 mars 2006, Société Sept. (3) CGI, art. 44 septies. LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE

3 Le capital ne doit pas être, en outre, détenu directement ou indirectement par des personnes qui ont été associées ou exploitantes ou qui ont détenu directement ou indirectement plus de 50 % du capital de l'entreprise en difficulté, pendant l'année précédant la reprise. Il permet, lorsque l entreprise a fait l'objet d'une cession totale ou partielle, ordonnée par le tribunal, de bénéficier d une exonération de plein droit des bénéfices réalisés au cours des 24 premiers mois d activité, dans la limite d un avantage en impôt de (4). Le bénéfice de cette exonération peut être toutefois remis en cause, si l'activité reprise est interrompue au cours des 3 premières années d'exploitation ou si la société créée pour la reprise est affectée, au cours de la même période, par un événement important (dissolution, transformation entraînant la création d'une personne morale nouvelle, apport en société, fusion, transfert du siège à l'étranger ). L Administration fiscale : un créancier comme les autres Si la loi de sauvegarde des entreprises permet à l Administration fiscale d être davantage impliquée dans le traitement des difficultés de l entreprise, elle la soumet également et dans une large mesure, aux mêmes obligations que les autres créanciers. Elle est donc concernée par le principe de l interdiction des poursuites et a l obligation de déclarer au passif dans les délais prévus, sauf à obtenir d être relevée de forclusion avec, en outre, une innovation dans la mesure où les textes imposent désormais une inscription quasi-systématique du privilège du Trésor. LA SUSPENSION DES POURSUITES L ouverture d une procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire entraîne, par principe, l interdiction ou la suspension de toute action en justice (5), visant à obtenir la condamnation du redevable au paiement d une somme d argent (NCC, art. L ). Elle a également pour effet d arrêter ou interdire toutes voies d exécution sur les meubles et sur les immeubles, même en cas de reprise des instances en cours (C. com, art. L ) et ce, y compris pour l Administration fiscale (6). Ainsi, une saisie-vente ne peut être poursuivie si le redressement ou la liquidation judiciaire est ouvert avant la réalisation des biens saisis (7), de même qu une saisie conservatoire ne peut produire effet, si elle n a pas été convertie en saisie-attribution, avant le jugement d'ouverture (8). La solution est, en revanche, différente s il a été pratiquée une saisie-attribution ou en cas de délivrance d un avis à tiers détenteur puisque ces actes emportent attribution immédiate des sommes saisies, même s ils ont été mis en œuvre après la cessation des paiements. Ils sont, en outre, réputés produire effet sur les sommes échues après le jugement de redressement ou de liquidation judiciaire (9), lorsque la saisie est pratiquée avant l ouverture de la procédure, sur des créances à exécution successive. Le nouvel article L du Code de commerce est toutefois venu atténuer la portée de ce principe ; en effet, les saisies-attribution ou avis à tiers détenteur pratiqués pendant la période suspecte peuvent être désormais remis en cause, si le créancier poursuivant avait connaissance de la cessation des paiements. Il reste cependant que l ouverture d une procédure de redressement judiciaire ne fait pas obstacle au prononcé d amendes, pénalités et confiscations, en matière de contributions indirectes (CGI, art. 1791), dès lors que celles-ci ont le double caractère de peine et de réparation civile et ne sont pas soumises aux dispositions des articles L et L du Code de commerce (10). LES CRÉANCES UTILES DE L ARTICLE L C. COM L article L du Code de commerce pose le principe nouveau que le recouvrement des créances postérieures à l ouverture de la procédure de redressement ou de liquidation judiciaire, n est autorisé que si celles-ci ont été contractées pour les besoins du déroulement de la procédure ou de la période d observation. Il est toutefois permis de penser que la jurisprudence retiendra que la créance fiscale satisfait, par principe, au critère d utilité posé par l article L du Code de commerce et (4) Le plafond de s entend de l avantage maximal dont l entreprise peut bénéficier au cours d une période de 3 ans, sachant que cette limite s apprécie en tenant compte de toutes les aides perçues par l entreprise. (5) Tendant au recouvrement de créances non mentionnées à l article L du Code de commerce. (6) Cass. com., 14 mars 1995, n : Bull. civ IV n 76. (7) Cass. 2 e civ., 19 mai 1998, Sté Banque Occidentale JCPG 1998, I, 167, n 2, obs. Cabrillac. (8) Cass. com., 6 mars 2001, n : Bull. civ. n 48, p. 47. (9) Pour l avis à tiers détenteur : Cass. com., 8 juill. 2003, M. Savenier, n ; pour la saisie attribution : Cass. ch. mixte 22 nov. 2002, n (10) Cass. crim., 28 avril 1997, n : Bull. crim., n LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE 2006

4 que l intérêt public commande une telle solution, de sorte que le redevable devra s acquitter de ses impositions. L Administration fiscale bénéficiera, par ailleurs et à défaut de paiement à l échéance, d une priorité par rapport aux autres créanciers postérieurs, à la condition que sa créance soit portée à la connaissance de l administrateur ou du mandataire judiciaire, dans le délai d un an à compter de la fin de la période d observation ou de 6 mois, à compter du jugement, en cas de liquidation (C. Com., art L IV). L obligation de déclarer L Administration fiscale est tenue de déclarer toutes les créances antérieures au jugement d ouverture (11) et ce, qu elles soient privilégiées ou chirographaires (12) ; elle se distingue cependant des autres créanciers, dans la mesure où elle est la seule, avec les organismes sociaux, à pouvoir déclarer des créances à titre provisionnel (13). Il importe, en ce cas, au comptable de procéder à une déclaration de sa créance auprès du mandataire judiciaire (14), sous un délai de 2 mois à compter de la publication du jugement d ouverture au BODACC (15) ou de la date d exigibilité, s il s agit de créances postérieures. La déclaration est à effectuer, à titre définitif, pour les créances qui ne sont pas contestées et font l objet d un titre exécutoire (rôle, avis de mise en recouvrement) (16) et à titre provisionnel (17) pour celles qui sont nées avant le jugement d ouverture, dont le montant n est pas encore déterminé (18). Le relevé de forclusion L Administration fiscale a la possibilité, si elle n a pas déclaré sa créance dans les délais, d échapper au risque de forclusion, en présentant une requête aux fins de relevé de forclusion (19) si elle apporte la démonstration que sa défaillance n est pas due à son fait (20), mais à celui du redevable (21). Il lui est également permis, depuis l adoption de la loi de sauvegarde des entreprises du 26 juillet 2005, d agir en relevé de forclusion en cas d omission volontaire du débiteur (22), lors de l établissement de la liste des créanciers (C. com., art. L 622-6, al. 2). L action en relevé de forclusion est susceptible d être exercée pour toutes les créances, qu elles soient complémentaires, rectificatives ou accessoires aux créances déclarées ; elle permet, si elle aboutit, à l Administration fiscale de déclarer sa créance pour son montant total (23). Elle doit être, sous peine d irrecevabilité, présentée au juge commissaire, dans un délai de 6 mois à compter de la réception de l avis (24) ou d un an pour les créanciers placés dans l impossibilité de connaître l existence de leurs créances. Le délai de l action en relevé de forclusion ne court toutefois, lorsque l Administration fiscale dispose d une sûreté (25), qu à compter de la réception de l avertissement adressé à ce dernier (26), de sorte que la forclusion lui est inopposable si elle n a pas été avertie par pli recommandé (27). Il est à noter, par ailleurs, que la loi de sauvegarde des entreprises du 26 juillet 2005 se distingue du régime antérieur, en ce que les créances qui n ont pas été déclarées ou qui n ont pas donné lieu à relevé de forclusion, ne sont pas frappées d extinction. Elles sont, en revanche, inopposables à la procédure collective, ce qui fait que l Administration fiscale ne peut prétendre, ni aux répartitions, ni aux versements de dividendes dans le cadre du plan, alors même qu elle pourrait poursuivre la caution en paiement (28). La créance de l Administration fiscale subsistera, par ailleurs, à titre simplement chirographaire si le défaut de déclaration ne concerne (11) Voire également postérieures, si elles ne répondent pas aux critères posés par l article L du Code de commerce, encore que l on peut s interroger sur le point de savoir si cette disposition est susceptible de trouver à s appliquer en matière fiscale. (12) Cass. com., 16 juin 1998, n , MM. Brunet-Beaumel et Bodiguel : Dr. fisc. 1998, n 50, p ; RJF 8-9/98, n (13) C. com., art L , al. 3 nouveau. (14) Cass. com., 4 avr. 2006, n (n 458 F-D) ; 3 mai 2006, n (n 727 FS-P+B) Gaz. Pal. 14 au 18 juill (15) D. n du 28 déc. 2005, art. 99. (16) Cass. com., 10 mars 2004, n 497 F-D, Wilmort-Picardie : RJF 8-9/04, n 946. (17) Les créances du Trésor public et des organismes sociaux, qui ne font pas l objet d un titre exécutoire au moment de leur déclaration sont admises à titre provisionnel pour leur montant déclaré et les déclarations sont toujours faites sous réserve des impôts et autres créances non établies à la date de la déclaration ; Cass. com. 11 déc. 2001, n 2101 FS-P : RJF 6/02 n 715. (18) J.-M. Deleneuville Les modalités de déclaration et d admission des créances fiscales : Rev. pr. coll., n , p. 137 et s. (19) Cass. com., 15 mars 2005, Trésorier principal de Roissy Pintault Combault c/ MY Coudray, ès qual. : Act. pr. coll. 15 avr. 2005, n 86. (20) Cass. com., 1 er févr. 2005, Rec. Princ. Impôts de Paris 2 e Vivienne c/ Mme Belhassen, ès qual. : JCP E, 24 févr. 2005, p. 305, n 296. (23) CA Poitiers, 11 mai 2004, Trésor Chauvigny c/ SA Deshoulière : JCP G 13 avr n 15-16, p. 758, n (21) CA Poitiers, 11 mai 2004, Trésor Chauvigny c/ SA Deshoulière : JCP G 13 Avr n p.758 n (22) CA Angers, 25 mai 2004 : Juris-Data n (23) Cass. com., 10 mars 2004, Sté Pandora : RJF 8-9/04, n 944. (24) Il est à noter que le délai de 6 mois prévu par l article L du Code de commerce est un délai préfix qui s impose à tous les créanciers. Il n est donc pas possible de passer outre et toute demande en relevé de forclusion formulée après l expiration de celui-ci, constitue une fin de non recevoir : Cass. com., 5 mai 2004, Sté Bruno Richard : RJF 8-9/04, n 945. (25) Privilège mobilier général (CGI, art. 1926) ou hypothèque. (26) C. com., art. L nouveau. (27) Cass. com., 26 nov. 2002, n (28) Modification apportée par la loi du 26 juil ; pour le régime antérieur, voir Cass. com. 30 mars 2005, Losio-Valée c/ Ghelfi : D 2005, AJ p. 1151, obs. Lienhard. LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE

5 que le privilège ou l hypothèque légale, dès lors qu une telle omission ne peut être réparée, si elle est constatée après l expiration du délai imparti (29). LE PRIVILÈGE DU TRÉSOR L Administration fiscale n avait l obligation, sous le régime antérieur et jusqu au 1 er janvier 2006, de publier son privilège que dans la mesure où sa créance excédait un montant de ; ce seuil a toutefois été supprimé par la loi de sauvegarde des entreprises du 26 juillet 2005 (CGI, art quater 4). Il en résulte que le privilège doit être désormais inscrit pour toutes les sommes dues au titre d un trimestre civil par le redevable à un même poste comptable ou service assimilé et susceptibles d être inscrites. L Administration fiscale devra donc se montrer plus vigilante quant au suivi de ses créances, dans la mesure où le défaut de publication du privilège, lui fera perdre son rang, lorsque cette publication a un caractère obligatoire (CGI, art quater 7). Il est à noter que la nouvelle loi est également venue compléter l article 1929 quater du CGI ; en effet, c est désormais au comptable compétent de demander la radiation de l inscription dans le mois suivant le règlement, alors que l initiative devait en revenir jusqu alors au redevable, hors les cas de dégrèvement ou de rectification d erreur (30). L Administration fiscale se distingue des autres créanciers, dans la mesure où elle est la seule, avec les organismes sociaux, à pouvoir déclarer des créances à titre provisionnel (31) : il est à noter toutefois que cette faculté qui lui est offerte de déclarer à titre provisionnel, ne la fait pas échapper au délai de forclusion (32). Il ne lui est permis, en outre, de déclarer à titre provisionnel, que les créances nées avant le jugement d ouverture, dont le montant n est pas encore déterminé (33) puisque les impositions qui ne sont pas contestées et font l objet d un titre exécutoire (rôle, avis de mise en recouvrement) (34), doivent être nécessairement déclarées à titre définitif. Les créances contestées, qui font l objet d un titre exécutoire, ne peuvent être, en effet, déclarées qu à titre définitif et non à titre provisionnel (35), de sorte que le juge commissaire ne peut que rejeter, dans une telle hypothèse, la demande d admission provisionnelle qui lui est soumise (36). Il importe de noter par ailleurs, que les déclarations de l Administration fiscale sont toujours faites sous réserve des impôts et autres créances non établies à la date de déclaration (C. com, art. L , al 3) si bien que la décision du juge-commissaire prononçant l admission de la créance initiale, ne fait pas obstacle à une déclaration complémentaire (37). La jurisprudence impose cependant, lorsque l établissement définitif de la créance fiscale fait apparaître un montant supérieur à celui provisoirement déclaré, que l Administration fiscale ait procédé à une déclaration complémentaire dans les délais prévus (38) ou sollicité, à défaut, d être relevée de forclusion (39). Le régime spécifique dont bénéficie l Administration fiscale, relativement à la faculté qui lui est donnée de présenter des déclarations provisionnelles, ne fait pas échapper celles-ci au délai de forclusion (40). Il lui appartient, par ailleurs, lorsque celle-ci déclare à titre provisionnel, de substituer à sa créance provisoire, une créance définitive, dans le délai fixé par le tribunal (41), qui court de la publication au BODACC du jugement d ouverture (42), sauf à ce qu il existe une procédure judiciaire ou administrative en cours (43), ayant pour effet de suspendre ce délai (44). Avec quelques règles dérogatoires LA DÉCLARATION PROVISIONNELLE (29) Cass. Com., 11 juin 2002, n , M. Ayanian ; Act. pr. coll. 16/2002, comm. n 205. (30) L. n , 26 juillet 2005, art. 175 ; Inst. codificatrice CP 1 er mars 1995, n , n 8. (31) C. com., art L al. 3 nouveau. (32) CA Pau, 8 mars 2005, n 03/03855, M. Le Trésorier de Monein c/ Me Courreges ès qual. (33) J.-M. Deleneuville, Les modalités de déclaration et d admission des créances fiscales : Rev. pr. coll., n , p. 137 et s. (34) Cass. com., 10 mars 2004, n 497 F-D, Wilmort-Picardie : RJF 8-9/04, n 946. (35) C. com. art. L ; Cass. com., 10 mars 2004, Wilmort Picardie Récup et a. : RJF 8-9/04 n 946. (36) Cass. com., 29 mai 2001, n (37) Cass. com. 11 déc. 2001, n 2101 FS-P : RJF 6/02 n 715. (38) Cass. com., 3 mai 1994 : Rev. pr. coll , p. 55. (39) Cass. com., 29 avr. 2003, n , Comptable du TP de Gringnan-Taulignan c/ Monfredo : JCP E, 2 oct. 2003, p (40) CA Pau, 8 mars 2005, n 03/03855, M. Le Trésorier de Monein c/ Me Courreges ès qual. (41) C. com., art. L nouveau ; Cass. com., 1 er févr. 2000, n (42) Cass. com., 6 juin 2000, n (43) C. com., art L ; Cass. com., 11 fév. 2004, Guyon ès qual. : RJF 6/04, n 656. (44) Cass. com., 10 mars 2004, n 489 FS-D : RJF 8-9/04 n LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE 2006

6 L Administration fiscale n est toutefois soumise à une telle obligation que si le tribunal a fixé un délai pour solliciter l admission définitive des créances déclarées à titre provisionnel (45). Il incombe, en outre, au mandataire de justice d invoquer, si tel est le cas, la forclusion, puisque le juge n est pas tenu de soulever d office ce moyen (46). Il est à noter, par ailleurs, que cette obligation est réputée satisfaite, dès lors que la demande d admission à titre définitif a été adressée au représentant des créanciers dans le délai fixé par le juge et ce, même si le titre exécutoire n a été produit par l Administration fiscale que postérieurement (47). LA REPRISE DU DROIT DE POURSUITE ET L ACTION EN RESPONSABILITÉ L article L , III du Code de commerce permet à l Administration fiscale, de recouvrer son droit de poursuite individuelle en cas de faillite personnelle, de banqueroute ou lorsque le redevable ou la personne morale dont il a été dirigeant a déjà été soumis à une procédure de liquidation judiciaire clôturée pour insuffisance d actif depuis moins de 5 ans et sur autorisation du tribunal, en cas de fraude. Il convient de noter toutefois que l Administration fiscale ne peut exercer ce droit que si elle obtient un titre exécutoire du tribunal et qu elle ne peut se décerner elle-même un tel titre (48) ; les comptables ont, par ailleurs, d autres moyens à leur disposition pour agir assurer, en cas de défaillance de l entreprise. L Administration fiscale a, en effet, la possibilité, lorsque survient une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire et alors même que celle-ci suspend ou interdit toutes mesures d exécution à l égard du redevable, de mettre en œuvre un ensemble de dispositions spécifiques, en vue de recouvrer l impôt. Il lui est, tout d abord, permis de rechercher la responsabilité solidaire des dirigeants sur le fondement de l article L.267 du Livre des procédures fiscales (49), lorsque le recouvrement des impositions dues par la société ou le groupement, redevable à titre principal, a été rendu impossible par des manœuvres frauduleuses ou l inobservation grave et répétée des obligations fiscales. L Administration fiscale peut également diligenter une action pénale à l encontre de ceux dont le comportement frauduleux a fait obstacle au règlement des impositions et obtenir, dans le cadre d une telle procédure que le dirigeant de l entreprise et les auteurs de l infraction soient condamnés solidairement au paiement des impositions concernées (CGI, art et s.). Elle peut enfin agir en annulation ou inopposabilité lorsque des actes frauduleux ont été commis par le redevable, en exerçant l action paulienne (CGI, art. 1167), aux fins d obtenir la réintégration dans son patrimoine, d actifs qu il a pu distraire (50). COMMENTAIRE Le souci d assurer une bonne gestion des finances publiques et les principes qui sont applicables en cette matière sont parfois difficilement conciliables avec les contraintes attachées au traitement des difficultés des entreprises ; la loi du 26 juillet 2005 a toutefois apporté, sur ce point, d importantes innovations dont il reste à apprécier, pour une large part, les conditions de mise en œuvre, notamment par l Administration fiscale. (45) Cass. com., 4 mars 2003, SA ATF c/ Me Chatel-Louroz : Rev. pr. coll. 2003, n 4, p (46) C. com., L ; Cass. com., 11 fév. 2004, Guyon es qual. précité. (47) Cass. com., 3 mai 2006, n , Fertelle et a. c/ Trésorier de Bourg de Péage : JCP G, n 21-22, 24 mai 2006, comm. 2184, p (48) Cass. com. 18 janv. 2005, n , Receveur des impôts de Bordeaux Bouscat c/ Coiffe. (49) Il convient de noter à cet égard que l article 15 de la Loi n du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a abrogé l article L 266 du LPF qui instituait un régime spécifique de responsabilité fiscale réservé aux gérants majoritaires de SARL et assimilés. Ces derniers relèvent désormais du régime général de responsabilité des dirigeants de sociétés régit par l article L 277 du LPF qui subordonne la mise en jeu de la responsabilité à l exercice d une «direction effective» et à de «graves» inobservations des obligations fiscales. (50) Cass. com., 8 oct. 1996, Receveur des impôts de Chartres-Nord, n LES NOUVELLES FISCALES - N SEPTEMBRE

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE 1.9 DÉFINITION Procédure destinée à mettre fin à l activité de l entreprise ou à réaliser le patrimoine du débiteur par une cession globale ou séparée de ses droits et de ses biens. JURIDICTION COMPÉTENTE

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 84 DU 25 SEPTEMBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 12 C-3-09 INSTRUCTION DU 17 SEPTEMBRE 2009 COMPENSATION FISCALE DE RECOUVREMENT - NOUVELLES DISPOSITIONS

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ;

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1301197 Société Orfedor Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun, (10 ème

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 Montreuil, le 24/06/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 OBJET : Entreprises en redressement judiciaire soumissionnaires de marchés

Plus en détail

Conclusions du commissaire du gouvernement

Conclusions du commissaire du gouvernement Tribunal des Conflits n 3803 1 Conflit négatif M. B. c/ Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Séance du 4 juillet 2011 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire du gouvernement

Plus en détail

ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES.

ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES. ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES présentation PRESENTATION GENERALE Ordonnance n 2014-326 en date du

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Chambre Régionale des Comptes du Centre, Limousin Commune de Châteauroux 036 010 044 Exercices 2008 et 2009 Audience publique du 25 septembre 2013 Jugement n 2013-0012 Lecture publique en date du 17 octobre

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS CHAPITRE 8 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE Comment concilier des intérêts contradictoires quand l entreprise est en difficulté? - redresser l entreprise? - maintenir

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

DROIT FISCAL DROIT DOUANIER DROIT COMMUNAUTAIRE

DROIT FISCAL DROIT DOUANIER DROIT COMMUNAUTAIRE Association COLLIN de SUSSY I.Phase de contrôle Garanties offertes par l administration lors de la phase de contrôle DROIT FISCAL DROIT DOUANIER DROIT COMMUNAUTAIRE -Nécessité de l envoi par l administration

Plus en détail

COUR DES COMPTES -------- PREMIERE CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT

COUR DES COMPTES -------- PREMIERE CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT Exercices 2000 à 2003 (suites) Rapport n 2008-11-0 Audience publique du 14 mai 2008 Dispositions définitives

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 (Mme Roxane S.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 octobre 2014 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 1036 du 15 octobre 2014), dans

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives :

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives : DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES 1. Fonctions des procédures collectives : 1) Quelles étaient les finalités traditionnelles des procédures collectives? En droit civil, lors de procédures collectives

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 46690 RECEVEURS DES IMPOTS DE MEURTHE-ET-MOSELLE RECETTE PRINCIPALE DES IMPOTS DE NANCY SUD-OUEST Exercices 1999 à 2003 Rapport n 2006-144-2 Audience

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans

Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans Qu est le délai de reprise de longue durée? Que dit la nouvelle loi? Que modifiet-elle? Quelles sont

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 C-3-07 N 69 du 14 MAI 2007 IMPOT SUR LE REVENU. ABROGATION DU DISPOSITIF DE DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES PERTES SUR TITRES DE SOCIETES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 23 DU 21 MARS 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 J-1-11 INSTRUCTION DU 7 MARS 2011 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 13 S-1-07 N 100 du 21 AOÛT 2007 APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES N 2005-845 DU 26 JUILLET 2005. REMISES DE DETTES PUBLIQUES

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Entre les soussignés: Nom Prénom Adresse (Si co-souscripteur) Nom Prénom Adresse Ci-après dénommé(s) «le Constituant ou le Souscripteur», Et (Le prêteur)

Plus en détail

Partie I Le droit des sûretés

Partie I Le droit des sûretés L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés Plan de l intervention Vendredi 7 novembre 2014 : 9h00 à 16h30 Par Nicolas Borga et Olivier Gout, Professeurs à l Université Jean

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 12 A-1-09 N 40 DU 9 AVRIL 2009 PRIVILEGE DU TRESOR. MODALITES DE PUBLICITE DU PRIVILEGE. NOR : BUD L 09 00030 J BUREAU GF-2B PRESENTATION

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 Entreprises en difficulté et Restructuration des dettes bancaires Par Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat au Barreau de Paris 1 Sommaire 1. LE MANDAT AD HOC et LA CONCILIATION

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

RAPPORT. Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ. sur MISSION WARSMANN

RAPPORT. Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ. sur MISSION WARSMANN RAPPORT Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ Avocats au barreau de Paris, Membres du Conseil de l'ordre sur MISSION WARSMANN Séance du Conseil de l'ordre des Avocats de Paris du mardi DIFFICULTÉS

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

COUR DES COMPTES ------ PREMIERE CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 65424 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES FINANCES PUBLIQUES DU VAR

COUR DES COMPTES ------ PREMIERE CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 65424 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES FINANCES PUBLIQUES DU VAR COUR DES COMPTES ------ PREMIERE CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 65424 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES FINANCES PUBLIQUES DU VAR SERVICE DES IMPOTS DES ENTREPRISES DE FREJUS Exercice 2004 Rapport

Plus en détail

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Réexamen d une demande de remboursement d un crédit de TVA formulée par une entreprise allemande dans le cadre d opérations intracommunautaires.

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

PARTIE 1 LES ABANDONS DE PLEIN DROIT : UN EFFET DU JUGEMENT D'OUVERTURE

PARTIE 1 LES ABANDONS DE PLEIN DROIT : UN EFFET DU JUGEMENT D'OUVERTURE Université de Nice Sophia-Antipolis Faculté de Droit Master 2 Droit des entreprises en difficultés 2014-2015 Premier Semestre UE 1 Abandon et déclaration des créances publiques LES ABANDONS DE CREANCES

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières?

Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières? Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières? Pour vous aider à analyser la nature des difficultés que vous rencontrez

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009.

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. 1 Remarques introductives (1) La Loi LME, une loi sur les délais de paiement Concernant les délais interentreprises

Plus en détail

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés Plan de l intervention Vendredi 2 octobre 2015 : 9h00 à 16h30 Par Nicolas Borga et Olivier Gout, Professeurs à l Université Jean

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail