our La France PRESIDENTIELLE 2012 EURO : NOUS AVIONS RAISON! P.5 France - Président Philippe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "our La France PRESIDENTIELLE 2012 EURO : NOUS AVIONS RAISON! P.5 France - Président Philippe"

Transcription

1 P N 85 - novembre - décembre - janvier ,50 our La France Le magazine du Mouvement Pour la France - Président Philippe de Villiers PRESIDENTIELLE 2012 EURO : NOUS AVIONS RAISON! P.5

2 HENRY DE LESQUEN A REMIS LE PRIX LYSSENKO 2012 À LUC CHATEL Le prix Lyssenko a été créé par le Club de l Horloge en Il est attribué chaque année à un auteur ou une personnalité qui a, par ses écrits ou par ses actes, apporté une contribution exemplaire à la désinformation en matière scientifique ou historique, avec des méthodes et arguments idéologiques. Les lauréats sont choisis par un jury scientifique formé de spécialistes des diverses disciplines - mathématiques, physique, chimie, géologie, géographie, météorologie, biologie, démographie, économie, linguistique, ethnographie, sociologie, politologie, psychologie, psychiatrie, criminologie, histoire... La composition du jury reste secrète, de manière à protéger la liberté de jugement de ses membres. Maître de la biologie soviétique sous Staline et Khrouchtchev, Lyssenko combattit la génétique, en montrant que ses enseignements étaient contraires au marxisme. Selon son analyse, la science progressiste appelle à la transformation de la société et s oppose à la science réactionnaire - bourgeoise, fasciste, nazie -, qui justifie le conservatisme et l inégalité. Ceux qui s attaquent aux théories jugées par eux réactionnaires et dénoncent les auteurs qui soutiennent celles-ci dans les divers domaines de la science sont fidèles à l inspiration de Lyssenko, à défaut de s attacher à la lettre de sa pensée. Samedi 11 février 2012, Henry de Lesquen, président du Club de l Horloge, a remis le prix Lyssenko 2012 à Luc Chatel, ministre de l éducation nationale, Eric Fassin, sociologue, Judith Butler, philosophe, pour leur contribution remarquable à la promotion de la théorie du genre. Voir également : Journal Pour la France, numéro 83, pages 6 «l enseignement des gender theories à l école : stop au lavage de cerveau!» et 7 «courrier de Véronique Besse à Monsieur Luc Chatel, ministre de l éducation nationale» B.P Paris Cedex 07 Téléphone : Fax : www. DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Philippe de Villiers RÉDACTEUR EN CHEF : Patrick Louis Magazine édité par le Mouvement Pour la France, 16 bis avenue de la Motte-Picquet Paris Création et mise en page : Impression : Roto Presse Numéris, 36 bd Robert Schumann Livry-Gargan N de commission paritaire : 0411P11216 N ISSN : L ÉDITORIAL - de Patrick Louis P. 3 ACTUALITÉS 4- La construction de l Europe sans les peuples 5- Euro : Nous avions raison! 6- Election présidentielle 8- Le génocide Arménien 9- Le génocide Vendéen P. 4 PARLEMENT 10- Mariage homosexuel et union civile 11- Intervention à la tribune de l Assemblée Nationale 12- Opposition à la suppression du Quotient Familial 13- La Hongrie et les valeurs Européennes P. ECONOMIE - Les raisons de la crise économique par Henry de Lesquen P LIBRES PAROLES - Dissuasion nucléaire P. JEUNES POUR LA FRANCE P. 17 P. 18 PAROLES D ÉLUS LE MOUVEMENT - Vie des fédérations P PAROLE, PAROLE, PAROLE P. 20

3 ÉDITORIAL Patrick Louis SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU MOUVEMENT POUR LA FRANCE Dans notre pays en crise, tout ce passe comme l avait annoncé notre président, tout ce passe conformément à ce qu il a écrit. Hier assez isolés, nous osions dire ce qui, aujourd hui, est devenu banal de dire. On peut lire : JE PENSE... Je pense à cette belle histoire du MPF qui nous lie et nous précède. Je pense aux meetings de Philippe de Villiers, aux collages d affiches, aux actions militantes quotidiennes, aux réunions, à l amitié qui nous soude aux soirées électorales, aux joies, aux défaites, et aux succès - Que le libre échange intégral est en contradiction avec nos exigences écologiques et sociales L Euro qui devait nous sauver, a plombé nos économies - Qu il faut remplacer un seul fonctionnaire sur les trois qui partent à la retraite - Que la politique de déficit et d endettement est une politique de gribouille et un véritable mépris des générations à venir - Que la désindustrialisation est le vrai mal et fut accélérée par le passage aux 35 heures - Que les charges, les impôts et la paperasse administrative écrasent la petite entreprise libre, innovante et créatrice d emplois - Que l immigration n est pas vraiment une chance pour la France - Que la Turquie se voit plus en nouvel empire Ottoman, qu en supplétif d un club Chrétien - Que les abeilles ne doivent pas mourir - Que la famille est le vrai, fondement de la vie sociale - Que la quête du beau et du vrai doivent primer sur la simple logique de l utilité marchande - Que la culture détermine l infrastructure et non pas l inverse - Que l Etat ne doit plus être une impuissance publique - Qu il est normal qu une société, intégrant la raison critique au cœur de sa pensée, à le droit légitime d estimer que celle qui refuse ce regarde lucide est d une autre nature que la sienne - Que nous sommes fiers d être Français et que la France c est plus que les Français Oui, notre président n eu qu un seul tort : «avoir raison trop tôt» Ce coup là, il ne sera pas présent aux présidentielles. L injustice est dure à avaler et le proverbe vrai : il y a ceux qui sèment et ceux qui moissonnent Mais ne nous décourageons pas Les idées et les valeurs portées par le MPF sont inscrites dans la réalité des choses, elles sont sans temps Alors, laissons passer ce temps Laissons ceux qui ont blessé la France, commencer à la réparer... Nous ne quittons pas le champ de bataille. Notre heure reviendra. Le MPF présentera des candidats aux législatives Ne cherchons pas la quantité, ciblons les acteurs et les lieux où notre parole pourra résonner OUI, JE PENSE DONC JE CONTINUE! plf I janvier I 3

4 ACTU A L I T É S PHILIPPE DE VILLIERS DÉNONCE «LA CONSTRUCTION D UNE EUROPE SANS LES PEUPLES» AU PARLEMENT EUROPÉEN EXPLICATION DE VOTE DU PRÉSIDENT DU MOUVEMENT POUR LA FRANCE, AU PARLEMENT EUROPÉEN Suite à un résolution du Parlement Européen, adressée aux Etats membres qui négocient un nouveau traité intergouvernemental sur la gouvernance économique 4 I janvier 2012 I plf Résolution RC7-0003/2012 Strasbourg le 18 janvier 2012 Cette résolution est une nouvelle fois hors sujet. Pour sortir de la crise, tant économique qu institutionnelle, le Parlement ne propose que le renforcement de la «méthode communautaire», c est-à-dire la construction d une Europe sans les peuples. Sur le fond, le projet de traité intergouvernemental propose une gouvernance économique «sans cesse plus étroite» et des sanctions quasi-automatiques pour les Etats membres. Tout en affirmant qu il «respecte pleinement les responsabilités des Parlements nationaux», le texte marginalise un peu plus les représentants du peuple, place la Cour de Justice de l UE au-dessus des Constitutions nationales et contraint les Etats à conduire une politique économique déterminée de l extérieur (la politique de rigueur et de déflation). Ni l absence de zone monétaire optimale, ni la surexposition du marché européen aux dumpings social et écologique des pays à bas coûts ne sont pris en compte. Avec un mauvais diagnostique de la crise ainsi que de mauvais remèdes pour en sortir, les économies européennes n auront pas la liberté dont elles ont besoin pour retrouver dynamisme et croissance.

5 ACTUALITÉS EURO : NOUS AVIONS RAISON! Tribune parue dans Valeurs Actuelles, le jeudi 5 janvier 2012 Avant qu il ne soit trop tard: voici dix-neuf ans, Philippe de Villiers publiait, sous ce titre, chez Albin Michel, un livre en forme de cri d alarme sur la conjonction, délétère à ses yeux, de l entrée en vigueur de l euro, institué l année précédente par le traité de Maastricht, et l avènement du libre-échangisme mondial, sous l égide de l Organisation mondiale du commerce. Les dix ans de la monnaie unique européenne lui ont inspiré ces réflexions, qui sont aussi celles de ses amis au Parlement européen et à l Assemblée nationale. Le XXIe siècle commençant ne se caractérise pas, comme certains l avaient imprudemment prédit, par la fin de l histoire. Au contraire, il est traversé de grandes évolutions qui devraient pleinement nous mobiliser : l essor de l Asie et l apparition de nouvelles grandes puissances ; l onde de choc qui traverse les pays arabes ; le grand défi environnemental Mais face à ce champ largement ouvert, l essentiel de notre énergie et de nos moyens se trouve absorbé par un problème interne, artificiel et lancinant. Un problème que les dirigeants européens ont créé de toutes pièces, qui nous ronge et affaiblit nos capacités d influence et d intervention : il faut sauver l euro à tout prix. Cette obsession nous amène à nous recroqueviller sur nous-mêmes. Le temps n est-il pas enfin venu de tenir compte des mises en garde que nous formulions déjà il y a près de quinze ans? La génération actuelle des dirigeants européens a établi le double dogme de la monnaie unique européenne et du libre-échangisme mondial à l origine de la crise. Mais devant la contradiction des faits, elle est incapable de se désavouer. Placés aujourd hui face aux dégâts produits par la politique qu ils ont mise sur les rails, avec les traités de Maastricht et de Marrakech, ces dirigeants sont aujourd hui forcés d en dénoncer les conséquences, mais en se gardant bien d en désigner les causes réelles, parce qu elles engagent lourdement leurs propres responsabilités. Refusant de voir le vice constitutif de la monnaie unique et du libre-échangisme, feignant de croire que la crise de l endettement résulte exclusivement de politiques budgétaires laxistes, ils nous précipitent dans une course folle et sans issue vers des remèdes illusoires : un fédéralisme budgétaire piétinant le cœur de la souveraineté ; une Banque centrale européenne qui devrait se gorger de créances douteuses ; un Fonds de soutien européen incapable de faire face à l addition des pays défaillants ; un endettement européen les eurobonds qu il faudrait ajouter à l endettement national ; une rigueur sans croissance qui creuse les déficits en prétendant les combler. Tout, pourvu que l on ne touche pas au dogme. Notre malheur vient sans doute du fait que c est la même génération de dirigeants qui a lancé il y a dix ans l euro dans l euphorie et qui en subit aujourd hui la crise existentielle. Une autre génération aurait sans doute pu se dégager plus facilement du dogme. La génération des dirigeants actuels semble vouloir tout faire pour prolonger une euroagonie qui risque de coûter très cher aux Européens et de restreindre considérablement notre liberté d action. Nous pourrions encore redresser la barre en lançant une négociation pour une nouvelle organisation mondiale du commerce qui accepterait la régulation des échanges inéquitables et en inventant une union monétaire européenne plus flexible qui tolérerait que les pays en difficulté puissent se mettre en congé de la monnaie unique. Mais qui aura le courage d engager ce combat? Philippe de Villiers, Député Européen, Dominique Souchet, Député et Georges Berthu, ancien Député Européen. plf I janvier 2012 I 5

6 ACTU A L I T É S ELECTION PRÉSIDENTIELLE P lus la date de l élection présidentielle approchent, plus le nombre de candidats déclarés augmente. Ceux-ci ont jusqu au vendredi 16 mars 2012 pour déposer leurs 500 parrainages auprès du Conseil constitutionnel. Après vérification de la conformité de ces parrainages par le Conseil, la liste des candidats officiels à l élection présidentielle sera publiée le mardi 20 mars Aussi, il existe actuellement quatre types de candidats : Les «grands», appartenant aux grands partis, assurés d obtenir leurs 500 signatures et plus de 5 % des voix. Les «négociateurs», appartenant généralement aux petits partis, ceux-ci se déclarent candidats, dans l intention de négocier leur retrait. Les «incertains», appartenant aux petits partis, ils 6 I janvier 2012 I plf courent avec les difficultés que nous connaissons après leurs 500 signatures. Les «publicitaires», ceux qui se servent de leur annonce de déclaration comme support médiatique, moyen pour eux de diffuser un message ou de faire leur propre publicité, certains de toute façon de ne pas obtenir les 500 signatures. Ainsi avons-nous pléthore de candidats déclarés : Christophe Alévêque, Nathalie Arthaud, François Asselineau, Robert Baud, François Bayrou, Calixthe Beyala, Gérard Borgia, Jacques Borie, Gilles Bourdouleix, Patrick Bourson, Christine Boutin, Renaud Camus, Eric Cantona, Jacques Cheminade, Hervé Couasnon, Nicolas Dupont-Aignan, Kenza Drider, Gérard Gautier, Patrick Giovannoni, Brigitte Goldberg, JeanMarc Governatori, Stéphane Guyot, François Hollande, Victor Izrael, Eva Joly, Carl Lang, Laurent Lenne, Corinne Lepage, Marine Le Pen, Patrick Lozès, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Miguet, Hervé Morin, Frédéric Nihous, Francis Rongier, Maxime Verner, Patrick de Villenoisy, Dominique de Villepin, Clément Wittman, etc.

7 François Hollande, Parti Socialiste 57 ans, ancien du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, il étudie le droit, diplômé d HEC Paris et de Sciences Po, où il milite à l UNEF-Renouveau, proche du Parti communiste français. Diplômé de l ENA, il y rencontre Ségolène Royal avec qui il vivra maritalement pendant de nombreuses années. Directeur de cabinet de deux porteparoles successifs du gouvernement Pierre Mauroy. Il participe alors à une manipulation politique : sur l instigation de François Mitterrand, Jacques Attali demande à l éditeur Fayard de publier un livre nommé «De la reconquête» pamphlet contre la droite. Cet ouvrage est publié sous le pseudonyme de «Caton», un soidisant dirigeant de la droite. François Hollande se fait passer pour Caton, le faux dirigeant de la droite*. Il est adjoint au maire communiste de la ville de Tulle, avant de lui succéder. Député de la Corrèze, Magistrat de la Cour des comptes, il exerce la profession d avocat. Premier secrétaire du Parti Socialiste, il soutient Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle de 2007, il annonce sa séparation avec cette dernière au soir du second tour des élections législatives Conseiller général et président du conseil général de la Corrèze, il n est pas candidat à sa succession au poste de premier secrétaire du P.S. et soutient Bertrand Delanoë. * 20 minutes, le 6 juin 2008 ; Le Grand Journal, Canal +, le 4 juin 2011 et lemonde.fr, le 16 octobre 2011 Nicolas Sarkozy, Union Pour un Mouvement Populaire 57 ans, étudiant en droit, il obtient un certificat d aptitude à la profession d avocat (CAPA) ainsi qu un DEA en sciences politiques. Il entre à Sciences Po, mais en sort non diplômé suite à une note éliminatoire en anglais. Très tôt il adhère à l Union des Démocrates pour la République (UDR), puis dès sa création au RPR. Il est élu conseiller-municipal de Neuilly sur Seine, puis après le décès du maire Achille Peretti, il est chargé de préparer la campagne de Charles Pasqua. Nicolas Sarkozy prend de court ce dernier en présentant finalement sa propre candidature. Il est élu maire de Neuilly, puis député des Hauts-de-Seine. Il est nommé ministre du Budget sous le gouvernement d Edouard Balladur et porte-parole du gouvernement. Lors de la campagne présidentielle de 1995, il soutient Edouard Balladur contre Jacques Chirac. En 1995, sous le pseudonyme «Mazarin», il publie dans le journal Les Échos une série de lettres intitulées «Les Lettres de mon château» présentées comme la correspondance fictive de Jacques Chirac avec diverses personnalités du monde politique. En 2004 il reconnait publiquement qu il était l auteur de ces articles. En 1997 il devient secrétaire-général du RPR, Philippe Seguin étant alors président. Suite à la démission soudaine de ce dernier, il le remplace par intérim et conduit alors la liste RPR-DL aux élections européennes de Ce scrutin est marqué par une sévère défaite: la liste qu il dirige arrive en troisième position avec 12,82 % des suffrages, derrière la liste souverainiste menée par Philippe de Villiers (13,05 %) et celle du Parti socialiste (21,95 %). Il démissionne alors de la présidence du RPR. Aux élections présidentielles de 2002, il soutient la candidature de Jacques Chirac. Il est nommé ministre de l Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés locales, «numéro deux du gouvernement». Il est nommé ministre d État, de l Économie, des Finances et de l Industrie dans le troisième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, en Fin 2004, il est élu président de l UMP et dès le lendemain de son élection, il présente sa démission à Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin. Après la démission du gouvernement Raffarin, il est nommé ministre d État, ministre de l Intérieur et de l Aménagement du territoire, «numéro deux du gouvernement», dans le gouvernement Dominique de Villepin. Il cumule son poste ministériel, la présidence de l UMP et la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. En 2007, il quitte ses fonctions au ministère de l Intérieur, pour s investir pleinement dans la campagne présidentielle. Lors du premier tour des présidentielles, il arrive en tête des douze candidats avec 31,18 % des suffrages exprimés, soit le record en nombre de voix pour un candidat à une élection présidentielle. Il est élu Président de la République le 6 mai 2007 avec 53,06 % contre Ségolène Royal. François Bayrou, Mouvement Démocrate 60 ans, agrégé de lettres classiques, il est enseignant dans le public et devient rapidement conseiller-général et député UDF des Pyrénées-Atlantiques. Il nommé ministre de l Education Nationale sous le gouvernement Balladur. Il travaille au côté de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle d Edouard Balladur. Il est nommé ministre de l Enseignement Supérieur, de la Recherche et de la Formation Professionnelle par Alain Juppé, alors premier ministre. Il perd la responsabilité de la Formation Professionnelle sous le deuxième gouvernement Juppé, mais garde l Education Nationale. Il est ensuite élu président du CDS puis créait Force Démocrate. Il devient président de l UDF et se présente aux élections présidentielles de 2002 (6,84 % des voix). Elu au Parlement Européen en 2004, il se représente aux élections présidentielles de 2007 (18,57 des voix). En 2007 il créait le Mouvement Démocrate ou MoDem. Il se présente en 2008 aux élections municipales de Pau, qu il perd contre les socialistes. Marine Le Pen, Front National 43 ans, elle étudie le droit à l université Paris II-Assas où elle obtient un certificat d aptitude à la profession d avocat (CAPA) et devient avocate au barreau de Paris. Elle adhère à 18 ans au Front ational et se présente à la députation à Paris contre Bernard Pons (17e arrondissement). Elle recueille 11,1 % des voix. En 1998, elle est élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais et prend la direction du service juridique du Front National. Elle devient ensuite membre du bureau politique du FN. En 2004, elle est élue député européen, puis quelques années plus tard, son père la nomme vice-présidente du Front National. En 2011 elle est élue présidente du Front National, face à Bruno Gollnisch.

8 ACTUALITÉS Ainsi, les autorités turques ont exigé le silence absolu sur la question du génocide arménien comme une condition nécessaire pour engager la négociation de normalisation avec l Arménie. génocide Arménien INTERVENTION DE DOMINIQUE SOUCHET À LA TRIBUNE DE L ASSEMBLÉE NATIONALE LORS DE LA DISCUSSION GÉNÉRALE SUR LA PROPOSITION DE LOI SUR LA CONTESTATION DE L EXISTENCE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Madame le Rapporteur, Mes chers collègues, L Assemblée Nationale peut s honorer d avoir contribué à conférer au génocide arménien la place qui doit lui revenir dans l histoire collective de l humanité : celle du premier génocide du XXe siècle. Nous connaissons aussi l usage qui est fait de l article 301 du Code pénal turc pour criminaliser dans ce pays toute forme de reconnaissance du génocide arménien. Usage que vient de condamner à l unanimité, fin octobre, la Cour européenne des droits de l homme. Les livres scolaires turcs continuent à rester muets sur le génocide arménien. La formation des jeunes diplomates turcs au discours de la négation est maintenu intact. Les autorités turques continuent à proposer la réunion d une «commission historique mixte», comme si la réalité du génocide était encore sujette à caution. Comme l a dit le Président de la République à Erevan, « , c est un temps suffisant pour la réflexion». Les réactions menaçantes et disproportionnées des représentants officiels turcs, leur chantage indigne et insupportable, pour tenter d empêcher l adoption de cette proposition de loi par notre Assemblée montrent en eux-même leur attachement à cette politique d Etat négationniste et leur incapacité à regarder leur histoire en face. Ce négationnisme d Etat pose un problème de conscience à tous les responsables politiques qui dépasse très largement les frontières de la Turquie. Cependant, à côté de cette politique d Etat ancrée dans la dénégation, on peut constater certaines évolutions positives au sein de la société civile turque. Des pétitions circulent demandant pardon pour la «grande catastrophe» subie par les Arméniens ottomans en Le vote de notre proposition de loi peut constituer un signal important pour tous ceux qui, au sein de cette société civile, tentent courageusement de secouer le joug du négationnisme d Etat, afin qu un jour le déni soit définitivement brisé. L échéance du centenaire de 2015 pourrait alors jouer un rôle d aiguillon, analogue peut-être à celui qu a joué le bicentenaire de 1993 à propos de la Vendée, même si la reconnaissance officielle de ce génocide originel, ordonné par la Convention, reste encore à finaliser. En témoignent à la fois l inaboutissement de la proposition de loi déposée par notre collègue Lionnel LUCA en 2007, invitant la République «à reconnaître le génocide vendéen de » et l amendement proposé par Jacques REMILLER à la présente proposition de loi, qui va dans le même sens. Cette initiative devra être reprise sur la base des révélations des fouilles du Mans et de la redécouverte des archives de la Défense, qui confirment de manière éclatante l intention génocidaire. Notre légitimité à légiférer sur le déni du génocide arménien est entière, le génocide étant l élément fondateur de la relation francoarménienne. «De la tragédie du génocide est née notre alliance», comme l a rappelé Nicolas SARKOZY au Mémorial d Erevan. Je vois dans cette loi l aboutissement du combat persévérant et courageux mené par les survivants de la diaspora arménienne et leurs descendants pour donner un sens à leur survie, à travers une lutte permanente contre la facilité de l oubli. Mais la portée de la loi de 2001, symboliquement importante, reste purement déclaratoire. Nous nous trouvons donc dans une situation où seule la contestation du génocide juif perpétré pendant la seconde guerre mondiale constitue un délit. D où la nécessité de légiférer à nouveau pour étendre le champ de la pénalisation. Mais pourquoi se battre avec autant d acharnement contre le négationnisme à propos du génocide arménien? C est parce que nous faisons face à un négationnisme d Etat, jusqu ici inébranlable. Un négationnisme nullement platonique, mais qui inspire directement la politique actuelle de la Turquie. Appartenant à une région, la Vendée, qui doit une bonne part de son identité à la volonté exterminatrice dont elle a été l objet, je puis attester des conséquences profondes et durables qu entraîne, par delà le temps du génocide lui-même, la persistance de son déni. Ce n est pas un hasard si c est sur ce fondement même que s est nouée une coopération étroite et profonde entre la Vendée et l Arménie, en l absence de toute communauté d origine arménienne dans notre région. Pénaliser le déni de génocide, ce n est pas se substituer aux historiens. C est reconnaître que cette dénégation n est pas une simple opinion, mais la poursuite dans le présent de l acte génocidaire. C est mettre en œuvre la notion d imprescriptibilité spécifiquement attachée au génocide et contribuer ainsi à la prévention de toute duplication. C est attester que notre Parlement place au premier rang des valeurs qu il entend défendre, celle de la dignité humaine. Pénaliser le déni de génocide, c est souligner le rôle particulier de la France dans la défense du droit fondamental des personnes à leur histoire et du droit des peuples à la justice. 8 I janvier 2012 I plf

9 ACTUALITÉS GÉNOCIDE VENDÉEN Communiqué de presse Dominique SOUCHET, député de la Vendée, annonce qu il va déposer une proposition de loi dont l article unique prévoira que «La République française reconnaît publiquement le génocide vendéen de ». A l heure où le Parlement légifère sur la pénalisation du négationnisme pour des génocides extérieurs à notre pays, la France doit pouvoir regarder son histoire en face. Comme le génocide arménien, le génocide vendéen a longtemps fait l objet d un déni. Pourtant, le renouvellement récent des recherches historiques a fait apparaître, sans contestation possible, que les événements de Vendée réunissent toutes les composantes constitutives d un génocide : - une volonté politique de destruction systématique d une population stigmatisée ; - une extermination planifiée et organisée ; - un bilan humain équivalent, en proportion de population, à celui du génocide cambodgien. Malgré cela, les historiens eux-mêmes constatent qu en dépit de leurs travaux, le sacrifice des Vendéens n a toujours pas été vraiment intégré dans l histoire de la nation. Si le génocide arménien, premier génocide du XXe siècle, a été justement reconnu par le Parlement français, pourquoi le génocide vendéen, premier génocide de l ère moderne, ne l est-il pas lui aussi? Les députés de la Convention ayant été à l origine du cadre juridique qui a légalisé le génocide, il appartient aux députés d aujourd hui de prendre l initiative de mettre fin au déni qui pèse encore sur cette page essentielle de notre histoire. Projet de loi de finances : Véronique BESSE veut lutter contre la fraude avant de créer de nouvelles taxes Véronique BESSE est intervenue mercredi à la tribune de l Assemblée nationale lors de la discussion du projet de loi de finances de la Sécurité sociale. «Le budget de la Sécurité sociale prévoit un déficit de 14 milliards d euros, il n est pas normal que la règle d or de l équilibre ne soit pas appliquée à ce budget», a-t-elle estimé. «Il n est pas non plus normal de créer de nouvelles taxes alors que la fraude aux allocations sociales et familiales coûte toujours 20 milliards d euros chaque année.» Pour Dominique SOUCHET, cette proposition de loi n a pas pour objectif de diviser, mais au contraire de réconcilier la France avec elle même. Elle prévoira donc une reconnaissance officielle, mais sans Véronique BESSE, Député de la Vendée pénalisation du négationnisme. Plutôt que de taxer une nouvelle fois les classes moyennes et les familles, la priorité doit être la lutte contre la fraude. Véronique BESSE a déposé des amendements en ce sens avec plusieurs de ses collègues députés. Dominique Souchet Député de la Vendée plf I janvier 2012 I 9

10 PARLEMENT MARIAGE HOMOSEXUEL ET UNION CIVILE : N OUBLIONS PAS LES DROITS DE L ENFANT! Communiqué de presse Paris, le 1er février 2012 Alors que le mariage ou l union civile entre personnes du même sexe et le droit à l adoption qui en découle animent déjà la campagne électorale, Véronique BESSE rappelle la position du Mouvement Pour la France à ce sujet. Si le mariage civil prévoit la complémentarité homme-femme, c est essentiellement car l enfant a besoin d un père et d une mère. Le priver du bénéfice de l altérité sexuelle de ses parents n est conforme ni à sa nature, ni à son intérêt. Cela revient à l exposer volontairement à des difficultés d identification et de structuration de sa personnalité. D un point de vue juridique, le mariage civil ne relève pas du domaine sentimental ni d un désir de reconnaissance visant à satisfaire à des revendications particulières. Il est un cadre juridique offrant les garanties d un environnement le plus stable possible pour la croissance de l enfant, en vue de l intérêt général de la société. C est la raison pour laquelle le mariage interdit par exemple la polygamie, l union entre personnes de la même famille. Faut-il y voir là aussi des discriminations? Véronique BESSE rappelle qu à travers ces deux questions intimement liées du mariage et de l adoption, c est un choix de société qui est en jeu. Le Mouvement Pour la France, contrairement à d autres partis politiques, n a jamais changé de position sur ce point et n en changera pas. Il continuera à défendre la famille, composée d un père et d une mère. Véronique BESSE, Député de la Vendée 10 I janvier 2012 I plf

11 PARLEMENT VÉRONIQUE BESSE, Intervention à la tribune de l Assemblée Nationale A l occasion de l examen du projet de loi relatif aux commémorations du 11 novembre, Véronique Besse s est exprimée à la tribune de l Assemblée Nationale, le 10 janvier 2012, pour saluer tous les morts pour la France. Elle a demandé et obtenu que la Grande Guerre reste au cœur des commémorations du 11 novembre et que l ensemble des dates de commémorations soient maintenues. Elle a également demandé que nos soldats morts dans les conflits récents puissent recevoir publiquement les honneurs de la nation. Extraits. Le projet de loi que nous étudions aujourd hui est une occasion précieuse de rendre hommage à nos anciens combattants. Il nous permet également de nous replonger dans notre roman national et de méditer ses enseignements. Notre société, en ne regardant plus d où elle vient, finit par ne plus savoir ni qui elle est, ni ou elle va. En voulant remettre en lumière le sacrifice de ceux qui ont vécu le don de soi jusqu au bout, nous voulons rendre à nos morts leur humanité, mais aussi, d une certaine manière, retrouver la nôtre. Le message ultime que nous livrent tous les combattants, c est qu il n y a pas de vie sans douleur, sans sacrifice. La mort fait partie de la vie. Vouloir l occulter, c est à coup sûr prendre le risque du traumatisme quand la mort survient. Apprendre à vivre avec elle, c est au contraire être libre. Nos soldats le savent bien. Mais un véritable travail de mémoire ne peut pas se réduire à un simple exercice émotionnel. Il doit aussi être œuvre de volonté et de projection. Si le souvenir est tourné vers le passé, la mémoire, elle, reste bien vivante et tournée vers l avenir. Ainsi la mémoire permet à chacun de se situer dans la communauté nationale, à la fois comme héritier et comme garant de la transmission. Je considère que la mémoire de nos morts est un élément vital pour notre société. Faut-il pour autant transposer le Memorial Day américain à la société française? Je ne le crois pas. Dans une société déjà fortement désorientée, prenons garde de ne pas alimenter la perte de repères ni d aggraver l amnésie d une partie de notre histoire nationale. La Grande guerre est au cœur de notre histoire nationale et doit rester au cœur des commémorations du 11 novembre. Si une célébration commune des morts pour la France peut-être envisagée, ce ne doit être en aucun cas au détriment des hommages spécifiques, en particulier pour les combattants, les morts et les disparus d Indochine et d Algérie. Je pense aussi à tous ceux qui, du Tchad au Liban, du Kosovo à l Afghanistan, ont donné leur vie en opération extérieure. A ce jour, ils sont plus de 600. Veillons à ce qu ils ne deviennent pas des soldats inconnus mais des héros reconnus. Avec plusieurs de mes collègues, j ai proposé que leurs noms puissent désormais être inscrits sur les monuments aux morts de nos communes. De même, je souhaite que puisse voir le jour un grand monument national dédié à nos soldats morts au cours des conflits récents. Ces initiatives permettraient de souligner la continuité d un sacrifice auquel tant d hommes continuent à se préparer aujourd hui. Ces initiatives permettraient de redire que l histoire de notre pays est toujours à l œuvre et qu il faut pour cela le faire aimer, au lieu de laisser s installer la haine de soi, qui ne débouche que sur la haine de l autre. Pour honorer tous nos morts pour la France, pour honorer nos anciens combattants, pour honorer ceux qui continuent de combattre et de mourir pour notre pays, je souhaite que ces initiatives voient le jour. Elles constituent des repères indispensables à notre nation. Il en va du respect de notre histoire. Il en va de notre avenir. plf I janvier 2012 I 11

12 PARLEMENT VÉRONIQUE BESSE S OPPOSE AVEC VIGUEUR à la SUPPRESSION DU QUOTIENT FAMILIAL proposée par le PS Paris, le 11 JANVIER 2011 Communiqué de presse Pour Véronique BESSE, «le quotient familial, est un des fondements de notre solidarité nationale. Il constitue un encouragement et une reconnaissance de la Nation à l attention de toutes les familles.» «La suppression du quotient familial, c est un coup d arrêt au dynamisme démographique. Et ce sont les classes moyennes et les familles nombreuses qui vont d abord être pénalisées», précise Véronique BESSE : «Avoir des enfants ne doit pas être réservé aux plus riches». Véronique BESSE s oppose avec vigueur à sa suppression : «Le soutien aux familles n est pas la variable d ajustement de la dette publique! La France a besoin d une politique familiale ambitieuse, généreuse et assumée». «Il ne peut y avoir non plus de solidarité sans les familles sur qui repose la pérennité de notre système de retraites», rajoute-t-elle. «Il faut cesser d avoir une vision comptable et à court terme de la famille, qui est le socle et l avenir de notre société». Véronique BESSE, Député de la Vendée 12 I janvier 2012 I plf

13 PARLEMENT EUROPÉEN la Hongrie et les valeurs Européennes La nouvelle Constitution hongroise est entrée en vigueur le 1er janvier 2012 ainsi que de nombreuses lois, dites cardinales, qui l accompagnent. Ces réformes profondes ont été rendues possibles par le large succès électoral du Fidesz de Viktor Orbán en La Commission européenne a lancé le 17 janvier trois procédures d infractions accélérées aux règles communautaires contre la Hongrie. Sont en question les atteintes possibles à la protection des données personnelles, la pleine indépendance de la Banque centrale et la nouvelle règlementation concernant la mise à la retraite des juges. La Hongrie a un mois pour répondre. Selon M. Orbán, ces quelques réserves légales opposées par la Commission pourront être levées très rapidement. Un débat sur «les événements politiques récents en Hongrie» a néanmoins eu lieu à Strasbourg le 18 janvier. Initialement, le débat devait se faire entre les députés sans le Premier Ministre hongrois qui est venu spécialement assister au débat et éviter le lynchage dans son dos. La politique du premier ministre Viktor Orbán, Vice-président du Parti Populaire Européen, est principalement mise en cause par des députés socialistes, verts et libéraux qui l accusent de ne pas respecter les «valeurs européennes», les traités, les minorités, etc. Si les réformes techniques de la retraite des juges, de l indépendance des médias ou de certaines institutions sont mises en avant, c est en réalité les valeurs chrétiennes qui sont attaquées. La Constitution reconnaît en effet l origine chrétienne de la Hongrie, garantit la protection de la vie depuis le commencement et précise (s il en était besoin) que le mariage est l union d un homme et d une femme. La Commission européenne par la voie de son Président José-Manuel Durao Barroso, a précisé que la Commission, gardienne des traités doit en faire appliquer la lettre et «l esprit». Barroso appelle «la Hongrie à modifier sa Constitution pour la rendre compatible avec le droit européen». C est donc que ce dernier doit prévaloir sur les constitutions nationales! La justification avancée est «le respect des valeurs démocratiques et l intérêt des citoyens hongrois». Nul doute que le portugais Barroso et sa bande de technocrates connaissent mieux que personne l intérêt des citoyens hongrois! Le groupe du PPE, dont est membre le Fidesz, le parti de Viktor Orbán, a timidement défendu le premier Ministre en s en remettant à l arbitrage de la Commission européenne mais nous avons assisté à un débat surréaliste. Des Libéraux à l extrême gauche, tous étaient sur la même ligne, défenseurs de la démocratie et de l état de droit soit disant menacés, des valeurs européennes violées. Valeurs que personne n a d ailleurs pris soin de définir ou de lister. Pour l ancien commissaire européen belge, le très libéral Louis Michel, «la politique actuelle en Hongrie est mortifère pour la démocratie» car «cette majorité arithmétique dissuade le peuple d exercer son droit à la liberté d opinion», tandis que selon Marie-Christine Vergiat (du Front de gauche), «les valeurs européennes : ce n est pas les valeurs chrétiennes, c est la liberté de conscience...» «Les minorités ont le droit de ne pas avoir peur» selon Daniel Cohn-Bendit dont les amis «sans-abris, intellectuels et juifs de Hongrie ont peur!» Il a par ailleurs accusé Viktor Orbán de prendre la direction d un Chavez ou d un Castro (sic). Seuls les Députés du groupe Europe Libertés Démocratie (ELD) ont défendu le gouvernement hongrois. M. Ziobro affirme que «Nous utilisons le pouvoir de l Union européenne pour limiter le choix démocratique et souverain de la nation hongroise» avec une comparaison à 1956 lorsque, l Union soviétique cette fois, a étouffé les aspirations hongroises à la liberté et l autodétermination. Il fait également remarquer à ceux qui n osaient pas l avouer que ces attaques ne sont qu un prétexte mais portent en réalité non pas sur les aspects techniques, mais sur les valeurs chrétiennes comprises dans le texte constitutionnel. En conclusion, M. Orbán a invité les députés européens à lire la constitution avant de la critiquer et a parfaitement assumé sa politique : «Nous avons des sentiments chrétiens et considérons que faire partie d une nation est important et que la famille est importante également. Sans doute beaucoup d entre vous pensent autrement, mais c est une position européenne et nous sommes libres de la représenter». Hugues Barthélémy plf I janvier 2012 I 13

14 ECONOMIE Les raisons de Par Henry de Lesquen la crise é Pourquoi sommes-nous plongés dans une crise économique mondiale depuis 2008? Et pourquoi cette «crise de 2008» est-elle si grave qu on la compare à la crise de 1929? La réponse à cette double question relève d abord de la science économique, ensuite de l analyse politique. La première nous permet de comprendre pourquoi certaines décisions des Etats ont eu de telles conséquences, la seconde pourquoi de telles décisions ont été prises. Il est vain de chercher à comprendre les faits sans s appuyer sur une théorie. Encore faut-il que celle-ci soit correcte! La pensée économique se partage aujourd hui entre trois écoles principales. Les deux premières, le keynésianisme qui doit sont nom à John Maynard Keynes ( ), et le monétarisme de Milton Friedman ( ), sont des frères jumeaux, apparemment antagonistes, mais d accord sur l essentiel. Elles ne s intéressent qu aux quantités globales que traite la macroéconomie. Pour elles, la croissance de l endettement total des agents économiques, publics et privés, ne peut être un véritable problème que pour un pays particulier, si celui-ci doit trop d argent au reste de la planète et risque de se trouver en cessation de paiement, comme la Grèce en Mais il ne faut pas s en soucier autrement, car un emprunt est un contrat synallagmatique et que toute dette d un agent constitue la créance d un autre. Ces deux théories - keynésienne et monétariste - n expliquent pas les crises économiques en général ni celle-ci en particulier. Or, depuis que le capitalisme s est formé, on assiste à une succession, sans cesse recommencée, de phases d expansion euphorique suivies d une crise brutale. C est le Français Clément Juglar ( ) qui a le premier décrit ce cycle économique et qui en a donné d emblée le principe : la phase d expansion excessive résulte d un excès de création de monnaie et de crédit par les banques, qui ne peut continuer indéfiniment et qui doit s achever par une correction brutale. Le Suédois Knut Wicksell ( ) a perfectionné cette interprétation en montrant que le taux d intérêt du marché tombait pendant l expansion au dessous du «taux d intérêt naturel», en raison de l abus de crédit auquel procédaient les banques. C est aujourd hui l école autrichienne, illustrée au XXe siècle par Ludwig von Mises ( ) et Friedrich-August von Hayek ( ), qui a poursuivi cet enseignement. Elle s est penchée sur les distorsions des structures de l économie qui résultaient de la modification des prix relatifs induite par la baisse des taux d intérêt, laquelle favorise l allongement des détours de production, donc un excès d investissement. En France, le regretté Maurice Allais ( ), prix Nobel de sciences économiques, esprit indépendant, a défendu une opinion voisine. La clé du cycle économique réside par conséquent dans la capacité des banques commerciales, qui exercent par nature une activité privée, de créer de la monnaie publique, puisque «les crédits font les dépôts» et que ces dépôts sont de la monnaie, laquelle a cours légal en vertu de la loi. L origine du mal est là, dans le fait que les banques ont des réserves fractionnaires, en ce sens que le montant total des comptes courants n est couvert que très partiellement par de la monnaie émise par la banque centrale. Pour guérir ce mal et mettre fin au cycle économique, il n y a dans son principe que deux solutions. Soit, selon la proposition d Allais, obliger les banques de dépôt à se couvrir par des réserves à 100 %, ce qui revient à leur interdire de créer de la monnaie. Soit, selon la proposition de Hayek, supprimer le cours légal de la monnaie créée par les banques commerciales et les laisser courir le risque de la faillite, sans intervention de l Etat. En pratique, dans le contexte politique que nous connaissons, seule la première solution, celle d Allais, est envisageable. Cependant, l offre de monnaie peut théoriquement être maîtrisée par la banque centrale, qui refinance les 14 I janvier 2012 I plf

15 économiqu banques commerciales et a donc le pouvoir de les empêcher d entraîner le pays vers la crise pour assouvir leur avidité sans limite. C est ce qu elle a su faire souvent, en France et dans le monde, en bravant l impopularité, puisqu il faut de la lucidité et du courage pour arrêter un jeu fatal où tout le monde en apparence est gagnant. Quand les dirigeants des banques centrales sont conscients de leurs responsabilités et qu ils s appuient sur un corpus théorique réaliste, ils prennent les mesures nécessaires pour arrêter les frais au plus tôt, sans attendre que l économie soit au bord du gouffre. C est ce qu a fait en 1979 Paul Volcker, président du Federal Reserve System (banque centrale américaine), pour arrêter l inflation, en déclenchant une sévère récession. Dans son livre de 1912, Théorie de la monnaie et du crédit, Mises écrit : «Si notre doctrine des crises doit être appliquée à l histoire la plus récente [Mises écrit cela en 1912], il faut alors observer que les banques ne sont jamais allées aussi loin qu elles le pouvaient dans le développement du crédit et dans l expansion de l émission des instruments fiduciaires. Elles ont toujours battu en retraite longtemps avant d avoir atteint cette limite, soit à cause d une inquiétude croissante de leur part et de la part de ceux qui n avaient pas oublié les crises précédentes, soit parce qu elles ont dû se conformer aux réglementations fixant un plafond à la circulation des instruments fiduciaires. [N est-ce pas justement la différence avec la crise actuelle et aussi, sans doute, avec celle de 1929?] Et c est ainsi que les crises éclatent avant qu elles aient besoin d éclater. C est seulement dans ce sens que l on peut interpréter l affirmation qui est vraie en apparence, après tout, que la restriction des emprunts est la cause des crises économiques, ou du moins la raison immédiate de leur déclenchement ; c est-à-dire que, si les banques avaient continué à réduire le taux d intérêt des emprunts, elles auraient continué à différer l effondrement du marché. Si l on met l accent sur le mot différer, on peut alors accepter l argument sans trop de difficulté. Sans aucun doute, les banques seraient en mesure de différer l effondrement ; mais, cependant, comme nous l avons montré, le moment doit finalement venir où il n est plus possible d accroître davantage la circulation des instruments fiduciaires. C est alors que se produit la catastrophe, et ses conséquences sont d autant plus graves, et la réaction contre la tendance exubérante du marché est d autant plus forte, que la période durant laquelle le taux d intérêt des emprunts a été inférieur au taux d intérêt naturel a été plus longue, et que l emploi de détours de production qui ne sont pas justifiés par l état présent du marché des capitaux aura été plus important.» (1) Cette analyse est la clé pour comprendre la crise actuelle. La crise de 2008 est d une ampleur exceptionnelle parce que les banques sont allées au contraire, cette fois-ci, «aussi loin qu elles le pouvaient» dans le développement du crédit. Elle n ont pas été retenues d aller jusqu au bout parce que la plupart des économistes se référaient à des théories erronées, issues de la pensée de Keynes ou de Friedman, et que les autorités monétaires, en particulier aux Etats-Unis, avec les funestes Alan Greenspan et Benjamin Bernanke, successeurs de Paul Volcker, n ont pas eu la sagesse de ce dernier, mais ont au contraire constamment nourri la folie et la cupidité des banquiers. Greenspan pendant de longues années, puis Bernanke, ont fait «la politique de Wall Street», c est-à-dire la politique d argent facile qui permettait aux banques et établissements financiers de gagner le maximum d argent. La crise de 2008 est grave, parce que quand une crise s est amorcée, en 1997, en 2000, en , à chaque fois, Greenspan a accru les facilités monétaires pour relancer l économie, au lieu de se résigner, comme il aurait fallu, à une courte récession. L endettement total (dette privée plus dette publique) est ainsi passé aux Etats-Unis de 260 % du PIB en 2000 à 370 % en Dans la zone euro, le comportement de Jean-Claude Trichet a été aussi irresponsable, puisque l endettement total est passé de 270 % du PIB en 2000 à 370 % en Nous payons aujourd hui les conséquences de ce laxisme incroyable et de cette fuite en avant permanente. Mais cela n a été possible, et c est là que la mondialisation a été déterminante, que parce que l inflation a été contenue par la concurrence internationale. Sans la relative sagesse des indices de prix, les autorités monétaires auraient dû réagir en restreignant le crédit. La mondialisation a fait que ce laxisme n a pas produit l inflation des prix des biens de consommation, mais l inflation des prix des actifs, immeubles et actions. Et quand la crise est apparue, on a tenté de la régler par un surcroît de laxisme et on a demandé aux contribuables de payer le rachat des «actifs toxiques» des banques et autres établissements financiers, ce qui illustrait mieux que jamais la formule : «privatiser les profits, étatiser les pertes». La gravité de la crise de 2008 est le symptôme d un système et d une politique économique qui ont été voulus et imposés par les membres les plus éminents de la super-classe mondiale, et d abord par les banquiers. La crise n est pas une calamité naturelle. Elle a été produite par les mauvaises décisions des Etats et plus précisément de ces organes de l Etat que sont les banques centrales, qui ont permis et favorisé la folie financière des banques commerciales. On peut avoir confiance dans l avenir de l économie mondiale à long terme, compte tenu du potentiel de croissance qui résulte des innovations techniques et du décollage des pays du tiers monde. Mais on doit être très inquiet pour les dix prochaines années. Les «remèdes» mis en œuvre par la puissance publique sont inspirés à peu près partout par des théories fausses et néfastes et ne peuvent obtenir de résultats qu à court terme. Ils consistent à soigner le mal par le mal, l excès de liquidités et de dettes par un surcroît de facilités faites aux banques commerciales. La France aurait tout intérêt, dans ces conditions, à s affranchir au plus vite de la tutelle des autorités européennes, à recouvrer une monnaie nationale et à mener pour son compte la politique de rigueur monétaire et budgétaire qui est la seule réponse sensée à la crise. Traduction anglaise, The Theory of money and credit, Liberty Press, Liberty Classics, Indianapolis, Etats-Unis d Amérique, 1981 (page 404). L original est en allemand Par Henry de Lesquen, président du Club de l Horloge, patron d émission à Radio Courtoisie, conseiller municipal de Versailles. plf I janvier 2012 I 15

16 LIBRES PAROLES Dissuasion nucléaire mutualisée Perspective réaliste ou antonymie? Antonymie : juxtaposition de mots inconciliables (petit Robert) La fondation pour l innovation politique «fondapol», proche de l UMP, dans un document récemment paru «12 idées pour 2012» propose la mutualisation de notre outil de dissuasion nucléaire avec l Allemagne. Cette proposition fait actuellement débat au sein du parti majoritaire. Certains argumentent que cette mutualisation sera le noyau permettant de forcer les politiques et les militaires vers une mutualisation plus grande de nos forces armées, d autres s inquiètent que ce projet ne diminue l influence de la France portée par notre force de frappe nucléaire. Aucune de ces deux positions ne correspond à l importance de la question soulevée. La France dispose d armes de destruction massive grâce auxquelles, sans menacer personne, elle est en mesure de dissuader quiconque de s attaquer à ce qu elle considèrerait comme ses «intérêts vitaux». C est ce qu on appelle «la dissuasion du faible au fort, tous azimuts». Une réflexion relativement simple sur la nature de cette dissuasion conduit à admettre qu une puissance ne peut l exercer que si elle dispose, seule et souverainement, de ses armes. En un mot, l armement nucléaire est une arme NATIONALE. De sa conception à son emploi, rien ne peut être l objet d un partage ou d un échange. La panoplie des armes françaises est limitée à des armes aéroportées, emportées par des avions basés à terre ou embarqués, et à des missiles balistiques emportés par des sous-marins, dont certains naviguent en permanence depuis quarante ans. L Allemagne pour sa part se voit interdire la possession de telles armes, depuis sa défaite en Si du temps de la guerre froide, les Etats-Unis ont utilisé les rouages de l organisation militaire de l alliance Atlantique pour mettre des armes nucléaires sur des avions des forces allemandes, ce n était pas dans un cadre de «dissuasion» et ce n était pas des allemands qui autorisaient le tir de ces armes ni même le décollage des avions. Dès sa mise sur pied, la force française de dissuasion a fait l objet d attaques, visibles ou sournoises, venant de l étranger comme de l intérieur du pays, et cela se comprend. Il fallait juste s en garder, voire les repousser. Lorsque la Grande-Bretagne a vu sa propre indépendance en matière nucléaire limitée, du fait qu elle a dû faire appel aux Etats-Unis pour la propulsion de ses missiles lancés de sousmarins, de bons esprits ont soudain suggéré des «coopérations» avec la France. Il en va de même aujourd hui avec les idées circulant au sujet d une «mutualisation» des moyens français et allemands (du genre «donne-moi ta montre, je te donnerai l heure»). «Mutualise»-t-on des intérêts vitaux? C est là que réside l antonymie : si une chose est mutualisable, c est qu elle n est pas «vitale». Derrière ces idées se trouvent, comme toujours, ceux qui ne cessent de vouloir la disparition de la France. Notre pays s est doté, seul, des moyens d une dissuasion du faible au fort, tous azimuts. Il doit en rester maître, intégralement. Le Mouvement pour la France (MPF) souhaite que notre nation ne perde pas son statut de puissance nucléaire, afin que la parole prononcée par notre pays soit toujours écoutée et que nous puissions peser sur la diplomatie internationale comme nous l avons fait ces cinquante dernières années. Aurait-il été possible à Dominique de Villepin d intervenir comme il l a fait en 2003 au conseil de sécurité de l organisation des nations unies (ONU), si nous ne détenions plus l arme suprême? Pourrions-nous toujours y siéger? Ne serait-ce pas un moyen pour transférer ce siège à l union européenne? Le MPF souhaite peser dans ce débat et rappelle à l UMP les conséquences d une telle proposition. Jean-Luc Hau et Michel Debray 16 I janvier 2012 I plf

17 Composition du Bureau National des Jeunes Pour la France 2012 MATTHIEU CEILLIER : Chargé de la coordination nationale - Responsable JPF de la région Ile de France SOLÈNE MIRY : Chargée de la formation- Responsable JPF de la région Ouest ARNAUD BOUSQUET : Chargé des relations JPF avec les élus - Responsable JPF de la région Sud Ouest CYRIL REFORT : Chargé de la communication Responsable JPF de la région Sud GUILLAUME LANGLOIS : Chargé du site internet - Responsable JPF de la région Sud Est PHILIPPE GALLINIÉ : Chargé du militantisme - Responsable JPF de Paris Les Jeunes Pour la France invités de Radio Courtoisie Le samedi 28 janvier 2011, Mathieu Cellier, responsable National des Jeunes Pour la France, était convié sur le plateau du Libre Journal des Lycéens animé par Alexandre Apreval. En compagnie d autres responsables des jeunes de mouvements ou de partis de Droite, les débats furent animés mais courtois. Abordant des sujets divers comme le Moyen-Orient, la campagne présidentielle, l éclatement de la droite, et le positionnement nouveau du FN. Selon les JPF «Cette année, sera celle de tous les défis : la présidentielle bien sûr, mais surtout la fin du mandat de Merkel et des élections législatives déterminantes pour l avenir de la Droite en France». A la suite de Philippe de Villiers les Jeunes Pour la France s engagent! Rejoignez-nous sur internet, dans les fédérations, lors des élections. Bureau National des Jeunes Pour la France 2012 : année de combats pour les Jeunes Pour la France. Si la jeunesse c est l avenir, celle-ci doit avant tout se conjuguer au présent. Par sa fraîcheur et son dynamisme, la jeunesse doit être aux avant-postes des grands débats contemporains. Par leur présence dans ces débats, les jeunes démontrent leur implication dans le débat public et confortent un peu plus leurs aînés en leur permettant de s appuyer sur eux. Dans cette optique, on ne peut que se féliciter de la forte présence de la jeunesse, et des Jeunes pour la France en particulier, à la dernière Marche pour la Vie qui s est tenue à Paris le 22 janvier Ce combat pour la vie qui est le nôtre, s élargit de plus en plus, chaque Marche pour la Vie entraînant un nombre croissant de participants de tout âge et de tout horizon. A n en pas douter, l autre grand débat sociétal de 2012 sera celui de la légalisation du mariage homosexuel. L UMP et le PS ayant a priori trouvé un terrain d entente sur cette question, les JPF devront faire entendre leur voix pour défendre le modèle familial traditionnel auquel ils sont profondément attachés. Mais 2012 sera également une année cruciale pour l Europe qui marche vers un fédéralisme forcé avec la quasi mise sous tutelle des budgets nationaux. Alors que le consentement du peuple à l impôt est le marqueur le plus important de sa souveraineté, ce droit constitutionnel fondamental sera bafoué lorsque le nouveau traité européen sera adopté. Tous ces combats seront difficiles à mener. Il nous faudra savoir les expliquer, les défendre, pour y faire adhérer le plus grand nombre, et notamment les jeunes, dont une trop grande proportion se désintéresse de la politique. Des signes encourageant sont cependant perceptibles. Nous en voulons pour preuve l enquête du Cevipof dont Ivan Rioufol s est fait le relai sur son blog dans un billet intitulé «Quand la jeunesse devient réactionnaire» et qui démontre une certaine appétence des jeunes pour les valeurs conservatrices : «Une enquête du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), menée auprès de lycéens et étudiants [ ] illustre ce retournement réactionnaire à propos de l armée. A l antimilitarisme et à la détestation de tout ce qui pouvait se rapporter à la nation, ce fond de sauce du discours moderniste, a succédé un surprenant plébiscite des jeunes pour l armée. Ils sont 85 % à lui accorder leur confiance. Le devoir et la discipline rencontrent l adhésion, mais également la notion de sacrifice et le désir d être utile à son pays». Voilà de quoi nous galvaniser en cette année 2012 marquée par les deux grandes élections nationales que sont la présidentielle et les législatives. Un certain nombre de Jeunes Pour la France (dont moi-même) défendront nos couleurs aux élections législatives. Nous invitons d ailleurs tout JPF qui hésiterait à s engager dans la bataille des législatives, à franchir le pas, que ce soit comme candidat ou suppléant. Rappelons que le seuil d âge pour se présenter a été abaissé à 18 ans. Il ne tient qu à nous de faire gagner nos idées par un militantisme contagieux et par nos candidatures aux différentes élections! Christophe PIERRE Responsable JPF 92 plf I janvier 2012 I 17

18 PAROLES D ÉLUS Communiqués de presse de Sandra Bureau Budget primitif régional 2012 de la région pays de loire ZOOM SUR QUELQUES INTERVENTIONS Pavé dans la Loire «Alors que l opposition reproche l ingérence de l action régionale et de son interventionnisme tous azimuts, notamment concernant les rapports d orientation mis au vote concernant la démocratie sociale, l égalité des droits et la lutte contre les discriminations, Monsieur Auxiette enfonce le clou au moment de la mise au vote en ne proposant que «pour» ou «abstention». Et si on veut voter «contre»? Un comble! Pass santé/contraception «Je ne critique pas le principe de l information et de la prévention, mais l ingérence de la majorité régionale dans la sphère familiale, sans concertation préalable. Arrêtons de faire croire que la région a le monopole de l intervention dans ce domaine, en se voulant la référence unique et indispensable se substituant aux premiers éducateurs que sont les familles. Je refuse que la majorité régionale prenne en otage les thèmes faciles de l égalité des droits et de la lutte contre les discriminations et notamment la contraception». Lutte contre les discriminations «Je mets en garde la majorité régionale de ne pas prendre en otage l égalité des droits et la lutte contre la discrimination, thèmes certes transversaux mais facilement fourretout, pour en faire un belle opération de communication politiquement correcte et une porte d entrée facile pour justifier des interventions tous azimuts. L expérience nous a montré que la majorité régionale sait très bien faire cela, notamment pour camoufler ses dérives clientélistes.» Charte régionale pour plus démocratie sociale «Cette charte est un concentré de logomachie politiquement correcte, avec une méthodologie peu naturelle et légitime. On assiste ici clairement à la volonté de la majorité régionale de s immiscer dans des dispositifs qui existent en réalité très bien sans elle. En agissant ainsi, elle dénigre le travail du Ceser et le dialogue mis en place par les partenaires sociaux en toute indépendance. La Région veut être omniprésente et indispensable sur tous les sujets. Belle opération de communication une fois de plus!» Voeux de marie pierre chaumette 18 I janvier 2012 I plf

19 VIE DES FÉDÉRATIONS HENRI VALOT nous a quittés. Un fidèle parmi les fidèles Inconditionnel de Philippe de Villiers, secrétaire départemental du Jura pendant dix sept ans, infatigable combattant, Henri Valot nous a quittés le 1 er décembre dernier. C est un grand Monsieur qui s en va et vingt ans de complicité et d amitié qui s achèvent et nous pensons aujourd hui à Jeanine, son épouse, que nous assurons de nos sentiments les plus affectueux. Villiériste «historique», il fut un militant de la première heure en participant au lancement de Combat pour les Valeurs en Ce mouvement deviendra le Mouvement pour la France. Henri participe à toutes les campagnes, est de tous les combats. Les milliers de kilomètres s accumulent au compteur de sa voiture. Il n a aucune ambition pour lui-même seulement pour son pays. Le dévouement total. Que d heures passées, que d énergie déployée pour combattre nos deux plus grands ennemis chez les personnes qu il tente de convaincre : la résignation et l incrédulité. Henri, homme de conviction, était un battant. Son tempérament l amène à s engager à 17 ans dans la Marine. Il participera par la suite aux campagnes d Indochine et d Afrique du Nord. Si l on devait retenir quelques mots pour qualifier Henri Valot, ce serait : gentillesse, générosité, chaleur humaine, sourire, dévouement, fraternité, loyauté, droiture, hypersensibilité, sens du devoir, travailleur acharné mais aussi combattivité, exigence, perfectionnisme, amour des siens mais par-dessus tout, patriote et amour de la France. Henri c était aussi un artiste. Sa sensibilité le conduisait vers la peinture la sculpture et la poésie, dont il laisse des souvenirs plein la maison. Ses œuvres d art lui survivront longtemps. Il fait partie de ceux qui, pendant vingt ans, ont semé pour que nos enfants puissent récolter, tâche obscure, peu gratifiante mais qui était un devoir. Une tâche menée avec succès, car si les succès électoraux ne nous ont pas récompensés, nos idées, à défaut de triompher, s imposent à tous aujourd hui. On a seulement tort d avoir raison trop tôt. Non, Henri, vous ne vous êtes pas battu pour rien! Merci Henri, Merci pour tout. Vous resterez dans nos cœurs à tout jamais Jean-Luc HAU Agé de 36 ans, ma conscience politique nait en 1981, lors de l accession au pouvoir de François Mitterrand. Je me souviens très bien de l effroi qui saisit mes parents à l annonce de la triste nouvelle. Ce premier choc politique fut déterminant dans mon apprentissage de la vie. Dans les jours qui suivirent, Philippe de Villiers, un homme courageux, fit l admiration de mon père, gaulliste de toujours. Il était impressionné par le renoncement de cet homme, à qui tout souriait (démission de la préfectorale pour ne pas servir la politique de décadence qu allait impulser le gouvernement socialocommuniste). Au fil des années, j ai accrue mon intérêt pour l actualité politique, intéressé par le sort de mes compatriotes de la région du Nord Pas de Calais, touchés par le chômage grandissant, par les délocalisations d entreprises et par l égarement moral de la société. En 2005 j ai découvert l article 143 de la sous-section III de la constitution européenne, qui légiférait les principes de libreéchangisme appliqués au travail, décrit dans la directive européenne dite «Bolkestein» sur les services, rendue tristement Jean-Paul GAINARD célèbre avec les affres du plombier polonais. C en était trop, je décidai de franchir le pas et de contacter le bureau politique du MPF pour me renseigner. Je fus invité à une galette des rois où je fus accueilli par Mme Muguette Wehrung, une militante et admiratrice de Philippe de Villiers, qui m invita à me familiariser avec les combats du mouvement et ensuite de participer à l action du parti. Un an plus tard, je fus nommé secrétaire départemental et fus chargé du recueil des parrainages pour l élection présidentielle de Philippe de Villiers en 2007 pour la Moselle (57), où je résidais pour raison professionnelle. Je travaillais notamment avec le président de la fédération de la Meurthe-et-Moselle (54), M. Guy Boiché, sans qui rien n aurait été possible. Aujourd hui, de retour dans le Nord depuis 4 années, j ai décidé de franchir un nouveau cap dans mon engagement politique. Après 2 années de formation en sciences politiques, notamment avec M. Patrick Louis, notre secrétaire général, je me sens prêt à conduire une équipe dans le département qui m a vu grandir, en lien avec Mme Lefebure, coordinatrice régionale. Mon souhait est de réveiller la conscience des «gens du à Nord». Ils souffrent, toujours plus au quotidien, dans leur chair et leur âme car ils sont sans espérance politique véritable. Le projet du MPF doit leur ouvrir un horizon meilleur. Marié deux enfants médecin libéral ; officier supérieur de réserve opérationele du service de santé des Armées. Membre du RPR depuis sa fondation puis membre de l UMP, délégué national de l UMP pendant 5 ans. Membre du MPF depuis 5 ans Candidat tête de liste aux municipales de Le BARP Candidat suppléant aux cantonales dernières sur le canton de BELIN-BELIET, 48 % au second tour sous la banière UMP et MPF. Jean-Louis MILLET Président du MPF JURA plf I janvier 2012 I 19

20 Alsace Guy BOICHE redressons la france Aquitaine Edouard DELORME Auvergne Joël TALON SOUTENEZ LE MOUVEMENT POUR LA FRANCE Bourgogne Laura SABATIER Bretagne Sophie MEVEL Centre Patrick LEPERS ADRESSEZ UN DON ADHÉREZ ET MILITEZ FAITES ADHÉRER Adhésion 2012 Champagne-Ardenne Dominique MALEZIEUX Mandat d'élu : Corse Jacques de ROCCA SERRA Franche-Comté Jean-Louis MILLET Ile-de-France Alexandre VARAUT Languedoc-Roussillon Claude TROUVE Adhésion 2012 Renvoyez le bulletin ci-joint accompagné de votre versement et Prenez contact avec votre fédération Mandat d'élu : afin de participer aux événements des équipes locales du Mouvement Pour la France flyer200x270(2011)new13.indd 1 Limousin Bernard DUFOUR Lorraine Guy BOICHE Midi-Pyrénées Marie-Pierre CHAUMETTE Nord-Pas-de-Calais Martine THEVENET-LEFEBURE Basse-Normandie Hervé du BOULLAY Haute-Normandie Hubert de BAILLIENOURT Pays de la Loire Yannick MOREAU Picardie Isabelle LETRILLART Poitou-Charentes En cours de nomination PACA Joëlle MARTIMAUX Rhône-Alpes Jérôme PUPAT Français de l étranger Benjamin DELLES 28/10/ :10:00 PAROLE, PAROLE, PAROLE «Vous qui, pour certains d entre vous, avez les cheveux blancs, vous qui avez vu tout près d ici le débarquement de Provence Moi qui ai vu en Normandie le débarquement des Alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles que celles que nous avons à vivre aujourd hui». Le candidat centriste Hervé Morin, 50 ans, s est emballé dimanche lors d un déplacement à Nice en affirmant dans un discours avoir vu les alliés débarquer en Normandie... il y a 67 ans. Le Figaro du 24 janvier 2012 Confidence de Patrick Devedjian sur Nicolas Sarkozy : «Oui il nous a pris pour des cons. Mais il a raison, nous sommes des cons». Extrait du livre de Alain Auffray, paru fin 2011 «[Rachida Dati] est complètement dingue. Chaque camp politique à sa croix à porter. A gauche ils ont Eva Joly, et nous on a Rachida Dati». Edouard Balladur, Le Canard Enchaîné, 30 novembre 2011 «Au Sénat je m ennuie. Il ne se passe rien, il n y a pas de journalistes. Le palais du Luxembourg, c est vieillot. On dirait un bordel des années 30». Déclare pour Canal + le socialiste André Vallini, à peine élu sénateur. 20 Minutes, le 28 décembre «O% pour un fromage, c est bon pour la santé, pour un candidat, c est inquiétant». Jean-Christophe Lagarde, numéro 2 du Nouveau Centre. AFP repris par l ensemble des médias, le 25 janvier 2012 «Hervé Morin est un peu court. Il va sauter du pont de Normandie, mais je ne sais pas si l élastique est bien fixé». André Santini, Le Télégramme, le 19 décembre 2011 «Le vol de portables à l arraché, ça n existait pas avant que les portables n existent». Nadine Morano, France 2, le 20 décembre BIS AVENUE DE LA MOTTE-PICQUET PARIS B.P Pa r i s C e d e x 07 Téléphone : Fax : www.

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE Introduction générale Qu est ce qu une Constitution? Les Institutions de la République Française Introduction : Rappels sur l histoire constitutionnelle de la

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle

Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle Une étude Ipsos - Logica Business Consulting pour France Télévisions, Radio France et Le Monde Jeudi mai 0- Vague Nobody s Unpredictable Ipsos

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA CANDIDATURE DE DOMINIQUE STRAUSS- KAHN A L ELECTION PRESIDENTIELLE - Sondage de l'institut CSA - N 1100267A Février 2011 Contact : Jérôme Sainte-Marie Directeur du département

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 LA JUSTICE DES MINEURS : CAP SUR L AVENIR La Garde des Sceaux a lancé une vaste consultation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00

Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00 Procès-verbal de la Commission Europe Jeudi 26 juin à 15h00 Présent(e)s : Mme. PAPON Monique MM. BEAUMLER Jean-Pierre, BATEUX Jean-Claude, BLESSIG Emile, CHAUMONT Jacques, DELMAR Pierre, DROUIN René, DUBERNARD

Plus en détail

Elles feront l objet d une publication en ligne sur notre site www.unapeda.asso.fr (plus de 600 connexions par jour).

Elles feront l objet d une publication en ligne sur notre site www.unapeda.asso.fr (plus de 600 connexions par jour). Madame, Monsieur, Dans l attente de votre réponse, je vous prie d agréer, Madame, Monsieur, l expression de ma considération distinguée. Madame Marie George BUFFET Parti Communiste Français (P.C.F) 2,

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 01 44 94 59 10 / 11

Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 01 44 94 59 10 / 11 La gauche peut-elle elle relever le pays? Septembre 0 n 033A Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 0 44 94 59 0 / Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 05,

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014 Notre équipe pour l Europe Dans 80 jours, les Français voteront pour l avenir de l Europe. Cette élection engagera notre destin. C est rassemblés que nous porterons le

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Sommaire : Art. 1 : Personnalité Art. 2 : Siège et durée Art. 3 : Buts Art. 4 : Etendue géographique et fonctionnement Art. 5 : Les Membres Art. 6

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

Abroger le bouclier fiscal

Abroger le bouclier fiscal NOTE n 57 - Fondation Jean-Jaurès / Groupe socialiste à l Assemblée nationale - 10 juin 2010 - page 1 Pierre-Alain Muet* * Député, rapporteur de la proposition de loi visant à abroger Est-il légitime de

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Vous le savez, le président Sarkozy et le gouvernement font tout pour faire des économies à l État. On pourrait s en féliciter, sauf que les

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A. Rapport. Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie

Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A. Rapport. Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d'étudier le projet de loi de M mes

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso

Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso Document mensuel No 1 : Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso Connu au Congo et ailleurs en Afrique, ainsi qu en France, comme étant l un des rares Francs-Maçons africains qui se dévoilent,

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

Les Français et la liberté de la presse. Ifop pour Metronews et Reporters sans frontières

Les Français et la liberté de la presse. Ifop pour Metronews et Reporters sans frontières Les Français et la liberté de la presse FD/GM N 113153 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com JUIN 2015

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013

RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013 Bundesamt für Justiz Bundesrain 20 3003 Bern RR/FM 312 Berne, 18 décembre 2013 Modification de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite concernant la représentation professionnelle (art.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

A propos de l Audit des finances communales

A propos de l Audit des finances communales A propos de l Audit des finances communales (évoqué lors du Conseil municipal de septembre 2014) A la demande de la majorité municipale, un audit a été commandité auprès du cabinet FCL. Les conclusions

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL PERMANENT DE LA JEUNESSE. Inexpérience + alcool au volant = tolérance zéro. 25 janvier 2010

MÉMOIRE DU CONSEIL PERMANENT DE LA JEUNESSE. Inexpérience + alcool au volant = tolérance zéro. 25 janvier 2010 c Inexpérience + alcool au volant = tolérance zéro MÉMOIRE DU CONSEIL PERMANENT DE LA JEUNESSE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT DANS LE CADRE DE L ÉTUDE DU PROJET DE LOI N

Plus en détail

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de Introduction Le pire n est pas sûr «La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de revenir en détail

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

«Pour une pleine participation des retraités et des ainés au développement régional le modèle coopératif»

«Pour une pleine participation des retraités et des ainés au développement régional le modèle coopératif» Conférence de M. Claude Quintin Présentée lors de la journée de mobilisation et de consultation sous le thème; «Pour une pleine participation des retraités et des ainés au développement régional le modèle

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail