La mise en œuvre de la politique monétaire suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mise en œuvre de la politique monétaire suisse"

Transcription

1 La mise en œuvre de la politique monétaire suisse La Banque nationale suisse (BNS) dispose aujourd hui d instruments efficaces et souples pour mettre en œuvre sa politique monétaire. Depuis l an 2000, les décisions de politique monétaire s appliquent au niveau des taux d intérêt du marché monétaire en francs suisses. Pour le gérer, la BNS recourt essentiellement à des pensions de titres. Ces opérations ont pris le relais des swaps dollars contre francs, qui étaient autrefois le principal instrument de la BNS. Le présent article commente dans les grandes lignes la mise en œuvre de la politique monétaire suisse. L économie suisse a besoin de monnaie, et celle-ci ne peut être mise à disposition que par la BNS (en illustration). La monnaie centrale ainsi créée est constituée des billets de banque en circulation et des avoirs que les banques détiennent en comptes de virement auprès de la BNS. Photo: Keystone La stratégie en matière de politique monétaire de la BNS En vertu des dispositions constitutionnelles et légales, la BNS est chargée, en tant que banque centrale indépendante, de mener la politique monétaire de la Suisse. L objectif de la politique monétaire est d assurer la stabilité des prix, tout en tenant compte de la conjoncture. Depuis l an 2000, la stratégie de politique monétaire sur laquelle la BNS fonde ses décisions repose sur trois éléments. Le premier élément est une définition de la stabilité des prix. La BNS assimile une hausse annuelle de l indice suisse des prix à la consommation de moins de 2% à la stabilité des prix.elle fixe ainsi son objectif à moyen terme. P r Thomas J. Jordan Membre suppléant de la Direction générale, chef des Opérations sur les marchés financiers, III e département, Banque nationale suisse (BNS), Zurich Le deuxième élément consiste en une prévision d inflation publiée chaque trimestre et qui porte sur les trois prochaines années. La prévision d inflation est le principal indicateur dont se sert la BNS pour prendre ses décisions de politique monétaire. Elle repose sur une large assise et intègre toutes les informations décisives, en particulier sur le cours des changes, la conjoncture et les agrégats monétaires. Le recours à une prévision d inflation est pertinent, étant donné que les décisions de politique monétaire exercent leurs effets sur l évolution des prix avec un décalage important, d où la nécessité pour la BNS d adopter une attitude prospective et de réagir suffisamment tôt à des risques d inflation ou de déflation. Si la prévision d inflation, établie en partant de l hypothèse de taux d intérêt inchangés, indique que la stabilité des prix pourrait être perturbée durablement, la politique monétaire doit en principe être adaptée. La BNS ne réagit cependant pas mécaniquement à sa prévision d inflation. Pour mettre en œuvre ses intentions de politique monétaire, la BNS influe sur le niveau des taux d intérêt du marché monétaire. Elle assigne une marge de fluctuation, qui est généralement d un point de pourcentage, à son taux d intérêt de référence, le Libor (London interbank offered rate) pour les dépôts à trois mois en francs. Elle précise en outre dans 50 La Vie économique Revue de politique économique

2 Encadré 1 Les décisions en matière de politique monétaire La Direction générale, formée de trois membres, prend les décisions de politique monétaire. L unité d organisation Affaires économiques du I er département fournit les données nécessaires à l appréciation de la situation économique et monétaire et établit les prévisions d inflation. L unité d organisation Opérations sur les marchés financiers du III e département met en œuvre la politique monétaire et conclut les pensions de titres. Graphique 1 Libor à trois mois et marge de fluctuation, En % 2000 Libor à trois mois 2001 Marge de fluctuation 2002 quelle zone de la marge de fluctuation elle entend maintenir le Libor. Celle-ci est le troisième élément de la stratégie de politique monétaire et représente l objectif opérationnel. La BNS réexamine sa politique monétaire à l occasion de l appréciation de la situation économique et monétaire à laquelle elle procède chaque trimestre. Si les circonstances l exigent, elle peut toutefois adapter la marge de fluctuation du Libor à trois mois sans attendre le prochain examen trimestriel de la situation (voir graphique 1 et encadré 1). Pourquoi la BNS peut-elle influer sur les taux d intérêt? Pour comprendre comment la politique monétaire est mise en œuvre,il faut d abord se demander pourquoi la BNS peut influer sur les taux d intérêt. L économie suisse a besoin de monnaie, et cette monnaie ne peut être mise à disposition que par la BNS. La monnaie centrale ainsi créée est constituée des billets de banque en circulation et des avoirs que les banques détiennent en comptes de virement auprès de la BNS. Le secteur non bancaire, à savoir les entreprises et les ménages, a besoin de billets de banque pour effectuer leurs paiements en numéraire. Le secteur bancaire a besoin d avoirs en comptes de virement à la BNS et de billets de banque pour trois raisons: premièrement, assurer le bon déroulement du trafic des paiements sans numéraire à travers le Swiss Interbank Clearing (SIC); deuxièmement, satisfaire aux dispositions régissant les réserves minimales; troisièmement, disposer d une réserve de liquidités pour faire face à des retraits inattendus aux guichets. La BNS crée de la monnaie centrale en accordant des crédits aux banques. Ces derniers sont versés sous forme de bonifications sur les comptes de virement des banques à la BNS. Sur le marché monétaire, les banques qui, pour une raison quelconque, ont trop de liquidités prêtent de la monnaie centrale à celles qui n en ont pas suffisamment, contre rémunération. Les taux d intérêt appliqués à ces opérations à court terme dépendent de l - attitude, généreuse ou restrictive, de la BNS dans l approvisionnement de l économie en monnaie centrale. En structurant habilement les échéances de ses crédits, la BNS peut imposer au secteur bancaire de recourir presque quotidiennement à de nouveaux crédits pour couvrir ses besoins en monnaie centrale. Ainsi, elle peut fixer chaque jour la quantité de monnaie centrale mise à la disposition des banques par ses crédits et les taux d intérêt appliqués à ses opérations. Cela lui permet d influer avec une assez grande précision sur le niveau des taux d intérêt du marché monétaire. Pourquoi assigner une marge de fluctuation au Libor à trois mois? Par son objectif opérationnel,la BNS se distingue de la plupart des autres banques centrales.au lieu de se fixer un objectif précis sous la forme d un taux d intérêt au jour le jour, la BNS a préféré recourir à une marge de fluctuation d une certaine ampleur et à un taux d intérêt à moyen terme, qui dépend de l offre et de la demande sur le marché monétaire. Un tel choix présente plusieurs avantages pour la BNS. En effet, celle-ci peut réagir à certains chocs cours des changes, répartition des liquidités en faisant varier les taux d intérêt à très court terme du marché monétaire, sans avoir à modifier le cap de sa politique monétaire. La politique monétaire peut ainsi réagir à ces chocs avec beaucoup plus de souplesse que ne le permet l approche traditionnelle adoptée par d autres banques centrales. La BNS a choisi comme taux de référence le Libor pour les dépôts à trois mois en francs parce que ce taux est actuellement le plus important, au plan économique, de tous ceux appliqués à des placements en francs sur le marché monétaire. Le Libor à trois mois reflète bien la situation régnant sur le marché monétaire et ne peut pas être manipulé par certains opérateurs. Il s agit du taux d intérêt appliqué aux crédits en blanc, à trois mois, entre banques de premier ordre. Il est calculé chaque jour, à Londres, par la British Bankers As- 51 La Vie économique Revue de politique économique

3 Graphique 2 Gestion du Libor à trois mois Graphique 3 Marge de flucuation Pensions de titres Déclarations de représentants de la BNS Déroulement d une pension de titres Volet au comptant de l opération Volet à terme de l opération BNS BNS Taux d intérêt des pensions de titres Avoirs en comptes de virement sociation sur la base de données fournies par les principales banques membres. Le fait que ce taux de référence soit établi à l étranger ne joue aucun rôle pour la politique monétaire suisse. La BNS étant la seule source de monnaie centrale en francs, elle détermine par son comportement sur le marché monétaire les taux d intérêt des dépôts à court terme en francs sur tous les marchés qui, dans le monde, connaissent la libre circulation des capitaux. Comment la BNS gère-t-elle le Libor à trois mois? Libor à trois mois Un taux d intérêt à trois mois correspond à la moyenne des taux à très court terme attendus pendant ces mêmes trois mois. Aussi est-il lié, par les anticipations, aux taux à très court terme, autrement dit aux taux sur Liquidités Titres Titres Liquidités + intérêts Banque Banque lesquels la BNS peut influer directement par les opérations qu elle passe sur le marché monétaire. Un relèvement des taux d intérêt à très court terme entraîne donc une hausse du taux à trois mois. La BNS influe sur le Libor à trois mois indirectement par les pensions de titres qu elle conclut avec les banques (voir graphique 2). Elle peut modifier le taux d intérêt qu elle leur applique, mais aussi agir sur le volume de ses opérations. Le volume des pensions de titres a des répercussions directes sur la somme des avoirs que les banques détiennent en comptes de virement à la BNS. Celle-ci gère donc le Libor à trois mois en recourant à une méthode mixte qui comprend un élément prix (taux d intérêt) et un élément quantité. Si la BNS veut éviter une hausse indésirable du Libor à trois mois, elle peut réduire les taux d intérêt appliqués à ses pensions de titres et/ou accroître les liquidités à la disposition du secteur bancaire en relevant les avoirs en comptes de virement. Inversement, elle peut provoquer une hausse des taux d intérêt en relevant les taux appliqués à ses pensions de titres et/ou en réduisant l approvisionnement en liquidités. Cette méthode mixte et une présence quotidienne sur le marché monétaire permettent une gestion efficace et souple du Libor à trois mois. La BNS ne peut pas durablement contrôler, indépendamment l un de l autre, le niveau des avoirs en comptes de virement et celui des taux d intérêt du marché monétaire. Comme elle fixe ses taux d intérêt de telle sorte que le Libor à trois mois se maintienne autour du niveau désiré, elle doit mettre à disposition le volume d avoirs en comptes de virement demandé à ce niveau des taux d intérêt. À très court terme cependant, elle contrôle aussi le volume des avoirs en comptes de virement et ne satisfait pas nécessairement à la totalité de la demande de liquidités du secteur bancaire. La BNS peut ainsi éviter une évolution trop volatile des avoirs en comptes de virement et des fluctuations subites, d une ampleur indésirable, des taux d intérêt du marché monétaire. La BNS influe sur le Libor à trois mois non seulement par les opérations qu elle passe, mais aussi par les signaux qu elle envoie au marché. En précisant les plancher et plafond de la marge de fluctuation et la zone visée au sein de cette marge, elle indique au marché à quel niveau elle souhaite maintenir le Libor à trois mois. Ces informations aident les opérateurs sur le marché à se faire une idée des intentions de la BNS sur le marché monétaire. La BNS peut également envoyer des signaux au marché par des déclarations faites en public à l occasion notamment d exposés présentés par des membres de la Direction générale et, ainsi, influencer les anticipations des opérateurs. 52 La Vie économique Revue de politique économique

4 Par son objectif opérationnel, la BNS se distingue de la plupart des autres banques d émission, en ce sens qu elle a préféré recourir à une marge de fluctuation d une certaine ampleur et à un taux d intérêt à moyen terme, qui dépend de l offre et de la demande sur le marché monétaire. En illustration: collaborateur de l unité d organisation Opérations sur les marchés financiers dans le III e département. Encadré 2 Pour plus d informations La stratégie de politique monétaire de la BNS est décrite dans Jordan et Peytrignet, «La prévision d inflation de la Banque nationale suisse», Bulletin trimestriel de la BNS n 2, 2001, p Les Directives générales de la BNS sur ses instruments de politique monétaire fournissent plus de détails sur les moyens d action dont dispose la BNS. Enfin, le nouveau Compte rendu d activité de la BNS commente de manière plus approfondie la politique monétaire de l année. Ces publications sont disponibles sur le site Internet de la BNS: Photo: BNS Approvisionnement en monnaie centrale: les instruments de politique monétaire Pour approvisionner le système bancaire en monnaie centrale, la BNS passe des opérations d «open market» et met à disposition des facilités permanentes. Dans le cas des opérations d «open market», l initiative de conclure revient à la BNS. Celle-ci fixe les conditions et le volume des opérations. Dans le cas des facilités permanentes en revanche, l initiative appartient à une banque commerciale. Cette dernière peut aussi fixer elle-même le volume de l opération. La BNS se borne à définir à l avance les conditions auxquelles les banques peuvent recourir à ces facilités. La BNS gère les taux d intérêt par des opérations d «open market». Il s agit d opérations principales de financement, destinées à absorber des liquidités et à permettre le réglage fin. La BNS met deux facilités permanentes à la disposition des banques: la facilité intrajournalière contribue à rendre plus aisé le trafic des paiements sans numéraire; la facilité pour resserrements de liquidités permet aux banques de se procurer des disponibilités à la BNS dans des situations exceptionnelles. Les pensions de titres Tant les opérations d «open market» que les facilités permanentes de la BNS reposent sur des pensions de titres (voir graphique 3). Dans une pension de titres, appelée en jargon «repo» («repurchase agreement»), celui qui a besoin de liquidités (l emprunteur) vend des titres au prêteur (volet au comptant de l opération). Simultanément, il s engage à racheter au prêteur, à une date ultérieure, une quantité équivalente de titres de la même catégorie (volet à terme de l opération). Sous l angle économique, les pensions de titres sont des prêts assortis d une garantie. Aussi l emprunteur verse-t-il un intérêt au prêteur pour la durée de l opération, lequel est calculé au taux des pensions de titres. Ces opérations se prêtent aussi bien à la création qu à l absorption de liquidités. La BNS agit en tant que prêteur, dans le premier cas, et en tant qu emprunteur, dans le second. De nombreuses pensions de titres sont également conclues entre banques commerciales. Dans ses pensions, la BNS n admet que des titres qui satisfont à certaines exigences portant sur la monnaie, la liquidité et la qualité de l émetteur. Les titres qu elle accepte sont groupés dans des paniers. La banque concluant une pension avec la BNS peut mobiliser n importe quels titres, pourvu que ceux-ci proviennent d un des paniers. Pendant la durée de l opération, les fluctuations des cours des titres et donc la valeur de la couverture sont compensées quotidiennement: au besoin, l emprunteur livre des titres supplémentaires au prêteur ou reçoit de celui-ci les titres en trop. Les pensions de titres se déroulent à l aide d une infrastructure intégrée, qui comprend la plateforme de négoce Eurex Repo, le système de règlement des opérations sur titres Secom et le système de paiement en temps réel SIC. Opérations principales de financement, d absorption de liquidités et réglage fin Les opérations principales de financement sont conclues presque chaque jour, à l issue d un appel d offres lancé à 9 heures. Il s agit d un appel d offres à taux fixe, les banques demandant certaines quantités de liquidités à un prix (taux des pensions de titres) fixé par la BNS. Si la demande formulée par les banques excède le volume de liquidités que la BNS veut attribuer, les offres dépassant un certain seuil sont réduites proportionnellement. Le taux d intérêt appliqué aux pensions de titres, le volume des liquidités attribuées et la durée des opérations sont fixés en fonction des impératifs de la politique monétaire, plus précisément de la gestion du Libor à trois mois. Par des pensions de titres, la BNS peut également réduire des liquidités excédentaires sur le marché et éviter une baisse indésirable des taux d intérêt. Quant aux opérations de réglage fin, elles consistent en pensions de titres bilatérales qui servent à compenser des in- 53 La Vie économique Revue de politique économique

5 Graphique 4 Libor à trois mois, taux d intérêt des pensions de titres et marge de fluctuation, mars janv En % Mars Libor à trois mois Niveau visé Taux des pensions de titres (1 semaine) Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Marge de fluctuation Déc. Janvier 2005 fluences exogènes sur l approvisionnement en liquidités et à éviter de fortes fluctuations des taux d intérêt à court terme. Facilité intrajournalière et pour resserrements de liquidités Par sa facilité intrajournalière, la BNS met des liquidités à la disposition des banques, pendant la journée et sans intérêt,pour rendre plus aisé le déroulement du trafic des paiements dans le SIC et des opérations de change en Continuous Linked Settlement (CLS). Les montants ainsi obtenus doivent être remboursés au plus tard à la fin du même jour ouvrable bancaire. La BNS met également une facilité pour resserrements de liquidités à la disposition des banques afin de permettre à celles-ci de faire face à un manque inattendu et passager de liquidités. Le taux d intérêt appliqué aux fonds obtenus au titre de la facilité pour resserrements de liquidités est supérieur de deux points à celui de l argent au jour le jour. Une telle majoration vise à dissuader les banques d utiliser cette facilité comme source permanente de financement. Mise en œuvre de la politique monétaire dans des situations exceptionnelles En plus des pensions de titres, la BNS dispose d autres instruments auxquels elle peut recourir dans des situations exceptionnelles. Ainsi, elle peut intervenir sur le marché des changes et,par des achats ou des ventes de monnaies étrangères,chercher à influer directement sur les cours de change.elle peut également,par des achats ou des ventes de titres en francs, influer sur les taux d intérêt à long terme. La gestion du Libor dans la pratique Le graphique 4 montre l évolution de la marge de fluctuation du Libor à trois mois niveau visé et niveau observé sur le marché et du taux d intérêt appliqué aux pensions de titres entre mars et janvier Jusqu au 17 juin, la BNS a mené une politique de taux d intérêt proches de zéro. Dans cette phase, le Libor à trois mois est resté autour du niveau visé, soit 0,25%, et la BNS a maintenu longtemps inchangé, à 0,11%, son taux des pensions de titres. Le 17 juin, la BNS a décidé de relever de 25 points de base la marge de fluctuation du Libor à trois mois. Quelques jours avant sa décision, le Libor avait déjà augmenté légèrement sur le marché. Le 16 septembre, la BNS a relevé une fois encore de 25 points de base la marge de fluctuation. Sur le marché, le Libor à trois mois avait, cette fois également, enregistré une hausse dans les jours précédents. Un tel phénomène se manifeste lorsque les marchés tablent sur une hausse des taux d intérêt. Le Libor augmente avant la décision de la BNS parce qu un taux d intérêt à trois mois correspond à la moyenne des taux d intérêt à très court terme attendus. Dans le revirement des taux d intérêt qu elle a engendré au second semestre de, la BNS a opéré avec prudence et mis à profit la souplesse que lui offre sa stratégie.après les relèvements de la marge de fluctuation, le taux des pensions de titres n a pas été augmenté immédiatement de 25 points de base. Par conséquent, il a fallu un certain temps pour que le Libor atteigne le niveau visé, soit le milieu de la nouvelle marge de fluctuation. Après la période de politique de taux d intérêt proches de zéro, la BNS a de nouveau modifié plus souvent son taux de pension de titres. L écart entre le Libor à trois mois et le taux des pensions de titres est généralement compris entre 15 et 20 points de base. Selon la situation, il peut cependant être plus grand ou plus petit. Globalement, dans cette phase difficile, la BNS a pu gérer le Libor avec une assez grande précision. Conclusion La stratégie de politique monétaire que la BNS a adoptée offre une grande souplesse au plan opérationnel. Elle a fait ses preuves au cours des dernières années. La BNS dispose, en outre, grâce aux pensions de titres, d un instrument efficace qui lui permet de couvrir presque tous ses besoins de politique monétaire. 54 La Vie économique Revue de politique économique

2. Instruments de politique monétaire

2. Instruments de politique monétaire Directives générales sur les instruments de politique monétaire Directives générales de la Banque nationale suisse sur ses instruments de politique monétaire du 25 mars 2004 (état le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

La Banque nationale en bref

La Banque nationale en bref La Banque nationale en bref La Banque nationale en bref Table des matières 2 La Banque nationale en bref Introduction 5 1 Le mandat de la Banque nationale 6 2 La stratégie de politique monétaire 9 3 La

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement

Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement Crédit lombard zweiplus Profiter des opportunités de placement. Et plus. Financement Des solutions de crédit lombard individuelles. Votre option de financement tout en souplesse. Sommaire Choisir librement

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Se poser quelques questions : Dans quel pays vais-je vivre? Quels seront mes besoins (somme à évaluer / an)? Que veux-je faire

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

abcdefg Remarques introductives de Thomas Jordan Conférence de presse

abcdefg Remarques introductives de Thomas Jordan Conférence de presse abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Thomas Jordan La situation sur les marchés financiers La situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement eu égard

Plus en détail

A B C de la Banque nationale suisse. Petit lexique à l'usage du public

A B C de la Banque nationale suisse. Petit lexique à l'usage du public A B C de la Banque nationale suisse Petit lexique à l'usage du public V Les textes présentant l'activité de la Banque nationale contiennent des termes peu fréquents dans le langage courant. En outre,

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6571 Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux M. LE MAIRE, Rapporteur : Afin d assurer le financement

Plus en détail

MASTER MGT FINANCE MK

MASTER MGT FINANCE MK MASTER MGT FINANCE MK Le marche monétaire peut être défini comme le marché des capitaux à court et à moyen terme par opposition au marché financier sur le quel s effectuent les emprunts et placements

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Hypothèques zweiplus Vous aider à devenir propriétaires. Et plus. Financement

Hypothèques zweiplus Vous aider à devenir propriétaires. Et plus. Financement Hypothèques zweiplus Vous aider à devenir propriétaires. Et plus. Financement Se sentir chez soi. Avec les hypothèques de la bank zweiplus. Sommaire Donnez réalité à vos rêves de chez-soi. Chère lectrice,

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux.

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Prévoyance Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Une fois à la retraite, vous tenez à préserver votre liberté et indépendance. Il importe

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Guide pour la participation au marché repo

Guide pour la participation au marché repo Version février 2007 Page 2 Table de matières Introduction...4 1. Swiss Value Chain...4 2. Swiss Value Chain la chaîne de création de valeur...4 3. Délai de mise en service...5 4. Conditions d adhésion

Plus en détail

Tout sur la Banque WIR

Tout sur la Banque WIR Tout sur la Banque WIR 1 Au service de la classe moyenne et des PME Fondée en 1934, la Banque WIR, dont le siège principal est à Bâle, entend être la partenaire privilégiée de la classe moyenne dans la

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences I - Définitions Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES INTERETS SIMPLES Capital ou principal

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Banque nationale suisse Création de la monnaie

Banque nationale suisse Création de la monnaie Banque nationale suisse Création de la monnaie REPETITOIRE GYB Répétitoire M3 pour Matu Catherine Beez-Ducarroz 1. Cadre juridique suisse Aujourd hui, l émission d une monnaie nationale est réglée par

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

107 e Rapport de gestion Banque nationale suisse 2014

107 e Rapport de gestion Banque nationale suisse 2014 107 e Rapport de gestion Banque nationale suisse 2014 107 e Rapport de gestion Banque nationale suisse 2014 Table des matières Avant-propos 4 Objectifs et tâches de la Banque nationale 8 Compte rendu

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Macroéconomie monétaire

Macroéconomie monétaire Sergio Rossi Macroéconomie monétaire Théories et politiques BRUYLANT L.G.D.J Schulthess Avant-propos Remerciements V VII Liste des figures XIX Liste des tableaux Liste des abréviations XXI XXIII Introduction

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Dossierpolitique 2 mai 2005 Numéro 17. Entrée en vigueur réussie de la nouvelle loi sur la Banque nationale. 2 mai 2005 Numéro 17

Dossierpolitique 2 mai 2005 Numéro 17. Entrée en vigueur réussie de la nouvelle loi sur la Banque nationale. 2 mai 2005 Numéro 17 Entrée en vigueur réussie de la nouvelle loi sur la Banque nationale 2 mai 2005 Numéro 17 1 2 La nouvelle loi sur la Banque nationale est en vigueur depuis un an L essentiel en bref La loi sur la Banque

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Zurich Invest Target Investment Fund

Zurich Invest Target Investment Fund Pour une constitution de patrimoine structurée et flexible Zurich Invest Target Investment Fund Le Target Investment Fund de Zurich Invest SA est une solution de placement flexible et intelligente vous

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Compte Optimum CBC Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Vous avez des excédents temporaires de liquidités? Le compte Optimum CBC est un compte à vue réservé aux personnes morales

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail