Marie Jennequin-Leroy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marie Jennequin-Leroy"

Transcription

1 ISSN : Marie Jennequin-Leroy Le «portrait» d Auteur au Moyen Âge : parcours iconographique à travers les miniatures de quelques manuscrits Résumé Dans son Testament (str. LXXV, éd. Cl. Thiry), François Villon évoque amèrement l absence presque totale de sens de la propriété littéraire au Moyen Âge. Une fois copiée et diffusée, l œuvre échappe en effet à son auteur. Dans un tel contexte, on peut difficilement imaginer que l écrivain puisse être le sujet d un travail iconographique. Pourtant, au sein des manuscrits, l univers pictural ménagé par les miniatures accorde une place non négligeable à la représentation de l écrivain. Au fil du temps, la figure de l écrivain s affirme tant au sein du programme iconographique des manuscrits que dans la réalité du temps. Par le biais d un parcours à travers quelques «portraits» d Auteur dans les miniatures des manuscrits médiévaux, il s agit de proposer une approche des spécificités de l iconographie de l écrivain au Moyen Âge. Abstract In the Testament (str. LXXV, ed by Cl. Thiry), François Villon talks bitterly about the almost total lack of literary propriety feeling during the Middle Age. As soon as it has been copied and diffused, the work thus slips away from its author. In such a context, one can hardly imagine that the writer could become the topic of an iconographical work. However, when it comes to manuscripts, the pictorial universe created by miniatures leaves a relevant space to the representation of the writer. As time goes on, the writer s character gets stronger within the manuscripts iconographical program, as well as within the reality of time. Via a walk through some Author s portrayals within the medieval manuscripts miniatures, this study offers an approach of the specificities of the writer s iconography during the Middle Age. Pour citer cet article : Marie Jennequin, «Le portrait d Auteur au Moyen Âge: parcours iconographique à travers les miniatures de quelques manuscrits», dans Interférences littéraires, nouvelle série, n 2, «Iconographies de l écrivain», s. dir. Nausicaa Dewez & David Martens, mai 2009, pp

2

3 Interférences littéraires, n 2, mai 2009 Le «portrait» d Auteur au Moyen Âge Parcours iconographique à travers les miniatures de quelques manuscrits Autant le dire d emblée, le portrait d auteur, au sens où nous l entendons habituellement aujourd hui, n existe pas au Moyen Âge. Cette période ne nous a pas laissé de représentation, par la peinture, le dessin ou encore la gravure, d une personne réelle qui se révèlerait être un auteur, une reproduction «exacte» de ses traits qui le rendrait reconnaissable. Pas d engouement en effet pour la figure, le visage de l écrivain, phénomène que connaît intensément l époque contemporaine et qui justifie, en partie, le présent volume. Aucun peintre n a longuement étudié les traits d un auteur médiéval afin d en retracer la physionomie et, éventuellement, d y inscrire la présence d un quelconque génie créateur à la source de l œuvre. Aucun auteur ne s est véritablement penché sur la question de la reproduction de sa propre image par l art ni n a cherché à en jouer auprès du public, quoique cette seconde assertion, dans l un ou l autre cas, assez particuliers, puisse peut-être être relativisée, comme nous le verrons par la suite. La peinture médiévale réserve ses pinceaux à des sujets que l on pourrait juger, selon les sensibilités de l époque, plus «nobles» : les personnages religieux et les figures princières, par exemple. Pas de portrait d auteur au Moyen Âge, donc. Ou plutôt, pas de véritable portrait d auteur, pas de portrait d auteur au sens où le public moderne l entendrait, l attendrait. Car il existe, à l époque, un autre art pictural : celui de la miniature, dont le rôle est d insérer au sein du manuscrit du manuscrit de luxe, s entend des images comme supports, compléments ou, plus simplement, ornements au texte ; et cet art s est très tôt intéressé à la représentation de l écrivain. L auteur, le plus souvent au travail ou offrant son livre à un personnage princier, occupe généralement une position privilégiée dans la topographie du manuscrit : à l ouverture ou à la clôture du texte, parfois aux deux, illustrant les phases liminaire et finale du processus d écriture. On peut également le rencontrer au sein de l espace textuel, pour marquer la délimitation entre des chapitres 2 ou au cœur. Tous les manuscrits ne sont pas enluminés, loin s en faut. A côté des livres de haute facture réservés aux princes et la noblesse, on trouve des copies de diverses qualités suivant les moyens du commanditaire ou le rôle assigné au volume. 2. Ainsi, dans les copies grecques et latines de la Bible, le passage d un Évangile à l autre est souvent marqué par la représentation des évangélistes, chacun figurant en tête de sa version. On observe le même procédé pour délimiter les écrits des prophètes et des Pères de l Église. L écrivain est généralement représenté au travail et éventuellement accompagné d un attribut qui le rend identifiable (le lion pour Marc, l aigle pour Saint Jean, la harpe de David ). Le phénomène acquiert une dimension intéressante dans certaines copies du Roman de la Rose, où une représentation de l auteur au travail ou une variante marque le passage de la fiction de Guillaume de Lorris au récit de Jean de Meun (Cf. Lorri Walters, «Appendix : Author portraits and textual demarcation in manuscripts of the Romance of the Rose», dans Rethinking the Romance of the Rose. Text, Image, Reception, s. dir. Kevin Brownlee et Sylvia Huot, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1992, pp et Herman Braet, 27

4 Le «portrait» d Auteur au Moyen-Âge même de la narration dans des mises en scènes alors plus spécifiques : scènes de lecture et de récitation, ou intégrant l auteur à la trame fictionnelle. Toutes ces représentations ne concernent cependant que des «types» ou, si l on préfère, des icônes. Il ne s agit pas à proprement parler de portraits individuels de personnes ayant réellement existé. L iconographie de l écrivain dans la miniature médiévale ne se donne pas pour but la représentation d une personne (réelle) pour elle-même 3, d une «personne dont l identité serait l objet de l œuvre». La question de la ressemblance physique du portrait, essentielle dans le domaine de la critique d art 5, importe peu dans un monde où la mémoire du visage et des traits, de la physionomie d un individu demeure encore largement l apanage des grands. Aussi, le critique a beau jeu d identifier ici Jean de Meun composant la deuxième partie du Roman de la Rose, là Eustache Deschamps en prière devant la Vierge. Le fait est qu en vérité, rien ne permet d établir avec certitude de telles identités. Le but et les critères de l artiste sont autres. Ce qu il peint, ce sont des personnages dans des poses traditionnellement associées à la figure de l écrivain, comme celle du scripteur, ou même directement inspirées de la fiction et c est la proximité avec le texte qui nous incite à les assimiler à des figures d écrivains «réels». L étude du portrait de l écrivain peut d ailleurs sembler quelque peu paradoxale à propos d un âge littéraire que l on présente souvent comme baignant dans un vaste anonymat et où la notion de propriété littéraire n a pas encore été définie 7. Ne relève-t-elle pas d un certain anachronisme, illustrant la tentation à laquelle échappe difficilement le critique, celle de transposer ses propres critères d évaluation et d analyse sur la période qu il étudie? Notre monde occidental, bien que Barthes ait proclamé la mort de l auteur 8, se passionne en effet toujours pour la personne de l écrivain : une œuvre ne peut exister sans auteur ; elle est forcément attachée à une individualité, une personnalité déterminée qui l a produite. Aussi, cherchons-nous trop souvent à reconnaître dans les miniatures des manuscrits médiévaux des identités littéraires que l artiste n a sans doute pas voulu y mettre. Néanmoins, de telles considérations permettent de remettre en question un certain nombre de stéréotypes concernant la culture littéraire médiévale. Certes, il «Du portrait d auteur dans le Roman de la Rose», dans Medieval Manuscripts in Transition, s. dir. Geert Cloossens et Werner Verecke, Leuven, Peeters, 2006, pp ).. J.-L. Nancy souligne que c est là la définition communément acceptée bien qu imparfaite du portrait (Cf. Jean-Luc Nancy, Le Regard du portrait, Paris, Galilée, «Incises», 2000, p. 14).. Pascale Dubus, Qu est-ce qu un portrait?, Paris, L Insolite, «L Art en perspective», 2006, p Nausicaa Dewez discute de cette question à partir d une célèbre phrase de Diderot (Cf., son article dans le présent numéro : «[I]l faut qu un portrait soit ressemblant pour moi, et bien peint pour la postérité. De Diderot à Valéry, le critique d art face à son portrait».. Dans les derniers siècles du Moyen Âge, les bourgeois et les magistrats accédant à un niveau social plus élevé feront eux aussi «immortaliser» leurs traits par les peintres. 7. Voir ces quelques vers de Villon : «Sy me souvient, ad mon advis/que je feiz à mon partement/certains laiz, l an cinquante six/qu aucuns, sans mon consentement,/voulurent nommer testament ;/leur plaisir fut, non pas le myen./mais quoy! on dit communement:/«ung chacun n est maistre du scien» (Testament, strophe LXXV, éd. Claude Thiry). Le développement de l imprimerie, confrontant l auteur à une diffusion plus rapide et plus large de sa production, changera progressivement la donne. Face à des éditeurs et des imprimeurs qui n ont guère de scrupules à spolier leurs écrits, des écrivains tels que Pierre Gringore et Jean Bouchet vont chercher à contrôler davantage la diffusion de leurs œuvres, notamment en obtenant des privilèges (Cf. Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers : Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, Cornell University Press, 1995). 8. Roland Barthes, «La mort de l auteur», dans Le Bruissement de la langue. Essai critique IV, Paris, Seuil, «Tel Quel», 1984, pp

5 Marie Jennequin s agit d une période qui, prise dans son ensemble, semble faire peu de cas de la figure auctoriale. L anonymat est la condition de transmission d un nombre appréciable d œuvres et certaines d entre elles, dont l auteur est par ailleurs connu, peuvent, en marge, circuler anonymement. Pourtant, assez tôt dans l histoire de la littérature en langue vernaculaire, des noms d auteurs, identifiables 9, apparaissent : Marie de France, Chrétien de Troyes, Jean Bodel, Adam de la Halle ou encore Adenet le Roi pour n en citer que quelques-uns parmi les plus célèbres. Mais, au Moyen Âge, une œuvre ne circule pas nécessairement associée au nom de son concepteur. Une fois composée, elle peut «vivre» sans lui ; il suffit qu elle soit lue, copiée et conservée. Malgré tout, dès le XIV e siècle, on assiste à l émergence progressive d une persona auctoriale de plus en plus consciente d elle-même. L écrivain s affirme et tente de définir son identité, sa singularité parfois douloureusement vécue, en particulier dans le cadre de ses rapports au pouvoir et à l Histoire 10. L étude des représentations de l auteur dans plusieurs manuscrits médiévaux peut servir de fil conducteur pour cerner un certain nombre d interrogations et d ambiguïtés que suscite la problématique de la situation de l écrivain par rapport au monde, mais aussi par rapport à l univers fictionnel dont il fait le cadre de son œuvre 11. Néanmoins, ce ne sont pas les auteurs en tant qu individus, en tant que personnes spécifiques qui constituent le sujet de la miniature. Elle ne nous donne pas tant à voir les portraits d un auteur que des portraits de l Auteur, c est-à-dire des représentations, non d une personne individuelle et individuée, clairement identifiable, mais de la figure ou plutôt de la fonction auctoriale. C est donc essentiellement la position sociale de l écrivain, et/ou sa pose littéraire, qui se reflètent dans les miniatures des manuscrits. Un auteur, c est en premier lieu celui qui écrit, un scripteur 12. En deçà de l image du génie créateur, la notion d écrivain renvoie à la matérialité de l écriture, à sa dimension purement scripturale. Les miniatures présentant l auteur au travail mettent particulièrement bien en évidence cette dimension matérielle, voire artisanale de l activité d écriture. On y voit l écrivain assis à sa table de travail, un rouleau de parchemin ou un livre ouvert devant lui, sur lequel il trace des caractères qui sont parfois lisibles. Autour de lui, souvent, des livres épars évoquent une bibliothèque bien fournie et suggèrent l érudition du personnage. Il s agit d une représentation de l auteur ou du copiste, puisqu à l origine c est plutôt de lui qu il s agit héritée 9. L éloignement dans le temps et le manque de documents d époque jouent bien souvent en la défaveur du chercheur qui tente d identifier l auteur d une œuvre médiévale. Par ailleurs, certains auteurs, en particulier ceux appartenant au mouvement des Grands Rhétoriqueurs, ont recours à des signatures par énigme, qu il nous est parfois impossible de résoudre. Il est cependant malaisé de déterminer dans quelle mesure le lecteur médiéval, qui n était pas, lui, confronté à ces obstacles dressés par les siècles, se révélait capable d associer un nom, un «visage» à ses lectures. Au demeurant, en ressentait-il comme nous la nécessité? 10. Par Histoire, nous entendons ici l histoire au sens «technique», la matière historique. En ancien et moyen français comme en français moderne, d ailleurs le terme histoire a de multiples significations : «l histoire, c est à la fois ce qui s est passé, le récit de ce qui s est passé, n importe quel récit» (Bernard Guénée, «Histoire, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Age», dans Annales : économies, sociétés, civilisations, n 28/4, 1973, p. 1003). 11. C est le songe allégorique, hérité du Roman de la Rose, qui se fait, chez les auteurs de la fin du Moyen Âge, le cadre d une réflexion morale, politique et/ou spirituelle, qui met souvent également en jeu une interrogation de l écriture elle-même. Le songe est le lieu d une quête, quête qui doit guider la construction du sujet, une entreprise de réformation du lecteur et du monde. Voir, entre autres, Virginie Minet-Mahy, Esthétique et pouvoir de l œuvre allégorique à l époque de Charles VI. Imaginaires et discours, Paris, Champion, «Bibliothèque du XV e siècle», «L auteur n est jamais rien de plus que celui qui écrit» (Roland Barthes, op. cit., p. 66). 29

6 Le «portrait» d Auteur au Moyen-Âge de l Antiquité et qui a été popularisée par la représentation des évangélistes, des prophètes et des Pères dans les copies de la Bible et les ouvrages pieux. C est d ailleurs une image qui demeure, aujourd hui encore, fortement attachée à l imaginaire collectif de la figure auctoriale. Combien, en effet, ne comptons-nous pas de photographies représentant un auteur moderne devant un carnet de notes, sa machine à écrire ou, dans une version plus actuelle, son écran d ordinateur? Ce «type» connaît, au Moyen Âge, quelques variantes. Le miniaturiste peut ainsi surprendre l auteur en train de tailler sa plume, de corriger son texte avec un grattoir ou encore de tracer son cadre de réglure 13. Par de telles variations concernant les détails de l activité scripturale, l artiste enlumineur met en évidence la dimension concrète, proprement artisanale du travail de l écrivain. L auteur peut également être présenté en train de lire le volume placé devant lui. Dans ce cas, il s agit plutôt de souligner l étude qui précède nécessairement l écriture. L œuvre littéraire ne surgit pas ex nihilo de l esprit de l auteur. Les livres qui peuplent généralement son espace de travail dans les miniatures le suggèrent également. Une tâche préalable d érudition et de documentation préside nécessairement à la composition de l œuvre. C est là une dimension essentielle dans la conception de la création littéraire au Moyen Âge. L auteur médiéval n hésite jamais à évoquer le nom des auteurs dont il se sent redevable ni à faire étalage de ses sources, quitte à en inventer, car c est là le gage de l authenticité, voire de la légitimité, de son propos. L érudition, source de sagesse, est une démarche fondamentale qui assure l autorité de l écrivain et de son œuvre. L espace livresque qui entoure le personnage-auteur dans les miniatures de nombreux manuscrits illustre cette prétention de l écrivain. Celle-ci est par ailleurs mise en scène de manière parodique, à la fin du XV e siècle, dans la Nef des fous de Sébastien Brant. Certaines gravures accompagnant les éditions imprimées de cette œuvre nous présentent en effet l image d un fou, assis parmi ses livres. Ce dernier est cependant plus occupé à les protéger à l aide d un chasse-mouche, substitut grotesque de la plume, qu à s adonner à la lecture du volume placé devant lui. Une telle représentation évoque, de manière dérisoire, un savoir qui n en a plus que l apparence 14. Les poses du lecteur et du scripteur renvoient donc aux étapes de l élaboration et de la maîtrise de l œuvre par son auteur. Il est cependant d autres variantes dans les «portraits» de l auteur au travail, lesquelles induisent une nouvelle dimension dans la démarche d écriture. Il s agit, dans les ouvrages pieux, d une main de Dieu, d un ange dominant la représentation de l auteur au travail ou, plus simplement, dans les œuvres consacrées à la piété mariale, de l auteur en prière devant la figure de la Vierge. Quant aux miniatures accompagnant les œuvres laïques, dont le contenu implique souvent la mise en scène de vices et de vertus personnifiés, elles présentent parfois l auteur écrivant comme sous la dictée d une personnification, telle que Savoir, Sagesse ou Raison. La figure de l ange y est plus rare, mais on la 13. De tels exemples ont été observés par les chercheurs suisses Olivier Collet et Wagih Azzam dans le manuscrit 3142 de la Bibliothèque de l Arsenal (Cf. Wagih Azzam et Olivier Collet, «Le ms 3142 de la Bibliothèque de l Arsenal. Mise en recueil et conscience littéraire au XIII e siècle», dans Cahiers de civilisation médiévale, n 44/1, 2001, pp ). Ils ont décelé, dans l ensemble de ce manuscrit-recueil, la mise en place d un programme iconographique sophistiqué visant à mettre en exergue la figure de l auteur. 14. Sur la mise en question de la pose du lecteur dans la littérature du XV e siècle, voir Jean- Claude Mühlethaler, «Lire et écrire, d Alain Chartier à Octovien de Saint-Gelais : la mémoire culturelle, puits de sagesse ou source d illusions?», dans «Toutes choses sont faictes cleres par escriture», dans Les Lettres Romanes, «Fonctions et figures d auteurs du Moyen Âge à l époque contemporaine», s. dir. Virginie Minet-Mahy, Claude Thiry et Tania Van Hemelryck, 2005, pp

7 Marie Jennequin rencontre parfois 15. La mise en scène de tels patronages spirituels dans la représentation du travail de l écrivain traduit la reconnaissance d une part de grâce dans le processus de création littéraire. Certes l auteur est l ouvrier de l ouvrage, celui qui produit l œuvre, mais la composition de celle-ci implique aussi l inspiration, figurée au Moyen Âge par l intervention d une entité supérieure, divine ou morale, et qui correspond, peu ou prou, à ce que le monde moderne dénomme communément le génie de l écrivain, à cette dimension immatérielle de l auteur qu il faudrait abstraire de son enveloppe charnelle et que l on ne peut trouver que dans l œuvre 16. En conséquence, la représentation de l auteur au travail nous présente donc le livre en train de se faire dans tous les sens du terme : dans la matérialité de la procédure de scription, comme dans la démarche intellectuelle qui précède la création littéraire et l inspiration supérieure qui y préside. Par ailleurs, l auteur, au Moyen Âge, est aussi souvent un serviteur, ou certains seraient peut-être tentés de dire un courtisan. La notion d écrivain à gages, qui a, de nos jours, une connotation fortement péjorative, a longtemps terni la réputation des auteurs médiévaux, dont un grand nombre, surtout à la fin du Moyen Âge, ont évolué dans un contexte curial et écrit sous le mécénat des princes. Enfermés dans leur rôle de poète courtisan, soumis au bon plaisir de leur «maître», ces écrivains auraient été incapables de produire une œuvre authentique et de qualité. Il convient bien sûr de revoir une vision aussi simpliste et réductrice de la littérature médiévale. Ainsi, si l on ne peut nier la position subalterne de l écrivain à la cour, il faut néanmoins souligner que la rémunération de celui-ci est rarement liée de façon directe au travail de sa plume. En effet, la plupart des auteurs de cour 17 se voient confier un poste, un titre laïcs ou une prébende ecclésiastique et éventuellement des terres en province qui leur permettent d assurer leur subsistance 18. La fonction d indiciaire de Bourgogne, créée en 1455 par Philippe le Bon, et qui prévoit explicitement la rémunération de l écrivain pour son activité d écriture historiographique 19, est un fait suffisamment exceptionnel pour avoir été souligné par l histoire littéraire comme une étape décisive dans le processus de reconnaissance du 15. Par exemple, dans une gravure accompagnant l édition de la Naissance de Charles d Autriche de Jean Molinet. Cette gravure est située au frontispice de l édition lyonnaise de 1503 de la Naissance (Cf. Cynthia J. Brown, «L éveil d une nouvelle conscience littéraire en France à la grande époque de transition technique : Jean Molinet et son moulin poétique», dans Le Moyen Français, n 22, 1988, pp ). 16. J.-L. Nancy et F. Ferrari soulignent que, derrière le terme auteur, on confond souvent deux concepts distincts : l ouvrier de l ouvrage et l auteur de l œuvre, un auteur situé hors de l œuvre et un autre qui ne peut se trouver qu en elle (Iconographie de l écrivain, Paris, Galilée, «Lignes Fictives», 2005). 17. Pour certains auteurs relevant du monde monastique ou ecclésiastique, l activité littéraire entrait dans leurs fonctions ou était envisagée comme une forme de passe-temps. Quant aux figures princières qui se sont adonnées à la plume, telles que Charles d Orléans et René d Anjou, la question de leur rémunération ne se pose évidemment pas. 18. Ainsi, le poète Eustache Deschamps ( /7) exerça diverses charges administratives, dont celle de bailli de Valois, tandis qu Alain Chartier (~ ), auteur, notamment, du Quadrilogue invectif, œuvre dénonçant la responsabilité des trois ordres (Noblesse, Clergé, Peuple) dans les malheurs qui frappèrent la France pendant la Guerre de Cent Ans, fut pendant dix ans notaire et secrétaire du roi Charles VII. 19. «À George Chastelain, écuyer, panetier de Monseigneur le duc de Bourgogne, auquel a été ordonné par mondit très redouté seigneur et son conseil, de prendre et avoir sur la recette générale de Hainaut, trente-six sous par jour, par considération de ce qu il est tenu de mettre par écrit choses nouvelles et morales, en quoi il est expert et connaisseur, et aussi de mettre en forme par manière de chronique, les faits notables dignes de mémoire advenus par ci-devant et qui adviennent et peuvent souvent advenir» (Traduction d un extrait des lettres patentes signées par le duc le 25 juin 1455 et fixant le statut et la tâche du premier indiciaire bourguignon, d après Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, s. dir. Danielle Böhler, Paris, Éditions Robert Laffont, 1995, p. 740). 31

8 Le «portrait» d Auteur au Moyen-Âge statut de l écrivain 20. En outre, c est à la fin du Moyen Age, dans un monde littéraire largement dominé par le milieu curial, que s est peu à peu affirmée la conscience individuelle de l écrivain et la fierté de sa fonction. L auteur, en s engageant dans le champ du politique, se sent investi d une mission par rapport au pouvoir et à l Histoire, celle de juger les évènements et les actes posés par ses contemporains, d en déterminer le sens afin de guider les hommes 21. Les scènes de dédicace, fréquentes au frontispice des manuscrits princiers, illustrent cette situation singulière de l écrivain par rapport au pouvoir princier et au monde curial. La position de l auteur, agenouillé, présentant le livre, fruit de son travail, au prince ou à la princesse qu il sert, en présence ou non des membres de la cour 22, traduit visuellement son infériorité et son statut de servant. Néanmoins, le livre que le personnage-auteur tend à la figure princière peut être considéré non seulement comme une marque de déférence de l artiste vis-à-vis de son mécène, mais aussi, peut-être, comme le symbole d une transmission du savoir. En effet, l érudition est devenue une préoccupation des grands eux-mêmes. Dès lors, l écrivain, le clerc, détenteur de la sagesse contenue dans les livres, tend à se présenter comme un sage apte à conseiller le prince qui se veut un bon gouvernant. Aussi, si l écriture demeure un service princier, elle est aussi un espace «intermédiaire» où s établissent des liens d estime réciproque régissant les rapports entre l écriture et le pouvoir. C est ainsi que le prince est parfois représenté rendant visite à l artiste dans son office : l auteur, malgré toute la déférence qu il doit au personnage royal, reste assis, concentré sur son ouvrage, tandis que le prince, respectueux, se tient en retrait. Dans la miniature du Duc des vrays amants du manuscrit de la reine (London, British Library, Harley ms 4431), on voit même le duc d Orléans s agenouillé devant Christine de Pizan, selon une inversion des rôles qui met en scène l attention accordée par le prince mécène au travail de l écrivain. D une façon moins explicite, les scènes de dédicace peuvent elles aussi traduire les rapports étroits qui lient l auteur à son prince : par le don du livre, le premier manifeste le service et le respect qu il doit au second, mais ce dernier, en l acceptant, reçoit l enseignement délivré par un écrivain qui apparaît par conséquent sous les traits d un érudit, d un sage. Le livre, que l un reçoit et que l autre offre, se fait le symbole de cet échange. Un dernier type de représentation de la figure auctoriale peut encore être évoqué : celui de l auteur au seuil ou au sein de la fiction. Les miniatures médiévales montrent en effet souvent l écrivain en tant que personnage de son récit. Une telle représentation semble contrevenir au principe narratologique selon lequel l auteur doit être rejeté dans le hors-texte, en dehors de l espace fictionnel. Cependant, la fiction allégorique, qui, suivant le modèle du Roman de la Rose, est le «type-cadre» Ce poste a valu, à ceux qui l on successivement occupé (George Chastelain, Jean Molinet et Jean Lemaire de Belges), la reconnaissance de leurs pairs et un prestige incomparable auprès des contemporains. 21. Voir Jean-Claude Mühlethaler, «Le poète et le prophète. Littérature et politique au XV e siècle», dans Le Moyen Français, n 13, 1983, pp ; Id., «Les masques du clerc pour parler aux puissants. Fonctions du narrateur dans la satire et la littérature engagée», dans Le Moyen Age, n 96/2, 1990, pp et Jean-Claude Mühlethaler et Joël Blanchard, Écriture et pouvoir à l aube des Temps Modernes, Paris, P.U.F., «Perspectives littéraires», Une des miniatures les plus connues est celle montrant Jean Wauquelin, présentant au duc Philippe de Bourgogne sa traduction des Chroniques de Hainaut de Jacques de Guise. 23. Voir, entre autres, Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, «Poétque»1972 ; Christiane Marchello-Nizia, «Entre l Histoire et la Poétique, le Songe politique», dans Revue des sciences humaines, n 183, , pp et Giovana Angeli, «Le type-cadre du songe dans la 32

9 Marie Jennequin choisi par un grand nombre d œuvres aux XIV e et XV e siècles, peut générer une certaine ambiguïté entre les niveaux du récit. Le concept d acteur, propre à la littérature médiévale, désigne le personnage qui assume la narration en je. Il se fait parfois le protagoniste de l action, le sujet de la quête et correspond à une forme de transposition de la figure auctoriale à l intérieur du récit 24. À travers cette figure de l acteur, se maintient donc une certaine perméabilité entre l univers fictionnel et la réalité du hors-texte, laquelle se manifeste visuellement dans les illustrations qui accompagnent les récits allégoriques. On y voit l auteur, dans son laboratoire, visité par des personnifications ou s endormant. La même figure peut ensuite être présentée comme le sujet de la quête ou le témoin d une action métaphorique. Enfin, au terme du récit, il s éveillera et/ou rejoindra sa table de travail et le livre dans lequel sera copiée l œuvre. En ce sens, les dix illustrations à l encre du manuscrit BNF, ms. fr , entièrement consacré à la copie du Naufrage de la Pucelle de Jean Molinet ( ) constituent un exemple intéressant. On y note la présence de l acteur 26, observant, depuis un promontoire rocheux, le déroulement d une fiction maritime mettant en jeu l avenir de la Bourgogne et de sa jeune duchesse, Marie 27. La représentation picturale correspond étroitement à la description que nous propose Molinet à l entrée de son texte : Aiguillonné d angoisseuse pointure, bersé de menus anoys, le cœur plongiet en amertume, les yeux chargiés de grosses larmes, querant plaisant objet pour subvenir à ma miserable desertion, desirant sçavoir se les pitoiables advenues de maintenant sont aussy estranges en mer que en terre, nagueires me trouvay sus une haulte monteigne et regardant es flos de Neptunus ( ), choisy une tres belle et propre gallee (FD 1, p. 77). Surtout, la dernière image du manuscrit, qui illustre le chant final du poète, témoigne particulièrement bien de la confusion des divers niveaux diégétiques à travers le dédoublement de la figure de l acteur entre, d une part, le personnage à l avant qui, depuis son promontoire rocheux, entreprend la création de l œuvre littéraire dont la vision sera et a été le sujet et, d autre part, un individu, situé, lui, sur le bateau c est-à-dire au cœur de l univers allégorique qui, agenouillé devant la Pucelle, offre à cette figure incarnant la duchesse Marie le livre à la fois finalisé et en train de se faire. La posture de ce second personnage, qui reproduit la pose traditionnelle de production des Grands Rhétoriqueurs», dans Les Grands Rhétoriqueurs. Actes du V e colloque international sur le Moyen Français. Milan, 6-8 mai 1985, s. dir. Anna Slerca et Sergio Cigada, Milan, Vita e pensiero, 1985, pp Les prologues le présentent généralement dans la pose d un méditant, qui se désespère de la situation du monde qui l entoure, ou poussé par sa lecture à la réflexion (pose du lecteur, qu affectionne, comme nous l avons vu, la représentation de l écrivain dans son atelier). De cet état initial souvent dysphorique surgit le songe ou la vision allégorique, lieu d une quête de l acteur vers la construction du sujet. Au terme de celle-ci, l acteur prend la plume souvent à la requête d une personnification pour narrer son expérience, c est-à-dire l action qui vient de se dérouler sous les yeux du lecteur. Il se prépare ainsi à jouer les rôles du narrateur et de l auteur. 25. Manuscrit E selon la nomenclature de Noël Dupire, éditeur moderne des pièces poétiques de Jean Molinet. Jean Molinet, Les Faictz et dictz, éd. par Noël Dupire, Paris, SATF, , 3 tomes (ici, tome 1, pp ). Désormais, FD 1. Voir reproductions dans Adrian Armstrong, Technique and technology. Script, print and poetics in France, , Oxford, Clarendon Press, 2000, pp Pour le détail du programme iconographique, voir Adrian Armstrong, Technique and technology. Script, print and poetics in France, , op. cit. 27. Le Naufrage, rédigé entre la fin avril et le début du mois d août 1477, expose, sur fond d allégorie maritime, les vicissitudes traversées par le duché de Bourgogne au lendemain de la mort de Charles le Téméraire à Nancy. 33

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE CYCLE 3 NIVEAU : CM1 PERIODE : selon programmation de cycle DOMAINE D APPRENTISSAGE : histoire OBJECTIFS : Situer le siècle de Louis XIV dans le temps à partir

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p.

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p. Séminaire d Actualité de la Recherche Historique (21 janvier 2015) - F. Mercier Université Rennes 2 Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne,

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Manuscrits du Moyen Age

Manuscrits du Moyen Age Manuscrits du Moyen Age (Dossier pédagogique réalisé par le service éducatif de la MGT) 1. Qu est-ce qu un manuscrit? Voici deux ouvrages conservés à la MGT. Histoire des quatre fils Aymons, XVIIe siècle

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Création d un diaporama sur le projet conduit dans la classe : «La ronde des saisons autour de l arbre»

Création d un diaporama sur le projet conduit dans la classe : «La ronde des saisons autour de l arbre» Scénario Pédagogique Projet Kidsmart Ecole maternelle Jean de la Fontaine Croix de Vernailles 91150 Etampes Cycles 1 & 2 Niveaux : GS Création d un diaporama sur le projet conduit dans la classe : «La

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Archéologie du design graphique, les temps télescopés du livre d Heures. XVE-XXIE siècles

Archéologie du design graphique, les temps télescopés du livre d Heures. XVE-XXIE siècles 28 janvier 2014 École européenne supérieure d art de Bretagne Archéologie du design graphique, les temps télescopés du livre d Heures. XVE-XXIE siècles Présentation du programme de recherche Chaque fois

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR EN COMPAGNIE D ARISTOTE Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA BEAUTÉ, pour Aristote? À parcourir

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents?

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? 1 L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? À l instar de ce qu on peut retrouver dans le livret Accompagner l annonce d un diagnostic 1, nous ne parlerons pas de l annonce du handicap

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

Cognition & Emotions

Cognition & Emotions Université Nice Sophia-Antipolis Département Sociologie Anthropologie Cognition & Emotions L Emotion et le Virtuel : Le Cas Heavy Rain Julien ROCCHI Master 1 Sociologie Semestre 2 Enseignement A. HALLOY

Plus en détail

SCRIBD DOSSIER THEORIQUE. Alicia Baudry MMI 1 TP A

SCRIBD DOSSIER THEORIQUE. Alicia Baudry MMI 1 TP A SCRIBD DOSSIER THEORIQUE Alicia Baudry MMI 1 TP A I - Histoire, nom, contexte Scribd, première plateforme mondiale de lecture sur support numérique Scribd est une application pour mobile et un site web,

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Les droits de propriété industrielle

Les droits de propriété industrielle Les droits de propriété industrielle Nathalie Wuylens Directrice des affaires juridiques SATT idfinnov nws@idfinnov.com 2015 - idfinnov Rappel : Propriété intellectuelle Propriété industrielle Droit des

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

BCD Propositions d activités autour de l écrit.

BCD Propositions d activités autour de l écrit. BCD Propositions d activités autour de l écrit. LES ANIMATIONS - LECTURE : définition. C est une activité de médiation culturelle entre des livres et des enfants destinées à réduire l écart (physique,

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE RESSOURCES OBJECTIF Maîtrise de la langue/palier 2 : S exprimer à l oral comme à l écrit, dans un vocabulaire approprié et précis, en respectant le niveau de langue adapté.

Plus en détail

LA NAISSANCE DE LA FRANCE

LA NAISSANCE DE LA FRANCE (Ne pas inscrire le titre en début de séance) Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Découvrir que la France est un vieil État, né de l Empire de Charlemagne Objectifs Découvrir la

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Le portrait, l Homme «dans la plus exacte vérité»?

Le portrait, l Homme «dans la plus exacte vérité»? Exposition «Le goût de Diderot» Le portrait, l Homme «dans la plus exacte vérité»? (Pistes pédagogiques complémentaires au PORTFOLIO Le goût de Diderot) BERTHÉLEMY Jean-Simon, Portrait de Diderot, 1784,

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Niveau 1. Atelier d'initiation à l'ordinateur ... Fondation de la Bibliothèque Memphrémagog inc. Magog (Québec) J1X 2E7 Tél.

Niveau 1. Atelier d'initiation à l'ordinateur ... Fondation de la Bibliothèque Memphrémagog inc. Magog (Québec) J1X 2E7 Tél. . Fondation de la Bibliothèque Memphrémagog inc. Magog (Québec) J1X 2E7 Tél. : 843-1330 Atelier d'initiation à l'ordinateur Niveau 1.......... JB septembre 20085 1 Section I : Introduction à l ordinateur

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr formations 2015 Le Centre national de la littérature pour la jeunesse est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France. Dans le cadre de sa mission d encouragement

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Le Guide de l officine de pharmacie

Le Guide de l officine de pharmacie Cédric Charlas Le Guide de l officine de pharmacie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF.

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF. Séances objectifs Déroulement Autres propositions Séances en amont (sans connaître Kor Onclin et sans savoir que ses tableaux seraient bientôt dans la classe) Séance 1 Langage & sensibilisation Histoire

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Cette notice, mise à la disposition des auteurs, s emploie à décrire les différentes recommandations pour la publication

Plus en détail

Le logotype. La couleur

Le logotype. La couleur Charte Graphique La charte graphique est un élément de cohérence globale et de démarquation indispensable pour un bureau d étude tel que le nôtre. Touristhic évolue dans l univers du développement durable,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les graphes planaires

Les graphes planaires Les graphes planaires Complément au chapitre 2 «Les villas du Bellevue» Dans le chapitre «Les villas du Bellevue», Manori donne la définition suivante à Sébastien. Définition Un graphe est «planaire» si

Plus en détail

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Sondage auprès de la population résidente du Luxembourg du 21 au 27 novembre conférence de presse du 5 décembre 2013 Enquête auprès de

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

de 1 ère année Professions de foi des candidats

de 1 ère année Professions de foi des candidats Année universitaire 2004-2005. ELECTION DES REPRESENTANTS DES MONITEURS de 1 ère année Promotion 2004. Professions de foi des candidats Delphine BELLIS Université Paris IV. Page 2. Rémi BOURGUIGNON Université

Plus en détail

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014 17 eme : Dimanche 27 juillet 2014 Au service du Royaume déjà là! Comme un négociant qui recherche des perles fines. Réf. Biblique : 1 ère lecture : Rois (1 R 3,5.7-12) 5 A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur

Plus en détail

La Mort digne: deux entretiens avec Frédéric Lamoth

La Mort digne: deux entretiens avec Frédéric Lamoth La Mort digne: deux entretiens avec Frédéric Lamoth Élisabeth Vust, 24 Heures, 2 mai 2003 Contessa Piñon, Journal de la Côte, 26 juin 2003 B ERNARD C AMPICHE E DITEUR Interview express de Frédéric Lamoth,

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament...

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament... Table des matières Préface à l édition française... 5 1. Quelle importance?... 7 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11 3. Le canon du Nouveau Testament... 23 4. Les Évangiles...

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau. Rédigée par Jobin Eslahpazir

Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau. Rédigée par Jobin Eslahpazir Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau Rédigée par Jobin Eslahpazir Le 21 février 2011 2 Introduction Le roman de L Île du Dr. Moreau de H. G. Wells, constitue sans aucun doute l un des romans phares

Plus en détail