Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog"

Transcription

1 Document Statistiques Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog Préparé pour La Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog Par Martine Caillier mandatée par la Corporation de développement Communautaire Memphrémagog Mars 2006

2 TABLE DES MATIÈRES DONNEES DEMOGRAPHIQUES SUR LA POPULATION DONNEES SUR LA SANTE MENTALE ET PSYCHOLOGIQUE DONNEES SUR LES HABITUDES DE VIE DONNEES SUR LA VIOLENCE ET LA DELINQUANCE PRÉAMBULE Page 3 DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES Page 4 JEUNES ADULTES VIVANT SEULS Page 4 LES JEUNES EPROUVANT DES DIFFICULTES A S INSERER DANS LA SOCIETE Page 5 POPULATION AVEC INCAPACITE Page 5 LA SANTE DES JEUNES Page 6 LA SANTE MENTALE CHEZ LES JEUNES Page 6 DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE Page 6 LE SUICIDE CHEZ LES JEUNES Page 6 SUICIDE (AUTRE) Page 7 DES HABITUDES DE VIE NEFASTES CHEZ LES JEUNES Page 7 L ACTIVITÉ PHYSIQUE Page 7 L ALIMENTATION Page 7 LE TABAGISME Page 7 LA CONSOMMATION DE CIGARETTE CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE AU QUÉBEC Page 8 LA TOXICOMANIE Page 8 LA CONSOMATION DE DROGUE CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE Page 8 CONSOMMATION D ALCOOL CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE AU QUÉBEC Page 9 ENDETTEMENT Page 9 VIOLENCE CONGUGALE Page 10 VIOLENCE ET MÉFAITS Page 11 LES SERVICES AUX JEUNES CONTREVENANTS Page 11 LES SERVICES EN PROTECTION DE LA JEUNESSE-MEMPHREMAGOG Page 12 DONNEES DIVERSES OCCUPER SES TEMPS LIBRES Page 12 LES JEUNES ET LE BÉNÉVOLAT Page 12 L OUVERTURE SUR LE MONDE Page 13 PARTIR OU RESTER? Page 13 LES JEUNES ET LES ELECTIONS Page 13 DONNEES SUR LES JEUNES FAMILLES LES CONDITIONS ENTOURANT LA VIE FAMILIALE EN ESTRIE Page 13 PROPORTION DE JEUNES DONT LES PARENTS RECOIVENT LA SÉCURITÉ DU REVENU Page 13 COMPOSITION DE L INDICE DE DEFAVORISATION EN 2001 Page 14 MÉNAGE À FAIBLE REVENU Page 14 NOMBRE DE FAMILLES MONOPARENTALES Page 15 TAUX DE GROSSESSE A L ADOLESCENCE Page 15 NOMBRE D ENFANTS DE 0 A 5 ANS VIVANT A FAIBLE REVENU DANS UNE FAMILLE MONOPARENTALE Page 16 DONNEES SUR L EMPLOI EMPLOI Page 16 LES PREVISIONS D EMPLOI Page 16 CONDITIONS ENTOURANT LA VIE PROFESSIONNELLE DES JEUNES Page 16 LES ETUDES ET LE TRAVAIL Page 17 DONNEES SCOLAIRES L OBTENTION D UN DIPLOME ET L ACCES AU MARCHE DU TRAVAIL Page 17 SCOLAIRE : TAUX DE GRADUATION Page 17 GRADE UNIVERSITAIRE Page 18 LE TAUX DE DECROCHAGE SCOLAIRE Page 18 COMPOSITION DE L INDICE DE DEFAVORISATION EN 2001 Page 19 POPULATION AGEE DE 20 A 34 ANS AYANT UN NIVEAU INFERIEUR AU CERTIFICAT D ETUDES SECONDAIRE Page 19 Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

3 Pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog, les jeunes, ce sont les ans. Ce découpage, établi de façon arbitraire, reflète tout de même une réalité certaine. Ces jeunes s'engagent dans un continuum qui, au départ, est caractérisé par un large état de dépendance (envers les parents, l'école, etc.), qui se transforme progressivement ou brusquement pour aboutir à une plus ou moins grande autonomie. Cette autonomie peut se définir comme l'acquisition d'un certain pouvoir : celui de choisir. Les jeunes du Québec d'aujourd'hui ont à vivre de la précarité. L'exclusion sociale est entre autres un fait réel vécu par plusieurs. Le taux de personnes pauvres s'est accru au Québec et ce sont les jeunes qui ont connu la plus forte croissance de la pauvreté. Le Bureau de la statistique du Québec énonce par ses chiffres une plus grande vulnérabilité sur le marché du travail, un poids démographique qui diminue, des taux encore trop élevés de non diplomation et des données inquiétantes quant aux indicateurs du bien-être psychologique. Les jeunes méritent une attention particulière qui se traduit en un engagement collectif afin d'améliorer leur situation. Les tableaux et graphiques de la présente section dessinent quelques traits du profil de la jeunesse québécoise. Quand il fut possible, nous avons introduit les données spécifiques de notre région. Pour la cueillette des informations spécifiques à la MRC de Memphrémagog, certaines difficultés ont été rencontrées : Bon nombre de données régionalisées ne sont pas divisées par MRC ; Peu d études d envergure ont été réalisées après 2000 ; La non conformité des groupes d âge entre les diverses sources de données ; Les données disponibles concernent surtout des problématiques reliées aux jeunes. Conscient que les informations statistiques présentées dans ce document ne sont peut-être pas tout à fait récentes, les sources seront présentées pour chacune des données. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

4 DOCUMENT STATISTIQUE JEUNESSE ANS DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES : (LANGUES PARLÉES ET COMMUNAUTÉS ETHNIQUES) Groupe d âge 0-14 ans ans ans ans 65 et + PRÉVISION : Répartition de la population en 2005, par groupe d âge Population de la MRC Estrie Québec Nombre % Nombre % Nombre % , , , , , , , , , , , , , ,3 Total % % % Jeunes de ans : Selon les prévision faites par l Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux, il y aurait 3288 jeunes de cet âge en 2006 dans la MRC Memphrémagog, soit 7,2 % de la population totale. MRC Memphrémagog : Les quatre municipalités où l on retrouve le plus de personnes parlant uniquement anglais à la maison sont par ordre de priorité : Austin (73,9 %), North Haltley (70,1%), Ogden (67,4%) et Potton (60,1%). L on retrouve sur le territoire de Memphrémagog trois principales communautés ethniques : des coréens, hongrois et polonais. Source : Statistique canada, recensement 2001, compilation et traitement : ISQ, JEUNES ADULTES VIVANT SEULS Le portrait de la population vivant seule selon le groupe d âge et le sexe, 2001 MRC de Memphrémagog, Estrie et ensemble du Québec Groupe d âge Unité Femme Memphrémagog Estrie Ensemble du Québec Homme Deux sexes/ total Femme Homme Deux sexes/ Total Femme Homme Deux sexes/ total ans N % 6,4 % 8,7 % 7,6 % 9,6 % 10,9 % 10,2 % 6,6 % 7,3 % 6,9 % Proportion des jeunes de 6-17 ans vivant avec un seul parent dans la MRC Memphrémagog en 2001 = 21,3% et sous le seuil de la pauvreté = 13,5% (Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux) Source : MSSS, Direction de la gestion de l information Service du développement de l information, Projections de population corrigées pour le sous-dénombrement et les résidants non permanents basées sur le recensement de 2001, version octobre 2004 Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

5 LES JEUNES EPROUVANT DES DIFFICULTES A S INSERER DANS LA SOCIETE Quelques faits : - Environ demandes de services sociaux sont traitées annuellement dans les centres de santé et de services sociaux, dans le cadre du programme Jeunes en difficulté. - Environ demandes de service sont adressées chaque année aux différents centres jeunesse du Québec. De ce nombre, en , près de ont donné lieu à un signalement en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse et quelque ont été retenues parce qu on estimait que la sécurité ou le développement des jeunes pouvaient être compromis. - Chaque année, environ jeunes reçoivent des services dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents. - Au Québec, on dénombre quelque 30 gangs de rue notoires. Ceux-ci recrutent des membres de plus en plus jeunes. En 1985, 70 % des membres de ces gangs étaient âgés de 14 à 16 ans et 30 % avaient entre 17 et 28 ans. En 2003, 20 % étaient âgés de 11 à 16 ans, 60 % avaient entre 17 et 28 ans et 20 % entre 29 et 35 ans. - Au cours des dernières décennies, il y a eu recrudescence du phénomène de l itinérance chez les jeunes Québécois. POPULATION AVEC INCAPACITE FAITS SAILLANTS En 1998, 12 % de la population de 15 ans et plus vivant en ménage privé dans la région de l Estrie présente une incapacité. Le taux d incapacité est de 9 % chez les 15 à 64 ans et de 25 % chez les 65 ans et plus. Au Québec, c est 17 % de la population de 15 ans et plus qui présente une incapacité. Les taux d incapacité sont d ailleurs nettement inférieurs aux taux d incapacité observés dans l ensemble du Québec. Tout comme dans l ensemble du Québec, les incapacités les plus fréquentes dans la région sont celles liées à la mobilité (6 %), à l agilité (6 %), aux activités intellectuelles ou à la santé mentale (3,5 %) et à l audition (3,2 %). Enfin, près de 56 % de la population ayant une incapacité dans la région présente une incapacité légère et 45 %, une incapacité modérée ou grave (c. respectivement 61 % et 39 % au Québec). - Il y a plus de détresse psychologique, particulièrement chez les hommes de 15 à 64 ans - Environ 33 % des personnes ayant une incapacité se classent au niveau élevé de l indice de détresse psychologique ; ce qui est plus élevé que le taux observé dans l ensemble du Québec. - Le revenu total moyen des personnes avec incapacité est inférieur à celui observé dans l ensemble du Québec. Soulignons aussi que le revenu total moyen des femmes avec incapacité ne représente que 72 % de celui des hommes avec incapacité. - Environ 54 % des élèves handicapés du niveau primaire sont en classe régulière en alors que 36 % sont en classe spéciale et que 10 % sont en école spéciale. Au secondaire, seulement 18 % des élèves handicapés sont en classe régulière alors que 39 % sont en classe spéciale et 43 % sont en école spéciale. - Les 15 à 24 ans avec incapacité, sont moins nombreux à fréquenter l école à temps plein que ceux de l ensemble du Québec. Environ 45 % des 15 à 24 ans avec incapacité fréquentent l école à temps plein dans la région en comparaison de 51 % dans l ensemble du Québec. - Près des deux tiers de la population avec incapacité est inactive sur le marché du travail. Le statut d emploi permet de distinguer, parmi la population de 15 à 64 ans ayant des incapacités, les personnes en emploi, celles en chômage et celles ne faisant pas partie de la population active, soit les personnes inactives. Ainsi, 64 % des personnes ayant une incapacité sont inactives sur le marché du travail (c. 51 % dans l ensemble du Québec) et 31 % sont en emploi (c. 43 % dans l ensemble du Québec). - Environ 46 % des personnes inactives se disent toutefois capables de travailler - On observe une proportion plus élevée de personnes qui vivent dans un ménage considéré comme pauvre et qui déclarent un revenu inférieur à $. - En ce qui concerne la scolarisation, l écart négatif persiste entre les personnes ayant une incapacité et les personnes sans incapacité. Il faut aussi souligner que les personnes avec incapacité présentent une scolarisation plus faible que celles de l ensemble du Québec. - Les femmes ayant une incapacité sont, en outre, défavorisées sur le plan des ressources économiques et du travail. Cependant, elles se démarquent favorablement des hommes avec incapacité sur certains aspects : elles présentent un taux de diplomation plus élevé, elles sont moins nombreuses à utiliser une aide technique pour pallier leur incapacité, elles sont moins nombreuses à se classer au niveau faible de l indice de soutien social et elles sont plus nombreuses à pratiquer des activités de loisir. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

6 SOURCE : FAITS SAILLANTS du Portrait statistique de la population avec incapacité Région de l Estrie Office des personnes handicapées du Québec. LA SANTE DES JEUNES LA SANTE MENTALE CHEZ LES JEUNES DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE chez les jeunes LE SUICIDE CHEZ LES JEUNES Généralement, les jeunes ont une bonne perception de leur état de santé et ont un très faible taux de décès. Toutefois, dès l adolescence, ils intègrent des comportements qui peuvent être néfastes pour la santé à plus long terme. Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie, Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie - Prévalence des troubles psychiques inversement proportionnelle à l âge -Chez les jeunes femmes : dépressions majeures et troubles anxieux -Chez les jeunes hommes : problèmes psychiques reliés à la dépendance aux drogues et alcools *La schizophrénie et la psychose touche plus les hommes que les femmes Suicide -Chez les ans, le suicide est 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. -Plus d hommes meurent par suicide alors que plus de femmes font des tentatives de suicide, surtout chez les ans. -7,4% des disent avoir déjà eu des idées suicidaires. -1,4% des ans feraient une tentative de suicide. -Entre 1995 et 1999, c est en moyenne 6 adolescents par année qui se sont suicidé. -En Estrie, on compte une moyenne annuelle de 70 décès par suicide. Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie- Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie Les jeunes représentent le groupe d âge le plus vulnérable. Le groupe des ans est celui qui comportait la plus forte proportion d individus dont l indice de détresse psychologique était élevé en En effet, 28,2 % des ans se situaient dans la catégorie élevée de l indice de détresse psychologique, comparativement à 20,2 %, 19,2 % et 10,7 % chez les ans, ans et 65 ans et plus. Les jeunes femmes de 15 à 24 ans étaient, par ailleurs, plus susceptibles de souffrir de détresse psychologique, 34 % d entre elles affichaient un indice élevé de détresse, comparativement à 23 % des hommes du même âge. - Population estrienne ans = 23 % - Population du Québec ans = 28,2 % Source : Institut de la statistique du Québec- Enquête sociale et de santé 1998, 2 e édition, janvier 2001 Le suicide est l une des principales causes de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans au Québec. En 2002, 34,5 % des décès des jeunes de 15 à 19 ans étaient attribuables au suicide, ce pourcentage étant de 34,7 % chez les ans et de 42,9 % chez les ans - Les taux de mortalité par suicide observés pour la période , les deux sexes réunis, sont : Chez les ans : 18,2/ jeunes Chez les ans : 23,8/ jeunes Chez les ans : 22,3/ jeunes - Le taux de suicide est en progression au Québec chez les jeunes. Le groupe des ans est celui qui a connu l augmentation la plus importante de son taux de suicide au cours des dernières décennies. Cela est vrai tant pour ce qui est des filles que pour ce qui est des garçons. * Les jeunes contrevenants et les jeunes présentant des troubles mentaux qui sont pris en charge par les centres jeunesse ont un taux de suicide de 4 à 8 fois supérieur à celui des jeunes du Québec. * En 1998, c est chez les ans que l on a observé la proportion la plus élevée de personnes présentant des idées suicidaires au cours des douze mois précédents. Elle était de 6,3 % chez les jeunes hommes et de 8,5 % chez les jeunes filles, comparativement à 3,9 % pour l ensemble de la population. - La prévalence des tentatives de suicide était plus élevée chez les personnes de 15 à 24 ans que chez les autres groupes d âge en Le suicide chez les jeunes est fortement associé à la présence de troubles mentaux, particulièrement les troubles affectifs. Selon les études, la proportion de jeunes qui en sont atteints et qui sont décédés par suicide varie entre 50 % et 90 %. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

7 SUICIDE chez les ans DES HABITUDES DE VIE NEFASTES CHEZ LES JEUNES L ACTIVITÉ PHYSIQUE L ALIMENTATION Nombre annuel moyen de suicides et taux de mortalité par suicide pour 100,000 personnes, selon l âge et le sexe, ans Hommes Femmes Région Nombre Taux Nombre Taux Estrie 7 34,9 2 8,3 Québec ,3 35 7,4 Source : Secrétariat à la Jeunesse, 2002 QUELQUES CONSTATS : - Alimentation de plus en plus déficiente - Sédentarité - Le tabagisme touchait 22% des élèves du secondaire en Comportements sexuels à risque et recrudescence des ITS - En secondaire V: - 91% disent avoir déjà consommé de l alcool - 61% disent avoir déjà consommé des produits psychotropes Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie -Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie Un pourcentage élevé de la population québécoise n atteint pas, durant ses loisirs, le niveau d activité physique recommandé par les spécialistes. En 2003, cette situation touchait 63 % des 18 ans et plus et 56 % des ans. De plus, 26 % des adultes et 7 % des ans étaient entièrement sédentaires durant leurs temps libres. - Même si les adultes masculins demeurent un peu plus actifs que les femmes durant leurs loisirs, c est chez les ans que l on observe une différence marquée entre les deux sexes. En 2003, 52 % des garçons et 35 % des filles atteignaient le niveau recommandé. Ce pourcentage, depuis 1994, n a pas évolué dans le cas des garçons, mais il est passé de 21 % à 35 % chez les filles. QUELQUES FAITS : - 36 % des jeunes de 13 ans et 34 % de ceux de 16 ans ne déjeunent pas tous les jours. - La majorité des 6-16 ans ne consomment pas les cinq portions de fruits et légumes quotidiennes recommandées par le Guide alimentaire canadien pour manger sainement. - Environ 25 % des 6-16 ans présentent un surplus de poids (embonpoint ou obésité). LE TABAGISME Au Québec, 25 % de la population âgée de 15 ans et plus est constituée de fumeurs, soit le plus haut taux du Canada. On observe une diminution importante du nombre de fumeurs chez les jeunes des écoles secondaires de l'estrie. En 2005, seulement 17% des jeunes fument comparativement à 30% dans les quatre enquêtes estriennes précédentes réalisées en 1997, 1998 (2 enquêtes) et Le nombre d'élèves qui fument plus de 20 cigarettes par jour a considérablement diminué depuis la dernière enquête de En effet, en 2000, 67% des jeunes fumeurs quotidiens déclaraient fumer plus de 20 cigarettes par jour alors que seulement 12% le font en L'Estrie se distingue au niveau des non-fumeurs. En général, on observe une augmentation accru des non-fumeurs en Estrie à comparer au reste du Québec. De 2000 à 2005, au Québec, on est passez de 70% de non-fumeurs à 81%. En Estrie, on est passé de 68% de non-fumeurs à 83%. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

8 LA CONSOMMATION DE CIGARETTE CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE AU QUÉBEC l âge % Fumeurs actuels 14,9 11,1 Garçons 13,0 9,2 Filles 16,8 13,2 Fumeurs 8,2 7,6 débutants Garçons 7,0 5,6 Filles 9,4 9,7 Non-fumeurs 76,9 81,2 Garçons 79,9 85,3 Filles 73,8 77,1 Évolution du statut de fumeur selon le sexe, élèves du secondaire, Québec, de 2002 à 2004 moyen auquel les élèves ont fumé leur première cigarette complète est environ12, 3 ans. Un âge légèrement plus vieux qu en 2002 (12,1 ans). Sources :Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabagisme chez les élèves du secondaire, 2002 et Enquête québécoise sur le tabac, l alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, LA TOXICOMANIE Les jeunes s initient tôt à la consommation d alcool et de drogues, et leurs pratiques de consommation se diversifient et tendent à s aggraver avec le temps. La consommation d alcool chez les adolescents tend à augmenter avec l âge. Ainsi, la proportion de consommateurs d alcool passe de 43 % à près de 89 % entre la première et le cinquième secondaire. Durant la même période, la proportion de buveurs dits «réguliers» passe de 5,2 % à 35 %. Ce sont les jeunes de 15 à 24 ans qui présentent le plus grand risque de dépendance à l alcool, soit 3,9 %, un pourcentage deux fois plus élevé que chez les ans. Selon une enquête réalisée en 2002 auprès des élèves du secondaire, 41 % de ceux-ci avaient consommé une drogue illicite au moins une fois durant les douze mois précédents. L augmentation de l usage de psychotropes dans des contextes récréatifs constitue un phénomène préoccupant au Québec et dans le monde. CONSOMMATION DE DROGUES CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE AU QUÉBEC Au Québec, en 2004, environ 36 % des élèves (soit élèves) déclarent avoir consommé de la drogue au cours d une période de douze mois. Il n y a pas de différence significative entre les garçons et filles en ce qui concerne le taux global de consommation de drogues (figure 4). On observe des changements intéressants depuis 2002 : la prévalence de la consommation de drogues a régressé de 41 % à 36 % entre 2002 et 2004, surtout chez les garçons (de 42 % à 36 %). Les analyses faites selon l année d études, révèle que la proportion des consommateurs de drogues fait un premier bond de 16 % à 30 % entre la 1 re et la 2 e secondaire, puis un second de 38 % à 50 % entre la 3 e et la 4 e secondaire. L âge moyen d initiation à la consommation de drogues est d environ 13,0 ans et ne diffère pas de façon significative selon le sexe. Parmi les élèves consommateurs de drogues, 31% disent avoir éprouvé un ou des problèmes (famille, amis, école). Les problèmes augmentent de façon marquée avec la fréquence de consommation pour l'alcool et le cannabis. Pour les hallucinogènes et les amphétamines, les problèmes sont présents indépendamment de la fréquence de consommation. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

9 Source: Direction de santé publique et de l'évaluation, Agence de la santé et des services sociaux de l'estrie, Enquête estrienne sur le tabac, l'alcool et les drogues chez les élèves du secondaire en Estrie, Sources : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabagisme chez les élèves du secondaire, 2002 et Enquête québécoise sur le tabac, l alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, CONSOMMATION D ALCOOL CHEZ LES JEUNES DU SECONDAIRE AU QUÉBEC Selon l année d études ( ), la proportion des consommateurs d alcool s élève à 37 % en 1 re secondaire, à 57 % en 2 e, à 66 % en 3 e, pour atteindre un sommet d environ 83 % et 88 % en 4 e et 5e secondaire. -L âge moyen auquel les élèves ont déclaré avoir pris leur première consommation d alcool à vie est d environ 12,4 ans. Les garçons ont consommé pour la première fois à un âge légèrement plus jeune que les filles (12,2 ans c. 12,6 ans). Les habitudes des filles en matière de consommation d'alcool se modifient à la hausse. En 1998, on comptait 5 garçons consommateurs pour 4 filles. En 2005, autant de filles que de garçons ont déclaré avoir bu une consommation complète au cours de leur vie. Parmi les élèves qui ont consommé de l'alcool dans les 12 mois précédent l'enquête, près des trois quarts (72,5%) ont fait au moins une expérience de boire excessive (5 consommations et plus en une seule occasion). La prévalence de ce comportement problématique augmente tout au long du secondaire passant de 57% en secondaire I à 81% en secondaire V. Source: Direction de santé publique et de l'évaluation, Agence de la santé et des services sociaux de l'estrie, Enquête estrienne sur le tabac, l'alcool et les drogues chez les élèves du secondaire en Estrie, Type de consommateurs d alcool au cours d une période de 12 mois selon le sexe, élèves du secondaire, Québec, 2004 Abstinents Expérimentateurs Occasionnels Réguliers Quotidiens Total 36,5 10,1 36,6 16,5 0,30** Garçons 37,3 9,5 34,4 18,4 0,47** Filles 35,8 10,7 38,8 14,6 0,12** ** Coefficient de variation supérieur à 25 %; estimation imprécise fournie à titre indicatif seulement. Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, ENDETTEMENT Évolution du recours au crédit par les jeunes ( ) pour l ensemble du Québec Voici des données statistiques provenant de plusieurs investigations, notamment celle menée par le Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation de l Université Laval (Les jeunes adultes québécois et le crédit, Québec, 2005). Les chiffres de 2004 proviennent d une enquête menée par cette équipe, qu elle compare ensuite aux données antérieures provenant de diverses recherches. En 2004, les jeunes de 18 à 29 ans utilisent les produits de crédit à un niveau relativement élevé. Notamment, 77,4 % de l ensemble des participants détiennent au moins une carte de crédit personnelle ou conjointe, avec une moyenne de 1,9 carte par détenteur. Ce sont 75,1 % de l ensemble des sujets qui disposent d au moins une carte bancaire et 24,4 % d au moins une carte de magasin ou de pétrolière. 37,0 % disposent d une marge de crédit personnelle ou conjointe. Une forte majorité (76 %) a rapporté avoir contracté une dette quelconque avec une moyenne de 1,9 dette différente par personne ayant déclaré au moins une dette. Si l on exclut l hypothèque, environ 65 % ont contracté au moins un prêt personnel qui n est pas encore remboursé entièrement. Ce pourcentage diminue à 43 % si l on exclut aussi les prêts étudiants. Source : Marie Lachance, Pierre Beaudoin, Jean Robitaille, Les jeunes adultes québécois et le crédit : Connaissances, attitudes et endettement. Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval, Québec, Toujours en 2004, ce sont 75 % plus de jeunes de 18 à 29 ans qui détiennent au moins une carte de crédit et deux fois plus qui disposent d une marge Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

10 de crédit. Dans l étude de 2004, l utilisation du prêt personnel est de 2,3 à 4 fois plus élevée qu en Les données qui suivent fournissent des détails sur un aspect ou l autre du crédit et de l endettement, pour des années antérieures à 2004 : ENDETTEMENT suite Endettement des jeunes : Plus de 70 % des étudiants du niveau postsecondaire s endettent pour payer leurs études. De plus, 20 % des étudiants dépendent des sources de financement publiques et privées pour joindre les deux bouts ; 44 % des étudiants reçoivent un prêt d un gouvernement, 30 % empruntent auprès d une source privée. Les deux groupes empruntent en moyenne 600 $ par mois. Source : Enquête canadienne sur les étudiants du niveau collégial, Fondation canadienne des bourses d études du millénaire, Facilité d emprunter : Jamais dans l histoire il n a été aussi facile d emprunter. Saviez-vous que 65 % des étudiants possèdent au moins une carte de crédit? Vous pouvez même rembourser une carte de crédit avec une autre! Vu le nombre de sociétés émettrices de cartes, on peut vivre plusieurs années sans se rendre compte qu on est au bout du rouleau. On comprend pourquoi 70 % des consommateurs qui déclarent faillite ont le gros de leur dette sur carte de crédit. Source : René Diotte, «L endettement atteint un niveau record», dans magazine Le Bel Âge, mai Remboursement du crédit : Environ 30 % des Québécois de 18 à 29 ans déclaraient, en 1994, ne pas toujours payer le solde entier de leurs cartes de crédit comparativement à 16,3 % chez les autres strates d âge. En 1998, 70 % des Canadiens de 18 à 30 ans rapportaient ne pas toujours pouvoir le faire. En 2003, près de 27 % des cégépiens détenant au moins une carte de crédit à leur nom n avaient pas payé le solde entier avant l échéance au moins une fois au cours des 12 mois précédant l enquête. Dans tous les cas, on constate que c est toujours une bonne proportion qui semble avoir des difficultés de paiements de la carte de crédit. Source : Marie Lachance, Pierre Beaudoin, Jean Robitaille, Les jeunes adultes québécois et le crédit : Connaissances, attitudes et endettement. Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval, 2005 Compilation de données de recherches variées. Solde de dette impayé : Au Canada en 2001, les dettes sur cartes de crédit atteignaient un montant annuel moyen de 774 $ pour les ans et de 1352 $ pour les ans. Deux tiers des étudiants canadiens (collèges et universités) déclaraient un solde impayé moyen sur carte de crédit de 800 $ et environ 33 % rapportaient un solde impayé sur marges de crédit ou prêts personnels. Dans l échantillon de cégépiens de Québec et Montréal, le solde moyen dû sur carte de crédit était de 160 $ et la dette totale moyenne excluant les dettes d étude était de $. Source : Marie Lachance, Pierre Beaudoin, Jean Robitaille, Les jeunes adultes québécois et le crédit : Connaissances, attitudes et endettement. Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval, 2005 Compilation de données de recherches variées. Faillites chez les jeunes Les faillites sont de plus en plus fréquentes chez les jeunes. L âge moyen des particuliers qui ont déclaré faillite est de 27 ans et 55 % d entre eux ont un niveau de scolarité de 5e secondaire. Source : Alain Turgeon, Concours de l ACEF dans les écoles secondaires. VIOLENCE CONGUGALE En 2000, Taux par 100, 000 femmes : Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

11 En Estrie Fille de ans = 82,8 Jeune femme ans = 557,9 Au Québec Fille de ans = 176,2 Jeune femme ans = 878,0 Source : Conseil du statut de la Femme, Des nouvelles d elles, Les jeunes femmes du Québec, 2002 Méfaits et cas de violence relevés sur le territoire de la MRC de Memphrémagog VIOLENCE ET MEFAITS Méfaits/violence Possession de stupéfiants Trafic de stupéfiants Possession de stupéfiants en vue de trafic Culture de cannabis Crimes contre la personne Alcool au volant Agressions sexuelles Total Ces statistiques concernent seulement le territoire desservi par la Régie de police de Memphrémagog (Magog, Austin, Ste-Catherine et Canton d Orford) - Les cas de violence conjugale ne sont pas distincts dans ces statistiques. Elles figurent sous la rubrique /crimes contre la personne», tels : des agressions sexuelles, du harcèlement, des menaces, de l intimidation, etc. - La plupart des crimes sont commis dans la ville de Magog (ancienne ville) pour un pourcentage de 70 % environ. Cela est dû probablement à la concentration de la population. Source : Régie de police de Memphrémagog, juin 2005 LES SERVICES AUX JEUNES CONTREVENANTS Nombre de jeunes ayant reçu des services selon le territoire et taux par mille jeunes de 12 à 17 ans Taux par mille Taux par mille Terrioire de provenance Nombre de jeunes Memphrémagog Estrie Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

12 LES SERVICES AUX JEUNES CONTREVENANTS Nombre de jeunes ayant reçu des services dans le cadre de la nouvelle Loi sur le système de justice pénale, ans 16% 17 ans et + 46% 105 jeunes 244 jeunes 302 jeunes ans 38% Source ; Direction régionale de l Estrie à partir des documents officiels du ministère; Portrait statistiques de l éducation, région administrative de l Estrie, éditions de 2003 et 2004; Résultats aux épreuves uniques de juin, éditions de 1999 à 2004; LES SERVICES EN PROTECTION DE LA JEUNESSE-MEMPHREMAGOG LES SERVICES EN PROTECTION DE LA JEUNESSE Signalements retenus selon la problématique, Négligence Abus physiques 236 Abus sexuels Troubles de comportement Abandon OCCUPER SES TEMPS LIBRES Source ; Direction régionale de l Estrie à partir des documents officiels du ministère; Portrait statistiques de l éducation, région administrative de l Estrie, éditions de 2003 et 2004; Résultats aux épreuves uniques de juin, éditions de 1999 à 2004; -20% des ans affirment avoir le goût de faire du bénévolat. -32,1% des ans affirment participer à des activités bénévoles, à raison de 72,5 heures par année. -27,7% des ans participent à des activités bénévoles, à raison de 79,3 heures par année. Principales contraintes quant à la pratique d activités de loisir : Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

13 -L horaire des activités -Le transport, même à Sherbrooke -Le manque d argent -Le manque de temps et la conciliation avec les autres activités (travail, études, etc.) -Les obligations familiales (surtout chez les 25 ans et plus) Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie- Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie LES JEUNES ET LE BÉNÉVOLAT L OUVERTURE SUR LE MONDE PARTIR OU RESTER? LES JEUNES ET LES ELECTIONS 29 % des jeunes Canadiens ont fait du bénévolat en Les jeunes bénévoles ont donné en moyenne moins d heures que les 25 ans et plus (130 heures par rapport à 169 heures). - Le nombre d heures de bénévolat par année est passé de 174 heures, en 1987, à 125 heures en 1997 et à 130 heures en Ce sont les jeunes de 15 à 19 ans chez qui on note le taux de bénévolat le plus élevé de toutes les tranches d âge. - La majorité des activités de bénévolat faites par les jeunes ont été menées au sein de trois types d organismes : - les organismes d éducation et de recherche (19 % du total des heures de bénévolat); - les services sociaux (22 %); - les organismes des arts, de la culture et des loisirs (18 %). Depuis plus de 35 ans, certains organismes offrent aux jeunes la possibilité d effectuer des stages hors Québec. Quelque 345 jeunes participent chaque année aux stages de l Agence Québec-Wallonie-Bruxelles pour la jeunesse, soit 73 % des candidatures reçues. Par ailleurs, candidats ont participé aux stages de l Office Québec-Amériques pour la jeunesse. Enfin, 432 jeunes ont participé aux stages de Québec sans frontières et 2001 à ceux de l Office franco-québécois pour la jeunesse. Rester -La qualité de vie est la principale raison invoquée pour demeurer en Estrie -Les jeunes qui ont quitté la région y reviendraient si les conditions d habitation et d emploi le permettent. Partir -Difficulté à retenir les jeunes diplômés -La proximité des services et le transport constituent un défi de taille pour les territoires dits ruraux -Régions d émigration les plus populaires sont près de l Estrie Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie Dans le cadre de la consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie La participation électorale des jeunes, qui ne cesse de décroître depuis 1960, a inscrit, aux élections générales d avril 2003, son plus faible taux depuis Aux élections québécoises du 14 avril 2003, douze candidats de 35 ans et moins ont été élus, ce qui correspond à moins de 10 % de la députation. Les ans représentent 24 % de la population québécoise. Toutefois, aux élections partielles du 20 septembre 2004, les quatre candidats élus avaient moins de 35 ans, ce qui porte le pourcentage d élus de moins de 35 ans à près de 13 % de la députation. - Dans les municipalités québécoises, à peine 1,3 % des maires et quelque 8 % des conseillers ont moins de 35 ans. LES CONDITIONS ENTOURANT LA VIE FAMILIALE EN ESTRIE -Familles majoritairement composées d un couple mais conditions de vie plus difficiles pour les familles monoparentales. -On constate un appauvrissement constant des familles estriennes. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

14 -Bien que la conciliation entre vie familiale et travail soit plus présente dans le débat public, peu d actions concrètes sont en place. -Certaines municipalités estriennes se sont dotées de politiques familiales dans les dernières années PROPORTION DE JEUNES DONT LES PARENTS RECOIVENT LA SÉCURITÉ DU REVENU COMPOSITION DE L INDICE DE DEFAVORISATION EN 2001 Matériel : -Proportion de gens sans diplôme d études secondaires -Revenu personnel moyen -Rapport emploi / population Social : -Proportion des gens séparés, divorcés ou veufs -Proportion de familles monoparentales -Proportion de personnes vivant seules La population du Québec est répartie en quintile de défavorisation (groupe 20 %) du plus favorisé (quintile 1) au plus défavorisé (quintile 5) Source: données du recensement Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie- Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie LES INDICATEURS SOCIODÉMOGRAPHIQUES LA DIMENSION SOCIOÉCONOMIQUE Indicateur Proportion d enfants de 0-5 ans dont les parents reçoivent la sécurité du revenu Proportion des jeunes de 6 à 17 ans dont les parents reçoivent la sécurité du revenu Année MRC de Memphrémagog MRC / / Estrie Québec 12,0 % 9,4 % 9,2 % 9,7 % 7,0 % 6,3 % 6,5 % 7,3 % Source : MSSS, Direction de la gestion de l information Service du développement de l information, Projections de population corrigées pour le sous dénombrement et les résidants non permanents basées sur le recensement de 2001, version octobre 2004 Proportion de population, par sexe et groupe d'âge, selon les quintiles québécois de défavorisation les plus forts, MRC Memphrémagog 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 17,8 16,0 15,6 20,3 14,8 15,6 H F H F H F H F H F H F 0-5 ans Q4 et Q5 croisé* 14,9% 14,5% 14,7% 14,3% 18,2% 13,4% 13,5% 19,2% 17,4% 20,6% 15,7% 15,8% QM5 / QS5 2,9% 1,8% 1,3% 1,3% 2,0% 1,3% 2,1% 3,8% 3,2% 3,8% 2,1% 2,0% Source ; Direction régionale de l Estrie à partir des documents officiels du ministère; Portrait statistiques de l éducation, région administrative de l Estrie, éditions de 2003 et 2004; Résultats aux épreuves uniques de juin, éditions de 1999 à 2004; 23,1 20,6 24,4 17,8 17,8 MÉNAGES PRIVÉS À FAIBLE REVENU, Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

15 MÉNAGE À FAIBLE REVENU MRC DE MEMPHRÉMAGOG, ESTRIE ET ENSEMBLE DU QUÉBEC Revenu Memphrémagog Estrie Ensemble du Québec N % N % N % Ménages à faible revenu ,7 % ,5 % ,0 % Ménages à revenu non faible ,3 % ,5 % ,0 % 1 Le seuil de faible revenu signifie que le revenu est en deçà duquel un ménage est susceptible de consacrer 20 % de son revenu de plus qu un ménage moyen pour se nourrir, se vêtir et se loger. Le seuil de faible revenu varie en fonction de la taille du ménage et de la taille du secteur de résidence. Source : Société d habitation du Québec (compilation spéciale du recensement de 2001 de Statistique Canada) NOMBRE DE FAMILLES MONOPARENTALES Le nombre de famille monoparentale Source : Institut de la statistique du Québec, 2001 Magog Estrie Québec 19,6% 14,8% 16,6% TAUX DE GROSSESSE A L ADOLESCENCE POUR LES ANS Nature et période de la grossesse Naissances vivantes IVG Grossesses Taux de grossesse à l adolescence pour les ans, Memphrémagog Estrie Ensemble du Québec Nombre annuel moyen Taux pour 1000 Nombre annuel moyen Taux pour 1000 Nombre annuel moyen Taux pour ,0 4, 8 33,3 4,4 891,3 4,9 * 4, 2 32,7 4,5 753,7 4,3 13,7 13, 1 109,7 14, ,0 13,8 * 11, 4 103,3 14, ,3 13,6 18,7 17,9 143,0 18, ,3 18,8 16, 0 15, 6 136,0 18, ,0 17,9 Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

16 Taux de grossesse à l adolescence pour les ans, TAUX DE GROSSESSE A L ADOLESCENCE POUR LES ANS Nature et période de la grossesse Memphrémagog Nombre annuel moyen Taux pour 1000 Nombre annuel moyen Estrie Taux pour 1000 Ensemble du Québec Nombre annuel moyen Taux pour 1000 Naissances vivantes ,0 41,3 % 121,0 28,8 % 2 563,0 25,8 % ,3 42,2 % 122,0 30,5 % 2 292,7 24,6 % IVG ,3 44,0 % 156,7 37,3 % 3 832,3 38,5 % ,0 34,0 % 150,7 37,6 % 3 687,7 39,6 % Grossesses ,3 85,3 % 277,7 66,2 % 6 395,3 64,3 % ,3 76,2 % 272,7 68,1 % 5 980,4 64,3 % *Données non disponibles pour des raisons de confidentialité Source : Service de l Info Centre. Population féminine : Projections de population corrigées pour le sous-dénombrement et les résidents non permanents basées sure le recensement de 1996, version NOMBRE D ENFANTS DE 0 A 5 ANS VIVANT A FAIBLE REVENU DANS UNE FAMILLE MONOPARENTALE NOMBRE D ENFANTS DE 0 A 5 ANS VIVANT A FAIBLE REVENU DANS UNE FAMILLE MONOPARENTALE Magog : 81% Estrie : 69% Source :Portrait de santé, agence de développement des réseaux locaux de services de santé et services sociaux de l Estrie, 2004 Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

17 EMPLOI : Quelques caractéristiques de la population active, moyenne annuelle 2003 Groupe d âge par région Taux d activité Taux de chômage Taux à l emploi Taux à l emploi à temps plein Taux à l emploi à temps partiel Les ans : Memphrémagog 56,6 14,4 48,8 Estrie 64,7 15,2 55,5 37,5 62,5 Québec 52,8 18,4 43,1 31,2 68,8 Les ans : Memphrémagog 84,4 9,5 76,2 Estrie 79,6 11,5 70,4 72,5 27,5 Québec 81,1 12,0 71,4 67,8 32,2 LES PREVISIONS D EMPLOI CONDITIONS ENTOURANT LA VIE PROFESSIONNELLE DES JEUNES Source : Secrétariat à la jeunesse + bonification de Gilles Lecours jan.2006 Pour les années 2004 à 2008, les prévisions d Emploi-Québec font état de emplois à pourvoir. Ce sont les professions exigeant des compétences professionnelles, techniques ou un diplôme universitaire qui présenteront les meilleures possibilités d embauche. En , on comptait personnes inscrites à la formation professionnelle du secondaire, alors que la formation technique du collégial accueillait quelque élèves. Ces formations demeurent peu prisées par les jeunes du secondaire. De façon plus précise, entre 2004 et 2014, le gouvernement procédera à l embauche d environ nouveaux employés réguliers. Démographie oblige, les jeunes seront très en demande sur le marché du travail L Estrie a du mal à retenir les jeunes diplômés, faute d emplois qui conviennent à leur formation et leurs compétences Peu de jeunes se lancent en affaires et le font plus souvent par nécessité Peu de mesures concrètes pour aider à la conciliation entre la vie familiale et le travail, ce qui représente pourtant un élément essentiel pour les jeunes. Source : Mémoire du Forum jeunesse Estrie- Consultation publique sur la Stratégie d action jeunesse ANNEXE I : Faits saillants du Portrait des réalités jeunesse en Estrie LES ETUDES ET LE TRAVAIL En 2001, 66,1 % des élèves de la formation professionnelle du secondaire, 83,5 % des étudiants du collégial et 81,0 % des étudiants universitaires occupaient un emploi rémunéré au cours de l été. Pendant l année scolaire, près de 47 % des élèves de la formation professionnelle, 65 % des étudiants du collégial et 61, % des étudiants universitaires occupaient un emploi. Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

18 L OBTENTION D UN DIPLOME ET L ACCES AU MARCHE DU TRAVAIL Entre 1990 et 2003, la proportion des emplois ne nécessitant pas de diplôme est passée de 29,5 % à 16,8 %. En 2003, le taux de chômage des détenteurs d un diplôme d études professionnelles était de 11,7 %, comparativement à 12 % pour ceux qui étaient titulaires d une attestation de spécialisation professionnelle et à 5,6 % pour ceux qui avaient suivi une formation technique collégiale. Enfin, 4,9 % des bacheliers et 4,6 % des titulaires d une maîtrise se trouvaient dans cette situation. - Quelque jeunes a eu recours aux services du ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale d avril 2003 à mars 2004; 63,1 % d entre eux avaient une scolarité inférieure à une quatrième secondaire. SCOLAIRE : TAUX DE GRADUATION Territoire LES SORTIES DU SECONDAIRE AVEC DIPLÔME OU QUALIFICATION POUR LA COMMISSION SCOLAIRE DES SOMMETS ET L ENSEMBLE DU QUÉBEC Proportion des sortants avec diplôme ou qualification Commission scolaire des Sommets Ensemble du Québec ,9 % 70, 4 % 62,9 75,0 % 75, 0 % 75,1 Proportion des filles 74,2 % 79, 6 % 69,7 81,4 % 81, 5 % 81,5 Proportion des garçons 57,3 % 60, 7 % 56,3 68, 3 % 68, 2 % 68,6 EN 2004 : le taux de diplômés de la Commission scolaire des Sommets était similaire aux taux de l ensemble des commissions scolaires de l Estrie mais nettement inférieur au taux de l ensemble des commissions scolaires du Québec. Le pourcentage de filles de la Commission scolaire des Sommets ayant obtenu un diplôme était de plus de 13 points de pourcentage plus élevé que celui des garçons. En , le pourcentage de jeunes ayant arrêté leurs études secondaires sans obtenir de qualification ou diplôme était nettement plus élevé que le taux québécois, et ce, particulièrement chez les garçons. Source : Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport AUTOMATISATION DE LA GESTION DES INDICATEURS DE RÉUSSITE (AGIR) Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

19 GRADE UNIVERSITAIRE PROPORTION DE LA POPULATION ÂGÉE DE 20 ANS OU PLUS AYANT UN GRADE UNIVERSITAIRE, 2001 Population Territoire Population 20 ans et + Sexe féminin Sexe masculin Les deux sexes Grade universitair e % Population 20 ans et + Grade universitair e % Population 20 ans et + Grade universitair e % MRC Memphrémagog , 8 % , 8 % , 7 % Estrie , 5 % , 4 % , 0 % Ensemble du Québec , 4 % , 0 % , 1 % Source : Statistiques Canada, Recensement de 2001, fichier 419 Estrie, produit par : ADRLSSSS, DSPÉ, 15 août 2005, Louis Hébert LE TAUX DE DECROCHAGE SCOLAIRE *Il s agit ici de la proportion des élèves du secondaire qui quittent l école alors qu ils n ont obtenu ni diplôme, ni qualification (CFER, ISPJ). Ces élèves ne sont inscrits dans aucun établissement secondaire, de formation professionnelle ou de formation des adultes du Québec Évolution du taux de décrochage des ÉLÈVES de la MRC Memphrémagog 42,4 39,0 35,3 33,4 34,1 27,1 25,0 25,0 24, MRC Mem. Estrie Québec Source ; Direction régionale de l Estrie à partir des documents officiels du ministère; Portrait statistiques de l éducation, région administrative de l Estrie, éditions de 2003 et 2004; Résultats aux épreuves uniques de juin, éditions de 1999 à 2004; Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

20 COMPOSITION DE L INDICE DE DEFAVORISATION EN 2001 Matériel : -Proportion de gens sans diplôme d études secondaires -Revenu personnel moyen -Rapport emploi / population Social : -Proportion des gens séparés, divorcés ou veufs -Proportion de familles monoparentales -Proportion de personnes vivant seules La population du Québec est répartie en quintile de défavorisation (groupe 20 %) du plus favorisé (quintile 1) au plus défavorisé (quintile 5) Source: données du recensement Proportion et nombre de personnes de 0-24 ans en fonction Du groupe d âge selon les quintiles de défavorisation les plus forts MRC de Memphrémagog 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 17,5 15,9 Q4 et Q5 croisé* 15,0% 14,7% 15,3% 15,2% 18,3% 15,5% QM5 / QS5 2,5% 1,2% 1,6% 3,1% 3,2% 2,1% QM5 / QS Q4 et Q5 croisé* Total ,9 18,3 21,5 17, Source ; Direction régionale de l Estrie à partir des documents officiels du ministère; Portrait statistiques de l éducation, région administrative de l Estrie, éditions de 2003 et 2004; Résultats aux épreuves uniques de juin, éditions de 1999 à 2004 NIVEAU DE SCOLARITE ATTEINT % DE LAPOPULATION AGEE DE 20 A 34 ANS AYANT UN NIVEAU INFERIEUR AU CERTIFICAT D ETUDES SECONDAIRE MRC MEMPHRÉMAGOG ESTRIE QUÉBEC Pourcentage 21% 17,1% 16% Chez les filles 16,2% 13% 13% Chez les gars 25,8% 20,2% 18,8% SOURCE : Statistique Canada, Profils des communautés de mod Document Statistiques Préparé par Martine Caillier, mandatée par la CDC Memphrémagog pour la Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog- mars

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Cité dans : Profil socio-économique MRC Asbestos, par Développement des ressources humaines Canada, mise à jour décembre 1998, site Internet.

Cité dans : Profil socio-économique MRC Asbestos, par Développement des ressources humaines Canada, mise à jour décembre 1998, site Internet. Bibliographie 1 Les municipalités et les familles, par le Service de la formation municipale du ministère des Affaires municipales, p.13, et, Penser et agir famille, Guide à l'intention des intervenants

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

le système universitaire québécois : données et indicateurs

le système universitaire québécois : données et indicateurs le système universitaire québécois : données et indicateurs No de publication : 2006.04 Dépôt légal 3 e trimestre 2006 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN

Plus en détail

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Mai 2011 Numéro 25 Améliorer ses habitudes de vie à la suite de l annonce d un diagnostic de cancer : que révèle l Enquête québécoise

Plus en détail

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2).

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2). SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Janvier 2010 Numéro 19 Alors que le cigarillo perd des adeptes, le poker gagne du terrain chez les élèves du secondaire Gaëtane Dubé*,

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

PORTRAIT DE SANTÉ DES JEUNES QUÉBÉCOIS ÂGÉS DE 15 À 24 ANS

PORTRAIT DE SANTÉ DES JEUNES QUÉBÉCOIS ÂGÉS DE 15 À 24 ANS PORTRAIT DE SANTÉ DES JEUNES QUÉBÉCOIS ÂGÉS DE 15 À 24 ANS Réalisé dans le cadre des travaux du Comité tripartite sur les services sociaux et de santé offerts aux étudiants du réseau collégial public,

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Vieillir au masculin au féminin

Vieillir au masculin au féminin Vieillir au masculin au féminin Portrait différencié des femmes et des hommes aînés dans Lanaudière Table des matières Pourquoi un portrait différencié des femmes et des hommes aînés? 04 Les personnes

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

Portrait statistique de la population avec incapacité. Région de Québec 2003

Portrait statistique de la population avec incapacité. Région de Québec 2003 Portrait statistique de la population avec incapacité Région de 2003 Rédaction Direction de la recherche, du développement et des programmes Lucie Dugas, conseillère à l évaluation Isabelle Émond, conseillère

Plus en détail

D égale à égal? UN PORTRAIT STATISTIQUE DES FEMMES ET DES HOMMES

D égale à égal? UN PORTRAIT STATISTIQUE DES FEMMES ET DES HOMMES D égale à égal? UN PORTRAIT STATISTIQUE DES FEMMES ET DES HOMMES Le présent document a été élaboré au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine (MFACF). En avril 2007, le volet Condition

Plus en détail

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005 N o 81-595-M au catalogue N o 074 ISSN : 1711-8328 ISBN : 978-1-100-91284-4 Documents de recherche Culture, tourisme et Centre de la statistique de l éducation L obtention d un diplôme au Canada : profil,

Plus en détail

Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire

Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire Coordination de l édition Aline Émond, chef de service Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire Rédaction

Plus en détail

Projet Femmes et Pauvreté Dans la MRC de Brome-Missisquoi

Projet Femmes et Pauvreté Dans la MRC de Brome-Missisquoi Projet Femmes et Pauvreté Dans la MRC de Brome-Missisquoi Portrait statistique et analyse comparative entre les sexes Par Miren Catalan Association Action Plus Brome-Missisquoi Juin 2013 Table des matières

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation Wendy Pyper Prendre du retard dans ses paiements LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation au Canada a suscité un certain nombre de préoccupations. En octobre 2001, quelque 44 millions de cartes de

Plus en détail

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale Vivre avec un problème de santé mentale Un aperçu de l état de santé mentale de la population lanaudoise Résultats de l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes «Les troubles mentaux peuvent

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones Rapport sur les droits à l égalité des Autochtones Les symboles suivants sont utilisés dans le présent document : Symbole E F ** Définition Donnée à utiliser avec prudence; coefficient de variation entre

Plus en détail

Demande d examen du parcours d intégration au Québec en vue de l obtention du Certificat de sélection du Québec. Renseignements généraux

Demande d examen du parcours d intégration au Québec en vue de l obtention du Certificat de sélection du Québec. Renseignements généraux mande d examen du parcours d intégration au en vue de l obtention du Certificat de sélection du A-0523-IF (2015-02) Renseignements généraux titre de requérant principal ou de requérante principale, vous

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES

SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES ÉLÉMENTS FORTS À FAIRE CONNAÎTRE AU SOMMET MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE THÈME 1 : ENFANTS DE 0 À 5 ANS 1. Le temps physiquement actif des enfants de 0-5 ans au service

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA de la vie aux idées L accès au crédit et les attitudes des Québécois quant à l endettement

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ Vivre avec une incapacité au Québec Un portrait statistique à partir de l Enquête sur la participation et les limitations d activités de 2001 et 2006 Pour tout

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Participation aux jeux de hasard et d argent

Participation aux jeux de hasard et d argent Chapitre 5 Participation aux jeux de hasard et d argent Isabelle Martin, Rina Gupta, Jeffrey Derevensky Université McGill Centre international d études sur le jeu et les comportements à risque chez les

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie

Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin,

Plus en détail

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE DRUMMONDVILLE Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce a colligé les données relatives au développement économique

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER

PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER DESCRIPTION GÉNÉRALE DU PROGRAMME Ce programme s adresse aux étudiants qui poursuivent, à temps plein, un programme d études reconnu au Canada et conduisant

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

UNE AIDE À VOTRE PORTÉE

UNE AIDE À VOTRE PORTÉE Aide financière aux études UNE AIDE À VOTRE PORTÉE AUTOMNE 2014 HIVER / ÉTÉ 2015 Renseignements sur le Programme de prêts et bourses Agir tôt c est mieux! Pour recevoir votre aide financière pour la rentrée

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Partie III : Les déterminants de la santé

Partie III : Les déterminants de la santé Partie III : Les déterminants de la santé La santé de la population bruxelloise dépend de nombreux facteurs qui interviennent à des niveaux différents. Au niveau individuel, outre les facteurs génétiques,

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS)

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) (N de ligne du PCS : 14, 176) (N de fiche EQSJS : 12.3)

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Polyvalente de la Forêt «À la Forêt, mes réussites sont ma fierté!»

Polyvalente de la Forêt «À la Forêt, mes réussites sont ma fierté!» Polyvalente de la Forêt «À la Forêt, mes réussites sont ma fierté!» Programme de prêts et bourses du Gouvernement du Québec 2010-2011 2011 www.afe.gouv.qc.ca 1. Qu est est-ce que le Programme de prêts

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le portrait budgétaire

Le portrait budgétaire ACEF du Haut-Saint-Laurent 340 boul. du Havre, bur. 203 Salaberry-de-Valleyfield, Québec J6S 1S6 Téléphone : 450-371-3470 Courriel : acefhsl@hotmail.com Page web : www.acefhsl.org Les bureaux de l ACEF

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE Système des Nations Unies UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism McRAM EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE LA VILLE DE TOLIARY PENDANT LA PERIODE DE CRISE POLITIQUE MCRAM JUILLET 2012 MADAGASCAR

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

UNE AIDE À VOTRE PORTÉE

UNE AIDE À VOTRE PORTÉE 2013 2014 AGIR TÔT c est mieux! Pour recevoir votre aide financière pour la rentrée scolaire, assurez-vous de faire votre demande d aide financière dès maintenant et de nous fournir rapidement tous les

Plus en détail

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan Des assises solides pour des actions efficaces Rencontre de réflexion sur l action régionale en matière de sécurité alimentaire 12 mars 2014 Marie-Josée Riel, M.Ss Répondante régionale - sécurité alimentaire

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mise en contexte... 3 1. PORTRAIT DE SITUATION... 4. 1.1 Le territoire... 4

TABLE DES MATIÈRES. Mise en contexte... 3 1. PORTRAIT DE SITUATION... 4. 1.1 Le territoire... 4 ALLIANCE POUR LA SOLIDARITÉ ET L INCLUSION SOCIALE DE L AGGLOMÉRATION DE LONGUEUIL 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale de l agglomération de Longueuil TABLE DES MATIÈRES Mise en

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. 31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

Plus en détail

travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009

travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009 Lemarché du travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009 600, boul. Casavant Est, Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 7T2 450 773-7463 Plan de la présentation

Plus en détail

Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173)

Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173) Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173) Description de la profession Les ingénieurs et les concepteurs en logiciel sont regroupés sous le code 2173 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes?

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Baromètre santé jeunes 2010 Dossier de presse Juin 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL)

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR L AIDE SOCIALE VRAI ou FAUX? 1. Le ministère de l Emploi

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Régime d encouragement à l éducation permanente (REEP)

Régime d encouragement à l éducation permanente (REEP) Succession et fiscalité Régime d encouragement à l éducation permanente (REEP) Les régimes enregistrés d épargne-retraite (REER) ont pour but d aider les résidents canadiens à investir dans leur avenir;

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale avec la collaboration de Marie-Ève Simoneau Agente de planification, de programmation et de recherche Direction

Plus en détail