RÉGIME COMMUN DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE TRAITEMENTS, INDEMNITÉS ET AUTRES PRESTATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉGIME COMMUN DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE TRAITEMENTS, INDEMNITÉS ET AUTRES PRESTATIONS"

Transcription

1 CFPI RÉGIME COMMUN DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE TRAITEMENTS, INDEMNITÉS ET AUTRES PRESTATIONS Commission de la fonction publique internationale

2 RÉGIME COMMUN DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE TRAITEMENTS, INDEMNITÉS ET AUTRES PRESTATIONS Avant-propos La présente brochure, qui donne une description d'ensemble du régime commun des Nations Unies en matière de traitements, indemnités et autres prestations, a pour objet de constituer un outil de référence commode pour les États Membres, les organisations et autres utilisateurs. Les aspects essentiels de ce régime sont décrits dans le corps du texte; les barèmes des traitements et le montant des indemnités, périodiquement révisés, figurent dans des annexes, qui sont mises à jour de temps à autre. La brochure vise à donner des renseignements succincts sur les principaux éléments du régime. Elle n'expose pas toutes les conditions d'emploi spécifiées dans le statut du personnel, le règlement du personnel et le manuel d'administration du personnel de chacune des organisations qui appliquent le régime commun. Elle ne traite pas non plus des conditions d'emploi des fonctionnaires engagés pour une période de courte durée, des consultants ou du personnel chargé d'assurer les services de conférence, qui font l'objet de dispositions particulières. Les conditions d'emploi des fonctionnaires étant régies par le statut et le règlement du personnel de l'organisation qui les emploie, l'interprétation juridique ou administrative des questions de traitements, indemnités et autres prestations doit se fonder sur ces textes. Le Président de la Commission de la fonction publique internationale TABLE DES MATIÈRES Mohsen Bel Hadj Amor (ii)

3 Chapitre Page AVANT-PROPOS... i INTRODUCTION... 1 ADMINISTRATEURS ET FONCTIONNAIRES DE RANG SUPÉRIEUR I. TRAITEMENTS ET INDEMNITÉS... 2 A. Régime de rémunération B. Barème des traitements et augmentations périodiques... 2 C. Montant des traitements... 3 D. Indemnité de poste... 4 E. Allocation-logement et retenue pour logement subventionné... 5 F. Heures supplémentaires et sursalaire de nuit... 6 G. Indemnité de fonctions... 6 H. Prestations familiales... 7 I. Indemnité pour frais d'études... 7 J. Personnes à charge handicapées... 8 II. VOYAGES, INSTALLATION ET MOBILITÉ... 8 A. Frais de voyage... 8 B. Prime de mobilité et de sujétion... 9 C. Prime d'affectation D. Frais de déménagement et d'expédition d'effets personnels E. Congé dans les foyers F. Voyage de visite familiale G. Transport d'une voiture personnelle III. CONGÉS A. Congé annuel B. Congé de maladie C. Congé de maternité D. Congé spécial E. Jours fériés (F) (iv)

4 TABLE DES MATIÈRES (suite) Chapitre... Page IV. VERSEMENTS A LA CESSATION DE SERVICE A. Versement en compensation de jours de congé annuel accumulés B. Prime de rapatriement C. Indemnité de licenciement D. Capital décès V. SÉCURITÉ SOCIALE A. Assurance maladie et assurance vie B. Indemnisation en cas de maladie, d'accident ou de décès imputables à l'exercice de fonctions officielles C. Pensions AGENTS DES SERVICES GÉNÉRAUX ET AUTRES FONCTIONNAIRES RECRUTÉS SUR LE PLAN LOCAL VI. TRAITEMENTS ET INDEMNITÉS A. Régime de rémunération B. Montant des traitements C. Barèmes des traitements et augmentations périodiques D. Prime de connaissances linguistiques E. Elément de rémunération n'ouvrant pas droit à pension F. Heures supplémentaires et sursalaire de nuit G. Indemnité de fonctions H. Prestations familiales I. Personnes à charge handicapées J. Indemnités accordées aux agents des services généraux non recrutés sur le plan local VII. FRAIS DE VOYAGE ET DE DÉMÉNAGEMENT VIII. CONGÉS IX. VERSEMENTS A LA CESSATION DE SERVICE A. Rémunération à la cessation de service B. Versement en compensation de jours de congé annuel accumulés (v)

5 TABLE DES MATIÈRES (suite) Chapitre... Page C. Prime de rapatriement D. Indemnité de licenciement E. Prime de fin de service F. Capital décès X. SÉCURITÉ SOCIALE A. Assurance maladie et assurance vie B. Indemnisation en cas de maladie, d'accident ou de décès, imputables à l'exercice de fonctions officielles C. Pensions AUTRES CATÉGORIES XI. SERVICE MOBILE XII. ADMINISTRATEURS RECRUTÉS SUR LE PLAN NATIONAL CLASSEMENT DES LIEUX D'AFFECTATION SELON LES CONDITIONS DE VIE ET D'EMPLOI XIII. CADRE INSTITUTIONNEL ET RÉGLEMENTAIRE XIV. AVANTAGES SUPPLÉMENTAIRES ACCORDÉS DANS DES LIEUX D'AFFECTATION DÉSIGNÉS ANNEXES I. BARÈME DES TRAITEMENTS (ADMINISTRATEURS ET FONCTIONNAIRES DE RANG SUPÉRIEUR) II. TAUX DE CONTRIBUTION DU PERSONNEL (ADMINISTRATEURS ET FONCTIONNAIRES DE RANG SUPÉRIEUR) III. COMMENT CALCULER LE MONTANT ANNUEL DE LA RÉMUNÉRATION NETTE IV. EXEMPLE DE CALCUL DE L'ALLOCATION-LOGEMENT (vi)

6 TABLE DES MATIÈRES (suite) Chapitre... Page V. MONTANT DE L'INDEMNITÉ POUR ENFANTS À CHARGE ET DE L'INDEMNITÉ POUR PERSONNES NON DIRECTEMENT À CHARGE 28 VI. INDEMNITÉ POUR FRAIS D'ÉTUDES VII. MATRICE MOBILITÉ ET SUJÉTION VIII. STRUCTURE DE LA PRIME D'AFFECTATION IX. FRAIS DE DÉMÉNAGEMENT ET D'EXPÉDITION D'EFFETS PERSONNELS 33 X. PRIME DE RAPATRIEMENT XI. INDEMNITÉ DE LICENCIEMENT XII. RÉMUNÉRATION CONSIDÉRÉE AUX FINS DE LA PENSION (ADMINISTRATEURS ET FONCTIONNAIRES DE RANG SUPÉRIEUR) 36 XIII. TAUX DE CONTRIBUTION DU PERSONNEL (AGENTS DES SERVICES GÉNÉRAUX ET DES CATEGORIES APPARENTEES) XIV. INDEMNITÉ DE NON-RÉSIDENT (AGENTS DES SERVICES GENERAUX) 38 (vii)

7 INTRODUCTION Un régime commun des traitements, indemnités et autres prestations est appliqué par l'organisation des Nations Unies, les institutions spécialisées qui lui sont reliées, l'agence internationale de l'énergie atomique et plusieurs autres organisations internationales. Il concerne plus de fonctionnaires en poste dans plus de 600 lieux d'affectation. La Commission de la fonction publique internationale (CFPI) a été créée par l'assemblée générale des Nations Unies en 1974 pour assurer la réglementation et la coordination des conditions d'emploi dans les organisations qui appliquent ce régime. Elle se compose de 15 membres nommés par l'assemblée générale à titre personnel, compte dûment tenu du principe de la répartition géographique équitable. Les membres doivent avoir acquis une grande expérience à des postes de responsabilité dans l'administration publique ou dans des fonctions similaires. Deux d'entre eux sont choisis respectivement comme président et vice-président et exercent leurs fonctions à temps complet. La Commission est secondée dans sa tâche par un secrétariat composé de fonctionnaires travaillant pour elle à temps complet et spécialisés dans les questions de rémunération, de statistique et d'administration du personnel. De nombreux éléments du régime commun sont valables pour tous les fonctionnaires. Toutefois, en ce qui concerne les critères de recrutement, les traitements et les indemnités, il convient de distinguer deux grands groupes : d'une part, les administrateurs et fonctionnaires de rang supérieur (ci-après généralement dénommés "administrateurs"); d'autre part, les agents des services généraux et autres fonctionnaires recrutés sur le plan local (ci-après généralement dénommés "agents des services généraux"). La présente brochure expose les conditions d'emploi de ces groupes dans deux parties distinctes et traite également de deux autres catégories, à effectifs relativement réduits : le Service mobile et les administrateurs recrutés sur le plan national. ADMINISTRATEURS ET FONCTIONNAIRES DE RANG SUPÉRIEUR I. TRAITEMENTS ET INDEMNITÉS A. Régime de rémunération Les administrateurs et fonctionnaires de rang supérieur sont recrutés sur le plan international et sont rémunérés sur la base de barèmes de traitements universels que l'assemblée générale fixe sur la recommandation de la CFPI. Ce régime commun des traitements est lui-même fondé sur un système commun de classement des emplois élaboré par la CFPI. Les normes de classement sont réparties entre trois niveaux. La norme-cadre (premier niveau), qui emploie un système d'évaluation par points en fonction de facteurs, est la plus générale. Six facteurs sont pris en compte pour classer un emploi : connaissances professionnelles, difficulté du travail, marge d'initiative, relations dans le travail, responsabilité hiérarchique et effet du travail. La norme de premier niveau fournit également un cadre pour la conception d'emplois et la planification des ressources humaines. Le deuxième groupe de normes (normes du deuxième niveau) consiste en normes distinctes décrivant les principaux groupes professionnels. Ces normes descriptives, qui donnent des exemples d'attributions caractéristiques pour chaque classe, aident à montrer comment appliquer la norme-cadre, en établissant des distinctions entre

8 les niveaux des tâches au sein d'une même organisation et en attribuant la classe qui convient à des fonctions analogues dans différentes organisations. Des normes du deuxième niveau ont été établies pour les groupes professionnels ci-après : traducteurs et réviseurs; spécialistes de la gestion du personnel; économistes; administrateurs de la coopération technique; informaticiens; spécialistes des achats et des marchés; vérificateurs des comptes; ingénieurs des travaux publics; spécialistes de l'information; spécialistes de la gestion financière; juristes; éditeurs; statisticiens. Le troisième groupe de normes (normes du troisième niveau) concerne les emplois correspondant à une classe donnée dans un seul domaine d'activité, au sein d'une même organisation. Le traitement des administrateurs et des fonctionnaires de rang supérieur se compose de deux principaux éléments : le traitement de base minimum et l'indemnité de poste, exprimés l'un et l'autre en dollars des États-Unis. L'indemnité de poste, qui est fonction du coût de la vie, a pour objet de préserver l'équivalence des pouvoirs d'achat d'un lieu d'affectation à l'autre. Le terme "traitement" ou l'expression "rémunération nette" utilisés dans la présente brochure s'entendent du traitement de base minimum, majoré du montant de l'indemnité de poste fixée pour le lieu d'affectation considéré. Le terme "net" est défini dans la section B ci-après. B. Barème des traitements et augmentations périodiques Les catégories des administrateurs et des fonctionnaires de rang supérieur comprennent cinq classes d'administrateur (P-1 à P-5) et deux classes de directeur (D-1 et D-2), ainsi que les rangs de sous-secrétaire général et de secrétaire général adjoint dans certaines organisations et de sous-directeur général et de directeur général adjoint dans d'autres. Le barème des traitements de base des administrateurs et fonctionnaires de rang supérieur figure dans l'annexe I. Ce barème (montants bruts et montants nets) est appliqué uniformément, dans le monde entier, par toutes les organisations qui appliquent le régime commun. Les traitements sont exprimés en dollars des États-Unis, mais, dans la plupart des lieux d'affectation, les fonctionnaires doivent accepter de recevoir en monnaie locale une part de leur traitement. Le traitement de base minimum est utilisé pour calculer les montants du différentiel indemnité de poste/coût de la vie (voir section D). Pour chaque 1 % de différentiel de coût de la vie indiqué par l'indice d'ajustement, 1 % du traitement de base minimum est ajouté au traitement de base. Le barème des traitements de base minima ne fait pas l'objet de déductions. On l'utilise aussi pour calculer la prime de mobilité et de sujétion (voir chapitre II, section B) et certains versements à la cessation de service (voir chapitre IV, section A). Contributions du personnel. Les contributions du personnel sont une forme d'impôt interne géré par les organisations. Les taux en sont établis sur la base des taux d'imposition sur le revenu en vigueur dans les sept villes sièges des organisations qui appliquent le régime commun (Genève, Londres, Montréal, New York, Paris, Rome et Vienne)

9 Les barèmes des traitements de base sont exprimés en montants bruts et nets. En déduisant des montants bruts les contributions du personnel aux taux prévus, soit pour les fonctionnaires sans charges de famille soit pour les fonctionnaires avec charges de famille (voir annexe II), on obtient les traitements nets. Les intéressés perçoivent les traitements de base nets indiqués dans le barème des traitements (annexe I). Impôt sur le revenu. La plupart des États Membres exonèrent les fonctionnaires des Nations Unies d'impôt sur le revenu en ce qui concerne les émoluments versés par les Nations Unies. Toutefois, quelques-uns d'entre eux imposent les émoluments de leurs ressortissants. En pareil cas, les organisations remboursent les intéressés, selon des modalités qui varient d'une organisation à l'autre. Augmentations périodiques de traitement. Des augmentations périodiques de traitement au sein d'une même classe sont accordées aux fonctionnaires dont les services donnent satisfaction. La plupart sont accordées tous les ans, mais elles ne le sont que tous les deux ans pour l'échelon le plus élevé de la classe P-2, au-delà de l'échelon XIII de la classe P-3, au-delà de l'échelon XII de la classe P-4, au-delà de l'échelon X de la classe P-5, au-delà de l'échelon IV de la classe D-1 et pour tous les échelons de la classe D-2. Incitation à l'apprentissage d'une seconde langue. Dans certaines organisations, l'intervalle entre deux augmentations de traitement peut être réduit à 10 mois et 20 mois, respectivement, dans le cas des fonctionnaires qui ont une connaissance suffisante et vérifiée d'une seconde langue officielle de l'organisation. C. Montant des traitements Le montant des traitements des administrateurs est déterminé sur la base du principe Noblemaire, du nom du Président d'un comité de la Société des Nations. Ce principe veut que l'administration internationale soit en mesure de recruter du personnel dans tous les États Membres, y compris celui où la fonction publique est la mieux rémunérée. En conséquence, les traitements des administrateurs sont fixés par référence à la rémunération de l'administration nationale la mieux rémunérée. La CFPI procède à des vérifications périodiques pour identifier l'administration en question, qui doit, par sa taille et sa structure, se prêter à une comparaison valable. Jusqu'ici, c'est l'administration fédérale des États-Unis qui a été considérée comme l'administration nationale la mieux rémunérée. Des études périodiques établissent des équivalences entre chacune des classes (P-1 à D-2) des organismes des Nations Unies et chacune des classes correspondantes de la fonction publique de référence. Ces équivalences servent d'assise pour comparer la rémunération des deux administrations à leurs bases respectives (New York et Washington D.C.). La rémunération nette aux Nations Unies (traitement de base majoré de l'indemnité de poste) à New York pour chaque classe, de P-1 à D-2, est comparée à la rémunération (nette d'impôt sur le revenu) d'emplois classés de façon équivalente dans la fonction publique de référence à Washington D.C. Le rapport résultant de la comparaison sur une période de 12 mois est appelé marge. Une marge en faveur des traitements des Nations Unies est jugée nécessaire pour compenser divers facteurs précis liés à l'expatriation. Un ajustement tenant compte de la différence de coût de la vie entre New York et Washington D.C. est inclus dans le calcul de la marge. Cette dernière doit rester dans une fourchette de 110 à 120, avec un point médian souhaitable de 115. La CFPI applique les - 3 -

10 procédures voulues pour que tel soit bien le cas. D. Indemnité de poste La raison d'être du système des indemnités de poste est que la rémunération des administrateurs ait le même pouvoir d'achat dans tous les lieux d'affectation. Comme le coût de la vie varie sensiblement entre ces derniers, ladite rémunération est fixée à des niveaux différents dans chacun d'eux pour compenser les différences constatées dans le coût de la vie. Ces différences font l'objet d'enquêtes intervilles menées périodiquement dans tous les lieux d'affectation, qui permettent de mesurer le coût de la vie dans un lieu d'affectation par rapport à ce qu'il est à la base du système (New York). Les résultats sont reflétés dans un indice d'ajustement pour chaque lieu d'affectation. Les villes où le coût de la vie est plus élevé qu'à New York ont des indices d'ajustement plus élevés et, par conséquent, des rémunérations plus élevées, l'inverse étant vrai pour les lieux d'affectation moins chers que New York. Les indices d'ajustement, tels qu'ils sont déterminés par des enquêtes intervilles quadriennales ou quinquennales, sont mis à jour mensuellement pour refléter les fluctuations de l'inflation et des taux de change (monnaie locale par rapport au dollar des États-Unis). Ils servent alors de base pour établir les classements aux fins des ajustements qui déterminent directement le montant des rémunérations (traitement de base plus indemnité de poste). Ces classements spécifient le nombre de points d'ajustement qui viennent se greffer sur le traitement de base net dans tout lieu d'affectation. Un point d'ajustement est égal à 1 % du traitement de base. Par conséquent, un coefficient d'ajustement de 10 se traduit par une indemnité de poste qui est égale à 10 % du traitement de base et vient s'ajouter au traitement de base minimum. Les dispositions concernant la mise à jour des classements aux fins des ajustements diffèrent selon que les lieux d'affectation sont à monnaie forte ou à monnaie faible. Pour les premiers, une modification de l'indemnité de poste en fonction de l'inflation intervient à la plus rapprochée des deux dates suivantes : soit après une variation d'au moins 5 % de l'indice d'ajustement, soit 12 mois après la dernière modification. Les modifications des taux de change dans ces lieux d'affectation sont reflétées mensuellement dans les classements aux fins des ajustements. Pour les autres lieux d'affectation (à monnaie faible), ces classements sont revus tous les quatre mois en fonction des fluctuations de l'inflation et des taux de change

11 La CFPI examine maintenant chaque année le montant des traitements de base minima payables aux fonctionnaires dans tous les lieux d'affectation. Il s'ensuit habituellement que l'assemblée générale relève le barème des traitements de base minima en y incorporant un certain nombre de points d'ajustement. Ce processus garantit que les rémunérations minima aux Nations Unies sont mises à jour pour tenir compte des variations de la rémunération dans la fonction publique de référence. Cependant, une retombée de ces relèvements du barème est que tous les classements et coefficients d'ajustement doivent être recalculés, car l'objet des modifications dudit barème n'est pas d'accorder une augmentation générale de traitement applicable dans tous les lieux d'affectation, mais plutôt de n'accorder d'augmentation que dans les lieux d'affectation à indemnité de poste faible ou inexistante. A cet égard, il convient de noter qu'il y a une importante distinction à faire entre le barème des traitements de base minima et la rémunération effective versée à la base du système. New York, en tant que base du système, sert de point de référence pour mesurer les différentiels de coût de la vie entre lieux d'affectation, mais les rémunérations qui y sont versées consistent, en règle générale, en deux éléments : traitement de base minimum et indemnité de poste. Le montant des rémunérations à New York, comme dans les autres lieux d'affectation, est, en règle générale, ajusté en fonction des variations du coût de la vie dans le lieu d'affectation, alors que le montant des traitements de base minima l'est en fonction des variations des traitements dans la fonction publique de référence. La gestion du système des indemnités de poste incombe à la CFPI. Par conséquent, les modifications de classement des lieux d'affectation aux fins des ajustements et les modifications connexes des points d'ajustement sont approuvées et promulguées mensuellement par le Président de la Commission. Le fonctionnement du système des indemnités de poste est décrit de façon plus détaillée dans une brochure publiée par la Commission, intitulée "Le système des ajustements, description du système et de son fonctionnement". Des exemples de calcul de la rémunération nette (traitement de base, majoré de l'indemnité de poste) sont donnés dans l'annexe III. E. Allocation-logement et retenue pour logement subventionné Le système d'allocation-logement et de retenue pour logement subventionné, qui fait partie intégrante du système des indemnités de poste, a été conçu pour assurer un traitement égal aux fonctionnaires en ce qui concerne le coût du logement. L'indice d'ajustement d'un lieu d'affectation comprend un élément "loyer", calculé sur la base des loyers moyens payés par les fonctionnaires internationaux en poste dans la ville en question. L'expérience a montré que les fonctionnaires nouvellement arrivés doivent en général payer des loyers sensiblement plus élevés que la moyenne. Les fonctionnaires en poste depuis un certain temps dans ce même lieu d'affectation peuvent se trouver dans la même situation, pour des raisons indépendantes de leur volonté, s'ils sont contraints de déménager. En revanche, un gouvernement hôte met parfois des logements à la disposition des fonctionnaires, à qui il arrive alors d'acquitter des loyers considérablement inférieurs aux prix du marché. Cela étant, l'organisation verse une allocation-logement ou opère une retenue pour logement subventionné, selon les modalités indiquées ci-après

12 Allocation-logement. Le fonctionnaire peut recevoir une allocation-logement lorsque le loyer qu'il paie dépasse ce que l'on appelle seuil de subvention. Dans les bureaux extérieurs, le montant de l'allocation est égal à 80 % de la fraction du loyer effectif qui dépasse le seuil de subvention, dans la plupart des cas sous réserve d'une certaine limite. Les seuils de subvention applicables dans les divers lieux d'affectation sont approuvés et promulgués par le Président de la CFPI. Dans les villes sièges, l'allocation représente d'abord 80 % de la différence pendant les quatre premières années, et elle est ramenée à 60 %, 40 % et 20 % respectivement pour les trois années suivantes, après quoi elle cesse d'être versée. En règle générale, elle ne dépasse pas 40 % du loyer, mais, dans quelques bureaux extérieurs où les prix du marché sont excessivement élevés, ce plafond de 40 % peut être supprimé. Les demandes d'allocation-logement sont passées en revue pour s'assurer que le logement est d'une qualité raisonnable par rapport aux critères fixés. Si le logement considéré est plus spacieux ou de meilleure qualité que la norme applicable dans le lieu d'affectation considéré, l'allocation est calculée sur la base de cette norme. L'annexe IV donne un exemple de calcul d'allocation-logement. Retenue pour logement subventionné. Il arrive que des fonctionnaires soient logés par un gouvernement, une institution ou une organisation moyennant paiement d'un loyer sensiblement inférieur à la moyenne retenue dans l'indemnité de poste. En pareil cas, une retenue peut être opérée sur le traitement. Si le chef du bureau local certifie que le logement est manifestement inférieur à la norme, la retenue peut être réduite de moitié et, dans certains cas tout à fait exceptionnels, le Président de la CFPI peut dispenser de toute retenue. F. Heures supplémentaires et sursalaire de nuit Heures supplémentaires. Les administrateurs n'ont pas droit au paiement des heures supplémentaires. Dans certaines organisations, un congé de compensation peut être accordé à ceux qui ont dû faire des heures supplémentaires nombreuses ou fréquentes. Sursalaire de nuit. Dans certaines organisations, un sursalaire de nuit peut être autorisé pour les administrateurs qui sont régulièrement appelés à travailler de nuit. G. Indemnité de fonctions Un fonctionnaire qui est appelé à assumer pendant un laps de temps appréciable toutes les obligations et responsabilités d'un poste manifestement plus élevé que le sien peut recevoir une indemnité communément appelée indemnité de fonctions, qui, en règle générale, revêt un caractère temporaire et n'entre pas dans le calcul de la rémunération considérée aux fins de la pension. Le montant de cette indemnité équivaut habituellement à la différence entre le traitement normal du fonctionnaire et celui qu'il recevrait s'il avait été promu à la classe du poste qu'il occupe

13 H. Prestations familiales Les prestations familiales revêtent la forme d'un traitement net et d'indemnités plus élevés pour les fonctionnaires ayant des charges de famille que pour ceux qui n'en ont pas, ainsi que d'indemnités forfaitaires pour enfants à charge et personnes non directement à charge. Il n'est pas versé d'indemnité pour conjoint à charge dans le cas des administrateurs. Le taux de contribution du personnel appliqué au traitement brut est plus faible pour les fonctionnaires ayant un conjoint à charge ou un enfant à charge que pour un fonctionnaire sans charges de famille, si bien que l'intéressé reçoit un traitement de base net plus élevé. Il en va de même pour l'indemnité de poste (voir plus haut, section D), la prime de mobilité et de sujétion (voir chapitre II, section B) et l'indemnité d'affectation (voir chapitre II. section C). Les taux charges de famille/sans charges de famille s'appliquent aussi aux versements à la cessation de service (voir chapitre IV). Tous les fonctionnaires remplissant les conditions voulues ont droit, à titre d'avantage social, à des indemnités forfaitaires pour enfants à charge. Le montant de l'indemnité est calculé à partir de la moyenne des prestations sociales et dégrèvements fiscaux en vigueur dans les sept villes sièges. Il est exprimé en dollars des États-Unis dans certains pays, mais dans d'autres pays à monnaie forte il l'est en monnaie locale. On entend par enfant à charge un enfant âgé de moins de 18 ans, ou de moins de 21 ans s'il fréquente régulièrement une école ou une université. Si un administrateur a des enfants à charge mais n'a pas de conjoint à charge, il a droit, au titre du premier de ces enfants, au versement d'un traitement et d'indemnités calculés aux taux applicables aux fonctionnaires qui ont des charges de famille, mais, dans ce cas, l'enfant considéré ne donne pas droit à indemnité pour enfant à charge. Lorsqu'un fonctionnaire n'a pas de personne directement à sa charge, une indemnité pour personne non directement à charge C père, mère, frère ou soeur C peut lui être versée, sous réserve qu'il soit établi, selon des critères bien déterminés, qu'il contribue à l'entretien de l'intéressé. Il ne peut y avoir cumul d'indemnités pour personne non directement à charge. L'annexe V indique les montants des indemnités pour enfants à charge et personnes non directement à charge. I. Indemnité pour frais d'études Les fonctionnaires recrutés sur le plan international qui sont affectés ailleurs que dans leur pays d'origine ont droit à une indemnité destinée à couvrir une partie des frais d'études de leurs enfants qui fréquentent régulièrement un établissement d'enseignement. L'indemnité pour frais d'études est versée jusqu'à la fin de la quatrième année d'études post-secondaires ou l'obtention du premier diplôme reconnu, si celui-ci est obtenu plus tôt, l'âge limite étant fixé à 25 ans. Le montant de l'indemnité est égal à 75 % des frais de scolarité autorisés, à concurrence des plafonds indiqués dans l'annexe VI

14 Dans le cas des fonctionnaires en poste dans des lieux d'affectation considérés comme dépourvus d'établissements d'enseignement adéquats, les frais de pension dans les établissements d'enseignement primaire et secondaire sont remboursables à 100 %, jusqu'à concurrence d'un certain montant, en sus du plafond de l'indemnité pour frais d'études. Les fonctionnaires ont droit, une fois par année scolaire, au paiement des frais de voyage aller et retour de l'enfant entre le lieu d'affectation et l'établissement d'enseignement à condition que ceux-ci soient situés dans des pays différents. Dans le cas des fonctionnaires en poste dans des lieux d'affectation dépourvus d'établissements d'enseignement adéquats, les frais de voyage peuvent être payés deux fois au cours de l'année durant laquelle le fonctionnaire n'a pas droit au congé dans les foyers. Le plafond des frais de voyage remboursés au titre des études est égal au prix du voyage aller et retour entre le lieu d'affectation et le lieu où le fonctionnaire prend son congé dans les foyers. Lorsqu'un fonctionnaire est réaffecté dans son pays d'origine après avoir été en poste dans un lieu d'affectation où il recevait une indemnité pour frais d'études, l'organisation peut décider de continuer à lui verser cette indemnité pendant le reste de l'année scolaire ou universitaire, afin de lui faciliter la transition. J. Personnes à charge handicapées Des mesures spéciales sont prévues pour aider les fonctionnaires qui ont à leur charge des personnes handicapées. Dans le cas d'un enfant handicapé, le montant de l'indemnité pour enfant à charge est le double du montant habituel et l'indemnité pour frais d'études représente 100 % des frais de scolarité, jusqu'à concurrence du plafond spécifié dans l'annexe VI. Le paiement des frais médicaux et des frais de voyage fait aussi l'objet de dispositions spéciales, dont l'application est laissée à la discrétion du chef de secrétariat de chaque organisation. II. VOYAGES, INSTALLATION ET MOBILITÉ A. Frais de voyage En règle générale, l'organisation paie les frais de voyage des fonctionnaires lors de l'engagement initial, d'un changement de lieu d'affectation, de la cessation de service, d'un voyage en mission, du congé dans les foyers et d'un voyage de visite familiale. (Les dispositions applicables dans chaque cas sont décrites dans les sections pertinentes de la présente brochure.) En règle générale, les frais de voyage du conjoint et des enfants à charge sont payés : lors de l'affectation initiale ou de la réaffectation du fonctionnaire pour une année au moins, lors de la cessation de service, lors d'un voyage autorisé au titre des études, lors du congé dans les foyers. Le paiement des frais de voyage comprend une indemnité journalière de subsistance, dont les taux sont fixés et promulgués par le Président de la CFPI. Ces taux sont majorés de 15 % pour les fonctionnaires des classes D-1 et D-2 et de 40 % pour les fonctionnaires ayant rang de sous-secrétaire général ou de secrétaire général adjoint, ou un rang équivalent. Une - 8 -

15 indemnité journalière de subsistance, d'un montant équivalant à la moitié du montant prévu pour le fonctionnaire, est également versée pour les membres de la famille concernés. Toutefois, il n'est pas versé d'indemnité à l'occasion des voyages au titre des études, du congé dans les foyers ou des voyages de visite familiale, sauf dans certaines conditions pour les escales faites à l'occasion de ces voyages. Les faux frais au départ et à l'arrivée font l'objet de remboursements distincts. Dans les cas exceptionnels où des fonctionnaires et leur famille doivent être évacués pour des raisons médicales ou de sécurité, les organisations prennent également à leur charge certains frais de voyage et dépenses connexes bien déterminés. B. Prime de mobilité et de sujétion La prime de mobilité et de sujétion a pour but de faciliter les mutations d'un lieu d'affectation à l'autre qu'exige le bon fonctionnement des organisations, et de compenser les difficultés que les fonctionnaires rencontrent dans certains lieux d'affectation. La prime, qui n'ouvre pas droit à pension, est déterminée par référence au barème des traitements de base minima applicable aux fonctionnaires ayant des charges de famille. Elle est exprimée en pourcentage du traitement d'un fonctionnaire à l'échelon VI de la classe P-4, qui correspond au point médian du barème. Le montant obtenu est payable aux fonctionnaires des classes P-4 et P-5; il est majoré de 13 % aux classes supérieures et minoré de 13 % aux classes inférieures. Que les personnes à la charge du fonctionnaire l'accompagnent ou non au lieu d'affectation, la prime de l'intéressé est calculée au taux applicable aux fonctionnaires ayant des charges de famille. Les fonctionnaires sans charges de famille reçoivent une prime égale à 75 % de celle qui leur serait versée s'ils avaient des personnes à charge. Aux fins de l'attribution de la prime de mobilité et de sujétion et de la prime d'affectation (voir plus loin, section C), les lieux d'affectation sont rangés dans l'une des six catégories ci-après : H Villes sièges et autres lieux d'affectation situés dans des pays où les organismes des Nations Unies n'ont aucun programme de développement ou d'aide humanitaire A} B} C} Autres lieux d'affectation (par ordre croissant de pénibilité) D} E} La méthode de classement des lieux d'affectation est décrite plus loin, au chapitre XIV. Sujétion. Cet élément est exprimé en pourcentage du traitement de base minimum de référence, comme suit : H - zéro; A - zéro; B - 8 %; C - 15 %; D - 20 %; E - 25 %

16 Mobilité. Cet élément est payable aux fonctionnaires qui ont déjà passé cinq années consécutives au service des Nations Unies. Dans les lieux d'affectation des catégories A à E, il est payable à partir de la deuxième affectation, au taux de 10 %, et il augmente de 2 % à chaque nouvelle affectation jusqu'à la cinquième incluse, soit un maximum de 16 %. Dans les lieux d'affectation de la catégorie H, les trois premières affectations n'ouvrent pas droit à cet élément, qui, en outre, commence à un niveau plus faible et n'est versé que si l'intéressé a été affecté au moins deux fois dans un des lieux d'affectation des catégories A à E. Après cinq années de service consécutives dans un même lieu d'affectation, l'élément "mobilité" est, en règle générale, réduit de 10 points de pourcentage. Les éléments "mobilité" et "sujétion" sont regroupés dans une même matrice, qui figure dans l'annexe VII, où l'on trouvera également des exemples de calcul de la prime. Le résultat obtenu est modulé suivant que le bénéficiaire de la prime a droit à un déménagement complet ou à l'expédition d'une partie seulement de ses effets personnels (voir aussi plus loin, section D). C. Prime d'affectation Une prime d'affectation est versée aux fonctionnaires qui, lors de leur engagement ou d'une mutation, sont nommés pour un an au moins dans un lieu d'affectation où ils se rendent aux frais de l'organisation. Cette prime a pour objet de couvrir les dépenses que l'installation dans le lieu d'affectation oblige les intéressés à engager avant le départ et une fois sur place. La prime se compose d'une indemnité journalière de subsistance et d'un élément forfaitaire. Le fonctionnaire reçoit pendant 30 jours l'indemnité journalière de subsistance au taux plein pour lui-même et à la moitié de ce taux pour chacun des membres de sa famille dont l'organisation a payé le voyage jusqu'au lieu d'affectation. La somme forfaitaire est égale, selon le cas, à un ou deux mois de traitement de base net dans le lieu d'affectation. Son montant effectif varie selon la durée de l'affectation, le droit à déménagement (déménagement complet ou expédition d'une partie des effets personnels) et le lieu d'affectation : bureau extérieur (catégories A à E) ou ville siège (catégorie H). La structure de la prime d'affectation est décrite dans l'annexe VIII, où le lecteur trouvera également des exemples de calcul de la prime. D. Frais de déménagement et d'expédition d'effets personnels En règle générale, l'organisation paie les frais de déménagement du mobilier et des effets personnels ou les frais d'expédition d'une partie de ces derniers. Le choix de l'une ou de l'autre formule dépend des besoins de l'organisation en l'occurrence (notamment pour ce qui est de la durée de l'affectation). Des limites, de poids et de volume, ont été établies pour les envois effectués dans le cadre d'un déménagement (voir annexe IX); le coût de l'emballage, des caisses et des assurances est couvert. Les montants de la prime d'affectation et de la prime de mobilité et de sujétion varient selon que le fonctionnaire a droit à un déménagement complet ou à l'expédition d'une partie seulement de ses effets personnels

17 Si un fonctionnaire, qui a droit au déménagement de son mobilier, est temporairement muté dans un autre lieu d'affectation sans bénéficier de ce droit et est censé revenir dans son lieu d'affectation d'origine, l'organisation peut payer des frais d'entreposage. E. Congé dans les foyers Les fonctionnaires en poste ailleurs que dans leur pays d'origine, ainsi que leur conjoint et les enfants à leur charge, ont, en règle générale, le droit de se rendre tous les deux ans dans leur pays d'origine, aux frais de l'organisation. L'objet du congé dans les foyers est de permettre aux fonctionnaires et aux membres de leur famille de renouer les liens qui les attachent à leur pays d'origine. Le fonctionnaire en congé dans les foyers doit passer une partie minimale de son congé annuel dans son pays d'origine. Il n'est pas accordé de journée de congé annuel supplémentaire à ce titre, mais un délai de route raisonnable est accordé, correspondant à la durée du voyage entre le lieu d'affectation et le lieu du congé dans les foyers. Le congé dans les foyers peut être accordé tous les 12 mois si l'intéressé est en poste dans un lieu d'affectation particulièrement pénible (voir aussi chapitre XIV). F. Voyage de visite familiale Si aucun des membres concernés de la famille du fonctionnaire ne s'est rendu dans le lieu d'affectation aux frais de l'organisation pendant les 12 mois précédents (hormis le cas des voyages d'enfants au titre d'études), l'organisation peut payer le coût du voyage acquitté par le fonctionnaire pour rendre visite à sa famille. En règle générale, un congé de cette nature peut être pris tous les deux ans, à condition que ce ne soit pas une année où l'intéressé prend un congé dans les foyers (voir aussi chapitre XIV). Les frais de voyage peuvent être payés jusqu'au lieu du congé dans les foyers, au lieu de recrutement ou au précédent lieu d'affectation. G. Transport d'une voiture personnelle Dans certains lieux d'affectation désignés, situés ailleurs qu'en Europe ou en Amérique du Nord, l'organisation peut rembourser, sous réserve d'un maximum déterminé, une partie du coût du transport de la voiture personnelle d'un fonctionnaire jusqu'au lieu d'affectation. Un lieu d'affectation peut être désigné à cette fin s'il est impossible ou difficile de s'y procurer une voiture à usage personnel et si une voiture de particulier ne peut être revendue ou ne peut l'être qu'à bas prix. III. CONGÉS A. Congé annuel Pendant tout le temps qu'ils reçoivent leur plein traitement, les fonctionnaires ont droit à deux jours et demi de congé annuel par mois. Ce congé est accumulable, mais on ne peut en reporter plus de 60 jours au-delà d'une date limite fixée par l'organisation. B. Congé de maladie

18 Les fonctionnaires empêchés par une maladie ou un accident d'exercer leurs fonctions peuvent bénéficier d'un congé de maladie. La durée de ce congé dépend de l'organisation dont ils relèvent et de la nature de leur engagement. C. Congé de maternité Les fonctionnaires ont droit à un congé de maternité à plein traitement, en règle générale à compter de six semaines avant la date prévue pour l'accouchement, la durée totale étant de 16 semaines. Le congé de maternité ouvre droit à congé annuel, à condition que l'intéressée reprenne ensuite son travail pendant au moins six mois. Il n'est pas accordé de congé de maladie pour un accouchement, sauf complications graves. D. Congé spécial Un congé spécial, à plein traitement, à traitement partiel, ou sans traitement, peut être accordé à des fonctionnaires soit pour leur permettre de poursuivre des études ou des recherches dans l'intérêt de l'organisation, soit dans des cas exceptionnels de maladie prolongée, soit en cas d'adoption d'un enfant, soit encore pour toute autre raison importante. La durée du congé spécial est fixée dans chaque cas par le chef du secrétariat de l'organisation. E. Jours fériés Des jours fériés, au nombre généralement de neuf par an, sont fixés pour chaque lieu d'affectation. Ils ne sont pas imputés sur le congé annuel et leurs dates varient selon les conditions et coutumes locales. IV. VERSEMENTS À LA CESSATION DE SERVICE A. Versement en compensation de jours de congé annuel accumulés Si, à la cessation de service, les fonctionnaires ont à leur crédit des jours de congé annuel qu'ils n'ont pu prendre pour raisons de service, ces jours peuvent donner lieu à versement d'une somme calculée sur la base de la rémunération nette payable au lieu d'affectation où les intéressés étaient en poste avant la cessation de service. Le maximum pouvant être pris en considération est de 60 jours. B. Prime de rapatriement Une prime de rapatriement est due, à la cessation de service, aux fonctionnaires recrutés sur le plan international pour les périodes de service accomplies en dehors de leur pays d'origine. En règle générale, les intéressés doivent apporter la preuve qu'ils s'installent dans un pays autre que celui de leur dernier lieu d'affectation, mais le versement de la prime n'est pas subordonné à la réintégration du pays d'origine. Le montant de la prime est calculé par référence au barème des traitements de base minima et varie selon la situation de famille et la durée des services en dehors du pays d'origine, sous réserve des maxima indiqués dans

19 l'annexe X. La prime n'est pas versée aux fonctionnaires renvoyés sans préavis. C. Indemnité de licenciement Une indemnité de licenciement peut être versée aux fonctionnaires que leur organisation licencie pour l'une des raisons ci-après : suppression de poste ou compression de personnel, mauvaise santé ou incapacité de continuer de remplir leurs fonctions, services ne donnant pas satisfaction, licenciement amiable. Un fonctionnaire licencié pour services ne donnant pas satisfaction ou renvoyé pour faute (autre que faute grave donnant lieu à renvoi sans préavis) peut recevoir une indemnité ne pouvant dépasser la moitié du montant intégral. Il n'est pas versé d'indemnité de licenciement dans les autres cas de cessation de service (démission, expiration d'un engagement de durée déterminée, renvoi sans préavis, abandon de poste, retraite prise dans les conditions prévues par les statuts de la Caisse des pensions). Le montant de l'indemnité de licenciement versée en cas de mauvaise santé ou d'incapacité est amputé du montant de toute indemnité pour invalidité totale reçue de la Caisse des pensions. D. Capital décès En cas de décès en cours d'emploi d'un fonctionnaire engagé pour un an ou plus ou ayant déjà accompli un an de service, un capital décès est versé au conjoint survivant et/ou aux enfants à charge. Le montant en est calculé conformément au barème ci-après : Années de service accomplies Mois de traitement de base minimum 3 ou moins ou plus

20 V. SÉCURITÉ SOCIALE A. Assurance maladie et assurance vie Les organisations offrent des plans d'assurance-groupe maladie aux fonctionnaires et aux personnes à leur charge et acquittent une partie des primes. Dans certains cas, le plan d'assurance maladie complète les systèmes publics locaux d'assurance maladie. Il existe aussi des plans d'assurance-groupe sur la vie ou d'assurance-groupe accident. La participation étant volontaire, le coût en est entièrement à la charge des intéressés. B. Indemnisation en cas de maladie, d'accident ou de décès imputables à l'exercice de fonctions officielles Les organisations ont adopté des plans permettant d'indemniser les fonctionnaires ou les personnes reconnues à leur charge en cas de maladie, d'accident ou de décès imputables à l'exercice de fonctions officielles à leur service. C. Pensions La Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies sert des pensions de retraite, d'invalidité et de réversion au personnel des organisations qui lui sont affiliées. Son fonctionnement est décrit en détail dans ses statuts et règlements, ainsi que dans une brochure explicative qu'elle a publiée sous le titre Régime des pensions des Nations Unies. Les fonctionnaires nommés pour six mois ou plus ou qui ont accompli six mois de service sans interruption de plus de 30 jours acquièrent la qualité de participants à la Caisse. Un barème universel des rémunérations considérées aux fins de la pension, que l'on utilise pour calculer les cotisations à la Caisse ainsi que les prestations, s'applique à tous les administrateurs. Le barème actuel figure dans l'annexe XII. Le taux actuel de cotisation à la Caisse est de 23,7 % de la rémunération considérée aux fins de la pension, deux tiers étant à la charge de l'organisation et un tiers à celle de l'intéressé. Les pensions sont calculées sur la base de la rémunération moyenne finale, c'est-à-dire de la rémunération annuelle moyenne, considérée aux fins de la pension pendant les 36 mois durant lesquels elle a été la plus élevée au cours des cinq dernières années de la période d'affiliation. Les taux de constitution des retraites, qui peuvent varier selon la date à laquelle l'intéressé a acquis la qualité de participant à la Caisse, sont indiqués en détail dans les règlements de cette dernière. Conformément aux dispositions des statuts de la Caisse, une pension d'enfant peut être versée concurremment avec une pension de participant et une pension de réversion peut être versée à un conjoint, un enfant ou une personne non directement à charge. La Caisse ne rembourse pas les impôts nationaux auxquels sont assujetties les pensions. AGENTS DES SERVICES GÉNÉRAUX ET AUTRES FONCTIONNAIRES RECRUTÉS SUR LE PLAN LOCAL

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(81)23 1 mai 1981 QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Rémunération du personnel des services généraux et autres dépenses de personnel

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/43 18 juillet 1997 Original anglais Point 9.14 de l'ordre du jour provisoire CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES

Plus en détail

Concours de recrutement de traducteurs de langue française (2008) Avis de concours

Concours de recrutement de traducteurs de langue française (2008) Avis de concours United Nations Nations Unies Concours de recrutement de traducteurs de langue française (2008) Avis de concours 1. L Organisation des Nations Unies prévoit d organiser un concours de recrutement de traducteurs

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II)

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II) NOTE D INFORMATION CV/ NT Réf. : II-13-1 et II-13-3-3 1 er septembre 2006 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES/loi financ. Sécurité sociale 06 Indemnités journalières LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT

Plus en détail

LES PRESTATIONS DE L'ASSURANCE MALADIE DU REGIME SPECIAL

LES PRESTATIONS DE L'ASSURANCE MALADIE DU REGIME SPECIAL LES PRESTATIONS DE L'ASSURANCE MALADIE DU REGIME SPECIAL L'assurance maladie offre aux fonctionnaires territoriaux relevant du régime spécial de sécurité sociale deux types de protection : - des prestations

Plus en détail

Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT

Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT CIRCULAIRE N O 666 HRD Série: 6 Distribution A 1 04.04.2007 Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT 1. La présente circulaire annule et remplace

Plus en détail

C 2013/3 Plan à moyen terme 2014-2017 et Programme de travail et budget 2014-2015. Note d'information n 6 juin 2013

C 2013/3 Plan à moyen terme 2014-2017 et Programme de travail et budget 2014-2015. Note d'information n 6 juin 2013 C 2013/3 Plan à moyen terme 2014-2017 et Programme de travail et budget 2014-2015 Note d'information n 6 juin 2013 Mesures qui pourraient être adoptées pour réduire les augmentations de dépenses de personnel

Plus en détail

----------~~~----------

----------~~~---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court (!\l7\~ ----------~~~---------- ~.d? ~ Instruction administrative Réf: ICC/AI/2011/006 Date: 1 er octobre2011 PRIME DE MOBILITÉ ET DE SUJÉTION Aux

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Confirmation d amendements au Règlement du Personnel 1

Confirmation d amendements au Règlement du Personnel 1 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CONSEIL EXECUTIF EB115/38 Cent quinzième session 23 décembre 2004 Point 8.1 de l ordre du jour provisoire Confirmation d amendements au Règlement du Personnel 1 Rapport

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : PEL9801246DL DELIBERATION N 98-145 APF DU 10 SEPTEMBRE 1998 --------------------------------------------------- relative au régime applicable aux fonctionnaires

Plus en détail

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Vu les sections 27 et 28 de l Accord entre l Organisation des Nations

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

Tél. : 49.55.48.30. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Messieurs les directeurs régionaux de l'agriculture et de la forêt

Tél. : 49.55.48.30. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Messieurs les directeurs régionaux de l'agriculture et de la forêt Sous-Direction de l'administration de la Communauté Educative Mission de réglementation et de conseil juridique aux autorités académiques 1 ter ave de Lowendal 75349 PARIS Note de Service DGER/FOPDACE/N96-2006

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 21 mai 2013 Français Original: anglais IDB.41/19 Conseil du développement industriel Quarante et unième session Vienne, 24-27

Plus en détail

CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL

CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL Les droits des fonctionnaires sont différents de ceux des salariés du monde du privé. Nous vous proposons une éclaircie sur les droits des fonctionnaires concernant

Plus en détail

LE REi-iPLACEMËNT DES NOMINATIONS TgàPQRAIRES FOUR UNE DUREE INDEFINIE SES CONSEQUENCES SUR LE PLAN FINANCIER ET ADMINISTRATIF

LE REi-iPLACEMËNT DES NOMINATIONS TgàPQRAIRES FOUR UNE DUREE INDEFINIE SES CONSEQUENCES SUR LE PLAN FINANCIER ET ADMINISTRATIF RESTRICTED 18 octobre 1957 Douzième session Groupe de travail des questions budgétaires LE REi-iPLACEMËNT DES NOMINATIONS TgàPQRAIRES FOUR UNE DUREE INDEFINIE PAR DES NOKINATIQNS A TITRE FEgMANENT CONSIDERE

Plus en détail

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Décret n 2002-634 du 29 avril 2002, modifié, version du 6 novembre 2008 Art. 1 Il est institué dans la fonction

Plus en détail

Stagiaire-Titulaire : Ma protection sociale

Stagiaire-Titulaire : Ma protection sociale Date de dernière mise à jour : le 21/06/2011 Stagiaire-Titulaire : Ma protection sociale VOTRE PROTECTION DIFFERE SELON VOTRE STATUT Vous êtes titulaire ou stagiaire d un poste d au moins 28h / semaine

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 09/04/90 des Caisses Générales

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE L'assurance sociale couvre les pensions suivantes : -

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/13.INF PARIS, le 10 octobre 2014 Anglais et français seulement Point 13 de l'ordre du jour provisoire PROPOSITIONS PRÉLIMINAIRES DE LA DIRECTRICE

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 octobre 2012 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarantième session Vienne, 20-22 novembre

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt personnel des Nations Unies CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt Le Comité mixte de la Caisse commune des pensions s'est réuni du

Plus en détail

ANNEXE 2 INCIDENCES DU PRESENT PROTOCOLE SUR CERTAINES DISPOSITIONS CONVENTIONNELLES

ANNEXE 2 INCIDENCES DU PRESENT PROTOCOLE SUR CERTAINES DISPOSITIONS CONVENTIONNELLES ANNEXE 2 INCIDENCES DU PRESENT PROTOCOLE SUR CERTAINES DISPOSITIONS CONVENTIONNELLES Modification de la Convention collective nationale de travail du 8 février 1957 Article 1 L'alinéa 5 de l'article 4

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/37 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 8 mai 2013 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1. Conformément

Plus en détail

Fiche info Service juridique

Fiche info Service juridique Fiche info n 2/octobre 2012 Indemnités de maladie du régime spécial de sécurité sociale Références : Décret n 60-58 du 11 janvier 1960 relatif au régime de sécurité sociale des agents permanents des départements,

Plus en détail

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE Circulaire n 2009-06 du 7 juillet 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ALLIER 4, rue Marie Laurencin 03400 YZEURE ***** Téléphone 04-70-48-21-00 Télécopie 04-70-44-85-61 NOUVELLES

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS WWW.SAFPT.ORG COMPTE EPARGNE TEMPS EFFET : 1ER JANVIER 2010 Texte de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, portant dispositions statutaires applicables à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

Cent soixante-deuxième session

Cent soixante-deuxième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-deuxième session 162 EX/37 PARIS, le 10 septembre 2001 Original anglais Point 7.12 de l'ordre

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE Mai 1997 Règle TABLE DES MATIERES Page Fondement et champ

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

IDB.42/17 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.42/17 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

STATUT DU PERSONNEL RÈGLEMENT DU PERSONNEL. Secrétariat général de l'union internationale des télécommunications. Edition de 2002

STATUT DU PERSONNEL RÈGLEMENT DU PERSONNEL. Secrétariat général de l'union internationale des télécommunications. Edition de 2002 F STATUT DU PERSONNEL ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL Secrétariat général de l'union internationale des télécommunications Edition de 2002 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 CHAPITRE I DEVOIRS, OBLIGATIONS ET

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Cinquante-et-unième session du Comité permanent Bangkok (Thaïlande), 1 er octobre 2004 SC51 Doc.

Plus en détail

L ASSURANCE STATUTAIRE

L ASSURANCE STATUTAIRE VILLE DE TREGUNC MARCHE ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES L ASSURANCE STATUTAIRE 1 DEFINITIONS Pour l application des présentes garanties, on entend par : COLLECTIVITE SOUSCRIPTRICE :

Plus en détail

La circulaire PERS. 853 du 9 décembre 1985 à défini les conditions d'exercice dans nos Etablissements du droit au congé individuel de formation.

La circulaire PERS. 853 du 9 décembre 1985 à défini les conditions d'exercice dans nos Etablissements du droit au congé individuel de formation. 2, rue Louis-Murat - 75008 PARIS Tél. 256-94-00 NOTE du 10 janvier 1985 DIRECTION DU PERSONNEL Note aux unités DP. 31.130 Manuel Pratique : 230 Objet : Congé individuel de formation La loi n 84-130 du

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Règlement concernant le personnel engagé par contrat de travail de droit privé financé par des fonds de tiers

Règlement concernant le personnel engagé par contrat de travail de droit privé financé par des fonds de tiers 19 avril 2004 Règlement concernant le personnel engagé par contrat de travail de droit privé financé par des fonds de tiers Le rectorat de l'université de Neuchâtel, vu la loi sur l'université, du 5 novembre

Plus en détail

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013

Octobre 2013. Food and. Agricultura. Organization of the United Nations. Cent cinquante et unième session. Rome, 11-15 novembre 2013 Octobre 2013 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

1 A un congé annuel dont la durée est définie, sur la base de vingt-cinq jours ouvrés, au prorata des obligations de service hebdomadaires ;

1 A un congé annuel dont la durée est définie, sur la base de vingt-cinq jours ouvrés, au prorata des obligations de service hebdomadaires ; Sous-section 7 : Exercice des fonctions. Article R6152-613 En savoir plus sur cet article... Les praticiens attachés ont droit : 1 A un congé annuel dont la durée est définie, sur la base de vingt-cinq

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Ucanss PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale représentée

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général La Loi Fillon

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES Les trois temps de la mobilité internationale COTTIN Sandy LEFEVRE Emilie LESURE Eliane OMICI Eve-Marie ZERGUINE Sonia par le groupe COLOMBIE Partir travailler à l étranger - Informations pratiques pour

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE

PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE Etat 2011 Contenu Le 2e pilier 3 La CPAT 3 A. Le plan LPP 4 1. BASE DE CALCUL 4 2. COTISATIONS 5 3. PRESTATIONS D ASSURANCE 5 3.1 Prestations

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. Base juridique

NOTE JURIDIQUE. Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : Retraite anticipée des fonctionnaires handicapés Base juridique Article L.24

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Plafond de la sécurité sociale pour 2015

Plafond de la sécurité sociale pour 2015 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction des Relations Sociales, des Règles RH et du Logement Social Règles RH Destinataires Diffusion narionale Tous services Contact Tél :

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

MESSIEURS LES PREFETS DE REGION (Directions régionales de la jeunesse et des sports)

MESSIEURS LES PREFETS DE REGION (Directions régionales de la jeunesse et des sports) DIRECTION DE L'ADMINISTRATION Paris le 30 août 1990 ET DES SERVICES EXTERIEURS Sous-direction des établissements et des services extérieurs Bureau des personnels des établissements et services extérieurs

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

La loi reconnaît le droit à congés à tous les salariés ;mais se sont les conventions ou accords qui fixent sa mise en oeuvre.

La loi reconnaît le droit à congés à tous les salariés ;mais se sont les conventions ou accords qui fixent sa mise en oeuvre. congés payés La loi reconnaît le droit à congés à tous les salariés ;mais se sont les conventions ou accords qui fixent sa mise en oeuvre. ouverture du droit à congés Un siècle de congés payés 1906 Le

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1089 Tribunal administratif Distr. limitée 30 janvier 2003 Français Original: anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1089 Affaire No 1197 : ROMAN Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5 Section du programme, du budget et de l administration PFA POUR INFORMATION Décisions de

Plus en détail

Gestion des heures supplémentaires

Gestion des heures supplémentaires Gestion des heures supplémentaires Décret n 91-875 du 6 septembre 1991 pris pour l application de l article 88 alinéa 1 de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

Section 8: Réduction du temps de travail et compte épargne-temps

Section 8: Réduction du temps de travail et compte épargne-temps Article R6152-718 Lepraticienhospitalierdétachésurcontratenapplicationdu1 del'articler.6152-51oudu9 de l'article R. 6152-238 qui souhaite qu'il soit mis fin à son détachement avant le terme initialement

Plus en détail

STATUT LE CONGE PARENTAL

STATUT LE CONGE PARENTAL STATUT LE CONGE PARENTAL Circulaire mise à jour 1 er octobre 2012 Références: - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984

Plus en détail

Organisation des Nations Unies et institutions sp~cialis~es

Organisation des Nations Unies et institutions sp~cialis~es INTERNATIONAL OIL POLLUTION COMPENSATION FUND FONDS INTERNATIONAL D'INDEMNISATlON POUR LES DOMMAGES DUS A LA POLLUTION PAR LES HYDROCARBURES PER/l/l FUND/eirc.1D 25 mars 1982 Destinataires: Etats Membresdu

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RÉGIME DE PENSION POUR LE PERSONNEL DE SOUTIEN, LES TECHNICIENS ET TECHNICIENNES ET LE PERSONNEL ADMINISTRATIF OU PROFESSIONNEL États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR

Plus en détail

sont assujettis à l'assurance en cas de maternité et d'adoption que pour les personnes exerçant une activité salariée dans le canton.

sont assujettis à l'assurance en cas de maternité et d'adoption que pour les personnes exerçant une activité salariée dans le canton. Règlement d'application de la loi instituant une assurance en cas de maternité et d'adoption J 5 07.01 du 11 mai 2005 Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 16h de la loi

Plus en détail

Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ)

Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ) Session de formation sur le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) Automne 2005 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale (CSQ) Principales caractéristiques du RQAP Régime prévoyant le versement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N O 1 DU 28 MARS 2007 RELATIF À

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE FABRICATION DE L AMEUBLEMENT

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE FABRICATION DE L AMEUBLEMENT CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE FABRICATION DE L AMEUBLEMENT IDCC 1411 ANNEXE AGENTS DE PRODUCTION Nouvelles dispositions entrées en vigueur le 4 août 2013 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE FABRICATION DE

Plus en détail

GESTION DE L INDISPONIBILITÉ PHYSIQUE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

GESTION DE L INDISPONIBILITÉ PHYSIQUE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Indisponibilité texte en tête physique taille 16 Protection sociale GESTION DE L INDISPONIBILITÉ PHYSIQUE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 1. Les dispositions législatives et réglementaires L état

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale 18 SOIXANTE-TROISIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A63/41 Point 17.3 de l ordre du jour provisoire 25 mars 2010 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Ce document a été établi à titre d information sur les principes généraux de la fiscalité des personnes en situation de handicap. Il est

Plus en détail

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 95/2 du 21 mai 2013 1 L.I.R. n 95/2 Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Plus en détail

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD)

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) Novembre 2005 Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) (Mise à jour du Communiqué de 1998) À qui s'adresse le rachat? Le rachat ne s'adresse pas à tous les

Plus en détail

La préparation de votre retraite constitue une étape importante de votre vie où vous

La préparation de votre retraite constitue une étape importante de votre vie où vous II - Préparer votre retraite En introduction : La préparation de votre retraite constitue une étape importante de votre vie où vous pouvez faire le point sur les droits obtenus dans les différents régimes

Plus en détail

Politique salariale des employés de la Conférence régionale des élus de la Vallée du Haut Saint Laurent

Politique salariale des employés de la Conférence régionale des élus de la Vallée du Haut Saint Laurent Politique salariale des employés de la Conférence régionale des élus de la Vallée du Haut Saint Laurent Résolution CE 2009 096 13 novembre 2009 Table des matières i TABLE DES MATIÈRES SECTION I PRINCIPE

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement.

Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement. TITRE 8 : DÉPLACEMENTS CHAPITRE 1 : GÉNÉRALITÉS 1. Définitions Est considéré en déplacement, tout salarié qui se trouve éloigné de son lieu d'affectation, en exécution d'un ordre de déplacement. Le Personnel

Plus en détail

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES Guide Mémento Recueil - PC6 Congés de longue durée pour pensionnés de RENOUVELLEMENT DES CONGES PC 6.2 0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT Le fonctionnaire doit adresser une demande de prolongation de congé

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Mieux connaître vos prestations

Banque européenne d investissement. Mieux connaître vos prestations Juin 2012 La présente brochure est un simple document d'information. Elle doit être lue en conjonction avec les documents réglementaires applicables et n'est donc pas susceptible, en tant que telle, de

Plus en détail

La Pension de Conjoint Survivant

La Pension de Conjoint Survivant SECTION 5 La Pension de Conjoint Survivant Article II 5.01 Droit à la pension de conjoint survivant A droit à une pension de conjoint survivant : a) le conjoint d'un membre décédé dont le mariage durait

Plus en détail