PAYEN Maurice ( ) 1) Le témoin :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAYEN Maurice (1895 - ) 1) Le témoin :"

Transcription

1 1 PAYEN Maurice ( ) 1) Le témoin : Maurice Joseph Payen est né le 5 février 1895 à Méricourt (Pas-de-Calais), de parents de nationalité française. Son père, Félix, travaillait dans les mines de charbon de Méricourt, où il fut successivement ouvrier (mineur), puis surveillant. Il n'est pas rapporté d'activité salariée exercée par sa mère, Adéline. Maurice Payen allait régulièrement à l'école (tout comme son frère aîné Félix) et décrocha son certificat d'études en Ses parents le placent alors à l'institut Michelet, à Lens, où il suit des cours du soir, puisqu'il travaille durant la journée. Il devient en effet lui aussi mineur en 1908, bien qu'il ait été fortement marqué par la catastrophe des mines de Courrières de 1906 qui avait fait plus d'un millier victimes. Si le travail est extrêmement dur et le salaire misérable, il s'en accommode et affirme que sa famille et lui vivent alors heureux (page 40). En 1914, quelques mois avant sa mobilisation, il se fiance à Valentine Saussé. Sa classe d'âge appelée, il est déclaré bon pour le service, puis affecté au 127 ème Régiment d'infanterie le 11 décembre 1914, avant de passer au 409 ème Régiment d'infanterie le 11 mars Après une période de formation (notamment un mois du 15 janvier au 15 février 1915 au camp de la Courtine dans la Creuse), il est alors envoyé en Picardie (dans l'oise et dans la Somme, de juin 1915 à février 1916), où il devient grenadier (octobre 1915) puis se porte volontaire pour intégrer le 2ème Régiment de Génie en tant que mineur pendant moins d'un mois (en janvier 1916). Il part ensuite dans la Meuse (à Verdun, du 26 février au 13 mars 1916), puis de nouveau en Picardie (du 13 mars à octobre 1916) avant d'être envoyé dans les Vosges (d'octobre 1916 à mars 1917), où il est affecté à la Compagnie Hors Rang du 409 ème Régiment d'infanterie le 5 décembre Il se porte alors volontaire et est retenu pour la campagne d'orient (d'août 1917 à mars 1919), à laquelle il participe en étant affecté au 2 ème Régiment Bis de Zouaves le 17 septembre Il passe zouave de 1 ère classe le 17 juin Rentré en France, il est affecté au 4ème Régiment de Zouaves le 23 mai 1919 pour des tâches administratives en région parisienne avant d'être démobilisé le 23 août 1919.

2 2 Au cours de cette période, Maurice Payen bénéficie de six périodes de permission. Il en obtient une première d'une durée de huit jours pour convalescence (du 19 au 27 décembre 1915), après avoir été exempté de service puis transféré à l'hôpital de Montdidier dès le mois de novembre pour des boutons sur les jambes qui s'étaient transformées en plaies larges et profondes. En mai 1916, une permission de sept jours lui est offerte. Il obtient par la suite trois permissions de sept jours chacune (en janvier et mai 1917, puis en juin après s'être engagé pour la campagne d'orient) qu'il prolonge systématiquement de deux à trois jours sans autorisation. Il est victime de la dysenterie en juillet 1915 puis blessé par des éclats d'obus le 14 juin 1918, ce qui lui vaut une citation à l'ordre du Régiment. Il est également condamné à deux périodes de quinze jours de prison pour absence illégale (en avril 1918 puis début 1919). Démobilisé le 23 août 1919, il retourne à son activité de mineur le 1 er novembre dans la Nièvre. Il se marie par la suite le 5 avril 1920 avec sa fiancée, Valentine Saussé. Leur premier enfant, Andrée, naît le 12 novembre de la même année. 2) Le témoignage : Bernard Léonard-Payen explique dans une courte préface la raison pour laquelle il a décidé de faire publier les carnets de son grand-père, Maurice Payen : «pour ne pas oublier». L'ouvrage, intitulé Mille-feuille (carnets inédits d'un Poilu du Nord), écrit par Maurice Payen, a été publié à Bouvignies par les Éditions Nord Avril, en Ce récit, première partie des mémoires de l'auteur, commence à sa naissance en 1895 puis expose les événements l'ayant marqué, année après année. Son mariage puis la naissance de son premier enfant en 1820 marquent la fin de la première partie de ce Mille-feuille. La forme de cet ouvrage est originale, puisque Bernard Léonard-Payen a ajouté, au fur et à mesure du récit de la guerre, les lettres correspondant aux événements relatés envoyées et reçues par son grand-père, ainsi que des images de cartes postales annotées et des croquis réalisés par l'auteur pour illustrer son propos. Le récit concernant la guerre avait été rédigé sur des cahiers

3 3 au jour le jour, comme en témoigne la précision de nombreux événements rapportés (lieux, dates, noms, descriptions, etc.). Ces Carnets étaient à l'origine destinés à sa famille. L'auteur s'attache le plus souvent à décrire en détails son parcours géographique (stationnements, toponymes, ainsi que les déplacements, à pied, en auto, en train, en bateau...), mais également son environnement (paysages, tranchées, abris, autochtones...) et son quotidien (état d'esprit, difficultés, tâches à accomplir, nourriture, compagnons...) qu'il illustre par de nombreuses anecdotes. Il émet également des réflexions plus générales sur la guerre et la façon dont il la vit. Si Maurice Payen ne relate globalement pas la guerre de manière noire, il ne cache pas pour autant à son lecteur les aspects les plus durs du conflit (la mort, le sang, le froid, la faim et la soif, etc.). 3) L analyse : L'auteur écrit à la première personne du singulier lorsqu'il aborde son cas personnel, mais utilise également souvent le «nous» lorsqu'il parle de son régiment, sa compagnie ou son escouade. Il s'adresse parfois directement à son lecteur. Il utilise également de manière régulière des onomatopées (le plus souvent pour décrire le sifflement ou l'explosion des obus) et un style d'écriture particulier pour rendre compte de la confusion de certaines situations («On marche vite... On bute... On se retient... On tourne dans un boyau à gauche...un arrêt brusque... Pan... Pan...! Les coups de tête dans le dos de celui d'en face!», page 75). Dans un premier temps, avant d'arriver au front en mai 1915, Maurice Payen décrit la vie dans l'armée comme facile («En somme, comprenons-nous, c'était une vie très douce...et très agréable!», page 52), notamment en comparaison avec le quotidien de mineur qui était auparavant le sien. Certains aspects positifs de la guerre perdurent une fois arrivé aux tranchées. L'auteur se réjouit ainsi de pouvoir découvrir la France et ses paysages (pages 84, 160). Cependant, le ton change dès l'arrivée sur le front, et l'auteur exprime alors une certaine anxiété (notamment à cause de l'aviation et de l'artillerie ennemies). C'est à Verdun qu'un autre changement brutal apparaît dans son rapport à la guerre. Les tirs d'obus incessants, l'utilisation du gaz par l'ennemi et la mort des camarades s'ajoutent à la faim et la soif que provoque

4 4 l'impossibilité de se ravitailler («Tous, nous avions faim. ( ) Je me suis vu obligé de ramasser des biscuits de soldats tués, qui étaient éclaboussés de sang et même sur l'un d'eux, était collé un morceau de cervelle humaine. Je les ai mangés après les avoir simplement essuyés.», page 120). Après son départ pour la campagne d'orient en 1917, la guerre se fait moins omniprésente et les combats moins violents. Maurice Payen se décrit lui-même comme philosophe, prenant sa participation au conflit comme une nécessité et un devoir. Après Verdun, il écrit ainsi à sa famille : «le principal, c'est que j'en suis échappé et me suis conduit en brave en faisant mon devoir» (page 120). Le rapport de l'auteur à l'autorité évolue lui aussi. Il voue la plupart du temps une grande admiration à ses supérieurs, notamment aux officiers proches. Il parle ainsi en bien du lieutenant Leclercq (page 54), de l'aspirant puis lieutenant Descarpentries (pages et ), du capitaine Saint Laôn («c'était un bon père pour nous», page 121, ainsi qu'aux pages 118 et 146), du capitaine Carré (page 123) ou encore du commandant Roblidah (page 148). Il a également un grand respect pour les chefs d'état-major (page 122), notamment pour le Général Joffre qui passe son régiment en revue par deux fois (pages 83 et 110). Cependant, l'auteur se montre de plus en plus fréquemment critique envers ses supérieurs à mesure que la guerre avance. Les premiers visés sont souvent des officiers ou sous-officiers qui ne font pas honneur à leur grade. C'est le cas du sergent Cartoun («un gros bourru de la basse classe qui aimait davantage se saouler qu'à faire action d'éclat», page 102) mais surtout du lieutenant Henry qui manqua de faire tuer l'auteur en l'envoyant défendre une position intenable en guise de punition pour absence illégale (pages : «notre trouillard, notre froussard, notre zouavette de lieutenant Henry», page 187). Il fait par ailleurs mention d'officiers «embusqués» (page 149), ainsi que d'un lieutenant qu'il surprit en train de vendre un cheval de l'armée à des autochtones pour son enrichissement personnel (page 206). Il dénonce également des hauts-gradés, comme un colonel qui tua un poilu de garde qui s'était assoupi (page 65), un autre colonel, ingrat envers l'auteur qui venait de faire prisonniers douze Allemands (page 148), ainsi que le commandant major de l'hôpital de Guménitza et le major Ceccaldi, assouvissaient leurs besoins sexuels avec les infirmières de l'hôpital (page 197). Malgré cela, l'auteur semble avoir confiance dans le jugement et les ordres de ses supérieurs (page 117).

5 5 Les camarades de l'auteur sont omniprésents dans son récit. Lorsqu'il est au front, ce sont eux qui forment son cercle de proches, une famille de substitution. A son retour d'un séjour à l hôpital pour cause de dysenterie, il écrit en effet : «on est content de revoir ses copains après un long temps d'absence, de se remettre à l'aise au milieu d'eux» (page 72). Il dresse régulièrement la liste des compagnons qui l'entourent. Il nomme ainsi chacun des membres de son escouade ainsi que la ville dont ils proviennent (Marcel Famchon, Georges Leduc, Gustave Hérault, Léon Joyeux, Pierre Tilloy, Domart, Édouard Butin, Robert Hénocq, Alexandre Gillot, Louis Jennequin et Abel Jourdain, page 55). Il vante également les exploits militaires de certains de ses compagnons (Pierre Tilloy aux pages ), et décrit plus longuement le temps passé avec certains d'entre eux dont il était proche (Émile Gheyssens aux pages , Gillot aux pages , Marcel Nestor page 152, François Brunel page 154, Leroux, Lannes et Rôche page 173, Saint Didier pages et 185, André Soalhat pages ). Les moments passés avec les camarades tiennent une part importante du récit : les repas, les discussions autour du vin (le fameux «pinard»), de la gnôle et de leur pipe, ainsi que ceux où il faut aller chercher le ravitaillement pour le groupe, risquant ainsi d'être touché par un obus. De manière plus globale, une réelle fierté de faire partie de l'armée française se dégage du récit. L'auteur est ainsi convaincu de la supériorité militaire de la France face à l'allemagne, non pas en raison d'une supériorité en nombre ou de technologie, mais par la confiance qu'il a dans les hommes qui la composent. Il a en effet confiance aussi bien en les compagnons avec lesquels il se trouve physiquement qu'en les artilleurs ou ses supérieurs (pages 74). A propos de Verdun, il écrit ainsi : «lorsque les boches avançaient ils trouvaient, à chaque pas, des poilus qui leur barraient la route» (page 136). Cette fierté et un fort sens du devoir l'amènent à se porter volontaire pour de nombreuses missions, souvent périlleuses (pages 66, 75, 99 et 101). On retrouve également une proximité particulière avec les poilus originaires du Nord Pas-de-Calais (page 138), avec là encore une réelle fierté, comme en témoigne cet extrait d'une lettre envoyée à sa famille alors qu'il s'était engagé temporairement en tant que mineur pour l'armée : «il faut leur faire voir que les mineurs du Nord et Du Pas-de-Calais sont aussi malins que les mineurs de Westphalie» (page 108). Pour leur part, les ennemis sont la plupart du temps désignés par la formule «les

6 6 boches», voire même «les casques à pointe». Maurice Payen n'a pas de haine de l'allemand au début de la guerre, mais montre seulement un agacement contre leur artillerie et leur aviation à cause desquelles il faut constamment rester sur ses gardes (page 74). Il a en fait conscience que ses ennemis ont les mêmes tâches que lui à accomplir dans la tranchée d'en-face (page 75), et est ainsi désolé de devoir les tuer lorsque l'ordre est donné de ne pas faire de prisonniers. Cependant, Verdun est là encore une rupture, cette fois dans le rapport de l'auteur à l'ennemi. Après la bataille, il raconte ainsi cette anecdote : «Nous avons creusé une tranchée dans ces ruines, l'occasion de retrouver le cadavre d'un boche en décomposition. Après lui avoir décapité la tête avec une pelle bêche, je l'empalais sur un pieu et, muni d'une tenaille, je lui arrachais les dents» (page 139). Alors qu'il avait une conception humaine de ses homologues allemands, Maurice Payen semble ainsi l'avoir perdue après sa participation à la bataille de Verdun qui l'a profondément marqué. Cette évolution n'est valable qu'à l'encontre des soldats allemands. En effet, lors de la campagne d'orient, on ne retrouve pas cette agressivité exacerbée. Les ennemis sont sobrement appelés «les Bulgares» ou «les soldats bulgares» (page 186). Le sentiment dégagé est alors celui d'une guerre professionnalisée, ou chacun des deux camps fait seulement ce qu'il a à faire, son métier. Les alliés sont quant à eux quasiment absents de cet ouvrage. Il est seulement fait mention de trains transportant des troupes anglaises rencontrés en mai 1916 alors que l'auteur partait en permission (page 136). C'est à Verdun que Maurice Payen connaît pour la première fois véritablement la violence de la guerre. A propos de cette bataille, il écrit ainsi : «On est aveuglés par les flammes de feu ( ) des multitudes d'obus de tous calibres. Le bruit du tonnerre déchaîné par les canons est épouvantable» (pages ). Il voit pour la première fois un champ de bataille couvert de morts en juin 1915, avec un sentiment d'extase mêlée d'horreur (page 70), mais c'est encore à Verdun qu'il est pour la première fois véritablement confronté à la mort. Il voit ainsi des civils tués par les Allemands, et compte les morts parmi ses compagnons : «De ma compagnie, nous restons à 117 sur 250. Pour mon bataillon, nous restons à 250 sur Et pour le régiment, nous restons à 600 ; il manque 3000 de nos camarades combattants.» (page 132). Il décrit également l'odeur cadavérique qui occupe les tranchées (page 136), ainsi que certaines visions d'horreur : «Nous marchions dans le sang, sur des chevaux, sur des êtres humains qui appelaient

7 7 leurs familles en mourant et en pleurant» (page 128). Il se demande encore après Verdun, où il est passé près de la mort, comment il a pu l'éviter («Si je suis encore vivant, je ne sais pas pourquoi, comment!? ( ) Nous avons été 35 heures cernés ( ) et nous n'étions plus qu'à 60. ( ) Les tirs de barrage des Boches nous empêchaient de fuir en arrière», page 128). Le moral de Maurice Payen semble rester globalement bon (mis à part l'épisode de Verdun), notamment grâce à ceux qui lui sont chers (ses parents, sa sœur Noëllie, son frère Félix, sa grand-mère Célina, et surtout sa fiancée Valentine), à qui il pense constamment. La correspondance est un élément fondamental, notamment avec sa fiancée à qui il ne peut pas rendre visite une seule fois au cours de sa mobilisation. D'autres éléments lui permettent de tenir. Le «pinard», la «gnôle» et la «pipe», partagés avec les camarades, sont ainsi très fréquemment cités. L'attente des périodes de permission ainsi que ces temps passés auprès de sa famille lui mettent également du baume au cœur, bien qu'il soit à chaque fois plus difficile de retourner au front. A l'inverse, la fatigue, les aléas climatiques (la pluie, ainsi que le froid et la neige en France en hiver, puis le froid rigoureux qui succède à une chaleur accablante lors de la campagne d'orient), les obus et la mort sont des facteurs tirant son moral vers le bas. L'essentiel des rapports de Maurice Payen avec l'arrière est d'une part constitué par sa correspondance avec sa famille et sa fiancée, et d'autre part par ses séjours à l'hôpital. Il souligne avoir été très bien soigné à chaque fois qu'il fut malade ou blessé, et avoir particulièrement apprécié les conditions de vie de l'hospitalisé (notamment en ce qui concerne la nourriture, meilleure et en plus grande quantité). Il a même servi comme ordonnance des infirmières à l'été 1918, après sa blessure par éclats d'obus (page 189). Cet épisode fit drastiquement baisser ces dernières dans son estime, puisqu'il découvrit qu'elles acceptaient pour la plupart de satisfaire les appétits sexuels des gradés, ce qu'il trouve moralement répréhensible en tant que catholique (page 190). Les dernières relations qu'il entretient avec l'arrière sont ses contacts avec les populations civiles. En France d'abord, il est surpris par le comportement inhospitalier d'un village en novembre 1915 (page 82), qui le laisse dans l'incompréhension. A l'inverse, les encouragements des habitants aux poilus à leur départ pour Verdun leur donne la «joie au cœur» (page 110). Lors de la compagne d'orient, l'auteur se montre très curieux des autres cultures et modes de vie. Il détaille ainsi ses relations avec une famille macédonienne (pages ). Cette curiosité se

8 8 retrouve lorsqu'il est amené à cohabiter avec des soldats sénégalais, dont le caporal est musulman et polygame. C'est sans jugement mais avec curiosité qu'il décrit cette rencontre. Nous pouvons conclure en abordant le cas de la correspondance de l'auteur avec sa famille et sa fiancée. Si l'essentiel de son objet est de donner des nouvelles et de rassurer ses destinataires, il n'hésite cependant pas à reprendre sa fiancée et sa famille lorsqu'il considère qu'elles lui envoient trop d'argent (page 132). Il ne leur cache pas les horreurs de la guerre, racontant de nombreuses histoires horribles et morbides, mais n'a de cesse de les rassurer sur sa propre santé. Morgan BAUDOUIN (Université de Nice Sophia-Antipolis)

Sur les traces de la plaque commémorative pour les instituteurs de la Loire morts pour la France

Sur les traces de la plaque commémorative pour les instituteurs de la Loire morts pour la France Sur les traces de la plaque commémorative pour les instituteurs de la Loire morts pour la France Élèves de 3 ème du Collège Mario Meunier, Montbrison, 2013-2014 Deux enseignants Jean Emonet Louis Géry

Plus en détail

Pour cela tu utiliseras les documents 3 p 19, 3 p 22, les documents a et b du polycopié ci-après

Pour cela tu utiliseras les documents 3 p 19, 3 p 22, les documents a et b du polycopié ci-après Histoire. Partie 1. L Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945) Chapitre 1. Civils et militaires dans la 1 ère Guerre Mondiale Objectifs Compétences Démarche Evaluation Situer un fait dans

Plus en détail

Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie

Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie Charles FUSS est né le 26 décembre 1921, à Metz. A la déclaration de la guerre, comme beaucoup de familles habitant dans l Est de la

Plus en détail

La Première Guerre Mondiale

La Première Guerre Mondiale La Première Guerre Mondiale 1914 1918 1: Les causes de la guerre (avec Mobiclic n 87) a) Qui? b) Les ententes Triple Entente Pays France Royaume- Uni Triple Alliance Russie Allemagne Italie Autriche- Hongrie

Plus en détail

THèME 11 : L IMAGE DES étrangers

THèME 11 : L IMAGE DES étrangers THèME 11 : L IMAGE DES étrangers La guerre est un moment privilégié, du fait des tensions qu elle attise, pour saisir le rapport à l autre dans la société réunionnaise. Qu il s agisse bien entendu de la

Plus en détail

Les lettres de Poilus

Les lettres de Poilus Les lettres de Poilus Les «paroles de Poilus» Les paroles de poilus sont des lettres ou des extraits de journaux intimes que les combattants de la guerre 14-18 ont envoyés à leurs familles et à leurs amis.

Plus en détail

1914, cent ans après. Carnet du jeune historien. Ecole Saint Joseph 5rue de Verdun L ETRAT

1914, cent ans après. Carnet du jeune historien. Ecole Saint Joseph 5rue de Verdun L ETRAT 1914, cent ans après Carnet du jeune historien Ecole Saint Joseph 5rue de Verdun 42580 L ETRAT 2013-2014 SOMMAIRE La Grande Guerre La bataille de Verdun Etude d un livret militaire Nos photos Source images

Plus en détail

Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale ( )

Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale ( ) https://college.clionautes.org/spip.php?article3273 Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918) par Gabrielle Morgane Mise en ligne : mardi 5 mai 2015 i Troisième - i 3ème

Plus en détail

CIVILS ET MILITAIRES DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE. p14 à 35. Comment la Grande guerre (1914/1918) a-t-elle bouleversée les

CIVILS ET MILITAIRES DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE. p14 à 35. Comment la Grande guerre (1914/1918) a-t-elle bouleversée les CIVILS ET MILITAIRES DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p14 à 35 Comment la Grande guerre (1914/1918) a-t-elle bouleversée les Etats et les sociétés en Europe? I- UNE GUERRE INDUSTRIELLE D UNE AMPLEUR ET

Plus en détail

Projet 1914 : 100 ans après

Projet 1914 : 100 ans après Projet 1914 : 100 ans après 1) Sa Vie et son Etat Civil : Classe de CM1-CM2 de St Maurice en Gourgois Enseignants : Evelyne LAURENSON / Emmanuel DUCHAMP REYMONDON JACQUES source :un dessin de la maison

Plus en détail

Voyage à Verdun. Robin L. 3 A 4 & 5 novembre 2010

Voyage à Verdun. Robin L. 3 A 4 & 5 novembre 2010 Voyage à Verdun Robin L. 3 A 4 & 5 novembre 2010 Préambule Les 4 et 5 novembre, nous, les classes de 3 A et 3 C, sommes partis à Verdun visiter les vestiges de la 1 guerre mondiale nous avons visité: L

Plus en détail

Henri Rouge-Pullon, soldat pendant la Première Guerre mondiale La vie dans les tranchées

Henri Rouge-Pullon, soldat pendant la Première Guerre mondiale La vie dans les tranchées Henri Rouge-Pullon, soldat pendant la Première Guerre mondiale La vie dans les tranchées Direction des Archives départementales de la Haute-Savoie, 1 J 2269 Les Archives départementales de Haute-Savoie

Plus en détail

297 ème REGIMENT D'INFANTERIE ( )

297 ème REGIMENT D'INFANTERIE ( ) 297 ème REGIMENT D'INFANTERIE ( 1914-1919 ) HISTORIQUE DU 297 ème RÉGIMENT D'INFANTERIE.???????????? 1914. - FORMATION - LORRAINE Le 297 ème régiment d'infanterie a été formé à la mobilisation, à Chambéry,

Plus en détail

ESCALE 3 : LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT ( )

ESCALE 3 : LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT ( ) 1. Situer Stalingrad. Stalingrad se trouve en Russie sur les bords de la Volga. 2. Quelles sont les armées en présence? La bataille de Stalingrad oppose l Armée allemande à l Armée russe. 3. Comment sont

Plus en détail

DOSSIER DE MONUMENT. Clés :

DOSSIER DE MONUMENT. Clés : DOSSIER DE MONUMENT Clés : Période : 22-23 Août 1914 Lieu : Gomery (Belgique) Belligérants : Allemands Français. Latitude : 49.563333 Longitude : 5.593333 Titre : la bataille des frontières en Belgique

Plus en détail

Conception et textes Mansuy VALENTIN 2015

Conception et textes Mansuy VALENTIN 2015 Conception et textes Mansuy VALENTIN 2015 Si le capitaine Rogier avait survécu à la bataille du 18 juin 1940 à Xertigny, il aurait peut-être pu nous raconter cette terrible journée comme ceci : «Je suis

Plus en détail

La première guerre mondiale

La première guerre mondiale La première guerre mondiale Objectifs: Connaître et retenir les évènements marquants de la première guerre mondiale Avoir compris et retenu le vocabulaire spécifiques à la première guerre mondiale Utiliser

Plus en détail

La bataille de la crête de Vimy Ressources: Photos

La bataille de la crête de Vimy Ressources: Photos La crête de Vimy du haut des airs Cette photo aérienne montre les principales lignes de tranchées dans un secteur inconnu de la crête de Vimy. Les grands cratères, dont certains ont de 10 à 15 mètres de

Plus en détail

La Trahison : Étude du roman de Claude SALES & de l'adaptation cinématographique de Philippe FAUCON

La Trahison : Étude du roman de Claude SALES & de l'adaptation cinématographique de Philippe FAUCON Littérature et Société Sujet d'étude La Trahison : Étude du roman de Claude SALES & de l'adaptation cinématographique de Philippe FAUCON Marion BROCHARD Lou BEAUMONT Camille PIEDPLAT Présentation de Claude

Plus en détail

NOM : BATAILLE Prénoms : Louis, Alexandre

NOM : BATAILLE Prénoms : Louis, Alexandre NOM : BATAILLE Prénoms : Louis, Alexandre Corps : 102 e Régiment d'infanterie Classe : 1909 N de matricule (corps/recrut.) : 08108/4837 Mort pour la France le : 26 septembre 1914 Lieu de décès : Champion

Plus en détail

Au Pays de l'arbre Roi.

Au Pays de l'arbre Roi. Informations pratiques : Séjour cyclo touristique en Forêt d'argonne Au Pays de l'arbre Roi. Secteur géographique : Région Lorraine, département de la Meuse. Hébergement Trois solutions s'offrent à vous.

Plus en détail

Introduction : «Il n y a que les petits enfants qui jouent à la guerre La Somme Verdun Mon grand frère est aux Dardanelles Comme c est beau Un fusil»

Introduction : «Il n y a que les petits enfants qui jouent à la guerre La Somme Verdun Mon grand frère est aux Dardanelles Comme c est beau Un fusil» Introduction : Ah Dieu que la guerre est jolie pour les enfants qui aiment y jouer! Le propos n est pas une ultime provocation dada, de celles qui après la guerre manient l absurde contre ce qui reste

Plus en détail

Images/documents #7. Lumière des Roses. 25 images à propos de la Grande Guerre

Images/documents #7. Lumière des Roses. 25 images à propos de la Grande Guerre Images/documents #7 Lumière des Roses 25 images à propos de la Grande Guerre Galerie Lumière des roses Photographies des XIX e et XX e siècles 12-14, rue Jean-Jacques Rousseau 93100 Montreuil France Tél.

Plus en détail

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE Fiche 2 Base réglementaire : (voir annexe fiche 2) Délégations aux adjoints et conseillers municipaux : o CGCT : article L. 2122-18 Délégations

Plus en détail

QUELQUES CHEFS FRANÇAIS A VERDUN LA BATAILLE DE VERDUN EN CHIFFRES APPROCHES

QUELQUES CHEFS FRANÇAIS A VERDUN LA BATAILLE DE VERDUN EN CHIFFRES APPROCHES QUELQUES CHEFS FRANÇAIS A VERDUN Le général français Philippe PETAIN (né en 1856), commandant de la 2 ème Armée, réorganise de la défense de Verdun, de fin février 1916/mi-avril 1916,. Un grand chef, apprécié

Plus en détail

@ssociation nationale

@ssociation nationale @ssociation nationale 1914-1918 LES CHAMPS DE BATAILLES DE VERDUN 4 et 5 juin 2016 Samedi 4 juin RIVE DROITE 1 2 1 Village détruit d Haumont 2 Bois des Caures 3 Ossuaire de Douaumont 4 Fort de Souville

Plus en détail

Mallette pédagogique. Journal «L Echo de Paris» du dimanche 29 juin Publication «Lectures pour tous» du 31 octobre 1914

Mallette pédagogique. Journal «L Echo de Paris» du dimanche 29 juin Publication «Lectures pour tous» du 31 octobre 1914 Mallette pédagogique Service éducatif Livret pédagogique Journal «L Echo de Paris» du dimanche 29 juin 1919 Journal édité le lendemain de la signature du Traité de paix dans la Galerie des Glaces du château

Plus en détail

Le Lieutenant-colonel Henri TOURTET

Le Lieutenant-colonel Henri TOURTET Le Lieutenant-colonel Henri TOURTET est mort au feu de l ennemi le 15 avril 1945 à 15h10 au village de Didonne. Deux jours plus tard la Poche de Royan était délivrée et la guerre se terminait. Il a été

Plus en détail

Au front. Le Front = La zone de combats. C est lors de la première Guerre Mondiale que l on commence à utiliser

Au front. Le Front = La zone de combats. C est lors de la première Guerre Mondiale que l on commence à utiliser Au front Le Front = La zone de combats C est lors de la première Guerre Mondiale que l on commence à utiliser de nouvelles armes meurtrières (mitrailleuses, gaz, tanks ). La puissance de feu de l artillerie

Plus en détail

Abécédaire. De la grande guerre

Abécédaire. De la grande guerre Abécédaire De la grande guerre Sommaire A comme armistice D comme défunts G comme gueule cassée H comme horreur N comme nouvelle du front P comme propagande T comme tranchée A comme armistice Nous avons

Plus en détail

Série Fi Fonds Figurés. 63Fi. Fonds Theraulaz

Série Fi Fonds Figurés. 63Fi. Fonds Theraulaz Série Fi Fonds Figurés 63Fi Fonds Theraulaz Inventaire réalisé par Soraya Benseghir, archiviste Archives municipales de Beaune Septembre 2008 Introduction Ce fonds a fait l'objet d'un don de la part de

Plus en détail

ANJOU NEWS ROBERT DEAN. La poésie au service de la Résistance. Un poète et résistant angevin pendant la seconde guerre mondiale

ANJOU NEWS ROBERT DEAN. La poésie au service de la Résistance. Un poète et résistant angevin pendant la seconde guerre mondiale ANJOU NEWS La poésie au service de la Résistance Un poète et résistant angevin pendant la seconde guerre mondiale ROBERT DEAN La poésie au service de la résistance Robert André Déan est né le 6 novembre

Plus en détail

La vie d un soldat Ressources: Documents de source primaire

La vie d un soldat Ressources: Documents de source primaire Tricks for the Trenches and Wards (Tours pour les tranchées et les salles d hôpitaux) Cette brochure publiée par l armée proposait des tours simples à faire avec ce qu on avait sous la main pour divertir

Plus en détail

THEME I L EUROPE, UN THEATRE MAJEUR DES GUERRES TOTALES ( )

THEME I L EUROPE, UN THEATRE MAJEUR DES GUERRES TOTALES ( ) THEME I L EUROPE, UN THEATRE MAJEUR DES GUERRES TOTALES (1914-1945) PARTIE 1 CIVILS ET MILITAIRES DANS LA 1 ère GUERRE MONDIALE Problématiques : - Pourquoi la 1 ère Guerre mondiale bouleverse-t-elle les

Plus en détail

I) La vie des soldats au front

I) La vie des soldats au front I) La vie des soldats au front a. Les soldats en 1914 Document B : l équipement du soldat français en 1914 Document A : l uniforme du soldat français en 1914 1. De quelle couleur est l uniforme français?

Plus en détail

Enseigner la Première Guerre mondiale : les expériences combattantes

Enseigner la Première Guerre mondiale : les expériences combattantes Enseigner la Première Guerre mondiale : les expériences combattantes Début 1915, secteur de la Fontenelle Août 1917 (Marne) 13 septembre 1916, sur le champ de bataille de la Somme Deux jeunes soldats

Plus en détail

Lucien Glanis ENREGISTREMENT REALISE LE 28/03/2012 PAR MADAME MYRIAM FELLOUS-SIGRIST. Cheminot pendant la Seconde Guerre mondiale

Lucien Glanis ENREGISTREMENT REALISE LE 28/03/2012 PAR MADAME MYRIAM FELLOUS-SIGRIST. Cheminot pendant la Seconde Guerre mondiale AV1 AT G024/E01 Lucien Glanis M. Lucien Glanis est en 1923. ENREGISTREMENT REALISE LE 28/03/2012 PAR MADAME MYRIAM FELLOUS-SIGRIST STATUT DU TEMOIN FONCTION A LA SNCF Cheminot pendant la Seconde Guerre

Plus en détail

LES BATAILLES DE LA PGM

LES BATAILLES DE LA PGM LES BATAILLES DE LA PGM LES NOUVELLES TECHNOLOGIES POURQUOI EST-CE QU IL Y EN AVAIT AUTANT PENDANT LA PGM? RÔLE MILITAIRE DU CANADA DURANT LA PGM Première division du CEC (Corps Expéditionnaire Canadien)

Plus en détail

Thème 1 : L'Europe, un théâtre majeur des guerres totales ( ) Chapitre 1 : Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale

Thème 1 : L'Europe, un théâtre majeur des guerres totales ( ) Chapitre 1 : Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale Thème 1 : L'Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945) Chapitre 1 : Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale Chapitre 2 : Démocraties fragilisées et expériences totalitaires

Plus en détail

«La guerre» d Otto Dix

«La guerre» d Otto Dix Objet d étude: L art et la guerre «La guerre» d Otto Dix et «Verdun» de Félix Vallotton Problématique: Comment les arts peuvent-ils contribuer à dénoncer les horreurs des guerres? 1 Otto Dix, né en Allemagne

Plus en détail

On trouve encore au début de la guerre une utilisation massive des chevaux pour déplacer les canons ou les soldats

On trouve encore au début de la guerre une utilisation massive des chevaux pour déplacer les canons ou les soldats Des armements : - De plus en plus puissants et diversifiés - Aux effets de plus en plus meurtriers - Qui rendent possible 2 types de guerres : de position ou de mouvement - Qui permettent de menacer de

Plus en détail

chapitre 3 Raconter la guerre Pourquoi? Comment? écriture : dossier écriture

chapitre 3 Raconter la guerre Pourquoi? Comment? écriture : dossier écriture chapitre 3 Raconter la guerre 14-18 Pourquoi? Comment? écriture : dossier écriture oral : dire un poème appris par coeur faire un exposé à la classe de 3 minutes lecture : lire Cris de Laurent Gaudé ou

Plus en détail

CARNET DE VOYAGE (Verdun) départ le jeudi 5 novembre à 6h00 arrivée le vendredi 6 novembre à 21h30

CARNET DE VOYAGE (Verdun) départ le jeudi 5 novembre à 6h00 arrivée le vendredi 6 novembre à 21h30 CARNET DE VOYAGE (Verdun) départ le jeudi 5 novembre à 6h00 arrivée le vendredi 6 novembre à 21h30 LE VOYAGE: Voici notre itinéraire : durant 4h30 sur une distance de environ 480km avec des pauses de 45min

Plus en détail

La formation des agents des SDIS

La formation des agents des SDIS La formation des agents des SDIS 4-La formation des sapeurs-pompiers Le schéma national des emplois, des activités et des formations créé par l arrêté du 4 janvier 2006 relatif au schéma national des emplois,

Plus en détail

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE 1914-1918 ECOLE BOUILLERCE - PAU ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 L'ORIGINE DU CONFLIT La Première Guerre mondiale est un conflit qui a débuté il y a 100 ans cette année, en 1914. C'était

Plus en détail

La Seine-et-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD ( )

La Seine-et-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD ( ) La Seine-et-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur la Seine-et-Marne Nombre de reportages : 78 Nombre de

Plus en détail

4 R. Garde nationale et autres corps spéciaux

4 R. Garde nationale et autres corps spéciaux 4 R Garde nationale et autres corps spéciaux 2 4 R - GARDE NATIONALE ET AUTRES CORPS SPECIAUX Compagnie de la réserve (1805-1814) Compagnie départementale de réserve (1815-1818) 4 R 1 Recrutement : listes

Plus en détail

La nécessité des opérations de MAI 1917

La nécessité des opérations de MAI 1917 énne, DOSSIER DE MONUMENT Clés : Période : 5 et 6 Mai 1917; Lieux : Braye-en-Laonnois (02000) Belligérants : Français et Allemands Latitude : 49.332352 Longitude : 3.0997 Titre : L Epine de CHEVREGNY Thèmes

Plus en détail

Cadre d emplois des sapeurs et caporaux de sapeurs pompiers professionnels Dispositions pérennes. Caporal chef. Caporal. Sapeur de 1 ère classe

Cadre d emplois des sapeurs et caporaux de sapeurs pompiers professionnels Dispositions pérennes. Caporal chef. Caporal. Sapeur de 1 ère classe Cadre d emplois des sapeurs et caporaux de sapeurs pompiers professionnels Titularisation des agents recrutés sapeur de 2 ème classe ou de 1 ère classe Avoir validé la formation à l emploi d équipier Rapport

Plus en détail

SAILLANT D YPRES Nord

SAILLANT D YPRES Nord SAILLANT D YPRES Nord Bonjour! Le but de cette fiche de travail est que tu t attardes un peu plus à certains endroits du musée. Elle ne doit cependant pas t empêcher de tout observer attentivement. Les

Plus en détail

Musée de plein air. A l aide de la carte et du croquis, rejoignez l ouvrage de Froideterre!

Musée de plein air. A l aide de la carte et du croquis, rejoignez l ouvrage de Froideterre! Musée de plein air A l aide de la carte et du croquis, rejoignez l ouvrage de Froideterre! 1 ) Le village de Fleury-devant-Douaumont A partir du parking du Mémorial, rejoignez le sentier conduisant au

Plus en détail

PARTIE 1 HISTOIRE! GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES! !! Chapitre 1 : la première guerre mondiale, vers une guerre totale !

PARTIE 1 HISTOIRE! GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES! !! Chapitre 1 : la première guerre mondiale, vers une guerre totale ! PARTIE 1 HISTOIRE GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES 1914-1945 Chapitre 1 : la première guerre mondiale, vers une guerre totale 1914-1918 les extraits vidéos sont tous tirés de l émission de France

Plus en détail

UN HEROS DE VERDUN. Fernand-Eugène-Edouard MARCHE

UN HEROS DE VERDUN. Fernand-Eugène-Edouard MARCHE UN HEROS DE VERDUN Fernand-Eugène-Edouard MARCHE Marche, Fernand Eugène Edouard était mineur à la fosse n 1 à Béthune. Le 4 août 1914 il est mobilisé au 130 e R.I. Appartenant à la classe 1908, il a 26

Plus en détail

Historique du 19e Régiment d Infanterie Territoriale dans la Grande Guerre. Paris et Limoges, Charles Lavauzelle, éditeur Militaire, 1921.

Historique du 19e Régiment d Infanterie Territoriale dans la Grande Guerre. Paris et Limoges, Charles Lavauzelle, éditeur Militaire, 1921. Historique du 19e Régiment d Infanterie Territoriale dans la Grande Guerre. HISTORIQUE du 19 e Régiment d'infanterie Territoriale DANS LA GRANDE GUERRE Le 19 e régiment d'infanterie territoriale a été

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Extrait de la publication LE GUETTEUR MÉLANCOLIQUE Extrait de la publication Extrait de la publication H C4 Cg z c; >->3S si~ÿ a.212 s* W -"S G ^3;2 Ssi.1 < s3 E~ 0 Extrait de la publication GUILLAUME

Plus en détail

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 2.2 - Admissibilité des enfants à charge Résumé des dispositions législatives On qualifie d'enfant

Plus en détail

Les cartes postales Musée d'histoire Jean Garcin, l'appel de la liberté

Les cartes postales Musée d'histoire Jean Garcin, l'appel de la liberté Les cartes postales 14-18 Musée d'histoire Jean Garcin, 39-45 l'appel de la liberté Carte postale de type «fantaisiepatriotique» Épouvantail avec un uniforme allemand (casque à pointe ; veste vert de gris

Plus en détail

09. LAGARDE Église de la Nativité Notre-Dame

09. LAGARDE Église de la Nativité Notre-Dame 09. LAGARDE Église de la Nativité Notre-Dame Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 Patrick ROQUES - 2010 Étude Inscriptions Documents Sources Illustrations Étude Le monument aux morts situé dans

Plus en détail

Sommaire. La SUISSE. LA SUISSE : Ses frontières. TIMBRES / VIGNETTES MILITAIRE SUISSE Ou. La SUISSE : Quelques chiffres

Sommaire. La SUISSE. LA SUISSE : Ses frontières. TIMBRES / VIGNETTES MILITAIRE SUISSE Ou. La SUISSE : Quelques chiffres TIMBRES / VIGNETTES MILITAIRE SUISSE Ou Les TIMBRES SOLDAT «SOLDATENMARKEN» Sommaire La SUISSE : Quelques chiffres : Un peu d histoire (939 945) Les TIMBRES SOLDAT «SOLDATENMARKEN» 2 LA SUISSE : Ses frontières

Plus en détail

Les noms portés sur le monument trouveront ici une meilleure lisibilité, nous l'espérons pour vous aussi.

Les noms portés sur le monument trouveront ici une meilleure lisibilité, nous l'espérons pour vous aussi. Les noms portés sur le monument trouveront ici une meilleure lisibilité, nous l'espérons pour vous aussi. Ces indications sont issues de l'état civil de Julienne et du ministère de la défense. http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/recherche_transversale/bases_nominatives.php

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Règlements types Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Avril 2015 Avant-propos Les règlements d une chambre de commerce sont très importants,

Plus en détail

09. PUCH (Le) Monument aux morts

09. PUCH (Le) Monument aux morts 09. PUCH (Le) Monument aux morts De la guerre de 1914-1918 et de la guerre de 1939-1945 Patrick Roques, 2011 Étude Inscriptions Documents Sources Illustrations Étude Le monument aux morts situé sur la

Plus en détail

Diplôme National du Brevet - Session 2014

Diplôme National du Brevet - Session 2014 DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du

Plus en détail

Nantes Saint-Nazaire Port - Conférence de presse 2 mai 2016 1/6

Nantes Saint-Nazaire Port - Conférence de presse 2 mai 2016 1/6 Nantes Saint-Nazaire Port - Conférence de presse 2 mai 2016 1/6 L'histoire du Zortürk, auparavant dénommé Aspet, et celle de Nantes Saint-Nazaire Port trouve enfin son épilogue. L'épave, présente depuis

Plus en détail

CORRECTION BAC BLANC 2012 1ère S

CORRECTION BAC BLANC 2012 1ère S CORRECTION BAC BLANC 2012 1ère S Exo 1 : compositions Exemple plan détaillé sujet 1 : Les violences de guerre intro : présentation du sujet : dater les deux guerre mondiales, et cerner leurs caractéristiques

Plus en détail

Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale.

Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale. Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale. La guerre d Algérie a impliqué des hommes et des femmes, volontairement ou parfois malgré eux dans un drame qui les a contraint

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation,

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, Numéro du rôle : 1060 Arrêt n 12/98 du 11 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, La Cour d arbitrage,

Plus en détail

Marius Revel. Naissance

Marius Revel. Naissance Marius Revel Naissance Marius François Revel est né le samedi 15 août 1885 à Villalier. Il est le fils de Jules Bernard Revel, ramonet 1, âgé de 34 ans et d Agathe Escande, âgée de 27 ans. Acte de naissance

Plus en détail

Cartes de la bataille

Cartes de la bataille I. Vue générale du site de verdun 1/5 I. L attaque sur la rive droite Le 21 février, à 7h15, le Trommelfeuer de l artillerie allemande s abat sur les positions françaises, au nord-est de Verdun. Le pilonnage

Plus en détail

Historique court du 223 e Régiment d'infanterie Territoriale Imprimerie A. Olivier Caen numérisation : P. Chagnoux

Historique court du 223 e Régiment d'infanterie Territoriale Imprimerie A. Olivier Caen numérisation : P. Chagnoux 1 / 6 Mai 1915 Septembre 1917 HISTORIQUE DU 223 e RÉGIMENT TERRITORIAL Lieutenant-Colonel de BOUVIÉ Lieutenant-Colonel DAUPHIN de VERNA CAEN IMPRIMERIE A. OLIVIER 34, Rue Demolombe, 34 1920 2 / 6 Citation

Plus en détail

Gassed 1918, John Singer Sargent

Gassed 1918, John Singer Sargent 22 avril 1915, à 17 heures, sortant d Ypres, en Belgique, un lourd nuage jaune et verdâtre, poussé par un vent de nord-est, progresse rapidement en direction des lignes françaises situées entre le canal

Plus en détail

EXPOSITION «MÉMOIRES DE LA GRANDE GUERRE»

EXPOSITION «MÉMOIRES DE LA GRANDE GUERRE» Mercredi 17 septembre 2014 EXPOSITION «MÉMOIRES DE LA GRANDE GUERRE» DU VENDREDI 19 SEPTEMBRE 2014 AU DIMANCHE 1er FÉVRIER 2015 (INAUGURATION LE 19 SEPTEMBRE À 19H) Contacts : Marie Deschamps - 04 99 41

Plus en détail

PARCOURS D ENIGMES MONUMENT, OÙ ES-TU?

PARCOURS D ENIGMES MONUMENT, OÙ ES-TU? PARCOURS D ENIGMES MONUMENT, OÙ ES-TU? (Du 1 er octobre au 3 novembre 2015) 1 2 NOS QUESTIONS En novembre 1914, quel président de la République assiste à l assaut des troupes françaises pour libérer Andechy

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

Lettres d un combattant

Lettres d un combattant dossier de presse Lettres d un combattant 14-18 : Le quotidien d un lieutenant de guerre... à 100 ans près. http://lettresduncombattant.tumblr.com sommaire informations pratiques p.3 communiqué de presse

Plus en détail

Classe de 3ème. Exercice de préparation au sujet de type brevet. La Première Guerre mondiale, une guerre totale

Classe de 3ème. Exercice de préparation au sujet de type brevet. La Première Guerre mondiale, une guerre totale Classe de 3ème Exercice de préparation au sujet de type brevet La Première Guerre mondiale, une guerre totale Exercice réalisée en utilisant un TNI Xavier Rat, collège G. Bachelard, Dijon CONTRÔLE D HISTOIRE

Plus en détail

Retour sur le site

Retour sur le site Retour sur le site http://www.poilus38.com Vous trouverez ci-dessous la liste des historiques de régiment 1914-1918 Si vous souhaitez une version papier, broché ou non, augmentée des cartes militaires,

Plus en détail

Le Loiret et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD ( )

Le Loiret et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD ( ) Le Loiret et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur le Loiret Nombre de reportages : 12 Nombre de films : 3 Les photographies

Plus en détail

L actu du jour. Comment vivent les enfants en Syrie?

L actu du jour. Comment vivent les enfants en Syrie? L actu du jour 31 août 2012 Comment vivent les enfants en Syrie? Nous t'en avons déjà parlé : la Syrie, un pays situé au Proche-Orient, est en guerre depuis le début de l'année 2011. Le régime de Bachar

Plus en détail

histoire LA PREMIERE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE TOTALE,

histoire LA PREMIERE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE TOTALE, histoire LA PREMIERE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE TOTALE, 1914-1918 Comment la Première Guerre Mondiale bouleverse-t-elle les sociétés et les Etats? I) Les grandes phases de la guerre Quelles sont les principales

Plus en détail

II) La mobilisation des peuples en guerre. Fiche : Exemple de la bataille de Stalingrad

II) La mobilisation des peuples en guerre. Fiche : Exemple de la bataille de Stalingrad cours II) La mobilisation des peuples en guerre Fiche : Exemple de la bataille de Stalingrad URSS Où? Qui? Quand? Quel résultat? Situation géographique de Stalingrad : que cherchent les Allemands? Situation

Plus en détail

l ombre blanche SANEH SANGSUK TRADUIT DU THAI PAR MARCEL BARANG

l ombre blanche SANEH SANGSUK TRADUIT DU THAI PAR MARCEL BARANG l ombre blanche SANEH SANGSUK TRADUIT DU THAI PAR MARCEL BARANG EDITIONS DU SEUIL pour l édition française SANEH SANGSUK pour l édition originale Titre original : Ngao Si Kao, 1994 2 Si ça se trouve, si

Plus en détail

Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015

Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015 Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015 Jeudi 1 : 30 cm de neige agrémentent le premier jour de l année, au moins pour ceux qui ont un toit et qui peuvent se chauffer. Samedi 3 : Anna Majewska nous

Plus en détail

La vie d un soldat Ressources: Photos

La vie d un soldat Ressources: Photos Dans les tranchées Deux membres du 22e bataillon francophone se tiennent dans une tranchée tandis qu un troisième soldat lit un livre dans une planque construite dans le côté du mur de la tranchée. Les

Plus en détail

Mon père à la guerre 14-18

Mon père à la guerre 14-18 Mon père à la guerre 14-18 Jean MOISAN (1897-1962) Jean MOISAN au second plan, à droite en regardant la photo à son arrivée à la guerre avec ses camarades ils ont 18 ans et encore des visages d'adolescents

Plus en détail

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 INTRODUCTION (2 heures) PARTIE 1 1914/1945 : GUERRES-DEMOCRATIE-TOTALITARISMES (20 heures + 3) Hist 1. La 1 ère Guerre Mondiale et ses conséquences

Plus en détail

Océane Le Morvan. Dossier sur le monument aux morts de Guimaëc : 3ème A. Sommaire : Page 1 : Situation du Monument à Guimaëc.

Océane Le Morvan. Dossier sur le monument aux morts de Guimaëc : 3ème A. Sommaire : Page 1 : Situation du Monument à Guimaëc. Océane Le Morvan. Dossier sur le monument aux morts de Guimaëc : 3ème A. Sommaire : Page 1 : Situation du Monument à Guimaëc. Page 2 : Plaque dans l'église. Page 3 : Descriptif du Monument (1ère partie)

Plus en détail

Chapitre 2 La Première Guerre mondiale

Chapitre 2 La Première Guerre mondiale Chapitre 2 La Première Guerre mondiale Introduction: Durant la Première Guerre mondiale, deux alliances s'opposent: la Triple Entente et la Triple Alliance. Cette guerre dure 52 mois. Comment a-t-elle

Plus en détail

Le carnet de croquis. de Paul Antuszewicz (septembre 1876 octobre 1877)

Le carnet de croquis. de Paul Antuszewicz (septembre 1876 octobre 1877) Le carnet de croquis de Paul Antuszewicz (septembre 1876 octobre 1877) 1 INTRODUCTION Paul Antuszewicz est entré à l Ecole centrale des arts et Manufactures en septembre 1876, après avoir été en classes

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les données chiffrées sont parfois arrondies, en général au plus près de leurs valeurs réelles. Le résultat arrondi d une combinaison de chiffres (qui fait intervenir leurs valeurs réelles)

Plus en détail

SAPEURS-POMPIERS CADRE D EMPLOIS

SAPEURS-POMPIERS CADRE D EMPLOIS SAPEURS-POMPIERS SAPEURS-POMPIERS NON OFFICIERS C Décret n 90-851 du 25 septembre 1990 portant statut particulier du cadre d'emplois des sapeurs-pompiers professionnels non officiers Concrs externe : Titulaire

Plus en détail

PUTAIN DE GUERRE! L EXPO

PUTAIN DE GUERRE! L EXPO PUTAIN DE GUERRE! L EXPO Cette exposition est mise à disposition gratuitement des CDI et bibliothèques sur demande et après signature d une convention de prêt. Elle contient 17 panneaux, dont un visuel

Plus en détail

Intervention liminaire Négociations Arrco et Agirc

Intervention liminaire Négociations Arrco et Agirc Sous réserve du prononcé Intervention liminaire Négociations Arrco et Agirc Je commencerais cette brève présentation par la question de la méthode qui sera d ailleurs l objet principal, si nos informations

Plus en détail

Les expressions imagées d Archibald

Les expressions imagées d Archibald Expressions françaises : série mixte Thèmes France, francophonie et langue française Concept «En faire un fromage», «se tirer une bûche», «faire le Bob», «se réduire» En tout 89 expressions francophones

Plus en détail

IL S'APPELAIT JACQUES FAURE. Ecole de St Maurice-en-Gourgois - Classe de CM1-CM2 de Mmes Chambert et Chatron - 1

IL S'APPELAIT JACQUES FAURE. Ecole de St Maurice-en-Gourgois - Classe de CM1-CM2 de Mmes Chambert et Chatron - 1 IL S'APPELAIT JACQUES FAURE Ecole de St Maurice-en-Gourgois - Classe de CM1-CM2 de Mmes Chambert et Chatron - 1 Notre soldat Jacques Faure 1. La vie de Jacques Faure Notre soldat s appelle Jacques Faure

Plus en détail

M O N T R E D O N D E S C O R B I E R E S. Mars 1976 Mars 2006

M O N T R E D O N D E S C O R B I E R E S. Mars 1976 Mars 2006 M O N T R E D O N D E S C O R B I E R E S Mars 1976 Mars 2006 dt Joël LE GOFF FICHE DE CARRIERE Commandant Joël LE GOFF Né le 07 novembre 1934 ETATS DE SERVICE : Marine nationale : enseigne de vaisseau

Plus en détail

«Guerre au XX siècle, guerres totales»

«Guerre au XX siècle, guerres totales» 1ères/DS 4-Étude de deux documents: «Guerre au XX siècle, guerres totales» En un minimum d une page, vous analyserez les documents en prenant soin de les présenter et de les analyser conjointement en composant

Plus en détail

14-18 : des affiches et des hommes. livret du jeune visiteur pour les élèves du secondaire. corrigé

14-18 : des affiches et des hommes. livret du jeune visiteur pour les élèves du secondaire. corrigé 14-18 : des affiches et des hommes livret du jeune visiteur pour les élèves du secondaire corrigé Exposition des Archives départementales des Landes Année scolaire 2008-2009 1 ORDRE DE MOBILISATION GÉNÉRALE

Plus en détail

LABY Lucien ( ) 1) Le témoin :

LABY Lucien ( ) 1) Le témoin : 1 LABY Lucien (1892-1982) 1) Le témoin : Né à Reims le 1 er juillet 1892, Lucien Laby est élève à l École du Service de Santé militaire de Lyon en 1914 lorsqu il est appelé. Il a une passion pour le dessin

Plus en détail