Table des matières. Rapport PME Belgique 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Rapport PME Belgique 2013"

Transcription

1 JANVIER 2014

2 Une publication de UNIZO vzw, de l UCM et de Graydon Belgium nv Redaction Gilles Vandorpe (Coordinateur Recherche UNIZO- Service d Etudes) Charlie Tchinda (Economiste-Statisticien UCM Service d Etudes) Comité de pilotage et source des données Peter Thijs (Programmation) Aimé Le Roy (Research & Development) Johan Bortier (Directeur UNIZO- Service d Etudes) Arnaud Deplae (Directeur UCM-Service d Etudes) Eric Van den Broele (Senior Manager Research & Development Graydon Belgium NV) Contact Secretariaat UNIZO-Studiedienst Willebroekkaai 37, 1000 Brussel Tel: Fax: UCM Service d Etudes Chaussée de Marche 637, 5100 Wierde-Namur Tel: Fax: Graydon Belgium nv Uitbreidingstraat 84-b1 Tel: Fax: L acquisition et l utilisation de cette étude est encouragée moyennant la citation de la source : "UNIZO - Graydon Belgium - UCM". Cette brochure a été préparée uniquement à des fins d'information. Les données ont été obtenues et analysées à partir de la base de données Graydon. Le traitement a été effectué par les départements des études de l'unizo et de l'ucm. Les éditeurs, auteurs ou fournisseurs d'informations peuvent être tenus responsables d'éventuelles inexactitudes. L'interprétation finale des données est laissée à l appréciation lecteur. 2

3 Table des matières Rapport PME...1 Aperçu de l état de santé économique et financière des PME belges...1 Table des matières...3 Introduction Méthodologie Les PME en chiffres Evolution du nombre de PME en Belgique Les PME selon la durée de vie Les PME selon la forme juridique Les PME selon le secteur d activité Les PME selon la taille de l entreprise Productivité : Valeur ajoutée par rapport au coût du personnel Rentabilité nette des fonds propres après impôts Solvabilité Degré d indépendance financière La couverture des fonds empruntés par le cash-flow Liquidité FiTo -mètre Nombre de jours crédit-fournisseur Nombre de jours crédit client Investissements en immobilisations corporelles Résultats d exploitation et entreprises déficitaires Fonds propres Multi-score des PME belges Conclusion...32 Annexes

4 Introduction La première édition du rapport PME a été publiée en 2008 et concernait uniquement les PME flamandes. Les promoteurs de cette initiative, à savoir UNIZO et GRAYDON avaient pour objectif de présenter une image de la santé financière des PME de cette région. Cette année, le rapport PME-Flandre a été transformé et élargi en Rapport PME-Belgique. L UCM a rejoint les deux partenaires traditionnels UNIZO et GRAYDON pour mener à bien le projet. Bien que cette sixième édition ait une portée plus large, l'objectif principal reste le même que lors de la première édition, à savoir, la cartographie de la santé financière et économique des PME sur une période de plus en plus longue. Ce rapport porte sur la période pour l'ensemble des données que nous avons obtenues à partir des comptes annuels. Les chiffres sont principalement d'intérêt pour l'entrepreneur, qui peut se positionner par rapport aux autres PME, à la fois au sein d'un secteur ainsi que dans la population totale des PME en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie. En outre, le rapport est également une source d informations pour divers acteurs sur la base d'un ensemble complet de données permettant d examiner la santé financière et économique des PME belges avec précision en vue de prendre des décisions conséquentes. Les chiffres figurant dans le rapport des PME ont été arrêtés le 30 octobre À ce moment, 96,1% des comptes annuels pour 2012 étaient disponibles. Nous examinons la santé économique et financière des entreprises de moins de 50 travailleurs ainsi que celle des entreprises individuelles 1. Les chiffres pour les entreprises sont principalement basés sur les données des états financiers. Graydon-Belgium a également son propre instrument de qualité, le multi-score. Il permet de donner une image de la santé financière à la fois des entreprises-pme et des entreprises individuelles. Le rapport donne pour chacun des critères, des chiffres et ratios pour la Belgique, la Flandre, Bruxelles et la Wallonie. Des données sectorielles spécifiques et des données provinciales peuvent être consultées en annexe. Dans la première partie, nous donnons un aperçu statistique du nombre de PME en Belgique, mais aussi une subdivision selon la région. Le nombre absolu des PME fait l objet d une grande attention, ainsi que le nombre de PME selon le groupe d'âge, selon la forme juridique, selon le secteur d activité et les classes d emploi. Nous faisons la distinction entre les entreprises-pme et les entreprises individuelles. Ensemble, ces deux sous-groupes forment le groupe de PME. Dans une deuxième partie, nous mettons en avant certains paramètres financiers et économiques des entreprises-pme (c'est-à-dire sans les entreprises individuelles). Ces paramètres sont résumés à la fin du chapitre dans un indicateur global : le score Fito ou FITO-mètre. Il a été développé sur la base des recherches du professeur émérite Hubert Ooghe (Université de Gand et 1 Entreprises d une seule personne et entrepreneurs exerçants en personne physique 4

5 la Vlerick Leuven Gent Management School ) en étroite collaboration avec Graydon Belgium. Le score est calculé sur la base de huit ratios déterminés. Il donne une image claire de la cohérence financière au sein de l entreprise. Les différents ratios qui sont inclus dans le calcul sont : la valeur ajoutée brute par rapport au personnel, la rentabilité nette des actifs de l entreprise après impôt, le rendement net des capitaux propres après impôts, le degré d'auto - financement, le degré d'indépendance financière, la dette financière à court et à long terme, la couverture de la dette par le cash-flow et enfin le ratio de cash net. Les ratios sont également inclus séparément dans ce calcul, à l'exception de la rentabilité nette des actifs après impôt et du ratio de cash net. Dans une troisième partie, nous examinons cinq autres paramètres économico-financiers, à savoir le nombre de jours de crédit fournisseur, le nombre de jours de crédit client, les investissements en immobilisations corporelles en cours, le bénéfice d'exploitation et la part des entreprises déficitaires et enfin les capitaux propres. Ces cinq paramètres - en plus des ratios financiers précédemment mis en avant permettent d obtenir une image plus correcte de la santé financière et économique des entreprises-pme. Dans la quatrième section, nous examinons le multi-score pour les PME belges. Le multiscore est une analyse qualitative de Graydon qui permet aussi d avoir une image sous un autre angle de la santé économique et financière des entreprises-pme et des entreprises individuelles. 5

6 1. Méthodologie Le rapport des PME est compilé à partir des données recueillies par Graydon Belgium. La base de données de source de Graydon contient tous les numéros de TVA actifs, passifs et inactifs belge 2 (et depuis juin 2004 les numéros d entreprise). En 2013 cela signifie environ 2,2 millions de numéros de TVA dont plus de numéros d entreprises actives (entreprises-pme, entreprises individuelles, des organismes parapublics et les ASBL). Les chiffres de l'entreprise sont à l'origine extraits de la Banque-Carrefour des Entreprises ou répertoriés selon l acte. Les professions de médecins et avocats, tout comme les ASBL, ne sont pas inclus dans les chiffres en raison de la nature de leurs activités. En plus des numéros d entreprises, Graydon travaille activement avec les documents de base, et la lecture du Moniteur belge afin d'augmenter la précision des données. De même les contacts avec les tribunaux, les autorités fiscales et les organismes de sécurité sociale permettent de coller au plus près à la réalité. Toute l'information financière et économique potentiellement disponible sur le «marché de l'information» belge est systématiquement collectée, structurée et traitée. Un supplément continu cette information via des codes de chaque entreprise repose principalement sur quatre piliers : - La communication en ligne ou la communication via des flux automatisés avec divers organismes officiels, tels que la Banque nationale de Belgique, les listes d'entrepreneurs enregistrés,... ; - Ajout et correction des informations officielles dans diverses publications (Moniteur belge, protestation, des actes de création,... ) ; - Chaque jour, en prenant toutes sortes de publications non officielles comme les journaux et magazines ; - Organisation de leur propre système de mise en commun afin de garder une certaine avance sur les derniers développements du secteur ( des expériences de paiement, mise en commun des chèques sans provision, mise à jour des faillites actées, assignations ONSS, en collaboration avec les agences de recouvrement,... ). Les chiffres de ce rapport couvrent la période de 2003 à 2012 et sont arrêtés au 30 Octobre A cette époque, 96,1% des comptes annuels pour 2012 étaient disponibles. Les ratios et autres résultats dérivés impliquent que les états financiers étaient disponibles à ce moment-là pour toute la population représentant les PME. Les chiffres associés aux multi-scores reflètent la situation de 2003 à Nous définissons une PME comme une entreprise d au plus 50 salariés.. 2 Le nombre d'entreprises actives indique les entreprises encore en vie. Les numéros d entreprises passives indiquent des activités abandonnées. Les chiffres sur le nombre d'entreprises dormantes indiquent des entreprises existante, mais inactives 6

7 Dans la partie 2 intitulée «Les PME en chiffres», nous faisons la distinction entre les différentes formes juridiques. À savoir SA, SPRL, SPRLU, diverses sociétés en commandite et coopératives, entreprises individuelles, les entreprises sous d autres formes juridiques. Parmi la catégorie «Autres», on retrouve toutes les autres entités non étatiques exerçant sous les formes légales antérieures. Ces autres entités comprennent: - Partenariat européen - Groupement européen d'intérêt économique - Entreprises agricoles - Association de droit étranger - Société commerciale silencieuse - Association de fait - Association à but social Les secteurs utilisés dans les annexes sont basés sur la nouvelle nomenclature NACEBEL utilisée depuis janvier Nous nous limitons à la classification NACE 4. Les principaux secteurs utilisés sont des groupes de NACEBEL suivants: PRINCIPAUX SECTEURS GROUPE (S) NACEBEL SERVICES 58,59,60,61,62,63,64,65,66,68,70,72,73,74,77,78,79,80,81, 82,87,88,90,91,92,93,94,95,96,97,98 CONSTRUCTION 41,42,43 INDUSTRIE 1,2,3,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23,2 4,25,26,27,28,29,30,31,32,33,35,36,37,38,39 COMMERCE EN DETAIL 471,472,473,474,475,476,478,479 HORECA 55,56 COMMERCE DE GROS 462,463,464,465,466,467,469 AUTOMOBILE 451,452,453,454 TRANSPORT 49,50,51,52,53 PROFESSIONS LIBERALES 4773, 69,711,75,86* AUTRES 45,46*, 47,71,84,85,86*,99 *Toutes les activités partielles n'appartiennent pas au même groupe principal, par ex. les activités de commerce de gros (46) peuvent chevaucher d'autres secteurs. **A cause du caractère encore toujours très aléatoire des chiffres historiques en rapport avec les professions libérales, nous avons préféré, sauf pour un groupe restreint qui clairement peut être considéré comme PME, de ne pas les analyser. Dans la partie 5, nous présentons la situation économique et financière des entreprises belges et les entreprises individuelles sur la base du multi-score de Graydon. Ce multi-score donne 7

8 un aperçu du risque de faillite et les perspectives de croissance des entreprises au sein d'un secteur. Le multi-score partitionne un secteur en classes de risque. Pour ce faire, le multiscore utilise une évaluation multidisciplinaire de la santé ou de la mauvaise santé des entreprises et de leur potentiel de croissance possible et leur attribue alors un score de 0 à 100. Le score complet repose sur 3 piliers : Tout d'abord, il y a les faits. Il s'agit d'un mélange des données que Graydon enregistre le plus systématiquement possible dans sa banque de données (citation ONSS, dossiers de recouvrement, chèques sans couverture ). Ces données, env. 80 au total, jouent un rôle essentiel dans l'appréciation du crédit et sont à chaque fois estimées en fonction de leur pertinence, ancienneté et périodicité. En deuxième lieu, Graydon traite les bilans des entreprises. En collaboration avec la Vlerick Leuven Gent Management School, il fixe au préalable les ratios qui sont les plus déterminants dans la réussite ou la faillite des entreprises. Ces ratios sont évalués en fonction de leur pertinence et sont intégrés dans le scoring. Cette information ne peut cependant pas être appliquée à des entreprises qui n'ont pas d'obligation de publication. C'est pourquoi, pour les entreprises qui ne sont pas soumises à l'obligation de publication, on utilise - si nécessaire - un autre matériel statistique. Concrètement, il s'agit entre autres du secteur dans lequel une entreprise est active, l'âge de l'entreprise,... En troisième lieu, il y a les "habitudes de paiement". Il s'agit des données concernant le comportement de paiement de l'entreprise, obtenues via le propre réseau d'information de Graydon. Les pratiques de paiement donnent d'ailleurs, indépendamment des bilans et autres faits matériels, une indication sur le moral de l'entreprise. Le multiscore permet de cette manière de réaliser des évaluations sur des ensembles de secteurs d'activité et est de ce fait, un instrument très valable dans le cadre de ce rapport. Liste des abréviations ASBL BCE Dif.Soc. Comm.et Coop. FITO ONSS PME SA SNC SPRL SPRU TVA Association Sans But Lucratif Banque Carrefour des Entreprises Différentes Sociétés en Commandité et Coopératives Situation Financière Office National de la Sécurité Sociale Petites et Moyennes Entreprises Société Anonyme Société en Nom Collectif Société Privée à Responsabilité Limitée Société Privée à Responsabilité Limitée Unipersonelle Taxe sur la Valeur Ajoutée 8

9 2. Les PME en chiffres Le chapitre Les PME en chiffres présente un ensemble complet de statistiques sur les PME, que ce soient des entreprises individuelles ou des PME 3. Nous examinons l évolution du nombre de PME en Belgique et dans les trois régions pour la période de 2003 à Une vue d ensemble de la part dans le total des entreprises individuelles et des PME sera présentée en fonction de la durée de vie de l entreprise pour l année 2012 et pour chaque région. Nous présentons également l évolution du nombre de PME selon la forme juridique, par région, de nouveau entre 2003 et Le nombre de PME par secteur et par région est aussi analysé, mais juste pour l année Enfin, nous donnons un aperçu des entreprises selon les classes d effectifs employés. 2.1 Evolution du nombre de PME en Belgique En Flandre on dénombre un total de PME (Entreprises individuelles et PME de moins de 50 travailleurs) actives en Cela représente 58% du total des PME en Belgique. Entre 2003 et 2012, le nombre de PME a été en progression constante. En 2012, on compte 19% de PME actives en plus par rapport à 2003, soit une augmentation annuelle moyenne de près de 2%. Bruxelles compte PME, qui représentent 12% du total, alors qu en Wallonie, on a près de PME dont la part représente 27% du total. Entre 2003 et 2012, le nombre de PME s est accru de 24% à Bruxelles et 12% en Wallonie. En rythme annuel moyen, cela représente respectivement 2,4% et 1,2% pour Bruxelles et la Wallonie. Tableau 1 : Evolution du nombre de PME par région, Localisation Flandre Bruxelles Wallonie Inconnu Fédéral En 2012, 56% des entreprises-pme en Belgique étaient établies en Flandre. Par rapport à 2003, ces dernières ont connu une augmentation de 38%, soit un accroissement annuel moyen de 3,8%. Avec près de entreprises-pme en 2012, Bruxelles compte pour 15% du total belge, contre 16,8% en La part des entreprises-pme de la Wallonie dans le total en 2012 est de 22%, contre 23,1% en A Bruxelles et en Wallonie, le nombre d entreprises-pme a augmenté de 25% et 3 La source des chiffres est la base de données de Graydon qui contient plus d un million d entreprises actives. Les chiffres présentés dans ce rapport sont obtenus en éliminant les entreprises ayant plus de 50 travailleurs, desquels sont retirés les ASBL. 9

10 32% respectivement entre 2003 et Cela représente une augmentation annuelle moyenne de 2,5% et 3,2% respectivement. A côté, nous avons un groupe d entreprises-pme dont la localisation n est pas connue, mais dont la part ne cesse de croître (leur nombre a presque doublé en 10 ans et leur part est passée de 4% à 6%!). Tableau 2 : Evolution du nombre d entreprises PME par région, Localisation Flandre Bruxelles Wallonie Inconnu Belgique La Flandre avait plus de entreprises individuelles en Ce chiffre est le même que celui de Par rapport à 2003, le nombre d entreprises individuelles a augmenté de 3%. A Bruxelles, un accroissement de 22% a été enregistré pendant qu un statut quo était constaté en Wallonie avec une croissance de 1% dans le même temps. La Flandre compte 59% des entreprises individuelles exerçant en Belgique. Cette proportion est de 8% à Bruxelles et 33% en Wallonie. Ces parts sont stables depuis Le nombre d entreprises individuelles est en augmentation pour la première fois depuis 2007 en Flandre et en Wallonie. Bruxelles par contre n a pas connu de creux depuis 2003 dans son évolution. Les chiffres sur le nombre d'entreprises-pme et le nombre d entreprises individuelles montrent que la part des entreprises-pme dans chaque région est de plus en plus importante et que la proportion des entreprises individuelles baisse partout. Depuis 2010, on dénombre en Flandre plus d entreprises-pme que d entreprises individuelles. Ce n est pas encore le cas en Wallonie et à Bruxelles. Tableau 3 : Evolution du nombre d entreprises individuelles par région, Flandre Bruxelles Wallonie Inconnu Fédéral

11 2.2 Les PME selon la durée de vie En 2012, près de la moitié des entreprises-pme avaient moins de 10 ans. 45% d entre elles avaient entre 10 et 49 ans. Seules 3% avaient plus de 50 ans. Tableau 4: Part des entreprises PME selon la durée de vie et par région ans 5 9 ans ans ans ans ans +50 ans TOTAL Flandre 27% 20% 25% 18% 5% 2% 3% 100% Bruxelles 28% 19% 22% 18% 5% 3% 4% 100% Wallonie 27% 20% 24% 19% 5% 2% 3% 100% Belgique 28% 20% 25% 18% 5% 2% 3% 100% En 2012, 46% des entreprises individuelles avaient moins de 10 ans en Belgique. A Bruxelles où l on trouve des entreprises plus jeunes, cette proportion s élevait à 58%. 40% du total des entreprises individuelles avaient entre 10 et 50 ans en Belgique lors de cette même année. Bruxelles se distingue avec une proportion de 31% pour cette catégorie d âge. En Belgique, comme en Flandre et en Wallonie, 13% des entreprises individuelles existent depuis plus de 50 ans. A Bruxelles, cette proportion est de 9%, et donc plus faible que dans les autres régions et le pays. Tableau 5 : part des entreprises individuelles selon la durée de vie et la région en ans 5 9 ans ans ans ans ans +50 ans Total Flandre 30% 18% 22% 13% 4% 1% 12% 100% Bruxelles 42% 19% 14% 10% 6% 1% 8% 100% Wallonie 30% 16% 21% 14% 5% 2% 12% 100% Belgique 31% 17% 21% 13% 5% 1% 12% 100% 2.3 Les PME selon la forme juridique La forme juridique principale pour les PME en Flandre est encore de loin l'entreprise individuelle, même si sa part dans la population totale des PME a reculé de 56% en 2003 à 49% en En revanche, la deuxième forme juridique la plus importante, la SPRL, est de plus en plus importante. En 2003, seulement 25% des PME exerçaient sous cette forme juridique. En 2012, cette part était passée à 28%. La SPRLU a connu une augmentation sur la période et prend une part de 5% dans le total. La proportion de SA baisse légèrement de 13% à 9% sur la période

12 Tableau 6 : Evolution des PME en Flandre selon la forme juridique 2012 Forme juridique SA SPRL SPRLU SC Pers. Phys SNC Autres TOTAL A Bruxelles, la SPRL a gagné en importance par rapport à 2003 (32%). Elle représente en 2012 la part la plus importante, de 35%. En 2003, l'entreprise individuelle était avec la SPRL la forme juridique principale, avec une part de 32% respectivement. Cette part a légèrement baissé à 31% en La SPRLU ne cesse de grandir et compte pour 7% en La part des SA baisse et passe de 20% en 2003 à 14% en Les diverses sociétés en commandite et coopérative reculent légèrement par rapport à 2003 et ne comptent plus que pour 7% en Tableau 7 : Evolution des PME à Bruxelles selon la forme juridique, 2012 Forme juridique SA SPRL SPRLU SC Pers. Phys SNC Autres TOTAL L'entreprise individuelle ou en Personne Physique (PP), comme forme juridique perd du terrain en Wallonie. En 2003, la forme juridique PP représentait encore 63% du total. En 2012, cette part a chuté à 57%. Les SPRL et SPRLU occupent l espace ainsi perdu. En 2003, les SPRL avaient une part de 19%, en 2012 ce chiffre est passé à 23%. La SPRLU a gagné 3 points de pourcentage par rapport à 2003 et compte pour 5% en Les autres formes juridiques conservent les mêmes proportions par rapport à

13 Tableau 8 : Evolution des PME en Wallonie selon la forme juridique, 2012 Forme juridique SA SPRL SPRLU SC Pers. Phy SNC Autres TOTAL Les PME selon le secteur d activité En 2012, 30% des PME exerçaient dans le secteur des services en Flandre. Ensuite, on retrouve la construction et l'industrie, avec une part de 12% et 11% respectivement. Le commerce de détail est à la quatrième place avec une part de 9%. L'Horeca compte pour 6% et la part du Commerce de gros est de 5 %. Tant le secteur de l'automobile que celui des transports ont chacun une part de 3%. L annexe 1 donne un aperçu du nombre de PME par (sous)-secteurs et par région pour Graphique 1 : répartition des PME en Flandre selon le secteur d activité, 2012 A Bruxelles, la plus grande part des PME exerce dans le secteur des services et représente 32% d entre elles. En deuxième et troisième place viennent la construction et le commerce de détail avec une part de 10% et 8% respectivement. Ils sont suivis par l Horeca (5%), commerce de gros (4%), l'industrie (3%), les transports (2%) et l'automobile (2%). 13

14 Graphique 2 : Répartition des PME à Bruxelles selon le secteur d activité, 2012 Comme en Flandre et à Bruxelles, le plus grand secteur est celui des services en Wallonie avec une part de 26%. Le secteur de l industrie et de la construction avec 12% se partagent le second rang. Le commerce de détail compte pour 10% des PME et l Horeca pour 6%. Le commerce de gros et le secteur de l'automobile représentent chacun 3% des PME en Wallonie, et le secteur des transports a une part de 2%. Graphique 3 : Répartition des PME en Wallonie selon le secteur d activité 2.5 Les PME selon la taille de l entreprise En Flandre, on recense plus de PME (entreprises ou entreprises individuelles) n ayant pas de salariés. Ils comptent pour 86% de toutes les PME flamandes. 12% des PME ont entre 1 et 9 salariés. Seuls 1% ont entre 10 et 49 travailleurs. Le nombre d'entreprises sans salariés a le plus augmenté au cours de la période (+ 21%). Le nombre d'entreprises qui comptent entre 5 et 9 salariés a augmenté de 10% depuis Le nombre d'entreprises ayant entre 1 et 4 employés s est accru de 8%. 14

15 Tableau 9 : Evolution du nombre de PME selon les effectifs de salariés, Classes Aucun à 4 trav à 9 trav à 19 trav à 49 trav TOTAL A Bruxelles, il y a plus de PME sans salariés. C'est 88% du nombre total des PME à Bruxelles. 8% des PME bruxelloises ont entre 1 et 4 personnes salariées ou 4% du nombre total des PME à Bruxelles emploient entre 5 et 49 personnes. Tableau 10 : Evolution du nombre de PME à Bruxelles selon les effectifs de salariés, Classes Aucun à 4 trav à 9 trav à 19 trav à 49 trav TOTAL Le nombre de PME n ayant pas de personnel s élève à en Wallonie, soit 87% de l'ensemble des PME wallonnes en % d entre elles ont entre 1 et 9 salariés et, 2% emploient entre 10 et 49 personnes. Le nombre d entreprises ayant entre 20 et 49 salariés a le plus augmenté depuis Leur nombre est 16% plus élevé qu en 2003, soit un accroissement annuel moyen de 1,6%. Le nombre d entreprises n ayant pas de salariés s est lui accru de 13%, soit 1,3% en rythme annuel moyen. 15

16 Tableau 11 : Evolution du nombre de PME en Wallonie selon les effectifs de salariées Classes Aucun à 4 trav à 9 trav à 19 trav à 49 trav TOTAL Ratios financiers des PME belges Pour rendre compte de la situation économique et financière des entreprises PME belges, nous analysons divers ratios basés sur les données des états financiers de ces entreprises. Les données financières calculées le sont uniquement sur les entreprises-pme et ne prennent donc pas en compte les entreprises individuelles. Nous examinons la productivité (valeur ajoutée brute par rapport au coût du personnel), le rendement net des fonds propres après impôt, la solvabilité, le degré d'indépendance financière, la couverture de la dette par le cash-flow et la liquidité. Nous utilisons également l instrument discuté précédemment Fito ou encore le FITO-mètre, qui est un bon indicateur de la santé financière globale d'une entreprise ou d un groupe d entreprises. Nous donnons divers rapports et les résultats du Fito -mètre chaque fois pour la Belgique et les trois régions. Les rapports qui en résultent sont présentés dans chaque cas sur la base de leurs valeurs médianes au lieu des valeurs moyennes afin d éviter l influence des valeurs extrêmes sur les résultats. Le détail des données par secteur pour la Belgique et les trois régions est consultable en annexe. 3.1 Productivité : Valeur ajoutée par rapport au coût du personnel Le ratio de la valeur ajoutée brute par rapport au personnel reflète la mesure dans laquelle la valeur ajoutée brute permet de couvrir les frais de personnel. C est une mesure de la productivité d'une entreprise. Si le rapport est inférieur à 100%, cela signifie que la valeur ajoutée n'est pas suffisante pour couvrir le coût de la main d œuvre. Le graphique 4 montre l'évolution de la valeur médiane de la valeur ajoutée brute par rapport au personnel des PME en Belgique et par région de 2003 à En 2012, la valeur médiane belge de cette mesure est égale à 164,4%. En Flandre, la productivité est la plus élevée avec un niveau de 170%, bien que ce soit aussi le deuxième plus bas niveau de la décennie écoulée. Bruxelles a une productivité de 144,2% et c est aussi le plus bas du pays. De même, ce niveau de productivité à Bruxelles est le deuxième plus bas depuis 10 ans. En Wallonie, la productivité des PME s établit à 16

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d Faillites à Schaerbeek et démographie d des sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d locale de Schaerbeek Guichet d Economie d Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne

Plus en détail

Financement des PME 2014

Financement des PME 2014 Financement des PME 2014 Donneur d ordre : SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Observatoire des PME Exécutant : UNIZO vzw (Avec la collaboration de l Université d Anvers) Ce rapport a été

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

L a gamme financière en Belgique

L a gamme financière en Belgique L a gamme financière en Belgique Des outils pour la gestion efficace de vos risques financiers. Tout entrepreneur prend des risques : - accorder des délais de paiements à ses clients, - faire confiance

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Contacts avec le médecin généraliste

Contacts avec le médecin généraliste Contacts avec le médecin généraliste Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

«Transmettre, le défi de la continuité!»

«Transmettre, le défi de la continuité!» UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Eric Ausloos/Belpress.com «Transmettre, le défi de la continuité!» ENQUETE SUR LA TRANSMISSION D ENTREPRISE AUPRES DES ENTREPRENEURS FRANCOPHONES Octobre 2013 E RÉALISÉE EN

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

Conseils & Accompagnement

Conseils & Accompagnement Conseils & Accompagnement Se lancer comme indépendant en personne physique ou en société? Aidez-vous de notre tableau comparatif pour prendre votre décision. N'hésitez pas à contacter nos conseillers pour

Plus en détail

Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES

Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES Financement d une PME : problèmes et solutions possibles

Plus en détail

La démographie des entreprises

La démographie des entreprises La démographie des entreprises Fabienne Verduyn Introduction Le présent article procède à une analyse des évolutions démographiques des entreprises belges entre 2001 et. À l image de la démographie classique,

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Réforme de la loi sur la continuité des entreprises - premiers fruits. Une analyse pré- et post-réforme de la loi du 1 er août 2013

Réforme de la loi sur la continuité des entreprises - premiers fruits. Une analyse pré- et post-réforme de la loi du 1 er août 2013 Réforme de la loi sur la continuité des entreprises - premiers fruits Une analyse pré- et post-réforme de la loi du 1 er août 2013 28/03/2014 Copie et utilisation de cette étude sont encouragées pour autant

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Résultats et situation financière Des entreprises en 2010

Résultats et situation financière Des entreprises en 2010 Résultats et situation financière Des entreprises en 21 Résultats et situation financière des entreprises en 21 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES JANVIER 2015 Ce document est une publication du Service d études d UCM National Siège social : rue

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

L a gamme légale en Belgique

L a gamme légale en Belgique L a gamme légale en Belgique Des outils pour la gestion efficace de vos risques légaux. Tout entrepreneur prend des risques. Respecter les délais de publication, renouveler son conseil d administration

Plus en détail

zanox Mobile Performance Barometer 2015 :

zanox Mobile Performance Barometer 2015 : zanox Mobile Performance Barometer 2015 : Les transactions réalisées à partir des terminaux mobiles (Smartphones & tablettes) ont atteint un nouveau record en Q4 2014 avec une progression de 128% de septembre

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines»

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines» Formulaire à renvoyer complété au Service de Gestion de la Banque-Carrefour des Entreprises, Bd du Roi Albert II, 16 à 1000 Bruxelles Helpdesk : Tél. : 02/277 64 00 e-mail : helpdesk.bce@economie.fgov.be

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers 542 mutuelles de santé ont été étudiées à partir des caractéristiques de leur activité et de leur situation économique et financière en 1999. Elles représentent près de 90 % de l'activité mutualiste française

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Analyse nancière : quelques ratios

Analyse nancière : quelques ratios Analyse nancière : quelques ratios Eric Vansteenberghe 18 février 2014 Une application aux achats dans le secteur spatial Table des matières 1 Introduction 2 2 La solvabilité de l'entreprise 2 2.1 Ratio

Plus en détail

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Septembre 2012 Table des matières : 1. Facts and figures :...2 1.1. Lien entre retards de paiement et faillites :... 2 1.2. Délais de paiement...

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52 Quelques ratios boursiers couramment utilisés comme données de l élaboration du benchmarking du groupe Total : Total (avant les fusions avec Fina puis Elf) comparé aux moyennes des pétroliers (européenne

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Chambre des classes moyennes AVIS. Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie

Chambre des classes moyennes AVIS. Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie Chambre des classes moyennes AVIS Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie 18 juillet 2013 Conseil économique et social de la Région

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

Rapport financier semestriel relatif à l exercice 2014/2015

Rapport financier semestriel relatif à l exercice 2014/2015 , Leuven, relatif à l exercice 2014/2015 Lors des six premiers mois de l'exercice 2014/2015, KBC Ancora a affiché un résultat négatif de 10,7 millions d euros. Ce résultat a été déterminé en grande partie

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale présente les évolutions qui ressortent des comptes

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2012[1]

Résultats du troisième trimestre 2012[1] Résultats du troisième trimestre [1] Luxembourg, le octobre Aperam («Aperam», ou la «Société») (Amsterdam, Luxembourg, Paris: APAM et NYRS: APEMY), a annoncé aujourd'hui ses résultats pour le trimestre

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

ir value.com Le Fundamental Value Indicator

ir value.com Le Fundamental Value Indicator éducatif Le Fundamental Value Indicator Le Fundamental Value Indicator (voir image en page 6) brosse en un tableau la valeur d une entreprise et de son équipe dirigeante. Il illustre en une seule image

Plus en détail

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248. AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.501 FUSION PAR ABSORPTION DE LA SOCIETE ANONYME IMMO RESIDENCE

Plus en détail

La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne

La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne Deutsche Bundesbank Les petites et moyennes entreprises (PME) continuent de jouer un rôle essentiel au sein de l économie allemande. Cet article,

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Bulletin d information statistique

Bulletin d information statistique INFOSTAT JUSTICE Divorces : une procédure à deux vitesses Zakia Belmokhtar * Mai 2012 Numéro 117 En visant à permettre un règlement plus rapide et plus complet des demandes en divorce, la loi du 26 mai

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l Dossier de presse 25 septembre 2013 Partenaire de l Communiqué de presse Une fédération pour défendre les entreprises de titres-services Les titres-services connaissent un succès croissant. Près d un habitant

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail