NOTE JURIDIQUE. Aliou SOW mai 2009 LE VEHICULE ENDOMMAGE (VE)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE JURIDIQUE. Aliou SOW mai 2009 LE VEHICULE ENDOMMAGE (VE)"

Transcription

1 NOTE JURIDIQUE Aliou SOW mai 2009 LE VEHICULE ENDOMMAGE (VE) Une réglementation majeure dite «véhicules endommagés - VE» entre en application le 1 er juin Le VE englobe les procédures VGA (véhicules gravement accidentés) et VEI (véhicules économiquement irréparables). Il introduit en outre une nouvelle procédure pouvant être engagée par les experts en automobile. Le VE recouvre trois procédures distinctes : - Véhicule gravement endommagé initié par les forces de l ordre: VGE forces de l ordre (ex-vga) - Véhicule gravement endommagé initié par les experts en automobile : VGE expert (nouveau dispositif) : - Véhicule économiquement irréparable (dont le montant de réparation est supérieur à la valeur vénale) : VEI (cette appellation est maintenue). Le VEI peut s appliquer simultanément avec le VGE forces de l ordre ou le VGE expert Titre I : DISPOSITIONS SPECIQUES A CHACUNE DES PROCEDURES I : VGE INITIE PAR LES FORCES DE L ORDRE (EX-VGA) VGE FORCES DE L ORDRE Le déroulement de la procédure est identique au VGA, si ce n est que l expert télétransmet des informations au ministère de l intérieur au travers du SIV (Système d Immatriculation des Véhicules). 1 : DOMMAGES GRAVES RESULTANT D UN ACCIDENT Lorsque l officier ou l agent de police judiciaire constate qu en raison de la gravité des dommages subis, le véhicule accidenté n est plus en état de circuler sans danger pour la sécurité, il immobilise le véhicule et retirer le certificat d immatriculation - Il établit un avis de retrait du certificat : formulaire de 3 feuillets destinés respectivement au titulaire du certificat d immatriculation, à la préfecture et aux services de police - Le certificat d immatriculation est renvoyé à la préfecture du domicile du titulaire - Le ministère de l intérieur informe le titulaire que son véhicule n est plus autorisé à circuler sur la voie publique Si le certificat d immatriculation n a pu être remis aux forces de l ordre : - Le propriétaire du véhicule devra remettre le certificat d immatriculation à la préfecture de son domicile qui lui délivre une attestation de remise. - Le ministère de l intérieur inscrit sur le fichier des immatriculations d une opposition au transfert du certificat d immatriculation jusqu à ce que le propriétaire remette le certificat d immatriculation à la préfecture.

2 Remarques : - le véhicule accidenté en cause doit être une voiture particulière ou une camionnette (y compris les remorques soumises à immatriculation et attelées à ces véhicules). - l officier ou l agent de police judiciaire n engage la procédure que lorsque les dommages subis résultent d un accident de la circulation. 2 : CONFIRMATION PAR UN EXPERT Le titulaire du certificat d immatriculation ou son assureur doit missionner un expert en automobile qualifié pour le contrôle des véhicules endommagés (Expert VE). A l issue d une expertise sans démontage portant sur l état global du véhicule (et non pas sur une liste de critères de dangerosité), l expert doit préciser si le véhicule est : - en état de circuler dans des conditions normales sécurité ou non - techniquement réparable ou non Il établit un rapport d expertise et le transmet au titulaire du certificat et au réparateur, conformément aux Chartes Réparateurs/Experts. a. L expert infirme la position des forces de l ordre Si l expert constate que le véhicule peut circuler dans des conditions normales de sécurité (véhicule non dangereux), il établit un rapport qu il adresse au titulaire du certificat d immatriculation, et réparateur et au ministère de l intérieur. L interdiction de circuler est levée et le titulaire peut, le cas échéant, demander la restitution du certificat d immatriculation. La procédure VGE est ainsi clôturée. b. L expert confirme la position des forces de l ordre Si, au contraire, l expert constate que le véhicule ne peut pas circuler dans des conditions normales de sécurité, l interdiction de circuler est confirmée. Qui paie les frais de cette première expertise? Si le sinistre est garanti par une compagnie d assurance, c est la compagnie d assurance qui missionne l expert et prend en charge les frais d expertise. II : VGE INITIE PAR LES EXPERTS EN AUTOMOBILE (NOUVEAU DISPOSITIF) VE EXPERTS EN AUTOMOBILE Lorsque, dans le cadre de sa mission d expertise d un véhicule accidenté, l expert constate l une au moins des déficiences ci-après, il établit que le véhicule ne peut pas circuler dans des conditions normales de sécurité. L expert en informe la préfecture ou le ministère de l intérieur (si télétransmission SIV) en précisant si le véhicule est techniquement réparable ou non. Voir annexe I Critères d irréparabilité technique Critères non applicables aux véhicules de collection)

3 Le préfet informe le propriétaire du véhicule que son véhicule est désormais frappé d une interdiction de circuler. L automobiliste conserve néanmoins son certificat d immatriculation. A noter : Il peut arriver dans des cas extrêmes que, malgré la dangerosité du véhicule et l interdiction de circuler, le propriétaire exige sa restitution. A défaut de pouvoir bloquer le véhicule, le professionnel a tout intérêt à alerter les forces de l ordre et de faire signer par client une décharge de responsabilité (Voir modèle joint). 1 : CRITERES DE DANGEROSITE Liste des déficiences permettant d'établir que le véhicule ne peut pas circuler dans des conditions normales de sécurité : La carrosserie : déformation importante. Eléments concernés : compris entre les zones d'ancrage des éléments de liaison au sol (longerons, plancher, passages de roue, châssis, traverses). Direction : déformation importante. Eléments concernés : colonne, crémaillère ou boîtier, biellettes et timonerie. Liaisons au sol : déformation importante. Eléments concernés : berceau, éléments de suspension, essieux et jantes. Sécurité des personnes : dysfonctionnement (y compris mauvaise fixation). Eléments concernés : ceintures, coussins gonflables, prétensionneurs, boîtiers de commande. 2 : DANGEROSITE RESULTANT DE L ACCIDENT Le véhicule n est considéré comme VGE que si l une au moins de ces déficiences est constatée par l expert et si cette déficience est une conséquence d un accident de la circulation (sont notamment exclus : événements climatiques, catastrophes naturelles, vandalisme, ). Si le véhicule présente l un des critères de dangerosité, mais que la déficience ne résulte pas de l accident, l expert ne pourra pas engager la procédure VGE. Dans ce cas, il devra simplement en informer le client. Qui paie les frais de cette première expertise? Si le sinistre est garanti par une compagnie d assurance, c est la compagnie d assurance qui missionne l expert et prend en charge les frais d expertise. Le VEI requiert deux éléments : III : VEHICULE ECONOMIQUEMENT IRREPARABLE VEI - une expertise réalisée par un expert qualifié «VE» fait apparaître que le montant des réparations est supérieur à la valeur du véhicule au moment du sinistre - les dommages subis sont indemnisés en tout ou partie par une entreprise d assurance - la valeur du véhicule est supérieure ou égale à 152,45 euros.

4 Remarques : A la différence du VGE forces de l ordre et du VGE experts en automobile : - le VEI s applique à tous les véhicules terrestres à moteur immatriculés, y compris les remorques ou semi-remorques ; et donc également aux deux-roues et aux véhicules de plus de 3,5 tonnes - le VEI peut s appliquer à l occasion de tout sinistre subi par le véhicule, et non pas seulement dans le cadre d un «accident». Un véhicule peut être soumis à la procédure VEI seule (1) ou à la fois au VEI et au VGE forces de l ordre ou au VGE expert (2). 1 : CAS DU VEI SEUL Conditions cumulatives relatives au véhicule : - véhicule terrestre à moteur qui a subi un sinistre devant être indemnisé en tout ou partie par un assureur et dont la valeur est au moins égale à 152,45 - véhicule n ayant pas été déclaré inapte à circuler dans des conditions normales de sécurité par les forces de l ordre ou un expert en automobile, - et dont une expertise fait apparaître que le montant des réparations est supérieur à la valeur du véhicule au moment du sinistre. Dans ce cas de figure, le VEI reste inchangé même avec l entrée en vigueur du nouveau dispositif. Conséquences : - l expert n effectue pas de déclaration auprès de la préfecture ou du SIV - le véhicule n est pas frappé d une interdiction de circuler - si l expert constate des déficiences sur des organes de sécurité (résultant du sinistre ou non), il le mentionne sur son rapport et en informe l automobiliste. Une Nouveauté néanmoins : si le véhicule est techniquement réparable, la réparation devra désormais être réalisée par un professionnel de la réparation. 2 : CAS DU VEI CUMULE AU VGE FORCES DE L ORDRE OU EXPERT Le VEI peut se cumuler avec le VGE forces de l ordre ou le VGE expert lorsque les conditions suivantes sont réunies : - le véhicule accidenté est une voiture particulière ou une camionnette dont la valeur est au moins égale à 152,45 - il est déclaré inapte à circuler dans des conditions normales de sécurité par les forces de l ordre (VGE forces de l ordre) ou un expert (VGE expert) - le montant des réparations est supérieur à la valeur du véhicule avant le sinistre - les dommages subis sont indemnisés en tout ou partie par une entreprise d assurance. Conséquences : - le véhicule est frappé d une interdiction de circuler - le certificat d immatriculation est retiré ou restitué en préfecture si le véhicule est en même temps VGE forces de l ordre.

5 3 : OFFRE DE L ASSUREUR L assureur va, lorsqu il y a lieu, proposer au propriétaire du véhicule, dans les 15 jours suivant la remise du rapport d expertise, une indemnisation en perte totale avec cession du véhicule à l assureur. Le propriétaire du véhicule dispose de 30 jours pour donner sa réponse. a. Le propriétaire accepte l offre de l assureur Si le propriétaire accepte l offre de l assureur, il établit un certificat de cession au nom de l assureur accompagné, selon les cas, de l avis de retrait du certificat d immatriculation, de l avis de remise du certificat en préfecture ou du certificat d immatriculation. Sort du véhicule techniquement réparable : L assureur ne peut le céder en l état qu à un acheteur professionnel. Sort du véhicule techniquement irréparable (Voir Annexe I) : Le véhicule ne peut être cédé que pour destruction à un démolisseur ou broyeur agréé s il s agit d une voiture particulière ou une camionnette. Pour les autres catégories de véhicule, le véhicule peut être cédé à un professionnel non agréé. b. Le propriétaire refuse l offre de l assureur Si le propriétaire refuse l offre de l assureur ou ne répond pas dans le délai de 30 jours précité, l assureur en informe le ministère de l intérieur par télétransmission SIV. Le système SIV inscrit une opposition au transfert du certificat d immatriculation si le véhicule n est par ailleurs pas VGE forces de l ordre ou expert. Le ministère de l intérieur en informe le propriétaire. L opposition interdit la cession du véhicule en l état à un particulier mais permet la cession un acheteur professionnel. Si le véhicule est techniquement irréparable, il ne peut être cédé que pour destruction à un démolisseur ou broyeur agréé s il s agit d une voiture particulière ou une camionnette. Pour les autres catégories de véhicule, le véhicule peut être cédé à un professionnel non agréé. La cession pour destruction ou récupération de pièces ne peut être effectuée qu au profit d un démolisseur ou broyeur agréé. La cession du véhicule à un particulier ne pourra se faire qu après réparation du véhicule suivie par un expert qualifié «VE». Titre II : DISPOSITIONS COMMUNES 1. POSSIBILITE D UNE CONTRE- EXPERTISE En cas de contestation des conclusions de l expert, le titulaire du certificat d immatriculation ou son assureur peut faire appel à un autre expert VE. Si cette 2 ème expertise conclut que le véhicule peut circuler dans des conditions normales de sécurité, le titulaire du certificat d immatriculation ou son assureur pourront saisir une commission placée sous l égide des organisations professionnelles des experts qui rendra un avis par rapport à l état du véhicule.

6 Cet avis est transmis au préfet et au titulaire du certificat d immatriculation ou à l entreprise d assurance. Le préfet se prononce sur la suite à donner au dossier. Selon toute vraisemblance, il devrait suivre l avis de la commission. 2 : DEROULEMENT DE LA PROCEDURE Lorsque la dangerosité du véhicule est confirmée par l expert, celui-ci vérifie si le véhicule est techniquement réparable ou non. Voir annexe I Critères d irréparabilité technique Critères non applicables aux véhicules de collection) a. Si véhicule techniquement réparable L expert établit, contradictoirement avec le réparateur, une estimation descriptive et chiffrée des dommages apparents avant démontage des opérations nécessaires aux réparations à effectuer, en précisant les réparations touchant à la sécurité. Des réparation touchant à la sécurité n ayant pas de rapport avec le sinistre peuvent être prescrites (ex : pneus lisses). Dans le silence des textes, l estimation du montant des travaux sera en pratique effectuée sur la base de pièces de rechange neuves. Cette estimation est annexée au rapport d expertise. b. En cas de réparation du véhicule La réparation du véhicule devra être effectuée par un professionnel de la réparation, avec le suivi d un expert VE tout au long de la réparation. Le propriétaire du véhicule missionne un expert (le même que celui qui a fait la première expertise ou un autre expert VE). L expert informe le propriétaire du véhicule, avant la réparation, des conséquences de la procédure et notamment l éventualité d une remise en état d éléments de sécurité autres que ceux endommagés lors du sinistre, ces éléments pouvant être découverts en cours de réparation. Voir annexe 2 pour la méthodologie du suivi et du contrôle des réparations. Remarques : - Sous certaines réserves relatives notamment aux organes de sécurité, des pièces de réemploi pourraient être utilisées après accord du propriétaire du véhicule et de l expert - L expert doit examiner le véhicule à toutes les étapes de la réparation - La 3 ème visite de l expert inclut un contrôle du véhicule (ce n est pas obligatoirement un contrôle technique), un relevé de mesures de contrôle et leur interprétation par l expert, l essai du véhicule si nécessaire. Une fois la réparation effectuée et validée par l expert, celui-ci établit un rapport attestant que :

7 - les réparations touchant à la sécurité prévues par le premier rapport d expertise ainsi que toutes les réparations estimées nécessaires pour la sécurité au cours du suivi des travaux ont été effectuées - le véhicule est en état de circuler dans des conditions normales de sécurité - le véhicule n a pas subi de transformation notable au sens de l article R du code de la route, ni de transformation susceptible de modifier les caractéristiques indiquées sur le certificat d immatriculation. Ce rapport est transmis par l expert au titulaire du certificat d immatriculation et au ministère de l intérieur qui lève l interdiction de circuler. L expert en informe le professionnel dépositaire du véhicule (le réparateur, en général) Le cas échéant, le propriétaire du véhicule peut alors demander à sa préfecture la restitution du certificat d immatriculation en produisant : - une pièce d identité - un justificatif de domicile - l avis de retrait du certificat d immatriculation ou l attestation de remise du certificat d immatriculation en préfecture. c. Qui paie les frais de la 2 ème expertise? Bien qu il soit précisé dans les textes que c est le titulaire du certificat d immatriculation qui missionne l expert, si le sinistre est couvert par une compagnie d assurances, et dans la mesure où le critère de dangerosité retenue par la 1 ère expertise résulte du sinistre, c est la compagnie d assurances qui devrait également prendre en charge les frais de la 2 ème expertise. 3. A propos de la cession du véhicule La cession du véhicule à un professionnel de l automobile ou un assureur et des cessions successives entre professionnels sont possibles avant la réparation du véhicule. Le professionnel qui a acquis le véhicule doit, dans les 15 jours, adresser une déclaration d achat à la préfecture ou au ministère de l intérieur par télétransmission SIV. La cession du véhicule à un particulier ne peut être effectuée qu après réparation du véhicule par un professionnel de la réparation automobile, levée de l interdiction de circuler et, le cas échéant, levée de l opposition au transfert du certificat d immatriculation. Pour obtenir un nouveau certificat d immatriculation, l acquéreur devra en outre produire : - la dernière déclaration d achat si l acquisition a été effectuée auprès d un professionnel - l avis de retrait du certificat d immatriculation ou l attestation de remise du certificat d immatriculation en préfecture. Le véhicule techniquement irréparable ne peut être cédé qu à un démolisseur ou un broyeur agréé, s il s agit d une voiture particulière ou une camionnette. Pour les autres catégories de véhicule, le véhicule peut être cédé à un professionnel non agréé.

8 A N N E X E I CRITÈRES D'IRRÉPARABILITÉ TECHNIQUE (Ne s'appliquent pas aux véhicules de collection visés à l'article R du code de la route) Sont considérés comme «techniquement irréparables» les véhicules qui remplissent un des six critères décrits ci-dessous : 1. Véhicules complètement brûlés ; c'est-à-dire les véhicules dont le compartiment moteur et l'habitacle sont détruits. 2. Véhicules immergés au-dessus du tableau de bord. 3. Véhicules dont un élément de sécurité n'est ni réparable ni remplaçable : tous les éléments de liaison au sol (pneumatiques, roues), de suspension, de direction, de freinage et leurs organes de commande ; les fixations et articulations des sièges ; les coussins gonflables, prétensionneurs, ceintures de sécurité et leurs éléments périphériques de fonctionnement ; la coque et le châssis. 4. Véhicules dont tout ou partie des éléments de structure et de sécurité sont atteints de défauts techniques irréversibles et non remplaçables (vieillissement des métaux, amorces de ruptures multiples, corrosion perforante excessive, etc.). 5. Véhicules dont la réparation nécessite l'échange de l'ensemble moteur-boîte et coque ou châssis qui entraîne la perte de leur identité d'origine. 6. Par assimilation, véhicules qui sont définitivement non identifiables, après épuisement des moyens de recherche et des démarches permettant de les identifier. A N N E X E II MÉTHODOLOGIE DU SUIVI ET DU CONTRÔLE DES RÉPARATIONS I. - Première étape de la méthodologie : Préalable : dans l'hypothèse où l'expert n'est pas celui qui a délivré le premier rapport, un second expert doit, une fois missionné, examiner le véhicule dans l'état où il se trouve contradictoirement avec le réparateur chargé de la remise en conformité dans les conditions décrites ci-dessous. 1. L'expert sollicité par le propriétaire doit : 1-1. Faire compléter par le propriétaire la lettre de mission. Si le propriétaire est un professionnel, le numéro SIREN ainsi que sa raison sociale doivent y figurer S'assurer que le professionnel de l'automobile en charge des réparations est bien inscrit au registre du commerce ou au répertoire des métiers et qu'il dispose de l'équipement nécessaire Examiner impérativement le rapport du premier expert avant toute démarche afin de s'assurer de la réparabilité technique du véhicule Informer le propriétaire qui l'a missionné quel qu'il soit et ce avant réparation (professionnel de l'automobile, particulier, etc.) des conséquences de l'application de la procédure et notamment de l'éventualité d'une remise en état d'éléments de sécurité autres que ceux endommagés et qui pourraient s'avérer défaillants au moment des contrôles Expertiser le véhicule dans l'état où il se trouve contradictoirement avec le réparateur chargé de la remise en état Valider l'estimation, établie avant démontage et détaillant les opérations nécessaires aux réparations à effectuer, contenue dans le premier rapport. Dans l'hypothèse où il sera utilisé des pièces de réemploi après accord du propriétaire et de l'expert, ce dernier définit la méthodologie de la remise en conformité et évalue le montant des travaux à effectuer sur le véhicule contradictoirement avec le réparateur. 2. Si l'expert constate la nécessité de remise en conformité d'autres éléments touchant à la

9 sécurité, par rapport à l'estimation détaillant les opérations nécessaires aux réparations à effectuer initiale, celle-ci doit être complétée. Toute modification de l'estimation initiale autre que les motifs énoncés à l'alinéa précédent doit être dûment motivée dans le rapport de conformité et dans le procès-verbal de suivi. 3. Il définit la méthode et la nature des opérations de contrôle des éléments de sécurité autres que ceux endommagés. II. Deuxième étape de la méthodologie : L'expert doit examiner le véhicule à toutes les étapes de la réparation ; les étapes décrites cidessous ne sont qu'un minimum obligatoire, des visites supplémentaires peuvent s'avérer nécessaires en fonction de l'état du véhicule : 1. La première visite de suivi doit s'effectuer lorsque le véhicule est démonté, le véhicule étant sur banc de contrôle si des opérations de restructuration sont prévues. 2. La deuxième visite de suivi s'effectue en cours de réparation ; l'expert fait procéder à tous les démontages nécessaires aux contrôles et mesures statiques et dynamiques des éléments de sécurité. Si des opérations de restructuration sont prévues, cette visite doit avoir lieu avant toute application de produits de protection. Selon la nature des réparations, la première et la deuxième visite peuvent n'en faire qu'une sauf si des opérations de restructuration sont prévues. 3. La troisième visite inclut, en présence de l'expert : le contrôle du véhicule tel que défini par l'expert ; un relevé des mesures de contrôle ; l'interprétation des mesures par l'expert ; l'essai du véhicule par une personne habilitée, si nécessaire. III. Les documents : 1. Les différentes étapes décrites ci-dessus doivent être consignées dans le procès-verbal d'expertise. C'est à l'issue de ce processus que le second rapport est établi. 2. Le second rapport synthétise l'ensemble des étapes consignées dans le procès-verbal de suivi. La liste des réparations effectuées sur le véhicule précisant celles touchant à la sécurité ainsi que la nature des pièces remplacées (pièces neuves d'origine ou de qualité équivalente ou de réemploi) est transmise au propriétaire à sa demande. 3. L'ensemble des documents obligatoires de la procédure, notamment la ou les lettres de mission, les rapports d'expertise, photographies prises lors des différentes étapes de la méthodologie, documents contradictoires, relevés de mesures, l'original du procès-verbal d'expertise, copies des factures des réparations, doit être conservé pendant cinq ans. 4. Le second rapport ainsi que le procès-verbal de suivi doivent mentionner le nom, la qualité et l'identification du ou des professionnels ayant participé à la remise en conformité du véhicule. L'original du procès-verbal de suivi peut être demandé, en appui du rapport de conformité, et les autres pièces énumérées ci-dessus, notamment par le secrétariat de la Commission nationale des experts en automobile.

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L AUDE

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L AUDE 1 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L AUDE REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHÉ DE PRESTATIONS DE SERVICES EN ASSURANCES Date limite de réception des offres : LUNDI 21 OCTOBRE 2013

Plus en détail

REFERENTIEL SRA RECYCLEURS DES VEHICULES DE LA CATEGORIE L

REFERENTIEL SRA RECYCLEURS DES VEHICULES DE LA CATEGORIE L REFERENTIEL SRA RECYCLEURS DES VEHICULES DE LA CATEGORIE L VERSION 1.1 - DECEMBRE 2015 1/19 TABLE DES MATIÉRES ARTICLE 1 : DÉFINITIONS... 4 1. Public concerné... 4 2. Champ d application - Définition des

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERTISE ScanExpert Or

RAPPORT D'EXPERTISE ScanExpert Or BCA RODEZ 18, Avenue de l'entreprise Parc Commercial des Moutiers 12000 RODEZ CEDEX M TESTO Bruno Dossier N 092 543 507 Date d'expertise : 04/03/2014 Date d'édition : 04/03/2014 Immatriculation : AR333YT

Plus en détail

Informations générales sur les tarifs et les conditions de location

Informations générales sur les tarifs et les conditions de location Informations générales sur les tarifs et les conditions de location Les présentes informations générales ne constituent pas l intégralité des conditions de location, qui font l objet de conditions générales

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA VENTE DE VÉHICULES DU 28 JUIN 2011 À 10H.

CAHIER DES CHARGES DE LA VENTE DE VÉHICULES DU 28 JUIN 2011 À 10H. Service Public Fédéral FINANCES DOCUMENTATION PATRIMONIALE Service patrimoniaux Fin Shop Brussels Rue du Biplan, 126 1130 BRUXELLES Tel. 0257 800 30 http://www.finshop.belgium.be CAHIER DES CHARGES DE

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Généralités 1.1. Toute vente des produits du vendeur est soumise aux présentes conditions générales de vente qui constituent le socle de la négociation commerciale, conformément

Plus en détail

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle Pole juridique CGT Groupe Casino Par Antoine FERREIRA Le salarié victime d un accident du travail (autre qu un accident de trajet)

Plus en détail

CAISSE DE SOLIDARITE SPORTIVE Siège social Gymnase De la Brasserie 52, rue Marguerite Duras - 29200 BREST N 2556 J.O.

CAISSE DE SOLIDARITE SPORTIVE Siège social Gymnase De la Brasserie 52, rue Marguerite Duras - 29200 BREST N 2556 J.O. REGLEMENT INTERIEUR (Après modification de l article 6 apportée au cours de l A.G. du 11.06.76. et des articles 3-5 -8 et 11 apportée au cours de l A.G. du 03.06.77. Ainsi que l adjonction de l article

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES TRANSPORTS

CAHIER DES CHARGES DES TRANSPORTS CAHIER DES CHARGES DES TRANSPORTS TEXTE INTEGRAL ENTRE : Société :. Au capital de :. Siège Social :... N SIREN :. Code APE :. Inscrite au Registre des Transports : Photocopie du certificat d inscription

Plus en détail

REGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION DES VEHICULES DE L AGENCE DES ESPACES VERTS DE LA REGION D ILE DE FRANCE

REGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION DES VEHICULES DE L AGENCE DES ESPACES VERTS DE LA REGION D ILE DE FRANCE REGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS D UTILISATION DES VEHICULES DE L AGENCE DES ESPACES VERTS DE LA REGION D ILE DE FRANCE PREAMBULE L Agence des Espaces Verts dispose d un parc de véhicules de service

Plus en détail

TRAVAUX D ENTRETIEN ET D AMENAGEMENT DE LA VOIRIE COMMUNALE

TRAVAUX D ENTRETIEN ET D AMENAGEMENT DE LA VOIRIE COMMUNALE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES TRAVAUX D ENTRETIEN ET D AMENAGEMENT DE LA VOIRIE COMMUNALE MARCHÉ N 6/ST/2013 REGLEMENT DE LA CONSULTATION Date limite de réception des offres : LE VENDREDI 31

Plus en détail

Tout sinistre doit faire l objet d une déclaration à l aide d un imprimé type dont un exemplaire est en ligne sur le site de la CFE-CGC

Tout sinistre doit faire l objet d une déclaration à l aide d un imprimé type dont un exemplaire est en ligne sur le site de la CFE-CGC Notice d information La solidarité est une force Le contrat Responsabilité Civile Défenseur Juridique est proposé par la MACIF société d assurance mutuelle à cotisations variables Entreprise régie par

Plus en détail

Objet du Marché SOUSCRIPTION D UNE ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE CONCERNANT LA CONSTRUCTION D UNE SALLE DE SPORT A GENECH

Objet du Marché SOUSCRIPTION D UNE ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE CONCERNANT LA CONSTRUCTION D UNE SALLE DE SPORT A GENECH Département du NORD Arrondissement de Lille Maître d OUVRAGE Commune de GENECH Mairie 951, rue de la Libération 59242 GENECH Tél. : 03.20.84.57.16 Fax : 03.20.84.50.09 MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS ET DE

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE 1/4 MANDANT (propriétaire du (ou des) bien(s) ci-dessous) MR/MME/Mlle Domicilié.. né le :. à Profession : MR/MME/Mlle.. Domicilié.. né le à... Profession :. MANDATAIRE (Administrateur de Biens) La SOCIETE

Plus en détail

Objet de la consultation. Fourniture de carburants à la pompe par cartes accréditives MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Objet de la consultation. Fourniture de carburants à la pompe par cartes accréditives MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES REGLEMENT DE LA CONSULTATION Objet de la consultation Fourniture de carburants à la pompe par cartes accréditives MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Maître de l ouvrage Communauté d Agglomération

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. 1.1.. Etre possesseur des titres aéronautiques nécessaires en cours de validité : carte de stagiaire, BBT, BPP etc.

REGLEMENT INTERIEUR. 1.1.. Etre possesseur des titres aéronautiques nécessaires en cours de validité : carte de stagiaire, BBT, BPP etc. REGLEMENT INTERIEUR Le présent règlement intérieur vient compléter les statuts de l association dénommée "ELAN Planeur", association régie par la loi du 1er juillet 1901. Il est mis à disposition de tous

Plus en détail

Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO. Marché n 2-2015

Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO. Marché n 2-2015 Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO Marché n 2-2015 REGLEMENT DE LA CONSULTATION DATE ET HEURE LIMITES DE REMISE DES OFFRES : 12 novembre 2015 à 18h Date

Plus en détail

ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar

ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar Service des Archives ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar Vu le Code du Patrimoine ; Vu le Code Général des

Plus en détail

Assurance Catastrophes Naturelles - CONDITIONS GENERALES VISA N 02 du 28 novembre 2011

Assurance Catastrophes Naturelles - CONDITIONS GENERALES VISA N 02 du 28 novembre 2011 Le présent contrat est régi par l ordonnance n 75-58 du 26 Septembre 1975 portant code civil, l ordonnance n 95-07 du 25 Janvier 1995 relative aux assurances, l ordonnance n 03-12 du 26 Août 2003 relative

Plus en détail

Projet de loi n o 42 (2007, chapitre 40) Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude

Projet de loi n o 42 (2007, chapitre 40) Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 42 (2007, chapitre 40) Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude Présenté le 14 novembre 2007

Plus en détail

CONDITIONS GENREALES DE VENTE site topengo-boutique.fr ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION. 1-1 Conditions Générales de Vente

CONDITIONS GENREALES DE VENTE site topengo-boutique.fr ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION. 1-1 Conditions Générales de Vente CONDITIONS GENREALES DE VENTE site topengo-boutique.fr ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION 1-1 Conditions Générales de Vente Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent, sans restriction ni réserve

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES. Date d effet : 01/01/2014

NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES. Date d effet : 01/01/2014 NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES Date d effet : 01/01/2014 Cette notice d information résume, conformément à l article 932-6 du code de la Sécurité sociale,

Plus en détail

FSMA_2016_09 du 9/06/2016

FSMA_2016_09 du 9/06/2016 FSMA_2016_09 du 9/06/2016 La présente communication porte sur les contrats d assurance Incendie Risques simples Habitation qui sont proposés par les entreprises d assurances pour des habitations situées

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre]

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] NOR : [ ] La ministre de l

Plus en détail

Aide Financière Simplifiée. Aide à Domicile

Aide Financière Simplifiée. Aide à Domicile Aide Financière Simplifiée Aide à Domicile Date limite de dépôt du dossier : 30 septembre 2017 Conditions Générales d Attribution Page 2 Dossier à compléter Page 7 Annexe 1 Dossier de réservation Page

Plus en détail

DESTINATAIRES DU PROGRAMME Le programme de fidélité «FitnessBoutique Le Club» est destiné à toute personne physique majeure.

DESTINATAIRES DU PROGRAMME Le programme de fidélité «FitnessBoutique Le Club» est destiné à toute personne physique majeure. CONDITIONS GENERALES PROGRAMME DE FIDELITE FITNESSBOUTIQUE LE CLUB JANVIER 2015 Le programme de fidélité «FitnessBoutique Le Club» est mis en place par la société Netquattro SAS, Société par Actions Simplifiée

Plus en détail

CONVENTION POUR L ENLEVEMENT, LE GARDIENNAGE ET LA RESTITUTION DES VEHICULES SUR LA COMMUNE DE SAINT ETIENNE DE MONTLUC

CONVENTION POUR L ENLEVEMENT, LE GARDIENNAGE ET LA RESTITUTION DES VEHICULES SUR LA COMMUNE DE SAINT ETIENNE DE MONTLUC CONVENTION POUR L ENLEVEMENT, LE GARDIENNAGE ET LA RESTITUTION DES VEHICULES SUR LA COMMUNE DE SAINT ETIENNE DE MONTLUC Date et signature : le 27 septembre 2013 1 SOMMAIRE Article 1 : OBJET DE LA DELEGATION

Plus en détail

www.troostwijkauctions.com

www.troostwijkauctions.com Conditions générales de vente Vente en ligne TroostwijkAuctions.com Article 1. Définitions Site Internet : Utilisateur : Troostwijk : Montant des Achats : Enregistrement : Enchère : Lot : Vente aux Enchères

Plus en détail

Clauses du Contrat de Location

Clauses du Contrat de Location Clauses du Contrat de Location Le Contrat de Location fait référence aux clauses ci-dessous. Ainsi, en signant le Contrat de Location, le Loueur et le Locataire acceptent sans réserves toutes les clauses

Plus en détail

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Nature du contrat : Pleins Services Obsèques Sépulture est

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté urbaine de Bordeaux Pôle Ressources et Conseil Direction des Moyens généraux Esplanade Charles de Gaulle 33076 Bordeaux cedex PRESTATIONS

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CHARGES PARTICULIERES REGLEMENT DE CONSULTATION

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CHARGES PARTICULIERES REGLEMENT DE CONSULTATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ DÉPARTEMENT DU PAS-DE-CALAIS MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CHARGES PARTICULIERES REGLEMENT DE CONSULTATION Maître de l Ouvrage Mairie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 26 juin 2012 relatif à l autorisation d animer les stages de sensibilisation à la sécurité routière NOR : INTS1226881A Publics

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D EXPLOITATION DU SYSTEME LED SAISON 2013/2014

CAHIER DES CHARGES D EXPLOITATION DU SYSTEME LED SAISON 2013/2014 CAHIER DES CHARGES D EXPLOITATION DU SYSTEME LED SAISON 2013/2014 SOMMAIRE I. INTRODUCTION (p. 3) II. LES PRESTATAIRES DE LA LNR (p. 3) III. DISPOSITIF MIS A DISPOSITION DES CLUBS (p. 3) IV. CONDITIONS

Plus en détail

Conforme à l arrêté du 19 mars 2010 (ce contrat est à joindre à la convocation à l assemblée générale)

Conforme à l arrêté du 19 mars 2010 (ce contrat est à joindre à la convocation à l assemblée générale) CONTRAT DE SYNDIC Conforme à 19 mars 2010 (ce contrat est à joindre à la convocation à l assemblée générale) ENTRE LES SOUSSIGNÉS : 1. LE SYNDICAT DES COPROPRIÉTAIRES Le syndicat des copropriétaires de

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACCÈS ET D UTILISATION DU SERVICE DE LOCATION VÉLO Élec

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACCÈS ET D UTILISATION DU SERVICE DE LOCATION VÉLO Élec CONDITIONS GÉNÉRALES D ACCÈS ET D UTILISATION DU SERVICE DE LOCATION VÉLO Élec Article 1 - CHAMP D APPLICATION Les présentes conditions générales d accès et d utilisation sont applicables à l ensemble

Plus en détail

LES PIEGES DE LA SOUS TRAITANCE

LES PIEGES DE LA SOUS TRAITANCE LES PIEGES DE LA SOUS TRAITANCE Avocat à la Cour 103, Rue La Fayette 75010 PARIS Journée Actualité Tél : 01 43 45 37 çè Fax : 01 43 45 00 26 E-mail : charles.pareydt@gohon-avocats.fr Me Charles PAREYDT

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restriction ni réserve à l ensemble des ventes conclues par la SARL DOVRE FRANCE auprès d acheteurs professionnels

Plus en détail

SERVICE DU PERSONNEL

SERVICE DU PERSONNEL SERVICE DU PERSONNEL TABLEAU DE TRI ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS PRODUITS PAR LE SERVICE DU PERSONNEL # les délais proposés n incluent pas l année en cours # en gras : les documents à éliminer par

Plus en détail

I DEFINITIONS. Article 1

I DEFINITIONS. Article 1 fixant les caractéristiques et les conditions d utilisation des pneumatiques susceptibles d équiper les véhicules automobiles Historique : Créé par : N B : Délibération n 212 du 30 octobre 1992 fixant

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE SERVICES

MARCHES PUBLICS DE SERVICES CENTRE HOSPITALIER Lucien HUSSEL Montée du Docteur Chapuis BP 127 38209 VIENNE Cedex DIRECTION DES AFFAIRES TECHNIQUES Tél. : 04.74.31.32.50 04.74.31.32.52 Fax : 04.74.31.34.05 MARCHES PUBLICS DE SERVICES

Plus en détail

LA SIMPLIFICATION DU COMPTE PENIBILITE

LA SIMPLIFICATION DU COMPTE PENIBILITE LA SIMPLIFICATION DU COMPTE PENIBILITE Suite à 2 décrets de simplification du compte pénibilité parus au Journal Officiel du 31 Décembre 2015 : suppression de la fiche individuelle remplacée par une simple

Plus en détail

Conditions générales de vente et d'utilisation

Conditions générales de vente et d'utilisation Conditions générales de vente et d'utilisation Les tarifs varient selon les dispositions législatives ou réglementaires en vigueur ainsi s3 toulouse malgré des mises à jour systématiquement ne peut être

Plus en détail

PRINTEMPS DES PEINTRES 2016 REGLEMENT DU PETIT MARCHE D ART

PRINTEMPS DES PEINTRES 2016 REGLEMENT DU PETIT MARCHE D ART 1. Présentation PRINTEMPS DES PEINTRES 2016 REGLEMENT DU PETIT MARCHE D ART La ville de Chennevières-sur-Marne organise sa 7 ème édition du Printemps des Peintres. Cette manifestation dédiée à la peinture

Plus en détail

infraction imputable au propriétaire en vertu du présent code.

infraction imputable au propriétaire en vertu du présent code. Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 11 février 2009 L.R.Q., chapitre C-24.2 Code de la sécurité routière TITRE PRÉLIMINAIRE CHAMP

Plus en détail

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «TMS Pros Action» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition de matériels

Plus en détail

Demande. d indemnité POUR FRAIS OCCASIONNÉS PAR L ACCIDENT

Demande. d indemnité POUR FRAIS OCCASIONNÉS PAR L ACCIDENT G U I D E Demande d indemnité POUR FRAIS OCCASIONNÉS PAR L ACCIDENT Qui peut présenter une demande d indemnité? Une personne résidant au Québec qui a subi un accident au Québec ou à l extérieur du Québec

Plus en détail

Ce règlement s applique aux parkings de préférence accessibles aux voyageurs.

Ce règlement s applique aux parkings de préférence accessibles aux voyageurs. REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PARKING Article 1er - Domaine d application. Ce règlement s applique aux parkings de préférence accessibles aux voyageurs. Article 2 Définitions. Pour l application de ce règlement

Plus en détail

Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX

Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET

Plus en détail

2 ème MONTEE HISTORIQUE DE BOURBACH-LE-HAUT

2 ème MONTEE HISTORIQUE DE BOURBACH-LE-HAUT Règlement de la 2 ème MONTEE HISTORIQUE DE BOURBACH-LE-HAUT ARTICLE 1 : GENERALITES 1.1 Les Organisateurs - ANCIENS DU SPORT AUTOMOBILES MULHOUSIENS, Organisateur Administratif Dont le siège est au 1,

Plus en détail

VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE

VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE Règlement concernant les colporteurs ou les vendeurs itinérants et les commerçants nonrésidents. PRÉAMBULE ATTENDU le pouvoir accordé

Plus en détail

logimot Gestion de parc de véhicules

logimot Gestion de parc de véhicules Gestion de parc de véhicules logimot 155-157 cours Berriat 38028 Grenoble cedex 1 FRANCE Téléphone : (+33) (0)4.76.70.94.70 Fax : (+33) (0)4.76.70.93.22 E-mail : info@logimot.com Site Web : www.logimot.com

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 Équipements de travail et de protection individuelle Code du Travail Articles R4323-1 à R4323-28 Code du Travail R4323-91 à R4323-106 Arrêté du 22 octobre 2009

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette

Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette Page 1 Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette Marché Public à Procédure Adaptée Conditions particulières et générales Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette

Plus en détail

Appel d offres ouvert passé en application du décret n 2005-1742 du 30 décembre 2005 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CCAP

Appel d offres ouvert passé en application du décret n 2005-1742 du 30 décembre 2005 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CCAP Appel d offres ouvert passé en application du décret n 2005-1742 du 30 décembre 2005 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CCAP MARCHE D AFFRETEMENT DE SERVICES REGULIERS ET DE SERVICES SCOLAIRES

Plus en détail

REGLEMENT JEU «Opération steak haché dans les collèges» du 2 au 20 avril 2012

REGLEMENT JEU «Opération steak haché dans les collèges» du 2 au 20 avril 2012 REGLEMENT JEU «Opération steak haché dans les collèges» du 2 au 20 avril 2012 1 Article 1 : Le Conseil général de Saône-et-Loire - direction de la communication, rue de Lingendes, 71026 Mâcon Cedex 9 organise

Plus en détail

Commune de SALLES. Dossier de Consultation ASSURANCES

Commune de SALLES. Dossier de Consultation ASSURANCES . DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Commune de SALLES Dossier de Consultation ASSURANCES REGLEMENT DE CONSULTATION Date et heure limites de réception des offres : LE VENDREDI 25 NOVEMBRE à 12 Heures Règlement

Plus en détail

Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015

Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015 Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015 «Certification de Personnes : Diagnostiqueur Immobilier Certification initiale» Document à retourner à compléter et à retourner scanné à dcp.fr@dekra.com

Plus en détail

Partie n 03 - Les obligations de l employeur face à l Administration

Partie n 03 - Les obligations de l employeur face à l Administration Organisation de votre ouvrage... Guide de première connexion... Accédez à votre publication sur www.editions-tissot.fr : mode d emploi... Recherchez un modèle sur www.editions-tissot.fr... Liste des abréviations...

Plus en détail

Aide Financière Simplifiée. Transport Routier de Marchandises

Aide Financière Simplifiée. Transport Routier de Marchandises MAJ le 21/03/2016 Aide Financière Simplifiée Date limite de dépôt du dossier : 30 juin 2017 Conditions Générales d Attribution Page 2 Dossier à compléter Page 6 Annexe 1 Dossier de réservation Page 6 Annexe

Plus en détail

Mon Premier Piano: location de piano en ligne. 10 Bis Passage de Clichy, 75018 Paris tel.: 01 83 95 43 41

Mon Premier Piano: location de piano en ligne. 10 Bis Passage de Clichy, 75018 Paris tel.: 01 83 95 43 41 Mon Premier Piano: location de piano en ligne. 10 Bis Passage de Clichy, 75018 Paris tel.: 01 83 95 43 41 CONDITIONS GENERALES DE LOCATIONau 01/04/2016 applicables à toutes les commandes effectuées à compter

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché. Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché. Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier Maître de l Ouvrage COMMUNE DE PINS-JUSTARET Place du Château 31860 PINS-JUSTARET

Plus en détail

Opération Châtelet REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) PRESTATIONS DE GARDIENNAGE ET DE SURVEILLANCE

Opération Châtelet REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) PRESTATIONS DE GARDIENNAGE ET DE SURVEILLANCE Opération Châtelet REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) Marché n CH 13 01 PRESTATIONS DE GARDIENNAGE ET DE SURVEILLANCE Maîtrise d Ouvrage : SPLA SAGES 1 place Firmin Gautier 38027 GRENOBLE CEDEX 1 Tél.

Plus en détail

«masse nette»: la masse nette au sens du Règlement sur l'immatriculation des véhicules routiers (D [C-24.1, r. 11.1]);

«masse nette»: la masse nette au sens du Règlement sur l'immatriculation des véhicules routiers (D [C-24.1, r. 11.1]); Page 1 sur 7 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible Incluant la Gazette officielle du 29 décembre 2006 c. C-24.2, r.0.1 Règlement sur les commerçants

Plus en détail

VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE N 2

DOSSIER TECHNIQUE N 2 DOSSIER TECHNIQUE N 2 1. UNE 4L BIEN PREPAREE EST UNE 4L A L ARRIVEE 2. LES ANNEAUX DE REMORQUAGE ACCEPTES EN 2013 3. UN CHASSIS EN PARFAIT ETAT 4. UN COMPTEUR KILOMETRIQUE D ORIGINE Important : Ce dossier

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Session 2011 1 NOTE D INFORMATION AUX CANDIDATS A lire attentivement et à conserver : cette réglementation reste applicable jusqu à la fin des épreuves. 1) MODALITES D INSCRIPTION

Plus en détail

Le Guide pratique de l AQTIS pour faciliter la marche à suivre en cas d accident du travail. Indemnisation CSST

Le Guide pratique de l AQTIS pour faciliter la marche à suivre en cas d accident du travail. Indemnisation CSST Le Guide pratique de l AQTIS pour faciliter la marche à suivre en cas d accident du travail Indemnisation CSST Reproduction interdite sans l autorisation de l AQTIS 2007 TABLE DES MATIÈRES Aide mémoire....3

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation IVIGO

Conditions Générales d'utilisation IVIGO Conditions Générales d'utilisation IVIGO 1. OBJET L application «ivigo» destinée à permettre la mise en relation de personnes recherchant un moyen de transport vers une destination donnée (ci-après dénommé

Plus en détail

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo Opéra de Dijon Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo 1 4 Article 1 Objet et décomposition du marché 4 Article 2 Durée du Marché 5

Plus en détail

Direction des Archives départementales de la Creuse, version du 20 mars 2015 CIRCULATION TEXTES DE REFERENCE

Direction des Archives départementales de la Creuse, version du 20 mars 2015 CIRCULATION TEXTES DE REFERENCE CIRCULATION Résolution DPACI/2003/006 du 30 juillet 2003 Circulaire AD 93-2 du 17 mars 1993 Circulaire AD 90-2 du 12 février 1990 Colonne n 1 : Documents TEXTES DE REFERENCE Ce tableau de gestion porte

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE FREJUS

REGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE FREJUS REGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE FREJUS Contrats d'assurance Tous Risques Chantier, Responsabilité civile Maître d Ouvrage et Dommages Ouvrage Génie Civil Aménagement du quartier de Port-Fréjus Nord

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERTISE AUTOMOBILE

RAPPORT D'EXPERTISE AUTOMOBILE RAPPORT D'EXPERTISE AUTOMOBILE CONDITIONS D EXPERTISE Expertise réalisée le 07/02/2017 à 12h00 Expertise réalisée à l adresse - INFORMATION DISPONIBLE DANS LE RAPPORT COMPLET - Conditions d examen Roues

Plus en détail

EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS

EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DE LA VENDEE EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché n 3/2014 Marché à Procédure Adaptée passé en application

Plus en détail

Procédure «véhicule endommagé» (VE/VEI) et respect du contradictoire

Procédure «véhicule endommagé» (VE/VEI) et respect du contradictoire Procédure «véhicule endommagé» (VE/VEI) et respect du contradictoire A. Rappel des notions sur la procédure VE Cette procédure 1 a pour objectif de retirer temporairement de la circulation les véhicules

Plus en détail

Fédération des caisses à savon. Règlement technique des caisses à savon Folklorique chronométrées

Fédération des caisses à savon. Règlement technique des caisses à savon Folklorique chronométrées Fédération des caisses à savon Règlement technique des caisses à savon Folklorique chronométrées Seul les caisses à savon folklorique qui respectent ce règlement peuvent êtres chronométrées, les caisses

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION ACHAT DE FOURNITURES BUREAU PAPETERIE REGLEMENT DE CONSULTATION Marché en procédure adaptée MAITRE DE L'OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU BASSIN DE NEUFCHATEAU 2 bis rue François de Neufchâteau - 88300

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance des véhicules

Ordonnance sur l assurance des véhicules Ordonnance sur l assurance des véhicules (OAV) Modification du 29 novembre 2006 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 20 novembre 1959 sur l assurance des véhicules 1 est modifiée comme suit:

Plus en détail

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 DC4 Le formulaire DC4 est un modèle de déclaration de sous-traitance qui peut être

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT PUIS-JE ÊTRE EN SITUATION D'INTERDIT BANCAIRE? COMMENT PUIS-JE EN SORTIR?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT PUIS-JE ÊTRE EN SITUATION D'INTERDIT BANCAIRE? COMMENT PUIS-JE EN SORTIR? COMMENT PUIS-JE ÊTRE EN SITUATION D'INTERDIT BANCAIRE? COMMENT PUIS-JE EN SORTIR? L'interdit bancaire Introduction Lorsqu'une personne émet un chèque, elle doit s'assurer que son compte bancaire sera provisionné

Plus en détail

RÈGLEMENT DE MISE A DISPOSITION DU MATÉRIEL COMMUNAL GERE PAR LES SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX

RÈGLEMENT DE MISE A DISPOSITION DU MATÉRIEL COMMUNAL GERE PAR LES SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX RÈGLEMENT DE MISE A DISPOSITION DU MATÉRIEL COMMUNAL GERE PAR LES SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX PREAMBULE La commune de Pont-l Abbé dispose d'un parc d'équipement et de mobilier propre à satisfaire ses

Plus en détail

CONTRAT BRIS DE MACHINES BTP KANTOR LOCATION DEMANDE D'ASSURANCE

CONTRAT BRIS DE MACHINES BTP KANTOR LOCATION DEMANDE D'ASSURANCE CONTRAT BRIS DE MACHINES BTP KANTOR LOCATION DEMANDE D'ASSURANCE Vous souhaitez assurer les matériels professionnels que vous prenez en location. Pour nous permettre de vous remettre un devis ou d'établir

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+»

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition, par des

Plus en détail

Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein

Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein Traduction 1 Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein Conclu le 18 juin 2015 Entré en vigueur par échange de notes le 1 er août 2015 Le Conseil

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC D'ÉTUDES. Réhabilitation Ecole Mayette 2 - Marché d'opc

RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC D'ÉTUDES. Réhabilitation Ecole Mayette 2 - Marché d'opc RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC D'ÉTUDES Réhabilitation Ecole Mayette 2 - Marché d'opc Date et heure limites de réception des offres : Jeudi 23 juillet 2015 à 12:00 Mairie de Vinay 7 Place de

Plus en détail

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 DC4 Le formulaire DC4 est un modèle de déclaration de sous-traitance

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RÈGLEMENT DES SINISTRES HORS (IDA)

CONVENTION POUR LE RÈGLEMENT DES SINISTRES HORS (IDA) CONVENTION POUR LE RÈGLEMENT DES SINISTRES HORS (IDA) Afin de parvenir à des règlements rapides et équitables des sinistres et d éviter les procédures judiciaires, les entreprises d assurances pratiquant

Plus en détail

CREATION D UN SITE INTERNET COMMUN ET FOURNITURE ET POSE DE SUPPORTS NUMERIQUES TACTILES EN SUD- ESSONNE

CREATION D UN SITE INTERNET COMMUN ET FOURNITURE ET POSE DE SUPPORTS NUMERIQUES TACTILES EN SUD- ESSONNE D E P A R T E M E N T D E L ' E S S O N N E COMMUNE DE DOURDAN CREATION D UN SITE INTERNET COMMUN ET FOURNITURE ET POSE DE SUPPORTS NUMERIQUES TACTILES EN SUD- ESSONNE REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.)

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES Sur procédure adaptée Passé en application de l'article 28 I et II du Code des Marchés Publics

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES Sur procédure adaptée Passé en application de l'article 28 I et II du Code des Marchés Publics MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES Sur procédure adaptée Passé en application de l'article 28 I et II du Code des Marchés Publics A IDENTIFIANTS 1. Identification de la personne morale de droit public

Plus en détail

Immobilisation et mise en fourrière du véhicule

Immobilisation et mise en fourrière du véhicule Immobilisation et mise en fourrière du véhicule Immobilisation et mise en fourrière du véhicule Anthony SUTTER anthony.sutter@live.fr Ces sanctions sont la conséquence logique d?un stationnement irrégulier

Plus en détail

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis,

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis, Convention relative au versement d une Subvention d Investissement en faveur du Groupe Hospitalier du Centre Alsace à COLMAR pour l installation de 18 nouvelles places d EHPAD transférées du Centre Départemental

Plus en détail

Règlement de mise à disposition et d utilisation de LA SALLE POLYVALENTE

Règlement de mise à disposition et d utilisation de LA SALLE POLYVALENTE COMMUNE DE SAINT ANDRE DE ROQUEPERTUIS Règlement de mise à disposition et d utilisation de LA SALLE POLYVALENTE (Délibération n 2013_DL012 du 10/04/2014 modifiée par délibération n 2014_DL090 DU 15/10/2014)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014

CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014 CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014 Les Conditions Générales ou le Contrat : les présentes conditions générales, l ensemble des formulaires liés à la carte PROS

Plus en détail

Sous-section 3 : Dispositions particulières pour les manifestations de véhicules terrestres à moteur

Sous-section 3 : Dispositions particulières pour les manifestations de véhicules terrestres à moteur Sous-section 3 : Dispositions particulières pour les manifestations de véhicules terrestres à moteur Article A331-17 Tout dossier de déclaration de concentration présenté par l'organisateur comprend :

Plus en détail

8- Assurance des chantiers

8- Assurance des chantiers 514.642.6696 ; marius@cirdfa.com 1 8- Assurance des chantiers La proposition doit contenir tous les renseignements nécessaires à la tarification du risque et à l émission de la police Aucun détail ne peut

Plus en détail

Les obligations du vendeur d un bien immobilier

Les obligations du vendeur d un bien immobilier Les obligations du vendeur d un bien immobilier LE VENDEUR DOIT FOURNIR UNE INFORMATION COMPLÈTE SUR LE BIEN AFIN QUE L ACQUÉREUR S ENGAGE EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE. DANS CE BUT, LA LOI IMPOSE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La LOI sur les ARMES du 08 juin 2006

La LOI sur les ARMES du 08 juin 2006 La LOI sur les ARMES du 08 juin 2006 (aide-mémoire à usage policier) Police Administrative INP VANDENBERGHE Th-Sv Armes-ZP Mouscron (5317) Page 2 A. Bases légales Loi du 8 juin 2006 réglant les activités

Plus en détail

FOURNITURE D UN SERVICE DE REMORQUAGE ET DE FOURRIÈRE DE VÉHICULES ROUTIERS POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

FOURNITURE D UN SERVICE DE REMORQUAGE ET DE FOURRIÈRE DE VÉHICULES ROUTIERS POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE D UN SERVICE DE REMORQUAGE ET DE FOURRIÈRE DE VÉHICULES ROUTIERS POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-11-21 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour la fourniture d un service de remorquage

Plus en détail