Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013"

Transcription

1 Assurances de biens et de responsabilité Etude Avril 2013 L assurance des catastrophes naturelles en 2011

2 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur. La reproduction, la représentation et la diffusion de tout ou partie de ce document ne peuvent se faire, en dehors du périmètre de la société ou de l'organisme destinataire de ce document, qu'avec l'autorisation de la direction émettrice de la FFSA ou du GEMA. Direction des études et des statistiques FFSA GEMA 26, boulevard Haussmann Paris Cedex 09 E mail :

3 1 LES CATASTROPHES NATURELLES EN 2011 SYNTHESE Le montant des cotisations émises au titre des catastrophes naturelles* progresse de 5,0 % en 2011 pour s établir à M. Après un résultat technique fortement déficitaire en 2010 suite à la tempête Xynthia et aux inondations du Var, le résultat du compte technique augmente de 239 M en 2011, pour s établir à 51 millions d'euros, correspondant à 3,6% des cotisations de l'année. Ces évolutions sont à rapprocher de la sinistralité relativement clémente qu a enregistrée la branche en En effet, le rapport sinistres à primes s améliore de 71 points par rapport à 2010 pour s établir à 50% correspondant à une charge de sinistres de 710 M. 30 % de cette charge des sinistres résulte des inondations de début novembre qui ont touché plus particulièrement le Var et les Alpes Maritimes et dont le coût pour les assureurs est estimé à 215 M. Toutefois, à terme ces inondations ne constitueront pas l événement le plus coûteux de l année En effet, l exercice a par ailleurs subi une sécheresse importante dont le coût final pourrait dépasser 600 M et qui n apparait pas encore dans les comptes vus en fin de 1ère année. A fin 2011, l évaluation du coût global de la sécheresse atteint 5,0 Mds d euros, ce qui représente 31 % du total des indemnités versées par le régime catastrophes naturelles depuis sa mise en place en L année 2012 présente quant à elle une sinistralité relativement clémente en l absence d évènements importants. *cf. définition du régime des catastrophes naturelles page suivante CHIFFRES CLES Données comptables Evolution des cotisations + 5,0 % Evolution de la charge des prestations 55 % (Tous exercices de survenance) Solde du compte C1 (en % des cotisations) + 3,6 % Solde du compte C1 (en millions d'euros) + 51 Evolution 2011/2010 du solde du compte C (En millions d'euros) Provisions d'égalisation des assureurs directs (en M ) 158 Provisions CCR (en M ) Sinistralité Fréquence des sinistres 0,6 S/P (vu en fin de première année) 50 % Evaluation du coût de la sécheresse (vu fin 2011) 5,0 milliards d'

4 2 P R E S E N T A T I O N Le régime légal des catastrophes naturelles Aux termes de la loi initiée en juillet 1982, sont considérés comme effets des catastrophes naturelles «les dommages matériels directs non assurables ayant eu pour cause déterminante l'intensité anormale d'un agent naturel lorsque les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n'ont pu empêcher leur survenance ou n'ont pu être prises» (Article L alinéa 3 du Code des assurances). Les événements le plus souvent constatés sont les inondations, les coulées de boue, la sécheresse et, dans une moindre mesure, l'action mécanique des vagues, les glissements et affaissements de terrain, les avalanches, raz de marée et les tremblements de terre. Les dommages causés par le vent ont été définitivement écartés du champ d application du régime des catastrophes naturelles par la loi du 25 juin En effet, cette loi a permis la généralisation de la garantie tempête en rendant obligatoire la couverture des dommages résultants des effets du vent dû aux tempêtes, ouragans et cyclones pour toute personne détentrice d un contrat d assurance garantissant les dommages d incendie. En assurant ses biens contre l'incendie, les dégâts des eaux, le vol, l'assuré est automatiquement couvert contre les dégâts dus aux catastrophes naturelles. La garantie catastrophes naturelles prévoit la prise en charge des dommages matériels causés aux biens assurés et à eux seuls. Elle joue seulement si un arrêté interministériel paru au Journal officiel constate l'état de catastrophe naturelle. Cette étude a été réalisée à partir des données recueillies dans l'enquête spécifique sur les catastrophes naturelles adressée aux sociétés membres de la FFSA et du GEMA, complétées par les informations provenant des états comptables réglementaires. S O M M A I R E PARTIE 1 : Données comptables... p Poids économique et évolution... p Résultats comptables... p. 4 PARTIE 2 : Analyse de la sinistralité sur la période p Evénements survenus en p Analyse de la sinistralité depuis p Les inondations... p La sécheresse... p Résultats départementaux catastrophes naturelles cumulés p. 22 ANNEXES :... p Les résultats comptables et techniques... p Historique des fréquences des sinistres par catégories d assurés... p. 34

5 3 1 ERE PARTIE : DONNEES COMPTABLES Les données comptables étudiées dans cette première partie sont issues des états comptables C1, C10 et C11. Les résultats sont extrapolés sur la base de 100 % du marché national après réintégration des cotisations des succursales étrangères d un pays membre de l Union Européenne. 1. POIDS ECONOMIQUE ET EVOLUTION Le montant des cotisations émises en 2011 au titre de l'assurance des catastrophes naturelles s'élève à 1418 millions d'euros, représentant presque 3,0% des cotisations de l'ensemble des assurances de biens et de responsabilité. Evolution des cotisations depuis 7 ans (primes nettes) Source : Etats comptables C1 Année Catastrophes naturelles Cotisations* (en M ) Variation (en %) , , , , , , ,0 * Depuis 1995, les chiffres donnés sont les chiffres officiels complétés par une estimation pour les succursales étrangères d'un pays membre de l Union Européenne. Répartition des cotisations selon la catégorie d assurés Source : états comptables C1 La cotisation catastrophes naturelles correspond à un taux uniforme de surprime de : 12 % sur l'assurance dommages aux biens des particuliers et des professionnels, 6 % sur les garanties vol et incendie d'un véhicule ou à défaut 0,5 % sur la garantie dommages en automobile, son évolution dépend donc de celle de ces branches d'assurances.

6 4 2. RESULTATS COMPTABLES Source : états comptables C1 Chiffres extrapolés à 100 % du marché national y compris succursales étrangères d un pays de l Union Européenne Principaux postes du compte de résultat technique Poste M % M % M % Primes nettes Produits financiers alloués 60 4,5 65 4,8 48 3,4 Charge des Prestations* , , ,5 dont Sin. payés (nets de recours)* , , ,8 dont Dot. aux provisions pour sinistres** 130 9,7 94 7,0 32 2,3 dont Dot. aux provisions techniques 0 0,0 81 6,0 0,0 0,0 Frais d'acquisition , , ,4 Frais d'administration 79 5,9 85 6,3 86 6,1 Charge de la réassurance ,1 87 6, ,0 Résultat technique 100 7, ,9 51 3,6 (*) Y compris les frais de gestion des sinistres (**) Dotations nettes de recours Evolution du solde technique depuis 1995 (en % des primes nettes) Après un résultat technique fortement déficitaire en 2010 suite à la tempête Xynthia et aux inondations du Var, le résultat du compte technique augmente de 239 M en 2011, pour s établir à 51 millions d'euros, correspondant à 3,6 % des cotisations de l'année en % des cotisations 17,2 15,3 11,4 9,1 9,9 7,4 7,5 5,4 2,8 3,6 8,7 6,3 4,3 3,2 1,7 16,4 13, Contribution des différents postes du compte de résultat technique (en termes de différentiel en millions d'euros ) Dans un contexte d une sinistralité 2011 relativement clémente, la progression du résultat technique provient quasi exclusivement de la baisse de la charge des prestations ( 55 %). Variations entre 2010 et 2011 en millions d'euros Contribution positive Contribution négative

7 La sinistralité Evolution de la charge des sinistres La charge de prestations des catastrophes naturelles s'élève à 645 millions d'euros en Cette charge se répartit en : 677 millions d'euros au titre des sinistres payés (nets de recours y compris frais de gestion de sinistres) ; 32 millions d'euros au titre des dotations aux provisions de sinistres nettes de recours ; tandis que les dotations aux provisions d'égalisation (assimilées aux dotations aux provisions techniques) sont nulles. La charge de prestations correspondant à l exercice de survenance 2011 est évaluée quant à elle à 710 millions d euros. Le graphique ci dessous illustre l'évolution de la charge des sinistres depuis 1990 par exercice de survenance (charge vue au 1 er inventaire et au dernier état connu) Charge au dernier état connu en millions d'euros Charge des sinistres vue en fin de 1ère année On remarque l'impact des sinistres sécheresse sur les comptes des assureurs. Ainsi, pour les exercices 1990, 1996 et 1997, la charge des sinistres a plus que doublé entre le 1 er inventaire et le dernier état connu, celle de 2003 a été réévaluée de plus de 60 % et celle de 2005 de 40%. Répartition de la charge des sinistres payés Hors sinistres sécheresse, la charge des sinistres catastrophes naturelles est liquidée les premières années. Aussi, les flux correspondant aux exercices 2006 et antérieurs concernent ils essentiellement la sécheresse. Près d un tiers des paiements effectués en 2011 concernent des événements survenus avant 2007 et plus de 40 % des événements survenus en Source : Etats C11 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 43,0% 32,4% 8,0% 8,1% 5,3% 3,3%

8 6 Evolution des provisions de sinistres (stock au 31/12 de l'année n en % des primes) 300% en % des primes nettes En 2011, le stock de provisions pour sinistres s'établit à M en diminution de 1,8 % par rapport à celui vu fin Il correspond à 1,36 fois le montant des primes nettes de l'année, proportion relativement stable depuis % 200% 150% 100% Provisions pour sinistres 136% 50% 0% Liquidation de la charge des sinistres catastrophes naturelles Nota : l historique depuis 1984 de ces tableaux se trouve en annexe. Triangle des rapports sinistres à primes (en %) Source : états comptables C ère année ème année ème année ème année ème année Tous exercices confondus, les comptes 2011 enregistrent un boni de liquidation d environ 45 M sur les exercices antérieurs (montant extrapolé à 100 % du marché national), trouvant principalement son origine dans la révision à la baisse de la charge des sinistres survenus en 2008 et Part des paiements réalisés dans l ensemble de la charge (au dernier état connu) Source : états comptables C ère année ème année ème année ème année ème année Coût global (derniers états connus en M ) Deux facteurs influencent de façon essentielle la liquidation de la charge des sinistres : l aspect plus ou moins tardif dans l année des principales catastrophes naturelles (ex : les inondations de novembre 2011 dans le sud de la France). la part des indemnités des sinistres liés à la sécheresse (exemple : l'exercice 2005).

9 Les provisions d'égalisation Les provisions d'égalisation (en M ) Source : états comptables C1 (autres provisions techniques à la clôture) et rapport annuel de la CCR Le stock de provisions d'égalisation des assureurs directs vu fin 2011 est stable par rapport à 2010 ; il représente 11,1 % des cotisations émises. En millions d'euros Assureurs directs CCR La réassurance Historique de la part des cotisations cédées aux réassureurs Source : états comptables C1. Avertissement : les données ci après ne sont pas corrigées des cessions intra groupe. La part des cotisations catastrophes naturelles cédées aux réassureurs augmente de 1,6 point en 2011 pour s'établir à 57,0 % soit 809 M. (en %) Part des cotisations cédées aux réassureurs 59,3 59,8 58,0 58,6 55,4 57,0 Répartition des sociétés d assurances en fonction de la part des cotisations cédées aux réassureurs en % Part des cotisations catnat Part en nombre de sociétés 60% Plus de 40 % des sociétés analysées (42 %) cèdent entre 50 et 60 % de leurs primes ; elles représentent 40,9 % du chiffre d affaire de la branche. 50% 40% 30% 20% 10% 0% Inférieur à 50% de 50 à 59% de 60 à 70% Supérieur à 70% Evolution du solde cumulé de la réassurance Source : états comptables C1 Après une année 2010 marquée par la tempête Xynthia et les inondations du Var, le solde cumulé de la réassurance des catastrophes naturelles repart à la hausse et confirme sa forte progression entamée depuis 2004 (+ 289 %) Solde cumulé de la réassurance (en millions d'euros)

10 8 Impact de la réassurance sur le résultat technique Source : états comptables C1 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% après réass. avant réass. 62% 51% 47% 44% 43% 40% 20% 24% 39% 36% 10% 22% 6% 23% 20% 20% 39% Le résultat technique est représenté ci dessus en pourcentage des primes avant et après réassurance. L effet lissant de la réassurance est bien visible. Impact de la réassurance sur le ratio combiné comptable Source : états comptables C Impact positif 42 L impact de la réassurance est exprimé en différentiel de points sur le ratio combiné comptable. Lecture : en 2010, la réassurance a permis d améliorer de 6 points le ratio combiné comptable Impact négatif A la suite de la réforme du régime des catastrophes naturelles intervenue fin 1999, la charge de la réassurance s est alourdie du fait de la forte augmentation du montant des primes cédées (+ 54 % entre 1999 et 2000). En effet, le taux de surprime est passé de 9 à 12 %, hausse à laquelle s est ajoutée la suppression des commissions reçues des réassureurs.

11 9 2 EME PARTIE : ANALYSE DE LA SINISTRALITE CATASTROPHES NATURELLES SUR LA PERIODE Les résultats présentés dans cette partie sont issus de l enquête spécifique annuelle réalisée auprès des sociétés adhérentes à la FFSA GEMA. 22 sociétés ont transmis leurs résultats, elles représentent 57 % des cotisations perçues par le marché national. Ces données sont par ailleurs complétées par l exploitation de l historique des arrêtés catastrophes naturelles (source CCR). 1. EVENEMENTS SURVENUS EN Historique du rapport sinistres à primes et de la fréquence depuis 1990 (vu en fin de 1 ère année) Nota : Le ratio S/P provient des états comptables C10, la fréquence est celle issue de l enquête FFSA GEMA. La fréquence des sinistres catastrophes naturelles (au niveau France entière) s'établit à 0,6 en 2011, en baisse de 0,6 point par rapport à l'exercice précédent Ratio S/P marché national Fréquence S/P en % Fréquence en 1,2 0,3 1,5 2,7 1,3 2,1 1,3 0,9 1,2 3,5 1,3 1,4 2,1 1,9 0,6 0,8 0,4 0,9 0,6 0,3 1,2 0,6 0 Le ratio S/P s'établit quant à lui à 50 %, en baisse de 71 points par rapport à celui de 2010 (121 %) Fréquence et coût moyen des sinistres (par exercice de survenance vu en fin de 1 ère année) Fréquence des sinistres (en ) Sinistre moyen (en milliers d'euros) Ensemble 0,9 0,6 0,3 1,2 0,6 6,8 8,6 8,3 24,3 10,8 dont inondations 0,3 0,3 0,2 1,1 0,5 7,0 7,7 7,5 25,0 8,4

12 10 Nombre de communes sinistrées en fonction de la nature du péril ayant débuté en 2011 Nota : une commune est répertoriée autant de fois que d arrêtés parus Nb de périls débutés en 2011 et parus au 22/02/2013 Nb de périls débutés en 2011 et parus au 31/12/ En 2011, plus de deux tiers des communes sinistrées l ont été à cause de la sécheresse, suivent ensuite les inondations (30,2 % des périls). Mais à fin 2011, aucun arrêté sécheresse n était encore paru Chocs mécaniques* Inondations Mouvement de terrain Sécheresse 1 Avalanche * Chocs mécaniques liés à l action des vagues 1.3. Distribution des sinistres selon leur coût individuel Les montants et pourcentages ci dessous sont exprimés par exercice de survenance. Coût individuel (en K ) % des dossiers % sur l ensemble des indemnités de 1,5 40,2 30,7 34,4 23,8 35,6 4,0 2,0 2,0 0,6 2,5 1,5 à 15 52,3 61,9 58,2 51,5 55,0 34,5 41,9 31,4 11,9 25,5 15 à 75 6,3 5,9 5,9 18,2 6,9 28,6 22,9 23,5 26,7 23,0 75 à 150 0,8 1,0 0,9 3,9 1,6 11,9 11,9 12,0 17,3 15,1 150 et + 0,4 0,5 0,6 2,5 0,9 21,0 21,3 31,1 43,5 33,9 Total En 2011, la distribution des sinistres selon leur coût individuel retrouve les niveaux d avant 2010, année marquée par la survenance de beaucoup de sinistres graves consécutifs à la tempête Xynthia et aux inondations du Var Résultats par catégorie d assurés Fréquence et sinistre moyen vus en fin de première année Fréquence des sinistres (en ) Sinistre moyen (en milliers d'euros) Particuliers 0,9 0,6 0,3 1,2 0,6 5,2 6,7 6,5 17,3 8,2 Dont inondations 0,3 0,3 0,2 1,1 0,5 5,4 5,3 6,3 18,8 5,3 Entreprises et agricoles 0,8 0,6 0,6 1,7 1,1 20,2 24,3 11,6 63,4 33,0

13 11 Ratios S/P (en %) vus en fin de première année Particuliers Entreprises & Agricoles 140% Sur l'ensemble de l'exercice 2011 le ratio S/P s'établit à 50 %, et respectivement à 54 % et 46 % pour les particuliers et les entreprises. La charge correspondante est de 420 M pour les particuliers et 290 M pour les entreprises y compris agricoles. 120% 100% 80% 60% 40% 20% 43% 18% 39% 15% 48% 42% 39% 38% 38% 31% 122% 117% 54% 46% 1.5. Ventilation géographique des résultats de l exercice Rapport S/P par département en % Avertissement : les sociétés ayant ventilé leurs résultats par départements totalisent 43 % des cotisations et présentent un rapport S/P inférieur à la moyenne nationale. En 2011, le rapport S/P maximum en métropole s établit à 468 % pour le département du Var, ce département ayant connu des inondations (début novembre) tout comme les Alpes Maritimes dont le S/P s établit à 226 %. De son côté, l Aisne enregistre un S/P de 126 % suite à une crue importante en janvier Zoom sur les inondations du sud de la France début novembre 2011 (chiffres arrêtés au 30/04/2012) : Pour le marché national, le montant des dommages indemnisés consécutifs aux inondations s établit à 325 M (brut de réassurance) pour environ sinistres. Bien que les dossiers relevant du régime d indemnisation des catastrophes naturelles représentent moins d un tiers des sinistres, leur coût global totalise 215 M, soit les deux tiers de la charge totale. Ventilation de la sinistralité par types de garantie pour l ensemble des assurés Répartition du nombre Répartition de la charge 41,0% 27,0% 16,9% 16,9% 66,2% 32,0% Catastrophes naturelles Tempête Autres garanties Catastrophes naturelles Tempête Autres garanties

14 12 Nombre, montant et coût moyen des sinistres par catégorie d assurés de la garantie catastrophes naturelles Dommages aux biens des particuliers Automobile Dommages aux biens des professionnels Dont Agricole Ensemble Nombre de sinistres Montant des sinistres (en M ) Coût moyen (en ) Ventilation de la sinistralité catastrophes naturelles par catégorie d assurés Répartition du nombre Répartition de la charge 14,0% 16,0% 70,0% 43,3% 46,0% 10,7% Dommages aux biens des particuliers Automobile Dommages aux biens des professionnels Dommages aux biens des particuliers Automobile Dommages aux biens des professionnels Le cout global de ces inondations, qui se concentrent essentiellement sur les départements du Var et des Alpes Maritimes, représente 30 % de la charge totale catastrophes naturelles de 2011 (vue en fin de 1 ère année).

15 13 2. ANALYSE DE LA SINISTRALITE DEPUIS Dénombrement des communes sinistrées depuis 1982 Source : CCR, Journal Officiel, situation du fichier des arrêtés catastrophes naturelles au 22 février 2013 Répartition des arrêtés par nature de périls (cumul ) Nota : une commune sinistrée est répertoriée autant de fois que d arrêtés parus. Ventilation des autres périls Mvt de terrain 18% Tempêtes 8% Cyclones 0,4% Inondations 56% Sécheresse 12% Autres 6% { Choc mécaniques* 62,9% Poids neige 26,5% Séismes 6,6% Grêle 0,1% Divers 2,3% Avalanches 0,9% Raz de marée 0,2% *liés à l'action des vagues Hors sinistres Tempête Grêle Neige, les inondations représentent 62 % des arrêtés publiés. Evolution du nombre de communes sinistrées par année de début de l événement depuis 1982 Nota : une commune sinistrée est comptée une seule fois par année, mais elle peut être sinistrée plusieurs années et sera donc comptée plusieurs fois. De ce fait, le total depuis 1982 s établit à communes sinistrées (tous types de périls répertoriés) Au total, sur les communes que comptabilise la France, 99,2 % d'entre elles ont fait l'objet d'au moins un arrêté catastrophes naturelles depuis 1982.

16 14 Les modulations de franchise La récurrence d événements affectant une même commune a conduit les pouvoirs publics à mettre en place des plans de prévention (PPR). L absence de PPR conduisant en cas de nouvelle catastrophe à une modulation de la franchise. L article A125 1 énonce que, dans une commune non dotée d un PPR pour le risque faisant l objet d un arrêté catastrophes naturelles, la franchise est modulée en fonction du nombre d arrêtés intervenus pour le même risque et comptabilisés sur les 5 ans précédant la date de la nouvelle constatation (hors tempête 1999). Les articles A et A du Code reprennent le principe de la modulation suivant : 1er et 2ème arrêté : application de la franchise ; 3ème arrêté : doublement de la franchise ; 4ème arrêté : triplement de la franchise ; 5ème arrêté et suivants : quadruplement de la franchise. La modulation ne s applique pas si un PPR est approuvé. Le délai d approbation du PPR est de 4 ans (arrêté du 4 août 2003) à compter de la date de prise de l arrêté prescrivant le Plan (si le PPR n est pas approuvé pendant ce délai, le principe de la modulation des franchises s applique alors). Le tableau suivant montre la répartition du nombre de communes en fonction de la modulation de franchise maximum appliquée pour les événements inondation et sécheresse. Franchise applicable Vu fin 2009 Inondation Vu fin 2010 Nombre de communes Vu fin 2011 Vu fin 2009 Sécheresse Vu fin 2010 Vu fin 2011 Doublée Triplée Quadruplée Fichier arrêté le 22 février Ventilation géographique des résultats sur la période Nota : sont récapitulés ci dessous les résultats cumulés sur l'ensemble de la période Il s agit de statistiques observées en fin de 1ère année, c est donc principalement le péril inondation qui est appréhendé. Fréquence départementale des sinistres cumulée A fin 2011, trois départements enregistrent une fréquence cumulée supérieure à 5 sur la période considérée : l Hérault (7,5 ), le Gard (6,7 ) et les Ardennes (5,4 ).

17 15 Rapport S/P départemental cumulé Sur la période , les départements les plus sinistrés en termes de rapport sinistres à primes sont le Gard, l Hérault et les Ardennes qui enregistrent un S/P supérieur à 300 %, tandis que l Aude, le Vaucluse, la Corse et le Var ont un S/P compris entre 100 % et 300 %. Comparaison par rapport aux principaux événements (hors sécheresse) sur la période S/P annuel France entière en % Département (ville sinistrée) Indemnités en année de primes Gard (Nimes) Vaucluse (Vaison la Romaine) 30 Doubs (Sochaux) Ardennes 30 Corse 14 Vaucluse 7 43 Vaucluse 6 Ardennes Aude Gard Finistère 6 Somme 8 Sud Est Arles Charente Maritime 35 Var Var 5 50 Lecture : Les inondations de Nîmes en 1988 représentent 66 années de primes collectées dans le département du Gard. Le S/P national en 1988 s'établit à 60 %.

18 Historique des principaux événements catastrophes naturelles depuis 1988 Evénements dont le coût estimé est supérieur à 100 M actualisés Coût pour le marché national Exercice de en M Désignation de l'événement en M survenance constants* 1988 Inondations Nîmes/octobre à 2002 Subsidence Inondations de Besançon/février Inondations Vaison la Romaine/septembre Inondations Bouches du Rhone/septembre Crues du Rhone/octobre Inondations du Nord/décembre février Inondations du Nord/ janvier février Inondations de l'aude/novembre Inondations Tempête Lothar et Martin/février Inondations de Bretagne/décembre Cyclone Dina Réunion/janvier Inondations du Gard/septembre Inondations du Rhône/décembre Subsidence Subsidence Inondations Gard Hérault/septembre Cyclone Dean Guadeloupe/août Inondations du Centre Est/novembre Inondations Tempête Xynthia / février Inondations du Var/juin Inondations du sud de la France/novembre Subsidence * coût en euros 2011 revalorisé par l'indice FFB Source FFSA GEMA (en gras dans le tableau) et CCR A ce jour, l événement le plus coûteux répertorié est la sécheresse exceptionnelle de l année 2003 (1 944 M ) suivi des inondations de septembre 2002 dans le Gard (994 M ).

19 17 3. LES INONDATIONS Dénombrement des communes sinistrées en inondation depuis 1982 Répartition géographique du nombre de communes sinistrées par une inondation de 1982 à 2011 Source : CCR, Journal Officiel, situation du fichier des arrêtés catastrophes naturelles au 22 février 2013 Nota : une commune est répertoriée autant de fois que d arrêtés parus. En termes de nombres d arrêtés inondations enregistrés depuis 30 ans, les communes du centre de la France apparaissent comme moins souvent concernées. Historique du nombre de communes sinistrées en inondation selon l année de début de l événement depuis 1982 Nota : une commune sinistrée est comptée une seule fois par année, mais elle peut être sinistrée plusieurs années et sera donc comptée plusieurs fois

20 18 Répartition du nombre de communes sinistrées en inondation selon le mois de début de l événement (cumul ) Nota : une commune est répertoriée autant de fois que d arrêtés parus. Les mois de décembre et janvier concentrent 53,9 % du nombre de communes sinistrées. La forte sinistralité observée au mois de décembre est due essentiellement aux années 1982 et 1999 (nombreuses inondations consécutives aux tempêtes), avec respectivement et communes sinistrées en inondation au cours du dernier mois de ces années. A l opposé, les mois de mars et avril ont été jusqu'à présent relativement épargnés par les inondations, regroupant 3,2 % des communes sinistrées janv. fév. mars avril mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. L année 2011 a vu la part du mois de novembre sensiblement augmenter : 469 communes ont été déclarées sinistrées essentiellement suite aux inondations survenues dans le sud de la France en début de mois.

21 19 4. LA SECHERESSE 4.1. Données chiffrées Un questionnaire spécifique permettant d'évaluer l'impact de la sécheresse dans le régime catastrophes naturelles est intégré à l'enquête. Seize sociétés ont répondu (totalement ou en partie), elles représentent 55 % des cotisations émises au titre des catastrophes naturelles (marché national). Nota : les évaluations effectuées ci dessous reposent sur le nombre et le coût (paiements et provisions) des sinistres connus ; elles n intègrent donc pas d estimation concernant les IBNR. L évaluation des exercices les plus récents est à considérer avec prudence car constituée principalement de provisions. Répartition des sinistres et du coût de la sécheresse par année de survenance vue à fin 2011 Nombre de communes sinistrées Déclarées au 22/02/2013 Déclarées à fin 2011 Nombre total de sinistres connus (en milliers) Coût de la sécheresse à fin 2011 en M courant en M constant (1) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Ensemble , (1) Réévalué par l indice FFB Par rapport à l évaluation précédente, les charges imputables à des sinistres sécheresse survenus en 2007 et 2010 ont été réévaluées de respectivement 10 M et 20 M à fin 2011, tandis que la sécheresse de 2009 est évaluée à 180 M à fin Par ailleurs, si à fin 2011, aucun arrêté catastrophes naturelles concernant la sécheresse survenue en 2011 n est paru, l ampleur du phénomène fut telle que le coût de cet événement pourrait in fine dépasser les 600 M.

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité

Assurances de biens et de responsabilité Enquête Juin 2011 Assurances de biens et de responsabilité Inondations du Var des 15 et 16 juin 2010 Bilan chiffré au 31 mai 2011 1 LES INONDATIONS DU VAR DES 15 ET 16 JUIN 2010 SYNTHESE Les conséquences

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN 25 juin 2015 - Merlimont Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN Eléments d introduction La Mission Risques Naturels association entre FFSA et GEMA 2 www.mrn.asso.fr 3 Les

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2010 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Les télécommunications au service de la ville

Les télécommunications au service de la ville Les télécommunications au service de la ville HYPCOM Page 1 Préambule A ce jour, l évolution des structures nécessite souvent une implantation sur plusieurs sites. Parallèlement, les besoins de communiquer

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité

Assurances de biens et de responsabilité Assurances de biens et de responsabilité Enquête Février 2011 La tempête Xynthia du 28 février 2010 Bilan chiffré au 31 décembre 2010 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2012 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Prêts bonifiés à l agriculture

Prêts bonifiés à l agriculture MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction du financement de l agriculture Bureau du crédit Adresse : 78 bis, rue

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques AFA et concernent les sociétés d assurances

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2013 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d

Plus en détail

Dossier de presse Catastrophes naturelles

Dossier de presse Catastrophes naturelles Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Catastrophes naturelles Le système d indemnisation mis en place par la loi du 13 juillet 1982 Avant 1982, l assurance ne couvrait que certains

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale. Mesdames et Messieurs les Instituteurs et Professeurs des écoles

Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale. Mesdames et Messieurs les Instituteurs et Professeurs des écoles Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale à Division des Personnels Bureau des actes collectifs DP2 Référence Mouvement inter-départemental 2013 Dossier suivi par : Monique VEAUGIER

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139.

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139. FP 139 Centre de documentation et d information de l assurance Janvier 2008 L assurance des catastrophes naturelles Qu est-ce qu une catastrophe naturelle? Comment sont garantis les dommages qu elle provoque?

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention»

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» Art. 1 : ORGANISATION La Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par le livre II du Code de la Mutualité, enregistrée au Registre National des Mutuelles

Plus en détail

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Dépassemts d honoraires, déremboursemts, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : CISS Collectif Interassociatif Sur la Santé Marc

Plus en détail

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s Catastrophes naturelles Prévention et assurance 420 communes inondées en 2 jours dans le sud-est en septembre 2002. 3 milliards d euros : coût des inondations de septembre 2002 et décembre 2003. 130 000

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Catastrophes

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort - SIAGEP - Examen du traitement des usagers en situation de précarité énergétique Exercice 2012 Septembre 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

Les demandes d'assurance de prêts (convention Aeras)

Les demandes d'assurance de prêts (convention Aeras) Assurances de personnes Conjoncture Juillet 2011 Les demandes d'assurance de prêts (convention Aeras) Situation à fin décembre 2010 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation Le Ministère de l Economie de l Industrie et de l Emploi, la Fédération Française des Sociétés d Assurances et le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurances, diffusent un dépliant intitulé : «Tempête

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

La tempête Xynthia du 28 février 2010. Synthèse. Les conséquences humaines et matérielles de la tempête Xynthia

La tempête Xynthia du 28 février 2010. Synthèse. Les conséquences humaines et matérielles de la tempête Xynthia 1 La tempête Xynthia du 28 février 2010 Synthèse Les conséquences humaines et matérielles de la tempête Xynthia 53 morts et 79 blessés sur le territoire français Plus de 2,5 Mds de dommages directs, dont

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L ENQUETE... 5 A - OBJECTIFS DE L ENQUETE...5 B - CHAMP DE L ENQUETE...5 C - DETERMINATION DES «GROUPES» DE SOCIETES...6 II - VUE D ENSEMBLE DES CESSIONS...

Plus en détail

Les consommations de chauffage

Les consommations de chauffage Roger Cadiergues Les consommations de chauffage L8. SOMMAIRE. Les principes des bilans p..0. Les trois méthodes de base.0. La méthode des bilans.0. Les besoins bruts.0. Les apports.0. Les besoins nets.06.

Plus en détail

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France Bilan décennal des catastrophes naturelles en France SOMMAIRE BILAN DÉCENNAL EN TERMES DE NOMBRE ET DE TYPE DE CATASTROPHES NATURELLES BILAN EN TERME DE VICTIMES.. 2 5 BILAN DÉCENNAL EN TERMES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire Avant-propos 4 Édito 7 1 L évolution contrastée des effectifs selon

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Européenne De Métré. Présentation

Européenne De Métré. Présentation Européenne De Métré Présentation SOMMAIRE 1 - HISTORIQUE...2 2 - NOS ACTIVITES...2 3 - VOTRE PROFIL...3 4 - NOTRE PROPOSITION...4 5 - PRESENTATION DU RESEAU...4 6 - PRINCIPALES CONDITIONS JURIDIQUES DU

Plus en détail

GAREAT. Documents annexes

GAREAT. Documents annexes GAREAT Documents annexes Qu est ce que le GAREAT? Le GAREAT est un Groupement d Intérêt Economique dont l objet est la mise en place d un programme de réassurance au nom et pour le compte de ses adhérents

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Harmonie Mutuelle, mutuelle soumise aux dispositions du livre

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

Communication Financière. 12 Mai 2014

Communication Financière. 12 Mai 2014 Communication Financière 12 Mai 2014 1 Introduction: Les Faits marquants de l année 2013 Les Performances 2013 Les Perspectives 2014 et la Stratégie de développement sur le restant du plan 2014-2016. Augmentation

Plus en détail

Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil

Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil 1 I. Le cadre réglementaire...3 A. B. L objectif... 3 Le calendrier... 4 II. Préparation de la démarche...4 A. Les acteurs...

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

AVIS DES SOCIETES(*) La Société Tunisienne d Assurances et de Réassurances -STAR- Siège social : Square Avenue de Paris 1025- Tunis

AVIS DES SOCIETES(*) La Société Tunisienne d Assurances et de Réassurances -STAR- Siège social : Square Avenue de Paris 1025- Tunis BO N 4098 du Jeudi 03 Mai 2012 PAGE 1 ETATS FINANCIERS La Société Tunisienne d Assurances et de Réassurances -STAR- Siège social : Square Avenue de Paris 1025- Tunis La Société Tunisienne d Assurances

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité Etude Août 2010. Tableau de bord des assurances de biens et de responsabilité

Assurances de biens et de responsabilité Etude Août 2010. Tableau de bord des assurances de biens et de responsabilité Assurances de biens et de responsabilité Etude Août 2010 Tableau de bord des assurances de biens et de responsabilité Résultats sur le 1 er semestre 2010 Cette étude peut être consultée et téléchargée

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Septembre 2014] Ce mois-ci on vous parle de. L état et les catastrophes naturelles

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Septembre 2014] Ce mois-ci on vous parle de. L état et les catastrophes naturelles L état et les catastrophes naturelles Ce mois-ci on vous parle de i L état et les catastrophes naturelles Double mesurage : le mieux l ennemi du bien Avec le réchauffement climatique, de plus en plus de

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Communiqué de presse TORONTO, le 8 février 2012 Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Croissance des primes de près de 50 % au quatrième trimestre,

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE. I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles

FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE. I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles A. - Biens couverts par la garantie B. - Biens exclus de la garantie II.

Plus en détail

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser Les entreprises d'assurance et de réassurance se caractérisent par : Une inversion du cycle de production : Le prix de vente, la prime est encaissé immédiatement alors que la prestation et le règlement

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE. Caisse Gestion CPAM 01 BOURG EN BRESSE Régime Général 36 46 01 011 0000. Nom Régime Téléphone

INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE. Caisse Gestion CPAM 01 BOURG EN BRESSE Régime Général 36 46 01 011 0000. Nom Régime Téléphone INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE Nom Téléphone CPAM 01 BOURG EN BRESSE Général 36 46 01 011 0000 CPAM 02 AISNE Général 36 46 01 021 0000 CPAM 02 ST QUENTIN Général 36 46 01 022 0000 CPAM

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 15/IMO/0204 Date de réalisation : 16 avril 2015 (Valable 6 mois)

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 13/ABCD/145 Réalisé par SARL ABCD Diagnostics Date de réalisation

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail