La parvovirose canine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La parvovirose canine"

Transcription

1 Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez le chiot de moins de 6 mois. Etiologie* La parvovirose canine est due à un parvovirus (CPV-2 pour Canine ParvoVirus de type 2), proche de celui du chat. Des cas de parvovirose féline provoqués par le virus canin sont d ailleurs décrits. Quelle que soit la souche, le parvovirus présente plusieurs caractéristiques intéressantes : il n a pas d enveloppe : c est un virus nu*, ce qui lui confère une très grande résistance dans le milieu extérieur. Il peut y persister plusieurs mois voire plus d un an, il n est pas forcément sensible à tous les désinfectants, il se multiplie dans les cellules qui se divisent. On distingue différentes souches* de parvovirus. Le CPV-2. Il s agit de la souche initiale, responsable d une pandémie* au niveau de la population canine à la fin des années 70. Depuis, cette souche a évolué, et a été remplacée par les souches décrites ci-après. Les CPV-2a, CPV-2b, CPV-2c (ou CPV- 2glu426). Elles sont apparues plus récemment (respectivement début des années 80, milieu des années 80 et début des années 2000). Elles sont capables d infecter également le chat. En France, les souches CPV-2b et CPV-2c sont prédominantes et sont réparties sur l ensemble du territoire. Photo 1 : le parvovirus est un petit virus nu, très résistant dans le milieu extérieur ( Merial).

2 Epidémiologie* Le virus est largement répandu au plan mondial. La plupart des canidés sont sensibles à l infection. La transmission du virus est principalement indirecte* : les animaux excréteurs* (malades ou asymptomatiques*) contaminent très fortement leur environnement, leurs selles étant chargées de milliards de particules virales. Par ailleurs, l Homme (mains, chaussures, vêtements ), le matériel (balais, raclettes...), les insectes, les rongeurs et les chiens (pelage) peuvent être vecteurs du virus. La maladie est d autant plus grave que l animal est : jeune, à croissance rapide, parasité. La maladie présente un caractère sporadique (elle n'affecte que quelques chiens isolément) dans les populations où une majorité de chiens est immunisée. Les populations canines de certaines associations ou refuges d assistance sont particulièrement exposées, du fait du cumul de plusieurs facteurs de risque : forte densité de population, présence de chiots, qui sont particulièrement sensibles et constituent de véritables «bombes à virus», difficultés à appliquer les principes de la sectorisation et de la marche en avant. Même si les chiens de n importe quelle race, âge ou sexe peuvent être touchés, les chiots de 6 semaines à 6 mois et certaines races (Rottweiler, Pinscher, Labrador, American Staffordshire terrier, Berger Allemand, chien de traîneau alaskan) sont particulièrement concernés. Photo 2 : les chiots entre 6 semaines et 6 mois sont particulièrement sensibles à la parvovirose ( Merial). Pathogénie* Habituellement, la contamination se fait par voie orale. Le parvovirus infecte les cellules en division, en particulier les cellules des intestins et les cellules précurseurs des globules blancs dans la moelle osseuse. Les symptômes seront fonction de l'âge du chien et de son stade de développement.

3 Signes cliniques L incubation* est généralement comprise entre 3 et 8 jours. Plusieurs formes de la maladie sont décrites : la forme suraiguë : mortalité en quelques heures, sans symptôme caractéristique, la forme aiguë, classique : o fièvre, fatigue, déshydratation, perte d appétit, o vomissements, souvent importants, o diarrhée, (souvent mais pas toujours avec du sang). Attention! il ne faut pas exclure l hypothèse de parvovirose devant un animal atteint de diarrhée non hémorragique. Il ne faut pas non plus conclure à une parvovirose devant un animal qui présente du sang dans les selles. D autres maladies peuvent donner les mêmes symptômes. La multiplication du virus dans la moelle osseuse provoque une baisse significative du nombre de globules blancs chez l animal malade. La mortalité est très fréquente. Chez les chiens survivants, la guérison est rapide, complète et survient après 4 à 5 jours de signes cliniques. Remarque : les troubles cardiaques (mort subite, insuffisance cardiaque) décrits dans les années 70 sont à l heure actuelle rencontrés exceptionnellement, chez des chiots issus de mères isolées et non immunisées. L'immunité post-infectieuse est excellente : un chien ayant survécu est protégé pendant plusieurs années. Diagnostic Le diagnostic repose avant tout sur les éléments épidémiologiques et les constatations cliniques réalisées par un vétérinaire. Ce dernier peut confirmer la parvovirose par différentes techniques de laboratoire (en particulier tests rapides et PCR). Une analyse de sang montrant une baisse significative des globules blancs dans le sang est aussi un élément en faveur d une parvovirose. Photo 3 : la parvovirose entraîne une diarrhée souvent hémorragique ( Bergamo). En collectivité, la confirmation de la présence du parvovirus est essentielle, car elle motive la mise en place de mesures sanitaires et médicales drastiques.

4 Prévention Mesures sanitaires La prévention passe d abord et de manière incontournable par la mise en place de mesures sanitaires (cf. fiche technique dédiée). Afin de minimiser le risque, en particulier en collectivité (élevage, refuge ) plusieurs mesures sont applicables : la sectorisation est essentielle. Elle permet de séparer les individus potentiellement porteurs (adultes, animaux malades, animaux provenant de l extérieur) des animaux les plus sensibles (chiots). Le respect de la marche en avant qui en découle est tout aussi important, le risque de transmission indirecte étant élevé, les mesures de nettoyage et désinfection des locaux, du matériel (gamelles, jouets, balais ) et du personnel (mains, chaussures, vêtements ) sont essentielles. Tous les désinfectants ne sont pas efficaces contre le parvovirus. En cas d épidémie, il est conseillé de vérifier avec le fabriquant que le désinfectant utilisé est adapté. L eau de javel, si elle est bien utilisée est efficace (voir conditions d utilisation dans l encadré ci-dessous), L eau de javel est très efficace contre le parvovirus dans la mesure où elle est utilisée : lorsqu elle a été stockée à l abri de la chaleur et de la lumière, dans les 24 heures suivant sa préparation (l eau de javel diluée est instable), lorsque sa date de péremption n est pas dépassée, seule, uniquement après nettoyage et rinçage, diluée dans une eau froide ou tiède, à une concentration comprise entre 0,2 % (en l absence de matière organique) et 0,5 % de chlore actif (le tableau 1 ci-après rassemble les correspondances en volume pour les deux principales catégories d eau de javel disponibles en France), avec un temps de contact d au minimum 10 minutes avant rinçage puis séchage. Concentration souhaitée Dilution en volume de l eau de javel commercialisée en France Eau de javel 2.6 % c.a.* Eau de javel 9.6 % de c.a.* 0,2 % c.a.* 1/13** 1/53 0,5 % c.a.* 1/5 1/20 Tableau 1 : dilution de différentes présentations d eau de javel disponibles en France *c.a : chlore actif / ** : 1/13 = 1 volume d eau de javel pour 12 volumes d eau

5 la limitation du nombre de chiens dans la même zone permet de réduire le stress (favorable à l expression de l affection) mais aussi l extension de la maladie dans la collectivité. Ces mesures minimales sont à mettre en place drastiquement en cas d épidémie. Vaccination La valence* parvovirose fait partie des trois valences «essentielles» (dites aussi «core» en anglais), recommandées dans les protocoles de vaccination canine, quel que soit le risque épidémiologique : maladie de Carré, hépatite de Rubarth et parvovirose. La vaccination est très efficace si elle est réalisée correctement. Chez le chiot, il existe une possibilité d interférence avec les anticorps maternels, qui peut conduire à un défaut de prise vaccinale (voir fiche technique dédiée). En situation d épidémie, des vaccins particuliers ne contenant que la valence «parvovirose» sont utilisés selon un protocole déterminé avec le vétérinaire suivant l élevage. En effet, il n existe pas de recette standard : le protocole doit notamment s adapter à l âge de déclenchement de la maladie chez les chiots. En France, la vaccination contre la parvovirose est réalisable à l aide de vaccins atténués (cf. fiche technique dédiée). Législation La parvovirose est un vice rédhibitoire*, avec un délai de rédhibition* de trente jours et un délai de suspicion* de cinq jours. NOTIONS CLEFS Le parvovirus canin est très résistant dans le milieu extérieur. Il peut y survivre plusieurs mois. Il n est pas sensible à tous les désinfectants. La multiplication du virus dans les cellules en division explique les signes cliniques. Les chiens de tous âges peuvent contracter la parvovirose mais les chiots sont les plus sensibles. La maladie se manifeste en particulier par des troubles digestifs (vomissements, diarrhée éventuellement hémorragique, forte fièvre). L issue de la maladie est la mort du chiot, ou sa guérison rapide et complète. La valence «parvovirose» fait partie des valences dites «essentielles».

6 LEXIQUE Asymptomatique : sans symptôme. Délai de rédhibition : délai dont dispose le vétérinaire pour établir un diagnostic. Il commence le jour de livraison du chien. Délai de suspicion : délai dont dispose le vétérinaire pour rédiger un certificat de suspicion d une maladie considérée comme un vice rédhibitoire. Ce certificat est indispensable pour mener une action en justice. Le délai commence le jour de livraison du chien. Epidémiologie : étude des différents facteurs participant au déclenchement et à l évolution d une maladie. Etiologie : étude des causes d une maladie. Excréter (un agent pathogène) : rejeter à l extérieur de l organisme. Ce phénomène est à l origine de la transmission d agents infectieux d un animal à l autre ou de l animal à l Homme, lorsqu il s agit d une zoonose. Excréteur : voir excréter. Incubation : intervalle de temps entre l entrée de l agent pathogène dans l organisme et l apparition des signes cliniques. Pathogénie : étude des mécanismes entraînant l apparition et l évolution d'une maladie. Pandémie : maladie qui touche de nombreux individus, et dont l extension dépasse très largement les frontières. Souche virale : représentant d un virus donné (par exemple il existe dans la nature plusieurs souches du parvovirus canin). Transmission indirecte : passage d un agent pathogène entre deux individus par l intermédiaire d éléments du milieu extérieur (sol, gamelle, mains d une personne manipulant l animal ). Ce type de transmission est important pour les agents pathogènes résistant dans le milieu extérieur, comme le parvovirus. Valence vaccinale : part du vaccin qui protège contre un agent déterminé. Un vaccin peut être monovalent (protéger contre une seule maladie) ou multivalent (protéger contre plusieurs maladies). Vice rédhibitoire : défaut d un animal le rendant «impropre» à l usage pour lequel il a été acheté, pouvant entraîner une annulation de vente après une action judiciaire. Chez le chien, les maladies considérées comme des vices rédhibitoires sont la parvovirose canine, la maladie de Carré et l hépatite de Rubarth. Les délais de suspicion et de rédhibition tiennent compte des périodes d incubation de ces maladies.

7 Virus nu (ou non enveloppé) : virus (voir ce terme) qui ne possède pas d enveloppe externe. Paradoxalement, ces virus sont généralement résistants dans l environnement et présentent une sensibilité variable aux désinfectants. Exemples : parvovirus, adénovirus. Fiche technique réalisée à l occasion de la rencontre Eleveurs canins / Merial mars Retrouvez toutes les nouvelles fiches techniques sur le site onglet «bibliothèque».

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

La Parvovirose I NTRODUCTION E TIOLOGIE* E PIDEMIOLOGIE* Fiche Technique n 5

La Parvovirose I NTRODUCTION E TIOLOGIE* E PIDEMIOLOGIE* Fiche Technique n 5 La Parvovirose Fiche Technique n 5 I NTRODUCTION La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

La panleucopénie féline,

La panleucopénie féline, Fiche technique n 5 2 ème édition La panleucopénie féline, le typhus du chat La panleucopénie féline (ou typhus ou parvovirose du chat) est une affection contagieuse très grave et potentiellement mortelle.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Diabète sucré. du chien et du chat

Diabète sucré. du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l homme. Ce que l on ne sait pas toujours c est qu elle peut toucher également nos

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV)

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Femme enceinte CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Presque la moitié des enfants en service de garde excrètent ce virus, surtout dans l urine et la salive, et ils peuvent le transmettre à leurs parents et aux autres

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux Département fédéral de l économie DFE Office vétérinaire fédéral OVF Soutien à l application de la législation (SAL) Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise 10.6.3 : vaccin contre l encéphalite japonaise Composition Un vaccin inactivé contre l encéphalite japonaise est distribué au Canada : Ixiaro (Novartis). Il s agit d un vaccin préparé à partir du virus

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu.

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu. TINEA CAPITIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition Le Tinea capitis est une infection mycotique (fongique) du cuir chevelu communément appelée teigne. Le champignon Trichophyton tonsurans en est la cause

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes ignorent qu elles sont porteuses et transmettent le virus

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Le virus. 1 of 5 02/11/2012 14:18

Le virus. 1 of 5 02/11/2012 14:18 1 of 5 02/11/2012 14:18 Site Public Accueil Gérer votre chatterie Bulletin/Pub collective Dossiers Santé GSDIV Vie de l'asso Téléchargements Mode d'emploi Ecrire aux Webmasters Déconnexion Privé LA CALICIVIROSE

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Grippe pandémique Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Quel est l objet de cette brochure? Cette brochure vise à vous informer sur la grippe pandémique. Vous y trouverez les réponses

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie

Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie Ce que vous devez savoir au sujet de la pré-éclampsie La pré-eclampsie est beaucoup plus courante que ce que la plupart des gens ne pensent en fait, c est la plus courante des complications graves de la

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION CPE LE PETIT TRAIN POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION Sylvie Guay 12/03/2009 Révision 2013 CPE Le Petit Train inc. Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET

Plus en détail

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels LEXIQUE Amélioration : ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion destinées à améliorer la sûreté de fonctionnement d un bien sans changer sa fonction requise (FD X 60-000 : mai 2002).

Plus en détail

Les actualités du Pharo 2015

Les actualités du Pharo 2015 LA VACCINATION DE L ENFANT DANS LA LUTTE ANTIRABIQUE, UNE ACTIVITE DE L UNITE : MEDECINE PREVENTIVE ET VACCINATION DU CHU DE TLEMCEN EN ALGERIE «2001-2014» N.Chabni, I.Cherif, H.benabderrahmane, L. Henaoui,

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI Elle obéit à une procédure spécifique (entretien(s) entre les parties, homologation de la convention.), elle est entourée d un certain nombre de garanties pour le salarié

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES la recherche biomédicale ou recherche sur la personne p4 p6 p6 p8 p 10 p 10 p 11 p 12 Quoi? Pourquoi? Comment? Étape par étape Pour préparer la recherche Lorsque

Plus en détail

Le projet de loi article par article

Le projet de loi article par article Le projet de loi article par article L article 1er prévoit la mise en place d un Comité de pilotage des organismes de retraite. Sa mission est de s assurer de la pérennité financière des régimes, de l

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

L ACCIDENT DE SERVICE

L ACCIDENT DE SERVICE L ACCIDENT DE SERVICE Le coût moyen d un accident de service pour un agent CNRACL en 2010 était de 2434 1 sans considérer les coûts induits en termes de désorganisation des services, de démobilisation

Plus en détail

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993 Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Répertoire numérique des versements 3678 W et 2089 W par Frédérique Murgia Janvier 2001 Revu en septembre

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES N DSSA/DSA Rabat le, 13/08/09 CODE DE PROCEDURE POUR LE CONTROLE PAR VACCINATION

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-005815 Nantes, le 10 février 2014 Centre Hospitalier Bretagne Sud Service de radiothérapie BP 2223 56322 LORIENT Cedex Objet Inspection de

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Convention inter parcs SIT PNR PACA

Convention inter parcs SIT PNR PACA Convention inter parcs SIT PNR PACA Page 1 Sommaire Article I Préambule... 3 Article II Objet de la convention... 43 Article III Les Membres... 43 Article IV Les partenaires... 53 Article V Mise en œuvre

Plus en détail

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre.

Examen écrit de 2h sous forme d un cas pratique portant sur la matière enseignée durant le semestre. ECOLE D AVOCATURE DIRECTIVES POUR LES EXAMENS Examen écrit de procédure (coefficient 3) Examen écrit de 2h sous forme de cas pratique portant sur les trois matières enseignées durant le semestre, le sujet

Plus en détail

Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 04/02/2015 Vicky Lefevre (sé), directeur

Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 04/02/2015 Vicky Lefevre (sé), directeur SPECIFICATION TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION DU NOMBRE D HOMMES JOURS ET DE LA FREQUENCE DES AUDITS DANS LE CADRE DES VALIDATIONS DE SYSTEMES D AUTOCONTROLE Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 03/02/2015

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

2. Votre Première Consultation à la Clinique de Fertilité Manzanera

2. Votre Première Consultation à la Clinique de Fertilité Manzanera NOTRE PROGRAMME DE DON D OVOCYTES Dans le Centre de Fertilité Manzanera, nous avons développé un traitement de fertilité simple et pratique pour les couples résidant hors d Espagne, de façon à maximiser

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

La cysticercose Le tænia chez le bovin

La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose ou ladrerie bovine est une parasitose peu fréquente mais avec des conséquences économiques importantes. C est une zoonose : on parle de ver solitaire

Plus en détail

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1 Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 NATURE DU RISQUE GRIPPAL La grippe est une infection respiratoire aigue -Très contagieuse -Due à un virus influenzae

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Formation «Education canine Particuliers»

Formation «Education canine Particuliers» Formation «Education canine Particuliers» CENTRE HERVE PUPIER Centre de Formation Professionnelle Métiers du Chien Adresse : 135 Impasse des Chênes Blancs 26780 Malataverne Téléphone : 09 62 62 85 78 Mail

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation Expérimenter OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER B i o l o gist e Tu peux faire des observations sur ton animal en relation avec ce que tu apprends en classe. Pour connaître le devenir des aliments consommés

Plus en détail

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition Fiche technique n 12 2 ème édition La rage féline La rage est une zoonose inéluctablement mortelle une fois les symptomes déclarés et touche de nombreuses espèces animales. Elle reste une préoccupation

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE Le département de Saône-et-Loire est doté d un plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, deux maladies transmises par le

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint?

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint? ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS (AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE LES UNS DES AUTRES ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

La Maladie à virus Ebola

La Maladie à virus Ebola La Maladie à virus Ebola Ampleurde l épidémieen Guinée 23 octobre2014 1,606 cas 933 décès Quefaut-ilsavoir surla maladieà virus Ebola? Maladiemortellecauséepar le virus Ebola Se transmetuniquementpar contact

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Procédure d utilisation de la fonction CARTE DE FIDELITE

Procédure d utilisation de la fonction CARTE DE FIDELITE Procédure d utilisation de la fonction CARTE DE FIDELITE Plan du document : I.Qu est-ce qu une Carte de Fidélité?... 1 II.Paramétrage des Cartes de Fidélité...2 1. Mise en place de la Gestion des Cartes

Plus en détail

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire 1. Classement des élèves Les élèves seront classés automatiquement grâce au logiciel en ligne dans l ordre décroissant de leur indice

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

REPUBLIQUE DE VANUATU

REPUBLIQUE DE VANUATU REPUBLIQUE DE VANUATU Révise février 1999 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, QUARANTAINE, FORÊT ET DE PÊCHES SERVICE DE QUARANTINE & INSPECTION DU VANUATU LOI NO.7 DE 1988 RELATIVE À L IMPORTATION ET À MISE EN

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Ce document a été conçu à partir de la politique des CPE suivants : CPE La Ritournelle, CPE La P tite

Plus en détail

Configuration d une politique de sauvegarde

Configuration d une politique de sauvegarde Configuration d une politique de sauvegarde Pré-requis à cette présentation La lecture de ce guide suppose que vous avez installé l agent SFR Backup sur l équipement que vous souhaitez sauvegarder. Il

Plus en détail

NOTICE 3. LISTE DU (DES) SUBSTANCE(S) ACTIVE(S) ET AUTRE(S) INGRÉDIENT(S) Présentation de 5 MU : Interféron omega recombinant d origine féline

NOTICE 3. LISTE DU (DES) SUBSTANCE(S) ACTIVE(S) ET AUTRE(S) INGRÉDIENT(S) Présentation de 5 MU : Interféron omega recombinant d origine féline VIRBAGEN OMEGA 5 MU pour chiens et chats VIRBAGEN OMEGA 10 MU pour chiens et chats NOTICE 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION

Plus en détail