L INSTITUT DE DEFENSE PENALE DE MARSEILLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INSTITUT DE DEFENSE PENALE DE MARSEILLE"

Transcription

1 L INSTITUT DE DEFENSE PENALE DE MARSEILLE SEMINAIRE DE FORMATION LE SAMEDI 1 ER MARS 2008 «LA DEFENSE PENALE AU FEMININ» Par Catherine GLON Avocat au Barreau de RENNES

2 Ainsi que nous le savons tous et toutes, grâce à l une de ces phrases définitives dont les avocats ont le secret : «Il n y a point de sexe sous la robe». Cet adage dont j ignore l origine m a toujours fascinée, et je dois dire rassurée, certaine ainsi de ne jamais subir dans les prétoires quelque regard libidineux qui puisse me renvoyer à ma condition première. En même temps, il m intrigue. Comment en effet, le rendre compatible avec la phrase toute aussi célèbre que Robert BADINTER mit dans la bouche d Henry TORRES : «Plaider c est bander, convaincre c est jouir». Car nous apprîmes alors que la robe servait en réalité à dissimuler nombre d érections que j imagine gigantesques, et qui naissent à chaque fois que nos confrères s emparent du prétoire. Je mentirais en disant que, femme, je n ai jamais éprouvé ce plaisir particulier qui surgit de l instant où l on croit posséder son auditoire, le tenir, haletant jusqu à ce qu il fasse siens nos propres mots. Cela a sans doute moins à voir avec l organe érectile que nous aussi nous possédons qu avec un sentiment fugace de Puissance. Plus sérieusement, le sujet abordé par l IDP irrite, peut être plus encore les consoeurs, comme si la question elle-même était déjà discriminatoire. Faut il croire que la question de la Défense Pénale au féminin n aurait pas plus de sens que Juger au féminin par exemple, au motif que toute esquisse de réflexion sur ce thème serait forcément discriminatoire? En quoi la fonction de Défense sublimerait-elle des réalités sociales incontournables en même temps qu elle rendrait inutile la vertu de cette Distinction? 2/10

3 Encore aujourd hui, et même peut être encore plus qu hier où au moins l on abordait ce thème pour caricaturer les femmes avocates, il n est pas un temps dans notre cursus de formation, dans nos lieux d exercice, comme dans les débats de nos instances nationales où l on s autorise à s interroger en toute sérénité. Je suis donc infiniment reconnaissante à l Institut de Droit Pénal de permettre que nous partagions une réflexion autour de ce sujet transgressif, tant la question suscite de troublantes indignations. Je me suis donc demandée : Si cette question avait un sens dans nos réalités professionnelles Si je l éprouvais dans mon exercice ou dans mon imaginaire autrement qu en fonctionnant moi-même sur la représentation des sexes. 1- DES REALITES SOCIOLOGIQUES? Sans compétence aucune en Sciences sociales ou statistiques, je me garderais bien de tirer des conclusions sur l incidence de ce que l on appelle «les temps sociaux» sur la profession d avocat. Je me suis simplement demandé par quel miracle la profession d Avocat échapperaitelle seule à des phénomènes collectifs encore tenaces. 50% des ménages conservent une organisation où la femme et la mère ont un rôle exclusif ou essentiel, ce qui induit inévitablement des conséquences sur la gestion de leurs carrières professionnelles. Pourtant, lorsque la femme travaille plus de 45 heures hebdomadaires, l homme participe davantage aux tâches domestiques, ce qui montre que tous les espoirs sont permis Force reste de constater que les avocates collaboratrices demeurent celles qui exercent le plus à temps partiel. 3/10

4 Nous savons que les femmes qui représentent 46 % de la population active, n occupent qu un quart des postes d encadrement ou de direction des entreprises du secteur privé, y compris dans les entreprises libérales, parmi lesquelles les grosses structures d exercice libéral. Tout cela présente ou non un rapport avec notre sujet, mais il n est aucune justification, sinon quasi idéologique, à refuser d inscrire notre sujet dans une problématique globale. L exercice de la Défense Pénale soulève à l identique des questions de choix, de moyens ou de contraintes professionnelles sur lesquelles il fut peu écrit exception faite d autobiographies de femmes avocates. C est un NON SUJET proclamé, et pour partie par les femmes avocats elles mêmes. Mais est-ce le cas pour nos «usagers»? Si l on admet que c est en fait «la robe qui n a pas de sexe», à l instar du bleu de travail ou de l uniforme de pompier, il demeure que nos clients ont en un : En 2005, sur plus de condamnations prononcées, moins de 10 % d entre elles concernaient des femmes (rapport INSEE sur la parité 2008). Moins de 4 % des personnes détenues sont des femmes. 94% des personnes condamnées pour crime sont des hommes. Dans le pénal délictuel, les faits significatifs de violence ne concernent que 7,7% de femmes et ceux d infraction à la législation sur les stupéfiants, 5,7%. Certes, dans le secteur du contentieux correctionnel, on retrouve sans doute presque autant de défenseurs féminins que de défenseurs masculins, à l aune de la proportion de notre population active puisque 46 % des avocats en France sont des femmes. Mais cette présence ne repose par nécessairement sur le choix du client. 4/10

5 En effet, plus de la moitié des prévenus correctionnels sont défendus au titre de l Aide Juridictionnelle. (Ces chiffres atteignent 75% devant le Tribunal pour Enfants ou la Cour d Assises (Jean DANET, Défendre). Or, s il est bien un domaine dans lequel les bêtes n ont pas de sexe (le «tour de bêtes fameux») c est celui de la désignation d office par les Ordres sauf dans le cadre de la prestigieuse conférence des secrétaires du Barreau de Paris, ou lorsque le Bâtonnier coopte un avocat dans des affaires dites «délicates». Quel regret de ne pouvoir dans le secteur des honoraires libres, accéder à des outils qui nous permettraient de comparer les honoraires pratiqués par les hommes ou par les femmes, qui est son corolaire. Rien ne dit que leur analyse révèlerait une différence d ailleurs, quoi que l IDP pose la juste question de la notoriété des femmes. Passé outre la sujétion économique, il n est pas certain que les clients, en majorité masculins, avouent aisément qu ils choisissent par préférence des hommes pour avocat. Il serait facile de prétendre qu ils recherchent ainsi une proximité naturelle, un mode de communication commun, propres à les rassurer en même temps qu une véritable notoriété du défenseur, incontestablement aujourd hui plus le fait de nos confrères masculins encore que la présence des avocates aujourd hui à mes cotés démontre le contraire. Mais ceux-ci pourraient répliquer qu ils veulent d abord, pour assurer au mieux leur défense, des spécialistes, qui pour être déjà peu nombreux en matière pénale, illustrent malheureusement la place des femmes dans ce contentieux où elles restent extrêmement minoritaires (Barreau de PARIS : 15 femmes sur 83 spécialistes, Barreau de LYON : 1 femme sur 9 spécialistes, Barreau de MARSEILLE : 11 femmes sur 28 spécialistes, Barreau de RENNES : 2 femmes sur 6 spécialistes, Barreau de LILLE : 5 femmes sur 15 spécialistes ). S autocentrer sur nos exercices est une chose, ne pas méconnaître l état actuel de la profession en est une autre. Dans le renouvellement des générations, les jeunes femmes accédant à la spécialité sont extrêmement minoritaires. Serait-ce lié au recrutement préférentiel des garçons dans les Cabinets pénalistes, ou parce que peu de jeunes filles sont candidates?... 5/10

6 A nous d y réfléchir et d agir. Quoi qu il en soit, il est un domaine dans lequel la place des femmes dans le pénal est désignée comme très présente, trop présente A la question : y a t-il des contentieux féminins? La réponse unanime des personnes interrogées, tant des Magistrats et des avocats, hommes et femmes, quant à la place des avocates, ne peut pas surprendre. Presqu en miroir, à une certaine absence éprouvée des femmes avocates au criminel ou dans le gros contentieux correctionnel aux cotés des mis en cause, apparait l affirmation de la présence massive des femmes aux bancs des parties civiles, particulièrement aux côtés des victimes d agressions sexuelles et de viols, mineurs et majeurs. Plus prosaïquement, n est-il jamais arrivé à certaines d entre nous d être sollicitées soit par un client mis en cause pour agression sexuelle, soit appelé à sa défense par un confrère, «parce que avec une femme, parce que tu comprends si c est toi qui expliques ce qui s est passé, tu seras plus crédible, (en tant que femme )». Qui dira que le sexe ne fait pas démagogiquement la différence en certaines circonstances? D ailleurs, le avec toi, ça passera mieux» ne s applique pas qu aux agressions sexuelles. L instrumentalisation consentie (ou tout au moins il faut l espérer, consciente) dans les défenses duelles, pour humaniser l assassin, pour adoucir le braqueur, pour moraliser l agresseur, pour démontrer par sa seule présence que la violence conjugale est une violence comme les autres, ni plus, ni moins Avoir le droit d être un Avocat, en tant que tel, passe par le dépassement de ces clivages, sauf à s y soumettre comme un «avantage» de notre condition. Nous sommes sûrement éloignées aujourd hui de la représentation de notre rôle au début du 20 ème siècle. A dire vrai partiellement parce qu il y a de moins en moins de veuves et d orphelins qui permettent aux avocats, tous sexes confondus, d exercer leur charité. 6/10

7 «La femme, le dévouement incarné, le cœur tendre et pitoyable à toutes les misères, elle qui par sa nature même a le beau rôle de défenseur des faibles, de la veuve et de l orphelin» (collection Le peuch) Aujourd hui, nous parlons en termes de MARCHE et de CONCURRENCE, reste à savoir quelle place nous y prenons. Je veux dire tout de même que les femmes ont su, en précurseurs, développer une compétence spécifique, mobiliser un savoir particulier jusqu à peu encore méprisé par de «véritables» pénalistes qui ne conçoivent de vraies défenses qu aux cotés des accusés. C est aussi notre fierté de se souvenir du combat de celles qui ont mené, dans le désert ou sous les quolibets, une défense militante, au prix de bien des sacrifices. Ces luttes ont profité à tous et à tous les défenseurs simplement comme des causes justes et non partisanes. Quoi qu il en soit, plus personne n oserait aujourd hui mener des discours frontaux qui tendraient à réduire la place des femmes en la justifiant par la fameuse Nature de celles-ci, la sensibilité de la femme, son intuition, sa compassion, son charme particulier. Reste qu il est délicieux d entendre l un de nos plus éminents confrères, expliquer, comme il l a fait au cours de la dernière session de l Institut de Défense Pénale, que «ce qu une femme peut amener de typiquement féminin, de féminité, un gros barbu ne peut pas le faire», encore tout émoustillé d avoir assisté à la prestation d une consoeur a ses côtés «toute petite, toute modeste, toute maligne» Décerner acte est donné à celui-ci, que personne ne reconnaitra, de ce qu il n est ni petit, ni modeste, ni malin même si nous avons bien compris que dans ce secteur hautement concurrentiel et générateur parfois de la maladie nommée «hypertrophie du Moi galopante», il lutterait avec force pour ne pas laisser place à des rivales. Le machisme, pour n être pas grave est précieux d enseignement, parce qu il vous ramène à des réalités qui irradient les relations humaines dans le rapport de travail notamment. 7/10

8 Ainsi que le disait Michel FOUCAULT, «il n y a pas «d essence» de la sexualité ou du rapport intersexuel : il n y a que des modalités. Il n y a pas de société sans pouvoir : il n y a que des déplacements du pouvoir». Le procès pénal est précisément un lien de déplacements et de hiérarchie contingente des pouvoirs, et qui engendre pour les avocats, me semble t-il, de sentiment de puissance ou d impuissance. Tout y prend sens, l occupation de l espace, la prise de parole, la manière de s imposer par la présence physique et la gestuelle, le ton (et le timbre?) de la voix et les silences. Les comportements d emprise, d occupation du terrain et du verbe obéissent à des codes autant qu à des manières d être individuelles, parce que nous sommes sous le regard des autres. Ce regard n est pas indifférent à ce que nous sommes. Les regards nous portent à nous adapter. Si de tous temps, la Défense Pénale s est construite dans la lutte contre les idées reçues, les préjugés, les opinions, la contingence des valeurs morales et sociales, le mouvement s est amplifié, ce qui n est pas sans incidence sur nos comportements ou nos postures. L instrumentalisation du Droit Pénal à des fins politiciennes «dramatise» et démultiplie l acuité des rapports de force dans un contexte aussi où les Juges sont laissés de moins en moins libres de statuer en toute indépendance. Sommes nous identiques face à ce rapport de force? Un client m a raconté qu en détention, on m appelle la patronne, ce qui n étonnera pas Philippe Vouland, lui qui au Saf me traitait d Ayatollah. Je ne suis pas encore parvenue à savoir si je singeais véritablement la virilité dans les prétoires ou si mon client savait que j avais du poil aux pattes. Est-ce que je travaille comme un homme? J ai cherché à dépasser pour moi-même l absurdité apparente de cette question. 8/10

9 Je ne le crois pas tout en étant capable de m expliquer comme un homme. Objectivement, je ne peux justifier d aucune différence dans nos manières de travailler, d appréhender les dossiers, de mettre en application les savoirs, techniques, ou dans la plaidoirie. Mais je me reconnais en fait et infiniment dans ce qu écrit Irène THERY dans son dernier livre «La distinction de sexe» : «Etre une femme, ce n est pas seulement penser comme une femme, agir comme une femme ou en tant que femme. On peut penser et agir tout simplement comme un individu. A l inverse, revendiquer de pouvoir agir comme un individu ne suppose pas de se nier comme femme». C est ainsi que je vis mon exercice professionnel, je ne revendique aucune particularité, mais je travaille avec ma singularité, sans étendard. Femme, j existe dans une histoire collective et un parcours individuel qui m ont donné à être, de façon singulière donc, à l autre. Je suis un être Social, modelé en partie par mes expériences dont la plupart sont inconsciemment intégrées. A cet égard, il ne me semble pas que nous puissions passer de rapports organisés autour de la domination à un système de Logique identitaire, sans nous y arrêter et y réfléchir. Pour moi, c est une richesse. Je ne vois pas pourquoi, pour être égal, il faudrait être semblable, et les capacités de stratégie, de persuasion, d émotion (pour faire bouger l autre, pour l amener vers soi), ne peuvent pas être, à mon sens, que le produit d une technique ou d un tempérament. A mes yeux, la Défense Pénale a cela de particulier qu elle oblige le défenseur à se dévoiler et à donner une part de lui-même pour convaincre. Est-ce féminin que de le penser? Bien des confrères masculins avec qui j ose en parler m affirment l inanité d une telle conception, leur dégout de ce qu ils nomment «les plaideuses empathiques» parce 9/10

10 que disent-ils, au contraire, c est tout ignorer de l autre qui est le meilleur gage d une bonne défense. Une sorte de neutralité bienveillante revisitée Dans mon métier, je me vois comme femme aussi, mais pas d abord. Avocat lorsque je travaille, lorsque je vais en prison, lorsque je plaide, peu m importe mon sexe. Mais nous sommes suffisamment peu nombreuses pour que je n oublie pas de l éprouver et d en être fière. 10/10

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 I. 1. Si l un de vous, messieurs les juges, ou quelqu un dans l assistance s étonne par hasard de me voir moi qui suis mêlé aux

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Instrumentaliser les données?

Instrumentaliser les données? Instrumentaliser les données? Maïeutique en statistique Léo Sila Pièce en trois actes Acte I De quoi s agit-il? M. : J ai tracé ces histogrammes (il montre les histogrammes ci-dessous). Qu en dis-tu? Pourcent

Plus en détail

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc?

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc? Pourquoi cette brochure? Quand les parents ne sont plus en mesure d exercer l autorité parentale, l enfant est placé sous la protection d un tuteur ou d un administrateur ad hoc. Le tuteur exerce alors

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» OIJJ LONDRES 7.11.12 LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier

Plus en détail

Refaire le monde notarial

Refaire le monde notarial Refaire le monde notarial Les organisateurs de cette conférence m ont demandé, à l occasion des 20 ans de l AJN, de refaire le monde notarial. Qu il me soit permis, tout d abord, de les remercier pour

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase Reconnaître une phrase Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Pour avoir un sens, une phrase doit comporter : o un groupe nominal sujet (GNS) qui indique de qui ou de quoi on parle ; o un groupe

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE?

ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE? ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE? *Veuillez noter que la forme masculine utilisée dans ce livrel désigne aussi bien les femmes que les hommes. Le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats INTERMEDIATE MEETING / STAGE FBE Geneva, 10 th 13 th October 2012

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Frédéric Sicard et Dominique Attias : «Nous avons choisi de nous placer sous le double auspice de la liberté et du service»

Frédéric Sicard et Dominique Attias : «Nous avons choisi de nous placer sous le double auspice de la liberté et du service» Frédéric Sicard et Dominique Attias : «Nous avons choisi de nous placer sous le double auspice de la liberté et du service» [1] Dominique Attias et Frédéric Sicard se présentent sous l étendard «Libres

Plus en détail

les perceptions communes de la profession

les perceptions communes de la profession les perceptions communes de la profession d avocat, nourries par les multiples séries télévisées ou par l omniprésence médiatique des «ténors du barreau», ne permettent pas de comprendre les «misères de

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route Une exposition de Catherine Cabrol 03 Note d intention «Tour à tour automobiliste, motarde, cycliste ou piétonne, je pense à

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons?

Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons? Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons? Séquence de français en classe de seconde, et séquence d accompagnement personnalisé dans cette même classe. Ce document vient en

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Consultation des avocats de Paris

Consultation des avocats de Paris Consultation des avocats de Paris Sondage Ifop pour l Ordre des avocats de Paris Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS)

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS) LIBERTÉS ET JUSTICE CITOYENNETÉ FERROVIAIRE Activités élève JEU DE RÔLE Vous allez interpréter un jeu de rôle composé de 7 personnages appelés à s exprimer à l occasion d un procès. En vous mettant dans

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s.

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. JC 1888 COUR SUPÉ RIEUR E CANADA PROVI NCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-36- 00 28 98-024 DATE : Le 19 déc em bre 200 2 SOUS LA PRÉSIDEN CE DE : L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. VILLE DE MONTRÉ AL,

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel «Le Conseil constitutionnel et les droits de la défense» Monsieur le

Plus en détail

As-tu droit à un avocat gratuit? Comment dois-tu faire pour en obtenir un?

As-tu droit à un avocat gratuit? Comment dois-tu faire pour en obtenir un? Vous et l Avocat 2 As-tu droit à un avocat gratuit? Comment dois-tu faire pour en obtenir un? Qui? Les mineurs d âge, ceux qui ont le revenu d intégration sociale, les demandeurs d asile et toute personne

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Un viol qui échappe à la qualification de crime, un viol qui n en est plus un, un viol qui échappera aux statistiques.

Un viol qui échappe à la qualification de crime, un viol qui n en est plus un, un viol qui échappera aux statistiques. 1 LA CORRECTIONNALISATION DU VIOL : La négation d un crime En 1987, j ai été victime de viol. Battue jusqu à l évanouissement (provoqué par étranglement). Inconscience qui a duré plusieurs heures. Je n

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Indications pédagogiques A / 32

Indications pédagogiques A / 32 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques A / 32 A : MAÎTRISER LA TECHNIQUE DE L ORAL Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 3 : ADOPTER UN COMPORTEMENT EN ADEQUATION AVEC LA SITUATION

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

LES PÈRES : ANALYSE DE DEUX PUBLICITÉS

LES PÈRES : ANALYSE DE DEUX PUBLICITÉS REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE LES PÈRES : ANALYSE DE DEUX PUBLICITÉS FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Paternités imposées Aucune voix raisonnable n oserait s élever contre le droit de la femme à renoncer à être mère. Les lois vont en ce sens, autorisant l IVG ou l abandon de l enfant. Mais qu en est-il

Plus en détail

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER LILLE, TRI POSTAL, JANVIER 2008 SM : IL Y A CE PLAN DANS LE FILM ET CE ZOOM SUR UNE PHOTO EN NOIR ET BLANC, UN PORTRAIT DE JEUNE FEMME, ET EN LE REGARDANT

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243.

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243. École secondaire catholique Renaissance Sophie Ouellet Les jeunes contrevenants Comprendre le droit canadien CLU3M Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. Consignes : 1- Faire

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS!

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! Éditorial Par Alexia Dion Du Collège St-Maurice Image tirée du film «Les Combattants» L e sexisme au travail touche particulièrement les femmes, depuis les dernières

Plus en détail

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique - Synthèse de l'institut CSA Baromètre 5 ème édition N 1101846 Janvier 2012 2, rue de Choiseul

Plus en détail

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Vous êtes cité devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Introduction Si vous devez comparaître devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, vous vous posez peut-être

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

ANNEXE 4 : DECLARATIONS DE CANDIDATURE pour le Conseil d Administration 2015-2017

ANNEXE 4 : DECLARATIONS DE CANDIDATURE pour le Conseil d Administration 2015-2017 ANNEXE 4 : DECLARATIONS DE CANDIDATURE pour le Conseil d Administration 2015-2017 Association Ouvrir La Voix, Groupe d entraide et d information sur le Mutisme Sélectif Nom des candidats et présentations

Plus en détail