2 - Le financement de l'économie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 - Le financement de l'économie"

Transcription

1 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues par les gouvernements, favorisent l'accumulation et la domination du capital financier et organisent l incapacité pour l Etat d intervenir dans l économie par des politiques budgétaires et monétaires. I) La monnaie et le système monétaire 1.1Les trois fonctions de la monnaie +1 Au cours du temps la monnaie s est présentée sous des formes diverses, des plus matérielles comme le bétail, le sel ou les métaux précieux aux plus immatérielles comme les avoirs inscrits sur des comptes bancaires aujourd hui. Mais quelque soit la forme adoptée un bien ou un support particulier ne devient monnaie que s il remplit 3 fonctions essentielles : unité de compte (qui permet d exprimer la valeur des marchandises) intermédiaire de l échange (utilisable dans les transactions) réserve de valeur (cette dernière fonction est toujours menacée car rien ne permet de garantir absolument le pouvoir d achat futur d une unité monétaire). Si ces 3 fonctions sont reconnues par tous les manuels d économie, il nous parait important de faire la lumière sur une 4 en général laissée dans l ombre : la monnaie est un moyen de «captation/transfert» de la richesse et d enrichissement privé par l intermédiaire du profit et de l intérêt. 1.2 Système bancaire et création monétaire Le système bancaire remplit deux fonctions qui doivent être distinguées mais qui sont complémentaires. la gestion des moyens de paiement dans l économie, qui pour l essentiel se trouvent sous forme de dépôts à vue dans les banques : ainsi les «services de caisse» comprennent la tenue des comptes des clients et les conseils de placements, la circulation de la monnaie, la sécurité des dépôts, le change des devises le financement des activités économiques par le biais des crédits aux entreprises et aux ménages. Deux modalités distinctes permettent aux banques de jouer ce rôle d intermédiaire financier : soit. - prêter de la monnaie dont elles disposent «sur ressource d épargne». Dans ce cas les banques jouent les intermédiaires financiers entre les épargnants à court terme (dépôts à vue) et les emprunteurs : elles transforment de l épargne court terme en épargne long terme. Ce n est pas un problème si les dépôts sont importants et que la probabilité que tous les clients vident leur compte au même moment est faible. - prêter de la monnaie qu elles ne possèdent pas mais qu elles vont créer à cette l occasion. Seule une catégorie de banques, les banques de dépôt qui sont inscrites à l AFB-association française des banques disposent de ce pouvoir de création monétaire : (ex : le crédit Lyonnais, la société Générale, les Caisses d Epargne et de Prévoyance, les banques à statut coopératif ou mutualiste comme le crédit Agricole ) - Certaines banques n ont pas de pouvoir de création monétaire : ce sont des sociétés financières, parfois filiales des banques de dépôt, de groupes de distribution ou de groupes industriels. Elles proposent du crédit bail, du crédit à la consommation ou de la gestion de

2 2 titres mais n ont ni le droit de collecter des dépôts à court terme ni celui de créer de la monnaie : elle doivent se financer en allant sur les marchés (marché monétaire pour le court terme ou marché financier pour le long terme) ou emprunter les fonds dont elles ont besoins en émettant des obligations (c est ce que font le Crédit Foncier de France, Anténial etc.). 1.3 La Banque centrale et l évolution de ses missions Les 3 grandes missions Fondée en 1800 sous statut privé, elle s impose comme unique émetteur de billets en Indépendante depuis 1993, la BDF fait partie du système européen de banque centrale (BCE ou SEBC) depuis la mise en place de l euro (01/01/99) Elle à dorénavant pour mission de : refinancer les banques commerciales quand elles ont besoin de liquidités et même de jouer le rôle de prêteur «en dernier ressort» quand le crédit s effondre, orienter la fixation des taux d intérêt veiller sur la parité extérieure de la devise. Le tout en veillant strictement au maintien du pouvoir d achat de la monnaie par la lutte contre l inflation Une orientation libérale L organisation actuelle de la banque centrale est le résultat de l orientation de plus en plus libérale des économies européennes, soumises au diktats des théoriciens et autres experts qui considèrent que les marchés sont à même de tout réguler, y compris la monnaie, et que toute intervention volontariste de l Etat dans l économie ne pourrait être que contre productive. Ainsi la BC surveille la monnaie, dont le rôle est prétendument neutre, et laisse aux mécanismes vertueux de l offre et de la demande le soin de régler les problèmes de chômage ou de croissance économique. En rupture par rapport aux 3 décennies précédentes Pendant les trois décennies d après guerre ( les fameuses «trente glorieuses»), la pensée économique dominante influencée par la théorie keynésienne considérait la gestion de la monnaie et des taux d intérêt comme un des outils majeurs de la politique économique, aux côtés de la politiques des revenus, de la politique fiscale et de la politique industrielles. Un gouvernement pouvait alors décider de dévaluer sa monnaie pour stimuler ses exportations et redresser un déficit extérieur ou relancer l activité économique par des commandes publique, même au prix d un déficit public financé par une avance de la banque centrale (création monétaire). Au cours des dernières décennies la BC a perdu une partie de ses prérogatives traditionnelles : elle ne fixe plus la parité externe de la devise depuis 1971 (abandon du système de change fixe et passage au flottement généralisé des devises), elle n est plus autorisée à financer les déficits de l Etat par création monétaire (l Etat doit financer ses déficits en vendant ses titres sur les marchés bancaires et financiers). Avec ces deux interdits «on» renonce à utiliser la Banque centrale comme instrument de politique économique.

3 3 II) Le processus de création monétaire : 2.1 une histoire en trois actes I acte : A l origine il ya une création de monnaie scripturale La Banque «A» crédite le compte de son client et reçoit de celui-ci une reconnaissance de dette ou créance. Le client peut être une ménage, une entreprise, l Etat, une économie étrangère (quand le compte du client est crédité en contrepartie d un rachat de devise étrangère). Le client utilise son crédit pour effecteur des opérations avec d autres agents : chèques, virements etc. avec des clients de la même banque ou avec des clients d autres banques, par ex la banque «B» ou pour retirer des billets. 2 acte :Retour vers la BC et compensation interbancaire La Banque «A» est obligée de se procurer des billets auprès de la BDF, elle doit aussi demander à la banque «B» de créditer le compte du client destinataire du chèque ou du virement, en lui transférant l équivalent en monnaie banque-centrale. Cette opération s appelle la «compensation». 3 acte : approvisionnement du compte à la banque centrale et taux directeur du crédit

4 4 Chaque banque secondaire dispose d un compte auprès de la BC. Elle l alimente en monnaie centrale en déposant une partie des créances qu elle détient sur les agents économiques pour une durée plus ou moins longue. La BC prélève à cette occasion un taux d intérêt, qui sera le taux directeur du crédit (si il s élève la banque secondaire relèvera le taux qu elle impose à ses clients). C est à partir de leur compte auprès de la BC que les banques secondaires règlent les soldes de leurs opérations interbancaires. 2.2 Le rôle du marché monétaire La révolution des 3 D et l essor du marché monétaire Fini le temps où la BC contrôlait le volume et la nature des crédits distribués par les banques. Depuis la décennie 80 et la libéralisation des marchés (déréglementation, dérégulation, décloisonnement : les «3D»), les banques peuvent se procurer la monnaie dont elles ont besoin sur le marché monétaire. Mais en quoi consiste ce marché? Tout simplement la rencontre des offres et des demandes émanant des agents à capacité de financement (ils offrent de la monnaie et achètent des titres de créance) et des agents à besoin de financement (ils vendent des titres contre de la monnaie). De cette confrontation entre offre et demande résulte un prix de la monnaie : le taux d intérêt. Le pouvoir résiduel de la BC Bien que réduit, il reste important : la BC garde une relation privilégiée avec les banques secondaires (le marché interbancaire) et cela lui permet d influer sur le niveau des taux d intérêt : en achetant un plus ou moins grand volume de créances proposées par les banques secondaires la BC rend plus ou moins facile leur refinancement et alimente plus ou moins le marché en monnaie centrale, ce qui influe indirectement sur le niveau du taux d intérêt, puisque si la monnaie est rare le taux monte et si elle est abondante il baisse. Le rôle de la BC devient encore plus important en cas de crise de liquidité : quand plus personne ne veut se risquer à acheter des créances, la BC joue le rôle de prêteur «en dernier ressort»! (cf. en 2009 ). Qui sont les «agents excédentaires» sur le marché monétaire? Des entreprise, des compagnies d assurance, des groupes financiers, des individus opulents Deux exemples parmi d autres : les centrales d achat de groupes comme Carrefour, Auchan profitent du décalage entre la vente des produits aux consommateurs et le paiement des fournisseurs et placent leur abondante trésorerie à court terme sur le marché monétaire. De même les compagnies d assurances mettent à profit le décalage entre le paiement des primes par leurs clients et le remboursement des sinistres. III) Les limites de la création monétaire 3.1 Il faut se garder de l inflation et de la déflation. Formellement la quantité de monnaie que peut créer un système bancaire ne doit pas excéder la valeur du volume de la production qui sera présentée à l échange, Si la création de monnaie est excessive le pouvoir d achat de chaque unité monétaire s effondre (inflation). Cette inflation pénalise particulièrement les détenteurs de revenus fixes qui ne peuvent renégocier leur contrat : bailleurs de logement ou de commerce, prêteurs à long terme, retraités etc., en revanche les acteurs qui peuvent répercuter les hausses de prix s en sortent bien. On assiste donc à une modification de la répartition de la valeur ajoutée, comme cela fut le cas dans les années 70. Mais l inflation entraine d autres conséquences : elle peut dissuader les

5 5 entrepreneurs de développer leurs outils de production et les prêteurs potentiels de prêter puisqu il ya incertitude sur le rentabilité réelle de leur opération (inflation déduite) Si la création de monnaie est insuffisante Si la monnaie manque les vendeurs de biens et services devront baisser leurs prix (déflation). Le consommateur pourrait commencer par s en réjouir mais il constaterait rapidement que la déflation entraine le ralentissement de l activité économique encore plus vite que l inflation. En effet, plutôt que d accepter une diminution de la rentabilité de leur capital, les entreprises, renonceraient à produire, réduiraient les salaires de leurs salariés, tailleraient dans les effectifs etc. Il y a donc nécessité d une croissance conjointe et correspondante de ces deux variables : la production de biens et services et la masse monétaire. Qu il faille appliquer ce principe de manière rigide, quoi qu il arrive, comme le voudraient les libéraux ou de manière plus souple, pour dynamiser la croissance comme le proposent les keynésien, c est un des points du débat quand on discute de politique monétaire. 3.2 Les mécanismes qui régulent le rythme de la création monétaire Même s il suffit qu une banque crédite un compte client pour créer de la monnaie, cela ne signifie pas qu on est dans l arbitraire total Les réserves obligatoires D abord il faut que ce soit une banque à qui ce pouvoir a été octroyé, ensuite le pouvoir de création monétaire de cette banque est limité par la nécessité de garder sur son compte des réserves de monnaie centrale (réserves obligatoires) dont le volume augmentera mécaniquement avec l augmentation des crédits qu elle vend à ses clients : ainsi plus une banque distribue des crédits, plus elle doit déposer auprès de la BC des créances et se voir prélever un taux d intérêt qui ampute une partie de l intérêt qu elle a elle-même prélevé. Les règles prudentielles D autres dispositifs devraient protéger, à priori, contre le risque de voir les banques se lancer dans une spirale de développement des crédits jusqu'à atteindre un niveau tel qu elles ne seraient plus capables d amortir les défaut de remboursement d emprunteurs insolvables : C est le but des «règles prudentielles» établies par le Comité de Bâle : ainsi le «ratio Cooke» fait dépendre le montant total des prêts que peut accorder une banque du montant de ses fonds propres (son capital). IV) les marchés financiers. 4.1 description Aujourd hui une grande partie du crédit se traite directement sur les marchés financiers et les banques y servent alors de simples intermédiaires. Les marchés financiers sont les lieux où se négocie le capital financier. Concrètement cela recouvre les bourses mais aussi les marchés virtuels où les transactions se font par internet. La monnaie s y loue, s y échange contre des titres négociables appelés aussi actifs financiers ou capitaux financiers. A la différence du marché monétaire qui sert au financement à court terme, le marché financier est dédié aux opérations à long terme. 4.2 Développement des marchés financiers et nouvelles pratiques Le développement des marchés financiers est à la fois une des causes et une conséquence de l ouverture des économies et de l émergence d une économie globalisée.

6 6 Pour attirer une épargne disponible d autant plus croissante qu elle provient du monde entier de nouveaux instruments de placement diversifiés ont été élaborés. Nous en parlerons plus en détail dans la fiche sur la financiarisation de l économie, mais disons le tout net : la complexité de ces nouveaux produits est telle que les experts de la finance euxmêmes se sont déclarés incapables de dire ce que recouvrait exactement les engagements de Goldman Sachs au moment de son effondrement en Bilan de l évolution du système bancaire et financier depuis les années 80. L indépendance de la BC posée comme un principe fondamental lors du passage à l euro a été le moyen d assurer la domination des forces du marché sur la monnaie. La seule Europe qui fonctionne vraiment c est le grand marché européen avec liberté de circulation des produits et des capitaux. Tout concoure à son développement : une fiscalité de moins en moins pesante sur les profits des groupes industriels et financiers dominants, un alignement des coûts salariaux sur les niveaux les plus bas, un démantèlement de la protection sociale, la mise en pièce des services publics, le bradage des entreprises publiques revendues au privé. En même temps que la perte de souveraineté monétaire, la révolution libérale a aussi organisé la dépendance de l Etat vis-à-vis des marchés financiers Acculé au déficit par la réduction méthodique de ses recettes et ne pouvant plus se financer par création monétaire auprès de la banque centrale, l Etat doit emprunter sur les marchés financiers : sa crédibilité vis-à-vis des prêteurs et la conformité de sa politique à leurs attentes prend le pas sur la satisfaction des besoins collectifs, fussent-ils solennellement reconnus lors des campagnes électorales. A terme, le seul rôle que l économie libérale consent à accorder à l Etat, c est celui d Etat gendarme, pour maintenir ce qu elle appelle «la paix sociale», la seule intervention dans l économie qu elle lui confie et lui impose c est la socialisation des pertes (naturel contrepartie de la privatisation des profits )

7 7 Les titres de propriété sont des titres de propriété d'entreprises, plus communément appelés des actions. Chaque actionnaire est le propriétaire d'une partie de l'entreprise qui a émis ces actions. A ce titre, il bénéficie d'une part de ses profits, elle lui est distribuée sous forme de dividendes. La valeur d'une action est fonction de l'offre et de la demande. Cette valeur dépend certes des dividendes versés par l'entreprise, mais est surtout largement conditionnée par les perspectives de profits à venir. Contrairement aux obligations qui ont une durée de vie déterminée, et dont le capital est remboursé à expiration, les actions ne voient leur vie limitée que par celle de l'entreprise. Les titres de créance correspondent à du crédit. On prête sa monnaie et, en contrepartie, on reçoit un titre de créance qui rapporte des intérêts. Cette opération peut se faire directement sur les marchés financiers, ou indirectement par l'intermédiaire d une banque. Plus simplement, on peut prêter sa monnaie à la banque en la déposant sur des comptes sur livrets ou sur d'autres types de placements proposés à leur clientèle. La banque se charge alors de prêter cette monnaie, et de la transformer en titres de créances. Les obligations sont des tires de créances émis par les entreprises ou l Etat. Acheter une obligation de 100 euros revient à prêter 100 euros pour une durée définie à l entreprise en contrepartie du service d inintérêt annuel. Au la fin du contrat l obligation est remboursé à sa valeur nominale (son prix d émission). L obligation est une valeur mobilière, elle peut être revendue au cours de son existence à un prix qui dépend de l offre et de la demande

8 8 Les différents marchés traditionnels de capitaux Financement à long terme ( 7 à 25 ans) Marché financier Financement à court terme (moins de 7 ans ) Marché monétaire Marché obligataire/marché des actions On distingue - marché primaire : émission de titres avec un prix d émission -marché secondaire : négociation des titres avec un prix variant en fonction de l offre et de la demande Les actions : des titres de propriété rémunérées par un dividende variable. Les obligations : des titres d emprunt au taux d intérêt fixe. Marché des titres et des créances négociables Certificats de dépôt des banques Billets de trésorerie des entreprises Bons du Trésor Marché interbancaire Achat ou vente de créances contre monnaie entre la banque centrale et les banques secondaires. Marché accessible à tous les agents économiques Entreprises Banques et établissements de crédit, compagnies d assurance Fonds d investissement: OPCVM, SICAV, FCP, Fonds de pension ou «hedge funds» spécialisés dans les placements à risque Ménages (opulents!) Etats Marché réservé aux banques et à la BDF

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE

ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE ENVIRONNEMENT FINANCIER DE L ENTREPRISE Deux niveaux : niveau mondial : - désintermédiation - décloisonnement - déréglementation niveau européen = intégration européenne Union Européenne, Euro, Banque

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des services financiers,

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Introduction : Vue d ensemble du système financier

Introduction : Vue d ensemble du système financier http://eco.um1.free.fr Biblio : Monnaie, banque et marchés financiers Frederic Mishkin Pearson La richesse cachée des nations (Zucman) Introduction : Vue d ensemble du système financier 1. Les fonctions

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME 2 PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME SOMMAIRE DU LIVRET 3 Ce film est conçu pour être visionné dans son ensemble, mais aussi pour être utilisé sous forme de chapitres permettant une utilisation pédagogique

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail