Faire grimper le bon cholestérol sans rougir!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faire grimper le bon cholestérol sans rougir!"

Transcription

1 Faire grimper le bon cholestérol sans rougir! 10/12/10 Si beaucoup pensent à faire baisser leur mauvais cholestérol, la démarche d'accroître son bon cholestérol est bien moins commune. Et pour cause, le seul médicament qui permet d'augmenter le taux de cholestérol HDL provoque un rougissement de la peau pour le moins gênant. Lors d'un séjour post-doctoral en Allemagne, Julien Hanson et ses collègues ont mis le doigt sur les causes de ce rougissement. Cette découverte ouvre la voie à la conception de nouveaux médicaments qui ne feront plus rougir les patients. Première cause de mortalité dans le monde, les maladies cardiovasculaires constituent un ensemble de troubles qui affectent le cœur et les vaisseaux sanguins. Selon la Ligue Cardiologique Belge, environ 30% de la tranche de la population âgée de 35 à 84 ans présentent un risque de plus de 15% de faire un accident cardioou cérébrovasculaire majeur endéans les 10 ans. Quant à l'organisation mondiale de la santé (OMS), elle estime à plus de 23,6 millions le nombre de personnes qui mourront d'une maladie cardiovasculaire d'ici Lutter contre ces maladies est donc devenu une des priorités de santé publique. Hormis l'âge, le sexe et l'hérédité, il existe des facteurs de risques cardiovasculaires sur lesquels chacun peut agir pour diminuer le risque d'être un jour sujet à ce type de maladie. Parmi les principaux bourreaux des cœurs, on compte notamment le tabagisme, l'hypertension artérielle, la sédentarité, le surpoids, ou encore le cholestérol. Ou plutôt ce que l'on appelle parfois, par abus de langage, le mauvais cholestérol

2 Le cholestérol, bon ou mauvais? Une question d'apoprotéine! Pourquoi parle-t-on de bon et de mauvais cholestérol? En réalité le cholestérol n'est ni bon, ni mauvais. Mais, ce lipide (graisse) qui joue un rôle crucial dans la formation des membranes de nos cellules et dans la fabrication de nombreuses hormones, n'existe presque pas sous forme libre. En effet, il s'associe à des protéines de transport, appelées apoprotéines pour former une lipoprotéine soluble dans le sang. Selon le type d'apoprotéine à laquelle il se lie, le cholestérol peut ainsi former des lipoprotéines de deux grands types : les LDL (lipoprotéines de basse densité) ou les HDL (lipoprotéines de haute densité). C'est plus précisément de ces lipoprotéines qu'il s'agit lorsqu'on parle de mauvais ou de bon cholestérol

3 Sous la forme LDL, le cholestérol est acheminé depuis le foie vers les organes. C'est donc sous cette forme qu'il risque de s'accumuler dans les vaisseaux et de boucher les artères, lorsqu'il est en excès. «Lorsque le LDL pénètre dans les artères, il provoque une réaction inflammatoire qui cause l'épaississement de la paroi artérielle et contribue à la formation de plaques d'athérome», explique Julien Hanson, Chargé de recherche au laboratoire de chimie pharmaceutique de l'ulg. «Cela engendre une diminution du flux sanguin puisque la section du vaisseau diminue. Et, lorsque la plaque d'athérome se fissure, le contact entre le sang et l'intérieur de cette plaque peut provoquer la formation d'un thrombus, sorte de caillot sanguin, pouvant conduire à une thrombose, ce qui peut avoir comme conséquence un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral», poursuit Julien Hanson. D'où l'étiquette de «mauvais cholestérol». De leur côté, les apoprotéines HDL font le chemin inverse : elles récupèrent le cholestérol en excès dans l'organisme et l'éliminent, en le ramenant vers le foie ou par d'autres mécanismes. Elles ont un effet nettoyant dans les vaisseaux sanguins et le cholestérol sous cette forme est dès lors qualifié de «bon cholestérol»

4 Plus de bon cholestérol, moins de maladies cardiovasculaires Le cholestérol qui circule dans notre organisme via le sang a deux origines : une origine endogène et une origine exogène. En effet, le cholestérol est fabriqué en grande quantité par le foie mais peut également provenir de l'alimentation. C'est pourquoi, en cas d'hypercholestérolémie non liée à un défaut du métabolisme - 4 -

5 lipidique, la première chose que les médecins recommandent à leurs patients est de suivre un régime alimentaire limitant l'ingestion de cholestérol. Celui-ci se retrouve principalement dans les produits d'origine animale. Une diminution de l'apport de ce lipide via l'alimentation se répercute directement sur le taux sanguin de LDL. Mais surveiller son alimentation ne suffit pas toujours à faire baisser le taux de mauvais cholestérol. En combinaison avec un régime adapté, les médecins peuvent alors prescrire des statines, une classe de médicaments efficace pour diminuer fortement la synthèse de LDL au niveau du foie. Limiter les risques des maladies cardiovasculaires en contrôlant son cholestérol passe certes par faire baisser le taux de mauvais cholestérol dans le sang mais également par augmenter le taux de bon cholestérol. En effet, il a été prouvé que plus la concentration de HDL dans l'organisme est grande, moins il y a de risques de maladies cardiovasculaires! «L'idéal serait d'avoir une double action en diminuant le LDL et en augmentant le taux de HDL», indique Julien Hanson. La sensation d'un coup de soleil Si la démarche de tenter de faire baisser son mauvais cholestérol est largement répandue dans le grand public, tenter d'augmenter son bon cholestérol est une approche nettement moins connue. Cela est en partie lié à l'effet secondaire, non néfaste mais particulièrement gênant, du seul traitement à ce jour disponible qui associe une diminution des taux de LDL (bien que moins puissant que les statines) avec une forte hausse de la concentration de cholestérol HDL. A base d'acide nicotinique (qui n'a rien à voir avec la nicotine trouvée dans le tabac), ce traitement provoque en effet un rougissement de la peau au niveau du visage et de la partie supérieure du torse. Ce rougissement, accompagné de sensations de chaleur et de brûlure comparables à celles perçues en cas de coup de soleil, apparaît rapidement après la prise du médicament et dure environ 1h30. Lors de son séjour post-doctoral à l'université de Heidelberg puis au Max Planck Institute for Heart and Lung Research en Allemagne, Julien Hanson s'est penché sur les mécanismes impliqués dans ce rougissement. «Le laboratoire de pharmacologie du Professeur Offermanns avait mis au jour le mécanisme lié à l'effet bénéfique de l'acide nicotinique sur le métabolisme lipidique», explique le jeune chercheur. «Ils ont également découvert que le récepteur à l'acide nicotinique est présent sur les cellules de Langerhans, un des deux grands types de cellules qui composent l'épiderme, et que celles-ci jouent un rôle dans l'apparition du rougissement», continue Julien Hanson. Lorsque ce dernier rejoint le laboratoire du Pr. Offermanns en 2007, les chercheurs viennent de découvrir que le récepteur à l'acide nicotinique est également présent au niveau des kératinocytes, le deuxième grand type de cellule de l'épiderme

6 Grâce à sa recherche sur des souris transgéniques, Julien Hanson a permis d'affiner les connaissances sur le rôle de chacun de ces deux types de cellules de l'épiderme dans l'effet secondaire de l'acide nicotinique. «Nous avons supprimé l'expression du récepteur à l'acide nicotinique au niveau de l'un et/ou de l'autre type - 6 -

7 de cellule et nous avons observé les conséquences de ces manipulations sur l'apparition du rougissement», précise-t-il. Un rougissement biphasique Alors que les scientifiques pensaient jusqu'ici que les cellules de Langerhans étaient seules responsables du rougissement de la peau suite à la prise d'acide nicotinique, les résultats obtenus par Julien Hanson et publiés dans the Journal of Clinical Investigation (1) ont démontré que les kératinocytes ont également une grande part de responsabilité dans cet effet secondaire. De fait, alors que l'expression du récepteur à l'acide nicotinique était supprimée au niveau des cellules de Langerhans, l'effet secondaire se manifestait toujours en partie. «Le rougissement est biphasique. Les cellules de Langerhans sont à l'origine de la première phase de rougissement et la seconde phase, plus longue, résulte de l'activation des kératinocytes», indique Julien Hanson. Désireux d'en savoir plus sur les causes de ce rougissement, le chercheur et ses collègues ont creusé davantage le problème. «Nous avons découvert que les deux phases de l'effet secondaire étaient accompagnées de la synthèse de deux types de prostaglandines qui sont directement responsables du rougissement observé», poursuit-il. Les deux types de prostaglandines doivent donc être pris en compte pour éliminer l'apparition des rougeurs. «Cela explique aussi pourquoi un médicament qui existe et qui combine acide nicotinique et un inhibiteur des récepteurs des prostaglandines de type PGD2 - formées suite à l'activation des cellules de Langerhans - n'est pas totalement efficace contre le rougissement. C'est parce qu'il ne s'attaque qu'à une partie du problème, il faut également prendre en compte la PGE2, prostaglandine produite suite à l'activation des kératinocytes», conclut Julien Hanson. Cette découverte devrait permettre aux firmes pharmaceutiques de développer un médicament permettant d'accroître la concentration de cholestérol HDL dans le sang tout en évitant l'effet secondaire gênant de l'acide nicotinique. Et cela, soit en combinant ce dernier avec des inhibiteurs de la formation des deux types de prostaglandines impliquées dans le rougissement, soit en bloquant les récepteurs respectifs de ces prostaglandines. Sans l'effet de rougissement, augmenter son bon cholestérol afin de diminuer les risques de maladie cardiovasculaire est une démarche qui devrait en effet gagner en popularité - 7 -

8 - 8 -

9 (1) Nicotinic acid- and monomethyl fumarate-induced flushing involves GPR109A expressed by keratinocytes and COX-2-dependent prostanoid formation in mice. Hanson J, Gille A, Zwykiel S, Lukasova M, Clausen BE, Ahmed K, Tunaru S, Wirth A, Offermanns S. J Clin Invest Aug 2;120(8):

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères n 18 Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères Édito Protéger ses artères : trop d information tue l information Stopper les graisses, faire baisser le cholestérol, perdre du poids,

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Cholestérol. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Cholestérol. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir Cholestérol Tout ce que vous avez toujours voulu savoir D où vient le cholestérol? La majeure partie du cholestérol présent dans notre corps est produit par l organisme lui-même. Un tiers de celui-ci provient

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux AG2013 CD45 - Intervention du Dr Xavier Halna du Fretay Responsable de la Commission Médical et Santé Recommandations concernant le contenu du bilan cardiovasculaire de la visite de non contre indication

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol Etude clinique pilote sur la diminution naturelle du taux de cholestérol Documentation sur les applications réussies des recommandations du Dr Rath pour une meilleure Santé cellulaire Editeur: MR Publishing

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME. SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME. SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION LES OMÉGA-3 LES OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION Notre mode d alimentation a beaucoup changé. Malgré que nous soyons très sensibilisés, notre alimentation occidentale contemporaine est désormais

Plus en détail

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies.

Lorsque vous commencez à prendre du poids en ayant un excédent de graisse au niveau du ventre, vous basculez dans un état qui favorise les maladies. Selon l organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 1,9 milliard d adultes souffraient de surpoids en 2014. Parmi eux, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont alarmants d autant plus

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE

LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE L'Hypertension artérielle et les risques associés L'Hypotension artérielle et les risques associés Une hypertension artérielle est caractérisée par des chiffres

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon

Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon Communication de Monsieur Michel Lagarde (Séance publique du mardi 8 avril 2014 à 14h30 au Palais Saint Jean) Des lipides à la lipidomique : applications

Plus en détail

LES HUILES ALIMENTAIRES

LES HUILES ALIMENTAIRES LES HUILES ALIMENTAIRES Pourquoi consommer des huiles végétales? Pour un bon fonctionnement, notre organisme a besoin de lipides. Ils lui apportent les acides gras dont il ne peut se passer. Si nous écartons

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34 Il y a moins de 20 ans, les AVC étaient quasiment inconnus du grand public au Cameroun. Aujourd'hui, les AVC sont devenus un véritable problème de Santé Publique car tuent plus que les Accidents de la

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

L acide myristique du lait : ami ou ennemi?

L acide myristique du lait : ami ou ennemi? LA PAROLE EST À LA DÉFENSE! L acide myristique du lait : ami ou ennemi? Dr Henry Dabadie Service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux Médecin chercheur, le docteur Dabadie vient d'animer

Plus en détail

Diabète sucré. du chien et du chat

Diabète sucré. du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l homme. Ce que l on ne sait pas toujours c est qu elle peut toucher également nos

Plus en détail

LYcee Farhat Hached M' Saken Devoir de contrôle n 3 Prof. : Mr. Lajili. Sciences de la vie et de la terre

LYcee Farhat Hached M' Saken Devoir de contrôle n 3 Prof. : Mr. Lajili. Sciences de la vie et de la terre LYcee Farhat Hached M' Saken Devoir de contrôle n 3 Prof. : Mr. Lajili Classe : 4 Sc.2 Première partie : 12 points. Sciences de la vie et de la terre Durée : 2 Heures Exercice n 1: (7 points) On utilise

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

PRESSURE POINTS SERIES: Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle

PRESSURE POINTS SERIES: Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle PRESSURE POINTS SERIES: NO.1 Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle BLOOD PRESSURE ASSOCIATION L hypertension artérielle représente la plus importante cause connue de handicap et de

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Leçon 4 www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Introduction L insuline est une substance fabriquée dans le pancréas et déversée dans le sang. C est une hormone et

Plus en détail

Au début des années 1980, les travaux de Reaven

Au début des années 1980, les travaux de Reaven Cas clinique Gérer le syndrome métabolique : 5 étapes à réaliser en contexte ambulatoire Claude Garceau, MD Présenté dans le cadre de la conférence : Le patient au sans rendez-vous, Université Laval, septembre

Plus en détail

Devoirs de préparation Module 10

Devoirs de préparation Module 10 Devoirs de préparation Module 10 Maladies liées à l alimentation Il existe différentes maladies liées à l alimentation. Certaines sont liées à une mauvaise alimentation, d autres sont congénitales et se

Plus en détail

Raz-de-marée sur l'adn

Raz-de-marée sur l'adn Raz-de-marée sur l'adn 06/02/08 Outil mathématique performant et compétitif, les ondelettes sont devenues un maillon fort dans l'avancée des sciences et des techniques. Appliquées à la biologie, elles

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR URAPIDIL NORDIC PHARMA 25 mg/5 ml, solution injectable Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament. Gardez cette notice,

Plus en détail

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Article Insulib Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Le diabète et les chiffres Le diabète est une maladie dont l essor ne cesse de croître

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys).

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys). A partir d une protéine hépatique on a isolé, par hydrolyse trypsique, le peptide N-terminal P. L étude de sa structure primaire a montré la présence de 12 acides aminés : 2 Cys ; 2 Gly ; 1 Ala ; 1 Leu

Plus en détail

Chapitre 5 : Besoins énergétiques et santé.

Chapitre 5 : Besoins énergétiques et santé. Chapitre 5 : Besoins énergétiques et santé. Rappel : Lors d un effort physique, notre cœur bat plus vite, nous respirons plus vite et la température de notre corps augmente et nous transpirons davantage.

Plus en détail

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie Thème 05 Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie N d article 1401 CSauv Thème 05 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Infarctus Généralités Lors d un infarctus du myocarde, le muscle

Plus en détail

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 Colin et coll. Acides gras oméga 3 : zootechnie et qualité de viande CUNICULTURE Magazine vol 39 (2012) page 33 CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 L ENRICHISSEMENT DES ALIMENTS LAPIN

Plus en détail

Conseils aux hypertendus stressés

Conseils aux hypertendus stressés Conseils aux hypertendus stressés 1. 2. 3. 4. 5. 6. Si votre pression artérielle est élevée mais a été prise dans une période de stress, dites-le à votre médecin, et faites-la mesurer à nouveau, dans un

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE *

FIBRILLATION AURICULAIRE * FIBRILLATION AURICULAIRE * ET AVC La fibrillation auriculaire provoque UN AVC TOUTES LES 0 MINUTES 1 *ou atriale stopavc I PRENEZ VOTRE FA À CŒUR I Qu est-ce que la fibrillation auriculaire ou FA? Pourquoi

Plus en détail

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES Les Glucides sont la source d'énergie par excellence de l'organisme. Ils sont dégradés en glucose par l'organisme au cours de la digestion. On distingue 2 catégories

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production.

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Lemelin Michel Ministère de l Agriculture du Québec, http://www.agrireseau.qc.ca/caprins, 15 avril 2003 Rapport et adaptation

Plus en détail

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines 10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines Deux sources principales de lipides pour l organisme : Exogènes : via l intestin Endogènes : via le foie Les lipides circulent dans le sang en association

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne P7_TA(0)008 Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne Résolution du Parlement européen du mars 0 sur la lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne (0/9(RSP)) Le Parlement

Plus en détail

10 bonnes raisons de boire de l Aloe Vera

10 bonnes raisons de boire de l Aloe Vera 10. Hygiène bucco-dentaire La prise quotidienne de Pulpe d Aloe Vera agit efficacement sur les bactéries responsables de la formation de la plaque dentaire et permet ainsi de préserver une meilleure hygiène

Plus en détail

Un cardiologue vous parle

Un cardiologue vous parle Un cardiologue vous parle Martine Montigny, MD, M.Sc. Toutes les images de cette présentation ont été extraites sur Google et appartiennent à leur auteur Histoire vécue Monsieur Denis Faillant a 69 ans.

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

LES ACIDES GRAS POLYINSATURES (A.G.P.I.) DES SERIES OMEGA-3 (AAL EPA DHA) ET OMEGA-6 (AL GLA DGLA AA)

LES ACIDES GRAS POLYINSATURES (A.G.P.I.) DES SERIES OMEGA-3 (AAL EPA DHA) ET OMEGA-6 (AL GLA DGLA AA) Page 1 LES ACIDES GRAS POLYINSATURES (A.G.P.I.) DES SERIES OMEGA-3 (AAL EPA DHA) ET OMEGA-6 (AL GLA DGLA AA) Les acides gras polyinsaturés des séries oméga-3 et oméga-6 participent à une multitude de processus

Plus en détail

Du modèle animal à l essai clinique I. Master 2011

Du modèle animal à l essai clinique I. Master 2011 Du modèle animal à l essai clinique I Master 2011 Plan Qu est ce qu une maladie? L invention d une maladie La prise en charge thérapeutique Comment et pourquoi modéliser? Le développement du médicament

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

FLLAM. Entretien avec. ne pourrons plus investir dans l'amélioration continue de notre qualité. Echo : Parlons alors de chiffres

FLLAM. Entretien avec. ne pourrons plus investir dans l'amélioration continue de notre qualité. Echo : Parlons alors de chiffres FLLAM Entretien avec le Dr. Jean-Luc Dourson Echo: Pourquoi avoir fait réaliser cette étude? Jean-Luc Dourson: Parce que cela fait au moins deux ans que l'on tient un discours à la CNS et au Ministère

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'aspartame

Consensus Scientifique sur. l'aspartame page 1/6 Consensus Scientifique sur l'aspartame Source : SCF (2002) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur l'aspartame 1. Qu'est-ce que l'aspartame?...2 1.1 Quelle est l'histoire de l'aspartame?...2

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires.

Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires. 1 Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires. Le constat Avec les protides et les glucides, les graisses alimentaires, plus couramment appelées lipides, constituent les

Plus en détail

c est-à- Le vocabulaire

c est-à- Le vocabulaire B IEN CONNAÎTRE SON DIABÈTE, C EST ESSENTIEL c est-à- dire N U M É R O 1 Le vocabulaire du diabète Chacun s accorde à le dire, l information et l éducation sont des facteurs essentiels dans une prise en

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

L hypertension artérielle

L hypertension artérielle Qu est-ce que cela veut dire : «je vais prendre votre tension?» Normalisez votre pression artérielle. Vous vivrez en meilleure santé et plus longtemps. Journée mondiale L hypertension artérielle Comité

Plus en détail

NOUVEAU : LIPID PANEL!

NOUVEAU : LIPID PANEL! AFINION ELARGIT NOUVEAU : LIPID PANEL! SA COMBINAISON DE TESTS UNIQUE EN SON GENRE Chère cliente, cher client, Lipid Panel est désormais disponible! Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir vous

Plus en détail

démasquez le tueur silencieux parlez-en à votre médecin Working Group on Cardiovascular Prevention and Rehabilitation

démasquez le tueur silencieux parlez-en à votre médecin Working Group on Cardiovascular Prevention and Rehabilitation démasquez le tueur silencieux mesurez VOTRE TENSION parlez-en à votre médecin Ligue Cardiologique Belge Working Group on Cardiovascular Prevention and Rehabilitation Pourqu Qui est-ce tueur si oi tueur?

Plus en détail

Merci de nous signaler (presse@prescrire.org) si vous désirez recevoir nos informations par courriel.

Merci de nous signaler (presse@prescrire.org) si vous désirez recevoir nos informations par courriel. Paris, le 31 mars 2009 Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous informer de la sortie du numéro d'avril 2009 de Prescrire. Plusieurs articles nous semblent pouvoir retenir votre attention. C'est

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé?

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Simone Schaumberger DVM Chef Produit, Gestion du Risque Mycotoxines Nicole Reisinger Dr. vet. med. Chef Projet, Endotoxines Les endotoxines chez la

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT Les autorités de santé européennes ont assorti la mise sur le marché du médicament Increlex de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION

BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION Patient/Aidant familial ou accompagnant Ce document est diffusé par les Laboratoires commercialisant des médicaments génériques à base d Aripiprazole indiqués dans le traitement

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE. Les constatations du Groupe recherche Shepell

Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE. Les constatations du Groupe recherche Shepell Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE Les constatations du Groupe recherche Shepell Le stress liè au travail : son impact, selon le PAE Une analyse des dossiers de PAE traités par Les Consultants

Plus en détail

Mésothérapie. anti-âge. h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t

Mésothérapie. anti-âge. h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t Mésothérapie anti-âge h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t la mésothérapie esthétique anti-âge Qu est-ce que c est? La mésothérapie esthétique anti-âge (ou Mesolift) est un

Plus en détail

Foire aux questions. www.nutreine.fr

Foire aux questions. www.nutreine.fr Foire aux questions PHILOBIO est un programme de complémentation alimentaire biologique à base de farine de lin, de sarrasin et de fenouil, de fibres solubles d agave et de polyphénols de raisin et de

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle La plupart des gens ne comprennent pas vraiment le concept de médecine nutritionnelle et moins de personnes encore celui de la nutrition cellulaire.

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON Séquence 2 : la polyconsommation. Objectif général de la séquence : être capable d adopter une attitude critique vis-à-vis des conduites addictives. NOM : Classe : Prénom : Date : DEVOIR MAISON NOTE :

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

Les alicaments. } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et de médicament.

Les alicaments. } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et de médicament. Qu est-ce qu un alicament? (également appelé aliment fonctionnel ou nutraceutique) } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011)

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011) LES PATHOLOGIES (Document mis à jour le 26 septembre 2011) Page 1 sur 3 Table des matières Les pathologies... 3 Agnosie visuelle :... 3 Albinisme :... 3 Aniridie :... 3 Astigmatisme :... 3 Atrophie optique

Plus en détail

COMPRENDRE ET VIVRE SON CHOLESTEROL

COMPRENDRE ET VIVRE SON CHOLESTEROL COMPRENDRE ET VIVRE SON CHOLESTEROL Intérêt : En France, un adulte sur deux a un taux de cholestérol supérieur à la normale (2,2 g/l), et 76 % des français ne connaissent pas leur propre taux Pourtant

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail