Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons"

Transcription

1 Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation des bénéficiaires du dispositif intégré d insertion socioprofessionnelle. Rapport intermédiaire-décembre Les objectifs du projet 2.Les étapes du projet 3.Les organismes participant au projet 4.La relation entre les objectifs et la réalité du terrain 5.Les pistes pour le projet

2 1. Les objectifs du projet Un comité d accompagnement technique se réunit régulièrement pour assurer l encadrement et le suivi du projet. Les premières réunions de travail de ce comité ont permis aux équipes du CSEF, M. DE BRUYN et Mme PICARD, chargés de mission au C.S.E.F. (Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation) et de l Université de Mons-Hainaut, M. MURILLO et Melle DAUBECHIES de définir les objectifs à mettre en place et souligner différents points importants. Les objectifs du projet sont les suivants : le premier est la mise en évidence des bonnes pratiques. Le but est de poser un regard extérieur sur les animations proposées afin de les améliorer, si besoin en est. Il ne s agit pas d une évaluation, mais de pouvoir dégager celles-ci afin de les partager avec d autres organismes. Il s agit de donner des pistes de travail et de dynamiser certaines autres institutions. Il n y a pas une bonne pratique d écoute et de participation. Celle-ci dépend du type de public, du nombre de personnes ou encore de la philosophie de l organisme ; le second objectif est de dégager la parole du stagiaire quant à son parcours d insertion socioprofessionnelle (au niveau global). Il s agit d amener les débats sur des sujets plus transversaux (accueil, orientation, information ) qui pourront être relayés vers la Commission de coordination sous-régionale du DIISP et alimenter ses actions. L objectif final est la création, à terme, d une commission consultative sousrégionale constituée de représentants d opérateurs, de partenaires sociaux et de stagiaires. Pour cela, un travail préalable sur le terrain est indispensable afin de développer, de relancer ou de renforcer des activités d écoute et de participation au niveau interne des organismes. Ce travail ne s arrêtera pas pour autant en juin ; il s agit d un accompagnement continu auprès des opérateurs. 2

3 2. Les étapes du projet La première étape du projet est la suivante : la visite des différents organismes qui participent au projet. Il s agit d un processus de négociations qui permet de clarifier ce que les opérateurs attendent du projet et vice-versa. La deuxième étape consiste en l établissement d un agenda afin de fixer les différentes réunions : des réunions avec les formateurs/animateurs ; des réunions avec les stagiaires ; une réunion où seront confrontés les points de vue des stagiaires et des formateurs ; une réunion avec des collaborateurs (coordinateur, assistant social ) afin de prendre connaissance de leurs expériences. La troisième étape vise à réaliser une synthèse écrite des résultats obtenus. La possibilité de réaliser des vidéos courtes des animations réalisées est à envisager. Cela pourrait être un support didactique enrichissant pour les organismes qui participeront au projet par après. Enfin, la dernière étape consiste en un rôle d accompagnement des institutions qui voudraient réfléchir sur leurs pratiques ou celles qu ils voudraient mettre en place. Ce rôle est à distinguer d une supervision. Cet accompagnement est à envisager après la mise en route du projet. Il faut, avant tout, une base de matières et de réflexion pour prendre connaissance des méthodes qui fonctionnent sur le terrain. Ce sont les deux premières étapes qui ont fait l objet du travail des chercheurs durant la période s étalant du mois de septembre au mois de décembre

4 3. Les organismes participant au projet Les quatre organismes qui participent au projet sont le CIEP (Mons), l OISP Transvia (Hornu), la Régie de quartier de Colfontaine et le CPAS de Frameries. a) le CIEP Le CIEP (Centre d Information et d Education Populaire), pour le volet ALPHA, est un organisme d éducation permanente. L équipe se compose de quatre représentants et animateurs. Il y a un permanent, une responsable de l accueil des apprenants, une animatrice chargée de la sensibilisation et une coordinatrice pédagogique. Ceux-ci ont des contacts avec les groupes, de manière ponctuelle. Il y a également 14 formateurs bénévoles. Le CIEP compte environ 100 apprenants qui suivent des cours d alphabétisation et de français/langues étrangères. Le public est à 75 % d origine étrangère (beaucoup de personnes d origine turque et russe). Celui-ci est plus ou moins stable tout au long de l année. Les motivations à venir sont diverses. Certains apprenants viennent via le FOREM ou le CPAS. D autres viennent par le bouche-à-oreille ou encore pour leur intérêt personnel. Le projet du CIEP est la mise en place d une commission participative au sein des cours d alphabétisation. Celui-ci vise tout le public du CIEP. Selon le CIEP, le projet de l apprenant ne se trouve pas assez au cœur de la pratique, essentiellement axée sur l enseignement scolaire. Une petite expérience de participation avait été menée pour la fête de fin d année du CIEP, en juin Une détachée pédagogique avait travaillé avec un comité des fêtes composé de cinq apprenants volontaires. Durant un an, la coordinatrice pédagogique a mené une réflexion sur les tenants et les aboutissants de l Alpha. Elle a mis en place un groupe de travail sur le sujet de 4

5 la participation et ce, au moyen d un questionnaire proposé aux formateurs. Les résultats ont principalement montré le besoin de développer des pratiques de participation. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Isabelle Lebon, la coordinatrice pédagogique du CIEP. b) la Régie de quartier de Colfontaine La Régie de quartier de Colfontaine reçoit un public majeur et demandeur d emploi, habitant sur la commune. Elle fonctionne avec 10 à 12 stagiaires. Ce public est généralement habitué au milieu associatif. Le projet concerne cette Régie spécifiquement. Celle-ci pourra diffuser le projet au sein des autres régies intéressées par la suite. L objectif de la Régie de quartier de Colfontaine est d accompagner les stagiaires dans leur parcours d insertion socioprofessionnelle. Elle a pour objectif la démarche vers la citoyenneté et la réinsertion socioprofessionnelle. Elle vise la re-socialisation pour les personnes ayant vécu une longue période de chômage. La Régie fonctionne avec l aide du Fond social européen, de la Région wallonne et du Forem. La Régie propose une activité de participation collective (carnet de bord). Le stagiaire propose diverses activités à réaliser au cours de l année. Ceci est limité. L organisme voudrait améliorer sa pratique. La Régie voudrait donner un pouvoir décisionnel plus important aux stagiaires tout en respectant le cadre et les limites fixées (horaires et cours de remise à niveau). Il s agit d amener les stagiaires à être plus actifs vis-à-vis de leur propre formation (la Régie a un aspect confortable pour les stagiaires). La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame D Hooghe, la médiatrice sociale de la régie de quartier. 5

6 c) le CPAS de Frameries L Espace-Projets est un service d'insertion socioprofessionnelle structuré, au sein du CPAS. Ce service est mis en oeuvre pour favoriser l'insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires du Revenu d'intégration Sociale. Les intervenants leur proposent un accompagnement individualisé. Divers projets spécifiques sont mis en place par le service : Le projet d économie sociale : la création de services de proximité tels qu une épicerie sociale, une centrale de repassage et un service d aide à domicile ; le projet femmes autonomes adressé aux femmes (avec ou sans enfant), en rupture sociale, ayant un parcours d insertion difficile. Il s agit d une action intégrée pour les aider au quotidien. le développement de l accès à l informatique ; le projet de démocratie participative. Le CPAS a développé une pratique d écoute et de parole pour les femmes seules (Projet-Femmes autonomes). Il voudrait élargir cette pratique au public susceptible d être dirigé vers une formation d insertion socioprofessionnelle. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Nathalie Nisolle, la responsable de l Espace-Projet du CPAS. d) l OISP TRANSVIA Transvia (Transition à la vie active) est un organisme d'insertion socioprofessionnelle. Il s est spécialisé dans le développement de la dimension personnelle de l individu : connaissance de soi, socialisation, élaboration d un projet socioprofessionnel, recherche active d emploi ou encore remise à niveau. L organisme a produit heures de formation en 2006 et accueille environ 300 stagiaires par an. Ceux-ci viennent pour des 6

7 raisons très variées : par le bouche à oreille, le Contrat Crédit d Insertion ou encore le CPAS. Un des objectifs de Transvia est de modifier la motivation d une partie du public qui vient souvent pour se libérer, entre autres, des contraintes avec l ONEM. Il s agit d un travail délicat. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Chrétien, la directrice de Transvia. Transvia a une pratique d écoute et de participation développée. L organisme voudrait renforcer sa pratique et a répondu positivement au projet. Le souhait d un point de vue extérieur a été émis par les formateurs afin d améliorer leur pratique. La mise en place d un nouveau décret en janvier 2008 a engendre un contexte particulier. Transvia se trouvant dans une situation transitoire, pas représentative de son fonctionnement habituel, nous commencerons le projet de manière concrète en janvier. Nous avons toutefois déjà rencontré les formateurs. Ils se sont exprimés au sujet des contenus des animations de participation (conseil coopératif) et sur leurs attentes plus particulières vis-à-vis du projet. 7

8 4. La relation entre les objectifs du projet et la réalité du terrain Il s agit de faire, pour chaque institution, le point par rapport aux objectifs d écoute et de participation. le CPAS a) Ecoute Le CPAS de Frameries offre un espace d écoute à travers la mise en place du groupe du projet Femmes-autonomes et du groupe de parole. b) Participation Les balises institutionnelles n ont pas encore été clairement fixées. Par conséquent, il est difficile de travailler de façon concrète au niveau de la participation. Il faut tenir compte de la lourdeur administrative du CPAS et de l optique de dépendance qui lui est sousjacente. Quelques pistes concrètes ont toutefois été soulignées : la mise en place d un réseau d aide pour la garde des enfants (groupe Femmes-autonomes) et la question Le CPAS vous donne cela ; à votre tour, que pouvez-vous apporter à l institution? Ce sont des ouvertures à concrétiser. Dans le cas où l expérience s avère positive, il serait important de partager cela avec le réseau des CPAS (mettre en place des moyens afin de développer la pratique). la Régie de quartier a) Ecoute L activité d écoute mise en place est le Carnet de bord. Elle se déroule une fois par mois. Il est nécessaire de clarifier les objectifs de celle-ci. Les chercheurs ont recueilli la parole des stagiaires à propos de leur parcours global d insertion. 8

9 b) Participation C est sur l aspect de participation que la médiatrice sociale, Madame D Hooghe, voudrait travailler. Elle voudrait améliorer le Carnet de bord. Le groupe de la Régie est continuellement en changement. A long terme, pour que la participation soit efficace, il faut que la personne puisse continuer à s exprimer, quelque soit l organisme vers lequel elle est orientée. Transvia a) Ecoute Une dynamique importante d écoute est mise en place. b) Participation Une dynamique importante de participation est mise en place. Le problème pour Transvia est qu il se trouve dans une sorte d impasse. Leur objectif principal est de pouvoir faire un retour sur leur pratique et d avoir un regard extérieur afin d évoluer : est-ce qu on doit changer notre pratique? Les autres institutions doivent-elles évoluer? Le projet se fera ici à un niveau plus transversal. le CIEP a) Ecoute On assiste à la naissance d un projet d écoute et de participation : la commission de participation. Celui-ci introduit une dynamique nouvelle. Le CIEP veut développer ce projet tout en dépassant la difficulté de la langue. Une difficulté se pose au niveau des formateurs : ils travaillent de manière bénévole. Beaucoup ont un engagement limité dans l institution. Il semble qu il n y ait pas de sentiment d appartenance à un groupe (identité du groupe formateurs inexistante). Jusqu à quel point sont-ils participatifs? 9

10 b) Participation L impulsion du projet est née d une dynamique plus générale. Il semble qu il y ait une volonté générale d harmoniser la pratique d écoute et de participation qui existe déjà dans d autres branches du MOC (Vie féminine, Actions Intégrées de développement). 5. Les pistes et les objectifs du projet Plusieurs questions seront à poser en fin de recherche : Les acteurs (participants, formateurs) sont-ils satisfaits? Les personnes ont-elles retiré quelque chose du projet et des rencontres. Quel(s) est(sont) le(s) effet(s) de la recherche? Y a-t-il du changement en terme d écoute et de participation? multiple : A la fin de la recherche, le CSEF aura un rôle de moteur. Celui-ci sera o encourager les opérateurs à poursuivre la dynamique d écoute de la parole globale du stagiaire/de l apprenant ; o faire en sorte que les opérateurs puissent encore se rencontrer par des échanges sur la pratique avec le CREAS ou un accompagnement ponctuel (une réflexion sur la dimension transversale) ; o maintenir une continuité, une cohérence, dans la dynamique d écoute et de participation ; o organiser une commission sous-régionale au moins une fois par an (avec des représentants de stagiaires, de partenaires sociaux et d opérateurs). Quelques bonnes pratiques 10

11 réunion : Plusieurs constats de pratiques importantes ont été mis en évidence lors de la l animation des acteurs varie d un groupe à l autre (apprenants, formateurs ou encore animateurs) ; une étape indispensable pour pouvoir travailler concrètement avec une institution est la mise en place d un cadre et de balises ; avant d installer une expérience de participation dans un organisme, il est important de mener, au préalable, une réflexion avec chaque groupe concerné. Cela afin d induire une dynamique pour le projet ; il est important d écouter tous les acteurs ; il est difficile de mettre en place des activités d écoute et de participation dans un organisme si les formateurs/animateurs ne sont pas eux-mêmes écoutés ; il faut mettre en place un relais, une cohérence, une continuité dans les activités d écoute et de participation des institutions ; ceci afin de limiter les écarts entre les organismes qui développent beaucoup de projets autour de l écoute et de la participation et ceux qui le font peu ou pas du tout. Pour cela, il est nécessaire de sensibiliser les acteurs de terrain et de développer un réseau, un partenariat entre les institutions. Ouverture et accueil positif des stagiaires. 11

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Square Roosevelt 6 B-7000 Mons Tél. : 065/40 93 36 Fax : 065/31 12 02

Square Roosevelt 6 B-7000 Mons Tél. : 065/40 93 36 Fax : 065/31 12 02 Fax : 065/3 0 TABLE DES MATIERES. Contexte... 4. Photographie 0 du secteur de l alpha sur Mons-Borinage... 5. Recueil des données... 5.. Qui sont les acteurs interrogés? 5.. Parler le même langage... 5..3

Plus en détail

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE «QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE Matinée de travail du 21 octobre - Recueil de l expression des acteurs

Plus en détail

Françoise Poliart précise les différents éléments qui sont incontournables pour pouvoir entrer en formation au Forem :

Françoise Poliart précise les différents éléments qui sont incontournables pour pouvoir entrer en formation au Forem : Compte rendu du 6/11/2007 Groupe de travail avec les CPAS, Régies de quartier, Education permanente, Barbiana, Proaction sur les seuils d accès à Forem Formation 1. Introduction Suite à la rencontre informative

Plus en détail

Atelier orientation professionnelle

Atelier orientation professionnelle Atelier orientation professionnelle Partie 1. Projets porteurs La plateforme orientation : «Je termine l école. Mon parcours de chercheur d emploi» - CSEF Huy-Waremme «Je termine l école» est un outil

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne

L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne Rapport d'avancement Partie publique Informations relatives au projet Acronyme du projet: Intitulé du projet: Numéro du projet: Sous-programme

Plus en détail

AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS

AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS AVIS A.1105 PROJET D ACCORD DE COOPÉRATION RELATIF À L ACCOMPAGNEMENT ET AU SUIVI ACTIFS DES CHÔMEURS ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 11 FÉVRIER 2013 Doc.2013/A.1105 INTRODUCTION Le 6 décembre 2012, le

Plus en détail

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale

Plus en détail

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches»

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Plan de l exposé «Solutions de mobilité en Brabant wallon» 1. Contexte de l élaboration de l outil 2. Objectifs de l outil 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Contexte de l élaboration de l

Plus en détail

Mobil Esem. 29 février 2012

Mobil Esem. 29 février 2012 Mobil Esem 29 février 2012 Historique Mobil Esem Public visé par l asbl Les projets déjà en place Les projets en étude 1. Historique Participation à la semaine de la mobilité Projet permis de conduire

Plus en détail

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX Outil 1 : Protocole de la Veille et Réussite Educative à Cugnaux Dans le cadre de la loi de cohésion sociale (programme15 et 16) de la loi n 2005-32

Plus en détail

Projet de service du SLS

Projet de service du SLS Institut Notre-Dame ACIS asbl Adresse du service : Service de Logements Supervisés (SLS) de Bressoux ACIS ASBL Rue Winston Churchill 25 4020 BRESSOUX Tél : 04/285 96 09 1. Historique / Finalité - Histoire

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

NOUVELLES APPROCHES DE SANTÉ AU TRAVAIL

NOUVELLES APPROCHES DE SANTÉ AU TRAVAIL SYMPOSIUM NOUVELLES APPROCHES DE SANTÉ AU TRAVAIL DANS LES TPE CONGRÈS SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014 Lille Grand Palais, salle Rotterdam Mercredi 4 juin 2014 SYLVAIN STANESCO Conseiller Régional du Nord-Pas

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE et FONCTIONNEMENT de la COORDINATION du RESEAU STRUCTURES d ACCUEIL de la MAISON D ENFANTS d ACTIRIS, ASBL

PROJET PEDAGOGIQUE et FONCTIONNEMENT de la COORDINATION du RESEAU STRUCTURES d ACCUEIL de la MAISON D ENFANTS d ACTIRIS, ASBL PROJET PEDAGOGIQUE et FONCTIONNEMENT de la COORDINATION du RESEAU STRUCTURES d ACCUEIL de la MAISON D ENFANTS d ACTIRIS, ASBL Objectif principal de la coordination du réseau structures d accueil Assurer

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

[COMITE D ACCOMPAGNEMENT]

[COMITE D ACCOMPAGNEMENT] PLAN D ACTIONS 2015 [COMITE D ACCOMPAGNEMENT] Vendredi 19 décembre 2014 L année 2015 sera, plus encore que la précédente, pleine de défis pour l équipe de l InterMire. Ce plan d actions témoigne de cette

Plus en détail

Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento

Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento Qu'est ce que la charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA? Quels sont les objectifs de la charte? Quelles sont les utilisations possibles

Plus en détail

Mise en commun des outils mobilité des projets API «Mobilité et insertion» et «Mob'ISP»

Mise en commun des outils mobilité des projets API «Mobilité et insertion» et «Mob'ISP» Mise en commun des outils mobilité des projets API «Mobilité et insertion» et «Mob'ISP» 12 Juin 2012. Participants : Pascale de Prins (Créasol), Martin Donneaux (Mobitex), Beata Bichel (Coupole), Caroline

Plus en détail

Convention Sensibilisation et Formation du personnel des CPAS et du Forem

Convention Sensibilisation et Formation du personnel des CPAS et du Forem Convention Sensibilisation et Formation du personnel des CPAS et du Forem Pour l accueil et l orientation en formation d alphabétisation des demandeurs d emploi infrascolarisés Rapport Final 2006-2008

Plus en détail

Séminaire «Quelle formation aujourd hui pour les animateurs d éducation informelle?» Prague 27 novembre 2003 Jean- François Magnin, directeur général adjoint, Ceméa Bonjour, Je voudrais d abord remercier

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Les services d insertion sociale (SIS) sont des dispositifs agréés et subventionnés

Plus en détail

FICHE EXPERIENCE N 7 PARTENARIAT ENTRE UNE ASSOCIATION D INSERTION «LANCEMENT» ET UN CENTRE D ACCUEIL POUR DEMANDEURS D ASILE EN ESSONNE

FICHE EXPERIENCE N 7 PARTENARIAT ENTRE UNE ASSOCIATION D INSERTION «LANCEMENT» ET UN CENTRE D ACCUEIL POUR DEMANDEURS D ASILE EN ESSONNE Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Reloref N/REF : DIEL/RELOREF/FM/FG/PEG/2010-406 Date : Décembre 2010 * Avec le soutien du Ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009

Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009 Questionnaire en vue du Colloque 2009 de la CORFEM IUFM de Caen,18 et 19 juin 2009 Problématique «Que nous apprend l organisation de la formation en PLC1, PLC2,, et l articulation entre les différents

Plus en détail

CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES

CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES Par Delphine Dessart, accompagnatrice au service SOFFT SOFFT, organisme d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Promotion des sites qualifiants en Limousin

Promotion des sites qualifiants en Limousin Promotion des sites qualifiants en Limousin Formation en Travail Social Accueil et accompagnement des stagiaires Etat des lieux des pratiques et des attentes Retour d enquête / Analyse quantitative et

Plus en détail

A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS

A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS Valérie DESOMER Coordinatrice au Centre de Formation de la Fédération des CPAS valerie.desomer@uvcw.be Bernard DUTRIEUX Chef de service - Centre de formation

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

les 4 étapes de l'ingénierie de formation

les 4 étapes de l'ingénierie de formation Le responsable de doit coordonner et piloter 4 étapes principales dans la démarche d ingénierie de. les 4 étapes de l'ingénierie de Analyser Concevoir Evaluer Réaliser 1 ANALYSER Une première étape consiste

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation :

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Suite aux réunions de concertations relatives au «Plan de renforcement

Plus en détail

Entre le quartier dit sensible de

Entre le quartier dit sensible de Une démarche participative habitants-professionnels Hervé Vittoz * Comment faire «faire lien» entre quartier dit sensible et quartier résidentiel? L auteur donne ici quelques atouts comme la démarche de

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique :

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique : Dans notre quatrième Newsletter nous vous présentons l évaluation intermédiaire réalisée par l évaluatrice externe du projet Mélanie Latiers de l organisation Orchis. Pour rappel en mai 2014 se sont déroulées

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSSS/15/061 DÉLIBÉRATION N 15/021 DU 7 AVRIL 2015, MODIFIÉE LE 5 MAI 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES

INFORMATIONS GENERALES Pour utiliser au mieux les informations récoltées au travers des questions des 4 thèmes proposés (1-habitat, 2-revenus et statut, 3-vie sociale et activités, 4-défense sociale), nous avons besoin de quelques

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

SUR L ETAT DES LIEUX (DIAGNOSTIC) DES DISPOSITIFS DE FORMATION ET D INSERTION DES JEUNES EN SITUATION DIFFICILE

SUR L ETAT DES LIEUX (DIAGNOSTIC) DES DISPOSITIFS DE FORMATION ET D INSERTION DES JEUNES EN SITUATION DIFFICILE Projet «Harmonisation des méthodes d intervention des dispositifs de formation et d insertion des jeunes en situation difficile» SUR L ETAT DES LIEUX (DIAGNOSTIC) DES DISPOSITIFS DE FORMATION ET D INSERTION

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports 1 PRéambule 2 PRoblématique Les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports ont

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale Guide Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale 2 Utilisation du présent guide Le présent guide décrit des mesures et des possibilités d action déjà expérimentées. Les

Plus en détail

Le bagic c est pour qui?

Le bagic c est pour qui? Le bagic c est pour qui? Vous pilotez une Maison de Jeunes, un Centre d Information des Jeunes ou un Centre de Rencontres et d Hébergement? Vous coordonnez des projets à destination des jeunes? Vous désirez

Plus en détail

Programme d Initiatives Spécifiques

Programme d Initiatives Spécifiques . Programme d Initiatives Spécifiques Appel à projets 2015 Thématique : Activités citoyennes Territoire de la commission subrégionale du Sud Luxembourg PROGRAMME FSE 2014-2020 PROGRAMME D INITIATIVES SPECIFIQUES

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne Pendant l'élaboration du projet écologique de l Association des Amanins, la question

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX

CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX A Principes politiques de la formation à l animation volontaire TOUTE FÉDÉRATION DÉPARTEMENTALE OU RÉGIONALE QUI : adhère au projet

Plus en détail

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Royaume du Maroc Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Observatoire Marocain de l Administration Publique(OMAP) Rabat 1997 1. Introduction Depuis

Plus en détail

ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR

ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR 2015 ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR CNFPT- PAYS DE LALOIRE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECITIVITES PROGRESSENT FORMATIONS DE FORMATEURS CONSEILLER FORMATION : AUDREY DUBOIS CODE ITINÉRAIRE

Plus en détail

EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES

EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES EN LIEN AVEC LA FRANCISATION DES PERSONNES IMMIGRANTES COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL (CDSM) 1. Programme d études francisation-alpha : développé à la

Plus en détail

«Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau»

«Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau» Séminaire ACODEV-COPROGRAM du 11.05.2010 : «Le partenariat Nord/Sud pour le changement social dans les démarches éducatives, le lobbying politique et la mise en réseau» - Synthèse - Introduction Le partenariat

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation Cahier technique THEME 4 Méthodes de formation 10 Evaluation de la formation 4.10 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration du système

Plus en détail

VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école

VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école 01-06 JUIN 2015 CIEP - SEVRES (FRANCE) VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école «Développement professionnel des professeurs enseignant les sciences»

Plus en détail

Fondation JAE Une expertise reconnue

Fondation JAE Une expertise reconnue Fondation JAE Une expertise reconnue Créée à Lyon en 1991, la fondation JAE est devenue en 15 ans un éditeur et concepteur d outils reconnu par l ensemble des professionnels de l orientation, de la formation

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DE LA QUALITE ET GESTION DES SERVICES PUBLICS www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille :

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences sociales de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi?

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? Vendredi 23 septembre 2011 à Bordeaux Dossier de presse de la Fédération Nationale des CREPI Contact presse : Guillaume BENOIT 06 19 47 37

Plus en détail

Qu est-ce que le soutien communautaire

Qu est-ce que le soutien communautaire Qu est-ce que le soutien communautaire Document issu d une série de formations offertes par la FOHM portant sur le soutien communautaire en logement social 2010 Page 1 de 5 Soutien communautaire : une

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE THEME : «VIVRE ET ENTREPRENDRE AUTREMENT» ou comment l économie sociale et solidaire agit localement Mardi 1 mars 2011 Médiathèque Jean Cocteau 20h30 Contact Catherine

Plus en détail

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Plan de la présentation Présentation Contexte Paysage belge de l aide et des soins à domicile Evolution socio-démographique Evolution du système de santé Autres

Plus en détail

PREPARATION AUX CONCOURS D ENTREE EN FORMATIONS DE TRAVAIL SOCIAL DE NIVEAU III

PREPARATION AUX CONCOURS D ENTREE EN FORMATIONS DE TRAVAIL SOCIAL DE NIVEAU III PREPARATION AUX CONCOURS D ENTREE EN FORMATIONS DE TRAVAIL SOCIAL DE NIVEAU III Assistant de Service Social Educateur de Jeunes Enfants Educateur Spécialisé Educateur Technique Spécialisé Marseille - Site

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des Charte Pour la formation des formateurs visant l émancipation des apprenants Eur-Alpha 2009-2012 L alphabétisation est définie par les partenaires Eur-Alpha comme : L acquisition des savoirs de base (compétences

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS

UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS I - PRESENTATION GENERALE ET CONTEXTE 2 Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020,

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Newsletter CSEF Région du Centre

Newsletter CSEF Région du Centre AU SOMMAIRE : Focus : Programmation européenne 2014-2020 Les activités du CSEF Premier semestre 2013 Cap sur ton métier (en collaboration avec l IPIEQ Zone 9) Rallye diversité : visite d entreprise (projet

Plus en détail