Iris. Cornée. Pupille. Cristallin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Iris. Cornée. Pupille. Cristallin"

Transcription

1 FORMATION EN SÉCURITÉ DES LASERS Macula Rétine Iris Cornée Nerf optique Corps vitré Cristallin Pupille

2 Formation Sécurité laser Section 1: Concepts de base 1

3 Système international (SI) d unitd unités Unité fondamentale Quantité mesurée Utilisation avec les lasers Mètre (m) Kilogramme (kg) Longueur Masse Longueur d onde (λ) N/A Secondes (s) Temps Temps de pulse Système international (SI) d unitd unités Unité dérivée Quantité mesurée Définition Newton (N) Force Kg*m/s 2 Joule (J) Énergie N*m = kg*m 2 /s 2 Watt (W) Puissance J/s = kg*m 2 /s 3 2

4 Mouvement de l ondel Tous les mouvements de l onde peuvent être définis en terme de longueur d onde (λ), de fréquence (f) et de vélocité (v) v = f * λ Pour la lumière, la vélocité v = c c = f * λ Mouvement de l onde l : L onde électromagnétiquetique Une onde électromagnétique a un champ électrique (axe Y) et un champ magnétique (axe X) et se déplace le long de l axe Z Le spectre électromagnétique va des ondes radio aux rayons gamma 3

5 Polarisation Quand le champ électrique d une onde électromagnétique oscille selon une même direction, on dit que l onde est polarisée linéairement Plusieurs lasers sont polarisés linéairement Spectre électromagnétiquetique 4

6 Bandes spectrales (CIE) UV-C : 100nm à 280nm UV-B : 280nm à 315nm UV-A : 315nm à 400nm Visible : 380nm à 780nm (**400nm à 700nm ANSI) IR-A : 780nm à 1400nm IR-B : 1400nm à 3000nm IR-C : 3000nm à 1mm La partie visible du spectre électromagnétiquetique 5

7 Propriétés s de la lumière Réflexion - Se produit quand un rayon de lumière frappe une surface - Les angles se mesurent de la normale d une surface au point d incidence 2 sortes de réflexion - Spéculaire - Diffuse Réflexion spéculaire Réflexion spéculaire se produit quand la grosseur des irrégularités de la surface est plus petite que la longueur d onde du rayonnement incident Angle d incidence = angle de réflexion Exemple : un miroir 6

8 Réflexion diffuse Réflexion diffuse se produit quand les irrégularités de la surface sont orientées aléatoirement et sont plus grosses que la longueur d onde du rayonnement incident Exemple : la lumière réfléchie d une feuille d arbre ou de la chaussée Transmission (%) Propriétés s de la lumière Définitions - Pourcentage de la lumière (fraction de l énergie lumineuse) qui traverse un matériau et qui en sort Atténuation - Énergie restante du faisceau lumineux au point de sortie d un matériau En d autres termes : - Réduction de l amplitude et de l énergie d un signal à travers le milieu qu il traverse 7

9 Diffraction Propriétés s de la lumière - Se produit lorsque les ondes rencontrent un obstacle - Résultat de l interférence des ondes diffusées par chaque point de l objet (diffusion) - Schéma de régions sombres et claires Section 2: Principes de base des lasers 8

10 L A S E R Acronyme Laser Light Amplification by the Stimulated Emission of Radiation «amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement» La lumière émise par le laser est un rayonnement électromagnétique non-ionisant, qui est l ultraviolet, le visible (lumière) ou l infrarouge Fonctionnement des lasers Comment la lumière normale est produite - On fait une décharge électrique dans un gaz - Plusieurs atomes sont excités - Électrons dans l atome se déplacent vers les orbites d énergie inférieure - La lumière est émise arbitrairement dans le temps, dans des directions arbitraires, à différentes longueurs d onde 9

11 Fonctionnement des lasers Comment la lumière d un laser est produite (avec milieu résonant) - Le photon émis par un atome passe près de l atome voisin - Stimule l électron à se déplacer vers une orbite de plus faible énergie - Émission d un autre photon (plus tôt que normalement) - Photon émis est identique en tout point - 2 photons ont la même direction, phase, polarisation, longueur d onde et énergie - Lumière émise est monochromatique, directionnelle et cohérente Fonctionnement des lasers En général, la lumière émise est : Monochromatique - Toute la lumière est d une seule longueur d onde ou couleur Directionnelle - Le faisceau d un laser ne «s élargit» pas aussi rapidement que la lumière Cohérente - Toutes les ondes sont générées en phase les unes avec les autres - Les creux et les crêtes de l onde sont «attachés» ensemble Polarisée (Si le laser possède les éléments optiques appropriés) 10

12 Monochromatique et directionnelle Cohérente 11

13 Modes des lasers Continu Pulsé Composantes d un d laser Milieu actif (fertile) - Solide - Semi-conducteur - Liquide - Gazeux Mécanisme d excitation - Optique - Électrique - Chimique Résonateur optique - Miroirs résonateurs - Miroirs partiellement réflecteurs 12

14 Lasers à solide Milieu émission : Verres et cristaux Opèrent en mode continu et pulsé Laser fournissant la plus grande puissance utile Laser se produit quand l atome ou l ion retourne à un niveau d énergie normal Exemples : -Rubis -Nd:YAG Lasers semi-conducteurs (diode) Les plus communs Particulièrement compact Utilisent les jonctions électroniques entre semiconducteurs de conductivités différentes pour générer des photons (GaAs GaAl x As 1-x ) Exemples : - CD-ROM - Pointeur laser - Imprimante laser - Lecteur disque compact 13

15 Lasers à liquide Milieu actif : généralement un colorant inorganique Opèrent en mode continu ou pulsé Milieu est pompé par flashage (pulsé) ou par un autre laser (continu) Grande précision spectrale Lasers à gaz Opèrent généralement en mode continu Les plus communs sont : - CO 2 - Argon - Krypton - HeNe - Excimer 14

16 Section 3: Classification des lasers Classification des lasers Classe 1 -Incapable de produire un niveau de rayonnement dommageable Exemple : Un puissant laser confiné dans une machine 15

17 Classe 1M Classification des lasers - Faisceau très divergent ou de large diamètre Seulement une petite quantité peut pénétrer l œil -Classe 1 vue avec optique Exemples : Systèmes fibre optique Lasers entraînement militaires Classification des lasers Classe 2 (faible puissance) - VISIBLE ( nm) - Protection oculaire est la réponse d aversion - Puissance maximale 1mW (continu) Exemples : Scanners à code-barres Pointeurs laser de faible puissance 16

18 Classe 2M Classification des lasers - Faisceau très divergent ou de large diamètre Seulement une petite quantité peut pénétrer l œil -Classe 2 vue avec optique Exemples : Instruments pour le niveau Lasers de construction industriels Classification des lasers Classe 3R (anciennement 3a) - Entre 1mW et 5mW - Lasers 3R de faible puissance sont sans danger en vue rapide (<0.25s) - Lasers 3R de forte puissance peuvent être dangereux (direct ou réflexion spéculaire) Exemple : Pointeurs lasers 17

19 Classe 3B - Entre 5mW et 500mW Classification des lasers - Sans danger significatif pour le feu - Réflexion diffuse et la diffraction sont sans danger significatif - Dangereux en vue directe ou par réflexion spéculaire Exemples : Lasers militaires Lasers utilisés en recherche Lasers utilisés en médecine Classe 4 Classification des lasers - Dangereux pour les yeux et la peau, en vue directe, par réflexion (spéculaire et diffuse) ou par diffraction - Danger significatif pour le feu - Peut produire du rayonnement plasma - Peut produire des contaminants de l air Exemples : Lasers utilisés pour couper, percer ou marquer des matériaux Lasers chirurgicaux 18

20 Section 3: Évaluation des risques Exposition maximale permise (EMP) Niveau maximum d exposition aux rayonnements d un laser sans effets dangereux, ni changements biologiques des yeux ou de la peau Permet de déterminer : Zone nominale dangereuse Densité optique EMP des yeux est généralement plus petite que celle de la peau Dépend de la longueur d onde, de la durée d exposition et de plusieurs autres facteurs 19

21 Durée e d exposition d anticipée e pour les lasers continus Spectres Longueurs d onde (nm) Durée d exposition Ultraviolet Immédiate, jusqu à 8hres Visible s Infrarouge s La sensibilité des yeux 20

22 Exposition oculaire : Faisceau direct L œil est dans la trajectoire directe du faisceau La plus dangereuse des expositions Exposition oculaire : Réflexion spéculaire L œil est dans la trajectoire du faisceau réfléchie de façon spéculaire Presque aussi dangereux que l exposition directe 21

23 Exposition oculaire : Par une lentille L œil est dans la trajectoire du faisceau focussé Exposition très sérieuse Exposition oculaire : Réflexion diffuse Une portion de la réflexion diffuse du faisceau pénètre l œil Exposition la moins dangereuse Réflexion peut agir comme un point ou une source étendue 22

24 Exposition maximale permise (EMP) : Source étendue - Moins dangereuse : Produit une image plus large sur la rétine (image et non un point) Une source étendue sous-entend un angle visuel > 1.5 mrad Source en «point» - La situation d exposition la plus habituelle des lasers Produit un petit point sur la rétine Une source en «point» sous entend un angle visuel < 1.5 mrad Point vs source étendue Zone nominale dangereuse La zone nominale dangereuse est l espace dans lequel le rayonnement direct, réfléchi ou diffus d un laser dépasse l exposition maximale permise 23

25 Protection oculaire Nécessaire lorsque quelqu un se situe dans la zone nominale dangereuse et donc, a une exposition supérieure à EMP DO (Densité optique): Logarithme en base 10 du facteur d atténuation associé à la filtration du milieu Facteur d atténuation : ratio de l irradiance du faisceau traversant le filtre divisé par l irradiance transmis par le filtre Irradiance : Puissance / surface Watt/cm 2 Protection oculaire DO peut être décrite comme l habileté d un filtre à atténuer le rayonnement optique à une longueur d onde particulière DO Atténuation Transmission

26 Section 4: Effets sur les yeux et la peau Anatomie de l oeill Iris Pupille Sclérotique Sclérotique Iris Cornée Pupille Cristallin Conjonctive Corps vitré Choroïde Nerf optique Macula Rétine 25

27 Effets sur les tissus vivants Effets photochimiques - Coup de soleil - Absorption de l énergie cause une réaction chimique - Longueur d onde < 600 nm (UV et un peu visible) - Exposition > 10 secondes Effets thermiques - Absorption de l énergie cause une élévation de la température - Toutes les longueurs d onde et toutes les durées d exposition Site d absorption d vs longueur d onded Cause des dommages à la cornée (UV-C, UV-B, IR-B, IR-C) 26

28 Site d absorption d vs longueur d onded Cause des dommages à la cornée et/ou cristallin (UV-A) Site d absorption d vs longueur d onded Seule gamme de longueurs d onde qui cause directement des dommages à la rétine (visible et IR-A) 27

29 Effets sur la cornée ( nm et 1400nm-1mm) 1mm) Photokératite, Ophtalmie des neiges, conjonctivites, brûlures Affections temporaires (si brûlure superficielle réparation 1-2 jours) sinon, nécessite une transplantation de la cornée Symptômes : Larmoiements, vision trouble, douleur, crainte de la lumière, sensation d avoir du sable dans les yeux Effets cumulatifs et non immédiats (comme un coup de soleil) Effets sur le cristallin ( nm) Cataractes (opacification du cristallin) Symptômes : baisse progressive de la vue et gêne à la lumière Nécessite une chirurgie (remplacement du cristallin) Peut également causer un œdème de la rétine (inflammation) 28

30 Effets sur la rétiner Zone responsable de la vision détaillée et critique Effets sur la rétiner Grosseur de la pupille - Détermine la quantité d énergie qui pénètre l oeil Grosseur habituelle - 2 mm Lumière du jour - 3 mm Intérieur - 7 mm Noirceur (adaptée) - 8 mm Dilatée (examen des yeux) 29

31 Concentration optique par l oeill Les longueurs d onde qui focussent sur la rétine vont de 400 à 1400 nm; la concentration optique est de fois Si l irradiance pénétrante est de 1 mw/cm 2, à la rétine elle sera de 100 W/cm 2 Implication de l axe l dans l expositionl Si on ne regarde pas directement le faisceau, la brûlure ne se produira pas directement sur la macula 30

32 Implication exposition : direct vs diffus RÉPONSE D AVERSION 1re ligne de défense 31

33 Réponse photopique de l œl œil humain N utilisez pas votre réponse visuelle pour mesurer le danger! Un laser vert paraît plus puissant qu un laser rouge, mais ne l est peut-être pas en réalité Effets sur la rétine r ( nm) Brûlure thermique de la rétine choriorétinite Crée une photocoagulation de la rétine Rapide Symptômes : Diminution de l acuité visuelle, brouillard visuel 32

34 Effets sur la rétine r ( nm) Photorétinopathie ou photomaculopathie (aveuglement d éclipse - éblouissement) Dommages cumulatifs, exposition > 10s, nm Symptômes : Perte acuité visuel, destruction des cônes, scotome central (taches) D un point de vue de la sécurité, les effets sur la peau ont toujours été considérés comme secondaires. Par contre, avec l utilisation plus courante des lasers émettant dans les spectres d ultraviolet, et les lasers d aujourd hui étant de plus fortes puissances, les effets sur la peau ont pris de l importance Effets sur la peau 33

35 Brûlures thermiques Effets sur la peau Rares, nécessitent de fortes doses d exposition «Coup de soleil» Érythème de l énergie des UV-B et UV-C Effets à long terme Accélération du vieillissement de la peau (rides) et cancer de la peau Effets sur la peau 34

36 Effets sur la peau Érythème (coup de soleil), cancer de la peau et vieillissement prématuré de la peau : nm Augmentation de la pigmentation de la peau : exposition chronique, nm Réaction photosensible possible: nm et nm (visible) Brûlure de la peau et peau sèche : 700 à 1000 nm Résumé des effets sur les yeux et la peau 35

37 Section 5: Dangers non reliés s au faisceau Catégories des dangers non reliés s au faisceau Chimique Physique Biologique Facteurs humains 36

38 Agents chimiques Colorants/solvants Gaz comprimés Solvants Contaminants en aérosol générés par le laser Agents chimiques : Colorants/solvants Laser liquide : Réservoir de solutions Pompes Recirculation Localisation - Toxique, mutagénique, irritants, inflammable, etc. 37

39 Agents chimiques : Gaz comprimés Le dégagement rapide peut propulser la bonbonne «Petite» quantité dans la bonbonne peut produire une grande concentration dans l air La relâche de gaz «nontoxique» peut amener l asphyxie due au déplacement de l oxygène dans la pièce Agents chimiques : Gaz comprimés Nom Toxicité Argon, Hélium, Krypton, Azote Monoxyde de carbone Dioxyde de carbone Fluor Chlorure d hydrogène Asphyxiant Toxique Dépresseur fonction cardiaque Asphyxiant Stimulateur respiratoire Corrosif (peau, tissu), Toxique Brûlure, œdème pulmonaire Irritant (yeux, peau et muqueuses) 38

40 Agents chimiques : Contaminants en aérosol générés g s par le laser Gaz, vapeurs Aérosols - Oxydes métalliques - Organiques - Biologiques : viable/non viable Types : poussière, buée, émanation, fumé, brouillard Agents Biologiques Cellules Microorganismes Contaminants en aérosol généré par le laser 39

41 Agents Biologiques Lasers CO 2 et Nd:YAG (tissu) Production : - Benzène - Toluène - Xylène - Formaldéhyde - etc Agents Biologiques : microorganismes Laser CO 2 (Pétri, infections, etc.) Virus : VIH, Bactériophage, papillomavirus Bactéries : Staphylococcus aureus, Escherichia coli 40

42 Agents physiques Rayonnement plasma Rayonnement collatéral Électricité Bruit Feu Explosions Robotiques Agents physiques : rayonnement plasma et collatéral Rayon-X Ultraviolet Visible Infrarouge Fréquence radio Très basse fréquence (3000 Hz- 3 Hz) 41

43 Faisceau IR interagit avec l acier inoxydable Petit point lumineux est visible Agents physiques : rayonnement plasma Cas à l U de S Agents physiques : rayonnement collatéral Exemple : Tubes plasma pour un laser CO 2 pendant la réparation Rayon-X : Bremsstrahlung : rayon-x émis quand une particule chargée change de direction Source possible : Laser CO 2, thyratron, électrons libres 42

44 Agents physiques : rayonnement collatéral Agents physiques : rayonnement collatéral 43

45 Agents physiques : rayonnement collatéral Agents physiques : électricité Choc Électrocution Feu Électrocution reliée au laser : 5 cas de mort MAIS 2 ème cause d accident laser 44

46 Section 6: Historique d accidents d laser Accident vs incident Accident : Événement non planifié incluant un facteur contribuant - Élève enlève ses lunettes protectrices pensant que l alignement est complété et reçoit le faisceau laser dans l oeil Incident : Action dépendant d un acte important - Un adolescent se maintient l œil ouvert et regarde le faisceau d un pointeur laser 45

47 Accident et incident laser Classe laser : 4 > 3B >> 3R Faisceau - Exposition des yeux : perte vision temporaire/permanente - Exposition de la peau : brûlure ou «coup de soleil» Non relié au faisceau - Choc/électrocution - Exposition à des agents chimiques 46

48 Statistiques Résumé des données des accidents : (395) Techniciens (81) 20.5% Scientifiques (78) 19.8% Étudiants (46) 11.6% Équipement endommagé (10) 2.5% Personnel de bureau (non impliqué) (7) 1.8% 51.9% Patients (40), docteurs et infirmières (26), militaires (26), divertissement (26), autres (29) Accident et incident laser Top 5 lasers : Nd:YAG, Argon, CO 2, liquide, diode Statistiques : - 71% dommage à l oeil - 11,9% dommage à la peau - 16,9% dommage non relié au faisceau laser 47

49 Accident et incident laser Dommage à l oeil >70% de tous les accidents 82,3% des dommages sévères à l œil causés par : Nd:YAG (1064nm) Argon Liquide Rubis (694nm) Nd:YAG doublé (532nm) Ti-saphire Accident et incident laser Dommage à l oeil N utilisaient pas de lunettes protectrices (parfois elles étaient même disponibles) Lunettes protectrices «n étaient plus bonnes» Lunettes protectrices inappropriées Lunettes protectrices n étaient pas ajustées correctement 48

50 Accident et incident laser Dommage à la peau Laser CO 2 : le plus souvent impliqué Dommages les plus fréquents : Trous dans les doigts Brûlure au 3e degré Dommages permanents : Perte audition Dommage au système nerveux (main) Accident et incident laser Mort Saignement : 9 cas Embolie : 7 cas Électrocution : 5 cas Tube endotrachéal en feu : 3 cas Perte de peau : 1 cas 49

51 Acte le plus dangereux : Alignement Acte d aligner les composantes optiques (miroirs, filtres, etc.) dans la trajectoire du faisceau, en relation les uns avec les autres, afin de propager le faisceau d une manière prédéterminée ~ 1/3 de tous les accidents ~ 60-70% des accidents de laboratoire Scénario le plus commun : réflexion non anticipée d une composante optique pendant qu on ne porte pas les lunettes protectrices Acte le plus dangereux : Alignement Ne porte pas les lunettes protectrices appropriées (DO, longueurs d onde) Regarde la source lumineuse par vision périphérique Déplacement du faisceau à la verticale dans la figure Mauvaise communication entre collègues 50

52 Accident et incident laser Tendance (passé) aux États-Unis : Tous les types de lasers Plus de dommages aux yeux qu à la peau Majorité des personnes travaillait depuis plusieurs années avec des lasers avant les accidents Section 7: Mesures de contrôle 51

53 Mesures de contrôle Réduire l exposition des rayonnements laser à des niveaux non dangereux Contrôler l exposition aux dangers non reliés au faisceau Mesures de contrôle sont basées sur l analyse de risque et sur la classification du laser Aspects influençant l analyse de risque : - Capacité du laser à blesser quelqu un - Environnement dans lequel le laser est utilisé - Le personnel qui utilise ou est exposé au rayonnement laser Mesures de contrôle Capacité du laser à blesser quelqu un - Déterminée par la classe de laser Environnement dans lequel le laser est utilisé - Présence de trajectoire de laser de classes 3B et 4 - Potentiel d exposition au rayonnement direct, réfléchi et diffus Personnel - Lecture des affiches - Maturité de jugement - Niveau d expérience ou de formation - Habilité à suivre les bonnes pratiques de laboratoire - Nombre et localisation des personnes 52

54 Mesures de contrôle 3 règles de base en sécurité laser : Utiliser le minimum de rayonnement nécessaire pour l application La hauteur du faisceau ne doit pas être au niveau d une personne assise ou debout Confiner l équipement ou le faisceau le plus possible Gestion des mesures de contrôle Confinement du système Confinement du faisceau Affiches avertissement de la zone Panneau d avertissement d activation du laser Interlock Zones contrôlées 53

55 Affiches avertissement de la zone But : Alerte visuelle rapide du danger Danger : indiqué pour classe 3R, 3B et 4 Affichage - Recommandé pour classe 3R - Requis pour classe 3B et 4! DANGER Rayonnement laser Exposition dangereuse de l œil nu aux rayonnements directs ou diffus LASER DE CLASSE XX 54

56 Panneau d avertissement d d activation d du laser Recommandé : classe 3B Requis :classe 4 Peut être visuel ou auditif Problème avec interrupteurs manuel Interlock But : Limiter l accès au faisceau à une exposition minimale Requise pour classe 3B et 4 si protection peut être enlevée Doit être sans défaillance si la porte de la pièce peut être ouverte pendant l opération ou la maintenance de laser de classe 3B et 4 Si l interlock peut être dévié, un avertissement approprié doit être affiché 55

57 Classe 3B : - Personnes autorisées - Affiches avertissement - Faisceau laser bien confiné Classe 4 : - Bouton panique (stop) Zones contrôlées - Moins de composantes réfléchissantes dans la trajectoire du faisceau (quand possible) - Requiert le rangement et la neutralisation du système lorsque non utilisé - Possède un «beamstop» - Accès contrôlé Contrôles administratifs et procéduraux Procédures d opération standard Requis : classe 3B et 4 Écrites par utilisateur, vérifiées par conseillers radioprotection * Comprend l identification du danger potentiel * Personnels autorisés Tout laser de classe 3B et 4 doit être opéré, maintenu et réparé par le personnel autorisé seulement Procédures d alignement Requis classe 3B et 4 Écrites par utilisateur, vérifiées par conseillers radioprotection 56

58 Procédures d alignementd Laser fermé (pointeur laser) ou à la plus faible puissance possible Faisceau indirect (réflexion diffuse) S assurer que les lunettes protectrices sont adéquates (longueur d onde et DO) Procédures d alignementd Utilisation de carte d alignement Enlever tout item non nécessaire Enlever tout bijou (montre, bague, etc.) et vider les poches de chemise Être conscient du risque plus élevé d exposition Si on doit quitter la pièce, verrouiller le laser et prendre la clé maître avec soi 57

59 Mesures de contrôle équipement protecteur Lunettes protectrices Densité optique Inspection et nettoyage Barrière, rideau et équipement protecteur du laser Mesures de contrôle Lunettes protectrices Facteurs à considérer : Compatibilité de longueur d onde Atténuation à la longueur d onde voulue Transmission lumière visible Confort et ajustement Rangement 58

60 Mesures de contrôle Lunettes protectrices Compatibilité de longueur d onde : Faisceau visible transmis au travers le plastique de la lunette et a endommagé le carbone Faisceau IR a été absorbé et a endommagé le plastique de la lunette, mais le carbone est demeuré intact Mesures de contrôle Densité optique Densité optique (dépend du matériel filtrant et de l épaisseur du filtre) Lunettes protectrices doivent être marquées avec les valeurs de DO en fonction de la longueur d onde Toute lunette protectrice n est pas pour la vue directe du faisceau laser 59

61 Mesures de contrôle Densité optique Habileté d un filtre à atténuer le rayonnement optique à une longueur d onde particulière DO Atténuation Transmission Mesures de contrôle Inspection et nettoyage des lunettes Inspection : Verres : décoloration, trou, usure, fissure, craquelure Monture Dommage revêtement de la lunette, fuite de lumière Entretien et rangement : Nettoyé selon les directives du manufacturier Rangement sans les déformer 60

62 Lunettes protectrices Chose à ne pas faire! Les laisser sur le «bench» à laser Lunettes protectrices Chose à ne pas faire! Rangées par le cordon de retenu Déforme le cordon et ramasse la poussière 61

63 Lunettes protectrices Chose à ne pas faire! Remplacer le cordon par un tube Attacher le tout avec du «duct tape» Section 8: Programme sécurits curité laser 62

64 Comité de sécurité laser Marc Drouin Chef de division SSMTE Santé et sécurité en milieu de travail et d études Diego Spertini SSMTE Conseiller en radioprotection Responsable de la radioprotection à l Université Marie-Hélène Fecteau SSMTE Conseillère en radioprotection Responsable de la sécurité laser à l Université Programme de sécurits curité laser Procédures institutionnelles - Coordonnées du responsable - Conditions d autorisation des utilisateurs - Conditions de formation (mise à jour/annuelle) classe 3B et 4 - Examen médical - Inventaire - Inspection - Procédures en cas d accident Procédures d opération - Alignement et opération standard 63

65 Examen ophtalmologique Préalablement à l utilisation de laser de classe 3B et 4 Requis suite à tous accidents impliquant un laser - Historique oculaire - Acuité visuelle - Amsler Grid test (macula) - Vision des couleurs 64

66 65

67 Procédures en cas d accidentsd 1- COUPER LE CONTACT du laser (bouton d urgence) 2- Faire ASSEOIR la personne blessée (ne pas la coucher) 3- APPELER LE 511 ou 811 (911 si la situation le requiert) 4- Noter les caractéristiques du laser (puissance et longueur d onde) 5- Donner les premiers soins (mettre une compresse sèche et stérile sur les deux yeux) 6- Attendre l arrivée des agents de sécurité 7- Emmener la personne blessée à l urgence de l HÔTEL-DIEU (BOWEN) - Par ambulance, si la situation le requiert - Par taxi, avec un collègue, un membre du personnel du secteur ou la personne ayant donné les premiers soins Procédures en cas d accidentsd Réaliser le suivi après l accident : -S assurer que le formulaire de déclaration d accident a été complété - Communiquer avec la division santé et sécurité en milieu de travail et d études (SSMTE) de l Université. La division est responsable de la planification des rendez-vous avec la clinique médicale Michel Giunta. 66

68 Programme de sécurits curité laser Surveillez le logo international de sécurité laser Contactez-nous à l achat ou à l utilisation d un nouveau laser Contactez-nous pour toutes questions SOYEZ VIGILANT! Section 9: Annexes 67

69

70

71

72

73

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Guide d utilisation des LASER

Guide d utilisation des LASER Guide d utilisation des LASER Mai 2013 Mikael Leduc, département de génie physique Officier en Sécurité Laser Table des matières 1. Laser 1.1 Classes et dangers p.2 1.2 Exposition maximum permise p.3 2.

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Direction de la Santé - Division de la Santé au Travail SOMMAIRE [ p. 4 - p. 5 ] Introduction [ p. 6 - p. 7 ] Législation Obligations de l

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS LA SÉCURITÉ RELIÉE AUX LASERS Conception et rédaction Marie-Josée Ross, ing. Conception graphique,

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience. Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.fr Lycée Service Éduca!on Chloé LAVIGNOTTE Présentation du document L activité «Laser et

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Prévenir... les accidents des yeux

Prévenir... les accidents des yeux Prévenir... les accidents des yeux 19 Ce qui peut venir troubler notre vision Chaque année, des milliers de personnes perdent la vue ou ont une importante baisse de la vision, à la suite d un accident

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Essilor invente. Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée.

Essilor invente. Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée. Dossier de presse Essilor invente ESSILOR EYEZEN Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée. contact presse : Stéphanie Lacaille LD : 01 53 00 73 67 Port : 06 21 66 60 50 stephanie.lacaille@agencebabel.com

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Risques infectieux et toxiques des lasers. Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH

Risques infectieux et toxiques des lasers. Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH Risques infectieux et toxiques des lasers Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH Plan Les lasers Les risques pour l homme Les fumées chirurgicales Les mesures de prévention

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande

Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande Sécurité personnelle Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande Ne pas utiliser dans des lieux humides Alarme à détection de mouvement Avec télécommande Montage au mur Indicateur

Plus en détail

Rayonnements non-ionisants. Lasers. Lasers Page 1 sur 9

Rayonnements non-ionisants. Lasers. Lasers Page 1 sur 9 Lasers Lasers Page 1 sur 9 Introduction La particularité des lasers (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation) est d'émettre un faisceau de lumière cohérente et dirigée. Lorsqu'un rayon

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE à partir du tableau SIMDUT et des fiches signalétiques Les commissions scolaires, les experts de la formation en entreprise. Durée : 3 heures Les étapes de l atelier

Plus en détail

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar GLAUCOME Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions Docteur Yves Lachkar Professeur au collège de Médecine des Hôpitaux de Paris Chef du service d ophtalmologie et directeur de l Institut

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil Annexe I Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil NORME EN 60825-1 (C 43-805) DE JUILLET 1994 - CONSIDERATIONS

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

GS301-A Notice d installation et d utilisation.

GS301-A Notice d installation et d utilisation. IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET IMMEDIATEMENT ACCESSIBLE. Alarme Périphérique Infra-Rouge GS301-A Notice d installation et d utilisation. Description

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION

NOTICE D UTILISATION NOTICE D UTILISATION TESTEUR ANALOGIQUE D'ISOLEMENT ET DE CONTINUITE KYORITSU MODELE 3132A REMARQUE Ce mesureur a été développé conformément à la norme de qualité de Kyoritsu et a passé le contrôle dans

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

GASMAN II MANUEL D UTILISATION

GASMAN II MANUEL D UTILISATION ANALYSE DETECTION SECURITE GASMAN II MANUEL D UTILISATION SOMMAIRE 1. INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------------------------- P 2 2. CARACTERISTIQUES DE L APPAREIL----------------------------------------------------

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés

Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés Un organisme paritaire en santé et sécurité du travail Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés par Jean-Rémi Brabant Conseiller en prévention, ASFETM 26e Colloque en SST

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin

THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin STL-STI2D THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin Tronc commun Physique-chimie Sommaire du parcours «Autour du laser» Fichier B- élève type d activité + titre Documents d approche thématique : Doc 1 : Frayeur

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision NOTICE D UTILISATION Masque de soudage protecteur de vision Attention : Lire attentivement le présent manuel dans son intégralité avant d utiliser le masque de soudage. Table des matières GUIDE DE L UTILISATEUR

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

Rayonnements optiques artificiels

Rayonnements optiques artificiels Rayonnements optiques artificiels SPF Emploi, Travail et Concertation sociale La rédaction de cette brochure a été achevée le 1 avril 2011. Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands. Rédaction:

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire Pour un bronzage sage Guide pour un utilisateur averti de banc solaire -18 C est surtout durant les longs mois d hiver que le manque de soleil incite les amateurs de soleil à aller le chercher ailleurs

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail