RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS"

Transcription

1 RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS

2 RISQUES BIOLOGIQUES DUS AUX LASERS par Pascale CAILLARD Médecin du travail APSMT 3, rue Michel Bégon BLOIS CEDEX

3 par la CRAM DU CENTRE OFFERT GRACIEUSEMENT SOMMAIRE 1 ère partie : RAPPELS 1 - DÉFINITION PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 1 NOTIONS DE PHYSIQUE QUANTIQUE... 2 NOTION DE COHÉRENCE... 3 NOTION D'AMPLIFICATION... 3 CLASSIFICATION DES LASERS SUIVANT LE MILIEU ACTIF... 4 INTÉRET DU LASER CARACTÉRISTIQUES DES ÉMISSIONS LASER... 5 LA LONGUEUR D'ONDE... 5 LA DURÉE D ÉMISSION... 6 L'ÉNERGIE OU LA PUISSANCE TRANSPORTÉE UTILISATION DU FAISCEAU LASER... 6 APPORT DE FORTES DENSITÉS ÉNERGÉTIQUES SUR DE PETITES SURFACES... 6 UTILISATION DES QUALITÉS DU RAYONNEMENT... 7 UTILISATION MÉDICALE... 7 CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATION DES PRINCIPAUX LASERS ème partie : DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AUX LASERS 1 - EFFETS BIOLOGIQUES DU LASER... 9 EFFETS THERMIQUES... 9 EFFETS MÉCANIQUES EFFETS ÉLECTRIQUES... 10

4 2 - DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AU LASER RISQUES OCULAIRES L'œil La cornée L'iris Le cristallin La rétine Aspects du faisceau Exposition directe Réflexions (accidentelles ou non) Caractéristiques de l'œil intervenant dans la rencontre œil-laser Le diamètre pupillaire Le film lacrymal Les paupières - mouvements de défense La puissance optique de l'œil La densité d'énergie rétinienne EFFETS DU RAYONNEMENT LASER SUR LA PEAU Structure de la peau Risques cutanés RISQUES CHIMIQUES L'azote liquide L'inhalation de vapeurs émises L'emploi de substances chimiques Les colorants Les solvants L'iode Les actions du faisceau laser sur la cible RISQUE ÉLECTRIQUE RAYONS X PARASITES HAUTES FRÉQUENCES ÉLECTROMAGNÉTIQUES INCENDIE - EXPLOSION LE BRUIT LIMITATIONS ET CLASSIFICATION L'EXPOSITION MAXIMALE PERMISE (EMP) LIMITES D'ÉMISSIONS ACCESSIBLES (LEA) SURVEILLANCE MÉDICALE A L'EMBAUCHE SURVEILLANCE SYSTÉMATIQUE PÉRIODIQUE... 27

5 6 1 ère partie : RAPPELS 1 - Définition LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Le laser est une source de lumière cohérente, c'est-à-dire monochromatique, collimatée, et dont les ondes sont en accord de phase entre elles. 2 - Principe de fonctionnement L'émission lumineuse d'un corps est due à une certaine diminution de l'énergie des éléments qui le composent, par exemple lors de passages d'électrons des orbites externes aux orbites internes d'un même atome (figure 1). Électrons (e - ) gravitant sur des orbites Noyau Figure 1 : Atome

6 NOTIONS DE PHYSIQUE QUANTIQUE Échanges d'énergie entre l'atome et son environnement = échanges discontinus = échanges de photons Nota : Les photons sont des corpuscules énergétiques sans masse ni charge électrique ou "grains de lumière" qui se déplacent avec une vitesse de C = km/s. Un électron qui reçoit de l'énergie monte d'un niveau. L'atome devient instable c'està-dire "excité". Nous disons qu'il y a transition vers un niveau d'énergie plus élevé (figure 2). Électron Énergie arrivée photon n 1 Noyau Figure 2 : Absorption de l'énergie Les électrons déplacés tendent ensuite à revenir sur leur orbite "de repos" initiale, restituant l'énergie acquise par une émission photonique secondaire (figure 3). Nous avons donc deux types d'émission de photons : - émission spontanée : aléatoire, en dehors de toute action extérieure, elle est incohérente c'est-à-dire désordonnée en tous sens ; - émission stimulée (stimulation photonique extérieure particulière) : elle est cohérente c'est-à-dire en phase pour tous les atomes concernés. Dans l'émission stimulée, un photon réagit avec une particule excitée en provoquant une transition qui induit (ou stimule) l'émission d'un deuxième photon. Ce deuxième photon possède : - la même énergie que le photon incident, - la même direction que le photon incident, - il est émis en phase avec lui.

7 6 Émission photon n Noyau NOTION DE COHÉRENCE Figure 3 : Restitution de l'énergie En première approximation, nous pouvons parler de cohérence : - spatiale : les rayons sont parallèles entre eux et ont la même direction - temporelle : l'émission de tous les photons s'effectue en même temps - spectrale : rayonnement monochromatique (même longueur d'onde). Nota : Cependant, certains lasers émettent plusieurs longueurs d'ondes. Par exemple, le laser à argon à gaz ionisé fonctionne en régime continu sur plusieurs raies visibles notamment bleue (488 nm) et verte (514 nm). NOTION D'AMPLIFICATION L'émission stimulée est un processus d'amplification puisqu'à partir d'un photon, on parvient à en générer deux identiques. Excitation Miroir à réflexion totale "résonateur optique" Milieu actif amplificateur Faisceau LASER Miroir semi-transparent Figure 4 : Principe d'un laser

8 Pour provoquer l'émission laser, il faut "exciter" convenablement un milieu actif, afin de placer ses atomes dans des conditions telles qu'ils puissent libérer de l'énergie par émission stimulée. Cette "excitation" ou "pompage" peut se faire sous trois formes différentes : - pompage électrique : décharge électrique dans un gaz, ou excitation électronique (secteur ou batterie) - pompage optique : éclairs de tube flash ou faisceau laser - pompage chimique : réaction entre deux substances chimiques. Le milieu actif est placé dans une cavité de résonance limitée par deux surfaces réfléchissantes - parallèles ou sphériques - dans laquelle les ondes lumineuses oscillent. Un faisceau de lumière cohérente est émis au travers de la surface la moins réfléchissante (figure 4). CLASSIFICATION DES LASERS SUIVANT LE MILIEU ACTIF Les matériaux actifs sont souvent constitués d'une substance de base, dans laquelle sont incorporés des atomes d'une substance dite "dopante". Lasers à matériau actif SOLIDE : - le rubis : cristal de corindon (oxyde d'aluminium) avec traces de trioxyde de chrome - les verres dopés au néodyme - le grenat d'yttrium et d'aluminium dopé au néodyme "YAG" (Yttrium Aluminium Garnet) dont le pompage est assuré par une lampe à arc au krypton - des semi-conducteurs tels que l'arséniure de gallium. Lasers à GAZ : - mélange hélium-néon ou hélium-cadnium - argon ou krypton à l'état ionisé - dioxyde de carbone CO 2 - azote - oxyde de carbone CO - fluorure d'hydrogène HF - excimères (ou exciplexes) Lasers à LIQUIDE : - colorants liquides tels que : coumarines, rhodamines excités par flash électronique spécial ou par faisceau laser. INTÉRÊT DU LASER Le laser est une source de lumière cohérente collimatée dont les ondes sont en accord de phase entre elles avec pour conséquence : la densité (surfacique) d'énergie diffusée restera pratiquement constante malgré l'éloignement. Elle est caractérisée par la longueur d'onde λ en cause, et l'intensité de départ de l'émission. La distance à la source n'intervient pas comme facteur d'atténuation. Ceci constitue l'intérêt fondamental de l'émission LASER, mais aussi le danger fondamental de cette émission.

9 3 - Caractéristiques des émissions laser Celles qui sont essentielles - car elles déterminent la pathologie - sont : - la longueur d'onde - la durée d'émission - et l'énergie ou puissance transportée. LA LONGUEUR D'ONDE La longueur d'onde du rayonnement émis par chaque type de laser est généralement comprise entre 0,19 µm < λ < 10,60 µm dans une région du spectre des ondes électromagnétiques (figure 5) comprenant : - les ultraviolets λ < 0,4 µm - la lumière visible 0,4 µm < λ < 0,78 µm - les infrarouges λ > 0,78 µm. Chaque classe de longueur d'onde (UV - visible - ou IR) a sa pathologie propre nm 1 mm R Cosmiques R γ R X UVC UVB UVA IRA IRB IRC Ultraviolets Visible Infrarouges LASER 1 cm 1 m 100 m 1 km 10 km 100 km EHF SHF UHF VHF HF MF LF VLF Hyperfréquences Radars TV Radiofréquences Figure 5 : Longueurs d'ondes électromagnétiques

10 LA DURÉE D'ÉMISSION Le rayonnement laser peut être émis : - en "impulsions déclenchées" d'une durée de quelques picosecondes à quelques centaines de nanosecondes - donc très brèves - succession d'impulsions à des cadences variables (plusieurs mégahertz à quelques impulsions par heure), - en "impulsions relaxées" d'une durée variant de la microseconde à quelques centièmes de seconde et avec une cadence de répétition de 10 par seconde (10 s -1 ) à 1 par minute (1 min -1 ), - en "émission continue" d'une durée conventionnelle > 0,25 seconde. L'ÉNERGIE ou LA PUISSANCE TRANSPORTÉE Pour les lasers à fonctionnement continu (t > 0,25 s), nous utilisons : - Puissance de rayonnement P exprimée en Watt - Éclairement énergétique E exprimé en Watt/m 2 et donné par la formule : E = Flux énergétique Surface C'est la quantité d'énergie par unité de surface. Pour les lasers impulsionnels, nous avons : - Énergie de rayonnement Q exprimée en Joule - Exposition énergétique H exprimée en J/m 2. La luminance tient compte de l'angle d'émission énergétique et s'exprime en watt par mètre carré par stéradian (Wm -2 sr -1 ). 4 - Utilisation du faisceau laser APPORT DE FORTES DENSITÉS ÉNERGÉTIQUES SUR DE PETITES SURFACES - Usinage utilisant de hautes températures :. soudage. découpage, perçage. alésage milliers de Watts. vaporisation métallique - Micromécanique :. horlogerie. électronique cibles < 1 µm - Scellement verre-métal - Fragmentation - découpe du béton - Perçage et taille du diamant - Recherche sur les effets des hautes énergies et des hautes températures.

11 UTILISATION DES QUALITÉS DU RAYONNEMENT - Extrême directivité - Précision (distance) Métrologie - Non dispersion de l'information portée - Détermination d'alignements :. contrôle "pièces-micropièces" usinées. tracé des autoroutes. rectitude d'une construction. percement d'un tunnel - Télémétrie de haute précision, à toute distance (puissances faibles) :. astronomie (terre-lune). géologie (dérive des continents). géométrie de terrain - Appareils de laboratoires :. granulométrie. interférométrie. spectroscopie - spectrographie - Techniques holographiques (donnant une image tridimensionnelle) :. reproduction de solides - contrôle - comparaison à des références. corps statiques - en mouvement - déformation (suivre et mesurer l'usinage d'une pièce, le jeu d'une articulation, la déformation d'un outil, ) - Télécommunications :. mise en œuvre par modulations du faisceau, codage et décodage des informations transportées UTILISATION MÉDICALE - Effets directs :. action thermique. photochimique. électromécanique - Effets indirects :. hémostase. vasomotricité. cicatrisation - Analyse médicale - Cytologie - Imagerie tridimensionnelle (holographie) - Thérapeutique surtout : Action thermique (chauffe, coagule, brûle, volatilise) :. chirurgie générale, vasculaire. cancérologie. ORL (larynx, oreille interne). chirurgie dentaire (caries). travail et soudure des prothèses

12 . endoscopie et photocoagulation digestive, trachéobronchique, urinaire. gynécologie, dermatologie. ophtalmologie surtout (décollement rétine, rétinopathie diabétique) Autres effets : photochimiques :. activation photosynthèse. enzymologie expérimental électromagnétiques :. ondes de choc CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATION DES PRINCIPAUX LASERS λ en µm Durée Cadence Énergie impulsion impulsions puissance Utilisation Lasers à matériel actif SOLIDE : - Yag 1,06 30 ps - 10 ms 1 Hz - 50 khz 0,1 mj - 30 J Vaporisation métal - Recuits IRA ++ Ajustage résistances - Ophtalmologie continu qq cent. W Perçage, soudage, horlogerie, micromécanismes Gravure, chirurgie, recherche - Rubis 0, ns 0,03-10 Hz 0,1 mj à 10 J Holographie objets en mouvement + Télémétrie UV 500 µs 0,03-10 Hz 0,05 à 5 J Micro-usinage, soudage fil fin Vaporisation métal Perçage (diamant, rubis) - Terre dopée au néodyme 1,06 0,5 à 5 ms à 60 J Soudage par points (pièces et fils fins) IRA imp/min +++ Gravures, perçage Spectrographie, recherche Lasers à liquide : - Colorants Variable qq mw - qq W Spectroscopie, étude de matériaux 0,350-1 continu Dermatologie UVA - V - IRA Lasers à gaz : - Hélium néon 0,632 continu 0,1-100 mw Travaux chantiers V + Métrologie Positionnement de montage (électronique) Holographie Reconnaissance signes codés Impression graphique - Gaz ionisés 0,350-0,800 0,1-40 mw Télémétrie - Holographies (Krypton-argon) UVA - V - IRA continu ++ Spectroscopie Photocoagulation - Spectacles - CO 2 10,6 continu 1 W - 20 kw Découpe matériaux (métaux plastiques) IRC +++ Soudage (métaux plastiques) Traitements thermiques Chirurgie (dentaire, ORL, ) - Azote 0, ns 1-10 Hz mj Impression graphique - photochimie UVA Recherche - Excimères 0,190-0, à 60 ns 1-50 Hz 1-50 mj Impression graphique - ORL - UVC - B et A Dermatologie - Vapeurs métalliques 0, ns qq Hz qq mj Photothérapie V - IRA et B

13 2 ème partie : DIFFÉRENTS RISQUES LIÉS AUX LASERS 1 - Effets biologiques du laser Le laser permet le dépôt d'une grande quantité d'énergie en un point bien localisé d'une structure. Il s'ensuit trois grands groupes d'effets : - effets thermiques, - effets électriques, - effets mécaniques. EFFETS THERMIQUES Ces effets sont dus à la libération de chaleur plus ou moins intense, plus ou moins localisée en fonction de l'énergie transportée et de son absorption par les tissus rencontrés. L'absorption du rayonnement dépend : - des caractéristiques du laser (type, P, λ, ), - de la nature du milieu traversé (transparence). Les milieux biologiques sont des milieux hétérogènes donc à répartition thermique inégale ("points chauds"). Il y a augmentation de l'absorption avec : - la richesse tissulaire en éléments pigmentés, - l'importance de la vascularisation. Les effets thermiques dus au laser ne diffèrent pas des autres effets dus à la chaleur, en dehors de l'extrême précision du point d'impact. Ce sont les effets les mieux connus du laser.

14 EFFETS MÉCANIQUES A l'arrivée de l'impulsion laser sur la cible, il se produit une augmentation considérable de pression. Un front de haute pression se propage à l'intérieur des structures : c'est l'onde de choc. Les lois de propagation de cette onde sont différentes selon l'organe ciblé. Les effets sont : - simple choc, rapidement amorti, - phénomènes de résonance : de graves lésions à distance du point d'impact (lésions profondes plus sévères que celles constatées au point d'impact). Les ondes de choc donnent naissance à des ondes acoustiques très aiguës (ultrasonores) qui ont leur propre pathogénie : - création de bulles de microcavitation, - changements physiques de la matière, - création de nouveaux composés chimiques. Dans un organe sphérique tel que l'œil (ou le crâne), les effets d'une onde de choc sont beaucoup plus graves que sur un organe plat (comme la peau par exemple). Les effets se portent au niveau des zones de jonction où les cellules sont plus ou moins liées entre elles, aux interfaces tissulaires. EFFETS ÉLECTRIQUES Le faisceau laser engendre un champ électrique extrêmement puissant. L'intensité est du même ordre de grandeur que celle des champs électriques locaux assurant la cohésion de la matière (10 8 à V/m). Les effets électriques constatés sont : - perturbation des constantes physiques de la matière : conductivité, constante diélectrique, - perturbation de certaines réactions chimiques (existence de radicaux libres), - modification des polarités membranaires des cellules désorganisant les échanges ioniques des cellules. En fait, peu d'études ont été réalisées sur ce type d'effet. 2 - Différents risques liés au laser L'utilisation des lasers peut entraîner : - des risques oculaires, - des risques cutanés, - des risques chimiques (matériaux et produits traités), - des risques électriques, - des rayons X parasites,

15 - des rayonnements connexes, - des risques d'incendie - explosion. RISQUES OCULAIRES L'œil : Il a la forme générale d'une sphère d'environ 2,7 cm de diamètre. Il comprend essentiellement (figure 6) : la cornée, l'iris (figures 9 et 11), le cristallin (figure 12) en avant ; corps vitré, rétine, choroïde et sclérotique en arrière (figure 16). La figure 7 donne la transmission des rayonnements laser par les milieux optiques de l'œil. Sclérotique Conjonctive Choroïde Cornée Cristallin Iris Humeur aqueuse Rétine Macula Corps vitré Nerf optique Figure 6 : Anatomie de l'œil Facteur de transmission 100 % 80 % Hélium Néon Krypton Rubis 60 % Argon Néodyme 40 % 20 % Azote YAG CO 2 10,6 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2 1,3 λ µm UVA Visible IRA Figure 7 : Transmission des rayonnements par les milieux optiques de l'œil

16 La cornée : Elle est transparente, avasculaire, a une épaisseur comprise entre 0,60 et 1 mm et un diamètre de 12 mm. Elle se trouve isolée de l'air ambiant par film lacrymal. Elle comporte cinq couches : - couche cellulaire extérieure qui, en cas d'atteinte, se cicatrise en 48 h, - membrane de Bowman, - couche de fibres, épaisse : laisse une cicatrice opaque, - membrane de Descemet : fuite humeur aqueuse, - couche cellulaire interne. Les infrarouges lointains (IRB et IRC) et les ultraviolets (UVB et UVC) provoquent rapidement des lésions sévères (figure 8) : photokératite très douloureuse ( = inflammation de la cornée) - ou ulcération. Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC nm 780 nm 1,4 µm 3 µm 1 mm Cornée Cornée λ Photokératite Brûlure Figure 8 : Action des lasers sur la cornée La gravité des lésions est fonction de la surface illuminée et de la profondeur des lésions. Nous pouvons avoir : - des lésions directes :. opacités de même diamètre que celui du faisceau. brûlures dues à l'énergie absorbée sous forme de chaleur (si l'énergie augmente, la brûlure est plus importante) - des lésions indirectes :. œdème, néovaisseaux. dépôts pigmentés et uvéite. opacités qui se calcifient et sont définitives (fortes énergies 30 J/cm 2 ). L'iris : - sépare la chambre antérieure de la chambre postérieure, l'humeur aqueuse du cristallin vitré (figure 9), - constitué de pigments colorés (couleur de l'œil), - percé en son centre par un orifice : la pupille, - comprend des muscles qui permettent le rôle de diaphragme (1,5 à 9 mm) par contraction ou dilatation de la pupille donc modification du diamètre (figure 10). Iris Humeur aqueuse Chambre antérieure Chambre postérieure ; ; ; Figure 9 : L'iris

17 Fibres rayonnantes Fibres circulaires Figure 10 : Muscles de l'iris Figure 11 : Dilatation et contraction de la pupille Ce rôle est très important car il contrôle l'accès de la lumière (figure 11) vers les structures plus profondes de l'œil (rétine) : - pupille dilatée = ouverture maximale 9 mm, - pupille contractée = ouverture minimale 1,5 mm. Pas de lésion définitive de l'iris : - zone de pigmentation (impact) avec œdème autour, qui réalise un myosis - atténuation en 2 à 3 semaines, - si répétition des impacts, migration des pigments dans la chambre antérieure, atrophie, déchirure possible de l'iris. VARIATION DU DIAMÈTRE PUPILLAIRE SELON LE TYPE DE RAYONNEMENTS RENCONTRÉS (LONGUEUR D'ONDE) Domaine spectral UV nm V et IRA nm IRB, IRC 1,4-100 µm Diamètre de la pupille 0,1 cm 0,7 cm 0,1 cm 0,1 à 1 mm 1,1 cm L'ouverture de la pupille ou dilatation pupillaire, face aux rayonnements visibles et infrarouges A, entraîne un risque pour les structures profondes de l'œil. Le cristallin : - lentille ronde transparente biconvexe, - responsable par son pouvoir d'accommodation de la focalisation des rayons lumineux sur la rétine, - déformable par traction des muscles ciliaires qui modifient son rayon de courbure. Le cristallin (figure 12) est une lentille convergente ; il transforme un faisceau incident parallèle en faisceau convergent. Cristallin ; ; ; Figure 12 : Le cristallin

18 Il focalise l'image sur la rétine, mais aussi les rayons lumineux (figure 13). B Rayon lumineux A Objet F Cristallin F' A' B' Image focalisée sur la rétine F' Cristallin Focalisation sur la rétine Figure 13 : Focalisation de l'image Lésions du cristallin : Les ultraviolets proches et les infrarouges lointains touchent le cristallin avec : - des opacités ovoïdes, de grand axe situé dans la direction du faisceau incident (grisesblanchâtres). Le centre de la lésion est le plus opaque (figure 12). - des lésions définitives : ce qui entraîne une cataracte, d'origine thermique (figure 14). Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC ,4 µm 3 µm 1 mm nm nm Cornée Cornée λ Cristallin Cristallin Figure 14 : Action des lasers sur le cristallin La rétine : Elle comprend les récepteurs neurosensoriels nécessaires à la vision ; c'est la "plaque sensible" de l'œil. C'est un organe fragile et vulnérable (cellules nerveuses). Les lésions rétiniennes sont les plus connues, car ce sont celles qui ont été les plus étudiées. Constitution de la rétine (figure 15) : Il s'agit d'une superposition de plusieurs couches. Les unes contiennent surtout des corps cellulaires, les autres les prolongements des cellules : - épithélium pigmenté qui adhère à la choroïde et joue le rôle de protecteur vis-à-vis des récepteurs rétiniens. Grâce à la pigmentation, il absorbe l'énergie et la transforme en chaleur. - cônes et bâtonnets : ce sont les récepteurs de la sensation visuelle - cellules bipolaires (connections entre les cellules sensorielles) - cellules ganglionnaires dont les prolongements constituent le nerf optique. Il véhicule l'information visuelle jusqu'au cerveau. Gravité des lésions : Elle est variable selon la localisation des lésions sur la rétine. Les longueurs d'onde concernées par ces lésions vont de 0,4 µm à 1,4 µm.

19 Lumière Fibres nerveuses Cellules ganglionnaires Cellules bipolaires Photorécepteurs Cellules pigmentaires Choroïde Sclérotique Le rayonnement visible et l'infrarouge proche entraînent un risque lésionnel pour la rétine. Lésions observées : Il s'agit de brûlures avec coagulation ou de destructions tissulaires : - lésions petites, circulaires, bien circonscrites, zone centrale dépigmentée + anneau de pigmentation, en périphérie, - dimension variable selon diamètre image, - l'atteinte principale se situe au niveau de l'épithélium pigmenté (offre bonne absorption du rayonnement). A l'examen, il apparaît décollé. Différents étages dans la rétine, dans lesquels l'énergie lumineuse pourra s'épuiser progressivement : - œdèmes, exsudations sous rétiniennes, mort des photorécepteurs, - choroïde et sclérotique = indemnes le plus souvent, - hémorragies envahissant le vitré, - risque d'organisation du vitré (vascularisation perte de transparence), - déchirure "fracture" de la rétine : double processus par effet thermique (brûlure) et effet mécanique (onde de choc). Signes fonctionnels : Figure 15 : Constitution de la rétine - éblouissement physiologique - baisse de sensibilité rétinienne : adaptation à l'obscurité, sens chromatique. Signes en fonction de la localisation des lésions (figure 16) : - destruction de la foveola (0,2 mm de ) : baisse de l'acuité visuelle de moitié, - destruction d'une partie de la macula : présence d'un scotome (c'est-à-dire d'une zone sans vision) couvrant une surface plus ou moins grande de l'objet regardé, - destruction de toute la macula :. perte des 3/4 de l'acuité visuelle,. perte du discernement fin des détails,. vision de type "crépusculaire" (floue), - atteinte de la rétine périphérique : peu perçue par le sujet (n'ampute que le champ de vision périphérique où les images sont habituellement floues). Prévention : Un faisceau laser ne lésera la macula que s'il vient de l'endroit que l'œil est en train de fixer (s'il vient en oblique, il lésera une autre zone rétinienne). Toute manœuvre qui amène à avoir l'œil fixé sur l'origine du faisceau est à proscrire.

20 Vision périphérique Cônes = excellente discrimination Bâtonnets = vision crépusculaire +++ faible discrimination Vision centrale = Cônes essentiellement - excellente discrimination - vision diurne - vision des couleurs Macula Foveola Papille = zone aveugle Nerf optique Figure 16 Azote Arg. H K R N Néod. YAG CO 2 UVC UVB UVA Visible IRA IRB IRC λ nm 780 nm 1,4 µm 3 µm 1 mm Cornée Cornée Cristallin Cristallin Rétine Figure 17 : Atteintes de la cornée, du cristallin et de la rétine en fonction de la longueur d'onde Aspects du faisceau : Exposition directe : L'œil est soumis au faisceau direct du laser (figure 17). Faisceau laser Figure 17 : Faisceau direct Faisceau laser f f Faisceau laser Lentille biconvexe Lentille biconcave Figure 18 : Faisceau focalisé Figure 19 : Faisceau divergent

21 Sur le double de la distance focale f, la densité d'énergie surfacique est supérieure à celle du faisceau direct (figure 18). La densité d'émission surfacique est d'autant plus faible que l'on s'éloigne du point de divergence (figure 19). Réflexions (accidentelles ou non) : Faisceau incident Faisceau réfléchi Faisceau incident Faisceau diffusé Surface polie et plane Surface non polie et plane Figure 20 : Réflexion spéculaire Figure 21 : Faisceau diffusé La densité d'énergie surfacique du faisceau après réflexion spéculaire équivaut à celle du rayon incident car elle est sensiblement du même ordre de grandeur (figure 20). La densité d'énergie surfacique du faisceau diffusé est beaucoup plus faible que celle du rayonnement incident (figure 21). La probabilité pour qu'un œil se trouve dans le volume où il y a diffusion est beaucoup plus grande. Faisceau divergent Divergence Convergence Figure 22 : Surface polie convexe Figure 23 : Surface polie concave Surface polie convexe : Comme pour les réflexions sur des surfaces non polies, la densité d'énergie surfacique du faisceau réfléchi s'atténue, mais la probabilité de rencontre pour l'œil augmente. Sur une surface polie concave, il y a d'abord convergence jusqu'au point focal puis divergence (figure 23) : - sur le double de la distance focale : la densité d'énergie est au faisceau incident - au-delà du double de la distance focale, la densité d'énergie diminue mais la probabilité de rencontrer le faisceau est élevée.

22 Caractéristiques de l'œil intervenant dans la rencontre œil-laser : Le diamètre pupillaire : - contraction pupille : diamètre de 2 mm (lumière) - dilatation pupille : diamètre de 7 à 9 mm (obscurité) - variation du flux lumineux reçu par la rétine dans le rapport de 1 à 12 (lumen/m 2 ). La surface pupillaire varie dans un rapport de 1 à 25. La constriction pupillaire contribue à la protection rétinienne, mais elle ne commence que 0,2 à 0,5 s après l'augmentation de luminance lui parvenant Or, en cas de flash laser (laser relaxé par exemple), la durée du flash est de l'ordre de la microseconde (10-6 s). Il s'ensuit que la protection est insuffisante. On a cependant intérêt à maintenir autour d'un poste de travail au laser, un niveau d'éclairage suffisant, de façon à maintenir la pupille en myosis (fermée, contractée, diamètre minimal). La pupille s'adapte au niveau d'éclairage ambiant. Le film lacrymal : - absorbe une partie de la chaleur par échauffement et évaporation, - est opaque aux infrarouges lointains. Les paupières - mouvements de défense : Les réactions de défense de l'observateur sont provoquées par une sensation douloureuse, déclenchée par la cornée et l'iris d'où fermeture des paupières et détournement des yeux et de la tête. L'iris contient un réseau de récepteurs à la douleur qui sert de signal d'alarme quand les niveaux d'énergie incidente sont trop élevés. La protection est insuffisante : - facteur de temps : délai de 150 à 250 ms entre illumination élevée et fermeture des paupières (réflexe palpebral), plus rapide si stimulus douloureux mais plus aléatoire ; - pénétration possible du faisceau dans l'œil sans heurter l'iris selon le diamètre et l'orientation du faisceau incident (figure 24) ; - les mouvements oculaires normaux peuvent diminuer l'importance des lésions en dispersant l'énergie sur une surface rétinienne plus grande (laser continu). Le faisceau a un diamètre supérieur à celui de la pupille d'où "choc sur l'iris", signal douloureux Petite source collimatée, dont le faisceau parvient à la rétine sans heurt sur l'iris. Figure 24 : Protection de l'iris 18

23 La puissance optique de l'œil : C'est d'elle dont dépend la taille de l'image rétinienne et par conséquent la quantité d'énergie reçue par unité de surface de rétine. Le globe oculaire est constitué de milieux d'indices différents. La puissance optique est en fait son pouvoir de concentration du rayon lumineux, sur la rétine. Elle se mesure en dioptries, varie avec certaines pathologies et, avec l'âge, le pouvoir d'accomodation du cristallin varie : dioptries à 10 ans dioptries à 40 ans dioptrie à 60 ans. Son rôle est la poursuite de la modification du faisceau lumineux, commencée par la cornée, et qu'il focalise sur la rétine. Taille de l'image rétinienne : Diamètre du spot rétinien = f (Distance focale) x Diamètre faisceau sortie du laser Distance œil-laser Par exemple : Laser situé à 15 mètres Faisceau 1 cm de diamètre Image rétine = 0,0113 mm 11 µm f = 17 mm de l'œil En pratique courante, on admet que la taille des images rétiniennes varie de 10 µm à 50 µm. La densité d'énergie rétinienne : Le mécanisme de focalisation, véritable auto-concentration énergétique de l'œil, a pour conséquence d'augmenter considérablement la densité d'énergie rétinienne par rapport à l'énergie incidente sur la cornée. Densité d'énergie = rétinienne Densité d'énergie Surface Facteur transmission sur cornée x pupillaire x selon λ Surface image rétine L'augmentation de densité est multipliée par un facteur 10 5 ou 10 6 d'où une sensibilité de l'œil au laser sans commune mesure par rapport à la peau. Puissances émises par différentes sources lumineuses : - Bougie W/cm 2 - Lampe à incandescence W/cm 2 - Arc de soudure - Soleil...10 W/cm 2 - Émission laser de 1 mw à 6 mètres W/cm 2 - Émission laser de 1 W même éloignée...> 10 5 W/cm 2 EFFETS DU RAYONNEMENT LASER SUR LA PEAU Moins importants qu'au niveau rétinien : - pas de concentration du faisceau (effet dû à la convergence du cristallin), - la perception douloureuse assez rapide en limite les effets. 19

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

LASERS AU BLOC OPERATOIRE

LASERS AU BLOC OPERATOIRE S AU BLOC OPERATOIRE ALIBODE 2013 Mr MAZALAIGUE / Responsable service Technique Collin COLLIN S.A, BAGNEUX, 201005 Bref historique 1917 Décrit par Albert Einstein 1950 Procédé de pompage optique Alfred

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

INFORMATION SUR LES RISQUES LASER

INFORMATION SUR LES RISQUES LASER INFORMATION SUR LES RISQUES LASER UTILISATION INDUSTRIELLE DU LASER INCLUS NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS Parc d Innovation F-67400 Illkirch T : + 33 (0)3 88 65 54 00 F : + 33 (0)3 88 65 54 01 fr@irepa-laser.com

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements LA VUE Sommaire : Anatomie de l œil Chemin de la lumière dans l œil Vocabulaire et définitions pour l œil Les muscles de l œil Les anomalies de l œil Les 3 amétropies ou vices de réfraction La presbytie,

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il?

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? Activité 6 : Expérience de Mariotte Activité 1 : Etude anatomique de

Plus en détail

JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013

JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013 Le 26 Mars 2013 JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013 Patrick Moureaux 01 40 44 31 09 patrick.moureaux@inrs.fr Département E.C.T Expertise et Conseil Technique Rayonnements Ionisant,

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : mathématiques-sciences physiques Leçon en sciences portant sur les programmes de lycée professionnel Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Conclusion : L'œil réduit est constitué d'une lentille convergente (cristallin) et d'un écran (rétine).

Conclusion : L'œil réduit est constitué d'une lentille convergente (cristallin) et d'un écran (rétine). 1 ere L Chapitre P2 : L'œil 2008-2009 I) Modèle optique de l'œil : 1-1) Description de l'œil : Voir exercice 1 de la fiche d'activités 1 Les rayons lumineux reçus par l'œil traversent une succession de

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires Lexique Français / Hébreu absorption achromatique acuité visuelle albinisme oculaire amblyopie amétropie angle de réflexion angle

Plus en détail

obs.4 un Modèle pour l œil cours

obs.4 un Modèle pour l œil cours obs.4 un Modèle pour l œil cours 1) Modélisation optique de l œil : a) anatomie de l œil humain : L œil humain est un globe pratiquement sphérique qui est protégé de l extérieur par une membrane résistante,

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU. Guy Delacrétaz

LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU. Guy Delacrétaz - 1 - LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU Guy Delacrétaz Laboratoire de Photonique Avancée, Faculté des Sciences et Techniques de l ingénieur, Ecole Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil Annexe I Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil NORME EN 60825-1 (C 43-805) DE JUILLET 1994 - CONSIDERATIONS

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Chapitre 4 : Lentilles convergentes

Chapitre 4 : Lentilles convergentes 2 e B et C 4 Lentilles convergentes 30 Chapitre 4 : Lentilles convergentes 1. Lentille convergente et divergente. Axe optique. Centre optique * Une lentille est constituée par un milieu transparent limité

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections Plan: 1 Construction d'un œil réduit : 1.1Maquette de l œil : 1.2A retenir : 2. La vision : 2.1 Formation de l'image : 2.2 Accommodation du cristallin : 2.3

Plus en détail

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Direction de la Santé - Division de la Santé au Travail SOMMAIRE [ p. 4 - p. 5 ] Introduction [ p. 6 - p. 7 ] Législation Obligations de l

Plus en détail

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 LA LUMIÈRE La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 1 QU'EST-CE QUE LA LUMIÈRE? Deux théories physiques contraires (mais semble-t-il complémentaires) s'affrontent. La première, dite corpusculaire,

Plus en détail

Partie sciences physiques

Partie sciences physiques I) L'ŒIL Partie sciences physiques Coupe de l'œil Muscle (corps ciliaire) Ligament (zonule) Cornée Sclérotique Rétine Humeur aqueuse Iris Cristallin Humeur vitrée Nerf optique Description Sclérotique :

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Enseignement de sémiologie 2 ème année Pharmacie Pr. Jean-Pierre DUBOIS Département de médecine générale Université Claude Bernard LYON I SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Mars 2008 Les troubles

Plus en détail

ANATOMIE DE L'OEIL (1)

ANATOMIE DE L'OEIL (1) ANATOMIE DE L'OEIL (1) La cornée La choroïde L'iris La pupille Le cristallin L'humeur aqueuse Le corps vitré La rétine Le nerf optique L'oeil est une merveille de la nature, un des organes les plus perfectionnés

Plus en détail

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points)

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) L œil présente toutes les caractéristiques d un système optique complexe permettant la réception des rayons lumineux : des muscles assurant sa mobilité,

Plus en détail

Œil réduit - Défauts et corrections

Œil réduit - Défauts et corrections Première L Œil réduit - Défauts et corrections I) La vision : Formation de l'image : Comment est l image sur la rétine? Existe-t-il plusieurs positions possibles de l objet permettant d obtenir une image

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule!

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule! Optique géométrique UE3 Voir est un phénomène complexe qui implique une succession d événement qui permettent de détecter, localiser et identifier un objet éclairé par une source de lumière. L œil est

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

1 La représentation visuelle

1 La représentation visuelle 1 La représentation visuelle L ŒIL, SYSTÈME OPTIQUE ET FORMATION DES IMAGES (PHYSIQUE-CHIMIE) L œil, organe des sens détecte les variations des stimuli externes comme les variations de la lumière et transmet

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112 Français p 1 Version : 3112 Sommaire 1. Introduction 1 2. Composition 1 2.1 Exemples de manipulation 1 2.1.1 TP : Mesure de la distance focale d une lentille convergente 1 2.1.2 TP : Dispersion de la lumière

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

La rétinite pigmentaire

La rétinite pigmentaire La rétinite pigmentaire La rétine est une enveloppe sensible à la lumière entourant la surface interne du globe oculaire, et qui se prolonge par le nerf optique. La rétine est composée de cellules photo-

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

I] Les différents types de lentilles

I] Les différents types de lentilles Chapitre II Les lentilles et l œil I] Les différents types de lentilles 1) Quelles catégories de lentilles, les différents bords permettent-ils de distinguer? Comment est la matière constituant une lentille?

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 10 octobre 2011 Table des matières 1 Couleur, vision et image 2 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 2 1.2 Lentille

Plus en détail

I Représentation et modélisation de l œil.

I Représentation et modélisation de l œil. I Représentation et modélisation de l œil. Doc 1 : voir livre p 202 Lorsque la lumière pénètre dans l oeil par la pupille, elle traverse des milieux transparents : la cornée, l humeur aqueuse, le cristallin

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs I) SYNTHESE ADDITIVE Couleurs I.1 Couleur spectrale et couleur perçue Lumière blanche et couleur spectrale Exp prof : décomposition de la lumière par un prisme (ou un réseau) Couleurs spectrales (exemples)

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

L œil et ses défauts

L œil et ses défauts L œil et ses défauts 1 L œil 1.1 Description sommaire La rétine comporte des récepteurs, Les cônes sont essentiellement concentrés dans la zone centrale de la rétine, la macula et son centre, la fovéa.

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS SECURITE LASER Sensibilisation aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche CNRS Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS Sensibiliser les

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Guide pratique de la rénovation de façades

Guide pratique de la rénovation de façades Guide pratique de la rénovation de façades Pierre, béton, brique Alexandre CAUSSARIEU Thomas GAUMART Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11624-1 Laser Brique : encroûtements noirs Pierre : encroûtements

Plus en détail

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours Sciences Physiques 1ES S. Zayyani Fiche de Cours Unité : Représentation visuelle Chapitre: Chapitre 1 L œil Voir un objet Pour que l on puisse «voir un objet», il faut certaines conditions. Il faut surtout

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie MPS : La vision 1. Le mécanisme de la vision 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie 3. Autres défauts : Presbytie 4. Étude statistique dans la population 5. Corrections Plan 1)Comment fonctionne le mécanisme

Plus en détail

module de biophysique annales d examens

module de biophysique annales d examens QUESTIONS D EXAMENS ELECTRICITE ET BIOELECTRICITE OPTIQUE GEOMETRIQUE ET BIOPHYSIQUE DE LA VISION BIOPHYSIQUE DES RAYONNEMENTS Partie B : - Chapitre Faculté de Médecine - Université d Alger 1/23 Soit un

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Biophysique de la vision

Biophysique de la vision Séminaires Pédagogiques de Biophysique Biophysique de la vision Les amétropies sphériques Dr Olivier LAIREZ Hôpitaux de Toulouse Université Paul Sabatier Lundi 27 juin 2011 0 Biophysique de la vision Les

Plus en détail

Activité expérimentale N 3 : MODELISATION DE L ŒIL, DEFAUTS DE VISIONS.

Activité expérimentale N 3 : MODELISATION DE L ŒIL, DEFAUTS DE VISIONS. THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE CH 1.03 : Modélisation de l'œil, Lentilles. Activité expérimentale N 3 : MODELISATION DE L ŒIL, DEFAUTS DE VISIONS. Notion contenu - Etudier la vision d un œil normal.

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène?

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? Chapitre 2 : LA COULEUR DES CORPS Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? 1-) La lumière blanche.

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

TP1 La formation des images dans l'œil

TP1 La formation des images dans l'œil TP1 La formation des images dans l'œil Si d'un point de vue physique, l'œil se comporte comme une lentille convergente permettant la formation d'une image, la vision est un phénomène cellulaire. On se

Plus en détail

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique.

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique. Chapitre 19 Sciences Physiques - BTS Lumière et couleur 1 Introduction. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail