Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises"

Transcription

1 Master 2 ème Année Ingénierie Statistique et financière Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises Réalisé par : Nicolas CHAIGNEAUD Nora SLIMANI Année universitaire Edwin DIDAY

2 SOMMAIRE I Introduction p.3 II Présentation du datamining p.4 II.1) Qu est ce que le datamining? P.4 II.2) Présentation du logiciel SODAS p.5 III Présentation de l étude p.6 III.1) Objectifs et définition de la problématique p.6 III.2) Construction de la base de données p Définition des «concepts» et «individus» 2 - Structure de la base III.3) Importation des données sous DB2SO p Présentation de DB2SO 2 - Importation des données IV Méthodes statistiques utilisées p.13 IV.1) SOE (Symbolic Objects Editor)/VIEW selon la version de SODAS a) Présentation de la méthode b) Application de la méthode IV.2) STAT (Elementary Statistics on Symbolic Objects) p.18 c) Présentation de la méthode d) Application de la méthode IV.3) DIV (Divisive Clustering on Symbolic Objects) p.27 e) Présentation de la méthode f) Application de la méthode IV.4) TREE (Decision Tree) p.30 g) Présentation de la méthode IV.5) HYPYR (Pyramidal Clustering on Symbolic Objects) p.31 h) Présentation de la méthode i) Application de la méthode V Résumé des résultats obtenus p.34 VI Conclusion p.35 VII Bibliographie p.37 VIII Annexes p.38 Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 2

3 I Introduction Le datamining consiste à extraire et à analyser par des méthodes statistiques un large volume de données provenant d une base de données ou d un Datawarehouse. Dans ce projet, nous allons nous intéresser aux régions de France. Notre objectif est d établir une typologie des régions françaises en se basant sur les caractéristiques propres à ces régions et sur leur lien avec les caractéristiques des départements qui les composent. Cette étude nous permettra également de savoir quelles sont les régions qui se ressemblent ou au contraire s opposent. Notre projet de décompose en plusieurs parties : tout d abord, nous ferons une présentation du datamining et du logiciel SODAS utilisé dans le cadre de ce projet. Puis, nous décrirons ensuite notre base de données que nous importerons dans SODAS avec DB2SO. Dans une troisième partie, nous utiliserons les méthodes statistiques disponibles dans le logiciel SODAS pour extraire de nos données des connaissances pertinentes (pépites). Enfin, on terminera notre étude par une synthèse générale de nos résultats. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 3

4 II Présentation du datamining II.1) Qu est ce que le datamining? Le datamining est un outil d aide à la décision utilisant des méthodes statistiques qui permettent d exploiter de manière stratégique des données pour en extraire des connaissances. L évolution des systèmes d information, le besoin de traiter des volumes gigantesques de données stockées dans un entrepôt de données (Datawarehouse) ont permis l émergence du datamining dans les entreprises. Le datamining est une démarche : on part d un ensemble de données que l on va exploiter pour en extraire de l information pertinente. Le datamining joue un rôle majeur dans la gestion de la relation client (CRM). Néanmoins, son champ d application ne se limite pas au marketing. Les méthodes du datamining peuvent également s appliquer au webmining (par exemple pour analyser la fréquentation des sites Web), au contrôle qualité, au traitement d images Les logiciels utilisés dans les milieux professionnels pour faire du datamining sont nombreux et on peut citer ceux qui sont les plus utilisés en pratique : - SPSS/Clementine, SAS Entreprise Miner, Intelligent Miner, KXEN, Statistica Data Miner, SPAD, Matlab, Oracle Datamining, TANAGRA, Amadéa, Epiphany II.2) Présentation du logiciel SODAS SODAS (Symbolic Data Analysis for Official Statistics) est un logiciel prototype public et gratuit issu du projet de EUROSTAT. Il est téléchargeable gratuitement à l adresse suivante : Il utilise des objets symboliques et permet de résumer les données à l aide de concepts sous-jacents. L analyse des données symboliques permet de manipuler des données plus complexes et permet de les représenter graphiquement. L utilisation du logiciel se fait dans l ordre des étapes qui suivent : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 4

5 - On part d une base de données relationnelle (par exemple au format Access). - On définit ensuite des unités statistiques de premier niveau qui correspondent à nos individus ainsi que les variables permettant leur description. - On définit également nos unités statistiques de second niveau appelées des concepts qui permettent de résumer l ensemble des données des individus. - On construit alors un tableau de données symboliques dont les concepts décrivent les propriétés des unités statistiques de premier niveau qui leur sont associées. Chaque concept est décrit par des variables dont les valeurs peuvent être des histogrammes, intervalles, valeurs uniques - Ensuite, on analyse ce tableau en utilisant des méthodes d analyse de données symboliques (ex : Dissimilarités, arbres de décision, analyse factorielle ) pour en extraire des connaissances exploitables. Figure 1 : Vue d ensemble du logiciel Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 5

6 III Présentation de l étude III.1) Objectifs et définition de la problématique Notre objectif est d établir une typologie des régions françaises en se basant sur les caractéristiques propres à ces régions et sur leur lien avec les caractéristiques des départements qui les composent. La question est de savoir quelles sont les régions qui se ressemblent ou au contraire se distinguent et sur quels critères. III.2) Construction de la base de données 1 - Définition des «concepts» et «individus» Nous disposons de données portant sur les 22 régions de France et les 96 départements français métropolitains qui correspondent respectivement à nos concepts et individus. Nos données proviennent de l INSEE et sont disponibles à l adresse suivante : Nos concepts et individus sont listés plus précisément dans l annexe Structure de la base Notre base de données est une base relationnelle de données Access. Celle-ci est composée de deux tables principales : - la table Départements pour les individus - la table Régions pour les concepts Le schéma relationnel de la base de données est représenté ci-dessous : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 6

7 3 - Définition des variables explicatives Les variables décrivant nos individus peuvent être réparties en 4 catégories : Les variables sur la population : o La population 1 (1999) o La part de la population des communes de montagne en % (1999) o La part de la population dans les communes de l espace à dominante urbaine en % (1999) Les variables sur les activités et catégories sociales : o Le taux d activité des hommes de 20 à 59 ans en % (1999) o Le taux d activité des femmes de 20 à 59 ans en % (1999) o Le taux de chômage en % (1999) o La part des agriculteurs dans la population active en % (1999) o La part des indépendants dans la population active en % (1999) o La part des cadres dans la population active en % (1999) o La part des professions intermédiaires dans la population active en % (1999) o La part des employés dans la population active en % (1999) 1 Il s agit d une variable qualitative (ou nominal). Les autres variables sont continues. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 7

8 o La part des ouvriers dans la population active en % (1999) o La part des retraités dans la population active en % (1999) Les variables sur l économie et les entreprises : o Le taux de création d entreprises en % (2000) o La part de l agriculture dans l emploi en % (2000) o La part de l industrie dans l emploi en % (2000) o La part du tertiaire dans l emploi en % (2000) Les variables sur la richesse : o Le revenu imposable net par foyer fiscal1 (moyenne France=100) (1996) o La part des foyers fiscaux non imposés en % (1999) o La part de personnes couvertes par le RMI (1999) De même, les variables décrivant nos concepts sont : Les variables sur la population : o La superficie en km 2 o La densité en habitant/ km 2 (2006) o L espérance de vie des hommes en années (2004) o La part des moins de 20 ans en % (2005) o La part des 20 à 59 ans en % (2005) o La part des plus de 60ans en % (2005) Les variables sur la richesse : o Les salaires nets annuels en euros (2005) o Le PIB par habitant en euros (2006) o Le PIB par emploi en euros (2006) Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 8

9 III.3) Importation des données sous DB2SO 1 - Présentation de DB2SO Avant d importer nos données sous DB2SO, nous avons du réaliser une requête nous permettant de décrire nos départements. Le code SQL de cette requête est donné ci-dessous : SELECT DISTINCT Départements.NomDépartement, [Département-Régions].NomRégion, Départements.population, Pop_groupe.pop_groupe, Départements.Densité_population, Départements.part_pop_zone_urbaine, Départements.Part_pop_communes_montagne, Départements.Taux_activité_hommes, Départements.Taux_activité_femmes, Départements.Taux_de_chômage, Départements.Part_agriculteurs_pop_active, Départements.Part_indépendants_pop_active, Départements.Part_cadres_pop_active, Départements.Part_intermédiaires_pop_active, Départements.Part_employés_pop_active, Départements.Part_ouvriers_pop_active, Départements.Part_retraités, Départements.Taux_créations_dentreprises, Départements.Revenu_net_imposable_foyer_fiscal, Départements.Part_pop_couverte_par_le_RMI, Départements.Part_foyers_fiscaux_non_imposables FROM [Département-Régions], Départements, Pop_groupe, revenu_net_groupe WHERE ((Départements.population) Between Pop_groupe.pop_min And Pop_groupe.pop_max) And Départements.[N Département]=[département-régions].[Numéro département] And ((Départements.[Revenu_net_imposable_foyer_fiscal]) Between revenu_net_groupe.revenu_net_min And revenu_net_groupe.revenu_net_max); DB2SO est un module du logiciel SODAS qui permet à l utilisateur de créer un ensemble de concepts à partir d une base de données relationnelle. On suppose qu un ensemble d individus (unités de premier niveau) est stocké dans la base et sont repartis dans plusieurs groupes. DB2SO peut alors construire un concept pour chaque groupe d individus. Les variables mère/fille et les taxonomies sur les variables pourront aussi être associées aux concepts générés par DB2SO. 2- Importation des données Tout d abord, dans Sodas file on sélectionne Import with DB2SO. Dans File, on sélectionne new puis Source de données machine et on choisit le format de notre base de données. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 9

10 On sélectionne ensuite la base Départements.accdb puis la requête DescriptionDépartements décrite précédemment. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 10

11 A la suite de ces différentes étapes, DB2SO génère une matrice de données symboliques composée de 20 variables et de 22 concepts. Il renvoie le message suivant : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 11

12 On sélectionne ensuite add-single dans Modify pour ajouter les variables décrivant les concepts (table Régions). Les variables qui ont été ajoutées sont : o La superficie en km2 o L espérance de vie des hommes en 2004 o L espérance de vie des femmes en 2004 o La part des moins de 20 ans en 2005 Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 12

13 o La part des 20 à 59 ans en 2005 o La part des plus de 60ans en 2005 o Les salaires nets annuels en euros (2005) o Le PIB par habitant en euros (2006) o Le PIB par emploi en euros (2006) La matrice des données symboliques est finalement composée de 19 variables (2 qualitatives et 17 quantitatives), 22 concepts et 10 variables uniques. On sauvegarde ensuite le fichier produit par les étapes précédentes sous le nom Départements.gaj puis on l exporte au format sds. IV Méthodes statistiques utilisées SODAS est un logiciel facile d utilisation puisqu il suffit de faire glisser la méthode que l on souhaite appliquer, vérifier les paramètres de celle-ci à l aide du clique droit et enfin exécuter cette méthode: Dans cette partie, nous allons présenter les méthodes statistiques vues en cours, appliquer celles-ci dans le cadre de notre base de données et résumer les principaux résultats obtenus (les pépites) Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 13

14 IV.1) SOE (Symbolic Objects Editor)/VIEW selon la version de SODAS a) Présentation de la méthode La méthode VIEW (équivalente à SOE dans la première version de SODAS) récapitule dans un tableau les objets symboliques présents dans le fichier SODAS utilisé. Elle permet également de modifier les libellés des objets, des modalités et des variables. Cette méthode permet de représenter de façon graphique les concepts sous forme d étoiles où chaque branche représente une variable. La représentation des étoiles peut se faire au choix en 2 ou 3 dimensions. Enfin, cette méthode permet aussi d effectuer des histogrammes des variables (horizontaux ou verticaux). Il est bien évident que nous n allons pas ici décrire toutes les représentations graphiques effectuées mais celles qui nous paraissent les plus pertinentes et nous montrent l intérêt de cette méthode. b) Application de la méthode Le tableau que nous renvoie la méthode SOE (ou VIEW) et qui croise les concepts et variables est donné ci-dessous : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 14

15 Comparatif Ile de France - Limousin Grâce à cette étoile, on peut voir que la région Ile de France présente un taux d activité, un revenu net imposable par habitant et une part de cadres très nettement supérieurs à ceux du Limousin. En revanche, elle présente un taux de chômage plus élevé. Le Limousin est une région plutôt rurale avec une part d agriculteurs dans la population active très largement supérieure à celle de l Ile-de- France qui est quasi-nulle mais également assez âgée avec une part de retraités aussi très élevée. L étoilé précédente permet d opposer ces deux régions principalement sur des critères de richesse et de type d emploi. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 15

16 Comparatif Languedoc Roussillon - PACA Cette seconde étoile présente la répartition des variables pour le Languedoc-Roussillon et la région PACA. On constate que la région PACA présente un taux d activité très largement supérieur à celui du Languedoc-Roussillon essentiellement dans le tertiaire et l industrie comme en témoignent les parts d ouvriers et d employés dans la population active nettement plus élevés pour la région PACA. Ces forts taux d activité s accompagnent également d un très fort taux de chômage qui nécessairement induit une part de population couverte par le RMI très élevée. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 16

17 Comparatif Nord Pas de Calais - Corse Cette troisième étoile compare les résultats obtenus pour la Corse et le Nord-Pas-de-Calais. On remarque que la Corse est une région beaucoup moins peuplée que le Nord-Pas-de-Calais. De plus, on remarque que la Corse est une région essentiellement tertiaire tandis que le Nord-Pasde-Calais est plutôt une région ouvrière. Les parts d agriculteurs et de retraités sont très proches pour ces deux régions. Le taux de chômage ainsi que la part de la population couverte par le RMI sont plus élevés pour la Corse tandis que le taux d activité est plus élevé dans la région Nord-Pas-de-Calais. Ce dernier constat est assez étonnant dans la mesure où le taux de création d entreprises est plus élevé en Corse. Ce résultat pourrait peut-être s expliquer par un taux de défaillance d entreprises plus important en Corse. Finalement, ces deux régions s opposent non seulement géographiquement mais également sur des critères de population et de structure d emplois dans la population active. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 17

18 IV.2) STAT (Elementary Statistics on Symbolic Objects) a) Présentation de la méthode Cette méthode permet d appliquer des méthodes «classiques» à des données symboliques représentées par leurs descriptions. Cette méthode dépend du type de la variable étudiée : - les fréquences relatives pour les variables multimodales - les fréquences relatives pour les variables intervalles - les capacités et min/max/moyenne pour les variables multimodales probabilistes - biplot pour les variables intervalles Selon le choix de l utilisateur, la sortie se fait sous forme de listing ou de graphique. b) Application de la méthode La méthode construit un histogramme pour la variable choisie sur un intervalle [a,b] (où a correspond à la borne inférieure de la variable et b à la borne supérieure) de la manière suivante : - l intervalle [a,b] est découpé en k classes de longueurs identiques, où k est défini a priori par l utilisateur - le calcul de la fréquence relative associée à la classe Ck tient compte du «recouvrement» de la classe Ck par les valeurs intervalle de la variable sur chaque objet symbolique. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 18

19 Voici les principaux résultats graphiques de cette méthode : Ces histogrammes permettent de mettre en évidence les oppositions entre les régions rurales (Auvergne, Midi-Pyrénées) et les régions plus riches comme l Ile-de-France. En effet, on remarque que l Ile-de-France présente un revenu imposable net par foyer fiscal et une part de cadres dans la population active 3 fois supérieurs à ceux des régions Auvergne et Midi-Pyrénées plus agricoles et où la part de retraités est plus élevée. Les taux d activité de ces trois régions sont très proches mais la répartition des emplois dans la population active est très différente ce qui explique les écarts de richesse constatés. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 19

20 Ces deux histogrammes illustrent la répartition des deux variables continues : taux de chômage et part de retraités dans la population. Dans notre cas, ces deux variables sont découpées en 10 classes (choix arbitraire). En abscisses, figurent les valeurs de ces deux taux (en pourcentage) tandis qu en ordonnées on trouve les fréquences relatives associées aux deux variables. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 20

21 Sortie listing pour la variable part de la population dans les communes de montagne (en 5 classes) : SODAS - STAT RELATIVE FREQUENCIES (INTERVAL) File: DEPART~1.SDS Title: departements.sds Part_pop_communes_montagne limits: class width: 19.9 class class class class class Central tendancy: Dispersion: Pour les variables multimodales, la méthode STAT construit d une part un histogramme des capacités des différentes modalités prises par une variable donnée et d autre part un histogramme présentant la probabilité minimum, la probabilité maximale et la probabilité moyenne prise par chaque modalité. Notons que dans notre base de données, nous n avions pas de variable multi modalités ; nous en avons donc construit une «artificiellement» en découpant la population en 5 classes selon des bornes que nous avons définies arbitrairement. Sortie listing pour la variable population modifiée avec un découpage en 5 classes : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 21

22 SODAS - STAT CAPACITIES File: DEPART~1.SDS Title: departements.sds capa mini maxi mean pop_groupe AC01 Entre_ M_dhab AC02 Moins_de_500000_hab AC03 1M-1,5M_dhab AC04 1,5M-2M_dhab AC05 Plus_de_2millions_dhab Sortie graphique associée: On peut donc observer que la probabilité moyenne des 5 classes est la plus élevée pour la classe population inférieure à habitants (en réalité, c est la classe qui comporte le plus d individus). En revanche, la classe dont la probabilité moyenne est la plus faible est la classe 1,5-2 millions d habitants, dont on peut déduire que l effectif est faible. Graphiques Bi plot : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 22

23 Ce premier graphique Biplot croise la variable taux d activité et le taux de chômage pour 4 régions sélectionnées. Graphiquement, il est aisé de constater que : - la Corse se caractérise par un taux de chômage élevé associé à un taux d activité très faible - le Limousin, la Picardie et l Ile de France sont 3 régions où le taux d activité est assez élevé - la région Limousin a un taux de chômage plus faible que la région Picardie - l Ile de France est une région assez particulière dans le sens où il y a une forte disparité pour les deux variables étudiées puisque l aire du carré est la plus élevée des 4 régions étudiées (on peut penser que certains départements à l intérieur de la région ont des taux de chômage élevés) - la région Limousin a un taux de chômage plus faible que la région Picardie Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 23

24 Ce premier graphique Biplot croise la variable taux d activité et le taux de chômage pour 4 régions sélectionnées. Graphiquement, il est aisé de constater que : - la Corse se caractérise par un taux de chômage élevé associé à un taux d activité très faible - le Limousin, la Picardie et l Ile de France sont 3 régions où le taux d activité est assez élevé - la région Limousin a un taux de chômage plus faible que la région Picardie - l Ile de France est une région assez particulière dans le sens où il y a une forte disparité pour les deux variables étudiées puisque l aire du carré est la plus élevée des 4 régions étudiées (on peut penser que certains départements à l intérieur de la région ont des taux de chômage élevés) - la région Limousin a un taux de chômage plus faible que la région Picardie Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 24

25 De la même manière ce second graphique Biplot croise la variable taux de chômage avec la part de retraités dans la population. Ainsi, on peut remarquer que : - l Ile de France, le Nord Pas de Calais et l Alsace sont 3 régions où la part de retraités est assez faible contrairement aux régions Poitou Charentes et Limousin où celle-ci est assez élevée - il existe une forte disparité du taux de chômage en Ile de France (la hauteur du rectangle est la plus élevée de toutes les régions) - Le Nord Pas de Calais et l Alsace s opposent sur l axe taux de chômage puisque l Alsace est caractérisée par un taux de chômage plutôt faible alors que pour le Nord le taux de chômage est élevé - Le Poitou Charentes et le Limousin sont deux régions similaires en termes de taux de chômage et part de retraités dans la population Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 25

26 IV.3) DIV (Divisive Clustering on Symbolic Objects) a) Présentation de la méthode C est une méthode d échantillonnage hiérarchique qui permet de faire un partitionnement en un nombre de classes fixé a priori. Il est nécessaire de choisir des variables d échantillonnage soit qualitatives, soit quantitatives, mais jamais les deux simultanément. A chaque étape, une classe est subdivisée en deux sous-classes suivant une question binaire, ce qui permet d obtenir un partitionnement optimal, conformément au critère d inertie (maximisation de la variance interclasse et minimisation de la variance intraclasse). L algorithme de partitionnement se stoppe au bout de K-1 subdivisions où K est le nombre de classes fixé a priori. L application de cette méthode donne les résultats suivants : b) Application de la méthode PARTITION IN 6 CLUSTERS: : Cluster 1 (n=2): Limousin Corse Cluster 2 (n=2) : Île-de-France Nord - Pas-de-Calais Cluster 3 (n=5) : Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Cluster 4 (n=2) : Rhône-Alpes PACA Cluster 5 (n=4) : Picardie Alsace Bretagne Haute-Normandie Cluster 6 (n=7) : Auvergne Champagne-Ardenne Basse-Normandie Poitou-Charentes Centre Bourgogne Franche-Comté Explicated inertia: Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 26

27 DESCRIPTION OF THE CLUSTERS: Cluster 1: IF 5- [population <= ] IS TRUE AND 2- [population <= ] IS TRUE AND 1- [population <= ] IS TRUE Cluster 2: IF 3- [Part_indépendants_pop_active <= ] IS TRUE AND 1- [population <= ] IS FALSE Cluster 3: IF 4- [Revenu_net_imposable_foyer_fiscal <= ] IS TRUE AND 2- [population <= ] IS FALSE AND 1- [population <= ] IS TRUE Cluster 4: IF 3- [Part_indépendants_pop_active <= ] IS FALSE AND 1- [population <= ] IS FALSE Cluster 5: IF 4- [Revenu_net_imposable_foyer_fiscal <= ] IS FALSE AND 2- [population <= ] IS FALSE AND 1- [population <= ] IS TRUE Cluster 6: IF 5- [population <= ] IS FALSE AND 2- [population <= ] IS TRUE AND 1- [population <= ] IS TRUE THE CLUSTERING TREE: the number noted at each node indicates the order of the division - Ng <-> yes and Nd <-> no Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 27

28 +---- Classe 1 (Ng=2)!! [population <= ]!!! Classe 6 (Nd=7)!! [population <= ]!!!! Classe 3 (Ng=5)!!!!! [Revenu_net_imposable_foyer_fiscal <= ]!!! Classe 5 (Nd=4)!! [population <= ]!! Classe 2 (Ng=2)!!! [Part_indépendants_pop_active <= ]! Classe 4 (Nd=2) NAME OF INTERNAL VT0 FILE: C:\Program Files\DECISIA\SODAS version 2.0\filieres\GJKQXG01.vt END OF PROGRAM DIV On peut donc constater que : - la classe 1 est composée de 2 régions dont le nombre d habitants est relativement faible : Limousin et Corse - la classe 2 est composée de 2 régions où le nombre d habitants est élevé et où la part d indépendants dans la population active est plutôt faible : Ile de France et Nord - la classe 3 est composée de 5 régions - la classe 4 est composée de 2 régions : Rhône Alpes et PACA où la part d indépendants est assez élevée (critères opposés de la classe 2) - les classes 5 et 6 sont respectivement constituées de 4 et 7 régions Pour avoir plus d informations sur les critères d affectation d une classe ou d une autre, il faut se reporter à la sortie listing de SODAS qui est plus détaillée. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 28

29 IV.4) TREE (Decision Tree) a) Présentation de la méthode Cette méthode propose un algorithme par agrandissement d arbre. Il s agit d une procédure récursive de partitionnement qui peut être vue comme une recherche itérative d un ensemble organisé d objets symboliques qui correspond le mieux aux données initiales. A chaque étape, le meilleur partitionnement est obtenu grâce à une mesure donnée en paramètre. Notons qu avant d exécuter cette méthode il est nécessaire de choisir la variable d identification des différentes classes (à l aide d Add-Single Value sous DB2SO) et de choisir les variables prédictives. En sortie, on obtient une nouvelle liste d objets symboliques qui permet d assigner de nouveaux objets à une classe de la partition déjà connue. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 29

30 IV.5) HYPYR (Pyramidal Clustering on Symbolic Objects) b) Présentation de la méthode Cette méthode est une classification pyramidale qui généralise la hiérarchisation en autorisant les classes non disjointes à un niveau donné. La pyramide constitue un modèle intermédiaire entre les arbres et les structures en treillis. Cette méthode permet de classer des données plus complexes que ce qu autorisait le modèle tabulaire et ceci en considérant la variation des valeurs prises par les variables. La pyramide est construite par un algorithme d agglomération opérant du bas (les objets symboliques) vers le haut (à chaque niveau, des classes sont agglomérées). Dans une classification pyramidale, chaque classe formée est définie non seulement par une extension (l ensemble de ses éléments) mais aussi par un objet symbolique qui décrit ses propriétés (l intension de la classe). L intension est héritée d un prédécesseur par son successeur et nous obtenons ainsi une structure d héritage. La structure pyramidale permet l identification de concepts intermédiaires qui comblent un vide entre des classes bien identifiées. En entrée de cette méthode, l utilisateur doit choisir les variables qui seront utilisées pour construire la pyramide. Ces variables peuvent être continues, des intervalles ou bien des histogrammes. L utilisateur a également la possibilité d utiliser simultanément des variables quantitatives et qualitatives. Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 30

31 c) Application de la méthode On remarque que la Corse et la région PACA se situent dans la même classe. Elles sont effet géographiquement proches mais présentent aussi des ressemblances dans la structure des emplois dans la population active (avec des parts d employés et des taux de chômage assez élevés). La Champagne-Ardenne et la Bourgogne qui sont des régions plutôt agricoles sont aussi situées dans la même classe. On constate également que les régions Ile-de-France et Rhône-Alpes sont dans la même classe. Ils présentent des taux d activité comparables. Dans la méthode HIPYR de SODAS, on peut également éditer le dendrogramme des régions présenté ci-dessous : Projet de Datamining Supervisé (SODAS) : Analyse des régions françaises 31

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

RAPPORT DE PROJET DATA MINING

RAPPORT DE PROJET DATA MINING DEA 127 : INFORMATIQUE SYSTEMES INTELLIGENTS RAPPORT DE PROJET DATA MINING «Analyse des endettements par niveau de développement des pays» Réalisé par : BELEM MAHAMADOU Sous la direction de : M. EDWIN

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi Art. 53 (4 ) de la loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances Note explicative Cette annexe présente les évaluations préalables

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

DATA MINING : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES «ACTIFS.MDB»

DATA MINING : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES «ACTIFS.MDB» EUZENADE Anne-Laure DESS 220 Informatique de gestion Université de Paris Dauphine DATA MINING : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES «ACTIFS.MDB» ANALYSE DE DONNEES E. DIDAY SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I. PRESENTATION

Plus en détail

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Entre : d une part, les organisations professionnelles d employeurs représentatives au

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

DESS Informatique Décisionnelle Université Paris Dauphine. Projet Datamining. Offres de location d appartements à Paris

DESS Informatique Décisionnelle Université Paris Dauphine. Projet Datamining. Offres de location d appartements à Paris DESS Informatique Décisionnelle Université Paris Dauphine Projet Datamining Offres de location d appartements à Paris Encadrant : Mr. DIDAY Mai 2004 VILLE Clarisse VIVIER Julien SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Exploitant Promoteur Constructeur Investisseur Mandat de vente d un fonds de commerce hôtelier sous enseigne Mandat

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui la semaine Ecole-Entreprise Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui Sommaire p. 4 - Pourquoi participer à la semaine Ecole-Entreprise? p. 7 - Des acteurs engagés, des enjeux partagés

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE CGPC / S5 / FW 2005-0032-01 LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE Rapport de mission relative aux modalités de mise en œuvre de l aide accordée par l Etat pour la réalisation des aires

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Normandie Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Normandie Dr Patrice

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Tarif des mutuelles santé : Communiqué de presse Lille, le 1er septembre 2011 Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Le cabinet de conseil Fact&Figures prévoyait en juillet

Plus en détail

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2014 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015 BAROMÈTRE VOLTAIRE Les Français et l orthographe 1 re édition juin 2015 Introduction Qu est-ce que le Projet Voltaire? Depuis 2008, plus de deux millions de Français se sont entraînés avec le Projet Voltaire,

Plus en détail

Les télécommunications au service de la ville

Les télécommunications au service de la ville Les télécommunications au service de la ville HYPCOM Page 1 Préambule A ce jour, l évolution des structures nécessite souvent une implantation sur plusieurs sites. Parallèlement, les besoins de communiquer

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

contacts Guide des Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture www.anefa.org En agriculture, à chaque saison son emploi.

contacts Guide des Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture www.anefa.org En agriculture, à chaque saison son emploi. Guide des contacts Pour trouver un emploi saisonnier en agriculture ANEFA Association Nationale Emploi Formation en Association Agriculture Nationale Emploi Formation en Agriculture www.anefa.org www.anefa.org/saisonniers

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail

De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail De l évaluation des risques au management de la santé et de la sécurité au travail ED 936 couverture CS4.indd 1 07/07/14 10:57 L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de

Plus en détail

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales ANNEXE VI Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales SOMMAIRE 1. LES RESSOURCES DES COLLECTIVITES NE SONT PAS MODIFIEES EN 2010, UNE COMPENSATION RELAIS SE SUBSTITUANT A L ANCIENNE

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

DATA MINING - Analyses de données symboliques sur les restaurants

DATA MINING - Analyses de données symboliques sur les restaurants Master 2 Professionnel - Informatique Décisionnelle DATA MINING - Analyses de données symboliques sur les restaurants Etudiants : Enseignant : Vincent RICHARD Edwin DIDAY Seghir SADAOUI SOMMAIRE I Introduction...

Plus en détail

Établissement français du sang

Établissement français du sang Établissement français du sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Île-de-France Rapport d activité 2013 www.etablissement-francais-du-sang.fr Efs ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES enseignements formation recherche 2014 les académies Hautsde-Seine 971 92 Finistère 29 Seine-Saint-Denis 93 PARIS 75 GUADELOUPE MARTINIQUE 973 GUYANE Côtes-d'Armor 22

Plus en détail

Directions régionales d OSEO

Directions régionales d OSEO Où adresser votre dossier? Vous devez envoyer ou remettre votre dossier de participation dûment rempli en cinq exemplaires, le 31 janvier 2008 au plus tard, à la direction régionale d OSEO correspondant

Plus en détail

Européenne De Métré. Présentation

Européenne De Métré. Présentation Européenne De Métré Présentation SOMMAIRE 1 - HISTORIQUE...2 2 - NOS ACTIVITES...2 3 - VOTRE PROFIL...3 4 - NOTRE PROPOSITION...4 5 - PRESENTATION DU RESEAU...4 6 - PRINCIPALES CONDITIONS JURIDIQUES DU

Plus en détail

Antonio Rodrigues (DESS SITN)

Antonio Rodrigues (DESS SITN) : Etude d une base de données sur les plantes d eau douce Février 2004 A l attention de Mr Diday SOMMAIRE I. INTRODUCTION 3 II. PRESENTATION GENERALE 4 II.1. LE DATAMINING 4 II.1.1. PRESENTATION 4 II.1.2.

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Pays de la Loire Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Pays de

Plus en détail

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat journées 201 techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat 160 stagiaires formés par le CNIDEP depuis 2010 Amélioration des pratiques environnementales dans les

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Harmonie Mutuelle, mutuelle soumise aux dispositions du livre

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort - SIAGEP - Examen du traitement des usagers en situation de précarité énergétique Exercice 2012 Septembre 2014

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

DADS 2006 Liste des variables Fichier détail "postes" Echantillon au 1/12ème

DADS 2006 Liste des variables Fichier détail postes Echantillon au 1/12ème DADS 2006 Liste des s Fichier détail "postes" Echantillon au 1/12ème Index des s : AGE : Age du salarié en années...2 AT : Nombre d'années-travail...2 CPFD : Condition d'emploi : temps complet ou partiel,

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Repères et références statistiques

Repères et références statistiques Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS 2013) Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche ( RERS 2013) .

Plus en détail

Repères et références statistiques

Repères et références statistiques Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS 2012) Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche ( RERS 2012) .

Plus en détail

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France «Qualifier les profils des personnes en situation de handicap accueillies hors de leur région de domiciliation et caractériser les équipements dont elles bénéficient» A partir du traitement de l enquête

Plus en détail

Changer de département à la rentrée

Changer de département à la rentrée A 2011 MUTATIONS Instituteurs Professeurs des écoles Changer de département à la rentrée www.sgen.cfdt.fr novembre 2010 Mensuel 2,50 suppl. au n 197 RCS Strasbourg B 588 505 354 11/10 MA BANQUE EST DIFFÉRENTE,

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention»

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» Art. 1 : ORGANISATION La Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par le livre II du Code de la Mutualité, enregistrée au Registre National des Mutuelles

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 La Lettre du Président L année 2007 a été marquée par la promulgation de la loi de réforme de protection de l enfance, le 5 mars 2007. Les bouleversements qu elle induit ont modifié

Plus en détail

Prêts bonifiés à l agriculture

Prêts bonifiés à l agriculture MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction du financement de l agriculture Bureau du crédit Adresse : 78 bis, rue

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Référentiel formation à l usage des formateurs SST L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail