Performances Hôtelières en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performances Hôtelières en France"

Transcription

1 Performances Hôtelières en France

2 Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en culture et tourisme Planeth. Cette opération de croissance externe permet la création d un pôle élargi et performant dans les domaines du conseil en matière de Tourisme, des Loisirs et de la Culture. Naissance d In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie. Références récentes ANNE RAVARD, DIRECTRICE ADJOINTE ( / ) Investisseur Revue de Business Plan pour la construction de deux hôtels sous enseignes internationales Investisseur Etude de faisabilité pour la création d une Résidence de Tourisme Promoteur Analyse des perspectives de rénovations et reconversions hôtelières haut de gamme Propriétaire Analyse du Projet d extension et de repositionnement d un hôtel haut de gamme Roissy CDG Var Ile-de-France Alsace VOS CONTACTS CONSEIL ET ÉVALUATION : PHILIPPE GAUGUIER, ASSOCIÉ MRICS ( / OLIVIER PETIT, ASSOCIÉ ( / TRANSAXIO HÔTEL : GUY BOULO, DIRECTEUR ( / Articles et publications Retrouvez toute notre actualité sur et Social? That s for consumers. For travel companies, social media means business. This paper by Deloitte and Facebook shows the findings from a survey commissioned by Facebook on how consumers view social media as it relates to leisure travel. It looks at how travel companies and consumers are currently engaging with digital channels today. Les «4P» du marketing sont morts Longue vie aux 4P. Jean-Marc Liduena, Associé Monitor Deloitte Les tendances du tourisme et de l hôtellerie 2015 Progresser dans des environnements complexes Complexité des marchés et des attentes des clients, enjeux réglementaires, évolutions technologiques : les acteurs du secteur du tourisme et de l hôtellerie doivent de plus en plus apprendre à progresser dans des environnements complexes. Dans ce contexte, quel bilan de l année 2014 et quelles tendances pour 2015? La 13e édition de notre étude annuelle vient répondre à ces questions. Etude à télécharger ici : 2

3 Léger mieux en Le mois de Mars pourrait marquer un léger mieux dans l activité hôtelière relativement morose de ce début d année. Sans enregistrer des performances exceptionnelles, le mois de permet de clore un premier trimestre sur une note positive, en particulier pour l hôtellerie parisienne. Le phénomène est particulièrement sensible pour les établissements économiques et milieu de gamme, voire pour les établissements haut de gamme. Le mois de fait apparaitre une progression des chiffres d affaires hébergement après le recul enregistré en janvier et la stabilisation du mois de février. Cette progression est le fruit d une progression des taux d occupation et d une stabilisation des prix moyens. L hôtellerie milieu de gamme marque la progression la plus nette (8.3%) tandis que les catégories supérieures voient se ralentir la dégradation des performances. Ceci après les baisses très marquées des deux premiers mois de l année. Les mois à venir seront essentiels pour la catégorie luxe, pour rattraper le retard important enregistré au premier trimestre. L hôtellerie parisienne retrouve des couleurs après un mois de janvier impacté par les événements de Charlie Hebdo et de la Porte de Vincennes et un mois de février incertain. Toutes les catégories enregistrent des progressions sensibles pour terminer le premier trimestre dans le vert ou, au pire, à l équilibre. Le constat est sensiblement équivalent en Province avec des progressions constatées sur l ensemble des catégories d établissements au mois de et un trimestre qui se termine en positif. Les établissements haut de gamme sont ceux qui voient leurs performances progresser de la façon la plus significative. L hôtellerie de luxe progresse timidement sur ce mois de mais, comme à Paris, ce léger rebond ne suffit pas à compenser les reculs des deux premiers mois. Gd. luxe Haut gam. Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 60.2% 59.7% 63.5% 61.1% Var. /n-1 0.5% 3.4% 5.0% 4.3% -1.3% RMC Var. /n-1-4.6% 0.0% 3.1% 0.1% 1.4% Var. /n-1-4.1% 3.4% 8.3% 4.4% 0.1% Jan. à Gd. luxe Haut gam. Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 55.8% 54.7% 57.9% 57.3% Var. /n-1-1.9% 3.6% 2.3% 2.3% -1.4% RMC Var. /n-1-7.3% -1.4% 1.3% -0.8% 1.2% Var. /n-1-9.1% 2.1% 3.5% 1.5% -0.2% Définitions TO = Taux d Occupation RMC = Recette Moyenne par Chambre louée = Revenu moyen par chambre disponible 3

4 Performances Paris Paris TO RMC 2015 Var /n Var /n Var /n-1 Paris - Grand luxe 74.2% -5.5% % % Paris - Charme 74.8% -2.6% % % Paris - Haut de gamme 74.7% 3.5% % % Paris - Haut de gamme & Gd luxe 74.6% 1.1% % % Paris - Milieu de gamme supérieur 78.3% -2.2% % % Paris - Milieu de gamme standard 77.0% 0.5% % % Paris - Milieu de gamme 77.5% -0.5% % % Paris - Economique 81.8% -0.2% % % Jan. à TO RMC 2015 Var /n Var /n Var /n-1 Paris - Grand luxe 66.8% -4.7% % % Paris - Charme 68.2% -3.7% % % Paris - Haut de gamme 68.1% 0.8% % % Paris - Haut de gamme & Gd luxe 67.8% -0.7% % % Paris - Milieu de gamme supérieur 73.5% -2.9% % % Paris - Milieu de gamme standard 69.5% -1.8% % % Paris - Milieu de gamme 71.1% -2.2% % % Paris - Economique 75.1% -2.8% % % Principaux pôles Ile-de-France Haut de gamme et grand luxe TO RMC 2015 Var /n Var /n Var /n-1 Paris 74.6% 1.1% % % La Défense 68.4% 7.4% % % Roissy CdG 68.4% 3.2% % % IDF (hors Paris et pôles) 70.5% 1.2% % % Jan. à TO RMC 2015 Var /n Var /n Var /n-1 Paris % -0.7% % % La Défense % 13.3% % % Roissy CdG % 4.1% % % IDF (hors Paris et pôles) 69.0% 7.6% % % 4

5 Performance Province Province Province (hors Côte d Azur) Gd. luxe Haut gam. Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 52.5% 54.3% 57.6% 59.1% Var. /n-1 2.5% 12.9% 8.3% 5.3% -0.8% RMC Var. /n-1 0.3% -0.7% 3.5% 1.8% 2.1% Var. /n-1 2.8% 12.1% 12.1% 7.2% 1.3% Jan. à Gd. luxe Haut gam. Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 47.9% 49.4% 52.7% 54.8% Var. /n-1-2.1% 10.3% 3.3% 1.7% -1.9% RMC Var. /n-1 1.5% 0.0% 1.6% -0.2% 1.6% Var. /n-1-0.6% 10.3% 4.9% 1.6% -0.3% Côte d Azur Gd. luxe Haut gam.* Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 48.5% 55.9% n.d. 53.0% Var. /n % 12.2% 9.0% n.d. -7.5% RMC n.d. 44 Var. /n-1-9.0% 4.8% 1.3% n.d. 4.3% n.d. 23 Var. /n-1 1.9% 17.6% 10.4% n.d. -3.5% Jan. à Gd. luxe Haut gam.* Milieu gam. Eco. Super-éco. TO % 42.0% 48.7% n.d. 49.3% Var. /n-1 0.3% 18.7% 9.9% n.d. -1.8% RMC n.d. 44 Var. /n-1-5.3% 1.0% -0.5% n.d. 4.1% n.d. 22 Var. /n-1-5.0% 19.8% 9.4% n.d. 2.2% * Haut de gamme = échantillon comprenant l hôtellerie haut de gamme de charme et haut de gamme standard 5

6 Performances Ile-de-France Ile-de-France (hors Paris) Hôtellerie milieu de gamme TO % 68.5% 60.9% 65.2% 69.4% 69.6% 59.1% 64.0% Var. /n-1-9.0% 15.4% 10.4% -1.8% 30.9% -1.7% -5.8% 3.4% RMC Var. /n-1 3.4% 3.2% 1.1% 2.8% -17.0% 5.0% -1.3% 0.6% Var. /n-1-5.9% 19.0% 11.5% 0.9% 8.7% 3.2% -7.0% 4.1% Jan. à départements départements IDF (hors Paris) IDF (hors Paris) TO % 63.2% 58.1% 58.6% 62.2% 67.5% 61.3% 60.0% Var. /n-1-2.6% 11.9% 10.9% -0.1% 22.7% 1.9% -1.2% 4.6% RMC Var. /n-1 2.7% 0.0% 1.6% -0.2% -12.1% 0.6% 0.3% -0.7% Var. /n-1 0.0% 11.9% 12.7% -0.3% 7.9% 2.5% -0.9% 3.9% Hôtellerie économique TO % 68.3% 65.1% 67.4% 68.5% 72.5% 73.0% 70.4% Var. /n-1 1.5% -0.8% 5.7% -3.3% 2.6% 2.8% 4.3% 1.8% RMC Var. /n-1-1.2% 8.6% 0.2% 0.0% -5.1% -2.3% -7.7% -2.5% Var. /n-1 0.3% 7.7% 5.8% -3.3% -2.6% 0.4% -3.7% -0.8% Jan. à départements départements IDF (hors Paris) IDF (hors Paris) TO % 64.7% 60.5% 60.6% 60.9% 66.6% 69.4% 64.7% Var. /n % 4.3% 2.0% -7.1% 5.9% 4.8% 5.0% 4.2% RMC Var. /n-1-4.1% 4.3% -2.2% 0.0% -0.7% -4.1% 0.0% -1.4% Var. /n-1 8.0% 8.8% -0.3% -7.0% 5.1% 0.4% 5.0% 2.8% Hôtellerie super-économique départements IDF (hors Paris) TO % 72.3% 71.0% n.d. 69.2% 73.2% 67.4% 70.4% Var. /n-1-6.9% 0.3% 6.2% % -0.7% -7.6% -3.5% RMC n.d Var. /n-1 2.2% 3.6% -0.5% - 2.0% -0.3% -1.2% 0.6% n.d Var. /n-1-4.8% 3.9% 5.6% % -1.0% -8.7% -2.9% Jan. à départements IDF (hors Paris) TO % 70.0% 68.4% n.d. 67.1% 71.8% 69.9% 68.8% Var. /n-1-1.2% 2.3% 3.3% % 0.4% -2.3% -1.4% RMC n.d Var. /n-1 2.5% 1.4% -1.1% - 3.0% -1.8% 3.4% 1.0% n.d Var. /n-1 1.3% 3.8% 2.1% % -1.4% 1.0% -0.4% 6

7 Performances Quart Nord-Est Nord-Est & agglomérations Grand luxe Haut de gamme TO RMC TO RMC Nord-Est 47.1% 6.1% % % 45.0% 7.2% % % Dijon 46.9% 18.0% % % 43.4% 10.0% % % Lille 50.2% -5.0% % % 51.9% 1.2% % % Metz Nancy Reims n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Strasbourg 48.5% -2.3% % % 51.0% 1.8% % % Milieu de gamme TO RMC TO RMC Nord-Est 50.4% 4.9% % % 46.8% 3.9% % % Dijon 51.1% 9.3% % % 44.4% 3.3% % % Lille 58.7% 4.7% % % 56.9% 4.1% % % Metz en développement en développement Nancy 69.5% 38.5% % % 51.5% 9.7% % % Reims 53.6% 0.2% % % 46.6% -1.7% % % Strasbourg 50.3% -6.0% % % 49.2% -9.1% % % Economique TO RMC TO RMC Nord-Est 59.3% 3.0% % % 55.4% 2.1% % % Dijon 60.5% -7.9% % % 58.4% -4.9% % % Lille 66.2% 5.8% % % 63.0% 5.2% % % Metz 60.5% 8.8% % % 51.8% 3.8% % % Nancy 62.8% 11.9% % % 56.0% 7.7% % % Reims n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Strasbourg 57.6% -9.3% % % 56.6% -7.6% % % Super-économique TO RMC TO RMC Nord-Est 58.4% -2.2% % % 54.6% -2.8% % % Dijon 61.6% 0.7% % % 56.6% -4.4% % % Lille 58.0% -5.1% % % 57.2% -1.9% % % Metz 61.5% 0.7% % % 59.2% -2.6% % % Nancy 60.7% 8.2% % % 54.5% 2.1% % % Reims n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Strasbourg 55.8% -9.4% % % 54.2% -11.6% % % Départements compris dans le quart Nord-Est Aisne; Allier; Ardennes; Aube; Cher; Côte-d'Or; Doubs; Jura; Loiret; Marne; Haute-Marne; Meurthe-et-Moselle; Meuse; Moselle; Nièvre; Nord; Oise; Pas-de-Calais; Bas-Rhin; Haut-Rhin; Haute-Saône; Saône-et-Loire; Vosges; Yonne; Territoire-de-Belfort 7

8 Performances Quart Nord-Ouest Nord-Ouest & agglomérations Grand luxe Haut de gamme TO RMC TO RMC Nord-Ouest 50.6% -6.5% % % 44.0% -10.6% % % Amiens Angers Le Havre Nantes Niort Rennes Rouen Milieu de gamme TO RMC TO RMC Nord-Ouest 53.4% 13.4% % % 48.8% 5.7% % % Amiens n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Angers n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Le Havre 64.2% 9.8% % % 55.6% 4.0% % % Nantes 60.9% 16.5% % % 56.4% 4.1% % % Niort 49.1% -3.4% % % 45.8% -9.8% % % Rennes 61.9% 26.8% % % 53.7% 1.7% % % Rouen 53.8% 7.8% % % 51.7% 1.2% % % Economique TO RMC TO RMC Nord-Ouest 54.8% 8.6% % % 49.1% -0.3% % % Amiens n.d. - n.d. - n.d - n.d. - n.d. - n.d - Angers 57.7% 4.5% % % 56.2% 3.0% % % Le Havre 46.2% -12.8% % % 41.4% -18.2% % % Nantes 59.8% 13.5% % % 54.9% 3.9% % % Niort 51.6% 8.1% % % 46.8% -1.1% % % Rennes 68.5% 20.3% % % 61.6% 4.6% % % Rouen 56.9% 1.0% % % 52.4% -2.0% % % Super-économique TO RMC TO RMC Nord-Ouest 58.5% 4.4% % % 53.5% 0.6% % % Amiens n.d. - n.d. - n.d - n.d. - n.d. - n.d - Angers 51.8% -0.9% % % 52.0% -4.7% % % Le Havre 59.9% -17.8% % % 57.7% -14.1% % % Nantes 69.0% 13.6% % % 63.7% 6.9% % % Niort 61.8% 14.0% % % 57.9% 8.7% % % Rennes 69.9% 17.9% % % 59.6% 4.3% % % Rouen 62.5% 8.5% % % 57.1% 5.9% % % Départements compris dans le quart Nord-Ouest Calvados; Côtes; Eure; Eure-et-Loir; Finistère; Ille-et-Vilaine; Indre; Indre-et-Loire; Loir-et-Cher; Loire-Atlantique; Maine-et-Loire; Manche; Mayenne; Morbihan; Orne; Sarthe; Seine-Maritime; Deux-Sèvres; Somme; Vendée; Vienne 8

9 Performances Quart Sud-Est Sud-Est (hors Côte d Azur) & agglomérations Grand luxe Haut de gamme TO RMC TO RMC Sud-Est 55.9% 22.4% % % 48.5% 12.6% % % Aix en Provence n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Avignon 33.3% 1.6% % % 30.4% -4.4% % % Grenoble Lyon 68.6% 17.4% % % 63.7% 10.7% % % Marseille 57.5% 13.3% % % 47.6% 0.6% % % Montpellier 51.9% 18.8% % % 49.3% 12.3% % % St Etienne Milieu de gamme TO RMC TO RMC Sud-Est 57.0% 7.1% % % 51.5% 1.5% % % Aix en Provence 51.8% 8.3% % % 44.4% -1.1% % % Avignon 60.6% 13.9% % % 49.5% 8.4% % % Grenoble 58.7% 18.1% % % 52.7% 2.1% % % Lyon 63.5% 16.1% % % 59.8% 9.9% % % Marseille 61.8% -1.8% % % 53.3% -5.0% % % Montpellier 56.8% 14.9% % % 53.3% 4.2% % % St Etienne en développement en développement Economique TO RMC TO RMC Sud-Est 57.6% 3.2% % % 52.7% 1.1% % % Aix en Provence 49.0% -6.8% % % 45.1% -5.1% % % Avignon 50.2% -1.6% % % 43.3% -2.0% % % Grenoble 58.5% 9.3% % % 54.1% 0.0% % % Lyon 71.7% 15.9% % % 63.4% 8.3% % % Marseille 58.7% 2.4% % % 53.0% 3.9% % % Montpellier 61.9% -0.2% % % 59.4% -2.8% % % St Etienne en développement en développement Super-économique TO RMC TO RMC Sud-Est 59.0% -2.2% % % 55.2% -1.5% % % Aix en Provence n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Avignon 58.1% -7.5% % % 53.2% -8.5% % % Grenoble 61.2% 16.8% % % 59.1% 9.1% % % Lyon 69.1% 1.4% % % 65.5% 1.1% % % Marseille 58.8% -5.7% % % 56.0% -1.7% % % Montpellier 56.2% -14.3% % % 54.8% -8.9% % % St Etienne n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Départements compris dans le quart Sud-Est Ain; Alpes-de-Haute-Provence; Hautes-Alpes; Alpes-Maritimes; Ardèche; Aude; Aveyron; Bouches-du-Rhône; Cantal; Drôme; Gard; Hérault; Isère; Loire; Haute-Loire; Lozère; Puy-de-Dôme; Pyrénées-Orientales; Rhône; Savoie; Savoie; Haute-Savoie; Var; Vaucluse 9

10 Performances Quart Sud-Ouest Sud-Ouest & agglomérations Grand luxe Haut de gamme TO RMC TO RMC Sud-Ouest 50.0% 4.6% % % 45.1% 5.4% % % Bayonne-Anglet-Biarritz 39.4% 0.6% % % 37.1% -2.3% % % Bordeaux 45.4% 3.1% % % 38.7% 8.8% % % Pau n.d. - n.d n.d. - n.d Toulouse 73.9% 22.1% % % 66.5% 16.7% % % Milieu de gamme TO RMC TO RMC Sud-Ouest 55.1% 8.4% % % 49.5% 2.3% % % Bayonne-Anglet-Biarritz n.d. - n.d n.d. - n.d Bordeaux 59.5% 6.3% % % 52.3% 4.8% % % Pau 50.0% -13.8% % % 48.3% -7.4% % % Toulouse 63.4% 18.3% % % 55.6% 2.1% % % Economique TO RMC TO RMC Sud-Ouest 58.5% 9.8% % % 53.0% 5.7% % % Bayonne-Anglet-Biarritz 50.0% 16.8% % % 45.2% 14.1% % % Bordeaux 66.4% 9.6% % % 58.6% 6.4% % % Pau n.d. - n.d n.d. - n.d Toulouse 64.5% 7.3% % % 59.2% 0.9% % % Super-économique TO RMC TO RMC Sud-Ouest 62.3% -1.5% % % 56.8% -2.6% % % Bayonne-Anglet-Biarritz n.d. - n.d n.d. - n.d Bordeaux 65.4% -2.3% % % 59.7% -5.0% % % Pau 51.7% -3.1% % % 47.5% -4.8% % % Toulouse 73.8% 5.4% % % 66.9% 1.4% % % Départements compris dans le quart Sud-Ouest Ariège; Charente; Charente-Maritime; Corrèze; Creuse; Dordogne; Haute-Garonne; Gers; Gironde; Landes; Lot; Lot-et-Garonne; Pyrénées- Atlantiques; Hautes-Pyrénées; Tarn; Tarn-et-Garonne; Haute-Vienne 10

11 Performances Côte d Azur Côte d Azur TO RMC TO RMC Côte d'azur - Grand luxe 44.3% 12.0% % % 37.1% 0.3% % % Côte d'azur - Charme ** 69.3% 4.4% % % 56.6% 3.0% % % Côte d'azur - Haut de gamme 47.0% 13.4% % % 40.8% 20.8% % % Moy. Haut de gam. & gd luxe 47.1% 12.1% % % 40.4% 12.2% % % Moy. Milieu de gamme 55.9% 9.0% % % 48.7% 9.9% % % Moy. Economique n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Moy. Super-Economique 53.0% -7.5% % % 49.3% -1.8% % % Pôles de la Côte d Azur TO RMC TO RMC Cannes - Grand luxe 42.2% 16.0% % % 34.0% -2.6% % % Cannes - Charme n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Cannes - Haut de gamme 34.4% 9.8% % % 31.4% 21.0% % % Cannes - Haut de gam. & gd luxe 38.4% 12.4% % % 32.8% 5.5% % % Cannes - Milieu de gamme 43.3% 0.5% % % 38.8% 0.0% % % TO RMC TO RMC Nice - Haut. de gam & gd luxe 57.6% 10.9% % % 47.5% 16.8% % % Nice - Milieu de gam. 60.8% 9.7% % % 52.6% 13.5% % % TO RMC TO RMC Monaco - Grand luxe 54.2% 12.3% % % 56.3% 28.7% % % Monaco - Haut de gam. 50.4% 13.1% % % 50.7% 23.8% % % Monaco - Haut. de gam & gd luxe 51.5% 12.9% % % 52.3% 25.3% % % * L échantillon Monaco inclut les communes de Monaco, Roquebrune et Cap d Ail ** Charme : échantillon ne comprenant pas les établissements de Grand Luxe 11

12 Performances du littoral Littoral Normandie Nord-Pas-de-Calais Littoral Normandie et Nord-Pas-de-Calais TO RMC TO RMC Moy. Haut de gam. & gd luxe 44.3% 23.5% % % 44.3% 24.1% % % Moy. Milieu de gamme 57.4% 2.9% % % 51.8% 7.3% % % Moy. Economique 53.6% -2.7% % % 48.1% -4.5% % % Moy. Super-Economique 54.1% -2.2% % % 47.7% -3.0% % % Littoral : observatoire basé sur l offre hôtelière des communes littorales telles que définies par l INSEE Observatoire en développement dont les échantillons sont susceptibles d évoluer Littoral Bretagne Pays-de-la-Loire Littoral Bretagne et Pays-de-la-Loire TO RMC TO RMC Moy. Haut de gam. & gd luxe 49.8% -13.5% % % 40.1% -20.9% % % Moy. Milieu de gamme 53.2% 13.4% % % 48.8% 11.1% % % Moy. Economique 48.1% 11.0% % % 41.1% 2.2% % % Moy. Super-Economique 53.8% 5.2% % % 47.1% 1.1% % % Littoral : observatoire basé sur l offre hôtelière des communes littorales telles que définies par l INSEE Observatoire en développement dont les échantillons sont susceptibles d évoluer Littoral Charente-Maritime Aquitaine Littoral Charente-Maritime et Aquitaine TO RMC TO RMC Moy. Haut de gam. & gd luxe 39.2% 1.1% % % 37.1% -2.0% % % Moy. Milieu de gamme 49.7% 16.5% % % 45.8% 21.4% % % Moy. Economique 39.9% 10.9% % % 36.6% 17.3% % % Moy. Super-Economique 51.4% -11.8% % % 45.1% -7.1% % % Littoral : observatoire basé sur l offre hôtelière des communes littorales telles que définies par l INSEE Observatoire en développement dont les échantillons sont susceptibles d évoluer 12

13 Performances Grandes Agglomérations de province Agglomérations de province Grand luxe Haut de gamme Milieu de gamme Grand luxe Haut de gamme TO RMC TO RMC Avignon 33.3% 1.6% % % 30.4% -4.4% % % Bayonne-Anglet-Biarritz 39.4% 0.6% % % 37.1% -2.3% % % Bordeaux 45.4% 3.1% % % 38.7% 8.8% % % Cannes 38.4% 12.4% % % 32.8% 5.5% % % Dijon 46.9% 18.0% % % 43.4% 10.0% % % Lille 50.2% -5.0% % % 51.9% 1.2% % % Lyon 68.6% 17.4% % % 63.7% 10.7% % % Marseille 57.5% 13.3% % % 47.6% 0.6% % % Monaco 51.5% 12.9% % % 52.3% 25.3% % % Montpellier 51.9% 18.8% % % 49.3% 12.3% % % Nice 57.6% 10.9% % % 47.5% 16.8% % % Strasbourg 48.5% -2.3% % % 51.0% 1.8% % % Toulouse 73.9% 22.1% % % 66.5% 16.7% % % Milieu de gamme TO RMC TO RMC Aix en Provence 51.8% 8.3% % % 44.4% -1.1% % % Avignon 60.6% 13.9% % % 49.5% 8.4% % % Bayonne-Anglet-Biarritz n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Bordeaux 59.5% 6.3% % % 52.3% 4.8% % % Cannes 43.3% 0.5% % % 38.8% 0.0% % % Dijon 51.1% 9.3% % % 44.4% 3.3% % % Grenoble 58.7% 18.1% % % 52.7% 2.1% % % Le Havre 64.2% 9.8% % % 55.6% 4.0% % % Lille 58.7% 4.7% % % 56.9% 4.1% % % Lyon 63.5% 16.1% % % 59.8% 9.9% % % Marseille 61.8% -1.8% % % 53.3% -5.0% % % Montpellier 56.8% 14.9% % % 53.3% 4.2% % % Nancy 69.5% 38.5% % % 51.5% 9.7% % % Nantes 60.9% 16.5% % % 56.4% 4.1% % % Niort 49.1% -3.4% % % 45.8% -9.8% % % Nice 60.8% 9.7% % % 52.6% 13.5% % % Pau 50.0% -13.8% % % 48.3% -7.4% % % Reims 53.6% 0.2% % % 46.6% -1.7% % % Rennes 61.9% 26.8% % % 53.7% 1.7% % % Rouen 53.8% 7.8% % % 51.7% 1.2% % % Strasbourg 50.3% -6.0% % % 49.2% -9.1% % % Toulouse 63.4% 18.3% % % 55.6% 2.1% % % 13

14 Performances Grandes Agglomérations de province Agglomérations de province Economique Super-économique Economique TO RMC TO RMC Aix en Provence 49.0% -6.8% % % 45.1% -5.1% % % Angers 57.7% 4.5% % % 56.2% 3.0% % % Avignon 50.2% -1.6% % % 43.3% -2.0% % % Bayonne-Anglet-Biarritz 50.0% 16.8% % % 45.2% 14.1% % % Bordeaux 66.4% 9.6% % % 58.6% 6.4% % % Dijon 60.5% -7.9% % % 58.4% -4.9% % % Grenoble 58.5% 9.3% % % 54.1% 0.0% % % Le Havre 46.2% -12.8% % % 41.4% -18.2% % % Lille 66.2% 5.8% % % 63.0% 5.2% % % Lyon 71.7% 15.9% % % 63.4% 8.3% % % Marseille 58.7% 2.4% % % 53.0% 3.9% % % Metz 60.5% 8.8% % % 51.8% 3.8% % % Montpellier 61.9% -0.2% % % 59.4% -2.8% % % Nancy 62.8% 11.9% % % 56.0% 7.7% % % Nantes 59.8% 13.5% % % 54.9% 3.9% % % Niort 51.6% 8.1% % % 46.8% -1.1% % % Pau n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Reims n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Rennes 68.5% 20.3% % % 61.6% 4.6% % % Rouen 56.9% 1.0% % % 52.4% -2.0% % % Strasbourg 57.6% -9.3% % % 56.6% -7.6% % % Toulouse 64.5% 7.3% % % 59.2% 0.9% % % Super-économique TO RMC TO RMC Angers 51.8% -0.9% % % 52.0% -4.7% % % Avignon 58.1% -7.5% % % 53.2% -8.5% % % Bayonne-Anglet-Biarritz n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - n.d. - Bordeaux 65.4% -2.3% % % 59.7% -5.0% % % Dijon 61.6% 0.7% % % 56.6% -4.4% % % Grenoble 61.2% 16.8% % % 59.1% 9.1% % % Le Havre 59.9% -17.8% % % 57.7% -14.1% % % Lille 58.0% -5.1% % % 57.2% -1.9% % % Lyon 69.1% 1.4% % % 65.5% 1.1% % % Marseille 58.8% -5.7% % % 56.0% -1.7% % % Metz 61.5% 0.7% % % 59.2% -2.6% % % Montpellier 56.2% -14.3% % % 54.8% -8.9% % % Nancy 60.7% 8.2% % % 54.5% 2.1% % % Nantes 69.0% 13.6% % % 63.7% 6.9% % % Niort 61.8% 14.0% % % 57.9% 8.7% % % Pau 51.7% -3.1% % % 47.5% -4.8% % % Rennes 69.9% 17.9% % % 59.6% 4.3% % % Rouen 62.5% 8.5% % % 57.1% 5.9% % % Strasbourg 55.8% -9.4% % % 54.2% -11.6% % % Toulouse 73.8% 5.4% % % 66.9% 1.4% % % 14

15 Informations complémentaires et juridiques Définitions des indicateurs hôteliers Le Taux d occupation (TO) : Le TO indique le niveau moyen de fréquentation d un hébergement sur une période donnée. TO en % = On entend par «chambres disponibles» la capacité totale ouverte à la location, c est-à-dire hors chambres destinées au logement du personnel. Offerts et gratuités ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux d occupation. La Recette Moyenne par Chambre Louée (RMC) : La RMC reflète le prix moyen auquel est vendue une chambre sur une période donnée, tenant compte des réductions concédées et des tarifs spéciaux accordés (tarifs saisonniers, tarifs groupes, tarifs congrès, etc.) RMC en = Le chiffre d affaires hébergement exclut les recettes petits-déjeuners et téléphone. Cet indicateur est exprimé hors taxes. Le revenu moyen par chambre disponible () : Le est le rapport entre le chiffre d affaires hébergement et le nombre de chambres disponibles à la vente. Indicateur hôtelier par excellence, le reflète les performances d un établissement à la fois en termes de fréquentation et de prix moyen. en = Nombre de chambres occupées Nombre de chambres disponibles 100 Chiffre d'affaires hébergement Nombre de chambres occupées Chiffre d'affaires hébergement Nombre de chambres disponibles Le peut également être calculé en multipliant le TO par la RMC. Il est exprimé hors taxes. Catégories Hôtels de Grand Luxe : établissements les plus prestigieux du territoire, qui se démarquent par leur localisation, la qualité de leur bâti, leur aménagement, les services proposés, leur renommée et qui visent une clientèle exclusive. Hôtels haut de gamme : hôtels s inscrivant dans la tranche supérieure du marché et proposant, à ce titre, une gamme de services élargie. Ils ne bénéficient toutefois pas du prestige des hôtels de Grand Luxe et s adressent à une clientèle un peu plus large. Hôtels de Milieu de gamme : véritable charnière entre l hôtellerie supérieure et d entrée de gamme, ils bénéficient d une gamme de services large mais un peu moins complète que celles des hôtels haut de gamme. Hôtels économiques : hôtels proposant une gamme restreinte de services et d équipements. Ils s adressent à un large public soucieux du prix payé mais également des prestations proposées. Hôtels super-économiques : hôtellerie centrée sur les attentes fondamentales de la clientèle, avec une gamme de services très restreinte et où le facteur prix est primordial dans le choix du client. 15

16 Informations complémentaires et juridiques In Extenso membre de Deloitte A propos de Deloitte Deloitte mobilise un ensemble de compétences diversifiées pour répondre aux enjeux de ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs des grandes entreprises multinationales aux microentreprises locales, en passant par les entreprises moyennes. Fort de l expertise de ses collaborateurs et associés, Deloitte en France est un acteur de référence en audit & risk services, consulting, financial advisory, juridique & fiscal et expertise comptable, dans le cadre d une offre pluridisciplinaire et de principes d action en phase avec les exigences de notre environnement. Pour en savoir plus, A propos d In Extenso In Extenso, membre de Deloitte, est un acteur majeur de l'expertise comptable en France. Avec un réseau de collaborateurs et 215 agences réparties sur tout le territoire, In Extenso propose aux chefs d'entreprises, artisans, commerçants, professions libérales et responsables d'associations un service professionnel complet, privilégiant la proximité, l'écoute et la pro-activité. Fortement ancré dans le tissu économique français, In Extenso est l'interlocuteur privilégié de plus de clients appartenant à tous les secteurs d'activité. Pour en savoir plus, A propos du conseil In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie est l un des leaders du conseil dans le secteur du tourisme, de l hôtellerie et de la restauration. Le département regroupe les compétences et savoir-faire de plusieurs dizaines de collaborateurs en France. Ils disposent aujourd hui d une expérience significative en matière d études dans l industrie du Tourisme et de l Hôtellerie. La large gamme de services, inhérente à notre expertise sur le marché national et international, se présente comme suit : Etude de marché et de faisabilité Evaluation de patrimoine Schéma de développement Capital Humain Autres missions Analyser l environnement de marché Définir / Recommander / Analyser le concept produit Estimer des performances commerciales Estimer des recettes totales et des dépenses (comptes de résultat) Analyser la faisabilité financière du projet Analyser l environnement de marché Analyser le patrimoine (bâtiment, contrats, état d entretien, etc.) Analyser les performances historiques Estimer le potentiel de croissance Evaluer par les méthodes statiques Evaluer par la méthode dynamique Réaliser un inventaire dynamique de l existant Analyser l impact des dynamiques en cours (économie, transport, marché, etc.) Diagnostiquer l existant Définir les enjeux de développement Réaliser des recommandations Aligner la fonction RH avec les objectifs stratégiques Maîtriser les risques opérationnels RH et respecter la réglementation Intégrer la dimension humaine dans vos réorganisations et transformations Développer une stratégie de rémunération attractive et incitative Etude de benchmark Recherche d opérateurs Recherche d investisseurs Assistance à Maîtrise d Ouvrage Diagnostic de Systèmes d Informations Etc. Pour en savoir plus, 16

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Exploitant Promoteur Constructeur Investisseur Mandat de vente d un fonds de commerce hôtelier sous enseigne Mandat

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi Art. 53 (4 ) de la loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances Note explicative Cette annexe présente les évaluations préalables

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Entre : d une part, les organisations professionnelles d employeurs représentatives au

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Normandie Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Normandie Dr Patrice

Plus en détail

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2014 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

contacts Guide des Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture www.anefa.org En agriculture, à chaque saison son emploi.

contacts Guide des Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture www.anefa.org En agriculture, à chaque saison son emploi. Guide des contacts Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture ANEFA Association Nationale Emploi Formation en Association Agriculture Nationale Emploi Formation en Agriculture www.anefa.org www.anefa.org/saisonniers

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui la semaine Ecole-Entreprise Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui Sommaire p. 4 - Pourquoi participer à la semaine Ecole-Entreprise? p. 7 - Des acteurs engagés, des enjeux partagés

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail ED 936 couverture CS4.indd 1 07/07/14 10:57 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Européenne De Métré. Présentation

Européenne De Métré. Présentation Européenne De Métré Présentation SOMMAIRE 1 - HISTORIQUE...2 2 - NOS ACTIVITES...2 3 - VOTRE PROFIL...3 4 - NOTRE PROPOSITION...4 5 - PRESENTATION DU RESEAU...4 6 - PRINCIPALES CONDITIONS JURIDIQUES DU

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015 BAROMÈTRE VOLTAIRE Les Français et l orthographe 1 re édition juin 2015 Introduction Qu est-ce que le Projet Voltaire? Depuis 2008, plus de deux millions de Français se sont entraînés avec le Projet Voltaire,

Plus en détail

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES enseignements formation recherche 2014 les académies Hautsde-Seine 971 92 Finistère 29 Seine-Saint-Denis 93 PARIS 75 GUADELOUPE MARTINIQUE 973 GUYANE Côtes-d'Armor 22

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Établissement français du sang

Établissement français du sang Établissement français du sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Île-de-France Rapport d activité 2013 www.etablissement-francais-du-sang.fr Efs ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC)

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) LISTE DE S DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) FILIERES LOCALISATION GEOGRAPHIQUE LOCALISATION ADMINISTRATIVE INTITULE DU 1 Ain Gendarmerie Belley Cuisinier au cercle mixte de l'escadron de gendarmerie

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Pays de la Loire Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Pays de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE CGPC / S5 / FW 2005-0032-01 LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE Rapport de mission relative aux modalités de mise en œuvre de l aide accordée par l Etat pour la réalisation des aires

Plus en détail

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat journées 201 techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat 160 stagiaires formés par le CNIDEP depuis 2010 Amélioration des pratiques environnementales dans les

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Repères et références statistiques

Repères et références statistiques Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS 2013) Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche ( RERS 2013) .

Plus en détail

Repères et références statistiques

Repères et références statistiques Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS 2012) Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche ( RERS 2012) .

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Référentiel formation à l usage des formateurs SST L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Tarif des mutuelles santé : Communiqué de presse Lille, le 1er septembre 2011 Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Le cabinet de conseil Fact&Figures prévoyait en juillet

Plus en détail

Directions régionales d OSEO

Directions régionales d OSEO Où adresser votre dossier? Vous devez envoyer ou remettre votre dossier de participation dûment rempli en cinq exemplaires, le 31 janvier 2008 au plus tard, à la direction régionale d OSEO correspondant

Plus en détail

Changer de département à la rentrée

Changer de département à la rentrée A 2011 MUTATIONS Instituteurs Professeurs des écoles Changer de département à la rentrée www.sgen.cfdt.fr novembre 2010 Mensuel 2,50 suppl. au n 197 RCS Strasbourg B 588 505 354 11/10 MA BANQUE EST DIFFÉRENTE,

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 19 décembre 2012 fixant les listes de fonctions des services de l Etat du ministère de l intérieur

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Situations de travail exposant à l amiante

Situations de travail exposant à l amiante Situations de travail exposant à l amiante L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 La Lettre du Président L année 2007 a été marquée par la promulgation de la loi de réforme de protection de l enfance, le 5 mars 2007. Les bouleversements qu elle induit ont modifié

Plus en détail

DADS 2006 Liste des variables Fichier détail "postes" Echantillon au 1/12ème

DADS 2006 Liste des variables Fichier détail postes Echantillon au 1/12ème DADS 2006 Liste des s Fichier détail "postes" Echantillon au 1/12ème Index des s : AGE : Age du salarié en années...2 AT : Nombre d'années-travail...2 CPFD : Condition d'emploi : temps complet ou partiel,

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE Les véhicules les plus vandalisés Les véhicules les plus volés La typologie des sinistres & Les résultats de notre enquête sur l expertise auprès des automobilistes

Plus en détail

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés juin 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Lundi 11 février (9h-13h30) ENS Cognitique (diplôme d ingénieur CTI, Management des connaissances, Bordeaux) ISTHIA (Université Toulouse

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

Types de structures de soins de premier recours. Adresses Horaires Dates. Mutualité Française de Savoie SSAM 152, Faubourg Mâché 73000 Chambéry

Types de structures de soins de premier recours. Adresses Horaires Dates. Mutualité Française de Savoie SSAM 152, Faubourg Mâché 73000 Chambéry 73 Savoie Centre de santé dentaire mutualiste Mutualité Française de Savoie SSAM 152, Faubourg Mâché 73000 Chambéry 09h30 12h00 01/04/15 Ile de France 75 Paris Centre RATP 62, quai de la Râpée 75012 Paris

Plus en détail

INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES. A. L organisation des tribunaux administratifs

INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES. A. L organisation des tribunaux administratifs INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES Les juridictions administratives sont chargées de régler les litiges entre les particuliers et les administrations, à la différence des juridictions

Plus en détail

Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises

Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises Master 2 ème Année Ingénierie Statistique et financière Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises Réalisé par : Nicolas CHAIGNEAUD Nora SLIMANI Année universitaire 2007-2008

Plus en détail

Prêts bonifiés à l agriculture

Prêts bonifiés à l agriculture MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction du financement de l agriculture Bureau du crédit Adresse : 78 bis, rue

Plus en détail

Sommaire. Équipe & organisation...62 Organigramme et organisation... 62 Gestion des ressources humaines... 64 Certification ISO 9001...

Sommaire. Équipe & organisation...62 Organigramme et organisation... 62 Gestion des ressources humaines... 64 Certification ISO 9001... 2012 Rapport annuel Sommaire 1 2 3 Les distributeurs Les collectivités L économie sociale & solidaire 4 La logistique Le traitement 5 6 Eco-systèmes en 2012... 2 Les cinq missions d Eco-systèmes... 3 Évolution

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort - SIAGEP - Examen du traitement des usagers en situation de précarité énergétique Exercice 2012 Septembre 2014

Plus en détail

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen

Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen Correspondant AFNOR Certification : Patricia PROIA: Tel : 01 41 62 62 26 Fax : 01 49 17 90 40 Email : patricia.proia@afnor.org Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen Edition n 2010/06

Plus en détail

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés JUIN 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Aquitaine-Limousin Rapport d activité 2009 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Aquitaine-Limousin

Plus en détail

Vérifications des machines et appareils de levage

Vérifications des machines et appareils de levage Vérifications des machines et appareils de levage L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets SIRP/GL/JM/N Paris, le 21 avril 2000 Affaire suivie par : Mle Géraldine LACROIX Tél. : 01 49 27 39 82 Réf. : Le ministre de l intérieur à Mesdames et messieurs les préfets NOR INT/K/00/00096/C OBJET :

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail