Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons"

Transcription

1 Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation des bénéficiaires du dispositif intégré d insertion socioprofessionnelle. Rapport intermédiaire-décembre Les objectifs du projet 2.Les étapes du projet 3.Les organismes participant au projet 4.La relation entre les objectifs et la réalité du terrain 5.Les pistes pour le projet

2 1. Les objectifs du projet Un comité d accompagnement technique se réunit régulièrement pour assurer l encadrement et le suivi du projet. Les premières réunions de travail de ce comité ont permis aux équipes du CSEF, M. DE BRUYN et Mme PICARD, chargés de mission au C.S.E.F. (Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation) et de l Université de Mons-Hainaut, M. MURILLO et Melle DAUBECHIES de définir les objectifs à mettre en place et souligner différents points importants. Les objectifs du projet sont les suivants : le premier est la mise en évidence des bonnes pratiques. Le but est de poser un regard extérieur sur les animations proposées afin de les améliorer, si besoin en est. Il ne s agit pas d une évaluation, mais de pouvoir dégager celles-ci afin de les partager avec d autres organismes. Il s agit de donner des pistes de travail et de dynamiser certaines autres institutions. Il n y a pas une bonne pratique d écoute et de participation. Celle-ci dépend du type de public, du nombre de personnes ou encore de la philosophie de l organisme ; le second objectif est de dégager la parole du stagiaire quant à son parcours d insertion socioprofessionnelle (au niveau global). Il s agit d amener les débats sur des sujets plus transversaux (accueil, orientation, information ) qui pourront être relayés vers la Commission de coordination sous-régionale du DIISP et alimenter ses actions. L objectif final est la création, à terme, d une commission consultative sousrégionale constituée de représentants d opérateurs, de partenaires sociaux et de stagiaires. Pour cela, un travail préalable sur le terrain est indispensable afin de développer, de relancer ou de renforcer des activités d écoute et de participation au niveau interne des organismes. Ce travail ne s arrêtera pas pour autant en juin ; il s agit d un accompagnement continu auprès des opérateurs. 2

3 2. Les étapes du projet La première étape du projet est la suivante : la visite des différents organismes qui participent au projet. Il s agit d un processus de négociations qui permet de clarifier ce que les opérateurs attendent du projet et vice-versa. La deuxième étape consiste en l établissement d un agenda afin de fixer les différentes réunions : des réunions avec les formateurs/animateurs ; des réunions avec les stagiaires ; une réunion où seront confrontés les points de vue des stagiaires et des formateurs ; une réunion avec des collaborateurs (coordinateur, assistant social ) afin de prendre connaissance de leurs expériences. La troisième étape vise à réaliser une synthèse écrite des résultats obtenus. La possibilité de réaliser des vidéos courtes des animations réalisées est à envisager. Cela pourrait être un support didactique enrichissant pour les organismes qui participeront au projet par après. Enfin, la dernière étape consiste en un rôle d accompagnement des institutions qui voudraient réfléchir sur leurs pratiques ou celles qu ils voudraient mettre en place. Ce rôle est à distinguer d une supervision. Cet accompagnement est à envisager après la mise en route du projet. Il faut, avant tout, une base de matières et de réflexion pour prendre connaissance des méthodes qui fonctionnent sur le terrain. Ce sont les deux premières étapes qui ont fait l objet du travail des chercheurs durant la période s étalant du mois de septembre au mois de décembre

4 3. Les organismes participant au projet Les quatre organismes qui participent au projet sont le CIEP (Mons), l OISP Transvia (Hornu), la Régie de quartier de Colfontaine et le CPAS de Frameries. a) le CIEP Le CIEP (Centre d Information et d Education Populaire), pour le volet ALPHA, est un organisme d éducation permanente. L équipe se compose de quatre représentants et animateurs. Il y a un permanent, une responsable de l accueil des apprenants, une animatrice chargée de la sensibilisation et une coordinatrice pédagogique. Ceux-ci ont des contacts avec les groupes, de manière ponctuelle. Il y a également 14 formateurs bénévoles. Le CIEP compte environ 100 apprenants qui suivent des cours d alphabétisation et de français/langues étrangères. Le public est à 75 % d origine étrangère (beaucoup de personnes d origine turque et russe). Celui-ci est plus ou moins stable tout au long de l année. Les motivations à venir sont diverses. Certains apprenants viennent via le FOREM ou le CPAS. D autres viennent par le bouche-à-oreille ou encore pour leur intérêt personnel. Le projet du CIEP est la mise en place d une commission participative au sein des cours d alphabétisation. Celui-ci vise tout le public du CIEP. Selon le CIEP, le projet de l apprenant ne se trouve pas assez au cœur de la pratique, essentiellement axée sur l enseignement scolaire. Une petite expérience de participation avait été menée pour la fête de fin d année du CIEP, en juin Une détachée pédagogique avait travaillé avec un comité des fêtes composé de cinq apprenants volontaires. Durant un an, la coordinatrice pédagogique a mené une réflexion sur les tenants et les aboutissants de l Alpha. Elle a mis en place un groupe de travail sur le sujet de 4

5 la participation et ce, au moyen d un questionnaire proposé aux formateurs. Les résultats ont principalement montré le besoin de développer des pratiques de participation. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Isabelle Lebon, la coordinatrice pédagogique du CIEP. b) la Régie de quartier de Colfontaine La Régie de quartier de Colfontaine reçoit un public majeur et demandeur d emploi, habitant sur la commune. Elle fonctionne avec 10 à 12 stagiaires. Ce public est généralement habitué au milieu associatif. Le projet concerne cette Régie spécifiquement. Celle-ci pourra diffuser le projet au sein des autres régies intéressées par la suite. L objectif de la Régie de quartier de Colfontaine est d accompagner les stagiaires dans leur parcours d insertion socioprofessionnelle. Elle a pour objectif la démarche vers la citoyenneté et la réinsertion socioprofessionnelle. Elle vise la re-socialisation pour les personnes ayant vécu une longue période de chômage. La Régie fonctionne avec l aide du Fond social européen, de la Région wallonne et du Forem. La Régie propose une activité de participation collective (carnet de bord). Le stagiaire propose diverses activités à réaliser au cours de l année. Ceci est limité. L organisme voudrait améliorer sa pratique. La Régie voudrait donner un pouvoir décisionnel plus important aux stagiaires tout en respectant le cadre et les limites fixées (horaires et cours de remise à niveau). Il s agit d amener les stagiaires à être plus actifs vis-à-vis de leur propre formation (la Régie a un aspect confortable pour les stagiaires). La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame D Hooghe, la médiatrice sociale de la régie de quartier. 5

6 c) le CPAS de Frameries L Espace-Projets est un service d'insertion socioprofessionnelle structuré, au sein du CPAS. Ce service est mis en oeuvre pour favoriser l'insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires du Revenu d'intégration Sociale. Les intervenants leur proposent un accompagnement individualisé. Divers projets spécifiques sont mis en place par le service : Le projet d économie sociale : la création de services de proximité tels qu une épicerie sociale, une centrale de repassage et un service d aide à domicile ; le projet femmes autonomes adressé aux femmes (avec ou sans enfant), en rupture sociale, ayant un parcours d insertion difficile. Il s agit d une action intégrée pour les aider au quotidien. le développement de l accès à l informatique ; le projet de démocratie participative. Le CPAS a développé une pratique d écoute et de parole pour les femmes seules (Projet-Femmes autonomes). Il voudrait élargir cette pratique au public susceptible d être dirigé vers une formation d insertion socioprofessionnelle. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Nathalie Nisolle, la responsable de l Espace-Projet du CPAS. d) l OISP TRANSVIA Transvia (Transition à la vie active) est un organisme d'insertion socioprofessionnelle. Il s est spécialisé dans le développement de la dimension personnelle de l individu : connaissance de soi, socialisation, élaboration d un projet socioprofessionnel, recherche active d emploi ou encore remise à niveau. L organisme a produit heures de formation en 2006 et accueille environ 300 stagiaires par an. Ceux-ci viennent pour des 6

7 raisons très variées : par le bouche à oreille, le Contrat Crédit d Insertion ou encore le CPAS. Un des objectifs de Transvia est de modifier la motivation d une partie du public qui vient souvent pour se libérer, entre autres, des contraintes avec l ONEM. Il s agit d un travail délicat. La personne de référence avec laquelle nous travaillons est Madame Chrétien, la directrice de Transvia. Transvia a une pratique d écoute et de participation développée. L organisme voudrait renforcer sa pratique et a répondu positivement au projet. Le souhait d un point de vue extérieur a été émis par les formateurs afin d améliorer leur pratique. La mise en place d un nouveau décret en janvier 2008 a engendre un contexte particulier. Transvia se trouvant dans une situation transitoire, pas représentative de son fonctionnement habituel, nous commencerons le projet de manière concrète en janvier. Nous avons toutefois déjà rencontré les formateurs. Ils se sont exprimés au sujet des contenus des animations de participation (conseil coopératif) et sur leurs attentes plus particulières vis-à-vis du projet. 7

8 4. La relation entre les objectifs du projet et la réalité du terrain Il s agit de faire, pour chaque institution, le point par rapport aux objectifs d écoute et de participation. le CPAS a) Ecoute Le CPAS de Frameries offre un espace d écoute à travers la mise en place du groupe du projet Femmes-autonomes et du groupe de parole. b) Participation Les balises institutionnelles n ont pas encore été clairement fixées. Par conséquent, il est difficile de travailler de façon concrète au niveau de la participation. Il faut tenir compte de la lourdeur administrative du CPAS et de l optique de dépendance qui lui est sousjacente. Quelques pistes concrètes ont toutefois été soulignées : la mise en place d un réseau d aide pour la garde des enfants (groupe Femmes-autonomes) et la question Le CPAS vous donne cela ; à votre tour, que pouvez-vous apporter à l institution? Ce sont des ouvertures à concrétiser. Dans le cas où l expérience s avère positive, il serait important de partager cela avec le réseau des CPAS (mettre en place des moyens afin de développer la pratique). la Régie de quartier a) Ecoute L activité d écoute mise en place est le Carnet de bord. Elle se déroule une fois par mois. Il est nécessaire de clarifier les objectifs de celle-ci. Les chercheurs ont recueilli la parole des stagiaires à propos de leur parcours global d insertion. 8

9 b) Participation C est sur l aspect de participation que la médiatrice sociale, Madame D Hooghe, voudrait travailler. Elle voudrait améliorer le Carnet de bord. Le groupe de la Régie est continuellement en changement. A long terme, pour que la participation soit efficace, il faut que la personne puisse continuer à s exprimer, quelque soit l organisme vers lequel elle est orientée. Transvia a) Ecoute Une dynamique importante d écoute est mise en place. b) Participation Une dynamique importante de participation est mise en place. Le problème pour Transvia est qu il se trouve dans une sorte d impasse. Leur objectif principal est de pouvoir faire un retour sur leur pratique et d avoir un regard extérieur afin d évoluer : est-ce qu on doit changer notre pratique? Les autres institutions doivent-elles évoluer? Le projet se fera ici à un niveau plus transversal. le CIEP a) Ecoute On assiste à la naissance d un projet d écoute et de participation : la commission de participation. Celui-ci introduit une dynamique nouvelle. Le CIEP veut développer ce projet tout en dépassant la difficulté de la langue. Une difficulté se pose au niveau des formateurs : ils travaillent de manière bénévole. Beaucoup ont un engagement limité dans l institution. Il semble qu il n y ait pas de sentiment d appartenance à un groupe (identité du groupe formateurs inexistante). Jusqu à quel point sont-ils participatifs? 9

10 b) Participation L impulsion du projet est née d une dynamique plus générale. Il semble qu il y ait une volonté générale d harmoniser la pratique d écoute et de participation qui existe déjà dans d autres branches du MOC (Vie féminine, Actions Intégrées de développement). 5. Les pistes et les objectifs du projet Plusieurs questions seront à poser en fin de recherche : Les acteurs (participants, formateurs) sont-ils satisfaits? Les personnes ont-elles retiré quelque chose du projet et des rencontres. Quel(s) est(sont) le(s) effet(s) de la recherche? Y a-t-il du changement en terme d écoute et de participation? multiple : A la fin de la recherche, le CSEF aura un rôle de moteur. Celui-ci sera o encourager les opérateurs à poursuivre la dynamique d écoute de la parole globale du stagiaire/de l apprenant ; o faire en sorte que les opérateurs puissent encore se rencontrer par des échanges sur la pratique avec le CREAS ou un accompagnement ponctuel (une réflexion sur la dimension transversale) ; o maintenir une continuité, une cohérence, dans la dynamique d écoute et de participation ; o organiser une commission sous-régionale au moins une fois par an (avec des représentants de stagiaires, de partenaires sociaux et d opérateurs). Quelques bonnes pratiques 10

11 réunion : Plusieurs constats de pratiques importantes ont été mis en évidence lors de la l animation des acteurs varie d un groupe à l autre (apprenants, formateurs ou encore animateurs) ; une étape indispensable pour pouvoir travailler concrètement avec une institution est la mise en place d un cadre et de balises ; avant d installer une expérience de participation dans un organisme, il est important de mener, au préalable, une réflexion avec chaque groupe concerné. Cela afin d induire une dynamique pour le projet ; il est important d écouter tous les acteurs ; il est difficile de mettre en place des activités d écoute et de participation dans un organisme si les formateurs/animateurs ne sont pas eux-mêmes écoutés ; il faut mettre en place un relais, une cohérence, une continuité dans les activités d écoute et de participation des institutions ; ceci afin de limiter les écarts entre les organismes qui développent beaucoup de projets autour de l écoute et de la participation et ceux qui le font peu ou pas du tout. Pour cela, il est nécessaire de sensibiliser les acteurs de terrain et de développer un réseau, un partenariat entre les institutions. Ouverture et accueil positif des stagiaires. 11

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE «QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE Matinée de travail du 21 octobre - Recueil de l expression des acteurs

Plus en détail

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

les 4 étapes de l'ingénierie de formation

les 4 étapes de l'ingénierie de formation Le responsable de doit coordonner et piloter 4 étapes principales dans la démarche d ingénierie de. les 4 étapes de l'ingénierie de Analyser Concevoir Evaluer Réaliser 1 ANALYSER Une première étape consiste

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Les services d insertion sociale (SIS) sont des dispositifs agréés et subventionnés

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir LA FORMATION EN ALTERNANCE Une autre façon d apprendre un métier et de réussir Dominique Parys Chargée de mission DGEO -Direction Relations Ecoles Monde du Travail dominique.parys@cfwb.be 02/690.83.61

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Présentation générale du projet AVANTI

Présentation générale du projet AVANTI Présentation générale du projet AVANTI Objectifs du projet Faisant suite au projet initié en 1998 dans le cadre du projet européen INTEGRA pour lequel des résultats encourageants ont été démontrés, l ORS

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Guide formatif pour l enseignant de Français Langue Etrangère (FLE), d'ateliers de savoirs sociolinguistiques (ASL), d alphabétisation et lutte

Guide formatif pour l enseignant de Français Langue Etrangère (FLE), d'ateliers de savoirs sociolinguistiques (ASL), d alphabétisation et lutte Guide formatif pour l enseignant de Français Langue Etrangère (FLE), d'ateliers de savoirs sociolinguistiques (ASL), d alphabétisation et lutte contre l illettrisme "L alphabétisation doit être considérée

Plus en détail

Fondation JAE Une expertise reconnue

Fondation JAE Une expertise reconnue Fondation JAE Une expertise reconnue Créée à Lyon en 1991, la fondation JAE est devenue en 15 ans un éditeur et concepteur d outils reconnu par l ensemble des professionnels de l orientation, de la formation

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics 2009 Document élaboré par Raphaël Dugailliez Consultant, Formateur Formateur pour la dynamique «marchés publics durables» Mise en

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

30 ans d économie sociale

30 ans d économie sociale Conférence de presse du 24 février 2014 30 ans d économie sociale 1. Historique 2. Présentation des activités actuelles 3. Impact en Région wallonne 4. Projets et perspectives 5. Conclusions 1 1. Historique

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSSS/15/061 DÉLIBÉRATION N 15/021 DU 7 AVRIL 2015, MODIFIÉE LE 5 MAI 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015

DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015 DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015 Dossier à retourner complet au Point Information Jeunesse ou au Service Engagement Citoyen Avant le 24 juin 2015 COORDONNÉES PHOTO OBLIGATOIRE Sexe : F M

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Intitulé LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Public Salariés des entreprises adhérentes à AGEFOS-PME Pré-requis Niveau A2 (élémentaire) 1 Objectifs 1. Développer les compétences de compréhension et expression

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

La contribution du travail de jeunesse à l inclusion sociale des jeunes

La contribution du travail de jeunesse à l inclusion sociale des jeunes La contribution du travail de jeunesse à l inclusion sociale des jeunes Résultats des consultations menées en Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre du Dialogue Structuré Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Les outils pour gérer et évaluer la formation

Les outils pour gérer et évaluer la formation Les outils pour gérer et évaluer la formation Identifier Exprimer Sélectionner Destiné aux managers et aux services des Ressources Humaines évaluer réalisé avec le soutien de pour quoi faire? comment ça

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

Demande d inscription 2013-2014

Demande d inscription 2013-2014 Catégorie Paramédicale - Département Gilly Demande d inscription 2013-2014 Cette demande d inscription ne devient définitive qu après analyse par nos soins de votre dossier complet et paiement des frais

Plus en détail

INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION TRAITEMENTS DE TEXTE LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL)

INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION TRAITEMENTS DE TEXTE LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL) INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL) Ce cours, composé de 7 séries, permet de posséder les aptitudes et les connaissances nécessaires pour l utilisation

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES ARLON Espace Didier, Rue de Diekirch, 38-6700 ARLON Tel. 063/67 03 56 - Fax 063/67 02 99 «Airbag en détails» CHARLEROI Rue de l'ecluse, 16-6000 CHARLEROI

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Questions sur l alphabétisation. Réponses aux 59 questions les plus fréquentes

Questions sur l alphabétisation. Réponses aux 59 questions les plus fréquentes Questions sur l alphabétisation Réponses aux 59 questions les plus fréquentes Nadia Baragiola, Laurent Berg, Catherine Bertholet, Samuel Colpaert, Anne Dauby, Sabine Denghien, Jean-Claude Dewinte, Anne

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement PROJET DE FUSION Introduction : Une volonté de rapprochement Historique Anjou Soins Services, Santé Loire Vallée de l Authion et UNA du Saumurois sont trois associations expérimentées dans le soutien à

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

AccÈS À LA PROFESSION

AccÈS À LA PROFESSION AccÈS À LA PROFESSION Vous souhaitez obtenir l accès à la profession? Le Ministère des Classes Moyennes organise un examen permettant d accéder aux professions réglementées. L Enseignement à Distance peut

Plus en détail

Organiser et réaliser la formation en interne

Organiser et réaliser la formation en interne Vous voulez favoriser le transfert de savoir-faire maison au sein de vos équipes. Certaines compétences sont spécifiques à votre entreprise et détenues par des salariés experts. Vous ne trouvez par sur

Plus en détail

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Pour initier une démarche prévention Publié le 15/06/2015 Page 2 8 1 Intérêt d initier une démarche de prévention Initier une démarche de prévention a un intérêt aussi bien

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

Processus de certification

Processus de certification Processus de certification formation générale à l art du coach www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est reconnue par. Premier organisme

Plus en détail

Les organismes liés à l emploi, la formation et l insertion. En Brabant wallon

Les organismes liés à l emploi, la formation et l insertion. En Brabant wallon Les organismes liés à l emploi, la formation et l insertion En Brabant wallon 2014 Vous êtes sans emploi? Vous ne savez pas par où commencer vos recherches, à quel organisme vous adresser? Vous souhaitez

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

Les services publics. La banque. La poste

Les services publics. La banque. La poste Les services publics La banque La poste Supervision : Conception Et rédaction : Traitement de texte : Benvenuto Fugazzi Carole Choronzey Benvenuto Fugazzi Carole Choronzey Benvenuto Fugazzi La collection

Plus en détail

UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS...

UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS... Pratique pédagogique UN COURS DE MATHÉMATIQUES EN LIGNE? POURQUOI PAS... La réalisation d une recherche dans le cadre d études de deuxième cycle s avère une aventure riche et gratifiante pour un enseignant

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

MOOC Initiation à la e-santé

MOOC Initiation à la e-santé MOOC Initiation à la e-santé Association FORMATICSanté Dispositif de formation de Formateurs Tuteurs relais Option 1 Option 2 Pour tous renseignements : contact@formaticsante.com Tél : 06 86 17 08 72 Dispositif

Plus en détail

Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre

Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre Demande de location 2015 Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre Je soussigné (nom et prénom) :........ demeurant à :.................. Adresse e-mail :.......... souhaite obtenir en location

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI

PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI JANVIER 2013 PRINCIPES DE BASE Le service EMPLOI est basé à la délégation : 18 rue Docteur Guindey 27000 Evreux Tél : 02 32 33 05 90 L équipe : Des bénévoles

Plus en détail

Training On Demand. www.crossknowledge.com

Training On Demand. www.crossknowledge.com Training On Demand www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux Cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : contact@crossknowledge.com

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider la démarche de tourisme durable au travers d'un réseau d'ambassadeurs

Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider la démarche de tourisme durable au travers d'un réseau d'ambassadeurs CAHIER DES CHARGES ANNEE 2014 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES Pays Adour Landes Océanes Axe 1 : Le Tourisme Durable positionnement marketing du territoire Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider

Plus en détail

L ATELIER DYNAMO. à Nancy

L ATELIER DYNAMO. à Nancy Écologie, économie et social L ATELIER DYNAMO à Nancy 6 années d existence 1200 adhérents à l année 1000 vélos récupérés et 600 remis en circulation 4 salariés, 2 volontaires en Service Civique et 15 bénévoles

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Principaux résultats de l enquête 2010 1

Principaux résultats de l enquête 2010 1 Le sommaire est en fin du document L'ALPHABÉTISATION DES ADULTES EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Principaux résultats de l enquête 2010 1 Les résultats présentés ici ont pu être rassemblés grâce à

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale Formation Continue Les cycles de compétences Présentation générale Les cycles de compétences : Introduction Les cycles proposés Dans le but de développer et de promouvoir de façon systématique un certain

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail