BONNES PRATIQUES Quelques exemples

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BONNES PRATIQUES Quelques exemples"

Transcription

1 BONNES PRATIQUES Quelques exemples Plus de bonnes pratiques sur notre base de données E-Learning - ECEtt, Réseau Européen de formation par le voyage sur le modèle du Compagnonnage

2 Ce mini-catalogue présente un exemple de bonnes pratiques rédigées par des professionnels du métier de l humain qui ont visité leurs pairs dans d autres pays. Les bonnes pratiques d ECEtt ne prouvent pas qu elles sont les meilleures mais sont une expression de respect des professionnels sur l expertise de leurs collègues. Cela inspire et nous donne souvent des modèles transférables à d autres lieux de travail. Pour plus d informations, visitez Contact ECEtt: Réalisé par Trempoline asbl Editeur Responsable: Georges van der Straten 2

3 Index Programme WELCOME de Coolmine (groupe de pré-admission) Coolmine TC, Dublin, Irlande Page 04 Post-cure ambulatoire Villa Flora La Villa Flora, Muraz, Canton du Valais, Suisse Page 05 Groupes familiaux, communication et valorisation en thérapie systémique, cognitive-comportementale, Projecte Home, Baléares, Espagne Page 06 «Consentement informé» (WAB), Phénix, Namur, Belgique Page 07 Collaboration entre secteurs pour la (re)mobilisation sanitaire «Lits Halte Soins de Santé», Chapsa, Nanterre et Samu Social, Paris, France Page 08 Résidentes enceintes en programme CT, Phoenix Haga, Mysen, Norvège Page 09 «La parole est aux enfants!», Kirikou, Paris, France Page 10 Formation du personnel des établissements festifs Fêtez clairs, Paris, France Page 11 Pédagogie Pickler-Loczy, L Ermitage, Mulhouse France Page 12 3

4 Programme WELCOME de Coolmine (groupe de pré-admission) Catégorie: Communauté Préparation (CP) Le "welcome programme" a pour objet d'aider les personnes qui sont encore dans la consommation active a faire des choix éclairés quant à leur avenir et de les accompagner dans le choix de l'abstinence (ou pas s'ils décident que ce n'est pas pour eux) Le «welcome programme» s adresse aux usagers de drogue encore actifs désireux de s engager dans une démarche pour arrêter leur usage de drogue et les problèmes qui en découlent. Les clients sont invités a s engager dans un programme de 12 semaines, a raison de 4h par jour, qui se déroule au Centre de jour de Coolmine situé à Dublin. Ils peuvent être 12 a la fois au maximum ; ce nombre limité permet de faciliter une réelle dynamique de groupe, qui ne soit pas diluée par le nombre et le turn over. Les clients ont accès à cet accueil de manière libre, et peuvent venir quand ils le souhaitent afin de s inscrire. La, ils sont invités à un «groupe de pré entrée», après lequel ils rencontreront pour la première fois un counselor qui établira un premier contact, cherchera quel est le désir de la personne, ses motivations, et lui expliquera le programme WELCOME. La personne pourra intégrer le programme, et s y engager, avec un plan de traitement suivi à la semaine. Le programme est constitué de groupes de paroles, d ateliers de réduction des risques, de promotion de la santé, d ateliers sur le changement, de séances de counselling individuel. On peut y préparer un sevrage, y rencontrer un travailleur social, faire de l acupuncture, voir le médecin. A la fin du programme, il peut y avoir une orientation vers la CT Coolmine ou une autre institution, une entrée dans un autre programme, le drug free day programme, plus intensif et destiné aux gens abstinents. A suivre,... Voir notre site web: cliquer sur «E-Learning» Public Cible: Les participants sont des personnes consommant des produits psychotropes, qui ont le désir de mettre fin a leur usage, et qui sont capables de s'engager sur un programme. A mon avis ce sont des personnes qui sont déja dans une démarche (j'en ai rencontré plusieurs substitués a la méthadone) Institution Hôte: Coolmine TC Ville, Pays: Dublin, Irlande Auteur: Rani Duprat de Aurore France 4

5 Post-cure ambulatoire Villa Flora Catégorie: Communauté Action (CA) Renforcer l abstinence ; parler de «re-consommation» ; faire le lien avec le réseau (médecins, familles, amis, personnes ressources intra et extra muros ). Viser la pérennisation du rétablissement complet prôné par le modèle trans-théorique en 12 étapes de Prochaska et Di Clemente & Norcross La postcure ambulatoire de 11 mois fait suite au traitement intensif en résidentiel post- sevrage à court terme (de 5 à 8 semaines) et/ou pour les situations les plus complexes (désinsertion sociale et/ou professionnelle). Elle prend cours après une phase de traitement (moyen terme) de 3 à 9 mois maximum en résidentiel. La postcure de 11 mois fait partie intégrante du programme thérapeutique et de l offre de soins proposés par la Villa Flora. C est un programme thérapeutique continué adapté et/ou en parallèle au travail de réinsertion voire du maintien de l insertion socioprofessionnelle de l usager. Ce suivi thérapeutique continué semble contribuer à la prévention contre la rechute post-résidentielle. Cette postcure est individualisée en fonction des besoins et des impératifs inhérents au concret et au réel de la vie socioprofessionnelle de l usager (horaires professionnels, situation familiale, distance entre le domicile et le centre, impératif familiaux, ) Elle peut prendre différentes formes : participation à la thérapie de groupe de façon hebdomadaire, bimensuelle, mensuelle ou résidentielle. La postcure permet de poursuivre le travail d introspection commencé en résidentiel par le biais des groupes à visée thérapeutique (composés des résidents en première, deuxième phase et des personnes en postcure). L objectif ici, est de créer une dynamique de groupe positive orientée vers le maintien de l abstinence voire même le rétablissement complet, par le biais de l apprivoisement, la gestion et la stabilisation au niveau émotionnel et psychique ; la gestion du quotidien (intra et extra-muros) et des relations humaines au sens large. A suivre,... Voir notre site web: cliquer sur «E-Learning» Public Cible: Toute personne majeure qui a une problématique d assuétudes au sens large ; mono ou poly-consommateur (alcool, médicaments, héroïne, cocaïne, cannabis,.), qui a pour projet une vie «sans drogue» et ayant suivi le programme résidentiel complet de la Villa Flora. Institution Hôte: La Villa Flora Ville, Pays: Muraz - Canton du Valais à Sierre Suisse Auteur: Stéphanie Esmieux de l hôpital Saint Martin Dave Belgique 5

6 Groupes familiaux, communication et valorisation en thérapie systémique, cognitive-comportementale Catégorie: Travailler en réseau avec les Familles (NF) Retrouver un projet de vie structuré sans produit Proyecto Hombre offre un grand intérêt au développement des interventions impliquant les membres de l entourage dans le processus de réadaptation des personnes alcooliques et toxicomanes. Il travaille avec cette conviction de la nécessité de tenir compte du rôle de ces personnes significatives auprès des personnes dépendantes aux produits. En effet, l ampleur des problèmes familiaux vécus par les personnes qui entreprennent une démarche de soin est une réalité bien connue auprès des services ambulatoires, des centres de jour, de cure, de post-cure Souvent, ils expriment le besoin d obtenir de l aide pour les difficultés interpersonnelles avec leurs proches. En Espagne et plus précisément dans les îles Baléares, la culture familiale et la crise économique font partie du paysage, c est pourquoi beaucoup de personnes vivent encore avec leur famille (conjoint/ enfants ; parents ; famille élargie) au moment d entreprendre un traitement. Ceci vaut également pour les personnes consommatrices de cocaïne et d alcool, la plupart, ont pu préserver une certaine structure. Les usagers soulignent la présence de conflits dans leur famille, avec des grandes difficultés à communiquer, ressentis de rupture du lien de confiance dans les deux parties. et pour l entourage un sentiment de désespoir face aux échecs répétitifs et au non-respect de la vie en communauté, avec absences de règles intérieures pour le bon fonctionnement du système familial. Ces éléments justifient la pertinence d un questionnement sur le rôle que chacun peut jouer dans le système pour le rétablissement d une vie sans consommation. A suivre,... Voir notre site web: cliquer sur «E-Learning» Public Cible: Groupe consommateur, entourage Institution Hôte: Projecte Home Ville, Pays: Baléares, Espagne Auteur: Pascale Hennaux de Zone T Belgique 6

7 «Consentement informé de WAB» Catégorie: Travailler en réseau avec les Services (NS) Garantir la bonne gestion du secret professionnel partagé entre institutions du réseau et garantir une bonne information du patient concernant l impact du secret partagé Le document «consentement informé» identifie les partenaires du réseau, ainsi que le type d informations qui seront échangées. Il précise l objectif et les règles de bonne conduite auxquelles s engagent les professionnels du réseau. Ce document est signé par le patient, un professionnel et la coordinatrice du réseau. Le patient peut y mettre fin à tout moment et ce document est annulé d office en l'absence de nouvelles du patient pendant au moins 6 mois. Le professionnel doit estimer si le recours au réseau est indiqué, il doit bien informer le patient concernant une proposition d inclusion de son cas dans le réseau, vérifier la bonne compréhension par le patient et lui donner un temps de réflexion d une heure minimum avant de signer. Ce document accompagnera une «fiche d inclusion» (7 pages) où apparaitront les données anamnétiques qui pourront être partagé lorsque c est utile et nécessaire. Après signature, le professionnel proposera l inclusion de ce cas dans le réseau WaB ou, en cas d urgence, prendra directement contact avec un partenaire du Public Cible: Patients souffrants d assuétudes et pour lesquels l offre de services au niveau local ne comporte pas de solution. Bien souvent, il s agit de personnes ayant un lourd passé de consommation et un parcours institutionnel très difficile, ils sont souvent renvoyés de porte à porte. Institution Hôte: Phénix Ville, Pays: Namur, Belgique Auteur: Georges van der Straten de Trempoline Belgique 7

8 Collaboration entre secteurs pour la (re)mobilisation sanitaire «Lits Halte Soins de Santé» Catégorie: Travailler en réseau avec les Services (NS) Sensibilisation de la personne sur l importance de prendre soin de soi-même (santé physique et/ou mentale) et mise en place d un accompagnement visant à la construction d un projet individuel, de manière à éviter un retour à la rue engendrant une dégradation de la situation vécue par la personne. Le travail commun des travailleurs sociaux et médicaux permettra une vision plus globale de la situation et une intervention plus adaptée La prise en charge d une personne sans-abri, souffrant de problèmes de santé physique et/ ou mentale souvent multiples nécessitant un temps de repos, de convalescence, et dont la situation administrative doit être régularisée (carte d identité, couverture soins de santé, ressources financières, ),, demande l intervention d une équipe pluridisciplinaire. L analyse de la situation et de la demande de la personne peut être interprétée de manière différente selon que l on est travailleur social, infirmier ou encore médecin. Il est nécessaire de pouvoir s accorder sur un projet commun tout en respectant le souhait de la personne. Les projets «lits halte soins de santé» au SAMU Social de Paris ou sur le site du CHAPSA de Nanterre, vont dans le sens d une prise en charge pluridisciplinaire. La personne, dont l état de santé nécessite un temps de repos et non une hospitalisation, peut y être hébergée pour une période de 2 mois renouvelables, et y bénéficier de soins médicaux, infirmiers et d un accompagnement social. La possibilité de pouvoir se poser dans un lieu, d être «en dehors de la rue», permettra à la personne de faire le point et d envisager peutêtre un projet dans le futur. Ceci avec le soutien d une équipe pluridisciplinaire. A suivre,... Voir notre site web: cliquer sur «E-Learning» Public Cible: Personnes sans-abri, désocialisées, ayant des problèmes de santé physique et/ou psychique, nécessitant une mise à l abri et une prise en charge psychomédico-sociale Institution Hôte: Chapsa à Nanterre et Samu Social Ville, Pays: Paris, France Auteur: Géraldine Van Langenhove du Relais Santé Belgique 8

9 Résidentes enceintes en programme CT Catégorie: Groupe Cible «Femmes» (TGF) assurer la sécurité et l efficacité de la CT pour les résidentes enceintes. Toute résidente enceinte reçoit le même support médical que toute autre femme enceinte et en particulier l assistance d une gynécologue (femme) et d une assistante sanitaire ou d une infirmière. Si la résidente est dans la première phase de son traitement, elle aura une fonction peu fatigante, elle ne participera pas aux groupes de rencontre ou à d autres groupes émotionnels. A la place, elle aura des possibilités supplémentaires de relaxation, de visites familiales, etc., y compris des weekends en famille, etc. Quand une résidente est enceinte, le staff favorisera, par un plan de traitement individualisé, son accès anticipé à la phase de réinsertion sociale afin de lui donner de l intimité, du calme et du confort dans un environnement féminin. S il y a d autres résidentes en phase de réinsertion ou qui sont graduées et qui ont des enfants, on encourage un soutien féminin par des rencontres régulières dans le cadre du programme thérapeutique ou par des visites à domicile, des accompagnements pour les courses, etc. Le bien-être de la mère et de l enfant sont considérés comme plus importants que les normes ordinaires et traditionnelles des CT. Il arrive que les services de protection de l enfance sont amenés à s impliquer dans le suivi de la grossesse, en particulier si la résidente enceinte a d autres enfants. Si le père n est pas un usager de drogues, ses visites font partie du plan de traitement individuel. S il est usager de drogues, les contacts et visites seront autorisées sous supervision. Si la résidente choisit l interruption de grossesse, le même type d accompagnement est mis en place, dans le cadre de son plan de traitement individuel. Le staff lui apportera des conseils mais en veillant à rester non jugeant concernant la décision de la femme, quelle qu elle soit. Public Cible: femmes enceintes en CT: des femmes toxicomanes en traitement ou candidates pour la CT. Comme d autres patients toxicomanes, quand elles sont confrontées au stress (solitude, frustration, tentations, etc.), elles ont tendance à se comporter de manière peu responsables vis à vis d elles-mêmes et d autrui Institution Hôte: Phoenix Haga Ville, Pays: Mysen Norway Auteur: Georges van der Straten de Trempoline Belgique 9

10 «La parole est aux enfants!» Catégorie: Prévention Universelle (PU) Travailler le thème amené par chaque enfant ou jeune preneur, l exploiter et l écrire avec lui pour l amener à le lire en public lors d un colloque. La proposition de réfléchir sur un thème qui l interpelle est faite à chaque jeune fréquentant ce centre. Certains ont de suite des idées qu ils soumettent à des travailleurs. Ensemble, ils cherchent des sources de documentation et de lectures pour approfondir le sujet. Le jeune en prend connaissance, lit, discute du sujet avec ses proches et avec le centre. Il transmet oralement toutes ses découvertes par rapport au thème choisi au centre. Ensuite, commence le travail d écriture en compagnie d un travailleur, à chaque fois différent pour éviter tout biais d appropriation du discours du jeune par un travailleur. Une fois dactylographié, le texte est vérifié par son auteur. Un travail de lecture distincte à haute voix est alors exécuté à diverses reprises. Chaque jeune prévoit un poste à responsabilité pour le colloque (accueil, apport culinaire, décoration, ) Enfin, c est le jour du colloque où chaque auteur lit ce qu il a écrit, sur la tribune, le titre ayant été créé par les travailleurs. Tout un travail de gestion du stress et de confiance est à confirmer avec ces jeunes. Chacun exécute la tâche qu il s était déterminé. Public Cible: Des jeunes de 8 à 21 ans pour la plupart issus de l immigration et fréquentant l institution Institution Hôte: Kirikou Ville, Pays: Paris, France Auteur: Claire Baland de l AJMO Belgique 10

11 Formation du personnel des établissements festifs Catégorie: Prévention Sélective (PS) Former le personnel des boites de nuit afin de prévenir la consommation des drogues dans les espaces festifs et réduire les risques qui y sont associé. Il s agit de former le personnel des discothèques (et ce aussi bien les personnes au bar, que le gérant et les sorteurs) 2 à 3 heures avant l ouverture de la boîte de nuit. Cette formation est interactive et s appuie sur les expériences et les besoins exprimés par les participants. Elle est ouverte à l ensemble du personnel afin de créer une véritable dynamique d équipe. Une session de 2 à 3 heures aborde : - les produits psycho actifs, leurs effets et les risques associés ; - la conduite à tenir en cas d accident ; - les moyens de limiter les accidents (stratégie de réduction des risques) - le cadre légal sur la consommation des stupéfiants, usages et trafics ; Public Cible: L ensemble du personnel d une discothèque : sorteurs, serveurs, gérant, Institution Hôte: Fêtez clairs Ville, Pays: Paris, France Auteur: Céline Puissant de La Teignouse Belgique 11

12 Pédagogie Pickler-Loczy Catégorie: Prévention Sélective (PS) Lutter contre l hospitalisme et les soucis de développement chez l enfant placé en bas âge. Amener une professionnalisation de l approche des travailleurs sociaux auprès des jeunes enfants. La pédagogie Pickler-Loczy (docteur Emmy Pickler, hongroise)part du principe que "si un jeune enfant ne peut être élevé par sa mère, la relation maternelle ne peut pas être reproduite, mais il est possible de lui offrir dans le cadre d'une collectivité une expérience de nature tout à fait différente qui favorise son plein développement". Quatre valeurs sont à l origine de la pédagogie: 1) La valeur de l'activité autonome : développer le goût de l'activité autonome est essentielle pour que les enfants deviennent des adultes "créatifs et responsables", et ce par l'expérimentation des situations. Il est nécessaire que l'activité naisse de l'enfant lui-même pour qu'il l'investisse. Les enfants sont donc totalement libres de leurs mouvements -tout en étant protégés des dangers. L'adulte ne fait que placer l'enfant dans des situations qui correspondent à son âge, met du matériel à sa portée, respecte le rythme de ses acquisitions motrices et l'aide à prendre conscience de ses accomplissements. 2) La valeur d'une relation affective privilégiée et l importance de la forme particulière qu'il convient de lui donner dans un cadre institutionnel : La nécessité d'une relation affective privilégiée et continue avec un adulte permanent nécessite une grande constance dans les attitudes éducatives et un engagement du personnel dans une "relation réelle mais consciemment contrôlée, dans laquelle l'adulte ne fait pas peser sur l'enfant sa propre affectivité et ses attentes personnelles". Les soins sont donc individualisés au possible, et l'enfant n'est jamais seul: il y a toujours un adulte à portée de vue ou de voix. L'équipe tout entière n'a de cesse d'évaluer, de connaître et de contrôler le degré et la forme d'attention offerts aux enfants. La réponse de l'adulte ne doit pas dépasser la demande de l'enfant, elle doit rester plutôt un peu en de ça et le renvoyer toujours à sa propre maîtrise de la situation qui, elle, est organisée à la mesure de ses possibilités." A suivre,... Voir notre site web: cliquer sur «E-Learning» Public Cible: Les enfants de moins de 6 ans et leurs parents. Institution Hôte: L Ermitage Ville, Pays: Mulhouse France Auteur: Tiffany Candeloro de l AJMO Belgique 12

13 Communication directe Catégorie: Emploi (EV) Faire passer des messages difficiles d une manière claire, simple et directe Lors de notre visite à la communauté thérapeutique nous avons constaté qu il y avait une manière de communiquer très directe et aussi très confrontante. En fait, tout le monde est tout le temps évalué par tout le monde. Aussi bien les choses positives que les choses négatives sont communiquées. Pour nous, venant de l extérieur et qui avons l habitude de tenir une communication «diplomatique», cette manière de faire était assez confrontante. Lors des discussions avec le directeur, il nous répliquait que le centre n avait qu un an pour rééduquer la personne. En discutant avec les usagers, ils nous ont fait part de l importance de cette manière de faire : ce n est pas toujours agréable d entendre ce qui ne va pas, mais au moins c est clair tout de suite. En plus, beaucoup de personnes qui y étaient, avaient connu une vie très déstructurée avant (vivre dans la rue) et elles disaient qu un cadre clair avec une communication claire était le seul moyen pour elles de se reconstruire. Dans notre travail, beaucoup de personnes que nous rencontrons se trouvent dans des situations difficiles et très souvent, ces personnes ont perdu toute structuration dans la vie. Nous rencontrons de plus en plus de personnes qui sont tellement décomposées que nous devons faire tout un travail de rééducation avant de pouvoir travailler une insertion professionnelle. Ce travail est lent et notre temps est limité. Nous pourrions certainement atteindre plus de résultats en travaillant d une manière plus directe dès le début. Public Cible: Personnes avec des problèmes d assuétudes, demandeurs d emploi très éloignés du marché de l emploi. Institution Hôte: Projecte Home Ville, Pays: Catalogne, Espagne Auteur: Claudine Bril de l ASBL «Carrefour Emploi» Belgique 13

14 Tableau des Catégories C Communauté en tant que Méthode CP Préparation (niveaux 1,2,3 de cycle de changement) CA Action (niveau 4 de cycle de changement) CR Réinsertion ou nouveau traitement (niveau 5,6 de cycle de changement) CO Autres services CM Médication N Travailler en réseau NF Avec les Familles NS Avec les Services NO Autres T Groupes Cibles TS Drogues douces et synthèse TA Alcooliques TC Cocaïnomanes TH Héroïnomanes TP Parents (consommateurs) et enfants TY Jeunes, mineurs & adolescents TD Double diagnostique TG Joueurs TGE Genre TM Maladies Mentales TI Immigrants TJ Justice & prison TR Rétrovirus HIV & AIDS TO Autre P Prévention PU Prévention Universelle PS Prévention sélective/groupes à risque PI Indiquée E Emploi EV Formation professionnelle EW Lieux de travail pour la réinsertion EO Autre R Recherche RQ Processus de qualité RS Etudes d impact RO Autre S Gestion du Personnel SV Bénévoles SS Formation spécifique ST Outils et organisation d équipes SO Autre SW Travail Social SWH Sans-abri SWO Autre 14

15 Helpdesks - Contacts Helpdesk en espagnol: Helpdesk en polonais: PROYECTO HOMBRE, Espagne MONAR, Pologne (0) Helpdesk en grec: Helpdesk en italien: KETHEA, Grèce CEIS Formazione, Italie ARGO, Grèce Helpdesk en français: TREMPOLINE, Belgique Helpdesk en bulgare: SOLIDARNOST, Bulgarie CEID, Bordeaux, France Helpdesk en anglais: AURORE, Paris, France PHOENIX-FUTURES, Londres, RU (11) Helpdesk en tchèque: Helpdesk en néerlandais: MAGDALENA, République Tchèque PALIER, Pays-Bas +420 (3185) Bureau Central ECEtt: Trempoline Grand Rue, Châtelet (Belgium) Tel Website: 15

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

ECETT NETWORKS Un «Evénement Ecett» international pour échanger des bonnes pratiques

ECETT NETWORKS Un «Evénement Ecett» international pour échanger des bonnes pratiques ECETT NETWORKS Un «Evénement Ecett» international pour échanger des bonnes pratiques Un Evénement Ecett aura lieu mercredi 18 Juin à l'hôtel de Ville de Nivelles (Belgique) pour échanger des «bonnes pratiques»

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure titre V VIVIUM TRAVEL RELAX préambule Pour autant que le véhicule désigné aux conditions particulières de la présente police auto bénéficie de la garantie Vivium car relax, le preneur d assurance peut

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Déclaration du promoteur de régime

Déclaration du promoteur de régime Déclaration du promoteur de régime mande de prestations d invalidité de longue durée mande d exonération des primes des garanties suivantes : Assurance vie de base ou facultative Décès et mutilation accidentels

Plus en détail

Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives

Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives PREMIER MINISTRE DOSSIER DE PRESSE Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017 Drogues et conduites addictives : repères chiffrés Les consommations de substances

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Un réseau de professionnels pour l intégration sociale et professionnelle de personnes en difficulté de santé

Un réseau de professionnels pour l intégration sociale et professionnelle de personnes en difficulté de santé Un réseau de professionnels pour l intégration sociale et professionnelle de personnes en difficulté de santé Direction Générale L Association Vivre, créée au début des années 40 pour aider à la réinsertion

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Synthèse des réflexions

Synthèse des réflexions Synthèse des réflexions 5ème Journée de Rencontres Inter-Professionnelles ADDICTION ET PRÉCARITÉ Le 2 février 2008 À l Auberge de Jeunesse DU PORT DU RHIN ------------------------------------ Organisée

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

Les procédures médico-légales d hospitalisation

Les procédures médico-légales d hospitalisation Les procédures médico-légales d hospitalisation D. CAILLOCE SAMU 87 Contexte de l hospitalisa0on sous contrainte (1) Par%cularité de la discipline psychiatrique où le malade n a pas forcément conscience

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations?

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations? FORMATION SST MAC - ID MAC SST Formateur SST CONDUITE ADDICTIVE MAC Formateur SST FORMATIONS Personne compétente Santé sécurité RISQUE ROUTIER / VUL 2015 RPS PREMIERS SECOURS PRAP IBC MAC IBC DAE PRAP

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ Guide Pratique Protection de l enfance L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger L ACCUEIL DU MINEUR ET DU JEUNE MAJEUR Ce

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

NOM DE L ETABLISSEMENT : CENTRE DE SOINS DE SUITE ET DE READATATION EN ADDICTOLOGIE «MARIENBRONN»

NOM DE L ETABLISSEMENT : CENTRE DE SOINS DE SUITE ET DE READATATION EN ADDICTOLOGIE «MARIENBRONN» NOM DE L ETABLISSEMENT : CENTRE DE SOINS DE SUITE ET DE READATATION EN ADDICTOLOGIE «MARIENBRONN» Adresse : F- 67250 LOBSANN Tél.03 88 05 68 40 Fax. : 03 88 54 78 42 Mail : marienbronn.cssra@wanadoo.fr

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte A l in intention du Canton de Genève, août 2011 Article 429 CC : placement par le médecin A Genève,

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Des solutions sur mesure, pour une médecine optimale.

Des solutions sur mesure, pour une médecine optimale. RÉCAPITULATIF DES PRESTATIONS 2016 Des solutions sur mesure, pour une médecine optimale. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Suivi global par SWICA Organisation de santé. Les modèles SWICA FAVORIT de l assurance

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

isit Assur L assurance spéciale Visa Schengen pour les visiteurs étrangers en France international [ LA MOBILITÉ] PARTICULIERS

isit Assur L assurance spéciale Visa Schengen pour les visiteurs étrangers en France international [ LA MOBILITÉ] PARTICULIERS [ LA MOBILITÉ] PARTICULIERS isit Assur L assurance spéciale Visa Schengen pour les visiteurs étrangers en France 2011 Suivez-nous sur Facebook et Twitter! www.facebook.com/aprilexpat www.twitter.com/aprilexpat

Plus en détail

I-STAY@HOME. ICT Solutions for an Ageing Society DEVELOPPEMENTS 2013

I-STAY@HOME. ICT Solutions for an Ageing Society DEVELOPPEMENTS 2013 I-STAY@HOME ICT Solutions for an Ageing Society DEVELOPPEMENTS 2013 LES TACHES Le projet s'étendra de 2012 à 2015. Durant cette période, les partenaires procéderont à un travail en quatre phases: 1. Identifier

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ 33333 Dépannage d Urgence de Nuit et Echanges service actif en matière de toxicomanie agréé par la Commission communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale et «photo du dispositif mobile de

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail