ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS"

Transcription

1 Assurances Assurance en général Fausse déclaration du risque modification de l opinion de l assureur Cass. 2 ème civ., 10 novembre 2009, n La Cour de cassation rappelle le principe selon lequel la fausse déclaration intentionnelle de l assuré, au sens de l article L du Code des assurances n emporte la nullité du contrat d assurance que si elle change l objet du risque ou en modifie l opinion pour l assureur. En l espèce, la Cour de cassation approuve les juges du fond ayant estimé que le défaut d indication par l assuré du nombre et de la durée de ses arrêts de travail, lors de la souscription d une assurance de groupe en garantie de remboursement du prêt, était de nature à modifier l appréciation du risque que l assureur devait garantir. Fausse déclaration du risque l intention de tromper doit être caractérisée Cass. 2 ème civ., 17décembre 2009, n La Cour de cassation rappelle, au visa de l article L du Code des assurances, l exigence de la démonstration de la mauvaise foi «dans l intention de tromper l assureur sur la nature du risque» lorsque l assureur entend se prévaloir de la nullité du contrat d assurance. En l espèce, dans le cadre de son adhésion à une assurance de groupe en garantie de remboursement du prêt, l assuré a omis de signaler certains antécédents médicaux dans le questionnaire de santé qui lui a été soumis. La Cour d appel de Limoges, ayant omis de constater la mauvaise foi de l assuré, encourt la censure de la haute juridiction. Voir dans le même sens, les arrêts récents suivants : Cass. 2 ème civ., 4 février 2009, n et Cass. 2 ème civ., 10 décembre 2009, n Faute intentionnelle La volonté de causer le dommage tel qu il est survenu Cass. 2 ème civ., 18 février 2010, n Cass. 2 ème civ., 25 février 2010, n ère espèce : Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation rappelle le principe selon lequel la faute intentionnelle excluant la garantie de l assureur implique à la fois un comportement volontaire, source du dommage, et la volonté de provoquer le dommage tel qu il est survenu. En l espèce, M. X. a été blessée au poignet au cours d une soirée alcoolisée par M. Y. Les juges de fond ont estimé que M.Y. a volontairement poussé la victime, en raison de l insulte proférée à son encontre par M. X., et a ainsi provoqué le dommage. La Cour d appel de Paris encourt la censure de la Cour de cassation pour n avoir pas caractérisé que M. Y. avait l intention d occasionner à M. X. le préjudice tel qu il s est réellement produit. 1

2 2 ème espèce : Les juges du fond ont jugé que l assureur a pu valablement refuser sa garantie en invoquant le caractère volontaire du sinistre de Mme X., propriétaire d un immeuble qui a été partiellement détruit par un incendie, aux motifs que celle-ci avait elle-même provoqué l incendie ayant voulu mettre fin à ses jours. La Cour de cassation approuve ainsi la Cour d appel de Limoges d avoir caractérisé la volonté de commettre le dommage tel qu il s était réalisé constitutif d une faute intentionnelle exclusive de la garantie de l assureur au titre de la police incendie. Aggravation du risque - L assureur ne peut pas se prévaloir de l aggravation du risque après en avoir été informé de quelque manière que ce soit Cass. 2 ème civ., 10 novembre 2009, n Au visa des articles L et L du Code des assurances, la Cour de cassation affirme que l assureur ne peut pas se prévaloir de l aggravation du risque après en avoir été informé de quelque manière que ce soit. En l espèce, l assuré déclare 10 salariés dans la proposition d assurance, alors que le nombre de salariés employés par la société était de 16. Dans un document intitulé «étude personnalisée», l assureur a communiqué à son assuré le montant de la cotisation annuelle exigible au titre de l assurance responsabilité civile professionnelle pour un effectif de 16 salariés. La Cour de cassation censure les juges du fond et affirme que l assureur a manifesté son consentement au maintien de l assurance et qu il ne pouvait donc pas invoquer le bénéfice des dispositions de l article L du Code des assurances pour refuser sa garantie. Prescription L action formée par l assuré contre son assureur ayant pour cause le recours d un tiers contre l assuré auteur du dommage ne se prescrit qu à compter du jour de l action en justice formée contre l assuré Cass. com., 2 mars 2010, n En vertu de l article L et l article R , paragraphe 4 du Code des assurances, en matière d assurance de responsabilité, hormis le cas où le tiers a été indemnisé par l assuré, l action formée par celui-ci contre son assureur, dans le but d obtenir la garantie des conséquences du fait dommageable, a pour cause le recours d un tiers et, en conséquence, ne se prescrit qu à compter du jour de l action en justice formée contre l assuré. En l espèce, une cargaison avait été détournée par des employés d un assuré agent maritime. L arrêt de la cour d appel encourt la censure de la Cour de cassation pour avoir retenu le jour du détournement comme point de départ de la prescription biennale. Selon la Cour de cassation, il fallait retenir le jour de l action en justice exercée contre l assuré. Prescription La renonciation à la prescription peut être expresse ou tacite, la renonciation tacite résultant d un fait qui suppose l abandon du droit acquis Cass. 3 ème civ., 15 décembre 2009, n Cass. 3 ème civ., 1 er décembre 2009, n ère espèce : un assureur désigne un expert pour assister son assuré durant les opérations d expertise, après avoir fait toutes réserves de garantie et exprimé son refus de défendre l assuré au référé puis au fond. La Cour de cassation approuve les juges fond d avoir retenu que lassureur avait ainsi exprimé une absence de renonciation à se prévaloir de la prescription. 2

3 2 ème espèce : pour rejeter la fin de non-recevoir tirée de la prescription soulevée par l assureur, une cour d appel retient que l assureur avait tacitement renoncé à s en prévaloir dès lors qu il avait participé sans réserve aux opérations d expertise judiciaire. La décision encourt la censure de la Cour de cassation qui rappelle que toutes actions dérivant d un contrat d assurance sont prescrites par deux ans à compter de l événement qui y donne naissance. La haute juridiction ajoute que la renonciation à la prescription est expresse ou tacite et que la renonciation tacite résulte d un fait qui suppose l abandon du droit acquis. Dès lors, la Cour de cassation considère que le fait de participer à une mesure d instruction ordonnée en référé et d assigner d autres constructeurs à seule fin de leur rendre opposables les opérations d expertise n implique pas, à lui seul, la volonté non équivoque de renoncer à une forclusion, invoquée ensuite, dès le début de la procédure devant la juridiction du fond. Prescription Toute désignation d expert à la suite d un sinistre interrompt la prescription pour tous les chefs de préjudice qui en sont résultés alors même que l expertise ne porterait que sur certains d entre eux. Cass. 2 ème civ., 22 octobre 2009, n En l espèce, un cyclone endommage l appartement d un assuré. Une ordonnance de référé du 13 avril 2000 condamne l assureur à payer une provision et ordonne une expertise judiciaire. Le 23 septembre 2003, l assuré forme une demande d indemnisation relative à des pertes d exploitation. Les juges du fond estiment que cette demande intervient plus de deux ans après le fait dommageable et la rejettent sur le fondement de l article L du Code des assurances. L arrêt de la Cour d appel de Basse-Terre encourt la censure de la Cour de cassation aux motifs que l effet interruptif de la prescription, résultant de la désignation d un expert par l ordonnance de référé du 13 avril 2000, s était prolongé jusqu à l arrêt du 9 septembre 2002 statuant sur l appel interjeté contre cette ordonnance. La prescription biennale a donc recommencé à courir à compter de cette date. Voir dans le même sens : Cass. 2 ème civ., 22 octobre 2009, n La Cour de cassation a affirmé que toute décision judiciaire apportant une modification quelconque à une mission d expertise, ordonnée par une précédente décision, a un effet interruptif de prescription à l égard de toutes les parties et pour tous les chefs de préjudice procédant du sinistre en litige. Prescription Une assignation en référé en vue de la nomination d un expert constitue une action en justice. Cass. 2 ème civ., 3 septembre 2009, n Au visa de l article L alinéa 3 du Code des assurances, la Cour de cassation réaffirme qu une assignation en référé en vue de la nomination d un expert constitue une action en justice. Lorsque l action de l assuré contre l assureur a pour cause le recours d un tiers, le délai de la prescription biennale ne court que du jour où ce tiers a exercé une action en justice contre l assuré. En l espèce, une personne atteinte du virus de l hépatite C, après avoir reçu des transfusions de produits sanguins, a saisi le 8 octobre 2001 le juge des référés d une demande d expertise médicale. L Etablissement français du sang intervenant volontaire à l instance, a obtenu, par ordonnance de référé du 20 décembre 2001, que l expertise soit déclarée commune à son assureur. Le 31 mars 2005, l Etablissement français du sang a assigné son assureur en intervention. Les juges du fond ont déclaré l action de l établissement contre son assureur prescrite, étant intervenue plus de deux ans après cette ordonnance de référé du 20 décembre 2001 ayant interrompu la prescription biennale. 3

4 Voir dans le même sens : Cass. 2 ème civ., 8 septembre 2009, n Une assignation en référé qui tend à rendre commune une expertise ordonnée par une précédente décision, constitue une citation en justice interrompant la prescription au profit de l assureur. Prescription L assureur est tenu de rappeler dans le contrat d assurance les causes d interruption de la prescription biennale Cass. 2 ème civ., 3 septembre 2009, n La Cour de cassation affirme que l assureur est tenu de rappeler dans le contrat d assurance le délai de prescription édicté par l article L du Code des assurances ainsi que les causes d interruption de la prescription biennale prévues à l article L du même code. En l absence de cette mention, l assureur ne pourra pas se prévaloir de la prescription biennale. Prescription La direction du procès par l assureur, dans une instance opposant l assuré à la victime du dommage, suspend tant que dure cette direction, le cours de la prescription Cass. 2 ème civ., 17 décembre 2009, n En l espèce, les juges du fond ont jugé que l assureur, en assurant la défense de son assuré tout au long des opérations d expertise ainsi qu en première instance, a reconnu devoir sa garantie à son assuré, et ne peut plus lui opposer la prescription de l article L du Code des assurances. Cette décision encourt la censure de la Cour de cassation qui affirme que le fait par l assureur d user du droit que lui confère l assuré dans le contrat d assurance de diriger le procès intenté à celui-ci par la victime suspend, tant que dure cette direction, le cours de la prescription. Prime Suspension de la garantie Cass. 2 ème civ., 18 février 2010, n La Cour de cassation valide la solution retenue par une cour d appel, fondée sur l article L du Code des assurances, qui décide que l assureur a pu valablement refuser sa garantie, dans la mesure où la présomption d assurance résultant de l envoi d une attestation d assurance est «détruite» par la suspension de la garantie intervenue 30 jours après l envoi, resté sans effet, d une mise en demeure d avoir à régler la prime. Défaut de paiement de prime assuré en liquidation judiciaire Cass. com., 17 novembre 2009, n En se référant à l article L du Code de commerce, selon lequel le jugement ouvrant la procédure collective emporte de plein droit interdiction de payer toute créance née antérieurement à celui-ci, la Cour de cassation confirme l arrêt d une cour d appel qui a retenu que la mise en demeure adressée par un assureur postérieurement au jugement ayant prononcé la liquidation judiciaire de l assuré, pour le paiement des primes échues antérieurement à ce jugement, est sans effet sur la résiliation du contrat d assurance. 4

5 Mise en œuvre de l action répétition de l indu application en droit des assurances Cass. 1 ère civ., 17 février 2010, n Au visa de l article 1377 du Code civil, la Cour de cassation fait application du principe selon lequel l absence de faute de celui qui a payé ne constitue pas une condition de mise en œuvre de l action en répétition de l indu, sauf à déduire, le cas échéant, de la somme répétée, les dommages et intérêts destinés à réparer le préjudice résultant pour l accipiens de la faute commise par le solvens. Ainsi, en l espèce, la Cour de cassation censure l arrêt d une cour d appel qui avait jugé qu une épouse divorcée qui, par «négligence certaine», avait continué de payer les primes afférentes à un contrat d assurance épargne, croyant être bénéficiaire de ce contrat en dépit de la séparation du couple, était privée de tout droit à répétition. Subrogation Les conditions du recours de l assureur subrogé Cass. 2 ème civ., 4 février 2010, n La Cour de cassation rappelle, au visa de l article L du Code des assurances, que l assureur qui a payé l indemnité d assurance est subrogé de plein droit, à concurrence du montant de cette indemnité, dans les droit et action de l assuré et est recevable à exercer seul le recours subrogatoire contre le tiers responsable hors la présence de son assuré. Subrogation Paiement de l indemnité d assurance et prescription de l action de l assuré contre l assureur Cass. com., 26 janvier 2010, n La Cour de cassation casse l arrêt d une cour d appel qui a décidé que le paiement de l indemnité par l assureur étant intervenu alors que l action de l assuré à son encontre était prescrite, celui-ci n était pas obligé de payer l assuré, de telle sorte qu il ne peut être subrogé légalement dans les droits de ce dernier. Subrogation Mécanisme Cass. com., 1 er décembre 2009, n La Cour de cassation rappelle que l assuré, qui a été indemnisé, n a plus qualité pour agir contre le débiteur et ne peut, sauf convention expresse ou tacite l y habilitant, agir en justice dans l intérêt de l assureur, subrogé dans ses droits. Subrogation Preuve du paiement de l indemnité par l assureur Cass. 2 ème civ., 14 janvier 2010, n En présence de deux sinistres, l assureur ne justifiant pas avoir payé l indemnité correspondant à l un ou l autre des sinistres, ne peut être valablement subrogé dans les droits de la victime assurée. En l espèce, une société, au cours d opérations de dragage, avait endommagé des ouvrages portuaires et, quelque mois plus tard, une barge lui appartenant a heurté l extrémité d un ponton. L assureur du port, victime des dommages, indemnise son assuré et se retourne contre le responsable. La Cour d appel, suivie par le Cour de cassation, relève que la quittance subrogative ne précisant pas la répartition des indemnités versées et surtout ne se référant pas au second sinistre, l assureur ne pouvait se prévaloir à l égard de la société responsable d une quittance subrogative valable pour le second sinistre de telle sorte qu il n avait pas la qualité de subrogé dans les droits de son assuré. 5

6 Assurance de responsabilité civile Elément constituant la réclamation Cass. 2 ème civ., 10 novembre 2009, n La Cour de cassation rappelle, qu en application de l article L du Code des assurances, l assignation en référé délivrée à l assuré par le tiers lésé, en vue de la désignation d un expert aux fins de constater et d évaluer le dommage, constitue la réclamation à laquelle est subordonnée la garantie de l assureur. Obligation d assurance du locataire en meublé Cass. 3 ème civ., 20 janvier 2010, n La Cour de cassation considère qu a légalement justifié sa décision la cour d appel qui retient que l obligation pour le locataire d un meublé de s assurer contre les risques dont il doit répondre est, sauf stipulation contractuelle contraire, est «facultative». Il est à noter que si une telle obligation d assurance n est pas prévue pour les locations meublées dont le régime juridique est posé par les articles L et suivants du Code de la construction et de l habitation, l article 7 g) de la loi n du 6 juillet 1989 impose au locataire d un local d habitation ou mixte de s assurer contre les risques dont il doit répondre en sa qualité et d en justifier lors de la remise des clés puis, chaque année, à la demande du bailleur. Opposabilité de l expertise judicaire à l assureur Cass. 2 ème civ., 19 novembre 2009, n La Cour de cassation, par un attendu de principe, a décidé que l assureur qui, en connaissance des résultats de l expertise, dont le but est d établir la réalité et l étendue de la responsabilité de son assuré qu il garantit, a eu la possibilité d en discuter les conclusions, ne peut, sauf s il y a eu fraude à son encontre, soutenir qu elle lui est inopposable. Prise de direction du procès Renonciation aux exceptions Cass. 2 ème civ., 19 novembre 2009, n Au visa de l article L du Code des assurances selon lequel «l assureur qui prend la direction d un procès intenté à l assuré est censé aussi renoncer à toutes les exceptions dont il avait connaissance lorsqu il a pris la direction du procès», la Cour de cassation rappelle que les exceptions visées par ce texte, en ce qu elles se rapportent aux garanties souscrites, ne concernent ni la nature des risques garantis ni le montant de cette garantie. En conséquence, doit être cassé l arrêt de la cour d appel qui condamne un assureur à indemniser les victimes d un accident de la circulation, alors que cet assureur se prévalait d une exclusion de garantie relative aux accidents de la circulation, exception qui concerne la nature du risque garantie. 6

7 Clause d exclusion La loi étrangère applicable au contrat d assurance ne peut pas faire obstacle aux dispositions d ordre public de l art. L du Code des assurances selon lesquelles les exclusions doivent être formelles et limitées. Cass. 2 ème civ., 8 octobre 2009, n Une société «A» a fait réaliser par une société «B» des travaux d isolation comportant la réalisation de plafonds suspendus, mis en place grâce à des chapes d accrochage fabriquées par une société belge «C». Une partie du fauxplafond s est effondrée. La société «A» et son assureur dommage-ouvrage, qui l avait indemnisée, ont assigné devant le tribunal de commerce la société «B» en indemnisation de leurs préjudices. Cette dernière a assigné en garantie la société «C» et l assureur belge de cette dernière. L assureur refuse sa garantie en invoquant une exclusion. L assureur est condamné, cette exclusion étant jugé ni formelle, ni limitée au sens du droit français des assurances. L assureur forme un pourvoi en alléguant l inapplicabilité du droit français à un contrat d assurance souscrit en Belgique, par une société de droit belge, auprès d un assureur belge. Les juges du fond considèrent que la loi étrangère applicable à la police ne peut pas faire obstacle aux dispositions d ordre public de la loi française, à savoir celles de l article L du Code des assurances, ce qui est approuvé par la Cour de cassation. Clause d exclusion Caractère formel et limité Cass. 2 ème civ., 8 octobre 2009, n Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation rappelle qu une clause d exclusion ne peut être formelle et limitée dès lors qu elle doit être interprétée. En l espèce, il a été jugé que la clause d exclusion d un contrat d assurance risque incendie, libellée comme suit, «sont toujours exclus les dommages qui résultent, sauf cas de force majeure de l insuffisance, soit d une réparation soit d une modification indispensable, notamment à la suite d une précédente manifestation d un dommage, des locaux ou des installations dont l assuré est propriétaire ou occupant, plus généralement des biens assurés.» nécessitait une interprétation de telle sorte qu elle n était ni formelle ni limitée. Clause abusive Compromis d arbitrage Cass. 1 ère civ., 25 février 2010, n La Cour de cassation a estimé, dans cet arrêt destiné à un large publication, que le compromis d arbitrage signé, hors toute clause compromissoire insérée dans la police d assurance entre l assureur et l assuré après la naissance du litige, ne constitue pas une clause figurant dans un contrat conclu entre un professionnel et un non professionnel ou un consommateur et n est donc pas susceptible de présenter un caractère abusif au sens de l article L du Code de la consommation. On peut considérer que la solution aurait été différente si une clause compromissoire avait été insérée dans le contrat d assurance. 7

8 Clauses abusives et franchise Avis de la commission des clauses abusives n du 3 décembre 2009 Saisie pour avis sur une clause portant sur la franchise et l objet principal du contrat, la Commission des clauses abusives considère, qu en application de l alinéa 7 de l article L du Code de la consommation, selon lequel «l appréciation du caractère abusif des clauses ( ) ne porte ni sur la définition de l objet principal du contrat ni sur l adéquation du prix ou de la rémunération au bien vendu ou au service offert pour autant que les clauses soient rédigées de façon claire et compréhensible.», elle n est pas en mesure d en apprécier le caractère éventuellement abusif. De fait, au vu de cet avis, de telles clauses ne pourront jamais être qualifiées d abusives. Assurance vie Remise d une note d information distincte des conditions générale (rappel) Cass. 2 ème civ., 2 mars 2010, n Par cet arrêt, la Cour de cassation rappelle le principe constant, posé dans ses arrêts du 7 mars 2006, selon lequel l entreprise d assurance ou de capitalisation doit remettre la proposition d assurance ou de contrat qui doit comprendre un projet de lettre destiné à faciliter l exercice de la faculté de renonciation et, en outre, contre récépissé, une note d information sur les dispositions essentielles du contrat. En outre, le défaut de remise de ces documents et informations entraîne de plein droit la prorogation du délai de renonciation jusqu au trentième jour suivant la date de remise effective de ceux-ci. Enfin, la note d information est un document distinct des conditions générales et particulières du contrat, dont il résume les dispositions essentielles, et le défaut de remise de ce document ne peut être suppléé par la remise des conditions générales et particulières du contrat. Ainsi, au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation casse l arrêt d une Cour d appel, qui retient qu un assureur a correctement accompli son obligation d information, en relevant que la faculté de renonciation à l assurance vie est explicitement mentionnée dans la demande d adhésion signée par les souscripteurs. Obligation d information sur la sanction du défaut de remise de la note d information distincte (non) Cass. 2 ème civ., 8 octobre 2009, n Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation précise que si l assureur a l obligation de remettre au souscripteur d un contrat d assurance vie une note d information distincte des conditions générales et particulières précisant notamment les conditions d exercice de la faculté de renonciation, aucune disposition légale ou réglementaire ne lui impose d informer l assuré que le défaut de remise d un tel document a pour effet de proroger le délai d exercice de cette faculté. 8

9 Défaut de remise du projet de lettre destiné à faciliter l exercice de la faculté de renonciation Cass. 2 ème civ., 25 février 2010, n Au visa de l article L du Code des assurances, la Cour de cassation rappelle que la proposition d assurance ou de contrat doit comprendre un projet de lettre destiné à faciliter l exercice de la faculté de renonciation. Ainsi la Cour d appel, qui constate l absence de communication d un projet de lettre de renonciation dans la proposition d assurance elle-même, en a exactement déduit que le souscripteur, qui n avait pas reçu une information conforme au texte susvisé, avait valablement exercé sa faculté de renonciation. Exécution du contrat postérieurement à l exercice de la faculté de renonciation Cass. 2 ème civ., 22 octobre 2009, n et 14 janvier 2010, n Cass. 2 ème civ., 4 février 2010, n et n ère espèce - Rachat total : La Cour de cassation précise pour la première fois dans cet arrêt que la demande de rachat total d un contrat d assurance sur la vie met fin au contrat et prive de tout effet la faculté de renonciation exercée antérieurement. Cette solution du 22 octobre 2009 est confirmée par un arrêt du 14 janvier ème espèce - Nantissement : Dans le même ordre d idée, la Cour de cassation a jugé le 4 février 2010, que si seules avaient été remises à l assuré les «dispositions générales valant note d information» et non une notice distincte décrivant les dispositions essentielles du contrat, l assuré s était incontestablement placé dans la situation d exécution du contrat en le gageant au profit d une banque et avait ainsi renoncé de façon, certes implicite, mais cependant non ambiguë et non équivoque, à la faculté de renonciation antérieurement exercée. Erreur de choix de placement Erreur sur la substance (non) Cass. 2 ème civ., 8 octobre 2009, n Par cet arrêt, la Cour de cassation rappelle qu une erreur de choix de placements d un contrat d assurance vie ne constitue pas une erreur sur la substance du contrat pouvant vicier le consentement du souscripteur, de telle sorte que la demande d annulation de l assuré ne pouvait être accueillie. En revanche, la Haute juridiction casse, au visa des articles 1382 du Code civil et L du Code des assurances, l arrêt de la cour d appel ayant débouté l assuré de sa demande de dommages et intérêts en raison du manquement de l assureur à son obligation précontractuelle d information en décidant que les juges du fond auraient dû rechercher si le manquement allégué n était pas de nature à engager la responsabilité de l assureur. Qualification d un contrat d assurance sur la vie Existence d un aléa Cass. 2 ème civ., 22 octobre 2009, n La Cour de cassation valide la solution retenue par une cour d appel qui constate que la souscriptrice étant décédée neuf ans après l ouverture de deux contrats et huit ans après le troisième, rien n excluait qu elle ait envisagé, en cas de besoin, de bénéficier de leurs montants à titre de complément de retraite et qu en tout état de cause, rien ne prouve qu elle n aurait pas pu le faire dans la mesure où elle n en n avait pas révélé la teneur au bénéficiaire. 9

10 La Cour en déduit l existence d un aléa lors de la désignation du bénéficiaire et l absence de volonté actuelle et irrévocable de se dépouiller. Par ailleurs, la Cour de cassation rappelle que le contrat dont les effets dépendent de la durée de la vie humaine comporte un aléa et constitue un contrat d assurance vie dès lors que le contrat prévoyait la possibilité d un rachat et d un versement du bénéficiaire en cas de décès, que la date du versement par l assureur était incertaine et que le montant de ce qu il devait était inconnu à l origine et pouvait bénéficier soit au souscripteur soit au bénéficiaire. Transmission du bénéfice du contrat d assurance vie aux héritiers du bénéficiaire décédé / Caractère manifestement exagéré des primes Cass. 2 ème civ., 17 septembre 2009, n La Cour de cassation rappelle principe selon lequel le bénéfice d une stipulation pour autrui est transmis aux héritiers du bénéficiaire désigné lorsque celui-ci vient à décéder après le stipulant, sauf manifestation contraire de volonté de ce dernier. Ainsi, la cour d appel qui a constaté que l assuré n avait ni choisi de bénéficiaires en sous ordre, ni réservé les droits de ses héritiers, en a exactement déduit que l héritière de la bénéficiaire désignée était bénéficiaire des contrats d assurance vie souscrit par l assuré. Par ailleurs, au visa de l article L du Code des assurances selon lequel les règles du rapport à succession et celles de la réduction pour atteinte à la réserve des héritiers ne s appliquent pas aux sommes versées par le contractant au titre des primes, à moins que celles-ci n aient été manifestement exagérées eu égard à ses facultés, la Cour de cassation rappelle que le caractère manifestement exagéré des primes s apprécie au moment du versement, au regard de l âge ainsi que des situations patrimoniales et familiales du souscripteur et de l utilité du contrat pour ce dernier. Assurance groupe Assurance emprunteur : Découplage entre l offre de crédit immobilier et l offre d assurance Avis n 09-A-49 du 7 octobre 2009 de l Autorité de concurrence Saisie par l UFC Que choisir, l Autorité de la concurrence a rendu un avis favorable à la modification des articles L et L du Code de la consommation qui autorisent au prêteur à imposer l adhésion de l emprunteur au contrat d assurance groupe qu il a souscrit. Cet avis s inscrit dans le droit ligne de l article 17 du projet de loi portant réforme du crédit à la consommation consacrant le découplage en l offre de crédit et l offre d assurance emprunteur. Toutefois l Autorité de la concurrence préconise, afin que cette modification ait de réels effets, la mise en place de mesures complémentaires et propose, à cet égard, de renforcer l information des emprunteurs en imposant aux établissement de crédit de mettre à disposition des futures emprunteurs une fiche d information standardisée sur l assurance emprunteur et d encadrer la possibilité pour l établissement de crédit de refuser un contrat d assurance individuel pour défaut de garanties équivalentes. 10

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Assurances Assurance en général Faute intentionnelle L intention de causer le dommage tel qu il est survenu Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n 09-14884 Cass. 2 ème civ., 1 er juillet 2010, n 09-10590

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous propose un panorama de l actualité juridique de la première moitié de l année 2009 et vous souhaite une agréable lecture de cette quatrième

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 -

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Direction des Partenariats Politiques NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien

Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Assurance responsabilité civile Du fait d un chien de catégorie 1 ou d un chien de catégorie 2 ou de tout autre chien Convention Spéciale Référence : CDA05022013P0521 LEXIQUE Tous les termes portant un

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 février 2010 N de pourvoi: 09-11464 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Conditions Générales Responsabilité des Dirigeants Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Mars 2012 SOMMAIRE sommaire section page contenu Responsabilité des

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE 1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Complémentaire 2 ème LIGNE souscrite par le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice CONDITIONS

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par la Mutuelle Familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information ASSISTANCE JURIDIQUE «VIE PRIVEE» PROTECTION JURIDIQUE

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX. (Complémentaire santé)

REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX. (Complémentaire santé) MUTUELLE SOUMISE AUX DISPOSITIONS DU LIVRE II DU CODE DE LA MUTUALITE REGLEMENT MUTUALISTE DU REGIME FRAIS MEDICAUX ET CHIRURGICAUX (Complémentaire santé) OPERATIONS INDIVIDUELLES (COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Plus en détail

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014

ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 la lettre Assurances ASSURANCES, RISQUES INDUSTRIELS & TRANSPORTS FRANCE FEVRIER 2014 SOMMAIRE Actualité législative et réglementaire p.1 Adoption du projet de loi relatif à la consommation («Loi Hamon»)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : LOIS LOI n o 2007-1775 du 17 décembre 2007 permettant la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance sur la vie non réclamés et garantissant les droits des assurés (1) NOR : ECEX0710947L L Assemblée

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10091 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Ricard, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s)

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs.

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. 5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. Art. 1er. Aux termes de la présente loi, on entend par: 1. Véhicule

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o U 13-23.506 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A.

CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A. CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A. ARTICLE 1 : DEFINITIONS ASSURANCE DECES / INCAPACITE DE TRAVAIL A. Assuré : Tout emprunteur ou

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT (ACTIVITE D INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE AGENT, COURTIER, SOUS-COURTIER) o Une copie de l arrêté

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES MÉDICO-TECHNIQUES GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE CONDITIONS GÉNÉRALES N 2926 Incapacité temporaire de travail Sommaire ARTICLE 1 Objet du contrat 4 ARTICLE 2 Souscription

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

FISCADAS. Protection Fiscale et URSSAF. CONDITIONS GÉNÉRALES n 10 K. Assureur Conseil

FISCADAS. Protection Fiscale et URSSAF. CONDITIONS GÉNÉRALES n 10 K. Assureur Conseil Assureur Conseil L'Assurance Financière 2-6 avenue Henri Barbusse 93000 Bobigny Tel : 01 48 91 95 85 - Fax : 01 48 43 46 89 Code : 9034550 FISCADAS Protection Fiscale et URSSAF CONDITIONS GÉNÉRALES n 10

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13951 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Bouthors, SCP Baraduc et Duhamel, avocat(s)

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Protection Juridique. Auto. Protexia. Réf - 777016

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Protection Juridique. Auto. Protexia. Réf - 777016 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Protection Juridique Auto Protexia Réf - 77701 La gestion de cette garantie est confiée à : PROTEXIA France, Entreprise régie par le code des assurances, Siège social : 9, boulevard

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrénois et Lévis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 juillet 2013 N de pourvoi: 12-20242 ECLI:FR:CCASS:2013:C201149 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 TABLE DES MATIERES 1. Aperçu des prestations assurées 3 2. Personnes assurées 3 3. Prise d effet et validité de l assurance 3 4. Objets assurés 3 5. Objets

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE TITRE I GENERALITES TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE

REGLEMENT MUTUALISTE TITRE I GENERALITES TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE REGLEMENT MUTUALISTE SOMMAIRE TITRE I GENERALITES Article 1 - Objet Article 2 - Entrée en vigueur Article 3 - Révisions TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE Article 4 - Membres participants

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service.

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Informations relatives à Fortis AG Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Fortis AG est soumise

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus»

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus» CONDITIONs GéNéRALEs Protection juridique «PLUS» Protection Juridique «Plus» Table des matières Article 1 : Dispositions préliminaires 5 Article 2 : Définitions 5 Article 3 : étendue territoriale de l'assurance

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par l Union Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles Cogérées auprès de Matmut Protection Juridique NOTICE D INFORMATION UMC JURIS Ayant

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS. Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013

AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS. Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013 PROTECTION JURIDIQUE PARTICULIERS AUTO LA PARISIENNE ASSURANCES Réf. : PJ/AUT/LPA 03-2013 PROTEGYS Courtage Document non contractuel Date : 20/06/2014 PROTEGYS Courtage vous accompagne avec plus de services

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Multirisque Notice d information 2010/2011 Le contrat multirisque a été conçu conjointement par la MAIF

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail