Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons"

Transcription

1 Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation des bénéficiaires du dispositif intégré d insertion socioprofessionnelle. Rapport intermédiaire-décembre Les objectifs du projet 2.Les étapes du projet 3.Les organismes participant au projet 4.La relation entre les objectifs et la réalité du terrain 5.Les pistes pour le projet

2 1. Les objectifs du projet Un comité d accompagnement technique se réunit régulièrement pour assurer l encadrement et le suivi du projet. Les premières réunions de travail de ce comité ont permis aux équipes du CSEF, M. DE BRUYN et Mme PICARD, chargés de mission au C.S.E.F. (Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation) et de l Université de Mons-Hainaut, M. MURILLO et Melle DAUBECHIES de définir les objectifs à mettre en place et souligner différents points importants. Les objectifs du projet sont les suivants : le premier est la mise en évidence des bonnes pratiques. Le but est de poser un regard extérieur sur les animations proposées afin de les améliorer, si besoin en est. Il ne s agit pas d une évaluation, mais de pouvoir dégager celles-ci afin de les partager avec d autres organismes. Il s agit de donner des pistes de travail et de dynamiser certaines autres institutions. Il n y a pas une bonne pratique d écoute et de participation. Celle-ci dépend du type de public, du nombre de personnes ou encore de la philosophie de l organisme ; le second objectif est de dégager la parole du stagiaire quant à son parcours d insertion socioprofessionnelle (au niveau global). Il s agit d amener les débats sur des sujets plus transversaux (accueil, orientation, information ) qui pourront être relayés vers la Commission de coordination sous-régionale du DIISP et alimenter ses actions. L objectif final est la création, à terme, d une commission consultative sousrégionale constituée de représentants d opérateurs, de partenaires sociaux et de stagiaires. Pour cela, un travail préalable sur le terrain est indispensable afin de développer, de relancer ou de renforcer des activités d écoute et de participation au niveau interne des organismes. Ce travail ne s arrêtera pas pour autant en juin ; il s agit d un accompagnement continu auprès des opérateurs. 2

3 2. Les étapes du projet La première étape du projet est la suivante : la visite des différents organismes qui participent au projet. Il s agit d un processus de négociations qui permet de clarifier ce que les opérateurs attendent du projet et vice-versa. La deuxième étape consiste en l établissement d un agenda afin de fixer les différentes réunions : des réunions avec les formateurs/animateurs ; des réunions avec les stagiaires ; une réunion où seront confrontés les points de vue des stagiaires et des formateurs ; une réunion avec des collaborateurs (coordinateur, assistant social ) afin de prendre connaissance de leurs expériences. La troisième étape vise à réaliser une synthèse écrite des résultats obtenus. La possibilité de réaliser des vidéos courtes des animations réalisées est à envisager. Cela pourrait être un support didactique enrichissant pour les organismes qui participeront au projet par après. Enfin, la dernière étape consiste en un rôle d accompagnement des institutions qui voudraient réfléchir sur leurs pratiques ou celles qu ils voudraient mettre en place. Ce rôle est à distinguer d une supervision. Cet accompagnement est à envisager après la mise en route du projet. Il faut, avant tout, une base de matières et de réflexion pour prendre connaissance des méthodes qui fonctionnent sur le terrain. Ce sont les deux premières étapes qui ont fait l objet du travail des chercheurs durant la période s étalant du mois de septembre au mois de décembre

4 3. Les organismes participant au projet Les quatre organismes qui participent au projet sont le CIEP (Mons), l OISP Transvia (Hornu), la Régie de quartier de Colfontaine et le CPAS de Frameries. a) le CIEP Le CIEP (Centre d Information et d Education Populaire), pour le volet ALPHA, est un organisme d éducation permanente. L équipe se compose de quatre représentants et animateurs. Il y a un permanent, une responsable de l accueil des apprenants, une animatrice chargée de la sensibilisation et une coordinatrice pédagogique. Ceux-ci ont des contacts avec les groupes, de manière ponctuelle. Il y a également 14 formateurs bénévoles. Le CIEP compte environ 100 apprenants qui suivent des cours d alphabétisation et de français/langues étrangères. Le public est à 75 % d origine étrangère (beaucoup de personnes d origine turque et russe). Celui-ci est plus ou moins stable tout au long de l année. Les motivations à venir sont diverses. Certains apprenants viennent via le FOREM ou le CPAS. D autres viennent par le bouche-à-oreille ou encore pour leur intérêt personnel. Le projet du CIEP est la mise en place d une commission participative au sein des cours d alphabétisation. Celui-ci vise tout le public du CIEP. Selon le CIEP, le projet de l apprenant ne se trouve pas assez au cœur de la pratique, essentiellement axée sur l enseignement scolaire. Une petite expérience de participation avait été menée pour la fête de fin d année du CIEP, en juin Une détachée pédagogique avait travaillé avec un comité des fêtes composé de cinq apprenants volontaires. Durant un an, la coordinatrice pédagogique a mené une réflexion sur les tenants et les aboutissants de l Alpha. Elle a mis en place un groupe de travail sur le sujet de 4

5 la participation et ce, au moyen d un questionnaire proposé aux formateurs. Les résultats ont principalement montré le besoin de développer des pratiques de participation. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Isabelle Lebon, la coordinatrice pédagogique du CIEP. b) la Régie de quartier de Colfontaine La Régie de quartier de Colfontaine reçoit un public majeur et demandeur d emploi, habitant sur la commune. Elle fonctionne avec 10 à 12 stagiaires. Ce public est généralement habitué au milieu associatif. Le projet concerne cette Régie spécifiquement. Celle-ci pourra diffuser le projet au sein des autres régies intéressées par la suite. L objectif de la Régie de quartier de Colfontaine est d accompagner les stagiaires dans leur parcours d insertion socioprofessionnelle. Elle a pour objectif la démarche vers la citoyenneté et la réinsertion socioprofessionnelle. Elle vise la re-socialisation pour les personnes ayant vécu une longue période de chômage. La Régie fonctionne avec l aide du Fond social européen, de la Région wallonne et du Forem. La Régie propose une activité de participation collective (carnet de bord). Le stagiaire propose diverses activités à réaliser au cours de l année. Ceci est limité. L organisme voudrait améliorer sa pratique. La Régie voudrait donner un pouvoir décisionnel plus important aux stagiaires tout en respectant le cadre et les limites fixées (horaires et cours de remise à niveau). Il s agit d amener les stagiaires à être plus actifs vis-à-vis de leur propre formation (la Régie a un aspect confortable pour les stagiaires). La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame D Hooghe, la médiatrice sociale de la régie de quartier. 5

6 c) le CPAS de Frameries L Espace-Projets est un service d'insertion socioprofessionnelle structuré, au sein du CPAS. Ce service est mis en oeuvre pour favoriser l'insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires du Revenu d'intégration Sociale. Les intervenants leur proposent un accompagnement individualisé. Divers projets spécifiques sont mis en place par le service : Le projet d économie sociale : la création de services de proximité tels qu une épicerie sociale, une centrale de repassage et un service d aide à domicile ; le projet femmes autonomes adressé aux femmes (avec ou sans enfant), en rupture sociale, ayant un parcours d insertion difficile. Il s agit d une action intégrée pour les aider au quotidien. le développement de l accès à l informatique ; le projet de démocratie participative. Le CPAS a développé une pratique d écoute et de parole pour les femmes seules (Projet-Femmes autonomes). Il voudrait élargir cette pratique au public susceptible d être dirigé vers une formation d insertion socioprofessionnelle. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Nathalie Nisolle, la responsable de l Espace-Projet du CPAS. d) l OISP TRANSVIA Transvia (Transition à la vie active) est un organisme d'insertion socioprofessionnelle. Il s est spécialisé dans le développement de la dimension personnelle de l individu : connaissance de soi, socialisation, élaboration d un projet socioprofessionnel, recherche active d emploi ou encore remise à niveau. L organisme a produit heures de formation en 2006 et accueille environ 300 stagiaires par an. Ceux-ci viennent pour des 6

7 raisons très variées : par le bouche à oreille, le Contrat Crédit d Insertion ou encore le CPAS. Un des objectifs de Transvia est de modifier la motivation d une partie du public qui vient souvent pour se libérer, entre autres, des contraintes avec l ONEM. Il s agit d un travail délicat. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Chrétien, la directrice de Transvia. Transvia a une pratique d écoute et de participation développée. L organisme voudrait renforcer sa pratique et a répondu positivement au projet. Le souhait d un point de vue extérieur a été émis par les formateurs afin d améliorer leur pratique. La mise en place d un nouveau décret en janvier 2008 a engendre un contexte particulier. Transvia se trouvant dans une situation transitoire, pas représentative de son fonctionnement habituel, nous commencerons le projet de manière concrète en janvier. Nous avons toutefois déjà rencontré les formateurs. Ils se sont exprimés au sujet des contenus des animations de participation (conseil coopératif) et sur leurs attentes plus particulières vis-à-vis du projet. 7

8 4. La relation entre les objectifs du projet et la réalité du terrain Il s agit de faire, pour chaque institution, le point par rapport aux objectifs d écoute et de participation. le CPAS a) Ecoute Le CPAS de Frameries offre un espace d écoute à travers la mise en place du groupe du projet Femmes-autonomes et du groupe de parole. b) Participation Les balises institutionnelles n ont pas encore été clairement fixées. Par conséquent, il est difficile de travailler de façon concrète au niveau de la participation. Il faut tenir compte de la lourdeur administrative du CPAS et de l optique de dépendance qui lui est sousjacente. Quelques pistes concrètes ont toutefois été soulignées : la mise en place d un réseau d aide pour la garde des enfants (groupe Femmes-autonomes) et la question Le CPAS vous donne cela ; à votre tour, que pouvez-vous apporter à l institution? Ce sont des ouvertures à concrétiser. Dans le cas où l expérience s avère positive, il serait important de partager cela avec le réseau des CPAS (mettre en place des moyens afin de développer la pratique). la Régie de quartier a) Ecoute L activité d écoute mise en place est le Carnet de bord. Elle se déroule une fois par mois. Il est nécessaire de clarifier les objectifs de celle-ci. Les chercheurs ont recueilli la parole des stagiaires à propos de leur parcours global d insertion. 8

9 b) Participation C est sur l aspect de participation que la médiatrice sociale, Madame D Hooghe, voudrait travailler. Elle voudrait améliorer le Carnet de bord. Le groupe de la Régie est continuellement en changement. A long terme, pour que la participation soit efficace, il faut que la personne puisse continuer à s exprimer, quelque soit l organisme vers lequel elle est orientée. Transvia a) Ecoute Une dynamique importante d écoute est mise en place. b) Participation Une dynamique importante de participation est mise en place. Le problème pour Transvia est qu il se trouve dans une sorte d impasse. Leur objectif principal est de pouvoir faire un retour sur leur pratique et d avoir un regard extérieur afin d évoluer : est-ce qu on doit changer notre pratique? Les autres institutions doivent-elles évoluer? Le projet se fera ici à un niveau plus transversal. le CIEP a) Ecoute On assiste à la naissance d un projet d écoute et de participation : la commission de participation. Celui-ci introduit une dynamique nouvelle. Le CIEP veut développer ce projet tout en dépassant la difficulté de la langue. Une difficulté se pose au niveau des formateurs : ils travaillent de manière bénévole. Beaucoup ont un engagement limité dans l institution. Il semble qu il n y ait pas de sentiment d appartenance à un groupe (identité du groupe formateurs inexistante). Jusqu à quel point sont-ils participatifs? 9

10 b) Participation L impulsion du projet est née d une dynamique plus générale. Il semble qu il y ait une volonté générale d harmoniser la pratique d écoute et de participation qui existe déjà dans d autres branches du MOC (Vie féminine, Actions Intégrées de développement). 5. Les pistes et les objectifs du projet Plusieurs questions seront à poser en fin de recherche : Les acteurs (participants, formateurs) sont-ils satisfaits? Les personnes ont-elles retiré quelque chose du projet et des rencontres. Quel(s) est(sont) le(s) effet(s) de la recherche? Y a-t-il du changement en terme d écoute et de participation? multiple : A la fin de la recherche, le CSEF aura un rôle de moteur. Celui-ci sera o encourager les opérateurs à poursuivre la dynamique d écoute de la parole globale du stagiaire/de l apprenant ; o faire en sorte que les opérateurs puissent encore se rencontrer par des échanges sur la pratique avec le CREAS ou un accompagnement ponctuel (une réflexion sur la dimension transversale) ; o maintenir une continuité, une cohérence, dans la dynamique d écoute et de participation ; o organiser une commission sous-régionale au moins une fois par an (avec des représentants de stagiaires, de partenaires sociaux et d opérateurs). Quelques bonnes pratiques 10

11 réunion : Plusieurs constats de pratiques importantes ont été mis en évidence lors de la l animation des acteurs varie d un groupe à l autre (apprenants, formateurs ou encore animateurs) ; une étape indispensable pour pouvoir travailler concrètement avec une institution est la mise en place d un cadre et de balises ; avant d installer une expérience de participation dans un organisme, il est important de mener, au préalable, une réflexion avec chaque groupe concerné. Cela afin d induire une dynamique pour le projet ; il est important d écouter tous les acteurs ; il est difficile de mettre en place des activités d écoute et de participation dans un organisme si les formateurs/animateurs ne sont pas eux-mêmes écoutés ; il faut mettre en place un relais, une cohérence, une continuité dans les activités d écoute et de participation des institutions ; ceci afin de limiter les écarts entre les organismes qui développent beaucoup de projets autour de l écoute et de la participation et ceux qui le font peu ou pas du tout. Pour cela, il est nécessaire de sensibiliser les acteurs de terrain et de développer un réseau, un partenariat entre les institutions. Ouverture et accueil positif des stagiaires. 11

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE «QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE Matinée de travail du 21 octobre - Recueil de l expression des acteurs

Plus en détail

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique :

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique : Dans notre quatrième Newsletter nous vous présentons l évaluation intermédiaire réalisée par l évaluatrice externe du projet Mélanie Latiers de l organisation Orchis. Pour rappel en mai 2014 se sont déroulées

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches»

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Plan de l exposé «Solutions de mobilité en Brabant wallon» 1. Contexte de l élaboration de l outil 2. Objectifs de l outil 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Contexte de l élaboration de l

Plus en détail

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Françoise Poliart précise les différents éléments qui sont incontournables pour pouvoir entrer en formation au Forem :

Françoise Poliart précise les différents éléments qui sont incontournables pour pouvoir entrer en formation au Forem : Compte rendu du 6/11/2007 Groupe de travail avec les CPAS, Régies de quartier, Education permanente, Barbiana, Proaction sur les seuils d accès à Forem Formation 1. Introduction Suite à la rencontre informative

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Square Roosevelt 6 B-7000 Mons Tél. : 065/40 93 36 Fax : 065/31 12 02

Square Roosevelt 6 B-7000 Mons Tél. : 065/40 93 36 Fax : 065/31 12 02 Fax : 065/3 0 TABLE DES MATIERES. Contexte... 4. Photographie 0 du secteur de l alpha sur Mons-Borinage... 5. Recueil des données... 5.. Qui sont les acteurs interrogés? 5.. Parler le même langage... 5..3

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Qu est-ce que le soutien communautaire

Qu est-ce que le soutien communautaire Qu est-ce que le soutien communautaire Document issu d une série de formations offertes par la FOHM portant sur le soutien communautaire en logement social 2010 Page 1 de 5 Soutien communautaire : une

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais,

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, Une approche de communication participative et innovante Bureau international du Travail Le Bureau

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion La fiche descriptive d un processus d innovation AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion Le projet L origine et description de votre projet Les mots clés de votre action

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

Comment favoriser la mise en place de stages?

Comment favoriser la mise en place de stages? Comment favoriser la mise en place de stages? 22 octobre 2015 CEME Charleroi Carrefour des Fonds APEF asbl Vos attentes? Quel est votre objectif en participant à cet atelier? Quelles sont les interrogations

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices.

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices. Questionnaire sur la communication interne Mairie de Pont de l Arche. Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne Dénomination du service : Domaine d intervention : I

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Champ de Manœuvre. Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen

Champ de Manœuvre. Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen Champ de Manœuvre Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen Février 2015 La mobilisation effective d une cinquantaine de personnes 24 répondants 23 lors

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Ensembles dans la lutte contre l exclusion sociale au Maroc

Ensembles dans la lutte contre l exclusion sociale au Maroc Ensembles dans la lutte contre l exclusion sociale au Maroc Action COACH Contact: Sonia Sánchez 06 61 26 72 70 ssanchez@casaldelsinfants.org www.allianceemploi.blogspot.com Description Alliance Emploi

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Le programme européen pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport. l éducation. des adultes en europe!

Le programme européen pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport. l éducation. des adultes en europe! Le programme européen pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport Faisons grandir l éducation et la formation des adultes en europe! European Plateform for Adult Learning in Europe (EPALE),

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

C est ainsi qu à l IEPSCF Uccle, nous basons notre action Qualité sur plusieurs sources :

C est ainsi qu à l IEPSCF Uccle, nous basons notre action Qualité sur plusieurs sources : L équipe de de l'iepscf Uccle est satisfaite de la manière dont s'est déroulé l'audit qualité des formations en Informatique de Gestion et Informatique et Systèmes. Les points mis en évidence lors du rapport

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

Atelier orientation professionnelle

Atelier orientation professionnelle Atelier orientation professionnelle Partie 1. Projets porteurs La plateforme orientation : «Je termine l école. Mon parcours de chercheur d emploi» - CSEF Huy-Waremme «Je termine l école» est un outil

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3 5 DOCUMENT 3 PROJET D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION Le projet d établissement du Collège Sainte-Marie - 1 er degré - est écrit dans la lignée des projets éducatif et pédagogique. Il précise les objectifs

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE

Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE Direction émettrice: Qualité, Mission universitaire et Ressources Informationnelles Q-18 Page 1 de 5 Champ d application

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)»

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» FICHE DE POSTE «Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» SIAE Adresse Secteur d activité Métiers du bâtiment : tout corps d état Confection: travail du tissu, décoration, confection

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE Convention de partenariat entre L Académie de Nice La zone de Défense Sud L Association Régionale des anciens auditeurs de l Institut des Hautes Etudes de

Plus en détail

Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons

Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons Le plan d action 2015 a été réalisé dans un contexte particulier marqué par le basculement des C.S.E.F. vers les Instances Bassin Enseignement Qualifiant Formation

Plus en détail

Réseau santé diabète-marolles

Réseau santé diabète-marolles Mots clefs : alimentation, médecine générale, maison médicale. MANGER La prise en charge du patient diabétique est complexe. Pour être efficace, elle nécessite la participation du patient et de son entourage,

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Evènements FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Mission Locale du Charolais - 17 rue Jean Bouveri - 71 130 GUEUGNON Structure support du projet Rappel de la mise en place et des objectifs de cette action. L

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DE LA QUALITE ET GESTION DES SERVICES PUBLICS www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille :

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante :

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil QUE 85-A Date de dépôt : 30 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M me Anne Emery-Torracinta : Une personne ayant obtenu un permis F peut-elle

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

LES STAGES A L ETRANGER DANS LE CADRE DU NOUVEAU CURSUS

LES STAGES A L ETRANGER DANS LE CADRE DU NOUVEAU CURSUS LES STAGES A L ETRANGER DANS LE CADRE DU NOUVEAU CURSUS : Quels partenariats entre les Instituts de Formations en Soins Infirmiers (IFSI) et les acteurs de la solidarité internationale de Rhône-Alpes (associations,

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe

FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe IMPLICATION DE NOTRE COMMISSION SCOLAIRE 2010 Appel d intérêt

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail