ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS"

Transcription

1 Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous propose un panorama de l actualité juridique de la première moitié de l année 2009 et vous souhaite une agréable lecture de cette quatrième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance de dommages : charge de la preuve de la valeur assurée Cass. 2e civ., 4 décembre 2008, n Au visa de l article L du Code des assurances relatif au principe indemnitaire et de l article 1315 du Code civil, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel c est à l assuré d apporter la preuve de la valeur réelle de la chose assurée au jour du sinistre. Inverse la charge de la preuve de la valeur assurée, la cour d appel qui présume que la valeur déclarée par l assuré lors de la souscription du contrat d assurance correspond à la valeur réelle de la chose assurée. Exception à l application d une exclusion de garantie et charge de la preuve Cass. 2e civ., 4 décembre 2008, n Par cet arrêt, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel les parties peuvent aménager contractuellement la charge de la preuve de l exception à une exclusion de garantie. Lorsque le contrat d assurance ne précise pas qui de l assureur ou de l assuré doit prouver l application de l exception à l exclusion de garantie, le doute profite à l assuré. En revanche, la preuve de l application de l exclusion elle-même incombe à l assureur, nonobstant toute clause contraire. Caractère formel et limité des exclusions de garantie Cass. 2e civ., 2 avril 2009, n Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n La Cour de cassation fait, dans deux arrêts, application des dispositions de l article L du Code des assurances, selon lesquelles les clauses d exclusion doivent être formelles et limitées. Ainsi, pour la Haute juridiction, l exclusion «des suites et conséquences du diabète et ses complications» fait référence à une pathologie précise de telle sorte qu elle est claire et explicite. Il ne peut ainsi être reproché à l assureur de ne pas avoir développé la liste des complications du diabète. En revanche, selon la Cour de cassation, la clause d exclusion selon laquelle «la garantie du présent titre ne s applique pas en cas d incapacité ou d invalidité résultant de :- troubles psychique,» n est pas limitée, dans la mesure où elle vise les «troubles psychiques» sans autre précision.

2 Clause de limitation de garantie Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n La Cour de cassation rappelle au visa de l article 1134 du Code civil et de l article L du Code des assurances relatif à l obligation précontractuelle d information de l assureur, que les clauses limitant les garanties doivent être acceptées par l assuré. Il incombe à l assureur d apporter la preuve de cette acceptation par l assuré. Prescription : condition de recevabilité de l exception de nullité Cass. 2e civ., 4 décembre 2008, n La Cour de cassation a jugé que l assureur qui a commencé à exécuter le contrat d assurance en versant une provision à son assuré, et qui découvre ensuite que celui-ci s est rendu coupable de fausses déclarations intentionnelles au moment de la souscription, peut soulever, par voie d exception, la nullité fondée sur l article L du Code des assurances pendant le délai de prescription biennale, qui commence à courir à partir du moment où l assureur a eu connaissance du vice affectant la validité du contrat. Par cet arrêt, la Cour de cassation a donc écarté la distinction qu elle avait elle-même établie entre les actes ayant reçu un commencement d exécution et ceux restant inexécutés, au motif que le délai de prescription biennale n est pas expiré. Passé le délai de prescription biennale, l assureur ne pourra plus invoquer l exception de nullité d un contrat ayant reçu un commencement d exécution. Interruption de la prescription et désignation d un expert amiable Cass. 2e civ., 22 janvier 2009, n La Cour de cassation rappelle que le délai de prescription biennale prévu par l article L du Code des assurances est susceptible d être interrompu par la désignation amiable d un expert par l assureur à la suite d un sinistre. Durée de l interruption de la prescription biennale et expertise judiciaire Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation rappelle que l effet interruptif de la prescription d une citation en justice se prolonge pendant toute la durée de l instance jusqu au prononcé de l ordonnance de désignation de l expert. Interruption de la prescription et ordonnance de non-lieu Cass. 2e civ., 14 mai 2009, n La Cour de cassation estime que l interruption de prescription est non avenue lorsque la plainte avec constitution de partie civile de l assuré a fait l objet d une ordonnance de non-lieu, non frappée de recours.

3 Lettre recommandée interruptive de la prescription biennale Cass. 3e civ., 17 juin 2009, n L interruption de la prescription biennale par lettre recommandée de l assuré doit, conformément aux dispositions de l article L du Code des assurances, concerner le paiement de l indemnité. En l espèce, la Cour de cassation a jugé que la formule «en application des dispositions de l article L et 2 du Code des assurances, je vous notifie à nouveau l interruption de la prescription pour les conséquences de ce sinistre», suffisait à interrompre la prescription. Contrat d assurance : valeur de l attestation d assurance Cass. 2e civ., 8 janvier 2009, n La Cour de cassation a rappelé le principe en vertu duquel l attestation d assurance émise par la compagnie d assurance constitue une présomption simple de l existence d une couverture d assurance qui peut être renversée par l assureur. Contrat d assurance : preuve de l information apportée à l assuré Cass. 2e civ., 22 janvier 2009, n Par cet arrêt, la Haute juridiction rappelle que la signature de l assuré et l apposition de la mention manuscrite «les Conditions Générales dont vous reconnaissez avoir reçu un exemplaire», sur les Conditions Particulières permettent de prouver que les Conditions Générales du contrat ont été remises à l assuré préalablement à sa conclusion, et que l assureur a rempli son obligation d information prévue à l article L du Code des assurances. Preuve de la fausse déclaration intentionnelle Cass.2e civ., 19 février 2009, n La Cour de cassation confirme la solution qu en l absence de questionnaire de souscription remis par l assureur, les déclarations faites par l assuré, à sa seule initiative, lors de la conclusion du contrat doivent être prises en compte pour constater la déclaration fausse et intentionnelle, diminuant l opinion du risque pour l assureur et ainsi admettre la nullité de la police. Fausse déclaration intentionnelle connue de l agent général Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation rappelle que l assureur ne peut se prévaloir de la nullité du contrat d assurance pour fausse déclaration intentionnelle de la part de l assuré, lorsque son agent général en avait connaissance, au moment de la souscription du contrat d assurance. Nullité pour fausse déclaration intentionnelle et importance du questionnaire Cass. 2e civ., 9 avril 2009, Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation dans ces deux arrêts, fait application du principe selon lequel la réticence ou la fausse déclaration doivent s apprécier au regard des questions contenues dans le formulaire de déclaration du risque remis à l assuré.

4 Ainsi, dans la première espèce, la Cour de cassation relève que les juges du fond auraient dû constater que l assureur «avait posé une question qui aurait dû conduire l assuré à lui déclarer son handicap» pour fonder leur décision validant le refus de garantie de l assureur. Dans la seconde espèce, la Cour de cassation constate que l assuré a omis de déclarer une maladie cardiaque congénitale dont il avait connaissance, et ce alors même que le questionnaire de santé remis par l assureur comportait une question dépourvue d ambigüité relative aux «maladies de l appareil cardio-vasculaire». Elle prononce la nullité du contrat d assurance pour fausse déclaration intentionnelle. Conséquences de la fausse déclaration intentionnelle et contrat d assurance multirisque Cass. 2e civ., 2 avril 2009, n La nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle dans un contrat d assurance couvrant plusieurs risques s applique à l ensemble du contrat, peu importe que le risque dénaturé soit sans lien avec le sinistre. De ce fait, la Cour de cassation valide la solution de la Cour d appel selon laquelle la fausse déclaration intentionnelle commise par l assuré relative à l identité du conducteur permet à l assureur de refuser sa garantie à la suite du vol du véhicule assuré. Aggravation des risques : obligation de déclaration et règle proportionnelle de prime Cass. 2e civ., 22 janvier 2009, n Cet arrêt constitue l occasion pour la Haute juridiction de rappeler aux juges du fond qu ils doivent constater, pour admettre que l assureur est bien fondé à faire application de la règle proportionnelle de primes, que l absence de déclaration a eu pour conséquence de rendre inexactes ou caduques les réponses faites lors de la conclusion du contrat d assurance. Contrat d assurance : qualification d une clause abusive Cass. 2e civ., 22 janvier 2009, n Au visa de l article L du Code de la consommation, la Cour de cassation rappelle qu une clause d un contrat d assurance ne peut être qualifiée d abusive que si elle crée un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat. Faute de l assuré ayant concourue à l aggravation du dommage : charge de la preuve Cass. com., 10 mars 2009, n La Cour de cassation confirme le principe selon lequel c est à l assureur de prouver la faute qu il impute à l assuré qu il estime responsable à son égard de ne pas avoir réduit, comme il le pouvait, le dommage causé par le sinistre. Ainsi, l assureur ne peut refuser sa garantie dès lors qu il ne démontre pas que l assuré avait été avisé du sinistre avant l apparition de l aggravation du dommage.

5 La déchéance pour déclaration tardive du sinistre Cass. 2e civ., 7 mai 2009, n Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation rappelle que la déchéance de garantie pour déclaration tardive d un sinistre ne peut être opposée à l assuré que si l assureur établit que ce retard lui a causé un préjudice. Résistance abusive de l assureur et indemnisation de l assuré Cass. 2e civ., 11 juin 2009, n La Cour de cassation précise, au visa de l article 1382 du Code civil, que la résistance abusive de l assureur ne peut pas être établie en l absence d abus ou de circonstances particulières permettant d apprécier sa mauvaise foi. Faute intentionnelle de l assuré : appréciation Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation rappelle le principe selon lequel les juges du fond apprécient souverainement le caractère intentionnel de la faute de l assuré, caractère qui, au sens de l article L , alinéa 2 du Code des assurances, implique la volonté de son auteur de créer le dommage tel qu il est survenu. Conditions de la subrogation légale et conventionnelle Cass. com., 16 juin 2009, n La Cour de cassation rappelle que, pour être légalement subrogé dans les droits de l assuré, l assureur doit faire la preuve qu il était tenu contractuellement de régler l indemnité invoquée en exécution de la police d assurance. S agissant de la subrogation conventionnelle, la Cour précise qu elle doit résulter de la volonté expresse de l assuré, manifestée concomitamment ou antérieurement au paiement reçu de l assureur, mais qu il n est pas nécessaire d établir que ce règlement a été fait en exécution de son obligation contractuelle de garantie. Concours entre l assuré subrogeant et l assureur subrogé Cass. 3e civ., 11 mars 2009, n , n et n La Cour de cassation rappelle que si le créancier subrogeant (l assuré) peut exercer ses droits, pour ce qui lui reste dû par préférence au subrogé (l assureur) dont il n a reçu qu un paiement partiel, c est à la condition qu il se trouve en concours avec celui-ci dans les actions exercées contre le débiteur (le tiers responsable). Recours de l assureur en répétition de l indu et prescription biennale Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation précise que l action de l assureur, qui tend à la répétition des paiements dont le caractère indu ne résulte pas de la stipulation de la police mais du principe indemnitaire posé par l article L du Code des assurances, ne dérive pas du contrat d assurance au sens de l article L du Code des assurances et n est donc pas

6 soumise à la prescription biennale. Secret médical et assurance Cass. 1e civ., 11 juin 2009, n La Cour de cassation précise que le juge civil ne peut, en l absence de disposition législative spécifique l y autorisant, ordonner une expertise judiciaire dans le cadre d une action en paiement d une indemnité journalière prévue par un contrat de prévoyance, sans subordonner l exécution de cette mission à l autorisation préalable du patient, la mission portant atteinte au secret médical. La notion de cause technique Cass. 2e civ., 25 juin 2009, n La Cour de cassation précisent dans un arrêt d espèce rendu dans le cadre d un sinistre construction, que les demandes successives d indemnisation de préjudices matériels puis immatériels ne constituent qu un seul et même sinistre, à savoir un ensemble unique de faits dommageable ayant la même cause technique et par là, le même fait générateur. Ce faisant, la Cour de cassation décide que la cause technique est assimilée au fait générateur et non un «fait dommageable» comme c est le cas en matière d assurance de responsabilité. Cass. 2e civ., 19 mars 2009, n et n Dans cet arrêt, la Cour de cassation est interrogé par un employeur destinataire de plusieurs réclamations introduites par ses salariés mettant en cause sa responsabilité civile en raison d une faute inexcusable, sur la possibilité de procéder à une globalisation des sinistres. Pour cet employeur, assuré, les réclamations résultaient d une cause technique unique, à savoir l exposition à l amiante et devaient, de ce fait, être globalisées. Cette position conduisait à la couverture par l assureur, de réclamations additionnelles de prise en charge. La Cour de cassation rejette cette demande de globalisation, sans pour autant de se prononcer sur la notion de cause technique. En effet, elle considère que les demandes additionnelles étaient irrecevables, car nouvelles en cause d appel. Assurance groupe L obligation du banquier d éclairer l emprunteur sur l adéquation du contrat d assurance à sa situation personnelle Cass. 2e civ., 22 janvier 2009, n La Cour de cassation rappelle une nouvelle fois la solution de principe adoptée le 2 mars 2007 par l Assemblée Plénière, selon laquelle le banquier, qui propose à un emprunteur d adhérer à un contrat d assurance en garantie de son prêt, est tenu de l éclairer sur l adéquation du risque couvert par le contrat avec sa situation personnelle d emprunteur. Ni la remise d une notice d assurance, ni l existence de clauses claires dans le contrat d assurance ne sont suffisantes pour satisfaire à cette obligation.

7 Devoir de conseil du banquier Cass. 2e civ., 2 avril 2009, n La Cour de cassation précise que le banquier, souscripteur d un contrat d assurance groupe, est tenu d éclairer l emprunteur sur les conséquences du refus de l assureur d octroyer sa couverture. Information sur la nécessité de souscrire un contrat d assurance garantissant un prêt Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n L emprunteur ne peut reprocher au notaire de ne pas l avoir informé des conséquences d un défaut d assurances dès lors que cet emprunteur savait, au moment de la souscription du prêt, qu il n était pas assuré. Protection du consommateur adhérent à un contrat d assurance de groupe Cass. 2e civ., 9 avril 2009, n La Cour de cassation rappelle, au visa des articles 1134 du Code civil et L du Code de la consommation, que les clauses des contrats proposés par les professionnels aux consommateurs ou aux non-professionnels s interprètent, en cas de doute, dans le sens le plus favorable au consommateur ou au non-professionnel. La Haute juridiction en déduit qu une clause ambigüe doit être interprétée en faveur de l assuré, adhérent à un contrat d assurance groupe. Assurance groupe et contrat de travail Cass. soc., 13 mai 2009, n Selon la Cour de cassation, le droit de demander la disqualification d un contrat de prestation en contrat de travail par les héritiers entre dans le patrimoine du défunt. Les héritiers en sont donc saisis de plein droit, peu importe que le défunt n ait pas intenté cette action de son vivant et que celle des ayants-droit ait pour finalité de leur permettre de bénéficier des effets du contrat d assurance groupe souscrit par l employeur et qui constitue un avantage accessoire au contrat de travail. Information de l adhérent par l employeur souscripteur d un contrat d assurance groupe Cass. soc., 13 mai 2009, n La Cour de cassation précise au visa de l article 12 de la loi n du 31 décembre 1989 que l employeur, souscripteur d un contrat d assurance groupe, est tenu de réparer le préjudice résultant de l absence de garantie dont le salarié croyait légitimement pouvoir bénéficier. En l espèce, l employeur avait manqué à son obligation d information à l égard du salarié.

8 Assurance vie Dénouement du contrat d assurance et droits du bénéficiaire : rapport des primes manifestement exagérées Cass. 2e civ., 4 décembre 2008, n Cass. 1e civ., 17 juin 2009, n En application d une jurisprudence constante, la Cour a considéré que le caractère manifestement exagéré des primes versées par le souscripteur s apprécie au moment du versement des primes, au regard de l âge ainsi que de la situation patrimoniale et familiale du souscripteur, et non pas au moment du décès de ce souscripteur. En particulier, la Cour de cassation indique qu il convient de vérifier, pour constater le caractère manifestement exagéré des primes versées, si le contrat souscrit présente pour le souscripteur une certaine utilité tout en lui permettant, en raison de sa situation de fortune et de ses revenus, d assurer ses obligations à l égard de son épouse. Conséquence de la qualification des primes manifestement exagérées. Cass. 1e civ., 4 juin 2009, n La Cour de cassation rappelle que, lorsqu elles sont manifestement exagérées eu égard aux facultés du souscripteur, les sommes versées à titre de prime d un contrat d assurance-vie constituent des libéralités dont il est tenu compte dans la liquidation de la succession et qui peuvent influer sur la détermination des droits des héritiers. Protection renforcée des souscripteurs de produits d assurance vie Ordonnance n du 30 janvier 2009 L ordonnance portant sur la commercialisation des produits d assurance sur la vie et sur des opérations de prévoyance collective et d assurance a pour ambition d améliorer l information délivrée aux destinataires des produits d épargne ou d assurance sur la vie. En ce sens, elle prévoit expressément que toutes informations en ce domaine, «y compris les communications à caractère publicitaire», doivent présenter un «contenu exact, clair et non trompeur». Par ailleurs, les professionnels doivent désormais s enquérir «auprès du souscripteur ou de l adhérent de ses connaissances et de son expérience en matière financière». Le défaut de remise de la note d information en assurance vie Cass. 2e civ., 2 avril 2009, n Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n Cass. 2e civ., 9 juillet 2009 n Au visa de l article L du Code des assurances dans sa rédaction antérieure à la loi n du 15 décembre 2005, la Cour de cassation rappelle la remise de «conditions générales valant note d information» est insuffisante. L assureur a l obligation de remettre au souscripteur d un contrat d assurance vie une note distincte des conditions générales et particulières. Le défaut de cette remise entraine la prorogation du délai pour exercer cette la faculté de

9 renonciation, jusqu au trentième jour suivant la date de remise effective des documents. Cette jurisprudence ne s applique que pour les contrats souscrits avant le 1er mars Pour les contrats souscrits postérieurement, l article L du Code des assurances, inséré par la loi du 15 décembre 2005, indique que le projet de contrat vaut note d information lorsqu un encadré est inséré en début de projet, indiquant en caractères très apparents la nature du contrat. Conséquences du rachat total d un contrat d assurance vie sur la faculté de renonciation Cass. 2e civ., 19 février 2009, n La Cour de cassation rappelle par cet arrêt que le rachat total du contrat d assurance vie a pour conséquence d entraîner la résiliation définitive et immédiate de celui-ci de telle sorte qu après ce rachat, l assuré ne peut plus exercer sa faculté de renonciation en raison de l absence de remise de la notice, offerte par l article L du Code des assurances. L exercice de la faculté de renonciation par un avocat pour le compte de son client Cass. 2e civ., 19 février 2009, n La Cour de cassation consacre la solution, déjà admise par les juges du fond, selon laquelle la faculté de renonciation prévue par l article L du Code des assurances est un droit personnel du souscripteur. De ce fait, l avocat doit disposer d un mandat spécial prévoyant expressément qu il a pouvoir pour exercer cette faculté de renonciation pour le compte de son client. Charge de la preuve en matière d assurance vie Cass. 1re civ., 19 mars 2009, n La Cour de cassation fait application des dispositions du Code civil régissant la preuve pour juger qu il revient à l assureur, qui conteste la véracité des bordereaux attestant la remise de fonds au titre d un contrat d assurance vie, d en démontrer par écrit l inexactitude, sauf fraude, laquelle peut être prouvée par tout moyen. Résiliation du contrat en assurance vie pour défaut de paiement des primes Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n La Cour de cassation rappelle dans cet arrêt que les dispositions des alinéas 2 à 4 de l article L du Code des assurances ne sont pas applicables aux contrats d assurance sur la vie et en cas de décès, qui ne peuvent être résiliés que conformément aux prescriptions de l article L du Code des assurances.

10 Développement durable Etablissement d une Charte de développement durable par les assureurs Charte de développement durable, 20 janvier 2009 La Fédération Française des Sociétés d Assurances et le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurances ont élaboré ensemble une Charte de développement durable dans laquelle ils soulignent les responsabilités des assureurs et font état des engagements qui sont les leurs dans le cadre du développement durable. Ils se fixent en outre un certain nombre d objectifs, au nombre desquels figurent la lutte contre le réchauffement climatique, le développement de leurs activités dans un cadre environnemental et social responsable, mais également l accompagnement du développement économique et l encouragement d une politique d investissements responsables. Réassurance et co-assurance Adaptation aux entreprises de réassurance des règles applicables aux entreprises d assurance Ordonnance n du 30 janvier 2009 L ordonnance du 30 janvier 2009 précise et adapte, en les assouplissant, les règles applicables aux entreprises d assurance à celles pratiquant la réassurance. Ainsi, cette ordonnance prévoit que l obligation de notification à l A.C.A.M. de l intention d exercer son activité en libre prestation n est pas applicable aux sociétés de réassurance, de même que la demande d autorisation de nomination des commissaires aux comptes de la société. Enfin, ce texte précise que l A.C.A.M ne peut sanctionner une entreprise de réassurance par le transfert d office de portefeuilles. Coassurance Cass. 2e civ., 28 mai 2009, n La Cour de cassation instaure une présomption selon laquelle, en l absence de contestation des coassureurs, la société apéritrice est investie d un mandat général de représentation. En l espèce, la Cour de cassation accueille l argumentation de la cour d appel en relevant qu elle a pu déduire que le paiement de l indemnité d assurance par l apériteur constituait une preuve suffisante, qui peut être rapportée par tout moyen en matière commerciale, que les coassureurs lui avait donné mandat pour les représenter activement et passivement dans toutes les obligation résultant du contrat d assurance, notamment dans celle de régler les sinistres et de représenter la coassurance dans tous les litiges, soit en demande soit en défense.

11 Entreprises d assurance Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme Ordonnance n du 30 janvier 2009 L ordonnance relative à la prévention de l utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, oblige les compagnies d assurance et leurs intermédiaires à faire preuve d une vigilance accrue vis-à-vis de leurs clients et à satisfaire à une obligation de déclaration des sommes dont elles soupçonnent l origine frauduleuse. Les compagnies d assurance et leurs intermédiaires sont appelés à mettre en place des systèmes d évaluation et de gestion des risques de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme. Sociétés de groupe d assurance mutuelles et compétence des juridictions commerciales Cass. com., 5 mai 2009, n La Cour de cassation relève que les sociétés de groupe d assurance mutuelles sont en principe des sociétés civiles. Cependant, en l espèce, la Cour de cassation constate que la société en cause avait inséré dans son objet statutaire la possibilité d effectuer des opérations commerciales et qu il ne résultait pas que les opérations commerciales visées par les statuts ne pouvaient être effectuées qu à titre d accessoire à son activité civile. Elle en conclut que la société avait été constituée comme une société commerciale de telle sorte que l exception d incompétence des juridictions commerciales invoquée par cette société devait être écartée. Principe de spécialité des entreprises d assurance Cass. com., 7 avril 2009, n La méconnaissance par une société d assurance du principe de spécialité selon lequel les entreprises d assurance ont pour objet l activité d assurance, n est pas de nature à entraîner la nullité des contrats qu elle a conclus. Sanctions de l A.C.A.M. à l égard d organismes d assurance A.C.A.M., 16 juillet 2009, n , n , n et n L A.C.A.M., en application des dispositions de l article L du Code des assurances, sanctionne trois organismes d assurance d un avertissement assorti d une sanction pécuniaire d un montant de pour l une, pour l autre et de pour la troisième, en raison de leur méconnaissance des dispositions de la règlementation en matière de contrat d assurance vie, relative aux taux du tarif et au taux minimum garanti. L A.C.A.M. sanctionne une quatrième société d un avertissement assorti d une sanction pécuniaire de , celleci ayant méconnue des dispositions essentielles de la règlementation qui lui est applicable en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement des activités terroristes.

12 Projet d autorité de contrôle commune banque-assurance : l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) Communiqué du Ministère de l Economie, de l industrie et de l emploi du 27 juillet 2009 Madame Lagarde a présenté le 27 juillet 2009 le projet de création d une Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP). Cette institution naîtra de la fusion de l Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM), de la Commission bancaire (CB) du Comité des entreprises d assurances (CEA) et du Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement (CECEI). La nouvelle Autorité comprendra outre un collège plénier, deux sous-collèges l un dans la banque et l autre dans l assurance. Elle sera placée sous l autorité de la Banque de France, disposera d une autonomie de gestion effective et établira son propre budget sur la base d une contribution perçue sur l ensemble des entreprises soumises au contrôle. Cette réforme a pour objectif de faire face aux défis posés par la globalisation financière qui exigent une supervision renforcée et transversale du secteur financier ainsi que de renforcer le contrôle de la commercialisation des produits financiers. Présentation du rapport annuel de l A.C.A.M L A.C.A.M. publie son rapport relatif à l année 2008 dans lequel elle rappelle le contenu de sa mission de contrôle qu elle exerce sur les entreprises d assurance, et les intermédiaires. Elle fait ensuite le point sur les 56 sanctions qu elle a prononcées en 2008 à l encontre d entreprises d assurance, allant de l avertissement aux mesures d urgence (mise sous administration provisoire). L A.C.AM. relève qu à ce jour ses décisions n ont jamais été invalidées par le Conseil d Etat. Enfin, l A.C.A.M. rappelle que l année 2008 a été marquée par l adoption de la directive dite Solvabilité II définissant les nouvelles règles en matière de solvabilité à respecter par les entreprises d assurance et de réassurance. Elle indique que ces entreprises vont devoir se préparer à l évolution profonde de la réglementation prudentielle en assurance. Intermédiaires d assurance La nature juridique de la cession de portefeuille de contrats d assurance Cass. 1re civ., 5 février 2009, n La Cour de cassation considère qu une cession de portefeuille de contrat d assurance intervenue entre deux sociétés de courtage s analyse en une cession de contrats, c est-à-dire une cession de créances et non en une cession de clientèle. Elle est donc, contrairement à la cession de portefeuille des entreprises d assurance qui est régie par l article L du Code des assurances, soumise à l accomplissement des formalités de signification requises par l article 1690 du Code civil. Ainsi, une cession de portefeuille de contrats d assurances, à l occasion de laquelle le courtier cessionnaire n informe les compagnies d assurance cédées que par lettre recommandée, ne saurait leur être opposable.

13 Premières sanctions prononcées par l A.C.A.M. à l encontre d intermédiaires d assurance A.C.A.M., 11 février 2009, n A.C.A.M., 11 mars 2009, n En application des dispositions de l article L du Code des assurances, l A.C.A.M a, pour la première fois, le 11 février 2009, sanctionné un intermédiaire d assurance. Ainsi, elle a prononcé un avertissement, assorti d une sanction pécuniaire de , à l encontre d une société de courtage d assurance en raison de la méconnaissance de la réglementation en matière de rémunération et d immatriculation des intermédiaires d assurance et en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux. Un mois après, l A.C.A.M., a sanctionné une autre société de courtage pour avoir pratiqué l intermédiation en assurance sans être immatriculée et sans avoir souscrit d assurance de responsabilité civile professionnelle. Le courtier ayant régularisé sa situation, l autorité de contrôle a prononcé à son encontre un simple blâme assorti d une sanction pécuniaire de Mise en œuvre par l A.C.A.M. de son pouvoir de sanction des intermédiaires A.C.A.M., 30 avril 2009, n , n , n et n Dans la droite ligne des sanctions prononcées les 11 février et 11 mars 2009, l A.C.A.M. a mis à nouveau en œuvre son pouvoir disciplinaire à l égard des intermédiaires assurance. Ainsi, dans quatre décisions du 30 avril 2009, elle a prononcé une interdiction de pratiquer l activité d intermédiation pour la durée maximale de 10 ans assortie d une sanction pécuniaire de à l encontre de deux sociétés de courtage et de leurs gérants communs ceux-ci ayant méconnu les dispositions essentielles de la réglementation qui leurs sont applicables relatives à l immatriculation, à l assurance de responsabilité civile et à la garantie financière des intermédiaires d assurance. Publication d un code de conduite régissant les rapports entre les courtiers grossistes et les courtiers directs CSCA code de conduite, 14 mai 2009 La Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances a adopté le 14 mai 2009 un code de conduite régissant les relations entre les courtiers dits directs et les courtiers grossistes ayant pour objectif de définir les conditions dans lesquelles l obligation d information et de conseil par écrit doit être satisfaite vis-à-vis du client. Ce code définit également les conditions dans lesquelles le courtier direct peut distribuer le ou les produits d assurances conçus et placés auprès des organismes assureurs par le courtier grossiste. L O.R.I.A.S. présente son rapport d activité pour l année 2008 Aux termes de son rapport, l O.R.I.A.S. rappelle ses missions de tenue et de mise à jour du registre des intermédiaires d assurance, les conditions d immatriculation des intermédiaires et le fait que l inscription sur le registre doit être renouvelée tous les ans. L O.R.I.A.S. fait ensuite le bilan de son activité en indiquant que le nombre des intermédiaires en assurance immatriculés a augmenté en 2008 de 10% par rapport à 2007, les notifications d exercice en liberté d établissement ou de

14 prestation de services ont augmenté de 27 % et émanent majoritairement d opérateurs britanniques. Enfin, l O.R.I.A.S. fait état des questions qui lui ont été posées le plus fréquemment en 2008 et donne sa position les concernant. - L O.R.I.A.S. indique que le Code des assurances ne comporte aucune exception à l obligation d immatriculation au profit d associations exerçant une activité d intermédiaire. - L O.R.I.A.S. indique que si le statut de courtier auto-entrepreneur permet d être exempté des formalités d immatriculation sur registre du commerce et des sociétés, il ne dispense pas de l inscription au registre des intermédiaires. - L O.R.I.A.S. estime que l établissement de crédit inscrit dans la ou les seules catégories de mandataires d assurance ou mandataire d intermédiaire d assurance, qui est soumis à l exigence de capacité professionnelle de niveau I pour son ou ses dirigeants ainsi que pour ses responsables de bureau de production et responsables d animation de réseau de production, n est donc pas habilité, en l état du texte, à former ses collaborateurs. Risques financiers Devoir de mise en garde du banquier Cass.1ère civ., 30 avril 2009, n La banque, qui consent un prêt à un emprunteur non averti, est tenu à son égard, lors de la conclusion du contrat de prêt, d un devoir de mise en garde en considération des capacités financières de ce dernier et des risques de l endettement, devoir dont elle ne peut être dispensée par la présence au côté de l emprunteur, d une personne avertie, qu elle soit tiers ou partie. Responsabilité du dirigeant Faute séparable des fonctions Cass. com., 10 février 2009, n La Cour de cassation vient préciser le principe qu elle avait posé le 20 mai 2003, pour déterminer l existence d une faute séparable des fonctions de dirigeant. Les juges du fond doivent rechercher si les décisions litigieuses, prises par un dirigeant (en l espèce ne pas constituer de provision au bilan au titre d un litige) ne constituaient pas de la part de son auteur, même agissant dans les limites de ses attributions (la décision avait été prise par le conseil d administration et approuvée par l assemblée générale des actionnaires) des fautes intentionnelles, d une particulière gravité, incompatibles avec l exercice normal de ses fonctions sociales.

15 Responsabilité bancaire et choix d un mandat de gestion par le client Cass. com., 13 janvier 2009, n La Cour de cassation a considéré qu un client, qui avait confié à une banque deux mandats de gestion, dont l un prévoyait un objectif «dynamique où l investissement en actions peut atteindre 100% de la valeur totale du portefeuille» et l autre un objectif «toute action où l investissement en actions peut atteindre 100% de la valeur totale du portefeuille», avait fait ce choix en toute connaissance de cause et ne pouvait reprocher à la banque d avoir effectué des investissements litigieux, notamment sur le nouveau marché. Plus particulièrement, la Cour a considéré que le client avait l expérience du choix d un objectif et de la gestion sous mandat, et que les conditions générales du contrat de mandat rappelaient le caractère aléatoire des opérations boursières et leurs risques et précisait que la banque pouvait effectuer toutes négociations sur les marchés français et étrangers sans exclusion prévue quant à ces marchés.

16 Contacts Thierry Bernard Avocat associé Tél. : +33 (0) Marie-Christine Peyroux Avocat, associé Tél. : +33 (0) Aurélie Hazard Avocat Tél. : +33 (0) Anastasia Toporkova Avocat Tél. : +33 (0) Lefèvre Pelletier & associés est l un des premiers cabinets d avocats en France. Nos équipes, fortes de plus de 150 avocats, accompagnent nos clients en s appuyant sur la complémentarité de leurs compétences en toutes matières du droit des affaires.

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Assurances Assurance en général Faute intentionnelle L intention de causer le dommage tel qu il est survenu Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n 09-14884 Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n 09-10590

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Assurances Assurance en général Fausse déclaration du risque modification de l opinion de l assureur Cass. 2 ème civ., 10 novembre 2009, n 08-18185 La Cour de cassation rappelle le principe selon lequel

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 la lettre Assurances ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 SOMMAIRE Actualité législative et réglementaire p.1 Adoption du projet de loi relatif à la consommation («Loi Hamon»)

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX. (Complémentaire santé)

REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX. (Complémentaire santé) MUTUELLE SOUMISE AUX DISPOSITIONS DU LIVRE II DU CODE DE LA MUTUALITE REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX (Complémentaire santé) OPERATIONS INDIVIDUELLES (COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par la Mutuelle Familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information ASSISTANCE JURIDIQUE «VIE PRIVEE» PROTECTION JURIDIQUE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES ASSURANCE DES PERSONNES N 414 1. OBJET DU CONTRAT 3. PRISE D EFFET & DUREE 2. DECLARATIONS 4. COTISATION

CONDITIONS GENERALES ASSURANCE DES PERSONNES N 414 1. OBJET DU CONTRAT 3. PRISE D EFFET & DUREE 2. DECLARATIONS 4. COTISATION CONDITIONS GENERALES ASSURANCE DES PERSONNES N 414 Pour la lecture des présentes Conditions Générales, il est précisé que par «Code», il faut entendre «Code des Assurances». 1. OBJET DU CONTRAT Le contrat

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales Conditions Générales Assureur : AGA INTERNATIONAL Tour Gallieni II 36, avenue du Général de Gaulle 93175 Bagnolet Cedex Conditions Générales La garantie de votre contrat, est régie par le Code des assurances.

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

Les assurances de construction

Les assurances de construction Les fiches pratiques Oralia Fiche N 014 Edition Avril 2008 Les assurances de construction La garantie décennale / La dommages ouvrage Avant d aborder le contenu de ces deux garanties, il y a lieu de les

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT (ACTIVITE D INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE AGENT, COURTIER, SOUS-COURTIER) o Une copie de l arrêté

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

Livre 3 - Les entreprises...35. Livre 4 - Règles comptables applicables aux organismes d assurance...77

Livre 3 - Les entreprises...35. Livre 4 - Règles comptables applicables aux organismes d assurance...77 Livre 3 - Les entreprises...35 Titre 1 - Dispositions générales et contrôle...35 Titre 2 - Régime administratif...43 Titre 3 - Régime financier...64 Titre 4 - Dispositions transitoires...73 Livre 4 - Règles

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014. Société Assurances du Crédit mutuel

Commentaire. Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014. Société Assurances du Crédit mutuel Commentaire Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014 Société Assurances du Crédit mutuel (Contrat d assurance : conséquences, en Alsace-Moselle, de l omission ou de la déclaration inexacte de l assuré)

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients.

- Vos frais et honoraires d assistance pendant le déroulement des opérations de vérification de la comptabilité de vos clients. ALSINA PROFISC LE SOUSCRIPTEUR : L Expert comptable, la Société d Expertise comptable ou le Centre de gestion agréé qui souscrit le contrat et qui s engage pour son propre compte. L ASSURE : L Expert Comptable,

Plus en détail

MILTIS. Notice d information contractuelle. Pour sa santé, pouvoir compter sur les conseils de Professionnels du Droit, c est important!.

MILTIS. Notice d information contractuelle. Pour sa santé, pouvoir compter sur les conseils de Professionnels du Droit, c est important!. CFDP ASSURANCES INTERVIENT... 2 CFDP ASSURANCES S ENGAGE... 2 LES MONTANTS CONTRACTUELS DE PRISE EN CHARGE... 3 VOUS VOUS ENGAGEZ... 4 L APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS... 4 CFDP ASSURANCES N

Plus en détail

PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A.

PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A. Société d assurance mutuelle à cotisations fixes Entreprise régie par le code des assurances. Créée en 1931 PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A. CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Article 1 OBJET DU CONTRAT... 2

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS GÉNÉRALESDE SOUSCRIPTION EN

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales REGLEMENT MUTUALISTE Le présent règlement mutualiste est régi par le nouveau Code de la mutualité tel qu institué par l ordonnance N 2001-350 du 19/04/2001, complétée par les directives communautaires

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES INTAC

DISPOSITIONS GENERALES INTAC DISPOSITIONS GENERALES INTAC Société d Assurances Mutuelle à cotisations variables, régie par le Code des assurances - 25, rue Madrid 75008 Paris Tél. 01 45 22 85 64 Fax : 01 44 70 03 36 - Email : info@cameic.com

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Tous risques de responsabilité Experts-Comptables

Tous risques de responsabilité Experts-Comptables Tous risques de responsabilité Experts-Comptables Contrat groupe d assurance de l Ordre des Experts-Comptables BULLETIN D ADHÉSION 2009 Contrat d assurance groupe n 118269730 souscrit par le Conseil Supérieur

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE Le proposant 1. Nom de l assuré : 2. Adresse : Code postal : Ville : 3. Date de création : 4. La société a-t-elle changé de nom ou de région au cours des 6 dernières années? Oui Non Si oui, merci de préciser

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Fédération Nationale de la Mutualité Française. Assemblée générale du 6 juin 2013 MÉDIATION FÉDÉRALE

Fédération Nationale de la Mutualité Française. Assemblée générale du 6 juin 2013 MÉDIATION FÉDÉRALE Fédération Nationale de la Mutualité Française Assemblée générale du 6 juin 2013 MÉDIATION FÉDÉRALE Rapport d activité 2012 PREFACE La médiation fédérale mutualiste est devenue un mode de résolution incontournable

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES COURTIER Nom du Cabinet : Nom et prénom du représentant : E-mail : Téléphone : Adresse : N : Type de voie : Nom de la voie : Code

Plus en détail

CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d Assurances) Code des Assurances

CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d Assurances) Code des Assurances (Conférence Interafricaine des Marchés d Assurances) Code des Assurances Annexe au Traité instituant la du 10 juillet 1992 [NB - Le Code des Assurances de la est applicable dans les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Assurance Voyage Notice d Assurance

Assurance Voyage Notice d Assurance Assurance Voyage Notice d Assurance contrat n 302.867 Garanties : Annulation Interruption de séjour Mondial Assistance Leader mondial de l assistance et de l assurance voyage Assureur : ELVIA (une société

Plus en détail

Assurance de l entreprise en difficulté

Assurance de l entreprise en difficulté Assurance de l entreprise en difficulté L ASSURANCE DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTé Notre offre Elle est réservée aux : entreprises individuelles ; professions libérales. Elle permet la prise en charge des

Plus en détail

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale (à propos de Cass. 2 ème civ., 6 févr. 2014, n 13-10.540

Plus en détail

REVUE GÉNÉRALE DOSSIER COMMENTAIRES. MAl 2014 - N 5. ~éditionsl. Secretaire de rédaction Richard GHUELDRE

REVUE GÉNÉRALE DOSSIER COMMENTAIRES. MAl 2014 - N 5. ~éditionsl. Secretaire de rédaction Richard GHUELDRE MAl 2014 - N 5 REVUE GÉNÉRALE DU Secretaire de rédaction Richard GHUELDRE Directeur jéróme KULLMANN DROIT DES ASSURANCES Directeur adjoint LucMAYAUX Directeur honoraire Jean BIGOT DOSSIER ~ La proteetion

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties Chapitre 4 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties 4.1 La structure de la police Les dispositions selon le Code civil du Québec L assurance

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE Le proposant 1. Nom de l assuré : 2. Nom(s) dirigeant(s) : Adresse email : 3. Adresse : Code Orias : SIRET : Code postal : Ville : Tel : 4. Date de création : 5. La société a-t-elle changé de nom ou de

Plus en détail

La fausse déclaration de risques en assurances

La fausse déclaration de risques en assurances La fausse déclaration de risques en assurances Article juridique publié le 04/03/2014, vu 3356 fois, Auteur : Elodie Plassard S'il est un point du droit des assurances qui alimente un contentieux lourd

Plus en détail

> Assurance. Responsabilité civile. des particuliers

> Assurance. Responsabilité civile. des particuliers > Assurance Responsabilité civile des particuliers Dispositions Générales LOI INFORMATIQUE ET LIBERTÉS Dans le cadre de la conclusion et de la gestion de votre contrat d assurance, les informations vous

Plus en détail

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES»

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Ces conditions enregistrées à Bruxelles, 6 ème bureau, vol. 289, fol. 97, case 1, le 21 décembre 2007 entrent en vigueur le 21 décembre 2007.

Plus en détail

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Multirisque Notice d information 2010/2011 Le contrat multirisque a été conçu conjointement par la MAIF

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

2. Mise en œuvre de la réglementation sur la tacite reconduction

2. Mise en œuvre de la réglementation sur la tacite reconduction 2. Mise en œuvre de la réglementation sur la tacite reconduction À la suite des auditions et des réponses écrites au questionnaire, il s avère qu en pratique, la loi «Chatel» suscite peu de difficultés

Plus en détail

LOI N 1/ DU / / 2014 PORTANT CODE DES ASSURANCES AU BURUNDI LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LOI N 1/ DU / / 2014 PORTANT CODE DES ASSURANCES AU BURUNDI LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, LOI N 1/ DU / / 2014 PORTANT CODE DES ASSURANCES AU BURUNDI LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution de la République du Burundi ; Vu le Code civil burundais, Livre III; Vu la loi n 1/010 du 16

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE Compte N I. IDENDIFICATION _Personne Physique _Personne Morale TITULAIRE CO- TITULAIRE M. Mme Mlle M. Mme Mlle Nom : Nom : Prénoms : Prénoms : Nom de jeune Fille : Nom

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE CHIEN

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE CHIEN ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE CHIEN Convention Spéciale Référence : RCA-A/15 Février 2015 ANIMSUR 109/111 avenue Aristide Briand 92120 MONTROUGE 09.70.100.100 immatriculée à l ORIAS sous le n 14 003

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE DES GARANTIES INDIVIDUELLES

RÈGLEMENT MUTUALISTE DES GARANTIES INDIVIDUELLES RÈGLEMENT MUTUALISTE DES GARANTIES INDIVIDUELLES TITRE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES 2 Article 1 OBJET 2 Article 2 MODIFICATION DU RÈGLEMENT MUTUALISTE : INFORMATION DES ADHÉRENTS 2 Article 3 ADHÉSION 2 3.1

Plus en détail

CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a.

CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a. CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a. ENTRE : IBS Europe s.a., ayant son siège social au N 68 de la Route de Luxembourg à L-4972 Dippach, au Grand Duché de Luxembourg, ci-après désigné

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

LE Dossier Livraison dans les EHPAD et assurances : Une prudence nécessaire

LE Dossier Livraison dans les EHPAD et assurances : Une prudence nécessaire N 1 Juin 2015 LE Dossier Livraison dans les EHPAD et assurances : Une prudence nécessaire www.clcassurances.com Tel : 05 56 87 72 00 SOMMAIRE 4 PREPARATION DES DOSES A ADMINISTRER la prudence S IMPOSE

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

IDENTITÉ DU PROPOSANT (personne morale ou physique)

IDENTITÉ DU PROPOSANT (personne morale ou physique) V 10.2014 BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE ORIA FINANCE & PATRIMOINE Le présent bulletin complété, daté et signé, accompagné du règlement de la prime correspondant est à adresser dans les

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail