243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire"

Transcription

1 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire >Luc Barbé chercheur-associé à Etopia. Le fait que les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki aient été produites grâce à de l uranium du Congo belge est assez connu. Mais est-ce la seule contribution belge aux programmes nucléaires militaires? Poser la question, ce n est pas encore tout à fait y répondre. C est pourquoi j ai produit sur le sujet une recherche inédite. Analysant les programmes d armement nucléaire d une quinzaine de pays, j ai vérifié si une contribution belge comme par exemple la fourniture de technologie nucléaire par une entreprise ou un centre de recherches belges y figurait. Il m a fallu compulser des dizaines de livres, de sites web et d archives : les résultats sont bouleversants. La Belgique n a pas uniquement aidé les Etats-Unis et la Grande-Bretagne à se procurer la bombe atomique, elle a aussi joué un rôle dans les programmes nucléaires militaires d une dizaine d autres pays, en général avec l approbation du gouvernement belge. Le tout très discrètement. La France, l Irak, l Iran, la Libye, Israël et la Corée du Sud, Taiwan et le Pakistan ont ainsi bénéficié, d une manière ou d une autre, d un soutien ou d une participation belge dans leurs efforts pour disposer de la bombe atomique. Je propose une étude pays par pays, qui raconte l histoire de la prolifération nucléaire et analyse les tensions au Moyen-Orient sous l angle particulier de la course à l armement nucléaire. Elle se termine par une série de recommandations politiques concrètes. 243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

2 De l uranium congolais pour les Américains et les Anglais La mine de Shinkolobwe au Congo a été longtemps la mine d uranium la plus importante du monde. Union Minière fut durant dix ans le premier fournisseur d uranium des Etats-Unis, qui ont donc construit des centaines d armes nucléaires grâce à l uranium congolais. Dès ce premier dossier, on découvre des procédures et des mécanismes que l on retrouvera à d autres moments de l histoire de la prolifération nucléaire. Une entreprise privée qui met un gouvernement devant le fait accompli, des accords secrets entre des gouvernements ou des Premiers ministres qui mentent devant les Parlements, etc. Le Mossad à Olen Le livre révèle plusieurs pages de notre histoire qui ne sont que peu ou pas connues. Ainsi, l opération Plumbat, où le Mossad, le service de renseignement israélien, a réussi à se procurer 200 tonnes uranium provenant d Union Minière en utilisant des entreprises écrans allemandes et italiennes, au nez et à la barbe des autorités belges. Ce chapitre se lit comme un thriller. Une partie des armes nucléaires israéliennes a donc été produite grâce à de l uranium congolais vendu par Union Minière. Belgonucleaire et le Centre d étude de l énergie nucléaire (CEN) 500 pages Ces deux «enfants» du rêve atomique belge ont joué un rôle-clé dans l histoire de la prolifération. Dans les années 50 et 60, notre pays baignait dans une euphorie nucléaire plus grande encore que l euphorie «dot com» d il y a quelques années. Le CEN devint vite un centre de recherche de niveau international. Dès 1971, il étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

3 était actionnaire à 50% de l entreprise Belgonucleaire. Le CEN et Belgonucleaire deviennent alors des experts de la technologie du plutonium et l utilisent pour produire du combustible pour des centrales nucléaires (le MOX). Mais le plutonium est également utilisé pour la fabrication de bombes atomiques. J ai eu accès à une partie des archives de Belgonucleaire : malgré les nombreuses journées passées à les éplucher, je n y ai pas trouvé un mot sur les risques de prolifération nucléaire. Et jamais un administrateur (public) du CEN n y évoque l enjeu de la sécurité internationale Pourtant, Belgonucleaire a fourni de la technologie et du know how en matière de plutonium au Pakistan et à deux autres pays qui ont développé pendant des années un programme nucléaire militaire caché, en l occurrence la Corée du Sud et Taiwan. Belgonucleaire a été aussi le «consultant nucléaire» de Mohammed Khadafi - qui a également essayé de se doter de la bombe. Sous pression des Etats- Unis, cette entreprise a dû se retirer des projets libyens. Une entreprise belge, propriétaire pour 50% d un institut public de recherche, a donc diffusé pendant des années du know how nucléaire sensible vers des pays ayant un programme nucléaire militaire... En 1986, le CEN a effectué une mission importante au Pakistan. Les détails en sont exposés pour la première fois dans le livre. Le Pakistan n a jamais signé le Traité de non-prolifération alors qu à cette époque, il n y avait pas le moindre doute que le Pakistan voulait la bombe, coûte que coûte. Le CEN y a rencontré le top de l establishment nucléaire, qui avait comme première mission de fabriquer une arme nucléaire. Autre dossier énigmatique : le professeur Brabers de la KULeuven, «mentor» d A.Q. Khan, le père de la prolifération nucléaire (du Pakistan vers l Iran et la Corée du Nord), a entretenu des contacts avec Khan pendant des années et a multiplié les visites sur place, jusqu à devenir le premier recteur d un institut de recherche dirigé par Khan. Le CEN et Belgonucleaire ont conclu en 2010 un accord de coopération avec la Chine portant notamment sur le transfert de know how dans le domaine du plutonium. Or, il y a quelques années, la Chine a transféré en cachette de la technologie nucléaire à des pays comme l Iran, le Pakistan et la Corée du Nord. L Iran Ces dernières années, plusieurs entreprises belges ont fourni à l Iran des biens et technologies «dual use» ou «double usage» (civil et militaire). Dans un de ces dossiers, la Sûreté de l Etat a été tellement négligente que son patron a dû démissionner. Le détail de ces fournitures est montré, de même que la difficile coopération entre différentes administrations qui font trop souvent primer l aspect commercial sur la sécurité internationale. La lutte contre la prolifération nucléaire n est donc pas terminée et la tension entre les intérêts commerciaux et la sécurité internationale reste importante. Israël et la bombe Le livre fournit aussi un résumé de l histoire de la bombe israélienne et décrit la stratégie d ambigüité du pays en la matière. Israël est la seule puissance nucléaire qui refuse de confirmer si elle dispose de la bombe. Cette doctrine s avère payante jusqu aujourd hui (les raisons historiques qui ont fait d Israël une puissance nucléaire sont rappelées dans l ouvrage). Mais l Iran pourrait changer la donne. J estime, comme de nombreux experts, que l Iran essaie de se doter la bombe atomique. Une attaque israélienne sur l Iran est à redouter : elle n arrêterait pas le programme nucléaire iranien, au contraire. étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

4 Janus Un des constats les plus importants est que les tentatives de séparer le nucléaire civil du nucléaire militaire ont échoué. L un après l autre, les pays qui ont voulu la bombe ont utilisé leur programme nucléaire civil comme paravent : la France, la Libye, Israël, l Irak, l Iran, le Pakistan, la Corée du Sud, Taiwan, l Afrique du Sud, le Brésil, l Argentine... Il n y pas d «uranium civil» et d «uranium militaire». Les deux aspects sont étroitement liés. La technologie nucléaire est une technologie Janus, à deux visages. Pire, même : la politique internationale en la matière est contradictoire, et cela depuis un demi-siècle. Le traité de non-prolifération et l Agence Internationale de l Energie Atomique sont des moteurs affichés de diffusion de la technologie nucléaire (civile). Or de cette manière ils augmentent le risque de prolifération nucléaire, alors qu ils sont censés la limiter. L armement nucléaire et la démocratie Le parlement n a pu donner son feu vert à un programme nucléaire militaire que dans très peu de pays. Le plus souvent, ce sont quelques hommes politiques (souvent en concertation avec des militaires) qui en ont décidé. Dans chaque programme nucléaire militaire, les principes élémentaires de la démocratie ont été bafoués. L histoire de la prolifération nucléaire est parsemée de manipulations, intrigues et mensonges. Et ce, au plus haut niveau de l Etat : présidents et premiers ministres. La course à la bombe semble faire s évaporer le dernier brin d éthique et de déontologie. Nous, citoyens, ne devons-nous pas essayer d y mettre fin afin de replacer la politique étrangère et de sécurité dans lé périmètre de la démocratie? L espoir Le discours sur les armes nucléaires a beaucoup évolué au cours des vingt dernières années. De plus en plus d hommes et femmes politiques, ainsi que des militaires (!) demandent ouvertement la destruction de toutes les armes nucléaires. Mais tant que les cinq membres du Conseil de sécurité auront des bombes atomiques, d autres pays en voudront aussi. Dans le nouvel ordre international, la prolifération nucléaire est devenue immaîtrisable et très dangereuse. Recommandations Le livre en contient beaucoup. Limitons-nous aux plus importantes. Je plaide fermement pour un approfondissement de la recherche historique dans le domaine. Car il y a encore de nombreuses pages de l histoire nucléaire belge qui ne sont pas connues. Le Centre d Etude et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CEGES) pourrait jouer ici un rôle central. Pointons aussi le fait que l Union Minière aujourd hui Umicore a demandé à des historiens indépendants d écrire son histoire, alors qu elle n était pas obligée de le faire. Un exemple à suivre pour le CEN et Belgonucleaire. Quelle est la mission du CEN? Pourquoi n y a-t-il pas un contrat de gestion avec l Etat fédéral? Ne faut-il pas supprimer le projet «MOX» en Chine? Il est temps de mettre fin à la diffusion de la technologie du plutonium. La politique en matière d exportation de biens et technologies nucléaires doit être revue je formule à cet égard plusieurs propositions concrètes. Si elle veut montrer l exemple la Belgique doit en tout cas tout faire pour qu il n y ait plus d armes nucléaires à Kleine Brogel. étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

5 Enfin, le livre évoque la dette de la Belgique vis-à-vis du Congo. Le site de Shinkolobwe est pollué et les habitants qui l entourent courent des risques sanitaires. Assainissons ce site aussi vite que possible et prévoyons une indemnité pour les habitants. Sur le plan international, un travail énorme nous attend : la réforme du Traité de non-prolifération et de l Agence Internationale de l Energie Atomique, la réduction du nombre d armes nucléaires et finalement leur élimination, etc. Un travail de Sisyphe? Je ne le pense pas : l assise pour une telle politique - dans les lieux de pouvoir également est plus grande que jamais. Un monde sans armes nucléaires n est plus une utopie. C est un objectif réalisable et cela dépendra de chacun d entre nous. Informations pratiques : Edition Etopia 2012 Le livre est disponible en librairie au prix de 15 (Diffusion Nord- Sud), sur les liseuses Kindle via Amazon (Libook) au prix de 4,99. Mais on peut également l obtenir auprès d Etopia (www.etopia.be) étopia questions démocratiques 250

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire La prolifération mondiale s aggrave, la paix dans le monde se fragilise En 2007, constat alarmant de l association

Plus en détail

QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES

QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES LUC BARBÉ 1 Chercheur-associé Etopia, ancien député AGALEV et chef de cabinet d Olivier Deleuze alors Secrétaire d État à l Énergie Introduction Au

Plus en détail

Les coûts du nucléaire

Les coûts du nucléaire Les coûts du nucléaire Le financement du secteur nucléaire belge par l Etat et les consommateurs Luc Barbé, chercheur-associé à étopia, ancien chef de cabinet d Olivier Deleuze et secrétaire politique

Plus en détail

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE 1 Sommaire 1 Historique, 2 Établissement des normes, 3 Qu est ce que les normes ISO 9000? 4 Objectifs de la norme ISO 9000, 5 Situation d utilisation de la norme, 6 Schéma

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION Document de travail présenté par la France «La prolifération des armes de destruction massive constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales.»

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 TITRE/APPLICATION 70 REFUS D EMBARQUEMENT A) LORSQUE AIR CANADA EST DANS L IMPOSSIBILITÉ DE FOURNIR DES PLACES ANTÉRIEUREMENT CONFIRMÉES

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS ? Vous achetez en ligne Alors suivez notre guide! EDITION 2012 LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS VOUS SAUREZ TOUT SUR L'ACHAT EN LIGNE! AVEC NOTRE GUIDE DU CYBER SHOPPING! UN GUIDE DE LA «2 Éditorial Partant

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé CARPENTIER BTS SIO Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé Phase de définition du projet liée à une définition de la mission La mission

Plus en détail

Le précompte mobilier peut dorénavant être introduit en ligne grâce à la carte eid. eid. eid. Focus n 12 07/03/12

Le précompte mobilier peut dorénavant être introduit en ligne grâce à la carte eid. eid. eid. Focus n 12 07/03/12 Focus n 12 07/03/12 La première maison vendue en ligne grâce à la carte Le précompte mobilier peut dorénavant être introuduit en ligne grâce à la carte Devenez riche grâce à votre L'utilisation de la carte

Plus en détail

Ouverture de crédits au budget ordinaire de 2016

Ouverture de crédits au budget ordinaire de 2016 L atome pour la paix Conférence générale GC(59)/RES/5 Septembre 2015 Cinquante-neuvième session ordinaire Point 10 de l ordre du jour (GC(59)/25) Distribution générale Français Original : anglais Ouverture

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2013 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Le Bureau des Traités. M o d e d e m p l o i

Le Bureau des Traités. M o d e d e m p l o i Le Bureau des Traités M o d e d e m p l o i Depuis sa création, en 1949, le Conseil de l Europe contribue par la conclusion de traités à la réalisation d une union plus étroite entre ses 47 Etats membres

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Gestion électronique des procurations

Gestion électronique des procurations Gestion électronique des procurations Table des matières Généralités... 2 1. Approuver des procurations... 4 1.1 Section «Procurations à approuver»... 4 1.2 Section «Signaux»... 6 1.3 Messages particuliers...

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

votre courrier du vos références nos références votre courrier du

votre courrier du vos références nos références votre courrier du Service Public Fédéral FINANCES Bruxelles, le 3 juin 2015 Administration générale de la TRESORERIE Exp. : Avenue des Arts 30 1040 BRUXELLES Paiements Traitements Note aux Ordonnateurs votre courrier du

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES Services à l enfant et à la famille Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES Section : 542 Page : 1 SERVICES Révision : 1 er déc. 99 Sujet : SERVICES AUX REQUÉRANTS APPROUVÉS NORMES 542.1 Inscription

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Madame la Ministre, chère Maggie,

Madame la Ministre, chère Maggie, Signature Convention Centre Antipoison Bruxelles-Grand-Duché de Luxembourg, Bruxelles, le 2 juin 2015 à 10.30 heures Discours de Madame la Ministre Lydia MUTSCH Madame la Ministre, chère Maggie, Monsieur

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire

INTRODUCTION. La concertation en assurance soins de santé obligatoire INTRODUCTION Le service des soins de santé de l INAMI gère l'assurance soins de santé organise la concertation entre les différents partenaires : plus de 80 organes 2 LES PARTENAIRES DE L INAMI Organismes

Plus en détail

Secrétariat général. Service de défense de sécurité et d intelligence économique

Secrétariat général. Service de défense de sécurité et d intelligence économique Secrétariat général Service de défense de sécurité et d intelligence économique ESTIMATION DES IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS DE MATIÈRES NUCLÉAIRES À PARTIR DES DONNÉES EMANANT DU CONTRÔLE NATIONAL RELATIF

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat FACULTE DE DROIT I. CYCLE DE GRADUAT 1. Premier Graduat 1. l éducation à la citoyenneté 30 30 2. l anglais 30 15 45 3. l introduction générale à l étude du droit (droit privé 60 30 90 et droit public 4.

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

ICC 105 17 RÈGLEMENT RÈGLEMENT SUR LES STATISTIQUES PRIX INDICATIFS APPROUVÉ PAR LE CONSEIL INTERNATIONAL DU CAFÉ. Mai 2011 Londres, Royaume Uni

ICC 105 17 RÈGLEMENT RÈGLEMENT SUR LES STATISTIQUES PRIX INDICATIFS APPROUVÉ PAR LE CONSEIL INTERNATIONAL DU CAFÉ. Mai 2011 Londres, Royaume Uni ICC 105 17 F RÈGLEMENT RÈGLEMENT SUR LES STATISTIQUES PRIX INDICATIFS APPROUVÉ PAR LE CONSEIL INTERNATIONAL DU CAFÉ LE 28 MARS 2011 Mai 2011 Londres, Royaume Uni AVANT PROPOS 1. Le de l'organisation internationale

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine

Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de l entreprise Directeur du Groupe d Études et de Recherche sur l Asie Contemporaine

Plus en détail

PROTOCOLE. additionnel, sous forme d échange de lettres, à l Accord de siège. entre le Gouvernement de la République française

PROTOCOLE. additionnel, sous forme d échange de lettres, à l Accord de siège. entre le Gouvernement de la République française PROTOCOLE additionnel, sous forme d échange de lettres, à l Accord de siège entre le Gouvernement de la République française et l Organisation internationale pour l énergie de fusion en vue de la mise

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec.

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec. MAR / QUE 3 ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rente de retraite Q-114-RET (10-12) IMPORTANT Aucune prestation

Plus en détail

Syllabus BOB 50 «Pas à pas» Missions fiduciaires : Mode Expert

Syllabus BOB 50 «Pas à pas» Missions fiduciaires : Mode Expert Syllabus BOB 50 «Pas à pas» Missions fiduciaires : Mode Expert Table des matières Le mode "Expert"... 3 1. Audit Comptable... 4 2. Notes d audit... 9 3. Effacement des écritures... 13 4. Décentralisation

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Présentation à l industrie nucléaire canadienne Programme de leadership (INC-PL) Le 23 octobre 2014 Haidy

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

CAPELO - COMPLÉMENTS AU DOSSIER DE

CAPELO - COMPLÉMENTS AU DOSSIER DE CAPELO - COMPLÉMENTS AU DOSSIER DE CARRIÈRE Manuel de l utilisateur de l application en ligne 11/04/2011 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

La protection des données dans les bases de données

La protection des données dans les bases de données La protection des données dans les bases de données Description du thème Propriétés Description Intitulé long La protection des données dans les bases de données Date de Janvier 2004 publication Présentation

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

Décalage de paie : position de l URSSAF

Décalage de paie : position de l URSSAF Pégase 3 Décalage de paie : position de l URSSAF Dernière révision le 19/11/2007 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe... 4 Historique... 4 Décret de mars 1972... 4 Décret novembre

Plus en détail

Administration en Ligne e-démarches. Console du gestionnaire. Guide utilisateur. Aout 2014, version 2.1

Administration en Ligne e-démarches. Console du gestionnaire. Guide utilisateur. Aout 2014, version 2.1 Administration en Ligne e-démarches Console du gestionnaire Guide utilisateur Aout 2014, version 2.1 Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. LES MENUS... 4 2.1. Mon organisation / Informations... 5

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES SECTION DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES DE RECORDS MANAGEMENT ET D ARCHIVISTIQUE Questionnaire sur le Code de déontologie de l ICA : Résultats et recommandations Juin

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org Compte- rendu de la table

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

La Fréquentation du CDI

La Fréquentation du CDI La Fréquentation du CDI Nous n avons pas renouvelé le questionnaire d analyse de la fréquentation que nous avions réalisé l année dernière car cela représente un très lourd travail de dépouillement (rappelons

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

50 Ans. nivirec@nivi.it

50 Ans. nivirec@nivi.it 50 Ans nivirec@nivi.it NIVI CREDIT offre aux Municipalités un service efficace pour la notification et le recouvrement des procès-verbaux dressés contre des citoyens résidents à l étranger et des véhicules

Plus en détail

Guide 2. Autoformation. Pour le chef de projet

Guide 2. Autoformation. Pour le chef de projet Guide 2 Principes fondamentaux de la fonction de chef de projet Autoformation Pour le chef de projet Objectifs d apprentissage Après avoir lu la ressource Guide des principes fondamentaux de la fonction

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 Je suis vraiment contente d avoir réalisé mon premier stage en agence car cela m a permis de découvrir un métier vraiment très diversifié au

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

L énergie nucléaire au Canada

L énergie nucléaire au Canada L énergie nucléaire au Canada Présenté par : Sylvana Guindon Ressources naturelles Canada Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques Le 2 décembre 2005 Le rôle du gouvernement Le Ministre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE Guide PC 2014 Version du 26/06/2014 QUI EST CONCERNE PAR LA PROCEDURE COMPLEMENTAIRE Qui peut participer à la procédure complémentaire et pour quel type

Plus en détail

Si Vous avez le droit de travailler

Si Vous avez le droit de travailler Département US de la Justice Division des Droits civils Bureau du conseiller spécial aux méthodes d emploi inéquitables liées à l immigration Si Vous avez le droit de travailler Ne laissez personne vous

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB NOM DU FICHIER TESSA : Togo_Ma_M1_S2_G_110213 PAYS TESSA : Togo DOMAINE DU MODULE : MATHEMATIQUES Module numéro : 1 Titre du module : Étude du nombre et de la structure

Plus en détail

République Tunisienne Premier Ministère La sécurité informatique: l expérience d un utilisateur Tunisien Présenté par Hassen SOUKNI Chargé de mission

République Tunisienne Premier Ministère La sécurité informatique: l expérience d un utilisateur Tunisien Présenté par Hassen SOUKNI Chargé de mission République Tunisienne Premier Ministère La sécurité informatique: l expérience d un utilisateur Tunisien Présenté par Hassen SOUKNI Chargé de mission au Premier Ministère Tanger Janvier 2008 La sécurits

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR 6 - Les en TECHNOLOGIE 6 ème Nom : Prénom : groupe : page 1/5 CONNAISSANCES : Serveurs. Postes de travail. Terminaux mobiles. Périphériques. Logiciels. Acquisition et restitution des données. Stockage

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Lycéens Franciliens, notre COP21. CliMates Réunion du 14 janvier 2015

Lycéens Franciliens, notre COP21. CliMates Réunion du 14 janvier 2015 Lycéens Franciliens, notre COP21 CliMates Réunion du 14 janvier 2015 Plan 1. Retour sur la COP20 et les notions clé a Vidéo de la COP20 b Retour sur les notions atténuation, adaptation, reporting c Retour

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA

CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA CONTRAT DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CERMIADATA Entre : xxxx ci-après «le client» Et : la société CERMIADATA SA, établie et ayant son siège social à Rue Haute, 50 à 1330 Rixensart, représentée aux fins

Plus en détail

Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7. Mode d emploi

Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7. Mode d emploi Logiciel de gestion de Boulangerie Orpain 7 : Mode d emploi - 1 - Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7 Mode d emploi Copyright 1984-2008 Fache Informatique Case postale 52 1091 La Croix ( Lutry

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail