Le travail sur écran en 50 questions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le travail sur écran en 50 questions"

Transcription

1 ? Le travail sur écran en 50 questions

2 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au plan institutionnel, avec la CNMTS, les Carsat, Cram, CGSS et plus ponctuellement pour les services de l État ainsi que pour tout autre organisme s occupant de prévention des risques professionnels. Il développe un ensemble de savoir-faire pluridisciplinaires qu il met à la disposition de tous ceux qui, en entreprise, sont chargés de la prévention : chef d entreprise, médecin du travail, CHSCT, salariés. Face à la complexité des problèmes, l Institut dispose de compétences scientifiques, techniques et médicales couvrant une très grande variété de disciplines, toutes au service de la maîtrise des risques professionnels. insi, l INRS élabore et diffuse des documents intéressant l hygiène et la sécurité du travail : publications (périodiques ou non), affiches, audiovisuels, multimédias, site Internet Les publications de l INRS sont distribuées par les Carsat. Pour les obtenir, adressez-vous au service Prévention de la caisse régionale ou de la caisse générale de votre circonscription, dont l adresse est mentionnée en fin de brochure. L INRS est une association sans but lucratif (loi 1901) constituée sous l égide de la CNMTS et soumise au contrôle financier de l État. Géré par un conseil d administration constitué à parité d un collège représentant les employeurs et d un collège représentant les salariés, il est présidé alternativement par un représentant de chacun des deux collèges. Son financement est assuré en quasi-totalité par le Fonds national de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Les caisses d assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), les caisses régionales d assurance maladie (Cram) et caisses générales de sécurité sociale (CGSS) Les caisses d assurance retraite et de la santé au travail, les caisses régionales d assurance maladie et les caisses générales de sécurité sociale disposent, pour participer à la diminution des risques professionnels dans leur région, d un service Prévention composé d ingénieurs-conseils et de contrôleurs de sécurité. Spécifiquement formés aux disciplines de la prévention des risques professionnels et s appuyant sur l expérience quotidienne de l entreprise, ils sont en mesure de conseiller et, sous certaines conditions, de soutenir les acteurs de l entreprise (direction, médecin du travail, CHSCT, etc.) dans la mise en œuvre des démarches et outils de prévention les mieux adaptés à chaque situation. Ils assurent la mise à disposition de tous les documents édités par l INRS. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l INRS, de l auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite. Il en est de même pour la traduction, l adaptation ou la transformation, l arrangement ou la reproduction, par un art ou un procédé quelconque (article L du code de la propriété intellectuelle). La violation des droits d auteur constitue une contrefaçon punie d un emprisonnement de trois ans et d une amende de euros (article L et suivants du code de la propriété intellectuelle). INRS, Illustrations Clémence Lallemand. Conception graphique Catherine Picard.

3 Le travail sur écran en 50 questions François Cail, INRS ED 923 octobre 2012

4 Sommaire Introduction Implantation (cas 1 à 14) ménagement (cas 15 à 32) ffichage (cas 33 à 46) Organisation du travail (cas 47 à 50) nnexe

5 Introduction Une abondante littérature concernant le travail sur écran de visualisation est consacrée aux risques pour la santé et à leur prévention. Mais, malgré les ouvrages existants dans ce domaine, il n est pas toujours facile pour le non-spécialiste de savoir quelle conduite tenir face à différents problèmes. C est pourquoi il a semblé nécessaire d établir, pour les secteurs tertiaire et industriel, un guide pratique qui est le résultat d une compilation des recommandations existantes et de l expérience acquise sur le terrain. Ce guide a pour but : d identifier les problèmes et de donner une ou plusieurs solution(s) pour chacun, d établir un classement, quand c est possible, de la qualité ergonomique des solutions proposées. II est le complément du guide INRS Écrans de visualisation. Santé et ergonomie, ED 924 (2011) ; aussi est-il conseillé de se rapporter à ce dernier pour l explication des termes et la description des phénomènes. Utilisation Ce document se présente sous forme d une suite de cas posant un problème particulier assorti d une proposition de solution () ou de solutions alternatives (B, C, D, E). Des signes ( + ) indiquent, le cas échéant, quelles sont les meilleures solutions sur le plan ergonomique (ex. ( ++ ) et B ( + ) : la qualité ergonomique de est supé - rieure à celle de B).?3 fin d utiliser efficacement ce guide, il est nécessaire de posséder : - un luxmètre, pour mesurer l éclairement, - un psychromètre, pour mesurer la température et l humidité relative, - une boussole, pour déterminer l orientation du local, - une grande équerre en bois avec un angle de 30 C,

6 Introduction 4? pour matérialiser cet angle ou un goniomètre, - un double mètre à ruban, - un miroir (d au moins 16 x 11 cm), pour matérialiser l emplacement envisagé de l écran et/ou identifier l origine d un reflet. Une analyse succincte du travail doit être effectuée pour connaître la tâche informatisée et sa durée. Les recommandations proposées dans ce guide sont à appliquer en fonction de cette analyse. En secteur industriel, les modifications de poste sont plus difficiles qu en secteur tertiaire. Si l informatisation n est pas encore réalisée ou si elle doit être modifiée, il faut informer les opérateurs sur le projet d informatisation, les intégrer à son déroulement et les former pour la compréhension du système mis en place. Trois autres ouvrages peuvent être consultés : Les postes de travail informatisés. Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents, Lausanne, 2003, 120 pages. Téléchargeable sur le site Guide Ergonomie du bureau. SSTSS, Montréal, 2012, 124 pages. Téléchargeable sur le site Guide pratique du travail sur écran. INSERM, Paris, 2007, 25 pages. Téléchargeable sur le site Rh de l INSERM Un dossier concernant le travail sur écran de visualisation est proposé sur Internet par le serveur de l INRS à l adresse électronique suivante :

7 Implantation Implantation optimale? Éclairement optimal vec les écrans à fond clair, l éclairement du plan de travail peut être proche de celui employé pour un travail de bureau ( lux). vec les écrans à fond sombre, l éclairement conseillé du plan de travail est de 200 à 300 lux. Un éclairement d environ 200 lux semble adéquat pour les tâches de conception assistée par ordinateur (CO) effectuées sur fond d écran sombre. vec les écrans couleur, l éclairement du plan de travail est fonction du fond d écran utilisé. 5

8 Implantation? Cas 1 Si le local est aveugle Cas 2 (secteur tertiaire) Si les équipements informatiques sont bruyants ou (secteur industriel) si le niveau sonore est > 70 db() et que la tâche comporte des activités mentales (contrôle de processus, programmation...) même pour une durée < 30 min Cas 3 Si l air est sec (humidité relative < 40 %) Cas 4 Si la température est < 20 C en hiver Cas 5 Si l opérateur reçoit des décharges en touchant des objets métalliques B C ménager un local avec fenêtre(s) de préférence sur un seul côté (superficie de vitrage 25 % de la superficie du sol). Installer dans l unité centrale un module qui régule la vitesse du ventilateur en fonction de la température de l air dans l ordinateur ou placer l unité centrale verticalement au sol, en la stabilisant avec des pieds, si le lecteur de cédérom n est pas utilisé ou s il est équipé de pattes de retenue écartées (pour unités centrales horizontales). (secteur industriel) Déplacer, si possible, le poste ou l implanter en cabine avec, éventuellement, un sas à double porte ( ++ ). (secteur industriel) Restreindre l emploi ou réduire le niveau sonore des jets d air comprimé, provenant des soufflettes. fficher sur l écran les informations que les opérateurs doivent se communiquer. Fournir des protecteurs individuels, même si le niveau sonore ne semble pas le justifier. Remplacer le signal sonore du terminal par un signal lumineux ( + ). Maintenir une humidité relative entre 40 et 60 %, en installant des humidificateurs ou des plantes vertes. Maintenir une température entre 20 et 24 C. Maintenir une humidité relative comprise entre 40 et 60 % ( ++ ). Éventuellement ( + ), poser une moquette incorporant un treillis en fil de cuivre, sur un feuillard métallique relié à la terre, ou traiter la moquette existante par aspersion de liquide antistatique après dépoussiérage à cœur. 6

9 B Implantation Cas 6 Rendre les surfaces mates ou changer les mobiliers Si? le revêtement et/ou les équipements. des mobiliers et/ou des équipements et/ou des murs est brillant Cas 7 Les rendre couleur pastel. Leur facteur de réflexion doit Si les murs sont de être d environ 0,4 en éclairage direct et d environ 0,6 couleurs vives en éclairage indirect. Cas 8 Éviter cette disposition si le travail sur écran est pratiqué sans alternance avec d autres activités. contre un mur (écran Si le moniteur est placé parallèle au mur) Cas 9 Placer l écran perpendiculairement aux fenêtres ( ++ ). Si l opérateur tourne le Maintenir une distance écran-fenêtres 1,5 m. à l intérieur du local, disposer des stores à lamelles horizon- (reflets) ou s il est face dos aux prises de jour tales ( ++ ) ou des stores à lamelles verticales ( + ) ; une aux prises de jour telle disposition peut parfois accroître fortement la (éblouissement) contrainte thermique. Placer l écran perpendiculairement aux fenêtres ( ++ ) dans une zone où l opérateur n a pas la lumière du soleil dans les yeux ou sur son écran, ni de reflets de fenêtres sur celui-ci. Une légère orientation de l écran vers le mur opposé aux fenêtres permet parfois d échapper à ces reflets. Stores à lamelles horizontales placés à l intérieur du local 7

10 Implantation Cas 9 (suite) C D E?F Garder cette disposition ( + ) et mettre à l intérieur du local des stores à lamelles horizontales ( ++ ) ou des stores à lamelles verticales ( + ). Si le local a des fenêtres sur plusieurs côtés, installer éventuellement, en plus, des cloisons mobiles, ou changer de local (voir cas 1). (secteur industriel) Placer, si possible, l écran perpendiculairement aux verrières ( ++ ). Si le vitrage face à l opérateur a une luminance < 700 cd/m 2 et si la durée de travail sur écran en continu est < 30 min, conserver la disposition du poste. (secteur industriel) Garder cette disposition ( + ) et installer un store ou une cloison mobile. Installer un film teinté sur les vitrages et un auvent pour les postes de gardiennage. Écran disposé perpendiculairement aux fenêtres 8

11 Implantation vec éclairage naturel Mettre à l intérieur du local des stores à lamelles horizontales (cf. remarques, cas 9) ( ++ ) ou des stores à lamelles verticales ( + ), pour toute orientation du local, ou des stores à tissu maillé ( + ) si l orientation est nord ou à dominante nord. Cas 10 Si l éclairement du plan de travail est nettement supérieur à 500 lux avec écrans à fond clair B C D E Éloigner l écran des fenêtres. (secteur industriel) Changer, si possible, l emplacement du poste ( +++ ). (secteur industriel) Installer une visière sur l écran, pour protéger la zone d affichage ( ++ ). Éviter, si possible, que cette visière partage l écran en deux zones de luminance inégale. (secteur industriel) Si le moniteur est inaccessible à l opérateur, utiliser un terminal dont le réglage de luminosité de l écran peut s effectuer au clavier.?9

12 Implantation Cas 10 (suite) vec éclairage artificiel direct Placer l écran perpendiculairement aux rangées de luminaires si celles-ci sont parallèles aux fenêtres ( ++ ), ou parallèlement aux rangées de luminaires si cellesci sont perpendiculaires aux fenêtres ( + ). L écran ne doit pas être placé sous un luminaire ; sinon, éteindre ou supprimer le luminaire situé au-dessus du poste. Préférer les luminaires à basse luminance qui sont équipés de grilles de défilement. Pour les éclairements compris entre 300 et 500 lux, la température de couleur des sources lumineuses devrait se situer entre et K. L indice de rendu des couleurs de ces sources devrait être supérieur à vec éclairage artificiel indirect Diminuer la puissance de la source lumineuse qui doit éclairer la partie du plafond située juste au-dessus du moniteur ( ++ ) ou à proximité immédiate du poste ( + ). 10?

13 Implantation B C D ctiver l éclairage artificiel et éventuellement modifier celui-ci s il est excessif. Installer une lampe d appoint avec grille de défilement ou réflecteur asymétrique. Selon le mobilier, la lampe peut être montée sur socle ou sur étau. (secteurs tertiaire et industriel) Éteindre ou supprimer la source parasite. Si l éclairage est direct, mettre une grille de défilement sous la source parasite (voir 10.2.). Si l éclairage est indirect, remonter la source parasite vers le plafond, en respectant les distances de sécurité indiquées par le constructeur. (secteur industriel) Équiper les sources ponctuelles d un abat-jour. Cas 11 Si l éclairement de la zone de travail est nettement inférieur à 300 lux avec écrans à fond clair Cas 12 Si l éclairement des documents est < 200 lux (ou à 300 lux, si l âge de l opérateur est > 40 ans) Cas 13 Si une source lumineuse est visible dans un angle de 30 au-dessus du niveau des yeux (éblouissement) (secteur industriel) Placer l écran parallèlement aux rangées de tubes fluorescents si ceux-ci sont uniquement recouverts d un réflecteur. B C (secteurs tertiaire et industriel) Réduire l inclinaison de l écran en manœuvrant le mobilier, le moniteur, ou en plaçant sous celui-ci un support inclinable. (secteurs tertiaire et industriel) Positionner le haut du moniteur au niveau des yeux (voir ménagement, cas 24). (secteurs tertiaire et industriel) Éteindre ou supprimer la source parasite.?11 Cas 14 Si des reflets de luminaire sont visibles sur l écran

14 Implantation Cas 14 (suite)?fe D (secteurs tertiaire et industriel) fficher un fond clair. Si l éclairage est direct, mettre une grille de défilement sous la source parasite (voir 10.2.). Si l éclairage est indirect, remonter la source parasite vers le plafond, en respectant les distances de sécurité indiquées par le constructeur. (secteur industriel) Placer l écran parallèlement aux rangées de tubes fluorescents si ceux-ci sont uniquement recouverts d un réflecteur. G HI (secteur industriel) Équiper les sources ponctuelles d un abat-jour. (secteur industriel : postes debout) Incliner l écran vers l avant ; l incliner d autant plus que le moniteur est haut placé au-dessus du niveau des yeux. (secteur industriel : postes debout) Installer un rideau ou un panneau suspendu derrière l opérateur. 12

15 ménagement ménagement optimal? Posture optimale Pour les postes de CO, il est préférable que le haut de l écran soit à hauteur des yeux. Pour les postes debout, le haut du moniteur ou de l écran peut être à hauteur des yeux. Pour le travail sur écran avec frappe au clavier, la meilleure posture est celle pour laquelle : les pieds reposent à plat sur le sol, l angle bras-avant-bras est compris entre 90 et 135 et les coudes sont proches du corps, la main est située dans le prolongement de l avantbras, l angle tête-tronc est légèrement inférieur à 180. II faut éviter de s appuyer continuellement sur la table pendant la frappe. Haut du moniteur à hauteur des yeux (lorsque l opérateur a le dos droit) 13

16 Siège avec assise réglable en hauteur et?haut dossier incli- ménagement Cas 15 Si le siège a une assise non réglable en hauteur Changer le siège pour un siège à assise réglable en hauteur (42 à 51 cm). Cas 16 Si le siège a un dossier non ajustable Changer le siège pour un siège à dossier ajustable, mais éviter les dossiers en forme de col de cygne. Cas 17 Si le travail sur écran est majoritaire Fournir un siège avec dossier inclinable maintenant tout le dos. La hauteur du siège doit être environ de 45 à 55 cm. Le tissu du siège doit être rugueux et souple. Si le siège est équipé d accoudoirs, ils devraient être réglables en hauteur ou à défaut, présenter un arrondi vers la table. 14

17 ménagement Positionner le clavier pour que sa barre d espacement se situe à cm du bord de la table. Il est préférable de replier les pattes du clavier. Cas 18 Si le clavier est tout près ou très éloigné du bord de la table TMS MP E TMS = troubles musculosquelettiques MP = main-poignet E = épaule La taille de la souris doit être adaptée à celle de la main. La forme de cette souris doit être appropriée à la latéralité de l opérateur. Les doigts doivent être souples et non crispés. La souris peut être placée à côté du clavier pour qu elle soit dans le prolongement de l épaule ; l avant-bras doit être appuyé sur la table. Privilégier les boules roulantes qui peuvent être actionnées avec les doigts autres que le pouce. Cas 19 Si une souris est utilisée TMS MP E Cas 20 Si une boule roulante est utilisée TMS MP Les cibles de contact doivent être positionnées à une hauteur inférieure à celle des épaules si l écran est orienté verticalement ou à une hauteur égale ou inférieure à celle des coudes si l écran est orienté horizontalement. Cas 21 Si un écran tactile est utilisé TMS E?15

18 ménagement Cas 22 Si le plan de travail est de longueur insuffisante pour l opérateur Changer le plan de travail pour un plan de travail dont la longueur est 1,20 m (saisie) ou 1,60 m (dialogue) ( ++ ). Remplacer la souris par une boule roulante ( ++ ). B C Reconfigurer, si possible, le gestionnaire de la souris en augmentant la vitesse de déplacement horizontal du pointeur ( + ). Cas 23 Si le support des périphériques d entrée (claviers, souris...) n est pas réglable en hauteur B Installer un support réglable en hauteur (entre 68 et 76 cm de préférence ( +++ ), notamment si le poste est partagé à plusieurs ou si l opérateur est handicapé moteur. Disposer un support à hauteur fixe (environ 72 cm) ( ++ ). Placer éventuellement un repose-pieds. Plus la taille de l opérateur est petite ou grande, plus il est préférable de s écarter de cette valeur (voir annexe). C juster la hauteur du siège et placer éventuellement un repose-pieds ( + ). Frappe au clavier avec les poignets flottants,?le plus souvent 16

19 ménagement (secteurs tertiaire et industriel) Si l opérateur est assis B C D Changer le support pour un support écran réglable en hauteur ( +++ ). Changer le support pour un support écran à hauteur fixe adéquate (voir annexe) ( ++ ). juster la hauteur du siège et placer éventuellement un repose-pieds ( + ). Éventuellement, placer l unité centrale ailleurs que sous le moniteur si celui-ci est trop haut. Privilégier les tours verticales. Si l écran est trop bas, un rehausseur peut être placé sous le moniteur. Cas 24 Si le haut du moniteur ou de l écran n est pas au niveau des yeux (sauf pour écrans tactiles, équipements portables et postes d accueil debout) (secteur industriel) Si l opérateur est debout Changer le support pour un support écran réglable en hauteur ( +++ ). Privilégier les machines dont le terminal n est pas intégré à celles-ci, mais disposé sur un brassupport mobile. B C D Changer le support pour un support écran à hauteur fixe adéquate (voir annexe) ( ++ ). Rehausser le plancher situé sous l opérateur ( ++ ), à condition que cela n entraîne pas un risque de chute. Incliner l écran vers l avant et éloigner le clavier de la verticale de l écran ( + ) ; l éloigner d autant plus que le moniteur est haut placé au-dessus du niveau des yeux. L écran peut être vu de biais sous un angle 30. Veiller à ce que la distance œil-écran soit adaptée à la dimension verticale des caractères (voir cas 26).?17

20 ?Écran bas pour porteur de certains verres progressifs (cf. cas 25) ménagement Mobilier avec support écran réglable en hauteur Cas 25 Si l opérateur est porteur de verres progressifs dont la zone dédiée à la vision intermédiaire est basse Utiliser un mobilier permettant de semi-encastrer le moniteur dans la table ( ++ ). Poser le moniteur directement sur la table ( + ). Cas 26 Si la distance œil-écran (en mm) est > 170 fois à la hauteur (h en mm) des caractères alphabétiques (en majuscules) ou numériques Cas 27 Si les documents sont à plat 18 B Rapprocher l écran pour le placer à une distance = 170 x h ; cette distance ne doit pas être < 40 cm, sauf pour les écrans tactiles. Installer un porte-documents à proximité de l écran (à gauche ou à droite) et tourné vers l opérateur, si celui-ci n a pas besoin d écrire sur le document ( ++ ). La distance œil-document doit être > 70% de la distance œilécran. B Installer un porte-documents rétractable entre le clavier et l écran si l opérateur doit combiner l écriture sur le document et la frappe au clavier ( ++ ). C Conserver cette disposition ( + ) si la consultation des documents est peu fréquente.

21 ménagement B Placer l écran face à l opérateur. S il s agit d un poste d accueil (1), l écran peut être placé, en oblique, à gauche ou à droite de l opérateur ; éventuellement poser le moniteur sur support mobile. Placer un rehausseur incliné sous le clavier et connecter un clavier traditionnel sur ce portable. Si l opérateur porte des verres progressifs dont la zone dédiée à la vision intermédiaire est basse, l écran n a pas besoin d être rehaussé. Placer l écran le plus utilisé en face de l opérateur. Disposer les écrans en demi-cercle et les tourner vers l opérateur ( ++ ) (1). Placer les écrans dans le même plan vertical. Les écrans peuvent être vus de biais sous un angle 30, sinon fournir un siège à roulettes ( + ). Fournir un siège avec appui-tête. Incliner vers l avant les écrans s ils sont très au-dessus du niveau des yeux. Cas 28 Si l écran est utilisé par un seul opérateur au cours d une vacation Cas 29 Si l opérateur utilise au bureau un micro-ordinateur portable Cas 30 Si l opérateur travaille sur deux écrans à la fois Cas 31 Si l opérateur travaille sur plus de deux écrans à la fois Cas 32 Si l opérateur surveille un mur d écrans?19 (1) Postes posant généralement des problèmes d éclairage (éblouissements, reflets...).

22

23 ffichage Écran optimal écran mat fond clair Les écrans à cristaux liquides des moniteurs ne présentent pas de reflet miroir et leur surface d affichage couvre tout l écran. Pour le travail dans la pénombre ou quand la distance œil-écran est > 1,5 m, les écrans à fond sombre sont préférables aux écrans à fond clair. ffichage optimal Le meilleur affichage est celui pour lequel : l écran ne présente pas de reflets de type miroir, l image est stable, les caractères sont bien contrastés et bien dessinés.? 21

24 ffichage? Cas 33 Si l opérateur utilise un écran cathodique Cas 34 Si l image est instable Cas 35 Si les caractères sont trop petits pour l opérateur Cas 36 Si le contraste entre les caractères et le fond devient insuffisant Cas 37 Si l opérateur utilise un micro-ordinateur portable avec écran brillant B C Pour le remplacement de cet écran, opter pour un écran plat et mat à cristaux liquides. Vérifier le branchement des prises et des connecteurs. Intercaler un onduleur entre la prise de courant et le terminal. ppeler le technicien de maintenance. Il est possible de grossir les caractères sans modifier la résolution, en allant dans «Panneau de configuration» puis dans «ffichage» et enfin dans «pparence». juster le contraste et la luminosité. Le contraste permet de jouer sur la différentiation des parties les plus claires de l image et la luminosité, sur les parties les plus sombres. fficher impérativement un fond clair sur l écran. Éviter d être dos à une baie vitrée. Faire varier l inclinaison de l écran pour échapper à des reflets de luminaires. juster le contraste et la luminosité. 22

25 ffichage voir la même polarité d affichage sur tous les écrans. juster éventuellement la vitesse de déplacement du curseur avec la souris. Cas 38 Si l opérateur travaille sur plusieurs écrans à la fois B C Changer l ordinateur pour un ordinateur plus puissant. Réduire le nombre de demandes simultanées. fficher un message avertissant de la durée probable de l indisponibilité ou signalant que la procédure se déroule normalement. Structurer la présentation de l information, y compris pour les menus. dopter la même disposition sur l écran que sur le document. Pour le traitement de texte, un écran pleine page est conseillé, et pour la publicaiton assistée par ordinateur (PO), un écran double page. Le format double page peut également permettre le rassemblement des informations sur un même écran.? Cas 39 Si les indisponibilités passagères du terminal (attentes) sont en moyenne d une durée > 3 s, notamment dans le cas d une tâche de saisie de données ou d une demande d information simple Cas 40 Si les informations sont présentées pêle-mêle sur l écran Cas 41 Si les informations sont disposées différemment sur l écran et sur le document Limiter le nombre de fenêtres à trois ou quatre. II est préférable que ces fenêtres ne se recouvrent pas si la tâche présente un caractère régulier ou exige un accès continu à l information affichée. Éviter les affichages qui comportent conjointement ou alternativement une fenêtre avec un fond noir et une autre avec un fond blanc. Cas 42 Si l affichage comporte plusieurs fenêtres simultanément 23

26 ffichage Cas 43 Si les caractères alphanumériques sont bleus ou rouges Cas 44 Si une codification couleur est utilisée 24? Cas 45 Si l opérateur doit changer de logiciel Cas 46 Si l écran est empoussiéré B Éviter les couleurs bleue et rouge saturées. Éviter la couleur bleue pour les plus petits caractères, le curseur et les détails fins. (secteur tertiaire) Limiter le nombre maximal de couleurs présentes simultanément sur l écran à trois, sauf pour CO, publication assistée par ordinateur (PO), dessin assisté par ordinateur (DO) et cartographie. (secteur industriel) Le nombre maximal de couleurs différentes pouvant être utilisées devrait être limité à six, si l opérateur doit se rappeler la signification d une couleur ou effectuer une recherche visuelle rapide basée sur la distinction de ces couleurs. Éviter un éclairage par lampe à vapeur de sodium. Plus la densité de l information ou l éclairement sont élevés, plus le nombre de couleurs doit être réduit. Veiller à ce que la codification couleur soit cohérente entre divers affichages, pour une même tâche. Prévoir un temps de formation suffisant et l informer préalablement du changement. Nettoyer l écran avec un chiffon sec non pelucheux.

27 Organisation du travail Limiter la durée journalière de travail sur écran à 4 h ( ++ ), surtout si ce travail n alterne pas avec d autres activités. ménager une pause active d au moins 15 min après environ 2 h de travail (dialogue) ou une pause active d au moins 5 min après environ 45 min de travail (saisie de données, traitement de textes), ou une pause active d au moins 10 min après environ 50 min de travail en régime intensif (travail au rendement ou à cadence imposée). u cas où il est impossible ( + ) de réduire la durée journalière du travail sur écran à tout au plus 4 h, il est impératif d appliquer ces régimes de pauses. II est préférable que les pauses soient prises en dehors de l environnement de travail, surtout si cet environnement comporte plusieurs nuisances. ppliquer les régimes de pauses définis en cas 47, si le travail sur écran n alterne pas avec d autres activités. Diversifier les tâches. ugmenter la maîtrise du processus de travail. Décentraliser la saisie. Rendre l opérateur polyvalent. ccentuer les formes collectives de travail. Cas 47 Si la durée journalière de travail sur écran est > 4h Cas 48 Si la durée journalière de travail sur écran est < 4 h Cas 49 Si le travail est répétitif ou s il est effectué sans avoir à prendre d initiatives?25 Limiter la durée journalière de travail sur écran à 4 heures. ménager une pause active d au moins 5 min après environ 45 min de travail. Ne pas confier un travail au rendement. Cas 50 Si l opératrice est enceinte

28 nnexe Méthodes d aménagement de postes à écran de hauteur fixe 1. Mesurer l épaisseur du clavier (E c ), au niveau de la rangée moyenne des touches. 2. Mesurer la hauteur du moniteur (H mo ) plus, éventuellement, celle de l unité centrale (H uc ). 3. Placer l opérateur assis, de profil contre un mur, avec les pieds au sol, les cuisses horizontales, le tronc et la tête droits et les avant-bras et mains horizontaux. 4. Mesurer la hauteur des doigts au niveau de la pulpe (H dp ) et la hauteur des yeux (H Y ). 5. Hauteur du support clavier (H sc ) Hauteur du plan de travail (H pt ) fixe [M1] personnalisée [M2] H sc = H pt E c H pt = 73 cm (± 1 cm) H sc = H dp E c 6. Hauteur du support écran (H se ) M1 M2 pour H dp H pt H se = H Y + (H pt H dp ) H mo H se = H Y H mo ou H se = H y + (H pt H dp ) (H mo + H uc ) ou H se = H y (H mo + H uc )?27 M1 = méthode 1. M2 = méthode 2.

29 Pour obtenir en prêt les audiovisuels et multimédias et pour commander les brochures et les affiches de l INRS, adressez-vous au service Prévention de votre Carsat, Cram ou CGSS. Services Prévention des Carsat et des Cram Carsat LSCE-MOSELLE (67 Bas-Rhin) 14 rue dolphe-seyboth CS Strasbourg cedex tél fax (57 Moselle) 3 place du Roi-George BP Metz cedex 1 tél fax (68 Haut-Rhin) 11 avenue De-Lattre-de-Tassigny BP Colmar cedex tél fax Carsat QUITINE (24 Dordogne, 33 Gironde, 40 Landes, 47 Lot-et-Garonne, 64 Pyrénées-tlantiques) 80 avenue de la Jallère Bordeaux cedex tél fax Carsat UVERGNE (03 llier, 15 Cantal, 43 Haute-Loire, 63 Puy-de-Dôme) boulevard Lafayette Clermont-Ferrand cedex 1 tél fax Carsat BOURGOGNE ET FRNCHE-COMTÉ (21 Côte-d Or, 25 Doubs, 39 Jura, 58 Nièvre, 70 Haute-Saône, 71 Saône-et-Loire, 89 Yonne, 90 Territoire de Belfort) ZE Cap-Nord, 38 rue de Cracovie Dijon cedex tél fax Carsat BRETGNE (22 Côtes-d rmor, 29 Finistère, 35 Ille-et-Vilaine, 56 Morbihan) 236 rue de Châteaugiron Rennes cedex tél fax Carsat CENTRE (18 Cher, 28 Eure-et-Loir, 36 Indre, 37 Indre-et-Loire, 41 Loir-et-Cher, 45 Loiret) 36 rue Xaintrailles Orléans cedex 1 tél fax Carsat CENTRE-OUEST (16 Charente, 17 Charente-Maritime, 19 Corrèze, 23 Creuse, 79 Deux-Sèvres, 86 Vienne, 87 Haute-Vienne) 37 avenue du président René-Coty Limoges cedex tél fax Cram ÎLE-DE-FRNCE (75 Paris, 77 Seine-et-Marne, 78 Yvelines, 91 Essonne, 92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis, 94 Val-de-Marne, 95 Val-d Oise) place de l rgonne Paris tél fax Carsat LNGUEDOC-ROUSSILLON (11 ude, 30 Gard, 34 Hérault, 48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales) 29 cours Gambetta Montpellier cedex 2 tél fax Carsat MIDI-PYRÉNÉES (09 riège, 12 veyron, 31 Haute-Garonne, 32 Gers, 46 Lot, 65 Hautes-Pyrénées, 81 Tarn, 82 Tarn-et-Garonne) 2 rue Georges-Vivent Toulouse cedex 9 tél fax

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Le travail sur écran en 50 questions

Le travail sur écran en 50 questions ? Le travail sur écran en 50 questions L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail ED 936 couverture CS4.indd 1 07/07/14 10:57 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Référentiel formation à l usage des formateurs SST L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Vérifications des machines et appareils de levage

Vérifications des machines et appareils de levage Vérifications des machines et appareils de levage L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier

chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier Ça déménage chez les déménageurs Prévention pour un vrai métier L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Contenu du fichier «décès»

Contenu du fichier «décès» Contenu du fichier «décès» Liste des s Code Libellé Page ACTIV Code activité du décédé 2 ADEC Année de décès 2 ANAIS Année de naissance du décédé 2 DEPDEC Département de décès 2 DEPDOM Département de domicile

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2014 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2014 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain

Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain Agir aujourd hui pour éviter les cancers professionnels de demain L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce?

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Répondues : 6 351 Ignorées : 28 Enseignant(e) En phase de reprise d'entreprise Autre (veuillez préciser) En phase de création d'entreprise ou d'auto-entreprise

Plus en détail

r les TPE u - o P P ME Vous avez dit TMS?

r les TPE u - o P P ME Vous avez dit TMS? Pour les TPE-PME Vous avez dit TMS? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variable Libellé 1998 à 2014 ACTIV Code activité du décédé X ADEC Année du décès X ANAIS Année de naissance du décédé X DEPDEC Département du

Plus en détail

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail...

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... è Risques et prévention...1 AISMT-Avril 2013 TRAVAIL SUR ÉCRAN è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... 4 è Choix du matériel...5 Document

Plus en détail

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement Fédération Départementale de l Ain (01) Fédération Départementale de l Aisne (2) 03.23.54.53.20 fol02@hotmail.com Fédération Départementale de l Allier (03) 04.70.46.85.23 fal.allier@wanadoo.fr Fédération

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Et s il y avait du stress dans votre entreprise?

Et s il y avait du stress dans votre entreprise? Absentéisme Usure Fatigue Turn over Mal-être Et s il y avait du stress dans votre entreprise? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Et s il y avait du stress dans votre entreprise?

Et s il y avait du stress dans votre entreprise? Absentéisme Usure Fatigue Turn over Mal-être Et s il y avait du stress dans votre entreprise? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Traitement acoustique des locaux de travail

Traitement acoustique des locaux de travail Traitement acoustique des locaux de travail L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables Dénombrement des entreprises 2014 Liste des variables Index des variables : s de localisation : REGION DEP AU ZE UU COM s économiques : APE A64 A38 A21 A10 TAILLE s d identification : CHAMP CJ1 CJ2 ARTISAN

Plus en détail

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g Le TRAVAIL sur ÉCRAN Comment bien s installer à son poste de travail w w w. s t c - q u i m p e r. o r g ERGONOMIE DU POSTE DE TRAVAIL Bien se positionner > Assis au fond du siège face à son écran, dos

Plus en détail

Pénibilité : tous concernés!

Pénibilité : tous concernés! Pénibilité : tous concernés! L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2015 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2015 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les entreprises artisanales Mise à jour de juillet 2014 1 4 Millions d adresses email BtoB couvrant plus de 2 Millions d entreprises

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels

Évaluation des risques professionnels Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique LA LIGNE PREVENTION L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et de sécurité (INRS)

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE LA ZONE NORD DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 390 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 23 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ modifiant l arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n 2012-1246 du 7 novembre

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton VOIRIE ENVIRONNEMENT Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton : >> Afin de toujours mieux répondre aux exigences du marché, l Industrie du Béton est

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS)

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Le permis de feu L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille, au

Plus en détail

Situations de travail exposant à l amiante

Situations de travail exposant à l amiante Situations de travail exposant à l amiante L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat Arrêté du [ ] fixant les conditions d achat de l électricité

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France En septembre, poursuite de la croissance Après un été ensoleillé, la croissance se confirme au mois de septembre. La clientèle d affaires est au rendez-vous. En province,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n o 2012-1246 du 7 novembre 2012

Plus en détail

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste Paris, le 15 juin 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les présidents des Conseils généraux à l attention des Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs

Plus en détail

Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques

Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques Travailler en sécurité sur les presses plieuses hydrauliques L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Prévention des risques psychosociaux. Et si vous faisiez appel à un consultant?

Prévention des risques psychosociaux. Et si vous faisiez appel à un consultant? Prévention des risques psychosociaux Et si vous faisiez appel à un consultant? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France 2011 s achève sur un mois de décembre mitigé Le mois de décembre 2011 a été marqué par un ralentissement de la croissance dans l hôtellerie économique et 2 étoiles. Sur

Plus en détail

Travailler en sécurité avec l eau à haute pression Conseils aux opérateurs

Travailler en sécurité avec l eau à haute pression Conseils aux opérateurs Travailler en sécurité avec l eau à haute pression Conseils aux opérateurs L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

Échafaudages MDS de façade

Échafaudages MDS de façade Échafaudages MDS de façade L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Label Tourisme & Handicap : www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme

un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Label Tourisme & Handicap : www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme Label Tourisme & Handicap : un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Les marques du tourisme Retrouvez l ensemble des sites labellisés Tourisme et Handicap sur www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme

Plus en détail

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS)

L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Les équipements de protection individuelle (EPI) Règles d utilisation L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Enquête annuelle

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Demande d aide au maintien à domicile Vous êtes pensionné(e)

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France La tendance baissière s accentue Janvier avait donné le ton. La tendance baissière se confirme et s étend sur les catégories économique et super-économique. Dans les entreprises,

Plus en détail

etudes INFOS pour qui? Formations La newsletter du Service Étudiant-Formation-Jeunesse / mars 2013 Inscriptions les admissions postbac

etudes INFOS pour qui? Formations La newsletter du Service Étudiant-Formation-Jeunesse / mars 2013 Inscriptions les admissions postbac etudes INFOS La newsletter du Service Étudiant-Formation-Jeunesse / mars 2013 onjour, Vous êtes étudiant calédonien et vous souhaitez étudier en métropole? Il est temps de préparer votre départ et de vous

Plus en détail

Sensibilisation à l exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail

Sensibilisation à l exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail Sensibilisation à l exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail (hormis les lasers et appareils à laser) L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Denis Roegel 18 juin 2014 Table des matières 1 La diversité des interfaces 3 1.1 Étendue de la numérisation...................

Plus en détail

Prévention des risques liés aux manutentions des personnes dans les secteurs sanitaire et social

Prévention des risques liés aux manutentions des personnes dans les secteurs sanitaire et social Prévention des risques liés aux manutentions des personnes dans les secteurs sanitaire et social Guide à l usage des aidants et des soignants L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans

Plus en détail

Prévention des risques psychosociaux. Et si vous faisiez appel à un consultant?

Prévention des risques psychosociaux. Et si vous faisiez appel à un consultant? Prévention des risques psychosociaux Et si vous faisiez appel à un consultant? L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Aide à domicile Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Ce document s adresse aux responsables de structures, à l encadrement, aux représentants du personnel ainsi qu à l ensemble des

Plus en détail

Le travail sur écran & l aménagement des bureaux.

Le travail sur écran & l aménagement des bureaux. etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril FICHE DE PREVENTION N 1 Syndicat de Médecine Préventive de l Ariège 4, rue Raoul LAFAGETTE - 09 000 FOIX Tel : 05 34 09 81 63 Fax : 05 34 09

Plus en détail

Projet de modification de

Projet de modification de RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Projet de modification de Arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d application de la troisième période du

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

Publications, audiovisuels et affiches 2014 Complément au «Catalogue des productions» (ED 6000)

Publications, audiovisuels et affiches 2014 Complément au «Catalogue des productions» (ED 6000) Publications, audiovisuels et affiches 2014 Complément au «Catalogue des productions» (ED 6000) L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014 Supplément N 34 3 e trimestre 214 Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 213 214 Le cerf continue sa progression régulière cette année, alors que le chevreuil stagne et que les prélèvements du sanglier

Plus en détail

Ergonomie du poste informatique. Ce qu est l ergonomie. Ergonomie francophone. Phase de compromis. Phase de régulation 28/03/2012

Ergonomie du poste informatique. Ce qu est l ergonomie. Ergonomie francophone. Phase de compromis. Phase de régulation 28/03/2012 Ergonomie du poste informatique Ce qu est l ergonomie Le mot «ergonomie» vient du grec ergon (travail) et nomos (lois, règles). L'ergonomie peut donc être définie comme la science du travail ayant pour

Plus en détail

Carnet pour jouer en voiture

Carnet pour jouer en voiture Carnet pour jouer en voiture Idées de jeux pour s occuper en voiture avec Petitestetes.com Dans la même collection Carnet de comptines Règles de jeux de cartes Mots croisés Retrouvez des idées de sorties

Plus en détail

Rappels sur les principes de la garantie jeunes

Rappels sur les principes de la garantie jeunes Rappels sur les principes de la garantie jeunes La «garantie jeunes» française est un dispositif inscrit au Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté adopté lors du Comité interministériel de lutte

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Textes généraux MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Délégation à la sécurité et à la circulation routières Sous-direction de l éducation routière

Plus en détail

Bilan de l année 2012

Bilan de l année 2012 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

Causes Risque de TMS Prévention

Causes Risque de TMS Prévention Synthèse sur les réglages des postes de travail Causes Risque de TMS Prévention Le siège Assise à trop basse : Appui trop important sur les ischions. Flexion de hanche donc enroulement lombaire : Risques

Plus en détail

Bilan de l année 2010

Bilan de l année 2010 Bilan de l année 2010 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION ROUTIERES - 2

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Cinéma C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Réceptionniste en hôtellerie

Réceptionniste en hôtellerie Réceptionniste en hôtellerie L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

Année 2012. Les accidents corporels de la circulation. Recueil de données brutes "Document de travail" DE LA SECURITE ROUTIERE

Année 2012. Les accidents corporels de la circulation. Recueil de données brutes Document de travail DE LA SECURITE ROUTIERE OBSERVATOIRE NATIONAL INTERMINISTERIEL DE LA SECURITE ROUTIERE Les accidents corporels de la circulation Recueil de données brutes "Document de travail" 12 2 0 Année 2012 Mai 2013 SOMMAIRE Définitions

Plus en détail

1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002

1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002 ACO S S STA T BILAN 1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002 N 06 - JUIN 2003 Le nombre de particuliers employeurs de personnel à domicile s est fortement accru depuis 1990, passant d environ 500

Plus en détail