RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS"

Transcription

1 RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS

2 RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS par Pascale CAILLARD Médecin du travail APSMT 3, rue Michel Bégon BLOIS CEDEX

3 par la CRAM DU CENTRE OFFERT GRACIEUSEMENT SOMMAIRE 1 ère partie : RAPPELS 1 - DÉFINITION PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 1 NOTIONS DE PHYSIQUE QUANTIQUE... 2 NOTION DE COHÉRENCE... 3 NOTION D'AMPLIFICATION... 3 CLASSIFICATION DES LASERS SUIVANT LE MILIEU ACTIF... 4 INTÉRET DU LASER CARACTÉRISTIQUES DES ÉMISSIONS LASER... 5 LA LONGUEUR D'ONDE... 5 LA DURÉE D ÉMISSION... 6 L'ÉNERGIE OU LA PUISSANCE TRANSPORTÉE UTILISATION DU FAISCEAU LASER... 6 APPORT DE FORTES DENSITÉS ÉNERGÉTIQUES SUR DE PETITES SURFACES... 6 UTILISATION DES QUALITÉS DU RAYONNEMENT... 7 UTILISATION MÉDICALE... 7 CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATION DES PRINCIPAUX LASERS ème partie : DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AUX LASERS 1 - EFFETS BIOLOGIQUES DU LASER... 9 EFFETS THERMIQUES... 9 EFFETS MÉCANIQUES EFFETS ÉLECTRIQUES... 10

4 2 - DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AU LASER RISQUES OCULAIRES L'œil La cornée L'iris Le cristallin La rétine Aspects du faisceau Exposition directe Réflexions (accidentelles ou non) Caractéristiques de l'œil intervenant dans la rencontre œil-laser Le diamètre pupillaire Le film lacrymal Les paupières - mouvements de défense La puissance optique de l'œil La densité d'énergie rétinienne EFFETS DU RAYONNEMENT LASER SUR LA PEAU Structure de la peau Risques cutanés RISQUES CHIMIQUES L'azote liquide L'inhalation de vapeurs émises L'emploi de substances chimiques Les colorants Les solvants L'iode Les actions du faisceau laser sur la cible RISQUE ÉLECTRIQUE RAYONS X PARASITES HAUTES FRÉQUENCES ÉLECTROMAGNÉTIQUES INCENDIE - EXPLOSION LE BRUIT LIMITATIONS ET CLASSIFICATION L'EXPOSITION MAXIMALE PERMISE (EMP) LIMITES D'ÉMISSIONS ACCESSIBLES (LEA) SURVEILLANCE MÉDICALE A L'EMBAUCHE SURVEILLANCE SYSTÉMATIQUE PÉRIODIQUE... 27

5 6 1 ère partie : RAPPELS 1 - Définition LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Le laser est une source de lumière cohérente, c'est-à-dire monochromatique, collimatée, et dont les ondes sont en accord de phase entre elles. 2 - Principe de fonctionnement L'émission lumineuse d'un corps est due à une certaine diminution de l'énergie des éléments qui le composent, par exemple lors de passages d'électrons des orbites externes aux orbites internes d'un même atome (figure 1). Électrons (e - ) gravitant sur des orbites Noyau Figure 1 : Atome

6 NOTIONS DE PHYSIQUE QUANTIQUE Échanges d'énergie entre l'atome et son environnement = échanges discontinus = échanges de photons Nota : Les photons sont des corpuscules énergétiques sans masse ni charge électrique ou "grains de lumière" qui se déplacent avec une vitesse de C = km/s. Un électron qui reçoit de l'énergie monte d'un niveau. L'atome devient instable c'està-dire "excité". Nous disons qu'il y a transition vers un niveau d'énergie plus élevé (figure 2). Électron Énergie arrivée photon n 1 Noyau Figure 2 : Absorption de l'énergie Les électrons déplacés tendent ensuite à revenir sur leur orbite "de repos" initiale, restituant l'énergie acquise par une émission photonique secondaire (figure 3). Nous avons donc deux types d'émission de photons : - émission spontanée : aléatoire, en dehors de toute action extérieure, elle est incohérente c'est-à-dire désordonnée en tous sens ; - émission stimulée (stimulation photonique extérieure particulière) : elle est cohérente c'est-à-dire en phase pour tous les atomes concernés. Dans l'émission stimulée, un photon réagit avec une particule excitée en provoquant une transition qui induit (ou stimule) l'émission d'un deuxième photon. Ce deuxième photon possède : - la même énergie que le photon incident, - la même direction que le photon incident, - il est émis en phase avec lui.

7 6 Émission photon n Noyau NOTION DE COHÉRENCE Figure 3 : Restitution de l'énergie En première approximation, nous pouvons parler de cohérence : - spatiale : les rayons sont parallèles entre eux et ont la même direction - temporelle : l'émission de tous les photons s'effectue en même temps - spectrale : rayonnement monochromatique (même longueur d'onde). Nota : Cependant, certains lasers émettent plusieurs longueurs d'ondes. Par exemple, le laser à argon à gaz ionisé fonctionne en régime continu sur plusieurs raies visibles notamment bleue (488 nm) et verte (514 nm). NOTION D'AMPLIFICATION L'émission stimulée est un processus d'amplification puisqu'à partir d'un photon, on parvient à en générer deux identiques. Excitation Miroir à réflexion totale "résonateur optique" Milieu actif amplificateur Faisceau LASER Miroir semi-transparent Figure 4 : Principe d'un laser

8 Pour provoquer l'émission laser, il faut "exciter" convenablement un milieu actif, afin de placer ses atomes dans des conditions telles qu'ils puissent libérer de l'énergie par émission stimulée. Cette "excitation" ou "pompage" peut se faire sous trois formes différentes : - pompage électrique : décharge électrique dans un gaz, ou excitation électronique (secteur ou batterie) - pompage optique : éclairs de tube flash ou faisceau laser - pompage chimique : réaction entre deux substances chimiques. Le milieu actif est placé dans une cavité de résonance limitée par deux surfaces réfléchissantes - parallèles ou sphériques - dans laquelle les ondes lumineuses oscillent. Un faisceau de lumière cohérente est émis au travers de la surface la moins réfléchissante (figure 4). CLASSIFICATION DES LASERS SUIVANT LE MILIEU ACTIF Les matériaux actifs sont souvent constitués d'une substance de base, dans laquelle sont incorporés des atomes d'une substance dite "dopante". Lasers à matériau actif SOLIDE : - le rubis : cristal de corindon (oxyde d'aluminium) avec traces de trioxyde de chrome - les verres dopés au néodyme - le grenat d'yttrium et d'aluminium dopé au néodyme "YAG" (Yttrium Aluminium Garnet) dont le pompage est assuré par une lampe à arc au krypton - des semi-conducteurs tels que l'arséniure de gallium. Lasers à GAZ : - mélange hélium-néon ou hélium-cadnium - argon ou krypton à l'état ionisé - dioxyde de carbone CO 2 - azote - oxyde de carbone CO - fluorure d'hydrogène HF - excimères (ou exciplexes) Lasers à LIQUIDE : - colorants liquides tels que : coumarines, rhodamines excités par flash électronique spécial ou par faisceau laser. INTÉRÊT DU LASER Le laser est une source de lumière cohérente collimatée dont les ondes sont en accord de phase entre elles avec pour conséquence : la densité (surfacique) d'énergie diffusée restera pratiquement constante malgré l'éloignement. Elle est caractérisée par la longueur d'onde λ en cause, et l'intensité de départ de l'émission. La distance à la source n'intervient pas comme facteur d'atténuation. Ceci constitue l'intérêt fondamental de l'émission LASER, mais aussi le danger fondamental de cette émission.

9 3 - Caractéristiques des émissions laser Celles qui sont essentielles - car elles déterminent la pathologie - sont : - la longueur d'onde - la durée d'émission - et l'énergie ou puissance transportée. LA LONGUEUR D'ONDE La longueur d'onde du rayonnement émis par chaque type de laser est généralement comprise entre 0,19 µm < λ < 10,60 µm dans une région du spectre des ondes électromagnétiques (figure 5) comprenant : - les ultraviolets λ < 0,4 µm - la lumière visible 0,4 µm < λ < 0,78 µm - les infrarouges λ > 0,78 µm. Chaque classe de longueur d'onde (UV - visible - ou IR) a sa pathologie propre nm 1 mm R Cosmiques R γ R X UVC UVB UVA IRA IRB IRC Ultraviolets Visible Infrarouges LASER 1 cm 1 m 100 m 1 km 10 km 100 km EHF SHF UHF VHF HF MF LF VLF Hyperfréquences Radars TV Radiofréquences Figure 5 : Longueurs d'ondes électromagnétiques

10 LA DURÉE D'ÉMISSION Le rayonnement laser peut être émis : - en "impulsions déclenchées" d'une durée de quelques picosecondes à quelques centaines de nanosecondes - donc très brèves - succession d'impulsions à des cadences variables (plusieurs mégahertz à quelques impulsions par heure), - en "impulsions relaxées" d'une durée variant de la microseconde à quelques centièmes de seconde et avec une cadence de répétition de 10 par seconde (10 s -1 ) à 1 par minute (1 min -1 ), - en "émission continue" d'une durée conventionnelle > 0,25 seconde. L'ÉNERGIE ou LA PUISSANCE TRANSPORTÉE Pour les lasers à fonctionnement continu (t > 0,25 s), nous utilisons : - Puissance de rayonnement P exprimée en Watt - Éclairement énergétique E exprimé en Watt/m 2 et donné par la formule : E = Flux énergétique Surface C'est la quantité d'énergie par unité de surface. Pour les lasers impulsionnels, nous avons : - Énergie de rayonnement Q exprimée en Joule - Exposition énergétique H exprimée en J/m 2. La luminance tient compte de l'angle d'émission énergétique et s'exprime en watt par mètre carré par stéradian (Wm -2 sr -1 ). 4 - Utilisation du faisceau laser APPORT DE FORTES DENSITÉS ÉNERGÉTIQUES SUR DE PETITES SURFACES - Usinage utilisant de hautes températures :. soudage. découpage, perçage. alésage milliers de Watts. vaporisation métallique - Micromécanique :. horlogerie. électronique cibles < 1 µm - Scellement verre-métal - Fragmentation - découpe du béton - Perçage et taille du diamant - Recherche sur les effets des hautes énergies et des hautes températures.

11 UTILISATION DES QUALITÉS DU RAYONNEMENT - Extrême directivité - Précision (distance) Métrologie - Non dispersion de l'information portée - Détermination d'alignements :. contrôle "pièces-micropièces" usinées. tracé des autoroutes. rectitude d'une construction. percement d'un tunnel - Télémétrie de haute précision, à toute distance (puissances faibles) :. astronomie (terre-lune). géologie (dérive des continents). géométrie de terrain - Appareils de laboratoires :. granulométrie. interférométrie. spectroscopie - spectrographie - Techniques holographiques (donnant une image tridimensionnelle) :. reproduction de solides - contrôle - comparaison à des références. corps statiques - en mouvement - déformation (suivre et mesurer l'usinage d'une pièce, le jeu d'une articulation, la déformation d'un outil, ) - Télécommunications :. mise en œuvre par modulations du faisceau, codage et décodage des informations transportées UTILISATION MÉDICALE - Effets directs :. action thermique. photochimique. électromécanique - Effets indirects :. hémostase. vasomotricité. cicatrisation - Analyse médicale - Cytologie - Imagerie tridimensionnelle (holographie) - Thérapeutique surtout : Action thermique (chauffe, coagule, brûle, volatilise) :. chirurgie générale, vasculaire. cancérologie. ORL (larynx, oreille interne). chirurgie dentaire (caries). travail et soudure des prothèses

12 . endoscopie et photocoagulation digestive, trachéobronchique, urinaire. gynécologie, dermatologie. ophtalmologie surtout (décollement rétine, rétinopathie diabétique) Autres effets : photochimiques :. activation photosynthèse. enzymologie expérimental électromagnétiques :. ondes de choc CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATION DES PRINCIPAUX LASERS λ en µm Durée Cadence Énergie impulsion impulsions puissance Utilisation Lasers à matériel actif SOLIDE : - Yag 1,06 30 ps - 10 ms 1 Hz - 50 khz 0,1 mj - 30 J Vaporisation métal - Recuits IRA ++ Ajustage résistances - Ophtalmologie continu qq cent. W Perçage, soudage, horlogerie, micromécanismes Gravure, chirurgie, recherche - Rubis 0, ns 0,03-10 Hz 0,1 mj à 10 J Holographie objets en mouvement + Télémétrie UV 500 µs 0,03-10 Hz 0,05 à 5 J Micro-usinage, soudage fil fin Vaporisation métal Perçage (diamant, rubis) - Terre dopée au néodyme 1,06 0,5 à 5 ms à 60 J Soudage par points (pièces et fils fins) IRA imp/min +++ Gravures, perçage Spectrographie, recherche Lasers à liquide : - Colorants Variable qq mw - qq W Spectroscopie, étude de matériaux 0,350-1 continu Dermatologie UVA - V - IRA Lasers à gaz : - Hélium néon 0,632 continu 0,1-100 mw Travaux chantiers V + Métrologie Positionnement de montage (électronique) Holographie Reconnaissance signes codés Impression graphique - Gaz ionisés 0,350-0,800 0,1-40 mw Télémétrie - Holographies (Krypton-argon) UVA - V - IRA continu ++ Spectroscopie Photocoagulation - Spectacles - CO 2 10,6 continu 1 W - 20 kw Découpe matériaux (métaux plastiques) IRC +++ Soudage (métaux plastiques) Traitements thermiques Chirurgie (dentaire, ORL, ) - Azote 0, ns 1-10 Hz mj Impression graphique - photochimie UVA Recherche - Excimères 0,190-0, à 60 ns 1-50 Hz 1-50 mj Impression graphique - ORL - UVC - B et A Dermatologie - Vapeurs métalliques 0, ns qq Hz qq mj Photothérapie V - IRA et B

13 2 ème partie : DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AUX LASERS 1 - Effets biologiques du laser Le laser permet le dépôt d'une grande quantité d'énergie en un point bien localisé d'une structure. Il s'ensuit trois grands groupes d'effets : - effets thermiques, - effets électriques, - effets mécaniques. EFFETS THERMIQUES Ces effets sont dus à la libération de chaleur plus ou moins intense, plus ou moins localisée en fonction de l'énergie transportée et de son absorption par les tissus rencontrés. L'absorption du rayonnement dépend : - des caractéristiques du laser (type, P, λ, ), - de la nature du milieu traversé (transparence). Les milieux biologiques sont des milieux hétérogènes donc à répartition thermique inégale ("points chauds"). Il y a augmentation de l'absorption avec : - la richesse tissulaire en éléments pigmentés, - l'importance de la vascularisation. Les effets thermiques dus au laser ne diffèrent pas des autres effets dus à la chaleur, en dehors de l'extrême précision du point d'impact. Ce sont les effets les mieux connus du laser.

14 EFFETS MÉCANIQUES A l'arrivée de l'impulsion laser sur la cible, il se produit une augmentation considérable de pression. Un front de haute pression se propage à l'intérieur des structures : c'est l'onde de choc. Les lois de propagation de cette onde sont différentes selon l'organe ciblé. Les effets sont : - simple choc, rapidement amorti, - phénomènes de résonance : de graves lésions à distance du point d'impact (lésions profondes plus sévères que celles constatées au point d'impact). Les ondes de choc donnent naissance à des ondes acoustiques très aiguës (ultrasonores) qui ont leur propre pathogénie : - création de bulles de microcavitation, - changements physiques de la matière, - création de nouveaux composés chimiques. Dans un organe sphérique tel que l'œil (ou le crâne), les effets d'une onde de choc sont beaucoup plus graves que sur un organe plat (comme la peau par exemple). Les effets se portent au niveau des zones de jonction où les cellules sont plus ou moins liées entre elles, aux interfaces tissulaires. EFFETS ÉLECTRIQUES Le faisceau laser engendre un champ électrique extrêmement puissant. L'intensité est du même ordre de grandeur que celle des champs électriques locaux assurant la cohésion de la matière (10 8 à V/m). Les effets électriques constatés sont : - perturbation des constantes physiques de la matière : conductivité, constante diélectrique, - perturbation de certaines réactions chimiques (existence de radicaux libres), - modification des polarités membranaires des cellules désorganisant les échanges ioniques des cellules. En fait, peu d'études ont été réalisées sur ce type d'effet. 2 - Différents risques liés au laser L'utilisation des lasers peut entraîner : - des risques oculaires, - des risques cutanés, - des risques chimiques (matériaux et produits traités), - des risques électriques, - des rayons X parasites,

15 - des rayonnements connexes, - des risques d'incendie - explosion. RISQUES OCULAIRES L'œil : Il a la forme générale d'une sphère d'environ 2,7 cm de diamètre. Il comprend essentiellement (figure 6) : la cornée, l'iris (figures 9 et 11), le cristallin (figure 12) en avant ; corps vitré, rétine, choroïde et sclérotique en arrière (figure 16). La figure 7 donne la transmission des rayonnements laser par les milieux optiques de l'œil. Sclérotique Conjonctive Choroïde Cornée Cristallin Iris Humeur aqueuse Rétine Macula Corps vitré Nerf optique Figure 6 : Anatomie de l'œil Facteur de transmission 100 % 80 % Hélium Néon Krypton Rubis 60 % Argon Néodyme 40 % 20 % Azote YAG CO 2 10,6 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2 1,3 λ µm UVA Visible IRA Figure 7 : Transmission des rayonnements par les milieux optiques de l'œil

16 La cornée : Elle est transparente, avasculaire, a une épaisseur comprise entre 0,60 et 1 mm et un diamètre de 12 mm. Elle se trouve isolée de l'air ambiant par film lacrymal. Elle comporte cinq couches : - couche cellulaire extérieure qui, en cas d'atteinte, se cicatrise en 48 h, - membrane de Bowman, - couche de fibres, épaisse : laisse une cicatrice opaque, - membrane de Descemet : fuite humeur aqueuse, - couche cellulaire interne. Les infrarouges lointains (IRB et IRC) et les ultraviolets (UVB et UVC) provoquent rapidement des lésions sévères (figure 8) : photokératite très douloureuse ( = inflammation de la cornée) - ou ulcération. Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC nm 780 nm 1,4 µm 3 µm 1 mm Cornée Cornée λ Photokératite Brûlure Figure 8 : Action des lasers sur la cornée La gravité des lésions est fonction de la surface illuminée et de la profondeur des lésions. Nous pouvons avoir : - des lésions directes :. opacités de même diamètre que celui du faisceau. brûlures dues à l'énergie absorbée sous forme de chaleur (si l'énergie augmente, la brûlure est plus importante) - des lésions indirectes :. œdème, néovaisseaux. dépôts pigmentés et uvéite. opacités qui se calcifient et sont définitives (fortes énergies 30 J/cm 2 ). L'iris : - sépare la chambre antérieure de la chambre postérieure, l'humeur aqueuse du cristallin vitré (figure 9), - constitué de pigments colorés (couleur de l'œil), - percé en son centre par un orifice : la pupille, - comprend des muscles qui permettent le rôle de diaphragme (1,5 à 9 mm) par contraction ou dilatation de la pupille donc modification du diamètre (figure 10). Iris Humeur aqueuse Chambre antérieure Chambre postérieure ; ; ; Figure 9 : L'iris

17 Fibres rayonnantes Fibres circulaires Figure 10 : Muscles de l'iris Figure 11 : Dilatation et contraction de la pupille Ce rôle est très important car il contrôle l'accès de la lumière (figure 11) vers les structures plus profondes de l'œil (rétine) : - pupille dilatée = ouverture maximale 9 mm, - pupille contractée = ouverture minimale 1,5 mm. Pas de lésion définitive de l'iris : - zone de pigmentation (impact) avec œdème autour, qui réalise un myosis - atténuation en 2 à 3 semaines, - si répétition des impacts, migration des pigments dans la chambre antérieure, atrophie, déchirure possible de l'iris. VARIATION DU DIAMÈTRE PUPILLAIRE SELON LE TYPE DE RAYONNEMENTS RENCONTRÉS (LONGUEUR D'ONDE) Domaine spectral UV nm V et IRA nm IRB, IRC 1,4-100 µm Diamètre de la pupille 0,1 cm 0,7 cm 0,1 cm 0,1 à 1 mm 1,1 cm L'ouverture de la pupille ou dilatation pupillaire, face aux rayonnements visibles et infrarouges A, entraîne un risque pour les structures profondes de l'œil. Le cristallin : - lentille ronde transparente biconvexe, - responsable par son pouvoir d'accommodation de la focalisation des rayons lumineux sur la rétine, - déformable par traction des muscles ciliaires qui modifient son rayon de courbure. Le cristallin (figure 12) est une lentille convergente ; il transforme un faisceau incident parallèle en faisceau convergent. Cristallin ; ; ; Figure 12 : Le cristallin

18 Il focalise l'image sur la rétine, mais aussi les rayons lumineux (figure 13). B Rayon lumineux A Objet F Cristallin F' A' B' Image focalisée sur la rétine F' Cristallin Focalisation sur la rétine Figure 13 : Focalisation de l'image Lésions du cristallin : Les ultraviolets proches et les infrarouges lointains touchent le cristallin avec : - des opacités ovoïdes, de grand axe situé dans la direction du faisceau incident (grisesblanchâtres). Le centre de la lésion est le plus opaque (figure 12). - des lésions définitives : ce qui entraîne une cataracte, d'origine thermique (figure 14). Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC ,4 µm 3 µm 1 mm nm nm Cornée Cornée λ Cristallin Cristallin Figure 14 : Action des lasers sur le cristallin La rétine : Elle comprend les récepteurs neurosensoriels nécessaires à la vision ; c'est la "plaque sensible" de l'œil. C'est un organe fragile et vulnérable (cellules nerveuses). Les lésions rétiniennes sont les plus connues, car ce sont celles qui ont été les plus étudiées. Constitution de la rétine (figure 15) : Il s'agit d'une superposition de plusieurs couches. Les unes contiennent surtout des corps cellulaires, les autres les prolongements des cellules : - épithélium pigmenté qui adhère à la choroïde et joue le rôle de protecteur vis-à-vis des récepteurs rétiniens. Grâce à la pigmentation, il absorbe l'énergie et la transforme en chaleur. - cônes et bâtonnets : ce sont les récepteurs de la sensation visuelle - cellules bipolaires (connections entre les cellules sensorielles) - cellules ganglionnaires dont les prolongements constituent le nerf optique. Il véhicule l'information visuelle jusqu'au cerveau. Gravité des lésions : Elle est variable selon la localisation des lésions sur la rétine. Les longueurs d'onde concernées par ces lésions vont de 0,4 µm à 1,4 µm.

19 Lumière Fibres nerveuses Cellules ganglionnaires Cellules bipolaires Photorécepteurs Cellules pigmentaires Choroïde Sclérotique Le rayonnement visible et l'infrarouge proche entraînent un risque lésionnel pour la rétine. Lésions observées : Il s'agit de brûlures avec coagulation ou de destructions tissulaires : - lésions petites, circulaires, bien circonscrites, zone centrale dépigmentée + anneau de pigmentation, en périphérie, - dimension variable selon diamètre image, - l'atteinte principale se situe au niveau de l'épithélium pigmenté (offre bonne absorption du rayonnement). A l'examen, il apparaît décollé. Différents étages dans la rétine, dans lesquels l'énergie lumineuse pourra s'épuiser progressivement : - œdèmes, exsudations sous rétiniennes, mort des photorécepteurs, - choroïde et sclérotique = indemnes le plus souvent, - hémorragies envahissant le vitré, - risque d'organisation du vitré (vascularisation perte de transparence), - déchirure "fracture" de la rétine : double processus par effet thermique (brûlure) et effet mécanique (onde de choc). Signes fonctionnels : Figure 15 : Constitution de la rétine - éblouissement physiologique - baisse de sensibilité rétinienne : adaptation à l'obscurité, sens chromatique. Signes en fonction de la localisation des lésions (figure 16) : - destruction de la foveola (0,2 mm de ) : baisse de l'acuité visuelle de moitié, - destruction d'une partie de la macula : présence d'un scotome (c'est-à-dire d'une zone sans vision) couvrant une surface plus ou moins grande de l'objet regardé, - destruction de toute la macula :. perte des 3/4 de l'acuité visuelle,. perte du discernement fin des détails,. vision de type "crépusculaire" (floue), - atteinte de la rétine périphérique : peu perçue par le sujet (n'ampute que le champ de vision périphérique où les images sont habituellement floues). Prévention : Un faisceau laser ne lésera la macula que s'il vient de l'endroit que l'œil est en train de fixer (s'il vient en oblique, il lésera une autre zone rétinienne). Toute manœuvre qui amène à avoir l'œil fixé sur l'origine du faisceau est à proscrire.

20 Vision périphérique Cônes = excellente discrimination Bâtonnets = vision crépusculaire +++ faible discrimination Vision centrale = Cônes essentiellement - excellente discrimination - vision diurne - vision des couleurs Macula Foveola Papille = zone aveugle Nerf optique Figure 16 Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC λ nm 780 nm 1,4 µm 3 µm 1 mm Cornée Cornée Cristallin Cristallin Rétine Figure 17 : Atteintes de la cornée, du cristallin et de la rétine en fonction de la longueur d'onde Aspects du faisceau : Exposition directe : L'œil est soumis au faisceau direct du laser (figure 17). Faisceau laser Figure 17 : Faisceau direct Faisceau laser f f Faisceau laser Lentille biconvexe Lentille biconcave Figure 18 : Faisceau focalisé Figure 19 : Faisceau divergent

21 Sur le double de la distance focale f, la densité d'énergie surfacique est supérieure à celle du faisceau direct (figure 18). La densité d'émission surfacique est d'autant plus faible que l'on s'éloigne du point de divergence (figure 19). Réflexions (accidentelles ou non) : Faisceau incident Faisceau réfléchi Faisceau incident Faisceau diffusé Surface polie et plane Surface non polie et plane Figure 20 : Réflexion spéculaire Figure 21 : Faisceau diffusé La densité d'énergie surfacique du faisceau après réflexion spéculaire équivaut à celle du rayon incident car elle est sensiblement du même ordre de grandeur (figure 20). La densité d'énergie surfacique du faisceau diffusé est beaucoup plus faible que celle du rayonnement incident (figure 21). La probabilité pour qu'un œil se trouve dans le volume où il y a diffusion est beaucoup plus grande. Faisceau divergent Divergence Convergence Figure 22 : Surface polie convexe Figure 23 : Surface polie concave Surface polie convexe : Comme pour les réflexions sur des surfaces non polies, la densité d'énergie surfacique du faisceau réfléchi s'atténue, mais la probabilité de rencontre pour l'œil augmente. Sur une surface polie concave, il y a d'abord convergence jusqu'au point focal puis divergence (figure 23) : - sur le double de la distance focale : la densité d'énergie est au faisceau incident - au-delà du double de la distance focale, la densité d'énergie diminue mais la probabilité de rencontrer le faisceau est élevée.

22 Caractéristiques de l'œil intervenant dans la rencontre œil-laser : Le diamètre pupillaire : - contraction pupille : diamètre de 2 mm (lumière) - dilatation pupille : diamètre de 7 à 9 mm (obscurité) - variation du flux lumineux reçu par la rétine dans le rapport de 1 à 12 (lumen/m 2 ). La surface pupillaire varie dans un rapport de 1 à 25. La constriction pupillaire contribue à la protection rétinienne, mais elle ne commence que 0,2 à 0,5 s après l'augmentation de luminance lui parvenant Or, en cas de flash laser (laser relaxé par exemple), la durée du flash est de l'ordre de la microseconde (10-6 s). Il s'ensuit que la protection est insuffisante. On a cependant intérêt à maintenir autour d'un poste de travail au laser, un niveau d'éclairage suffisant, de façon à maintenir la pupille en myosis (fermée, contractée, diamètre minimal). La pupille s'adapte au niveau d'éclairage ambiant. Le film lacrymal : - absorbe une partie de la chaleur par échauffement et évaporation, - est opaque aux infrarouges lointains. Les paupières - mouvements de défense : Les réactions de défense de l'observateur sont provoquées par une sensation douloureuse, déclenchée par la cornée et l'iris d'où fermeture des paupières et détournement des yeux et de la tête. L'iris contient un réseau de récepteurs à la douleur qui sert de signal d'alarme quand les niveaux d'énergie incidente sont trop élevés. La protection est insuffisante : - facteur de temps : délai de 150 à 250 ms entre illumination élevée et fermeture des paupières (réflexe palpebral), plus rapide si stimulus douloureux mais plus aléatoire ; - pénétration possible du faisceau dans l'œil sans heurter l'iris selon le diamètre et l'orientation du faisceau incident (figure 24) ; - les mouvements oculaires normaux peuvent diminuer l'importance des lésions en dispersant l'énergie sur une surface rétinienne plus grande (laser continu). Le faisceau a un diamètre supérieur à celui de la pupille d'où "choc sur l'iris", signal douloureux Petite source collimatée, dont le faisceau parvient à la rétine sans heurt sur l'iris. Figure 24 : Protection de l'iris 18

23 La puissance optique de l'œil : C'est d'elle dont dépend la taille de l'image rétinienne et par conséquent la quantité d'énergie reçue par unité de surface de rétine. Le globe oculaire est constitué de milieux d'indices différents. La puissance optique est en fait son pouvoir de concentration du rayon lumineux, sur la rétine. Elle se mesure en dioptries, varie avec certaines pathologies et, avec l'âge, le pouvoir d'accomodation du cristallin varie : dioptries à 10 ans dioptries à 40 ans dioptrie à 60 ans. Son rôle est la poursuite de la modification du faisceau lumineux, commencée par la cornée, et qu'il focalise sur la rétine. Taille de l'image rétinienne : Diamètre du spot rétinien = f (Distance focale) x Diamètre faisceau sortie du laser Distance œil-laser Par exemple : Laser situé à 15 mètres Faisceau 1 cm de diamètre Image rétine = 0,0113 mm 11 µm f = 17 mm de l'œil En pratique courante, on admet que la taille des images rétiniennes varie de 10 µm à 50 µm. La densité d'énergie rétinienne : Le mécanisme de focalisation, véritable auto-concentration énergétique de l'œil, a pour conséquence d'augmenter considérablement la densité d'énergie rétinienne par rapport à l'énergie incidente sur la cornée. Densité d'énergie = rétinienne Densité d'énergie Surface Facteur transmission sur cornée x pupillaire x selon λ Surface image rétine L'augmentation de densité est multipliée par un facteur 10 5 ou 10 6 d'où une sensibilité de l'œil au laser sans commune mesure par rapport à la peau. Puissances émises par différentes sources lumineuses : - Bougie W/cm 2 - Lampe à incandescence W/cm 2 - Arc de soudure - Soleil...10 W/cm 2 - Émission laser de 1 mw à 6 mètres W/cm 2 - Émission laser de 1 W même éloignée...> 10 5 W/cm 2 EFFETS DU RAYONNEMENT LASER SUR LA PEAU Moins importants qu'au niveau rétinien : - pas de concentration du faisceau (effet dû à la convergence du cristallin), - la perception douloureuse assez rapide en limite les effets. 19

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil Annexe I Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil NORME EN 60825-1 (C 43-805) DE JUILLET 1994 - CONSIDERATIONS

Plus en détail

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Direction de la Santé - Division de la Santé au Travail SOMMAIRE [ p. 4 - p. 5 ] Introduction [ p. 6 - p. 7 ] Législation Obligations de l

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Les lasers. Risques et prévention. Annule et remplace la version précédente (ND 1607) publiée en 1986. laser rayonnement VLE classification

Les lasers. Risques et prévention. Annule et remplace la version précédente (ND 1607) publiée en 1986. laser rayonnement VLE classification Synthèse I ND 2093-173-98 445 G. Hée ( 1 ), I. Balty ( 1 ), A. Mayer ( 2 ) avec le concours de D. Courant ( 3 ) et M. Lièvre ( 4 ) ( 1 ) INRS Paris ( 2 ) INRS Nancy ( 3 ) CEA Fontenay-aux-Roses ( 4 ) Laboratoire

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Guide d utilisation des LASER

Guide d utilisation des LASER Guide d utilisation des LASER Mai 2013 Mikael Leduc, département de génie physique Officier en Sécurité Laser Table des matières 1. Laser 1.1 Classes et dangers p.2 1.2 Exposition maximum permise p.3 2.

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin FORMATION EN SÉCURITÉ DES LASERS Macula Rétine Iris Cornée Nerf optique Corps vitré Cristallin Pupille Formation Sécurité laser Section 1: Concepts de base 1 Système international (SI) d unitd unités Unité

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS LA SÉCURITÉ RELIÉE AUX LASERS Conception et rédaction Marie-Josée Ross, ing. Conception graphique,

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin

THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin STL-STI2D THÈME : LA SANTÉ - prévention et soin Tronc commun Physique-chimie Sommaire du parcours «Autour du laser» Fichier B- élève type d activité + titre Documents d approche thématique : Doc 1 : Frayeur

Plus en détail

Prévenir... les accidents des yeux

Prévenir... les accidents des yeux Prévenir... les accidents des yeux 19 Ce qui peut venir troubler notre vision Chaque année, des milliers de personnes perdent la vue ou ont une importante baisse de la vision, à la suite d un accident

Plus en détail

Rayonnements optiques artificiels

Rayonnements optiques artificiels Rayonnements optiques artificiels SPF Emploi, Travail et Concertation sociale La rédaction de cette brochure a été achevée le 1 avril 2011. Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands. Rédaction:

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

Rayonnements non-ionisants. Lasers. Lasers Page 1 sur 9

Rayonnements non-ionisants. Lasers. Lasers Page 1 sur 9 Lasers Lasers Page 1 sur 9 Introduction La particularité des lasers (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation) est d'émettre un faisceau de lumière cohérente et dirigée. Lorsqu'un rayon

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Utilisations du Laser Diode

Utilisations du Laser Diode Académie Vétérinaire de France 20 Janvier 2011 Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie vétérinaire Frédéric GOULLE AQUIVET Service d Ophtalmologie Bordeaux Eysines Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité

Fiche de données de Sécurité Page: 1/5 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT : Mr PROPRE Professional Nettoyant Multi-Usages (5 variantes) - REFERENCE : 120 - FOURNISSEUR : PROCTER & GAMBLE France SAS Division

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Essilor invente. Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée.

Essilor invente. Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée. Dossier de presse Essilor invente ESSILOR EYEZEN Les 1 ers verres spécialement conçus pour la vie connectée. contact presse : Stéphanie Lacaille LD : 01 53 00 73 67 Port : 06 21 66 60 50 stephanie.lacaille@agencebabel.com

Plus en détail

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience. Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.fr Lycée Service Éduca!on Chloé LAVIGNOTTE Présentation du document L activité «Laser et

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1 INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Qu est-ce que la rétinopathie diabétique? On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d œil causées par le diabète. En effet, l excès de sucre dans

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE Groupe n 210 1 S2 - Aurélie Gabas 1 S2 - Julie Prevost - Luc Leroy THEME : Avancées scientifiques et réalisations techniques Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE 2011-2012 1 2

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

La CUSSTR. Rayonnements non-ionisants

La CUSSTR. Rayonnements non-ionisants Rayonnements non-ionisants 1 Champs magnétiques et radiofréquences Vers 2009 1 Introduction Les radiations non-ionisantes sont les ondes électromagnétiques qui n ont pas une énergie suffisante pour transformer

Plus en détail

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire Pour un bronzage sage Guide pour un utilisateur averti de banc solaire -18 C est surtout durant les longs mois d hiver que le manque de soleil incite les amateurs de soleil à aller le chercher ailleurs

Plus en détail

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Les principales définitions... 3 II Accomodation...6 III Anomalies de la réfraction...7

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Principales définitions... 3 2. Accomodation... 5

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE iche de données de sécurité Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail