L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC"

Transcription

1 L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC par Nadia DEVROEDE Premier substitut du Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Bruxelles dirigeant la section famille Le rôle traditionnel du ministère public est la poursuite des infractions. Des poursuites et leurs conséquences, le jugement et puis l incarcération, ne constituent cependant pas toujours une réaction adéquate. L enfermement des consommateurs de drogue ne contribue guère, par exemple, à résoudre le problème de la toxicomanie. Plus généralement, la surpénalisation entraîne des effets pervers : la lourdeur des procédures, l engorgement des audiences et leur conséquence, un trop long délai entre les faits, le jugement et la peine ; la surpopulation dans les prisons et l effet criminogène possible de l enfermement ; l absence d exécution des peines courtes - et les interrogations sur l utilité de celles-ci. Le ministère public apprécie, certes l opportunité des poursuites. Il peut décider de ne pas poursuivre, s il estime opportun de le faire. Le classement sans suite ne peut être cependant considéré en soi comme constituant une réaction judiciaire adéquate. Il provoque chez la victime un sentiment d injustice et chez l auteur des faits un sentiment impunité. Depuis longtemps déjà, le parquet est à la recherche d un moyen terme entre le classement et les poursuites. Au travers de pratiques prétoriennes, il a cherché à aborder autrement le problème de la délinquance. Le législateur, lui aussi, s inscrit aujourd hui dans cette démarche. La probation prétorienne à l égard d usagers majeurs de drogues La détention et la vente de stupéfiants sont réprimés par la loi. L approche du problème par le législateur est uniquement répressive. La seule exception est une disposition instituant, au bénéfice des usagers de stupéfiants, un régime plus favorable en matière de sursis et de probation. La toxicomanie ne constitue cependant pas un problème uniquement judiciaire. Le volet thérapeutique est extrêmement important. Le parquet s est donc trouvé en situation de devoir tenir compte de cette réalité. Il a dès lors organisé un suivi judiciaire des usagers, dont l objectif est d évaluer les efforts des toxicomanes pour s en sortir. Le parquet tente ici de dépasser le dilemme entre classement et poursuites. Il donne une chance au toxicomane en proposant à celui-ci de se prendre en charge. Il s agit ici plus d une obligation de moyen que d une obligation de résultat, bien que la transgression par le toxicomane des conditions acceptées par lui peut débouche sur des poursuites. Une telle approche passe par une certaine forme de collaboration entre le parquet, la police et des services extérieurs. Cette collaboration avec le monde psycho-médico-social n est pas exempte de difficultés, notamment en raison du problème du secret professionnel. Il y a, tout d abord, le secret médical que le thérapeute peut opposer aux questions que le magistrat poserait sur l effectivité du suivi du traitement ; il y a également le secret de l information qui empêche le magistrat de détromper un thérapeute convaincu que son patient est sur la bonne voie. Des équilibres sont donc à établir en vue de l établissement d une dynamique dans l intérêt du toxicomane. Le rôle du parquet, dans cette dynamique, reste un rôle classique de contrôle et de rappel à la loi. Les mesures judiciaires alternatives Le législateur a dressé les mêmes constats que le pouvoir judiciaire. Il a voulu élargie la palette d intervention du parquet et offrir des solutions de rechange aux poursuites ou à l enfermement.

2 La détention préventive. La loi du 20 juillet 1990 relative à la détention préventive prévoit la possibilité de substituer au mandat d arrêt une liberté «encadrée». Le prévenu doit se soumettre à des obligations ou interdictions fixées par le magistrat instructeur. L idée n est pas nouvelle. Une pratique prétorienne en ce sens existait à Bruxelles depuis plus de 10 ans déjà. L effectivité de la mesure suppose bien évidemment un contrôle du prévenu. La loi prévoit donc qu il peut être fait appel aux services sociaux près les tribunaux pour exercer ce contrôle. Malheureusement, ce service n a jamais été créé. A Bruxelles, à la demande des magistrats instructeurs, c est dès lors le parquet qui accomplit cette mission depuis 1991, tout comme il faisait de manière prétorienne avant la loi. Plus de cas ont été suivis au cours des 4 dernières années. 300 situations sont suivies en permanence. L essentiel de l activité tourne autour de la drogue. Pendant longtemps, ce suivi a été assuré par la parquet lui-même, sans l aide d aucun service social. Une convention conclue entre le ministère de la justice et la commune de Forest a permis, aujourd hui, l engagement de 6 assistants sociaux. Ceux-ci réalisent le contrôle, sous la supervision du magistrat du parquet. Ils sont mis à disposition du service social d Exécution des Décisions Judiciaire et travaillent sous un mode identique à la probation. L objet du suivi, c est le contrôle du respect des conditions mises par le magistrat instructeur. Il n y a cependant pas de respect possible si l auteur n est pas en situation de se conformer aux conditions. Ce contrôle glisse donc naturellement vers l accompagnement. Ce dernier revêt le plus souvent des aspects très matériels : besoin d argent, de nourriture, de logement ; nécessité de trouver un centre, de renouer le contact avec la famille et, pour les plus jeunes, de rétablir l autorité des parents sur ceux-ci. La réalité montre que le suivi est pour l essentiel un travail d accompagnement et d aide et que le travail de contrôle n est que réduit. Dans ce contexte particulier, le travail du magistrat n est qu un compromis entre la protection de la société, rôle traditionnel du parquet, et l intérêt de l auteur. Dans ce contexte, le parquet, à Bruxelles, ne se contente pas seulement d entretenir des rapports de collaboration avec le secteur psycho-médico-social ; il s investit dans l accompagnement, avec l objectif avoué d éviter un enfermement qu il considère nocif en l espèce. La médiation pénale. La petite et moyenne délinquance urbaine est une forme de délinquance particulièrement irritante qui devient socialement intolérable, par son caractère récurent. Le législateur a cherché dès lors à organiser des formes de réponses appropriées. La loi du 10 février 1994 introduisant la médiation pénale possède un caractère profondément novateur. L approche de la délinquance par le législateur s écarte résolument d une démarche traditionnelle. Il s assigne trois objectifs : prendre en compte les souhaits des victimes (écoute ; indemnisation), responsabiliser l auteur des faits, non pas en appliquant une mesure punitive mais en faisant appel à sa capacité effective à réparer et à une implication active et personnelle dans ce processus de réparation, offrir au magistrat du parquet la possibilité de réagir rapidement au délit tout en évitant une surpénalisation et une escalade dans la réaction judiciaire - escalade dont certains estiment qu elle entraîne en l espèce des implications sociales et des effets criminogènes possibles. La logique de la médiation est différente de la logique judiciaire classique qui assigne au parquet la tâche de faire juger quelqu un, de le faire condamner et punir ou éventuellement de le mettre à l épreuve dans le contexte d une probation. Dans la médiation, la notion de justice réparatrice est centrale : l objectif est que l auteur répare, moyennant quoi, une fois les parties satisfaites, l action judiciaire s arrêtera. Un tel type d intervention est difficile à mettre sur pied devant un tribunal du fonds. Personne ne sait en effet, au moment où la procédure est entamée si elle débouchera sur un succès où sur un échec. Au stade du parquet, c est plus facile. Un échec n a d autre conséquence que de renvoyer l affaire vers une justice de type traditionnel. La médiation pénale se présente sous plusieurs formes.

3 Il y a, tout d abord, la médiation proprement dite, qui se déroule entre les parties. Le parquet y joue un rôle effacé. Il considère lui-même que bien qu il y ait infraction et qu il devrait intervenir, il ne s en mêlera pas ; il n impose même pas le mode de réparation mais renvoie les parties vers elles-mêmes ; ce sont les parties elles-mêmes qui trouvent une solution. Les travaux d intérêt général constituent une autre forme de réparation, mais envers la société, cette fois. L auteur des faits est invité à fournir un travail bénévole, utile à la société, en rapport avec ses capacités et ses intérêts, choisi dans une optique de responsabilisation et avec le souci de contribuer à son développement personnel. La mesure offre par ailleurs un intérêt pratique évident pour l auteur : absence de casier judiciaire ; pas de surpénalisation et resocialisation plus aisée. La particularité des travaux d intérêt général, c est le pouvoir amplifié qui est attribué au ministère public. Celui-ci fixe la durée et la nature des travaux. Il prend donc une décision qui est, par certains côtés, de nature juridictionnelle. Le ministère public ne jouit pas pour autant d un pouvoir arbitraire. L auteur des faits peut refuser la proposition et ce refus n aura, au pire, d autre conséquence pour lui que de l amener devant un «vrai» tribunal. En outre, la loi prévoit que le magistrat qui veut y recourir doit au préalable faire procéder à une enquête sociale. Celle-ci n est pas seulement une enquête de personnalité mais permet également à l auteur de s exprimer sur les motifs de son acceptation ou de son refus d un travail d intérêt général. L enquête sociale revêt donc d un caractère d étude de faisabilité. La pratique, à Bruxelles, est de recourir à la mesure dans des cas où il n y a pas où plus de dommage matériel mais dans lesquels les faits sont suffisamment graves que pour nécessité une réaction judiciaire. La loi offre également la possibilité de proposer une formation de nature socioprofessionnelle ou éducative. Malheureusement, à l heure actuelle, les services proposant ce type de formation et vers lesquels l auteur pourrait être orienté sont très rares. L injonction thérapeutique est une autre forme encore de médiation. Si l auteur invoque une assuétude à l alcool et aux stupéfiants comme cause de l infraction, le parquet peur proposer à l auteur des faits de suivre un traitement où une autre thérapie. L originalité de la situation, c est qu il faut une démarche positive de l auteur, ce qui n est pas le cas dans la probation prétorienne où l aide est fournie sans qu il soit exigé une telle demande préalable. La procédure accélérée. Le législateur a voulu rendre également le parquet plus performant, au niveau des poursuites. La loi du 11 juillet 1994 relative à l accélération de la procédure pénale organise un mode nouveau, d introduction de l action publique devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel : la convocation par procèsverbal. Celle-ci est de nature à s appliquer chaque fois qu une affaire simple est en état d être jugée à bref délai et qu il ne s impose pas de placer l auteur des faits en détention préventive. Le qualificatif «accéléré» caractérise bien la procédure. Celle-ci s inscrit en effet entièrement dans l approche traditionnelle qui sous-tend la justice pénale. Elle repose sur le présupposé que la peine pénale possède un sens à la fois de facteur de régulation sociale et de prévention de la récidive. Elle vise avant tout à réduire le délai de réaction de l appareil judiciaire, sans trop affecter les garanties que toute procédure judiciaire doit offrir aux justiciables. Une réaction judiciaire est de nature, en effet, à rétablir la confiance des victimes et des citoyens dans l appareil judiciaire. Elle est motivante pour les enquêteurs. L auteur des faits, quant à lui, est rapidement confronté aux conséquences de son acte : si on considère effectivement que la peine revêt un effet dissuasif, la condamnation sera d autant plus efficace. Plus de 809 personnes ont été ainsi convoquées à Bruxelles, au cours de l année judiciaire 1995/96, soit une augmentation de 30% par rapport à l année précédente. Deux cent trente-huit personnes parmi elles étaient des primo-délinquants. Les Mineurs

4 Le tribunal de la jeunesse est certainement le premier par ordre d ancienneté dans la liste de ceux qui, au sein du pouvoir judiciaire, ont eu le réflexe de recourir aux services psycho-médico-sociaux. Il n y a dès lors rien d étonnant à ce que la section jeunesse du parquet s attache, elle aussi, à dépasser l alternative classer ou poursuivre. La spécificité de la réflexion trouve son origine dans la loi sur la protection de la jeunesse elle-même. L objectif de la loi n est pas de sanctionner le mineur délinquant mais de l éduquer et le protéger, au besoin contre lui-même. La mission du parquet est de classer ou de saisir le juge de la jeunesse. Classiquement, il est même le seul à pouvoir saisir le juge de la jeunesse. Il est donc une plaque tournante. A partir de la constatation qu il n était pas toujours nécessaire de saisir le tribunal mais que le classement n est pas en soi une solution, le parquet de la jeunesse s est dès lors mis très tôt à travailler avec des services extérieurs et orienter les jeunes vers ceux-ci. La collaboration avec des services extérieurs. Depuis de nombreuses années, le parquet jeunesse s emploie, à Bruxelles, à nouer des liens de confiance avec les services de première ligne. Il collabore avec les écoles. Il participe à des concertations communales ou de quartier. Il a même développé, avec l appui de la police judiciaire, une équipe de prévention chargée d intensifier les contacts, de répondre aux demandes notamment des écoles et de participer à la mise sur pied d actions tournées vers les jeunes. Dans ce travail, le parquet apporte son savoir et joue son rôle traditionnel de rappel à la loi. Ce rôle est toutefois exercé dans un contexte d intervention concertée, de participation à la réflexion et de mise sur pied de politiques adaptées. De nombreux problèmes sont autant des problèmes de société que des problèmes de justice. Il ne paraît pas possible de rester chacun dans sa tour d ivoire, sans voir les conséquences d une intervention et sans réfléchir comment et quand intervenir. Mesures de diversion pour les mineurs. La section jeunesse du parquet ne s est pas limitée à cette démarche de concertation et de collaboration. Il a mis progressivement en place des pratiques prétoriennes, telles que les mesures de diversion et de médiation pénale, pour les mineurs. C est en 1992 que le parquet de Bruxelles a entrepris de mettre sur pied des mesures de diversion pour les mineurs. Ces mesure sont actuellement appliquées dans 14 des 19 communes de l agglomération bruxelloise. Des moyens supplémentaires ont pu être dégagés récemment, dans le contexte du «plan global», en vue d assurer l encadrement de ces mesures. La mesure de diversion est une solution de rechange à la judiciarisation. Elle est un moyen, pour des adolescents, d assumer les conséquences de leurs actes sans se retrouver en justice. Elle s adresse à des jeunes, âgés de 12 à 18 ans, ayant commis un fait qualifié d infraction. Elle leur propose d effectuer un travail, une activité bénévole au profit de la communauté. Elle s inscrit, comme la médiation pénale, dans un contexte de responsabilisation du jeune. La mesure a un but essentiellement pédagogique et éducatif. Il ne s agit pas d une punition ou d une sanction mais d une mesure, acceptée par toutes les parties. La famille joue un rôle important dans la mesure. Les jeunes sont des sujets de droit. Une attention particulière est donc attachée au respect de leurs droits. Le respect du droit de défense est garanti. Le maintien de l autorité parentale est affirmé. Médiation pénale des mineurs. La loi sur la médiation pénale invite tout naturellement à se poser la question de l adaptation de cette approche aux situations de mineurs délinquants. L adaptation s est d abord faite dans un contexte purement prétorien par le parquet de Charleroi. Le contexte du plan global permet en effet la mise sur pied de service de médiation travaillant avec le parquet. La mise sur pied d un dispositif mesures de diversion et médiation pénale au niveau du parquet, permet à celui-ci de gérer un plus grand nombre de situations délictueuses qui ne nécessitent pas l intervention du tribunal de la jeunesse. Le parquet orientera le dossier en médiation pénale ou en mesure de diversion s il considère que l infraction, sans être d une gravité extrême, altère de manière significative la vie en société. En effet, l absence de réponse du parquet à certains faits délictueux génère tant chez la victime que chez l auteur - particulièrement s il est jeune - des sentiments désastreux : chez la victime, insécurité ; incompréhension chez l auteur, surpris que la réaction judiciaire intervienne aussi tardivement. La

5 médiation et les mesures de diversion au niveau du parquet offrent le possibilité de mener une véritable politique de déjudiciairisation mais aussi de prévention de la récidive. Création de services sociaux au sein du parquet La justice est confrontée à des exigences nouvelles d accueil du public. Les missions nouvelles dévolues au parquet exigent par ailleurs la création en son sein de structures nouvelles accompagnant son travail. On assiste dès lors à la création, au sein du parquet, de services à caractère social. Le service de médiation pénale. Dans le contexte de la médiation pénale, le parquet travaille avec des collaborateurs sociaux, à savoir des assistants en médiation et des conseillers en médiation. Ce service de médiation dépend certes du parquet mais possède cependant une certaine indépendance et notamment un droit à une certaine confidentialité vis-à-vis des instances judiciaires. L accueil aux victimes. Le service d accueil des victimes est opérationnel au parquet de Bruxelles depuis le 1 er septembre L objectif d un tel service est multiple : fournir, dans le respect de la loi, à la victime des renseignements sur la procédure judiciaire en cours et les possibilités de défense en justice ; soutenir moralement la victime pour la préparer aux suites éventuelles de la procédure, en l épaulant par exemple lors d une reconstitution douloureuse ; informer enfin la victime de l existence de services d aide et l orienter, si nécessaire vers ceux-ci. Un tel service remplit un besoin réel. Le nombre de ses interventions est en hausse constante. Au cours de l année judiciaire 1995/96, il a traité en moyenne 20 à 30 demandes d aide par mois. Nomination d un criminologue au parquet jeunesse de Bruxelles. Une criminologue a été nommée récemment au sein du parquet jeunesse. Une de ses tâches est l accueil des personnes - victimes, familles, mineurs - et leur orientation adéquate vers le bon service. Sa seconde tâche est la participation à une ébauche de politique criminelle, principalement en matière de décrochage scolaire.

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ PROTOCOLE DE COLLABORATION ENTRE L OFFICE DE

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE?

VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE? «2006-2009 : les COL 3 et 4 trois ans après» (4/5) VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE? Par René Begon, chargé de projet au CVFE Trois ans après l entrée

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 5 Comment un salarié peut-il contester le(s) motif(s) du licenciement? Le salarié s attachera

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE Qu est-ce qu un aménagement de peine? Il s agit d une modalité d exécution d une peine d emprisonnement. Il existe plusieurs types de peines : emprisonnement

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

L utilisation répressive des prestations familiales

L utilisation répressive des prestations familiales L utilisation répressive des prestations familiales Jusqu en 2004, les prestations familiales étaient utilisées pour sanctionner les familles en cas d absentéisme scolaire de leur enfant. Le versement

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone

Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone Par Shadi FARKHOJASTEH Essentiel, le droit à l éducation est indispensable afin de permettre l exercice de tous les autres droits de l homme. Offrant

Plus en détail

Note du service juridique de la LDH

Note du service juridique de la LDH Note du service juridique de la LDH Note relative à la circulaire de la garde des Sceaux en date du 31 mai 2013 et le protocole conclu entre l Etat et les départements portant sur le dispositif national

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3) (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012 SECRETARIAT GENERAL DU COMITE INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE QUATRE MOYENS D ACTION ET CINQUANTE MESURES POUR PREVENIR LA DELINQUANCE ET AIDER LES VICTIMES 2010-2012 1 - Développer la

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE Le «référé-liberté» est une procédure administrative d urgence permettant d obtenir, dans un délai très bref

Plus en détail

Le masseurkinésithérapeute

Le masseurkinésithérapeute Le masseurkinésithérapeute Le masseur-kinésithérapeute suit un patient membre d un mouvement sectaire Le masseur-kinésithérapeute quel que soit son type d exercice (libéral, privé, public), évaluera et

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Je suis un enfant. J ai des droits?

Je suis un enfant. J ai des droits? Je suis un enfant. J ai des droits? Analyse - Décembre 2014 «Je ne connais pas tellement nos droits. Je ne sais pas comment je peux les utiliser. Donc, je n ai pas tellement compté sur ça.» Laurent, 16

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE #J21

DOSSIER DE PRESSE #J21 DOSSIER DE PRESSE #J21 17 mai 2016 DOSSIER DE PRESSE I Projet de loi de modernisation de la justice du 21 e siècle 1. Le projet de loi pour la Justice du 21 e siècle a l ambition de rendre la justice plus

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE

REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Ecole des sciences criminologiques Léon Cornil REGLEMENT DES STAGES EN CRIMINOLOGIE Les objectifs pédagogiques du stage Le stage en criminologie est obligatoire. Il répond à l intérêt constant de la formation

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint?

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint? ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS (AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE LES UNS DES AUTRES ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un

Plus en détail

PARQUET et POLITIQUE PENALE

PARQUET et POLITIQUE PENALE AOPOPE PARQUET et POLITIQUE PENALE Introduction De par la place et le rôle qu il occupe au sein du processus pénal, le parquet a été fréquemment à l origine des grandes évolutions qui ont touché l institution

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

L ENTREPRISE GENERALE:

L ENTREPRISE GENERALE: L ENTREPRISE GENERALE: LA SOLUTION POUR TOUTE CONSTRUCTION FABA FEGC Fédération des Entrepreneurs Généraux de la Construction asbl Rue du Lombard 42 - B-1000 Bruxelles TEL: 02 511 65 95 FAX: 02 514 18

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice

Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice STATUTS Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice Article 1 Dénomination, adhésions Il est constitué entre les soussignés et tous ceux qui deviendront membres par la suite une association

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 26 février 2015 A/HRC/28/NGO/142 Français seulement Conseil des droits de l homme Vingt-huitième session Point 6 de l ordre du jour Examen périodique universel

Plus en détail

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4958 Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 152 et 185 du Code d instruction criminelle, posée par le Tribunal correctionnel

Plus en détail

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat Restructurations Plan de Sauvegarde de l Emploi Analyse des besoins des élus Réponses apportées par le cabinet VRILLAC Introduction Même si elles sont devenues fréquentes, les restructurations d entreprises

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Le management des risques éthiques

Le management des risques éthiques Le management des risques éthiques Yves Boisvert, Ph.D. Professeur titulaire ÉNAP & Responsable du groupe de recherche sur l éthique publique du CERGO 1 Le risque éthique Un risque éthique est une conduite

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Vous êtes cité devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Introduction Si vous devez comparaître devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, vous vous posez peut-être

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes POINT D ACCÈS AU DROIT EN ÉTABLISSEMENT PÉNITENTIAIRE

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail