COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental"

Transcription

1 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté, qui fait l objet de la note «Enfermé à vie? La loi sur la rétention de sureté», précédée d une introduction «Un Droit aux limites de la justice», et suivie d un développement «Sur la notion de dangerosité», comporte un deuxième volet : «Dispositions applicables en cas d irresponsabilité pénale en raison d un trouble mental». Il réforme les procédures par lesquelles l auteur d actes délictueux ou criminels peut être déclaré irresponsable de cet acte. Cette réforme, qui n a pas suscité autant de critiques que l instauration de la rétention de sureté, partage cependant avec cette dernière une caractéristique essentielle : celle de brouiller des concepts juridiques de base, comme celui de la responsabilité et donc de l irresponsabilité - pénales. Il ne suffit pas d avoir commis un acte délictueux ou criminel pour être passible de sanctions pénales. Encore faut-il être reconnu, par l instance judiciaire, comme responsable de l acte en question. Si vous n êtes pas considéré comme responsable de cet acte que vous avez néanmoins commis, vous n êtes pas punissable. Le Code pénal de 1810 réglait cette question de façon lapidaire, par l article 64 qui stipulait : «Il n'y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l'action, ou lorsqu'il a été contraint par une force à laquelle il n'a pu résister 1.» En somme, cela «effaçait» le délit ou le crime, soit dès le stade de l instruction (le juge d instruction prenait une ordonnance de non lieu), soit à l issue des audiences du tribunal correctionnel, qui prononçait la relaxe du prévenu, soit au stade de la Cour d assises qui prononçait l acquittement de l accusé. On était donc dans le tout ou rien un tout ou rien reposant en grande partie sur l appréciation portée par les experts psychiatres sur le degré de responsabilité de l individu (son discernement), et sur son état mental au moment des faits. Le devenir de la personne ainsi déclarée irresponsable n était plus alors du ressort de la justice : c est le Préfet qui, au vu des certificats médicaux ad hoc, pouvait décider d un placement d office en hôpital psychiatrique, le devenir institutionnel du malade, son maintien de force à l hôpital, ses sorties temporaires et sa sortie définitive, devenant alors de la compétence des psychiatres et de l autorité administrative. La réforme du Code pénal intervenue en 1994 va permettre, à la fois de mieux distinguer les diverses causes de déclaration d irresponsabilité, et d établir des degrés dans l irresponsabilité pour cause de trouble mental. Les articles à définissent plusieurs causes d irresponsabilité pénale, dont le trouble psychique ou neuropsychique, la légitime défense, l acte accompli en obéissant à un ordre hiérarchique, etc. L article qui nous intéresse ici est le 122-1, 1 er et 2 ème alinéas : «N'est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d'un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes. La personne qui était atteinte, au moment des faits, d'un trouble psychique ou neuropsychique ayant altéré son discernement ou entravé le contrôle de ses actes demeure punissable ; toutefois, la juridiction tient compte de cette circonstance lorsqu'elle détermine la peine et en fixe le régime.» Les experts psychiatres doivent donc faire la nuance entre un discernement «aboli», ou seulement «altéré». Quoique beaucoup d entre eux aient vu dans cette distinction la possibilité de porter des appréciations plus nuancées, un des principaux résultats de cette distinction a été de remplir les prisons de malades mentaux. Beaucoup d entre eux, en effet, sont maintenant jugés, alors qu auparavant ils bénéficiaient d un non lieu prononcé par le juge d instruction, et, contrairement à l esprit du 2 ème alinéa de l article 122-1, le fait que le discernement soit considéré, par le tribunal, comme altéré n est nullement un facteur d indulgence, au contraire, car le 1 C est à partir de cet article que sont alors appréciés par les tribunaux l état de légitime défense, ou l état de nécessité, par exemple - la démence n étant pas la seule cause d irresponsabilité pénale.

2 2 délinquant ou le criminel malade est soupçonné d être plus dangereux que le délinquant ou le criminel «normal» - de sorte que la maladie mentale est vue de plus en plus, notamment par les jurys d assises, comme une circonstance aggravante, justifiant de plus lourdes peines. D une certaine manière, on pourrait dire que cette tendance à se prémunir de la dangerosité présumée d un individu en aggravant la sanction qui le frappe annonce déjà la loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté pour les condamnés qui, quoique ayant purgé leur peine, restent enfermés par «mesure de sureté». Mais ces remarques, si elles permettent de mieux cerner des évolutions en cours dans le champ de la répression pénale, ne sont pas l essentiel de notre propos, car la loi du 25 février 2008, dans son deuxième volet sur l irresponsabilité pénale, ne concerne que les personnes dont le trouble psychique est censé avoir aboli le discernement. Quelles modifications cette loi apporte-t-elle aux procédures de déclaration d irresponsabilité pénale? Quelles raisons le législateur a-t-il énoncées pour justifier ces changements? Quelles en sont les conséquences? Les raisons d une réforme L exposé des motifs par la Ministre de la Justice Rachida Dati (devant l Assemblée Nationale le 28 novembre 2007), ainsi que le rapport parlementaire du député Georges Fenech (12 décembre 2007, p. 37 à 46) insistent sur l aspect non satisfaisant pour les victimes et leurs proches des procédures jusque là en usage en matière de déclaration d irresponsabilité pour cause de trouble mental. On nous explique en effet que si, à l issue de son instruction, le juge prend une ordonnance de non-lieu, très souvent la partie civile se sent frustrée (quoique ayant la possibilité de faire appel de cette ordonnance devant la Chambre de l instruction depuis la loi du 8 février ). Cette expression de «non-lieu» est interprétée, à vrai dire un peu à raison lorsque l on se réfère aux termes de l article 64 du Code pénal de 1810, comme une négation des actes commis, et donc comme une absence de reconnaissance des souffrances des victimes. En cas d appel du non-lieu, la frustration subsiste si la Chambre de l instruction suit la décision du juge et rend à son tour un arrêt de non-lieu. Un autre argument est avancé, celui de la difficulté, pour la partie civile, d obtenir qu il soit fait droit à sa demande de dommages et intérêts. Il faut ici indiquer que la reconnaissance de l irresponsabilité pénale d une personne, pour quelque cause que ce soit, ne remet pas en cause sa responsabilité civile, et donc le droit pour la victime de demander réparation des dommages subis (art du Code civil). Dans le cas d un non-lieu pour irresponsabilité, comme dans le cas d une relaxe par le tribunal correctionnel pour la même raison, la partie civile doit elle-même saisir la juridiction civile (soit le Tribunal d instance, soit le Tribunal de grande instance suivant le montant des dommages demandés) pour faire valoir ses droits, ce qui rend sa tâche plus longue et plus difficile. Troisième argument en faveur d une réforme : les victimes ne sont pas informées des suites du non-lieu, de la relaxe ou de l acquittement ce qui est logique puisque ces suites ne sont pas judiciaires, mais c est considéré comme une entrave au droit de regard des victimes sur les suites données à leurs actions judiciaires. Le nouveau dispositif 1/ Au stade de l instruction. 2 La Chambre de l instruction est l instance d appel des ordonnances des juges d instruction. Elle est composée de trois magistrats de la Cour d appel et le Ministère public y est représenté par le Procureur général. La partie civile, seule susceptible de faire appel, y est présente, ainsi que le mis en examen si son état le permet et si la partie civile le demande. Si tel est le cas, les débats sont publics, mais seules les parties et les experts y sont entendus, il n y a pas de possibilité de faire venir des témoins. Ce point de la loi du 8 février 1995 est modifié dans celle du 25 février 2008.

3 3 Une fois achevée l instruction, et s il considère que l irresponsabilité pénale du mis en examen peut être envisagée, le juge d instruction en informe le Procureur et les parties. La Chambre de l instruction peut alors être saisie par l un ou l autre des protagonistes, le juge pouvant également la saisir d office. Si personne ne saisit la Chambre, le juge prend une ordonnance d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, qui doit préciser «qu il existe des charges suffisantes établissant que l intéressé a commis les faits qui lui sont reprochés.» Si la Chambre de l instruction est saisie, l audience est calquée sur une audience de tribunal. Toutes les parties sont représentées et peuvent intervenir dans les débats, les experts sont entendus, ainsi que les témoins, le tout en audience publique sauf les cas de huis clos habituels. Dans son arrêt, la Chambre se prononce d abord sur les faits, ou du moins doit dire s il y a ou non des charges suffisantes contre le mis en examen. Si elle considère que les charges sont insuffisantes, les poursuites s arrêtent. Si au contraire elle considère que les charges sont suffisantes, elle se prononce ensuite sur la responsabilité ou non de la personne, et peut donc prendre un arrêt de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, et elle renvoie elle-même l affaire devant le Tribunal correctionnel qui doit statuer sur la demande de dommages et intérêts. La Chambre peut également prononcer à l encontre de la personne déclarée irresponsable, et pour raisons motivées, une ou plusieurs des mesures de sureté suivantes, qui sont au nombre de 6 : - interdiction d entrer en relation avec telle ou telle personne ou groupe de personnes ; - interdiction de paraître dans certains lieux ; - interdiction de détenir ou de porter une arme ; - interdiction d exercer telle ou telle activité professionnelle ou sociale ; - suspension du permis de conduire, - annulation du permis de conduire et interdiction de le repasser. Il est précisé dans le texte que la durée de ces mesures «ne peut excéder dix ans en matière correctionnelle et vingt ans si les faits commis constituent un crime ou un délit puni de dix ans d emprisonnement.» Une dernière mesure peut être décidée, qui, quoique non explicitement désignée comme «mesure de sureté» est néanmoins incluse dans le chapitre y afférant : l hospitalisation d office en hôpital psychiatrique, si l expertise a conclu que l état mental de la personne nécessitait des soins et mettait en cause la sécurité des personnes ou l ordre public (formulations habituelles requises pour toute hospitalisation d office, y compris celles qui ne sont pas décidées, comme ici, par l autorité judiciaire, mais relèvent directement des Préfets.) On doit à ce stade souligner certains aspects, à première vue étranges, des innovations contenues dans cette loi à première vue, si l on raisonne dans les catégories habituelles de la justice pénale, mais en réalité révélatrices de la reconfiguration de ces catégories juridiques à l œuvre dans la totalité de la loi du 25 février Le fait que le juge ou la Chambre de l instruction doivent se prononcer sur l existence ou non de charges suffisantes contre le mis en examen ne fait que reprendre une disposition incluse dans la loi du 9 mars 2004, dite «Perben II», qui faisait obligation au juge d instruction de se prononcer sur ce point avant de prendre une ordonnance de non-lieu. La subtilité des formulations doit être relevée : la personne mise en examen n est pas déclarée coupable du délit ou du crime, ce qui assimilerait la décision à un jugement. La Chambre se contente en quelque sorte de donner son avis sur le sérieux des charges pesant sur la personne ce qui, sans être un jugement pénal, est tout de même une manière de déterminer une culpabilité, sans énoncer un jugement. La Chambre de l instruction, comme le Tribunal correctionnel et la Cour d assises, nous le verrons plus loin, peuvent décider de mesures de sureté. Nous avons vu, dans le texte «Enfermé à vie? La rétention de sureté» qui traite de cet aspect de la loi, que les mesures de sureté sont énoncées comme ne constituant ni une peine, ni une sanction, hormis lorsqu elles sont prononcées à titre

4 4 accessoire par un tribunal ce qui, en bonne logique, peut justifier qu elles soient imposées à des personnes non punissables pénalement. Mais cela fait du même coup ressortir toute l ambigüité de ce type de mesure et l hypocrisie du procédé sémantique. En effet, il est dit que ces mesures de sureté, qui peuvent être ordonnées aussi bien par la Chambre de l instruction que par les tribunaux pénaux, sont limitées dans le temps, «dix ans en matière correctionnelle et vingt ans si les faits commis constituent un crime ou un délit puni de dix ans d emprisonnement», de sorte que, tout d un coup, on fait comme si la personne déclarée irresponsable était punissable non au titre de la sanction pénale, mais au titre de mesures de sureté. Enfin, dernière aberration bafouant la logique du Droit, la Chambre de l instruction peut ainsi, au même titre qu un tribunal, décider de ces sanctions déguisées que sont les mesures de sureté, ce qui implique qu elle est apte, non seulement à dire si les charges pesant sur la personne sont «suffisantes», mais à décider de la gravité du délit ou du crime comme le ferait un tribunal. Le résultat, pour le mis en examen, est qu il peut se voir infliger des mesures judiciaires sans avoir été réellement jugé, et surtout sans possibilité de recours, car les arrêts de la Chambre de l instruction sont sans appel. 2/ Devant les juridictions pénales. Il peut arriver que ni le juge d instruction, ni la Chambre de l instruction n aient considéré le mis en examen comme susceptible de «bénéficier» du premier alinéa de l article du Code pénal. Le voici donc traduit, soit en correctionnelle, soit en Cour d assises. Supposons qu à l audience, son avocat plaide l irresponsabilité pénale. Si nous sommes aux assises, et que le jury, à la fois, considère que les faits incriminés ont bien été commis par l accusé, mais que ce dernier est irresponsable pénalement, le président de la Cour prononce un arrêt portant déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, et la Cour, sans le jury, statue sur la demande de dommages et intérêts de la partie civile. Elle peut prononcer des mesures de sureté (voir plus haut). Seul le Procureur général peut faire appel de l arrêt d irresponsabilité. Quant au tribunal correctionnel, il statue d abord sur les faits, puis prononce un jugement d irresponsabilité pour cause de trouble mental. Il se prononce sur les demandes de dommages et intérêts présentées par la victime ; il peut prononcer des mesures de sureté. Dans chacun des trois cas étudiés, qu il s agisse de l arrêt de la Chambre de l instruction, de l arrêt de la Cour d assises, ou du jugement du Tribunal correctionnel, la décision d irresponsabilité est portée au casier judiciaire de la personne irresponsable pénalement. En effet, la loi du 25 février 2008 ajoute un dixième alinéa à l article 768 du Code de procédure pénale qui définit les sanctions judiciaires inscrites au casier judiciaire 3, en y incluant «les décisions d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental.» Et l article 769 du même Code stipule que ces décisions sont retirées du casier judiciaire après quarante ans si la personne concernée n a pas entre temps été condamnée pour des crimes ou des délits. Ce délai de quarante ans correspond au délai habituel d effacement des condamnations pénales, sauf cas d amnistie, de réhabilitation 3 L article 768 du Code de procédure pénale définit les diverses peines et sanctions inscrites au casier judiciaire. Ce sont les condamnations pour crime, délit ou contravention, les déclarations de culpabilité avec dispense ou suspension de peine, certaines sanctions disciplinaires imposées tant par les autorités judiciaires qu administratives, les décisions de liquidation judiciaire et de faillite, la déchéance de la puissance paternelle, les arrêtés d expulsion contre les étrangers, les condamnations prononcées par des tribunaux étrangers sous certaines conditions, les compositions pénales. La dixième et dernière catégorie de sanctions ou condamnations portées au casier judiciaire est la suivante : «Les décisions d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental.» Aucune mesure de sureté, pas même la rétention de sureté, ne sont inscrites au casier judiciaire.

5 5 ou de condamnations de mineurs, pour lesquels les délais d effacement sont beaucoup plus courts, de l ordre de trois ou quatre ans. Le 11 février 2008, députés et sénateurs de l opposition saisissaient le Conseil constitutionnel sur un certain nombre des dispositions de la loi, notamment celle stipulant l inscription au casier judiciaire des déclarations d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental. Dans sa décision n DC du 21 février 2008, le Conseil statue ainsi (point 31 de la décision) : «Considérant que la décision d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental ne revêt pas le caractère d une sanction ; que, lorsque aucune mesure de sureté prévue par l article du code de procédure pénale n a été prononcée, cette information ne peut être légalement nécessaire à l appréciation de la responsabilité pénale de la personne éventuellement poursuivie à l occasion de procédures ultérieures ; que, dès lors, eu égard aux finalités du casier judiciaire, elle ne saurait, sans porter une atteinte non nécessaire à la protection de la vie privée qu implique l article 2 de la Déclaration de 1789, être mentionnée au bulletin n 1 du casier judiciaire que lorsque des mesures de sureté prévues par le nouvel article du code de procédure pénale ont été prononcées et tant que ces interdictions n ont pas cessé leurs effets ; que, sous cette réserve, ces dispositions ne sont pas contraires à la Constitution.» Retenons donc qu une déclaration d irresponsabilité pour cause de trouble mental n est pas une sanction, et ne peut donc a priori, être inscrite au casier judiciaire sauf si elle est accompagnée de mesures de sureté dont le même Conseil nous explique, tout au long de cette décision du 21 février 2008, qu elles ne sont ni des peines ni des sanctions. Soulignons également que ce qui est inscrit au casier judiciaire, ce ne sont pas les mesures de sureté 4, c est la déclaration d irresponsabilité pénale. De plus, il y a, nous l avons vu plus haut, bien d autres causes d irresponsabilité pénale qui peuvent être prises en compte par les autorités judiciaires. Cependant, seules les décisions d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental sont portées au casier judiciaire, comme si elles étaient des sanctions pénales. Cette disposition, ainsi que la réforme des procédures dans leur ensemble, confèrent au trouble mental un statut juridique très particulier, qui permet à une juridiction, qu elle soit d instruction ou de jugement, de faire grief à un malade mental de sa maladie. En conclusion de sa présentation du projet de loi, le député Georges Fenech écrit p. 46 : «L ensemble de ces dispositions permet de clarifier et de rendre plus cohérent, plus humain et plus compréhensible le traitement par l autorité judiciaire de la situation des personnes pénalement irresponsables en raison d un trouble mental.» Mais il faut s interroger sur cette nouvelle «cohérence» du dispositif. Avant la nouvelle loi, si l autorité judiciaire avait en effet à connaître d actes commis par des malades mentaux, le constat de leur irresponsabilité pénale les mettait, ipso facto et immédiatement, hors du champ judiciaire, à tout le moins en matière pénale. Les formulations à l aide desquelles le juge d instruction prenait acte de l irresponsabilité pénale assuraient la cohérence du dispositif : «Il n y a ni crime ni délit», donc il n y a ni jugement, ni sanction pénale, ce que reproduisaient, à leur échelle, les décisions de relaxe ou d acquittement des tribunaux. L édifice judiciaire se déclarait en somme incompétent pour «traiter» socialement certains actes, 4 Les mesures de sureté ne figurent pas au casier judiciaire, pas plus pour les malades mentaux considérés comme irresponsables que pour les autres condamnés.

6 6 commis dans certaines circonstances, par certains types de personnes. C était là la reconnaissance d une limite : certains actes individuels ne sont pas pensables dans les termes du Droit. La vie de l individu dans ses rapports avec les autres ne peut être incluse tout entière dans la sphère du juridique. Cette limite, la loi du 25 février 2008 vient de la faire sauter, de deux manières : 1/ D une part, la déclaration d irresponsabilité pénale ne fonctionne plus, à l opposé des dispositions précédentes, comme une décision d exclusion de la personne du champ du Droit pénal. Au contraire, la décision d irresponsabilité prend maintenant les formes d une décision judiciaire, y compris au stade de l instruction, le juge d instruction, ou la Chambre de l instruction, devant se prononcer sur les actes commis. De plus, et ceci renforce cela, le fait que la déclaration d irresponsabilité soit portée au casier judiciaire inscrit cette décision dans le champ de la sanction pénale, malgré les contorsions de vocabulaire et de raisonnement, tant celles du législateur que celles des juristes du Conseil constitutionnel. Le malade mental, tout irresponsable qu il soit reconnu, est coupable et coupable d être irresponsable. La Justice, loin de se retirer d un champ qui ne serait pas le sien, le champ psychiatrique, l annexe en le distordant. Du malade irresponsable, seuls les médecins avaient jusqu ici quelque chose à dire. Seuls les médecins avaient quelque chose à proposer. Seuls les médecins étaient censés avoir en mains les clés pour lui bâtir un avenir. Certes, l autorité préfectorale peut interner le malade, mais elle ne peut le faire que dans un hôpital psychiatrique, et n a rien à dire sur les soins. Mais quand la Chambre de l instruction ou quand le tribunal assortit sa déclaration d irresponsabilité pénale de mesures de sureté, dont les manquements sont eux-mêmes punissables pénalement, il continue à avoir prise sur le malade, il ne le lâche pas. 2/ D autre part et ce n est évidemment pas le fait du hasard si la loi du 25 février 2008 regroupe en un même texte les dispositifs de la rétention de sureté, ceux de la surveillance de sureté, et ceux de la déclaration d irresponsabilité -, l institution judiciaire, par le biais de la Juridiction régionale de rétention de sureté, peut indéfiniment priver une personne de sa liberté, et l enfermer éventuellement à vie dans un «centre socio-médico-judiciaire» lors même qu elle aurait accompli la totalité de sa peine, au motif que sa personnalité présenterait un caractère de forte dangerosité. La rétention de sureté, qui n est ni une peine, ni une sanction pénale, est une mesure d enfermement visant un individu en fonction de l évaluation de sa personnalité. On a donc, des deux côtés, sanction de la personnalité par une autorité judiciaire (individu jugé irresponsable d une part, individu jugé dangereux d autre part) sanction que le texte de loi ne désigne jamais comme une sanction pénale, et pour cause : l expression «mesure de sureté» permet de pulvériser ces notions et ces pratiques que nous pouvions considérer jusqu ici comme fondamentales, comme structurantes du Droit pénal : d une part, la notion de responsabilité sans laquelle il ne peut y avoir de sanction, et d autre part l octroi aux tribunaux du monopole de la sanction pénale. Les mots, autant que les dispositifs, sont significatifs. C est grâce à eux, et aux acrobaties intellectuelles qu ils autorisent, que se met en œuvre une nouvelle configuration du Droit, et de nouvelles pratiques judiciaires que l on a d autant plus de mal à saisir dans leur logique qu elles finissent par rendre impensables les catégories habituelles de Droit et d arbitraire. C est que les juges désormais sont plus que des juges, sont autre chose que des juges. En appliquant ce Droit nouveau, ce pouvoir nouveau qui conserve encore les apparences du Droit, ils étendent considérablement leur champ de compétence, pour se transformer en gestionnaires systématiquement répressifs de la normalité et de la déviance. Commission DLA37 Janvier 2010

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE 1. Rappels règlementaires sur la lettre de d information obligatoire avant toute sanction (sans saisine du conseil de discipline) sanctions du premier

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Procédures. L extrait de casier judiciaire

Procédures. L extrait de casier judiciaire Vos droits Institutions Acteurs Procédures L extrait de casier judiciaire F i c h e P r a t i q u e Qu est-ce que le casier judiciaire? Le casier judiciaire conserve les condamnations prononcées par les

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION LA RECIDIVE La récidive est la principale cause qui permet au juge de dépasser le maximum normal de la peine. Le délinquant après avoir été condamné pour une première infraction en commet une seconde.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Organisation des juridictions

Organisation des juridictions 36 Organisation des juridictions Résumé Les sports de nature sont aujourd hui à l origine d un important contentieux en matière de responsabilité civile, pénale et administrative. Ce thème expose l organisation

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/04/2015 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 25 avril 1985 N de pourvoi: 85-91324 Publié au bulletin Cassation Pdt. M. Ledoux, président Rapp. M. Monnet, conseiller apporteur

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015. M. Anis T.

Commentaire. Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015. M. Anis T. Commentaire Décision n 2015-501 QPC du 27 novembre 2015 M. Anis T. (Computation du délai pour former une demande de réhabilitation judiciaire pour une peine autre que l emprisonnement ou l amende) Le Conseil

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 15 décembre 2011 relative à la présentation des dispositions de la loi n 2011-939 du 10 août 2011 sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE.

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 989 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mai 2009 A N 85 6 mai 2013 S o m m a i r e S o m m a i

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3) (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail