243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire"

Transcription

1 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire >Luc Barbé chercheur-associé à Etopia. Le fait que les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki aient été produites grâce à de l uranium du Congo belge est assez connu. Mais est-ce la seule contribution belge aux programmes nucléaires militaires? Poser la question, ce n est pas encore tout à fait y répondre. C est pourquoi j ai produit sur le sujet une recherche inédite. Analysant les programmes d armement nucléaire d une quinzaine de pays, j ai vérifié si une contribution belge comme par exemple la fourniture de technologie nucléaire par une entreprise ou un centre de recherches belges y figurait. Il m a fallu compulser des dizaines de livres, de sites web et d archives : les résultats sont bouleversants. La Belgique n a pas uniquement aidé les Etats-Unis et la Grande-Bretagne à se procurer la bombe atomique, elle a aussi joué un rôle dans les programmes nucléaires militaires d une dizaine d autres pays, en général avec l approbation du gouvernement belge. Le tout très discrètement. La France, l Irak, l Iran, la Libye, Israël et la Corée du Sud, Taiwan et le Pakistan ont ainsi bénéficié, d une manière ou d une autre, d un soutien ou d une participation belge dans leurs efforts pour disposer de la bombe atomique. Je propose une étude pays par pays, qui raconte l histoire de la prolifération nucléaire et analyse les tensions au Moyen-Orient sous l angle particulier de la course à l armement nucléaire. Elle se termine par une série de recommandations politiques concrètes. 243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

2 De l uranium congolais pour les Américains et les Anglais La mine de Shinkolobwe au Congo a été longtemps la mine d uranium la plus importante du monde. Union Minière fut durant dix ans le premier fournisseur d uranium des Etats-Unis, qui ont donc construit des centaines d armes nucléaires grâce à l uranium congolais. Dès ce premier dossier, on découvre des procédures et des mécanismes que l on retrouvera à d autres moments de l histoire de la prolifération nucléaire. Une entreprise privée qui met un gouvernement devant le fait accompli, des accords secrets entre des gouvernements ou des Premiers ministres qui mentent devant les Parlements, etc. Le Mossad à Olen Le livre révèle plusieurs pages de notre histoire qui ne sont que peu ou pas connues. Ainsi, l opération Plumbat, où le Mossad, le service de renseignement israélien, a réussi à se procurer 200 tonnes uranium provenant d Union Minière en utilisant des entreprises écrans allemandes et italiennes, au nez et à la barbe des autorités belges. Ce chapitre se lit comme un thriller. Une partie des armes nucléaires israéliennes a donc été produite grâce à de l uranium congolais vendu par Union Minière. Belgonucleaire et le Centre d étude de l énergie nucléaire (CEN) 500 pages Ces deux «enfants» du rêve atomique belge ont joué un rôle-clé dans l histoire de la prolifération. Dans les années 50 et 60, notre pays baignait dans une euphorie nucléaire plus grande encore que l euphorie «dot com» d il y a quelques années. Le CEN devint vite un centre de recherche de niveau international. Dès 1971, il étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

3 était actionnaire à 50% de l entreprise Belgonucleaire. Le CEN et Belgonucleaire deviennent alors des experts de la technologie du plutonium et l utilisent pour produire du combustible pour des centrales nucléaires (le MOX). Mais le plutonium est également utilisé pour la fabrication de bombes atomiques. J ai eu accès à une partie des archives de Belgonucleaire : malgré les nombreuses journées passées à les éplucher, je n y ai pas trouvé un mot sur les risques de prolifération nucléaire. Et jamais un administrateur (public) du CEN n y évoque l enjeu de la sécurité internationale Pourtant, Belgonucleaire a fourni de la technologie et du know how en matière de plutonium au Pakistan et à deux autres pays qui ont développé pendant des années un programme nucléaire militaire caché, en l occurrence la Corée du Sud et Taiwan. Belgonucleaire a été aussi le «consultant nucléaire» de Mohammed Khadafi - qui a également essayé de se doter de la bombe. Sous pression des Etats- Unis, cette entreprise a dû se retirer des projets libyens. Une entreprise belge, propriétaire pour 50% d un institut public de recherche, a donc diffusé pendant des années du know how nucléaire sensible vers des pays ayant un programme nucléaire militaire... En 1986, le CEN a effectué une mission importante au Pakistan. Les détails en sont exposés pour la première fois dans le livre. Le Pakistan n a jamais signé le Traité de non-prolifération alors qu à cette époque, il n y avait pas le moindre doute que le Pakistan voulait la bombe, coûte que coûte. Le CEN y a rencontré le top de l establishment nucléaire, qui avait comme première mission de fabriquer une arme nucléaire. Autre dossier énigmatique : le professeur Brabers de la KULeuven, «mentor» d A.Q. Khan, le père de la prolifération nucléaire (du Pakistan vers l Iran et la Corée du Nord), a entretenu des contacts avec Khan pendant des années et a multiplié les visites sur place, jusqu à devenir le premier recteur d un institut de recherche dirigé par Khan. Le CEN et Belgonucleaire ont conclu en 2010 un accord de coopération avec la Chine portant notamment sur le transfert de know how dans le domaine du plutonium. Or, il y a quelques années, la Chine a transféré en cachette de la technologie nucléaire à des pays comme l Iran, le Pakistan et la Corée du Nord. L Iran Ces dernières années, plusieurs entreprises belges ont fourni à l Iran des biens et technologies «dual use» ou «double usage» (civil et militaire). Dans un de ces dossiers, la Sûreté de l Etat a été tellement négligente que son patron a dû démissionner. Le détail de ces fournitures est montré, de même que la difficile coopération entre différentes administrations qui font trop souvent primer l aspect commercial sur la sécurité internationale. La lutte contre la prolifération nucléaire n est donc pas terminée et la tension entre les intérêts commerciaux et la sécurité internationale reste importante. Israël et la bombe Le livre fournit aussi un résumé de l histoire de la bombe israélienne et décrit la stratégie d ambigüité du pays en la matière. Israël est la seule puissance nucléaire qui refuse de confirmer si elle dispose de la bombe. Cette doctrine s avère payante jusqu aujourd hui (les raisons historiques qui ont fait d Israël une puissance nucléaire sont rappelées dans l ouvrage). Mais l Iran pourrait changer la donne. J estime, comme de nombreux experts, que l Iran essaie de se doter la bombe atomique. Une attaque israélienne sur l Iran est à redouter : elle n arrêterait pas le programme nucléaire iranien, au contraire. étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

4 Janus Un des constats les plus importants est que les tentatives de séparer le nucléaire civil du nucléaire militaire ont échoué. L un après l autre, les pays qui ont voulu la bombe ont utilisé leur programme nucléaire civil comme paravent : la France, la Libye, Israël, l Irak, l Iran, le Pakistan, la Corée du Sud, Taiwan, l Afrique du Sud, le Brésil, l Argentine... Il n y pas d «uranium civil» et d «uranium militaire». Les deux aspects sont étroitement liés. La technologie nucléaire est une technologie Janus, à deux visages. Pire, même : la politique internationale en la matière est contradictoire, et cela depuis un demi-siècle. Le traité de non-prolifération et l Agence Internationale de l Energie Atomique sont des moteurs affichés de diffusion de la technologie nucléaire (civile). Or de cette manière ils augmentent le risque de prolifération nucléaire, alors qu ils sont censés la limiter. L armement nucléaire et la démocratie Le parlement n a pu donner son feu vert à un programme nucléaire militaire que dans très peu de pays. Le plus souvent, ce sont quelques hommes politiques (souvent en concertation avec des militaires) qui en ont décidé. Dans chaque programme nucléaire militaire, les principes élémentaires de la démocratie ont été bafoués. L histoire de la prolifération nucléaire est parsemée de manipulations, intrigues et mensonges. Et ce, au plus haut niveau de l Etat : présidents et premiers ministres. La course à la bombe semble faire s évaporer le dernier brin d éthique et de déontologie. Nous, citoyens, ne devons-nous pas essayer d y mettre fin afin de replacer la politique étrangère et de sécurité dans lé périmètre de la démocratie? L espoir Le discours sur les armes nucléaires a beaucoup évolué au cours des vingt dernières années. De plus en plus d hommes et femmes politiques, ainsi que des militaires (!) demandent ouvertement la destruction de toutes les armes nucléaires. Mais tant que les cinq membres du Conseil de sécurité auront des bombes atomiques, d autres pays en voudront aussi. Dans le nouvel ordre international, la prolifération nucléaire est devenue immaîtrisable et très dangereuse. Recommandations Le livre en contient beaucoup. Limitons-nous aux plus importantes. Je plaide fermement pour un approfondissement de la recherche historique dans le domaine. Car il y a encore de nombreuses pages de l histoire nucléaire belge qui ne sont pas connues. Le Centre d Etude et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CEGES) pourrait jouer ici un rôle central. Pointons aussi le fait que l Union Minière aujourd hui Umicore a demandé à des historiens indépendants d écrire son histoire, alors qu elle n était pas obligée de le faire. Un exemple à suivre pour le CEN et Belgonucleaire. Quelle est la mission du CEN? Pourquoi n y a-t-il pas un contrat de gestion avec l Etat fédéral? Ne faut-il pas supprimer le projet «MOX» en Chine? Il est temps de mettre fin à la diffusion de la technologie du plutonium. La politique en matière d exportation de biens et technologies nucléaires doit être revue je formule à cet égard plusieurs propositions concrètes. Si elle veut montrer l exemple la Belgique doit en tout cas tout faire pour qu il n y ait plus d armes nucléaires à Kleine Brogel. étopia questions démocratiques La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

5 Enfin, le livre évoque la dette de la Belgique vis-à-vis du Congo. Le site de Shinkolobwe est pollué et les habitants qui l entourent courent des risques sanitaires. Assainissons ce site aussi vite que possible et prévoyons une indemnité pour les habitants. Sur le plan international, un travail énorme nous attend : la réforme du Traité de non-prolifération et de l Agence Internationale de l Energie Atomique, la réduction du nombre d armes nucléaires et finalement leur élimination, etc. Un travail de Sisyphe? Je ne le pense pas : l assise pour une telle politique - dans les lieux de pouvoir également est plus grande que jamais. Un monde sans armes nucléaires n est plus une utopie. C est un objectif réalisable et cela dépendra de chacun d entre nous. Informations pratiques : Edition Etopia 2012 Le livre est disponible en librairie au prix de 15 (Diffusion Nord- Sud), sur les liseuses Kindle via Amazon (Libook) au prix de 4,99. Mais on peut également l obtenir auprès d Etopia (www.etopia.be) étopia questions démocratiques 250

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire La prolifération mondiale s aggrave, la paix dans le monde se fragilise En 2007, constat alarmant de l association

Plus en détail

QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES

QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES QUAND LES ARCHIVES EXPLIQUENT LES DÉCISIONS POLITIQUES LUC BARBÉ 1 Chercheur-associé Etopia, ancien député AGALEV et chef de cabinet d Olivier Deleuze alors Secrétaire d État à l Énergie Introduction Au

Plus en détail

Les coûts du nucléaire

Les coûts du nucléaire Les coûts du nucléaire Le financement du secteur nucléaire belge par l Etat et les consommateurs Luc Barbé, chercheur-associé à étopia, ancien chef de cabinet d Olivier Deleuze et secrétaire politique

Plus en détail

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION Document de travail présenté par la France «La prolifération des armes de destruction massive constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales.»

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

Rapport du Directeur général

Rapport du Directeur général Mis en distribution générale le 7 mars 2007 (Ce document a été mis en distribution générale à la réunion du Conseil du 7 mars 2007.) Conseil des gouverneurs GOV/2007/8 22 février 2007 Français Original:

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Les Français et l économie 25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Lire la Société et le Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Echantillon : 1

Plus en détail

Investment Newsletter LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN. 23 Juillet 2015

Investment Newsletter LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN. 23 Juillet 2015 LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN Les grandes puissances mondiales (les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l ONU plus l Allemagne) et l Iran ont conclu, le 14 juillet

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

CYCLES INTERNATIONAUX 2015-2016

CYCLES INTERNATIONAUX 2015-2016 Lieu des épreuves écrites (Pays) : CYCLES INTERNATIONAUX 2015-2016 TEST DE SPECIALISATION Relations internationales DUREE : 1 HEURE 8 pages NOM... Prénom(s)... Date de naissance... Nationalité... Statut

Plus en détail

SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ

SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ COMITÉ PERMANENT DE CONTRÔLE DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ Enquête de contrôle 2007.181 Conclusions et recommandations de l enquête sur la manière dont les services belges de renseignement

Plus en détail

Quelle politique de sanctions face à la prolifération?

Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Bruno Gruselle, Chargé de recherche (28 juin 2007) L utilisation de sanctions économiques s est largement développée au cours des années 1990, comme

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE 1 Sommaire 1 Historique, 2 Établissement des normes, 3 Qu est ce que les normes ISO 9000? 4 Objectifs de la norme ISO 9000, 5 Situation d utilisation de la norme, 6 Schéma

Plus en détail

G.#Buatois,#Lycée#Charlemagne,#Pointe#Noire,#Congo,#2013/2014#

G.#Buatois,#Lycée#Charlemagne,#Pointe#Noire,#Congo,#2013/2014# G.Buatois,LycéeCharlemagne,PointeNoire,Congo,2013/2014 Lescheminsdelapuissance: LesEtatsUnisetlemonde(depuisles14pointsduprésidentWilson): Introduction: Définitiondestermes: Les enjeux géopolitiques du

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012 Rapport du séminaire régional sur le partage d expériences et d enseignements tirés de la mise en œuvre du Code de Conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

L'Union européenne et le commerce des armes. par Claudio Gramizzi et Luc Mampaey, Attachés de recherche au GRIP

L'Union européenne et le commerce des armes. par Claudio Gramizzi et Luc Mampaey, Attachés de recherche au GRIP Note d'analyse Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité 70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33 Internet : www.grip.org - Courriel

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Michael Binder, président

Michael Binder, président Commission canadienne de sûreté nucléaire Canadian Nuclear Safety Commission Présentation donnée à la Conférence et la foire commerciale 2014 de l Association nucléaire canadienne Michael Binder, président

Plus en détail

L énergie nucléaire au Canada

L énergie nucléaire au Canada L énergie nucléaire au Canada Présenté par : Sylvana Guindon Ressources naturelles Canada Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques Le 2 décembre 2005 Le rôle du gouvernement Le Ministre

Plus en détail

Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire

Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire Xavier Desgain, conseiller politique à Ecolo et chercheur-associé à étopia 22 novembre 2006 5 Page 2 1 Le nucléaire a très largement

Plus en détail

L AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE ET LA MISE EN ŒUVRE DU TNP

L AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE ET LA MISE EN ŒUVRE DU TNP L AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE ET LA MISE EN ŒUVRE DU TNP JACQUES TRELIN * Restituant l historique de la création de l Agence internationale de l énergie atomique (AIEA), l article expose

Plus en détail

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat FACULTE DE DROIT I. CYCLE DE GRADUAT 1. Premier Graduat 1. l éducation à la citoyenneté 30 30 2. l anglais 30 15 45 3. l introduction générale à l étude du droit (droit privé 60 30 90 et droit public 4.

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Éléments de réflexion critiques sur l accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil entre l Inde et les États-Unis

Éléments de réflexion critiques sur l accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil entre l Inde et les États-Unis Éléments de réflexion critiques sur l accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil entre l Inde et les États-Unis par Quentin Michel* L annonce par le Président américain G.W. Bush et le premier

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

La puissance des Etats-Unis d Amérique

La puissance des Etats-Unis d Amérique La puissance des Etats-Unis d Amérique Sur quoi est fondée la réussite de la première puissance mondiale et comment le pays parvient-il à surmonter les difficultés et les agressions extérieures? Sommaire

Plus en détail

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide?

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? 1. Doc. 1. Que représente le personnage? Le personnage représente les Etats-Unis. Doc. 1. Affiche pour le Plan Marshall,

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009

ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009 ENTRETIEN DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Avec l Agence Presse des Emirats Arabes Unis (WAM) Lundi 25 mai 2009 1. Quelles sont les objectifs de votre visite et quelles sont les sujets que vous allez

Plus en détail

Quelques données succinctes pour 55 pays, classés par régions ou par continents Août 2007 Avertissement

Quelques données succinctes pour 55 pays, classés par régions ou par continents Août 2007 Avertissement Quelques données succinctes pour 55 pays, classés par régions ou par continents Août 2007 Avertissement Dans sa vocation de documentation, l I.D.R.P. est souvent questionné pour fournir quelques repères

Plus en détail

Si Vous avez le droit de travailler

Si Vous avez le droit de travailler Département US de la Justice Division des Droits civils Bureau du conseiller spécial aux méthodes d emploi inéquitables liées à l immigration Si Vous avez le droit de travailler Ne laissez personne vous

Plus en détail

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Publié le 10 mai, 2013 par Sentinelle LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Par Gerald Flurry Mai/juin 2013 Lors de la récente visite historique du président, beaucoup de personnes ont été

Plus en détail

Déclaration de Mme Marie Christine Marghem, Ministre de l Energie, de l Environnement et du Développement durable.

Déclaration de Mme Marie Christine Marghem, Ministre de l Energie, de l Environnement et du Développement durable. Déclaration de Mme Marie Christine Marghem, Ministre de l Energie, de l Environnement et du Développement durable. 59 ème session de la Conférence générale de l AIEA (14-18 septembre 2015) Mr. le Président,

Plus en détail

se met en poche «ENTREZ DANS L ACTU», la nouvelle collection de poche grand public La Documentation française EN POCHE DOC ENTREZ DANS L ACTU

se met en poche «ENTREZ DANS L ACTU», la nouvelle collection de poche grand public La Documentation française EN POCHE DOC ENTREZ DANS L ACTU DOC EN POCHE ENTREZ DANS L ACTU La Documentation française se met en poche «ENTREZ DANS L ACTU», la nouvelle collection de poche grand public pour aborder facilement et rapidement les sujets d actualité

Plus en détail

Vers une nouvelle posture nucléaire israélienne?

Vers une nouvelle posture nucléaire israélienne? 1 Note de recherche stratégique 9 juin 2014 Vers une nouvelle posture nucléaire israélienne? Pierre Razoux 1 Directeur de recherche chargé du pôle «pensées stratégiques comparées» à l IRSEM Le BESA, un

Plus en détail

Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et

Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et Avertissement Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et explique comment un petit pays comme Israël est parvenu à incarner ces deux dimensions. Il n y est pas question de technique, même

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

LES MICRO SIMULATIONS ONU

LES MICRO SIMULATIONS ONU LES MICRO SIMULATIONS ONU LES OBJECTIFS DE LA MICRO SIMULATION ONU - Se familiariser avec les règles de procédure qu il sera nécessaire de maîtriser lors de l exercice final : LA SIMULATION ONU DU 15 MAI

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Il faut se battre, car un autre monde est possible. Depuis plus de 17 jours les guadeloupéens ont déclenché l opération de lutte contre la «profitation»,

Plus en détail

LE VIVANT électronique

LE VIVANT électronique LE VIVANT électronique (N 128 février 2010) E-mail : info@vivant.org Site : www.vivant.org www.vivanteurope.org Rédaction : Jean-Paul BRASSEUR BELGIQUE jpbrasseur@vivant.org 00 32 499 35.85.72 Sommaire

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

Femmes âgées, immigrées, ignorées

Femmes âgées, immigrées, ignorées Analyses 2013 09 SENIORS 1 Femmes âgées, immigrées, ignorées Le Parcours d intégration, actuellement testé en Wallonie, s adresse aux primoarrivants. Mais les étrangers présents chez nous depuis parfois

Plus en détail

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr Programme 15 Le programme d armement 2015 1 Vue d ensemble 4 Le programme d armement 2015 Conduite 6 Système de drones de reconnaissance 15 250 mio. fr. (ADS 15) Efficacité à l engagement 8 Simulateur

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

Mention : Géopolitique

Mention : Géopolitique UNIVERSITE PARIS 8 VINCENNES SAINT-DENIS 2 rue de la Liberté - 93526 - SAINT-DENIS cedex Année 2015-2016 Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : Géopolitique Parcours en M2 : - Géopolitique locale

Plus en détail

Le désarmement Un guide de référence

Le désarmement Un guide de référence Le désarmement Un guide de référence Troisième édition par Melissa Gillis Avant-propos de Michael Douglas Messager de la paix Le désarmement Un guide de référence par Melissa Gillis Troisième édition Avant-propos

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Suspects et mobiles. Qui a pu commettre le crime? A qui profite le crime?

Suspects et mobiles. Qui a pu commettre le crime? A qui profite le crime? Suspects et mobiles Qui a pu commettre le crime? A qui profite le crime? Qui a pu commettre le crime? Nécessairement un groupe ou réseau ayant le contrôle des plus hautes sphères de décision des USA et

Plus en détail

La coopération nucléaire entre les États-Unis et l Inde et la non-prolifération. par Yash Thomas Mannully*

La coopération nucléaire entre les États-Unis et l Inde et la non-prolifération. par Yash Thomas Mannully* Article La coopération nucléaire entre les États-Unis et l Inde et la non-prolifération L par Yash Thomas Mannully* Accord de coopération sur les utilisations pacifiques de l énergie nucléaire entre le

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

N 2085 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2085 ASSEMBLÉE NATIONALE N 2085 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 18 novembre 2009. RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de l

Plus en détail

Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine

Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine Les conséquences des Jeux Olympiques sur la Chine Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de l entreprise Directeur du Groupe d Études et de Recherche sur l Asie Contemporaine

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Sommaire. A propos de Joe Sacco et de cette bande dessinée... 4. Introduction de Joe Sacco... 5. Bibliographie... 15

Sommaire. A propos de Joe Sacco et de cette bande dessinée... 4. Introduction de Joe Sacco... 5. Bibliographie... 15 JOE SACCO Sommaire A propos de Joe Sacco et de cette bande dessinée... 4 Introduction de Joe Sacco... 5 Bibliographie... 15 A propos de Joe Sacco et de cette bande dessinée Joe Sacco est un auteur de

Plus en détail

Présentation de la thèse primée par un Prix de Thèse de l IHEDN :

Présentation de la thèse primée par un Prix de Thèse de l IHEDN : Les relations entre la Chine, l Inde et les États-Unis de la fin de la guerre froide à la signature de l accord de coopération nucléaire civile entre l Inde et les États-Unis (1991 2008) par Sophie AGOSTINI-HEINRICH,

Plus en détail

Communication en date du 1 er août 2005 reçue de la mission permanente de la République islamique d Iran auprès de l Agence

Communication en date du 1 er août 2005 reçue de la mission permanente de la République islamique d Iran auprès de l Agence Agence internationale de l énergie atomique Circulaire d information INFCIRC/648 Date: 4 août 2005 Distribution générale Français Original : Anglais Communication en date du 1 er août 2005 reçue de la

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

Service des Litiges de BRUGEL

Service des Litiges de BRUGEL Service des Litiges de BRUGEL X / SIBELGA (dossier R12-0014) DECISION La plainte, introduite pour X par Infor GazElec, le... 2012, porte sur le tarif «bris de scellés», choisi par Sibelga pour le calcul

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

L économie verte, avenir de l économie wallonne

L économie verte, avenir de l économie wallonne L économie verte, avenir de l économie wallonne Rôle du politique, enjeux, tendances et filières pour un développement durable de la Wallonie Octobre 2005, analyse n 31 Par Christian Delcourt, conseiller

Plus en détail

Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies

Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies 1946 Discours de Churchill à Fulton 1947 Proclamation de la doctrine Truman Création du Kominform Élaboration

Plus en détail

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain 1 République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain Réforme, innovation et modernisation de l administration publique et des statuts

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE. Document de travail présenté par la France

LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE. Document de travail présenté par la France LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE Document de travail présenté par la France «La vision de la France, c est un monde qui ne doit pas se diviser entre pays possesseurs

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES

TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES Composante : Informatique 1- CONTEXTE GENERAL A travers son programme de «Coopération

Plus en détail

LES ENJEUX DES ARMES NUCLEAIRES

LES ENJEUX DES ARMES NUCLEAIRES 1 LES ENJEUX DES ARMES NUCLEAIRES Sophie Lefeez 1 «Les armes nucléaires ne nous apportent rien d autre que l équilibre de la terreur, et la terreur, même en équilibre, c est encore de la terreur». G. Wald,

Plus en détail

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES Association des économistes québécois Québec, le 16 janvier 2014 Pierre Fournier, Analyste géopolitique 1 États-Unis : Surperformance économique durable,

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

CHARBON, LA RENTRÉE MANQUE DE CLASSE DOSSIER D ANALYSE - 1ER SEPTEMBRE 2015

CHARBON, LA RENTRÉE MANQUE DE CLASSE DOSSIER D ANALYSE - 1ER SEPTEMBRE 2015 CHARBON, LA RENTRÉE MANQUE DE CLASSE DOSSIER D ANALYSE - 1ER SEPTEMBRE 2015 A 89 jours de la Conférence climat de l ONU qui se déroulera au Bourget, en région parisienne, sous la présidence du gouvernement

Plus en détail

ENQUETE AUPRES DES SERVICES PUBLICS FEDERAUX, PARTENAIRES DES ARCHIVES DE L ETAT

ENQUETE AUPRES DES SERVICES PUBLICS FEDERAUX, PARTENAIRES DES ARCHIVES DE L ETAT ENQUETE AUPRES DES SERVICES PUBLICS FEDERAUX, PARTENAIRES DES ARCHIVES DE L ETAT RAPPORT Janvier 2011 Surveillance archivistique, avis, et coordination de la collecte et de la sélection/ Observatoire des

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Votre cloud est-il net?

Votre cloud est-il net? Votre cloud est-il net? Avril 2012 greenpeace.fr Mettre en marche une révolution énergétique 03 2 Votre cloud est-il net? Frank van Biemen / EvoSwitch / Greenpeace Greenpeace Votre cloud est-il net? Résumé

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

Actualité juridique. Août 2011 Droit de l emploi et du travail Droit du commerce international. Sommaire

Actualité juridique. Août 2011 Droit de l emploi et du travail Droit du commerce international. Sommaire Actualité juridique Une nouvelle exemption : les États-Unis modifient les contrôles d exportation aux termes des ITAR pour les personnes ayant une double nationalité et les ressortissants de pays tiers

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail