SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION"

Transcription

1 37 e session, Paris C 37 C/38 5 novembre 2013 Original anglais Point 12.4 de l ordre du jour provisoire SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION Contexte : Conformément à la résolution 36 C/99, la Directrice générale rend compte des prestations du cabinet de consultants indépendant spécialisé dans l assurance-maladie concernant l évaluation annuelle des recettes par rapport aux dépenses. La Directrice générale rend également compte des discussions qui ont porté sur la nouvelle structure de gouvernance, ainsi que du processus d amendement du Règlement de la Caisse d'assurance-maladie (CAM). Objet : La Conférence générale est informée des discussions qui ont porté sur la structure de gouvernance de la CAM et est invitée à prendre une décision au sujet des difficultés de financement, notamment de la formule de partage des coûts et des engagements au titre de l assurance-maladie après la cessation de service, ainsi qu à fournir toute recommandation jugée nécessaire. Décision requise : Paragraphe 22.

2 37 C/38 Introduction 1. La Caisse d assurance-maladie (CAM) de l UNESCO, créée par la Conférence générale à sa 3 e session en 1948, est un système d assurance-maladie que le Directeur général se doit d'assurer au bénéfice du personnel aux termes de l'article 6.2 du Statut du personnel. Le rôle essentiel de la Caisse est de fournir à ses participants les prestations d assurance-maladie et de leur donner ainsi les moyens de conserver ou recouvrer une bonne santé. Contrairement aux autres conditions d emploi relevant de la fonction publique internationale (traitements, allocations, indemnités et pensions), la réglementation ne prévoit pas, au sein du système des Nations Unies, de régime commun en matière d assurance-maladie. C est ainsi que la Caisse d assurance-maladie, créée aux origines de l Organisation pour répondre aux besoins du personnel de l UNESCO, est un régime autofinancé dont les avoirs sont entièrement alimentés par les cotisations versées à parts égales par les participants et par l Organisation. Gouvernance de la Caisse d assurance-maladie 2. Conformément à la résolution 36 C/99 de la Conférence générale, la Directrice générale a été invitée à réexaminer la gouvernance de la Caisse, en tenant compte des recommandations formulées par le cabinet de consultants extérieurs, en particulier concernant la nécessité de renforcer son expertise et son indépendance. Dans la résolution susmentionnée, la Conférence générale demandait que le Règlement de la CAM soit amendé en conséquence et invitait la Directrice générale à faire rapport sur cette question au Conseil exécutif à sa 190 e session. 3. Dans sa décision 190 EX/32, le Conseil exécutif examinait les principes recommandés par le consultant extérieur pour une nouvelle structure de gouvernance de la CAM et recommandait que la Directrice générale examine la nouvelle structure de gouvernance proposée en vue d une modification du Règlement de la CAM conformément aux procédures énoncées dans ce Règlement. 4. Pour renforcer sa viabilité financière et l efficacité de sa structure de gouvernance, la CAM doit mettre en place un cadre de gouvernance indépendant et objectif qui fasse des recommandations sur la base des bonnes pratiques et de l expertise en matière de santé. À cette fin, l UNESCO a engagé le cabinet de consultants Deloitte pour qu il conseille la Directrice générale sur la conception et la stratégie du système, ainsi que sur sa gestion et sur le calcul des cotisations. À cet égard, la Directrice générale a l intention de conserver les services du cabinet de consultants au cours des deux exercices biennaux à venir. 5. Conformément aux recommandations du cabinet de consultants, le Bureau de la gestion des ressources humaines (HRM) et le Bureau de la gestion financière (BFM) ont commencé à élaborer une nouvelle structure de gouvernance et à définir les modifications à apporter aux dispositions correspondantes du Règlement de la CAM sur la base des principes suivants : les décisions et tâches sont déléguées aux personnes compétentes ; les personnes auxquelles sont déléguées les décisions et tâches auront accès aux informations appropriées ; les rôles et attributions de chaque entité au sein de la structure de gouvernance sont clairement définis ; toutes les entités participant à la structure de gouvernance feront l objet de contrôles et de rapports effectifs. 6. La structure de gouvernance proposée a été soumise au Conseil de gestion de la CAM pour examen. Le Conseil a créé son propre groupe de travail afin d étudier la proposition de HRM et BFM. Une fois les recommandations du Groupe de travail reçues et à l issue d une série de

3 37 C/38 page 2 discussions, le Conseil est convenu d une nouvelle version (Addendum (Partie1)). Conformément au Règlement en vigueur de la CAM, le Conseil a soumis le document à l Assemblée générale des participants pour examen. À sa réunion du 4 septembre 2013, l Assemblée générale des participants n a pas tenu de vote sur les modifications proposées, telles que soumises, et a adopté la résolution jointe (Addendum (Partie 2)). 7. À la lumière de ce qui précède, il convient de noter que le Règlement de la CAM prévoit une procédure spécifique pour l examen et l approbation des amendements qui le concernent. Les clauses pertinentes du Règlement de la CAM stipulent : Article : «Toute modification aux Sections V, VI et VII et aux annexes y relatives du Règlement recommandée par le Conseil de gestion doit être approuvée par l Assemblé générale». Article (alinéa pertinent en gras) : «Le Conseil de gestion a pour mission de : définir la politique de la Caisse et assurer son administration, conformément aux dispositions du présent Règlement; examiner toutes les propositions d amendements au Règlement de la Caisse et à ses annexes et les transmettre au Directeur général ; celles concernant les Sections V, VI et VII et les annexes y relatives du Règlement devant être soumises préalablement à l Assemblée générale des participants avec ses commentaires ; appliquer les mesures prévues par le Règlement pour maintenir l équilibre financier de la Caisse; (d) interpréter le Règlement dans les cas qui lui sont soumis par le Secrétaire de la Caisse, sous réserve de la procédure de règlement des litiges prévue à l Article 4.12 ; (e) présenter à l Assemblée générale des participants, pour approbation et transmission au Directeur général, un rapport annuel sur les activités de la Caisse et la situation financière ; (f) examiner toute réclamation des participants contre des décisions du Secrétaire, sous réserve de la procédure de règlement des litiges prévue à l Article 4.12; (g) examiner les cas de fraude qui lui sont soumis par le Secrétariat et prendre les décisions appropriées». Article 7.1 : «Toute proposition de modification de l une quelconque des dispositions des Sections V, VI et VII et des annexes y relatives du présent Règlement doit être approuvée par l Assemblée générale des participants. Après le vote de l Assemblée générale, la proposition est transmise au Directeur général qui prend alors les mesures qu il juge nécessaires. Les dispositions des autres sections du présent règlement peuvent être modifiées par le Directeur général sur la recommandation du Conseil de gestion». En particulier, les articles et 7.1 exigent que toute proposition de modification concernant les sections V, VI et VII et les annexes y relatives du Règlement de la CAM soient approuvée par l Assemblée générale des participants. L article 7.1 dispose : «[a]près le vote de l'assemblée générale, [la proposition de modification] est transmise au Directeur général qui prend alors les mesures qu'il juge nécessaires». En conséquence, il faudrait l approbation de l Assemblée générale et du Directeur général pour amender les Sections V, VI et VII du Règlement de la CAM. Cela a été confirmé par l Office des normes internationales et des affaires juridiques (LA).

4 37 C/38 page 3 Comme expliqué précédemment, l Assemblée générale des participants ne s est pas prononcée sur les amendements du Règlement de la CAM proposés et ne les a donc pas approuvés. De ce fait, la Directrice générale n a pas pu modifier le Règlement de la CAM comme l avaient demandé la Conférence générale à sa 36 e session et le Conseil exécutif à sa 190 e session. À la lumière de ce qui précède et compte tenu des addenda au présent document, la Conférence générale souhaitera peut-être formuler de nouvelles recommandations concernant le réexamen du Règlement de la CAM. 8. Dans un souci d exhaustivité des informations, HRM et BFM ont examiné la proposition du Conseil de la CAM présentée à l Assemblée générale des participants et ont mis en évidence la nécessité d apporter de légères modifications d ordre rédactionnel afin d éclaircir certains points sans modifier la substance de ladite proposition. Le document figure dans l Addendum (Partie 3) pour information. Barème des cotisations 9. Le cabinet de consultants a également examiné le barème des cotisations pour l exercice biennal afin que la Directrice générale puisse prendre des mesures appropriées afin de maintenir l équilibre entre les recettes et les dépenses de la Caisse. 10. D après les prévisions de coûts pour et si les taux actuels de cotisation ne sont pas modifiés, la Caisse devrait terminer l exercice biennal avec un déficit de 4,8 millions de dollars. Pour absorber le déficit prévu sur la base d un partage des coûts à parts égales (50-50) entre l Organisation et les participants, le cabinet de consultants a recommandé une hausse de 9,1 % des taux actuels de contribution. 11. En vertu de la résolution 36 C/99, la Conférence générale a autorisé la Directrice générale à réviser le barème tous les deux ans selon que de besoin afin de maintenir l équilibre entre les recettes et les dépenses de la Caisse. Du fait que le plan de dépenses a été ramené à 507 millions de dollars, il se pourrait que la Directrice générale retarde l application des modifications des taux de cotisations, car les recettes prévues du Fonds pourraient être affectées par le plan de restructuration de l Organisation. D autres mesures susceptibles de diminuer le déficit prévu seront examinées en 2014 avant la mise en place des nouveaux taux. Nouvelle formule de partage des coûts (60-40) 12. Le rapport entre participants volontaires et membres du personnel en activité a évolué comme suit au fil des ans : un participant volontaire pour huit membres en activité en 1973, un pour quatre en 1983, un pour deux en 1993, un pour 1,13 en 2004 et, en 2013, ce rapport a atteint le niveau le plus bas jamais enregistré, à savoir un participant volontaire pour 0,79 membre en activité. Les difficultés financières auxquelles la Caisse est confrontée sont aggravées par la tendance défavorable de ce rapport. 13. Ainsi que l a recommandé le Rapport Deloitte, la Directrice générale propose d adopter une nouvelle formule de partage des coûts de 60 % pour l Organisation et 40 % pour les participants, respectivement. Cet ajustement est nécessaire car l actuelle formule de partage des coûts (50-50) ne peut permettre de recueillir auprès des membres du personnel en activité, dont le nombre diminue, des recettes suffisantes pour compenser la baisse des recettes générées par le nombre croissant de participants volontaires dont les pensions, d un montant plus faible, servent de base pour déterminer leurs cotisations et la part des cotisations versée par l Organisation. Cette proposition de partage des coûts est nécessaire pour rendre effectivement à la Caisse d assurance-maladie sa stabilité financière compte tenu de l augmentation constante du nombre de participants volontaires par rapport au nombre de membres en activité qui cotisent. Maintenir le partage des coûts à entraînerait une tendance au déficit qui exigerait une augmentation globale des cotisations des participants et de l Organisation et une réduction constante des prestations qui, par ailleurs, doivent assurer un niveau de couverture viable. Sur la base des

5 37 C/38 page 4 cotisations actuelles de 2013, la nouvelle formule de partage des coûts pour la période coûterait, si elle était approuvée, environ 5 millions de dollars (annexe II) au budget de l Organisation, soit : 3 millions de dollars pour le personnel en activité et 2 millions de dollars pour les participants volontaires. Cependant, compte tenu de la situation financière actuelle de l Organisation, la Directrice générale propose à la Conférence générale d approuver le principe de cette recommandation et d en reporter la mise en œuvre à la prochaine période budgétaire ( ) ou jusqu à ce que le plan de dépenses de l Organisation s améliore. 14. Cette proposition harmonisera la pratique de l Organisation avec celle de la majorité des organismes des Nations Unies. Comme indiqué à l annexe I, dans 10 organismes sur 14, la part versée par l organisme est égale ou supérieure à 60 %. Situation financière de la Caisse 15. Deux grands facteurs ont tendance à affaiblir la plupart des systèmes d assurance-maladie, y compris la Caisse d assurance-maladie de l UNESCO ; le vieillissement de la population assurée, en raison de l augmentation de l espérance de vie, et l augmentation rapide du coût des soins de santé. 16. Au 31 décembre 2012, la CAM couvrait environ participants actifs, de 48 ans d âge moyen et participants volontaires, de 73 ans d âge moyen. Au total, la Caisse d assurancemaladie couvre environ personnes, y compris les personnes à la charge des participants et le personnel et les retraités d autres organismes du système des Nations Unies basés à Paris. Pour la première fois en cinq ans, la Caisse a généré un résultat d exploitation net positif pour l année qui s est achevée au 31 décembre Elle a dégagé un excédent de 3,6 millions de dollars au lieu d un déficit de 6,2 millions de dollars lors de la période financière précédente, qui s était achevée le 31 décembre Ce résultat positif est imputable à l augmentation des recettes provenant des cotisations ainsi qu à la diminution des dépenses. Du fait de ce résultat positif net, les réserves de la Caisse sont passées à 19 millions de dollars représentant 10 mois de dépenses moyennes. Bien que ce résultat soit encourageant, la réserve reste inférieure d environ 9 millions de dollars au niveau requis, lequel se situe entre 15 et 18 mois de couverture des dépenses. Engagements au titre de l assurance-maladie après la cessation de service (ASHI) 17. Le programme d assurance-maladie après la cessation de service offre une couverture d assurance-maladie aux retraités remplissant les conditions requises sur une base analogue à celle proposée au personnel actuellement en activité. Un membre du personnel retraité qui a participé pendant 10 ans à la CAM et qui a atteint l âge minimum de départ à la retraite, à savoir 55 ans, peut continuer à bénéficier du régime d assurance-maladie. Les engagements au titre de l ASHI, tels que calculés par un cabinet d actuaires professionnels reflètent le montant total des coûts futurs liés à l offre de prestations d assurance-maladie aux actuels retraités ainsi qu aux membres du personnel en activité après leur départ à la retraite. Le montant total des engagements au 31 décembre 2012, égal à la valeur actuelle des prestations futures accumulées, s élevait à 777,2 millions de dollars. Depuis le passage aux normes comptables internationales pour le secteur public, ces engagements sont comptabilisés dans les états financiers de l Organisation et audités par le Commissaire aux comptes. Comme l indique la figure 1 ci-après, ces engagements ont nettement augmenté entre 2008 et ce jour.

6 37 C/38 page 5 Figure 1 : Engagements au titre de l assurance-maladie après la cessation de service depuis 2008 (millions de dollars des États-Unis) 18. Bien que les engagements au titre de l ASHI soient comptabilisés dans les états financiers, aucune provision pour le financement n est incluse dans le budget de l Organisation. Dans les audits annuels des états financiers de l Organisation, le Commissaire aux comptes a attiré l attention des organes directeurs et du Secrétariat sur la nécessité de commencer à financer les engagements au titre de l ASHI, le système actuel de «décaissements effectifs» de la Caisse d'assurance-maladie n étant pas viable. Conformément aux recommandations du Commissaire aux comptes, la Directrice générale a présenté au Conseil exécutif, à sa 191 e session, une proposition de financement pour l assurance-maladie après la cessation de service (document 191 EX/29). La Directrice générale a proposé de prélever 1 % sur le budget des dépenses de personnel pour financer les engagements au titre de l ASHI, à compter du 1 er janvier Le Conseil a décidé de ne pas recommander d inclure cette charge dans le 37 C/5 et a demandé à la Directrice générale de «mener une étude en vue d introduire dès que possible un nouveau régime d assurance-maladie et de lui rendre compte des résultats de cette étude à sa 194 e session, y compris en proposant une date d entrée en vigueur de ce nouveau régime pour le personnel nouvellement recruté». 19. Le problème du financement de l assurance-maladie après la cessation de service est commun à de nombreux organismes du système des Nations Unies. Le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination a mené une enquête sur les engagements au titre de l ASHI et leur financement, au 31 décembre 2010, au sein du système des Nations Unies. Sur les 18 organismes ayant répondu à l enquête, 11 avaient mis en place une sorte de mécanisme de financement. Parmi tous les organismes ayant des engagements de plus de 200 millions de dollars, seuls quatre ne disposaient d aucun mécanisme de financement : l AIEA, l ONU, l UNHCR et l UNESCO. Les engagements de l Organisation des Nations Unies s élevaient à 3,65 milliards de dollars au 31 décembre 2011, et le Secrétaire général devrait présenter une proposition de financement à l Assemblée générale en décembre Depuis la dernière enquête, d autres organismes ont à leur tour pris des mesures afin de remédier à l absence de financement. Le Comité de haut niveau sur la gestion (HLCM) des organismes des Nations Unies a identifié l ASHI comme une question prioritaire et un groupe de travail sera créé au titre du Réseau Finances et Budget sur ce thème.

7 37 C/38 page Le Groupe technique du Groupe d'auditeurs externes du système des Nations Unies, dans sa présentation à la réunion du Groupe de travail des normes comptables tenue à Genève en octobre 2013, s est également inquiété de l absence de financement pour les prestations après la cessation de service. Si l actif net de l Organisation est négatif en raison du manque de moyens pour couvrir les engagements, l auditeur devra alors déterminer de quelle manière cette situation devrait être mentionnée dans le certificat d audit. Même si l auditeur délivre une opinion sans réserve sur les états financiers, il/elle pourrait envisager d y ajouter un paragraphe spécifique sur cette question. 21. L inquiétude croissante des commissaires aux comptes et la modification des caractéristiques démographiques des participants à la CAM, qui désormais sont en majorité des participants volontaires (55 % de retraités et 45 % d actifs), rend le financement des engagements de l ASHI plus urgent que jamais. La proposition de la Directrice générale de prélever 1 % sur le montant des coûts de personnel pour couvrir le financement de l ASHI devrait mettre l Organisation sur une voie de financement à long terme pendant que les autres options de financement sont examinées. Cette proposition prouverait également au Commissaire aux comptes la volonté de l Organisation de financer ces engagements. La Directrice générale comprend tout à fait la décision du Conseil exécutif de ne pas recommander d inclure la proposition de financement dans le 37 C/5 compte tenu de la situation financière actuelle. Elle propose donc de mettre en œuvre le mécanisme de financement à compter du 1 er janvier 2016, ce qui laisserait au Secrétariat suffisamment de temps pour inclure ce dernier dans la préparation du budget du 38 C/5. Projet de résolution 22. À la lumière des considérations qui précèdent, la Conférence générale souhaitera peut-être adopter la résolution ci-après : La Conférence générale, 1. Ayant examiné le document 37 C/38 et Add., 2. Prend note des informations contenues dans ledit document concernant la révision de la structure de gouvernance et [paragraphe à compléter si la Conférence générale souhaite formuler des recommandations] ; 3. Approuve en principe la formule révisée de partage des coûts (60/40) en vue de son application à compter du 1 er janvier 2016 ou jusqu à ce que le plan de dépenses de l Organisation s améliore ; 4. Autorise la Directrice générale à mettre en place un prélèvement de 1 % du montant total des coûts de personnel pour toutes les sources de financement, avec effet au 1 er janvier 2016, afin de financer les engagements au titre de l assurance-maladie après la cessation de service (ASHI) en ce qui concerne le personnel en activité ; 5. Invite la Directrice générale à continuer d'améliorer la gestion de la Caisse ; 6. Invite en outre la Directrice générale à lui rendre compte, à sa 38 e session, de la situation de la Caisse d assurance-maladie.

8 37 C/38 Annexe I ANNEXE I Cotisations des organismes des Nations Unies à leurs régimes d'assurance-maladie respectifs Organisme des Nations Unies Part des cotisations au régime d assurancemaladie incombant à l'organisme FAO 60 % (***) AIEA de 30 % à 85 % (**) FIDA 56 % OIT/UIT 60 % OMI 71 % OIAC 61 % ONU Genève de 50 % à 67 % (*) UNHCR 79 % ONU New York (PNUD, PNUE, UNICEF, ) 66 % UNESCO 50 % (****) OMT 67 % PAM 54 % (***) OMS 67 % OMPI 63 % (*) (**) (***) (****) L ONU Genève cotise à hauteur de 50 % pour le personnel en activité et 67 % pour les retraités. L AIEA cotise à hauteur de 70 à 80 % pour le personnel en activité, selon le niveau d indemnisation du membre du personnel, et à hauteur de 60 à 85 % pour les retraités, en fonction de la pension versée. La part des cotisations de la FAO et du PAM est établie sur la base d un partage fixe des coûts 50/50 en dollars, avec un plafond maximum de 5 % du traitement mensuel brut du personnel en activité et de 4 % de la pension des retraités. Aux fins du calcul de la cotisation, tout montant dépassant ce plafond est pris en charge par l Organisme en plus de sa quote-part de 50 %. L UNESCO cotise à hauteur de 50 % pour tous les participants.

9 37 C/38 Annexe I page 2 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Cotisations des organismes des Nations Unies à leurs régimes d'assurance-maladie respectifs

10 37 C/38 Annexe II ANNEXE II Formule de partage des coûts, passage d une répartition 50/50 entre l Organisation et les participants à une répartition 60/40, sur la base de la situation actuelle Ratio 50/50 60/40 UNESCO cotisations du personnel , ,32 Montant supplémentaire UNESCO cotisations pour le personnel , , ,08 Total, Personnel , ,80 50/50 60/40 UNESCO cotisations des retraités , ,94 UNESCO cotisations pour les retraités , , ,73 Total, Retraités , ,34 Total, Montant supplémentaire pour l UNESCO / an ,81 Total, Montant supplémentaire pour l UNESCO / exercice biennal ,63 Ce document est imprimé sur du papier recyclé.

11 37 e session, Paris C 37 C/38 Add. 6 novembre 2013 Original anglais Point 12.4 de l ordre du jour provisoire SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE ADDENDUM Partie 1 Le Conseil de la CAM a créé son propre groupe de travail afin d étudier la proposition de HRM et BFM et, à l issue d une série de discussions, est convenu de la nouvelle version figurant dans la partie 1. Partie 2 Le Conseil a soumis le document à l Assemblée générale des participants pour examen. À sa réunion du 4 septembre 2013, l Assemblée générale des participants n a pas tenu de vote sur les modifications proposées, telles que soumises, et a adopté la résolution figurant dans la partie 2. Partie 3 HRM et BFM ont examiné la proposition du Conseil de la CAM présentée à l Assemblée générale des participants et ont mis en évidence la nécessité d apporter de légères modifications d ordre rédactionnel afin d éclaircir certains points sans modifier la substance de ladite proposition.

12 37 C/38 Add. Partie 1 Section V GESTION DE LA CAISSE Article 5.1 Le Directeur général Le Directeur général : (d) (e) (f) Article 5.2 est investi de la responsabilité fiduciaire d administrer un plan d assurance-maladie pour les participants (obligatoires et volontaires) ; nomme trois membres du personnel afin qu ils participent au Conseil consultatif de la Caisse d assurance-maladie à titre personnel pendant une période de trois ans ; consulte le Conseil consultatif sur toutes les questions relatives à la gestion de la Caisse ; prend des décisions définitives concernant les recommandations soumises par le Conseil consultatif, le Directeur de HRM et le Directeur financier ; approuve tous les changements apportés à la conception du plan ou aux taux et formules de cotisation ; communique au Conseil consultatif des études, états financiers, évaluations actuarielles et résultats des opérations d assurance. Le Conseil consultatif de la Caisse d assurance-maladie Le Conseil consultatif donne au Directeur général des avis concernant la gestion de la CAM. (d) (e) (f) Le Conseil consultatif se compose de trois membres nommés à titre personnel par le Directeur général pour une période de trois ans. Le Conseil consultatif compte également trois membres et trois suppléants élus pour une durée de trois ans par les participants. Deux membres représentent les participants obligatoires et un membre représente les participants volontaires. Les représentants des participants obligatoires et volontaires sont élus par les participants par vote électronique ou par correspondance. Le Conseil consultatif élit un président et un vice-président parmi ses membres. Si le Président est un membre nommé par le Directeur général, le Vice-Président doit être un membre élu par les participants. Le Président et le Vice-Président sont élus pour un an et sont rééligibles. Observateurs permanents : un représentant de chaque association du personnel et de l Association des anciens fonctionnaires. Le Conseil consultatif peut inviter des experts internes et externes (Médecin-chef de l'organisation, Coordonnateur de la CAM, expert externe spécialisé, par exemple) à faire part de leur expertise lors de l examen de certains points.

13 37 C/38 Add. page 2 Le Conseil consultatif : est consulté sur toutes les questions relatives à la gestion de la Caisse ; fixe son programme de travail et ses priorités ; (d) (e) (f) (g) (h) (i) (j) examine les points soumis par le Directeur général, le Directeur de HRM et le Directeur financier et/ou le Coordonnateur de la CAM, ainsi que toute autre question qu il juge nécessaire pour assurer la viabilité financière de la Caisse ; examine les états financiers annuels produits par le Directeur financier et formule, le cas échéant, des observations à ce sujet, ainsi que des recommandations à l intention du Directeur général ; examine les rapports et recommandations de l expert externe et formule, le cas échéant, des observations à ce sujet, ainsi que des recommandations à l intention du Directeur général ; est consulté sur toutes les modifications apportées au Règlement de la CAM. Tout amendement à ce règlement et à ses annexes doit être soumis au Conseil de la CAM, en particulier s il concerne les sections V, VI ou VII. Le Conseil formule des recommandations à ce sujet à l intention du Directeur général ; examine les réclamations portées contre des décisions du Coordonnateur de la CAM et formule des recommandations à ce sujet à l intention du Directeur général, pour décision finale (réf. : Article 10 Litiges et arbitrage) ; examine les cas soulevant des difficultés particulières liées à l application du présent Règlement que lui soumet le Coordonnateur de la CAM, et formule des recommandations à ce sujet ; examine les cas de fraude que lui soumet le Coordonnateur de la CAM et adresse au Directeur général des recommandations quant aux décisions appropriées ; peut solliciter l avis du Coordonnateur de la CAM, du Directeur de HRM, du Directeur financier, de l expert externe spécialisé ou du Médecin-chef de l Organisation sur des questions de fond relatives à la Caisse ; (k) convoque chaque année une assemblée générale des participants ; (l) fait rapport à l Assemblée générale annuelle des participants sur ses activités et son futur programme de travail ; (m) élit en son sein son Président et son Vice-Président ; (n) se réunit au moins deux fois par an ; (o) (p) (q) les réunions du Conseil consultatif nécessitent un quorum de 2/3 de ses membres titulaires ; dans la mesure du possible, les décisions du Conseil consultatif doivent être prises par consensus. En cas de désaccord, une décision peut être prise par vote ; si un vote est nécessaire, les décisions sont prises à la majorité simple des voix. Le Président de la session est alors remplacé par un suppléant, qui détient le droit de vote. En cas d égalité de voix pour ou contre une motion, le Président a voix prépondérante.

14 37 C/38 Add. page 3 Article 5.3 Le Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines et le Directeur financier 1. Le Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines et le Directeur financier : étudient conjointement l ensemble des recommandations transmises pas le Coordonnateur de la CAM, notamment celles qui concernent l administration globale du plan ; adressent au Directeur général des recommandations sur toutes les questions relatives à la CAM, y compris sur les mesures requises pour assurer la viabilité financière de la Caisse ; recommandent, en collaboration avec le Coordonnateur de la CAM, les points devant être examinés par le Conseil consultatif de la Caisse. 2. Le Directeur financier assure le contrôle financier de la Caisse. 3. Le Directeur financier est chargé de : tenir les livres comptables nécessaires ; présenter les comptes de la CAM au Commissaire aux comptes de l UNESCO pour vérification, en même temps que les autres comptes de l Organisation ; fournir les états financiers annuels de la Caisse. 4. Le Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines nomme le Secrétaire du Conseil consultatif de la CAM. Article 5.4 Le Coordonnateur de la Caisse d assurance-maladie Le Coordonnateur de la Caisse d assurance-maladie est un fonctionnaire de l UNESCO nommé par le Directeur général. Il rend compte au Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines. Il : gère le fonctionnement quotidien de la Caisse s agissant de l administration du plan, conformément au Règlement de la CAM en vigueur ; gère les contractants extérieurs participant à l administration de la CAM, y compris les experts externes spécialisés et l Administrateur des réclamations ; donne des avis au Conseil consultatif à sa demande ; (d) (e) (e) soumet au Conseil consultatif les cas soulevant des difficultés ou problèmes particuliers liés à l application du présent Règlement ; rend compte au Conseil consultatif de toute incohérence rencontrée dans l application du présent Règlement ; recommande, sur la base des rapports et études fournis par l expert externe spécialisé, la stratégie à appliquer en matière de cotisations pour assurer un financement adéquat du plan.

15 37 C/38 Add. page 4 Article 5.5 Le Médecin-chef de l'organisation Le Médecin-chef de l'organisation offre son expertise lors de l examen des recours conformément aux procédures décrites à l article Le Médecin-chef de l'organisation donne, le cas échéant, des avis au Coordonnateur de la CAM et au Conseil consultatif dans le cadre de l examen des réclamations. Article 5.6 L Assemblée générale des participants 1. L Assemblée générale des participants est convoquée par le Conseil consultatif de la Caisse d assurance-maladie. 2. L Assemblée générale des participants se réunit au moins une fois par an ; examine le rapport relatif aux activités du Conseil consultatif ; formule des recommandations à l intention du Conseil consultatif. Section VI DISPOSITIONS D ORDRE FINANCIER Article 6.1 Cotisations en cas de participation obligatoire 1. Les cotisations des membres du Secrétariat qui participent à la Caisse sont calculées sur la base de leur traitement annuel tel qu il est défini dans le présent article. On entend par traitement aux fins du présent Règlement : - le traitement de base net ajusté conformément à la Disposition du Règlement du personnel dans le cas des fonctionnaires du cadre organique ou de rang plus élevé, et - le traitement de base net augmenté de la (des) prime(s) linguistique(s) et de l indemnité de non-résident dans le cas des fonctionnaires du cadre de service et de bureau. Lorsqu un participant n a droit qu à une partie de son traitement (par exemple, s il bénéficie d un congé de maladie à demi-traitement ou s il travaille à temps partiel), sa cotisation est néanmoins calculée sur la base du traitement total qui lui serait versé autrement. 2. Les cotisations sont déduites chaque mois du traitement du participant et sont calculées mensuellement selon le barème annexé au présent Règlement (Annexe VII). Article 6.2 Cotisations en cas de participation volontaire 1. Les participants retraités versent des cotisations calculées selon le même barème que les membres du personnel (Annexe VII) sur la base du plus élevé des montants ci-après : Pour les participants ayant pris leur retraite avant le 1 er janvier 2007 : soit le montant intégral des prestations tel que défini dans les Statuts, règlement et système d ajustement des pensions de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies, c est-à-dire l intégralité de la pension, y compris les augmentations périodiques prévues ;

16 37 C/38 Add. page 5 soit un montant égal au tiers de la rémunération sur laquelle les cotisations étaient calculées à la date de cessation de service. Pour les participants ayant pris leur retraite à partir du 1 er janvier 2007 : soit le montant intégral des prestations tel que défini dans les Statuts, règlement et système d ajustement des pensions de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies, c est-à-dire l intégralité de la pension, y compris les augmentations périodiques prévues ; soit un montant égal au tiers de la rémunération sur laquelle les cotisations étaient calculées à la date de cessation de service. soit un minimum théorique correspondant à la pension qu ils auraient perçue s ils avaient cotisé à la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies durant 20 années de service. 2. Les autres participants à titre volontaire versent des cotisations calculées selon le même barème que les membres du personnel (Annexe VII) : pour les participants membres du Secrétariat en congé spécial (Article 2.2, paragraphe 1), les participants membres du Secrétariat dont le service cesse (Article 2.2, paragraphe 2), les fonctionnaires détachés (Article 2.2, paragraphe 6) et les membres du personnel d autres organisations du système des Nations Unies (Article 7.2) : (i) sur la base de leur traitement annuel comme défini à l Article 6.1 ; (ii) sous réserve du paiement de la cotisation de l Organisation ; pour les participants atteints d invalidité (Article 2.2, paragraphe 4), sur la base de leur pension d invalidité versée par la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies ; pour les conjoints protégés survivants (Article 2.2, paragraphe 5), sur la base du plus élevé des deux montants ci-après : (i) soit leur pension de veuve ou de veuf versée par la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies ; (ii) soit un montant égal au tiers de la rémunération du participant décédé ; (d) pour les enfants survivants (Article 2.2, paragraphe 5), sur la base du plus élevé des deux montants ci-après : (i) (ii) soit leur pension d enfant survivant versée par la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies ; soit un montant égal au tiers de la rémunération du participant décédé. 3. En cas de décès d un participant, le conjoint, s il est participant à la Caisse, ou, en l absence de conjoint participant à la Caisse, la plus âgée des personnes protégées en vertu de l Article 2.3 est considérée, sauf décision judiciaire contraire, comme participant et les autres survivants comme les personnes protégées de son chef. 4. Le versement des cotisations des participants à titre volontaire s effectue selon les modalités déterminées par l Administration de la CAM. En cas de retard dans le versement des cotisations, le

17 37 C/38 Add. page 6 Coordonnateur peut suspendre le paiement des prestations. Tout retard prolongé dans le versement des cotisations entraîne la radiation prononcée par l Administration de la CAM si l intéressé, après avoir été dûment avisé par le Coordonnateur, ne s acquitte pas de ses obligations. Article 6.3 Cotisation de l Organisation L Organisation verse une cotisation au moins égale à 60 % des dépenses prévues telles que déterminées par l expert externe spécialisé. Article 6.4 Modification du barème des cotisations Si, en cours d année, le Directeur général estime qu en raison d une situation financière défavorable il serait souhaitable d accroître le taux des cotisations, les entités de l Administration de la CAM ci-après sont consultées quant aux mesures à prendre : les Directeurs de HRM et BFM, le Coordonnateur et le Conseil consultatif. Le Directeur général prend alors toutes mesures qu il juge nécessaires. Article 6.5 Monnaie de compte La monnaie de compte de la Caisse est le dollar des États-Unis. Article 6.6 Dons et subventions La Caisse peut accepter des dons et des subventions conformément aux dispositions de l Acte constitutif de l Organisation Article 6.7 Dépenses d administration Les dépenses d administration engagées par la Caisse pour l application du présent règlement sont à la charge de l Organisation. Article 6.8 Règlement financier Les avoirs de la Caisse sont gérés conformément au Règlement financier de l Organisation. Article 6.9 Analyse financière et examen des performances 1. Le Directeur financier assure le contrôle financier de la Caisse. 2. Le Directeur financier présente une analyse financière en même temps que les états financiers annuels de la Caisse. 3. Un expert externe spécialisé est engagé pour fournir des services relatifs à l analyse actuarielle et financière de la Caisse, ainsi qu à l analyse de ses opérations de souscription. L expert externe spécialisé : présente au Directeur général une évaluation annuelle de la performance du régime ainsi que des recommandations ; établit des prévisions de dépenses et effectue des opérations de souscription pour l exercice biennal ; fournit des conseils concernant les modifications du régime et rend compte des résultats des études comparatives annuelles ; (d) réalise périodiquement, sur demande, des études actuarielles ;

18 37 C/38 Add. page 7 (e) (f) donne des avis au Conseil consultatif, le cas échéant, par l intermédiaire du Coordonnateur de la CAM ; les rapports et études de l expert externe sont présentés au Directeur général et communiqués au Conseil consultatif pour recommandation. Article 6.10 Dissolution 1. En cas de dissolution de la Caisse, l Administration de la CAM devra transférer l actif à l organisme qui remplacera cette Caisse. 2. À défaut d un tel organisme, l Organisation répartira l actif entre les participants d une part et l Organisation d autre part, au prorata des cotisations versées. Section VII DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 7.1 Modifications du Règlement Le Directeur de HRM, de concert avec le Directeur financier, ainsi que le Coordonnateur et le Conseil consultatif peuvent proposer au Directeur général des modifications au présent Règlement. Toute proposition de modification de l une quelconque des dispositions du présent Règlement ou des annexes y relatives doit être transmise au Conseil consultatif, ainsi qu aux Directeurs de HRM et BFM, pour examen. Chaque entité communique ses recommandations au Directeur général qui prend alors les mesures qu il juge nécessaires. Article 7.2 Dérogation au Règlement Il n est en aucun cas accordé de dérogation au présent Règlement à quelque participant que ce soit. Article 7.3 Applicabilité aux autres organisations du système des Nations Unies Les dispositions du présent Règlement sont applicables mutatis mutandis aux autres organisations du système des Nations Unies qui ont un bureau à Paris et aux membres de leur personnel, en exécution et sous réserve des accords conclus avec l UNESCO à cet effet.

19 37 C/38 Add. page 9 Partie 2 RÉSOLUTION RELATIVE À LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE DE L UNESCO L Assemblée générale extraordinaire du 4 septembre 2013, 1. Rappelant que : par sa résolution 33 C/86 adoptée en 2005, la Conférence générale de l UNESCO avait pris note des recommandations de la Commissaire aux comptes, ainsi que du calendrier de leur mise en œuvre et du plan global d action, et avait invité le Directeur général à faire rapport [ ] sur la possibilité de réexaminer les contributions à la Caisse, et que le plan d action prévoyait de porter progressivement à 60 %, en trois étapes à compter du 1 er janvier 2008, la part employeur de la cotisation (voir l annexe 1 à la résolution 33 C/86 ainsi que les mesures concernant les cotisations et la gestion financière), le Règlement en vigueur, qui date de 2008, a été révisé sur une période de cinq ans par deux groupes de travail distincts et que, en comparaison, la procédure d adoption de cette nouvelle version du Règlement a été considérablement précipitée, le premier projet ayant été soumis au Conseil de gestion le 6 juin 2013, 2. Considérant que : (d) (e) la structure actuelle de la Caisse d'assurance-maladie a relativement bien servi les participants (personnel en activité et retraités) et l Organisation pendant plus de 60 ans, et qu il serait raisonnable de laisser aux participants suffisamment de temps pour étudier la nouvelle version du Règlement et les nouvelles structures proposées, le rapport Deloitte sur la gouvernance, sur lequel se fonde le nouveau Règlement, n a été mis à la disposition des participants que la veille (au soir) de la tenue de l Assemblée générale extraordinaire, alors que l Assemblée générale des participants en avait expressément fait la demande dès sa réunion du 15 mai 2013, loin de renforcer l expertise et l indépendance de la Caisse, la réforme proposée concentrerait les fonctions de contrôle sur un Coordonnateur, nouvellement établi au sein du Secrétariat, qui n aurait de comptes à rendre qu aux hauts responsables, malgré tous les efforts déployés par un petit groupe de travail afin de réviser le projet de Règlement présenté par l Administration en juillet 2013, le rôle des participants serait réduit à la participation à un Conseil consultatif, les coûts pourraient augmenter compte tenu des tâches qu il est envisagé de confier à l expert externe spécialisé, et que les avantages pour les participants, s il y en a, ne sont pas clairs, 3. Note avec regret que : le nouveau Règlement proposé modifierait profondément la nature de la CAM, laquelle passerait d un «système d'assurance-maladie mutualiste et autonome qui repose sur le principe de solidarité» à un système géré par un Coordonnateur qui n aurait de comptes à rendre qu à ses superviseurs directs ;

20 37 C/38 Add. page 10 la perte d autonomie du Conseil de gestion et la suppression effective de l Assemblée générale laisseraient les participants à la Caisse, qui en sont les co-gestionnaires, sans aucun recours face aux décisions et les priveraient d un système d assurancemaladie mutualiste abordable auquel ils ont maintes fois réitéré leur attachement ; 4. Recommande que le Commissaire aux comptes de l UNESCO soit chargé de procéder à un audit complet des performances de la CAM, notamment en ce qui concerne son financement, sa gouvernance et son administration, ainsi que les coûts et les avantages des modifications proposées, et d examiner son propre dernier rapport en date, à savoir celui de 2005 ; 5. Considère qu il est prématuré de prendre une décision concernant le nouveau Règlement proposé et la nouvelle structure de gouvernance, et décide d ajourner l Assemblée jusqu à ce que le rapport du Commissaire aux comptes soit mis à sa disposition ; 6. Prie le Président de l Assemblée générale extraordinaire de transmettre la présente résolution à la Directrice générale.

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-sixième session 186 EX/26 Rev. PARIS, le 3 mai 2011 Original anglais Point 26 de l'ordre du jour provisoire RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service Juillet 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service I. Introduction 1. Le Comité

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION Original: anglais 20 octobre 2005 QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE DE L OIM Amendement au Statut du personnel pour les fonctionnaires et les employés Page 1 RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/7 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOUT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL ET ETATS FINANCIERS POUR établi

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Ce Règlement a pris effet le 8 février 1960 et a été modifié ultérieurement, la dernière modification étant entrée en vigueur le 16 mai

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE 1 ER : FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE Article 1 er : Il est créé une Union Nationale de groupements mutualistes

Plus en détail

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs Secrétariat U-CH J. Bertschi c/o CPLN SFC Adresse Maladière 6, 00 Neuchâtel Tél. 0/77 40 0 E-mail : jeanine.bertschi@cpln.ch

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Vu les sections 27 et 28 de l Accord entre l Organisation des Nations

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Statuts usam Règlement du Fonds de protection

Statuts usam Règlement du Fonds de protection Schweizeris Union suisse Unione svizz Dachorganisation der Schweizer KMU Organisation faîtière des PME suisses Organizzazione mantello delle PMI svizzere Umbrella organization of Swiss SME Statuts usam

Plus en détail

Français. Participation. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Français. Participation. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Français Participation Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies New York et Genève Octobre 2004 Introduction Les Statuts et le Règlement de la Caisse commune des pensions du personnel

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE CAUX INITIATIVES ET CHANGEMENT

STATUTS DE L ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE CAUX INITIATIVES ET CHANGEMENT STATUTS DE L ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE CAUX INITIATIVES ET CHANGEMENT 1 I. NOM FORME JURIDIQUE - SIEGE Article 1 Sous le nom de «Les Amis de Caux Initiatives et Changement» est constituée une association

Plus en détail

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I)

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DES INTERETS ET LA DEFENSE DES DROITS DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif _.- -. 4,_ I ;, % i :.,.% * es- >,y p L _. J 1 r\sll ::Y 4, ex Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent trente-cinquième session 135 EX/21 PARIS,

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015 L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/7 15 août 2014 Distribution générale Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(58)/1, Add.1

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS Dépôt et enregistrement : 14 janvier 1982 LES STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Statuts, règlement intérieur et règlements mutualistes. Mutuelle d Action Sociale des Finances Publiques

Statuts, règlement intérieur et règlements mutualistes. Mutuelle d Action Sociale des Finances Publiques Statuts, règlement intérieur et règlements mutualistes Mutuelle d Action Sociale des Finances Publiques 2015 Statuts SOMMAIRE PARTIE I 3 STATUTS TITRE I 5 OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE TITRE II 8

Plus en détail

REGLEMENT D ADMINISTRATION INTERIEURE

REGLEMENT D ADMINISTRATION INTERIEURE ASSOCIATION FRANCAISE DE CAUTIONNEMENT MUTUEL (Loi du 26 Décembre 1908) 36, avenue Marceau 75381 PARIS CEDEX 08 REGLEMENT D ADMINISTRATION INTERIEURE APPROUVE PAR LE COMITE DE DIRECTION DU 10 OCTOBRE 2014

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 STATUTS Création Article 1 30 janvier 2013 Il est fondé entre les adhérents, aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour nom «Association

Plus en détail

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE CHAPITRE PREMIER Définition, composition, et constitution des sociétés Art 1 er : Les sociétés mutualistes

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

7. Règlement financier et règles de gestion financière *

7. Règlement financier et règles de gestion financière * 7. Règlement financier et règles de gestion financière * Table des matières Page Article 1. Champ d application... 267 Règle 101.1. Champ d application et pouvoirs... 267 Règle 101.2. Responsabilité...

Plus en détail

Tutelle et succession

Tutelle et succession Français Tutelle et succession Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies New York et Genève Avril 2014 Introduction La Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU)

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Section 1 Régime 1.01 Le présent régime, appelé «Régime de

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE RÉGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 1 - PRÉAMBULE ARTICLE 1 OBJET DU RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi en vertu de l article 1 des statuts,

Plus en détail

Français. Cessation. service. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies. New York et Genève Juillet 2003

Français. Cessation. service. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies. New York et Genève Juillet 2003 Français Cessation de service Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies New York et Genève Juillet 2003 Introduction Les statuts et le règlement de la Caisse commune des pensions du personnel

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA I) Objet, composition et ressources de l'association Article 1 : Dénomination, Objet L association Estrelia, (nouvelle dénomination de l association Horizons fondée le

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

[REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE]

[REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE] [REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE] CREPA Institution de Prévoyance régie par les dispositions du Titre III du Livre IX du Code de la sécurité sociale N Siret : 784 411 175 00028 80 rue

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

MUTUELLE DES PERSONNELS DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE (MUFOPRA)

MUTUELLE DES PERSONNELS DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE (MUFOPRA) MUTUELLE DES PERSONNELS DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE Egalité Action - Solidarité MUTUAL FUNDS FOR THE MINISTRY OF PUBLIC SERVICE AND ADMINISTRATIVE REFORM PERSONNELS

Plus en détail

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse.

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse. Le Réseau STATUTS A. GENERALITES Article 1. Nom Sous le nom de «Le Réseau» est constituée une association à but non lucratif régie par les articles 60 et suivants du Code civil suisse (l Association).

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

Association CRR, Centre de réadaptation des rapaces

Association CRR, Centre de réadaptation des rapaces STATUTS Association CRR, Centre de réadaptation des rapaces Statuts Article 1 : Constitution Sous la dénomination «CRR, centre de réadaptation des rapaces» est créée une association à but non lucratif

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (RLRQ, chapitre R-5, a. 14 et a. 15) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Siège : Le siège

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP).

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP). MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3361 Convention collective nationale IDCC : 2770. ÉDITION PHONOGRAPHIQUE ACCORD

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE

STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE Statuts adoptés par l Assemblée générale de la section de Lancy le 1 er juin 2015 PARTI SOCIALISTE DE LANCY, Route du Grand-Lancy 56, 1212 Grand-Lancy

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013 Octobre 2013 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных

Plus en détail

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun 1 TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I DE LA DENOMINATION ET DU SIEGE Article 1 : La Mutuelle créé entre les Inspecteurs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 0BFonds de garantie des assurances de personnes STATUTS REGLEMENT INTERIEUR STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 1BFonds de garantie des assurances de personnes (Fonds de garantie des assurés contre la défaillance

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail