ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS"

Transcription

1 Assurances Assurance en général Faute intentionnelle L intention de causer le dommage tel qu il est survenu Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n ère espèce : La Cour de cassation retient une faute intentionnelle à l encontre d une société civile professionnelle d avocats (la SCP) qui a laissé se prescrire l action qu elle devait engager pour le compte d un client. En effet, pour les juges du fond, suivis par la Cour de cassation, la SCP ne s était pas contentée de laisser se prescrire l action par oubli ou par négligence mais avait sciemment trompé son client en lui laissant croire que l assignation avait été délivrée et que la procédure était en cours, de telle sorte qu elle avait eu l intention de causer le dommage tel qu il était survenu et avait donc commis une faute intentionnelle la privant de tout droit à garantie. 2 ème espèce : A l inverse, dans cette seconde espèce, la Cour de cassation censure la décision des juges du fond ayant admis l existence d une faute intentionnelle d un assuré qui, informé par le rapport d expertise de malfaçons affectant les installations de motorisation électrique qu il livrait à ses clients, avait persévéré dans une attitude de refus de prise en compte des solutions suggérées par l expert. Pour les juges du fond, l assuré a agi en toute connaissance de cause, de manière manifestement intentionnelle, provoquant ainsi les sinistres en série et faisant disparaître l aléa. Cependant, pour la Cour de cassation il ne résulte pas de l ensemble de ces constatations que l assuré ait eu la volonté de commettre le dommage tel qu il est survenu. Par ailleurs, dans cet arrêt, la Cour de cassation rappelle que l existence de sinistres postérieurs à la première assignation repousse le point de départ de la prescription applicable à cette action et censure donc les juges du fond qui ont fixé le point de départ de la prescription biennale de l appel en garantie au jour de la première assignation alors que des sinistres sont intervenus postérieurement. Prescription Absence de renonciation de l assureur au droit d invoquer la prescription Cass. 2 ème civ., 12 mai 2010, n La Cour de cassation casse l arrêt d appel dans lequel les juges du fond ont déduit du silence de l assureur aux différents courriers de son assuré un «atermoiement dolosif» le privant ainsi de son droit d invoquer la prescription. Prescription Interruption de la prescription non avenue Cass. 2 ème civ., 11 mars 2010, n La Cour rappelle que l interruption de la prescription en raison d une citation en justice est regardée comme non avenue si la demande est rejetée. Ainsi en l espèce, en se déclarant incompétent en raison d une contestation sérieuse, le juge des référés a rejeté la demande contenue dans l assignation, de sorte que sa décision rendait non avenue l interruption de prescription résultant de l assignation et des actes subséquents de l instance en référé. 1

2 Subrogation Opposabilité des dispositions du contrat de vente dans une chaîne de contrats translatifs de propriété Cass. com., 26 mai 2010, n Un incendie se déclare au sein d un établissement hospitalier en raison d un alternateur d un groupe électrogène défectueux. L entreprise chargée de la maintenance et son assureur indemnisent l établissement hospitalier puis, subrogés dans les droits de ce dernier, ont assigné le fabricant de l alternateur afin d obtenir le remboursement des sommes versées. Devant la Cour d appel, le fabricant invoque sans succès les conditions générales du contrat de vente limitant sa garantie. Les juges du fond retiennent en effet d une part que le fabricant ne rapporte pas la preuve de la connaissance par l établissement hospitalier de cette limitation de garantie et d autre part que celui-ci n est pas un professionnel en la matière. Au visa de l article 1134 du Code civil, la Cour de cassation censure ce raisonnement et affirme que le fabricant est en droit d opposer à l entreprise de maintenance et à son assureur qui, subrogés dans les droits et actions de l établissement hospitalier, exercent une action de nature contractuelle, tous les moyens de défense qu il peut invoquer à l encontre de son cocontractant, l installateur du groupe électrogène. Subrogation Subrogation conventionnelle et condition de concomitance Cass. 2 ème civ., 3 juin 2010, n La Cour de cassation affirme que la condition de concomitance de la subrogation au paiement inscrite à l article 1250, 1 du Code civil peut-être remplie lorsque le subrogeant a manifesté expressément, fût-ce dans un document antérieur, sa volonté de subroger son contractant dans ses créances à l instant même du paiement. Subrogation Recours subrogatoire contre le tiers responsable Cass. 2 ème civ., 12 mai 2010, n Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation rappelle que le recours subrogatoire de l assureur, qui a payé l indemnité d assurance, peut être exercé contre toute personne responsable, quel que soit le fondement de cette responsabilité. En l espèce, après avoir indemnisé son assuré en raison de dommages causés à un immeuble par un incendie criminel, l assureur subrogé a assigné l agent judiciaire du Trésor estimant qu en ne procédant pas à l interpellation d un suspect que pourtant elles surveillaient, avant qu il ne mette le feu, les forces de police avaient eu un comportement constitutif d une faute lourde de nature à engager la responsabilité de l Etat. Les juges du fond ont déclaré cette demande irrecevable dans la mesure où une telle action appartenait aux usagers du service public de la Justice et ne pouvait entrer dans les actions visées par l article L du Code des assurances. Cette décision est cassée par la Haute juridiction pour le motif ci-dessous rappelé. 2

3 Clause édictant une nullité Nécessité pour le juge de vérifier si la clause est rédigée en caractères très apparents Cass. 2 ème civ., 15 avril 2010, n La Cour de cassation casse l arrêt dans lequel les juges du fond ont jugé qu était conforme aux exigences de l article L du Code des assurances et donc opposable à l assuré, une clause de la police indiquant de façon visible et compréhensible que «le défaut de déclaration de l hypothèque est de nature à entraîner la nullité du contrat d assurance» et que cette clause claire et lisible figurant en milieu de page ne pouvait être considérée comme obscurcie par des dispositions complexes du même chapitre. En effet, la Cour de cassation rappelle que les juges du fonds doivent nécessairement rechercher si la clause est rédigée en termes très apparents de manière à attirer spécialement l attention de l assuré sur la nullité qu elle édicte. Interprétation d une clause ambigüe Cass. 1 ère civ., 11 mars 2010, n Au visa de l article L du Code la consommation, la Cour de cassation casse la décision d une juridiction de proximité qui a débouté un assuré de sa demande tendant à voir interpréter, dans le sens qu il estimait lui être le plus favorable, une clause de son contrat d assurance épargne retraite, au motif que la compagnie d assurance avait simplement usé d un langage habituel aux assureurs et que les termes choisis étaient techniquement exacts, tout en relevant (i) qu il existait une confusion dans l interprétation des clauses du contrat qui avait sa source dans l ambiguïté rédactionnelle, (ii) qu aucun élément du dossier n indiquait que des explications claires avaient été fournies et (iii) que la compagnie d assurance devait assumer la responsabilité d un libellé contestable de la clause litigieuse, de telle sorte qu elle n avait pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations. Expertise Opposabilité du rapport et respect du principe du contradictoire Cass. 2 ème civ., 15 avril 2010, n Cass. 3 ème civ., 27 mai 2010, n ère espèce : La Cour de cassation confirme la décision d une cour d appel qui relève que le rapport d expertise fondé sur une analyse faite par un technicien consulté par l expert, qui n a pas été portée à la connaissance des parties, avait méconnu le principe de la contradiction de telle sorte que ce rapport devait être annulé à l égard de toutes les parties, y compris celles qui n ont pas invoqué cette nullité. 2 ème espèce : La Cour de cassation accueille le raisonnement d une cour d appel qui relève que les opérations d expertise s étant déroulées au contradictoire du seul maître d œuvre à l exclusion de toute autre partie, retient que la communication de ce rapport en cours d instance ne suffisait pas à assurer le respect du contradictoire de telle sorte qu aucune condamnation ne pouvait intervenir à l encontre des appelés en garantie sur la base de ce seul rapport d expertise. 3

4 Renonciation de l assureur à se prévaloir d une exclusion Cass. 2 ème civ., 18 mars 2010, n La Cour de cassation rappelle que la reconnaissance de garantie par l assureur vaut renonciation à l exclusion. En l espèce, les juges d appel avaient pu déduire que l assureur, en signalant par courrier, plus d un après le dépôt du rapport d expertise, qu il acceptait de couvrir le sinistre, avait renoncé à invoquer l exclusion de garantie. Evaluation du préjudice Principe indemnitaire Cass. 3 ème civ., 16 juin 2010, n La Cour de cassation retient qu une cour d appel a pu, sans violé le principe de la réparation intégrale, fait application d un coefficient de vétusté pour l indemnisation d un dommage causé à un local commercial qui n était plus exploité depuis plusieurs années, dont le matériel présent au moment du sinistre datait de la précédente exploitation et pour lequel aucun projet d aménagement ou de relance n était envisagé. Evaluation du préjudice Incidence de la volonté du bailleur Cass. 3 ème civ., 8 avril 2010, n La Cour de cassation confirme l arrêt d appel qui a refusé au propriétaire d un immeuble endommagé par un incendie une indemnisation en valeur à neuf et les indemnités liées aux frais de reconstruction au motif qu ayant vendu le terrain où se trouvaient les immeubles, il avait abandonné toute idée de reconstruction. Evaluation du préjudice Perte de chance de souscrire une garantie complémentaire Cass. 2 ème civ., 1er juillet 2010, n Dans cet arrêt, la Cour de cassation décide qu une cour d appel a, dans l exercice de son pouvoir souverain, valablement évalué à 5% la perte de chance d un assuré de souscrire une garantie complémentaire «pertes d exploitation», en constant que : - la police multirisques habitation souscrite par l assuré couvrait le matériel informatique professionnel installé dans la résidence principale, et qu il revenait à l assureur et/ou au courtier par l intermédiaire de qui l assuré avait contracté, de l informer et de le conseiller sur la possibilité ou l impossibilité de contracter la garantie complémentaire «dommages professionnels immatériels» ; - les conditions de conclusion ce contrat multirisques habitation et le contrat en lui-même ayant légitimement pu persuader l assuré que le courtier était le mandataire l assureur, l assuré était fondé à invoquer la théorie du mandat apparent et à rechercher la responsabilité de l assureur pour les éventuels manquements commis par le courtier a qui il revenait d informer l assuré de la possibilité de souscrire la garantie complémentaire ou de l orienter utilement vers une couverture adaptée de l entier risque à garantir ; - lors de la conclusion de la police multirisques habitation, l assuré a pu croire qu il couvrait les risques professionnels ; - l assuré ayant entendu souscrire, quelques jours après la police multirisques habitation, auprès d un autre assureur, un contrat «tous risques informatiques» garantissant le mobilier informatique, à l exclusion expresse des pertes d exploitation, la probabilité pour qu il choisisse d adhérer à cette couverture complémentaire de risque auprès de l assureur multirisques, si cette couverture lui avait été proposée et conseillée par le courtier était particulièrement faible. 4

5 Convention d obsèques Affectation du capital Cass. 1 ère civ., 17 mars 2010, n La Cour de cassation a jugé que viole l article 1134 du Code civil la juridiction de proximité qui condamne la bénéficiaire désignée par le souscripteur d une police d assurance intitulée «convention d obsèques», garantissant le versement d un capital en cas de décès, à payer le capital versé par l assureur aux enfants du souscripteur qui, exposant qu elle n avait pas participé aux frais funéraires, l avaient assignée en paiement, alors que le contrat souscrit ne prévoyant pas l affectation du capital garanti à la couverture des frais funéraires. Contrat d assurance pour compte Qualité d assuré Cass. 2 ème civ., 15 avril 2010, n La Cour de cassation confirme la décision des juges d appel affirmant que l ordre des avocats, souscripteur d une assurance pour compte au profit de ses avocats, n a pas nécessairement la qualité d assuré lui-même. En l espèce, un avocat s était rendu coupable de détournement de fonds. Assigné en responsabilité pour défaut de surveillance et de contrôle, l ordre des avocats du barreau concerné avait assigné en intervention forcée l assureur. Cette demande est déclarée irrecevable par les juges du fond qui ont constaté que la police d assurance, destinée à garantir le remboursement des fonds confiés par les clients aux avocats de ce barreau, ne confère pas la qualité d assuré à l ordre des avocats qui ne dispose d aucun droit à agir ni à titre personnel ni pour le compte de la victime du détournement. Contrat d assurance pour compte Défaut d aléa Cass. 2 ème civ., 15avril 2010, n Rappelant le caractère aléatoire du contrat d assurance, la Cour de cassation réaffirme que le contrat d assurance ne peut garantir un risque que l assuré sait déjà réaliser. Elle accueille donc favorablement l argument de l assureur de responsabilité professionnelle de la Caisse de règlement des avocats qui refuse sa garantie au motif que l assuré avait connaissance des déficits et anomalies répétées sur le compte de l avocat. Coassurance Pouvoir de représentation d une société étrangère. L application du principe «nul ne plaide par procureur» Cass. 1 ère civ., 14 avril 2010, n La Cour de Cassation valide la décision d une cour d appel qui retient qu une société allemande, qui n est pas ellemême l assureur du risque mais est titulaire d un mandat général pour agir en justice devant les juridictions allemandes pour le compte de ses mandantes, les coassureurs, n a pas pouvoir pour agir devant les juridictions françaises quelle que soit la loi gouvernant le fond du litige ou la loi en vertu de laquelle le demandeur indique agir pour le compte d autrui (en l espèce la loi allemande). Selon la haute juridiction, le mandat général ne satisfait pas aux principes régissant l action en justice devant les juridictions françaises, lesquels s appliquent à toutes instances introduites en France. En conséquence, la Cour de cassation relève que la cour d appel a décidé, à bon droit, que, faute de justifier d un mandat spécial de chacun de ses mandants, la société allemande était irrecevable à agir en France. 5

6 Protection juridique Définition de la notion de protection juridique Cass. 2 ème civ., 18 mars 2010, n Une police multirisque habitation prévoyait une clause «sauvegarde de vos droits» par laquelle un assureur s engageait à exercer à ses frais toutes interventions amiables ou judiciaires en vue de réclamer à l amiable ou devant toute juridiction la réparation du préjudice subi par l assurée à la suite d un dommage corporel ou matériel qui aurait été garanti par le contrat s il avait engagé la responsabilité civile de l assuré. A la suite d un accident de la circulation, l assureur refuse de prendre en charge les honoraires de l avocat. La haute juridiction censure les juges du fond, au visa des articles L et L du Code des assurances, pour avoir jugé que la clause de «sauvegarde de vos droits» ne constitue pas une opération d assurance de protection juridique puisque l assuré n avait pas souscrit de contrat distinct avec le paiement d une prime distincte. Assurance vie Prescription biennale et contrat multi-supports Cass. 2 ème civ., 1er juillet 2010, n Le point de départ du délai de la prescription biennale de l action en rétablissement des supports supprimés et en responsabilité contre l assureur pour exécution déloyale du contrat se situe à la date de l évènement y donnant naissance, c est-à-dire à la date où le souscripteur a eu connaissance des manquements de l assureur à ses obligations et du préjudice en résultant pour lui, peu important que l exécution du contrat ainsi modifié se soit poursuivi. Prescription de la déclaration du décès de l assuré en matière d assurance sur la vie Cass. 2 ème civ., 12 mai 2010, n La Cour de cassation affirme le principe selon lequel, en matière d assurance vie, la déclaration du décès de l assuré n est soumise qu au seul délai de prescription stipulé à l article L du Code des assurances. Conflit entre clause bénéficiaire et testament Faute d imprudence de l assureur Cass. 2 ème civ., 12 mai 2010, n La Cour de cassation sanctionne ici l assureur qui, lors du règlement du contrat au décès de son souscripteur et alors que la clause bénéficiaire désignait les «héritiers», a versé l intégralité de l indemnité à une seule des trois héritières au motif que celle-ci était désignée en tant que légataire universelle par testament. Selon la haute juridiction, en agissant ainsi, sans rapprocher l acte notarié du contrat qu il détenait pourtant et sans interroger ni le notaire ni les héritiers, l assureur a commis une faute d imprudence lors du règlement du contrat décès de son souscripteur. 6

7 Délégation de créance sur assurance vie et compensation Cass. 1 ère civ., 6 mai 2010, n La banque a ensuite assigné l assuré en remboursement des sommes lui restant dues. Le 12 mai 2005, l assuré a exercé sa faculté de renonciation au contrat d assurance-vie, sur le fondement de l article L du Code des assurances, faute de remise d une notice d information distincte des conditions générales du contrat. L assuré, qui a garanti sa convention d ouverture de crédit au moyen d une délégation de créance sur un contrat d assurance vie, peut voir la somme qui va lui être versée après exercice de sa faculté de renonciation diminuée du montant du rachat partiel effectué par la banque délégataire. Délégation du contrat d assurance vie et renonciation à la renonciation Cass. 2 ème civ., 25 février 2010, n Selon cet arrêt, sur le fondement de l article L du Code des assurances, dans sa rédaction antérieure à la Loi n du 15 décembre 2005, l assuré qui effectue des actes d exécution incompatibles avec la faculté de renonciation, en prolongeant la délégation de créance au profit d un tiers, renonce à la faculté de renonciation antérieurement exercée. Contrats multi-supports Devoir de conseil et d information de l assureur Cass. 2 ème civ., 3 juin 2010, n La Cour de cassation approuve les juges du fond pour avoir affirmé que ne manque pas à son devoir d information et de conseil l assureur qui, quelques jours après la souscription par les demandeurs d un contrat multi-supports, a envoyé plusieurs documents à leur attention mentionnant le caractère évolutif à la hausse comme à la baisse de la valeur liquidative des unités de compte. Le choix des demandeurs, lors de la souscription, pour des supports en euros à 80% et 90% démontrait bien en l espèce la conscience des risques que contient un tel contrat. Devoir de conseil de l agent général Cass. 1 ère civ., 9 juin 2010, n La Haute Cour rejette le pourvoi formé par l agent général et la compagnie d assurance et retient un manquement au devoir de conseil de l agent général qui a mis en œuvre un placement au nom d une personne dont il savait qu elle n avait pas le pouvoir d y consentir. En l espèce le manquement était d autant plus important que l agent connaissait parfaitement le contexte familial de la souscriptrice, veuve et mère de trois enfants mineurs. 7

8 Renonciation et décès de l assuré Cass. 2 ème civ., 8 juillet 2010, n Au visa de l article L du Code des assurances dans sa rédaction applicable avant la loi du 15 décembre 2005, la Cour de cassation casse l arrêt d une cour d appel qui retient que n a pas valablement renoncé à la renonciation au contrat d assurance sur la vie exercée de son vivant par l assuré, la veuve qui demande le paiement du capital décès dans la mesure où cette demande, postérieure à l exercice de la faculté de renonciation, ne saurait être interprétée comme manifestant une volonté tacite dépourvue de toute équivoque de renoncer aux effets de la renonciation au contrat exercée en application de l article L du Code des assurances, dès lors qu elle n a pas renoncé expressément à l action en justice engagée par le défunt tendant à valider l exercice de la faculté de renonciation. En effet, pour la Cour de cassation, la veuve s était placée dans la situation d un contrat toujours en cours en demandant, sans réserve, à l assureur de lui verser le capital décès, démarche dépourvue de toute équivoque et incompatible avec la faculté de renonciation exercée par son mari. Assurance vie et prescription biennale Cass. 2 ème civ., 24 juin 2010, n Au visa de article L dans sa rédaction en vigueur avant la loi du 15 décembre 2005 et de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation casse l arrêt d une cour d appel qui pour déclarer un souscripteur recevable en son action en renonciation au bénéfice du contrat d assurance sur la vie et en restitution des sommes investies et a ainsi condamner l assureur au paiement d une certaine somme, retient que le moyen de prescription soulevé par l assureur pour refuser la restitution n est pas recevable, l action de l assuré ne dérivant pas du contrat d assurance, mais de l article L du Code des assurance et donc de la loi, étant relative à une demande de restitution de primes fondée sur un manquement précontractuel et non contractuel de l assureur à ses obligation d information. En effet, pour la Cour de cassation, l action engagée par le souscripteur d un contrat d assurance sur la vie ayant renoncé au contrat aux fins d obtenir la restitution des sommes versées est une action qui dérive du contrat d assurance et donc soumis à la prescription biennale. Assurance groupe Assurance emprunteur Absence de faute de l assureur Cass. 2 ème civ., 18 mars 2010, n Un assureur cesse de rembourser les échéances du prêt, sans la notification préalable et sans en informer l assuré, au motif que ce dernier n était plus en état d incapacité temporaire totale et apte à exercer une activité professionnelle, même en dehors de sa profession habituelle. La Cour de cassation approuve les juges du fond pour avoir jugé que l assureur n a commis aucune faute et a fait simplement application de la lettre du contrat. 8

9 Assurance emprunteur Manquement au devoir d information et absence de lien de causalité Cass. com., 2 mars 2010, n En l espèce, un particulier s est vu consentir un prêt pour lequel il entendait adhérer à une assurance perte d emploi. Toutefois, les sommes qu il a versées correspondant au montant de son adhésion lui ont été restituées au motif de son âge. Après avoir perdu son emploi, il a assigné l établissement de crédit et son mandataire invoquant un manquement à leur obligation de conseil et d information. La Cour de cassation approuve les juges du fond pour avoir retenu la faute de la banque et considéré que le préjudice lié au manquement au devoir de conseil résultait en une perte de chance de renoncer à l emprunt ou d adhérer à une autre assurance. La haute juridiction rejette tout de même la prétention du demandeur tendant à la prise en charge par la banque des échéances de son prêt au motif que l assuré ne justifiait pas d un préjudice en lien avec la faute commise par le prêteur. Légalité de l arrêté participation aux bénéfices CE 5mars 2010, n Le Conseil d Etat a rejeté la demande d annulation pour excès de pouvoir de l arrêté du 23 avril 2007 du ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie relatif à la provision pour aléas financiers et à la participation aux bénéfices techniques et financiers des opérations des entreprises d assurance sur la vie au motif que le principe de la participation de l assuré aux bénéfices est édicté à l article L du Code des assurances et qu il s applique aux contrats tant individuels que collectifs. Acteurs de l assurance Responsabilité de l assureur du fait du courtier, mandataire apparent Cass. 1 ère civ., 8 avril 2010, n La Cour de cassation rappelle que les juges peuvent retenir l existence d un mandat apparent dès lors que les circonstances autorisaient les souscripteurs à ne pas vérifier les limites exactes du pouvoir de l intermédiaire. En l espèce, ces circonstances résultaient du fait que les contrats avaient été rédigés sur du papier à en-tête de la société d assurances et la haute juridiction approuve les juges du fond d avoir condamné le courtier et la compagnie d assurances au remboursement des sommes détournées. Responsabilité de l assureur du fait de son agent mandataire Le devoir du conseil adapté à la situation de l assuré Cass. 2 ème civ., 18 mars 2010, n La Cour de cassation rejette le pourvoi formé par l assureur et retient la responsabilité de ce dernier en tant que mandant de l agent général qui avait manqué à son devoir d information et de conseil en ne conseillant pas au demandeur les options du contrat les mieux adaptées à sa situation. 9

10 Responsabilité de l assureur et du courtier La publicité délivrée doit être cohérente avec l investissement proposé Cass. com., 13 avril 2010, n La Cour de cassation retient la responsabilité de l assureur et du courtier qui ont proposé à des clients souhaitant se constituer un complément de retraite la souscription de contrats d assurance vie libellés en unités de compte. La Cour retient en effet que, même si les conditions générales exposaient parfaitement le système de placement et reprenaient le descriptif et les caractéristiques principales des unités de compte notamment leur caractère fluctuant, la publicité délivrée n était pas cohérente avec l investissement proposé et mentionnait le cas échéant les caractéristiques les moins favorables et les risques inhérents aux options qui pouvaient être le corollaire des avantages énoncés. Devoir d information et de conseil à la charge des intermédiaires lors de la commercialisation de contrat d assurance vie Décret n du 24 août 2010 Un Décret du 24 août 2010 vient préciser les conditions de mise en œuvre des obligations de d information et de conseil à respecter lors de la commercialisation des contrats d assurance vie ou de capitalisation posées aux articles L et L du Code des assurances, entrés en vigueur le 1er juillet Ce Décret créée un article R dans le Code des assurances ainsi rédigé : «I. Les précisions ainsi que, le cas échéant, la mise en garde prévues à l article L sont communiquées au souscripteur par écrit, avec clarté et exactitude, sur support papier ou tout autre support durable à sa disposition et auquel il a facilement accès. II. Lorsque le souscripteur le demande ou lorsqu une couverture immédiate est nécessaire, les informations peuvent être fournies oralement. Dans ce cas, sitôt le contrat conclu, les informations sont communiquées au souscripteur sur support papier ou tout autre support durable à sa disposition et auquel il a facilement accès. En cas de commercialisation d un contrat à distance, les informations précontractuelles fournies au souscripteur sont conformes aux dispositions de l article L En outre, lorsque le contrat a été conclu à la demande du souscripteur en utilisant une technique de commercialisation à distance ne permettant pas la transmission des informations sur support papier ou sur un autre support durable, ces informations sont, sitôt le contrat conclu, communiquées au souscripteur sur support papier ou tout autre support durable à sa disposition et auquel il a facilement accès» Courtiers et obligation de contribution à l Autorité de Contrôle Prudentiel Arrêté du 26 avril 2010, NOR : ECET A Les personnes soumises au contrôle de l Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP), créée par ordonnance n du 21 janvier 2010, sont redevables d une contribution pour frais de contrôle dont le montant a été forfaitairement fixé à 150 pour les courtiers et sociétés de courtage. Cette contribution doit être acquittée au plus tard le 1er janvier de chaque année. 10

11 Risques financiers Banques Obligation de mise en garde : L obligation du banquier est limitée par la connaissance par le souscripteur du caractère fluctuant des valeurs liquidatives du contrat Cass. com., 2 mars 2010, n Cass com., 16 mars 2010, n / ère espèce : La Cour de cassation refuse ici de faire produire au seul fait que les souscripteurs ont souscrit un prêt adossé à une assurance sur la vie libellée en unités de compte, un manquement du banquier à son devoir de conseil, d information et de mise en garde. En l espèce, la haute juridiction approuve les juges du fond d avoir relevé que les souscripteurs ont reconnu avoir été informés du fait que les unités de compte en actions de toutes natures ne garantissaient pas le capital versé. Le risque des placements était donc assumé par les adhérents au contrat qui avait choisi un profil de gestion libre. 2 ème espèce : Dans cette seconde espèce, la Cour rejette également la prétention des demandeurs en énonçant qu un client même profane ne peut ignorer que la valeur des titres mobiliers que sont les actions est tributaire des fluctuations de la bourse. Obligation de mise en garde : Le banquier n est pas tenu d une obligation de mise en garde en l absence d opération spéculative présentant un risque particulier Cass. com., 13 avril 2010, n En l espèce un couple avait souscrit deux contrats d assurance vie libellés en unités de compte placées en OPCVM afin de se constituer chacun un complément de retraite puis avaient souscrit un prêt pour financer ces deux contrats. Constatant la baisse de valeur de leur portefeuille, ils ont assigné en responsabilité l assureur, le courtier ainsi que la banque. La Cour de cassation approuve les juges du fond et rejette la responsabilité de la banque au motif que les produits proposés étaient constitués de FCP ou SICAV investis en obligations de sorte qu en l absence d opérations spéculatives présentant un risque particulier que les clients ne sont pas en mesure d apprécier, la banque n était pas tenue d un devoir de mise en garde envers les demandeurs. 11

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Assurances Assurance en général Fausse déclaration du risque modification de l opinion de l assureur Cass. 2 ème civ., 10 novembre 2009, n 08-18185 La Cour de cassation rappelle le principe selon lequel

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous propose un panorama de l actualité juridique de la première moitié de l année 2009 et vous souhaite une agréable lecture de cette quatrième

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 février 2010 N de pourvoi: 09-11464 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 09/08/2012 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 juillet 2012 N de pourvoi: 11-11891 Non publié au bulletin Cassation M. Espel (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13951 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Bouthors, SCP Baraduc et Duhamel, avocat(s)

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 juillet 2013 N de pourvoi: 12-20242 ECLI:FR:CCASS:2013:C201149 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 février 2014 N de pourvoi: 13-10630 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00153 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 -

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Direction des Partenariats Politiques NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels

Plus en détail

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 la lettre Assurances ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 SOMMAIRE Actualité législative et réglementaire p.1 Adoption du projet de loi relatif à la consommation («Loi Hamon»)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Décembre 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ENTREE EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE 2014 DU DECRET N 2014-917 DU 19 AOUT 2014 (ARTICLE D.411-1-3 CPI) 3 ORDONNANCE 2014-1348 DU

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o U 13-23.506 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Multirisque Notice d information 2010/2011 Le contrat multirisque a été conçu conjointement par la MAIF

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE 1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Complémentaire 2 ème LIGNE souscrite par le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice CONDITIONS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10091 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Ricard, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s)

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES Les MMA ont conçu un contrat d assurance offrant un éventail de garanties, spécialement adapté à vos risques. QUI SOUSCRIT? Chaque Compagnie

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par la Mutuelle Familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information ASSISTANCE JURIDIQUE «VIE PRIVEE» PROTECTION JURIDIQUE

Plus en détail

Proposition de textes

Proposition de textes Proposition de textes CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel dommage oblige celui par la faute duquel il est

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

Audience publique du 4 juin 2014 Cassation partielle M. CHARRUAULT, président

Audience publique du 4 juin 2014 Cassation partielle M. CHARRUAULT, président CIV. 1 CF COUR DE CASSATION Audience publique du 4 juin 2014 Cassation partielle M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o Z 13-12.770 Arrêt n o F-P+B+I R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE ET ACCIDENTS CORPORELS Contrats La Sauvegarde n Z150235.001P

NOTICE D INFORMATION ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE ET ACCIDENTS CORPORELS Contrats La Sauvegarde n Z150235.001P La Fédération Française EPMM Sports pour Tous a souscrit, à compter du 1 er septembre 2010, un contrat d assurance Responsabilité Civile et Accidents Corporels auprès de la compagnie d assurances La SAUVEGARDE,

Plus en détail

Pleins Services Obsèques Epargne

Pleins Services Obsèques Epargne Pleins Services Obsèques Epargne Contrat d assurance vie Conditions générales OFPF, partenaire fondateur de la Charte du respect de la personne endeuillée, signée le 29 octobre 2009 avec Nadine Morano,

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus»

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus» CONDITIONs GéNéRALEs Protection juridique «PLUS» Protection Juridique «Plus» Table des matières Article 1 : Dispositions préliminaires 5 Article 2 : Définitions 5 Article 3 : étendue territoriale de l'assurance

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES COURTIER Nom du Cabinet : Nom et prénom du représentant : E-mail : Téléphone : Adresse : N : Type de voie : Nom de la voie : Code

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Protection Juridique. Auto. Protexia. Réf - 777016

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Protection Juridique. Auto. Protexia. Réf - 777016 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Protection Juridique Auto Protexia Réf - 77701 La gestion de cette garantie est confiée à : PROTEXIA France, Entreprise régie par le code des assurances, Siège social : 9, boulevard

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale (à propos de Cass. 2 ème civ., 6 févr. 2014, n 13-10.540

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT (ACTIVITE D INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE AGENT, COURTIER, SOUS-COURTIER) o Une copie de l arrêté

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail