CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION"

Transcription

1 INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation. La Cour de cassation est fréquemment appelée soit à confirmer des solutions acquises de longue date, soit à opérer un revirement de jurisprudence. Seront abordés dans ce document différents aspects du crédit à la consommation, encore sujets à interprétation et dans lesquels les tribunaux sont récemment intervenus. LE CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION Crédits ayant une nature professionnelle (art. L code conso.) et compte courant Ne sont pas soumis aux dispositions protectrices du code de la consommation les prêts, contrats et opérations de crédit destinés à financer les besoins d une activité professionnelle. Dans un arrêt du 26 novembre , la Cour de cassation a approuvé une cour d appel d avoir décidé que «s agissant d une convention de compte courant, les dispositions relatives au crédit à la consommation ne pouvaient s appliquer». En l espèce, les parties avaient convenu de la souscription d un compte courant et avaient stipulé qu il pourrait fonctionner en position débitrice. Par conséquent, «le seul fait que le compte eût fonctionné à découvert ne caractérisait pas l existence d une convention d ouverture de crédit distincte de celle afférente au compte courant». La qualification de compte courant et l exclusion conséquente des dispositions du code de la consommation ont ainsi permis à la banque d échapper aux rigueurs de la forclusion biennale. La Cour de cassation dans un arrêt du 18 février a retenu que «les prêts en cause ayant été consentis pour financer les besoins de l activité professionnelle de l un des emprunteurs, de sorte qu en raison de leur destination contractuelle, ils étaient exclus du champ d application de la législation relative au crédit à la consommation, peu importe que cette activité professionnelle ne correspondît pas à celle de l autre emprunteur». Cette solution a été confirmée par un arrêt du 29 avril dans lequel la Cour de cassation a approuvé la cour d appel d avoir retenu que l exclusion de l article L du code de la consommation «prend en considération non pas la personne de l emprunteur mais la destination contractuelle du prêt litigieux». Elle a justement déduit que l épouse, poursuivie en paiement du solde du prêt contracté par elle et son époux en vue de financer l acquisition d un véhicule nécessaire à l activité professionnelle de ce dernier, ne pouvait invoquer le bénéfice de la protection prévue par le code de la consommation. Dans un arrêt de principe du 27 mai , la Cour de cassation a approuvé la cour d appel d avoir retenu que même si le découvert accordé avait «indistinctement servi à satisfaire les besoins personnels et professionnels du titulaire du compte», «aucun document contractuel [n indiquait] que le compte [ ] était destiné à financer les besoins de son activité professionnelle». «La destination professionnelle d un crédit ne peut résulter que d une stipulation expresse», ce qui n était pas le cas. Cette jurisprudence a été confirmée par la Cour de cassation dans un arrêt du 21 octobre Elle a décidé que «si, aux termes de l article L du code de la consommation, sont 1 Cass. civ. 1 re, 26 novembre 2002 ; Bull. civ. I, n o Cass. civ. 1 re, 18 février 2003, pourvoi n o ; inédit. 3 Cass. civ. 1 re, 29 avril 2003, pourvoi n o ; inédit. 4 Cass. civ. 1 re, 27 mai 2003, pourvoi n o ; Bull. civ. I, n o 130 ; JCP éd. G, 2003, , p Cass. civ. 1 re, 21 octobre 2003 ; Bull. civ. I, n o 208 ; Dalloz 2003, p I

2 exclus du champ d application de la réglementation en matière de crédit à la consommation, les prêts, contrats et opérations de crédit destinés à financer les besoins d une activité professionnelle, la destination formelle d un crédit, même affecté à un compte professionnel, ne peut résulter que d une stipulation expresse». En l espèce, l emprunteur avait sollicité un découvert sur un compte alimenté par des revenus professionnels, les fonds ayant ensuite servi à approvisionner un compte personnel ouvert dans le même établissement. Crédits inférieurs à trois mois (art. L code conso.) Dans un arrêt du 13 novembre , la Cour de cassation retient que la seule mise à disposition des fonds pendant plus de trois mois est constitutive d un crédit sur la même durée et appelle l application des dispositions du code de la consommation. Peu importe que cela soit dû à une simple augmentation du solde débiteur et non à l avance de fonds par la banque après ce délai de trois mois. De même, la Cour de cassation dans un arrêt du 4 mars retient que le délai de plus de trois mois visé par l article L ne commence à courir qu à compter du jour où les biens ont été livrés, date à laquelle les obligations de l emprunteur prennent effet. Possibilité pour les parties de se soumettre aux dispositions régissant le crédit à la consommation Dans un arrêt du 29 octobre , la Cour de cassation a rappelé que les parties peuvent toujours soumettre volontairement leur opération de crédit aux dispositions du code de la consommation, même si leur crédit n entre pas dans le champ d application de ces dispositions. Ainsi, en l espèce, le tribunal d instance était compétent même si le montant du crédit était supérieur au montant réglementaire. L OFFICE DU JUGE La Cour de cassation dans un arrêt du 9 juillet a rappelé le principe selon lequel «la méconnaissance des exigences des articles L , L et L du code de la consommation, même d ordre public, ne peut être opposée qu à la demande de la personne que ces dispositions ont pour objet de protéger». Le juge ne peut donc se substituer à l emprunteur défaillant pour dénoncer l irrégularité d une offre et déchoir par voie de conséquence le prêteur de son droit aux intérêts. Cela a été confirmé par la Cour de cassation dans un arrêt du 4 décembre Elle pose également le principe selon lequel «la méconnaissance des exigences des articles L , L et L du code de la consommation, même d ordre public, ne peut être opposée qu à la demande de la personne que ces dispositions ont pour objet de protéger». Aussi, pour prononcer la déchéance du droit aux intérêts, le juge de l exécution ne pouvait, en l espèce, retenir d office que l offre préalable de crédit comportait des mentions irrégulières. La jurisprudence de la Cour de cassation est constante sur ce point, mais de nombreux juges d instance se basent sur les récentes initiatives du juge communautaire pour tenter de s opposer à ce principe. En effet dans les affaires Oceano Grupo Editorial 11 et Cofidis c/ Fredout 12, la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) a admis qu aucune disposition de droit national, pas même un délai de forclusion, ne saurait empêcher le juge interne de relever d office le caractère abusif d une clause insérée dans le contrat. La Cour de cassation a maintenu sa position, considérant que le délai de forclusion s appliquait à toutes les actions intentées postérieurement à l expiration du délai de deux ans à compter de la conclusion du contrat. Le tribunal d instance de Vienne, estimant que le délai de forclusion ne pouvait pas être opposé au cas où des clauses abusives apparaissaient dans le contrat de crédit, a posé une question préjudicielle à la CJCE. Celle-ci a reconnu au juge le droit de soulever d office, hors délai de forclusion, le caractère abusif d une clause, sur le fondement de la directive 93/13/CE du 5 avril 1993 sur les clauses abusives. L affaire est revenue devant le tribunal d instance de Vienne. Celui-ci, faisant application de la décision communautaire, précise dans un jugement du 14 mars que le juge peut se saisir d office du caractère abusif de certaines clauses contenues dans un contrat de crédit à la consommation même après l expiration du délai de forclusion. En l espèce, a été considérée comme abusive une clause de nature à induire le consommateur en erreur sur la gratuité du prêt surtout si la lisibilité est rendue difficile par la petitesse des caractères (de corps inférieur à 8 points). Il en va de même d une clause pénale rédigée dans les mêmes caractères. De même, dans un jugement du 16 octobre , le tribunal d instance de Roubaix a considéré que le juge peut soulever d office le caractère abusif d une clause contenue dans un contrat de crédit à la consommation, même au-delà de l expiration du délai de forclusion. Le tribunal a considéré comme abusive la clause qui prévoit que l emprunteur pourra rembourser par anticipation sous réserve d en avertir le prêteur par lettre recommandée moyennant un préavis de deux mois. En matière de crédit à la consommation, la présence d une clause abusive dans l offre préalable de crédit rend celle-ci irrégulière. L irrégularité de l offre est sanctionnée par la déchéance du droit aux intérêts. Cependant, même si le prêteur est déchu du droit aux intérêts, le capital dû pourra produire intérêt au taux légal (Cass. civ. 1 re, 27 mai 2003; voir en page V). Cependant, la première chambre civile de la Cour de cassation, dans deux arrêts du 16 mars , s oppose à une 6 Cass. civ. 1 re, 13 novembre 2002 ; Bull. civ. I, n o Cass. civ. 1 re, 4 mars 2003, pourvoi n o ; inédit. 8 Cass. civ. 1 re, 29 octobre 2002, pourvoi n o ; inédit. 9 Cass. civ. 1 re, 9 juillet 2003, pourvoi n o ; inédit. 10 Cass. civ. 2 e, 4 décembre 2003, pourvoi n o ; Bull. civ. II, n o CJCE, 27 juin CJCE, 21 novembre 2002 ; JCP éd. G, 2003, I, 142, p ; Contrats conc. consom. 2003, comm. n o TI Vienne, 14 mars 2003 ; Contrats conc. consom. juillet 2003, p. 27, comm. n o TI Roubaix, 16 octobre 2003 ; Contrats conc. consom. janvier 2004, p. 31, comm. n o Cass. civ. 1 re, 16 mars 2004, pourvois n os et ; Dalloz 2004, juris. p II

3 interprétation extensive de la portée de la jurisprudence communautaire, et retient que «la méconnaissance des exigences de l article L du code de la consommation, même d ordre public, ne peut être opposée qu à la demande de la personne que cette disposition a pour objet de protéger». Ainsi, le juge national peut relever d office une clause abusive même en dehors du délai de forclusion, mais cela ne doit pas s étendre aux irrégularités de l offre de crédit. LA FORCLUSION L objectif poursuivi par le législateur lorsqu il a instauré un délai de forclusion de deux ans (art. L code conso.) était de contraindre le prêteur à agir avec diligence contre l emprunteur défaillant afin, notamment, de ne pas le laisser s endetter pour ensuite lui réclamer des sommes majorées des intérêts de retard. Cependant, cet objectif initial avait été détourné par les établissements de crédit, et la protection du consommateur n était plus assurée. Avant la loi du 11 décembre 2001 dite loi Murcef, le délai biennal de forclusion était applicable à toutes les actions liées à la conclusion d un contrat de crédit à la consommation (action du prêteur en paiement d échéances impayées, action de l emprunteur en contestation de la régularité de l offre préalable de crédit ). La loi Murcef a modifié l article L du code de la consommation en limitant le délai de forclusion de deux ans aux seules actions en paiement engagées par le créancier à l encontre de l emprunteur en cas de défaillance de celuici. Le champ d application du délai de forclusion est donc réduit. Il convient, toutefois, de rappeler que la loi Murcef est entrée en vigueur le 12 décembre 2001, mais que seules les actions relatives aux contrats conclus ou renouvelés (notamment les comptes permanents) après cette date sont soumises aux nouvelles dispositions de l article L Délai de forclusion L action du prêteur Désormais, selon la nouvelle rédaction de l article L du code de la consommation, seule l action en paiement du prêteur contre l emprunteur défaillant est forclose après l expiration d un délai préfix de deux ans. Il s agit d un délai de forclusion. Pour les actions autres que les actions en paiement (comme l action en restitution d un bien donné en location avec option d achat), c est le délai de droit commun qui s applique. Il s agit d un délai de prescription. L action de l emprunteur Concernant l action de l emprunteur, la loi Murcef n apporte aucune précision sur le délai applicable. Il ne s agit plus d un délai de forclusion mais d un délai de prescription. Par conséquent, l action de l emprunteur qui conteste la régularité formelle du contrat relève du droit commun de la prescription. Mais une incertitude demeure sur la règle de droit commun applicable. Si l emprunteur exerce une action en nullité pour vice du consentement, la prescription quinquennale de l article 1304 du code civil est applicable. S il exerce une action pour déchéance du droit aux intérêts, la prescription de la nullité relative prévue à l article 1304 du code civil ne pourrait s appliquer dans la mesure où la Cour de cassation a jugé 16, en matière de crédit immobilier, que cette action n est pas une action en nullité mais une sanction civile. Cela a été confirmé par la Cour de cassation dans deux arrêts du 9 juillet relatifs au crédit immobilier. La déchéance du droit aux intérêts est soumise à la prescription décennale. La Cour de cassation, dans un arrêt du 13 mars , a rappelé que la déchéance du droit aux intérêts, qui ne sanctionne pas une condition de formation du contrat, n est pas une nullité et est soumise à la prescription de dix ans applicable entre commerçants et non-commerçants selon l article L I du code de commerce. Elle casse l arrêt de la cour d appel qui, pour déclarer irrecevable la demande tendant au prononcé de la déchéance du droit aux intérêts, avait retenu que l action en déchéance du droit aux intérêts obéit aux règles de la nullité relative et relevé que cette action était prescrite pour avoir été formée plus de cinq ans après l acceptation de l offre préalable. La doctrine est partagée, mais une majorité estime qu il faut appliquer le délai de prescription de dix ans (art. L I code com.) aux actions en déchéance du droit aux intérêts. D autres estiment que ce délai serait très défavorable aux établissements de crédit. Ainsi, lorsque le prêteur agira en paiement contre l emprunteur défaillant, celui-ci pourra invoquer une irrégularité formelle et demander la déchéance des intérêts dans un délai supérieur à deux ans. C est surtout le point de départ du délai de forclusion qui est sujet à interprétation. Point de départ du délai Le point de départ de l action est «la date d exigibilité de l obligation qui lui a donné naissance». L action de l emprunteur S agissant de l action de l emprunteur, avant la loi Murcef, la Cour de cassation décidait invariablement que le point de départ du délai de forclusion opposable à l emprunteur qui conteste la régularité de l offre préalable de crédit, par voie d action ou d exception, est la date à laquelle le contrat est définitivement formé 19. Ainsi, la Cour de cassation dans un arrêt du 9 juillet a rappelé qu il résulte de l article L du code de la consommation que «le point de départ du délai biennal de forclusion opposable à l emprunteur en cas d irrégularité de l offre préalable, par voie d action ou d exception, est la date à laquelle le contrat de crédit est définitivement formé». En matière de crédit renouvelable, dans un arrêt du 17 juin , la Cour de cassation a précisé que «le point de départ du délai de forclusion opposable à l emprunteur qui conteste la régularité de la reconduction d une ouverture de crédit offrant 16 Cass. civ. 1 re, 2 juillet 1996 ; Dalloz affaires 1996, p Cass. civ. 1 re, 9 juillet 2003, deux arrêts ; Contrats conc. consom. mars 2004, comm. n o 49, p Cass. civ. 1 re, 13 mars 2001 ; JCP éd. N, 2001, en bref n o Cass. civ. 1 re, 10 avril 1996 ; Bull. civ. I, n o 178. Cass. civ. 1 re, 18 mars 2003 ; Bull. civ. I, n o Cass. civ. 1 re, 9 juillet 2003, pourvoi n o Cass. civ. 1 re, 17 juin 2003, pourvoi n o III

4 à son bénéficiaire la possibilité de disposer de façon fractionnée, aux dates de son choix, du montant du crédit consenti, est la date à laquelle cette reconduction est intervenue». Dans un arrêt du 16 mars , la Cour a retenu que le délai de forclusion opposable à l emprunteur qui conteste la régularité des conditions de la reconduction ou du renouvellement de l offre préalable court à compter de chaque reconduction ou renouvellement. L action du prêteur S agissant de la défaillance de l emprunteur, la jurisprudence diffère selon la nature du prêt. Pour les prêts amortissables, le point de départ du délai se situe au jour de la première échéance impayée non régularisée. Concernant les découverts en compte, la Cour de cassation a retenu dans un arrêt du 1 er octobre que «dans le cas d un crédit tacitement consenti sous forme de découvert en compte, le point de départ du délai biennal de forclusion opposable à l emprunteur qui, par voie d action ou d exception, se prévaut de l absence d offre préalable, est la date à laquelle le solde débiteur est exigible». La Cour de cassation a rappelé dans un arrêt du 10 décembre que le «délai biennal de forclusion prévu par ce texte court, dans le cas d un crédit consenti sous forme de découvert en compte, à compter de la résiliation de la convention d ouverture de crédit à l initiative de l une des parties». Cela a été confirmé dans un arrêt de la Cour de cassation du 24 février : s agissant d un découvert en compte, le point de départ est la date à laquelle le solde est exigible. Concernant les crédits renouvelables, les établissements de crédit estimaient que le point de départ du délai de forclusion se formait au jour de la clôture du compte, date à laquelle le solde est immédiatement exigible, soit la date de la mise en demeure. Mais la Cour de cassation siégeant en assemblée plénière, par un arrêt de principe du 6 juin , a renforcé considérablement la protection du consommateur en fixant le point de départ du délai biennal de forclusion à la première échéance impayée et non, comme le soutenait la première chambre civile 27, à la date de résiliation du contrat. En l espèce, une personne avait souscrit le 31 juillet 1986 auprès de Cetelem un contrat de crédit en compte, utilisable par fractions et remboursable selon les mensualités fixées contractuellement à 5 % du découvert autorisé. Sur assignation du créancier, le tribunal d instance de Vincennes, le 30 mars 1995, déclarait l action forclose puisque formée plus de deux ans après le premier incident de paiement non régularisé, c est-à-dire la première échéance impayée. La première chambre civile de la Cour de cassation devait casser ce jugement au motif que le délai de forclusion dans ce type de contrat ne pouvait se computer qu à compter de la réalisation du contrat et non de la première échéance impayée. Le dernier paiement remontait à décembre 1991 mais la société Cetelem n avait prononcé la déchéance du terme que le 7 mai 1993, et avait assigné en paiement le 15 février Sur renvoi, le tribunal d instance de Paris devait statuer dans le même sens que celui de Vincennes. Après un nouveau pourvoi de Cetelem, l assemblée plénière, rejetant le pourvoi, a jugé que dans ce type de contrat de crédit, qui ne saurait être qualifié de compte courant, le délai de forclusion courait à compter de la première échéance impayée. «Conformément à la règle selon laquelle le point de départ d un délai à l expiration duquel une action ne peut plus s exercer se situe à la date de l exigibilité de l obligation qui lui a donné naissance, le délai biennal prévu par l article L du code de la consommation court, dans le cas d une ouverture de crédit reconstituable et assorti d une obligation de remboursement à échéances convenues, à compter de la première échéance impayée non régularisée.» Cette jurisprudence concerne les crédits renouvelables assortis d une obligation faite au consommateur de procéder à des remises régulières. Elle ne s appliquera pas aux simples découverts en compte, ni aux conventions de compte courant. LA JURIDICTION COMPÉTENTE TERRITORIALEMENT L article L du code de la consommation affirme la compétence ratione materiae (en raison de la matière) du tribunal d instance en matière de crédit à la consommation, mais ne se prononce pas sur la compétence ratione loci (en raison du lieu). Ce sont les règles de l article 46 du nouveau code de procédure civile (NCPC) qui s appliquent, à savoir que le demandeur a le choix d assigner le défendeur soit devant le tribunal du lieu de son domicile, soit en matière contractuelle devant la juridiction du lieu de la livraison effective de la chose ou du lieu de l exécution de la prestation de service. La Cour de cassation a considéré le 22 octobre que «le paiement des sommes dues en vertu d un engagement de caution ne constitue ni la livraison d une chose, ni l exécution d une prestation de services» et qu en conséquence le tribunal compétent ratione loci ne pouvait pas être celui du lieu où devait s effectuer le paiement de la somme d argent. Mais la cour d appel de Rennes 29 avait pris le contre-pied de cette décision en considérant que «la remise d une somme d argent est assimilable à la livraison d une chose» et qu en conséquence le tribunal compétent est celui du lieu du domicile de l emprunteur où les fonds empruntés avaient été remis sous forme d un chèque. Elle donne ainsi une interprétation extensive de l article 46 du NCPC. La cour d appel de Bordeaux, dans un arrêt du 19 janvier , revient sur cette question. En l espèce, des particuliers s étaient inscrits à un centre de remise en forme et avaient souscrit un crédit auprès de la société Franfinance pour payer leurs abonnements. Le centre ayant été mis en liquidation judiciaire, les clients avaient alors assigné le club 22 Cass. civ. 1 re, 16 mars 2004, pourvoi n o ; Dalloz 2004, act. juris. p Cass. civ. 1 re, 1 er octobre 2002 ; Bull. civ. I, n o Cass. civ. 1 re, 10 décembre 2002 ; Bull. civ. I, n o Cass. civ. 1 re, 24 février 2004 ; Dalloz 2004, act. jur. p Cass. ass. plén. 6 juin 2003, pourvoi n o ; Dalloz 2003, jur. p Cass. civ. 1 re, 9 mars 1999 ; Bull. civ. I, n o 8, p. 57. Cass. civ. 1 re, 4 février 2003 ; Bull. civ. I, n o 41, p Cass. civ. 1 re, 22 octobre 1996 ; JCP éd. G, 1997, II, ; Contrats, conc. consom. 1997, comm. n o CA Rennes, 19 septembre 1997 ; Contrats conc. consom. novembre 1997, p. 16, comm. n o CA Bordeaux, 19 janvier 2004, Franfinance c/ X ; jurisprudence INC n o IV

5 de sport et l établissement de crédit devant le tribunal d instance de Bordeaux qui, dans un jugement du 24 juillet 2003, avait rejeté l exception d incompétence territoriale soulevée par Franfinance. Cette dernière avait alors formé contredit à l encontre de ce jugement en vertu des articles 80 et suivants du NCPC. Elle estimait que le tribunal d instance de Bordeaux était incompétent territorialement et que seul le tribunal d instance de Colombes étant compétent pour connaître de l affaire. La cour d appel de Bordeaux accueille le contredit de Franfinance et renvoie la cause devant le tribunal d instance de Colombes aux motifs que «si les contrats en cause semblent avoir été souscrits à Pessac, le lieu de signature d un contrat n est pas un critère de compétence territoriale» et que «les offres préalables s appliquent à des ouvertures de crédit permanent», que «les emprunteurs étaient parfaitement libres d utiliser les fonds mis à leur disposition comme ils l entendaient, cette utilisation n était nullement limitée au paiement des abonnements à un club de sport». «Cette opération s accompagnait de la tenue d un compte mensuel adressé à l emprunteur, le lieu d exécution de la prestation de service était bien le siège social de Franfinance.» LA REQUALIFICATION DE L OFFRE DE CRÉDIT REVOLVING Dans deux espèces, un établissement de crédit avait consenti à des particuliers des ouvertures de crédit permanent, ou revolving. Ces crédits avaient été souscrits en même temps que les contrats d abonnement à un club de sport et ils avaient servi exclusivement à financer les abonnements à la salle de sport. Le club de sport a été mis en liquidation judiciaire, et aucune prestation n avait été fournie depuis. Les adhérents au club de sport ont donc intenté une action en justice pour obtenir la requalification de leur contrat de crédit revolving en crédit affecté. Le tribunal d instance de Saint-Brieuc, dans les deux jugements 31, a requalifié les offres préalables de crédit permanent en offres de crédit affecté soumises aux dispositions de l article L du code de la consommation, et a constaté la cessation totale d activité du club de sport. En conséquence, le tribunal a suspendu à partir de cette date les échéances dues par les emprunteurs à la société de crédit, et a condamné celle-ci à rembourser à chaque emprunteur demandeur les sommes payées depuis la liquidation judiciaire. CONSÉQUENCE DE L IRRÉGULARITÉ DE L OFFRE La Cour de cassation dans un arrêt du 27 mai s est prononcée sur les conséquences de l irrégularité de l offre préalable et les sanctions applicables. En l espèce, un établissement de crédit avait consenti, suivant l offre préalable acceptée, un crédit à la consommation. En raison de la défaillance des emprunteurs, l établissement de crédit les a assignés en paiement des sommes dues à ce titre. Un emprunteur, faisant valoir que l établissement de crédit n avait pas satisfait aux prescriptions de l article L du code de la consommation, a demandé qu il soit déchu de son droit aux intérêts. La cour de cassation approuve la cour d appel d avoir exactement retenu que l établissement de crédit, bien que déchu de son droit aux intérêts conventionnels par application des dispositions de l article L du code de la consommation, était en vertu de l article 1153 du code civil fondé à réclamer les intérêts au taux légal de la somme lui restant due en capital, à compter de la date à laquelle l établissement de crédit avait mis en demeure les emprunteurs de la lui payer. Corinne Lamoussière-Pouvreau 31 TI Saint-Brieuc, 10 mars 2003, 1 er décembre 2003, X c/ Sté Franfinance ; jurisprudences INC n os 3769 et Cass. civ. 1 re, 27 mai 2003, pourvoi n o ; Contrats conc. consom. 2003, comm. n o 169. V

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables L A LETTRE DROIT ECONOMIQUE CONSOMMATION La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables Dans un arrêt très contestable en date

Plus en détail

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge INC document JURISPRUDENCE LES BANQUES CRÉDIT À LA CONSOMMATION Crédit à la consommation Soulevé d office du juge Selon les articles L. 311-9 et L. 311-10 du code de la consommation, toute augmentation

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

INC document LE CRÉDIT RENOUVELABLE FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 FORMES ET RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CRÉDIT RENOUVELABLE

INC document LE CRÉDIT RENOUVELABLE FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 FORMES ET RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CRÉDIT RENOUVELABLE INC document FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 annule et remplace la fiche E. 23 / 07-94 LE CRÉDIT RENOUVELABLE Le crédit renouvelable est une formule de crédit à la consommation appelée également crédit revolving,

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

JUGEMENT. \t--"tr V. TRIBUNAL D'INSTANCE DE ROUBAIX 45 Rue du Grand Chemin. Minute: JUGEMENT 59100 ROUBAIX 'U' : 03.20.76.98.43.

JUGEMENT. \t--tr V. TRIBUNAL D'INSTANCE DE ROUBAIX 45 Rue du Grand Chemin. Minute: JUGEMENT 59100 ROUBAIX 'U' : 03.20.76.98.43. ENTRE: ET: TRIBUNAL D'INSTANCE DE ROUBAIX 45 Rue du Grand Chemin 59100 ROUBAIX 'U' : 03.20.76.98.43 JUGEMENT A l'audience publique du Tribunal d'instance tenue le 15 Avril 2004 RG N 11-03-001633 Minute:

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Grosses délivrées aux parties le : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D APPEL DE PARIS ARRET DU 21 MAI 2013 (n 354, 8 pages) Numéro d inscription au répertoire général : 12/19429 Décision

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale (à propos de Cass. 2 ème civ., 6 févr. 2014, n 13-10.540

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

INC document LES OBSTACLES AU CHANGEMENT D ÉTABLISSEMENT BANCAIRE ÉTUDE INVENTAIRE DES OBSTACLES AU CHANGEMENT

INC document LES OBSTACLES AU CHANGEMENT D ÉTABLISSEMENT BANCAIRE ÉTUDE INVENTAIRE DES OBSTACLES AU CHANGEMENT INC document ÉTUDE LES OBSTACLES AU CHANGEMENT D ÉTABLISSEMENT BANCAIRE Dans un contexte où le prix global des services bancaires a progressé bien plus vite que l indice des prix à la consommation (cf.

Plus en détail

II Le crédit immobilier

II Le crédit immobilier 1 http://droit.wester.ouisse.free.fr/ Licence Bancassurance UBO Droit bancaire 2007 II - Le crédit mobilier ou immobilier Source des textes de loi et arrêts : http://www.legifrance.gouv.fr L. 311-1 et

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE. ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE. ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014 MINUTE N : 14/1378 DOSSIER N :14/01016 NATURE DE L AFFAIRE : 14A DEMANDEURS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16378 ECLI:FR:CCASS:2014:C101416 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Célice, Blancpain

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 Avril 2010 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 Le département Banque Finance de Lefèvre Pelletier & associés est heureux de vous présenter, pour la cinquième année

Plus en détail

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications Contrat de Bureau d enregistrement Contrat de Bureau

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Décembre 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ENTREE EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE 2014 DU DECRET N 2014-917 DU 19 AOUT 2014 (ARTICLE D.411-1-3 CPI) 3 ORDONNANCE 2014-1348 DU

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 mars 2015 N de pourvoi: 14-11768 ECLI:FR:CCASS:2015:C100252 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Le Bret-Desaché,

Plus en détail

LE CREDIT RENOUVELABLE

LE CREDIT RENOUVELABLE LE CREDIT RENOUVELABLE Le crédit renouvelable (autrefois appelé "crédit revolving" ou "crédit permanent") est une formule de crédit à la consommation qui correspond à la mise à disposition d une somme

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE1 INTRODUCTION AU DROIT - session 2014 Proposition de CORRIGÉ - 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 COMMENTAIRE DE DOCUMENT - 4 points

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre.

N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre. N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix mai deux mille sept. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 la lettre Assurances ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 SOMMAIRE Actualité législative et réglementaire p.1 Adoption du projet de loi relatif à la consommation («Loi Hamon»)

Plus en détail

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre.

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six mars deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients.

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients. ALSINA PROFISC LE SOUSCRIPTEUR : L Expert comptable, la Société d Expertise comptable ou le Centre de gestion agréé qui souscrit le contrat et qui s engage pour son propre compte. L ASSURE : L Expert Comptable,

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

JUGEMENT RG N 11-02-001602. Sous la Présidence de Ghislain POISSONNIER, Juge d'instance, assisté de FLORENCE VILLE, Greffier; Minute JUGEMENT

JUGEMENT RG N 11-02-001602. Sous la Présidence de Ghislain POISSONNIER, Juge d'instance, assisté de FLORENCE VILLE, Greffier; Minute JUGEMENT ENTRE: ET: TRIBUNAL D'INSTANCE DE ROUBAIX 45 Rue du Grand Chemin 59100 ROUBAIX ~ : 03.20.76.98.43 JUGEMENT A l'audience publique 1 du Tribunal d'instance tenue le 11 Septembre 2003 ; ",.J RG N 11-02-001602

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2010

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2010 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2010 Avril 2011 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2010 Le département Banque Finance de Lefèvre Pelletier & associés est heureux de vous présenter, pour la sixième année

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015. Mme Roxane S.

Commentaire. Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015. Mme Roxane S. Commentaire Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 Mme Roxane S. (Valeur des créances à terme pour la détermination de l assiette des droits de mutation à titre gratuit et de l ISF) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012. Séance 6. Titre II Les contrats assurant l usage de la chose

ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012. Séance 6. Titre II Les contrats assurant l usage de la chose Séance 6 Titre II Les contrats assurant l usage de la chose Deux contrats peuvent essentiellement être considérés comme assurant un usage de la chose à l un des contractants. La bail en constitue l exemple

Plus en détail