Analyses thématiques finances locales Le secteur de l'énergie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyses thématiques finances locales Le secteur de l'énergie"

Transcription

1 Analyses thématiques finances locales Le secteur de l'énergie 1. Évolutions dans le secteur belge de l'énergie À la suite de la sixième réforme de l'état, les régions sont compétentes, à partir du 1er juillet 2014, en matière de tarifs du réseau de distribution, outre le contrôle technique et juridique du fonctionnement des gestionnaires du réseau de distribution qu'elles exerçaient déjà précédemment. Le contrôle tarifaire signifie que les régulateurs régionaux : o déterminent des méthodes de calcul ou prennent des mesures transitoires o approuvent les tarifs du réseau de distribution pour l'électricité et le gaz naturel Les régulateurs régionaux (VREG, CWaPE et Brugel) ont chacun élaboré leur propre méthode de calcul sur la base d'une liste exhaustive de paramètres que la CREG a préparée dans son rôle renforcé de régulateur. Le contrôle fédéral des prix des fournisseurs d'énergie est entré en vigueur le 1er avril Depuis cette date, toutes les indexations et augmentations de prix concernées devaient être communiquées à la CREG. Ce mécanisme de contrôle des prix avait un caractère temporaire et arrivait à terme fin 2014 au moment de la régionalisation de cette compétence. Les intercommunales connaissent également pas mal d'évolutions : En Wallonie, les huit intercommunales mixtes sont absorbées par Ores Assets en Il s'agit d'ideg, IEH, IGH, Interest, Interlux, Intermosane, Sedilec et Simogel. Simultanément, le secteur 1 d'intermosane (Ville de Liège) est scindé et absorbé par Tecteo. Les huit intercommunales ont été dissoutes et font partie d'ores Assets sur le plan comptable en Le départ éventuel d'electrabel, qui détient 25 % du capital, est prévu pour En 2014, le groupe Tecteo restructure l'organisation de ses activités de gestionnaire du réseau de distribution et de société d'investissement. Le holding Finanpart, dans lequel Publifin participe pour quasi 100%, détient la participation dans le GRD Resa et Nethys. L'unité opérationnelle Nethys prend les rênes du réseau de distribution par câble VOO. En Flandre, les sept GRD mixtes pour l'électricité et le gaz naturel se sont mis d'accord en 2014 avec leur actionnaire Electrabel sur la sortie générale et anticipée de ce dernier pour la fin Il s'agit des sept intercommunales qui ont Eandis comme société d'exploitation pour le service journalier: Gaselwest, Imewo, IMEA, Intergem, Iveka, Iverlek et Sibelgaz. Parallèlement à cette opération, le secteur public sort également d'electrabel Customer Solutions. En 2015, ces mêmes sept intercommunales ont annoncé leur fusion pour devenir une seule grande intercommunale (Eandis Assets) qui chapeaute Eandis. L'intercommunale fusionnée détiendra le réseau de distribution du groupe. Cette étape permet de rechercher de nouveaux partenaires privés pour le financement. 1

2 2. Ampleur du secteur analysé L analyse porte sur les acteurs soumis aux tarifs réglementés du marché de l énergie que sont les gestionnaires du réseau de transport (GRT) et les gestionnaires du réseau de distribution (GRD) agréés par les régulateurs. Il s'agit de 17 intercommunales 1 qui sont actives au niveau local dans la distribution d'électricité et de gaz et qui font partie du marché régulé. En outre, il s'agit de 4 acteurs clés significatifs (GRT) dans le secteur de l'énergie : Fluxys, Fluxys LNG, Elia et la gestion du réseau fermé de distribution Brussels Airport. À côté des 17 entreprises publiques locales de distribution d énergie, 23 intercommunales sont actives dans le secteur du financement de l énergie. Ces intercommunales ont des participations dans des entreprises liées au secteur de l'énergie. Les intercommunales de financement réalisent ainsi leur objectif d'assurer des revenus les plus stables possibles aux communes via les dividendes versés, afin de réduire les conséquences de la libéralisation du marché de l'énergie. Après la libéralisation, les intercommunales ne pouvaient plus être responsables que du réseau de distribution et plus de la production et de la fourniture d'énergie. Le nombre d ETP actifs dans les intercommunales d'énergie et du financement de l'énergie ainsi que chez les acteurs clés s élève à unités en C'est un nombre relativement limité parce que la majorité du personnel du secteur travaille dans les filiales opérationnelles. En effet, la plupart des clients sont en contact avec la société d'exploitation désignée par l'intercommunale pour le relevé des compteurs et d'autres questions pratiques. La Flandre compte deux de ces entités opérationnelles : Infrax, qui regroupe les intercommunales pures, et Eandis pour les intercommunales mixtes. À Bruxelles, le seul GRD, l'intercommunale Sibelga, se charge lui-même du relevé des compteurs. En Wallonie, Indexis s'occupe depuis 2009, pour le compte d'ores, du traitement et de l'échange des données des compteurs d'électricité et de gaz entre les divers acteurs. Bien qu'il s'agisse de filiales d'intercommunales, ces sociétés d'exploitation ne font pas partie de l'analyse des entreprises publiques locales. Seules entrent en ligne de compte comme intercommunales les unités d'exploitation dans lesquelles les communes participent directement. La liste des intercommunales et les tableaux chiffrés sont disponibles sur le site web 1 En raison des économies d'échelle, l'activité des 2 régies de distribution d'électricité a disparu en Flandre. En Wallonie, la régie de Wavre est la seule qui reste dans le secteur. Les chiffres ne sont pas repris dans les statistiques. 2

3 3. Analyse financière Bilan Le total de l'actif du secteur de l'énergie décrit s'élève à EUR 26,8 milliards, dont 70 % pour les intercommunales et les 30 % restants ou EUR 8 milliards pour les autres acteurs significatifs. Le total moyen du bilan des intercommunales est inférieur dans chaque région à celui des acteurs clés. Les 12 intercommunales flamandes du secteur représentent la moitié du total du bilan. En revanche, la concentration du réseau de distribution en Wallonie est pratiquement complète après la reprise par Ores Assets des 8 intercommunales mixtes. Outre Ores Assets, il reste encore deux petites intercommunales pures actives en tant que gestionnaires de réseau. Ores Assets sert pratiquement 75 % des administrations locales en Wallonie. Après sa récente transformation, Tecteo n'a plus été reprise dans notre analyse de 2014 du secteur de l'énergie mais bien du secteur du financement de l'énergie, ce qui peut générer des différences par rapport aux chiffres d'avant À Bruxelles, seule Sibelga est de facto active en tant que gestionnaire du réseau de distribution (voir la liste des intercommunales par région sur notre site web). À l'actif immobilisé, ce sont les immobilisations corporelles qui prédominent avec 76,9 % du total du bilan, ce qui correspond grosso modo à la valeur exprimée des réseaux de distribution d énergie détenus par les intercommunales. Pour les acteurs significatifs et les intercommunales de financement de l'énergie, la part des immobilisations corporelles est bien moindre. Cela est dû à la mission spécifique des intercommunales de financement. De même, la structure de participation du GRT de l'électricité joue ici un rôle, une part importante de l'actif immobilisé étant réalisée par des participations financières dans des filiales. Les immobilisations financières enregistrent proportionnellement dès lors une part plus grande. Les différences régionales entre les intercommunales de financement s expliquent par les prises de participations dans le secteur énergétique qui sont faites par les intercommunales pour le compte des communes en Wallonie et à Bruxelles, tandis que c est moins le cas en Flandre où les participations sont réalisées directement par les communes elles-mêmes. Des participations ont notamment été acquises dans des GRT (Elia et Fluxys) par l'intermédiaire de Publi-T et de Publigaz. Les intercommunales d'énergie et de financement de l'énergie ont proportionnellement des capitaux propres assez élevés par rapport au total du passif. À la suite du versement du résultat (et des réserves constituées) en 2014, les capitaux propres des intercommunales d'énergie ont cependant fortement reculé par rapport au total du bilan, en comparaison avec l'année précédente. Combiné à l'augmentation du niveau d'endettement, cela explique pourquoi les dettes inscrites à leur bilan représentent plus de la moitié du passif (55,9 %) contre 49,6 % en Pour le financement de l'énergie, la part des capitaux propres reste très importante, elle a seulement diminué de 79 % à 72,2 %. 3

4 Résultat de l'exercice Le résultat de l'exercice 2014 après impôts s'élève à EUR 490 millions pour les intercommunales d'énergie et s'effrite ainsi de nouveau par rapport à l'année précédente. Les intercommunales flamandes contribuent à raison de plus de trois quarts à ce résultat. Une analyse des composantes du résultat montre que, pour les intercommunales d'énergie, c est le résultat d exploitation qui contribue le plus au résultat de l'exercice. Après la libéralisation complète du marché de l'énergie, le résultat d'exploitation reflète le montant de la rémunération équitable estimée du capital investi. Le résultat financier accuse un déficit. À la suite des investissements dans le secteur, il provient surtout de la hausse de l'endettement financier des intercommunales. Dans les intercommunales de financement, le résultat se compose surtout du résultat financier (EUR 514 millions), qui est constitué de dividendes de participations, mais le résultat exceptionnel aussi contribue fortement en 2014 au résultat de l'exercice. Evolution du résultat Depuis 2003, la tendance du résultat des intercommunales en charge de la distribution d'énergie est à la baisse, exception faite de quelques brèves reprises. Cette volatilité pourrait de nouveau s'expliquer en 2014 par le "solde régulatoire", c'est-à-dire la différence entre les tarifs perçus gelés jusqu'en 2014 et les coûts réels d'infrastructure. Il convient de préciser qu'avec la méthodologie appliquée, les besoins en énergie, les investissements et coûts de fonctionnement correspondants doivent être prévus un an à l avance (ex ante) et déterminent ainsi les tarifs à appliquer dans l année. La CREG réalise un contrôle ex post, après clôture de l exercice, avec imputation comptable des différences. Ce contrôle ex post peut cependant influencer positivement ou négativement le résultat attendu pour l'année suivante. Pour ce qui est du résultat de l'exercice des intercommunales de financement, la tendance du résultat est plutôt à la hausse, avec quelques fortes fluctuations. Au travers de leurs prises de participations dans des sociétés du secteur de l énergie, les intercommunales de financement mettent en œuvre leur objectif d assurer des revenus les plus stables possibles aux communes. Le résultat de l'exercice 2013 accuse toutefois un recul, mais en 2014, il s'inscrit de nouveau clairement en hausse. Les résultats enregistrés dépendent du montant des dividendes versés par les entreprises dans lesquelles le secteur public local a pris des participations. 4

5 Graphique 1 : Évolution et ventilation du résultat de l exercice des intercommunales chargées de l'énergie (en EUR millions) Graphique 2 : Évolution et ventilation du résultat de l exercice des intercommunales de financement (en EUR millions) 5

6 Ratios financiers Les ratios financiers donnent une idée de la trésorerie (liquidité), de la capacité de remboursement (solvabilité) et des prestations (rentabilité) des intercommunales et des acteurs clés. Les ratios de liquidité au sens large (current ratio) sont supérieurs à 1 en 2013 et 2014 dans presque toutes les régions tant pour les acteurs clés que pour les intercommunales chargées de l'énergie. Le ratio plus restrictif de l'acid test est en moyenne plus petit. Dans les intercommunales de financement, la liquidité passe sous zéro en À noter cependant que la moyenne de chaque segment peut cacher des situations individuelles fort contrastées d'une intercommunale à l'autre. Enfin, les ratios de liquidité des acteurs clés du secteur montrent, pour les deux années, une trésorerie suffisante avec un ratio acid test d'1,3 et 2. Les ratios de solvabilité moyens, qui donnent une idée de l'entreprise à plus long terme, présentent une baisse globale de la solvabilité pour les intercommunales du secteur en À la suite du versement du résultat en 2014 (et des réserves constituées), les capitaux propres des intercommunales d'énergie ont cependant fortement reculé par rapport au total du bilan, en comparaison avec l'année précédente. Combiné à la hausse de l'endettement, cela explique pourquoi le ratio d'endettement à long terme a augmenté à 100 % (sauf à Bruxelles où ce ratio s'est amélioré). Pour le secteur du financement de l'énergie, l'indépendance financière des capitaux propres reste très forte, le ratio n'a diminué que de 79 % à 72,2 %, malgré les versements. La part importante des capitaux propres est pour près de la moitié constituée de réserves maintenues au sein de ces intercommunales. Ces deux ratios reculent également chez les acteurs clés significatifs, mais le niveau d'autofinancement se maintient, tout comme le rapport entre le cash-flow et les fonds de tiers. Le ratio d'autofinancement du secteur de l'énergie atteint en moyenne encore toujours les 10 % pour l'exercice 2014, en dépit d'une légère baisse. De même, le secteur du financement de l'énergie maintient plus ou moins le même niveau élevé de plus de 40 %. En raison de l'endettement plus élevé, le ratio de cash-flow sur fonds de tiers diminue également légèrement au cours de l'exercice 2014 (à 6,2 %) pour le secteur de l'énergie, tandis qu'il augmente encore pour le secteur du financement de l'énergie. Les ratios de rentabilité affichent de bons résultats pour l'exercice 2013 et 2014, bien qu'ils soient inférieurs aux ratios de l'année précédente. La rentabilité sur capitaux propres, qui traduit le retour sur investissement pour les actionnaires, s'élève en moyenne à 6 % en 2014 pour les intercommunales chargées de l'énergie, contre 11 % pour toutes les intercommunales de financement ensemble. Les pourcentages indiqués reflètent, pour ces dernières, les résultats des opérations financières sur leur portefeuille de participations ainsi que les décisions relatives à la constitution de réserves. Le ratio de rentabilité opérationnelle, qui mesure ce que l'entreprise peut dégager de son exploitation, baisse pour les acteurs clés du secteur de l'énergie en 2014 sous les 20 % précédents à 18,8 % en moyenne, tandis que celui des intercommunales chargées de l'énergie continue à s'effriter lentement à 15,6 %. 6

Finances locales. Les entreprises publiques locales

Finances locales. Les entreprises publiques locales Finances locales Les entreprises publiques locales 2014 Le secteur énergétique 1 Environnement et principaux acteurs Plusieurs faits marquants ont jalonné l année 2012 dans le domaine de l énergie 1. Au

Plus en détail

Liste de prix juin 2016

Liste de prix juin 2016 Tarifs et conditions pour les Consommateurs 1 Liste de prix juin 2016 Maintenant avantage de bienvenue de 50 EUR* Contenu Le Tarif de l électricité et/ou gaz... 2 Redevance annuelle et coûts de l énergie

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz 617 (2011-2012) N 1 617 (2011-2012) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 5 juin 2012 PROPOSITION DE DÉCRET visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

Plus en détail

CWaPE, le 24 décembre 2013

CWaPE, le 24 décembre 2013 Prime Pi QUALIWATT Principes CWaPE, le 24 décembre 2013 www.cwape.be Prime QUALIWATT Principes Planning CWaPE Principe de calcul Paramètres Résultats provisoires Mécanisme de révision Limitation du nombre

Plus en détail

Prime QUALIWATT. Méthodologie de calcul. Mont-Saint-Guibert, le 13 décembre 2013. Olivier SQUILBIN Promotion des Energies Renouvelables

Prime QUALIWATT. Méthodologie de calcul. Mont-Saint-Guibert, le 13 décembre 2013. Olivier SQUILBIN Promotion des Energies Renouvelables Prime QUALIWATT Méthodologie de calcul Mont-Saint-Guibert, le 13 décembre 2013 Olivier SQUILBIN Promotion des Energies Renouvelables Prime QUALIWATT méthodologie de calcul Planning CWaPE Principe de calcul

Plus en détail

Transparence des prix. Un prix de l électricité moins élevé pour le consommateur final?

Transparence des prix. Un prix de l électricité moins élevé pour le consommateur final? Transparence des prix Un prix de l électricité moins élevé pour le consommateur final? 30 novembre 2009 Stéphane Dochy 1 Caractéristiques ristiques d une d libéralisation réussier : - Davantage de concurrence

Plus en détail

Comparaison des prix sur les marchés libéralisés de l électricité avec ceux pratiqués avant la libéralisation. Clientèle domestique

Comparaison des prix sur les marchés libéralisés de l électricité avec ceux pratiqués avant la libéralisation. Clientèle domestique Comparaison des prix sur les marchés libéralisés de l électricité avec ceux pratiqués avant la libéralisation Clientèle domestique Mars 2008 Avertissement : L objectif du présent document est d illustrer

Plus en détail

1/15. Evolution des prix du gaz naturel sur le marché résidentiel juin 2012

1/15. Evolution des prix du gaz naturel sur le marché résidentiel juin 2012 1/15 Evolution des prix du gaz naturel sur le marché résidentiel juin 2012 Avertissement L objectif du présent document est d illustrer l évolution des prix sur le marché du gaz naturel pour les clients

Plus en détail

RAPPORT TE2008 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ. relatif aux

RAPPORT TE2008 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ. relatif aux Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02 289 76 11 Fax : 02 289 76 99 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ RAPPORT TE2008 relatif

Plus en détail

Production décentralisée et gestion du réseau électrique

Production décentralisée et gestion du réseau électrique Commission wallonne pour l Energie Sommaire En quoi consiste la libéralisation? Production décentralisée et gestion du réseau électrique EDORA (Fédération de l Electricité d Origine Renouvelable et Alternative)

Plus en détail

Liste de prix septembre 2015

Liste de prix septembre 2015 Tarifs et conditions pour les Consommateurs 1 Liste de prix septembre 2015 Maintenant prime de bienvenue de 50 EUR* Contenu Le Tarif de l électricité et/ou gaz... 2 Redevance annuelle et coûts de l énergie

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Bruxelles, le 3 octobre 2013 Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Le résultat courant des hôpitaux généraux recule de manière structurelle. Les hôpitaux demeurent toutefois

Plus en détail

Liste de prix décembre 2015

Liste de prix décembre 2015 Tarifs et conditions pour les Consommateurs 1 Liste de prix décembre 2015 Contenu Le Tarif de l électricité et/ou gaz... 2 Redevance annuelle et coûts de l énergie pour Consommateurs... 3 Tarifs de réseau

Plus en détail

Liste de prix août 2015

Liste de prix août 2015 Tarifs et conditions pour les Clients Professionnels 1 Liste de prix août 2015 Maintenant 1 mois d électricité gratuite* Contenu Le Tarif de l électricité et/ou gaz... 2 Redevance annuelle et coûts de

Plus en détail

Liste de prix mai 2015

Liste de prix mai 2015 Tarifs et conditions pour les Consommateurs et Clients Professionnels 1 Liste de prix mai 2015 Maintenant 1 mois d électricité gratuite* Contenu Le Tarif de l électricité et/ou gaz... 2 Redevance annuelle

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Les gestionnaires du réseau de distribution mixtes flamands maintiennent les coûts gérables sous contrôle

Les gestionnaires du réseau de distribution mixtes flamands maintiennent les coûts gérables sous contrôle Intermixt - Flandre Les gestionnaires du réseau de distribution mixtes flamands maintiennent les coûts gérables sous contrôle Intermixt est une fondation d utilité publique active dans le secteur belge

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL 2015 DE LA BELGIQUE A LA COMMISSION EUROPEENNE ET A ACER

RAPPORT NATIONAL 2015 DE LA BELGIQUE A LA COMMISSION EUROPEENNE ET A ACER Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél.: +32 2 289 76 11 Fax: +32 2 289 76 09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ RAPPORT NATIONAL

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

Evolution des prix du gaz sur le marché résidentiel mars 2008

Evolution des prix du gaz sur le marché résidentiel mars 2008 1/9 Evolution des prix du gaz sur le marché résidentiel mars 20 Avertissement L objectif du présent document est d illustrer l évolution des prix sur le marché du gaz pour les clients domestiques belges

Plus en détail

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011 Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 211 EEn comme au niveau national, les établissements de restauration sont plus nombreux que ceux d'hébergement. Toutefois, la part des

Plus en détail

Carte tarifaire. Tarifs et conditions pour les consommateurs, les indépendants et les PME. Septembre 2013. Jusqu'à e 100*de.

Carte tarifaire. Tarifs et conditions pour les consommateurs, les indépendants et les PME. Septembre 2013. Jusqu'à e 100*de. Tarifs et conditions pour les consommateurs, les indépendants et les PME Carte tarifaire Septembre 2013 (référence 201309) Jusqu'à e 100*de réduction (TVAC) Table des matières Prix de l'énergie électricité

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques Centrale des crédits aux particuliers Statistiques 2013 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

Le simulateur de la CWaPE. Manuel d utilisation simplifié Résultats

Le simulateur de la CWaPE. Manuel d utilisation simplifié Résultats Le simulateur de la CWaPE Manuel d utilisation simplifié Résultats Qu est-ce que le simulateur? Où trouver le simulateur? Le simulateur CWaPE: - est une comparaison objective des différents contrats de

Plus en détail

Accueil des productions photovoltaïques de grande puissance sur les réseaux électriques gérés par ORES

Accueil des productions photovoltaïques de grande puissance sur les réseaux électriques gérés par ORES ores.net Accueil des productions photovoltaïques de grande puissance sur les réseaux électriques gérés par ORES EF4 Les Isnes 22/11/2011 Olgan Durieux - ORES Smart Grids / Smart Metering 2 www.ef4.be 1

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Communiqué de presse. 25 août 2014. Information réglementée EMBARGO 25 août 2014 à 8h15 Roularta Media Group

Communiqué de presse. 25 août 2014. Information réglementée EMBARGO 25 août 2014 à 8h15 Roularta Media Group Communiqué de presse 25 août 2014 Information réglementée EMBARGO 25 août 2014 à 8h15 Roularta Media Group Information réglementée EMBARGO 25 août 2014 à 8h15 Roularta Media Group 02 Résultats premier

Plus en détail

À qui profitent les certificats verts?

À qui profitent les certificats verts? À qui profitent les certificats verts? Fabienne Collard L e système des certificats verts a été établi afin de promouvoir la production d électricité provenant de sources renouvelables : énergie solaire,

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

DELIBERATION RN n 15 / 2005 du 4 mai 2005

DELIBERATION RN n 15 / 2005 du 4 mai 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 214 Chaque année à la même période, la Banque nationale de Belgique publie les chiffres de la Centrale des Crédits aux particuliers.

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

PV Réseau d échanges 17 décembre 2015 Choix du fournisseur

PV Réseau d échanges 17 décembre 2015 Choix du fournisseur PV Réseau d échanges 17 décembre 2015 Choix du fournisseur 1. Introduction Lisa Joseph (EIW) introduit la réunion en souhaitant la bienvenue à tous. Elle précise l objectif du réseau d échanges qui est

Plus en détail

Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013

Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013 Rapport intermédiaire du premier semestre 2013: Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013 1.1.-30.6.2012 1.1.-30.6.2013 Evolution Chiffre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 24 AOÛT 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 24 AOÛT 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 24 AOÛT 2015 Information réglementée EMBARGO 24 août 2015 à 8h15 Roularta Media Group RÉSULTATS PREMIER SEMESTRE 2015 Roularta a vendu ses activités françaises et améliore son rendement

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

Rôle et missions du conseiller en énergie

Rôle et missions du conseiller en énergie Rôle et missions du conseiller en énergie Module CE-01 Conseiller en énergie Plan de l exposé Présentation & Tour de table Présentation des objectifs et du programme Positionnement & Rôles du conseiller

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2015 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX

ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2015 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX Institut des comptes nationaux ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2015 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX OBSERVATOIRE DES PRIX Pour de plus amples informations : SPF Économie, P.M.E., Classes

Plus en détail

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE

L INTERPRETATION DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ET FONCTION DU TARIFE INTRODUCTION Le système comptable OHADA préconise l'établissement des états financiers annuels qui se composent, selon l'article 8 (Droit Comptable) de plusieurs éléments: - Bilan; L INTERPRETATION DES

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Rapport semestriel 2008

Rapport semestriel 2008 Rapport semestriel 2008 Au cours du premier semestre, le groupe Edipresse a précisé sa stratégie en donnant la priorité au renforcement de ses activités suisses et au développement de ses activités dans

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE

ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE 1, RUE JULES LEFEBVRE, 75009 PARIS - TÉLÉPHONE : 01 42 47 91 01 - TÉLÉCOPIE : 01 42 47 93 11 SITE INTERNET : www.associationfrancaisedelassurance.fr DONNEES RELATIVES

Plus en détail

ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS D UNE ENTREPRISE

ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS D UNE ENTREPRISE ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS D UNE ENTREPRISE IMPORTANCE DE COMPRENDRE SA SANTÉ 1- Qu est ce que l analyse financière? Évaluation méthodique de la situation financière d'une entreprise. 2- Buts de l analyse

Plus en détail

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice Résultat semestriel 2006 Seul le discours prononcé fait foi Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice. Présentation de Christian Sahli, chef Finances et controlling, lors de la conférence de presse

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur Faculté d'informatique Année académique 2008-2009 Travail d analyse des comptes annuels de l entreprise POLYNOME, dans le cadre du cours ECGE B281 Comptabilité

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

Finances publiques et trajectoire budgétaire Finances communales et SEC 95 Quelques chiffres et quelques évidences

Finances publiques et trajectoire budgétaire Finances communales et SEC 95 Quelques chiffres et quelques évidences Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Finances publiques et trajectoire budgétaire Finances communales et SEC 95 Quelques chiffres et quelques évidences La question des trajectoires budgétaires

Plus en détail

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays.

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays. Note de presse Octobre 2015 1 La deuxième partie de 2015 marque une accélération dans la réalisation des ambitions éoliennes d Electrabel : 20 éoliennes seront en construction. Ces nouveaux mâts participent

Plus en détail

L énergie et la médiation de dettes

L énergie et la médiation de dettes M E D E N A M L énergie et la médiation de dettes Comment aborder la question de l énergie dans le cadre de vos dossiers de médiation de dettes (amiable ou judiciaire)? Juillet 2015 PAGE 2 L ÉNERGIE ET

Plus en détail

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré :

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré : COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 20 juillet 2014 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er SEMESTRE 2014 Faits marquants : - Confirmation du retour à la croissance du chiffre d affaires (+1,3% au deuxième trimestre)

Plus en détail

ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2013 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX

ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2013 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX Institut des comptes nationaux ANALYSE DES PRIX PREMIER RAPPORT TRIMESTRIEL 2013 DE L INSTITUT DES COMPTES NATIONAUX OBSERVATOIRE DES PRIX Pour de plus amples informations : SPF Economie, P.M.E., Classes

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Tableau de correspondance PCN/SCF TABLEAU DE CORRESPONDANCE PCN / SCF

Tableau de correspondance PCN/SCF TABLEAU DE CORRESPONDANCE PCN / SCF TABLEAU DE CORRESPONDANCE PCN / SCF PLAN COMPTABLE NATIONAL 1975 NOMENCLATURE COMPTABLE CONVERGENTE SCF Classe 1 : Fonds propres 100 Apports de l'etat (appelés / non appelés) 101 Capital émis (capital

Plus en détail

MEDICA - Résultats annuels 2009

MEDICA - Résultats annuels 2009 COMMUNIQUE DE PRESSE MEDICA - Résultats annuels 2009 Croissance soutenue des marges opérationnelles en 2009 o EBITDAR : 26,5 % du CA + 7,5 % vs 2008 o EBITDA : 17,6 % du CA + 8 % vs 2008 Capacité démontrée

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) *

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE Centrale des bilans COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * L utilisation de ce modèle n est pas obligatoire pour le dépôt des comptes consolidés auprès de la

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Engagements routiers des Conseils généraux

Engagements routiers des Conseils généraux Engagements routiers des Conseils généraux Octobre 2000 PREFACE Lancée par l'assemblée des Départements de France (ADF) en liaison avec l'union des Syndicats des Industries Routières de France (USIRF),

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

Carte Tarifaire. Valable pour les contrats conclus dans le cadre de l action Gaz et Electricité 2015 organisée par Test-Achats en FLANDRE

Carte Tarifaire. Valable pour les contrats conclus dans le cadre de l action Gaz et Electricité 2015 organisée par Test-Achats en FLANDRE Carte Tarifaire Valable pour les contrats conclus dans le cadre de l action Gaz et Electricité 2015 organisée par Test-Achats en FLANDRE CLIENTS PARTICULIERS Page 1 : Offre Poweo Fix Electricité Test-Achats

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Résultats annuels au 30 juin 2008

Résultats annuels au 30 juin 2008 Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche Société Anonyme au capital de 32 205 872,50 euros Siège social : 12 rue Godot de Mauroy, 75009 Paris RCS Paris 775 669 336 Paris, le 23 octobre 2008 Résultats

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Zurich, le 1 er octobre 2010 Clôture annuelle du groupe CREALOGIX CREALOGIX: hausse du bénéfice en dépit du recul du chiffre d affaires En dépit du recul de son chiffre d affaires,

Plus en détail

Activité soutenue au 1 er semestre 2004. Croissance organique : + 5,2 % Communiqué de Presse

Activité soutenue au 1 er semestre 2004. Croissance organique : + 5,2 % Communiqué de Presse Paris, le 29 juillet 2004 Communiqué de Presse Activité soutenue au 1 er semestre 2004 Chiffre d affaires : 19,9 milliards d euros organique : + 5,2 % Au cours du premier semestre 2004, le chiffre d affaires

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Résultats du troisième trimestre 2009 Chiffre d affaires de 979,5 M (- 39% par rapport au T3 2008) RBE de 174,0 M, soit 17,8% du chiffre d affaires (26,7% au T3 2008) Important flux

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

Communiqué de presse Novembre 2014 www.vallourec.com. Résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois de 2014

Communiqué de presse Novembre 2014 www.vallourec.com. Résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois de 2014 Communiqué de presse Novembre 2014 www.vallourec.com Résultats du troisième trimestre et des neuf premiers mois de 2014 Boulogne-Billancourt, le 6 novembre 2014 - Vallourec, leader mondial des solutions

Plus en détail

Bon fonctionnement du marché et bonne protection des consommateurs : compatibles?

Bon fonctionnement du marché et bonne protection des consommateurs : compatibles? Bon fonctionnement du marché et bonne protection des consommateurs : compatibles? TABLE DES MATIERES Protection des consommateurs : nouvelles ordonnances électricité et gaz de juillet 2011 La protection

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée. INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Édition révisée Faits saillants COMPARAISON DE RÉMUNÉRATION ET MARCHÉ DU TRAVAIL o

Plus en détail

Le patrimoine financier net des ménages est pour moitié dans le deuxième pilier

Le patrimoine financier net des ménages est pour moitié dans le deuxième pilier Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 21 novembre 2006 Comptes financiers de la Suisse 2004 Le patrimoine financier net des ménages est pour

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Les finances des CPAS wallons

Les finances des CPAS wallons Finances locales Les finances des CPAS wallons 013 Les finances des CPAS wallons Principales tendances dans les CPAS wallons, qui se dégagent globalement selon les budgets 013 et les comptes 01 : Une significative

Plus en détail

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt personnel des Nations Unies CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt Le Comité mixte de la Caisse commune des pensions s'est réuni du

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels Montie Brewer, président et chef de la direction Joshua Koshy, vice-président général et chef des Affaires financières 1 6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

Plus en détail

Photovoltaïque en Région wallonne Qui fait quoi? Présentation de la nouvelle prime

Photovoltaïque en Région wallonne Qui fait quoi? Présentation de la nouvelle prime Photovoltaïque en Région wallonne Qui fait quoi? Présentation de la nouvelle prime Par Denis THOMAS Lieu: Beez (RBF) Date: 27/02/08 Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

La distribution des produits pétroliers

La distribution des produits pétroliers La distribution des produits pétroliers L'industrie pétrolière et gazière en 28 En 28, les ventes de carburants automobiles des entrepositaires agréés ont diminué par rapport à 27. Le volume total vendu

Plus en détail

ETUDE (F)111215-CDC-1131

ETUDE (F)111215-CDC-1131 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02.289.76.11 Fax : 02.289.76.99 COMMISSION DE REGULATION DE L'ELECTRICITE ET DU GAZ ETUDE (F)111215-CDC-1131

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2015 1

Résultats du troisième trimestre 2015 1 Résultats du troisième trimestre 1 Luxembourg, le 5 novembre Faits marquants Taux de fréquence en matière de santé et sécurité 2 de 1,2 au troisième trimestre, contre 0,8 au deuxième trimestre. Expéditions

Plus en détail

PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION Rapport circonstancié du Conseil d administration en application de l article 694 du code des sociétés

PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION Rapport circonstancié du Conseil d administration en application de l article 694 du code des sociétés SIB-2015-207* Sibelgaz Association chargée de mission Maison communale de Saint-Josse-ten-Noode RPM Bruxelles Numéro d entreprise 0229.921.078 Numéro de TVA BE 0229.921.078 PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION

Plus en détail

Organismes sans but lucratif : Nouvelles

Organismes sans but lucratif : Nouvelles Décembre 2010 www.bdo.ca Certification et comptabilité Organismes sans but lucratif : Nouvelles orientations En décembre 2010, le Conseil des normes comptables (CNC) et le Conseil sur la comptabilité dans

Plus en détail

PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION en application de l article 693 du code des sociétés

PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION en application de l article 693 du code des sociétés SIB-2015-206* Sibelgaz Association chargée de mission Maison communale de Saint-Josse-ten-Noode RPM Bruxelles Numéro d entreprise 0229.921.078 Numéro de TVA BE 0229.921.078 PROPOSITION DE FUSION PAR ABSORPTION

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TOME 1 *

TABLE DES MATIÈRES TOME 1 * TABLE DES MATIÈRES TOME 1 * Tableaux Tome 1.............................................. Figures Tome 1............................................... xiv xix Introduction................................................

Plus en détail

Investir dans l éolien en Belgique

Investir dans l éolien en Belgique Investir dans l éolien en Belgique Les ambitions d ENGIE Electrabel en tant que leader de la transition énergétique Note de presse Mars 2016 L année 2016 marque une accélération dans la réalisation des

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 N 45 Mai 2015 1 SOMMAIRE 1. DES RÉSULTATS TIRÉS PAR L ASSURANCE DE PERSONNES... 5 1.1 Des résultats en progression dans le

Plus en détail