Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014"

Transcription

1 M. Pouria Amirshahi, député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, a insisté lors de l ouverture du colloque sur le caractère hautement stratégique de ces métaux dont on parle peu alors que des pays comme la Chine ont très tôt pris conscience de leur importance. L objectif de la conférence a ainsi été d appréhender la nécessité pour la France et l Union européenne (UE) d être à la fois présentes dans cette filière stratégique tout en évitant les tensions liées à l acquisition de ces biens. Cette conférence s est ainsi inscrite dans une logique d information de la représentation nationale et de dialogue avec le monde industriel qui permettront à plus long terme l édiction de règles concernant l exploitation des métaux stratégiques. 1

2 Table ronde n 1 La guerre des métaux stratégiques est-elle déclarée? Cette première table ronde, modérée par Guillaume Pitron, a eu pour objectif de dresser l état des lieux des défis posés à la France par les métaux stratégiques. Christophe Alexandre Paillard, adjoint au directeur des affaires stratégiques du Ministère de la défense, a insisté sur le caractère relatif de la criticité des métaux «rares» qui repose sur la répartition géologique, la concentration géographique et quantitative des matériaux considérés. Pour exemple, le cuivre constitue un métal stratégique pour le Chili (1 er producteur mondial) et pour la Chine (1 er importateur mondial) mais l est moins pour la France. Cette nouvelle problématique a de même été l origine de nombreux débats au sein de l UE, comme l a souligné Gwenole Cozigou, responsable de la Direction en charge des industries de base, manufacturières et des biens de consommation de la Commission européenne. En 2011, une liste des matériaux stratégiques pour l UE a été publiée, comme il en existe déjà au Japon ou aux Etats Unis. Non exhaustive, elle est appelée à être révisée tous les trois ans. Ainsi, 54 matières premières et groupes de matières ont été répertoriés en fonction de leur importance économique et de leurs conditions d approvisionnement (contexte géopolitique et durabilité environnementale). Véritables enjeux, les terres rares sont parfois désignées comme «le pétrole du 21 ème siècle». En ce sens, Jack Lifton, fondateur et directeur de Technology Metals Research, a insisté sur leur caractère indispensable mais aussi sur les enjeux géopolitiques sous-jacents. La déconnexion entre la géographie (l utilisation et la demande) et la géologie (la distribution) expliquerait ainsi les tensions à venir. Guillaume Pitron a ensuite interrogé les intervenants sur les enjeux à plus long terme au regard de l évolution de la demande mais aussi des possibilités de recyclage. Patrice Christman, directeur adjoint à la direction de la Stratégie du Bureau des ressources géologiques et 2

3 minérales (BRGM), a apporté des éléments de réponse en insistant sur la perte de vue tendancielle des enjeux liés aux minéraux en France depuis les années Aussi, l économie circulaire tant vantée, ne semble pas constituer une solution pour des matières premières dont les modalités d exploitation et de recyclage sont nouvelles. Aussi, la croissance de la demande (entre 10 et 15% par an) pose la question de l exploitation de nouveaux gisements. Par ailleurs, une gouvernance mondiale des matières premières sur le modèle du GIEC est envisageable : des initiatives telles que l International Resource Panel ont ainsi vu le jour. Les réflexions ont ensuite porté sur la tardive prise de conscience des enjeux de long terme liés à l exploitation des métaux stratégiques. Selon Didier Julienne, stratège en ressources naturelles, l enjeu réside tout d abord dans l investissement et la stratégie adoptée vis-à-vis de ces métaux. Le passage d un métal rare à un métal abondant dépend de son exploitation sur le long terme appuyée par un tissu industriel et une véritable stratégie. Selon lui, les listes de l UE relèvent ainsi plus de la communication que du concret. L importance de la connaissance du monde de l industrie dans le cadre de la définition d un cadre règlementaire pour les métaux stratégiques lui parait de plus essentielle. La question du recyclage a ensuite été abordée : elle parait cruciale au regard du «gaspillage», notamment dans les pays occidentaux. M. Cozigou a ajouté que l action de l UE, jouant sur plusieurs leviers permet de répondre à ces enjeux. Il ne voit pas de contradiction entre la présence à plusieurs endroits stratégiques et le développement pacifique de l exploitation. La prise de conscience des intérêts légitimes de chacun devrait permettre un dialogue afin d éviter les tensions. Ainsi, l intégration de la question des matières premières dans les négociations de l OMC ainsi que la coopération internationale (notamment entre l UE et l Union africaine) offrent des perspectives de développement sur le long terme, à même de contrebalancer le court-termisme des financiers. Les intervenants étaient enfin partagés sur la pertinence d une telle coopération du fait de l imbrication avec des enjeux de souveraineté nationale. Aux impératifs techniques (délai d ouverture des mines) et stratégiques (de quels métaux auront nous besoin demain?) s ajoute la question du choix de l investissement public qui doit être fait. Si en Chine 3

4 et au Japon l investissement est public, le contexte européen est différent. L UE va néanmoins consacrer 1 million d euros à ces thématiques dans le cadre du programme Horizon La première table ronde s est achevée sur une première séance de questions/réponses qui a permis d insister les enjeux environnementaux que sont la durabilité et la radioactivité des gisements, thématiques auxquelles sera consacrée une conférence en mars 2014 à Paris. De même, la question des besoins réels de l industrie française a été évoquée : ceux-ci sont difficilement estimables sans outils précis, les statistiques douanières ne permettant qu une estimation approximative. L Europe ne consomme que 4 à 6% des terres rares du fait du manque d industrie de transformation. L adaptation du contexte industriel parait de plus en plus cruciale. Le stockage ne constitue en revanche pas une solution à long terme du fait de la complexité de la chaine de production. 4

5 Table ronde n 2 La quête mondiale de métaux stratégiques, quelles opportunités pour les investisseurs? Après l état des lieux dressé lors de la première table ronde, cette seconde discussion, animée par Fabrice Nodé-Langlois, a consisté à analyser les perspectives concernant les terres rares dans un contexte français. Cette table ronde s est ouverte sur un bilan de l action de l Etat concernant les métaux stratégiques, dressé par Louis Maréchal, chargé de mission sur les ressources minérales non-énergétiques au sein de la Direction Générale de la Mondialisation au Ministère des Affaires Etrangères. L enjeu économique de taille (emplois, croissance, développement durable) pousse à l Etat à jouer un rôle important de sensibilisation auprès de son réseau diplomatique mais aussi des entreprises. La mise en place du Comité des Métaux Stratégiques (COMES) permet la concertation entre les différents acteurs. Aussi, le MAE participe à l identification des opportunités de partenariats et de coopération ainsi que des risques et enjeux sur le terrain grâce à son 5

6 réseau. Les intervenants se sont ensuite intéressés au rôle que l Etat peut jouer dans la constitution de stocks. Selon M. Maréchal, compte tenu de la nature de ces métaux, il est techniquement difficile de réaliser ce stockage. L UE se place dans une optique ouverte et une étude sur les modalités et enjeux autour du stockage a été menée. M. Cozigou a souligné que si l UE n a pas tranché, il en ressort qu un stockage public serait irréaliste. De même, la constitution d un stockage afin de développer les capacités de raffinage à plus long terme risquerait d engendrer la création d entreprises non rentables ainsi que du chômage à. A l échelle mondiale, Didier Julienne a rappelé que les pays qui constituent actuellement des stocks - Etats Unis, Chine, Japon, Corée - le font de façon dynamique en alternant stockage et déstockage sur 2 ou 3 ans. Géréw sur le modèle d une entreprise, ces stocks permettent de réaliser des bénéfices. Le stockage pose la question de son cadre légal : comment les autorités publiques pourraient-elles arbitrer entre les différents demandeurs et gérer la pénurie? Ces différents éléments ont conduit les intervenants à s intéresser à la question de la substitution. Selon M. Cozigou, les études à venir dans le cadre du programme Horizon 2020 permettront un éclairage sur les potentialités de substitution. Cette question soulève aussi d autres enjeux, comme l a souligné M. Christman : pendant longtemps les métaux ont été utilisés pour leur conductivité ou leur ductilité, tandis qu ils le sont maintenant pour leur propriétés quantiques, rendant ainsi leur substitution moins aisée. Enfin, la question du recyclage a été abordée. Il nécessite tout d abord une collecte, qui peut être difficile du fait de la quantité infinitésimale dans le produit final, mais aussi des évolutions techniques. Le tout appelle à une réponse double : technologique et de type normatif. En parallèle, l exploration de nouveaux gisements parait nécessaire. Yves Fouquet, chercheur, a en ce sens partagé les grands axes du travail de l IFREMER qui consistent à la fois en des actions ponctuelles (exploration des fonds marins) mais aussi en des actions de long terme (recherche, formation des jeunes). 6

7 L exploration minière semble prendre un nouvel élan en France comme l a souligné Michel Bonnemaison, Directeur général de Variscan Mines, dont l entreprise a déposé une dizaine de permis d exploitation et a obtenu en 2013 le premier permis d exploitation minier depuis 30 ans. Interrogés sur la possibilité de faire évoluer l approche de l exploitation des mines dans une logique de croissance verte, les intervenants ont analysé la place que pouvait tenir les pouvoirs publics. Selon M. Bonnemaison, le retour d une logique ancienne avec l ouverture des mines nécessiterait par exemple la réadaptation de l administration. Un zonage et une hiérarchisation des espaces cibles permettraient par ailleurs d exploiter les mines dans un meilleur cadre. M. Lifton a enfin conclu sur l importance pour la France de demeurer une puissance industrielle et militaire et ainsi de résoudre les différents points soulevés (recyclage, constitution de stocks, choix d exploitation). L enjeu est ainsi que la France ne devienne pas dépendante d autres pays pour ses matières premières et ainsi marginalisée au sein des échanges mondiaux. Suite à cet avertissement, les questions/réponses ont principalement tourné autour de la question du recyclage. Le manque de débat concernant les potentialités de recyclage a été pointé et la mise en place de logiques vertueuses telles qu un conditionnement de l ouverture de nouvelles mines à un versement à un fonds pour la recherche en matière de recyclage de ces métaux cruciaux et encore mal connus a notamment été suggéré. Discours de clôture M. Amirshahi a conclu en insistant sur l importance d une stratégie industrielle allant de la recherche de gisements jusqu au recyclage mais aussi sur le devoir d information vis-à-vis des citoyens concernant les métaux stratégiques afin de développer une appropriation de ces questions. Cela est d autant plus crucial qu il s inscrit dans un contexte budgétaire contraint et doit être traité à la fois à l échelle nationale et européenne. Il semble ainsi nécessaire de définir un projet politique de long terme associant de façon plus étroite le monde industriel et la représentation nationale. 7

8 Retrouvez toutes les informations à propos la conférence sur notre site web Global Links : 2014/ Et toutes nos vidéos concernant les Métaux Stratégique sur Global Links TV : 8

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire. Institut de l'economie Circulaire

Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire. Institut de l'economie Circulaire Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire 1 Quelques chiffres 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources 355 millions de tonnes de déchets produits en France

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras.

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras. REGION AQUITAINE. Coutras. Cadillac Ste Foy La Grande. La Réole.. Bazas Enjeux Formation Emploi 2015 --------------------------- Zone d'animation Territoriale Libournais - Sud Gironde 1/6 Direction de

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME en Île-de-France le 2 mai 2016 l'ordre des architectes Ordre des architectes d Île-de-France ADEME Île-de-France - Contribution au groupe de travail du Plan Bâtiment Durable : «Nouvelles dynamiques de

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration et échanges internationaux de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience 0 LE DEVELOPPEMENT DURABLE, LEVIER D INNOVATION POUR L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES? Fidèle à ses engagements et

Plus en détail

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue 7 L ENTREPRISE NUMERIQUE Prologue Le CIGREF est un réseau de grandes entreprises qui fête en 2010 son quarantième anniversaire. La genèse de sa création démarre en 1967, lorsque Emile Roche, alors Président

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Compte-rendu de la première conférence du Point de contact espagnol du Réseau européen des migrations (REM) Madrid, le 13 novembre 2014

Compte-rendu de la première conférence du Point de contact espagnol du Réseau européen des migrations (REM) Madrid, le 13 novembre 2014 Compte-rendu de la première conférence du Point de contact espagnol du Réseau européen des migrations (REM) Madrid, le 13 novembre 2014 Le Point de contact espagnol du REM a organisé le 13 novembre 2014

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

à l Assemblée nationale Salle Lamartine 101 rue de l Université - Paris 7 ème

à l Assemblée nationale Salle Lamartine 101 rue de l Université - Paris 7 ème République Française O FFICE PARLEMENTAIRE D ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES Audition publique, ouverte à la presse, sur «QUELLE POLITIQUE POUR LES TERRES RARES ET LES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

Vers une gouvernance alimentaire mondiale

Vers une gouvernance alimentaire mondiale Vers une gouvernance alimentaire mondiale Quels enjeux pour la mise en place d'un Partenariat mondial pour l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition? Septembre 2009 Vers une gouvernance alimentaire

Plus en détail

Avant-propos. Le management des connaissances

Avant-propos. Le management des connaissances Avant-propos Le management des connaissances Aujourd hui, l économie de la connaissance est bien une réalité. Elle est reconnue par la l Union européenne comme enjeu majeur de croissance durable. Des études

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30

Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30 Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30 Rappel de l ordre du jour de la réunion : Audition de l ORSE : présentation de l étude de février 2014 sur les pratiques des entreprises en matière

Plus en détail

Présentation de la Section thématique (ST) «Excellence opérationnelle» de la CNS

Présentation de la Section thématique (ST) «Excellence opérationnelle» de la CNS Section Thématique «Excellence opérationnelle» Lettre d information n 1 Mars 2016 Sommaire L'excellence opérationnelle dans les services à la personne : dispositif d accompagnement des CCI Formation «Performance

Plus en détail

Compte-rendu. Paris 15 octobre 2013. Les Ateliers Perspectives et Solutions de BSR. L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité

Compte-rendu. Paris 15 octobre 2013. Les Ateliers Perspectives et Solutions de BSR. L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité Compte-rendu L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité Paris 15 octobre 2013 A propos de BSR Leader mondial de la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des entreprises

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent

Plus en détail

APIB. La filière bois en Limousin Etat des lieux et perspectives. Christian Ribes Président Gaël Lamoury Délégué général. lundi 8 octobre 12

APIB. La filière bois en Limousin Etat des lieux et perspectives. Christian Ribes Président Gaël Lamoury Délégué général. lundi 8 octobre 12 APIB La filière bois en Limousin Etat des lieux et perspectives Christian Ribes Président Gaël Lamoury Délégué général L APIB interprofession régionale de la filière bois Association «Loi 1901» Adhérents

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

Matières premières, terres excavées et matériaux du BTP. Matinée d échanges Besançon, 18 février 2014

Matières premières, terres excavées et matériaux du BTP. Matinée d échanges Besançon, 18 février 2014 Matières premières, terres excavées et matériaux du BTP Matinée d échanges Besançon, 18 février 2014 Programme de la matinée > L approvisionnement en matériaux naturels > L exemple de la valorisation des

Plus en détail

Approvisionnements en métaux critiques

Approvisionnements en métaux critiques Approvisionnements en métaux critiques 1. Comprendre les enjeux liés aux métaux critiques a) Les deux dimensions de la criticité b) Des métaux stratégiques pour l industrie c) Les risques pesant sur l

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Antoine Maire [1] 09/2014 A l occasion du dernier Forum économique mondial de Davos en janvier 2014, les autorités mongoles

Plus en détail

La normalisation face à l explosion des services. Rencontre Exclusive du 11 février 2015

La normalisation face à l explosion des services. Rencontre Exclusive du 11 février 2015 La normalisation face à l explosion des services Rencontre Exclusive du 11 février 2015 La normalisation face à l explosion des services Comité stratégique «Management et services» Président : M. Xavier

Plus en détail

Observatoire du développement durable

Observatoire du développement durable Observatoire du développement durable Volet économique décembre 2009 2 AGENDA 21 VOLET SOCIAL éditorial Le Grand Lyon a voulu se doter d un observatoire du développement durable articulé autour d un volet

Plus en détail

Le rapport d Éric Besson

Le rapport d Éric Besson É t u d e s R é f l e x i o n s Information conseil en VAE : une pratique d orientation professionnelle Par Isabelle Bouy Cet article met l accent sur la phase d information et de conseil en amont de la

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail

Namur, le 23 février 2014. Projet européen CREPE-EFC

Namur, le 23 février 2014. Projet européen CREPE-EFC Institut Européen de L Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération De l émergence de l économie de la fonctionnalité en France à la création de l Institut Européen de l Economie de la Fonctionnalité

Plus en détail

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES L Outre-mer, source de la puissance maritime française Les ZEE sont un principe récent : la Convention des Nations unies qui les a introduites

Plus en détail

Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires

Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires Paris, le 11 mars 2010 Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires Réponse à la consultation publique lancée par la DATAR et la Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des

Plus en détail

Objet : Contribution du BNEI au Projet de Loi Santé

Objet : Contribution du BNEI au Projet de Loi Santé Paris, le 06/08/2012 Maxime Gaudubois president@bnei.org 06 82 20 74 02 Madame la Député, Présidente de la Commission des Affaires Sociales, Catherine Lemorton Assemblée Nationale 126 rue de l Université

Plus en détail

«Analyse stratégique des partenariats de recherche dans le consexse de l éualtasion der tnisér de qecheqche»

«Analyse stratégique des partenariats de recherche dans le consexse de l éualtasion der tnisér de qecheqche» Les Rencontres FutuRIS Jeudi 18 février 2010 «Analyse stratégique des partenariats de recherche dans le consexse de l éualtasion der tnisér de qecheqche» Monsieur Jean-François Quillien (Délégué au partenariat

Plus en détail

L édito. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu'à inventer. Gaston Berger. L édito.

L édito. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu'à inventer. Gaston Berger. L édito. L édito. 1 L édito. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu'à inventer. Gaston Berger Sandrine Rol Rédactrice en chef d Accomex Le design, une

Plus en détail

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION POLE PASS Le Pôle de compétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente l industrie

Plus en détail

Table des matières PARTIE 1 REGARDS GÉOPOLITIQUES SUR LE MONDE CONTEMPORAIN. I. Un monde transformé 15 II. Un monde déboussolé 18

Table des matières PARTIE 1 REGARDS GÉOPOLITIQUES SUR LE MONDE CONTEMPORAIN. I. Un monde transformé 15 II. Un monde déboussolé 18 Table des matières In troduction 7 PARTIE 1 REGARDS GÉOPOLITIQUES SUR LE MONDE CONTEMPORAIN CHAPITRE 1. L état stratégique du monde 15 I. Un monde transformé 15 II. Un monde déboussolé 18 CHAPITRE 2. Risques

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale JEREMIE AUVERGNE I. Présentation de l action Le programme JEREMIE Auvergne (Joint European Ressources For Micro To Medium Entreprises) a été créé à partir d une initiative de la Commission européenne et

Plus en détail

Rapport technique n 9 :

Rapport technique n 9 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 9 : Leviers et outils pour associer les opérateurs au redressement des

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Les questions à se poser

Les questions à se poser intégration paysagère préservation de la biodiversité non-dégradation des sols énergies renouvelables limitation des déchets respect de l eau gestion de l espace PILIER ENVIRONNEMENTAL transports limités

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI)

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) 1 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) «Pour une alphabétisation durable : Prévenir et lutter contre l illettrisme»

Plus en détail

NOS ENGAGEMENTS DURABLES POUR UNE VILLE ET UNE MOBILITÉ INTELLIGENTES ET RESPONSABLES

NOS ENGAGEMENTS DURABLES POUR UNE VILLE ET UNE MOBILITÉ INTELLIGENTES ET RESPONSABLES NOS ENGAGEMENTS DURABLES POUR UNE VILLE ET UNE MOBILITÉ INTELLIGENTES ET RESPONSABLES AU CŒUR DE NOTRE MODÈLE 2813,3 millions d euros de chiffre d affaires* 11 937 collaborateurs dans plus de 60 pays (94,4

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Lundi 19 mars 2012. CONTACT PRESSE Laurence Crétaud Attachée de presse Téléphone : 04 70 02 56 63 Mail : presse.montlucon@gmail.

DOSSIER DE PRESSE Lundi 19 mars 2012. CONTACT PRESSE Laurence Crétaud Attachée de presse Téléphone : 04 70 02 56 63 Mail : presse.montlucon@gmail. DOSSIER DE PRESSE Lundi 19 mars 2012 CONTACT PRESSE Laurence Crétaud Attachée de presse Téléphone : 04 70 02 56 63 Mail : presse.montlucon@gmail.com - 2 - Agenda 21 faits et chiffres :... 5 Les défis à

Plus en détail

Master Contrôle de gestion Syllabus de l année 2

Master Contrôle de gestion Syllabus de l année 2 Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Il prend appui sur le référentiel de compétences en Master. Objectifs

Plus en détail

2.4. Atteindre un équilibre offre/demande : les freins à la connaissance et au développement des ressources

2.4. Atteindre un équilibre offre/demande : les freins à la connaissance et au développement des ressources 2.4. Atteindre un équilibre offre/demande : les freins à la connaissance et au développement des ressources Pour dresser une image quantitative des limites des ressources minérales, il faudrait disposer

Plus en détail

PARQUET et POLITIQUE PENALE

PARQUET et POLITIQUE PENALE AOPOPE PARQUET et POLITIQUE PENALE Introduction De par la place et le rôle qu il occupe au sein du processus pénal, le parquet a été fréquemment à l origine des grandes évolutions qui ont touché l institution

Plus en détail

Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES»

Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES» Formation permanente nationale Nantes, le 16/09/2008 Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES» Dossier suivi par : Dany HOCH Adresses de retour de la demande

Plus en détail

Métaux stratégiques ENVIRONORD. Lille 11.12 juin 2014. Nour-Eddine Menad TEAM² EVENTS

Métaux stratégiques ENVIRONORD. Lille 11.12 juin 2014. Nour-Eddine Menad TEAM² EVENTS Métaux stratégiques ENVIRONORD Lille 11.12 juin 2014 Nour-Eddine Menad Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Unité Déchets et Matières Premières (DMP) Bureau de Recherches Géologiques et Minières

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest 1. Contexte Qu est-ce que le crowdfunding? Le crowdfunding, littéralement

Plus en détail

Compte-rendu Rencontres des 19 au 22 novembre 2012

Compte-rendu Rencontres des 19 au 22 novembre 2012 Compte-rendu Rencontres des 19 au 22 novembre 2012 Projet de l ICOSI en TUNISIE : «Renforcement de la démocratie sociale, du dialogue social et des pratiques de négociation collective en coopération avec

Plus en détail

1. La directive européenne Inspire, les données concernées

1. La directive européenne Inspire, les données concernées MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Commissariat Général au Durable Direction de la Recherche

Plus en détail

Eau, Energie et Environnement

Eau, Energie et Environnement 0 LE CONTEXTE Très peu de formations associent actuellement les problématiques de l eau et de l énergie. Il s agit pourtant de deux domaines se situant aux interfaces entre activités humaines et leurs

Plus en détail

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS Avant-propos Dimitri UZUNIDIS Innovation : introduire des nouveautés, des changements, plus spécialement dans l industrie et, plus généralement, dans les affaires. Aussi, faire du neuf à partir de l existant

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire SPEECH/10/196 Michel Barnier Membre de la Commission européenne chargé du Marché intérieur et des services L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

Plus en détail

LIVRE BLANC. Note de synthèse 2012-2021. Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social IDEES. pour la TUNISIE. www.idees-tunisie.

LIVRE BLANC. Note de synthèse 2012-2021. Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social IDEES. pour la TUNISIE. www.idees-tunisie. LIVRE BLANC Note de synthèse Système bancaire en Tunisie Etat des lieux et perspectives 2012-2021 IDEES Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social www.idees-tunisie.com Cette note de synthèse

Plus en détail

Sommaire. 1.1. De nouveaux défis pour le système électrique 1.2. Les Smart grids, réseaux électriques de demain 1.3. Les bénéfices des Smart grids

Sommaire. 1.1. De nouveaux défis pour le système électrique 1.2. Les Smart grids, réseaux électriques de demain 1.3. Les bénéfices des Smart grids Sommaire 1. Les Smart grids, réseaux électriques du futur 1.1. De nouveaux défis pour le système électrique 1.2. Les Smart grids, réseaux électriques de demain 1.3. Les bénéfices des Smart grids 2. Le

Plus en détail

Logements. en Île-de-France

Logements. en Île-de-France Logements collectifs en Île-de-France FORMATION 2014 Un cycle de formation proposé par les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires Fiche presse Jeudi 14 avril 2016 Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires La feuille de route partagée entre l État et la Région pour le développement économique, l emploi

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Juin 2013 Contact FIEEC : Guillaume ADAM (gadam@fieec.fr) SYNTHESE CONSTAT : La croissance extraordinaire d Internet au cours des

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au

Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au cours des 15 dernières années. Je commencerai par une brève

Plus en détail

Smart Impulse. Mieux comprendre pour mieux consommer. Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles

Smart Impulse. Mieux comprendre pour mieux consommer. Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles Smart Impulse Mieux comprendre pour mieux consommer Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles Votre contexte Les économies d énergie commencent par la connaissance de sa consommation

Plus en détail

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat Garantir une utilisation en toute sécurité du captage stockage carbone en Europe et du du Agir pour le climat Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une nouvelle technologie susceptible d apporter

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

UE 11 Contrôle de gestion Le programme

UE 11 Contrôle de gestion Le programme UE 11 Contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Positionnement du

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions La logistique contribue, de manière significative, au développement

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

FRANCE LOGISTIQUE 2025

FRANCE LOGISTIQUE 2025 SEGOLENE ROYAL MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT, DE L ENERGIE ET DE LA MER, CHARGEE DES RELATIONS INTERNATIONALES SUR LE CLIMAT EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L'ECONOMIE, DE L'INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE ALAIN VIDALIES

Plus en détail

Cérémonie de clôture du programme HOMES

Cérémonie de clôture du programme HOMES Dossier de presse 13 février 2013 Cérémonie de clôture du programme HOMES Contact Presse Schneider Electric Jean-Pierre Gherardi Tél. : +33 (0)4 76 60 50 24 jean-pierre.gherardi@schneider-electric.com

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte Propositions d amendements de l AFG 1 Sommaire : Article concerné Enjeu N Am Page Article 1 Afficher l objectif de réduction,

Plus en détail

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion.

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion. Baccalauréats professionnels du secteur industriel Consultation des enseignants Projet de programme Économie - gestion Avril 2008 eduscol.education.fr/ - D0048 Rénovation du programme d Économie - Gestion

Plus en détail

Communication politique 2.0. Marketing politique : analyse du cas marocain

Communication politique 2.0. Marketing politique : analyse du cas marocain Communication politique 2.0 Marketing politique : analyse du cas marocain Sommaire 2 Présentation de SMART Owl Introduction des parties prenantes du projet et de la solution Marketing politique Quels enjeux

Plus en détail

Chaque année dans le secteur du Bâtiment, environ 5000 entreprises sont à reprendre. La Fédération

Chaque année dans le secteur du Bâtiment, environ 5000 entreprises sont à reprendre. La Fédération DOSSIER DE PRESSE Le Cursus «ENTREPRENEUR», Une formation action pour passer de l intention au réel. Chaque année dans le secteur du Bâtiment, environ 5000 entreprises sont à reprendre. La Fédération Française

Plus en détail